Your SlideShare is downloading. ×
telecom • internet • media                             DigiWorld                             Yearbook 2010                ...
DigiWorldYearbook 2010        Que retenir de 2009        pour parler du futur             laube de léclatement de la bulle...
Préface                                                          Francis LORENTZ, Président, IDATEL      a bulle financièr...
et de mieux les contrôler. De consommateurs           facilite l’émergence d’innombrables vocations                 passif...
l’innovation, imposent des modèles nou-                garantir la qualité de service requise par desveaux ; les initiativ...
Sommaire                       Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....
Partie 2 : Chronique DigiWorldJanvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...
8DigiWorld 2010       Introduction                                    Introduction
L     ’année 2009 aura naturellement com-                En particulier, les grandes tendances que     mencé sous le signe...
radical des pratiques des consommateurs           compagner des interrogations sur l’externali-                 dans l’usa...
leurs clients de passer rapidement à des           soutenir la croissance du trafic de l’Internetoffres données. À cette é...
économiques qui le sous-tendront. Parallè-         papier), de la santé (à quand la généralisa-                 lement à u...
sance, soutenue par l’extension continue de               numérique. Toutefois la pression n’est pasla population des inte...
niques. Plus profondément, l’Internet a           tralité“. Un débat souvent confus mais parti-                 considérab...
le déploiement des accès à très haut débit en    fait, aujourd’hui, très diverses quant auxfibre optique demeure en début ...
réseaux sociaux ont également poursuivi leur     gies d’agrégation, Facebook, comme les                 croissance comme L...
la crise6. Elle allait en quelques mois faire      les grandes tendances et les principauxvaciller les valeurs des premièr...
DigiWorld 2010        Le DigiWorld dans l’économie                 18
I   Le DigiWorld    dans l’économie                      19                      www.idate.org
DigiWorld 2010        Le DigiWorld dans l’économie                 20                                                     ...
n 2009, les marchés du DigiWorld ont          tisfaits dans une grande partie du monde, enE   baissé de 1,6 % en valeur, à...
1                                   qui augmente très fortement. C’est ce qu’on        couches aval, de plus en plus en in...
d’affaires mais là, il s’agit d’une caractéris-   résister plutôt bien à une détérioration detique qu’il partage avec nomb...
1.1                               Dynamiques comparées                               Des rythmes convergents              ...
Une croissance relative qui se dégrade en Amérique du Nord…Évolution annuelle comparée du PIB courant et des marchés du Di...
1.2                               Les investissements en TIC                               Nécessité fait loi             ...
Chute de l’investissement des entreprises aux États-Unis : les TIC ont mieux résisté...Taux d’investissement productif pri...
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE

3,666

Published on

À l'aube de l'éclatement de la bulle technologique, l'IDATE publiait, en 2001, son
premier DigiWorld Yearbook. 2010 : dixième édition de cet atlas du monde
numérique, au sortir également d'une crise, non plus sectorielle cette fois, mais qui
a touché et secoue encore presque tous les secteurs économiques.
L’impact de la conjoncture, plus ou moins sensible selon les secteurs et les marchés de l’industrie numérique, n’a pas pour autant figé l’effervescence qui les caractérise.
Le DigiWorld Yearbook reste un outil irremplaçable pour
qui veut trouver sous une
forme synthétique et accessible
un rappel des principaux
évènements de l’année, les
derniers chiffres sur les marchés
et leurs acteurs, et les
grandes tendances au niveau
international vues par les
experts de l’IDATE.

Published in: Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,666
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
97
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE"

  1. 1. telecom • internet • media DigiWorld Yearbook 2010 e 10èm édition Les enjeux du monde numérique w w w. i d a t e . o rg
  2. 2. DigiWorldYearbook 2010 Que retenir de 2009 pour parler du futur laube de léclatement de la bulle technologique, lIDATE publiait, en 2001, son À premier DigiWorld Yearbook. 2010 : dixième édition de cet atlas du monde numérique, au sortir également dune crise, non plus sectorielle cette fois, mais qui a touché et secoue encore presque tous les secteurs économiques. L’impact de la conjoncture, plus ou moins sensible selon les secteurs et les marchés de l’indus- trie numérique, n’a pas pour autant figé l’effervescence qui les caractérise. Le DigiWorld Yearbook reste un outil irremplaçable pour qui veut trouver sous une forme synthétique et accessi- ble un rappel des principaux évènements de l’année, les derniers chiffres sur les mar- chés et leurs acteurs, et les grandes tendances au niveau international vues par les experts de l’IDATE.
  3. 3. Préface Francis LORENTZ, Président, IDATEL a bulle financière et la prospérité artifi- Twitter, nous basculons d’un monde de la cau- cielle qui l’a accompagnée ont masqué salité à celui des corrélations statistiques, d’un l’efficacité déclinante de nos économies monde analytique vers un monde oral, tactileoccidentales. Le vieillissement de la popula- et émotionnel, d’un monde séquentiel vers untion, un certain “hédonisme“, la prise en monde de l’instantanéité, d’un monde hiérar-compte progressive des enjeux écologiques, chisé à un monde tribalisé.le principe de précaution, les complexités Sans doute ne mesurons-nous pas encorebureaucratiques en sont sans doute pleinement la portée des changements intro-quelques-unes des causes. duits par ce développement de l’ubiquitéPar ailleurs, les règles du jeu qui gouvernent nos informationnelle et ce retour en force du cer-marchés et nos égoïsmes collectifs nous ont veau droit par rapport au cerveau gauche.poussés à préférer le court terme à la prépara- Mais les générations d’“Internet-natives“ ettion de l’avenir, et à privilégier, trop souvent, la de “i-Phone-natives“ sauront tirer parti deprotection des situations acquises au détriment ce bouleversement de nos “Operatingde l’innovation et des remises en cause qui l’ac- Systems“ collectifs et individuels.compagnent. En témoignent la décroissance Dès à présent les règles qui gouvernent lades investissements industriels, le retard pris création de richesse ne cessent de se diversi-dans les mutations de l’enseignement supérieur fier. C’est l’agilité qui semble l’emporter sur laou encore l’incapacité de l’Europe à atteindre taille si l’on en juge par la rapidité avecles objectifs qu’elle s’était fixés il y a dix ans à laquelle les innovateurs de l’Internet ont suLisbonne en matière de société de l’informa- s’imposer dans l’espace nouveau du commer-tion. En contrepoint de cette évolution, le dyna- ce électronique. Et pourtant, à l’inverse, lesmisme des économies dites émergentes a exigences des régies publicitaires conduisentamorcé un déplacement du centre de gravité de à privilégier la recherche d’audience, c’est-à-la création de richesse réelle. dire la taille exprimée en nombre de visiteurs PréfaceFace à ce constat, l’innovation s’impose uniques d’un site. C’est la gratuité qui estcomme une priorité absolue. C’est par l’inno- devenue la référence car tout ce qui est numé-vation et par l’invention de nouveaux modèles risé ne coûte rien à reproduire. Pour financerde croissance que nous pourrons échapper à les investissements – technologie, infrastruc-un lent glissement vers le statut de réserves tures, contenu – qui sont sous-jacents à la 3touristiques. C’est par elles que nous pourrons dynamique numérique, les meilleurs de www.idate.orgnous différencier, créer de la richesse, mieux l’Internet imaginent des modèles différents demaîtriser notre consommation d’énergie ou rémunération qui prennent en compte l’appé-notre relation à l’environnement. Or ce sont les tence pour la gratuité : financement par laréseaux, l’Internet et, plus généralement, les publicité, référencement payant, freemium...technologies de l’information qui sont au Dans cet espace numérique, les consomma-cœur, d’une manière ou d’une autre, du foison- teurs ont pris une dimension nouvelle. Ilsnement d’idées, de produits, de services ou de sont non seulement dotés des moyens demodèles économiques auquel nous assistons. comparer instantanément toutes les offresLa combinatoire de l’Internet mobile, du Cloud du marché, mais peuvent aussi entrer dansComputing, de l’Internet des objets, constitue des systèmes d’échanges directs voire deune étape décisive de l’évolution vers l’écono- troc avec leurs semblables. L’analyse indivi-mie de l’immatériel et la société de l’informa- dualisée de leurs profils et de leurs compor-tion. Avec Google, l’iPhone, Facebook et tements permet à la fois de mieux les servir
