Tome 9 - Tourisme et culture
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Tome 9 - Tourisme et culture

on

  • 1,256 views

Tome 9 - Tourisme et culture

Tome 9 - Tourisme et culture

Statistics

Views

Total Views
1,256
Views on SlideShare
1,054
Embed Views
202

Actions

Likes
0
Downloads
29
Comments
0

1 Embed 202

http://www.scoop.it 202

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Tome 9 - Tourisme et culture Tome 9 - Tourisme et culture Presentation Transcript

  • Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. Tourisme et culture
  • l’avis de l’expert L’expert David Lisnard, premier adjoint délégué de Cannes, chargé des dossiers développement économique et tourisme, conseiller général des Alpes-Maritimes, président du Palais des festivals et des congrès, et président de la commission Tourisme de l’AMGVF Ces exemples viennent également corroborer les résultats du premier baromètre “Villes Numériques”, présentés le 19 juin dernier à l’occasion d’Innovative City Convention, convention des villes intelligentes et durables. Dans les 24 collectivités de plus de 50 000 habitants interrogées par le Syntec numérique, “les loisirs représentent l’un des domaines les plus investis par les Villes françaises, qui souhaitent notamment développer le tourisme par des projets numériques attractifs : les musées ou manifestations culturelles plus ponctuelles (dématérialisation des pass musées), la gestion des bibliothèques (leur mise en réseau ou des services aux usagers, comme une aide au choix des livres), Vive la République numérique ! “Bienvenue au touristonaute. Grâce au GPS et aux nouvelles fonctionnalités des applications et du ‘push’, nous sommes capables de lui fournir en temps réel toutes les informations nécessaires à la satisfaction de ses envies.” Les sites de destination ont fait place à des “sites de séjour” en version mobile, intégrant une plateforme simplifiée de réservation, des informations météo, etc. L’interactivité est devenue la règle : Trip Advisor a lancé le phénomène des sites d’avis consommateurs. Les réseaux sociaux ont pris le relais. La Ville de Cannes a ainsi lancé un concours photo sur Facebook et Twitter pour faire de chaque visiteur un prescripteur de la destination en la partageant de façon valorisante sur la toile. Parallèlement, Instagram et Pinterest sont de véritables supports de communication en matière de marketing touristique. De son côté, le musée devient pluridimensionnel. Grâce à la réalité augmentée et à la visite virtuelle, il gagne en audience et en visibilité. La magie du numérique, c’est aussi de donner à chacun sa chance de capter ces nouveaux flux. Les distances et les horaires abolis, le Louvre-Lens et le musée des Beaux-Arts d’Agen font presque jeu égal sur un écran d’ordinateur. Face à cette accélération technologique, quelle sera la prochaine étape ? Celle peut-être d’une véritable intégration des problématiques touristiques et culturelles dans les réflexions sur la ville intelligente, qui ne peut se réduire à la seule dimension énergétique. Pour être “smart”, la commune doit aussi intégrer ses résidents temporaires et leur offrir des services capables de pallier leur manque de repères. Le numérique n’a pas de frontière, y compris linguistique. L’horodateur intelligent de Nice parle déjà plusieurs langues et offre une plateforme de services sans limite. Par ailleurs, la Ville de Cannes va se doter de “smart centers”, véritables bureaux virtuels destinés aux touristes d’affaires. La prophétie du sociologue Jean Viard pourra alors se réaliser : puisque la matière première du XXIe siècle est l’intelligence humaine, les territoires touristiques, grâce au numérique, vont devenir les nouveaux “pays de l’Or noir”. Parce que ce qui attire aujourd’hui les touristes ne pourra que plaire aux esprits créatifs de ce nouveau siècle.  Autun, valoriser le patrimoine par le numérique “Autun regroupe 50 sites inscrits ou classés à l’inventaire des Monuments historiques, que nous rendons accessibles aux personnes isolées ou handicapées. Nous avons également signé une convention avec le Louvre pour valoriser cinq expositions organisées par la Ville sous forme de conférences. L’avantage des technologies numériques est que l’on peut enrichir en permanence le site et améliorer le travail pédagogique.” Rémy Rebeyrotte, maire d’Autun (Saône-et-Loire) Tourisme et culture ou encore l’aménagement d’espaces dédiés au numérique, espaces publics ou spécifiquement dédiés aux artistes du numérique.” Nous le constatons aisément, les usages se sont considérablement sophistiqués ces dernières années. L’internaute est devenu “touristonaute” : grâce au GPS et aux nouvelles fonctionnalités des applications et du “push”, nous sommes capables de lui fournir en temps réel toutes les informations nécessaires à la satisfaction de ses envies (par exemple, les plages de fréquentation d’un musée ou une promotion ponctuelle en matière de shopping). Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. L es noces du numérique et du tourisme sont célébrées depuis longtemps. Souvenons-nous que, parmi les pionniers du numérique, figurent les GDS (Global Distribution System), plateformes électroniques de gestion de réservation des compagnies aériennes : celle d’American Airlines, baptisée Sabre, date de 1962 ! Il n’est donc pas étonnant que l’e-tourisme représente aujourd’hui 30 % des ventes en ligne en France. Les collectivités ont accompagné ce mouvement. C’est logique dans un pays qui demeure la première destination mondiale et pour une compétence – le tourisme – largement décentralisée. Les nombreuses initiatives présentées dans Paroles d’élus démontrent, s’il en était besoin, la vitalité et la créativité de nos territoires pour accroître leur capacité d’attraction. Le tourisme et la culture sur parolesdelus.com  Flashcodes à la Bergerie de Rambouillet “Les flashcodes de la Bergerie de Rambouillet permettent d’accéder à des pages dédiées à l’histoire, au patrimoine, à l’agriculture durable et à des explications sur les élevages présents à la ferme. Les bénéfices sont nombreux : d’un point de vue environnemental, la distribution de prospectus a diminué ; l’accessibilité des visiteurs atteints de handicap aux informations s’est améliorée ; et, enfin, la mise à jour des informations s’effectue avec davantage de réactivité.” Daniel Vincent, chargé de mission à la Bergerie (Yvelines) Retrouvez David Lisnard en vidéo sur parolesdelus.com parolesdelus.com 117
