Diapo chap 1- tes2-2013 sources croissance éco
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Diapo chap 1- tes2-2013 sources croissance éco

on

  • 1,337 views

Chapitre 1 du cours de SES des Terminales ES2 du lycée Corot de Savigny sur Orge ...

Chapitre 1 du cours de SES des Terminales ES2 du lycée Corot de Savigny sur Orge
Diaporama construit avec Keynote et exporté sous Powerpoint ce qui explique que certains effets aient disparu et qu'il puisse y avoir des problèmes de conversion.

Statistics

Views

Total Views
1,337
Views on SlideShare
1,337
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
19
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Diapo chap 1- tes2-2013 sources croissance éco Diapo chap 1- tes2-2013 sources croissance éco Presentation Transcript

    • Quelles sont les sources de la croissance économique ? Chapitre 1 - TES 2 - 2013/2014 - PhW Manuel Sciences Economiques et Sociales Tle ES éd. 2012 Hatier pages 16 à 39
    • 2000 ans de croissance résumés en une seule courbe (exposition “Krach, boom, mue” à la cité des sciences)
    • Comment produire ?
    • Le PIB est-il un bon indicateur de la richesse et du niveau dedéveloppement ? Comment mesurer autrement pour favoriser le développementdurable ? Quels sont les causes de la croissance et du développement ? La croissance « tombe t-elle du ciel » ? Problématiques
    • ScienceScience ÉconomiqueÉconomique (80 heures)(80 heures) SociologieSociologie (50 heures)(50 heures) RegardsRegards croiséscroisés (40 heures)(40 heures) 1. Croissance, fluctuations et crises 2. Mondialisation finance internationale et intégration européenne 3. Économie du développement durable 1. Classe, stratification et mobilité sociales 2. Intégration, conflit, changement social 2. Travail, emploi et chômage 1. Justice sociale et inégalités
    • ScienceScience ÉconomiqueÉconomique (80 heures)(80 heures) 1. Croissance, fluctuations et crises 2. Mondialisation finance internationale et intégration européenne 3. Économie du développement durable 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique ? 1.2 Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? 2.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ? 2.2 Quelle est la place de l'UE dans l'économie globale ? 3.1 La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ? 3.2 Quels instruments économiques pour la politique climatique ?
    • Thèmes et questionnement Notions Indications complémentaires PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité globale des facteurs, facteur travail, facteur capital. ------------- En s'appuyant sur le programme de première, on s'interrogera sur l'intérêt et les limites du PIB comme mesure de l'activité économique. On montrera que le PIB ne reflète pas l'évolution du niveau de vie des populations et qu'il convient de se référer à d'autres indicateurs. L'étude de séries longues permettra de procéder à des comparaisons internationales. À partir d'une présentation simple de la fonction de production, on exposera la manière dont la théorie économique analyse le processus de croissance. On fera le lien entre la productivité globale des facteurs et le progrès technique et on introduira la notion de croissance endogène en montrant que l'accumulation du capital, sous ses différentes formes (physique, technologique et immatériel, humain et public) participe à l'entretien de la croissance. On soulignera que la croissance économique, loin d'être harmonieuse et continue, est le plus souvent la résultante d'un processus de destruction créatrice. En liaison avec l'innovation, on mettra l'accent sur le rôle des institutions et des droits de propriété 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique Acquis de première : facteurs de production, production marchande et non marchande, valeur ajoutée, productivité, institutions, droits de propriété, externalités
    • Introduction Décrire la croissance
    • La France des Trente Glorieuses (DVD)
    • Prise de notes sur la vidéo « Jean Fourastié et les trente glorieuses » Quel est le rôle du progrès technique sur l’économie ? Dans l’interview de Fourastié, repérez les effets de l’automatisation. A partir de la vidéo, donnez une définition du prix relatif Pourquoi le progrès entraîne t-il la réduction de la durée du travail ? Pourquoi peut-on dire que Jean Fourastié est un économiste « optimiste » ? Trouvez un synonyme à « production par tête », utilisé dans le reportage : Qu’est ce qui cause l’augmentation du pouvoir d’achat ? Dans quelle mesure cette accroissement du pouvoir d’achat favorise t-il la croissance ? « la fin des temps faciles » : repérez les trois facteurs qui sont à l’origine de la fin des trente glorieuses et du ralentissement de la croissance. 1) 2) 3)
    • “Ce qui croît change en croissant” François Perroux La croissance s'opère dans et par des changements de structure On ne peut pas vraiment dissocier “Croissance” (du PIB) et “Développement” (structurel)
    • Gains deGains de productivitéproductivité ConsommationConsommation de massede masse Hausse du pouvoirHausse du pouvoir d'achatd'achat AugmentationAugmentation de la Demandede la Demande le mécanisme de la croissance Cherchez les causes des gains de productivité Cherchez les conséquences des gains de productivité... A vous de jouer ! Un exemple ?
