Your SlideShare is downloading. ×
Le Progressiste n°2231
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le Progressiste n°2231

483
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
483
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. mercredi 18 juillet 2012 - N° 22311€LE SÉNATEUR ANTISTE DÉFEND LES MARINS-PÊCHEURS (PP.2/3) sénateur Maurice ANTISTE AU SOMMAIRE - L’ACISE, SAMU SOCIAL P.10 LA REGION VEUT - ANNIVERSAIRE DE « BOOSTER » MADIBA (NELSON MANDELA, 94 ANS) LES PETITES P.11 - AU CENACLE : ENTREPRISES (P.8) « L’IMPÉRATRICE JOSÉ- PHINE…RÉHABILITÉE ? P.12 « Le Progressiste » est disponible en librairies, grandes surfaces et stations-service. Réclamez-le. Sur Radio Sud-Est, le dimanche à 11h30, écoutez nos élus. « Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martiniquais eux-mêmes » (Dr ALIKER)
  • 2. ECONOMIE DÉBAT EN SÉANCE PUBLIQUE SUR LA POLITIQUE COMMUNE DE LA PÊCHE Intervention de M. Maurice Antiste12 juillet 2012 (Extraits)Monsieur le Président, les ressources halieutiques desMessieurs les ministres, Quelques constats, tout dʼabord, RUP étaient riches et relativementChers collègues, qui justifient un traitement européen préservées ; spécifique de la pêche dans nosNotre président de délégation, mon outre-mer : 6) la pêche des DOM, par son ca-cher collègue et ami Serge Lar- 1) je céderai tout dʼabord au leitmo- ractère essentiellement vivrier,cher, a saisi de cette demande dʼun tiv selon lequel, grâce à ses outre- joue un rôle économique et so-débat le président du Sénat, Jean- mer, DOM et COM confondus, la cial vital : quelle famille nʼa pas sonPierre Bel, qui, toujours attentif à France dispose de la 2ème surface pêcheur ?nos outre-mer, sʼen est fait le fidèle maritime mondiale ;et efficace interprète auprès du La pêche est donc à la fois unGouvernement. 2) les DOM français sont considé- secteur dʼactivité traditionnel,Celui-ci, cohérent avec son enga- rablement plus éloignés du mar- porteur de sens et de lien socialgement de valoriser lʼexpression de ché européen et géographiquement au-delà de sa fonction stricte-la représentation nationale, a ac- ment économique, et un secteurcepté dʼaccueillir cette initiative sé- à fort potentiel de développe-natoriale dans le cadre de la ment, y compris dans le domaineprésente session extraordinaire. de lʼaquaculture.Un débat dʼorigine sénatoriale enplein cœur dʼune session extraordi- Encore faut-il lever un certain nom-naire, cʼest une première je crois ! bre de contraintes et de para- doxes qui entravent ceLʼimportance du sujet justifie pleine- développement ; or, lʼEurope nement notre débat en amont des pro- sʼouvre que très lentement à la re-cédures bruxelloises : le calendrier connaissance des spécificités ultra-annoncé à ce jour pour la réforme marines  : rappelons que le Livrede la politique commune de la plus dispersés que les RUP espa- vert de 2009 ignorait les RUP ! Ainsipêche (PCP) fait état dʼun examen gnoles (les Canaries) et portu- les règles européennes en ma-en première lecture à lʼautomne de- gaises (les Açores et Madère), ce tière de pêche, soit ne trouventvant le Parlement européen ce qui qui pose une difficulté accrue pas à sʼappliquer aux RUP fran-nous permettra dès la rentrée – dʼaccessibilité à ce marché ; çaises (application dès 2015 dunʼest-ce pas Monsieur le président rendement maximum durable, inter- 3)  la pêche ultramarine repré-de la délégation à lʼoutre-mer ? – sente une part importante de la diction totale des rejets et systèmedʼaller à la rencontre des instances pêche nationale : près de 35 % de de concessions de pêche transféra-européennes afin de leur présenter la flotte artisanale française et 20 % bles), soit, pire, entrent en contra-notre résolution sur la prise en des effectifs de marins-pêcheurs ; diction avec les réalitéscompte par lʼUnion des réalités de 4) à lʼexception de la pêche hautu- ultramarines et sont préjudiciablesla pêche de nos outre-mer. rière australe, la précieuse pêche à au développement dʼun secteur clé la légine, et de la pêche palangrière pour nos collectivités. La situationRappelons enfin que, malgré le dé- dans lʼOcéan indien, la pêche dans est dʼautant plus cruciale à lʼheurefaut de pouvoir dʼinitiative propre de les DOM est très essentiellement de la crise qui les frappe de pleinnotre délégation, cette résolution, une pêche côtière réalisée avec fouet, ce qui a suscité lʼinitiative dedans un bel élan dʼenthousiasme et des embarcations de petite taille notre délégation sénatoriale à lʼou-au terme dʼune série dʼauditions qui et qui occasionne très peu de re- tre-mer. Sa résolution, devenue ré-a largement mobilisé, a fait lʼobjet jets. Lʼutilisation de DCP ancrés solution du Sénat, formule doncdʼune approbation unanime le collectifs (dispositifs fixes de les préconisations suivantes :31 mai lors de sa présentation (…) concentration de poissons) contri- 1) il faut, dans les règlements rela- bue même à la régénération des tifs tant à la PCP quʼau FEAMP,Notre résolution, après avoir été espèces non pélagiques ; prévoir des dispositions spéci-adoptée sans modification par les fiques aux RUP sur le fondementcommissions des affaires euro- 5) les eaux ultramarines, à la dif- de lʼarticle 349 du traité de Lis-péennes et des affaires écono- férence des eaux européennes bonne qui reste très insuffisam-miques, est devenue tacitement proches du continent, regorgent ment invoqué, comme lʼa lui-mêmerésolution du Sénat le 3 juillet. de ressources halieutiques : au- reconnu le Parlement européen cune espèce nʼy est sous quota à dans une résolution du 18 avril der-Le débat dʼaujourdʼhui permet de lʼexception de la crevette guyanaise nier. Ainsi faudrait-il :pointer un certain nombre de pour laquelle le quota autorisé nʼest - rétablir la possibilité dʼoctroyerconstats et de paradoxes, voire de pas atteint. La Commission euro- des aides à la construction de na-contradictions préjudiciables à la péenne a elle-même reconnu, dans vires dans les RUP car les embar-pêche ultramarine et que nous te- une communication de 2008, que cations y sont anciennes etnons à dénoncer. vétustes ; Le Progressiste - Page 2 - mercredi 18 juillet 2012
