Résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée

on

  • 7,823 views

Liste des résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée 2009. Ces posters ont été présenté lors de 2 sessions "posters".

Liste des résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée 2009. Ces posters ont été présenté lors de 2 sessions "posters".

Statistics

Views

Total Views
7,823
Views on SlideShare
7,770
Embed Views
53

Actions

Likes
0
Downloads
29
Comments
1

3 Embeds 53

http://www.rencontres-qalimediterranee.fr 50
http://www.slideshare.net 2
http://www.yatedo.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • akinao pesticides bio à Perpignan
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée Résumés des posters présentés lors des Rencontres Q@LI-MEDiterranée Document Transcript

  • SESSION POSTER 13h30-14h et 16h-16h30 Catégorie 1 Posters « Technico-Scientifique »
  • Lutte contre la rouille blanche du chrysanthème J. Guerrand1, M. Aljabal1, A. Lebihan1, O. Stapel2, S. Hallier1 1. Bretagne Biotechnologie Végétale (BBV), Penn-ar-prat, F-29250 Saint-Pol de léon 2 STEPP Bretagne, 52 Rue de St Ilan, 22360 Langueux, France. Contact : guerrand@bbv.fr RÉSUMÉ : La rouille blanche du chrysanthème, causée par Puccinia horiana, est un parasite fongique obligatoire. Depuis 2006, sur une dérogation du SRPV-Bretagne, BBV mène en partenariat avec Astredhor un programme de recherche appliquée dans le but d’identifier des produits phytosanitaires alternatifs contre ce pathogène. Les expérimentations réalisées en milieu confiné et en conditions contrôlées ont permis de mettre en évidence l’intérêt de l’utilisation de différents produits alternatifs aux produits phytosanitaires conventionnels et notamment des stimulateurs de défenses naturelles des plantes (SDN ou éliciteurs) ainsi que des produits issus de préparations naturelles, pour prévenir l’infestation du chrysanthème par la rouille blanche. Depuis fin 2008, les expérimentations sont réalisées au sein du nouveau laboratoire NS3 de BBV. Mots-clés : Chrysanthème, rouille blanche, culture ornementale, test de pathogénie, éliciteur. SUMMARY: The chrysanthemum white rust, caused by Puccinia horiana, is an obligate fungus parasite. Since 2006, thanks to dispensation let to the SRPV-Bretagne, BBV leads an applied research programme in partnership with Astredhor, that aims at identifying alternative phytosanitary products to prevent the disease. Experiments performed in confined space and in controlled conditions helped to rise the interest of using different alternative products such as natural plant defence elicitors and natural concoction- based products, in order to prevent from the infestation of chrysanthemum by the white rust. Since the end of 2008, experiments are performed in the new 3rd level of quarantine security laboratory of BBV. Key-words: Chrysanthemum, white rust, ornemental crop, pathogeny test, elicitor.
  • OpenFLUID® : une plateforme pour la modélisation des flux dans les paysages - la modélisation comme outil d'aide au diagnostic de pollution diffuse par les pesticides - Auteurs : Jean-Christophe Fabrea, Xavier Loucharta, Laurent Crotetb, Lionel Bouvetab a : UMR LISAH, INRA/IRD/SupAgro, 2 place Viala 34060 Montpellier, France b : Envilys, Domaine du Chapitre, 170 Bvd du Chapitre, 34750 Villeneuve-lès- Maguelone, France E-mail : laurent.crotet@envilys.com Mots Clés : modélisation, flux, bassin versant agricole, pesticides. Présentation OpenFLUID® est une plateforme logicielle de modélisation et de simulation des flux dans les paysages, développée par le Laboratoire des Interactions Sols, Agrosystèmes et Hydrosystèmes (LISAH). Cette plateforme peut simuler différents flux (eau, masse, énergie...), à différentes échelles spatio-temporelles suivant différents modèles de flux. Le LISAH avait précédemment développé un modèle hydrologique pluie-débit, MHYDAS, maintenant reconstruit sur la base de la technologie OpenFLUID® et amélioré par l'intégration des processus hydrologiques, d'érosion, de polluants. Fond scientifique Afin de modéliser les flux spatialement distribués, prenant en compte l'hétérogénéité spatiale et les discontinuités du paysage, le LISAH a développé une approche originale combinant i) une représentation numérique du paysage basée sur des unités homogènes connectées et paramétrées, ii) une simulation des flux entre ces unités. Les unités homogènes sont obtenues par superposition de couches géographiques hiérarchiques, puis catégorisées. Cette méthode d'abstraction mène ainsi à une discrétisation non contrainte du paysage. Le modèle de flux définit les processus à simuler au sein et entre chaque classe d'unités homogènes définie par la discrétisation du paysage. Les unités sont paramétrées et connectées entre elles selon le modèle de flux défini. La simulation est alors effectuée sur une représentation numérique du paysage physique afin de calculer des flux distribués dans le temps. Un partenariat pour l'évaluation de la qualité de l'eau La plateforme OpenFLUID® et le modèle MHYDAS font l'objet d'un transfert de technologie entre INRA Transfert et Envilys, prestataire de service en qualité agri- environnementale. Le but de ce partenariat est de rendre OpenFLUID® et MHYDAS accessibles aux gestionnaires et décideurs de l'aménagement du territoire pour modéliser et simuler les flux de polluants au sein des bassins versants. Les enjeux sont une meilleure gestion du territoire (aménagements, pratiques culturales) pour réduire l'impact de l'agriculture sur l'environnement, de manière durable. Au travers de ce partenariat, le projet OpenFLUID® bénéficie de l'expertise d'Envilys et de cas d'étude dans la gestion de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture. View slide
  • Références Bibliographiques : Louchart, X. & Lalauze, S. 2009. Modélisation du transfert des pesticides dans les bassins versants méditerranéens. Séminaire final du projet LIFE Aware, Conseil Général de l'Hérault, Montpellier, 23 janvier 2009. Moussa, R.; Voltz, M. & Andrieux, P. 2002. Effects of the spatial organization of agricultural management on the hydrological behaviour of a farmed catchment during flood events. Hydrological Processes, 16, 393-412. Schulz, M. & Matthies, M. 2007. Runoff of pesticides: achievements and limitations of modelling agrochemical dislocation from non-point sources at various landscape related scales. Living Reviews in Landscape Research, 1, 1-28. OpenFLUID: Software Environment for Modelling Fluxes in Landscapes, http://www.umr-lisah.fr/openfluid/. View slide
  • DISP’eau : un nouvel outil pour la gestion de la ressource en eau en viticulture (pilotage de l’irrigation, sélection parcellaire en fonction des itinéraires hydriques) Valérie Auffray ITK, 5 rue de la Cavalerie, Montpellier, France valerie.auffray@itkweb.com Mots-clés : viticulture de précision, irrigation, sélection parcellaire, modélisation Pour rester compétitive, la viticulture du Languedoc doit s’adapter au marché mondial en produisant des vins conformes aux attentes des consommateurs et d’une qualité régulière d’une année à l’autre. Cela suppose une bonne maitrise du stress hydrique, de plus en plus difficile à atteindre vu l’évolution climatique actuelle. Le projet DISP’eau permettra de quantifier ce stress hydrique au niveau de la plante en continu et de faire le lien avec la qualité potentielle du produit final grâce à la modélisation du continuum Sol-Vigne-Atmosphère (Jourdan et Rey, 1997, Gérard et al., 2004, Louarn et al 2008). Ce modèle sera couplé à une grille de diagnostic permettant de faire le lien entre le stress hydrique de la vigne et la qualité du raisin ainsi qu’à un système expert. Au final, l’outil permettra de piloter les itinéraires hydriques ou le mode de conduite de la vigne, dans les régions où l’irrigation est impossible, en fonction d’un objectif de qualité des raisins. L’optimisation des trajectoires hydriques grâce à l’outil permettra de substantielles économies d’eau dans les zones déjà irriguées, et de dimensionner au mieux les aménagements hydrauliques d’irrigation. Ce projet sur 3 ans est porté par ITK, start-up issue du CIRAD, et rassemble des organismes : - scientifiques : CIRAD, INRA et CEMAGREF - acteurs du développement agricole : Chambre d’Agriculture de l’Hérault, Association Climatique de l’Hérault - des caves coopératives : Vignobles Foncalieu et Sieur d’Arques - des industriels : Netafim France (filiale française du leader mondial de la micro- irrigation) et Geocarta (spécialiste de la cartographie des sols en 3D par résistivité électrique). Il a été labellisé par le Pôle de Compétitivité Q@limed, et cofinancé par le FUI (Fonds Unique Interministériel), la Région Languedoc-Roussillon,le fond européen FEDER. et France AgriMer Références : Jourdan C, Rey H. 1997. Modelling and simulation of the architecture and development of the oil-palm (Elaeis guineensis Jacq.) root system. I. The model. Plant Soil 190:217 – 233. Louarn G, Lecoeur J, Lebon E. 2008. A 3D reconstruction model of grapevine (Vitis vinifera L.) simulating canopy structure variability within and between cultivars/training system pairs. Annals of Botany 101: 1167-1184. Gérard F., Tinsley M., and Mayer K. U. (2004) Preferential flow revealed by hydrologic modeling based on predicted hydraulic properties. Soil Sci. Soc. Am. J. 68, 1526- 1538.
