premier trimestre 2011                                       g r a n d a ng l e                         Connecter les enfa...
ÉDITORIAL                                                                                                                 ...
la vie                                                                                                                    ...
la vienumérique                                                                                                           ...
la vie                                                                                                                    ...
TOus uNIs cONTre le phIshINg                                                               à lIRE                         ...
PanoramiquesLa Gaîté lyriquereprend vie !                                                                                 ...
Pour l’ouverture, le collectif d’artistes               Le réalisateur Yves Geleyn                                        ...
À la unel’OPEN DATAET NOUS, ET NOUS,                                                                    C’était un vendred...
… un service                                                                                                          J’IM...
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?

20,611

Published on

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, les pays scandinaves et maintenant la France : la vague de l’Open data déferle sur le monde. L’enjeu ? Le développement d'innovations sociales et économiques grâce à la mise en ligne des millions de données produites par l’administration. Portées à la connaissance des citoyens, des chercheurs ou des entreprises, ces données peuvent devenir des mines d’or et peuvent donner naissance à de nouveaux services, favorisant la transparence de l’action publique.

Published in: News & Politics
1 Comment
8 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
20,611
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
22
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
1
Likes
8
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

RSLN #9 - Opendata : et nous, et nous, et nous ?

  1. 1. premier trimestre 2011 g r a n d a ng l e Connecter les enfants hospitalisésOPENDATAET NOUS, ET NOUS, ET NOUS ? « Libérer » les données  publiques, belle idée.   Et après ? Enquête.
  2. 2. ÉDITORIAL SOMMAIRERSLN - REGARDSSUR LE NUMÉRIQUEMagazine trimestriel gratuitwww.RSLNmag.frMicrosoft FranceSAS au capital de 4 240 000 euros,39 quai du Président-Roosevelt PA R É R IC B oU s toU l l E R # 9_Premier trimestre 201192130 Issy-les-MoulineauxDirecteur de la publication   Président de Microsoft FranceÉric BoustoullerDirecteur de la rédaction  Marc Mossé oPEn (yoUR) dAtADirectrice déléguée Constance ParodiRédactrice en chef Mélanie Daboudet –melanie.daboudet@rslnmag.fr « L’information détenue par le gouvernement fédéral  Ils l’ont dIt… 2Conception éditoriale  est un bien national ! » Dès le lendemain de son investiture, 14Comfluence45 rue de Courcelles – 75008 ParisConception et réalisation  le 20 janvier 2009, Barack Obama lA VIE nUMÉRIQUE 4graphique hissait l’Open data au premier rang des En bref, l’actualité de la société numériqueJBA – 2 rue des Francs-Bourgeois75003 Paris – ph.bissieres@jba.fr priorités de son mandat. Quatre moisDirectrice artistique   plus tard, data.gov était lancé, qui ren- PAnoRAMIQUEs 10Virginie KahnOnt collaboré à ce numéro dait accessibles des données publiques La Gaîté lyrique reprend vie !Delphine Barbier Sainte Marie, de tout ordre : consommation d’énergie La vague de l’Open data déferle sur le monde,Pierre Bro, Agathe Duchamp, dans les foyers, rapports d’inspection portant en elle l’espoir de multiples innovations socialesPauline Feuillâtre, Yvane Jacob/ et économiques. « Libérer » les données publiques, à lA UnE 14Spintank, Arthur Jauffret/Spintank, des centrales nucléaires, dépenses de belle idée. Mais après ? Enquête.Chine Labbé, Caroline Marcelin,Florence Puybareau. l’État… Une petite révolution, montrant Open data, et nous, et nous, et nous ?  RemerciementsLa Gaîté lyrique et Thibaut Thomas qu’un État peut, sans perdre son pou- Publier ses données 30Photos non créditées voir, jouer la carte de la transparence Les questions à se poser 20droits réservésImprimerie avec ses concitoyens. La France de l’Open data 22Point 44 – ZA des Nations Aujourd’hui personne ne mesure Reportage aux États-Unis342 rue du Professeur-P.