1
	
  
BranchesInfoestunepublicationdeParménide
Branches Info N°13 14juillet2014
N°13	
  
14	
  juillet	
  
2014	
  
La	
 ...
2
	
  
BranchesInfoestunepublicationdeParménide
Branches Info N°13 14juillet2014
Protection sociale complémentaire
Le	
  d...
3
	
  
BranchesInfoestunepublicationdeParménide
Branches Info N°13 14juillet2014
La vie des branches professionnelles
APPE...
4
	
  
BranchesInfoestunepublicationdeParménide
Branches Info N°13 14juillet2014
	
  
	
  
En bref
SOMMAIRE	
  :	
  	
  
<...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Branches Info n°13 - 14 juillet 2014

1,871

Published on

<page> 100 branches professionnelles, est-ce souhaitable ? <page> L’ANI sur la sécurisation de l’emploi, une onde de choc qui n’en finit pas, Klesia contre-attaque avec un accord « ouvert », accord cadre santé dans l’enseignement privé, la branche du paysage recommande AGRICA <page> la vie des organisations, négociations dans les HLM, à l’AFPA, pour la CCN 66, chez Carrefour et Renault

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,871
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
33
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Branches Info n°13 - 14 juillet 2014"

  1. 1. 1   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°13 14juillet2014 N°13   14  juillet   2014   La  Grande  Conférence  Sociale  des  7   et  8  juillet  a  mobilisé  l’essentiel  de   l’attention.  Cette  troisième  édition   du  grand  rendez-­‐vous  social  voulu   par  François  Hollande  a  mis  sous   tension  le  débat  public  pendant   plusieurs  jours.  Initialement,  ce  sont   les  mouvements  patronaux  qui  ont   menacé  de  le  boycotter,  avant  de   donner  lieu  à  des  claquements  de   porte  de  la  part  de  la  CGT,  de  FO  et   de  la  FSU.  Sous  le  prétexte  convenu   de  protester  contre  le  report  du   compte  pénibilité,  ces  organisations   ont  surtout  voulu  prendre  date  dans   un  contexte  de  montée  constante   de  la  conflictualité.   Dans  le  même  temps,  la  situation   sociale  restait  animée  par  le  conflit   des  intermittents  et  par  le  blocage   portuaire  imposé  par  les  salariés  de   la  SNCM.  Si  le  conflit  des   intermittents  a  semblé  marqué  le   pas,  la  position  jusqu’au-­‐boutiste   des  grévistes  de  la  SNCM  a  fait  plier   le  gouvernement.  Le  ministre  des   Transports  a  décidé  de  reporter  de   quatre  mois  la  mise  en  liquidation   de  l’entreprise.  L’avenir  dira  si  cette   manœuvre  constitue  ou  non  un   enterrement  de  première  classe.     Le  semestre  s’achève  donc  dans  un   climat  incertain.  La  perspective   probable  d’une  baisse  de  la  note  de   la  France  en  septembre  risque  de   compliquer  une  rentrée  déjà   socialement  préoccupante.     100  branches  professionnelles,  est-­‐ce   possible  ?  Est-­‐ce  souhaitable  ?   La  Grande  Conférence  Sociale  a  permis  de  remettre  sur  le  tapis  la   question  déjà  évoquée  dans  la  loi  sur  la  formation  professionnelle  et  la   démocratie  sociale  :  la  diminution  du  nombre  de  branches   professionnelles.     Cette  vieille  idée  ne  manque  pas  de  faire  sourire.     D’abord  parce  qu’elle  s’appuie  sur  une  comptabilité  laborieuse  :  les   chiffres  vont  de  700  à  1.000  branches  en  France,  dont  certaines  sont   totalement  confidentielles.  Au  passage,  on  oublie  souvent  de  préciser   que  près  de  la  moitié  d’entre  elles  sont  des  branches  régionales  qui   répliquent  de  façon  presque  mimétique  les  textes  nationaux.   Ensuite,  parce  qu’elle  témoigne  d’une  compréhension  biaisée  de  ce   qu’est  une  branche  professionnelle.  Pour  les  pouvoirs  publics,  une   branche  est  une  sorte  d’espace  administré  où  une  intelligence  créatrice   donne  des  instructions  aux  entreprises  qui  la  composent.  