Your SlideShare is downloading. ×
La nouvelle norme est anormale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

La nouvelle norme est anormale

321
views

Published on

On January 13th took place in Geneva Pictet's Perspectives event with Chief Investment Officer Yves Bonzon presenting the Pictet's views for 2012.

On January 13th took place in Geneva Pictet's Perspectives event with Chief Investment Officer Yves Bonzon presenting the Pictet's views for 2012.

Published in: Economy & Finance

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
321
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Tendances séculaires - année 3La nouvelle norme est anormalePWM Investment StrategyYves Bonzon, CIOJanvier 2012
  • 2. Tendances clés des années 2010 Chaque décennie se caractérise par un contexte économique et d’investissement différent 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Bretton Woods Taux de change Désinflation Chute du Mur de UEM flottants Accord du Plaza Berlin Fort déséquilibre Choc pétrolier Arbitrage Mondialisation mondial Inflation Internet Emergence de la E-trading Chine Crédit structuré Valeurs américaines Petites Obligations d’Etat Indices Nasdaq Hedge funds ? «Nifty Fifty» capitalisations Nikkei SMI Actions Valeurs émergentes Hang Seng USD pétrolières Matières Or, CHF et JPY premières EURPictet Tendances séculaires - année 3 2
  • 3. Rendements des actifs, au 31 décembre 2011 en CHFRendements des actifs en CHF 15% 11.4% YTD MTD 10% 5.9% 5.0% 5% 1.6% 2.0% 1.5% 1.2% 1.0% 0.6% 0.6% -0.1% 0% -0.4% -1.4% -5% -4.1% -4.6% -5.4% -7.3% -8.0% -10% -11.3% -15% -17.9% -20% Or Etat suisse CHF Dette émergente *Hedge funds SMI EUR High Yield Indice Stoxx600 MSCI Emerging Investment monnaies locales Reuters Com. Markets grade Source: Datastream * Hedge funds: HFRI FOF Diversifiés en USD à novembre 2011Pictet Tendances séculaires - année 3 3
  • 4. Risk on risk off: le cauchemar de l’allocateur d’actifsLa crise de la dette et la Corrélation du S&P500 aux autres classes d’actifsdépendance de l’économie vis-à-vis des réactions politiques Moyenne de la corrélation sur 60 mois des modifications mensuelles du S&P500 à celles des:(stimulus) ont transformé lesmarchés mondiaux en ungigantesque jeu de risk on – riskoff.Fondamentalement, on peutchoisir soit les bons du Trésor etles Bunds soit tout le reste:actions développées, actionsémergentes, dette, taux dechange émergents, etc.Parallèlement, l’or est corrélé demanière très instable et se situequelque part à mi-chemin.Les marchés émergents n’ont Source: Ned Davis Researchpas le statut de valeur refuge!!Pictet Tendances séculaires - année 3 4
  • 5. 1945 – 2007: le cycle de l’endettement2007 a constitué un Dette des Etats-Unis par rapport à leur PIBpoint d’inflexion en GSE /termes d’accumulation Etat Agences Finance ABS Ménages Entreprisesde dettes au sein deséconomiesoccidentales.Nous sommes entrésdans une ère dedésendettementcontrôlé.Pictet Tendances séculaires - année 3 5
  • 6. Dans une récession des bilans:Points clé • L’austérité est vouée à l’échec. • 3 solutions à l’insolvabilité : – transfert, planche à billets, restrucuration • Le capital fuit les bilans faibles vers les bilans sains. • Les pays forts résistent à l’appréciation de leur devise. • Solution coordonnée improbable.Pictet Tendances séculaires - année 3 6
  • 7. Emploi aux Etats-UnisPas de création nette en 12 ansTotal des emplois salariés américains, embauches d’agents recenseurs exclus: niveau en millions d’employés Mio 135 130 Novembre 1999 125 120 115 110 105 100 95 90 84 86 88 90 92 94 96 98 00 02 04 06 08 10 12 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 7
