Communiqué de presse: Indicateur export des PME 4e trimestre 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Communiqué de presse: Indicateur export des PME 4e trimestre 2010

on

  • 452 views

Morosité à l’export, franc suisse trop cher.

Morosité à l’export, franc suisse trop cher.

Statistics

Views

Total Views
452
Views on SlideShare
452
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Communiqué de presse: Indicateur export des PME 4e trimestre 2010 Communiqué de presse: Indicateur export des PME 4e trimestre 2010 Document Transcript

  • Communiqué de presse Indicateur export des PME 4e trimestre 2010: morosité à l’export, franc suisse trop cher Zurich, 12.10.2010. Les PME suisses se montrent d’humeur morose à l’export. C’est ce qui ressort de l’Indicateur export des PME du Credit Suisse et de l’Osec. Après une croissance à l’export sur les trois premiers quarts de l’année, la tendance est à la baisse. Le recul est confirmée tant par le baromètre export du Credit Suisse que par les Perspectives export de l’Osec. Les deux indices indiquent pour le 4e trimestre un ralentissement par rapport à l’an dernier à la même époque et un léger recul par rapport au trimestre précédent. Les causes en sont un ralentissement conjoncturel à l’étranger et un coût trop élevé du franc suisse. Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, reflétait une hausse pour le 3e trimestre par rapport au deuxième trimestre 2010. Pour le 4e trimestre, il affiche une valeur de 0,6, bien au-dessus du seuil de croissance (qui s’établit à -1) et même de la valeur zéro, qui signale une normalisation. Toutefois, le baromètre a cessé de grimper à l’été 2010 et, après une brève période stationnaire, amorce aujourd’hui une dégradation. La demande étrangère de produits suisses devrait donc perdre de son dynamisme ces prochains mois mais rester tout de même dans les valeurs positives: c’est déjà mieux que l’année dernière. Les perspectives export des PME, qui reposent sur un sondage réalisé auprès d’un panel de plus de 200 PME suisses, sont encore plus maussades que la demande étrangère. Elles affichent 47 points sur un total de 100. Cette valeur se calcule sur les attentes à l’export des PME pour le 4e trimestre ainsi que sur les exportations réalisées au trimestre précédent. Par rapport à la valeur du trimestre précédent (68,5), l’indice dénote donc un manque de dynamisme. Sur l’échelle, qui va de 0 à 100, les valeurs inférieures à 50 signalent un recul des exportations par rapport au trimestre précédent. Attentes différenciées selon les branches Si les attentes à l’export pour le 4e trimestre sont de façon générale plutôt au ralenti, il existe néanmoins des différences de perception d’une branche à l’autre. Selon les perspectives export des PME, les entreprises des secteurs des machines, de l’électrotechnique, de l’industrie de Communiqué de presse, 12 octobre 2010 1
  • précision et de la chimie/pharma estiment qu’elles pourront encore accroître leurs exportations. Par contre, le secteur des services, l’industrie du papier, la métallurgie et les biens de consommation tablent sur un recul de leurs exportations. Le repli attendu est particulièrement frappant dans les services, secteur qui prévoyait encore une claire tendance à la hausse au début du 3e trimestre. Le baromètre des exportations du Credit Suisse indique aussi une stagnation qui sera suivie d’un creux de la demande étrangère dans les principales branches exportatrices suisses. La métallurgie sera relativement peu affectée étant donné que ses débouchés principaux (de grands pays européens solides sur le plan conjoncturel, Allemagne en tête) ont un effet stabilisateur. Pour l’électrotechnique, les perspectives étrangères sont aussi relativement favorables. En ce qui concerne la construction mécanique, elles se situent dans la moyenne des exportations suisses. Pour l’industrie chimique, la demande étrangère est plus faible que la moyenne des branches exportatrices. Exportations européennes en léger repli Les destinations export des PME suisses ne changeront guère, au cours des six prochains mois (4e trimestre 2010 – 1er trimestre 2011): 85% des PME suisses exporteront vers l’Europe (elles étaient 92% à le dire il y a six mois). Bien que les changements soient mineurs en cas de variations monétaires, la faiblesse de l’euro a tout de même contribué à ce léger repli. Le principal marché export européen reste l’Allemagne, où 71% des PME suisses comptent vendre des produits et services, suivie de l’Autriche (49%) et de la France (48%). Cinquante-et-un pourcent des PME suisses exporteront dans les six mois en Asie/Pacifique (trimestre précédent 49%), notamment en Chine (31%), en Inde (21%) et au Japon (19%). Trente-sept pourcent des PME devraient exporter en Amérique du Nord, 31% vers le Moyen-Orient et l’Afrique et 20% vers l’Amérique du Sud. Le baromètre export du Credit Suisse montre que les grands partenaires commerciaux de la Suisse – Allemagne, France, Etats-Unis et Chine – continuent de peser favorablement dans les perspectives de croissance des exportateurs suisses malgré un léger ralentissement. C’est toujours l’Allemagne, le plus gros débouché, qui pèse le plus lourd, la stabilité conjoncturelle outre-Rhin contrebalançant la faiblesse de l’euro. Elle est suivie de près par la France et les Etats-Unis. Dans ces trois pays, les perspectives de croissance se sont quelque peu rétrécies pendant les mois d’été mais sans pour autant porter à conséquence. En ce qui concerne la Chine, les perspectives de croissance s’améliorent au contraire Communiqué de presse, 12 octobre 2010 2