-Milliez94500 Champigny-sur-Marne ni l’étendue ni les conséquences de cette Data.gov, le bilan du pionnier américain 24Document imprimé sur papier issu philosophie, qui parie sur l’intelligence collective, la créativité ferti- Avec l’association Data journalisme 26de forêts gérées durablement, Docteur Souris, L’art de faire parler les chiffresavec des encres végétales. lisée par le croisement d’autant de données et d’usages à inventer. les enfants hospitalisésPoint 44 est titulaire de la marque Interview de Nigel Shadbolt 27Imprim’Vert® qui distingue Nul ne sait, mais le rêve est permis. Car des possibilités ont accès à Internet. « L’Open data oblige à plus Reportage àles entreprises de l’industrie immenses se dessinent pour créer les services et les applications de transparence politique »graphique soucieuses de la gestion la Timone, à Marseille. 34environnementale de leur activité. qui vont faciliter la vie quotidienne des citoyens, injecter une forteLes opinions exprimées dans dose de transparence dans la vie démocratique, entraîner de spec-ce magazine n’engagent que GRAnd AnGlE 30leurs auteurs et ne reflètent pas taculaires avancées de la connaissance… Docteur Souris connecte les enfants hospitalisésnécessairement celles de Microsoft.Conformément à la loi « Informatique À bien y regarder, l’Open data n’est ni plus ni moins que l’op-et Libertés », toute personne ne portunité, pour nous tous, de produire du sens, du bien-être et dedésirant plus recevoir le magazine l’intelligence à partir des tonnes d’informations amassées, classées, REndEZ-VoUs 34peut en informer la rédaction Une patronne à la cybercrim’(abonnement@ archivées et produites par nous-mêmes. Ne manquent plus que lesregardsurlenumerique.fr)qui annulera immédiatement idées pour leur donner vie… une seconde fois ! Valérie Maldonadoson abonnement.Dépôt légal à parution. est à la tête REPÈREs 36 de l’office chargé Les indicateurs de RSLN de lutter contre la cybercriminalité. PARTICIPEZ AU DÉBAT Portrait d’une lE REGARd dE… 37 SUR divisionnaire RSLNmag.fr au caractère bien trempé. Marc Mossé L’accélérateur des particules élémentaires .FR premier trimestre 2011 1
  3. 3. la vie « Le e-gouvernement n’est pas par essence différent de ceux qui le précèdent, mais correspond à la vie numérique Ils l’ont dit… l’ouverture de nouveaux espaces d’expérimentation permettant de faire évoluer nos façons d’appliquer numérique Ils l’ont dit… la démocratie. » Robin Berjon, conseil en normalisation, blogueur. Débat RSLN « Un e-gouvernement, c’est quoi ? » « Un concept nouveau  émerge, celui   de “gouvernement   « L’Internet grand public est arrivé  comme une plateforme”,   et, de manière inattendue, a remis  qui consiste à utiliser   chacun de nous à l’écriture, grâce  la technologie pour  rencontres rsLN, débat entre patrice Flichy et Andrew Keen au mail, aux forums, au chat, etc. » fluidifier les échanges  Jean-Noël Lafargue, maître de conférence associé à l’université Paris 8. économiques et sociaux  Débat RSLN « Le livre numérique, c’est pour bientôt ? » entre les citoyens. » Serge Soudoplatoff, responsable de la prospective numérique à la Fondation pour l’innovation politique. « Les jeunes ne partagent Débat RSLN « Un e-gouvernement, c’est quoi ? » pas les inquiétudes de leurs parentsrencontres rsLN avec Andrew Keen,chroniqueur et auteur du « Culte de l’amateur » sur l’usage d’Internet : ils ont un élan, une envie, « Se dire qu’il faut faire« Internet n’est plus un jeu. nous le sentiment que, grâce aux nouveaux supports du e-gouvernement, c’est avoirsommes dans l’économie de l’attentionet de la réputation. notre futur est techniques, ils peuvent pleinement appartenir une pensée sous forme dedéterminé par notre réseau. » « les amateurs agissent pour le plaisir et au monde. Notre jeunesse a moins de gadget et ne pas vouloir pour développer leurs compétences de façon autonome. les amateurs ouvrent le champ présupposés, moins peur de “l’autre” changer sur le fond. Ce n’est de la culture à la culture populaire. » Patrice Flichy, sociologue. que les générations précédentes. » Patrice Huerre, pas une affaire de technologie, rencontres rsLN avec Brian solis, psychiatre. Dîner-débat « Vie privée, première crise de conscience d’Internet ? » à Microsoft France. c’est une affaire d’approche. » Alexis Mons, cofondateur et directeur général délégué, Groupe Reflect, agence spécialiste des réseaux sociaux et du webmarketing de marketing interactif et relationnel. Débat RSLN « Un e-gouvernement, c’est quoi ? » « Parce qu’il est numérique   « Internet pose enfin aux démocraties européennes à la source, c’est une réinvention   une question qu’elles ont du livre qu’on peut imaginer : le livre   longtemps négligée : la liberté “hacké”, transformé, collaboratif,   de parole. C’est une opportunité fantastique. L’imprimerie