  4. 4. et de mieux les contrôler. De consommateurs facilite l’émergence d’innombrables vocations passifs ils se transforment souvent en de jeunes entrepreneurs. acteurs, collaborateurs des fournisseurs ou Les leaders de l’industrie, de leur côté, ont créateurs de contenus. compris le parti à tirer de cette dynamique La saturation d’informations et de sollicita- créative. Au-delà du mouvement, déjà ancien, tions confère une importance croissante aux d’acquisition systématique de start-up pour médiations et intermédiations de toutes alimenter leur portefeuille de technologies et natures. Moteurs de recherche, guides d’innovations, ils apprennent à coopérer avec d’achat, réseaux sociaux ne cessent d’évo- les libertaires des systèmes ouverts ou des luer pour aider à trouver l’information perti- communautés d’internautes pour faire évo- nente, rassurer et guider au milieu de la luer leurs offres. Ils ne cessent d’investir dans confusion, organiser la manière dont nous la constitution d’écosystèmes qui assurent percevons la réalité, faciliter la constitution l’enrichissement de leurs offres grâce à la col- de nouvelles formes de tissu social. laboration en réseau. Ce monde structuré par les réseaux et C’est cet exceptionnel potentiel d’innovation l’Internet foisonne d’opportunités pour ceux autour des réseaux, de l’Internet, des techno- qui veulent et qui savent en exploiter les res- logies de l’information en général, qui consti- sources, pour ceux qui ont compris que l’in- tue sans doute la meilleure opportunité d’une novation permanente, au cœur du processus sortie de crise qui ne soit pas un simple retour de création de valeur, obéit de moins en aux modèles du passé. Nous avons les moyens moins aux logiques traditionnelles. d’inventer un avenir différent. Saurons-nous, Les innovations de toute nature, ne correspon- en Europe, saisir cette opportunité ? dent plus, pour une large part, aux résultats de Le bilan des dix dernières années apparaît, à travaux de recherche secrètement mûris dans cet égard, plutôt contrasté. Les Européens les laboratoires de quelques grands groupes. ont certes su s’imposer dans la bataille mon- La hiérarchie s’est inversée : l’innovation est diale de l’innovation grâce à leur accord his- désormais tirée par les consommateurs. C’est torique autour du GSM. Nos pays ont prisPréface leur besoin de mobilité, leur préférence pour une place plus qu’honorable dans la mise en l’image et le toucher, leur besoin de lien social, œuvre du haut débit fixe. C’est un Européen, qui font le succès d’Apple, de YouTube ou de Linus Thorvald, qui a lancé Linux. Il y a bien Meetic. Ce sont des consommateurs, devenus d’autres exemples de notre capacité à 4 actifs, qui participent à l’évolution des grands prendre la tête du mouvement. Mais aucun sites de commerce électronique ou contri- des leaders mondiaux de l’Internet, aucuneDigiWorld 2010 buent à l’enrichissement de Wikipedia. des plateformes mondiales d’intermédiation Dans le même temps, l’accès à l’innovation, numérisée ne sont européens. qu’elle soit technologique, marketing ou écono- Alors, comment transformer cette sortie de mique, s’est considérablement banalisée. crise en rebond et inventer de nouveaux res- Internet diffuse et mutualise instantanément sorts et de nouveaux modèles de croissance ? l’innovation. Il permet à chacun de puiser dans Il n’y a, bien sûr, pas de réponse simple, mais une bibliothèque universelle de connaissances, quelques priorités me paraissent s’imposer. d’expériences et d’idées. Il favorise la constitu- Au premier rang de celles-ci, le décloisonne- tion de réseaux de compétence indépendants ment et la collaboration, que ce soit entre des structures économiques ou administratives. grandes entreprises et start-up, entre entre- Allant plus loin, le partage de l’intelligence peut prises et universités, entre secteur public et conduire à ce chaos organisé qu’illustre le phé- secteur privé, entre industriels et financiers. La nomène de l’Open Source. Dans tous les cas, il diversité, la rapidité, la complexité actuelle de
  5. 5. l’innovation, imposent des modèles nou- garantir la qualité de service requise par desveaux ; les initiatives prises en ce sens en usages professionnels et domestiques de plusFrance avec les pôles de compétitivité sont en plus exigeants, comme la vidéo haute défini-exemplaires. Encore faudrait-il concentrer au tion ou la santé. S’y ajoutera l’impact du déve-maximum les ressources publiques de toute loppement de programmes destinés à rendrenature sur les meilleurs de ces pôles. Mais ce “intelligentes“ les grandes infrastructures. Toutdécloisonnement bien sûr, en raison de la cela impose des investissements considérablestaille des marchés, n’a de sens qu’à l’échelle qui n’iront pas sans partenariats entre collectivi-de l’Europe. Pourquoi ne pas élargir cette tés publiques et opérateurs et, peut-être, sansdémarche en identifiant et organisant des une approche nouvelle des modalités d’utilisa-pôles européens à vocation transnationale ? tion et de tarification des réseaux.Deuxième priorité, les jeunes pousses ou Cinquième priorité, le renforcement des perfor-gazelles : ce sont elles qui, par leur créativité mances de l’enseignement supérieur. La capaci-et leur agilité, ont le plus de chance de té à créer de la valeur par l’innovation dépendconquérir les nouveaux espaces technolo- largement de la qualité et de la quantité desgiques et économiques. Leur financement diplômés de quelques filières de l’enseigne-risque de souffrir du durcissement des règles ment supérieur. Même si le classement des uni-prudentielles du système financier, d’une remi- versités établi par l’Université de Shanghai estse en cause, imposée par la situation budgé- très discutable, il n’en reste pas moins significa-taire, des avantages fiscaux dont elles ont pu tif (révélateur ?) d’un retard européen dans cebénéficier et, de manière générale, de la plus domaine. Des mesures courageuses ont étégrande difficulté d’obtenir, en Europe, une prises, en France, au cours de ces deux dernièresrémunération de la prise de risque compétiti- années. Mais l’effort financier, culturel et poli-ve (comparable ?) avec celle que l’on peut tique à réaliser pour que nous figurions dans leespérer aux États-Unis. peloton de tête mondial, est considérable.Troisième priorité, faire de l’Internet le système Enfin, il est évident que les programmes denerveux des grandes infrastructures qui déter- recherche constituent une des clés de l’avenir Préfaceminent notre cadre de vie et notre niveau de à moyen/long terme. Et cela vaut notammentperformance économique : santé, transports, pour l’Internet lui-même, dont l’évolutionprotection de l’environnement, gestion de incrémentale ne suffira bientôt plus à répondrel’énergie. Ces infrastructures peuvent être ren- aux besoins. Complexité d’une architecturedues intelligentes, c’est-à-dire beaucoup plus conçue il y a plus de trente ans et qui a évolué 5performantes, par la re-conception totale de leur par additions successives, exigences de qualité www.idate.orgfonctionnement et de leur optimisation autour de service supérieures au “best effort“ actuel,de l’Internet et de son environnement applicatif. niveaux de confiance et de sécurité, autant deC’est sans doute là un domaine privilégié d’ini- sujets critiques qui sont déterminants pourtiative pour les pouvoirs publics, et particulière- l’avenir du Web et de son rôle de système ner-ment à l’échelle européenne. Car dans la phase veux de nos sociétés. C’est un enjeu majeur,actuelle, ce sont, répétons-le, les usages qui qui devrait devenir l’objet d’une grande ambi-tirent l’innovation et c’est à travers eux que l’in- tion européenne, inscrite bien sûr dans untervention publique et la coopération européen- réseau de partenariats mondiaux.ne peuvent se révéler les plus efficaces. La sortie de crise peut sembler hésitante. ÀQuatrième priorité, les infrastructures de télé- nous de la confirmer et de l’accélérer encommunications. Nous sommes confrontés à la exploitant toutes les opportunités créées parfois à la croissance exponentielle du recours à l’accélération du cycle d’innovation autour desl’Internet fixe ou mobile et à la nécessité de technologies et services de l’information.