  • maire de Paris 118 Comment apporter la meilleure information aux 30 millions de touristes qui font de Paris la première destination mondiale ? Mais comment, aussi, inventer le tourisme du futur pour faire de Paris la capitale de l’innovation touristique ? Bertrand Delanoë, maire de Paris, répond à ces questions en présentant les principales dispositions que la Ville-capitale a mis en place pour en faire un authentique laboratoire d’idées de ce secteur. Vive la République numérique ! de ce type de plateformes qu’il faudrait continuer de privilégier. Qu’attendez-vous de la création du Welcome City lab ? Le Welcome City Lab est un outil sans précédent à ma connaissance. La création d’incubateurs a été fortement soutenue par la Ville, qui en compte aujourd’hui une vingtaine. Ils abritent 550 start-up sur les 3 000 que compte ce haut lieu de l’innovation qu’est Paris. Mais rien n’avait encore été réalisé dans le domaine du tourisme. En facilitant les interactions entre des entreprises innovantes dans ce secteur, mais aussi en stimulant l’innovation parmi les acteurs traditionnels de la filière, le Welcome City Lab a pour ambition de devenir une référence en matière de création d’outils de communication à visée touristique. Le potentiel est immense puisque, avec 30 millions de visiteurs par an, Paris est la première destination au monde. L’activité touristique parisienne ouvre au numérique un champ d’expansion inépuisable. En accompagnant le développement d’un tourisme toujours plus interactif et participatif, une initiative comme le Welcome City Lab contribue à ce que le développement économique parisien aille toujours dans le sens des intérêts de la collectivité. > Pour en savoir plus www.creativeparis.info www.parisnightlife.fr www.hotesqualiteparis.fr www.parisinfo.com Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. L’élu Bertrand Delanoë, Paroles d’élus Quels sont, d’après vous, les grands axes numériques à privilégier en matière de développement touristique ? Bertrand Delanoë Depuis douze ans, la Ville de Paris poursuit la volonté de renforcer chez les millions de visiteurs de la capitale le sentiment d’y être chez eux. À travers le développement des nouveaux modes de communication et leur mise à disposition après du plus grand nombre grâce aux smartphones ou aux tablettes, l’objectif de la politique parisienne du numérique est de faciliter l’appropriation de Paris par ses visiteurs, toujours plus nombreux. Par exemple en leur permettant d’organiser en temps réel leurs activités et leurs déplacements, d’appréhender plus finement toute la richesse du patrimoine parisien, ou encore de trouver un logement répondant à leurs critères. Sur quels outils et structures la Ville compte-t-elle s’appuyer dans ce domaine ? À côté de structures opérationnelles comme l’Office du tourisme et des congrès de Paris ou les fédérations professionnelles du tourisme, les plateformes interactives consacrées au tourisme fournissent d’ores et déjà aux amoureux de Paris des outils pour y préparer un séjour sur mesure. Les visiteurs de Paris aspirent à dessiner un parcours touristique toujours plus personnel et original. Le succès de sites comme “creativeparis”, voué au tourisme créatif, “hôtes qualité Paris”, qui encourage le développement des chambres d’hôte, ou “parisnightlife”, dédié à la vie nocturne de la capitale, en témoigne. C’est donc la création Tourisme et culture l’interview de l’élu 119 29 millions. Le tourisme constitue le premier secteur d’activité de la région Île-de-France, avec 10 % du PIB régional et 500 000 emplois, pour accueillir près de 29 millions de visiteurs (en 2012). 1 500 entreprises. La Ville de Paris et Orange ont signé, en février 2013, une convention de partenariat pour développer l’accès au très haut débit par la fibre de plus de 1 500 entreprises innovantes, hébergées au sein des 80 incubateurs, pépinières et hôtels d’entreprises parisiens. Welcome City Lab. Installé rue de Rennes, à Paris, cet incubateur, d’une capacité de 40 postes de travail, héberge 18 entreprises innovantes (BtoC) depuis septembre 2013. parolesdelus.com
  • Rennes Métropole (Ille-et-Vilaine) Co-libris renouvelle la lecture publique Une Machine à explorer le temps ✓ Bibliothèque en ligne ✓ Internet ✓ Réseau ✓ Réalité augmentée ✓ Patrimoine ✓ Spectacle participatif Aline-Sophie Maire, conseillère Sébastien Sémeril, adjoint au maire de Rennes, vice-président de Rennes Métropole 120 “Dans une démarche d’accès partagé à la culture, Co-libris est un réseau interactif qui permet à chaque adhérent de contribuer à son enrichissement.” er ■ Lecture numérique. Depuis le 1 janvier 2013, le réseau Co-libris et sa carte autorisent l’emprunt de documents dans neuf bibliothèques et médiathèques du Grand Nancy, sans surcoût pour les usagers. Le projet, porté par cinq Villes et l’Agglomération, comprend également un portail Internet, avec un catalogue de plus d’un million d’ouvrages, un compte lecteur pour réserver et des ressources en ligne, notamment des livres audios et des autoformations. Tous les habitants du Grand-Nancy y ont accès, quel que soit leur lieu de résidence. ■ Participatif. Grâce à une étude menée sur la lecture publique en 2009 auprès de tous les services concernés de l’Agglomération, le réseau Co-libris est né d’une démarche participative. Depuis le 1er janvier 2013, la carte et les ressources numériques sont mises à disposition du public, les bibliothèques et les médiathèques ont été équipées de 236 ordinateurs. L’investissement s’élève à 723 000 euros, subventionnés à près de 50 % par la Drac et à 17 % par la Région, outre le partenariat entre les cinq Villes et la Communauté urbaine. > aline-sophie.maire@grand-nancy.org Communauté urbaine de 20 communes et 270 000 habitants, qui s’intègre au pôle métropolitain du Sillon lorrain, aux côtés des agglomérations de Metz, Épinal et Thionville. Vive la République numérique ! Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. municipale déléguée de Nancy, viceprésidente déléguée à l’Agglomération numérique du Grand Nancy ■ Illumination. Durant les soirées d’été 2012, des projections de lumière ont illuminé le Parlement de Bretagne avec des animations 3D, du son spatialisé, une application “smartphone” pour faire jouer les spectateurs en envoyant des figures sur la façade du bâtiment. L’animation de cette “Machine à explorer le temps”, authentique spectacle numérique auquel contribuent les entreprises technologiques locales, scénarise quatre siècles d’histoire du territoire. ■ Évolutif. Le projet a été développé au printemps 2012 et retenu dans le cadre des appels à projets “Investissements d’avenir” sur le volet “Technologies de numérisation et de valorisation des contenus culturels, scientifiques et éducatifs”. Un scénario évolutif a été bâti sur trois ans (2012, 2013 et 2014). Des workshops à l’École européenne supérieure des arts de Bretagne avec des PME et l’Office du tourisme ont encouragé la conception du projet en mode “innovation ouverte”. > n.friant@agglo-rennesmetropole.fr “Ce spectacle proposé aux habitants et visiteurs mixe plusieurs technologies de pointe, fruits de la recherche et du développement sur notre territoire : réalité augmentée 3D, projection de lumière sur un bâtiment, son spatialisé, application mobile, etc.” La Communauté d’agglomération de Rennes Métropole regroupe 38 communes pour 403 000 habitants. parolesdelus.com Tourisme et culture Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle) 121
  • Conseil général (Loire) Agen (Lot-et-Garonne) Alain Laurendon, maire de Saint-JustSaint-Rambert, viceprésident du Conseil général de la Loire “Le département de la Loire a vu naître les pionniers du cycle et du cyclotourisme, dont la première bicyclette française, fabriquée à la manufacture de Saint-Étienne. Aujourd’hui, l’aventure du vélo se poursuit avec le Conseil général, qui souhaite faire découvrir aux visiteurs et aux Ligériens l’offre touristique du département, en associant itinérance douce et technologies numériques.” Vive la République numérique ! L’exposition fait son numérique ! ✓ Cyclotourisme ✓ Design ✓ Technologie sans contact ✓ Tablette ✓ WiFi ✓ Exposition virtuelle ■ Bornes. Dans le cadre de la nouvelle politique cycliste départementale, le Conseil général a décidé d’équiper 14 cols emblématiques ligériens de bornes kilométriques connectées, en partenariat avec l’École supérieure d’art et de design de Saint-Étienne. Porteur de sens et d’informations, ce mobilier est doté d’une dimension numérique avec la technologie “sans contact”, pour la promotion de l’offre touristique de la Loire et de la pratique cycliste. Cette démarche a fait l’objet d’une présentation exceptionnelle au public lors d’une exposition organisée en mars pendant la Biennale du Design 2013. ■ Altitude. L’exposition “Design & Vélo”, dotée d’un budget de 44 838 euros (Conseil général) et 7 000 euros (Agence de développement touristique de la Loire – ADRT), s’est tenue du 11 au 31 mars et du 2 au 26 avril 2013. La démarche globale a débouché sur un accord de partenariat entre l’ADRT et Orange. Au-delà de l’exposition, l’installation de bornes devrait concerner, sur 2013-2016, les montées de la Croix de Chabouret et de l’Œillon, sur le territoire stéphanois, et du Pilat, à proximité des grandes agglomérations du département. > jfgibert@loiretourisme.com ■ WiFi gratuit. Le musée des Beaux-Arts d’Agen entre dans l’ère du numérique en développant une stratégie de partenariat avec Orange pour mettre en œuvre des programmes innovants, utiles et pratiques, et faciliter ainsi la vie des visiteurs des expositions, notamment celle présentée à l’église des Jacobins (XIIe siècle) : un accès WiFi gratuit y a été aménagé. Des tablettes numériques ont ensuite été prêtées aux visiteurs pour leur donner accès à différents contenus créés par l’équipe du musée, dont une exposition virtuelle interactive autour de l’exposition “Agen vue par ses peintres”. À chaque œuvre de cette exposition était aussi associé un QR code pour la géolocaliser sur le plan de la ville. ■ Visite virtuelle. Il s’agit d’une première étape dans la rénovation du musée des Beaux-Arts. L’église, à l’extérieur du musée, accueille des expositions temporaires. Orange a surmonté les difficultés pour équiper un monument historique du XIIe siècle, pendant un an, d’un réseau WiFi performant afin d’y mettre à disposition des outils numériques (tablettes prêtées par Orange) et de donner l’accès à des contenus créés pour ces expositions (virtuel interactif et flashcodes intégrés). Ce partenariat a été valorisé à hauteur de 3 687 euros. > culture@agen.fr Lire l’interview de Maurice Vincent, maire de Saint-Étienne, en page 46. Saint-Étienne (171 260 habitants en 2010), au cœur de la Loire (748 947 habitants, 327 communes), a fait du design un moteur de son développement et de son rayonnement : c’est la seule ville française membre du réseau des villes créatives Unesco design. Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. Borne bavarde pour cyclistes Avec 5@ “Villes Internet”, Agen (35 000 habitants) est une ville moyenne dense au cœur du Sud-Ouest, à équidistance de Toulouse et Bordeaux. Jean Dionis du Séjour, maire d’Agen “Je me félicite de ce partenariat innovant entre Orange et le musée des BeauxArts de la ville, qui va apporter un éclairage original sur ses collections et l’ouvrir à de nouveaux publics. Reconnaissante pour la richesse de ce partenariat, Agen a désormais le regard tourné vers l’arrivée de la fibre optique.”
