• Like
Appel à propositions de recherches PREDIT GO6 Politiques de transport
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Appel à propositions de recherches PREDIT GO6 Politiques de transport

  • 542 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
542
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
1
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1.   www.ademe.fr  www.predit.fr      Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l’innovation Service de la recherche            Groupe opérationnel 6 du Predit 4   Politiques de transport         APPEL À PROPOSITION DE RECHERCHE 2013       CRISE, EVOLUTION DES MODES DE VIE, MOBILITE   ET POLITIQUES DE TRANSPORT       Date de publication de l’appel :  23 novembre 2012  Date limite de réception des projets :  15 janvier 2013    (sous les deux formes : papier et numérique)       Contact : Gérard Brun (MEDDE, chargé de mission « Politiques de transport »)   gérard.brun@developpement­durable.gouv.fr – 01 40 81 64 18 
  • 2.   2 1  INTRODUCTION Le  Groupe  Opérationnel  n°  6  «  Politiques  de  transport  »  (GO  6)  lance  son  dernier  appel  à  proposition  de recherche, avant la clôture du Predit 4 à l’automne 2013. L’appel est financé par la Direction de la recherche et de l’innovation (DRI, Service de la recherche) du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE) et par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). 2  PROBLEMATIQUE ET OBJECTIF GÉNÉRAL DE L’APPEL A PROPOSITION 2.1  Contexte Le  monde  traverse  une  crise  majeure,  marquée  sur  le  plan  économique  par  des  situations  financières difficiles,  par  une  tendance  à  mener  des  politiques  protectionnistes,  par  des  incertitudes  relatives  à l’approvisionnement  en  énergie  ou  en  matières  premières,  mais  aussi,  sur  un  plan  plus  général,  par  le sentiment pressant de l’urgence d’un réel développement durable, dans ses trois composantes.  Il est difficile de discerner ce qui s’annonce et de préciser sur quels nouveaux paradigmes débouchera cette crise, singulièrement à long terme. Mais l’on attend naturellement du monde de la recherche qu’il fournisse des  analyses  sur  cette  période  de  transition,  qu’il  élabore  des  outils  pour  y  faire  face  et  qu’il  formule  des propositions, en particulier en matière de mobilité. Le GO 6, lorsqu’il a lancé ses précédents appels à proposition, mettait l’accent sur la prospective et sur les questions de localisation, avec notamment l’hypothèse d’un certain retour à la proximité. Avec cet appel axé sur les évolutions des modes de vie et comportements concernant les transports en temps de crise, il s’agira plus  généralement  de  mettre  en  évidence  les  signes  de  changement  et  les  esquisses  de  recomposition, avec leurs effets dans le domaine de la mobilité. 2.2  Objectif de lappel Face à la rareté des matériaux disponibles pour traiter d’un sujet en cours d’évolution rapide, il est demandé aux équipes de recherche de faire preuve d’imagination et d’audace, en ayant recours le cas échéant à des méthodes  ou  techniques  nouvelles  ou  encore  peu  usitées  dans  la  recherche  sur  la  mobilité,  ou  à  des comparaisons  et  analogies  susceptibles  de  stimuler  la  réflexion  et  de  déboucher  sur  des  outils  d’aide  à  la décision. Les  projets  financés  par  la  DRI  et  l’ADEME  devront  être  collaboratifs,  associant  des  équipes  et  des disciplines  susceptibles  de  contribuer  utilement  à  la  réflexion.  Des  coopérations  avec  des  équipes étrangères  complémentaires,  notamment  francophones,  seront  les  bienvenues.  Les  projets  financés  par l’ADEME concerneront plus particulièrement les questions environnementales et énergétiques. Dans leurs investigations, les chercheurs auront à distinguer entre :  • D’une part, ce qui relève de l’inertie et des effets d’hystérésis : en l’occurrence, la prolongation plus  ou moins longue de situations, de procédures, d’habitudes ou d’institutions vouées à un étiolement  progressif  dans  un  contexte  que  l’on  imagine  fortement  renouvelé,  mais  aussi,  par  exemple,  la  lenteur du renouvellement du cadre bâti ou des infrastructures de transport ;  • D’autre  part,  ce  qui  tend  à  émerger  :  les  germes  de  tendances  nouvelles,  peu  visibles  encore  et  d’aspect nécessairement fragile, des « signaux faibles » mais peut­être promis à un développement  important dans le cadre de changements structurels profonds. A l’intérieur de ce cadre général, divers sujets peuvent être proposés, rassemblés dans deux grands axes de recherche en interaction, dont la toile de fond commune doit être le développement durable, dans ses trois composantes. 
