• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Une société de l'information pour tous 12 DéCembre Apresmidi
 

Une société de l'information pour tous 12 DéCembre Apresmidi

on

  • 2,159 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,159
Views on SlideShare
2,158
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Une société de l'information pour tous 12 DéCembre Apresmidi Une société de l'information pour tous 12 DéCembre Apresmidi Presentation Transcript

  • DEUXIEME PARTIE Améliorer l’inclusion des citoyens wallons dans la société de l’information
  • Monsieur Rudy Demotte Ministre-Président de la Région wallonne
  •  
  • Qui sont les publics défavorisés en Région wallonne ? Quels sont les risques d’inégalités numériques ?
    • Gérard Valenduc , codirecteur de la Fondation Travail-Université (FTU), professeur invité à l’UCL et aux FUNDP
  • Publics défavorisés et inégalités numériques en Wallonie Gérard Valenduc FTU - Fondation Travail-Université Prof. UCL et FUNDP www.ftu-namur.org Une société de l'information pour tous Namur, 12 décembre 2008
  • Fracture numérique et inégalités
    • La fracture numérique
        • Ce n'est pas le constat de disparités entre utilisateurs et non-utilisateurs des TIC et d'internet
        • C'est le résultat (conséquences sociales) de l'usage des uns et du non-usage des autres, en termes d'inégalités ou de discriminations
    • Les inégalités peuvent concerner
        • L'accès à l'éducation et à la culture
        • L'accès à l'emploi et au développement professionnel
        • L'accès aux services en ligne, marchands ou non marchands
        • La capacité de communiquer et de se socialiser
        • La participation démocratique
  • Les groupes à risques (1)
    • Les groupes les plus vulnérables
      • Les personnes qui ont un faible niveau d'instruction
        • Souvent corrélé avec un emploi peu qualifié ou précaire, un faible revenu
      • Les personnes en situation de pauvreté
        • Souvent corrélée avec la précarité sur le marché du travail, l'endettement, les problèmes de logement
      • Les personnes économiquement inactives
        • Souvent en situation de dépendance ou en retrait par rapport à la vie en société (sauf les pensionnés peu âgés)
    • Pourquoi ? Le capital culturel, le niveau de vie et le capital social (notamment le lien social à travers le travail ou la formation) sont des facteurs clés.
  • Les groupes à risques (2)
    • Les groupes aujourd'hui moins menacés par l'exclusion numérique (mais pas à l'abri)
      • Les demandeurs d'emploi
        • TIC = outil d'insertion professionnelle / de revalidation sociale
      • Les femmes
        • Les disparités de genre se réduisent avec la diffusion des TIC
      • Les familles monoparentales
        • Sauf si elles font partie des groupes les plus vulnérables
    • Pourquoi ? Les politiques publiques (formation, égalité des chances, accès public) ont des effets positifs. Le périmètre de diffusion des TIC s'élargit.
  • Les groupes à risques (3)
    • Et les seniors ?
      • Ce n'est pas une question d'âge, mais de génération
        • Exemple: le cas de la tranche d'âge 55-64
      • Les conséquences sociales du non-usage des TIC ne relèvent pas souvent de la discrimination ou de l'exclusion
      • En revanche, les conséquences sociales de l'usage des TIC sont très souvent positives
        • Communication, vie associative, santé, autonomie, etc.
      • En d'autres termes: un potentiel d'inclusion à développer, mais peu de risques d'exclusion
  • Les inégalités numériques, au-delà de l'accès
    • Le risque d'une "fracture numérique au second degré"
        • Au niveau des conséquences sociales de la différenciation des usages
        • Entre catégories d'utilisateurs: selon leurs compétences ? selon leur environnement socioéconomique ? selon leur trajectoire personnelle ?
