Your SlideShare is downloading. ×
0
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La Tapisserie de Bayeux

6,136

Published on

Support d'une présentation effectuée aux journées sur la formation de formateurs "Histoire des arts et culture médiévale". …

Support d'une présentation effectuée aux journées sur la formation de formateurs "Histoire des arts et culture médiévale".
Lyon, Institut Français de l'Éducation, le 23 novembre 2011.

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
6,136
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
20
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Lyon – 23 novembre 2011 Lire la Tapisserie de Bayeux Composition graphique, narration, évocations visuelles Patrick Peccatte Chercheur associé au Laboratoire dhistoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS) peccatte@softexperience.com Twitter: @ppeccatte Facebook: patrick.peccatte Google+: Patrick Peccatte Flickr: patrickpeccatte et photosnormandiehttp://culturevisuelle.org/dejavu Tumblr: dubruitausignal.tumblr.com
  • 2. Préambule - Culture Visuelle ? Visual Culture = Cultural Studies + Visual studies ✔ Cultural Studies: École de Birmingham, années 60. Étude des cultures ouvrières, jeunes (rock, BD, etc.). Intérêt pour les cultures populaires (ou plutôt ordinaires), pour les "objets indignes" ✔ Visual Studies: courant américain, Université de Chicago (William J. Thomas Mitchell) et courant britannique (Nicholas Mirzoeff, Griselda Pollock): Extension de lintérêt à toutes les images, abandonner les hiérarchies et le jugement esthétique (art). Intérêt pour les images dévalorisées. Le regard est culturel, caractère construit de la vision Nécessité dadapter les méthodes aux spécificités desobjets Daprès: Que signifie culture visuelle ? par Audrey Leblanc et Alexie Geers http://culturevisuelle.org/clindeloeil/2011/07/20/que-signifie-culture-visuelle-%E2%80%93-support-de-cours/Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 3. CultureVisuelle.org Plateforme de blogs pour lenseignement et la recherche créée par André Gunthert et léquipe du Lhivic (Laboratoire dhistoire visuelle contemporaine) à lEHESS Principalement des historiens d’art et du visuel, sociologues, chercheurs et étudiants, spécialistes des médias, médiévistes et anthropologues, mais aussi professionnels dautres domaines ou artistes Tous les aspects des visual studies sont abordés : ✔ photographie, cinéma, publicité, journaux et magazines, télévision, art ✔ création et circulation des images, dispositifs de médiatisation ✔ théorie, méthodologie ✔ régimes illustratifs et documentaires du visuel Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 4. Quel point de vue sur la Tapisserie de Bayeux ? Cette œuvre a fait lobjet de multiples études selon diverses disciplines: ✔ histoire de l’art, analyse des textes médiévaux, archéologie, recherches sur l’architecture militaire et civile, les textiles anciens, les costumes, les techniques de construction navale, étude des procédés narratifs, etc. Ici, ce nest pas le point de vue dun médiéviste ni même celui dun historien Mais celui dun chercheur en études visuelles qui sest intéressé à la composition graphique de cet objet (agencements des images et des textes,des espaces et des filets) et à ses évocations visuelles (références dans la culture ordinaire) Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 5. Rappels - Nature et dimensions de lobjet  Autres noms : Tapisserie de la reine Mathilde, et plus anciennement Telle du Conquest (toile de la Conquête)  Lattribution à Mathilde, femme de Guillaume, est une légende  Ce nest pas une tapisserie mais une broderie  Bande de toile de lin brodée d’environ 68,80 mètres de long et 50 cm de large. Proportions:Impossible à appréhender dans son ensemble.La structure et le découpage en scènes paraissent simples;en fait ce nest pas si simple... Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 6. Nomenclature 626 personnages (mais seulement 3 femmes) 202 chevaux et mules 55 chiens 450 autres animaux, souvent fantastiques 32 navires 37 édifices dont les séparateurs de scènes 49 arbres Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 7. Histoire - résumé Raconte une série d’événements qui se sont déroulés de 1064 à 1066 et conduisirent à la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie Guillaume le Conquérant (Guillaume le Bâtard) Très probablement commandée par lévêque Odon de Bayeux, le demi-frère de Guillaume, qui figure à de nombreuses reprises sur la Tapisserie Date incertaine: entre 1066 et 1082, antérieure à la Chanson de Roland (vers 1090) Réalisée probablement en Angleterre, pour être exposée à la cathédrale de Bayeux Très favorable au point de vue des Normands La fin est manquante. Elle devait se terminer par le couronnement de Guillaume Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 8. Histoire – principaux personnages anglais (anglo-saxons) Le roi Édouard le Confesseur, exilé 25 ans auprès de son oncle le duc Richard II de Normandie avant de devenir lavant dernier monarque anglo-saxon en 1043. Il a donc un lien très fort avec la Normandie. Meurt sans descendance le 3 janvier 1066. Canonisé en 1161. Le comte Harold Godwinson, fils de Godwin de Wessex, descendant de chef viking par sa mère. Il est le beau-frère dÉdouard et revendique sa succession. Dernier roi anglo-saxon avant la conquête normande. Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 9. Histoire – principaux personnages normands Guillaume de Normandie, enfant naturel du duc Robert le Magnifique et dArlette de Falaise (mariage more danico, à la manière danoise); bâtard pour lÉglise, mais légitime pour les Normands. Descendant de Rollon, chef viking et premier duc de Normandie en 911. Il se considère comme le successeur dÉdouard. Les deux demi-frères de Guillaume: lévêque Odon de Bayeux et le comte Robert de Mortain Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 10. Histoire – succession dÉdouardJournées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 11. Histoire – succession dÉdouardUne omission très importante de la Tapisserie(les « trois batailles »):  Harald Hardråda (« Harald le Sévère) de Norvège - allié à Tostig, frère de Harold - a envahi le Yorkshire et revendique lui aussi le trône dAngleterre  Harold est battu par Harald à Fulford près de York le 20 septembre 1066  Harold écrase Harald à Stamford Bridge le 25 septembre 1066. Harald et Tostig sont tués.  Guillaume débarque le 28 septembre à Pevensey  Harold apprend le 2 octobre que Guillaume à débarqué. Marche forcée pour aller affronter Guillaume à Hastings. Larmée de Harold est épuisée.  Les armées anglaises et normandes saffrontent à Hastings le 14 octobre 1066. Harold est tué. Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 12. Structure normale de la composition de la Tapisserie de Bayeux Scènes numérotées de 1 à 58 sur une toile de lin qui la double La narration principale se déroule dans l’espace central, délimité par deux filets, sur une hauteur de 33 à 34 cm Les deux marges illustrées encadrent cet espace central et mesurent chacune de 7 à 8 cm de hauteur Le texte figure dans l’espace principal sous le filet supérieurJournées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 13. Lœuvre textile « Toute la bande brodée (frises hautes et basses, inscriptions et scènes centrales) a été exécutée en une seule opération » Isabelle Bédat et Béatrice Girault-Kurtzeman De nombreuses restaurations ont été effectuées à des époques diverses Avers et revers du début de la Tapisserie (scène 1)
  • 14. Les inscriptions Le texte est écrit dans un latin élémentaire Le latin était la langue officielle en Normandie, alors quen Angleterre, cétait le vieil anglais Donne un caractère « officiel » à la Tapisserie, celle dune histoire qui fait autorité Certains mots tels que caballus et parabolant sont romans, un locuteur anglais aurait utilisé equus et loquor À linverse ceastra, Bagias, et surtout GYRÐ (Gyrth, frère du roi Harold), avec une lettre anglo-saxonne, traduisent linfluence de locuteurs anglais Journées de formation de formateurs sur la culture médiévale - Lyon, Institut Français de lÉducation - 22 au 24 novembre 2011