  • PROMETE associe Météo Agricole et Outils d’Aide à la Décision. Edouard LOISEAU Société PROMÉTÉ, Narbonne, France info@promete.fr Mots clés : météo, outils d’aide à la décision, modélisation, protection phytosanitaire PROMETE propose aux agriculteurs une large gamme de stations météo et de conseils agricoles, grâce à des Outils d’Aides à la Décision traitant ces données objectives collectées automatiquement sur l’exploitation. Les stations météo sont autonomes (équipées d’une batterie rechargée par panneau solaire) et personnalisables (plus de 30 capteurs disponibles selon les besoins). La transmission des données se fait par le réseau téléphonique sans fil (GPRS) vers un serveur où elles sont consultables en temps réel. L’agriculteur peut définir des seuils d’alertes sur l’ensemble des capteurs et ainsi recevoir des alertes par sms (risques de gelées, vitesse du vent,…). Il lui est ainsi possible de prendre immédiatement les mesures qui s’imposent ou d’actionner à distance des relais (allumage de systèmes de lutte anti-gel, alarmes, ouvrants de serre,…) PROMETE propose également un vaste choix de modèles (maladies fongiques et insectes) pour toutes les filières. Basés sur les dernières connaissances épidémiologiques et physiologiques de chaque couple hôte-pathogène, ces Outils d’Aide à la Décision informent sur le risque de développement des maladies et aident à anticiper les stades critiques (sporulation, contamination, sortie de tâches,…). Ces OAD intègrent également un suivi des traitements à la parcelle et permettent donc de suivre la ‘couverture phyto’, l’alternance des molécules et le lessivage. L’objectif est donc bien d’appliquer le bon produit, au bon moment, avec la bonne dose. Enfin, le module de suivi de l’irrigation collecte les données nécessaires au calcul de l’ETP, ainsi qu’un état des réserves hydriques. En fonction des besoins de la culture (Kc) et de la stratégie de l’agriculteur, une utilisation efficace et durable de l’eau devient possible afin d’éviter les effets négatifs d’un excès de stress hydrique (diminution du rendement, pertes de qualité organoleptique,…) ainsi que ceux liés à un excès d’eau (lessivage des intrants, développement de maladie et gaspillage de la ressource). Les services de PROMETE sont donc des Outils d’Aide à la Décision Economiques (protection de la culture, utilisation optimale des intrants, qualité et quantité de récolte) mais ce sont également des Outils d’Aide à la Décision Ecologiques (réduction de l’impacte environnementale de l’activité agricole).
  • Les Polyphénols, indicateurs innovants de santé des plantes V. Martinon Force-A, Centre Universitaire Paris-Sud, bât. 503, F-91893 Orsay cedex vincent.martinon@force-a.fr Tel : 01-69-35-88-96 Fax : 01-69-35-88-97 Ptle : 06-59-91-37-28 Mots-clés : capteurs, polyphénols, chlorophylle, diagnostic, modulation RESUME : FORCE-A propose des solutions optiques de diagnostic et de gestion en temps réel pour l’agriculture durable et les sciences du végétal. Ces capteurs optiques mettent en œuvre la fluorescence des végétaux pour quantifier les polyphénols et la chlorophylle des plantes, indicateurs de l’état nutritionnel, de qualité et de santé des cultures. La mesure non destructive en temps réel en plein champ des polyphénols et de la chlorophylle permet d’introduire des solutions innovantes pour la modulation des intrants en viticulture, arboriculture et plantes maraîchères. La mesure de ces nouveaux indicateurs avec les capteurs optiques Dualex® et Multiplex® sur différentes plates-formes expérimentales ont permis de : 1- mettre en évidence des différences variétales sur salades et vigne. Des teneurs en chlorophylle et en polyphénols différentes confèrent aux variétés des sensibilités différentes à des carences ou des attaques de pathogènes. 2- suivre le statut azoté de cultures maraîchères et sur vigne. La mesure du statut azoté permet ainsi de gérer la fertilisation azotée des cultures ou d’estimer l’azote des moûts. 3- détecter la présence ou l’absence de pampres et de végétation sur vigne. La détection de végétation ou de pampres permet de moduler les apports d’herbicides. 4- suivre la maturité des fruits et l’influence de traitements sur la maturité. Le suivi de la maturité permet de gérer les dates de récolte et certaines molécules (comme l’etheflon) peuvent influencer cette maturité. 5- mesurer l’attaque de pathogènes sur feuilles de vigne. Ces capteurs sont aujourd’hui utilisés par des sélectionneurs pour caractériser leurs variétés. Ces outils de diagnostics innovants permettent d’innover pour la gestion des intrants tant à l’échelle parcellaire qu’intra-parcellaire. Bibliographie : Ben Ghozlen N., Moïse N., Latouche G., Martinon V., Mercier L., Besançon E., Cerovic Z.G., sous presse – Assessment of grapevine maturity using a new portable sensor : non-destructive quantification of anthocyanins. Macrowine 2008 (sous presse). Cerovic Z.G., Ounis A., Cartelat A., Latouche G., Goulas Y., Meyer S., Moya I., 2002 - The use of chlorophyll fluorescence excitation spectra for the non-destructive in situ assessment of UV-absorbing compounds in leaves. Plant, Cell and Environment, 25, 1663-1676. Poutaraud A., Latouche G., Martins S., Meyer S., Merdinoglu D., Cerovic Z.G., 2007 – Fast and local assessment of stilbene content in grapevine leaf by invivo fluorometry. J. Agric. Food Chem., 55, 4913-4920.
  • Oenoview® : application de l’imagerie satellitaire et aérienne à la viticulture de précision et à la maîtrise des intrants Jacques ROUSSEAU*, Eric BONTEMPS*, Cédric HALLEREAU*, Henri DOUCHE**, *Groupe ICV / Lattes France **INFOTERRA / Toulouse France oenoview@icv.fr Imagerie aérienne et satellitaire, viticulture de précision, Co-développé par le Groupe ICV et INFOTERRA France (Filiale d’Astrium), Oenoview® est un service tout à fait spécifique basé sur l’analyse d’images satellites ou aériennes qui permet de suivre avec précision le développement des vignes, d’identifier les différences de qualité du raisin entre différentes parcelles, et au sein d’une même parcelle. Grâce à une technologie innovante et unique, Infoterra fournit - à partir de l’analyse d’images satellite très haute résolution - des données sur l’état physiologique des vignobles au travers d’indices de couvert végétal. Ces données, restituées sous forme de cartes, sont alors analysées par les consultants du Groupe ICV pour aider le producteur à gérer au mieux ses travaux (taille, apport d'engrais, irrigation, vendanges…). Elles participent à améliorer la connaissance de vignoble et affinent les critères d’allotement. In fine, Oenoview® permet une optimisation de la valorisation qualitative de la production ainsi qu’une meilleure maîtrise des coûts de production en proposant d’ajuster les pratiques culturales en fonction des besoins de la vigne en tout point de la parcelle. Le raisonnement des apports d’intrants est une des applications de ces cartes. A partir d’applications GPS ou de réglages manuels, les quantités d’intrants sont adaptées aux différentes zones de la parcelle identifiées par Oenoview®. Les utilisateurs témoignent d’une réduction en 2009 et grâce à cette technique, de 30% des apports d’engrais sur leurs exploitations. Un partie du développement d’Oenoview® a été cofinancé dans le cadre du projet de recherche collaborative VINNOTEC, labellisé par le pole de compétitivité Q@LI- MEDiterranée et cofinancé par le Fonds Unique Interministériel, Le conseil Régional Languedoc Roussilon, OSEO et le Fonds structurel européen FEDER.
  • BIOPROTEC Plateforme d’aide au développement d’agents biologiques de protection des cultures Assia BELHADJ Association Bordeaux Montesquieu 1 allée Jean Rostand 33 650 MARTILLAC E-mail : a.belhadj@technopole-bordeaux-montesquieu.com Mots-clés : grenelle de l’environnement, plan écophyto 2018, protection des cultures, solutions alternatives, agents de biocontrôle A l’heure actuelle, la France se situe dans le groupe de tête des consommateurs mondiaux de produits phytosanitaires et plus particulièrement en 1ère position en Europe avec 75 000 tonnes de pesticides utilisés par an. De nombreuses études démontrent les risques que représentent ces pesticides sur la santé humaine et l’environnement. Afin d’adhérer aux objectifs définis par le grenelle de l’environnement, qui prévoit de réduire de 50% (si possible) l’utilisation des intrants phytosanitaires (Plan Ecophyto 2018), l’Association Bordeaux Montesquieu envisage la création d’une plateforme technologique (BIOPROTEC) qui a pour but d’aider au développement d’agents biologiques de protection des cultures (biopesticides) en tant que solutions alternatives à la lutte chimique classique. Ces produits d’origine naturelle, plus respectueux de l’environnement et de la santé des utilisateurs et des consommateurs, pourront aussi être introduits dans des programmes de traitements pour permettre de diminuer l’apport d’intrants chimiques. Cette plateforme sera à destination des laboratoires de recherche et des entreprises et aura pour objectif de promouvoir l’apparition de nouveaux produits naturels sur le marché. Elle pourra s’appuyer, sur un réseau déjà existant de compétences scientifiques et d’industriels pouvant s’impliquer dans le développement d’agents biologiques de protection des cultures. La plateforme permettra ainsi de structurer la filière « biopesticides » et de favoriser l’émergence et la concrétisation de projets. Elle fournira également une offre intégrée de prestations de recherche et développement. L’avantage de la création d’une telle structure est de pouvoir apporter une offre globale aidant les différents utilisateurs à tous les niveaux du développement de produits naturels de protection des cultures.