  6. 6. Sommaire Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Partie 1 : Atlas DigiWorld Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 Chapitre 1 : Le DigiWorld dans l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 1. Dynamiques comparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 2. Les investissements en TIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 3. La production des TIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 4. Les valeurs TIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30 Chapitre 2 : Marchés et acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 1. Les marchés du DigiWorld par secteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 2. Services télécoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 3. Équipements télécoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 4. Services informatiques et logiciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 5. Équipements informatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 6. Services de télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 7. Électronique grand public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50 8. Les marchés de l’Internet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 Chapitre 3 : Le DigiWorld par région . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 1. Les marchés du DigiWorld par région . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 2. Les marchés du DigiWorld en Amérique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 3. Les marchés du DigiWorld en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 4. Les marchés du DigiWorld en Asie/Pacifique (1/2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 5. Les marchés du DigiWorld en Asie/Pacifique (2/2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68 6. Les marchés du DigiWorld en Amérique latine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 7. Les marchés du DigiWorld en Afrique et au Moyen-Orient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72Sommaire Chapitre 4 : Accès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 1. Téléphonie fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 2. Téléphonie mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 3. Internet fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 6 4. Terminaux mobiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86 5. Le satellite, réseau d’accès télécom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88DigiWorld 2010 6. La convergence fixe - mobile dans les entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90 7. Le Cloud Computing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92 8. Concentration et consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94 Chapitre 5 : Services et contenus grand public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 1. TV : la migration Internet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102 2. Vidéo : après la haute définition, la 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104 3. Jeux vidéo : toujours plus universels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106 4. L’irrésistible croissance de la publicité en ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108 5. Web 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 6. Le foyer numérique, enfin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 7. Internet mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 8. IPTV sur FTTx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116 9. Usages des TIC : les quatre scénarios de l’IDATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118
  7. 7. Partie 2 : Chronique DigiWorldJanvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122 Deutsche Telekom s’allie avec EdgeCast sur le marché du CDN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123Février . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124 Time Warner se sépare d’AOL - Comcast rachète Universal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125Mars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126 L’heure de la VoIP mobile a-t-elle sonné ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127Avril . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128 Hulu : Disney rejoint News Corp. et NBC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129Mai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130 Google lance Google Wave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131Juin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132 Le rôle des pouvoirs publics en faveur des déploiements FTTH/B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133Juillet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134 Les premiers déploiements LTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135Août . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136 Livre électronique : et maintenant les consoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137Septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138 L’e-commerce en forte progression, malgré (grâce à ?) la crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139Octobre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140 Les terminaux mobiles de nouvelle génération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141Novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142 Le nouveau “Paquet Télécom“ européen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143 SommaireDécembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .144 Globalisation du marché des chaînes de télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145Données pays Allemagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148 Espagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149 7 France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150 www.idate.org Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151 Royaume-Uni . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152 Russie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153 Brésil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154 États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155 Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156 Corée du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157 Inde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158 Japon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159Annexes Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161
  8. 8. 8DigiWorld 2010 Introduction Introduction
  9. 9. L ’année 2009 aura naturellement com- En particulier, les grandes tendances que mencé sous le signe de la crise, les deux nous avions développées dans notre intro- premiers trimestres faisant ressortir, à duction du DigiWorld Yearbook 2009 se sontpeu près partout dans le monde et dans poursuivies. En caricaturant, on pourrait direpresque tous les secteurs du DigiWorld, une que le consommateur occidental a continuédétérioration plus ou moins brutale des de voter pour l’iPhone et son App Store, pourventes. Le troisième trimestre et surtout le la vidéo sur le Web et le moteur de recherchequatrième ont fait apparaître les signes d’un de Google, et pour les réseaux sociaux àpremier rétablissement, notamment à tra- commencer par Facebook. Dans les paysvers les investissements publicitaires et les émergents, la croissance des mobiles s’estterminaux mobiles, deux secteurs qui avaient poursuivie à un rythme soutenu, faisantété très tôt sensibles à la dégradation de la croître les enjeux autour de certains groupes.conjoncture. C’est donc dans le déroulement de ces ten-Par-delà cet environnement, on ne gardera dances que nous commenterons l’année pas-en mémoire de l’année écoulée que peu de sée et que nous esquisserons les enjeuxgrands événements ou d’annonces spectacu- de 2010.laires. Contrairement à l’année 2008 qui Enfin, dix ans après la publication par l’IDATEavait vu le lancement de l’App Store et du premier DigiWorld Yearbook, nous termi-d’Android. Contrairement aussi aux pre- nerons en rappelant l’extraordinaire trans-mières semaines de 2010 qui ont été l’occa- formation du paysage auquel nous avonssion de voir le premier mobile Google, la pré- assisté au cours de la décennie passée.sentation de l’iPad par Steve Jobs, ou encorel’annonce du succès à venir de la 3D avec la L’Internet mobile devient dominant danssortie d’Avatar. le trafic géré sur les réseaux mobilesToutefois, malgré la conjoncture très dépri- Ce n’est pas le premier Yearbook où nousmée à travers le monde, l’effervescence tech- évoquons l’Internet mobile. Ainsi nous Introductionnologique, industrielle et sociale qui caracté- avions clairement identifié l’année dernièrerise l’économie numérique ne s’est pas figée. dans le succès de l’iPhone un changement Croissance du trafic mobile en Europe 9 www.idate.org Source Vodafone (HY results presentation, Nov. 2009)
