ISSY-LES-MOULINEAUX                                                                                     SAINT-CLOUD       ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Areva montrouge vit ses derniers jours

164

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
164
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Areva montrouge vit ses derniers jours

  1. 1. ISSY-LES-MOULINEAUX SAINT-CLOUD (LP/AURELIEN MARTY.) RENTREEL’hommage à l’ex-député Les chapiteaux du cirquePC Guy Ducoloné abritent Rock en Seine Fournitures :Page III Page IV la course MARDI 26 AOUT 2008 www.leparisien.fr aux meilleurs matin prix Page IIAreva Montrouge vit LA PHRASE «pratiques honteuses Cette lutte sociale est révélatriceses derniers jours de de la part de patrons voyous » Patrick Jarry, maire (PCF) de Nanterre, dans une lettre ouverte au Premier ministre,SOCIAL. Le combat des salariés n’y aura rien fait. L’usine Areva T et D de Mon- François Fillon, à propos dutrouge fermera ses portes dimanche, dans un climat tendu. mouvement mené depuis trois mois par les 49 travailleurs sans papiers de l’entrepriseA MBIANCE morose à est de 49 ans. Il sera difficile de re- l’usine Areva T et D de trouver un travail pour les ouvriers Buisson Multi Services (BMS) Montrouge. Le site, âgés de plus de 50 ans. » Des ou- à Nanterre. qui ferme ses portes à vriers spécialisés dans la fabrica- la fin de la semaine, tion de transformateurs de mesure.laisse orphelins 89 salariés. De- La filière étant jugée non ren- LE CHIFFREmain, lors d’une réunion avec la di-rection, ils devraient être fixés sur table, elle a donc été stoppée par la maison mère. 247 bénéficiairesleur avenir. « Notre but est de trou- de l’allocation auxver une solution pour tout le « Il y avait un vrai familles hébergeantmonde, tous les dossiers sont trai- esprit d’entreprise »tés sur le même pied d’égalité », leur ascendantprévient François Vivier, respon- Hier encore, le syndicaliste étaitsable des relations sociales au sein débordé par les demandes de sesd’Areva. collègues, soucieux des primes et des salaires qu’ils vont toucher60 % de solutions pendant leurs congés. Le plan Sauvegarde emploi a été « Pour le moment, nous avons signé. Il offre deux solutions : le60 % de solutions, trois salariés congé reclassement avec une pé-quittent Areva pour créer leur en- riode de formation pour trouver untreprise », explique-t-il, avant de nouveau poste au sein du groupe,préciser : « Un des ouvriers va deve- MONTROUGE, HIER. Malgré une mobilisation de presque un an des ou le congé mobilité. Dans ce se-nir chauffeur de direction au siège (MAXPPP/DESTOC.) salariés, l’usine Areva fermera définitivement le 31 août. (LP/A.M.) cond cas, le salarié doit présentersocial. » un projet de reconversion ou de Les salariés n’affichent pas le négociation. C’est chacun pour sa jorité des cadres et des membres création d’entreprise. A ces deuxmême optimisme. De leur côté, peau ! » lâche, dépité, l’un d’eux. de la direction », dénonce Patrick options, certains préfèrent le licen-l’heure est plutôt à la résignation. « Trente-trois reclassements sont Appiah, syndicaliste à la CGT. ciement sec ou la préretraite, en-« On n’est plus dans une phase de prévus au sein du groupe. En ma- « Dans l’usine, la moyenne d’âge core possible. « Je me reconvertis dans le milieu hospitalier » « Les gens étaient attachés à cette usine. Il y avait un vrai esprit d’entreprise », confie l’un de ceux C REEE en 1989, cette aide est versée par le dé- partement aux enfants ou pe- qui ont passé une partie de leur vie tits-enfants hébergeant chez PATRICK APPIAH, syndiqué CGT à Areva T&D Montrouge professionnelle à Montrouge. eux leur ascendant. Elle L’usine avait ouvert en 1984. Le concerne les familles (ascen- P ATRICK APPIAH travaillait depuis dix ans à l’usine de Montrouge au poste de monteur en transformateur