Le journal de l’OVEJuillet 2012                                         Reportage USA                                     ...
DossierLe TCO Scope 2012 : le nouveauréférentiel des professionnelsdu véhicule d’entreprise                               ...
Dossier  leur résiduelle. La tenue de cette valeur résiduelle  dans le temps dépend beaucoup de l’image de la             ...
DossierLe Prix de Revient Kilométrique                                                                                  Co...
ZoomGagnez du temps et de l’argent :optimisez vos tournées !                                                              ...
Reportage USATechnologies et sécurité,le réel enjeu d’aujourd’huiL     ’OVE a interviewé Theresa Belding, qui     dirige l...
Reportage USALa voiture électrique s’invite dans les élections américaines                                                ...
Reportage USAentreprises technologiques innovantes,puis de demander aux constructeurs de                  Un écrin de luxe...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Journal de l'OVE juillet 2012

764
-1

Published on

Published in: Automotive
1 Comment
1 Like
Statistics
Notes
  • Avec plus de 700 véhicules en gestion externalisée, Buy Made Easy adopte une approche résolument NEUTRE et INDÉPENDANTE vis-à-vis des financeurs et constructeurs.

    Gestion de parc automobile dans sa globalité, Buy Made Easy prend en charge votre flotte à 100% avec un tarif unique mensuel par véhicule afin d'adapter le budget aux variations de votre activité.

    http://www.buymadeeasy.com/nos-metiers-solutions/consulting-en-achats/flotte-automobile.html#gestions-de-parc
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total Views
764
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
1
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Journal de l'OVE juillet 2012

  1. 1. Le journal de l’OVEJuillet 2012 Reportage USA Technologies et sécurité, le réel enjeu d’aujourd’hui Oser dans les périodes difficiles En décembre 2009, l’OVE lan- çait l’OVE Mobility Tour. Le but était alors d’expliquer et de faire connaître les mobilités du futur. Presque trois ans ont passé et sous l’effet des crises subies ou annoncées, les entreprises se recentrent sur leurs problèmes quotidiens qui consistent à ré- duire autant que faire se peut les coûts d’usage de leur flotte automobile. C’est pourquoi, fidèle à sa mission, l’OVE a répondu aux préoccupations immédiates des entreprises en lançant l’OVE TCO Tour et la première édition L’OVE a interviewé Theresa Belding, qui Elue par ses pairs «  Fleet Manager  » de 3 200 voitures qui sillonnent tous les du TCO Scope. dirige la Flotte de Forest Pharmaceuticals de l’année 2011, Theresa Belding est Etats, ainsi que le Canada. En 19 ans de Mais les préoccupations légitimes et préside actuellement l’Association depuis 3 ans dans l’Exécutif de l’Asso- métier, elle a pu observer les tendances, Nord Américaine des gestionnaires de ciation qui regroupe 300 grandes entre- évolutions et enjeux de la profession. du moment ne doivent pas empê- flotte d’entreprise (AFLA). prises aux Etats-Unis. Elle gère une flotte Lire p 6 à 8 cher les décideurs de réfléchir et d’investir sur les mobilités de de- Dossier Zoom main qui permettront les véritables économies sur le poste transport Le TCO Scope 2012 : le nouveau Gagnez du et déplacement. L’organisation d’audits de mobilité et la mise en référentiel des professionnels du temps et place de Plans de Déplacements Entreprises sont regardées avec véhicule d’entreprise de l’argent : intérêt, mais le passage à l’acte se fait attendre. Quant aux ventes optimisez vos de véhicules électriques, elles ne décollent pas, du fait d’une offre tournées ! encore faible, de prix encore éle- vés, et d’une autonomie qui sera toujours insuffisante en regard de nos habitudes de déplacement actuelles. Les périodes d’incertitudes ne sont pas propices à la prise de La plupart des entreprises qui gèrent risques et à l’investissement. des tournées sont confrontées à une C’est pourtant dans ces périodes même problématique : réduire les coûts qu’il faut réfléchir, oser et prépa- d’exploitation tout en garantissant le rer la sortie de crise. Les récentes meilleur service possible à leurs clients. polémiques autour des méfaits Comme nous vous l’avions annoncé Cette étude met à votre disposition Dans un environnement économique du diesel sont là pour montrer dans notre édition précédente (avril des indicateurs chiffrés sur les flottes de plus en plus compétitif, et face à que le monde change, les véri- 2012), l’OVE a lancé la première édition d’entreprises et le coût d’usage des une tension de plus en plus marquée tés d’un moment aussi, et qu’il du TCO Scope, étude statistique inédite véhicules. Alors qu’il n’existait pas des prix de l’énergie et des contraintes faut se préparer activement aux et complète du TCO Véhicule. jusqu’à présent d’indicateurs permet- sociales, informatiser et optimiser les conséquences sournoises de ces tant de suivre le TCO dans le temps, le plannings des tournées des livreurs, Le TCO véhicule (Total Cost for TCO Scope, renouvelé chaque année, techniciens ou commerciaux, devient changements. Ownership) évalue l’ensemble des permettra d’identifier des tendances et une étape incontournable et urgente Bonnes vacances ! coûts générés par un véhicule : la dé- constitue déjà un outil essentiel d’aide à pour les entreprises qui souhaitent préciation, les frais financiers, l’entretien la décision. Lire p. 2 à 4 adopter une organisation moderne et Philippe Brendel et les pneumatiques, la consommation, prendre une longueur d’avance sur la fiscalité et les charges sociales... leurs concurrents. Lire p. 5 www.observatoire-vehicule-entreprise.com