Cette   représentation  est  évidemment  totalement  fantaisiste.  SI  la  réduction  du   nombre  de  branches  (idée  avancée  par  le  député  UMP  Poisson  dès  2009)   vise  à  faciliter  la  transmission  des  politiques  publiques  dans  les   entreprises,  c’est  évidemment  un  leurre.   Peut-­‐on  raisonnablement  diminuer  le  nombre  de  branches,  notamment   au  nom  d’une  vigueur  retrouvée  de  ces  lieux  de  négociation  ?   Pour  parvenir  à  cet  objectif,  il  faudrait  peut-­‐être  définir  ce  qu’est  une   branche,  et  sur  ce  point  le  gouvernement  reste  muet.  Dans  la  pratique,   une  branche  est  un  fait  patronal,  à  géométrie  souple  et  variable.  Si  l’on   prend  l’exemple  de  la  métallurgie  ou  du  commerce,  une  myriade  de   branches  s’imbriquent  et  s’entrecroisent,  déléguant  parfois  à  une   confédération  patronale  le  soin  de  négocier  pour  elles  un  accord  de   branche,  reprenant  parfois  cette  délégation  sur  tel  ou  tel  point  précis.   Le  paysage  des  branches,  en  France,  est  le  produit  d’une  histoire   patiente,  multiple,  spontanée  et  négociée.  Vouloir  y  mettre  de  la   rationalité,  de  l’administration,  de  l’ordre  administratif,  est  aussi  tentant   qu’absurde.  Une  fois  de  plus,  au  lieu  de  se  mêler  de  la  vie  des   entreprises,  l’Etat  gagnerait  à  faciliter  leur  expansion  et  leur  logique   d’adaptation.  Car  la  réduction  du  nombre  de  branches  aidera  au  dialogue   avec  l’Etat  mais  éloignera  l’entreprise  de  ses  représentants.   La quinzaine sociale en bref
  2. 2. 2   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°13 14juillet2014 Protection sociale complémentaire Le  dialogue  de  branche  en  panne   L’ANI  sur  la  sécurisation  de  l’emploi,  une   onde  de  choc  qui  n’en  finit  pas   Initialement  l’ANI  sur  la  sécurisation  de  l’emploi  devait  agir  vite  et  bien.   Cette  nouvelle  étape  dans  la  flexisécurité  à  la  française  apparaissait   comme  une  baguette  magique  contre  le  chômage.  Dix-­‐huit  mois  après,   non  seulement  le  marché  du  travail  continue  à  s’enfoncer  dans  le   chômage  et  l’échec,  mais  les  ondes  de  résonance  de  l’ANI  n’en  finissent   pas  de  secouer  le  paysage  social.   Dans  le  domaine  de  la  protection  sociale,  l’ANI  devait  accorder  des  droits   nouveaux  aux  salariés.  Ceux-­‐ci  tardent  à  voir  le  jour  comme  le  rappelle   souvent  Branches  Info.  Incidemment,  c’est  tout  le  dialogue  social  de   branche  qui  est  perturbé,  et  au-­‐delà  la  conception  même  de  la  solidarité   professionnelle.     Avant  la  décision  du  Conseil  Constitutionnel  en  date  du  13  juin  2013,  il   était  encore  en  effet  possible  de  forger  une  solidarité  entre  entreprises   d’une  branche  selon  les  principes  anciens  de  négociation.  C’est-­‐à-­‐dire  pas   forcément  de  manière  très  transparente.     L’ANI  a  précipité  la  fin  de  cette  logique  :  une  branche  n’a  plus  la  faculté  de   contracter  pour  ses  entreprises.  C’est  désormais  dit  et  écrit.     Ce  bouleversement  devrait  fortement  impacter  l’univers  de  l’AGIRC  et  de   l’ARRCO.  Le  système  de  retraite  complémentaire  a  en  effet  servi   d’adossement  au  marché  de  la  prévoyance.  Les  institutions  du  même   nom,  qui  assurent  un  chiffre  d’affaires  d’environ  6  milliards  d’euros  en   complémentaire  santé,  ont  fait  feu  de  tout  bois  pour  trouver  des  relais  de   croissance  dans  des  marchés  nouveaux  d’assurance  collective,  là  où  le   système  de  retraite  complémentaire  était  voué  à  des  gains  permanents   de  productivité.     Quel  est  l’avenir  de  ces  institutions  souvent  dépourvues  de  réseau  de   distribution  et  moins  à  l’aise  dans  l’accord  d’entreprise  que  dans  l’accord   de  branche  ?  