  • 8. Nouveaux ménages américains: cycliquement déprimé Nombre de ménages effectifs et estimations de tendancesTendanciellement, le tauxnaturel de formation de Millionsménages américains est 116d’environ 1 million par an. 2.7 114Le niveau déprimé del’activité dans le logement 112 Nombre de ménageset les deux ou trois millionsd’emplois manquants qui y 110sont liés se sont traduitspar une carence de Tendance basée 108formation de ménages de sur la population adultemême ampleur (2,7 106millions). 104Fondamentalement, ladémographie américaine 102n’est pas sensible à ladéflation, contrairement à 100celle du Japon. 00 02 04 06 08 10 12 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 8
  • 9. Prix du logement aux Etats-UnisL’une des classes d’actifs Indice des prix du logement«investissables» les moins 7.6chères, mais l’excédent Reculn’a pas encore été 37%éliminé. 7.4 Recul 15% Prix réel moyen des logements existants (éch. log.)Les familles américaines 7.2 Indice Case-Shiller Composite réel (éch. log) Indice OFHEO/FHFA du prix réel des logements (éch. log.)passent d’une mentalitéde propriétaire à celle delocataire. Il s’agit d’une 7.0évolution sur deuxgénérations. Recul 6.8 30% 6.6 6.4 Tendance = 1,5% par an 1 écart-type = 6,7% Source: CS 6.2 Jan-68 Jan-71 Jan-74 Jan-77 Jan-80 Jan-83 Jan-86 Jan-89 Jan-92 Jan-95 Jan-98 Jan-01 Jan-04 Jan-07 Jan-10Pictet Tendances séculaires - année 3 9
  • 10. 3 ensembles de dynamique de la dette souveraine au sein du monde développé 30.0% 25.0% GREECE 20.0%TAUX DE CROISSANCE ANNUEL IRELAND 15.0% ITALY PORTUGAL 10.0% UNITED-STATES FRANCE CANADA SPAIN 5.0% GREAT BRITAIN GERMANY NORWAY 0.0% NEW ZEALAND SWITZERLAND SWEDEN -5.0% AUSTRALIA -10.0% 0.0% 2.0% 4.0% 6.0% 8.0% 10.0% 12.0% 14.0% 16.0% TAUX DE FINANCEMENT Source: AA&MRPictet Tendances séculaires - année 3 10
  • 11. Crise de la dette souveraine en zone euro: scénarios et conséquences pour lesallocations d’actifs Scénario Conséquences pour les allocations d’actifs • Vendre des BUNDS Union fiscale de l’UE • Acheter des champions d’exportation du cœur de l’UE • Acheter des actifs périphériques PROCESSUSCrise du • Acheter des BUNDSrefinancement Report des restructurations • Acheter des champions d’exportation du cœur de l’UEde la • Vendre des actifs périphériques PROCESSUSpériphérie Contagion • Acheter des BUNDS • Vendre le DAX • Vendre des banques du cœur de l’UE La Grèce sort de l’euro • Vendre l’euro ÉVÉNEMENT • Acheter des BUNDS • Vendre le DAX Pas de contagion • Acheter des banques grecques après recapital. Source: AA&MR • Acheter l’euroPictet Tendances séculaires - année 3 11
  • 12. Secteur financier de l’UE: asymétrie des opportunitésS’agissant des banques et des compagnies d’assurance, les investisseurs intègrent des dépréciations etdes recapitalisations massives. Et ils sont raison!Banques Compagnies d’assurance 2.2 Banques 1.8 2.0 Compagnies d’assurance 1.8 1.6 1.6 1.4 1.4 1.2 1.2 1.0 1.0 0.8 0.6 0.8 0.4 0.6 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12Estimations moyennes Cours/ Valeur comptable Source: AA&MR, Datastream05.01.12 2010 2011 2012 2013 2014 0.4STOXX EUROPE 600 E 1.33 1.36 1.27 1.17 1.08 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12Banques 0.52 0.59 0.56 0.52 0.51 Actuellement, le contrat à terme (future) à 12 mois cours / valeur comptable s’échange à 0,56 pour les banques et 0,69 pour lesCompagnies d’assurance 0.74 0.79 0.74 0.69 0.64 compagnies d’assurance. Le 5 mars 2009, il était tombé à 0,43 et 0,55, respectivementPictet Tendances séculaires - année 3 12