  2. 2. DossierLe TCO Scope 2012 : le nouveauréférentiel des professionnelsdu véhicule d’entreprise coût d’usage d’un véhicule, notamment la dépréciation du véhicule, les frais financiers, les coûts d’entretien, et parfois l’assurance. Cette notion de TCO a com- mencé à s’étendre parmi les gestionnaires de grandes flottes. Ceux-ci se sont mis à choisir leurs véhicules en fonction des TCO comparés de véhicules adaptés aux besoins de leur exploitation. Cette notion de TCO véhi- cule est tout d’abord prédictive, elle permet de calculer un coût d’usage prévisionnel du véhicule en fonction d’éléments connus ou évalués au départ. En revanche, elle ne prend en compte ni l’influence de la conduite du conducteur sur les coûts, ni les frais de gestion admi- nistrative d’une flotte. C’est pourquoi il ne faut pas parler du TCO mais de 3 TCO : le TCO véhicule, le TCO conducteur et le TCO flotte. Consommation Assurance Entretien en + sinistres Remise en état TCO Véhicule Coût Usage Prévisionnel Véhicule 70 % Gestion Coûts interne imprévus TCO Conducteur 25 %Pourquoi le TCO Scope ? En ce qui concerne les VUL, quatre segments ont été retenus (échantillon de 25 véhicules qui représentent TCO FlotteComme nous vous l’avions annoncé dans notre édi- 230 000 unités). 5 %tion précédente (avril 2012), l’OVE a lancé la premièreédition du TCO Scope, étude statistique inédite et com- Le TCO Scope réalise aussi des simulations d’évaluation Seul le TCO véhicule a été abordé dans cette étude. Leplète du TCO Véhicule. du coût d’usage de « flottes types » pour certaines typolo- TCO conducteur dépend de trop de facteurs humains gies d’entreprises, ce qui permet de situer les coûts de sa et de trop de décisions de management de l’entrepriseLe TCO véhicule (Total Cost for Ownership) évalue l’en- propre flotte par rapport à des exemples types. pour être étudié de façon objective. Quant au TCOsemble des coûts générés par un véhicule : la déprécia- flotte, son évaluation est fonction de la taille de la flottetion, les frais financiers, l’entretien et les pneumatiques, Enfin, il propose une comparaison des émissions de et de l’organisation administrative de l’entreprise.la consommation, la fiscalité et les charges sociales... CO2 par segment ainsi qu’une estimation du PRK des véhicules en cas de hausse massive du prix de Le TCO véhiculeCette étude met à votre disposition des indicateurs l’essence ou du diesel.chiffrés sur les flottes d’entreprises et le coût d’usage Une fois déterminées les caractéristiques du véhiculedes véhicules. Alors qu’il n’existait pas jusqu’à pré- Le coût d’usage des véhicules : qui conviennent le mieux aux besoins de l’exploitationsent d’indicateurs permettant de suivre le TCO dans le une nouvelle façon de compter de l’entreprise (véhicule particulier ou véhicule uti-temps, le TCO Scope, renouvelé chaque année, per- litaire), de nombreux leviers permettent d’agir sur cemettra d’identifier des tendances et constitue déjà un Il y a encore quelques années, les entreprises, toutes TCO prédictif :outil essentiel d’aide à la décision. tailles confondues, achetaient et immobilisaient dans leur bilan les véhicules nécessaires à leur exploitation. Le prix • Le prix d’achat bien sûr, ou mieux encore le prixLe TCO Scope véhicule met également en avant un catalogue remisé du véhicule représentait alors le prin- négocié du véhicule : les constructeurs ne manquentPrix de Revient Kilométrique (PRK) spécifique aux en- cipal critère de choix aux côtés des critères techniques. pas d’imagination pour attirer les clients avec destreprises, qui évalue le coût d’usage du véhicule pour conditions commerciales alléchantes qui parfoischaque kilomètre parcouru. Ainsi, il propose des indica- Avec la croissance des flottes d’entreprises, le seul d’ailleurs compensent la faible tenue de la valeur duteurs de référence pour les véhicules particuliers et les critère du prix est vite devenu insuffisant, et les entre- véhicule dans le temps.véhicules utilitaires légers thermiques ainsi que pour prises ont commencé à prendre en compte les coûtsquelques véhicules électriques. d’entretien courants, la consommation, la fiscalité, la • Les frais financiers supportés pour disposer d’un valeur de revente, etc. Cette notion de coût d’usage véhicule sont toujours présents sous une forme ouLes VP ont été sélectionnés à partir des statistiques ou TCO en anglais (Total Cost of Ownership) a été sous une autre, que le véhicule ait été acheté audes AAA en fonction de leur classement dans les im- confortée par l’explosion de la location longue durée, comptant (coût d’opportunité), à crédit ou même louématriculations annuelles de chaque segment auprès d’abord au sein des grandes entreprises, puis peu à (frais financiers).des entreprises (échantillon de 57 véhicules qui repré- peu au sein des PME et dans une moindre mesuresentent 320 000 unités). parmi les TPE. En effet, par construction, un loueur • La valeur prévisible de revente à la fin de la pé- de véhicules en longue durée fait payer à son client le riode d’utilisation envisagée, appelée encore va-2 Juillet 2012
  3. 3. Dossier leur résiduelle. La tenue de cette valeur résiduelle dans le temps dépend beaucoup de l’image de la Coûts totaux TTC sur 48 mois PRK moyen pondéré TTC marque, de la réputation du modèle, ainsi que de la Segments et 100 000 km (base 100 000 km) politique commerciale du constructeur qui feront que tel véhicule sera plus ou moins demandé sur le mar- Economique (107, etc.) 22 338 € 0,223 € ché du véhicule d’occasion. Inférieur (Clio, etc.) 26 893 € 0,269 €• La consommation : les normes de calcul actuelles permettent de comparer à la fois les consommations et les émissions de CO2 des véhicules. Certes, ces Moyen inférieur (Golf, etc.) 35 442 € 0,354 € normes mettent généralement en avant des valeurs très en deçà de la réalité de la conduite quotidienne, Moyen supérieur (C5, etc.) 43 065 € 0,431 € mais elles ont le mérite d’exister et permettent de comparer des voitures avec un même instrument. Supérieur (Classe C, etc.) 58 667 € 0,587 €• Les coûts d’entretien vont dépendre de la concep- tion du véhicule et de la qualité de ses composants. Luxe (Série 5, etc.) 79 419 € 0,794 € Ils peuvent varier très fortement dans le temps et grever de façon significative le coût total d’exploita- Coût totaux et PRK moyen VP 36 494 € 0,365 € tion. Il en est de même pour les pneumatiques.