  10. 10. radical des pratiques des consommateurs compagner des interrogations sur l’externali- dans l’usage de leur mobile. Malgré la crise, sation d’une partie des infrastructures aux les smartphones ont poursuivi leur croissan- équipementiers, sur la négociation d’accords ce au sein du parc des abonnés mobiles sur de mutualisation avec un concurrent quand les marchés occidentaux. L’iPhone et le ce n’est pas sur l’opportunité de fusionner BlackBerry en ont été les principaux bénéfi- comme on l’a vu récemment avec les joint- ciaires. Mais Google a vu tous les autres ventures opérées à l’initiative d’Orange en fournisseurs de terminaux, à l’exception de Suisse et au Royaume-Uni. Nokia, réagir en utilisant son OS Android. Sur un autre plan, l’équation économique À ce jour, cela ne suffit pas à assurer un suc- des opérateurs pour conserver leur capacité cès. D’où probablement la tentative de de croissance et leur marge se complique. On Google d’aller plus loin en concevant sa ne sait pas encore très bien si les aménage- propre interface usager sur Android. En ments pour faire face à l’explosion des trafics attendant, l’iPhone a considérablement ren- passent par une augmentation significative forcé son pouvoir auprès des développeurs de leur effort d’investissement. L’accent a été avec plus de 3 milliards de téléchargements mis ces derniers mois sur les solutions de sur l’App Store et 150 000 applications dis- continuité qu’offraient les fournisseurs pour ponibles. passer progressivement de la 3G+ au LTE, Ce qui a franchement changé en 2009, c’est le dans un environnement où l’impact des équi- fait que pour beaucoup d’opérateurs occiden- pementiers chinois contribue à faire baisser taux, le trafic données est devenu dominant les prix. Il est néanmoins probable qu’il y ait sur leurs réseaux au point de générer des pro- là matière à une différenciation des opéra- blèmes de congestion dans certaines grandes teurs fondée sur les caractéristiques de leurs agglomérations. Longtemps restés plutôt fri- réseaux et leur pouvoir de négociation. En leux vis-à-vis des perspectives d’un Internet sus des efforts supplémentaires en Capex qui mobile, les opérateurs ont constaté que l’en- pourraient être consentis, les opérateursIntroduction gouement des consommateurs pour l’iPhone, européens sont confrontés à une baisse ou combiné avec des forfaits ad hoc, générait au mieux à une stagnation de leur chiffre une dynamique irrésistible. Ils se retrouvent d’affaires et de leur marge sous l’effet de la d’une certaine façon en terrain connu avec saturation du marché de la téléphonie mobi- pour challenge de faire face à la croissance du le et des dispositions réglementaires. Par10 trafic et aux besoins de débit. Les bons ailleurs, si aujourd’hui et pour l’essentiel, la réglages sont complexes. Il leur faut profiter voix sur IP ne les concurrence qu’à travers les des dernières générations des équipements accès fixes, la pression devrait se renforcerDigiWorld 2010 HSPA+, renforcer leurs réseaux de backhau- avec l’Internet mobile. On ne sait pas encore ling, tester les premières solutions LTE1 avant aujourd’hui si les solutions des telcos de VoIP de décider de leur mise en œuvre, définir des sur mobile du type IMS vont jouer un rôle architectures mixtes assurant la continuité de dominant (à l’instar d’une certaine façon des couverture à moyen débit et l’offre de hots- solutions voix sur large bande fournies par pots à haut et très haut débit, compter avec les boîtiers ADSL des opérateurs fixes) ou si les options hybrides de type Wifi ou femto- le LTE s’accompagnera de quelques stan- cell… Beaucoup vont devoir se déterminer dards de VoIP extérieurs aux opérateurs. dans l’acquisition de nouvelles fréquences Dans tous les cas, face à l’effritement des résultant du “dividende numérique“, des recettes du modèle économique historique bandes réservées en 2,6 GHz, ou de la redis- du secteur – la facturation de la voix à la tribution des fréquences GSM (900 MHz et minute – et pour conserver leurs revenus, les 1 800 MHz). Tous ces choix doivent aussi s’ac- opérateurs doivent convaincre la majorité de
  11. 11. leurs clients de passer rapidement à des soutenir la croissance du trafic de l’Internetoffres données. À cette équation de base mobile, une seconde préoccupation majeures’ajoutent d’autres éléments largement réside dans l’émergence dans les mois àdébattus au cours de l’année 2009. D’abord venir d’une véritable concurrence face àla question tarifaire : comment élargir la l’iPhone et à son App Store.clientèle des internautes mobiles en propo- Apple et RIM, qui sont restés en 2009 lessant des forfaits simples et rassurants, tout vraies références, peuvent en effet s’attendreen segmentant de façon efficace le marché à rencontrer une résistance plus vive enpour tenir compte des différences de pra- 2010. D’abord on devrait voir augmenter latiques, de perception et de pouvoir d’achat, part de marché des terminaux Android,et tout en se préservant des phénomènes de désormais supportés – à titre exclusif ou noncongestion du réseau à certaines heures ? – par un grand nombre de fournisseurs. OnDéjà, Vodafone a permis à sa filiale espagno- pourra aussi analyser en fin d’année lesle d’expérimenter pour les abonnés profes- conséquences du Nexus One de Google. Onsionnels une offre leur donnant la priorité devrait aussi pouvoir commencer à se fairedans les ressources partagées des stations une petite idée sur les annonces faites enradio. On imagine les liens qui ne manque- début d’année 2010 : la toute nouvelle pla-ront pas d’être faits avec le débat sur la teforme Windows Mobile 7, l’alliance de“Net neutralité“. Nokia avec Intel, le nouvel OS avec lequelCe sujet n’est pas sans relation non plus avec Samsung va équiper certains de ses smart-les perspectives que gardent les opérateurs phones.de disposer de ressources complémentaires Il reste aussi à voir si les alliances entre opé-provenant des applications consommées. rateurs sauront établir un rapport de forceEntre le modèle de l’App Store d’un côté et débouchant sur une certaine standardisationcelui de Google privilégiant son moteur de d’une plateforme offerte aux développeursrecherche et ses propres applications de indépendamment des terminaux du marché. Introductionl’autre, ces perspectives ne sont pas évi- Car dans cette bataille, il y au moins deuxdentes. Au-delà des différences de focalisa- enjeux, conformément aux caractéristiquestion et de métier, les opérateurs doivent de marché biface (“2-sided market“) decomposer avec leurs présences géogra- l’Internet mobile. Le premier est au niveauphiques souvent restreintes, tandis que les des développeurs qui ont massivementgrands acteurs du Net peuvent être à l’initia- adhéré à l’App Store d’Apple et que les 11tive sur tous les marchés de la planète. Il autres plateformes doivent absolument www.idate.orgparaît néanmoins probable que les opéra- séduire. Le deuxième réside dans l’interfaceteurs pourront trouver des marges d’initia- utilisateur dont la référence est l’approchetives et faire valoir leur rôle de distributeurs “verticalisée“ et fermée de l’iPhone et duen valorisant la relation contractuelle qu’ils BlackBerry. C’est cette voie que sembleconservent avec leurs clients, les données sur suivre Microsoft tandis que Google, qui avaitleurs comportements, et la qualité des accès fait le pari d’une plateforme ouverte auxdont peuvent bénéficier les applications. développements des interfaces usagers desCela leur sera d’autant plus facile qu’il y aura fabricants de terminaux Android, paraîtune certaine diversité dans les plateformes aujourd’hui hésiter.d’agrégation de contenus et une réelle Mais, imbriquées dans ces enjeux industriels,concurrence sur le marché des terminaux. des questions plus fondamentales concer-Si 2010 devrait nous permettre de mieux nent la taille du marché des applications deappréhender la capacité des opérateurs à l’Internet mobile ainsi que les modèles
