Olmix-Press Clipping 2015

9,280 views
9,120 views

Published on

0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
9,280
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2,964
Actions
Shares
0
Downloads
26
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Olmix-Press Clipping 2015

  1. 1. Group Revue de presse 2015 Olmix SA Le Lintan ZA du Haut du Bois 56580 Bréhan France Téléphone: +33 (0)297 38 81 03 Télécopie: +33 (0)297 38 86 58 Email: contact@olmix.com Website: www.olmix.com Société Anomyne au capital de 428 396, 20 € - RCS Vannes B 402 120 034 Siret: 402 120 034 00010 - Code NAF: 241 E - N° TVA Intracommunautaire: FR 20 402 120 034
  2. 2. Actualités p 12-13 Octobre 2015 N°690
  3. 3. Actualités p 12-13 Octobre 2015 N°690
  4. 4. CULTURES MARINES Date : SEPT 15Pays : France Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.17 Journaliste : B. T. Page 1/1 OLMIX 5187845400501Tous droits réservés à l'éditeur Olmix : gisements d'algues en Normandie Base a Brehan dans le Morbihan, Olmix continue d'essaimer sur le littoral au-delà de la Bretagne afin de consolider l'émergence d'une filière algues Après avoir annonce le lancement d'une unité de récu- peration et de transformation des algues vertes et rouges a Samt- Hilaire-de-Riez, en Vendée, en Avec Olmix, Hervé Balusson poursuitlaconsolidationd'une filièredevalorisationd'algues. septembre 2014, Olmix a appro- fondi cet eté ses investigations en Normandie Deux bennes de 12 tonnes d'algues fraîches ont été ramassées en bord de mer a marée basse près de Grandcamp a Luc-sur-Mer, dans le Calvados, afin d'identifier leurs caractéris- tiques Jusqu'à 10 DOO tonnes d'algues pourraient ainsi être récoltées chaque année de mai à septembre La société d'Hervé Balusson (320 salariés, 70 millions d'euros de chiffre d'affaires) assure la récolte et la valorisation des algues en pro- duits innovants pour les secteurs de la nutrition sante animale et végétale Au travers du programme Ulvans {« Cultures marines » n°288) développé conjointement avec la cooperative Agnval et finance a hauteur de dix millions d'euros par la Banque publique d'mvestisse ment (BPI), cetteactivité permettrait de repondre a la problématique des algues invasives sur le littoral S'il s'agissait de valoriserjusqu'à 15DOOtonnesd'alguesvertes(Ulva spp) par an d'ici a 2016, il importe d abord pour Herve Balusson de sécuriser ses approvisionnements Pour Olmix, qui affirme de ne pas vouloir nettoyer le littoral, l'objectif consiste a « traiter plus de 60DOOtonnesd'alguesàl'année» Permettant de limiter l'usage des antibiotiquesdans lesélevages, les applications sont prometteuses et font mouche à l'export ou Olmix assure 80 % de son activité Apres avoir repris fm 2014 le volailler en faillite Tilly Sabco a Morlaix, Olmix entend par ailleurs s'ouvrir de nouveaux débouches en Europe en proposant des poulets dont l'environnement et l'alimenta- tion ont éte renforces au moyen de composesalgaux B.T.
  5. 5. LA MANCHE LIBRE Date : 10 OCT 15Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 67180 Page 1/1 547ce56d57d0b50662a94a548d0845be236808088148596 OLMIX 1378645400509Tous droits réservés à l'éditeur ISIGNY-SUR-MER CONSEIL COMMUNAUTAIRE Le coût des algues ISIGNY-SUR-MER Le conseil communautaire s'est réuni sous la présidence de Michel Fauvel mercredi 30 septembre. Les algues moins longtemps mais plus nombreuses Budget des algues : sur une durée plus courte (un début d'arrivage le 7 juillet, suivi d'une période plus calme, mais reprise très active dès le début août), le ramassage a coûté 45 752 € (36129 € versés aux agriculteurs et 9 622 i engagés par la commune avec ses propres moyens). Le tonnage ramassé par les agriculteurs a été de 2 791 tonnes. Les temps de repousse ont été de 97,5 heures. Une augmenta- tion du budget de 10 000 i avait