  • 3. ECONOMIE- maintenir les aides aux investis- péenne ; gale, fléau qui dans certainessements à bord ; zones provoquent le pillage de nos- autoriser certaines subventions 3)  nous demandons enfin une ressources, soit prise en compteau fonctionnement, pour financer meilleure articulation entre la po- dans la négociation des APE.les DCP ancrés collectifs par exem- litique commerciale de lʼUnion etple, au profit dʼune pêche sélective ses politiques sectorielles, no- Toutes ces demandes, loin dʼêtreet durable. tamment la PCP : les accords de exorbitantes, ne sont que la justeIl faut également obtenir le main- partenariat économique (APE) prise en compte de réalités troptien de deux dispositifs existants : conclus par lʼUnion avec les pays longtemps ignorées de Bruxelles :le taux dʼintensité dʼaides majoré voisins des DOM, loin de favoriser lʼacuité de la crise économique etet le régime de compensation lʼinsertion régionale de ces der- sociale qui frappe nos DOM renddes surcoûts ou POSEI pêche, niers, sont dévastateurs pour leursdont nous demandons lʼextension économies soumises à des cruciale lʼurgence de leur mise endu bénéfice aux Antilles ; contraintes normatives et des coûts œuvre ! Nous espérons vivement, de production sans commune me- Messieurs les ministres, que la ré-2) nous demandons également la sure. Il faut donc au minimum exi- solution sénatoriale, expression decréation dʼun comité consultatif ger une évaluation systématique et la représentation nationale, vousrégional spécifique aux RUP : les préventive des effets des accords sera dʼun précieux appui dans desacteurs ultramarins du secteur de la commerciaux sur les RUP ; négociations que nous savonspêche disposeraient ainsi dʼun lieu âpres.dʼexpression pour faire valoir leurs 4)  nous demandons enfin que laspécificités auprès de lʼUnion euro- problématique de la pêche illé- Je vous remercie. Débat sur la politique commune de la pêche 12 juillet Intervention dAline Archimbaud Prendre en compte des spécificités des Outremers, dans le respect de lenvironnement (Extraits)Monsieur le Président, dʼaffaires en Guadeloupe est risques naturels majeurs et auxMonsieur le Ministre, proche de celui des filières de la conséquences des activités hu-Mes chers collègues, canne à sucre ou de la banane. maines.(…) Membre de la délégation séna- *************** ***************toriale à lʼOutre-Mer, cʼest de la si- Étant donné le nombre de per- Il faut bien avoir cette réalité à lʼes-tuation spécifique de ces territoires sonnes qui y dépendent directe- prit  : la politique commune de lasi souvent oubliés ou négligés que ment de la pêche et de ses produits pêche peut nous paraître contrai-je souhaitais vous entretenir. pour se nourrir ou en tirer des reve- gnante, ce quʼelle est dʼailleurs àCar comment pourrions nous parler nus, je comprends et même par- juste titre. Mais il faut avoirde pêche sans nous arrêter sur tage les velléités de mes collègues conscience quʼelle lʼest beaucouplʼoutre-mer, qui représente je le rap- ultra-marins pour que leurs terri- moins que les menaces quʼun épui-pelle 96% du domaine océanique toires soient exonérés de certaines sement des ressources halieu-français, le propulsant au deuxième contraintes que la politique com- tiques font peser à long terme surrang mondial par son ampleur ? mune de la pêche fait peser sur leur ces économies ultra-marines, si dé-Comment passer sous silence la si- économie, contraintes parfois si pendantes de la mer.tuation spécifique des départe- mal adaptées à leurs spécificités lo- (…) Or au moment où certains ac-ments dʼoutre-mer qui représentent cales... teurs locaux revendiquent que les2500 navires de pêche contre ressources halieutiques seraient enmoins de 5000 en France métropo- *************** bien meilleur état en outre-merlitaine, et qui constituent 35% de la Il ne faut cependant pas oublier le quʼen métropole, plaçant ces terri-flotte artisanale française et 20% caractère indissociable, y compris toires hors de danger en ce quides effectifs de marins pêcheurs au et surtout dans ces territoires, des concerne la surpêche, il est de monniveau national ? questions écologiques, écono- devoir dʼappeler à la vigilance. miques et sociales. En effet, sans Car lʼétat actuel des connaissances *************** garantie de la ressource halieu- scientifiques, limité, ne permet mal-Nous le savons, la pêche consti- tique, il nʼy aura pas de garantie heureusement pas à ce jour dʼavoirtue un enjeu économique et so- économique ni de garantie sociale une vision complète de lʼétat de lacial vital pour ces territoires. du point de vue de lʼemploi. ressource considérée et des pers-En Martinique, premier départe- Or on le sait, si les régions et col- pectives à long terme. LʼIFREMER,ment de France en matière de lectivités dʼoutre-mer représentent institut français de recherche pourpêche artisanale, le secteur re- 80% de notre biodiversité fran- lʼexploitation de la mer, est le pre-présente environ 3000 emplois çaise, ces territoires, pour lʼessen- mier à le déplorer : un certain nom-directs et indirects. tiel insulaires, sont également plus bre de stocks en outre-mer ne sontEn Guyane, la pêche est le 3ème fragiles que les autres, et dʼavan- pas du tout suivis scientifiquement,secteur économique. tage exposés aux conséquences alors quʼils font lʼobjet de pêche.Et son poids en termes de chiffres du changement climatique, aux Le Progressiste - Page 3 - mercredi 18 juillet 2012 suite p.7