de mesure. « Je souhaite me reconvertir lente à mon salaire, mais qu’en sera-t-il dans quelques mois ? » La famille est une valeur importante aux yeux de Patrick. Elle a été la principale motivation de son conflit a commencé en sep- tembre 2007, à l’annonce de la fer- dants et descendants) résidant dans les Hauts-de-Seine, et dans le milieu hospitalier comme aide-soignant. J’ai engagement. « Je me suis battu pour faire respecter les meture. S’est ensuivi presque un sous certaines conditions pris un congé mobilité et mon dossier a été accepté. droits des salariés et de leurs familles. Un licenciement an de mobilisation ponctuée de d’âge, de résidence et de res- Ma formation devrait durer entre douze et quatorze peut mettre une famille en péril. La direction propose périodes de grève et d’occupation. sources. Depuis le 1er juillet mois. » des postes dans toute la France, mais certains salariés Sans succès. L’usine fermera bien 2005, son montant s’élève à Ce père de deux enfants en bas âge est aussi inquiet ne sont pas mobiles ! » le 31 août. De ce conflit long et 300 4 mensuels. quant à sa rémunération. « Au début, elle sera équiva- A.M. dur, chacun gardera un goût amer. Aurélien Marty A NOTER Azimut 92 :Gennevilliers/Snecma les inscriptions sont ouvertes !Avertissements pour les salariés L A MANIFESTATION se tiendra les 10 et 19 oc- tobre 2008 dans la forêt do-qui avait séquestré leur patron maniale de Fausses-Reposes mais il est déjà temps de s’inscrire. Azimut 92, organi- sée par le conseil général desC ’EST un « règlement de comptes », proteste Les syndicalistes, en revanche, clament que, « pour reau de midi à 23 heures le 22 juillet, les syndica- Hauts-de-Seine, propose aux Manuel Sanchez, délégué syndical (CGT). un militant, un avertissement, c’est grave et inac- listes espéraient prouver leur détermination et ob- familles, et pour la première A ce jour, huit des dix salariés qui avaient ceptable. La direction veut criminaliser l’action tenir la réintégration de leur collègue. En vain. fois aux entreprises du dépar-retenu en juillet dernier pendant près de douze syndicale ». tement, une initiation gratuite « Sur ce point, la position de la direction n’a pasheures le directeur de l’usine Snecma dans son aux sports de pleine nature Un débrayage prévu jeudi évolué », indiquait-on hier à la Snecma. « Ces at-bureau de Gennevilliers ont reçu des lettres d’aver- dans le cadre d’une grande taques sont ciblées », poursuit Manuel Sanchez,tissement ou de mise en garde de la part de la di- Courant juillet, une quinzaine d’élus CGT et course d’orientation. Pour les qui dénonce le « mutisme » de la direction.rection. CFDT avaient occupé les locaux administratifs familles comme les entre- Dans l’attente de leur sanction, les deux autres pour protester contre le licenciement de Frédéric, « A part ces sanctions, nous n’avons reçu depuis prises, les inscriptions sont àsont convoqués à des entretiens disciplinaires. l’un de leurs camarades. Agé de 29 ans, cet ouvrier juillet aucun signe de vie de la direction », sou- effectuer par mail àPour la direction de la Snecma, qui s’était engagée appartient au secteur des forges, d’où s’était pro- ligne-t-il. Un débrayage est d’ores et déjà prévu azimut92cg92.fr.à ne licencier aucun des salariés impliqués, ce pagé un mouvement de protestation en avril der- jeudi prochain à 9 h 50, à l’heure même où doit Renseignements complémen-sont « des sanctions justes et peu sévères qui sont nier. Selon la direction, il aurait été licencié pour être reçu Joaquim, un autre salarié impliqué dans taires sur www.hauts-de-proportionnelles aux faits ». Elles ont été décidées « une série d’absences injustifiées ». la séquestration du directeur. seine.net.à la suite d’entretiens individuels avec les ouvriers. Avec l’enfermement du directeur dans son bu- Bérangère Lepetit

×