  • 13. Zone euro: 215 milliards d’euros seront nécessaires afin de parvenir à un ratiocore Tier 1 de 8%…… et le FMI estime les besoins de recapitalisation à 300 milliards d’eurosZone euro: besoins de recapitalisation % des actifs à risque pondérés 20 Besoins de recapitalisation pour atteindre 8% Propriété privée mise en doute Core Tier 1 après stress* 8% 15 10 5 0 -5 -10 FN NL MA OE LX FR BD BG SJ PT IT ES CP GR IR * Décote (haircut) de 50% sur les dettes souveraines grecque, irlandaise et portugaise et de 25% sur les dettes souveraines italienne et espagnole BD: Allemagne, BG: Belgique, CP: Chypre, ES: Espagne, FN: Finlande, FR: France, GR: Grèce, IR: Irlande, IT: Italie, LX: Luxembourg, MA: Malte, NL: Pays-Bas, OE: Autriche, PT: Portugal, SJ: Slovénie Source: AA&MR, EBAPictet Tendances séculaires - année 3 13
  • 14. Economie chinoise à l’horizon 2015La Chine devrait représenter entre 12% et 16% du PIB mondial d’ici à 2015, pour une croissanceréelle de 6% et 9% respectivementPart du PIB nominal chinois dans le PIB mondial 18% 10.076 milliards de dollars* 16% 14% Scénario optimiste (9% de croissance) Scénario pessimiste (6% de croissance) 12% 10% 9073 milliards de dollars* 4814 milliards de dollars* 8% 6% 2224 milliards de dollars* 4% 1196 milliards de dollars* 2% *A dollar constant au taux de 2004 0% 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 14
  • 15. Evolution de la part de la Chine dans l’économie mondialeUne part de plus en plus dominante en raison de la taille du paysPart de la Chine dans la production industrielle mondiale Part de la Chine dans le commerce mondial 10% Exportations p. rap. aux exportations mondiales 14% 9% Importations p. rap. aux importations mondiales 8% 12% 7% 10% 6% Production industrielle chinoise 8% p. rap. à la prod. industrielle mondiale 5% 4% 6% 3% 4% 2% 2% 1% 0% 0% 1993 1995 1997 2001 2003 2005 1999 2007 2009 1991 1981 1983 1985 1989 1987 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 Source: AA&MR, CEIC, Datastream Source: AA&MR, CEIC, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 15
  • 16. Politique de change de la ChineLa Chine poursuit une stratégie de minimisation des pertes de son trésor de guerreRéserves de devises étrangères (en milliards de dollars) Taux de change par rapport au dollar 3500 Milliards de dollars 0.160 3000 Adhésion de la Chine à l’OMC 0.155 2500 0.150 Adhésion de la Chine à l’OMC 0.145 2000 0.140 1500 Avant 0.135 son adhésion à l’OMC, la Chine 1000 avait accumulé 0.130 Crise asiatique 165 milliards de dollars de réserves de change 500 0.125 2847 milliards de dollars fin décembre 2010 0 0.120 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 Source: AA&MR, CEIC, Datastream Source: AA&MR, CEIC, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 16
  • 17. Période d’industrialisation de la ChineLe fait d’adhérer à l’OMC a stimulé la croissanceJapon: exemple de transition économique Chine: part de la production industrielle dans le PIB 50% 45% Part de l’industrie dans le PIB Adhésion à l’OMC 45% Transition 40% Croissance tirée par les services 40% 35% 35% Industrialisation 30% 30% PIB réel par tête 25% 25% 50 100 150 200 250 300 350 400 89 94 99 04 09 Source: AA&MR, Datastream Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 17