été autorisée, mais ce montant a été dépassé, soit 15 800 i, lors d'un afflux exceptionnel d'algues sur une courte durée. Ce dépas- sement a été pris sur le poste des dépenses imprévues. L'entreprise bretonne Olmix, venue prélever quelque 160 tonnes d'algues cet été pour un programme de valori- sation, sera rencontrée d'ici la fin de l'année afin de définir un mode de fonctionnement pour 2016. LeScotduBessinchangedenom Après la validation de nouveaux statuts, une nouvelle dénomination a été votée : "Bessin urbanisme". Confirmation du projet d'instal- lation de l'OTI sur l'emplacement du musée des Rangers La déléguéeautourisme, Christelle André, et le maire de Grandcamp- Maisy confirment la mise à dispo- Jean-Paul Montagne, Eric Barbanchon, Michel Fauvel, Henri Lechien et Remy Eudes ont présente le budget algues de la saison. sition des locaux pour l'Office du tourisme. De futures discussions auront lieu pour l'aménagement. "Ce déménagement de l'OTI dans des locaux aux normes nous per- mettra de récupérer le label de commune touristique" a rappelé Jean-PaulMontagne. Une nouvelle animation proposée par la médiathèque Une convention est signée entre différents partenaires (l'Intercom, l'associationcalvadosiennepourla sauvegarde de l'enfant à l'adulte, avec les Ehpad Les Ondines de Grandcamp-Maisy et Saint-Jo- seph d'Isigny, Le foyer-résidence du Coeur d'Isigny, l'école primaire de La Cambe) pourdesanimations autour du livre (lecture, écoute de livre audio). Le but est de facili- ter l'accès aux livres pour tous, et de développer le plaisir de lire en favorisant le lien parents-enfants. Cette animation aura lieu tous les 15 jours, le mercredi matin de 10h45 à 12 h, en présence d'un responsable de la médiathèque et d'un éducateur du CAMPS (centre d'action médico-sociale précoce). "C'est la médiathèque qui se déplace auprès des gens quinepeuventpass'yrendre,mais c'estaussilemoyen demieuxfaire connaître la médiathèque et d'y attirer du monde" a souligné Eric Barbanchon, de la commission cadre de vie.
  6. 6. Date : OCT 15 Pays : France Périodicité : Mensuel OJD : 7055 Page de l'article : p.12 Journaliste : Y.B. Page 1/1 OLMIX 7476345400509Tous droits réservés à l'éditeur EXTRAITSD'ALGUES>Olmixfaitécole Pourses20ans, lasociété bretonneainvité plusde300 professionnels de 49 pays, à Paris. Elle a aussi inauguré son école Breizh Algae School. S pécialisée danslavalori- sation d'extraits d'algues en agriculture (produc- tionsvégétales et animales), Olmixa été créée en 1995 par HervéBalusson.Al'occasion de ses vingt ans, la société bre- tonne, très présente à l'inter- national, a reçu mi-septembre plusde300professionnels de 49 pays pour un colloque d'unejournée à Paris. Ils se sont ensuite rendus en Bre- tagnepourdifférentesvisites etl'inauguration de sa Breizh AlgaeSchool,àSaint-Etienne- du-Gué-de-1'Isle (Côtes-d'Ar- mor), dédiéeàlaformation aux techniques de production sans antibiotique, sans pesti- Hervé Balusson acréé Olmix sur l'idée que les algues apporteraient des réponses innovantes. dde et sans additif chimique. La première application concrète du concept « one health thanks to algae » a été le poulet produit sans traitement antibiotiquelancé àMorlaix enjuilletdernier.Plusieurs usines d'aliments avaient d'ailleurs ouvertleurs portes auxinvités d'Olmixpour pré- senter la mise en oeuvre de ses solutions. En effet, la produc- tion de produits animaux sans traitements antibiotiques ne pourra pas être assurée juste parl'utilisation d'un « additif miracle».«Grâceauxalgues, nous proposons une stratégie globale pour l'amélioration de l'hygiène, le soutien des dé- fensesimmunitaires,garantir lebien-êtredigestif,accroître l'efficacitédigestiveet combattrelesmycotoxines», expliqueDanièleMarzinqui vient de rejoindre l'entreprise pour en dirigerl'équipe marketing. Y. B.