a permis rencontres rsLN avec Clay shirky, enseignant à la New York University et spécialiste du web collaboratif par chapitre... Autant de formes  au plus grand nombre de devenir nouvelles de littérature qui vont  lecteur, Internet donne à chacun la possibilité de se penser auteur. » « l’imprimerie a contribué à forger apparaître. Avec de nouveaux modèles  Marcela Iacub, juriste, chercheuse au CNRS. la démocratie ; la radio, le fascisme. d’affaires. » Dominique Piotet, président de RebellionLab. Dîner-débat « Vie privée, première crise À quelle organisation politique le web Débat RSLN « Le livre numérique, c’est pour bientôt ? » de conscience d’Internet ? » à Microsoft France. donnera-t-il naissance ? » « Il est impossible de maîtriser un média qui évolue plus vite Pour suivre l’actualité de nos rencontres et de nos débats, abonnez-vous à notre newsletter sur www.rSlnmag.fr que notre capacité à apprendre de lui. » 2 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 3
  4. 4. la vienumérique CHIFFREs ClÉs« Les économies liées à une migration 78 %dans le “cloud” sont radicales » des internautes français sont inscrits À 37 ans, Vivek Kundra est le monsieur nouvelles technologies de Barack Obama. il porte le titre officiel sur un réseau social. de Chief information Officer des États-Unis, ou directeur des systèmes d’information, en bon français. Source : Observatoire Ifop des réseaux sociaux, octobre 2010. interview exclusive de l’informaticien le plus connu des … non informaticiens. OWNI récOmpeNsé   Le 8 février dernier,   Comment allez-vous  C’est un petit Frenchie, le site Owni, qui a remporté la vous avez publié la nouvelle  convaincre les agences   première place des prestigieux Online Journalism Awards, 65 % stratégie de cloud computing  gouvernementales de migrer  dans la catégorie du Meilleur Site d’information non du gouvernement américain.  dans le nuage ? Pourquoi avez-vous fait   Les agences gouvernementales, de anglophone. Jusqu’alors, ces Oscars du web organisés par l’Online News Association, la plus grande association des internautes ce choix d’une migration   la NASA au ministère de la Défense dans le nuage ? en passant par le ministère de mondiale du journalisme web, n’avaient récompensé Notre objectif était de passer de la gestion des infrastructures informa- l’Agriculture, vont toutes dans cette direction. Nous sommes déjà dans américains ont qu’une initiative française. www.owni.fr tiques à la fourniture de services aux le nuage, et il n’y aura pas besoin de déjà payé pour des contenus citoyens. Ces dix dernières années, les convaincre, tant les économies Les ados, Twitter le gouvernement américain a investi réalisées sont importantes. Elles ne dans un nombre croissant de centres de données. De 432 en 1998, nous sont pas de 5 ou de 10 %. Elles sont énormes, de l’ordre de 60 à 90 %. en ligne, 33 % pour de la musique sommes passés à plus de 2 000 aujourd’hui. C’est pour inverser cette tendance   Un exemple concret ? Au sein du ministère de l’Agriculture, ou des logiciels, et la vie privée en ligne que nous voulons migrer dans le nuage. Parce que le cloud compu- nous sommes en train de migrer les messageries électroniques dans le 19 % pour des jeux, ting nous offre une plus grande agi- lité, mais aussi parce qu’il garantit cloud. Pour un service aussi simple, nous allons pouvoir économiser plus 16 % pour des films. Source : Pew Internet & American Life une gestion beaucoup plus efficace de 20 millions de dollars. Projet, décembre 2010. des infrastructures informatiques (serveurs, data centers, etc.). Enfin,   Vous plébiscitez  parce qu’il permet au secteur public également le cloud computing  de tirer profit beaucoup plus faci- comme un partenaire naturel  lement et rapidement des trésors de l’Open data. Près de 300 millions d’innovation du secteur privé. Nous serons ainsi en mesure d’ex- Absolument. Le gouvernement pro- duit de plus en plus de données. de smartphones Dans un article publié le ment compréhensibles par le plus © STePheN VOSS/ReDUX-ReA ploiter réellement les technologies Aujourd’hui, ce sont des petabytes ont été vendus dans 15 février dans le Guardian, les grand nombre. Des façons de faire le monde en 2010, déjà traditionnellement utilisées de données qui sont ajoutés. Plus de chercheuses Danah Boyd et Alice qui, si elles ne sont pas nouvelles, en entreprise : solutions collabora- données numériques seront créées Marwick rassurent les parents montrent que les adolescents sont tives, d’informatique décisionnelle, de sécurité et de processus métiers. dans les cinq prochaines années que depuis la naissance de l’humanité. soit une