    • Gains deGains de productivitéproductivité ProgrèsProgrès techniquetechnique Organisation duOrganisation du travailtravail FormationFormation Augmentation desAugmentation des salairessalaires Baisse du prix relatifBaisse du prix relatif des produitsdes produits Augmentation desAugmentation des dividendesdividendes Augmentation deAugmentation de l'investissementl'investissement Hausse du pouvoirHausse du pouvoir d'achatd'achat Augmentation deAugmentation de la Demandela Demande ConsommationConsommation de massede masse le mécanisme de la croissance
    • Prise de notes sur la vidéo « Jean Fourastié et les trente glorieuses » Quel est le rôle du progrès technique sur l’économie ? Dans l’interview de Fourastié, repérez les effets de l’automatisation. A partir de la vidéo, donnez une définition du prix relatif Pourquoi le progrès entraîne t-il la réduction de la durée du travail ? Pourquoi peut-on dire que Jean Fourastié est un économiste « optimiste » ? Trouvez un synonyme à « production par tête », utilisé dans le reportage : Qu’est ce qui cause l’augmentation du pouvoir d’achat ? Dans quelle mesure cette accroissement du pouvoir d’achat favorise t-il la croissance ? « la fin des temps faciles » : repérez les trois facteurs qui sont à l’origine de la fin des trente glorieuses et du ralentissement de la croissance. 1) 2) 3) Comment expliquer le ralentissement de la croissance ?
    • Gains deGains de productivitéproductivité ProgrèsProgrès techniquetechnique Organisation duOrganisation du travailtravail FormationFormation Augmentation desAugmentation des salairessalaires Baisse du prix relatifBaisse du prix relatif des produitsdes produits Augmentation desAugmentation des dividendesdividendes Augmentation deAugmentation de l'investissementl'investissement Hausse du pouvoirHausse du pouvoir d'achatd'achat Augmentation deAugmentation de la Demandela Demande ConsommationConsommation de massede masse le mécanisme de la croissance
    • La croissance a t-elle été la même dans toutes les régions du monde ?
    • Page 19 + polycopié
    • La croissance n’a pas suivi le même chemin dans tous les pays… On constate que les écarts se sont creusés au cours des deux siècles de croissance. Le niveau de vie de l’Amérique du Nord était seulement deux fois supérieur à celui de l’Afrique en 1800, il est 12 fois supérieur aujourd’hui. On notera aussi que le Japon avait un niveau de vie inférieur à celui de la Chine au début du 19ème siècle comme au 15ème siècle. La croissance de ce pays s’est faite surtout après la seconde guerre mondiale. On peut donc aussi mettre en évidence des phénomènes de décalage et de rattrapage. La question qu’il convient de se poser est donc de savoir si le sous-développement est un retard du développement ou le produit du développement des autres.
    • I- Définir et mesurer la croissance A- Qu'est-ce que la croissance économique ?
    • Page 18 + polycopié
    • Quantitatif Qualitatif Mixte Croissance X Développement X Expansion X progrès X
    • Selon François Perroux, la croissance économique est «l"augmentation soutenue durant une ou plusieurs périodes longues d"un indicateur de dimension: pour une nation, le produit global brut ou net, en termes réels». (variation du PIB ou de PNB) Cette formule de François Perroux (L'économie du XX° siècle, Paris, PUF, 1961, note 1, p. 408) exprime très bien le champ des relations entre "croissance, changement social et développement".
    • la croissance est aussi définie comme "la capacité permanente d'offrir à une population en augmentation, une quantité accrue de biens et services par habitant". Cette définition de Simon Kuznets (Population, Capital and Growth, New York, p. 1-2) renvoie tout simplement à la création d'un indicateur qui puisse servir de base à la mesure de la croissance.