  • 18. Part des entreprises étrangères dans le commerce chinois«Made in China» plutôt que «Made by China»Importation par des sociétés étrangères Exportations par des société étrangères 180 0.8 180 0.8 Import. par des soc. à investisseurs étr.* (milliards de dollars) Exp. par des soc. à investisseurs étr.* (milliards de dollars) Total des importations* (milliards de dollars) Total des exportations* (milliards de dollars) 160 160 Import. des soc. à invest. étr. p. rap. au tot. des import. (3mma) Export. des soc. à invest. étr. p. rap. au tot. des exportations (3mma) 0.7 0.7 140 140 120 0.6 120 0.6 100 100 0.5 0.5 80 80 60 0.4 60 0.4 40 40 0.3 0.3 20 20 *désaisonnalisées et corrigées du Nouvel An chinois *désaisonnalisées et corrigées du Nouvel An chinois 0 0.2 0 0.2 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 Source: AA&MR, CEIC, Datastream Source: AA&MR, CEIC, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 18
  • 19. Chine: trappe à revenu moyen?Peu de gens réalisent à La Chine pourrait devenir vieille avant de devenir richequel rythme la Chine Croissance annuelle de la main d’œuvre en Chinevieillit.La main-d’œuvrecommencera de ce faità devenir moinsnombreuse à partir del’an prochain. PrévisionPar ailleurs, les Chinoispourraient être prisdans une trappe àrevenu moyen où ilsdeviendraient troponéreux par rapport àun pays comme leVietnam et pas assezqualifiés par rapportaux pays développés.Pictet Tendances séculaires - année 3 19
  • 20. La fin de l’ère de la Grande modérationChangement de régimeVolatilité du PIB des Etats-Unis 4.0 Période de la Grande modération 3.5 3.0 2.5 2.0 1.5 1.0 Volatilité du PIB US nominal 0.5 Volatilité du PIB US réel 0.0 T4 1966 T4 1972 T4 1978 T4 1984 T4 1990 T4 1996 T4 2002 T4 2008 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 20
  • 21. Politique monétaire et prix des actifsLes banques centrales vont-elles s’attaquer aux prix des actifs?• Suite à la douloureuse expérience inflationniste des années 70, les banques centrales ont toutes adopté l’idéologie de la lutte contre l’inflation de l’IPC. Ce faisant, elles ont implicitement ignoré le prix des actifs et les questions liées aux bilans. D’une certaine manière, c’était du Miller-Modigliani appliqué à la macroéconomie. Cette idéologie, dont la figure emblématique fut Alan Greenspan, est allée dans le mur en 2007 lors de l’éclatement de la bulle du crédit en Occident.• La mondialisation, qui offre la possibilité de pratiquer le carry trade, a sévèrement limité la capacité des banques centrales à maîtriser les prix des actifs.• L’analyse théorique commence tout juste à étudier le rôle des variations des prix des actifs sur l’activité réelle.• Ben Bernanke a raison de vouloir prévenir une déflation du prix des actifs dans le cadre d’une récession due à la dépréciation des bilans.Pictet Tendances séculaires - année 3 21
  • 22. Le sourire du dollar: la 6e flotte est américaineUn dollar profondément incompris Le sourire du dollar: en temps normal, le billet vert tombe, mais il monte en période de récession et de boom Indice du dollar La croissance éco. américaine faiblit Croissance éco. plus forte qu’à l’étranger Demande de liquidités  Boom des investissements américains Dollar et taux réels  Dollar et taux réels  USD  (2008) (1995-2001) USD  Croissance économique tendancielle USD (monnaie des échanges mondiaux) et taux réels  Eco. de «Boucles d’or», REIT  (2002-2007, 2009, juin 2010-octobre 2010) Faible Normale Forte Croissance éco. USPictet Tendances séculaires - année 3 22
