Innovations technologiques en voile handi -  JJ Dubois
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Innovations technologiques en voile handi - JJ Dubois

on

  • 533 views

Diaporama utilisé par JJ Dubois pour une conférence sur le colloque "Sports et recherche en Pays de la Loire" en 2009. Il présentait les innovations et réflexions en matière de développements ...

Diaporama utilisé par JJ Dubois pour une conférence sur le colloque "Sports et recherche en Pays de la Loire" en 2009. Il présentait les innovations et réflexions en matière de développements technologiques au sein de l'équipe de France paralympique de voile.

Statistics

Views

Total Views
533
Views on SlideShare
531
Embed Views
2

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

1 Embed 2

http://reseaufoad.wordpress.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Bonjour, Actuellement je suis entraîneur à l’ENVSN et responsable du programme de préparation des jeux paralympiques , en collaboration avec la FFH et la FFV. En parallèle je suis entraîneur de la série 2.4, quillard de sport monoplace, et cela depuis 2003. C’est à travers cette expérience d’entraîneur que je souhaite aborder les apports de l’innovation technologique dans la réalisation de performance dans la pratique handivoile.
  • Tout d’abord je présenterai quelques éléments de contexte concernant les épreuves de voile aux jeux paralympique : 1 La voile fait son apparition à Sydney. Avec deux séries le 2.4 et le Sonar, bateaux issus de la pratique valide. Le 2.4 est un quillard de sport monoplace mis au point dans les années 70, sur les bases de la jauge métrique. La France est présente à Sydney et Athènes uniquement en 2.4, 2 Le Sonar, quillard de sport à 3 équipiers, a été lui aussi dessiné dans les années 70, c’est un bateau facile à aménager du fait de son cockpit spacieux. 1 ère participation française, dans cette série, c’est faite à Pékin. 3 Lors de ces même Jeux l’IPC, choisie d’ouvrir à une 3 ème série le Skud 18, bateau mixte à 2 équipiers dont l’un est classé 1 soit tétraplégique ou assimilé. Contrairement aux deux autres bateaux les architectes à l’origines du projet ont voulu en faire un bateau « handi ». 4 Nous retrouverons à Londres ces 3 séries. Mais pour l’heure la France ne sera présente qu’en 2.4 et en Sonar.
  • 1 La France est présente dés la 1 ère paralympiade avec Philippe Bale. Cet engagement s’est fait sans grande conviction de la part de la FFH. 2 Il faudra attendre le milieu de la paralympiade d’Athènes et l’arrivée de Damien Seguin dans le circuit pour voir les deux fédérations collaborer. Ils choisissent comme plate forme technique l’ENV et le pôle France qui y est implanté. 3 La victoire de Damien conforte les engagements réalisés et permet d’ouvrir la plate forme au Sonar. La France se qualifie lors du mondial 2007 dans les deux séries. L’équipe de France décroche à Pékin 2 médailles d’argents 4 L’Objectif fixé dans le cadre des conventions d’objectifs pour Londres est de 2 médailles d’or. Photos : La pratique handivoile répond à une évaluation des handicaps. La grille de cotation va de 7 à 1 points du moins au plus handicapé. Il est donné plus d’importance aux lésions des membres supérieurs. Pour le 2.4 il faut simplement être éligible (il est possible de trouver tout type de handicap). Pour le Sonar, l’addition des handicaps de chacun doit être inférieur ou égal à 14. J’illustre mon propose avec les photos des podiums des jeux d’Athènes et de Pékin. A Athènes en 2.4 ou l’on trouve les trois grands types de handicap Lésion membre supérieur - Lésion membre inférieur - Personne en fauteuil A Pékin, toujours en 2.4 l’on trouve sur le podium deux fauteuils. Cette mixité de handicap se retrouve aussi en Equipage : ainsi l’équipage allemand est formé avec 2 personnes en fauteuils alors que les équipages Français et Australien sont debout. Pour ce qui est de l’équipage Français il est constitué de Bruno – Plexus Brachial – Hervé – amputation fémorale – Nicolas – aveugle.