  • Les enjeux des usages des TIC
    • La notion d'usage
        • Distinguer la capacité opérationnelle d'utilisation et les bénéfices réels dans la vie quotidienne (avantages perçus et vécus)
    • Les compétences numériques
        • Bien plus que l'alphabétisation numérique
        • Évolution de digital literacy vers media literacy , c.à.d. une culture critique des médias numériques
    • Le non-usage
        • Choisi ou subi ? Différentes typologies du non-usage ou de l'usage sporadique
  •  
  • Les politiques wallonnes de lutte contre la fracture numérique : enjeux et impacts
    • Béatrice Van Bastelaer , commissaire EASI-WAL de la Région wallonne
    • Odile Dupont , responsable e-Learning, Le Forem
    • Stéphanie Géron , animatrice du réseau PMTIC, Labset, Université de Liège
    • Pierre Colle , expert auprès de l’Agence Wallonne des Télécommunications
    • Béatrice Van Bastelaer , commissaire EASI-WAL de la Région wallonne
  • La politique d'accessibilité Web de la Région wallonne Béatrice van Bastelaer Colloque Fracture Numérique | Namur | 12-12-08
  • Le Commissariat EASI-WAL et ses missions
    • Commissariat en charge de l'e-gouvernement et de la simplification administrative en Région wallonne
      • 24 personnes au service des usagers des services publics wallons et des fonctionnaires
      • Chargé de la coordination et de la mise en oeuvre partielle du plan d'action du Gouvernement wallon en matière de simplification administrative, d'e-gouvernement et de lisibilité
      • Actions sur les différents aspects de la chaine de simplification:
        • Simplifier les textes
        • Simplifier les processus et les dématérialiser
        • Simplifier les formulaires et les dématérialiser
        • Simplifier l'accès à l'information (Web) ‏
        • Organiser et simplifier l'accès aux sources authentiques
        • Développer des applications Web et des composants technologiques
    Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Principaux éléments de la politique d'accessibilité de la Région wallonne
    • Remonte à avril 2003: décision du GW relative à l'accessibilité. Premier gouvernement en Belgique à prendre une telle décision
    • Contenu:
      • Liste de sites web concernés: sites prioritaires – sites pour lesquels l'accessibilité est recommandée
      • Choix du label Blindsurfer (aujourd'hui Anysurfer) – soutien à l'ONA
      • Sensibilisation
      • Formation
    • Résultats: 27 sites labellisés (17 Blindsurfer – 10 Anysurfer)‏
    Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • http://www.anysurfer.be/fr/apropos-de-anysurfer/nos-projets/region-wallonne/ Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  • Contacts
    • ONA - Anysurfer
    • Sophie van Cangh
      •  [email_address]
      • http://www.anysurfer.be
    • EASI-WAL
    • Béatrice van Bastelaer
      •  [email_address]
      •  +32 81 40 92 65
        • Chaussée de Charleroi, 83b 5000-Namur
        • http://easi.wallonie.be
    Colloque Fracture Numérique – 12 décembre 2008 – politiques TIC wallonnes
  •  
    • Odile Dupont , responsable e-Learning, Le Forem
  • Titre Date Actions mises en œuvre pour lutter contre la fracture numérique des demandeurs d’emploi Le Forem : Office régional de l’Emploi et de la Formation
  • Quelles actions et où ?
    • Les activités des Maisons de l’emploi et des Carrefours Emploi/Formation
    • Le Minitic dans les centres de formation et la participation au Comité de suivi du PMTIC
    • La formation à distance
  • Les Maisons de l’emploi et les Carrefours emploi/formation
    • 53 maisons de l’emploi en déploiement (70 à terme)
    • 12 CEFO
    • Mise à disposition d’un espace ouvert avec 1 personne pour aider les DE
    • Organisation d’activités avec des partenaires locaux ou des conseillers emploi/formation : sensibilisation et initiation à l’usage des technologies et d’Internet dans le cadre de la recherche d’emploi.
  • Minitic et PMTIC
    • Tous les stagiaires en formation sont initiés à l’utilisation d’un PC et d’Internet en lien avec la recherche d’emploi. (module Minitic)
    • 2 représentants du Forem participent au comité de suivi du PMTIC.
    • Deux Centres de compétence (Technobel et TechnofuturTic) sont agréés en tant qu’opérateurs de formation.