  • 23. Or: objectif relevé à USD 3000 (par rapport à USD 2000)Nous nous rapprochons Ratio Dow/orlentement du ratio cible de 200 ans de ratio Dow/or5 onces d’or pour 1 unité del’indice Dow Jones Industrials. 1913: création de la Fed et des FRBUn désordre monétaire du typedéflation ou inflationjustifierait un ratio plus faible.En termes nominaux, si la Insert here your graphsdéflation finit par prévaloir, un and tablesniveau d’USD 2000 constituele potentiel maximal.Si l’inflation n’est plusmaîtrisable, l’or risque d’êtreconfisqué. Ere de l’étalon-or Ere de la monnaie fiduciairePictet Tendances séculaires - année 3 23
  • 24. Les bénéfices des entreprises sont plus volatilsLa fin de la Grande Bénéfices par action réels des entreprises du S&P500 en glissement annuelmodération et l’excèsd’endettement financierdans l’économie seconjuguent pourrenforcer nettement lavolatilité des bénéficesdes entreprises.Par conséquent, lesinvestisseurs en actionsdevraient exiger uneprime de risque plusélevée.Pictet Tendances séculaires - année 3 24
  • 25. Imposition des entreprises sur une pente descendante séculaireLa mondialisation a Taux d’imposition effectif des entreprisesénormément bénéficiéles grandes entreprises Univers actuel Univers comparable (à partir de 1989)internationales et passeulement du point devue des arbitragesfiscaux.Il s’agit d’un défimajeur pour lasouveraineté des Etats.Pictet Tendances séculaires - année 3 25
  • 26. Changement de régime dans le mode des crises souverainesLes spreads des CDS souverains ont un impact sur les actions depuis 2008IBEX 35 par rapport aux CDS souverains à 5 ans (2004 – 2011) 16500 IBEX 15500 14500 13500 12500 11500 10500 Grande contraction 9500 2010 - 2011 8500 2004 – 2008 2008 - 2010 7500 Indépendance de l’IBEX et des CDS CDS souverains en USD 5 ans 6500 0 50 100 150 200 250 300 350 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 26
  • 27. Les marchés obligataires prennent le pas sur les marchés actionsLes prix obligataires sont dictés par un petit nombre d’acteurs avisés Spreads du segment haut rendement (high yield) et Russel 2000 Source: Bianco research LLCPictet Tendances séculaires - année 3 27
  • 28. Obligations d’entreprises Les obligations d’entreprises de bonne qualité sont historiquement la meilleure classe d’actifs dans un cycle de désendettementRendement des obligations d’entreprises américaines Ecarts de taux des obligations d’entreprises américaines % % Pb 13.2 380 6.0 1050 Pb 12.6 360 5.8 1000 12.0 5.6 340 950 11.4 5.4 900 320 10.8 5.2 5.0 850 300 10.2 Investment Haut rendement 4.8 800 grade 9.6 280 4.6 750 9.0 260 4.4 8.4 700 Haut rendement 4.2 240 7.8 650 4.0 220 Investment grade 7.2 600 3.8 550 200 6.6 3.6 Merrill Lynch Master index Merrill Lynch Master index 6.0 3.4 500 180 S2 09 S 10 S2 10 S1 11 S2 11 S1 12 S2 09 S1 10 S2 10 S1 11 S2 11 S1 12 Source: AA&MR, Datastream Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 28
  • 29. Règles d’investissement dans un contexte déflationnistePoints clé • Favoriser les investissements adossés à des bilans forts. • Attention aux pièges des faibles valorisations. • Privilégier: – Cash et obligations d’Etats qui peuvent imprimer – Obligations d’entreprises de haute qualité – Actions défensives – Or • Minimiser l’effet de levier.Pictet Tendances séculaires - année 3 29
  • 30. La nouvelle norme est bimodale, c.-à-d. non-normaleDans un cycle de Courbes de distribution des rendementsdésendettement, la distributiondes rendements du marché ne Déflation Reflationsuit pas une courbe de Gauss niune courbe à queues dedistribution épaisses.En passant de manière abruptede la déflation à la reflation desactifs à la suite de mesures Bimodalesmacroéconomiques visant àlutter contre la crise, les Baisse séculaire Hausse séculairerendements suivent un mode dedistribution bimodale.Dans un tel environnement, lesapproches traditionnellesd’allocation d’actifs sontlargement sous-optimales. Queues de distribution épaissesPictet Tendances séculaires - année 3 30