  • J’ai essayé ici de schématiser les besoins de fonctionnement au regard des gains possibles. Sans entrer dans les paramètre de la performance il est possible d’identifier les besoins influençant de façon directe la performance en régate, parmi lesquels il y a : La précision du suivi du vent et du contrôle de la trajectoire au cours des manœuvres, action sur la barre La pertinence des choix tactiques, ce qui suppose des qualités d’observation et de prise de décision, donc de disponibilité La finesse d’utilisation des commandes, pour adapter le plan de voilure à la trajectoire du bateau. Action sur les voiles Parmi ces facteurs, le premier engendre des problèmes particulièrement importants pour les régatiers en fauteuil afin de libérer leurs membres supérieurs pour réaliser leurs déplacements dans le bateau, ou pour assurer leur équilibre postural. Ces deux préoccupations, déplacement et équilibre, interagissent de façon antagoniste, et ont des effets opposés du point de vue de la recherche de performance : L’utilisation des membres supérieurs pour se déplacer et s’équilibrer a pour conséquence de rendre difficile voire impossibilité le contrôler en continu des actions sur les commandes telle la barre en Sonar ou l’écoute de GV en 2.4. En contrepartie, une utilisation des membres supérieurs pour agir en continu sur ces commandes suppose que les exigences liées au déplacement et au maintien de l’équilibre postural soient satisfaites par d’autres moyens.
  • Pour répondre à cette problématique nous avons été amené à travailler sur les aspects de l’aménagement des bateaux : Je liste ici les 3 domaines qui ont engendrer un travail spécifique. Pour en suite entrer dans la réalisation et les contraintes liés à chaque aménagement. 1 Le 1 er travail de ce type a été réalisé en Sonar : pour la mise en place d’un banc de transfert mécanique. - Photo p26 jointe Celui-ci a été réalisé en 2005. 2 Courant 2008, la aussi pour permettre à un jeune régatier en 2.4, nous avons, avec l’aide d’un étudiant en STAPS de Rennes2, réalisé un siège pendulaire répondant à nos préoccupations – Photo 19, 20, 21 3 De nouveau en Sonar, nous souhaitons équiper le bateau d’une barre centrale, permettant à une personne fortement handicapé de barré et poursuivre ou entreprendre une carrière sportive en voile. Photo p14
  • 1 Depuis 2005 la France c’est engagé dans un programme en équipage. De ce fait il a fallu répondre à l’accueil de coureurs présentant des handicaps différents. Pour cela nous avons mis en place différents banc de transfert, pour répondre aux sollicitations. Nous nous centrerons plus particulièrement sur la réalisation d’un banc pour barreur. Nous souhaitions donner au barreur toutes les latitudes pour qu’il puisse se consacrer pleinement à sa tâche sans devoir les raison cité précédemment trouver une solution dans le but de libérer le barreur des contraintes liées à ses déplacements ou son maintien dans le bateau, contrairement aux choix fait par les équipages Anglais ou Américain. Photo 22 et 23 2 A ce titre l’un des coureurs à sollicité, dans un 1 er temps L’ENSIETA de Brest qui nous a proposé une solution ne répondant pas à nos attentes et cela à deux titres le poids du fait de l’utilisation de vérin, et la courbure des rails qui ne permettait pas, une fois positionné au vent d’avancer le barreur dans le bateau. Photo 27 et 28 La solution est venue du coureur lui-même qui a sollicité un ami. Ce dernier a réalisé un banc de transfert mécanique répondant à nos attentes à l’exception de la commande du déclencheur qui se fait avec la main qui barre ce qui pose le problème de l’absence de contrôle du bateau lors d’une partie de la phase du virement. Vidéo 8 3 Cette perte momentané du contrôle du bateau pose un réel problème. Le système satisfait en partie à la commande du fait qu’il soit libérer de son maintien au vent le barreur peut se consacrer sur la conduite de l’engin et l’observation du plan d’eau. Par contre il est obligé de lâcher la barre pour déclencher son déplacement dans le bateau. Même si le barreur c’est fortement amélioré dans la gestion de son déplacement. Cette perte de contrôle peut avoir des incidence sur la suite. Vous pouvez remarquer que le barreur est obligé de se retourner pour saisir barre, ne pouvant réagir à une situation nouvelle. Si le problème a été rapidement révélé, les différents appels pour modifier cet élément n’ont pas eu d’écho, ni au près du concepteur qui considérait avoir répondu à notre attente, ni au près des cadres l’ENV. Il faudra attendre 2009 pour trouver, à travers la société Schindler partenaire du collectif handivoile, une réponse à cette question, qui est en cours de réalisation à l’ENV.
