Présentation anniversaire du mlq - 18 octobre 2011

406 views
292 views

Published on

Présentation faite lors du 30e anniversaire du Mouvement Laïque québécois au Centre humaniste, 1225, boulevard Saint-Joseph, le 20 octobre 2011

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
406
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Présentation anniversaire du mlq - 18 octobre 2011

  1. 1. Le MLQ Trente ans de combat pour la liberté de conscience et la laïcité
  2. 2. 1976 <ul><li>Fondation de l’Association québécoise pour le droit à l’exemption de l’enseignement religieux (AQADER) regroupant des parents préoccupés par le respect du droit à la liberté de conscience de leur enfant à l’école. L’AQADER fut le précurseur du Mouvement laïque québécois </li></ul>
  3. 3. 1981 <ul><li>Fondation du Mouvement laïque québécois sous son appellation et sa forme actuelle, issu de l’AQADER </li></ul><ul><li>Comparution devant la Commission permanente de la présidence du conseil et de la constitution de l’Assemblée nationale relative au projet de résolution du gouvernement fédéral concernant l’abrogation de l’article 93 de l’acte constitutionnel de 1867 </li></ul>
  4. 4. Because… la nostalgie n’est plus ce qu’elle était !
  5. 5. 1981 <ul><li>Mémoire « Confessionnalité et pluralisme dans les écoles du Québec » présenté au colloque de l’ACFAS (Association canadienne-française pour l’avancement des sciences) </li></ul><ul><li>Présentation d’un dossier pour appuyer les revendications des parents relativement à l’application du droit à l’exemption de l’enseignement religieux à la Commission scolaire des Manoirs </li></ul>
  6. 6. Crédits photo : Associated Press Parce que… la nostalgie n’est plus ce qu’elle était !
  7. 7. 1981 <ul><li>Étude « Les ressources économiques à la disposition de la confessionnalité au Québec », par Michel Bergeron, département des sciences économiques, UQAM (commande du MLQ) </li></ul><ul><li>Mémoire « La charte des droits et libertés de la personne et la discrimination religieuse », Commission parlementaire sur la révision de la charte des droits et libertés </li></ul><ul><li>Congrès national portant sur le thème « Une école véritablement laïque » </li></ul>
  8. 8. 1982 <ul><li>« L’église et l’oppression de la femme », déclaration à l’occasion de la journée internationale des femmes le 8 mars </li></ul><ul><li>Colloque public et présentation d’un exposé dans la région de l’Outaouais portant sur « La religion à l’école ou à l’église ? » </li></ul><ul><li>Mémoire « De l’exemption à l’option : un réaménagement du statu quo ? » présenté au ministre de l’Éducation </li></ul>
  9. 9. 1982 <ul><li>Participation au colloque « Philosophie et éducation de la Société de philosophie de Québec et présentation d’un exposé « L’école laïque pour sortir de l’impasse » </li></ul><ul><li>Participation au congrès « Langue et société au Québec » et présentation d’un exposé « Querelle linguistique et querelle confessionnelle » </li></ul><ul><li>Débat portant sur « L’école laïque : une voie possible et logique » </li></ul>
  10. 10. 1983 <ul><li>Pétition présentée à l’Assemblée nationale pour revendiquer l’établissement d’écoles laïques </li></ul>
  11. 11. 1984 <ul><li>Plainte au Conseil de presse contre Le Devoir à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II au Québec. Le Devoir a refusé de publier la publicité du MLQ titrée « L’Église et les droits humains », alors que La Presse l’avait publiée </li></ul>
  12. 12. 1984 <ul><li>Mémoire présenté à l’assemblée nationale concernant le projet de loi de l’enseignement primaire et secondaire public (projet de loi 40) </li></ul><ul><li>Table ronde publique « Un programme de morale versus la liberté de conscience » </li></ul>
  13. 13. 1984 <ul><li>Intervention pour assumer la défense des parents Cusson-Lafleur devant les tribunaux, afin de faire respecter l’application du droit à l’exemption de l’enseignement religieux dans une école publique de Trois-Rivières </li></ul>
  14. 14. 1985 <ul><li>Mémoire « Privilèges et discrimination liés aux convictions religieuses dans les lois fédérales », audiences du Comité sur les droits à l’égalité </li></ul><ul><li>Mémoire présenté à l’Assemblée nationale concernant le projet de loi 29 portant sur les procédures d’élection scolaire en vue de faire respecter les dispositions de la Charte en matière de liberté de conscience et de religion </li></ul>