• La fiscalité, enfin, peut représenter 15 % à 30 % du coût total d’usage des véhicules particuliers. Si La notion de TCO ou de coût d’usage prend alors tout Ce coût total VP se décompose de la façon suivante les véhicules utilitaires bénéficient d’une fiscalité son sens lorsque l’on veut choisir un véhicule sur des en pourcentage : de droit commun (TVA récupérable sur l’achat, sur critères plus objectifs et plus complets que le simple les frais d’entretien, sur les loyers) et ne sont pas prix d’achat. soumis à d’autres matraquages fiscaux, il n’en est Moyenne des segments VP en % pas de même des véhicules particuliers, surtout Le Prix de Revient Kilométrique 0 % si ceux-ci sont utilisés à des fins personnelles par des véhicules particuliers les collaborateurs des entreprises. Taxe annuelle sur les Véhicules de Sociétés (TVS) calculée en Le tableau ci-dessus montre l’évolution du PRK moyen 22 % fonction du taux d’émission de CO2 des voitures, pondéré de chaque segment. Sans surprise, ce PRK 37 % Amortissements Non Déductibles (AND) exigibles augmente avec la taille et le standing du segment. annuellement pour les voitures particulières d’un prix C’est un PRK complet incluant tous les coûts y compris supérieur à 18 300  charges sociales patronales €, ceux supportés par un véhicule particulier utilisé à des 15 % sur les Avantages En Nature (AEN), calculés eux fins personnelles par un collaborateur d’entreprise. Il a aussi annuellement, le plus souvent en appliquant un été établi avec un prix moyen des carburants en 2011, 21 % 6 % coefficient forfaitaire sur le prix de la voiture. soit 1,50 € le litre d’essence et 1,35 € le litre de diesel. Nous avons considéré que les entreprises étaient pro-Combattre les idées reçues  : le fitables pour tenir compte de l’influence de l’IS. Dépréciation Frais Financiers Entretien / Assurancevéhicule le plus cher à l’achat n’est Energie Charges fiscales et sociales Bonus-maluspas forcément le plus cher à l’usageTrop d’entreprises décident encore leur politique voiture La répartition des coûts en pourcentage montre queen fonction du seul prix d’achat négocié du véhicule. Ce la principale composante du TCO est la dépréciationpeut être notamment le cas lorsqu’il s’agit d’attribuer un du véhicule (37 %), c’est-à-dire la différence entre lavéhicule de fonction à un collaborateur. Ce seul critère valeur immobilisée et la valeur prévisible de revente àde choix est maintenant souvent abandonné dans les la fin des 48 mois de détention et 100 000 km.grandes entreprises. Il subsiste encore largement dansles entreprises de plus petites dimensions et chez les TPE Le poids des charges fiscales et sociales sur les VPqui comptent beaucoup de professions libérales. Même représente 22 % du total. Il sera intéressant de suivres’il peut y avoir une corrélation entre le prix d’un véhicule cet indicateur dans le temps, mais d’ores et déjà l’Etatet son coût d’usage, le nombre de critères de calcul et la et les organismes sociaux pèsent lourd dans le TCOcomplexité de ces calculs font que le seul critère du prix d’une flotte de VP.peut conduire à des prises de décisions erronées. En revanche, le poids de l’énergie n’arrive qu’en qua-L’exemple ci-dessous a été établi à partir de trois vé- trième position et représente 15 % du coût d’usagehicules comparables appartenant au segment moyen d’un véhicule.supérieur et proposés sur le marché français au débutde l’année 2012. Le véhicule C qui est le plus cher à La structure comparée des coûtsl’achat se révèle le moins cher à l’usage notammenten raison d’une meilleure tenue de sa valeur dans le Au fur et à mesure que l’on se déplace du segmenttemps par rapport aux véhicules A et B et d’un taux économique vers le segment luxe, on constate le poidsd’émission de CO2 plus faible que le véhicule A, ce qui grandissant des charges fiscales et sociales (de 14 àle favorise en matière de TVS. 33 %). En toute logique, ce poste augmente, car le prix de la voiture constitue l’assiette de calcul des Avantages En Nature et des charges patronales afférentes ainsi que Coûts d’usage totaux TTC sur Prix catalogue TTC PRK TTC (base 100 000 km) des Amortissements Non Déductibles. Quant à la TVS, 48 mois et 100 000 km étant assise sur le taux de CO2, il n’est pas anormal que Véhicule A : 129 g celle-ci augmente proportionnellement à la puissance 44 000 € 0,440 € 25 500 € et à la consommation des véhicules. Le poste charges sociales et fiscales doit être regardé de près par les dé- Véhicule B : 109 g 41 600 € 0,416 € cideurs, car il peut peser très lourd dans les comptes et 26 100 € ces indicateurs permettent aux décideurs d’anticiper le Véhicule C : 114 g poids fiscal et social de leur flotte. 40 000 € 0,400 € 26 700 €www.observatoire-vehicule-entreprise.com 3
  4. 4. DossierLe Prix de Revient Kilométrique Coûts totaux HT sur 48 mois PRK moyen pondéré HT Segmentsdes véhicules utilitaires et 100 000 km (base 100 000 km)Le véhicule utilitaire relève de la fiscalité « normale » Véhicule fiscal (207, etc.) 21 311 € 0,213 €des immobilisations : la TVA est récupérable et il n’apas de taxes spécifiques qui viennent alourdir les Fourgonnette (Kangoo, etc.) 23 323 € 0,233 €calculs.Ce coût total se décompose de la façon suivante : Fourgon (Trafic, etc.) 30 711 € 0,307 € Moyenne des segments VUL en € Grand Fourgon (Jumper, etc.) 36 989 € 0,370 € 309 € Coûts totaux et PRK moyen VUL 25 137 € 0,251 € 6 005 € 11 153 € Structure comparée des coûts en pourcentage 6 090 € 100 1 580 € 80 Moyenne des segments VUL en % 1 % 60 24 % 40 44 % 24 % 20 6 % 0 Dépréciation Frais Financiers Entretien / Assurance Energie Charges fiscales et sociales Dépréciation Frais Financiers Entretien / Assurance Energie Charges fiscales et sociales Bonus-malus La répartition des coûts en pourcentage montre quela principale composante du TCO est la dépréciationdu véhicule (44 %), c’est-à-dire la différence entre lavaleur immobilisée et la valeur prévisible de revente à Coût annuel du véhicule PRK moyen du Profession ou Composition ou de la flotte (25 000 km/ véhicule de la flottela fin des 48 mois de détention et 100 000 km. entreprise de la flotte an) sur 48 mois (25 000 km/an)L’énergie et l’entretien arrivent en deuxième place exaequo à 24 %. Artisan plombier Coût annuel du véhicule : • 1 fourgon 0,307 € (1véhicule) 7 678 €Contrairement aux VP, le poids des charges sociales etfiscales est insignifiant, les VUL bénéficiant de la