  • 3.   3 3  PRÉSENTATION  DES  AXES  DE  RECHERCHES  ET  DES  THÉMATIQUES  ASSOCIEES Les  deux  grands  axes  de  recherche  concernent  aussi  bien  les  déplacements  des  personnes  que  des marchandises :   Analyse  de  la  situation  et  de  ses  évolutions  par  une  approche  systémique  faisant  une Axe 1  place au long terme  Interrogation sur les priorités des politiques publiques et sur les outils aidant à les mettre Axe 2  en oeuvre  3.1  Axe 1 ­ Une approche systémique et de long terme Cette  approche  devra  faire  apparaître  les  évolutions  actuelles,  analyser  leurs  ressorts  et  permettre  de replacer  les  questions  de  mobilité  des  personnes  et  des  biens  au  sein  de  l’ensemble  des  évolutions  de  la société, avec leurs interactions. Thèmes de recherche et questionnements 1)  On s’interrogera particulièrement sur les rapports entre les formes d’activité et de mobilité et l’évolution  générale des modes de vie et des comportements : mentalités plus économes et arbitrages nouveaux,  plus  ou  moins  contraints,  entre  les  dépenses  et  entre  les  types  de  déplacements  (cf.  notamment  les  répercussions  du  prix  de  l’énergie)  ;  nouveaux  rapports  entre  les  habitants,  retour  à  une  certaine  solidarité liée à la proximité et tendance à l’auto­organisation locale ; initiatives individuelles palliant les  lacunes de l’organisation traditionnelle ; place des réseaux numériques et du télétravail, moindre mobilité  compensée  par  une  hyper­connectivité  et  une  hyper­information  ;  attention  plus  grande  portée  au  développement  durable  dans  la  vie  quotidienne,  en  prenant  conscience  en  particulier  du  fait  que  les  nuisances sont elles­aussi  mises en système et ne doivent pas être considérées isolément. On pourra  se  référer  aux  Cinq  chantiers  définis  par  le  Commissariat  général  au  développement  durable  (CGDD),  concernant les modes de vie, notamment les notions de société, de territoire et de ville « robustes » et «  résilients  »  (gouvernance,  prospective,  innovation,  systèmes  intelligents,  formation,…  à  tous  les  échelons territoriaux). On se reportera également  aux travaux engagés dans le cadre du programme de  recherche  MOVIDA  lancé  par  la  DRI  («  Quel  accompagnement  au  changement  pour  des  modes  de  consommation et de vie durables ? », voir http://programme­movida.fr ). 2)  Faut­il  attendre  des  interactions  sociales  en  évolution  des  changements  morphologiques  importants  dans  les  villes  et  les  territoires  :  un  resserrement  autour  des  centres  des  agglomérations  ?  un  fractionnement des métropoles avec un regroupement autour de centres secondaires ? une distribution  différente de la population à l’intérieur d’une même morphologie du fait de l’inertie du patrimoine bâti ?  ou  au  contraire  des  phénomènes  de  shrinking  cities  où  une  partie  du  patrimoine  urbain  est  abandonnée ? 3)  En ce qui concerne l’aspect quantitatif des évolutions de comportement, on aura d’abord recours aux  enquêtes habituellement utilisées dans le domaine des transports, mais en se cantonnant aux données  les  plus  récentes.  Il  s’agit,  en  effet,  de  discerner  des  évolutions  à  l’état  naissant,  encore  à  l’œuvre  de  façon  sourde.  