  15. 15. 1985 <ul><li>Mémoire « La confessionnalité à Radio-Québec », audiences de la Régie des services publics </li></ul><ul><li>Mémoire « Le pluralisme, fait connu, mais ignoré », Consultation du Conseil supérieur de l’éducation </li></ul>
  16. 16. 1986 <ul><li>Opposition à l’adoption du projet de loi 131 prévoyant une clause dérogatoire à la Charte en matière de lois scolaires </li></ul>
  17. 17. 1987 <ul><li>Participation directe des membres du MLQ à la formation du Mouvement pour une école moderne et ouverte (MÉMO), en opposition au Mouvement scolaire confessionnel, lors des élections scolaires de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM). </li></ul>
  18. 18. 1987 <ul><li>Représentations au ministre de la justice pour remplacer le serment religieux par l’affirmation solennelle devant les cours de justice et que les symboles religieux soient retirés des salles d’audience </li></ul><ul><li>Représentation au Sénat canadien contre l’adoption d’un projet de loi privé accordant des avantages exceptionnels à un organisme religieux, l’Opus Dei, par rapport aux autres organismes religieux ou autres organismes charitables à caractère laïque </li></ul>
  19. 19. 1988 <ul><li>Présentation d’un mémoire devant la Commission parlementaire de l’éducation relativement au projet de loi sur l’instruction publique (projet de loi 107) et revendication quant à l’abolition du statut confessionnel des écoles publiques et pour le respect du droit à la liberté de conscience et de religion </li></ul><ul><li>Soutien du MLQ et intervention devant la cour municipale de Montréal afin que le décorum des salles d’audience respecte la liberté de conscience et de religion de chacun des justiciables </li></ul>
  20. 20. 1989 <ul><li>Représentation auprès du maire de la Ville de Montréal contre l’établissement de territoires municipaux religieux à Montréal (ERUV) </li></ul><ul><li>Organisation d’une assemblée publique à l’UQAM sur l’interculturalisme </li></ul><ul><li>Représentation auprès du Solliciteur général du Canada pour le maintien d’un uniforme à caractère exclusivement laïque à la GRC </li></ul>
  21. 21. 1990 <ul><li>Représentation au juge en chef de la Cour suprême du Canada afin que la prestation du serment d’office des juges de la Cour suprême du Canada ne porte pas atteinte à la liberté de conscience et de religion </li></ul><ul><li>Présentation d’un mémoire à la commission Bélanger-Campeau sur l’avenir politique constitutionnel du Québec en vue de l’établissement d’une constitution laïque au Québec pour mieux garantir l’exercice de la liberté de conscience et de religion </li></ul>
  22. 22. 1991 <ul><li>Soutien à un parent d’un élève de la CÉCM (Commission des écoles catholiques de Montréal) à qui des cours de formation morale étaient refusés et plainte auprès de la Commission des droits et libertés de la personne </li></ul>
  23. 23. 1993 <ul><li>Création du prix Condorcet destiné à souligner la contribution exceptionnelle d’une personne ou d’un organisme à la promotion de la laïcité au Québec. Le premier prix est décerné à Micheline Trudel </li></ul>
  24. 24. Le premier prix Condorcet (1993) a été décerné à Micheline Trudel qui fut l’une des pionnières, en tant qu’enseignante et parent bénévole, de l’implantation du cours de formation morale au primaire. Son investissement de temps et d’énergie dans le développement d’activités communautaires destinées à créer un sentiment d’appartenance chez les élèves exemptés de l’enseignement religieux est demeuré exemplaire.
  25. 25. 1993 <ul><li>Débat public « La laïcité de l’État au Québec et l’état de la laïcité » </li></ul>
  26. 26. 1994 <ul><li>Remise du prix Condorcet au Dr Henry Morgentaler </li></ul>
  27. 27. Le second prix (1994) fut remis au Dr Henry Morgentaler pour sa détermination à faire respecter le droit à la liberté de conscience dans les cas de grossesse non désirée. En faisant progresser le droit des femmes sur cette question, le Dr Morgentaler a contribué, pour le bénéfice de toute la société, à affranchir la conduite personnelle des diktats religieux.