  • 31. Allocation d’actifs par stratégies et par facteurs de risqueDans le monde Corrélations des facteurs de risque par rapport à celles des classes d’actifsglobalisé actuel de librecirculation des Corrélations croisées moyennes (mars 1999-décembre 2009)capitaux, l’allocationpar facteurs de risque Echantillon completassure une Classes d’actifs Facteurs de risquediversification Calmenettement plus forte Turbulentque l’approchetraditionnelled’allocation d’actifsbasée sur les classesd’actifs. Corrélations Corrélations aux facteurs aux classes de risque d’actifsPictet Tendances séculaires - année 3 31
  • 32. Stratégie d’allocation d’actifs: capital alloué par stratégies et facteurs de risqueNous allons Allocation d’actifs stratégique de PWM en 2012progressivement passerà une allocation d’actifs E 2 3 4 Taux fixes Conservateur Equilibré Croissance Stratégiesdictée par desstratégies et desfacteurs de risque. Primes de risque de crédit Dette émergente (dev. étr.)Le panier d’allocation Ord’actifs tactique seramis en œuvre par lebiais d’instruments Allocation tactiquebêta.Pour les autres paniers, Fonds alternatifs de tradingnous utiliserons unegamme de portefeuilles Actions défensiveset d’instrumentsappropriés. Actions croissance Fonds alternatifs faible vol. REITsPictet Tendances séculaires - année 3 32
  • 33. Perspectives séculaires de Pictet: résuméPoints clé • Distribution bimodale des rendements des actifs financiers. • Diversifier par stratégies plutôt que par classes d’actifs et allouer une poche de capital dédiée à la tactique. • La croissance du PIB est la variable dominante pour les actions. • Les décisions politiques déclenchent des hausses violentes. • Les actions émergentes sont juste une classe d’actifs super cyclique. • La répression financière a commencé.Pictet Tendances séculaires - année 3 33
  • 34. Chocs structurels potentiels au cours des 10 prochaines années• Chocs technologiques (innovation radicale – non transitoire ou limitée à certains secteurs): • Nanotechnologie • Neuroscience • Biotechnologie • Nouvelles technologies de l’information et de la communication• Chocs réglementaires: • Libération de l’esprit d’entreprise dans le monde (marchés émergents) • Primauté du droit (marchés émergents) • Banques prenant un statut de services publics• Chocs monétaires: • Changement de style dans la politique monétaire: le ciblage de l’inflation passe au ciblage du niveau de prix / des prix des actifs • Dévaluation de la monnaie papier (USD, euro)• Chocs de politique fiscale: • Nouvelle politique économique supply-side • Nécessité pour les gouvernements de créer de la confiance pour stimuler la croissance• Le rendement espéré des classes d’actifs ne peut être estimé sans tenir compte des chocsPictet Tendances séculaires - année 3 34
  • 35. Tendances clés des années 2010 Chaque décennie se caractérise par un contexte économique et d’investissement différent 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Bretton Woods Taux de change Désinflation Chute du Mur de UEM Désendettement flottants Accord du Plaza Berlin Fort déséquilibre géré des Choc pétrolier Mondialisation mondial économies Arbitrage développées Inflation Internet Emergence de la Chine Discrimination E-trading des marchés Crédit structuré émergents Cycle technologique Ciblage du prix des actifs Fin du système Valeurs Obligations Indices dollar US ou de américaines Petites d’Etat Nasdaq Hedge funds l’euro? «Nifty Fifty» capitalisations Nikkei SMI Actions Allocation Valeurs émergentes Hang Seng USD d’actifs tactique pétrolières Matières Or Or, CHF et JPY premières Dette émergente EUR locale Services pétroliers Blue chips développés de qualitéPictet Tendances séculaires - année 3 35