  12. 12. économiques qui le sous-tendront. Parallè- papier), de la santé (à quand la généralisa- lement à une extension des couvertures 3G, tion d’applications de contrôle à distance et on peut s’attendre à une certaine “démocra- d’autodiagnostic ?)... tisation“ des terminaux mobiles multimé- D’autre part, comme sur le Web mais avec dias. Cela devrait favoriser un élargissement des atouts particuliers (notamment liés à la rapide du marché de l’Internet mobile à la localisation), la publicité sous différentes majorité des consommateurs dans les pays formes devrait aussi jouer un rôle croissant. occidentaux. Cela devrait aussi créer un nou- Tous les acteurs s’y préparent. On aura ainsi veau marché dans les pays émergents, qui vu en 2009 Google et Apple acquérir deux ont manifesté leur appétit pour l’Internet et spécialistes de ce marché, respectivement les applications innovantes. C’est plus diffici- AdMob et Quattro Wireless. le de faire des hypothèses fermes sur le bud- Quelles que soient les incertitudes sur la get que le consommateur est prêt à consa- vitesse de généralisation de l’Internet mobi- crer aux différentes applications qui lui le, sur l’organisation de sa chaîne de valeur seront offertes, après s’être acquitté de son et sur ses grands gagnants, il y a là une com- abonnement d’accès. Face aux limites de posante essentielle de l’Internet du futur et l’extension du budget des consommateurs, il de l’industrie numérique. On nous permettra faut intégrer le phénomène de destruction de regretter ici que l’Europe, qui avait su créatrice propre à l’Internet et imaginer les avoir un rôle de leader en téléphonie mobile revenus alimentés pour partie par transfert : avec le GSM, ne soit pas apparue en 2009 des jeux vidéo, comme on le voit dans les plus à l’initiative des transformations que “success stories“ sur l’App Store, des ser- nous avons rapidement décrites. vices financiers, de la musique et de la vidéo, de la distribution (les transactions depuis un De plus en plus de vidéo sur l’Internet mobile ont triplé sur eBay en 2009), de la Encore largement dominé par le flux des presse et de l’édition (Amazon a vendu à accès fixes, l’Internet voit son trafic pour-Introduction Noël dernier plus de livres en version élec- suivre sa croissance spectaculaire : entre 40 tronique pour son Kindle que de livres et 60 % par an selon les études. Cette crois- Perspectives d’évolution du trafic Internet dans le monde12DigiWorld 2010 Source Cisco
  13. 13. sance, soutenue par l’extension continue de numérique. Toutefois la pression n’est pasla population des internautes, trouve un fac- prête à se relâcher. Les chaînes vont devoirteur d’accélération par la présence de plus défendre leurs audiences, leurs programmes,en plus importante de la vidéo dans les leurs marques et leurs recettes, dans unusages du Net. Cisco, qui y voit depuis plu- contexte où la consommation est de plus ensieurs années le phénomène majeur de plus “délinéarisée“, personnelle et éclatéetransformation de l’Internet, annonce une sur de multiples écrans fixes et mobiles. Facepart de 90 % du trafic à l’horizon 2013. à des agrégateurs puissants, la maîtrise desChaque jour en 2009, un milliard de vidéos droits sur les programmes est devenue unont été visionnées sur YouTube. Le phénomè- élément stratégique. À cet égard, il sera inté-ne de la vidéo sur le Net ne se réduit pas à ressant de suivre dans les mois qui viennentune consommation de curiosité, limitée aux la stratégie vidéo qu’Apple va associer à lavidéos du buzz ou au contraire aux produits sortie de son iPad ou la nature des accordsrares de la “long tail“. Elle intègre pour une passés par les fabricants des téléviseurspart significative le téléchargement ou la connectés.consommation en streaming des grandes Le Net doit aussi supporter la généralisationséries télévisuelles. Cela se fait souvent dans de la vidéo sur les sites, sur les plateformesl’ignorance des droits associés à ces produc- d’échanges que constituent les réseauxtions. Cela se fait aussi de façon croissante à sociaux, les applications de vidéoconférencetravers les sites “légaux“ des grands studios et les échanges interpersonnels (plus du tierscomme Hulu (plusieurs centaines de millions des communications téléphoniques de Skypede vidéos par mois), ou à travers les services seraient accompagnées d’un échange vidéo).de catch-up TV des réseaux câblés, des opé- Dans ce contexte, on a prédit déjà depuis derateurs d’IPTV ou des chaînes de télévision. nombreuses années l’écroulement deJusqu’alors l’audience des grandes chaînes a l’Internet. Heureusement à tort. En fait, lesété moins bouleversée par ces phénomènes capacités mises à la disposition des inter- Introductionque par la multiplication des chaînes asso- nautes n’ont cessé d’augmenter en profitantciée aux nouveaux paysages de la diffusion des progrès des technologies optoélectro- Les principaux opérateurs de backbone (“Tier 1“) 13 www.idate.org Source Atlas, Internet Observatory 2009 annual report, University of Michigan, Arbor Networks, Merit; based on anonymous ASN (origin/transit) data
  14. 14. niques. Plus profondément, l’Internet a tralité“. Un débat souvent confus mais parti- considérablement évolué dans son fonction- culièrement significatif des tensions qui nement. Face aux limites d’un fonctionne- accompagnent la transformation de ment en “best effort“, des prestataires spé- l’Internet. En début d’année et conformé- cialisés (CDN2) proposent aux fournisseurs ment aux promesses de campagne des de contenus vidéo des optimisations de démocrates, le nouveau président de la FCC route, des procédures de répartition de a relancé le débat en ajoutant les principes charges, et des infrastructures de serveurs de transparence et de non-discrimination, et répartis à proximité des usagers afin d’assu- en insistant sur le fait qu’ils devaient s’appli- rer une certaine qualité de service3. D’autre quer aux réseaux fixes comme aux réseaux part, les grands agrégateurs de contenus et mobiles. L’analyse dominante des régula- ceux qui génèrent une partie croissante du teurs est que les opérateurs peuvent mettre trafic ont cherché à s’affranchir des opéra- en œuvre des mesures qui les préservent des teurs traditionnels des backbones de phénomènes de congestion, mais ils doivent l’Internet en déployant leurs propres infra- clairement démontrer leur justification et structures de réseaux et serveurs. On a vu informer au préalable les consommateurs. Il ainsi en quelques années aux États-Unis sera intéressant sur ce point de prendre entrer dans le “Tier 1“ de nouveaux acteurs connaissance de l’arrêt en appel de la Cour tels Comcast ou Google. sur l’affaire Comcast, attendu dans les pro- Toutes ces évolutions vont s’accélérer. Elles chaines semaines. Par ailleurs, ils ne doivent incluent naturellement les stratégies des pas discriminer en privilégiant l’accès de grands acteurs de l’informatique (matériels, leurs abonnés à leurs propres services ou à logiciels et services) dans le déploiement des ceux de leurs affiliés. Nous n’entrerons pas architectures de Cloud Computing dont la dans le détail, mais on conçoit aisément les lecture reste encore difficile. Elles suscitent multiples cas de figure et les problèmes d’in- aussi une interrogation majeure sur la contri- terprétation. Déjà en 2005, l’administrationIntroduction bution des telcos au nouveau paysage de nord-américaine, qui avait imposé ses prin- l’infrastructure de l’Internet. cipes de “Net neutralité“ comme condition à C’est aussi dans ce contexte que s’est géné- la fusion de SBC-AT&T et Verizon-MCI, avait ralisé en 2009 le débat engagé depuis plu- dû gérer comme une exception l’offre de ser- sieurs années aux États-Unis sur la “Net neu- vices IPTV et de services aux entreprises de14 type IPVN. Utilisateurs actifs de Facebook L’existence d’une politique active de concur-DigiWorld 2010 rence dans l’accès haut débit en Europe a sans doute retardé l’introduction du débat. Toutefois, en prenant finalement des disposi- tions explicites concernant la “Net neutrali- té“ dans le nouveau ‘’Paquet Télécom’’ adop- té en décembre dernier, l’Union européenne va devoir mesurer les risques réels en jeu, sans oublier celui de freiner les investisse- ments dans les infrastructures de nouvelle génération d’accès. Nous avons évoqué le caractère crucial des augmentations de capacité et de débit pour Source Facebook soutenir l’Internet mobile. Il est évident que