  • légèrement après une brève phase de faiblesse et se situent au-dessus du seuil de croissance. Un franc suisse trop cher Soixante-six pourcent des PME suisses interrogées par l’Osec estiment que leurs exportations diminueront en raison de la cherté du franc suisse. Au début du 3e trimestre 2010, seule la moitié des entreprises interrogées avaient estimé que les variations de change auraient un impact négatif sur leurs ventes à l’export. Les instruments de précision (89%), la métallurgie (83%) et l’industrie du papier (80%) ont été affectés par les variations de change. A l’inverse, les services (40%) ont relativement bien résisté. Pour 29% des PME, la cherté du franc n’a pas eu de conséquences sur les activités export; 5% d’entre elles pensent même qu’elles exporteront davantage. Autres informations sur l’Indicateur export des PME pour le 4e trimestre 2010 à l’adresse: http://www.osec.ch/internet/osec/fr/home/export/exportindikator.html Méthodologie Baromètre des exportations du Credit Suisse Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. La valeur zéro correspond à la croissance moyenne à long terme des exportations suisses, soit 4,8% depuis 1985. Le seuil de croissance se situe en dessous, à -1. Informations complémentaires: Credit Suisse, Série de publications Suisse Issues Branches – «Commerce extérieur suisse – faits et tendances » mars 2009, www.credit-suisse.com/research Méthodologie Perspectives export des PME Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe d’un peu plus de 200 PME suisses issues de différentes branches (pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services). Les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre en cours sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations, par rapport au trimestre précédent. Les perspectives export des PME, donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les entreprises doivent en outre livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités des PME suisses exportatrices. Communiqué de presse, 12 octobre 2010 3
  • Reinseignements: Osec Patrick Djizmedjian Responsable Public Relations / Public Affairs Tél. +41 44 365 55 16 / Mobile +41 (0)79 642 88 60, pdjizmedjian@osec.ch Credit Suisse AG Dennis Brandes Credit Suisse Economic Research Tél. +41 44 333 28 08, dennis.brandes@credit-suisse.com Osec L’Osec informe les PME suisses et liechtensteinoises, les conseille et les accompagnent dans leur développe- ment international. Il travaille en réseau avec des entreprises, des prestataires spécialisés et des associations privées et publiques dans le monde entier, afin de promouvoir avec efficacité leurs activités économiques à l’étranger. L’Osec se charge aussi de promouvoir la place suisse sur le plan national et d’encourager les importations et les investissements en faveur de certains pays en développement et en transition. Credit Suisse AG Credit Suisse AG, qui fait partie du groupe des sociétés du Credit Suisse (ci-après le «Credit Suisse»), est un prestataire de services financiers leader sur le plan international. Banque intégrée, le Credit Suisse fournit à ses clients son expertise combinée dans les domaines du private banking, de l'investment banking et de l'asset management. Il propose des services de conseil, des solutions globales et des produits novateurs aux entreprises, aux clients institutionnels et aux particuliers high-net-worth du monde entier ainsi qu'aux clients retail en Suisse. Le Credit Suisse, dont le siège est à Zurich, est présent dans plus de 50 pays et emploie quelque 47 600 personnes. Les actions nominatives (CSGN) de Credit Suisse Group AG, société-mère du Credit Suisse, sont cotées en Suisse, ainsi qu'à New York sous la forme d'American Depositary Shares (CS). Pour plus d'informations sur le Credit Suisse, rendez-vous à l'adresse www.credit-suisse.com. Disclaimer Ce document a été conçu par le Credit Suisse et l’Osec. Il ne constitue pas le résultat d’une analyse financière et les «Directives visant à garantir l'indépendance de l'analyse financière» de l’Association suisse des banquiers ne s’appliquent pas. Cette publication n’est réalisée qu’à titre informatif. Les opinions exprimées sont celles de l’Osec et du Credit suisse au moment de la mise sous presse, et tous changements sont réservés. Les informations et analyses proviennent de sources connues pour être fiables, mais le Credit suisse et l’Osec ne garantissent en aucun cas leur exactitude ni leur exhaustivité et ne peuvent être tenus pour responsable des dommages qui pourraient résulter de leur utilisation. La publication peut être citée avec mention de la source. Copyright © 2010 Credit Suisse AG et Osec. Tous droits réservés. Communiqué de presse, 12 octobre 2010 4