  • 36. Valorisation des monnaies par rapport au dollar américain, au 6 janvier 2012Déviation par rapport au PPA mesurée en dollars 60% 50% 48% 40% Surévaluation 30% 27% 24% 25% 20% 17% 14% 10% 3% 0% -1% -1% -2% -5% -4% -10% -7% GBP RUB SEK EUR NOK KRW CHF JPY CAD INR BRL NZD AUD Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 36
  • 37. Actions: ratios cours/valeur comptable régionaux, au 6 janvier 2012Allant de 1 au Japon à 2 aux Etats-UnisCours / valeur comptable depuis 1980 5.5 WORLD EMU 5.0 UK 4.5 US ASIA EX JAPAN 4.0 JAPAN 3.5 3.0 2.5 2.0 1.5 1.0 0.5 80 82 84 86 88 90 92 94 96 98 00 02 04 06 08 10 12 Source: AA&MR, DatastreamPictet Tendances séculaires - année 3 37
  • 38. Rendements nominaux des actions américaines attendus par Pictet 1  E ( PE f ) nE (r )   . (1  E ( g )) n   1  PEs  Avec n=7 Croissance Croissance Choc PEs  16.3 anémique standard d’innovation gr=1% gr= 2,5% gr= 4% Désinflation PE f  13    = 0,5% 2,7% PE f  17.5 PE f  22 Régime de Prix standard  5,6% 13%  = 2% Inflation PE f  15 PE f  16.3 PE f  18 élevée 3,8% 6,6% 9,7%  = 4% Sources: AA&MR, Global financial DataPictet Tendances séculaires - année 3 38
  • 39. Disclaimer: This report is issued and distributed by Pictet & Cie based in Geneva, Switzerland. It is not directed to, or intended to be used by, any person or entity that is a citizen or resident of, or locatedin, any locality, state, country or other jurisdiction where such distribution, publication, availability or use would be contrary to law or regulation.The information and material contained herein are provided for information purposes only and are not to be used or considered an offer or solicitation to subscribe any securities or other financialinstruments.Furthermore, the information and estimates expressed herein reflect a judgment as at the original date of publication and are subject to change without notice. The value and income of any of the securitiesor financial instruments mentioned in this document can go up as well as down. The market value may be affected by changes in economic, financial or political factors, time to maturity, market conditionsand volatility, or the credit quality of any issuer or reference issuer. Furthermore, foreign currency rates may have a positive or adverse effect on the value, price or income of any security or related investmentmentioned in this report.The trade instructions and investment constraints set forth by the client shall take precedence over, and may diverge from, the bank’s general investment policy and recommendations.Past performance should not be taken as an indication or guarantee of future performance, and no representation or warranty expressed or implied is made by Pictet & Cie regarding future performance.Portfolio managers are granted a certain degree of flexibility so as to accommodate the individual wishes and particular circumstances of clients; as such, the asset allocations specified in this report do nothave to be strictly abided by. Actual allocations to alternative, non-traditional investments (e.g. hedge funds) may exceed those mentioned in the grids herein provided that traditional equities are adjustedaccordingly. www.pictet.comPictet Tendances séculaires - année 3 39