  15. 15. le déploiement des accès à très haut débit en fait, aujourd’hui, très diverses quant auxfibre optique demeure en début d’année options techniques, au poids des finance-2010 au moins tout aussi préoccupant, sin- ments publics ou parapublics mobilisés et àgulièrement en Europe. Contrairement aux la stabilité du dispositif réglementaire rete-opérateurs nord-américains (Verizon, AT&T) nu. C’est là pour la Commission et le BEREC4qui peuvent compter mordre sur le marché une occasion5 importante de reprendre l’ini-des grands réseaux câblés pour justifier le tiative pour progresser dans la voie du mar-risque de développement de nouveaux ché unique.réseaux d’accès, les opérateurs européens Google, Apple et… Facebookont un marché de la télévision payante beau-coup plus modeste. Les villes et l’habitat Aujourd’hui Google vaut 180 milliards USD,européens se distinguent aussi des mégalo- dégage 6,5 milliards USD de profits pour unpoles du Japon, de la Corée du Sud ou de la chiffre d’affaires de 23,6 milliards USD. Il aChine où le déploiement des réseaux est renforcé sa domination sur son cœur debeaucoup moins coûteux. L’année 2009 métier, le moteur de recherche.n’aura cependant pas été une “année Méthodiquement, il utilise les profits desblanche“ pour le développement des accès à liens sponsorisés pour couvrir tous les élé-très haut débit en Europe. ments du puzzle. Il a acquis le contrôle deAu-delà de ces conditions plus ou moins YouTube, a imposé ses applications Gmail,favorables, les investissements sont sen- Google Maps et Google Earth. Ces dernierssibles aux options réglementaires. Le succès mois, il a lancé un navigateur, un service dedu haut débit en Europe est, pour une part téléphonie et a ajouté son propre smartpho-significative, assis sur la relative clarté et ne à sa plateforme mobile. Il se prépare àl’homogénéité d’un modèle dominé par attaquer directement Microsoft et le modèlel’ADSL et une concurrence basée sur le du PC avec un OS et un ensemble de logicielsdégroupage. La longueur du processus de applicatifs fonctionnant en ligne. Il se propo- Introductionrévision du cadre réglementaire européen a se de construire dans une ville nord-améri-laissé les pays membres trouver par eux- caine un réseau de 50 000 prises offrant desmêmes les premiers principes qui devaient débits jusqu’à 1 Gbps. Il multiplie les accordss’appliquer. Les situations du très haut débit pour numériser les fonds des bibliothèquessur les différents marchés de l’Union sont de et les catalogues des éditeurs… Pour autant, Apple n’est pas le seul à pouvoir 15 Accès FTTH/B dans le monde lui ravir la vedette sur certains créneaux. www.idate.org Google doit reconnaître être largement dis- tancé par Facebook sur les réseaux sociaux. Parmi les records de croissance de l’année 2009, on peut certainement retenir celui du nombre d’internautes inscrits sur Facebook, passés de 130 millions en décembre 2008 à plus de 350 millions en fin d’année 2009. Il est probable que l’on dénombrera plus de 500 millions d’inscrits fin 2010. Cette croissance ne se concentre pas sur la classe d’âge des 15-25 ans mais touche pro- gressivement toute la population, ainsi qu’un Source IDATE nombre croissant d’entreprises. D’autres
  16. 16. réseaux sociaux ont également poursuivi leur gies d’agrégation, Facebook, comme les croissance comme LinkedIn sur le marché autres leaders du Net, peut valoriser son professionnel ou Twitter (dont les 60 millions attractivité pour disséminer sa présence sur d’utilisateurs généreraient 50 millions de des plateformes extérieures à travers des API. “tweets“ par jour). Mais Facebook, qui a Finalement, le principal risque pour annoncé en cours d’année ne plus consom- Facebook résulterait de la succession d’inci- mer de cash, semble bien avoir creusé l’écart dents relatifs aux atteintes à la vie privée, avec ses rivaux, à commencer par MySpace. résultant de ses propres pratiques ou de Ses recettes publicitaires, de quelques cen- celles des éditeurs qu’il accueille. taines de millions USD, sont sans commune On observera aussi en 2010 les capacités de mesure avec celles des liens sponsorisés. Google, à travers les fonctionnalités nou- Elles ont toutefois progressé malgré la réces- velles qu’il introduit dans ses services (Gmail sion en 2009, et devraient croître à un rythme notamment), à rivaliser avec Facebook accéléré compte tenu de son audience et du et Twitter. pouvoir de prescription des usagers de Facebook. En outre, un second modèle éco- Ten years after nomique est en route. Le réseau social, qui Il y a dix ans paraissait le premier DigiWorld représente pour les internautes l’environne- Yearbook. Il y avait alors moins d’internautes ment privilégié d’échange et de consomma- dans le monde qu’il y a aujourd’hui d’inscrits tion sur le Web, offre à son opérateur une sur Facebook. Ce dernier n’existait pas. occasion exceptionnelle de mettre en œuvre Google faisait ses premiers pas. Amazon, une stratégie de plateforme en diversifiant eBay et Yahoo! étaient déjà cotés. AOL valait ses propres applications et en ouvrant aux 200 milliards USD et, pressentant sans doute développeurs tiers son audience et le cas l’éclatement de la bulle, allait prendre le échéant des fonctionnalités telles que le contrôle de Time Warner dans une opération micropaiement. D’ores et déjà, le marché des de 166 milliards USD. Il faudra attendreIntroduction jeux sur Facebook représenterait plus d’un presque dix ans pour que Time Warner retrou- milliard USD. En complément de ses straté- ve son indépendance. On parlait donc déjà de Les 10 premiers telcos mondiaux16DigiWorld 2010 Source IDATE
  17. 17. la crise6. Elle allait en quelques mois faire les grandes tendances et les principauxvaciller les valeurs des premières stars de enjeux de l’industrie numérique. N’hésitezl’Internet. La bulle télécom allait mettre pas à nous faire part de vos critiques et àquelques mois de plus pour exploser sous nous faire des suggestions pour la prochainel’effet des fusions aux valorisations gigan- édition du rapport.tesques telles que la prise de contrôle de Merci enfin aux nombreuses entreprisesMannesmann par Vodafone en novembre adhérentes du DigiWorld Programme sans1999 pour 180 milliards USD. Worldcom allait qui ce projet ne pourrait se concrétiser.créer la plus grosse faillite de tous les temps.En Europe, le marché des mobiles explosaitavec des taux de croissance de 30 à 50 %.Dans ce contexte et dès 1999, les enchèrespour l’attribution des licences mobiles UMTS Yves GASSOT(3G) atteignaient 37,5 milliards EUR au Directeur Général, IDATERoyaume-Uni et 50 milliards EUR enAllemagne. Quelques mois après sous l’effetdes endettements et des survaleurs antici- 1. Long Term Evolution (3,9G). Les premiers déploiements sontpant de façon irrationnelle une explosion de engagés dans le nord de l’Europe et par Verizon. 2. Content Delivery Networkl’internet mobile, les capitalisations de BT, 3. On peut se demander pourquoi ce marché du CDN n’a pas étéDeutsche Telekom, France Telecom… allaient préempté par les opérateurs, qui auraient vu là une occasion de faire payer les fournisseurs de contenus. Le marché est sansêtre divisées par 2, 3, voire plus. doute encore trop petit, nécessite des compétences pointues,Il aura fallu 10 ans pour que le nombre d’in- des capacités aussi pour arbitrer entre différents opérateurs à travers le monde. Il était naturel que les opérateurs cesternautes dans le monde passe de 360 mil- dernières années se soient principalement mobilisés sur leurs réseaux d’accès et sur les offres de TV managée de type IPTVlions à 1.7 milliard, pour que le nombre (qui n’utilisent pas à proprement parler l’infrastructure généraled’abonnés haut débit passe de quelques mil- de l’Internet). 4. Body of European Regulators for Electronic Communications.lions à 475 millions, pour que le nombre de Introduction Mis en place dans le cadre du nouveau “Paquet Télécom”, cetclients mobiles passe de 480 millions à organisme représente un pas en avant dans l’harmonisation des règles qui s’appliquent aux marchés des services de4,5 milliards. télécommunications des pays membres, sans représenter pour *** autant une agence communautaire de régulation sectorielle. 5. Au-delà de la “Net neutralité“ et des accès à très haut débitVous trouverez dans les différents chapitres (Next Gen Access), les thématiques majeures de Bruxelles en 2010 devraient porter sur la révision de la directive sur lede ce rapport les données et les analyses Service Universel, les choix partagés faits en matière de 17publiées par les équipes de consultants de politique du spectre, et naturellement du nouvel “agenda numérique“.l’IDATE tout le long de l’année. Notre objec- www.idate.org 6. En 2009, Time Warner s’est successivement séparé de satif est de fournir à travers ce rapport les élé- filiale câble et d’AOL. La capitalisation d’AOL plafonne à 2,7 milliards USD tandis que celle de Time Warner est de l’ordrements de référence permettant d’identifier de 35 milliards USD.
  18. 18. DigiWorld 2010 Le DigiWorld dans l’économie 18
  19. 19. I Le DigiWorld dans l’économie 19 www.idate.org
  20. 20. DigiWorld 2010 Le DigiWorld dans l’économie 20 1 générale l’économie Les TIC dans
