Your SlideShare is downloading. ×
0
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Cataracte et DMLA
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Cataracte et DMLA

7,602

Published on

Pr Michel Montard …

Pr Michel Montard
CHU de Besançon
DIU de Chirurgie Réfractive 2010

Published in: Health & Medicine
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
7,602
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
83
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1.
    • Cataracte
    • et
    • DMLA
    • Pr Michel Montard
    • CHU de Besançon
  • 2.
    • L’association de ces deux pathologies:
    • - relève d’un constat
    • - et soulève plusieurs questions
  • 3.
    • Le constat : cataracte et DMLA
    • pathologies liées à l’âge :
    • - prévalence de la DMLA :
    • Prévalence globale : 8% après 50 ans
        • 1 à 2% entre 50 et 60 ans
        • 10% entre 65 et 75 ans
        • 25% entre 75 et 85 ans
    • - prévalence de la cataracte :
    • hommes: de 5,3% ( 65-69ans ) à 25,8% (+80ans)
    • femmes : de 5,3% à 30,9%
    • EDPRG Arch Ophthalmol, 2004
  • 4.
    • Le constat : cataracte et DMLA
    • l’association de ces deux pathologies n’est donc pas une surprise et constitue une situation clinique fréquente qui le sera de plus en plus :
    • doublement de la population des plus de 65 ans d’ici 2030
  • 5.
    • Le constat : cataracte et DMLA, interactions
    • le cristallin « âgé » prend une teinte jaune qui absorbe les rayonnements violet ( 400-440 nm ) et bleu ( 440-500 nm )
    • La lumière bleue semble constituer la partie délétère du spectre lumineux ( photorécepteurs et épithélium pigmentaire )
  • 6. Mécanisme de Toxicité de la Lumière Bleue J Sparrow - Vitreoretinal Surg & Techn. - 2002 Lipofuscine en fluorescence EP EP PR PR
  • 7.
    • le rôle protecteur du cristallin est ainsi soulevé
    • vis à vis de l’apparition d’une DMLA
    • de sa progression
    • des complications néovasculaires
  • 8.
    • les questions: cataracte et DMLA
    • - existe-il un bénéfice de la chirurgie ?
    • - quelle évolution de la DMLA après chirurgie ?
    • - quelle modalités de prise en charge ?
  • 9.
    • les questions: - existe-il un bénéfice de la chirurgie ?
    • études cliniques nombreuses mais disparates
    • caractère prospectif ou rétrospectif
    • critères d’inclusion: DMLA, cataracte
    • durée de suivi
    • modalités de suivi (angio, OCT… )
    • critères d’évaluation (AV, QDV, satisfaction… )
    • ( Armbrecht BJO 2000, Lundstrom BJO 2002, Abitbol JFO 2004, Pham Eye 2007… )
  • 10.
    • les questions: existe-il un bénéfice de la chirurgie ?
    • étude de Pham ( Eye,2007 ):
    • 454 patients de plus de 60 ans opérés de cataracte de 2001-2003
    • atteints ou non de DMLA
    • -f. précoces (n=91)
    • -f. sévères (n=4)
    • ré-évalués 1 à 3 ans plus tard: AV, QDV ( VF-14, SF-12 )
    • suivi moyen 2,8 ans ( 0,9-3,4 ans )
    • âge moyen 76 +/- 7 ans
  • 11.
    • les questions: existe-il un bénéfice de la chirurgie ?
    • étude de Pham: les résultats :
    • Analyse des facteurs: AV, VF-14, SF-12, gain AV
    • après ajustement des variables âge, sexe, co-morbidités systémiques et oculaires:
    • - patients atteints de formes sévère de DLMA ont des scores
    • post-op significativement plus bas que les patients sans
    • forme sévère
    • - patients atteints de formes précoce de DMLA ne présentent
    • pas de scores post-op significativement plus bas que les
    • patients sans DMLA
  • 12.
    • les questions: existe-il un bénéfice de la chirurgie ?
    • Selon les données de la littérature la réponses est: OUI (avec les réserves méthodologiques)
    • - en terme d’AV, de gain d’AV, de QDV
    • - d’autant plus que : forme précoce de DMLA
    • âge inférieur à 80 ans
    • absence de comorbidités oculaires
    • absence de comorbidités systémiques