Pour  pallier  d’éventuelles  lacunes  dans  le  domaine  de  la  mobilité,  on  utilisera  les  enquêtes,  également  récentes,  de  toute  nature,  lancées  dans  d’autres  champs  que  le  transport  et  pouvant concerner les déplacements des personnes et des marchandises, intérieurs ou non : données  financières  ;  enquêtes  de  conjoncture  ;  données  sociales  ;  données  internationales,  notamment  concernant le commerce international et les migrations ; données concernant l’agriculture, l’industrie, le  commerce,  la  consommation  ;  données  concernant  les  revenus,  le  temps  de  travail,  le  télétravail,  le  logement ; données sur les évolutions de la localisation de l’appareil productif ;... 4)  Compte tenu des évolutions actuelles et prévisibles des comportements, le système de production, de  collecte  et  d’utilisation  des  données  dans  le  domaine  de  la  mobilité  est  d’ailleurs  appelé  à  évoluer.  Qu’en est­il des données de « traçage » fournies notamment par les smartphones équipés de GPS ? Il  faut  aussi  s’interroger  sur  les  services  s’appuyant  sur  le  web  concernant  les  transports,  comme  le  covoiturage : quelle évolution des modèles économiques, quels outils d’analyse, comment exploiter des  données  «  non  structurées  »  ?  Par  ailleurs,  la  définition  du  produit  national,  celle  du  niveau  de  vie,  d’autres encore, vont­elles changer dans une perspective de développement durable au point de rendre  incommensurables les données anciennes et nouvelles, y compris en matière de mobilité, ce qui renvoie 
  • 4.   4  à  l’idée  d’indicateurs  complémentaires  au  PIB  suggérée  par  les  Cinq  chantiers  (empreinte  carbone,  qualité écologique,…). Enfin, quels sont les enjeux du mouvement d’ouverture des données (open data)  et de l’intelligence collective dans la mise en place de nouveaux services de mobilité ?  5)  Dans  l’étude  des  comportements,  on  s’interrogera  aussi  sur  la  place  de  l’innovation,  notamment  technologique,  par  le  biais  de  la  socio­économie  de  l’innovation  :  acceptabilité  et  intégration  de  nouvelles  technologies  en  période  de  crise  ;  avenir  de  l’électromobilité  ;  place  de  l’innovation  dans  l’organisation du système de mobilité ;…  6)  Enfin, du point de vue de la longue durée, quels pourraient être les scénarios de prospective aptes à  rendre  compte  des  ruptures  en  cours  ou  possibles,  dans  les  différents  territoires  ?  la  crise  actuelle,  envisagée dans tous ses aspects et ses conséquences, pourrait­elle se révéler favorable à l’adaptation  au changement climatique ? 3.2  Axe 2 ­ Une analyse des priorités et des outils pour les politiques publiques de  transport Compte tenu de ce qui  précède,  il  importe de s’interroger sur ce  que pourrait  être l’action de  la puissance publique  en  période  d’évolution  rapide  des  modes  de  vie,  mais  aussi  de  restrictions  budgétaires  incitant  à faire des choix, tout en conservant l’objectif d’un développement durable, en particulier la cohésion sociale figurant dans les Cinq chantiers. Thèmes de recherche et questionnements 7)  Dans  la  nouvelle  organisation  qui  s’annonce,  il  convient  en  effet  de  s’interroger  prioritairement  sur  les  aspects sociaux : qui risque de perdre, qui peut gagner ? quels sont les effets redistributifs à redouter  ou à favoriser ? Alors que parallèlement le niveau de vie est menacé, quelles peuvent être les réactions  face à ces effets, notamment en cas de hausse du coût de la mobilité, singulièrement d’augmentations  tarifaires dans les transports publics pour faire face à la crise de financement latente ou déjà déclarée ?  La question peut se poser du triple point de vue de l’équité, de l’accessibilité et de l’acceptabilité. 