  7. 7. Date : 02 OCT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 7448 Journaliste : Véronique Bonnet Page 1/2 667285ab52005b06e2d04934b60b15ec2fb7f24521fc596 OLMIX 5428145400502Tous droits réservés à l'éditeur Olmix group > La Breizh Algae School inaugurée à St-Etienne-du-Gué-de-L'lsle « ll va se passer des choses ! » Né à Saint-Etienne-du-Gué- de-L'lsle, Hervé Balusson, fondateuretPDGd'Olmix Group ne cesse de prou- versonattachementau Centre-Bretagne, il conti- nue à y investir... et ce n'est pas fini ! « Le projet était dans les tuyaux depuis pas mal de temps, confie Pierre Pi- chard, maire. C'est avec un immense intérêt qu'il l'a suivi. Connaissant Hervé Balusson depuis leurs jeunes années passées à Saint-Etienne, il se montre admiratif de la réussite de ce fils d'agriculteur, qui fût lui aussi agriculteur au Linio. « On a commencé ici à deux ou trois, à mélanger de l'argile et des algues. En vingt ans, on est passé à 500 dans Olmix group ! Et bien sûr, il faut les for- mer », déclare Hervé Balus- son, 52 ans. C'est dans la ferme familiale transformée que l'école est aménagée. « Des élèves vont venir du monde entier et on peut espérer des retombées pour la commune : héber- gement, restauration... », se réjouit le maire. Antibiorésistance Pour le président d'Olmix, la prochaine crise sanitaire mondiale sera liée aux bac- téries résistantes aux anti- biotiques.Afinqu'ilsgardent leur efficacité, ils doivent être utilisés à bon escient, en situation thérapeutique. « II y a des millions de morts par excès d'antibio-
  8. 8. Date : 02 OCT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 7448 Journaliste : Véronique Bonnet Page 2/2 667285ab52005b06e2d04934b60b15ec2fb7f24521fc596 OLMIX 5428145400502Tous droits réservés à l'éditeur Coup de marteau inaugural de l'école « Breizh Algae » qui for- mera des étudiants du monde entier. tiques, ça fait vingt ans qu'on e dit, qu'on veut alerter... mais sur le sujet, il y a une véritable chape de plomb, s'énerve Hervé Balusson. On est dans les premières sociétés à pro- poser des solutions, on a des arguments pour déve- lopper ce que l'on a mis au point». C'est Nathalie Morice, coordinatrice du programme académique de la Breizh Al- gae School, qui résume les trois sections dans lesquels Olmix group travaille àtrou- ver des solutions grâce aux algues, sans pesticides, sans antibiotiques : l'animal care (avec un complexe d'argile et d'algues), le plant care (pour les végétaux) et enfin, l'human care. « Au final, il s'agit d'améliorer la santé du consommateur qui est au bout de la chaîne. Notre école va aider à construire une nouvelle manière de produire ». Si Hervé Balusson a créé ce centre de formation, c'est pour convaincre plus large- ment du bien-fondé de son action. « Les jeunes seront nos ambassadeurs dans le monde. Des blancs, des noirs, des jaunes, des rouges... on va leur ap- prendre à élever des ani- maux sans antibiotiques. On va aussi leur apprendre à découper un poulet et on va les envoyer partout avec des foods trucks... ». A la question : « qui va payer leur formation ? », Hervé Balusson répond : « Olmix, dans un premier temps, mais déjà plusieurs responsables de formation bretons sont intéressés... » « De la valeur ajoutée et du haut de gamme, c'est cela que l'on doit faire en Bretagne. H y a encore cinq ans, on nous prenait pour des marginaux. Au- jourd'hui, le sans antibio- tique est un sujet mondial. Les Américains etles Asia- tiques ne sont pas capables de le faire tout de suite ». Olmix adonc sacarte àjouer. « Le groupe est ici, on est chez nous et il va se pas- ser des choses... », promet Hervé Balusson. Véronique Bonnet
  9. 9. Octobre 2015 Mensuel
  10. 10. 30 Septembre 2015
  11. 11. Date : 24 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.19 Page 1/1 OLMIX 5820535400503Tous droits réservés à l'éditeur • Une École SUP les algues en Bretagne Olmix Group, une entreprise spécialisée en nutrition animale et végétale basée dans le Morbihan vient d'ouvrir une école dédiée aux applications pratiques des Algues à Saint- Etienne-du-Gué-de-1'Isle, près de Loudéac. Elle estouverte aux partenaires et clients d'Olmix Group mais aussi aux étudiants.
  12. 12. Date : 27 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 22486 Page de l'article : p.24 Page 1/1 OLMIX 9189435400508Tous droits réservés à l'éditeur Agroalimentaire française. Voyage fructueux à Téhéran Belles perspectives de développement Lesentreprisesagroali- mentaires emmenées en Iran par le Medef la se- maine passée en sont re- venues avec de sérieuses perspectivesdedévelop- pement. En particulier pour les se- menciers et les éleveurs d'ani- maux reproducteurs, qui n'attendent que la levée des sanctions financières pour in- vestir ce marché. « Les contacts ont été extrême- ment positifs », s'enthou- siasme Stéphane Michel, secrétaire général du groupe Axéréal (Banette, Ebly, Gamm Vert), qui prevoit déjà de « re- partir en Iran prochaine- ment ». Cette coopérative de la Beauce a découvert un pays soucieux de « diversifier ses approvisionnements », sur- tout en ble, maîs aussi « de- mandeur de nouvelles technologies », notamment de semences adaptées à un cli- mat aride, précise-t-il. « Ils se rendent compte