fiscalitécommune à toutes les immobilisations d’entreprise, ce Petite entreprise de • 3 véhicules fiscauxqui fait mécaniquement remonter les valeurs des autres Coût annuel de la flotte : services informatiques • 1 fourgonnette 0,291 €composantes dans la répartition en pourcentage et par 36 488 €rapport au même indicateur VP. (5 véhicules) • 1 VP segment supérieurLes coûts d’usage de quelques flottes • 300 VP segment moyentypes inférieur PME du secteur • 140 VP moyen supérieur agroalimentaire Coût annuel de la flotte : 0,348 €L’objectif du TCO Scope est aussi de suivre dans le temps • 40 VP segment inférieur 4 878 419 €quelques flottes types représentatives de différents sec- (560 véhicules) • 45 véhicules fiscauxteurs d’activité. Le tableau ci-contre met en avant le coût • 35 fourgonnettescomplet de quelques flottes qui vont de la flotte « indivi-duelle » du plombier aux flottes de grandes dimensions. • 700 VP segment moyen Grande entreprise inférieurConclusion du secteur • 280 VP moyen supérieur Coût annuel de la flotte : pharmaceutique 0,379 € 9 577 468 €En utilisant le TCO Scope, premier guide prédictif dans • 20 VP segment supérieur (1 010 véhicules)son domaine, le décideur d’entreprise peut se faire une • 10 VP segment inférieuridée plus précise de ce que pourraient lui coûter seschoix automobiles. Bien sûr, le TCO Scope n’a pas la • 1 000 véhicules fiscauxprétention ni la vocation à remplacer les études et les Grande entreprise du • 1 400 fourgonnettescotations beaucoup plus précises que pourront effec- secteur de latuer les professionnels de l’automobile et de la loca- • 300 fourgons Coût annuel de la flotte : maintenance 0,241 €tion longue durée, il n’en constitue pas moins un guide • 50 grands fourgons 17 151 888 € techniquesimple à utiliser qui facilitera les choix et les comparai- (2 850 véhicules) • 100 VP segment moyensons de segments de véhicules. inférieurMonique Buntic et Philippe Brendel4 Juillet 2012
  5. 5. ZoomGagnez du temps et de l’argent :optimisez vos tournées ! met d’organiser le suivi de l’activité et d’avoir une vision globale sur l’emploi du temps des équipes. De plus, les différents systèmes mis en place permettent de collecter les don- nées relatives à la planification et à l’exploitation : nombre de kilomètres par- courus, nombre d’interventions par jour et par personne, pourcentage de rem- plissage de véhicules, ratio entre temps de conduite et travail effectif, quantités livrées, rejet de CO2… Cela permet aux responsables : • d’analyser la pertinence de la plani- fication et de corriger éventuellement certains paramètres ;Pourquoi une solution raison d’un manque d’optimisation de changement significatif dans la vie ded’optimisation de tournées ? leur remplissage, etc. l’entreprise : • de définir des objectifs sur la base d’indicateurs précis, qu’ils sont alorsLa plupart des entreprises qui gèrent des L’optimisation de tournées n’est d’ail- • Augmentation du volume d’affaires : en mesure de suivre.tournées sont confrontées à une même leurs pas une simple amélioration des iti- signature de nouveaux contrats, dé-problématique : réduire les coûts d’ex- néraires existants suivis par les équipes ploiement d’une activité régionale au Cercle vertueuxploitation tout en garantissant le meilleur mobiles. La mise en place d’une telle niveau national…service possible à leurs clients. solution conduit à proposer des organi- Comme on le voit, la mise en place d’une sations nouvelles, plus intégrées et plus • Nouveaux moyens mis en place : solution d’optimisation des tournées per-Dans un environnement économique de productives. Cela s’accompagne d’une changement du système d’information, met non seulement de réduire les coûtsplus en plus compétitif, et face à une ten- meilleure circulation de l’information, mise en place d’équipements de géo- d’exploitation mais s’accompagnent la plu-sion de plus en plus marquée des prix de la suppression de certaines redon- localisation dans les véhicules, etc. part du temps d’une augmentation de lade l’énergie et des contraintes sociales, dances (typiquement la double saisie productivité de nombreux postes au seininformatiser et optimiser les plannings des ordres de missions dans un ERP • Modification de la structure de de l’entreprise : les ressources effectuantdes tournées des livreurs, techniciens ou et dans un outil maison bricolé sur PC l’entreprise : rachat d’une société, re- les tournées, les personnes les supervi-commerciaux, devient une étape incon- pour gérer les tournées), de la capacité groupement d’activités entre filiales… sant, les opérateurs de centres d’appel quitournable et urgente pour les entreprises de l’entreprise à réagir plus efficacement prennent des rendez-vous, etc.qui souhaitent adopter une organisa- aux aléas (savoir où se trouvent les in- De telles situations forcent l’entreprisetion moderne et prendre une longueur tervenants et maîtriser leur planning per- à une remise à plat de ses méthodes, L’autre conséquence induite est l’amé-d’avance sur leurs concurrents. met de dérouter la bonne personne vers de l’utilisation de ses ressources et lioration du service au client : le respect une urgence, à moindre frais)… éventuellement de la relation avec ses des horaires de passage augmente carCoûts visibles et coûts cachés clients. C’est une opportunité pour faire ils sont mieux planifiés, le client obtient La mise en place d’une telle solution per- l’inventaire des besoins et des difficul- en quelques secondes un rendez-vousLa plupart du temps la motivation pre- met donc de réduire les coûts liés aux tés existantes, impliquer les personnels tenant compte de ses contraintes, lesmière de la mise en place d’une solution ressources utilisées, ce qui est l’objectif concernés pour s’assurer de l’accepta- nouveaux moyens mis en œuvre garan-d’optimisation des tournées est la réduc- initial, mais contribue également à fluidi- tion du changement, introduire de nou- tissent la traçabilité des livraisons…tion de leurs coûts objectifs et visibles : fier et rendre plus efficace l’organisation veaux outils qui vont structurer l’activité.le nombre de kilomètres parcourus et de l’entreprise. On voit même de nouvelles