  • La résistance naturelle aux nématodes comme alternative à la lutte chimique chez les plantes pérennes : les exemples Meloidogyne/Prunus et Xiphinema index/vigne Daniel Esmenjaud,1 Elisabeth Dirlewanger,2 Marc Kleinhentz,2 Nathalie Ollat3 et Alain Bouquet4,5 1 Inra, UMR "Interactions Biotiques et Santé Végétale" (IBSV), Equipe Interactions Plantes-Nématodes, 2 Sophia Antipolis, France ; Inra, "Unité de Recherche sur les Espèces Fruitières" (UREF), Villenave 3 d’Ornon, France ; Inra, UMR "Ecophysiologie et Génomique Fonctionnelle de la Vigne" (EGFV), 4 Villenave d’Ornon, France ; INRA, UMR "Diversité et Adaptation des Plantes Cultivées" (DiAPC), 5 Montpellier, France, Décédé le 12-05-2009 Daniel.Esmenjaud@sophia.inra.fr Mots-cles : durabilité, porte-greffe, pyramiding Face aux nématodes, la stratégie ‘résistance naturelle’ est l’alternative la plus prometteuse aux nématicides. Mais en cultures pérennes la création de porte-greffe à résistance durable chez les Prunus vis-à-vis de Meloidogyne spp. ou chez la vigne vis- à-vis de Xiphinema index est délicate du fait que la durée du cycle de ces plantes accroît fortement les risques de contournement. Toutefois la faible mobilité propre des nématodes dans le sol et la reproduction principalement parthénogénétique des espèces concernées sont des particularités biologiques favorables à cette stratégie. Chez les Prunus, plusieurs gènes forts et à spectre complet [Ma ; prunier myrobolan (M)] ou plus restreint [RMia chez le pêcher (P) et RMja chez l’amandier (A)] ont été caractérisés. La création de porte-greffe interspécifiques [M x P, M x A et M x (A x P)] vise à développer un matériel polyvalent au niveau adaptatif et pyramidant Ma et l’un des autres gènes (par sélection assistée par marqueurs) pour mieux garantir la durabilité de la résistance. Le gène Ma, cloné pour ses propriétés remarquables par rapport au gène Mi de la tomate, appartient à un cluster de gènes de type TIR-NBS- LRR. Chez la vigne, le nématode ectoparasite migrateur X. index transmet le Grapevine fanleaf virus (GFLV), virus principal du court-noué. A ce jour, une résistance élevée au nématode n’a été trouvée que chez l’espèce Muscadinia rotundifolia, voisine des Vitis. Une première génération de matériel hybride intergénérique Vitis-Muscadinia impliquant cette source a permis d’identifier plusieurs individus F1 et un individu BC1 (Nemadex ; en cours d’inscription, obtenu par retrocroisement par hybride interspécifique de Vitis sensible) qui présentent un bon niveau de résistance à plusieurs lignées isofemelles de X. index d’origine géographique très variée. L’objectif est désormais d’améliorer ce niveau en cumulant la résistance muscadine et la meilleure résistance partielle qui sera caractérisée dans le matériel Vitis. Esmenjaud D. and Bouquet A. 2009. Selection and application of resistant germplasm for grapevine nematodes management. In: A. Ciancio and K. G. Mukerji (eds.). Integrated Management of Fruit Crops and Forest Nematodes. Springer Science+Business Media B.V. pp. 195-214. Esmenjaud D. and Dirlewanger E. 2007 Genome mapping and molecular breeding in plum, In: Kole C (ed). Genome Mapping and Molecular Breeding in Plants (Vol. 4: Fruits and nuts). Springer Verlag, Heidelberg, pp 119-136. Esmenjaud, D., Voisin, R., Van Ghelder, C., Bosselut, N., Lafargue, B., Di Vito, M., Dirlewanger E., Poëssel, J.L. and Kleinhentz, M. 2009. Genetic dissection of resistance to root-knot nematodes Meloidogyne spp. in plum, peach, almond and apricot, from various segregating interspecific Prunus progenies. Tree Genetics and Genomes 5:279-289.
  • Une fertilisation durable issue de la valorisation des coproduits de la distillation. Sylvain LOZANO, Nelly URBAN Groupe Grap’Sud, CRUVIERS-LASCOURS, France, slozano@grapsud.com Mots clés : fertilisation organique, valorisation de coproduits, engrais NFU 42 001. Grap’Sud est une union de distilleries coopératives, spécialisée depuis plus de quarante ans, dans la fabrication et la commercialisation de produits dérivés du raisin pour répondre aux marchés spécifiques de : - l’agriculture et l’agro-industrie - l’œnologie - l’agroalimentaire - la nutraceutique Pour Grap’Sud, qui puise dans le raisin sa raison d’exister, respecter l’environnement est tout naturel. L’utilisation massive d’engrais minéraux pendant des décennies, l’appauvrissant en matière organique des sols et la volatilité des prix sur le marché des engrais, nous ont conduit à proposer une offre alternative. En plus du traditionnel amendement organique issu du marc de raisin, nous avons développé un engrais organique liquide issu du raisin, élargissant ainsi notre gamme FERTIRAISIN®. Cet engrais organique complet et naturel issu à 100% du raisin, NPK 1,5–0,5–5, apporte 30% de matière organique, et garantit la restitution des oligo-éléments au sol. L’utilisation comme fertilisant de cet engrais issu de la valorisation de coproduits viticoles permet de ramener à la terre des éléments issus de la terre. Il est en ce sens cohérent avec le développement d’une agriculture durable et est utilisable en agriculture biologique. Le développement de cette activité de valorisation est passé par l’analyse et l’amélioration des process de production afin de garantir l’homogénéité de l’engrais. Les essais agronomiques sur vigne ont démontré l’efficacité du produit. L’apport conseillé de 3T/ha a permis d’assurer les mêmes rendements et la même maturité de récolte qu’une dose similaire d’engrais minéral, pour un coût à l’hectare en adéquation avec l’utilisation d’une ressource locale. Le développement de matériel d’épandage spécifique à la vigne a permis de faciliter son utilisation et de proposer une mise en marché, conformément à la norme NFU 42 001. Le développement commercial a ouvert d’autres perspectives avec de nouvelles applications en arboriculture, maraichage, et grandes cultures.
  • Les outils issus des nouvelles technologies au service d'une agriculture durable Projet TICSAD V. de RUDNICKI1, B. RUELLE1, L. SCHEYER1 et 2 1 Cemagref – UMR ITAP- Montpellier - France 2 EPLEFPA MOH - Etablissement d'enseignement agricole de Montpellier - France laurent.scheyer@cemagref.fr TIC (Technologies de l’Information et de la Communication), Produits phytosanitaires, Traçabilité, Agriculture de précision, Agriculture durable Le projet baptisé TICSAD : "les Technologies de l’Information et de la Communication au Service d’une Agriculture Durable", consiste à donner aux agriculteurs des solutions simples pour faire évoluer les pratiques agricoles. L’objectif est d’améliorer la rentabilité économique des exploitations agricoles et diminuer l’impact environnemental de ces pratiques. Il s’agit d’une part, de mettre à profit les possibilités offertes par les nouvelles technologies pour développer des outils innovants en s’appuyant sur un partenariat chercheurs – formateurs – entrepreneurs - professionnels agricoles, et d’autre part, de former les professionnels à l’utilisation de ces outils. Parmi ces outils, un système électronique embarqué avec des capteurs installés sur le pulvérisateur sera utilisé dans 20 sites dont 5 lycées agricoles. Il permet une analyse précise des différents paramètres géoréférencés et caractérisant la qualité d’un traitement phytosanitaire (débits, niveau de cuve, données climatiques, etc.). L’analyse des données intraparcellaires acquises par le Système TICSAD met en évidence les pistes d’amélioration des traitements. La géomatique, le GPS et les outils de traçabilité sont de plus en plus utilisés par les entreprises travaillant dans le secteur agricole. Nombreux sont aujourd’hui les employeurs qui recherchent des compétences dans ces domaines. Ces outils permettent de gagner du temps, de simplifier et de sécuriser l’enregistrement des pratiques culturales. Ils sont une aide à la décision permettant d’optimiser les interventions tant au niveau économique qu’environnemental. Ils sont un moyen de répondre aux exigences de traçabilités réglementaires et commerciales. Dans le cadre du projet TICSAD et pour répondre à ces attentes, l’établissement de formation agricole de Montpellier propose des formations sur l’utilisation de ces outils issus des nouvelles technologies. Ce sont des formations courtes et longues à destination des jeunes et des adultes. Ce projet initié par le Lycée agricole de Montpellier et le Cemagref, est porté par la Chambre régionale d'agriculture du Languedoc-Roussillon au côté d'une vingtaine de partenaires. V. de Rudnicki, B. Ruelle, M. Douchin; 2008 : Reducing pesticide-related water pollution by improving crop protection practices: the use of ICT technologies; 13th IWRA World Water Congress 2008 B. Ruelle, V. De Rudnicki & all; 2008 Reducing pesticide-related water pollution by the embedded information and communication technologie ; Euroageng 2008
  • Proposition de communication POSTER Les rencontres Q@Li-MEDiterranée 2009 Montpellier SupAgro-INRA, 6 nov. 2009 Stimulation des Défenses Naturelles des plantes : un engouement indéniable malgré un manque de connaissances préjudiciables à leur efficacité ! E. Pajot1 Valinov- Centre d’Innovation et de Transfert du Végétal Spécialisé - 3 rue Alexandre Fleming, 49066 Angers Cedex 1 – France. 1: correspondance à emmanuel.pajot@valinov.fr Résumé : La Stimulation des Défenses Naturelles des Plantes (SDN) apparaît comme une stratégie de protection des cultures séduisante (Pajot et Regnault-Roger, 2008). Cependant, son efficacité semble trop souvent aléatoire notamment lors de la mise en place d’expérimentations de terrain. Aujourd’hui, pour que cette stratégie prenne toute la place qu’elle mérite dans le secteur de la protection intégrée des cultures, le principal enjeu est d’identifier les différents freins jouant sur l’efficacité des SDN. La communication proposée présente un certains nombre de leviers identifiés à ce jour et sur lesquels des efforts de recherche doivent être fait : - La réceptivité de la plante (génétique, âge, organe cible, interactions potentielle stress abiotiques/biotiques…) ; - Les bio-agresseurs cibles (Genres, espèces, pathovars et isolats, pressions parasitaires…) ; - Le mode d’action des substances élicitrices (Préventif, systémie du signal, cinétique d’induction, variabilité des réponses de défenses mises en jeux, variabilité et concentrations des métabolites secondaires accumulés…) ; - La formulation du produit commercial (bio-disponibilité des substances actives, stabilité, compatibilité en mélange…). Dans ce contexte, les compétences scientifiques présentent au sein du pôle de compétitivité du végétal spécialisé, Végépolys, et travaillant sur le sujet des éliciteurs (UMR PaVé, Valinov…) ont initié, avec le soutient de Végépolys et de ses filières végétales, une réflexion sur ce sujet. Valinov, Centre de transfert de technologies, travail depuis près d’un an sur la conception d’un projet collaboratif, DEFI-STIM, pour « Développer l’efficacité des SDN et stimuler le marché de ces produits ». Ce projet, en cours de montage, sera déposer au 10ème AAP du FUI (avril 2010) avec la volonté de l’ouvrir, au travers de co-labellisations, à d’autres pôle de compétitivité travaillant sur cette thématique (Q@LIMEDiterranée, PCIAR…). Mots clés : Eliciteur, SDN, Efficacité, stress abiotiques Référence bibliographique : - E. Pajot et C. Regnault-Roger (2008) - Stimulation des défenses naturelles des plantes et résistance induite : une nouvelle approche phytosanitaire ? Biopesticides d’origine végétale – Editions Tec & Doc – Lavoisier, 576 pages, 2008 - ISBN : 978-2-7430-1081-2.