  28. 28. 1995 <ul><li>Mémoire relatif à l’avant-projet de loi sur la souveraineté déposé à la Commission nationale sur l’avenir du Québec </li></ul><ul><li>Recours collectif contre la CECM (Commission des écoles catholiques de Montréal) pour discrimination pendant la confection des listes électorales (pour l’élection scolaire de novembre 1994), privant plusieurs milliers d’électeurs de leur droit de vote parce qu’ils ne s’étaient pas déclarés de foi catholique </li></ul>
  29. 29. 1995 <ul><li>Comparution devant la Commission Beaulieu sur les élections scolaires </li></ul><ul><li>Mémoire aux États généraux de l’éducation </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet à la Centrale de l’enseignement du Québec (aujourd’hui Centrale des syndicats du Québec) </li></ul>
  30. 30. La Centrale de l’enseignement du Québec est le titulaire du prix Condorcet 1995. Il lui a été décerné pour souligner la prise de position de la CEQ (aujourd’hui Centrale des syndicats du Québec) en faveur de la laïcisation du système scolaire. Daniel Baril, en compagnie d’Hélène Chapleau (à droite) lors de la remise du prix à la CEQ alors représentée par Loraine Pagé, ex-présidente.
  31. 31. 1996 <ul><li>Mise sur pied de la Coalition pour la déconfessionnalisation des structures scolaires </li></ul><ul><li>Colloque sur la laïcité en éducation </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à Louise Laurin, porte-parole de la Coalition pour la déconfessionnalisation du système scolaire </li></ul>
  32. 32. Le prix Condorcet (1996) a été décerné à Louise Laurin, porte-parole de la Coalition pour la déconfession-nalisation du système scolaire. Mme Laurin a joué un rôle déterminant et de premier plan dans la mise sur pied de cette coalition qui regroupe une cinquantaine d’organismes. Elle a également été à l’origine d’un sondage qui a montré que 88 % de la population québécoise préfère des écoles communes et laïques plutôt que des écoles confessionnelles.
  33. 33. 1997 <ul><li>Mémoire « Faire entrer le Canada dans la modernité » présenté le 29 octobre au Comité mixte du Sénat et de la Chambre des Communes étudiant le projet d’amendement à l’article 93 de l’AANB (Acte de l’Amérique du Nord Britannique, 1867) </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à titre posthume, à l’Institut canadien de Montréal </li></ul>
  34. 34. Fondé en 1844 par quelque 200 jeunes gens de Montréal, l’Institut canadien défendait les principes démocratiques et républicains. Sa bibliothèque de 9 000 volumes, à vrai dire tous à l’Index, réunissait les œuvres des plus grands écrivains de tous les temps. Pour affirmer l’emprise du clergé sur les consciences, Monseigneur Ignace Bourget, évêque de Montréal, s’acharna sur l’Institut, frappant d’excommunication non seulement ses membres, mais quiconque possédait son catalogue. Et pour cause, l’Institut réclamait la mise en place d’un système d’éducation québécois, public et laïc ainsi que la séparation de l’Église et de l’État .
  35. 35. 1998 <ul><li>Mémoire « Plaidoyer pour la modernisation et la libéralisation de la célébration civile du mariage au Québec » présenté en septembre au Ministre de la justice du Québec </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet aux signataires du « Refus global », afin de marquer le cinquantième anniversaire de ce manifeste historique, précurseur de la Révolution tranquille </li></ul>
  36. 36. 1998 marquait le cinquantième anniversaire de la signature du manifeste du Refus global, œuvre libératrice lancée par Paul-Émile Borduas et quinze autres artistes pour dénoncer l’obscurantisme politique et clérical dans lequel macérait le Québec dans les années d’après-guerre. Le prix Condorcet 1998 leur revenait, afin de souligner leur geste courageux, précurseur de la Révolution tranquille.