  • Association Marseille-Provence 2013 (Bouches-du-Rhône) Une application pour ne rien manquer ! ✓ M-tourisme ✓ Guide numérique ✓ Culture Louvre-Lens (Pas-de-Calais) E-bienvenue au musée Jacques Pfister, Visite 3D. Depuis l’ouverture du Louvre-Lens en décembre 2012, le guide de visite multimédia propose pour la première fois une visualisation en 3D dans un musée. Le visiteur se déplace dans les galeries comme dans un jeu vidéo, peut écouter des commentaires audios ou vidéos, et enregistrer une œuvre dans son musée virtuel en ligne. Prêté gratuitement, le guide est accessible aux visiteurs français, déficients visuels et auditifs, ainsi qu’anglais et néerlandais. Le musée bénéficie également d’une application mobile gratuite. ■ 124 “Avec Orange, partenaire officiel, le numérique est au cœur de MarseilleProvence, capitale européenne de la culture 2013. L’application officielle développée par Orange permet de rendre notre événement riche de plusieurs centaines de rendezvous artistiques, accessibles au plus grand nombre.” ■ Appli culturelle. À l’occasion de MarseilleProvence, capitale européenne de la culture 2013, l’application gratuite pour smartphone “MP2013” détaille la programmation culturelle de manière inédite. Depuis son mobile Android ou iOS, le visiteur peut connaître les événements du moment, les consulter par la sélection thématique, par exemple la danse, et les repérer grâce à la géolocalisation. Disponible en anglais, le guide numérique délivre également des informations touristiques sur les restaurants, boutiques ou hotspots WiFi d’Orange. Enrichi. Lancée au 1er trimestre 2013, l’expérimentation résulte d’un partenariat entre les équipes de Marseille-Provence 2013 et les IT&L@bs d’Orange. L’équipe projet a bénéficié d’appuis technologiques ponctuels, comme Movado Solutions pour la géolocalisation des événements mobiles. Afin d’optimiser le coût total des développements, les choix ont porté sur une application sobre et riche, disponible sur les deux systèmes les plus populaires que sont Android et iOS. L’application offre également un accès facile aux réseaux sociaux. > ha.cibon@free.fr ■ Territoire à l’échelle départementale, composé d’Arles la romaine, Salon-de-Provence la médiévale, Martigues et Istres les industrielles, Aix-en-Provence la culturelle, Aubagne la terrienne, et Marseille la grecque. Vive la République numérique ! Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. président de Marseille-Provence 2013, président de la CCI Marseille Provence Expérimental. La collaboration tripartite d’Orange, du Conseil régional Nord-Pasde-Calais et du Louvre est née dès 2008. Les équipes de R&D d’Orange et celles du Louvre-Lens ont créé en 2010 un groupe de travail consacré à l’innovation et ont conçu conjointement les technologies proposées au public. Véritable laboratoire, ce partenariat doit se poursuivre jusqu’en 2015. Il invite régulièrement les visiteurs à tester de nouveaux projets, notamment la manipulation d’œuvres sur tablette tactile 3D ou la gestuelle 3D. > marc.tailliez@nordpasdecalais.fr ■ Au cœur du bassin minier et des cités ouvrières, au carrefour de l’Europe, dans la “région des musées”, qui compte 49 musées labellisés “Musée de France” et plus de 150 musées thématiques. ✓ Mobilité culturelle ✓ Interactivité ✓ 3D Daniel Percheron, président du Conseil régional Nord-Pas-deCalais, sénateur du Nord “Orange est un grand mécène qui a cru très tôt au projet du Louvre-Lens et a saisi les opportunités d’expérimentation et de développement numériques qu’il représente. Il a été un partenaire imaginatif qui, en innovant avec la conception du guide multimédia et de l’application mobile, a participé à l’enchantement de la Galerie du Temps.”