initiativesses corollaires, frais de carburant, coût Mettre en œuvre une solution d’optimisa- émerger rendues possibles par la mised’entretien, dépréciation des véhicules. Franchir le pas de tion de tournées est clairement plus facile en place des nouvelles solutions : pour- l’optimisation en période de croissance de l’activité : les quoi ne pas automatiser la prise de ren-Mais dans le processus global de l’orga- investissements sont plus aisés à déga- dez-vous par l’envoi d’un courrier élec-nisation et de l’exécution des tournées Il est toujours difficile de remettre en ger, il y a de l’enthousiasme dans l’entre- tronique, à la sortie du processus dese cachent de nombreux gisements de cause une organisation et des proces- prise, les personnels peuvent être séduits planification, plutôt que de passer par leréductions de coûts : sus qui fonctionnent depuis une cer- par l’arrivée de nouvelles technologies… centre d’appel  Pari gagnant : plus de ? taine durée, et qui sont acceptés par 50 % des rendez-vous ainsi suggérés• le temps passé à planifier les tournées l’ensemble des personnels, quand bien Mais une telle décision est sans doute sont acceptés ! et surtout à gérer leurs modifications, même on perçoit ses imperfections et encore plus importante en cas de sta- souvent en urgence donc assez inef- ses limites. gnation voire de contraction du chiffre En conclusion, il ne faut plus tergiver- ficacement ; d’affaires. Partant du principe qu’une so- ser. La mise en œuvre d’une solution de Dans quelle mesure et en combien de lution d’optimisations de tournées peut planification et d’optimisation des tour-• les absences de clients qui, n’ayant temps les investissements seront-ils réduire les coûts d’exploitation de 20 %, nées a un impact extrêmement positif pas été prévenus grâce à un processus amortis ? Quels seront les bénéfices et elle peut contribuer à la pérennité voire à sur la productivité de l’entreprise et peut intégré à la planification, entraînent de dans quels délais seront-ils obtenus  ? la survie de l’entreprise. générer des économies bien au-delà de nouveaux déplacements ; Les changements seront-ils facilement ce qui était souhaité initialement. Une acceptés par les personnes concer- Visibilité et pilotage condition : il faut l’envisager dans une• les emplois du temps déséquilibrés nées  Les clients seront-ils affectés ? de l’activité approche globale de l’organisation de conduisant à des heures supplémen- de façon positive par cette nouvelle l’entreprise et y associer très en amont taires ; organisation ? La caractéristique des tournées est de les personnels concernés. se passer à l’extérieur de l’entreprise• l’utilisation de véhicules surdimen- Pour prendre une telle décision, il et par essence d’échapper en partie au Bertrand Eichinger sionnés, et donc plus coûteux, en est souvent opportun de profiter d’un contrôle des responsables. La mise en bertrand.eichinger@opti-time.com place d’une solution d’optimisation per-www.observatoire-vehicule-entreprise.com 5
  6. 6. Reportage USATechnologies et sécurité,le réel enjeu d’aujourd’huiL ’OVE a interviewé Theresa Belding, qui dirige la Flotte de Forest Pharmaceuticals et préside actuellement l’AssociationNord Américaine des gestionnaires de flotte Le cas « Cola »d’entreprise (AFLA). Elue par ses pairs «  FleetManager  de l’année 2011, Theresa Belding » 24 MILLIONS DE DOLLARS : c’est le montantest depuis 3 ans dans l’Exécutif de l’Associa- des dommages et intérêts accordés par un jury dution qui regroupe 300 grandes entreprises aux Texas, en mai dernier, à une femme dont la FordEtats-Unis. Elle gère une flotte de 3 200 voi- Fusion a été heurtée par un camion de Coca-Cola.tures qui sillonnent tous les Etats, ainsi que leCanada. En 19 ans de métier, elle a pu obser- Même si Coca-Cola a fait appel de cette décision,ver les tendances, évolutions et enjeux de la jugée disproportionnée, les gestionnaires de flotteprofession. suivent cette condamnation avec attention car c’est règles. Elle souligne qu’elle n’avait pas conscience une première à plusieurs titres : des risques encourus avec l’utilisation du téléphoneOVE : L’association organise sa conférence dans ces conditions, et si elle avait été mieux infor- - La conductrice du camion était en train de discu-annuelle en septembre. Quels sont, cette année, ter au téléphone portable et la cause de l’accident a mée, elle n’en aurait pas fait usage…les sujets les plus brûlants ? été confirmée comme étant entièrement liée à cette L’avocat de la plaignante a mentionné que les entre-Theresa Belding : « La profession a deux grands défis : « distraction ». prises doivent non seulement revoir leurs règles,sécuritaire et budgétaire. L’aspect budgétaire, notam- mais aussi se préoccuper de leur application. Un - Les montants en jeu sont énormes au regard desment en raison de l’augmentation des carburants, n’est conséquences de l’accident (douleurs de dos et de sujet de réflexion pour les professionnels, au vu despas totalement entre nos mains. Nous ne pouvons pas cou, chirurgie lombaire). sommes en jeu dans le cas d’une jurisprudence. Uninfluer sur les prix à la pompe… en revanche, noussommes pleinement impliqués dans les problèmes de exemple dont Coca se serait bien passé. - L’entreprise a des règles strictes d’utilisation de kitssécurité. Le développement des nouvelles technologies mains libres pour ses chauffeurs, mais la conductriceportables (téléphones, tablettes) devient un problème affirme avoir utilisé un écouteur qui répond à cesdans la mesure où les employés qui sont sur la route enpermanence peuvent être tentés de téléphoner, envoyerdes SMS, répondre à des emails, etc. et ce malgré lesrègles établies par l’entreprise. Le cas récent du chauffeur OVE : La société GreenRoad vient de tives sont surtout utilisées par les entreprises qui fontd’un véhicule de Coca-Cola qui a eu un accident en télé- sortir un outil qui mesure la performance du développement durable une stratégie de communi-phonant a remué la profession (voir encadré). En effet, des conducteurs, et lui donne accès à ces cation, une philosophie, une culture ».dans ce cas précis, l’accident était 100 % imputable à l’uti- données via son