  37. 37. 1999 <ul><li>Règlement du recours collectif contre la CECM (Commission des écoles catholiques de Montréal) pour discrimination pendant la confection des listes électorales. Le successeur de la CECM, le Conseil scolaire de l’Île de Montréal, accepte de payer 150 000 $ au MLQ </li></ul><ul><li>19 juin, pose d’une plaque sur l’emplacement de la sépulture de Joseph Guibord au cimetière Côte-des-Neiges et discours de Jean-Paul de Lagrave </li></ul>
  38. 38. Dans leur allocution marquant la pose d’une plaque commémorative Daniel Baril, ci-contre et Jean-Paul de Lagrave ont rappelé les péripéties de l’affaire Guibord, soit l’excommunication de Joseph Guibord, imprimeur, membre de l’Institut canadien, démocrate et partisan des Lumières, par Ignace Bourget, évêque ultramontain de Montréal.
  39. 39. 1999 <ul><li>Mémoire « La laïcité ou l’esprit des Lumières contre les éteignoirs » présenté par le MLQ en octobre à la Commission parlementaire sur l’éducation, analysant le rapport « Laïcité et religions, perspective nouvelle pour l’école québécoise » présenté par le groupe de travail sur la place de la religion à l’École </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet au Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis </li></ul>
  40. 40. Le 6 février 2000, le prix Condorcet 1999 a été décerné au Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis en raison de sa dénonciation publique de l’alliance entre la hiérarchie catholique et le gouvernement pour financer avec des fonds publics des institutions religieuses aux dépens et à l’encontre des droits, de la dignité et de la sécurité des orphelins et orphelines confiés à leur garde.
  41. 41. 2000 <ul><li>Opposition à la réforme confessionnelle du ministre Legault : « Un salmigondis inconsistant » </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet à Jacques Hébert </li></ul>
  42. 42. En tant qu’auteur, éditeur et sénateur, Jacques Hébert a toujours affirmé les valeurs de l’humanisme laïque. Intellectuel de combat, il a livré une résistance courageuse à la répression duplessiste, n’hésitant jamais à défendre la justice et la vérité face aux pouvoirs en place. Fondateur et directeur des Éditions de l’Homme et des Éditions du jour, co-fondateur et président de la Ligue des droits de l’homme, il n’a pas craint de publier des ouvrages, d’affirmer des idées qui s’inscrivaient à contre courant de la frileuse rectitude politique de l’époque.
  43. 43. Et maintenant, la pause musicale <ul><li>Avec Daniel Dulude </li></ul>
  44. 45. 2001 <ul><li>Déclaration « Espace public, espace laïque » du MLQ, en mai, sur la question de l’éruv à Outremont </li></ul><ul><li>Mémoire « Pour une approche républicaine du fait français au Québec » présenté en mars aux états généraux sur la situation et l’avenir du français au Québec </li></ul><ul><li>Dépôt d’une plainte à la commission des droits et libertés de la personne pour faire cesser la récitation de la prière accompagnée de signes de la croix par le président d’assemblée à l’ouverture des séances du conseil municipal de Laval </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à Pierre Bourgault </li></ul>
  45. 46. Souverainiste, polémiste, pamphlétaire et communicateur, Pierre Bourgault a été ce penseur libre et libre penseur qui, aussi loin que l’on puisse remonter dans ses écrits et ses discours, s’est toujours révélé militant laïque. Dans le registre fougueux qu’il affectionnait, Bourgault soulignait au début des années 1970 que nous avions fait la Révolution tranquille « sans pendre un seul curé ». Par ailleurs, sur la question de la laïcité de l’école publique, trop longtemps laissée en ballotage et en souffrance, il n’a jamais désarmé, brassant sans cesse l’inertie des milieux politiques et cléricaux.
  46. 47. 2002 <ul><li>Mémoire sur l’avant-projet de loi instituant l’Union civile, présenté en février à L’Assemblée nationale </li></ul><ul><li>Mémoire sur le projet de loi 50 modifiant le code civil du Québec, présenté en mars </li></ul><ul><li>Mémoire sur les mesures pour améliorer la participation des citoyens et des citoyennes aux assemblées du Conseil municipal de Montréal, présenté en mai </li></ul>
  47. 48. 2002 <ul><li>Remise du Prix Condorcet au Mouvement laïque de langue française (MLF 1961 – 1969), accepté par Jacques Godbout et Jacques Mackay, anciens président du MLF </li></ul><ul><li>Adoption par le MLQ, lors de son assemblée générale annuelle, tenue le 8 décembre, d’une orientation humaniste </li></ul>
  48. 49. Le lauréat de l’édition 2002 du Prix Condorcet du MLQ est, pour ainsi dire, son ancêtre. Dissous en 1969, le MLF a en effet le mérite d’avoir été le premier organisme à notamment remettre en question, au début des années 1960, la structure du système d’éducation. Jusqu’à cette époque, qui allait être plus tard désignée « révolution tranquille » la société québécoise est lourdement sclérosée par le clergé catholique qui a des ramifications dans toutes les sphères d’activité.