  • 4. AU SENAT SIX QUESTIONS ECRITES DE MAURICE ANTISTEIL EST BON DE LE RAPPELER, L’ACTIVITÉ PARLEMENTAIRE EST À MULTIPLES FACETTES : ASSISTANCE AUX SÉANCES PLÉNIÈRES,AUDITIONS, PARTICIPATION AUX COMMISSIONS AUXQUELLES ON EST INSCRIT, PROPOSITIONS DE LOIS, AMENDEMENTS AUX PRO-JETS DE LOI GOUVERNEMENTAUX, QUESTIONS ORALES AUX MINISTRES EN SÉANCE, QUESTIONS ÉCRITES À CES MÊMES MEMBRESDU GOUVERNEMENT QUI ONT UN DÉLAI (GÉNÉRALEMENT DÉPASSÉ) POUR Y RÉPONDRE.A LA GARDE DES SCEAUX  : tions de travail (CHSCT) en dé- sement et dʼautre part du fait queSURPOPULATION CARCERALE nonce les conséquences. Il évoque ces personnes se retrouveront même «  une situation alarmante dans une grande incertitude profes-Le sénateur attire lʼattention de psychosociale des personnels » et sionnelle ».Christiane TAUBIRA sur la situa- « un danger grave pour leur vie ettion «  désormais explosive  » du leur santé ». Il demande donc à Mi-centre pénitentiaire de Ducos : plus chel SAPIN dʼen analyser les 3E QUESTION AU MINISTRE DEde 1.000 détenus pour une capa- causes et de tenter dʼy remédier. LʼEDUCATIONcité réelle de 448 places. Dʼoù  :« Les agressions physiques contre AU MINISTRE DE LʼEDUCATION : M .ANTISTE rappelle que « la faibleles personnels (…) se multiplient MUTATION POUR RAPPROCHE- proportion des jeunes en alter-(par exemple, on en dénombre MENT nance et en apprentissage dans lesquatre entre le 12 décembre 2011et le 9 février 2012. Ces agressions De nombreux enseignants se entreprises ne tient aucunement àse produisent aussi entre détenus, voient refuser le rapprochement fa- une insuffisance des sanctions en-du fait de cette promiscuité intoléra- milial. Ainsi, «  certains nʼhésitent courues par les entreprises ne res-ble et de la vétusté des locaux (…) pas à mettre leur carrière entre pa- pectant pas les quotas établis parDans lʼunité de vie Accueil dʼune ca- renthèses, en arrêtant dʼexercer la loi, mais surtout à un manquepacité de 15 places, on dénombre leur profession afin de favoriser leur évident de moyens financiers  (…)en moyenne une cinquantaine de vie familiale (…) Le système de mu- En Martinique, eu égard à la situa-détenus, soit un taux dʼoccupation tation en place (…) est vécude 333% (…) La surpopulation (…) comme injuste, aveugle et autori- tion économique et au marché deoblige les détenus à dormir à même taire. (…) Nʼest-il pas contradictoire lʼemploi très difficile, un jeune [quile sol sur des matelas  : actuelle- que le ministère de lʼéducation na- ne trouve pas de stage] estment, on comptabilise plus de 80 tionale, qui a en charge lʼavenir de contraint dʼarrêter ses études et de-matelas au sol ». Et il lui pose trois nos enfants, qui est confronté vient, par la force des choses, unquestions : « Serait-il envisageable chaque jour aux difficultés rencon- nouveau chômeur. Il souhaite doncet possible, vu le contexte actuel, trées par les enfants dont les fa- savoir comment le Gouvernementde procéder à la construction dʼun milles sont déchirées, se préoccupedeuxième établissement péniten- si peu du sort réservé aux enfants entend assurer la, pérennité finan-tiaire (…)  ? Peut-on envisager à de ses propres fonctionnaires ? ». cière de ces filières tout en les dé-court terme la construction dʼune Aussi souhaite-tʼil que Vincent veloppant ».unité hospitalière sécurisée in- PEILLON révise les barèmes deterrégionale (UHSI) ? Est-il possi- mutation. 4E QUESTION AU MINISTRE DEble de créer une équipe LʼEDUCATION NATIONALEdépartementale dʼintervention et 2E QUESTION AU MINISTRE DEde sécurité ? » LʼEDUCATION Sur le dispositif « seconde carrièreAU MINISTRE DU TRAVAIL  : Le sénateur attire lʼattention du mi- des enseignants  », le parlemen-CONDITIONS A POLE EMPLOI nistre sur la situation précaire des taire rappelle la possibilité pour les EVS (Emplois de Vie Scolaire), enseignants des premier et secondM. ANTISTE rappelle le mouve- postes dans les écoles, collèges et degrés de se réorienter par déta-ment de grève de la CDMT en dé- lycées permettant «  de répondre chement vers une autre des troiscembre 2011 pour «  lʼarrêt des efficacement aux besoins de lʼéta- fonctions publiques, sʼils totalisenthumiliations et harcèlements  ». Il blissement (aide aux élèves handi-ajoute : « (…) Comme pour le chô- capés  ; aide à lʼaccueil, à la au moins 15 années dʼenseigne-mage, le temps partiel subi surveillance et à lʼencadrement des ment. Ce dispositif favorise la mo-concerne essentiellement les élèves  ; participation à lʼencadre- bilité des enseignants à mi-carrièrefemmes et les jeunes (respective- ment des sorties scolaires ; aide à vers dʼautres administrations. Il de-ment 14% et 19%) (…) A la com- lʼanimation des activités culturelles, mande donc au ministre un bilan duplexité de la réglementation et à la artistiques ou sportives ; aide à lʼuti- dispositif et quelle part du budgetdiversité des situations des deman- lisation des nouvelles technolo- de lʼEducation Nationale y estdeurs dʼemploi, qui rend le traite- gies)  ». Il interroge donc V.ment des dossiers particulièrement PEILLON sur le non-renouvelle- consacrée.difficile, sʼajoute la multiplication ment de ces contrats (…) fortementdes tâches exigées (…) Le comité préjudiciable dʼune part pour ladʼhygiène, de sécurité et des condi- bonne marche logistique e lʼétablis- Le Progressiste - Page 4 - mercredi 18 juillet 2012