  • Saint-Raphaël (Var) Exposition virtuelle en direct Un musée archéologique et numérique ✓ Visite à distance ✓ Visioconférence ✓ Interactivité ✓ QR code ✓ Visite virtuelle ✓ Culture numérique Rémy Rebeyrotte, maire Guillaume Decard, adjoint au maire de SaintRaphaël, délégué à la culture 126 “Le partenariat avec Orange est un atout essentiel pour la valorisation du patrimoine d’Autun, labellisée Ville d’Art et d’Histoire, grâce aux nouvelles technologies qui permettent une actualisation sans limite de l’accès à la connaissance.” Autun sur parolesdelus.com Vive la République numérique ! ■ Expo interactive. Des visites interactives ont été organisées à l’automne 2012 pour présenter à distance, “en direct” et en temps réel, à une centaine d’élèves de la Nièvre et de la Saône-etLoire, ainsi qu’à une cinquantaine de personnes à mobilité réduite, un manuscrit exceptionnel, chef-d’œuvre redécouvert en 2008 rassemblant des rituels catholiques du XIVe siècle. Ces publics distants ou empêchés ont ainsi bénéficié, depuis leur salle de classe ou leur centre d’hébergement, d’une visite guidée pour découvrir sans se déplacer l’exposition “Bologne et le pontifical d’Autun”, installée au musée de la ville. ■ Plateforme. En se connectant à une plateforme collaborative en ligne, les élèves et les personnes empêchées ont pu suivre collectivement depuis leur lieu de formation ou de résidence, via un tableau numérique interactif ou un vidéoprojecteur, une visite animée par un conférencier présent au musée. Au cours de chaque séance d’une heure, le conférencier et les participants à distance ont été filmés par une webcam et ont échangé des informations. Les cinq séances de visioconférence ont été financées par la Ville d’Autun et Orange pour 7 400 euros HT. > remy.rebeyrotte@autun.com Ville-pôle d’une Communauté de communes rurale assez étendue et de faible densité de population. Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. d’Autun, président de la Communauté de communes de l’Autunois, conseiller général de Saôneet-Loire ■ Contenu interactif. C’est replongé dans son contexte que l’objet archéologique prend toute sa signification. Fort de ce principe et de la richesse de ses collections, le musée archéologique de Saint-Raphaël propose à ses visiteurs, depuis le printemps 2011, des visites numériques à contenu interactif – plus ludique – accessible par tablettes, gratuitement mises à disposition, et par flashcode, pour le public équipé de smartphone. Les QR codes, disposés à l’entrée des salles, diffusent le même contenu que les tablettes. ■ Convention. Bénéficiant du large soutien de la Drac, la mise en place de ces supports de médiation culturelle a fait l’objet d’une convention entre le pôle touristique Estérel Côte d’Azur et la Ville. Le Syndicat mixte Saint-Raphaël Pays de Fayence a été également associé au projet ainsi que l’entreprise BlueTouch Communication pour la technique. Le projet a nécessité 14 800 euros HT d’investissement (dont 10 200 euros pour le matériel et les applications mobile et iPad) et 4 600 euros de fonctionnement. Le coût d’installation du WiFi au musée (10 000 euros) a été pris en charge par la Ville. > musee@ville-saintraphael.fr “Avec sa volonté de rester à la pointe du progrès, SaintRaphaël s’inscrit dans une démarche novatrice en dotant chaque visiteur d’outils numériques d’accompagnement à la visite. Le jeune public, familiarisé avec ces nouvelles technologies, franchit désormais plus aisément les portes du musée.” Ville balnéaire touristique de 35 000 habitants à fort potentiel archéologique, avec plus d’une quarantaine de sites préhistoriques sur les 30 km de côtes du massif de l’Estérel. parolesdelus.com Tourisme et culture Autun (Saône-et-Loire) 127
  • Bouches-du-Rhône Tourisme (Bouches-du-Rhône) Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) Analyse mobile du tourisme maire de Mallemort, président de Bouches-du-Rhône Tourisme “Développer une approche efficace de l’activité touristique depuis le niveau local jusqu’au niveau départemental et être capable de disposer d’analyses en temps quasi réel, c’est gagner en expertise sur les missions d’observation, d’études et de veille pour l’ensemble des acteurs du tourisme public et privé.” ✓ Réseau mobile ✓ Analyse ✓ Données ✓ Lecture urbaine ✓ Patrimoine ✓ Réalité augmentée Typologie. Menée de juillet à septembre 2012, l’initiative Mobile Move consiste à analyser des flux touristiques à partir de la géolocalisation de téléphones mobiles au sein du réseau Orange. Les données recueillies révèlent les comportements touristiques tels que le volume de nuitées, la mobilité ou les événements fréquentés, avec une répartition par typologie (touristes, résidents, excursionnistes). Autant d’indicateurs précieux destinés aux analystes de Bouches-du-Rhône Tourisme, agence de développement et de réservations touristiques. ■ Anonymat. Dans la perspective de Marseille-Provence capitale européenne de la culture, Bouches-du-Rhône Tourisme a proposé à la direction régionale d’Orange un projet d’étude pilote en octobre 2011. Il en résulte une solution technique innovante par l’exploitation de l’activité des téléphones mobiles, collectée de façon anonyme par Orange. Durant toute l’expérimentation, les équipes de Bouches-du-Rhône Tourisme et les ingénieurs d’Orange ont collaboré sur des indicateurs pertinents et efficaces. > direction@visitprovence.com Réalité virtuelle. À deux reprises, Ivry a exploité son savoir-faire numérique pour proposer sans gros budget à des citoyens “twittos” des balades urbaines “augmentées”. Chemin faisant, elle leur a donné accès à des outils numériques et des contenus multimédias afin de