  • Gestion allégée de la protection tavelure (venturia inaequalis) en fonction de la sensibilité variétale du pommier Xavier Crété, Claude Tronel*, Gérard Ferré CEHM, *CEHM/Ctifl, Marsillargues, France. xcrete@cehm.net Mots clef : tavelure du pommier, prophylaxie, sensibilité variétale La tavelure du pommier est la maladie qui nécessite le plus de traitements chimiques sur cette culture (entre 8 et 12 en moyenne dans le Midi méditerranéen). Pourtant, du fait des spécificités climatiques de ce secteur, un allègement de la lutte chimique est possible à certains moments clés et à certaines conditions : Se limiter aux variétés peu (ou moyennement) sensibles Bien connaître l’inoculum de la parcelle Mettre en œuvre une prophylaxie rigoureuse et systématique Utiliser les outils d’aide à la décision disponibles sur ce sujet (modèles mathématiques, thermohumectographes, pièges à spores…) Une expérimentation a été mise en place sur 22 parcelles de producteurs du secteur Marsillargues – St. Just – Mauguio. Les variétés retenues étaient Reine des Reinettes, Granny Smith et Belchar. Chaque verger était séparé en deux parties Une partie recevant le programme de protection fongicide classique, géré par le producteur Une partie recevant le programme « allégé » piloté par le CEHM L’essai a permis une réduction significative du nombre de fongicides appliqués à la culture (4 au lieu de 10 en moyenne) ainsi que du nombre de passages (4 au lieu de 9). Aucun cas d’échec de protection n’a été observé. Néanmoins, les comptages d’inoculum en fin de période végétative montrent une légère augmentation de l’inoculum dans les parcelles à lutte réduite. Cette observation confirme l’absolu nécessité d’envisager une prophylaxie rigoureuse pour espérer maintenir une telle stratégie sur plusieurs années.
  • NéoLég : vers une nouvelle configuration des agrosystèmes maraîchers méditerranéens sous abri pour une gestion durable des bioagresseurs telluriques Tchamitchian M.1, Caporalino C.2, Castagnone P.2, Collange B.1, Crestin J-M.3, Mateille T.4, Navarrete M.1, Risso S.5, Taussig C.3, Védie H.6 1 Ecodéveloppement, INRA Domaine St Paul 84914 Avignon CX 9, France 2 IBSV, INRA 400 route des Chappes, BP 167, 06903 Sophia Antipolis, France 3 APREL, Route de Mollégès, 13210 St Rémy de Provence, France 4 IRD, UMR CBGP, Campus de Baillarguet, CS30016, 34988 Montferrier-sur-Lez CX, France 5 Chambre d’Agriculture 06, MIN Fleurs 17, Box 85, 06286 Nice CEDEX 3, France 6 GRAB, Maison de la Bio, Agroparc BP 1222, 84911 Avignon CX 9, France Marc.Tchamitchian@avignon.inra.fr Mots-clés : bioagresseurs telluriques, approche systémique, protection intégrée L’ambition innovante de ce projet est d’élaborer de nouvelles configurations des systèmes de culture maraîchers sous abri permettant la gestion durable des ravageurs et maladies du sol. L’enjeu est d’arriver, par une approche systémique, à limiter fortement le recours aux pesticides de synthèse, tout en conservant un haut niveau de production. Nous supposons que cette gestion sera permise par la combinaison de méthodes, dites alternatives, aujourd’hui insuffisamment efficaces pour être utilisées seules. Le premier axe de ce projet vise à acquérir des connaissances sur ces combinaisons, par expérimentation et analyse des connaissances des conseillers et producteurs. Le deuxième axe vise à évaluer les performances de systèmes innovants candidats pour faciliter la conception avec les conseillers de nouveaux systèmes qui seront ensuite évalués par expérimentation. Le suivi des infestations dues aux nématodes phytoparasites à galles sur des systèmes sans méthodes de gestion agronomique ou au contraire incluant soit une ou plusieurs méthodes (engrais-vert nématicide, amendement organique, solarisation) montre que ces techniques permettent, en association, le contrôle de ces infestations dont le niveau est faible ou moyen (Collange et al. 2008). Pour de fortes infestations, il est nécessaire de modifier plus profondément le système, par exemple en diversifiant les rotations ou en utilisant des plantes non-hôte ou résistantes. Les essais réalisés en laboratoires avec des variétés de piment sélectionnées pour leur résistance aux nématodes à galle montrent une forte réduction de l’infestation après cette culture. Différentes rotations construites autour d’engrais-vert non sensibles (céréales par ex.) ou ayant des propriétés nématicides (moutarde brune), ou autour d’espèces légumières réputées peu sensibles sont en cours d’étude. Un travail bibliographique a été réalisé pour construire un système d’évaluation multicritère de la sensibilité d’un système de culture maraîcher sous abri aux nématodes et aux champignons du collet, un prototype pour les nématodes à galle ayant déjà été construit (Tchamitchian et al. 2009).
  • Références Collange B., Peyre G., Tchamitchian M., Navarrete M. 2008. Chemical alternative techniques: promising results for the root-knot nematode control. 8th International Conference on Pests in Agriculture, 9 pp Tchamitchian M., Collange B., Navarrete M., Peyre G. 2009. Multicriteria evaluation of the pathological resilience of in-soil vegetable protected cropping systems. In Gosselin, A. & Dorais, M. (ed.) GreenSys 2009, Quebec City, Canada. Remerciements Le projet NéoLég est un projet du GIS PIClég et est financé par l’INRA dans le cadre de ce GIS. Le programme national de recherches PIClég (Production Intégrée en Cultures Légumières) a pour objectif de produire les connaissances nécessaires à l’élaboration, la mise en oeuvre et l’évaluation des systèmes de Production Intégrée en cultures légumières de plein champ et sous abri pleine terre, préservant l’environnement et assurant la qualité des produits pour les consommateurs. Ce programme est porté par un GIS créé en 2007 qui regroupe 10 partenaires : INRA, Légumes de France, CTIFL, APCA, UNILET, MAP, France AGRIMER, FELCOOP, INTERFEL, FEDECOM. Pour en savoir plus : <http://www.picleg.fr/>
  • Précovision, un outil d’élaboration du conseil agronomique pour la réduction de l’impact des intrants Agnès Mechin Agrosud, Montpellier, France agnes.mechin@agrosud.com Mots-clés : préconisation, protection des cultures, intrants, environnement, informatique Références bibliographiques : Résumé : Les agriculteurs doivent de plus en plus tenir compte de l’impact de leurs pratiques sur l’environnement et la santé. Cela se traduit réglementairement par des nouvelles exigences issues du Grenelle de l’environnement, en particulier en ce qui concerne la réduction des impacts des produits phytosanitaires. Parallèlement, il est nécessaire de conserver le même niveau d’efficacité des solutions préconisées en protection des cultures afin de maintenir la rentabilité des exploitations. L’objectif du projet est de faire évoluer la préconisation en protection et nutrition des cultures de façon à concilier cette double exigence en matière d’environnement et santé et en matière d’efficacité. Différents partenaires de la distribution, de l’agronomie et de la recherche : Agrosud, Cemagref, Envilys, Ifv, Itk, SupAgro sont mobilisés. L’objectif est de faire progresser le niveau d’expertise de la préconisation proposée aux agriculteurs. Il s’agit de construire un outil informatique de conception des itinéraires culturaux dont l’impact environnemental est réduit tout en prenant en compte la dimension technico-économique. L’innovation introduite dans cet outil permettra de faire progresser le niveau d’expertise agronomique, d’optimiser le temps d’élaboration des préconisations et le suivi d’un plus grand nombre d’agriculteurs. Précovision sera un outil destiné à l’usage quotidien des techniciens pour générer, documenter, fiabiliser leurs préconisations. L’outil comportera des fonctionnalités de trois types : - Gestion de l’information - Contextualisation de l’information - Génération automatisée d’itinéraires culturaux personnalisés en fonction des critères propres à chaque agriculteur Il assurera en outre la conformité à la réglementation professionnelle en cours de réforme.