  • 5. REGION MARTINIQUE L’AMBIANCE N’EST PAS AUX VACANCES AU CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE En dépit d’une période réputée calme, le Conseil régional de la Martinique a adopté des mesures importantes lors de la tenue de la dernière réunion de la Commission Permanente du 10 juillet dernier maintenant ainsi un rythme élevé à la conduite des politiques publiques.FESTIVAL DEL CARIBE de la Martinique. Dans ce domaine, le cofinancement Fonds Européens (FEP)/ Conseil Régional a permis leA lʼoccasion de cette séance, le Président du Conseil ré- déblocage pour 10 bénéficiaires de 125 735 euros.gional, Serge Letchimy, a tenu à présenter un premier Enfin, il convient de signaler que conformément aux en-bilan de la participation de la Martinique au Festival del gagements pris sur place lors de son déplacement auCaribe qui sʼest récemment tenu à Cuba. Il a fait état port de pêche de Grand Rivière, la Commission perma-dʼune manifestation brillamment réussie à laquelle la nente a autorisé le président à octroyer des aides excep-Martinique avait été honorée en tant quʼinvitée dʼhon- tionnelles aux pécheurs de la commune. Une enveloppeneur au milieu dʼun parterre remarquable de 21 autres de 35 000 euros a été validée.pays de la Caraïbe et de lʼAmérique Latine. La Région qui Pour terminer, un marché dʼétudes a été conclu pour per-avait en charge lʼaspect coopération économique de mettre la réalisation du suivi de lʼimpact économiquecette mission avait tenu à y assurer la participation dʼune et social de lʼoctroi de mer à la Martinique.cinquantaine de chefs dʼentreprises martiniquais.Pour le Président de la Collectivité, cette opération a été BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICSextrêmement fructueuse et a permis la concrétisation de Après plusieurs mois de négociation entre la Ville duplusieurs contrats. Il a souligné, en particulier, la remar- François et un propriétaire privé, La Collectivité a concluquable collaboration qui sʼest renforcée à cette occasion le délicat dossier du règlement du foncier dans le cadredans le domaine de la pharmacopée et de la bioméde- de la réalisation du Carrefour Quatre Croisées au Fran-cine. çois. Cette négociation conclue à lʼamiable a permisA cet effet, cette démarche a donné lieu lors de cette com- dʼéviter une procédure dʼexpropriation amorcée par lʼan-mission permanente à une participation régionale de cienne mandature. Le propriétaire a pu être indemnisé155 000 euros à un programme de recherches mené en pour les pertes dans le cadre de son activité agricole etpartenariat avec la Grande Ile autour des vertus médi- pourra disposer en échange dʼun terrain constructible né-cales remarquables de la fleur dʼhibiscus. Cette opération gocié avec la Ville en échange de sa propriété rendueest menée par lʼAssociation sur la Recherche des Res- utile pour la construction de lʼouvrage public.sources naturelles de la Martinique présidée par Max Dans le cadre de la reconstruction du Lycée Schoel-Monan. cher, plusieurs avenants à des marchés ont été validésEnfin, pour terminer sur ce festival, il a tenu à signaler pour permettre lʼavancée de ce chantier majeur (réalisa-lʼexcellente tenue dʼun Colloque animé par de presti- tion du lycée de transit et nouvelle construction).gieux intervenants martiniquais parmi lesquels on a pucompter, Gerry Létang, Gilbert Pago, Louis-Félix Ozier- LOGEMENTLafontaine, … La participation de la Région à plusieurs projets de nou- velles constructions de logements HLM a également étéETUDES SUPERIEURES actée. 108 nouveaux logements au Diamant, à TrinitéDepuis lʼadoption du dispositif Aide aux étudiants qui a et au Robert pourront ainsi voir le jour. Lʼapport de la col-enfin établi une règle claire pour le soutien des étudiants lectivité se monte à 284 000 euros.martiniquais, plusieurs centaines de dossiers ont déjà été Toujours dans le domaine du logement, la 3ème trancheexaminés. Lors de cette séance, 98 étudiants se verront dʼaide aux foyers relevant des mesures Aide à lʼAmélio-octroyer un montant global dʼaides de 129  000 euros ration de lʼhabitat (AAH) et de Logement Evolutif Socialpour entamer ou poursuivre leurs études supérieures. (LES) du Plan de Relance dʼUrgence a été adoptée. 96 familles sont concernées pour cette tranche. Pour mé-DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE moire, ces mesures concernent essentiellement des per-Dans le domaine de lʼagriculture, la politique de redyna- sonnes âgées à faibles revenus et des sinistrés dumisation de ce secteur souhaitée par le Conseil Régional cyclone DEAN. Avec cette dernière tranche, ce sont auporte ses fruits et permet une consommation plus offen- total 1 057 familles qui ont été concernés par cette me-sive des fonds européens (FEADER) dédiés à cette acti- sure exceptionnelle du Plan de Relance 1 dont la moitiévité. 17 exploitations sont concernées pour la création des chantiers sont aujourdʼhui en cours ou terminés.ou la modernisation de leurs activités. Le montant globalde la participation régionale est de 632 042 euros. CULTURE17 subventions dʼaide aux entreprises ont également été Plusieurs dossiers étaient à lʼordre du jour. Il est à retenirvalidées et concernent essentiellement des petites entre- que la Collectivité a accepté lʼachat dʼune œuvre remar-prises. Cette catégorie dʼentreprises dites TPE (très pe- quable de feu Dumas Jean-Joseph, artiste plasticientites entreprises) a été particulièrement ciblée dans la martiniquais. Cette œuvre fera lʼobjet dʼun don au lycéeréforme dʼaides adoptée il y a quelques mois. Parmi ces qui porte désormais son nom, plus connu sous lʼappella-soutiens, on note deux dossiers liés à lʼimmobilier dʼen- tion de Lycée Technique.treprises. En effet, le nouveau train dʼaides prévoit de sou-tenir les premiers mois de location immobilière dans le FORMATION PROFESSIONNELLEcadre dʼune nouvelle implantation. Comme à chacune de ses séances, la Commission Per-Dans le domaine de la pêche, 601  000 euros ont été manente de la Région Martinique a validé les aides à lavotés comme participation régionale aux actions menées formation professionnelle. 735 981 euros ont été répartispar le Comité Régional des Pêches et Elevages Marins à cette occasion auprès de plus de 350 bénéficiaires. Le Progressiste - Page 5 - mercredi 18 juillet 2012