8)  Quel  pourrait  être  à  cet  égard  le  rôle  des  politiques  de  déplacements,  dans  les  villes  en  particulier  :  répartition  de  la  voirie,  modération  de  la  circulation,  restructuration  des  réseaux  de  transport  public,  aménagement autour du transport public, vélo, stationnement ? Faut­il s’attendre à une redistribution du  trafic,  qu’il  croisse  ou  qu’il  régresse  :  entre  les  modes  de  déplacement,  ou  par  une  diversification  des  modes  ou  même  à  l’intérieur  de  chaque  mode  ?  Qu’en  sera­t­il  des  déplacements  liés  à  la  longue  distance ? Seront­ils atteints par les aléas financiers et énergétiques ou, au contraire, préservés ? 9)  En  matière  d’outils  d’aide  à  la  décision,  faut­il,  et  comment,  perfectionner  ou  modifier  les  modèles  de  simulation  existants,  notamment  les  modèles  transport­urbanisme,  afin  de  fournir  aux  responsables  locaux et nationaux des instruments aptes à faire face à un contexte mouvant ? D’autres outils d’aide à  la  décision,  complémentaires,  peuvent­ils  être  aussi  utilisés,  comme  les  indicateurs,  les  éléments  cartographiques,… destinés à développer une « intelligence territoriale » partagée ? 10) Peut­on,  doit­on,  compter  sur  les  outils  de  régulation  classiquement  utilisés,  pour  faire  face  aux  évolutions,  aux  inégalités  et  aux  ruptures  ou  faut­il  les  faire  évoluer  ?  Quelle  forme  pourrait  prendre  notamment  une  taxation  en  rapport  avec  les  enjeux  du  développement  durable  ?  Quels  seraient  les  voies  et  moyens  de  la  relocalisation  (réglementation,  droits  de  mutation  plus  modestes,  péage,  permis  négociables,…) et  plus généralement du respect  des objectifs de développement durable  ? Un certain  retour à la proximité atténuera­t­il la portée du problème du consentement à payer, plus aigu dans une  société touchée par les crises, comme le montrent des exemples récents en Europe ? 11) Enfin,  une  crise  de  financement  affectant  l’univers  du  transport  pourrait­elle  accentuer  les  difficultés  d’adaptation de toute la société et entraîner en retour une priorité pour le système de transport ? Dans  ce cas, serait­il admis que le secteur de la mobilité ne soit pas tenu de respecter intégralement l’objectif  du facteur 4 ? Quelles seraient les répercussions sur les politiques de transport ?  4  MODALITÉS DE SOUMISSION ET D’ÉVALUATION DES PROPOSITIONS 4.1  Soumission Les  projets  financés  par  la  DRI  devront  être  collaboratifs,  associant  des  équipes  et  des  disciplines susceptibles  de  contribuer  utilement  à  la  réflexion.  Les  projets  associant  des  organismes  du  Réseau Scientifique et Technique (RST) du MEDDE avec des acteurs extérieurs au RST, ainsi que les partenariats 
  • 5.   5 entre organismes publics de recherche et acteurs privés seront particulièrement appréciés. Le  présent  appel  est  ouvert  à  toutes  les  équipes  de  recherche  françaises,  quels  que  soient  leur  institution d’appartenance et leur statut (public / privé). Les équipes de recherche étrangères sont éligibles à un soutien financier à condition d’être partie prenante dans une proposition coordonnée par une structure de recherche française, d’accepter les modalités de subvention propres au MEDDE et que la plus­value de la présence de ces équipes comme partenaires du projet soient clairement présentées (par exemple : modalités de mise en œuvre de cohérences transfrontalières). Les CETE pourront participer en tant que partenaires à des projets.  4.2  Évaluation Les propositions reçues feront l’objet d’une évaluation par des experts spécialistes des différents champs de l’appel à propositions de recherche, avant d’être soumises au GO6, qui analysera la qualité scientifique des projets, examinera leur caractère structurant et innovant en fonction de leur adéquation avec les objectifs de l’appel à propositions de recherche, et les classera.  