Les  années  à  venir  le  diront,  mais,  d’ici  là,  comme  la  DREES   l’a  fait  remarquer,  ces  institutions  sont  obligées  de  se  regrouper  pour   survivre  sur  des  marchés  agités  par  une  concurrence  féroce.   Le  cadre  réglementaire  est  loin  d’être  fixé,  d’ailleurs,  pour  que  les  acteurs   puissent  donner  libre  cours  à  leurs  appétits  commerciaux.  Dès  que  les   décrets  attendus  paraîtront,  à  n’en  pas  douter,  le  marché  connaitra  de   fortes  secousses,  qui  se  traduiront  par  une  nouvelle  accélération  des   regroupements.     Derrière  ces  mouvements,  il  faut  bien  voir  la  fin  d’une  époque.  La   flexibilité  du  marché  du  travail  a  eu,  qu’on  le  veuille  ou  non,  la  peau  des   branches  professionnelles,  entendues  comme  des  espaces  corporatifs  où   s’organisait  une  solidarité  financière.  Ce  cliquet-­‐là  est  franchi,  et  c’est  à   une  autre  logique  sociale  qu’il  faut  désormais  s’arrimer.   KLESIA  CONTRE-­‐ATTAQUE  AVEC   UN  ACCORD  «  OUVERT  »   De  façon  assez  inattendue,  Klesia   vient  de  proposer  une  nouvelle   forme  de  régime  de  branche,  en   dehors  de  toute  validation  de  la   COMAREP,  dit  contrat  «  hors   conventionnel  »  ou  «  ouvert  ».  Ce   système  permettra  aux   pharmaciens  employeurs  adhérents   d’une  fédération  patronale   signataire  de  participer  à  ce  régime   entièrement  patronal.  Il  ne  sera   donc  plus  soumis  à  la  validation   préalable  de  la  COMAREP  et   échappera  au  contrôle  des   partenaires  sociaux   interprofessionnels.  Cette  formule   constitue  la  riposte  attendue  de   Klesia,  premier  groupe  de   protection  sociale  en  termes   d’accords  de  branche,  à   l’interdiction  des  clauses  de   désignation  par  le  Conseil   Constitutionnel.   L’ENSEIGNEMENT  PRIVE  A  SIGNE   UN  ACCORD  CADRE  SANTE   Le  19  juin,  les  partenaires  sociaux   de  l’enseignement  privé  ont  signé   un  accord  cadre  en  complémentaire   santé.  La  branche  recommandera   pour  2015  plusieurs  assureurs.  Ni   les  garanties  ni  les  tarifs  ne  sont   connus  à  ce  stade.  En  revanche  il   est  acquis  que  les  établissements  ne   seront  pas  laissés  à  eux-­‐mêmes…   LA  BRANCHE  DU  PAYSAGE   RECOMMANDE  AGRICA   Assureur  désigné  depuis  10  ans   dans  la  branche  du  paysage,  Agrica   vient  de  bénéficier  de  la   recommandation  des  partenaires   sociaux.  Cette  branche  compte  près   de  70.000  salariés  répartis  dans   22.000  entreprises.    
  3. 3. 3   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°13 14juillet2014 La vie des branches professionnelles APPEL  D’OFFRES  SANTE  DANS  LES  HLM   Plusieurs  offices  HLM  ont  lancé  des  appels  d’offres  en  complémentaire   santé.  C’est  le  cas  à  Chambéry  (clôture  le  27  août  2014)  et  dans  le   Calvados  (clôture  le  22  août  2014).     LA  MUTUELLE  FAMILIALE  ACCOMPAGNE  L’AFPA   Dans  le  cadre  des  nombreux  départs  qui  affectent  l’AFPA,  celle-­‐ci  a   obtenu  une  extension  du  contrat  santé  qu’elle  a  souscrit  auprès  de  la   Mutuelle  Familiale.  Les  salariés  qui  quittent  l’association  conserveront   donc  temporairement  les  garanties  apportées  par  l’assureur.     CCN  66  :  ACCORD  REPORTE  EN  SEPTEMBRE   Invoquant  un  trop  grand  éloignement  avec  les  positions  syndicales,  le   SYNEAS  a  annoncé  que  l’accord  santé  qu’il  avait  commencé  à  négocier  ne   serait  pas  signé  avant  septembre.  Cette  sage  décision  laisse  aux  décrets  le   temps  de  paraître.   CARREFOUR  S’EST  DOTE  D’UN  ACCORD  SANTE  DE   GROUPE   Comme  l’a  déjà  évoqué  Branches  Info,  Carrefour  a  décidé  de  simplifier   l’organisation  de  sa  protection  sociale  complémentaire  en  fusionnant  ses   trois  accords  existants.  