  • 6. LA REGION EN ACTION OUI, LA REGION SAUVE LES ENTREPRISES !La (longue) parenthèse des élections nʼa à aucun moment ralenti le rythme de lʼaction engagée par lagouvernance actuelle du Conseil Régional qui, résolument,, avec lʼaval du vote démocratique du peuplemartiniquais souverain en mars 2010, met la Région Martinique en adéquation avec nos politiques pu-bliques. Les hourvaris hystériques de la meute enragée ne pourront aucunement occulter cette réalitétangible de travail, dʼinitiatives et dʼaction. Nous sommes, à la Région, en ordre de marche, affrontant ladure réalité socio-économique, relevant les défis, tous les défis… u sortir de la grande grèveA 7.154.439 €, 100% Région. La Trianon, Cocotte-Ducos). Ce sera sociale de 2009, il a fallu jeunesse, la formation, les chan- aussi une volonté de favoriser lʼat- gérer une situation de crise et tiers dʼinsertion (21) pour 300 bé- tractivité du littoral foyalais avecde récession économique. Situation néficiaires (1 M€ de part régionale). une reprise de la frange urbaine (Tridifficile sʼil en est ! Nous ceignant postal…). 380 M€ seront injectésles reins comme de vaillants et cou- Un Plan de Relance I et II qui gé- avec, dans chaque zone, une pépi-rageux martiniquais, nous avons nère de lʼemploi. Si nous ne lʼavions nière dʼentreprises.fait preuve dʼhumilité. Notre premier fait, ce sont 460 M€ de lʼEtat quiobjectif fut de relancer la machine auraient été perdus  ! 122 projets Le tourisme : 9 sites dans 5 com-asphyxiée et sans véritables pers- des communes et communautés de munes  : Trinité, Vauclin, Ansespectives : rien de tel que la com- communes qui nʼavaient pas vu le dʼArlet, Trois-Ilets, Diamant. Amé-mande publique. 34 communes jour ; 261 entreprises qui auraient nagements dʼaires dʼaccueil et devisitées, 221 chantiers sélection- déposé leur bilan. A ce jour, ce sont points de vue. La pêche nʼest pasnés, un marché de 201.532.988 2.986 emplois générés dont 656 en reste avec le Centre Caraïbe deeuros pour une participation régio- nouveaux. la Mer au Robert.nale à hauteur de 78.021.649 €. Un pôle dʼélevage à Bontemps-La-9.776.655,30 € ont été versés aux Et puis, pour avoir de la cohérence, cour ; à « Vapeur », au François, uncommunes, sans tenir compte des une véritable vision de développe- pôle agroalimentaire modernisé ensensibilités politiques de leurs ment endogène et concerté, il im- donnant la priorité à la productionédiles, mais avec comme seul cri- portait de voir plus loin et surtout de lait. La Région aide à reprendretère lʼétat dʼavancement et la fiabi- dʼoser, de créer, dʼinnover. Rien de lʼoutil de la SOCOPGEL. Quant àlité de leurs projets. tel quʼun IIe Plan : la Martinique a lʼagriculture, pour permettreLe logement social qui, après le besoin dʼéléments structurants ; de- lʼécoulement de la production, lapassage de Dean, avait plongé puis 20 ans, aucune Zone dʼActivi- Région initie le projet de marché in-dans des situations précaires de tés nʼa été créée. Lʼactuelle terrégional  ; les aides financièresnombreuses familles, a bénéficié majorité régionale a pris le pari dʼen sont en place et distribuées.dʼune enveloppe de 33.238.208 € créer 17. 117 hectares dédiés àpour une part régionale de lʼactivité économique, un pôle tech- Les aides sociales- que les « pa-4.714.107 €. La santé, notre santé nologique à Kerlys, des zones prio- triotes », de manière éhontée, ontsi mal en point avec le CHU qui par- ritairement destinées à la fustigées –allant jusquʼà prétendretait en lambeaux, a bénéficié dʼune production agroalimentaire. Men- quʼelles étaient supprimées- la Ré-prompte aide régionale pour lʼétan- tionnons des travaux dʼextension, gion, de manière équitable, les achéité des locaux et la peinture de de réhabilitation et de modernisa- confiées aux Municipalités pourla structure pour un montant de tion des zones existantes (Robert, rompre avec des pratiques électo- Le Progressiste - Page 6 - mercredi 18 juillet 2012
  • 7. LA REGION EN ACTIONralistes humiliantes et avilissantes. « La Région en action », cʼest le tra- des eaux de pluie. (Pour tout ren-Les maires sauront faire un usage vail au quotidien dʼélus compétents seignement, se rapprocher de Ma-avisé et honnête de lʼaide qui leur a qui sʼimpliquent dans des tâches, dame Laurence LOUISON auété octroyée au prorata de leur po- certes difficiles, mais ô combien 05.96.39.47.79).pulation. Nous nʼavons aucun doute exaltantes. Ils travaillent pour notre Alors, « la Région en action », cʼestlà-dessus. Quant à lʼaide aux étu- pays Martinique. Et nous ne pour- Van dan wvèl  ! Sa ki pé suiv kadiants, elle nʼa pas non plus été rions terminer sans rappeler aux suiv ! Au rendez-vous du faire et dusupprimée ; au contraire, elle a été Martiniquais, en cette période dʼhi- créer, il y a vraiment place pourétendue aux jeunes qui font des vernage que nous abordons, cette tous…études sur place ! Cʼest dire ! aide aux particuliers pour lʼacquisi- tion de systèmes de récupération Serge SOUFFLEURsuite de la page 3Écologistes, nous ne partageons abîme lors de sa capture et qui est Enfin, je ne peux me résoudre à ter-donc pas lʼoptimisme de certains débarqué frais a une plus grande miner cette intervention sans unconcernant la ressource