  • AkiNaO, natural products for the future Annabel SIMON-LEVERT et Cédric BERTRAND AkiNao. Centre de Phytopharmacie / Université de Perpignan Via Domitia 52 avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan Cedex. Tel: 04 68 66 20 73 Fax: 04 30 19 81 38 www.akinao-lab.com annabel.simon@akinao-lab.com Mots clés: AkiNaO, produits naturels, valorisation, biopesticides, agrochimie. L’objectif d’AkiNaO, start-up en cours d’incubation (LRI et PSE) au sein de l’Université de Perpignan Via Domitia est de valoriser les substances naturelles en agrochimie. Un projet de développement de nouvelle préparation ? Nous pouvons vous accompagner en vous offrant un service de R&D efficace Industriels, vous commercialisez des préparations naturelles ? Agriculteurs, vous utilisez des préparations naturelles ? Techniciens, vous testez des préparations naturelles ? Pour vous, AkiNaO développe, à façon, des systèmes d’analyses en laboratoire, permettant de mettre en évidence:  la composition chimique qualitative et quantitative de vos préparations. Parce que la connaissance de la composition d’une préparation est essentielle à la connaissance de son efficacité, nous vous proposons de développer des systèmes d’analyses chimiques en laboratoire pour un suivi qualité.  les activités in-vitro et in-vivo de vos préparations Vous développer un nouveau fongicide ? un nouvel herbicide …? Avec vous, nous mettons au point des tests ciblés pour caractériser vos activités.  les activités au champ Parce que nous savons que l’extrapolation du laboratoire au champ n’est pas toujours évidente, nous travaillons en collaboration avec des instituts techniques et/ou des agriculteurs pour tester vos nouvelles préparations.
  • Intérêt des produits alternatifs face aux maladies des plantes S. Hallier, C. Monot, M-C. Carrara, K. Craddock et J. Guerrand (1) (1) Bretagne Biotechnologie Végétale (BBV), Pen-ar-prat, F-29250 St- Pol-de-Léon, France Contact : hallier@bbv.fr RÉSUMÉ : BBV travaille depuis plus de 10 ans à l’étude en conditions contrôlées de produits de protection des plantes susceptibles d’apporter une alternative intéressante aux produits phytosanitaires conventionnels. Nombre de ces produits, et en particulier certains stimulateurs de défense, ont été évalués sur plus d’une dizaine de couples plante/pathogène. Les études réalisées à BBV englobent également la compréhension du mode d’action du produit, et notamment sa capacité à induire des mécanismes de défense de la plante, son potentiel effet biocide, sa persistance d’action et sa possible systémie (ou systémie d’une résistance induite). Cette communication présente notre avis sur les limites et les avantages des produits alternatifs, et en particulier des stimulateurs de défense des plantes. Mots-clés : maladies des plantes, tests en conditions contrôlées, produits alternatifs, éliciteurs, mode d’action. SUMMARY: Interest of alternative phytosanitary products towards plant diseases. BBV has been working for more than 10 years on studying under controlled conditions phytosanitary products potentially able to bring an interesting alternative to conventional plant protection. Those products, especially elicitors of plant defence, have been evaluated on more than 10 different plant diseases. Studies done at BBV include also the understanding of the action mode of the product, such as its ability to stimulate plant defence, its potential biocide effect, its persistence of action, and its possible systemic protection (or systemic induced resistance). This paper presents our point of view on the limits and advantages of the alternatives products, more specifically regarding elicitors of plant defence. Key words: plant disease, tests under controlled conditions, alternative products, elicitors, action mode. 1
  • Des réseaux de capteurs au service de l'agronomie. Guillaume Fernandez Agriscope, Lunel (France) , guillaume.fernandez@agriscope.fr Agriculture de précision, capteurs, intrants, irrigation, agro météorologie La généralisation du processus d'optimisation des itinéraires de culture demande la connaissance d’informations essentielles recueillies au plus proche des cultures, au coeur des parcelles de production. La solution présentée permet de déployer des réseaux de capteurs agronomiques temps réel sur une ou plusieurs parcelles, permettant la couverture d'un bassin de production. Cette solution englobe une gamme d'outils informatiques autorisant l'accès aux données sur internet et la création de ponts applicatifs vers des logiciels métiers (Logiciels d'irrigation, de modélisation, de gestion des exploitations…). Les Agri-bases (les noeuds du réseau) peuvent embarquer de nombreux capteurs standards (température, hygrométrie,…) et peuvent également être équipées de capteurs plus spécifiques (mesure de la température des feuilles, de la dilatation des ceps... suivant les besoins des utilisateurs). Les données relevées par les capteurs sont communiquées à distance et en temps réel par radiofréquence libre et ligne adsl vers un serveur central. Cette chaîne de mesure est entièrement autonome, peu énergivore et économique. Le serveur permet aux utilisateurs de disposer de données brutes ainsi que de repères agronomiques recalculés. (Degrés jour, point de rosée, ETP, algorithme personnalisés....). Les exploitants agricoles ont la possibilité de visualiser les données de leurs parcelles au travers d'une interface web intuitive, permettant entre autres une planification de leurs interventions en fonction de données directement issues de leurs parcelles. Les conseillers et les centres techniques disposent d’un accès à l'ensemble de leur réseau et peuvent ainsi alimenter leurs outils internes avec des données provenant des parcelles agricoles. Les éditeurs de logiciels agricoles peuvent créer de nouvelles applications métier branchées 'en direct' sur les parcelles de leurs clients. Cette hiérarchisation de l'accès permet de mutualiser l'information et d'impliquer les exploitants agricoles au coeur du processus d'optimisation des itinéraires de cultures. Elle ouvre la voie au partage des savoir-faire et à l’expérimentation de nouvelles pratiques.
  • Le projet LIFE AWARE: optimiser les techniques d’application des produits phytosanitaires pour limiter la pollution de l’eau B.Ruelle1, V. De Rudnicki1 , O Liet1, C Sinfort2, L Scheyer 1 et3 1 : Cemagref, UMR – ITAP, Montpellier, France bernadette.ruelle@cemagref.fr 2 : Montpellier SupAgro, UMR – ITAP, Montpellier, France 3: EPLEFPA MOH - Etablissement d'enseignement agricole de Montpellier - France Mots-clés : produits phytosanitaires, techniques d’application, TIC (Technologies de l’Information et de la Communication), pollution de l’eau Le projet AWARE1 montre comment l’optimisation des techniques d’application des produits phytosanitaires en viticulture permet de limiter la pollution de l’eau. Il s’est déroulé de 2006 à début 2009 sur le bassin versant de la Vaillelle, à Neffiès dans l’Hérault. Il a bénéficié du soutien financier du programme européen LIFE environnement. Piloté par le Cemagref de Montpellier (UMR ITAP), il regroupe un partenariat public-privé complémentaire : Conseil Général et Chambre d’Agriculture de l’Hérault, UMR LISAH, Montpellier SupAgro, 2 entreprises privées (VOE-Développement et ERECA) et 2 partenaires étrangers (CISA en Italie et IRTA en Espagne) avec la participation active des viticulteurs de la cave coopérative « les Coteaux de Neffiès ». Le Cemagref a développé un système prototype d’enregistrement embarqué sur les pulvérisateurs mesurant les paramètres d’application des produits (débits, volume, météo). Une traçabilité intraparcellaire georéférencée des traitements est ainsi mise en place. D’autre part cet outil apporte une aide au travail en direct lors du traitement par l’affichage de ces données. Une quinzaine de viticulteurs du bassin ont été équipés de ces systèmes. En parallèle les pratiques d’application des pesticides sont étudiées. Un modèle de transfert des pesticides à l’échelle du bassin versant (MHYDAS/INRA) est utilisé pour étudier l’impact à long-terme de différents scénarios de pratiques sur la qualité de l’eau. Des prélèvements sont réalisés sur la rivière pour connaître l’état initial du milieu et suivre son évolution. Les principaux points d’intérêt du projet sont : - Mener une étude pluridisciplinaire globale alliant chercheurs, conseillers, techniciens et acteurs locaux pendant 3 années pour concilier activité agricole et respect de l’environnement. - Sensibiliser les agriculteurs aux problèmes de pollution de l’eau par les produits phytosanitaires et améliorer les pratiques. - Connaître les performances environnementales des différents équipements utilisés pour guider les décideurs dans leurs choix. 1 AWARE : A Water Assessment to Respect the Environment
  • - Générer des données géoréférencées à destination des professionnels agricoles, des décideurs publics et des scientifiques à l’échelle d’un bassin versant. - Approfondir les connaissances sur la dérive des produits phytosanitaires en fonction des techniques d’application. DE RUDNICKI, V, RUELLE, B, DOUCHIN, M. - 2007. Optimiser les pratiques de pulvérisation en vigne avec les TIC pour limiter la contamination de l'environnement. Cahier technique 2007, Euroviti , Institut Français de la Vigne et du Vin, p. 141 - 148 DE RUDNICKI, V, RUELLE, B., DOUCHIN, M., SINFORT, C. - 2009. Utilisation des NTIC pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l'environnement l'exemple du projet AWARE. STIC & Environnement, Calais,12 p. SINFORT, C, COTTEUX E, RUELLE B, DE RUDNICKI V, BONICELLI B -2009. Une méthodologie pour évaluer les pertes de pesticides vers l’environnement pendant les pulvérisations viticoles. STIC & Environnement, Calais, 14 p.