réaliser, après la balade, un carnet de bord en ligne, accessible aux absents. Parmi les outils sélectionnés, les QR codes renvoient vers une information ou un média en ligne (vidéo, son, diaporama…), et la réalité augmentée superpose dans des espaces en mutation urbaine images du passé, du présent et de futurs projets. ■ Contributions. Accompagnés d’animateurs “multimédia”, les citoyens ont consulté virtuellement le passé et le futur de la ville à l’aide de terminaux mobiles (smartphones ou tablettes) mis à disposition lors de l’événement encadré par l’Association Vivacités. Pas de budget particulier, mais le recours à des outils contributifs du web 2.0 et un travail de préparation du service Multimédia, avec l’apport des ressources internes et des services des Archives, de l’Urbanisme, etc. L’aboutissement : des murs de contributions sur Twitter, avec hashtag dédié en cours de balade, et mise en ligne d’un carnet de bord avec outil de géoblogging. > pjarry@ivry94.fr ■ Département attirant 8 millions de touristes par an, auxquels s’ajoutent 2 millions de visiteurs supplémentaires pour l’année 2013, avec Marseille-Provence capitale européenne de la culture. Vive la République numérique ! ■ Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. Daniel Conte, Balades numériques urbaines Situé aux portes de Paris, dans le Valde-Marne, cette ville de 57 000 habitants (38 % de logements sociaux) développe sur 612 hectares trois grands projets d’aménagement, dont Ivry Confluences. Pierre Gosnat, maire d’Ivry-surSeine “L’usage du numérique pour accompagner les balades urbaines aide à la compréhension et à l’appropriation de la ville par ses habitants. Dans une démarche de découverte patrimoniale comme dans une concertation urbaine, les nouveaux usages mobiles ont un côté ludique qui favorise le partage entre les générations.”
  • Communauté de communes Aubusson-Felletin (Creuse) Aubusson au creux de la main ✓ Vidéoguide ✓ Patrimoine ✓ Tablette Dives-sur-Mer (Calvados) Un flashcode entre terre et mer Michel Moine, Sans contact. Pour mettre en valeur le patrimoine historique du centre-ville médiéval et faire connaître les services du port, la Ville a développé en deux étapes le projet Flash’Dives, qui met à disposition du public, habitants et touristes, des services mobiles accessibles grâce aux technologies sans contact. Elle a d’abord confié à un groupe d’étudiants de l’université de Caen la mise en valeur du patrimoine via des flashcodes et des tags NFC. Elle a ensuite facilité les relations et déplacements entre le port, la ville et ses commerces grâce à au numérique. ■ 130 “Première initiative de ce type en Limousin, le Parcours vidéoguide s’inscrit dans la volonté de notre Ville d’offrir un accueil innovant aux visiteurs, clé de voûte d’une véritable stratégie de développement touristique.” ■ Vidéo et géolocalisation. Le “Parcours vidéoguide” imaginé par le Conseil régional du Limousin avec les collectivités locales vise à promouvoir le patrimoine du territoire à travers 15 séquences vidéos de deux minutes et des fiches descriptives. Accessible depuis un smartphone, une tablette tactile ou un simple ordinateur, le site www.videoguidelimousin.fr peut être consulté en amont pour préparer sa visite, puis sur place en couplant son terminal (à louer auprès de l’Office du tourisme) à un système de géolocalisation pour être guidé tout au long de son parcours. ■ Tablettes. Conçu par la Ville d’Aubusson, en partenariat avec la Région Limousin, la Communauté de communes Aubusson-Felletin et l’Office du tourisme d’Aubusson, le “Parcours vidéoguide” est le fruit d’un travail commun : la Région et la Communauté de communes ont notamment rédigé les synopsis des fiches et réalisé les prises de vues vidéos et photos, tandis que la Ville d’Aubusson a acheté cinq tablettes numériques pour les confier à l’Office du tourisme, chargé de la promotion de cet outil auprès des visiteurs. > etourisme.aubusson@gmail.com > inventaire@cr-limousin.fr Capitale mondiale de la tapisserie, inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco, ville commerçante de 4 600 habitants chargée d’histoire et dont la valorisation du patrimoine remarquable a toujours été une priorité pour les édiles du Limousin. Vive la République numérique ! Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. maire d’Aubusson, président de la Communauté de communes Aubusson-Felletin Coopération. Le circuit touristique mis en place pour la saison 2012 sur quatre sites historiques s’appuie sur un outil de développement d’application, mis à disposition gratuitement par Orange Lab, et des contenus élaborés par des étudiants en liaison avec un historien. Dans un second temps, un autre groupe d’étudiants a travaillé sur la mise en valeur du port et a mis en ligne des services souhaités par des plaisanciers consultés (météo, marées, commerces). Le budget consacré à la signalétique, inférieur à 2 000 euros, a été en partie subventionné par le Conseil général. > communication@dives-sur-mer.fr ■ Entre Caen et Deauville, sur le littoral de la Côte fleurie, une cité portuaire de 6 000 habitants au patrimoine historique exceptionnel, qui se tourne vers le tourisme avec un nouveau port de 1 000 anneaux. ✓ Flashcode ✓ NFC ✓ Patrimoine Pierre Mouraret, maire de Dives-sur-Mer, vice-président du Conseil régional de Basse-Normandie “Dives-sur-mer a recréé une grande part des emplois industriels perdus et a su affirmer sa vocation touristique sur la Côte Fleurie. Aujourd’hui, la mise à disposition de services numériques innovants fait de Port-Guillaume le premier port normand équipé d’un service mobile sans contact pour les plaisanciers et touristes.”