  49. 50. 2003 <ul><li>Participation au collectif Échec à la guerre </li></ul><ul><li>Conférence « Laïcité contre fondamentalisme » en mai, avec Amir Khadir, Henri Laberge et Rodrique Tremblay </li></ul><ul><li>Intervention concernant les nouvelles règles de célébration des mariages, afin que les mariages civils puissent être célébrés tous les jours de l’année à l’heure et à l’endroit choisis par les futurs conjoints </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à Janette Bertrand </li></ul>
  50. 51. Ce qui intéresse particulièrement le Mouvement laïque québécois, c’est la remarquable contribution de Janette Bertrand à l’élimination des préjugés, à la réhabilitation des exclus de notre société et à l’instauration d’un nouveau climat d’ouverture et de respect mutuel dans les discussions publiques de problèmes relevant des options morales.
  51. 52. 2004 <ul><li>Lancement de la nouvelle revue « Cité laïque » </li></ul><ul><li>Intervention devant la Cour suprême du canada sur la proposition de loi définissant le mariage en vue de contester le droit des ministres du culte de refuser de célébrer un mariage civil pour des motifs religieux </li></ul><ul><li>Mémoire au sujet de la charte montréalaise des droits et responsabilités </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à Rodrigue Tremblay </li></ul>
  52. 53. Ce que nous retenons des derniers ouvrages de Rodrigue Tremblay, c’est que la religion, la politique et le pétrole forment un mélange explosif et dangereux pour l’avenir de la planète, plus particulièrement pour les États-Unis. Au-delà des périls liés à l’expansion de la guerre, nos valeurs sont remises en cause par le renforcement du caractère intégriste et fondamentaliste de la haute direction de cet empire.
  53. 54. 2005 <ul><li>Victoire de l’opposition à la charia en Ontario </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet à Paul Bégin </li></ul>
  54. 55. Paul Bégin a été militant politique et législateur. Il s’est battu pour des idées beaucoup plus que pour le parti politique auquel il appartenait et dont il a eu le courage de se démarquer quand il jugeait celui-ci inapte à mettre en application les idées généreuses pour lesquelles il avait été fondé. Dans la lignée de Condorcet, il s’est illustré par des gestes législatifs et politiques favorisant l’égalité des droits de tous les citoyens ainsi que le respect de la liberté de conscience et de religion.
  55. 56. 2006 <ul><li>Prise de position du Conseil national du MLQ sur les accommodements religieux </li></ul><ul><li>Manifeste pour une république laïque </li></ul><ul><li>25 e anniversaire du MLQ : Un 25 e anniversaire qui a 30 ans ! </li></ul><ul><li>Le MLQ appuie Danielle Payette dans sa lutte pour la laïcité à Laval </li></ul><ul><li>Remise du Prix Condorcet à Daniel Baril militant qui a participé à la fondation du MLQ en 1981 </li></ul>
  56. 57. Anthropologue de formation et journaliste scientifique à l’hebdomadaire Forum de l’université de Montréal, Daniel Baril est un ardent défenseur des droits et libertés. Avant de devenir le premier président du MLQ en 1981, il avait milité à l’AQADER, précurseur du MLQ.
  57. 58. 2007 <ul><li>Prise de position officielle du MLQ sur les accommodements religieux </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet à Yolande Geadah </li></ul>Photo Patrick Sansfaçon, La Presse – Les co-présidents de la Commission, Charles Taylor et Gérard Bouchard
  58. 59. Auteure de Accommodements raisonnables : droit à la différence et non différence de droits , publié en 2007 chez VLB, Yolande Geadah nous invite à abandonner les jugement à l’emporte pièce qui reposent sur les préjugés et à aborder rationnellement les problèmes de la cohabitation des croyants de diverses allégeances et des incroyants. Sa démarche rejoint une préoccupation constante du MLQ qui, dans son intervention devant la commission Bouchard-Taylor s’est dissocié de quiconque voudrait transformer le débat en une nouvelle croisade contre les tenants des religions minoritaires.