  • Trichoderma atroviride, un agent microbien à bien identifier pour optimiser la croissance et la protection des plantes Benoît PLANQUES1, Renaud CANAGUIER2 1 GITEN France - Sophia-Antipolis – F, 2Laboratoire NIXE - Sophia-Antipolis – F benoit.planques@giten.fr Mots clés : Trichoderma atroviride, sol, fertilisation, protection des cultures, TIFI Les Trichoderma sont des champignons microscopiques caractérisés par une grande capacité d’adaptation et une croissance rapide. Les espèces et les variétés de Trichoderma sont nombreuses : plusieurs espèces spécifiques du sol, possèdent à des degrés divers, des propriétés stimulatrices du développement végétal et des propriétés antagonistes des champignons phytopathogènes. Les souches telluriques les plus recherchés en agriculture ont un comportement quasi-symbiotique avec les plantes. la présence de ces champignons dans l’environnement immédiat des racines améliore le développement et l’état sanitaire des végétaux sans nuire aux organismes bénéfiques, tels les champignons mycorhiziens et les bactéries associés aux racines. Le Trichoderma atroviride MUCL45632 exerce son action dans la rhizosphère : amélioration de levée des graines, amélioration de croissance, assainissement des sols et des supports de culture, réduction du risque d’infection de champignons pathogènes du sol (Armillaria, Rhizoctonia, Sclerotinia, Fusarium, Phytophtora, Botrytis). L’application au sol ou dans les terreaux de T. atroviride MUCL45632 stimule le développement des plantes par émission des facteurs de croissance aisément absorbés par les racines. Les effets sont d’autant plus spectaculaires que l’application est précoce, l’idéal étant le traitement au semis. L’association T. atroviride MUCL45632 et Glomus intraradices, présents dans le TIFI, aide à la solubilisation et au transport des nutriments minéraux, (azote, phosphore, potassium, oligo-éléments). Le champignon assainit le sol par différents mécanismes de compétition ou de potentialisation des défenses naturelles des plantes. La souche MUCL45632 isolée et brevetée par le laboratoire NIXE (groupe GITEN) se distingue par sa stabilité dans le sol et les supports de culture, sa grande adaptabilité à l’environnement et sa reproductibilité élevée. Le tout se traduit par une action plus rapide et plus efficace ainsi que par une plus grande persistance, grâce à sa capacité à vivre en occupant la rhizosphère et en colonisant le cortex radiculaire des plantes herbacées ou ligneuses. Références Bibliographiques : Avis T J, Gravel V, Antoun H, Tweddell R J (2008), Multifaceted beneficial effects of rhizosphere microorganisms on plant health and productivity, Soil Biol. Biochem, 40, 1733-1740 Canaguier R, Braquet S, De Raco C (2008), Souche de Trichoderma atroviride – son utilisation comme stimulant de la germination et/ou de la croissance des plantes, demande de brevet EP1876232A1, publ. 09.01.2008
  • La symbiose mycorhizienne, pour une amélioration de la croissance des plantes et la qualité des sols Benoît PLANQUES1, Renaud CANAGUIER2 1 GITEN France - Sophia-Antipolis – F, 2Laboratoire NIXE - Sophia-Antipolis – F benoit.planques@giten.fr Mots clés : mycorhize, sol, fertilisation, Glomus spp., AEGIS « MYCORHIZE » désigne l’association mutuelle entre les racines de la majorité des végétaux supérieurs, cultivés ou sauvages, et certains champignons du sol. Il s’agit d’une symbiose pratiquement universelle. Les champignons mycorhiziens relient littéralement la plante au sol. Le champignon arrive à se propager de plante à plante et crée même des ponts entre des plantes identiques ou différentes. Les pratiques d’agriculture moderne gênent la formation ou détruisent les mycorhizes : les excès d’engrais, de phosphates solubles, d’antifongiques, mais aussi le labour, l’érosion et la désinfection (fumigation, vapeur)… Les deux grandes familles de mycorhizes d’intérêt agricole peuvent être classées selon des critères structurels et fonctionnels : Ectomycorhizes des plantes ligneuses où le champignon forme une gaine extérieure à la racine avec des ramifications internes dans les cellules du cortex de la racine, Endomycorhizes des plantes herbacées et ligneuses où le champignon se développe essentiellement dans la racine (par exemple, Glomus spp.), A l’exception des Chenopodiacées et de Brassicacées, toutes les plantes cultivées tirent de l’association, des avantages qui se traduisent par une amélioration de leur état, d’autant plus spectaculaire que le sol est plus pauvre et moins propice à leur développement. Les effets généraux de la mycorhization sur l’enracinement et la santé des plantes sont caractéristiques en terme de : Stimulation : amélioration de la levée des semis, de la reprise et de la vigueur des plants et des rendements qualitatifs et quantitatifs, Nutrition : réduction des besoins en eau, meilleure utilisation du phosphore et des oligo-éléments du sol, Protection : amélioration de la résistance aux pathogènes et aux adventices, réduction de la « fatigue des sols », amélioration de l’aération et du drainage des sols. Dans les conditions normales de culture en plein champ, une inoculation artificielle par des champignons mycorhizogènes AEGIS (Glomus intraradices) aura beaucoup d’effets bénéfiques dont une amélioration de rendement et de qualité. Références Bibliographiques : ESTAUN V, CALVET C, CAMPRUBI A, HERNANDEZ A (2006) Les micorizes arbusculars : aplicacions micoriziques en sistemes de conreu sostenibles, Agrocultura, n° 24 HERNANDEZ A (2002) Micorrizas arbusculares en el marco de la produccion ecologica e integrada, Phytoma Espana, n°135
  • Chitine et chitosan pour le contrôle des phytopathogènes d’origine fongique ou bactérienne du sol ou foliaire. Auteur : Jean-Pierre Say France-Chitine, Orange, France fra.chi@wanadoo.fr « La chitine et le chitosan ont démontré leur capacité à contrôler les maladies sur diverses variétés horticoles. Il a été démontré scientifiquement que, à la fois les phytopathogénes foliaires ou du sol, d’origine fongique, bactérienne ou virale peuvent être contrôlés en utilisant des produits à base de chitine et/ou de chitosan ». Extrait de « Science Direct Crop Protection » volume 25 (2006) pages 108-118 La chitine est le second biopolymére le plus abondant à la surface de la terre après la cellulose, la nature en produit plusieurs milliards de tonnes an, c’est le matériau de structure des animaux à squelette externe, on la trouve aussi dans les parois des champignons. le chitosan est le seul polymére naturel cationique connu à ce jour. Ces deux polymères sont 100% biocompatibles et biodégradables. « Contrôle des phytopathogénes du sol ». Les micro-organismes du sol sont un élément essentiel de la santé des plantes, ils concourent à l’élimination des maladies et des parasites. L’apport de substrats sélectif comme la chitine et/ou le chitosan stimulent la microflore emdémique de la rhizosphère productrice d’enzymes chitinolytiques cette microflore antagoniste qui attaque, repousse les organismes phytopathogénes, tel Rhizoctonia, Fusarium, Sclerotinia, Phytophtora… Les plantes poussant dans un sol amendé avec de la chitine ou du chitosan résistent mieux aux maladies que celles poussant dans un sol pauvre en micro-organismes antagonistes. Notre produit Sol-Actif a été homologué en 2009 par le ministère de l’agriculture<<w pour cet usage. « Contrôle des phytopathogénes foliaires ». L’application de chitine ou chitosan induit la stimulation dans les tissus à la fois foliaire ou racinaire de réaction de défenses par la production d’enzymes chitinases, chiosanases et β-1,3 glucanases, la production de phytoalexine et de protéines de défenses en l’absence de tout agent pathogéne, la plante est ainsi vaccinée et prêtes à risposter en cas d’attaque. Mots clés : chitine, chitosan, biostimulant, éliciteur
  • Plant root-bacterial interactions in biological control of soilborne diseases and potential extension to systemic and foliar diseases J.W. Kloepper, R Rodriguez-Ubana*, G.W. ZehnderB, J.F. Murphy”, E. SikoraA and C. FernándezA ADepartment of Plant Pathology, Biological Control Institute, Auburn University, Auburn, Alabama 36849 United States of America BDepartment of Entomology, Biological Control Institute, Auburn University, Auburn, Alabama 36849 United states of America Australasian Plant Pathology (1999) 28: 21-26 “An alternative strategy to the introduction of specific antagonists is the augmentation of existing antagonists in the root environment. This augmentation may result from the use of specific organic amendments, such as chitin, which stimulate populations of antagonists, thereby inducing suppressiveness”. Evaluation of Different Application Methods of Chitin and Chitosan for Controlling Tomato Root Rot Disease under Greenhouse and Field Conditions Nehal S. El-Mougy, Nadia G. El-Gamal, Y.O. Fotouh and F. Abd-El-Kareem Department of Plant Pathology, National Research Centre, Giza, Egypt. Research Journal of Agriculture and Biological Sciences, 2(5): 190-195, 2006 “ Combined treatment between chitin and chitosan, the promising treatments in pot experiments,were applied under field conditions. Similar trend obtained in greenhouse experiments was also observed under field trials. Results indicate that, all treatments reduced the root rot incidence during two growing seasons. The highly reduction was obtained with combined treatment between chitin and chitosan at 6 g/kg soil, which reduced the disease incidence more than 91.0%.” Chitosan improves development, and protects Vitis vinifera L. against Botrytis cinerea E. Ait Barka · P. Eullaffroy · C. Clément · G. Vernet Laboratoire de Biologie et Physiologie Végétales, Laboratoire d’ Eco-Toxicologie, Université de Reims Champagne-Ardenne, Plant Cell Report (2004) 22:608–614 “Furthermore, exogenous foliar applications of chitogel to plantlets growing on chitogel- free medium sensitized them so as to be protected against Botrytis cinerea attack. Our results indicate that chitogel can be used in the vineyard as a means to attain protection against Botrytis cinerea and that its application may counteract the wide use of chemical pesticides”.