hausse qui s’inquiéteraient de la nature publique des messages postés par finalement bien conscients du caractère public de leurs propos et Cette année, sur un budget informa- Nous allons donc avoir besoin de solu- de 72,1 % par rapport leurs enfants sur Twitter. Au-delà qu’ils adaptent leurs pratiques en à 2009. tique global de 80 milliards de dol- tions de cloud computing capables de l’utilisation de pseudos, les ado- conséquence. www.guardian.co.uk/ lars, une enveloppe de 20 milliards non seulement d’héberger ce volume lescents rédigent, pour la plupart, c o m m e n t i s fr e e/2 0 1 1 /fe b/1 5/ devrait être consacrée au cloud com- croissant d’informations mais aussi Source : Gartner, février 2011. des messages truffés de références tweeting-teens-twitter-public- puting. de les analyser et de les recouper. ou de codes, qui ne sont pas forcé- privacy4 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 5
  5. 5. la vie LES FAVORIS DE numérique EMMANUELLE ENcOUrAgEr GAGLIARDI lE TéléTrAvAil DIReCTRICe DU MAGAZINe L/ONTOP Parce que le télétravail reste moins développé dans la fonction publique que dans le Internet, première secteur privé, le gouvernement © BARBARA BUChMANNFrançois-Daniel Migeon a demandé au Conseil généraldireCteUr de LA direCtiON gÉNÉrALe de LA mOderNisAtiON de L’ÉtAt (dgme) source d’information de l’industrie, de l’énergie et des technologies de formuler,« noUs DeVons ÊTre PrÉsenTs d’ici à la fin du printemps, des 18-49 ans des recommandations 2DAySFOREVERlÀ oÙ sonT les inTernaUTes » opérationnelles et de les présenter aux syndicats. C’est un site tout nouveau autour d’une idée que je trouve formidable : celle de pouvoir enregistrer dès aujourd’hui, en ligne, un message pour quelqu’un   Selon une récente étude de BVA, les Français  de proche et de planifier sa mise a disposition pensent que les démarches administratives sont  plus simples aujourd’hui qu’en 2008. Qu’est-ce qui  UN NUAgE à la date de son choix, celle-ci pouvant même être post-mortem ! Également génial à utiliser en simple a permis de modifier l’image d’une administration  béNéfiqUE à coffre-fort numérique ! www.2day4ever.com  trop complexe et trop lointaine ?  L’évolution depuis 2008 montre que les efforts réalisés l’ENvirONNEmENT Le cloud serait-il bon pour MADAME POP AND KIDS par l’État portent leurs fruits : la complexité perçue par la planète ? C’est ce que révèle Je craque totalement sur la possibilité, offerte par les Français a ainsi baissé de cinq points sur l’ensemble ce site, de personnaliser des coussins, des housses de l’étude menée par Accenture et des dix événements de vie étudiés (« je perds mon auto- couette, des rideaux, des tapis, des panneaux japonais WSP Environment & Energy pour nomie », « je me loge »…), et plus particulièrement et même du carrelage avec… les dessins Microsoft. Les entreprises qui sur ceux pour lesquels des mesures d’ampleur ont été de ses enfants ! www.madamepopandkids.fr feraient le choix de migrer leur engagées par l’administration. Pour l’événement de vie messagerie électronique, leur « je cherche un emploi », le niveau de complexité est INTERDIT AUx HOMMES gestion de partage de contenu ainsi passé de 42 % en 2008 à 31 % en 2010, notamment grâce à la C’est mon petit chouchou parce que c’est moi et les outils au service de la mise en place du guichet unique Pôle emploi et au développement qui l’ai lancé en 2007. Il recense les réseaux de gestion de la relation client dans des services à distance (par téléphone ou par Internet). femmes existant en France, ceux qui permettent de le nuage réduiraient d’environ 30 % leur consommation s’entraider et d’avancer dans sa vie professionnelle.   La DGME dispose d’un compte sur Twitter et d’une page  Il donne l’agenda des rencontres, des conférences, d’énergie et leurs émissions sur Facebook. Pourquoi ? des ateliers. Bref, au quotidien, c’est un véritable outil de dioxyde de carbone. Aujourd’hui, près de 20 millions de Français utilisent les réseaux de travail ! www.interdit-aux-hommes.net Et plus l’entreprise est petite, © CORBIS sociaux. Cette communication 2.0 permet d’être au plus près des plus les avantages de passer usagers et de leurs attentes. En étant présents là où sont les inter- au cloud s’avèrent importants : nautes, nous pourrons améliorer l’accès aux services en ligne et leur Bien sûr, c’est un chiffre places sur la télévision. Entre une PME de 100 utilisateurs utilisation. Le développement de communautés d’entraide d’usagers à prendre avec des pincettes, 2002 et 2007, la part de son- constitue un premier exemple de la mise en place de ces synergies. pourrait ainsi diminuer jusqu’à 90 % l’empreinte carbone mais c’est la première fois dés qui citent le Net comme échOuer Nous allons aussi étudier comment le potentiel du web social pour- de son informatique. qu’une telle tendance est mesu- première source d’information pOur mIeux réussIr rait améliorer la coopération entre agents publics, comme nous rée. D’après une récente étude est passée de 24 % à 41 % en l’ont suggéré les étudiants du projet Eva primés lors du challenge menée par le Pew Research moyenne, quand la télévi- Célébrer l’échec : l’idée peut paraître Administration 2020. Center, 56 % des hommes âgés sion, même si elle conserve saugrenue. TechCrunch France, UlTrA hAUT DébiT de 18 à 49 ans ont indiqué qu’In- sa première place, n’est plus le cabinet d’avocats Kahn & Associés   La deuxième édition de cette compétition étudiante  La Corée du Sud, déjà ternet était devenu, en 2010, plébiscitée que par 66 % des et Microsoft France l’ont pourtant organisée par la DGME vient d’ailleurs de se terminer.  Quel  championne du monde des leur première source d’informa- personnes interrogées, contre projet vous a le plus étonné ?  connexions Internet rapides, tion, juste devant la télévision 82 % en 2002. Depuis 2001, le choisie comme thème central d’une Cette année, tous les projets finalistes étaient à la fois innovants et teste actuellement, dans (55 %), les journaux papier et Pew Research Center souligne conférence, organisée sur le modèle matures. Toutefois, l’équipe Double je, composée d’étudiants de 1 500 foyers, des lignes ultra la radio (21 % et 19 %). Selon la progression constante, chez des « FailCon » américaines. Créateurs l’École nationale des finances publiques et lauréate de cette édition, haut débit à 1 gigabit par le centre de recherche, même les 30-49 ans, de l’appétence de start-up et investisseurs sont venus apporte une véritable innovation dans le paysage de l’administration seconde. D’ici à la fin de l’année si ces tendances ne sont pour pour les infos diffusées sur en développant un projet de serious game*. Cet outil est encore trop 2012, tous les Coréens devraient l’heure observées que dans le web, et seuls les « grands y raconter pourquoi un bon projet peu utilisé dans la formation des agents de la fonction publique. être raccordés et profiter des cette tranche d’âge, elles « sont  événements » (11-Septembre, n’aboutit pas toujours, et comment * Ce projet de jeu vidéo à visée pédagogique a pour objectif de former les agents lignes les plus rapides au monde, assez largement susceptibles de  Katrina, guerre en Irak…) l’échec peut façonner des de la fonction publique qui sont au contact du public au référentiel Marianne pour un abonnement mensuel se généraliser ». Petit à petit, le remettent la télévision en selle entrepreneurs plus forts et plus avisés. d’amélioration de l’accueil de l’administration. d’environ 20 euros. web gagne d’ailleurs quelques dans cette compétition.6 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 7
  6. 6. TOus uNIs cONTre le phIshINg à lIRE PLUS DE NEWS SUR la viePour lutter contre la menace croissante mémOirE SANS fAillE RSLNmag.fr numériqueque représentent les sites de phishing, Vous rêvez d’en finir avectechnique qui consiste à usurper l’identitéd’un internaute ou d’un site web, Microsoft, les trous de mémoire ? Bienvenue dans le monde de Gordon Bell. En 1998, .FRPaypal et le Cert-Lexsi ont lancé, en France, ce chercheur en informatique Le musée de la Ville de New Yorkune plateforme de signalement dédiée. de Microsoft Research aEn moins d’une heure, et après vérification par lancé, avec Jim Gemmell,les équipes du Cert-Lexsi, les sites suspects sont le programme MyLifeBits, expose ses collections en lignebloqués dans Internet Explorer, ou fermés consacré à l’enregistrement et à la numérisation despar les autorités. www.phishing-initiative.com données personnelles. Une expérience scientifique dont il est devenu le propre objet. Après avoir numérisé toutLes jeux d’action dopent son passé (correspondance, photos, brevets, articles…), Gordon Bell décidel’agilité intellectuelle d’enregistrer ses souvenirs en direct et de tenir un véritable carnet de bord, un « lifelog » consignant le moindre instant de sa vie. Dans « Total Recall », © NICOLAS FReMIOT les deux chercheurs nous retracent l’aventure de cette « e-mémoire » supposée compléter la mémoire naturelle de l’homme. Ils en explorent les bénéfices attendus dans les domaines de la recherche, de la santé, de l’éducation, etc. Un exercice fascinant, à mi-chemin entre la prospective et la science-fiction. © MUSeUM OF NeW YORK CITY Total Recall, Gordon Bell et Jim Gemmel, Flammarion, collection Documents