Les critères d’évaluation des projets par les experts sont les suivants :  • Adéquation  avec  les  thèmes  du  GO6  et  pertinence  par  rapport  aux  orientations  de  l’appel  à  propositions  de  recherche.  Pertinence  par  rapport  aux  enjeux  de  gestion,  d’aménagement,  de  définition des actions publiques. Qualité de l’analyse des besoins.  • Intérêt  scientifique  et  caractère  innovant  du  projet  par  rapport  à  l’état  de  l’art  international,  aux  références  bibliographiques  sur  le  sujet  et  au  positionnement  stratégique  par  rapport  à  d’autres  projets.  • Qualité scientifique et technique du projet et qualité de la démarche et de la méthodologie. Approche  interdisciplinaire, articulations effectives ou potentielles entre les différentes disciplines impliquées.  • Constitution  du  consortium :  références  de  léquipe  et  adéquation  des  compétences  réunies  au  programme  de  travail  (travaux  antérieurs,  liste  de  publications,  implication  de  doctorants  dans  le  projet, …), management du projet, ouverture internationale  • Faisabilité : adéquation des moyens aux objectifs et cohérence des délais et des budgets par rapport  au programme de travail proposé.    La durée moyenne des projets attendus est de 36 mois maximum (12 mois minimum). La part  de contribution sur ressources propres des organismes qui sollicitent des subventions sera  examinée.  • Dimensions nationale, régionale et internationale, et les échelles d’élaboration et de mise en œuvre  des actions publiques.  • Caractère  opérationnel  et  transférable  des  résultats  attendus,  modalités  d’interaction  avec  les  acteurs. Capacité à générer des enseignements généraux à partir de l’étude de cas.  • Valorisation envisagée auprès de la communauté scientifique et des acteurs de l’action publique. Le bureau du GO6, s’appuyant sur l’analyse précédente, sélectionnera conjointement avec les financeurs les propositions en fonction de leur intérêt pour l’action publique et de la cohérence globale du programme. La sélection  des  projets  retenus  pour  financement  par  le  MEDDE  et  l’Ademe  dépendra  des  limites  du  budget consacré à l’appel à propositions de recherche. Des modifications substantielles des propositions pourront être demandées par les instances du programme avant de décider d’un éventuel financement. Les soumissionnaires se référeront aux trois annexes du présent texte pour l’élaboration de leur projet : « 1 – Modalités de soumission des projets » « 2 – Modèle de présentation d’une proposition de recherche » « 3 ­ Dossier administratif et financier » 4.3  Productions attendues Outre  les  produits  de  valorisation  académiques  ou  opérationnels  prévus  pour  chaque  projet,  les  équipes financées dans le cadre du programme auront à remettre :  • un ou des rapports intermédiaires ; 
  • 6.   6  • un rapport final et une synthèse à destination des gestionnaires. Le  rapport  intermédiaire  fera  le  point  sur  l’avancement  du  projet  de  recherche,  en  mettant  notamment  en évidence  les  ajustements  par  rapport  au  projet  initial,  les  difficultés  rencontrées  et,  le  cas  échéant,  les résultats provisoires. Le rapport final décrira de façon détaillée le déroulement et les résultats du projet. Il comportera notamment :  • une description des questions et de la méthode de recherche,  • la présentation et la discussion des résultats obtenus,  • la mise en perspective des résultats du projet par rapport à l’état des connaissances et aux enjeux  pour l’action publique Le rapport final comprendra en outre une liste des publications issues du projet. Ce texte sera accompagné de tout élément annexe jugé utile : texte (s) complémentaire (s), iconographie, documents multimédias, tirés à part des publications…. Le rapport final sera accompagné d’une note de synthèse à destination des gestionnaires rédigée selon un format normalisé (10 pages maximum), ainsi que d’un résumé en français et en anglais. 