  21. 21. n 2009, les marchés du DigiWorld ont tisfaits dans une grande partie du monde, enE baissé de 1,6 % en valeur, à 2 629 mil-liards EUR : un recul historique puisque, l’occurrence la majorité encore des popula- tions des pays émergents. On a beaucoupmême à l’éclatement de la bulle technolo- insisté ces dernières années, et à juste raisongique, les marchés des TIC – qui avaient été sans doute, sur la dynamique exceptionnelleprioritairement et fortement affectés – d’équipement des deux marchés géants queavaient malgré tout réussi à conserver une constituent d’abord la Chine ensuite l’Inde,dynamique positive, qui plus est non négli- notamment en matière de mobiles. Maisgeable (+4 % en 2002). Le segment qui avait même dans ces pays, les niveaux atteintsalors le plus souffert était celui des équipe- aujourd’hui laissent des marges de progrèsments de télécommunications (-10 %), mais considérables : avec 750 millions de clientstous les autres avaient continué de progres- en Chine et un peu plus de 500 millions enser ou, au pire, étaient restés stables (équi- Inde fin 2009 (voir chapitre 4), la montée àpements informatiques). L’an passé au 75 % de pénétration mobile dans l’un etcontraire, tous les segments ont régressé à l’autre, qui ne semble pas aberrante comptel’exception des services de télécommunica- tenu des niveaux beaucoup plus élevés enre-tions (voir chapitre 2). Que s’est-il passé gistrés aujourd’hui dans tous les pays indus-entre ces deux épisodes ? triels, représente un potentiel de plus de 725 millions de nouveaux clients pour lesUne crise inédite deux pays. On ne parle ici que de la partie desÀ l’aube des années 2000, la société de l’in- marchés des TIC sans doute la plus avancéeformation émergeait tout juste. Si l’équipe- dans ces pays. Et l’on ne parle que de deuxment en téléphonie – fixe – était déjà bien pays, certes les plus peuplés (on pourraitavancé voire saturé dans les pays industriels, aussi parler de l’Amérique latine, qui a large-si les réseaux et les matériels informatiques ment engagé sa mutation). Mais, à côté, deétaient déjà largement implantés dans les nombreux autres pays émergents voire des Introductionentreprises, si les appareils d’électronique sous-régions entières, à l’instar de l’Afriquegrand public irriguaient déjà la majeure par- subsaharienne, sont encore (très) loin de cestie des foyers occidentaux, les besoins res- niveaux. Il y a donc là aussi des réserves detaient gigantesques. Le déploiement de nou- croissance exceptionnelles. Alors, posons laveaux supports (réseaux mobiles, accès haut question de manière plus directe : pourquoidébit, ordinateurs personnels, matériels EGP les marchés du DigiWorld n’arrivent-ils pas,numériques…) transformait immédiatement n’arrivent-ils plus, à profiter de ces dyna- 21ces besoins, non plus en potentiel, mais en miques pour créer de la valeur ? www.idate.orgfacteurs effectifs de croissance. Destruction créatriceAujourd’hui ces marchés, au moins dans lespays industriels, sont arrivés à maturité. Ce Les réponses sont multiples. L’une des pre-qui ne signifie pas que le DigiWorld est en mières consiste d’ailleurs à préciser que lespanne de croissance, bien au contraire. marchés du DigiWorld continuent en fait àL’innovation continue de faire progresser en créer de la valeur, mais de moins en moinspermanence les réseaux ; les équipements, pour leur propre secteur et de plus en plusles contenus, le trafic de données augmen- pour l’économie générale : à travers la diffu-tent à un rythme exponentiel et, sous la pres- sion, l’usage, la généralisation d’outils desion de ces phénomènes, les approches mar- plus en plus efficaces (aussi bien pour lesketing et les “business models“ des acteurs entreprises et administrations que pour lessont revisités régulièrement. Par ailleurs, des particuliers) et souvent de moins en moinsbesoins plus basiques continuent d’être insa- chers, en tout cas avec un rapport utilité/prix
  22. 22. 1 qui augmente très fortement. C’est ce qu’on couches aval, de plus en plus en interaction appelle la destruction créatrice de valeur. Un directe avec les clients finaux. Pour ces deux des ingrédients en est la pression sur les prix, “métiers“, le client devient même un acteur à tous niveaux, par le jeu de la concurrence, à part entière dès lors qu’il peut organiser des innovations techniques et marketing, et lui-même ses options et séquences de des réglementations dans certains cas… consommation (programmation individuali- Cette pression, loin de se résorber, s’est lar- sée) et qu’il produit lui-même une partie des gement poursuivie et s’est accompagnée contenus diffusés (“user created content“). d’un souci accru de rationalisation des Ces transformations se traduisent par des dépenses par les consommateurs eux- croissances de revenus de plus en plus mêmes, leur permettant de disposer – à bud- faibles et des marges de plus en plus get constant voire réduit – de capacités tou- contraintes pour les équipementiers et les jours croissantes : débits d’accès, tailles de opérateurs, tandis que les fournisseurs de mémoire, qualités d’image… De ce point de contenus et plus encore les intermédiaires vue, 2009 n’a pas dérogé à la règle : l’évolu- sortiraient gagnants au titre d’un transfert tion des marchés en valeur est inférieure à de valeur. Si, pour ce dernier groupe du celle des marchés en volume. Concrètement, moins, les performances affichées en particu- alors que les marchés ont baissé en valeur lier par les acteurs de l’Internet sur le marché dans presque tous les domaines, les volumes financier semblent accréditer cette thèse, il sont restés en croissance, plus ou moins convient de rester prudent sur le devenir etLe DigiWorld dans l’économie ralentie, presque partout également. Même l’organisation à moyen - long terme de la dans les sous-segments où les deux poin- chaîne de valeur. D’une part, si l’on descend teurs ont reculé, comme dans les terminaux d’un cran dans l’analyse micro-sectorielle, mobiles et ce, en dépit de la confirmation du tous les acteurs à l’intérieur d’une même succès des smartphones, la baisse en valeur catégorie ne sont pas égaux : pour prendre est plus forte. Même chose quand les deux un exemple dans la couche la plus embléma- pointeurs ont continué au contraire de pro- tique ici, celle dans laquelle se trouvent les gresser : ainsi, dans les services mobiles, le acteurs de l’Internet, les performances d’un niveau de croissance en valeur est très en Google (180 milliards USD de capitalisation deçà du niveau d’augmentation des parcs à mi-mars 2010 pour un chiffre d’affaires clients et plus encore de celui des volumes 2009 de 23,7 milliards USD) restent aty- de communications.22 piques au regard d’un Amazon (valeur de 59 milliards USD pour des revenus de Réorganisation de la chaîne de valeur 24,5 milliards USD) ou encore d’un Yahoo!DigiWorld 2010 Une autre réponse consiste à rappeler que (capitalisation de 23 milliards USD pour un tous les acteurs des secteurs des TIC ne sont chiffre d’affaires de 6,5 milliards USD). Au- pas égaux face à cette destruction et/ou delà du gigantisme et de la dynamique des création de valeur. Des travaux récents1 ont revenus (sur ces deux points, Amazon est rappelé que la chaîne de valeur des TIC était mieux placé que Google en 2009), c’est la constituée de segments aux performances réussite pour le moment d’une “machine à très contrastées, pour ne pas dire opposées cash“ que le marché salue : le résultat net de dans certains cas. Ainsi, dans une structure Google est plus de 7 fois supérieur à celui schématisée en quatre couches (équipe- d’Amazon et plus de 10 fois supérieur à celui ments, exploitation de réseaux, intermédia- de Yahoo!, avec un taux de profit de près de tion, contenus), les deux couches les plus en 28 %. Est-il besoin de rappeler encore que amont sont plus particulièrement pressées Google a un niveau de Capex extrêmement par les “contraintes“ imposées par les deux bas (tout juste quelques % de son chiffre
  23. 23. d’affaires mais là, il s’agit d’une caractéris- résister plutôt bien à une détérioration detique qu’il partage avec nombre des autres l’environnement économique. On a même,acteurs de l’Internet) quand les opérateurs dans le cas présent, des marchés des TIC quiinvestissent bon an mal an dans les réseaux se remettent à évoluer au même rythme quel’équivalent de 15 et 20 % de leurs revenus ! l’économie générale après des années de décrochage : du début des années 2008 jus-Une dépendance au contexte global qu’en 2009, la croissance des marchés duD’autre part, les débats actuels sur la “Net DigiWorld a été régulièrement inférieure àneutralité“ et plus globalement sur tout l’en- celle du PIB mondial en valeur courante. Ilcadrement réglementaire d’activités en plein n’empêche, le résultat de la crise en 2009 estdevenir, que ce soit dans les relations entre bel et bien, en dépit de cette remise à niveauacteurs eux-mêmes (régulation sectorielle, relative, un recul – encore une fois historiquedroit de la concurrence) ou dans leurs rela- – des marchés du DigiWorld.tions avec les consommateurs (protectiondes données privées par exemple), peuvent, ***selon les réponses qui seront apportées, faireencore assez largement bouger les frontières Comme dans les éditions précédentes, ceet les stratégies industrielles. premier chapitre n’est pas sectorialisé. Il pro- pose une approche transversale duEnfin, le contexte général est aussi un élé- DigiWorld et de sa position par rapport àment qui influe sur l’évolution des marchés l’économie générale.des TIC, même si – et ce qui s’est passé aucours des dix-huit derniers mois le montre 1. Voir par exemple les travaux de Coe-Rexecode “Les opé- rateurs de réseaux dans l’économie numérique : lignes de force,assez bien – ces marchés sont capables de enjeux et dynamiques“ Introduction 23 www.idate.org