  • La formation à distance
    • Depuis octobre 2005, une offre modulaire gratuite pour tous les demandeurs d’emploi
    • Un catalogue multi-opérateurs
    • 11.452 DE inscrits pour 32.763 modules
    • Plus de 8.900 DE ont suivi un module
    • 201.330 heures de formation (fin octobre 2008)
  •  
    • Stéphanie Géron , animatrice du réseau PMTIC, Labset, Université de Liège
  • LabSET - IFRES – ULg Lab oratoire de S outien à l’ E nseignement T élématique Missions internes ULg - Master en pédagogie de l’enseignement supérieur - Gestion du portail e-learning de l’ULg Missions externes ULg - - - - …
  • Rôle du LabSET dans la coordination pédagogique du PMTIC
    • mise en réseau des opérateurs
    • formation pédagogique des formateurs
    • réalisation de supports pédagogiques en ligne
  • Le Plan Mobilisateur TIC (PMTIC) Stéphanie Géron (LabSET-IFRES -ULg) 12 décembre 2008
  • Le PMTIC en quelques mots
    • Formation des DE aux TIC :
      • courte (8h + 16h + 24h = 48h)
      • gratuite
      • en petit groupe
      • organisée par 111 opérateurs de proximité (269.093 heures prestées en 2008)
      • dispensée par plus de 250 formateurs
      • uniquement en Région wallonne francophone
    http://www.pmtic.net
  • Objectifs du PMTIC
    • Sensibiliser et initier le public des demandeurs d'emploi wallons (éloignés des tics) à Internet, au traitement de texte et au tableur
    • Réduire la facture numérique
    • Promouvoir le déploiement de compétences dynamiques susceptibles
    • Favoriser la réinsertion socio-professionnelle
  • 3 modules de formation en ligne http://www.pmtic.net/module1 http://www.pmtic.net/module2 http://www.pmtic.net/module3
  • Quelques principes pédagogiques des modules
    • Respecter les principes de l’andragogie
    • Favoriser la motivation
    • Encourager l’autonomie
    • Proposer divers modes d’apprentissage (varier les méthodes)
    •  Augmenter la motivation et l’autonomie d’un public d’adultes (parfois) en froid avec la formation .
  •  
    • Pierre Colle , expert auprès de l’Agence Wallonne des Télécommunications
  • L’A GENCE W ALLONNE DES T ÉLÉ COMMUNICATIONS
    • L'Agence Wallonne des Télécommunications est un organisme d’intérêt public de la Région wallonne créé en 1999.
    • Son objectif : promouvoir l’accès universel aux TIC et inciter à leur usage généralisé -> 3 missions spécifiques :
      • conseil au gouvernement
      • veille technologique, juridique et socio-économique
      • promotion des TIC
    • www.awt.be
  • CD–ROM « Premiers pas dans les TIC »
    • Expériences pilotes intergénérationnelles avec l’UTAN en 2003  …
    • CD-ROM « Premiers pas dans les TIC » :
      • didacticiel sur l’utilisation de la souris
      • 10 leçons sur l’intérêt des TIC : e-mail, carte d’identité électronique, téléphonie mobile …
      • 60.000 exemplaires distribués (EPN, écoles, CPAS …)
  • Campagne « Juliette Reine du Net » 
    • Six spots TV diffusés sur RTL et sur les onze télévisions locales en 2006.
    • Intérêt des TIC dans la vie quotidienne + commande du CD Rom « Premiers pas dans les TIC » et informations sur les EPN les plus proches.
    • Les capsules ont été vues 825.000 fois par 323.043 téléspectateurs, soit 66,6 % de la tranche 18 – 54 ans.
  • DVD « Trop faciles les TIC ! »
    • Une collaboration de l’AWT et d’EASI WAL.
    • Le DVD contient 6 vidéos expliquant l’utilité des TIC pour les particuliers, des jeux éducatifs avec de la théorie et des animations : Internet, la vidéo numérique, la téléphonie mobile et la VOIP, l’e-gouvernement, la carte d’identité électronique, les accessoires sans fils, la sécurité sur Internet.
  •  
  • Bonnes pratiques et témoignages sur le terrain
    • Michel Jadot , bibliothécaire et responsable de l'EPN de la Bibliothèque Communale de Huy
    • Didier Van der Meeren , coordinateur Le Monde des possibles à Liège
    • Godelieve Ugeux , directrice d’Interface 3 Namur
    • Providence Ligotti , administratrice-déléguée, et Rose Garofalo , directrice, de Formathé
    • Michel Jadot , bibliothécaire et responsable de l'EPN de la Bibliothèque Communale de Huy
    • Didier Van der Meeren , coordinateur Le Monde des possibles à Liège
    • Godelieve Ugeux , directrice d’Interface 3 Namur
    • Providence Ligotti , administratrice-déléguée, et Rose Garofalo , directrice, de Formathé
  •  
  •  
  • Dans quelles directions orienter les actions futures ?