halieutique valeur commerciale. Pêcher moins petit mot pour les pêcheurs victimesultra-marine. Et considérons que mais en privilégiant la qualité as- dans les Caraïbeslʼobjectif pour la pêche en outre-mer sure ainsi le même revenu, voir un de la catastrophe du chlordé-doit être double. revenu supérieur que des prises cone. Leurs difficultés sont insuffi-Il faut dʼune part sʼassurer de la massives de produits dégradés. samment prises en compte, toutdurabilité de la ressource halieu- Il nous paraît également important comme les conséquences de cetique, qui seule permettra la lon- de nous battre pour les aires ma- pesticide utilisé bien trop longtempsgévité de lʼactivité économique rines protégées. Se doter de tels malgré la connaissance de sa toxi-et des emplois en découlant. outils est nécessaire pour favoriser cité sur lʼenvironnement et la santéMais également dʼautre part inci- le rétablissement des ressources des populations.ter à ce que les fruits de ces acti- halieutiques.vités de pêche profitent en Il est par ailleurs primordial, pour lepriorité aux territoires et aux po- développement endogène des ter- ***************pulations ultra-marines, dans le ritoires ultra-marins, que les activi- En conclusion, je considère bienrespect du développement endo- tés de pêche bénéficient aux sûr que mon collègue président degène. communautés côtières, par exem- la délégation à lʼOutre-mer Serge *************** ple en y débarquant les prises lo- Larcher a eu raison dʼattirer lʼatten-Comme nos collègues députés eu- cales ou en y basant les navires, tion sur la nécessité pour lʼUnionropéens écologistes le préconisent, leur équipage, et leur approvision- Européenne de prendre en compteil sʼagit en fait pour lʼunion euro- nement. les réalités de la pêche des régionspéenne de subordonner le paie- Lʼencouragement à la constitution périphériques françaises.ment de ses aides publiques au de coopératives locales permet no- Mais je considère également quʼilrespect de normes environne- tamment de sʼassurer que le fruit de faut garder à lʼesprit que la pêchementales et sociales, afin de pré- la pêche bénéficie aux populations durable ne doit pas simplementserver les stocks et de les gérer locales, soit en les nourrissant di- être conçue comme unede façon à ce quʼils garantissent rectement, soit en vendant les pro- contrainte, venant brider le déve-des revenus durables, qui profi- duits peut-être plus chers sur loppement de lʼéconomie des ter-tent aux populations locales. dʼautres marchés, mais avec un bé- ritoires dʼoutre-mer.Il sʼagirait par exemple de rétablir, néfice direct pour les pêcheurs et La pêche durable, cʼest égale-en outre-mer, les subventions à la leurs familles. ment et surtout une condition es-construction de navires, pourvus La recherche du développement sentielle de survie. Survieque les nouvelles flottilles ainsi endogène est également indisso- dʼimmenses populations quiremplacées permettent une réduc- ciable de la lutte contre la pêche il- nʼont que cette ressource à dis-tion de la dépendance énergétique licite, non déclarée et non réglementée. Celle-ci est le fait position. Survie de lʼactivité éco-des unités de pêche, et la générali- nomique de ceux qui vivent dessation dʼengins et de techniques de aussi bien de braconniers vénézué- liens et brésiliens présents sur les produits de la mer.pêche plus soutenables pour lʼéco-système, qui respectent les fonds eaux territoriales guyanaises, que Cependant, et jʼespère vous enmarins, les habitats et les espèces des 300 pêcheurs non déclarés avoir convaincus, il est possiblequi sʼy trouvent. évoluant dans les eaux réunion- de concilier cet objectif de dura-Il sʼagit également de favoriser lʼap- naises et qui déstabilisent le mar- bilité avec le développement desprentissage et lʼusage des bonnes ché local, ou encore des économies locales, en adaptantpratiques et dʼencourager les pro- plaisanciers (souvent des pêcheurs les dispositions de la politiquefessionnels qui pêchent de la ma- retraités) qui constituent une pres- commune de la pêche pour ennière la plus écologique et sion de pêche sur les ressources renforcer la cohérence en outre-socialement responsable. Il serait du même ordre de grandeur que la mer.par exemple intéressant dʼinciter à pêche professionnelle, et commer-pêcher en qualité plutôt quʼen quan- cialisent illégalement une partie de a.archimbaud@senat.frtité. Car un poisson qui nʼa pas été leurs captures « de loisir ». Le Progressiste - Page 7 - mercredi 18 juillet 2012
  • 8. « BOOSTER » LA PETITE ENTREPRISE La Région Martinique aux côtés des jeunes qui entreprennentLa Région Martinique consciente du dactivité, ou souhaitant revenir créer tinique tient à valoriser, labelliser etchômage qui touche près de 60% une activité sur le territoire. faire aboutir un certain nombre de dé-des jeunes martiniquais, mais aussi marches initiées par un jeune ou undes potentiels talents, porteurs de Les secteurs dactivités concernésprojets, lance à compter du 11 juillet sont lénergie, le tourisme, la valori- groupe de jeunes, et leur apporter2012, le concours "Jeunes entrepre- sation de lenvironnement, lentrepre- une aide technique, pédagogique etneurs". nariat social et solidaire, les financière. technologies de linformation et duCet appel à projet ouvert aux jeunes numérique, les activités artistiques etde 16 à 35 ans, vise à accompagner culturelles. 40 projets seront retenus et la dateles jeunes martiniquais en situation de clôture de dépôt des dossiers estde création ou de développement A travers ce concours, la Région Mar- fixée au 1er octobre 2012. Le Progressiste - Page 8 - mercredi 18 juillet 2012