4.4  Engagement des équipes Si le projet est retenu par les instances du programme, en l’état ou sous réserve de modifications, le porteur de  projet  recevra  un  courrier  du  MEDDE  ou  de  l’Ademe  lui  signifiant  que  son  projet  est  sélectionné.  Il disposera  alors  d’un  mois  pour  présenter  l’ensemble  des  éléments  nécessaires  à  la  contractualisation. Passé ce délai et bien qu’ayant été retenu, il ne pourra plus prétendre à un quelconque financement. Des séminaires impliquant les équipes retenues par le programme seront organisés afin de coordonner les différentes  recherches  et  d’identifier  les  synergies  possibles,  de  structurer  la  communauté  scientifique,  de mettre  en  débat  les  résultats  et  les  enjeux  du  programme  et  d’organiser  sa  valorisation.  Ces  séminaires auront  lieu  lors  du  lancement  des  projets,  à  mi­parcours,  et  en  fin  de  programme.  Ils  permettent  les interactions entre les chercheurs impliqués dans le projet de recherche et les instances du GO6,du Predit et du MEDDE, et la confrontation avec les acteurs. Les équipes retenues s’engagent à participer à ces séminaires ainsi qu’à des séminaires publics organisés par les financeurs sur le thème de leur recherche.  Elles s’engagent en outre à signaler  leur participation à des communications et/ou publications en relation avec leur projet. 5  ORGANISATION DU PROGRAMME Le  Predit  (Programme  de  recherche  et  dinnovation  dans  les  transports  terrestres)  est  un  outil  de coordination  des incitations pour  la recherche  et  linnovation dans le domaine des transports terrestres. La  ème4   édition  du  Predit  (Predit  4  –  2008­2013)  est  portée  par  six  ministères  et  agences,  dont  le  MEDDE  et l’Ademe.  Le  Predit  4  s’appuie  sur  un  programme  de  travail  commun  pour  la  période  considérée  et  est structuré autour de 6 priorités thématiques :  1.  Énergie et environnement  2.  Qualité et sécurité des systèmes de transport  3.  Mobilités dans les régions urbaines  4.  Logistique et transport de marchandises  5.  Compétitivité de lindustrie des transports  6.  Politiques de transport Chacune de ces thématiques est pilotée par un groupe opérationnel qui est au coeur de la mise en oeuvre concrète du programme de travail relatif à sa thématique. Ils conçoivent les différentes actions nécessaires (appels  à  projets,  appels  à  idées,  livres  blancs,  consortium,  etc.),  contribuent  à  lexpertise,  au  suivi,  à  la diffusion, à la capitalisation et à la valorisation des résultats. Chaque  groupe  est  présidé  par  un  expert  reconnu,  Yves  CROZET,  professeur  à  l’Université  de  Lyon (Laboratoire  d’Économie  des  Transports)  pour  le  GO6,  assisté  de  deux  vice­présidents.  Le  secrétariat  est assuré par les financeurs les plus impliqués sur le thème. Les groupes opérationnels nont pas de pouvoir de décision  sur  les  financements,  mais  un  rôle  de  conseil  auprès  des  financeurs,  notamment  à  travers  la labellisation des projets et le maintien de lexpertise sur létat de lart. Pour plus de détails, se reporter au site du Predit http://www.predit.prd.fr/predit4/. 