téléphone portable. Ce genrelisation inappropriée d’un téléphone par le conducteur et d’applications répondent-elles à un réel besoin ? OVE : Diriez-vous que l’on repart en arrière ?ce sont des millions de dollars en jeu pour l’entreprise ». TB : « Nous avons de plus en plus d’informations, en TB : « D’une certaine façon, oui. On observe cela dansOVE : L’AFLA a-t-elle constitué des groupes de général collectées et communiquées via nos presta- l’industrie pharmaceutique par exemple ».réflexion ou donné des directives à ce sujet ? taires de gestion de flotte. Il est complexe d’empiler les données, les juxtaposer, avoir plusieurs sources. OVE : Depuis quelques années, on voit émergerTB : « Nous avons surtout fait intervenir en conférence Certes, il est intéressant d’avoir plus d’informations, de nombreuses solutions de mobilité durable,des spécialistes qui nous aident à réfléchir aux solu- mais si elles sont consolidées, et au même endroit. comme l’autopartage dans le cadre de flottestions à mettre en place. Le message est clair : il faut C’est cela qui intéresse les gestionnaires de flotte au- de collaborateurs d’une même entreprise. Cesaller plus loin dans les règles, et sans doute au-delà jourd’hui avec la réserve évoquée précédemment ». initiatives sont-elles une réalité économique ?de la signature d’un document par l’employé. C’estaujourd’hui ce qui est fait dans la plupart des entre- OVE : Si l’on revient sur le défi budgétaire, TB : « Si je prends l’exemple de notre entreprise, nousprises. L’Association elle-même ne peut pas dicter des quelles sont les tendances qui se dégagent avons implanté un système de gestion pour encoura-règles, elles doivent refléter le métier, l’organisation et quant à la maîtrise des coûts ? ger le partage de trajets quotidiens. Le logiciel « Ridela culture de l’entreprise. Les véhicules de livraison, par Finders  a été intégré par l’équipe des Ressources »exemple, sont obligés d’avoir à bord des outils de com- TB : «On observe clairement une diminution des Humaines sans grand écho. On se heurte à des pro-munication, cela fait partie de leur cœur de métier ». tailles des véhicules. Chez Forest Pharmaceuticals, blèmes culturels. La voiture, c’est un objet personnel par exemple, nous avons opté pour des 4 cylin- par essence. De plus, les collaborateurs ne veulent pasOVE : L’utilisation des outils de monitoring drées uniquement. C’est la façon la plus simple et non plus consacrer un temps supplémentaire à l’utilisa-des conducteurs, l’électronique embarquée, la plus rapide de répondre au problème des prix à la tion de l’outil (recherche en ligne, validation, contact,la possibilité d’avoir des tableaux de bord du pompe. On revient aux bases : avoir le meilleur rapport organisation)».comportement des conducteurs ou encore les entre la taille et la consommation des véhicules».systèmes qui bloquent le téléphone quand le OVE : Cela fonctionne pourtant très bien dansvéhicule démarre ne sont-ils pas une réponse Hybrides, électriques : une philosophie les campus universitaires autour du pays.à cette problématique sécuritaire ? plus qu’une réalité économique Verra-t-on la nouvelle génération, habituée à cette formule, l’adopter aussi dans le mondeTB : « Cela dépend de la configuration de la flotte. Si je OVE : Qu’en est-il des énergies alternatives ? de l’entreprise ?prends le cas de notre entreprise : nous ne fournissonspas les téléphones aux employés, nous leur rembour- TB : « Pour l’éthanol, on a un problème de disponibilité TB : « Probablement, mais il faut garder en tête que lasons un forfait d’utilisation. Donc nous ne sommes pas de véhicules. Le gaz naturel et le propane ont deux pertinence de ces solutions dépend également du tissuen mesure de contrôler l’usage des appareils. Il faut inconvénients : la disponibilité et la place prise par de urbain. Elles sont très adaptées dans des villes par-aussi être très vigilants sur l’utilisation et les consé- larges réservoirs. Quant aux hybrides, ils ne représen- ticulièrement denses, où il devient difficile et coûteuxquences de la mise en place d’outils de contrôle. En tent pas encore une solution économiquement perti- d’avoir une voiture à soi, comme sur un campus univer-effet, si nous avons accès à des informations sur le nente. Le TCO qu’ils proposent n’est pas satisfaisant. Il sitaire. Mais dans le cadre de banlieues très vastes, cecomportement individuel des conducteurs : comment n’y a quasiment plus de subventions. Pour l’électrique, n’est pas forcément le cas ».allons-nous les utiliser ? Comment justifier des mesures les obstacles restent toujours l’autonomie (insuffisante Elizabeth Gazayen amont, alors que rien ne s’est passé ? Tout cela en- dans le cadre de flottes qui roulent en permanence)gendre des problématiques juridiques complexes ». et les infrastructures. Finalement, les énergies alterna-6 Juillet 2012
  7. 7. Reportage USALa voiture électrique s’invite dans les élections américaines tiques… D’autres espèrent encore que observateurs notaient alors que c’était la responsabilité citoyenne l’emporte sur le 3e discours sur le sujet en moins de la donnée économique encore peu favo- 3 semaines. Une façon de contrecarrer rable aux nouvelles énergies. les critiques virulentes des Républicains Côté subventions, l’heure n’est plus à face à la hausse des prix des carburants, l’euphorie. Les nombreux gestes effec- et de rassurer General Motors qui venait tués par Obama depuis le début de son de fermer pour quelques semaines ses mandat, les milliards dépensés par l’Etat lignes de fabrication de la Chevy Volt pour doper la technologie des batteries, en raison du ralentissement des com- sont aujourd’hui remis en cause et jugés mandes. «  ne peut plus dépendre On inutiles par l’opposition. Pourtant, en des énergies du siècle dernier » martèle- mars dernier, au cours d’une visite dans t-il. Le Président en exercice a égale- une usine de camions de Caroline du ment demandé au Congrès – pourtant Nord – Etat stratégique politiquement – Républicain et opposé à sa stratégie il persistait, en annonçant 1 milliard de dans le domaine  – d’augmenter le crédit dollars de crédit d’impôts et de subven- d’impôts pour les véhicules