  • CRT Riviera Côte d’Azur (Provence-Alpes-Côte d’Azur) La mémoire dans la poche Améliorer l’observation des flux touristiques ✓ Mobilité ✓ QR code ✓ M-tourisme ✓ Réseau mobile ✓ Données ✓ Flux touristique Didier Galet, Alain Gumiel, président du Comité régional du tourisme Riviera Côte d’Azur, maire de Vallauris, conseiller général des Alpes-Maritimes 132 “Rendre la mémoire collective du village accessible à l’ensemble des habitants et des visiteurs, les petits comme les grands, et la découvrir au fil d’une déambulation à travers les sentes et rues, c’est le pari de ce projet rendu possible par le numérique !” ■ Collecte. Baptisé “La mémoire dans la poche”, le projet consiste à recueillir la mémoire collective de Savins pour la rendre accessible au plus grand nombre. Un écrivain a ainsi entrepris un travail de collecte avec les anciens du village, le conseil municipal des jeunes et l’école. En plus d’un livre et de textes sur Internet, les informations sont diffusées via des QR codes dispersés dans le village, suivant un parcours de valorisation du patrimoine. Un téléphone mobile suffit pour en savoir plus grâce à une cinquantaine de sites équipés. ■ Diagnostic. Suite à un travail de diagnostic mené dans le cadre de l’Agenda 21, ce projet, encore en cours de lancement, a été engagé par la commune de janvier à juin 2013. Son coût, estimé à 61 000 euros, est financé par la commune et Orange à l’occasion d’un appel à projets régional intitulé “Soutien à l’innovation numérique locale”. Les partenaires sont nombreux, notamment un écrivain, une équipe de tournage, 50 habitants interviewés, l’Agence départementale de l’environnement et un stagiaire expérimenté mis à disposition par Orange. > mairiedesavins@wanadoo.fr Village de 640 habitants présentant une population fortement renouvelée depuis dix ans. Vive la République numérique ! Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. maire de Savins ■ Localisation. Pendant la saison estivale 2012, le Département des Alpes-Maritimes a expérimenté de nouvelles mesures des flux touristiques. Les données de localisation des touristes via la téléphonie mobile améliorent la connaissance des origines, des durées de séjour, des hébergements, des lieux visités et de la mobilité touristique. Parmi les données accessibles, le projet différencie les résidents, les personnes en transit, les visiteurs à la journée et les touristes séjournant au moins une nuitée sur le territoire. ■ Touristes. Ayant connaissance d’expériences similaires à l’étranger, le Comité régional du tourisme Riviera Côte d’Azur s’est rapproché d’Orange, l’un des opérateurs de la clientèle touristique française qui assure également le roaming pour les étrangers. Préparée au printemps 2012 et mise en œuvre entre juillet et septembre 2012, l’expérimentation s’appuie sur le partenariat entre l’observatoire du tourisme de la Côte d’Azur et les Orange Labs. Le projet de 26 000 euros HT a été financé par Orange et Riviera Côte d’Azur, sur fonds propres. > president-crt@cotedazur-tourisme.com “La gouvernance du tourisme à l’échelle du territoire s’appuie sur une connaissance précise et fiable du comportement des touristes, et leur suivi statistique est désormais possible grâce à la téléphonie mobile.” La Côte d’Azur accueille 11 millions de touristes par an – provenant d’environ 150 pays –, qui génèrent plus de 5 milliards d’euros de retombées annuelles directes et 75 000 emplois. parolesdelus.com Tourisme et culture Savins (Seine-et-Marne) 133
  • Chartres (Eure-et-Loir) Chartres, son WiFi mobile et gratuit ✓ Attractivité ✓ Internet mobile gratuit ✓ Hypercentre Jean-Pierre Gorges, maire 134 “La cathédrale de Chartres est mondialement célèbre, et notre patrimoine recèle encore bien d’autres merveilles dont la promotion ne passe, d’abord, que par leur accès libre et gratuit. J’ai donc décidé, avec l’assistance d’Orange, d’équiper en WiFi libre et gratuit la place Billard de Chartres et d’étudier ensuite l’extension du service à d’autres places de la ville.” ■ Accès gratuit. Baptisé “Chartres WiFi”, le projet vise concrètement à proposer un accès Internet mobile gratuit aux utilisateurs de smartphones et d’ordinateurs portables, à savoir les Chartrains et le 1,8 million de touristes annuels. L’idée : permettre par exemple aux chefs d’entreprise et à leurs équipes de travailler à l’heure du déjeuner depuis les terrasses de café des principales places (la halle Billard, dans un premier temps), et offrir aux visiteurs l’opportunité de télécharger les applications touristiques mises à leur disposition par la Ville. ■ WiFi. Gratuit et en libre service, le WiFi pour tous a fait son apparition à Chartres lors de l’inauguration de la nouvelle aire piétonne sous la halle Billard (autour de laquelle 3 000 m2 de pavés ont été posés), le 12 juillet 2013. Le projet “Chartres WiFi” a bénéficié d’un budget de 12 000 euros (investissement et fonctionnement pour trois ans) et son lancement a été accompagné d’une communication spécifique (sur la place Billard, auprès des visiteurs via l’Office du tourisme, dans le journal municipal de la Ville). > contact@ville-chartres.fr Chartres, située à 90 kilomètres de Paris, célèbre pour sa cathédrale, souhaite contribuer par ce projet à renforcer l’attractivité de son territoire. Vive la République numérique ! Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. de Chartres, député d’Eure-et-Loir