    • cataracte dense
    • Mais les évaluations post-op sont à court terme
  • 13.
    • les questions: quelle évolution de la DMLA après chirurgie ?
    • La pseudophaquie est-elle un facteur de risque de progression ou de complication néovasculaire de la DMLA ?
    • La problématique étant de ne pas aggraver l’évolution naturelle d’une DMLA mais de ne pas priver le patient d’un bénéfice visuel
  • 14.
    • les questions: la pseudophaquie est-elle un facteur de risque ?
    • Facteurs pathogéniques incriminés
    • - le traumatisme chirurgical (rupture de la barrière hématorétinienne interne et externe, photo traumatisme per-op, facteurs inflammatoires, variation de la PIO )
    • - en post-opératoire (exposition lumineuse, facteurs inflammatoires, variation de la PIO )
  • 15.
    • les questions: -la pseudophaquie est-elle un facteur de risque ?
    • les résultats des études cliniques sont discordants
    • 1- risque accru de complications néovasculaires ?
    • Beaver Dam Eye Study ( R.Klein,Arch.Ophthalmol 1994, Arch.Ophthalmol 1998, Arch ophthalmol 2002 )
    • «  la chirurgie de la cataracte est associée à un risque à 10 ans plus élevé de f. sévères de DMLA ( RR=3.8 CI,1,9-7,7 ) et à une progression plus importante des f.précoces » (OR=2 CI,1,3-3,0 )
  • 16.
    • les questions: -la pseudophaquie est-elle un facteur de risque ?
    • 2- pas de risque supplémentaire +++
    • Blue Mountain Eye Study ( JJ.Wang, ophthalmic Epidemiol (1999 ):
    • «  pas de différence significative phaque VS pseudophaque à 5 ans », après ajustement pour l’âge, le sexe et le tabagisme
    • Rotterdam Eye Study :
    • «  absence de relation entre la chirurgie de la cataracte et la prévalence de la DMLA »
    • Visual Impairment Project : ( McCarty,Arch.Ophthalmol (2001 )
    • «  pas de relation entre chirurgie de la cataracte et forme sévère de DMLA » après ajustement de différentes variables
  • 17.
    • les questions: la pseudophaquie est-elle un facteur de risque ?
    • Étude de Sutter ( IOVS, 2007 )
    • de 1998-2004, sont inclus 499 patients atteints de DMLA
    • Pour ces auteurs la pseudophaquie ne représente pas un facteur de risque significatif de complications néovasculaires
  • 18.
    • cataracte et DMLA : quelle attitude pratique ?
    • - le bilan pré-opératoire
    • - le type d’implant (puissance, filtrant, coloré, spécifique)
    • - la surveillance post-opératoire
    • - l’information du patient et de…son entourage!
  • 19.
    • Quelle attitude pratique : la décision chirurgicale
    • au terme du bilan clinique et paraclinique
    • 1- FO non accessible, vérifier l’autre œil +++
    • - chirurgie de la cataracte
    • - bilan post op
    • - traitement de la DMLA
  • 20.
    • Quelle attitude pratique : la décision chirurgicale
    • 2 - FO accessible
    • -formes précoces de DMLA: chirurgie de la cataracte
    • mais surveillance post-op
  • 21.
    • Quelle attitude pratique : la décision chirurgicale
    • 2- FO accessible
    • B- indication de traitement de la DMLA
    • formes exsudatives de DMLA
    • l’atteinte fovéale conditionne la décision
  • 22.
    • Quelle attitude pratique : le type d’implant
    • 1- Les implants classiques, filtres anti-UV teintés jaune ( lumière bleue )
    • améliore la sensibilité aux contrastes photopique et mésopique, baisse de la sensibilité en vision nocturne
    • rôle dans la prévention des complications néovasculaires
    • étude prospective* dans le cas de drusens séreux, 3 fois moins de complications néovasculaires dans le groupe implant teinté que dans le groupe implant classique
    • ( recul de 5 ans, n=40 pour chaque groupe )
    *Malbrel ( JFO, 2005 ):
  • 23.
    • - le bilan pré-opératoire
    • - le type d’implant (puissance, filtrant, coloré, spécifique)
    • - la surveillance post-opératoire
    • - l’information du patient et de…son entourage!

×