  • 1 L’expérience acquise avec Damien montre l’importance de pouvoir mettre le maximum d’énergie sur la gestion des commandes telles l’écoute de GV, ou le pataras, tout en se maintenant au vent dés que le bateau gite. Ainsi le bateau bien mené aux écoutes nécessite que peu d’action sur la barre, donc moins de trainé engendré par les actions sur la barre. Quelque photo pour illustrer mon propos. Photo 1 Damien tient au vent en se callant l’épaule sous le franc bord Photo 2 le bateau en 1 er plan montre la difficulté qu’il a à se maintenir au vent, il est possible de constater la légère différence d’angle de gite entre les 2 bateaux Photo 3 l’action sur l’écoute de GV La problématique revient sur la capacité à maintenir une positon au vent, en mobilisant le moins d’énergie possible. (Vidéo 30’’) vous pouvez constater l’importance des actions sur les commandes ainsi que le besoin d’être mobile au niveau de la tête afin de pouvoir observer le plan d’eau, ses voiles ou les adversaires. 2 En 2009 un étudiant en STAPS à l’université de Rennes 2 en Master 1, Daniel Molinier, a réalisé un prototype répondant à nos sollicitations. Poids, encombrement, mais surtout une utilisation ne mobilisant pas une commande supplémentaire, comme il est possible de la voir sur le siège conçu par le barreur Américain. Photo p.. La conception et la réalisation (Vidéo 19’’ ), du siège c’est fait en 2009 et les images que vous pouvez voir ont été réalisé lors de la 1 ère sortie. Le siège répond en grande partie à nos attentes, il s’avère que le système de blocage au vent n’est pas suffisamment efficace dés que le clapot devient fort, il a tendance à basculer sous le vent. Comme pour le banc de transfert, nous avons proposé à la société Schindler de réfléchir sur un système pour un maintien au vent, simple et toujours sans commande. Il est à noter que ce projet a été cofinancé entre le laboratoire de l’université et l’association «des Pieds et des Mains » du champion Paralympique Damien Seguin.
  • Le souhait de répondre à une éventuelle demande, Un système a été élaborer par un équipage US, mais s’il est prêt à nous aider pour la réalisation d’une autre pièce, il nous laisse libre de faire évoluer le produit comme bon nous semble. Ainsi un équipage Grec présent à Pékin à travailler sur un tel produit, mais tout cela se fait sans plan. Dans le cadre du programme handi, j’ai sollicité un architecte David De Premorelle, pour y travailler afin de pouvoir d’une part : mettre le document sur le site de l’IFDS permettant à tout un chacun de réaliser le produit .Et d’autre part, réaliser ce fauteuil de barre dans les ateliers de l’ENV
  • 1 chaque situation est unique, et nous demande une réponse qui peut être, en raison du contexte, longue à mettre en œuvre d’autant que nous ne disposons pas nécessairement des moyens adéquat pour y répondre. L’aménagement d’un bateau ne devrait pas être un frein à la pratique, alors que cela l’ai le plus souvent. Dans le cadre de la préparation des Jeux de Pékin, nous avions fait le choix de participer au mondial de J80, pour cela nous avons transférer les outils développer en sonar vers ce bateau ( photo p 14 ). 2 les exigences liées à la pratique de la voile handi à haut niveau sont de même nature que celles pour la voile olympique. L’idée générale est de mettre le coureur dans des conditions lui permettant de répondre le plus efficacement possible à ces sollicitations. La recherche de solutions adaptées devient pour l’entraîneur et le coureur une charge supplémentaire. 3 Le dispositif actuel ne répond que partiellement aux problèmes posés. L’organisation d’un réseau permettant de répondre rapidement à une sollicitation n’est pas naturelle. D’autant que la distance (ou l’écart de perception) pouvant exister entre nos besoins et ceux d’un organisme de recherche (labo universitaire – école d’ingénieur) peut être un frein à ce type de projet. L’exemple du Sonar avec l’ENSEITA en est une illustration. L’autre frein est la nature de nos demandes. Il est difficile d’imaginer apriori un dispositif d’aide sans que cela soit en liaison directe avec le coureur. Si l’on prend la photo du podium des Jeux de Pékin, l’on trouve deux personnes en fauteuil l’un n’a aucun système d’aide, l’autre n’aurai jamais réussit cette performance sans un siège adapté à son handicap. Le manque d’habitude d’échange au sein de la FFH, avec entre autre la mise en commun d’expérience, en est un autre. J’en arrêterai là et suis à votre disposition pour répondre à vos question.
  • Evolution du banc de Sonar pour l’adapter sur un J80