  • 7.   7 6  CALENDRIER   Date de publication  23 novembre 2012 Date limite de réception des projets  15 janvier 2013, 17h (papier) ou minuit (messagerie) Évaluation par les instances du programme  Début mars 2013 Finalisation des dossiers de demande  Avril­mai 2013   7  CONTACTS  Nom  Courriel  Téléphone Gérard Brun  gerard.brun@developpement­durable.gouv.fr  01 40 81 64 18   
  • 8.   8 ANNEXE 1 : Modalités de soumission des propositions Les  propositions  de  recherche  doivent  être  présentées  selon  le  modèle  prescrit  et  adressées  en Annexe 2. Réception des propositions La date limite de dépôt des dossiers est le 15 janvier 2013 à 17 heures (papier) ou minuit (messagerie). Il est demandé de suivre une double procédure de dépôt, avant l’expiration de ces délais : ⇒ en version électronique (de préférence au format PDF non verrouillé) aux trois adresses électroniques  suivantes,  en précisant « AAP GO6 2013 :  Crise, évolution des modes de  vie, mobilité et  politiques de  transport » :  Gérard Brun : gerard.brun@developpement­durable.gouv.fr  Pierre Taillant : pierre.taillant@ademe.fr  Stéphane Ruellan : ruellan@provaltis.com    En  cas  de  fichier  volumineux,  vous  pouvez  utiliser  la  plate­forme  de  téléchargement  suivante :  http://melanissimo.developpement­durable.gouv.fr/ ⇒ ainsi que par courrier ou par porteur en envoyant deux exemplaires sur papier (un original et une copie  en document recto­verso, sans couverture cartonnée ou plastifiée) aux adresses suivantes : Gérard BRUN DRI / SR / MT Commissariat général au développement durable Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de lÉnergie Tour Voltaire Bureau 4.28 92055 La Défense cedex Et Pierre TAILLANT Agence de lEnvironnement et de la Maîtrise de lÉnergie ­ ADEME Service Transports et Mobilité 500, route des Lucioles 06560 Valbonne Sophia­Antipolis  Le texte de l’appel à  propositions de recherche est  également consultable sur le site  Internet  du MEDDE : http://www.developpement­durable.gouv.fr/appelsaprojets.html (rubrique « appels à projets ») et de l’Ademe : http://www.ademe.fr  (rubrique  « Appels  à  propositions »),  ainsi  que  sur  le  site  du  Predit : http://www.predit.prd.fr/predit4/ (rubrique « Appels à projets en cours »). Dès la phase de constitution de la proposition, il est recommandé aux soumissionnaires de consulter le site internet du Predit (ils pourront y trouver en particulier le programme de travail du Predit 4) et, s’ils ont besoin de renseignements supplémentaires :  Nom  Courriel  Téléphone Gérard Brun  gerard.brun@developpement­durable.gouv.fr  01 40 81 64 18  
  • 9.   9  ANNEXE 2 – Modèle de présentation d’une proposition de recherche   Les projets présentés doivent être rédigés en français.  La durée des projets attendus est de 48 mois au maximum.  A) Récapitulatif de la proposition  Au maximum 3 pages (sur papier à en­tête du soumissionnaire)  REPONSE A LAPPEL A PROPOSITIONS GO6 2013  « CRISE, EVOLUTION DES MODES DE VIE, MOBILITE ET POLITIQUES DE TRANSPORT »  FICHE DE SYNTHESE  Titre de la réponse :   Nom de lorganisme soumissionnaire:  Adresse :     Contact :      Nom :    Titre :   Département :    Tél :   E­mail :    Fax :     Axe(s) de recherche (cf liste des axes de recherche page 4) :    Sujet abordé :    Résumé de la proposition : Préciser les objectifs, les politiques publiques concernées, les hypothèses formulées, les méthodes, les terrains  concernés,  les  résultats  attendus,  le  calendrier  de  travail,  l’articulation  avec  les  programmes régionaux, nationaux et européens. Souligner les mots­clés (5 à 10).   Positionnement par rapport à l’état de l’art :    Apport et résultats attendus :    Méthodologie et compétences mises en œuvre :    Mode(s) de valorisation envisagé(s) :    Autres partenaires impliqués : Composition de l’équipe scientifique (chercheurs, organismes et cadre juridique), du réseau sur lequel elle s’appuie et modes de coordination.    Dates possibles : 
