Your SlideShare is downloading. ×
Les catalogues électroniques
Les catalogues électroniques
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Les catalogues électroniques

176

Published on

Mémo économique PROFLUID

Mémo économique PROFLUID

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
176
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Les catalogues électroniques Sous l’influence certaine des donneurs d’ordre, les catalogues électroniques se développent et vont progressivement s’imposer dans les échanges d’informations. Qu’est-ce qu’un catalogue électronique et en quoi cet outil constitue un enjeu stratégique pour les différents acteurs du marché, fournisseurs d’équipements, distributeurs, ingénieries ? Cette note de synthèse passe en revue les derniers développements sur nos marchés qui nécessitent que les fournisseurs d’équipements se tiennent prêts…> DEFINITION ET ILLUSTRATION Un catalogue électronique c’est une base de données produits accessible de façon dématérialisée, permettant aux entreprises de mettre à disposition de leurs partenaires des informations. Concrètement, un catalogue électronique va contenir toutes les fiches-produits qu’aura préalablement créé un industriel et va permettre à ce dernier d’envoyer en temps réel ses fiches-produits vers ses différents partenaires. On distingue :  Les catalogues de composants standards intégrés dans le système de CAO ou maquette numérique. Ils servent essentiellement à optimiser la conception produits. Les fonctionnalités offertes par les catalogues sont la recherche d’un composant, la configuration, la visualisation ainsi que l’intégration dans les logiciels de CFAO et de simulation numérique (deux éditeurs: TraceParts et Cadenas).  Les catalogues de produits destinés aux acheteurs et fournisseurs pour accéder aux caractéristiques techniques. L’information est mise à disposition via des portails clients (PSA, Renault, Snecma, EDF…), des portails fournisseurs (SKF, Legrand…), des portails généralistes (Direct Industry…) ou sectoriels (Batidata…), des places de marché et des portails mutualistes (ecat-npmi…). Les catalogues électroniques sur nos marchés : Acteurs Marchés et produits Conditions d’accès et statut actuel Catalogue électronique destiné aux Opérationnel et disponible pour une partie ATITA (Association Technique des distributeurs Chauffage Sanitaire (France) des équipements. Industries Thermiques et Aérauliques), par délégation d’Uniclima Périmètre produits : radiateurs, Informations essentiellement techniques, http://www.rt2005-chauffage.com chaudières, eau chaude sanitaire, y compris les performances énergétiques bruleurs.. (RT 2012). Destiné à l’ensemble des acteurs du En cours d’élaboration, français bâtiment (bureaux d’études, prescripteurs, Le Dictionnaire Technique Harmonisé …) Caractéristiques couvertes : techniques, de l’AIMCC (l’Association des Industries Structuration de l’information pour environnementales et sanitaires, de Produits de Construction) alimenter les informations produit du logistique, marketing… secteur du bâtiment. Sur le modèle de e-class (allemand) Ecat-npmi ; piloté par l’AFIM (Association Multilinguisme Française des Ingénieurs de Produits industriels Disponible pour un certain nombre de Maintenance) produits industriels.> STRUCTURATION DES CATALOGUES LECTRONQIUES Les catalogues électroniques permettent la mise à disposition d’une information dématérialisée sur les produits ou les composants. Pour mettre à disposition cette information, il faut faire appel à un certain nombre d’opérations en amont, regroupées sous les concepts suivants :  « 3C » : Codification, Classification et Caractérisation  « 3M » : Modèles, Modélisation, Mise à disposition des données produits.
  • 2. Les « 3 C » : La codification se fait à l’aide d’un code (ex : EAN ou ex Gencod, encore appelé code barres), afin Codification d’identifier d’une façon unique et universelle les produits. Dans l’industrie, la classification qui permet de classer et de regrouper les produits, se fait sous un modèle Classification développée par les allemands et appelé e-class. Ce modèle est conforme aux normes ISO en vigueur qui fixent les règles de classification. La description du produit se fait via un certain nombre de champs concernant ses propriétés, ses attributs, ou ses valeurs prises par certains paramètres. Les champs sont plus ou moins nombreux, en fonction de ce que les industriels auront présélectionnés et permettront une plus ou moins grande liberté dans la Caractérisation description et la différenciation des produits. Des données marketing, logistique (conditionnement), mais également sur les impacts environnementaux, peuvent potentiellement être mis à disposition des utilisateurs. Les « 3M » : Il s’agit de choisir une description partagée pour une famille de produits, qui permettra donc sa Modèles caractérisation. Modélisation Elle consiste à caractériser des produits selon le modèle retenu… Mise à disposition La diffusion des données de produits modélisées peut se faire soit via un portail (e-catalogues des données produits communautaires), une place de marché ou point à point…> LES ENJEUX POUR LES DIFFERENTS ACTEURS Les fournisseurs d’équipements Face à la multiplicité des initiatives sur les différents marchés, les fournisseurs doivent s’organiser pour répondre d’une façon unique, sans avoir à ressaisir plusieurs fois les mêmes informations, selon les différents formats demandés par leurs différents interlocuteurs. Pour les clients comme pour les fournisseurs, le développement des catalogues électroniques impacte l’ensemble des services : commercial, informatique, marketing, production, R&D, administration des ventes… En obligeant les différents services à partager l’information et à créer un langage commun, des gains en productivité quantifiables (ressaisie des informations, litiges clients…) sont régulièrement mis en avant par les industriels ayant fait cette démarche. S’agissant d’un service pour les clients, les catalogues électroniques représentent également un avantage concurrentiel pour les fournisseurs, et une opportunité de mise en avant de nouveaux produits (nouvelles gammes, nouvelles fonctionnalités, remplacement de produits en fin de vie…). En revanche, le principal frein évoqué concerne le coût, d’autant plus que les donneurs d’ordre ne sont pas encore enclins à favoriser les fournisseurs qui font cet effort. Il est donc important que cette démarche se construise dans le cadre d’un partenariat stratégique client - fournisseur et que les PME ne soient pas exclues du processus. Le sujet des contreparties économiques est essentiel pour débloquer le système et que la démarche bénéficie à tous. Les donneurs d’ordre Ils sont directement intéressés par la mise à disposition de catalogues électroniques : cela répond à un besoin de rationaliser leurs stocks, d’optimiser les achats, de comparer les tarifs, de gérer la maintenance… Cette gestion de l’information implique un investissement des fabricants, seuls à même de mettre à jour l’information sur leurs produits. Par ailleurs, les projets de e-procurement se multiplient chez les donneurs d’ordre avec le souci d’éviter l’empilement des catalogues fournisseurs et donc d’arriver à un seul référentiel, l’intégration des données tarifaires des fabricants étant l’étape ultime... La distribution de produits industriels Les réseaux de distribution sont également intéressés et ils peuvent jouer un rôle d’intermédiaire en sollicitant les informations des fournisseurs ou en développant leurs propres bases de données. Les bureaux d’études Travailler avec des données codifiées et s’appuyer sur une classification commune présente des gains de productivité considérables. Dans le cas de catalogues de modèles 3D, les composants de série intégrés dans les études CAO n’ont pas à être ressaisis ; outre l’augmentation de la productivité, l’amélioration de la qualité et de la fiabilité des études, et la rationalisation des fournisseurs et des composants sont à prendre en compte. Source : Notes de veille du CETIM Édition : 08/2011

×