  • 15. Principales scènes - 1 & 2 1064. Entrevue entre le roi Édouard le Confesseur et son beau-frère le comte Harold Godwinson (Sc. 1). Édouard envoie Harold voir Guillaume à propos de sa succession. Harold chevauche avec son faucon, ses chiens de chasse et sa suite vers son manoir de Bosham (Sc. 2) Notes: Tous les Anglais ont des moustaches. La structure normale de composition est respectée. Scène 1: EDWARD REX [Le Roi Edouard] Scène 2: UBI hAROLD DUX ANGLORUM ET SUI MILITES EQUITANT AD BOShAM [Où Harold, duc des Anglais et ses soldats chevauchent vers Bosham]
  • 16. Principales scènes - 4 à 6 Harold navigue vers le continent (Sc. 4 à 6) Il échoue par erreur sur les terres du comte Guy de Ponthieu (dans la Somme) où il est fait prisonnier (Sc. 7 à 10) Notes: Seuls les navires ayant les voiles gonflées figurent en débord sur la marge supérieure. La marge inférieure évoque des scènes des fables dEsope Scène 4: HIC hAROLD MARE NAVIGAVIT [Ici Harold traverse la mer] Scène 5: ET VELIS VENTO PLENIS VENIT IN TERRA WIDONIS COMITIS [Et les voiles gonflées par le vent, il aborda sur la terre du Comte Guy] Scène 6 : HAROLD
  • 17. Principales scènes – 14 & 15 Un espion prévient Guillaume de la capture de Harold (Sc. 10 & 11) Guillaume fait relâcher Harold et le reçoit dans son palais à Rouen (Sc. 12 à 14) Scène énigmatique: Un clerc frappe une femme (ou caresse sa joue?) nommée Ælfgyva sous un portique (Sc. 15). Un homme nu dans la marge inférieure suggère une connotation sexuelle. Notes: Deux tours encadrent ces scènes. Les Normands ont la nuque rasée. Deux paons dont un fait la roue en marge supérieure. Scène 14: HIC DUX WILGELM CUM HAROLDO VENIT AD PALATIŪ SUŪ [Ici le duc Guillaume vint à son palais avec Harold] Scène 15: UBI UNUS CLERICUS ET ÆLFGYVA [Où un clerc vint trouver Ælfgyva]
  • 18. Principales scènes – 16 & 17 Harold est désormais lobligé de Guillaume et il laccompagne dans son expédition contre le duc Conan II de Bretagne. Ils se rendent au Mont-Saint-Michel (Sc. 16) puis à Dol. Harold sauve deux soldats normands des sables mouvants (Sc. 17) Notes: Harold est représenté très positivement, chevaleresque. Le Mont-Saint-Michel figure en débord sur la marge supérieure. Scène 16: HIC WILLEM DUX ET EXERCITUS EIUS VENERUNT AD MONTE(M) MIChAELIS [Ici le duc Guillaume et son armée vinrent au Mont (St) Michel] Scène 17: ET HIC TRANSIERUNT FLUMEN COSNONIS [Et ici ils traversèrent le fleuve Couesnon] hic hAROLD DUX TRAhEBAT EOS DE ARENA [Ici le duc Harold les tirait hors du sable]
  • 19. Principales scènes – 23 & 24 Lors de la campagne de Bretagne, la ville de Dol est prise. Les Normands se rendent ensuite à Rennes puis à Dinan (Sc. 18 & 19). Conan livre les clefs de Dinan à Guillaume (Sc. 20). Guillaume donne des armes à Harold, signe de vassalité pour les Normands (mais pas pour les Anglais) (Sc. 21) puis lemmène à Bayeux (Sc. 22). Harold prête serment en présence de Guillaume (Sc. 23), puis retourne en Angleterre (Sc. 24). Tous les analystes estiment que la scène du serment est le point central de lhistoire. Scène 23: UBI hAROLD SACRAMENTUM FECIT WILLELMO DUCI [Où Harold prête serment au duc Guillaume] Scène 24: hIC HAROLD DUX REVERSUS EST AD ANGLICAM TERRAM [Ici le duc Harold retourna en terre anglaise]
  • 20. Principales scènes – 26 à 28 Harold rencontre le roi Édouard. À la fin 1065, labbaye de Westminster est prête a être consacrée lorsque le roi meurt. Un homme pose le coq sur le clocher de léglise et la main de Dieu consacre labbaye. Curieusement, la scène de lenterrement (26) précède celle de la mort du roi (28). Seul endroit de la Tapisserie où deux scènes sont superposées. Scène 26: hIC PORTATUR CORPUS EADWARDI REGIS AD ECCLESIAM SCI PETRI APLI [Ici on porte le corps du Roi Édouard à léglise Saint-Pierre-Apôtre] Scène 27: HIC EDWARDUS REX IN LECTO ALLOQUIT FIDELES [Ici le Roi Édouard sur son lit parle à ses proches] Scène 28: ET HIC DEFUNCTUS EST [Et ici il mourut]