  • 10.   10 De démarrage :     De livraison de résultats :     Montant total du projet :   Montant du financement recherché :     Organisme (s) co­financeur (s) et   montants alloués (assurés et/ou prévus) : Organisme gestionnaire des crédits :      B) Descriptif de la proposition  Au maximum 15 pages  Une présentation détaillée du projet faisant impérativement ressortir son originalité et son apport scientifique  par rapport aux travaux antérieurs devra aborder notamment :  Justification de la proposition de recherche  Situation  actuelle  du  sujet,  contexte  scientifique  et  économique  (si  besoin  est),  étude  bibliographique  (nationale  et  internationale)  commentée,  originalité  scientifique  et  intérêt  pour  l’action  publique.  La  proposition  devra  aussi  indiquer  les  liens  éventuels  et  la  complémentarité  de  leurs  propositions  avec  des  actions  de  recherche  du  MEDDE,  de  lADEME,  dautres  institutions  (ANR,  FUI,…),  ou  de  lUnion  Européenne.  Exposé de la proposition  ⇒ Objectifs, résultats attendus et aspects innovants.  ⇒ Plan  de  la  recherche  et  programme  des  travaux  (hypothèses,  méthodes,  description  scientifique  détaillée,  répartition  des  responsabilités  et  des  tâches  entre  les  partenaires,  échéancier,  calendrier  d’exécution et échéancier des réalisations intermédiaires et finales et des livrables).  ⇒ Sites et cas retenus, échelles de travail (le cas échéant).  ⇒ Articulation avec des projets achevés, en cours ou prévus sur le même thème.  ⇒ Valorisation  envisagée  (valorisation  scientifique,  transfert  aux  utilisateurs  potentiels,  résultats  attendus  pour la gestion …).  ⇒ Composition de l’équipe : organismes (adresse, téléphone, télécopie, e­mail), qualification des acteurs,  valeur  ajoutée  à  la  coopération,  partenaires  étrangers,  personnes  impliquées  (nom,  prénom,  titre,  fonction  et  pourcentage  de  temps  affecté  au  projet),  modalité  de  coordination  et  d’animation  du  projet,  expérience  des  équipes  dans  le  domaine  considéré  (publications,  projets  sur  des  thèmes  voisins,  responsabilités….).  L’engagement des personnes impliquées est souhaité sous forme d’un tableau des participants  comportant leur nom, leur organisme.  ⇒ Contacts prévus avec d’autres organismes français et étrangers travaillant dans le domaine considéré ;  partenariat  envisagé  avec  des  administrations,  des  acteurs  ou  des  professionnels  et  modalités  de  coordination.  ⇒ Personnes  chargées  du  suivi  administratif  ou  financier,  personnes  à  contacter  pour  les  questions  scientifiques ou techniques.     
  • 11.   11 ANNEXE 3 : Dossier administratif et financier L’ensemble des pièces administratives suivantes est demandée lors du dépôt des dossiers.  • Fiche de renseignements administratifs  • Descriptif  financier  (annexe  individuelle  pour  chacun  des  partenaires  et  synthèse  pour  le  projet)  signé par les différents prestataires Ces  pièces  sont  téléchargeables  sur  le  site  du  programme  (http://www.predit.prd.fr/predit4/)  ou  bien  à demander à annyvette.riet@developpement­durable.gouv.fr Le descriptif financier devra présenter le budget global et la répartition entre les équipes concernées, ainsi que le plan de financement : auto­financement des organismes, autre (s) financement (s) (préciser s’ils sont obtenus ou attendus), subvention demandée au MEDDE. 1.  Dépenses éligibles : Les  coûts  imputables  au  projet  doivent  correspondre  aux  dépenses  réelles  et  doivent  être  strictement rattachables à la réalisation du projet.  1.1.  Dépenses de personnel : Sont admises les dépenses suivantes : la rémunération des personnels éligibles, CDD et vacations (nombre et coût unitaire ou montant total par an et par personne) .  1.2.  Dépenses de fonctionnement : Sont admises les dépenses suivantes :  - Les  frais  de  laboratoire  et  les  missions  prévues  (y  compris  la  participation  aux  séminaires  du  programme) ;  - Les dépenses d’équipement et de sous­traitance ;  - frais de déplacement  - frais de publications 2.  Dépenses non éligibles : Ne peuvent êtres prises en charge :  - Les dépenses afférentes à des terrains, bâtiments et constructions  - les dépenses liées aux frais de commercialisation ou de distribution