  • 9. ECONOMIE Outre-mer: Lurel veut sattaquer aux "causes structurelles" de la vie chère putée de La Réunion Ericka Ba- Auditionné à la suite des questions reigts (PS). au gouvernement par la délégation sénatoriale à lʼoutre-mer, Victorin «Il faut sʼy attaquer résolument», Lurel a précisé que «la pierre angu- a-t-il ajouté, affirmant que «oui, il y a des secteurs où il faut faire la laire» de la politique serait dʼ»instil- lumière»: les carburants, le com- ler une belle dose de concurrence, merce alimentaire, la télépho- une concurrence un peu plus libre nie, le secteur bancaire et et moins faussée, dans tous les financier, les transports aérien secteurs cités». et maritime. Victorin Lurel (leparisien.fr) «Nous allons rendre plus difficiles Concernant la téléphonie mobile, les exclusivités de produits de dis-PARIS, 11 juil. 2012 - Le ministre «on vient dʼobtenir des opérateurs tribution et nous allons revoir lesdes Outre-mer Victorin Lurel a par accord amiable une diminution seuils de concentration», a parpromis mercredi devant lʼAssem- de 17% des prix sur lʼitinérance té- exemple dit le ministre, félicitantblée nationale de sʼattaquer aux léphonique, il faudra aller beaucoup plus loin, mais cʼest déjà un début», lʼAutorité de la concurrence pour sa«causes structurelles» de la vie sʼest-il réjoui. «vigilance» sur la situation enchère dans les territoires ultra- outre-mer.marins, qui fera lʼobjet dʼune Il a ajouté quʼil détaillerait son pro-communication en conseil des gramme de travail le 14 juillet à lʼoc- Au delà de ces changements quiministres le 25 juillet. casion dʼun déplacement à La doivent passer par voie législative, Réunion, où il est attendu à partir M. Lurel a parlé dʼ»actions plus«Nous avons quelques urgences, de vendredi, avant de poursuivre sanotamment la lutte contre la vie concrètes pour aider les collectivi- tournée dans lʼocéan Indien avec tés» comme leur permettre dechère», a déclaré M. Lurel, annon- une visite à Mayotte dimanche soirçant que le Premier ministre Jean- «faire des plateformes logistiques et lundi. communes» pour diminuer lesMarc Ayrault lui avait demandé deprésenter une communication sur «Je passerai le 14 juillet chez vous, coûts dʼimportation.ce sujet le 25 juillet. cʼest la première fois quʼun ministre du gouvernement passera avec Il a aussi mis en avant la nécessité«On va sʼattaquer aux causes nos compatriotes des outre-mer le de pousser le «contre-pouvoir dustructurelles de la vie chère dans 14 juillet», a-t-il dit. «Jʼaurai à détail- consommateur» qui existe peules outre-mer: il y a des impositions ler le programme de travail du gou- dans les territoires ultramarins.de structure, il y a des monopoles, vernement (..) et je peux vousil y a des oligopoles et il y a, hélas, assurer que vous ne serez pasdes clientèles», a expliqué M. Lurel, déçus», a-t-il promis.répondant à une question de la dé- (NDLR : Cʼest nous qui soulignons) COMMUNIQUE Le député Serge LETCHIMY a été désigné comme rapporteur pour avis du budget « outremer » par la Com- mission des Affaires économiques de lʼAssemblée nationale. A ce titre, il aura la charge de préparer avec lʼadministrateur des services de lʼAssemblée, chargé de lʼoutre- mer, les auditions des différents ministres concernés. A cette fin, dans les jours qui viennent, les questionnaires budgétaires préalables à leurs auditions leurs seront adressés pour permettre la bonne tenue des auditions préalables à lʼexamen du budget. Ce travail constitue une phase importante du débat budgétaire concernant lʼoutre-mer ; cʼest pourquoi plus de 60 questionnaires ont déjà été préparés pour être adressés aux différents ministères. Ce rapport permet en effet dʼavoir une vue plus complète de lʼaction de lʼEtat outre-mer, dans la mesure où le budget du ministère de lʼoutre-mer ne représente quʼune faible part de lʼaction de lʼEtat dans les collectivités situées outre-mer. Il est une phase importante de vérification de lʼétat dʼexécution des engagements de lʼEtat portés par les différents ministères et un instrument important dʼinformation du Parlement. Fort de France le 11 juillet 2012 Le Progressiste - Page 9 - mercredi 18 juillet 2012
  • 10. VILLE-CAPITALE L’ACISE ET LA VILLE DE FORT DE FRANCE S’UNISSENT POUR LUTTER CONTRE L’ERRANCE … epuis plusieurs mois, D Lʼéquipe, composée à lʼorigine de trois personnes, lorsque nous circulons va désormais passer à 12 personnes puisque à Fort de France, nous lʼACISE a procédé aussi au recrutement de constatons une recrudes- contrats CAE pour permettre une augmentation cence du nombre de per- sonnes qui vivent dans les des interventions de proximité afin de repérer et rues de la Ville- Capitale. En identifier les personnes en situation dʼerrance effet, Les Services de la Ville pour : et de lʼACISE (Association - Rétablir le lien social par le dialogue et lʼaccès Citoyenne pour lʼInsertion aux droits, Mme Claude FORMONT,conseillère municipale de FFce Solidaire et Economique) ont - Evaluer les situations au travers des entretiens répertorié pas moins de 420 psychosociaux,à 450 personnes en situation dʼerrance avec - Extraire du milieu pathogène,une augmentation des populations jeunes, mais - Orienter vers le réseau de prise en charge so-aussi des personnes vieillissantes…. cial et médico- social,Forts de ce constat, et devant cette grande souf- - Intégrer dans un espace de stabilisation etfrance humaine et la déchéance qui lui est liée, dʼautonomie,Mercredi 11 juillet, au sixième étage de la Mairie, - Renouer le lien avec la famille…les Services de la Ville et de lʼACISE ont présentéaux différents partenaires, invités et élus présents Il sʼagit aussi dʼaugmenter de façon significativele dispositif de renforcement du Samu Social. les tournées sur le terrain et