et essais, 2011, 22 ¤. écrAN OmNiPréSENT Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les écrans, de télévision puis d’ordinateur, ont envahi nos foyers. Pourtant, La pratique régulière des analyser ce qui s’y passait, alors que l’invention du cinémajeux vidéo peut avoir des effets répondre à des questions le plus est entrée dans la légende,inattendus. Une équipe de l’uni- rapidement possible. Résultat : les origines de l’écran de secondeversité de Rochester (États- en étant en mesure de collec- génération sont moins connues.Unis), dirigée par Daphne Bave- ter des informations visuelles Divina Frau-Meigs, sociologuelier, professeur au département et auditives de manière beau- des médias, comble cette lacunedes sciences cognitives, s’est coup plus efficace, les joueurs et nous fait plonger dans l’histoire Le musée de la Ville de New York peut naviguer dans le fond photo-ainsi intéressée à une catégo- étaient en moyenne 25 % plus de sa création. De l’artefact à l’écran abritait dans ses sous-sols la plus graphique par période, choisir de Ci-dessus, photos derie particulière des jeux vidéo : rapides que le groupe témoin immersif, voire prothèse, capable importante collection de photogra- visualiser les photos d’un artiste en Berenice Abbot (1898-1891).les jeux d’action (jeux de pla- pour prendre la bonne décision. de créer une sorte d’œil interminable, phies de la ville, près de 300 000 cli- particulier, ou revivre l’histoire d’un À gauche : Herald Squareteforme, de tir ou de guerre, Selon les chercheurs, le déve- l’auteur montre comment la chés datant de 1880 à aujourd’hui. quartier. « Nous allons enfin appar- pris depuis le balconpar exemple). Elle a mené une loppement de ces nouvelles technologie façonne le récit, les loisirs, Depuis le mois de décembre, 52 000 tenir au  xxi e siècle, explique ainsi au du deuxième étage de l’hôtelétude auprès de jeunes âgés de compétences permet non seule- nous faisant basculer d’une culture d’entre eux, dont certains n’avaient New  York  Times Susan Henshow McAlpin, à l’angle sud-est de Broadway et de la 34e rue.18 à 25 ans qui ne sont pas des ment de mieux jouer, mais aussi alphabétique dans une culture visuelle, jamais été dévoilés au public, ont Jones, la directrice du musée. Nous  À droite : la church of God,joueurs réguliers. Ils ont joué d’être un meilleur conducteur, dont il nous faut maîtriser les codes. été mis en ligne sur le site web du avons pris un virage à 90 degrés. » La à l’angle de la 25e rue Estpendant cinquante heures à des de pratiquer plusieurs activités Penser la société de l’écran, Dispositifs musée. Une application, encore à version définitive de l’application est et de la 132e rue.jeux d’action. Ils ont dû ensuite en même temps, ou encore de et usages, Divina Frau-Meigs, un stade expérimental, offre déjà attendue courant 2011. On a hâtese livrer à une série d’exercices se repérer plus aisément dans Presses de la Sorbonne nouvelle, une plongée fluide dans cent trente d’y être.simples : observer un écran, l’espace. collection Les Fondamentaux, 2011, 10 ¤. années d’histoire de la ville. On http://collections.mcny.org/8 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 9
  7. 7. PanoramiquesLa Gaîté lyriquereprend vie ! © MANUeLLe GAUTRAND ARChITeCTURe D’aucuns qualifieraient son histoire de mouvementée. Joyau du Second Empire, le célèbrethéâtre de Jacques Offenbach, inauguré en 1862, qui a accueilli par la suite les célèbres bal-lets russes de Diaghilev et les opérettes de Luis Mariano, était tombé dans l’oubli. Un parcd’attractions avait même été installé en ses murs, le temps d’une courte saison. En 2004, alorsqu’il est à l’abandon, le lieu est choisi par la mairie de Paris pour édifier le centre culturel deréférence dédié aux arts numériques et aux musiques actuelles. Endormie depuis vingt ans,la Gaîté lyrique rouvre enfin ses portes. On doit cette transformation spectaculaire à l’architecte Manuelle Gautrand. Du bâtimentd’origine, seuls subsistent la façade, le vestibule et le foyer historique. Les sept étages et les9 500 mètres carrés sur lesquels s’étend aujourd’hui l’immeuble flambant neuf ont été inté-gralement pensés pour s’adapter aux performances artistiques numériques : les plafonds, parexemple, sont équipés de haut-parleurs et de spots lumineux réglables individuellement, quipermettent de scénariser tout l’espace et font de l’immeuble un organisme réactif et intelligent. Deux salles de concerts, des espaces d’exposition, un auditorium, plusieurs studios decréation mis à la disposition des artistes, un centre de ressources documentaires… la Gaîtélyrique est composée d’espaces modulables et interconnectés, permettant de voir, d’entendre © PhOTOS : PhILIPPe RUAULTet de diffuser en simultané. L’ambition du lieu est clairement affichée : il se veut un « espace pluridisplinaire qui explore  Ci-dessus : des espaceset interroge la création à l’heure du numérique », souligne son directeur, Jérôme Delormas. d’exposition.“http://www.gaite-lyrique.net10 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 11