  • 21. Principales scènes – 30 à 32 Harold est couronné roi, avec à sa gauche lévêque de Cantorbéry Stigand (Sc. 30-31). Un groupe dhommes observe la comète de Halley (Sc. 32). Note: On pense que c’est l’archevêque Alfred d’York qui couronna le nouveau roi. Représenter Stigand qui fut excommunié par cinq papes successifs signifie que le couronnement était nul selon le point de vue normand. Scène 30: hIC RESIDET hAROLD REX ANGLORUM [Ici siège Harold, roi des Anglais] Scène 31: STIGANT ARChI EPS [Larchevêque Stigand] Scène 32: ISTI MIRANT(UR) STELLĀ [Ceux-ci observent létoile]
  • 22. Principales scènes – 35 & 36 Un navire aborde en Normandie et un messager apporte à Guillaume la nouvelle du couronnement de Harold (Sc. 34). Guillaume donne lordre de construire une flotte (Sc. 35). Les navires sont chargés darmes et de provisions (Sc. 37). Notes: Scènes importantes pour la compréhension de la fabrication des navires et la connaissance des outils utilisés au Moyen Âge Scène 36: hIC TRAhUNT NAVES AD MARE [Ici ils tirent les navires à la mer]
  • 23. Principales scènes – 38 La flotte traverse la Manche et arrive à Pevensey le 28 septembre 1066 Notes: Les navires débordent sur la marge supérieure et certains navires sont figurés éloignés Scène 38: HIC WILLELM DUX IN MAGNO NAVIGIO MARE TRANSIVIT ET VENIT AD PEVENESÆ [Ici le duc Guillaume traversa la mer sur un grand vaisseau et vint à Pevensey] Comparaison avec les navires anglais (Sc. 5. Harold) Discontinuité dans la partie centrale
  • 24. Principales scènes – 43-44 Les Normands chevauchent jusquà Hastings (Sc. 40). Ils sapprovisionnent dans le pays, puis préparent un banquet (Sc. 42). Lévêque Odon bénit le banquet (Sc. 43). Le vendredi 29 septembre 1066, jour de jeûne respecté par lévêque qui a un poisson devant lui. Guillaume tient conseil avec ses deux demi-frères quand on linforme de lapproche de Harold (Sc. 44) Note: Durant tout ce temps, Harold est dans le nord à la suite de la guerre contre Harald le Sévère. Scène 43: hIC FECERUN(T) PRANDIUM ET hIC EPISCOPUS CIBŪ ET POTŪ BENEDICIT [Ici ils firent un repas et ici lévêque bénit la nourriture et la boisson] Scène 44: ODO EPS WILLEM ROTBERT [Lévêque Odon, Guillaume, Robert]
  • 25. Principales scènes – 45-47 Les Normands construisent une motte castrale à Hastings et incendient les habitations du voisinage Près dune maison incendiée, une des rares figurations féminines Guillaume se prépare à monter à cheval et la cavalerie normande sélance à la rencontre de Harold Scène 45: ISTE IUSSIT UT FODERETUR CASTELLUM AD HESTENG CEASTRA [Celui-ci a ordonné de creuser une fortification autour du camp de Hastings] Scène 46: HIC NUNTIATUM EST WILLELM DE HAROLD [Ici on informe Guillaume au sujet de Harold] Scène 47: HIC DOMUS INCEDITUR [Ici une maison est incendiée]
  • 26. Principales scènes – 48-49 Harold voulait surprendre Guillaume mais son plan est déjoué par les éclaireurs de Guillaume. Guillaume porte un gourdin et derrière lui se tient Robert ou plus probablement lévêque Odon (les ecclésiastiques navaient pas le droit de porter lépée). Selon le Domesday Book (inventaire de lAngleterre réalisé sur ordre de Guillaume après la conquête), Vital est un tenancier dOdonScène 48: hIC MILITES EXIERUNT DE hESTENGA: ET VENERUNT AD PRELIUM CONTRA hAROLDUM REGEM [Ici les soldats sortirent de Hastings et allèrent au combat contre le roi Harold] Scène 49: hIC WILLELM DUX INTERROGAT VITAL SI VIDISSET EXERCIT Ū HAROLDI [Ici le duc Guillaume demande à Vital sil a vu larmée de Harold]
  • 27. Principales scènes – 52 La bataille de Hastings fait rage. Deux frères du roi Harold sont tués. Les scènes de la bataille occupent environ un cinquième de la Tapisserie. La marge inférieure est alors occupée par des figurations de morts et blessés. Notes: Les Anglais nont pas de cavalerie et ils ont des boucliers ronds. Remarquez la graphie du Ð du nom GYRÐ, typiquement anglaise. Scène 52: hIC CECIDERUNT LEWINE ET GYRÐ FRATRES hAROLDI REGIS [Ici succombèrent Leofwin et Gyrth, frères du Roi Harold]