  • Conception de granulés biodégradables pour la libération contrôlée de pesticides Une façon de diminuer l’impact des intrants ? Chevillard Anne, Angellier-Coussy Hélène, Gontard Nathalie, Gastaldi Emmanuelle. UMR IATE "Ingénierie des agropolymères et technologies émergentes” : Montpellier SupAgro, INRA, UM2, CIRAD cc023, place Eugène Bataillon, 34095 Montpellier Tel: 33(0) 467 144 235 E-mail: anne.chevillard@univ-montp2.fr Mots-clés : pesticides, formulation, libération contrôlée, matrice biodégradable, argile. Résumé La pollution environnementale liée à l’utilisation massive de produits phytosanitaires est de plus en plus préoccupante. Les formulations à libération contrôlée sont une des voies envisagées pour réduire l’impact des intrants. L’objectif de ce travail était d’évaluer la possibilité d’utiliser une matrice biodégradable de protéines de blé (gluten) renforcée par des nanoparticules d’argiles comme support pour un herbicide (ethofumesate) dont la libération serait contrôlée par une structure de type (nano)composite. Dans un premier temps l’affinité des trois argiles présélectionnées (une naturelle et deux modifiées avec des cations organiques plus ou moins polaires) pour l’herbicide a été évaluée. Des complexes argile-herbicide ont aussi été réalisés dans le but de mesurer la libération du composé actif en milieu aqueux. Dans un second temps, le rôle de la matrice et de la structure (nano)composite obtenue par extrusion sur la libération contrôlée de l’herbicide a été évaluée sur des granulés contenant de l’ethofumesate et des nanoparticules d’argiles, placés en milieu aqueux. Les résultats ont montré que l’affinité des argiles pour ce pesticide dépendait de la nature chimique de l’ion présent dans l’interfeuillet. La présence de cations organiques a été associée à une très forte affinité avec l’herbicide, d’autant plus marquée lorsque le cation ne comportait pas de groupement polaire. Sous forme de complexes, l’herbicide était libéré moins rapidement par les argiles ayant une forte affinité pour le pesticide (argiles modifiées) avec une rétention plus marquée dans le cas de l’argile la plus apolaire. Formulé sous forme de granulés dans une matrice de protéines de blé extrudée, l’herbicide était libéré plus lentement dans le milieu que la formulation commerciale, cet effet était accentué avec l’argile non modifiée. La formulation de pesticides sous forme de granulés à base de protéines de blé avec des nanoparticules d’argiles semble donc être une façon pertinente de réduire l’impact des intrants.
  • Catégorie 2 Posters « Démarches Collectives / Bonnes pratiques»
  • Projet « 0 Herbi-Viti »: L’enherbement total de la vigne à l’étude dans le Sud-ouest de la France L. Gontier, T. Dufourcq, C. Gaviglio, E. Serrano Institut Français de la Vigne et du Vin - Pole Sud-ouest, V’Innopole, Lisle sur Tarn, France laure.gontier@vignevin.com Mots clés : enherbement total, semence, herbicide, vigne L'IFV Sud-ouest s'est engagé dans un programme visant à mettre au point des stratégies d'entretien du sol sans herbicides. Ces stratégies doivent à la fois être respectueuses de l'environnement et économiquement viables. Une des pistes de travail envisagées est l’enherbement maîtrisé sous le rang de vigne avec des espèces peu concurrentielles. Enherbement semé (Dactylis hispanica, Festuca ovina, Festuca rubra, Koeleria macrantha…) et enherbement naturel sous le rang sont comparés sur les plans technique (effets sur la vigne, impacts quantitatif et qualitatif sur la production) et économique, aux désherbages chimique et mécanique du rang. Après deux ans de mise en œuvre, nous notons un bon comportement des couverts végétaux semés en termes de contrôle de la flore adventice. Sur les plans agronomique et œnologique, l’enherbement total induit des effets déjà observés lors d’expérimentations sur la mise en place d’un couvert végétal inter-rang : réduction du rendement et de la vigueur, réduction de la teneur en azote des moûts, augmentation du degré potentiel et de la teneur en polyphénols – l’intensité de ces impacts étant cependant très variable selon les conditions de production (réserve hydrique, cépage) et surtout selon les types de couverts végétaux testés. Parmi les modalités étudiées, certains couverts végétaux apparaissent assez prometteurs vis-à-vis des objectifs fixés. La gamme d’espèces étudiées a été élargie depuis l’automne 2008, intégrant notamment des mélanges graminée/légumineuse. Références bibliographiques: L. Gontier, T. Dufourcq, C. Gaviglio 2009: Total grass cover in vineyard : an innovating and promising soil management alternative to reduce the use of herbicides, GIESCO, 2009 N. Delabays, JL. Spring, G. Mermillod 2006 : Essai d’enherbement de la vigne avec des espèces peu concurrentielles : aspects botaniques et malherbologiques. Revue suisse Vitic. Arboric. Hortic., 38(6)
  • Le Phytobac® Astrid Robette Bayer CropScience France, Lyon, France E-mail : astrid.robette@bayercropscience.com Mots clés : système de gestion des effluents Le Phytobac® est un système de gestion des effluents phytosanitaires reconnu par le MEEDDM (Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer), pour toutes les cultures et les zones non agricoles. Le Phytobac® est basé sur le pouvoir épurateur des sols et ne génère aucun déchet dangereux, ou déchet industriel spécial. Il est constitué d’un mélange de terre et de paille et fonctionne selon un mode de dégradation biologique, de manière simple et autonome. L’optimisation des conditions de développement et d’activité des micro- organismes contribue à augmenter son efficacité. Grâce à la gamme proposée par les partenaires industriels agréés (Biotisa et Hermex) et grâce à l’auto-construction, selon le cahier des charges Bayer CropScience France, le Phytobac® s’adapte à tous types d’exploitations et s’intègre totalement dans le dispositif de sécurisation de celle-ci. Le Phytobac® n’est pas qu’un simple bac, il est entouré d’une expertise que l’on peut acquérir lors de formations organisées par Bayer CropScience France. Cette expertise permet de réaliser les diagnostics des exploitations, de (faire) mettre en place des Phytobac®, de délivrer les attestations de conformité au cahier des charges ainsi que les codes d’agrément et de réaliser le suivi et la maintenance du dispositif. En cas de question, vous pouvez contacter Bayer Services Infos au 0800 25 35 45.
  • Cap sur le développement durable en cave coopérative Laurence HUGOU, Patrice MONTAGNE, Florence GRAS, Eric BONTEMPS Groupe ICV / Lattes - France lhugou@icv.fr Développement durable, Cave coopérative, Enjeux environnementaux, Responsabilité sociétale. Animées par le Groupe ICV, 11 entreprises coopératives vinicoles leaders de la région Sud Est de la France ont engagé en 2007 une démarche de DEVELOPPEMENT DURABLE impliquant 640 salariés et un une groupe pilote de 600 viticulteurs parmi les quelques milliers de coopérateurs concernés. L'objectif est de viser l’éco-socio-efficience par la mise en marché de produits à un prix compétitif et satisfaisant les besoins des clients, apportant de la qualité de vie aux acteurs (producteurs et salariés), réduisant progressivement les impacts écologiques (eau, air, sol) et l’usage des ressources. Au-delà de l’intégration simultanée des 3 piliers du développement durable dans la gestion des entreprises, coopérateurs compris, l’originalité de la démarche réside également dans la méthodologie employée, puisqu’il s’agissait de mettre en œuvre des mesures concrètes et personnalisées, dans le cadre d’une réflexion mutualisée. Le guide français SD21000 est utilisé comme support méthodologique. Son application permet d’appréhender la norme internationale ISO26000 (Responsabilité sociétale de l’entreprise). Une grille d’évaluation est établie pour mesurer par des indicateurs factuels l’évolution des structures. Un plan de formation, des ateliers collectifs et un suivi individualisé sur 3 ans accompagnent les entreprises dans la mise en œuvre des bonnes pratiques de Gouvernance, Performance Economique, et Responsabilité Environnementale L'utilisation de la marque collective VIGNERONS EN DEVELOPPEMENT DURABLE concrétise les efforts des entreprises ayant atteint un niveau de performance économique, sociale et environnementale suffisant pour communiquer sur les productions mises en marché. Elle est présentée dans le site internet www.v-dd.com.