  8. 8. Pour l’ouverture, le collectif d’artistes Le réalisateur Yves Geleyn britanniques United Visual Artists a conçu a signé la première production une œuvre interactive qui propose une visite artistique du lieu : une vidéo ludique et immersive de la Gaîté lyrique. Utilisant qui propose une exploration la métaphore du panoptique, modèle architectural virtuelle de la Gaîté, carcéral imaginé à la fin du xviii e siècle pour aussi poétique que fantastique. observer les prisonniers à leur insu, l’installation À retrouver sur le site met en lumière une intelligence désincarnée, www.gaite-lyrique.net tour à tour mutine et effrayante. Du 21 avril au 27 mai, la Gaîté accueillera Matt Pyke, créateur du studio de design graphique britannique Universal Everything, pour une exposition intitulée « Matt Pyke & Friends : Super-Computer-Romantics ». Pour la première fois, l’artiste, entouré de complices, présentera une série d’œuvres ludiques et interactives, qui mêlent vidéos, installations visuelles et sonores, objets étonnants et portraits inattendus, dont nous vous dévoilons, en avant-première, quelques visuels. © UVA 2011 BY JAMeS MeDCRAFT - YVeS GeLeYN - MATT PYKe AND FRIeNDS12 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 13
  9. 9. À la unel’OPEN DATAET NOUS, ET NOUS, C’était un vendredi de février 2010. Le 5 précisément, en fin d’après-midi. Xavier Cinq ans après la ville de Washington, deux ans après l’État fédéral américain etET NOUS ? Crouan, directeur de l’information et son portail data.gov, qui doit beaucoup de l’innovation numérique de la ville de à Barack Obama, moins d’un an après le Rennes jette un œil à ses mails. L’un d’entre Royaume-Uni et son data.gov.uk, porté eux l’intrigue. Le patron des transports par Tim Berners-Lee, l’inventeur du web, de la communauté et par le quotidien The Guardian, c’est au urbaine y fait part tour de la ville bretonne de céder à la fièvre d’une demande inat- de l’Open data. Open data ? Libération des tendue émanant de données. Mais encore ?Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, les pays scandinaves   Kéolis, l’exploitant des bus et du métro Une révolution  et maintenant la France : la vague de l’Open data déferle sur le monde.   de la ville. Celui-ci qui nous concerne tous L’enjeu ? Le développement de multiples innovations sociales et économiques  suggère de mettre à disposition des admi- Au commencement étaient les donnéesgrâce à la mise en ligne des millions de données produites par l’administration.   nistrés l’ensemble des publiques produites par les services dePortées à la connaissance des citoyens, des chercheurs, des associations,   données qu’il possède l’administration, les collectivités territo- (détails du réseau, riales. Elles sont de toute nature et de plusdes entreprises, ces informations statistiques, géographiques, urbanistiques…  état du trafic, géo- en plus nombreuses : statistiques, géogra-peuvent devenir des mines d’or dès lors qu’elles sont retravaillées,   localisation des sta- phiques, urbanistiques, économiques… tions…). Les deux hommes gambergent, Ensuite, il y a leur numérisation, désor-croisées entre elles et mises en scène. Et ainsi contribuer à la création   dessinent les premiers contours du dispo- mais généralisée, et la possibilité de lesde nouveaux services tout en favorisant la transparence de l’action publique.   sitif à élaborer et réalisent très vite l’intérêt mettre en ligne via le Net. Enfin, la prise de d’une telle initiative pour une ville qui s’est conscience que tout ce matériel pourraitEnquêtE : PiErrE Bro. llustrations : laurEnt PariEnty toujours voulue à la pointe du numérique générer des choses formidables s’il était et de l’engagement citoyen. Le mardi sui- porté à la connaissance des citoyens, des vant, ils présentent une esquisse de projet chercheurs, des associations, des entre- au maire, Daniel Delaveau, qui leur donne prises… « Il existe trois moteurs principaux  son feu vert pour en annoncer le lance- au mouvement Open data, explique Daniel ment… deux jours plus tard. Au terme de Kaplan, délégué général de la Fondation huit mois de gestation, le 1er octobre, data. Internet Nouvelle Génération (Fing).  rennes-metropole.fr débarquait en ligne. L’amélioration de la connaissance,  ...14 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 15