propres de tions pour les voitures et véhicules utili- 7 500 dollars à 10 000 dollars et d’yBarack Obama y croit encore… Mitt l’essence s’envolent, où en est-on vrai- taires à énergie alternative. Une décision inclure le gaz qui n’était pas dans le péri-Romney ridiculise sa vision, moque ment ? Quelle place occupent aujourd’hui soumise au vote du Congrès, qui permet- mètre jusqu’alors.ouvertement la Chevy Volt, alors qu’en les véhicules électriques dans les trait à une quinzaine de villes et de vil- Elizabeth Gazay2007 il affirmait qu’il fallait penser aux tendances  Quelles perspectives se ? lages de financer des stations de rechar-énergies alternatives. Dans un climat dessinent  Certains craignent qu’ils ne ? gement pour les véhicules électriquesélectoral tendu, alors que les prix de deviennent des boucs émissaires poli- et les pompes de biocarburants. Les Une vie après les En bref : régime subventions ? Propane pour les Au-delà de la politique, les chiffres ne lui donnent pas taxis de Veolia encore raison. Le New York Times se demandait même il y a quelques mois, dans un article virulent, si l’électrique Veolia Transportation vient d’annoncer resterait un caprice de riches technophiles ou si on assis- la conversion au gaz Propane de sa tait simplement au « début de la fin ». Sans parler de la d’énergies renouvelées. Le prix des batteries Lithium, flotte de taxis dans plusieurs villes amé- problématique des infrastructures «  l’œuf et la poule  ». quant à lui, pourrait baisser d’un tiers (pour atteindre ricaines. 50 véhicules à Baltimore et 250 « Les voitures électriques peuvent-elles survivre au-delà 523 $ par kw/heure) dans cette même période. autres à Denver (Colorado), Pittsburgh des subventions et rabais transitoires  interrogeait- ? » (Pennsylvanie) et Jacksonville (Floride) Le Boston Consulting Group, dans un rapport sur l’avenir il, ajoutant que leur complexité technologique engendre auront adopté cette énergie d’ici la fin des véhicules électriques publié en 2011, estime que le forcément des imperfections pour les premiers modèles. 2012. prix des batteries pourrait baisser à 400 $ par kw/heure Il faut donc que les constructeurs aient les reins assez à l’horizon 2020, ce qui reste élevé même si c’est 64 % La filiale Nord Américaine est leader dans solides pour tenir financièrement jusqu’à l’apparition de de moins qu’en 2009. Pour le consommateur, cela repré- les solutions multimodales de transport, modèles confirmés et d’un public plus mûr. Là encore, senterait encore, pour une batterie standard de 20 kwh, avec plus de 400 millions de passagers les décisions politiques et les résultats des élections de un montant de 9 600 $ par voiture. L’étude fait ressor- transportés par an sur tout le continent novembre seront essentiels… tir que les marchés européens et chinois seront leaders, en bus, train, navettes, taxis. 200 clients Quoique optimiste, le rapport de Pike Research , en 1 notamment en raison de l’engagement gouvernemental (entreprises et collectivités) sous contrat décembre 2011, estimait que d’ici 2017 les véhicules à créer des flottes VE qui peuvent faire baisser les prix, occupent plus de 18 000 salariés. hybrides et électriques représenteraient seulement 5,1 % mais aussi grâce à une sensibilisation et une éducation des ventes aux Etats-Unis (3,1 % dans le monde), soit de l’opinion publique plus avancées. Il ne faut pas négli- Pacific Gas & Electric une croissance moyenne annuelle de 20 % d’ici là… Le ger un chiffre préoccupant : 40 % des américains et des lance une nouvelle gamme problème est que l’on retrouve le même type d’estima- européens, 50 % des chinois, sont prêts à payer plus pour d’utilitaires électriques tions d’ici à 2025. Pour soutenir ce développement, le une voiture propre si l’excédent de prix est amorti en 3 Il se devait d’innover et de montrer la nombre de stations de chargement atteindrait 1,5 million ans, alors qu’il faut 5 ans pour l’amortissement. voie. PG&E, basé à San Francisco, aux Etats-Unis et 7,7 millions dans le monde. Après un Reste à savoir si le véritable ennemi des VE ne serait pas est l’un des plus grands fournisseurs mois de mars morose, avril a affiché un redémarrage, et le véhicule hybride. Certes, le prix d’acquisition reste élevé d’énergie des Etats-Unis et dispose de en mai, Pike ressort une étude encourageante : l’utilisa- et l’amortissement long, mais au moins il n’engendre pas la plus vaste flotte de service public du tion de véhicules électriques pour l’approvisionnement d’angoisses sur l’autonomie, la fiabilité ou la durée de vie pays (12 000 véhicules). 1/3 de sa flotte en énergie pourrait stimuler l’industrie et ajouter 90 000 des batteries. Les prévisions à horizon 2025 sont d’ailleurs roule depuis quelques années à base de véhicules particuliers sur le marché et 1 500 véhicules nettement plus encourageantes puisque les véhicules gaz naturel, 2/3 est hybride ou tout élec- utilitaires en 5 ans. En effet, un véhicule électrique peut hybrides y détiendraient 25 % du marché, le gaz et autres trique. Depuis trois ans, PG&E travaille produire de l’énergie réutilisable (possibilité de production biocarburants étant cantonnés aux camions et véhicules avec les constructeurs pour trouver d’énergie temporaire en cas de coupure, par exemple). utilitaires en raison des contraintes de chargement. une gamme de véhicules utilitaires D’ici 2017, cela représenterait 18 millions de dollars propres réellement adaptés. La straté- Barack Obama avait eu la vision d’1 million de véhicules électriques circulant sur les routes américaines à l’horizon gie a été de d’abord travailler avec des 1  Pike Research est un institut d’études spécialisé sur les énergies propres basé dans le Colorado 2015. Il n’est plus très sûr if « Yes, we can ». Suite p. 8www.observatoire-vehicule-entreprise.com 7