  • Produire Bio pour consommer gardois Conseil Général du Gard Gard, Conseil Général du Gard, Nîmes, France castanet_p@cg30.fr Mots clés : agriculture biologique, bio local, bio gardois Dans le peloton de tête des départements bio, le Gard gagne chaque année une place au hit-parade national. Souvent, les agriculteurs « convertis » au bio sont passés par l’agriculture raisonnée, plus exigeante en termes de traçabilité. Cette mutation en profondeur du monde agricole révèle une vraie capacité d’adaptation aux attentes nouvelles du consommateur : du goût, de la qualité, la protection de la santé et de l’environnement. Dans cette optique, le Département du Gard cherche à faire correspondre au mieux l’évolution de l’agriculture avec les attentes et les besoins de la société. Le consommateur veut des produits de qualité, garantissant l’origine et élaborés selon des pratiques culturales qui préservent l’environnement. Sans détenir de compétences légales en matière de développement économique, le Conseil général du Gard a voulu trouver des clés d’entrée pour mieux répondre à ces besoins : l’aménagement du territoire, compétence départementale, en est une. Cela permet notamment au Conseil Général du Gard de soutenir la filière biologique au travers d’un plan d’actions pluriannuel. Pour le Département du Gard, il s’agit au travers de son plan d’actions de favoriser l’émergence d’une agriculture gardoise durable afin de répondre aux attentes sociétales en matière de développement durable. Il s’agit de mettre en adéquation l’offre et la demande de produits bio en structurant les filières agricoles afin de permettre aux exploitants gardois de vivre de leur métier en favorisant le Bio local, le Bio gardois. Le Conseil général du Gard s’engage ainsi pour l’amélioration de notre santé, la préservation de notre environnement et le développement de notre économie.
  • Etude A.D.I.VALOR sur la gestion des déchets issus du traitement des effluents phytopharmaceutiques produits sur les exploitations agricoles. Marc VAUCELLE A.D.I.VALOR Le cat Sud 68 cours Albert Thomas 69008 Lyon m.vaucelle@adivalor.fr Objectif : Fort de son expérience acquise depuis 2001 sur l’élimination des déchets phytosanitaires, A.D.I.VALOR réalise, avec le concours financier des agences de l’Eau Rhône méditerranée et Corse et Adour Garonne, une étude sur les solutions à apporter à la gestion des déchets issus des procédés de traitements des effluents phytopharmaceutiques. La réalisation d’opérations pilotes permettra d’évaluer, en conditions pratiques, les contraintes techniques, économiques et environnementales de l’élimination des déchets issus de l’emploi des procédés agrées de traitement des effluents. Résultats attendus de l’étude : - Etat de l’art sur les connaissances de l’élimination des déchets d’effluents phytopharmaceutiques - Caractérisation des déchets à éliminer pour les différents procédés homologués ; - Evaluation des coûts et conditions d’élimination des déchets issus de l’emploi: - d’un procédé générant des boues ; - d’un procédé générant des filtres et autres déchets - d’un procédé générant des produits asséchés - d’une installation de stockage des eaux souillées brutes (équipement collectif ou individuel) - Evaluation des risques pendant les phases de collecte et transport des déchets - Elaboration des bases d’un bilan carbone® sur les différents déchets et leurs filières d’élimination. - Référencement des prestataires d’élimination - Rédaction d’un guide technique ayant vocation à être diffusé auprès des fabricants des procédés, des prescripteurs et des administrations compétentes ; - Avant projet de procédures et d’organisation de la gestion des déchets dans le cadre du dispositif ADIVALOR. Planning de l’étude : Avril 2009 à Mars 2010 Informations et lien : www.adivalor.fr
  • Top incorpo Sonia Laurent / Renaud Cavalier Bayer CropScience, Lyon, France/Chambre d’Agriculture Gard, Nîmes, France sonia.laurent@bayercropscience.com renaud.cavalier@gard.chambagri.fr Mots-clés : bonnes pratiques, pulvérisateur La Chambre d’Agriculture du Gard et Bayer CropScience s’associent pour promouvoir les bonnes pratiques. Top incorpo permet de préparer les bouillies de pulvérisation efficacement, rapidement et sans effort, tout en limitant l’exposition de l’opérateur. Ce type de matériel ergonomique, économique et environnemental répond à une forte demande de la part des agriculteurs en particulier chez ceux qui ont du mal à incorporer des poudres dans le pulvérisateur. Son concepteur Renaud Cavalier nous explique le fonctionnement : Top incorpo est constitué d’une cuve de brassage (500 litres), d’une cuve de rinçage (70 litres) et d’une pompe permettant le brassage (250l/min). Il se déplace facilement et brasse eau et produits phytopharmaceutiques dans un mélange homogène, en minimisant le risque opérateur. La cuve possède également des buses rotatives facilitant le nettoyage ainsi qu’une table de préparation et d’un rince-main. Cet outil sécurise donc la phase de préparation de la bouillie. Si vous êtes intéressés, il vous suffit de contacter la Chambre d’agriculture du Gard au 04 66 04 50 91 ou 50 87.
  • Les Gestes Pro Sonia Laurent Marketing et Services / Bayer CropScience, Lyon, France sonia.laurent@bayercropscience.com Mots-clés : bonnes pratiques, pulvérisateur Bayer CropScience a lancé au printemps 2009 une opération pilote sur les « Gestes Pro » en arboriculture. Cette opération s’inscrit dans une démarche de sensibilisation et de formation des agriculteurs au port d’équipements de protection individuelle. Le premier numéro est relatif au bon usage des gants : Comment bien les choisir, bien les porter et bien les entretenir. Toutes ces informations sont reprises dans un document A4 et un poster A3 qu’il est possible d’afficher sur l’aire de remplissage du pulvérisateur. Un dossier complet a également été remis aux distributeurs partenaires de l’opération. Ce dossier insiste particulièrement sur les phases les plus exposantes pour les mains, en particulier la préparation de la bouillie et le remplissage du pulvérisateur. Le port des gants permet alors de diminuer de 95% l’exposition. L’opération se poursuit cet automne, l’objectif étant de décliner les « Gestes Pro » sur les autres équipements de protection individuelle.
  • WINETech – Nouvelles technologies en viticulture et élaboration du vin Flor ETCHEBARNE1, Hernan OJEDA1, Jean RAZUNGLES1, Daniel GRANES2. 1 INRA, UE 0999 Pech Rouge, F-11430 GRUISSAN, France. 2 ICV, La Jasse de Maurin F-34970 LATTES, France. etchebar@supagro.inra.fr Mots-clés : projet européen, réseau interrégional, R&D, innovation, secteur vitivinicole. Le projet WINETech proposé au Programme de coopération territoriale SUDOE, avec financement FEDER, a été accepté pour la période 2009-2011 http://interreg-sudoe.eu/FRA Le projet WINETech a pour priorités principales le transfert de technologie et l’amélioration des réseaux de coopérations entre entreprises, caves et centres de recherche et de technologies dans le secteur vitivinicole. WINETech identifiera les besoins technologiques des entreprises et des caves pour qu’ils trouvent une réponse à travers la mise en marche de projets de recherche, de développement technologique et d’innovation. Les actions, qui seront effectuées tout au long des 30 moins de durée du projet (avril 2009- septembre 2011), permettront d’identifier les entreprises, les caves et les fournisseurs de technologie de chaque région. De cette manière, WINETech fournira à chaque région une matrice croisée personnalisée où apparaîtront les besoins du secteur des entreprises vitivinicoles et les solutions les mieux adaptés à ces demandes et proposées par les centres technologiques. Ces matrices permettront postérieurement d’identifier 4 pré-projets par région (28 au total) qui résulteront de l’analyse des besoins non satisfaits. Ils se construiront sur la base d’échanges d’informations interrégionales entre entreprises, caves et fournisseurs de technologie. La coordination de ce projet est assurée par l’Institut Gallego de Qualité Alimentaire, Station de Viticulture et Œnologie (Galicia, Espagne). Le partenariat regroupe 3 pays et 7 régions de l'espace SUDOE sont impliquées : l’Espagne (Galice, La Rioja, Castille et Léon, Castilla-La Mancha), le Portugal (Alentejo, Nord) et la France (Languedoc-Roussillon). Au total, 12 partenaires font partie de la structure du projet. Le choix a été établi en accord avec deux typologies : partenaires représentatif du secteur patronal et partenaires appartenant au secteur scientifque-technique et de recherche du secteur vitivinicole. Côté français, l’INRA Pech Rouge est associé à l’ICV.