  • Cinq ans après Toulouse Cinq ans après Mérens-les-Vals Réseau WiFi. L’installation d’un réseau WiFi sur la commune a autant séduit les propriétaires de résidences secondaires et les hébergements touristiques que les habitants. Elle correspondait donc à un véritable besoin de développement local, de réduction des inégalités induites par ce territoire de montagne peu peuplé, justifiant l’investissement de la commune de 44 000 euros pour 55 abonnements. La gestion administrative et touristique de la commune en a d’ailleurs été facilitée. Les habitants sont tous devenus des internautes avertis et plusieurs sites Internet ont été mis en ligne. Quant au facteur, ses livraisons de colis ont augmenté… Enfin, l’école du village est devenue numérique : les enfants partiront au collège avec les mêmes chances que leurs homologues citadins. Après l’arrivée de l’ADSL 20 Mo d’Orange, le système WiFi a été abandonné à la fin 2011. La commune est ainsi mieux desservie que certaines grandes villes, argument de poids pour son développement. 136 Plus de 55 abonnements pour 180 personnes, alors que l’offre initiale ne s’adressait qu’aux 120 habitants permanents. L’installation du réseau WiFi a coûté 44 000 euros d’investissement à la collectivité, soit environ 800 euros par abonné. en chiffres Cinq ans après Crozon Plus de 1 000 personnes en balade sonore depuis sept ans. Des dizaines de présentations, rencontres, colloques… et de nombreuses reprises sur des radios nationales (France Inter, France Culture…). Vive la République numérique ! Plus d’1 million de visiteurs sur le site web Territoires Sonores. De nombreux appels de collectivités, d’associations souhaitant tenter l’aventure sur leur territoire. Toute reproduction du présent ouvrage, totale ou partielle, quel que soit le support, est strictement interdite. ■ ■ Rio Loco. Chaque année, depuis 2008, la retransmission numérique, en direct et en différé, de concerts du festival Rio Loco est devenue un vecteur incontournable de popularisation de l’événement. Des milliers de connexions prouvent que ce dispositif répond à l’enjeu essentiel de diffusion culturelle vers un maximum de personnes. Le nombre de spectateurs augmente d’ailleurs, porté par le bouche-à-oreille des réseaux sociaux. Ce projet fut pour la Ville de Toulouse l’occasion d’expérimenter le partage d’événements en direct sur le web et les réseaux. Ainsi, depuis janvier 2012, les réunions des conseils municipaux sont consultables, en direct et en différé, sur www.toulouse.fr (accompagnés d’une traduction en langue des signes et sous-titrés). Depuis sa mise en œuvre, l’initiative a fait des émules. Une expérimentation fut menée en 2011 avec Orange par le festival La Novela pour une visite virtuelle du musée des Augustins à destination des résidents d’une maison de retraite. Ce concept de médiation en direct d’un lieu culturel, destiné aux plus fragiles, sera élargi dès 2013 et pérennisé, avec la captation et la diffusion de conférences scientifiques dans un musée lors du festival La Novela 2013, mais aussi la diffusion des spectacles de l’orchestre national du Capitole en direct sur le web (Medici ou Arte). Un bilan très positif de la Ville pour ce système de retransmission d’événements par Internet. en chiffres 8 000 Plus de 22 000 connexions environ. followers : la fréquentation des spectateurs du streaming pour l’édition 2013 du festival Rio Loco a doublé. Cinq ans après Royan Communauté d’usage. Le site web du musée du Patrimoine du Pays royannais est un outil de référence pour la valorisation de l’Agglomération Royan Atlantique (Cara). Il constitue un formidable moyen de conservation et de pérennisation, mais également de restitution de l’information. Il continue de se positionner comme une démarche novatrice, inédite et appréciée pour la découverte du patrimoine des communes et de l’ensemble de l’agglomération, qui peut se féliciter de se maintenir en première place sur Google. Ce musée virtuel complète les sites institutionnels et touristiques de la Cara. Il a notamment été utilisé pendant plusieurs années comme support de travail pour le master Tourisme/Patrimoine/Nouvelles Technologies à l’université de La Rochelle. Le développement, l’enrichissement et la diversification du site se sont poursuivis chaque année : en 2009, une refonte structurelle a été faite, un redéploiement plus dynamique et plus lisible ainsi qu’un travail technique sur son architecture ont été engagés avec une nouvelle charte graphique et une hiérarchisation des données facilitant la lisibilité et la navigation. Depuis 2012, il est géré en direct par le service Communication de la Cara pour effectuer des mises à jour plus rapides. ■ 65 182 visites. 225 491 pages vues, dont : 126 680 pages pour les États-Unis ; 15 868 pages pour la France ; 9 668 pages pour l’Europe. parolesdelus.com Tourisme et culture retour sur 137