  • 28. Principales scènes – 53 La bataille oppose Franci et Angli. Le terme Normanni apparaît peu dans la Tapisserie. Larmée de Guillaume est composée de Normands, Bretons, Français. Scène 53: hIC CECIDERUN(T) SIMUL ANGLI ET FRANCI IN PRELIO [Ici Anglais et Français meurent ensemble dans le combat]
  • 29. Principales scènes – 54-56 Lévêque Odon ne porte pas lépée, il est figuré avec un gourdin (Sc. 54). Selon Guillaume de Poitiers, les Normands crurent que Guillaume était mort et commençaient à fuir. Guillaume se fait reconnaître en enlevant son casque (Sc. 55). Eustache est probablement Eustache de Boulogne (Sc. 56). Il est possible que son nom ait été partiellement effacé après une disgrâce. Scène 54: HIC ODO EPS BACULŪ TENENS CONFORTAT PUEROS [Ici lévêque Odon, tenant un bâton, encourage les jeunes hommes] Scène 55: hIC EST DUX WILLELM(US) [Ici est le duc Guillaume] Scène 56: E(USTA)TIUS [Eustache]
  • 30. Principales scènes – 58 Harold est tué, atteint par une flèche dans lœil puis frappé à la jambe au sol. Les Anglais sont vaincus et prennent la fuite. Dans la marge inférieure à droite, un homme enlève la cote de maille dun mort Scène 58: hIC hAROLD REX INTERFECTUS EST ET FUGA VERTERUN(T) ANGLI [Ici le roi Harold fut tué, et les Anglais prirent la fuite]
  • 31. Marges De nombreux motifs danimaux parfois fantastiques sont représentés par deux, en vis-à-vis Plusieurs fables dÉsope figurent dans les marges Exemple: scène 4, le corbeau et le renard
  • 32. Marges – multiples interprétations Les fables et les animaux qui figurent dans les marges sont souvent interprétés comme des commentaires, des indicateurs, des reflets, des avertissements ou anticipations par rapport à la narration principale de la bande centrale « Les créatures des marges semblent souvent conscientes des événements décrits sur le registre principal et, comme elles sont invisibles aux protagonistes humains, leurs réactions aux activités de ceux-ci sont destinées à nous amuser. » Gale R. Owen-Crocker Pour Bard McNulty,les marges dans leur ensemble sont comparables à la musique qui accompagne le déroulement dun film
  • 33. MargesRelations entre la narration principale et les marges. Scènes 32-33.  Un groupe dhommes observe la comète de Halley. Plus loin, en dessous de la scène où Harold écoute un messager, des esquisses de bateaux sont dessinées dans la marge inférieure.  Selon linterprétation traditionnelle de cette suite, Harold (dans la frise principale) voit dans la comète (en marge supérieure) un signe de Dieu, un présage funeste dune flotte dinvasion (en marge inférieure). Les trois espaces pourtant bien distincts fonctionnent ici ensemble.
  • 34. Débords Les filets (surtout le supérieur) ne sont pas des limites totalement infranchissables. Certaines images de la scène principale "débordent" sur les deux marges supérieure et inférieure. La typologie des débords inférieurs est limitée: ✔ Oiseau [5] ✔ Pieds [27, 28, 45, 46] ✔ Soldats blessés ou morts [51, 55, 56, 57] ✔ Lances [54]
  • 35. Débords Les débords supérieurs sont plus nombreux mais la typologie des motifs demeure restreinte: ✔ Édifices [16, 19, 22, 25, 27, 28, 30, 31, 32, 33, 35, 42] ✔ Navires [5, 34, 37, 38, 39] ✔ Lances [10, 19, 40, 48, 52, 53, 54, 55, 57] ✔ Épées [52, 54, 55] ✔ Haches [52, 56] ✔ Bouclier [18] ✔ Tête dun homme [35] ✔ Étendards [37, 51, 52] ✔ Cheminées dune maison [40] ✔ Flammes dun incendie [47]
  • 36. Débords - une interprétation Les motifs "transgresseurs" pourraient illustrer une notion de "passage" « Les marges sont des limites et des pans architecturaux (les lieux de l’énonciation) qui disposent un extérieur et un intérieur permettant un passage, limites que transgressent les navires qui vont d’une rive à l’autre, les armes qui font passer de vie à trépas et traversent la peau, les fenêtres qui laissent entrer le regard, les oiseaux messagers. » Olivier Beuvelet
  • 37. Débords majeurs - navires Les débords majeurs occupent presque intégralement lespace de la marge supérieure en surplus de la bande centrale. Ce sont toujours des navires ou des édifices. Exemple: Scènes 4 à 6, Harold se rend sur le continent.