    • 1. La croissance est un phénomène durable ; elle se distingue bien de l'expansion. Selon le même auteur, et conformément à la théorie des cycles, l'expansion est "l'accroissement temporaire et réversible de quantités économiques lié aux mouvements courts de la conjoncture". 2. La croissance est "réalisée dans des changements de structures" La formule de François Perroux signifie que certains changements de structure sont une condition nécessaire de la croissance 3. La croissance est éventuellement réalisée "dans des changements de système". On parle de système à propos des "institutions qui conditionnent l'accomplissement des fonctions économiques fondamentales". Cette formule, encore reprise de François Perroux, ne serait pas démentie par Karl Marx. Ce mouvement de transformation des institutions ne paraît d'ailleurs jamais fini et il n'est pas toujours linéaire. 4. La croissance est "accompagnée de progrès économiques variables” C'est une question très discutée de savoir si la croissance apporte, au moins, les conditions matérielles du bonheur.
    • Développement: ensemble des mutations structurelles dont certaines engendrent la croissance économique alors que d'autres en sont les conséquences. François Perroux (1903-1987) le définit ainsi comme la «combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte à faire croitre, cumulativement et durablement, son produit réel global», ce qui doit permettre à chacun de ses membres de couvrir les «couts de l"homme» afin que tous puissent mener « une vie spécifiquement humaine, […] caractérisée par un minimum de connaissances et un minimum de loisirs »
    • Comment mesurer l'activité économique ? ProductionProduction UtilisationUtilisation (consommation,(consommation, épargne)épargne) RépartitionRépartition Les trois temps de l'activité économique... Qu'est ce qui est le plus facile à mesurer ?
    • Comment se mesure la production ? PIB PNB Produit Intérieur Brut (Production réalisée à l'intérieur du territoire par les unités de production résidentes) Critère de résidence Produit National Brut (Production réalisée par les unités de production nationales) Critère de nationalité PIB = ∑ Valeurs ajoutées PNB = PIB + revenus reçus du reste du monde - revenus versés au RDM
    • Production marchande : production de biens ou de services destinés à être vendus sur un marché et dont les entreprises attendent un profit. Production non marchande : production gratuite ou à très bas prix des administrations publiques et des ISBLSM et qui n'est pas sous-tendue par un but lucratif. Il s’agit pour l’essentiel de services. Valeur ajoutée : mesure de la création nette de richesse d’un acteur productif. On l’obtient en soustrayant la valeur de ce qu’il a détruit ou transformé lors du processus productif (c’est-à-dire ses consommations intermédiaires) à la valeur de la production réalisée. ISBLSM : institutions sans but lucratif au service des ménages ( associations)
    • Salaires EBE (profits) Impôts rémunération du facteur Travail rémunération du facteur Capital infrastructures Le partage de la valeur ajoutée
    • Les limites de l'unité monétaire Pour additionner des productions marchandes et non marchandes très diverses, on se sert de la seule unité commune : la valeur monétaire. Mais celle-ci comporte bien des limites. Elle peut varier sous l'effet de l'inflation sans que les quantités produites ne changent. Elle peut aussi varier sous l'effet du taux de change quand on veut comparer les pays
    • En volume / en valeur Pour rendre compte de la capacité réelle d’une entreprise ou d’un pays à créer des richesses, il faut supprimer l’effet- prix (ou effet de l’inflation) c’est à dire faire comme si le prix ne variait pas. On va donc calculer le volume de la production en conservant le prix d'une année donnée, et raisonner à prix constants ou en euros constants de cette année de référence (la valeur d’une monnaie baisse quand les prix augmentent).
    • PIB réel et PIB nominal • Le PIB nominal mesure la valeur en euros de la production de l’économie. • Le PIB réel mesure la quantité produite (évaluée aux prix constants de l’année de base). • Le déflateur du PIB mesure le prix d’une unité de production par rapport à son prix au cours de l’année de base. C’est un indice de prix de la production
    • En volume / en valeur Avec effet prix ("déformé") En valeur En euros courants Nominal Sans effet prix ("déflaté") En volume En euros constants Réel Tableau de correspondance lexicale
    • I- Définir et mesurer la croissance B- La mesure de la croissance économique est-elle satisfaisante ?