Innovations technologiques en voile handi -  JJ Dubois Innovations technologiques en voile handi - JJ Dubois Presentation Transcript

  • Innovations technologiques en voile handisport Témoignage et éléments de réflexion issus d’une expérience d’entraîneur Jean-Jacques DUBOIS Entraîneur olympique de 1989 à 1996 en Planche à Voile Responsable du Pôle France depuis 1997 et entraîneur de la série 49er jusqu’en 2007 Responsable et entraîneur du programme handisport voile à partir de 2003 3 ème Colloque Sport et Recherche en Pays de la Loire Innovations, Transformations, Prospectives – 23 et 24 octobre 2009 - Angers
  • La voile aux Jeux paralympiques : une discipline jeune SYDNEY 2000 2.4 Sonar ATHENES 2004 PEKIN 2008 LONDRES 2012 Skud 18
  • Palmarès aux Jeux Paralympiques SYDNEY 2000 P. Bale : 5 ème ATHENES 2004 PEKIN 2008 LONDRES 2012 D. Seguin : 1 er en 2.4 D. Seguin : 2 ème en 2.4 B. Jourdren / H. Larhant / N. Vimont Vicary : 2 ème en Sonar
  • Virements de bord départ Bouée au vent Vent
  • L’activité voile, préparation paralympique
  • Problématique de l’optimisation de la performance en voile « handi » Utiliser les membres supérieurs Agir sur les commandes Se déplacer et s’équilibrer
  • Concevoir des dispositifs permettant un contrôle permanent des commandes SONAR : Réalisation d’un « banc de transfert  » facilitant les manœuvres 2.4 : Création d’un « siège pendulaire  » favorisant l’équilibre postural des barreurs à la gite SONAR : Conception d’une «  barre centrale » (projet en cours)
  • Le « banc de transfert »
    • Optimiser la performance de barreurs paraplégiques en Sonar lors de la conduite et des virements de bord
    • L’historique de la conception du banc de transfert
    • Objectif : éviter la perte du contrôle des commandes (et de la trajectoire) lors des virements de bord (vidéo)
  • Vidéo du « banc de transfert » EXEMPLE VIDEO
  • Le « siège pendulaire »
    • Compenser les effets de la gite sur l’équilibre du barreur en 2.4. d’une façon qui « libère » les membres supérieurs pour agir sur la barre et l’écoute
    • Conception du siège pendulaire ( vidéo )
  • Vidéo sans siège
  • Fonctionnement «  siège pendulaire »
  • La barre centrale
    • Souhait : donner l’accessibilité de l’activité à une personne fortement handicapée.
    • Etat du p rojet actuel
  • Conclusion
    • Développer des aides avec pour préoccupation de :
      • répondre aux exigences de la performance sportive
      • apporter une réponse appropriée en terme d'efficacité et/ou de confort pour le régatier
      • réduire les temps entre le problème identifié et sa résolution technologique (mobilisation des acteurs autour du projet)
  • La « barre centrale  »
  • Evolution banc de transfert pour J80
  • Fonctionnement Bruno
  • Fonctionnement Bruno (suite)
  • Siège pendulaire (avec commande inclinaison)
  • Siège pendulaire Coll. Daniel Molinier, master 1 université Rennes 2
  • Siège pendulaire
  • Siège pendulaire
  • Banc de transfert simple GBR
  • Banc de transfert simple USA
  • Podium monoplace 2.4 Jeux Para - 2008
  • Podium équipage Sonar Jeux Para - 2008
  • Banc de Transfert
  • Banc de transfert : projet ENSIETA Brest
  • Banc de transfert : projet ENSIETA Brest
  • Fonctionnement Damien
  • Deux fonctionnements
  • Actions sur les commandes
  • Plan barre centrale
  • FIN