  59. 60. 2008 <ul><li>Le prix Condorcet devient le prix Condorcet-Dessaulles </li></ul>
  60. 61. Louis Antoine Dessaulles a vécu à l’époque où régnait l’intégrisme catholique, à Rome et au Québec. Érudit, partisan de la libre discussion des avancées scientifiques et des opinions, il s’est surtout illustré comme principal animateur et porte-parole de l’Institut canadien de Montréal, fondé en 1844. Contre l’évêque Bourget qui brandissait les foudres de l’excommunication pour réduire l’Institut au silence, Dessaulles affirma vigoureusement le droit à la liberté de pensée dans son Discours sur la tolérance, prononcé en 1868.
  61. 62. 2008 <ul><li>Prise de position du MLQ contre le volet « culture religieuse » du nouveau cours Éthique et culture religieuse </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet-Dessaulles à Danielle Payette, citoyenne de Laval qui a eu gain de cause avec le MLQ </li></ul>
  62. 63. Danielle Payette, enseignante de Chomedey, a été à l’origine du jugement sur la prière à Laval. Le MLQ voulait souligner sa détermination exemplaire dans la longue lutte contre le conseil municipal de Ville de Laval pour y faire respecter le principe de la neutralité des institutions publiques.
  63. 64. 2009 <ul><li>Adoption de notre position sur nos amendements à la Charte des droits de la personne </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet-Dessaulles 2009 au sociologue Guy Rocher </li></ul>
  64. 65. Grand humaniste, érudit, familier de la pensée universelle, sociologue engagé et fidèle à ses convictions, Guy Rocher s’est toujours porté à la défense de l’État de droit et des institutions laïques d’enseignement supérieur que sont les cégeps et l’Université du Québec. Il a contribué à les créer il y a maintenant plus de 40 ans, en tant que membre de la Commission Parent.
  65. 66. 2010 <ul><li>Présentation du mémoire du MLQ sur le projet de loi 94 (printemps 2010) </li></ul><ul><li>Grand rassemblement de la Coalition Laïcité Québec, le 28 avril 2010, à la Grande Bibliothèque </li></ul>
  66. 67. 28 avril : Guy Rocher situe la perspective de la Coalition Laïcité <ul><li>« Cette laïcité que nous proposons, elle est informée par un souci de justice et d’égalité. Elle est informée par le souci de s’assurer que toutes les convictions soient respectées. Et, de ce point de vue, c’est cette laïcité sans adjectif qui est pour l’avenir le meilleur gage de paix sociale. » </li></ul>
  67. 68. 2011 <ul><li>Modification des objets du MLQ  de manière à ce que les actions de notre organisation ciblent précisément la défense de la laïcité de nos institutions (assemblée générale décembre 2010) </li></ul><ul><li>Remise du prix Condorcet-Dessaulles au Syndicat de la fonction publique du Québec pour sa prise de position en faveur de la laïcité des institutions publiques du Québec devant la Commission Bouchard-Taylor et lors des auditions publiques sur le projet de loi 94 </li></ul>
  68. 69. Marie-Michelle Poisson, présidente du MLQ remet le prix Condorcet-Dessaulles 2011 à Lucie Martineau, présidente générale du SFPQ. À droite, Lucie Jobin, trésorière du MLQ. Le SFPQ s’est démarqué par ses positions courageuses, conséquentes et constantes en faveur de la laïcité des institutions publiques devant la Commission Bouchard-Taylor et lors des auditions publiques sur les projets de loi 16 et 94. Le SFPQ a toujours recommandé avec vigueur que le gouvernement du Québec adopte une charte de la laïcité et que le devoir de réserve, tel que défini par la Loi sur la fonction publique, s’étende à l’appartenance religieuse.
  69. 70. Pour conclure en beauté : Le mot de la présidente
  70. 72. À VOUS LA PAROLE ! Rendez-vous à l’assemblée du 20 novembre !
  71. 73. Conception et réalisation TRC Traduction/Rédaction Cloutier

×