    • Page 20
    • Page 20
    • Page 21 Externalités: conséquences positives ou négatives que l’activité de tel acteur économique entraîne pour au moins un autre acteur sans qu'il y ait eu entre eux échange marchand ou signature d’un contrat. Les pouvoirs publics doivent donc aider ceux qui sont à l’origine d’externalités positives et pénaliser ceux dont les activités s’avèrent négatives pour autrui.
    • Comparer les PIB...
    • Le produit intérieur brut par habitant, ou par tête (PIB par habitant ou par tête) est un indicateur du niveau d'activité économique. Cet indicateur est parfois utilisé pour mesurer approximativement le revenu par tête, ce dernier indicateur étant plus rarement disponible. On utilise alors généralement le PIB à parité de pouvoir d'achat (PPA).
    • Les limites de la moyenne...
    • La parité de pouvoir d'achat (PPA) (on parle de valeurs mesurées en parité de pouvoir d'achat) est une méthode utilisée en économie pour établir une comparaison entre pays du pouvoir d'achat des devises nationales, ce qu’une simple utilisation des taux de change ne permet pas de faire. Comparer les PIB...
    • L’indice Big Mac est une mesure fruste de parité de pouvoir d'achat (PPA), inventée par le magazine The Economist en 1986. Initialement proposé à titre facétieux, cet indice est devenu un sujet d'étude sérieux pour plusieurs économistes. Chaque année, l'hebdomadaire The Economist dresse la liste des différents prix du Big Mac dans les principales zones géographiques. Un exemple simple l'indice Big Mac... L’indice Big Mac présente plusieurs avantages : sa mesure est facile, la composition et la vente d’un Big Mac nécessitent comme intrants à la fois des matières premières (achetées sur les marchés locaux), des services (cuisiniers, vendeurs) et des locaux. Les coûts de production sont calculés au plus juste par les gérants des McDonald's et les prix de ventes sont fixés nationalement par la firme. Il est cependant très dépendant de la politique commerciale et du positionnement marketing de McDonald's
    • Des indicateurs imparfaits et insuffisants • limites d'un indicateur monétaire (pb de l'inflation) • Tenir compte de l'effet qualité ? • Tenir compte des différences de pouvoir d'achat entre pays • le PIB/hab est une moyenne... • Pb de l'économie informelle • Pb de l'économie souterraine • Comment tenir compte des externalités négatives ? • le PIB est un indicateur purement quantitatif ("plus” est-il forcément mieux ?)
    • I- Définir et mesurer la croissance C- Quels indicateurs alternatifs pour la croissance et le développement ?
    • L'Indicateur de Développement Humain (vidéo du PNUD) Vidéo visible sur le site du PNUD....
    • Page 22
    • Page 22
    • IDH (Indicateur du Développement Humain): Mesure synthétique du développement humain ISDH (Indicateur Sexo-spécifique du Développement Humain): IDH mais ajusté pour prendre en compte les inégalités du genre IPF (Indicateur de la Participation des Femmes): Mesure les inégalités de genre dans la participation économique et politique dans la prise de décisions) IPH (Indicateur de Pauvreté Humaine): Mesure de la pauvreté humaine dans un pays. La famille des Indicateurs du développement humain
    • Le développement durable : première approche (Un chapitre spécifique sera consacré à ce thème)
    • Dans les années 70, on assiste à une prise de conscience environnementale avec le rapport Meadows du nom le plus souvent donné à ce rapport demandé à une équipe du Massachusetts Institute of Technology (dont les époux Meadows) par le Club de Rome en 1970 et publié sous le titre The Limits To Growth (Les limites à la croissance) le titre français est un tout petit peu différent puisqu’il est “Halte à la croissance ?” C’est la première étude importante soulignant les dangers écologiques de la croissance économique et démographique que connaît alors le monde.
    • C'est dans le rapport Bruntland en 1987 (du nom de la Premier Ministre Norvégien qui présidait la commission) préparatoire à la conférence internationale de Rio en 1992 que l'on trouve la définition du développement durable appelée aussi développement soutenable (en anglais sustainable development) “Le développement durable est celui qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.”
    • II- Expliquer la croissance A- Le rôle des facteurs de production
    • Vidéo “la croissance en questions” documentaire FCA/Planète + pour la chaîne Campus Bac (2013)
    • De quoi a t-on besoin pour produire ? Facteur Travail Facteur Capital L K
    • FacteurFacteur TravailTravail FacteurFacteur CapitalCapital ProductionProduction CommentComment se fait lese fait le choix de lachoix de la combinaisoncombinaison productive ?productive ?