conduire nos laissés-Ce dispositif a pour mission principale de maintenir pour- compte dans le cadre sécurisant de lʼhôtelle lien social avec les personnes exclues en leurproposant non seulement : social de la rue Martin Luther King, pour bénéficier - Une mise à lʼabri, des prestations qui y sont proposées et répondre - Des vêtements, rapidement aux souffrances et stigmates de la rue - Des collations… (faim, soif, besoin en soins infirmiers, etc...). Ces maraudes auront aussi pour but de faire de la prévention. En effet, grâce à lʼidentification rapideMais aussi, en les orientant vers les dispositifs so-ciaux et médicaux. des personnes vulnérables et fragilisées sʼinstal- lant dans les rues, lʼACISE Samu Social assureraPourquoi signer une convention avec la Ville la continuité dʼune prise en charge afin dʼéviter dede Fort de France ? tomber dans lʼerrance pour certains.LʼACISE, dans le cadre de ses missions de Samu Le contexte économique et social étant particuliè-Social, effectuait, avec des moyens humains limi- rement difficile, il y avait donc urgence à confortertés, trois maraudes sur des créneaux horaires res- et développer le service dʼintervention du Samutreints qui ne permettaient pas de véritablement Social, lʼACISE a désormais pour cela le soutienprendre en charge ces publics. Monsieur Ray-mond Saint-Louis-Augustin, Maire de la Ville de de la Ville !!Fort de France, a donc choisi dʼaccompagner lerenforcement du Samu Social en mettant deuxagents de médiation à disposition par convention Claude FORMONTsignée ce même jour. Présidente de lʼACISE Le Progressiste - Page 10 - mercredi 18 juillet 2012
  • 11. ANNIVERSAIRE DE MADIBA POEME EN HOMMAGE A NELSON MANDELA (94 ans)POUR SALUER L’ESPOIR L’homme qui a vu tuer ses frères à Soweto, L’homme impassible entre deux tortures,Une voix s’élèveCelle de Nelson Mandela, L’homme resté tel quel dans cette lumièreUne voix faisant peur au silence, Refusant le présent sombre, Qui depuis toujours l’appelle,L’éternité d’une vie honteuse, L’homme qui retourne sans tarderLe sang, la cruauté, le mensonge des couleurs,Tout ce qu’emporte l’ouragan assoiffé. A son devoir de peuple et de courage.Toujours au combat même enchaîné,La force de ses poings a fait lever l’aurore,La lumière sous son regard S’est écartée Henri CORBIN De l’ombreLe jour De la nuitLa terre Du dur acier Extrait de « Vivants » Qui toujours se reflète. (à paraître)Maintenant c’est la victoire,La sienne certes,Mais la grande victoire de tous les NègresQui regardent le soleil avec d’autres yeux,La grande victoire en ces lieuxOù se croisent la mort La pluie Le vent Et l’usureLa grande victoireCar Nelson sait que sa terreLui appartiendra,Que l’usurpateur tracassé s’écarteraEt que tous les fruits de la viePousseront dans ses mains.Et Nelson Avance !Regardez-le avec son cœur de fleuvePlus grand et plus vaste encore !Regardez-le vivant et indomptable !Il n’est pas seulement un NègreMais tous les Nègres à la fois.Non, il ne suspendra pas la lutte, Le Progressiste - Page 11 - mercredi 18 juillet 2012
  • 12. 41E FESTIVAL CULTURELPROGRAMME DES DERNIERS JOURS (sélection)Au cénacle : La loi Taubira, pourquoi faire ?- Mercredi 18 à 18h30.- Les chants marins- Jeudi 19 : Conférence à 18h30 et- concert à 21h30.- La mazurka AVEC Sully Cally- 18h30.-Au Théâtre Aimé Césaire : Le Misanthrope avec Francis HUSTER et Francis PERRIN- Jeudi 19,vendredi 20 et samedi 21 à 19h30.A lʼEspace Camille Darsières : Master Class avec Francis Huster (vendredi 20 et samedi 21 à11h). Cérémonie de clôture : Soirée nostalgie au Grand Carbet, vendredi 20 à 19h30. ********************************* Joséphine…réhabilitée ?? Lundi 16 juillet, le Cénacle sʼest révélé trop petit pour accueillir une foule venue écouter Lyne-Rose BEUZE, conservateur en chef du patrimoine nous entretenir du thème controversé « Joséphine lʼImpé- ratrice, méconnue des martiniquais ». Dans une bril- lante conférence illustrée, lʼoratrice sʼattacha àmontrer que bien des mystères et des contre-vérités demeurent quant au personnage. Lʼîle voisinede Sainte-Lucie ne revendique-t-elle pas le lieu de naissance de Josèphe-Rose Tasher ? Ne sʼap-prête-t-elle pas à célébrer le 23 juin 2013 lʼanniversaire de sa naissance en 1763 ? Etait-elle plus ra-ciste que Napoléon, qui révéla au grand jour ses conceptions lors de la campagne dʼEgypte ? Sonépoux eut-il besoin dʼelle pour « rétablir » lʼesclavage (en fait non aboli en Martinique) alors que lʼundes premiers gestes de Joséphine fut dʼaffranchir sa nourrice et dʼautres esclaves ?Evidemment, on nʼévita pas les questions polémiques : Pourquoi sa statue a-t-elle perdu sa tête ?Va-t-on la lui remettre ? Va-t-on à nouveau la « déplacer » ? Fallait-il « célébrer » un tel personnage ?Mme Beuze fit, ce soir-là, une communication charpentée et documentée dʼhistorienne. Daniel COMPEREVous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?1. Téléchargez le bulletin d’adhésion :http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf2. Complétez-le3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-Franceou par Mail à contact@ppm-martinique.frVisitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr imprimerie TONIPRINT 0596 57 37 37COMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, Jeannie DARSIERES intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs Didier LAGUERRE dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Laurence LEBEAU Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Serge SOUFFLEUR d.compere@only.fr Victor TISSERAND Téléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Site Internet : www.ppm-martinique.fr Danièle VERAYIE N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 18 juillet 2012

×