  24. 24. 1.1 Dynamiques comparées Des rythmes convergents Qu’est-ce que le DigiWorld ? que celui de l’économie générale (-2 %). Il s’est au On définit ici le DigiWorld comme recouvrant tous les contraire résorbé en Europe (-3,3 % pour chaque) et secteurs qui sont déjà basés – ou en voie de l’être – sur amélioré dans la région Asie/Pacifique (+1,1 % pour les les technologies numériques : marchés du DigiWorld contre -1,6 % pour l’économie • services de télécommunications : téléphonie fixe et générale). Au sein de cette dernière zone, l’amélioration mobile, transmission de données et d’images ; dépasse les frontières habituelles Asie développée/pays • équipements de télécommunications : équipements de émergents, même si les points de départ ne sont évi- réseaux publics, systèmes privés, terminaux, logiciels demment pas comparables, selon que l’on considère le et services associés ; Japon d’un côté, la Chine ou plus encore l’Inde de • logiciels et services informatiques : traitement de l’in- l’autre : mais au Japon par exemple en 2009, la baisse formation ; des marchés des TIC a été “contenue“ à -4,7 % quand • matériel informatique : “mainframes“, PC et périphé- l’économie reculait de -6,7 %. riques, équipements de transmission de données ; Verre à moitié vide ou verre à moitié plein • services de télévision ; Il y a ainsi deux interprétations, plus complémentaires • électronique grand public : équipements audio qu’opposées, à la situation actuelle dans le secteur des et vidéo. TIC. Sur le versant pessimiste, force est de constater que, Près de 2 % de recul en 2009 dans leur ensemble, les marchés du DigiWorld n’ont pas Au cours des années passées et jusqu’en 2008, la crois- échappé à la crise, et que la brusque dégradation du cli- sance des marchés du DigiWorld n’a cessé de ralentir au mat économique mondial a tiré – on pourrait même dire point, depuis le milieu de la décennie, d’être régulière- immédiatement – les marchés des TIC vers le bas. Dans ment en deçà de la progression de l’économie générale, les régions émergentes, où a pu subsister une croissan-Le DigiWorld dans l’économie mesurée sur la base du PIB courant. En 2009, la résis- ce, le ralentissement a été malgré tout très sensible : tance particulière de certains segments des TIC face à la passage de plus de 12 % de progression en 2008 à crise, les services de télécommunications et logiciels en 3-4 % en 2009, notamment en Amérique latine et en particulier, et l’amélioration des marchés des équipe- Afrique/Moyen-Orient. ments sur la deuxième partie de l’année, ont finalement Mais sur le versant positif, cette chute a été plutôt amor- permis à ces marchés de ramener leur dynamique (si tie, comme nombre d’observateurs l’avaient d’ailleurs l’on peut dire, s’agissant d’une “croissance“ négative !) prédit, et surtout l’effet volume a continué de jouer : au niveau de l’économie générale : -1,6 % sur l’année c’est évident pour les accès télécoms, avec des crois- dans un cas comme dans l’autre. sances de parcs encore très fortes (plus de 550 millions Bien sûr, ces évolutions moyennes masquent de pro- de nouveaux clients mobiles dans le monde l’an passé fondes disparités au sein des marchés du DigiWorld et près de 70 millions de nouveaux abonnés haut débit, selon les segments et les régions, comme elles en un record historique pour ce dernier !), mais c’est aussi cachent pour l’économie dans son ensemble en fonction vrai sur les volumes des ventes de nombre de termi- également des secteurs et des zones géographiques. naux, terminaux mobiles, PC, écrans plats TV…, qui ont24 L’écart s’est creusé en Amérique du Nord, avec un recul finalement approché sinon égalé les niveaux très élevés des marchés du DigiWorld (-3,7 %) beaucoup plus fort de l’année précédente.DigiWorld 2010 Les contributions du Digiword au PIB mondial 2006 2007 2008 2009 DigiWorld markets (million €) 2 388 2 552 2 670 2 629 yoy growth 6.3% 6.8% 4.6% -1.6% Source IDATE GDP (world) (million €) 35 371 38 092 40 438 39 793 yoy growth 7.6% 7.7% 6.2% -1.6% DigiWorld as a % of GDP 6.8% 6.7% 6.6% 6.6%
  25. 25. Une croissance relative qui se dégrade en Amérique du Nord…Évolution annuelle comparée du PIB courant et des marchés du DigiWorld en Amérique du NordSource IDATE Dynamiques comparées... et qui résiste en EuropeÉvolution annuelle comparée du PIB courant et des marchés du DigiWorld en Europe 25 www.idate.orgSource IDATE
  26. 26. 1.2 Les investissements en TIC Nécessité fait loi Après une période de croissance ininterrompue entre Le haut débit comme facteur 2003 et 2008 (+7 % par an en moyenne dans les pays de développement économique de l’OCDE, avec toutefois un ralentissement en fin de L’accès à l’Internet haut débit est en particulier considé- période, et +9 % au niveau mondial), les dépenses en ré comme un facteur de productivité et de compétitivité TIC ont diminué en 2009 dans la quasi-totalité des pays pour les entreprises, un outil permettant de réduire les industriels. L’OCDE a mesuré un recul de 6 % aux coûts de transaction, d’améliorer l’organisation des États-Unis, de 10 % au Japon, un recul également dans entreprises et la fluidité des marchés ainsi qu’un élé- la plupart des pays européens. Les pays émergents ont ment de promotion de systèmes sociaux et éducatifs. poursuivi leur croissance, mais à des rythmes très ralen- Des travaux récents de la Banque Mondiale ont mis en tis par rapport aux années passées. Pour autant, les avant que la contribution du haut débit au développe- investissements en TIC ont mieux résisté que les autres ment économique serait plus importante encore que ne dépenses des entreprises. Aux États-Unis, il y a eu sur l’a été celle de la téléphonie et des accès bas débit : l’année 2009 un différentiel de 15 à 20 points entre le dans les pays en développement, un gain de 10 points rythme de décrue de l’investissement productif en biens en pénétration se traduirait par une augmentation de d’équipement en TIC et hors TIC : en part de PIB, l’in- près de 1,4 % de PIB. Un rapport de 20082 relevait pour vestissement en TIC est ainsi repassé assez nettement les États-Unis qu’un gain de 7 % dans la pénétration du au-dessus de l’investissement hors TIC (voir graphique haut débit pouvait créer 2,4 millions d’emplois par an, page suivante). avec un apport à l’économie de 134 milliards USD par an également, soit près de 1 % de PIB. Au Royaume-Uni Le soutien des pouvoirs publics également, des travaux menés en 2009 par la Conscients des enjeux autour de ces technologies, les LSE3 Enterprise et l’ITIF4 ont mesuré que 5 milliards GBP gouvernements leur ont souvent dédié une partie plusLe DigiWorld dans l’économie investis dans les infrastructures haut débit doivent per- ou moins significative de leurs programmes de soutien mettre de créer ou sauvegarder plus de à l’économie (“stimulus packages“), même si cet aspect 280 000 emplois, dont un tiers dans des PME (moins de ne retient sans doute qu’une faible partie des 3 000 mil- 250 personnes) : plus largement, 15 milliards GBP inves- liards USD qu’une cinquantaine de pays ont prévu de tis au total dans ces réseaux ainsi que dans des réseaux consacrer globalement à ces programmes. L’accès à la de transport et des réseaux d’énergie intelligents (5 mil- société de l’information est en effet devenu crucial pour liards dans chaque domaine) créeraient ou sauveraient l’ensemble du tissu économique, justifiant le soutien des 700 000 emplois, tout en améliorant la productivité pouvoirs publics au déploiement universel du haut débit des entreprises. (voir en particulier le “stimulus package“ de l’adminis- tration Obama aux États-Unis) ainsi qu’au déploiement du très haut débit (voir, au-delà même du contexte éco- nomique conjoncturel, les options qui se dessinent en France, le plan de grande ampleur mis en place par le 2. Connected Nation report gouvernement australien… ou encore l’initiative récem- 3. London School of Economics & Political Science26 ment annoncée par le gouvernement indien). 4. Information Technology & Innovation FoundationDigiWorld 2010 Source OECD Information Technology Les dépenses en TIC dans les grands pays/zones (billion US $ in current prices) 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Outlook, 2010 (forthcoming) USA 872 916 966 1008 1037 992 EU-15 714 746 802 871 914 839 Japan 304 305 305 301 328 349 Total OECD countries1 2 198 2 314 2 455 2 605 2 717 2 566 China 154 177 198 222 258 288 India 27 35 38 46 52 52 1. Luxembourg and Iceland are missing from Total OECD countries
  27. 27. Chute de l’investissement des entreprises aux États-Unis : les TIC ont mieux résisté...Taux d’investissement productif privé en valeur aux États-UnisSource Coe Rexecode Les investissements en TIC… en particulier les logicielsInvestissements informatiques des entreprises en valeur aux États-Unis 27 www.idate.orgSource Coe Rexecode

×