    • Page 24
    • Polycopié “croissance extensive croissance intensive”
    • Croissance économique extensive: croissance du PIB qui résulte de l'augmentation des ressources en travail et en capital utilisées. Croissance économique intensive: croissance du PIB qui provient d'une utilisation plus efficace des ressources en travail et en capital.
    • Page 24
    • CombinaisonCombinaison Capital/TravailCapital/Travail ((inputsinputs)) PGF (résidu)PGF (résidu) CroissanceCroissance économiqueéconomique ProgrèsProgrès TechniqueTechnique
    • Page 25
    • Productivité : rapport entre une création de richesse (telle production ou, mieux, telle valeur ajoutée) et les moyens qui lui ont été affectés. On raisonne soit sur un seul facteur de production (productivité apparente du travail ou du capital), soit sur l’ensemble des facteurs (productivité globale des facteurs). Productivité globale des facteurs : quantité de richesses créée/quantité de facteurs de production utilisés à cette fin. On mesure ainsi par approximation, l’effet du progrès technique Quantité de richesse créée Quantité de facteurs de production utilisés à cette fin
    • II- Expliquer la croissance B - Le rôle du progrès technique et des institutions 1° Progrès technique et innovations
    • Joseph Aloïs Schumpeter (Triesch, Moravie, 8 février 1883 – Salisbury, Connecticut, 8 janvier 1950) est un économiste autrichien du milieu XXe siècle, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et l'innovation. Pour Schumpeter la "dynamique du capitalisme" (titre d'un de ses livres) repose sur le progrès technique et l'innovation. Les innovations vont générer des profits et modifier les marchés et les conditions de production. Elles sont porteuses de croissance. L'épuisement du progrès technique entraîne, quant à lui, les dépressions économiques et les crises.
    • Les cinq innovations de Schumpeter   ❝1° Fabrication d’un bien nouveau, c’est-à-dire encore non familier au cercle des consommateurs, ou d’une qualité nouvelle d’un bien. 2° Introduction d’une méthode de production nouvelle, c’est-à-dire pratiquement inconnue de la branche intéressée de l’industrie ; il n’est nullement nécessaire qu’elle repose sur une découverte scientifiquement nouvelle et elle peut aussi résider dans de nouveaux procédés commerciaux pour une marchandise. 3° Ouverture d’un débouché nouveau, c’est-à-dire d’un marché où jusqu’à présent la branche intéressée de l’industrie du pays intéressé n’a pas encore été introduite, que ce marché ait existé avant ou non. 4° Conquête d’une source nouvelle de matières premières ou de produits semi-ouvrés ; à nouveau, peu importe qu’il faille créer cette source ou qu’elle ait existé antérieurement, qu’on ne l’ait pas prise en considération ou qu’elle ait été tenue pour inaccessible. 5° Réalisation d’une nouvelle organisation, comme la création d’une situation de monopole (par exemple la trustification) ou l’apparition brusque d’un monopole. » ❞ Extrait de « Théorie de l’évolution économique » 1926
    • Invention≠ Innovation
    • Page 27
    • ProgrèsProgrès TechniqueTechnique NouvellesNouvelles techniquestechniques NouveauxNouveaux ProduitsProduits RenouvellementRenouvellement de la Demandede la Demande HausseHausse DemandeDemande InvestissementInvestissement Résum é Gains deGains de productivitéproductivité NouveauxNouveaux emploisemplois Baisse desBaisse des prixprix Hausse desHausse des salairessalaires Hausse desHausse des profitsprofits xx
    • II- Expliquer la croissance B - Le rôle du progrès technique et des institutions 2° Institutions, culture et croissance
    • Le mythe d'Apple