  • 38. Débords majeurs - édifices Le Mont-Saint-Michel [16] – Dinan [19]: guerre en Bretagne Bayeux [22] – Westminster [25]: Harold est sous serment Westminster [30 à 33]: Harold viole son serment et devient roi Rouen [35] – Fin: guerre de Guillaume contre HaroldScande ce qui est le plus important « du point de vue de Dieu »: Guerre – Serment – Parjure - Guerre
  • 39. Marges et débords essai dinterprétation (1) Les filets dessinent trois mondes. Entre les deux filets, la narration principale évolue dans un monde 1 où sont figurés les enchaînements des événements du monde réel. Ce monde est explicité, décrit par un texte qui court tout près de la limite avec le monde 2 (et parfois sy invite). La marge du haut constitue un monde 2 et se réfère au ciel, à lintervention divine. Ce monde nest bien sûr pas aussi explicite et compréhensible que le monde 1. Cest une sorte de « point de vue de Dieu » sur les affaires des hommes. Les séparateurs que constituent les édifices issus du monde 1 et empiétant sur le monde 2 isolent en quelque sorte les séquences les plus importantes selon ce point de vue divin: la guerre et le serment.
  • 40. Marges et débords essai dinterprétation (2) La marge du bas est un monde 3 associé au monde 1 où les humains évoluent. Le monde 3 est cependant très nettement distingué du monde 1 comme le signale le filet inférieur continu. Cest un monde hermétique et allégorique qui se réfère à la fois au rêve, à linterprétation des signes du monde 2 (la comète) et à la prémonition des événements à venir du monde 1 (fables). Il ne devient explicite que lors de la bataille de Hastings lorsque le monde 1 est tout entier plongé dans laction et quil ny a plus alors de place pour lallégorie ou la prémonition; le récit du monde 3 se confond alors avec celui du monde 1 tout en demeurant distinct de celui-ci.
  • 41. Évocations visuelles de la Tapisserie dans lhistoire lexemple de la Seconde Guerre mondialeAprès le Débarquement en Normandie: magazine Life - 26 juin 1944, pp 8-9
  • 42. Évocations visuelles de la Tapisserie dans lhistoire lexemple de la Seconde Guerre mondiale The New Yorker – 15 juillet 1944
  • 43. Évocations visuelles de la Tapisserie dans lhistoire lexemple de la Seconde Guerre mondiale Overlord Embroidery, Musée de Portsmouth, réalisée en 1968
  • 44. Évocations visuelles dans la culture ordinaireThe Vikings, 1958 Mais pasRichard Fleischer seulement...Tous les clichés surles vikings et les Voir le début du filmdrakkars....
  • 45. Évocations visuelles dans la culture ordinaire Introduction du film The Vikings (1958, Richard Fleischer) Commentaires par Orson Welles
  • 46. Bibliographie  Mairie de Bayeux. Site officiel de la Tapisserie. http://www.tapisserie-bayeux.fr/index.php?id=409  Pierre Bouet, Brian Levy, François Neveux, La Tapisserie de Bayeux : l’art de broder l’Histoire, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (1999), Caen: Presses universitaires de Caen, 2004  Sylvette Lemagnen (sous la direction de), La Tapisserie de Bayeux : une chronique des temps vikings ?, Actes du colloque international de Bayeux – 29 et 30 mars 2007, Point de vues, 2009  John Bard McNulty, Visual Meaning in the Bayeux Tapestry: Problems and Solutions in Picturing History, The Edwin Mellen Press Ltd., 2003  Patrick Peccatte, La composition graphique de la Tapisserie de Bayeux, article de la revue Médium (à paraître). Voir aussi: http://culturevisuelle.org/dejavu/558 (18 mars 2011)  David M. Wilson, La Tapisserie de Bayeux, Paris: Flammarion, 1985, nouvelle édition 2005Bibliographie complémentaire  Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar, Vincent Jolivet, Image et transgression au Moyen Âge. Paris: PUF, 2008.  Michael Camille, Images dans les marges. Aux limites de lart médiéval, Paris: Gallimard, 1997.  Jean Wirth, Limage à lépoque romane, Paris: Cerf, 1999

×