  10. 10. … un service J’IMAGINE À la une de recherche d’appartements qui me permettrait, après que j’ai défini mes critères (surface de l’appartement, consommation énergétique, espaces verts alentour, etc.), d’être alerté dès que je passe … un outil de gestionJ’IMAGINE à proximité d’un bien susceptible pour les collectivités « la puissance de m’intéresser. Je n’ai plus qui, en agrégeant des données ouvertes comme celles de l’InSee, publique réalise qu’à me promener là où je veux vivre ! » – résultats électoraux, commerces, écoles... –, permettrait de mieux que l’information David Larlet, blogueur spécialiste des questions d’Open data (BioloGeek). comprendre les évolutions n’est pas un pouvoir qui s’opèrent au sein de chaque quartier (nombre d’habitants, mais une ressource, âge, aménagement, prix…), au même titre que et donnerait aux collectivités les moyens de mieux évaluer l’énergie. » leurs besoins en équipement. » Jean-Louis Missika, Bruno Walther, cofondateur de Captain Dash. adjoint au maire de Paris. ... par exemple  en  matière  de  compré- puissance publique réalise que l’information  York tout en mesurant leur contribution hension des territoires ; le besoin d’enrichis- n’est pas un pouvoir mais une ressource, au  environnementale, et Whoslobbying, sorte sement du débat citoyen grâce à une plus  même titre que l’énergie », décrypte Jean- d’agenda répertoriant les rendez-vous des grande transparence de l’action publique ;  Louis Missika, adjoint au maire de Paris, ministres britanniques avec tout ce qui peut la création de nouveaux services nés de la  qui a piloté le développement du portail ressembler à un groupe d’influence (indus- combinaison et d’une réutilisation originale  Open data de la capitale, mis en ligne le triels, syndicats…). de ces données. » 27 janvier dernier. Quant aux chiffres, ils font rêver : dans un récent rapport, La promesse d’avancées  Des applications   la Commission européenne chiffrait à dans la recherche  aux usages très variés  27 milliards d’euros les retombées écono- miques potentielles d’un développement La recherche d’une cohérence dans toutes Ces perspectives enthousiasmantes font significatif de l’Open data. Pas moins ! ces initiatives semble d’ailleurs préma- fleurir les superlatifs : « C’est une révolution  Alors, qu’en est-il réellement ? Comment, turée, et même inutile, aux yeux des aussi importante que l’arrivée de l’Internet  concrètement, ce « mouvement de libé- défenseurs de ce mouvement. « Bien sûr,  lui-même  », s’enflamme Bruno Walther, ration » prend-il forme ? La particularité certaines applications peuvent être consi- cofondateur de Captain Dash, une start-up de ce phénomène est son caractère diffus, dérées comme des gadgets. Mais nous n’en  qui fournit aux directions marketing un imprévisible et hétérogène. Pas facile, en sommes qu’au tout début », plaide Bruno tableau de bord dynamique permettant effet, d’établir une communauté d’ob- Walther, qui suggère de revisiter les pre- de croiser données internes (comme les jectifs entre l’application, pour le moins miers sites Internet, ceux qui furent créés ventes ou les stocks) et externes (géo- douteuse, vendue aux États-Unis par Been- il y a une quinzaine d’années. « Ce désordre  graphiques, sanitaires, météorologiques, verified.com, qui permet de localiser sur apparent peut devenir vertueux », assure politiques…), pour optimiser leurs cam- l’écran de son smartphone, par un système quant à lui Daniel Kaplan. Et de souligner pagnes. « C’est une rupture majeure, l’abou- de réalité augmentée, les adresses des que le secteur du transport constitue à lui tissement d’un mouvement de fond né il y a  délinquants sexuels répertoriées dans les seul un champ d’utilisation considérable quinze ans, qui a vu l’appropriation par tout  registres publics, et cette autre, développée pour l’Open data. Les applications dans un chacun des outils numériques dans un  en Grande-Bretagne, qui recense toutes ce domaine sont de plus en plus sophisti- monde désormais entièrement numérisé », les dépenses supérieures à 500 livres quées. Le jour n’est pas loin où l’on pourra renchérit Bernard Stiegler, philosophe des 326 collectivités territoriales. Entre savoir quel est, à l’instant T, le meilleur et directeur de l’lnstitut de recherche et Treesnearyou, qui localise et décrit cha- moyen – du point de vue de la rapidité, d’innovation du centre Pompidou. «  La  cun des 500 000 arbres de la ville de New- de la sécurité, de l’empreinte ... 16 premier trimestre 2011 premier trimestre 2011 17

×