  • Le point sur les politiques d'inclusion numérique en Europe Gérard Valenduc FTU - Fondation Travail-Université Prof. UCL et FUNDP www.ftu-namur.org Une société de l'information pour tous Namur, 12 décembre 2008
  • La nature des politiques européennes d'inclusion numérique
    • Champs d'intervention
        • Impulsion et coordination de politiques nationales
        • Soutien à des initiatives de normalisation technique
        • Financement de la recherche et de l'innovation
    • Méthodes
        • Inspirées de la "méthode ouverte de coordination" (Lisbonne)
        • Définir des objectifs mesurables et des échéances, évaluer et comparer les progrès (benchmarking), distribuer des bons et des mauvais points
    • Sous l'égide de la DG Information society & media
  • La déclaration de Riga (juin 2006)
    • Définition de l'inclusion numérique
        • Technologies inclusives
        • Usages des TIC au service de l'inclusion sociale
        • Politiques de réduction des inégalités
    • Axes prioritaires
        • TIC et qualité de vie des seniors
        • TIC et employabilité des travailleurs âgés
        • Diversité culturelle et linguistique dans l'espace numérique européen
        • Promotion de l'e-accessibilité
    • Objectifs mesurables
  • Les objectifs de la déclaration de Riga
    • Objectifs 2010
      • Accès à internet: réduire de moitié l'écart entre la moyenne de la population et les "groupes à risque"
      • Inégalités géographiques: 90% de connectivité à large bande
      • Accessibilité du web: 100% des sites publics officiels rendus conformes aux normes WAI
      • Compétences numériques: réduire de moitié les écarts en termes d'alphabétisation numérique
    • Évaluation intermédiaire
      • Le rythme est deux fois trop lent. Les disparités risquent de persister, voire s'accroître pour certains groupes
      • C'est le seul objectif qui sera atteint en 2010
      • On est très loin du compte: 5 à 8% de conformité aux normes minimales
      • Mesure trop sommaire, limitée à quelques compétences instrumentales. Seuls quelques pays atteindront l'objectif 2010
    Au rythme actuel, il faudra attendre 2015 pour atteindre les objectifs de 2010. Des politiques ciblées sur les groupes à risque sont nécessaires.
    • Olivier Glassey , maître d'enseignement et de recherche suppléant, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne
    • Michel Briand , adjoint au Maire de Brest, en charge d'internet et du multimédia, vice-président de Brest Métropole Océane en charge de l’Economie sociale et solidaire et de l’aménagement numérique du territoire
    • Florence Durand-Tornare , déléguée générale de l'association Villes Internet
    • André Delacharlerie , expert auprès de l’Agence wallonne des Télécommunications
    • Olivier Glassey , maître d'enseignement et de recherche suppléant, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne
    • Michel Briand , adjoint au Maire de Brest, en charge d'internet et du multimédia, vice-président de Brest Métropole Océane en charge de l’Economie sociale et solidaire et de l’aménagement numérique du territoire
    • Florence Durand-Tornare , déléguée générale de l'association Villes Internet
    • André Delacharlerie , expert auprès de l’Agence wallonne des Télécommunications
  • Mesurer la fracture numérique ?
    • Avant de « mesurer » il faut d’abord « identifier » la fracture
    • Donner une « connexion à Internet » à une personne ne suffit pas à en faire une utilisatrice habile, consciente et responsable
    • Daniel PIMIENTA ( FUNREDES, Association Réseau & Développement ) identifie une dizaine d’obstacles à franchir pour que les TIC deviennent « un vecteur de développement humain et social »
    • La mesure de l’état de franchissement de ces obstacles nous donne des références pour mesurer la progression vers l’e-inclusion
  • 9 obstacles / étapes vers l’e-inclusion (Photographie: Y. Chopin, Crédit photo: Compagnie Eiffage Viaduc de Millau) Accès physique à l’infrastructure Accès financier Localisation linguistique Alphabétisation de base Pérennité des ressources Alphabétisation numérique Appropriation technologique Appropriation sociale Usage (pro)actif
  • Eléments de mesure
    • Taux de couverture des services TIC (xDSL, câble, GSM,…)
    • Niveau de prix des services
    • Niveau d’alphabétisation de la population
    • Niveau d’alphabétisation numérique de la population
      • Taux d’utilisateurs d’Internet (mail et web)
    • Appropriation technologique
      • Taux d’usage des applications plus évoluées (bureautique, e-banking, e-commerce, e-gov,…)
    • Usage proactif
      • Taux de publicateurs de contenus, de contributeurs aux forums et réseaux sociaux, …
    Photo mispo5.over-blog.com
  •  
  • Conclusions du colloque