    • Si Steve Jobs avait été italien, il serait devenu garagiste... Chronique  Le Monde| 12.10.11 | Si Steve Jobs avait été napolitain, Steve Jobs se serait appelé Stefano Lavori (qui veut dire "travaux", traduction de jobs en italien) et son ami Steve Wozniak, Stefano Vozzini (ce qui ne veut rien dire). Ainsi commence l'histoire édifiante, drôle et triste, postée sur Facebook par Antonio Menna au lendemain de la mort du fondateur d'Apple le 5 octobre. Comme leurs modèles américains, les deux garçons sont passionnés de technologie et s'enferment toute la journée dans un garage pour mettre au point un modèle d'ordinateur révolutionnaire. "Mais, ils se font traiter de tapettes car ils sont toujours ensemble", note Antonio Menna. A Naples, il n'y a pas Mike Markkula, pour verser sans garantie 250 000 dollars afin de soutenir ce qui n'est encore qu'une idée. Lavori et Vozzini font le tour des banques : "Venez avec vos parents, nous ne faisons pas crédit à qui n'a rien." Comme Jobs avait vendu son combi Volkswagen, les deux Stefano vendent leur scooter pour acheter les premières pièces afin d'assembler leur invention. Mais voilà qu'un voisin soupçonneux les dénonce aux policiers municipaux. Ceux-ci déboulent dans le garage : "Votre activité est elle en règle ? Vos papiers." Lavori et Vozzini ont beau expliquer qu'il s'agit d'un laboratoire, rien n'y fait. Pire, le garage n'est pas aux normes. Le lendemain ce sont les carabiniers qui débarquent. Puis les services financiers et, enfin, le comité d'hygiène et de sécurité : "Avec un pot-de-vin, on peut s'arranger." Dociles, Stefano et Stefano vendent leur second scooter et leurs collections de bandes dessinées. Mais les premières commandes arrivent. Il faut fonder une entreprise. Où trouver les capitaux ? Rendez-vous est pris avec un conseiller fiscal. "Votre idée est formidable, ragazzi ! On peut faire jouer les fonds de la région. Il va falloir aussi un peu d'argent pour "huiler" le système. J'ai un ami qui pourra nous aider en échange d'un petit cadeau. Quoi ? Vous n'avez même pas de quoi payer mes honoraires ? Mais vous vous croyez où ?" Ils s'accrochent jusqu'à ce que, un matin, on sonne à la porte. C'est un représentant de la Camorra, la Mafia napolitaine : "On sait que vous êtes en train de faire  des sous. Alors il faudrait songer à donner  un petit quelque chose." Tempêtes sous les crânes : s'ils payent le pizzo qu'on leur réclame, ils n'auront plus d'argent pour leur activité. S'ils ne donnent pas, le garage sera plastiqué. S'ils dénoncent la Mafia à la police, ils devront quitter la région pour toujours. Et s'ils ne le font pas, ils risquent la prison. Le découragement les gagne. Les fonds régionaux ne sont jamais arrivés. Les taxes les ont ruinés. Un jour, le père de Stefano Lavori prend son fils à part : "Vide le garage et louons des box pour les voitures, ce sera mieux." Depuis les deux Stefano sont gardiens de parking. "Le Apple de Naples ne verra jamais le jour, écrit Antonio Menna, car si tu nais au mauvais endroit, même en étant "affamé et fou" tu restes avec ta faim et ta folie. Rien de plus."
    • Page 26
    • Page 26
    • Pourquoi l'État doit-il intervenir pour soutenir l'innovation ?
    • Le “rendement privé” de la recherche se matérialise par les profits que les firmes ont retirés (ou vont pouvoir retirer) de leurs dépenses de R&D, alors que, son rendement social est constitué par tous les gains qui en résulteront (ou pourraient en résulter) pour la collectivité tout entière (en termes de niveau de vie et d'emploi mais également de santé, de liberté, de bonheur, etc.,) Si le premier rendement est inférieur au second, cela implique que, faute de rentabilité suffisante, les firmes vont devoir renoncer à certains projets, ce qui privera la collectivité de l'ensemble des gains auxquels elle aurait pu prétendre en l'absence de ces renoncements, Progrès technique = externalité positive Progrès technique = bien public
    • Rappel Qu'est-ce qu'un bien public ? (public goods en anglais, qu’il vaudrait mieux traduire par biens collectifs) Rivalité (ou divisibilité) Non-Rivalité (ou indivisibilité) Exclusion Biens privés Biens de club Non-Exclusion Ressources communes (biens libres) Biens ou services collectifs purs La connaissance est un bien public Une même connaissance peut être utilisée un nombre quelconque de fois, par un nombre quelconque d'agents, et cela simultanément et sans se détériorer. L'inventeur ne peut généralement pas exclure entièrement les autres de l'usage de son invention (même s'il y a des brevets)