  8. 8. Reportage USAentreprises technologiques innovantes,puis de demander aux constructeurs de Un écrin de luxe pour une voiture hors normesproposer des véhicules adaptés à ces Tesla Motors mise gros avec les premières livraisons, dès la Silicon Valley et près du siège de Tesla. En plein centrerecherches. Résultat : le lancement sur cet été, des 1 000 premiers exemplaires série limitée de ville, dans une rue commerçante chic, à deux pas de Gucciles routes de Californie de la version tout la Model S, voiture électrique destinée à une cible un peu ou Tumi. Le « show-room » donne une idée de ce que c’estélectrique d’utilitaires à large autonomie. moins jet set que la Roadster. Dès l’automne, ce sera le tour que d’être propriétaire d’une Tesla. A la fois design et tech-Les véhicules sortent des usines de de la livraison des modèles standard. La stratégie de Tesla nologique (à l’image de la voiture), galerie et magasin, l’es-Via Motors (Utah) avec des châssis de est depuis le départ de partir d’en haut, avec un premier pace «  digital  mise sur l’interactivité. Il permet de décou- »General Motors. Chaque engin permet modèle de luxe qui s’adressait à ceux qui influencent les vrir la création et le fonctionnement de la voiture, tout cede gagner 2 700 $ par an en économie modes, puis redescendre peu à peu sur terre. Pour un prix qui la rend unique et innovante. On peut ensuite composerde carburant. Des gains considérables plancher de 50 000 dollars (qui se déploie ensuite jusqu’à soi-même son modèle, grâce à toutes les options qui sesont à la clé puisque les nouveaux tout- 98 000 dollars pour l’édition limitée «  signature perfor- déploient comme sur une palette (on retrouve l’influenceélectrique remplaceraient 3 000 véhi- mance  la nouvelle «  ») Model S  propose trois types de » de Apple…) La voiture s’affiche alors en grand écran. Vientcules et PG&E en achète, chaque année, batteries pour trois rayons d’autonomie : 260, 370 ou 480 ensuite le temps de l’essai réel, cette fois-ci dans un lieuenviron 400 à 500 de ce type. Au-delà kilomètres. Tesla considère qu’un concessionnaire clas- adjacent. La boutique Tesla met aussi l’accent sur l’éduca-des économies, et de la protection de sique ne peut pas vendre un produit aussi différent, et qu’il tion car il s’agit de vendre deux fois : le concept électriquel’environnement, les camions sont dotés faut, dans un premier temps, aller vers le consommateur d’abord, la «  Model S  ensuite. Un deuxième espace a »d’un système dit «  révolutionnaire  de » qui n’ira pas spontanément vers l’électrique. Elle a donc été inauguré fin mai dans un centre commercial chic de laredistribution d’électricité en cas de cou- demandé à George Blankenship (ex-Mr Apple-Store) de banlieue de New York. Là encore, Tesla se démarque pourpures de courant. Pendant cette phase revisiter le concept de la concession automobile. Premier occuper une place de choix, loin des quartiers de conces-de test, le prix d’achat est de 79 000 résultat, après un an de travail autour du design et de l’ex- sionnaires bariolés de drapeaux américains… mais prèsdollars. Il devrait descendre sous les périence client : le 18e magasin, premier de cette nouvelle du prêt à porter.64 000 dollars après la première année génération, inauguré à San José, en Californie, au cœur dede production. Actu OVE L’OVE et l’international Le CVO (Corporate Vehicle Observatory), qui regroupe 16 pays dont l’OVE en France, vient de publier son 10e baromètre annuel sur les flottes d’entreprises. Il s’agit d’une enquête sur les véhicules d’entreprises, leurs modes de financement, les perspectives d’avenir. Cette étude est réalisée par l’institut de sondage CSA, sur un échantillon représentatif de décisionnaires de flottes d’entreprises. Un document reprenant les résultats de l’enquête, réalisé en collaboration avec le BIPE, est à disposition des adhérents du Club de l’OVE, sur demande. Prochains cahiers Le pneumatique, nouvel or noir ? Quatre ans après la 1re édition consacrée aux pneumatiques, l’OVE refait un tour d’horizon de ce marché au service de la mobilité durable.L’OVE poursuit son TCO Tour à Nantes Electric and Hybrid Vehicles: Technologies, Uses and Perspectives (en anglais) Après la version française parue en 2011, cette nouvelle édition résolument interna-Près de 120 personnes ont assisté à la 3e étape du TCO Tour à la Chapelle sur tionale et actualisée à mi 2012 met en exergue cette technologie comme réponseErdre près de Nantes le 26 juin dernier, pour échanger et partager leurs expériences aux défis de notre planète.concernant l’optimisation de la gestion de la flotte automobile de leur entreprise et ducoût de la mobilité. Adhérez au Club de l’OVE et recevez en cadeau de bienvenue leAu programme de cette matinée dédiée au TCO : prévisions de marché et grandes « Mémento Automobile des Sociétés » réalisé en collaboration avec C’M’S’évolutions à venir par Eric Champarnaud du BIPE, puis les analyses et témoignagesde plusieurs experts à propos des leviers d’optimisation des coûts de gestion des Bureau Francis Lefebvre. L’adhésion au Club vous permet de recevoirflottes, à savoir Philippe Brendel (OVE), Nicolas Fragne (Arval), Christian Licavoli le Journal de l’OVE, les Cahiers thématiques, les Hors séries, et d’être(Opti-Time), Magali Mullot (VM Matériaux), et Jean Zermati (France Télécom). Jean- invité en priorité aux conférences.Noël Dor a ensuite expliqué aux participants ce qu’était Louveo et le principe de la Pour toute information, contactez l’équipe de l’OVE à l’adresse suivante :Location Moyenne Durée, puis la table ronde s’est clôturée par l’intervention de Bertilde Fos, d’Auxilia, sur le thème du TCM, Total Cost of Mobility. contact@observatoire-vehicule-entreprise.com.Le journal de l’OVE est une publication de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise. L’OVE ne saurait être tenu responsable de toute erreur, oubli et autre résultat tiré de l’utilisation de ce journal et/ou de toute exploitation des informations contenues dans ce journal. Observatoire du Véhicule d’Entreprise – Association loi 1901 – 22, rue des Deux Gares – 92  564 Rueil-Malmaison Cedex –Tél. standard : (+33)1 57 69 50 50 Fax : (+33)1 57 69 78 34. Copyright 2012 – Observatoire du Véhicule d’Entreprise. Tous droits réservés.Toute reproduction ou diffusion même partielle, par quelqueprocédé ou sur tout support que ce soit, ne pourra être faite sans l’accord préalable écrit de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise.8 www.observatoire-vehicule-entreprise.com

×