En  santé,  l’opération  a  finalement  été  menée  à   bien  le  30  juin  2014,  avec  la  signature  des  4  syndicats  représentatifs  du   groupe  (CGT,  CGC,  CFDT,  FO).  L’accord,  qui  harmonise  les  garanties   offertes  à  l’ensemble  des  salariés,  offre  des  garanties  relativement   intéressantes,  comme  un  remboursement  à  150%  des  consultations  de   généraliste,  150  euros  pour  les  montures  de  lunettes  tous  les  deux  ans.   L’employeur  prend  en  charge  50%  de  la  cotisation  qui  est  plafonnée  à   13%  du  salaire,  pour  la  part  due  par  le  salarié.   RENAULT  NEGOCIE  SA  COMPLEMENTAIRE  SANTE   Renault  est  actuellement  en  pleine  négociation  de  son  accord  en   complémentaire  santé  pour  le  1er  janvier  2015.    Plusieurs  réunions  de   négociation  ont  déjà  eu  lieu.  Les  cotisations  devraient  avoisiner  les  1200   euros  annuels  par  salarié.  Les  organisations  syndicales  demandent  à  la   direction  de  choisir  un  assureur  paritaire  ou  mutualiste.  En  outre,  certains   souhaitent  une  participation  financière  employeur  en  fonction  de  la   composition  familiale  et  un  accord  unanime,  ouvert  aux  familles  des   salariés.  Ces  attentes  risquent  toutefois  d’être  déçues  par  une  direction   attentive  à  la  limitation  des  coûts  et  peu  enclines  à  proposer  un  régime   trop  favorable  aux  salariés.   DEMURGER  ELU  PRESIDENT  DU   GEMA   Pascal  Demurger,  directeur  général   de  la  MAIF,  a  été  élu  président  du   GEMA,  la  fédération  des  assureurs   mutualistes,  le  1er  juillet  2014.   FELIX  ELU  A  LA  FNPHP   François  Félix  a  pris  la  présidence   de  la  Fédération  Nationale  des   Producteurs  de  l’Horticulture  et  des   Pépinières,  le  19  juin.     MASSON  PRESIDENT  DES   RADIOLOGUES   Le  Dr  Jean-­‐François  Masson  a  pris,   le  1er  juillet,  la  présidence  de  la   fédération  des  médecins   radiologues  (FNMR).  Son  mandat   est  de  3  ans.   MICHAUD  PRESIDENT  DU   SYNDICAT  FRANÇAIS  DES  MIELS   Vincent  Michaud  vient  de  prendre   la  présidence  de  ce  syndicat   membre  d’Alliance  7  pour  trois  ans.     CASEAU  PRESIDENT  DU   SYNDICAT  DES  LIQUEURS   Jean-­‐Dominique  Caseau  vient  de   succéder  à  Gilles  Merlet  à  la  tête  du   SNFL.   MOMBOISSE  REELU  A  LA  FEVAD   La  Fédération  de  la  vente  à  distance   a  reconduit  le  4  juillet  son  président   François  Momboisse.     LAHOUD  REELU  AU  GIFAS   Marwan  Lahoud  a  été  réélu  à  la   présidence  du  syndicat  de   l’industrie  aéronautique.  
  4. 4. 4   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°13 14juillet2014     En bref SOMMAIRE  :     <page  1>  100  branches  professionnelles,  est-­‐ce  souhaitable  ?  <page   2>  L’ANI  sur  la  sécurisation  de  l’emploi,  une  onde  de  choc  qui  n’en   finit  pas,  Klesia  contre-­‐attaque  avec  un  accord  «  ouvert  »,  accord   cadre  santé  dans  l’enseignement  privé,  la  branche  du  paysage   recommande  AGRICA  <page  3>  la  vie  des  organisations,   négociations  dans  les  HLM,  à  l’AFPA,  pour  la  CCN  66,  chez  Carrefour   et  Renault   L’EQUIPE  TRIPALIO   Eric  Verhaeghe  et  Kevin  Le  Jeune,  co-­‐ fondateurs  de  Parménide   Bruno  Rivals,  rédacteur  des  lettres  de   veille  sur  la  dépendance  et  la  retraite   Fabrice  de  Korodi,  avocat  au  cabinet   spécialisé  en  assurance  Avens   DEJA  500.000  ENTREPRISES  GEOLOCALISABLES  PAR  CODE  NAF  OU  APE  SUR   TRIPALIO   Vous  cherchez  des  entreprises  par  zones  géographiques  et  par  code  NAF  ?   Vous  avez  besoin  d’organiser  votre  campagne  de  prospection  ?   Vous  vous  intéressez  au  détail  de  ces  entreprises  (taille,  chiffre  d’affaires,  activités  ?   Rendez-­‐vous  sur  l’outil  de  géolocalisation  de  Tripalio.  Il  est  fait  pour  répondre  à  vos  questions.  

×