    • 3 façons3 façons d'intervenird'intervenir pour l'Étatpour l'État se substituer aux entreprises privées et assumer lui-se substituer aux entreprises privées et assumer lui- même les activités de recherche en question (CNRS,même les activités de recherche en question (CNRS, INRA, CNES, etc.)INRA, CNES, etc.) promouvoir un environnement institutionnel propice àpromouvoir un environnement institutionnel propice à l’innovation, par exemple en instituant un droit de lal’innovation, par exemple en instituant un droit de la propriété intellectuelle (brevets)propriété intellectuelle (brevets) récompenser les firmes privées afin de soutenir leurrécompenser les firmes privées afin de soutenir leur efforts de R&D, via des subventions ou/et desefforts de R&D, via des subventions ou/et des allégements de prélèvements obligatoiresallégements de prélèvements obligatoires
    • Un brevet est un titre de propriété industrielle qui confère à son titulaire non pas un droit d'exploitation, mais un droit d'interdiction de l'exploitation par un tiers de l'invention brevetée, à partir d'une certaine date et pour une durée limitée (20 ans en général) Droit de propriété Le détenteur d'un brevet peut vendre le droit d'exploitation à un tiers et recevoir alors des royalties
    • Page 27
    • II- Expliquer la croissance C - Un processus auto-entretenu mais discontinu et non harmonieux 1° - la croissance endogène
    • Page 28
    • Endogène : littéralement, qui prend naissance à l'intérieur d·un système (un animal ou un végétal, une société humaine, etc.). feed-back : si A influe sur B et si B influe en retour sur A, la relation « B ..... A" est qualifiée de « rétroaction" (on utilise également I'anglicisme feed·back) Phénomène de “bouclage” : raisonnement non linéaire, c"est·à·dire circulaire. Si la situation s’améliore au fur et à mesure que I·on parcourt la boucle, on a affaire à un “cercle vertueux” dans le cas contraire, le cercle est qualifié de “vicieux”. La notion de “cercle” est évidemment indissociable de celle de “rétroaction”.
    • Enchainement linéaire (sans rétroaction) Enchainement linéaire (avec rétroaction) AA BB CC AA BB CC
    • Ces trois auteurs sont partis de l’hypothèse selon laquelle la croissance économique s’auto-alimente. Pour eux, le progrès technique n'est donc pas une variable exogène, que l’on interpréterait, ainsi que le faisait l’économiste Robert M. Solow, comme une sorte de “manne céleste” : il est il la fois le résultat et la cause de la croissance économique. D"où l"expression “croissance endogène”. Remarque : l’expression “manne céleste” n"est pas exagérée. Voici ce qu’écrivait il y a quelques années Denis Clerc (Alternatives économiques, n° 198, décembre 2001): «Pour se tirer d’affaire, [Robert M.] Solow a [ ... ] dû imaginer l’intervention d"un troisième facteur, en plus du travail et du capital , pour expliquer la croissance à long terme: le progrès technique. Un facteur un peu particulier, puisqu’ il accroît l’efficacité productive des deux autres un peu comme le rhum accroît l’arôme du gâteau. Mais un rhum particulier, qui tombe du ciel. » Où on retrouve notre métaphore du gâteau au yaourt !
    • Qu'est-ce qui peut favoriser la croissance endogène ?
    • Page 28
    • Page 29
    • II- Expliquer la croissance C - Un processus auto-entretenu mais discontinu et non harmonieux 2° - la destruction créatrice et les crises
    • Joseph Aloïs Schumpeter (Triesch, Moravie, 8 février 1883 – Salisbury, Connecticut, 8 janvier 1950) est un économiste autrichien du milieu XXe siècle, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et l'innovation.
    • Les Cycles de Kondratieff Le cycle Kondratiev est un cycle de longue durée d’environ 50 ans. Il a été mis en évidence en 1925 et connaît 2 phases : une phase ascendante (phase A) une phase descendante (phase B). Il s’explique principalement par le progrès technique selon Schumpeter.
    • Destruction créatrice : pour Joseph A. Schumpeter (1883-1950), trait fondamental du capitalisme, qui détruit en permanence certains de ses éléments et en crée de nouveaux grâce aux innovations des entrepreneurs. Ses conséquences ne sont pas seulement économiques mais aussi sociales, politiques et culturelles.
    • La suite dans le chapitre 2...
    • Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? Chapitre 2 - TES 2 - 2013/2014 - PhW Manuel Sciences Economiques et Sociales Tle ES éd. 2012 Hatier pages 40 à 61