qu'ils ont 5 ou 10 ans de re- tard, qu'ils vont vouloir rat- traper », insiste Alain Réocreux, responsable du dé- veloppement international d'Olmix, PME bretonne spécia- lisée dans les biotechnologies à base d'algues. Déjà implan- tée en Iran avec ses engrais végetaux, la société espère y exporter bientôt ses produits d'alimentation pour la volaille, les vaches laitières, les chèvres et les poissons d'élevage. « On est à point pour démarrer », affirme-t-il, signalant la visite en France début octobre de prospects iraniens. Tant animal que végétal Pour d'autres entreprises, le déplacement a été couronné par des accords qui devraient être suivis de contrats. Trois entreprises de génétique ani- male - Midatest pour les bo- vins, Capgenes pour les caprins et Rom Selection pour les ovins - vont ainsi exporter des mâles reproducteurs et installer des centres de sélec- tion animale en Iran. Le semencier Flonmond Desprez est également revenu de Téhéran avec la promesse d'une coopération avec le mi- nistère de l'Agriculture iranien, en vue de « développer rapi- dement de nouvelles variétés », qui seront « maintenues en Iran et diffusées par les orga- nisations agricoles dépen- dant du ministère », explique l'entreprise nordiste. Cette convention fait suite à un pré- cédent protocole d'accord avec le Groupement national interprofessionnel des se- mences et plants (Gms), signé fin mai à l'occasion d'un co- mité agricole franco-iranien à Téhéran, rappelle le ministère de l'Agriculture français. Des accords avaient aussi été conclus dans le domaine de la génétique animale, avec l'Institut de l'élevage et l'orga- nisme de sélection ovin Geode. La filière agro-alimentaire ré- colte ainsi les fruits d'une di- plomatie agricole initiée par la visite en mai 2014 du ministre iranien Mahmoud Hojjati, qui souhaitait alors « ouvrir un nouveau chapitre dans le cadre des coopérations éco- nomiques bilatérales ». Présent lui aussi à Téhéran en parallèle du deplacement organisé par le Medef, le minis- tre français Stéphane Le Foil a abordé avec son homologue les nombreux champs poten- tiels de cette coopération. Les deux pays veulent notamment avancer sur l'autorisation sani- taire des exportations fran- çaises de bovins et d'oeufs de truite arc-en-ciel. Les échanges entre services vété- rinaires seront par ailleurs ren- forces, en particulier sur les methodes permettant de ré- duire l'usage des antibiotiques. Enfin, a l'approche de la Cop 21, la conférence des Nations Unies sur le climat à Pans, il est prévu que Téhéran organise un séminaire sur l'agro-écologie avec des scientifiques français.
  13. 13. GREEN NEWS TECHNO Date : 25 SEPT 15Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.1 Page 1/1 OLMIX 5245435400505Tous droits réservés à l'éditeur Édifo La santé animale : un bel enjeu environnemental ll y a quèlques jours à Pans, le groupe breton olmix, spécialisé dans les solutions naturelles à base d'algues pour les filieres animales, humaines et végétales, fêtait ses 20 ans. Line occasion de rappeler l'importance de filières alimentaires saines, sans pesticides pour les plantes et surtout sans antibiotiques pour l'élevage Car si on com- mence à mieux cerner les enjeux du biocontrôle en matière végétale, la question de la maîtrise des médicaments est sans doute moins bien appréhendée Or les risques sont grandissants de voir se développer des antibiorésistances fortes Tout comme pour l'homme « les antibio- tiques, c'est pas automatique », le monde de l'élevage se doit donc de modifier ses pratiques d'autant que des solutions alternatives sont là, disponibles et accessibles Olmix fait bien sûr partie de ces options en proposant des formulations nutritives à base d'extraits d'algues capables de stimuler les défenses immunitaires des animaux Sans opposer les algues aux antibiotiques, il s'agit de limiter la survenance de maladies chez l'animal et de concentrer l'usage des médicaments aux seules situations thérapeutiques Et ça marche Olmix a piloté une opération de production de poulets élevés sans antibiotiques grâce aux algues, lançant la filière « Breizh Algae Chicken » L'approche est d'autant plus prometteuse qu'Olmix n'est pas le seul acteur à promou- voir les bienfaits de certains extraits naturels dans la stimulation des défenses naturelles animales Rappelons la strategie développée par la PME Biodevas (cf GNTn°l30) positionnée sur la conception de formu- lations d'extraits naturels dans cet esprit d'aider le monde biologique, végétal ou animal, a s'organiser physiologiquement de manière plus pertinente pour résister à différents stress Tout comme Biodevas, la start-up de Brive, Axioma (cf GNTn°12$) a senti cette tendance et met en œuvre pour l'élevage des solutions formulées a partir de plusieurs dizaines de macérations de plantes. Tous ressentent ainsi le besoin des professionnels de l'élevage de limiter cet mirant coûteux que sont les molécules médicamenteuses et d'adresser une attente forte de consommateurs pour une filière globalement plus saine tout en conser- vant une pleine maîtrise des risques Ce qui ouvre d'ailleurs d'autres voies d'innovation que celles des mirants nutritifs et stimulants, notam- ment via les filieres numériques des objets connectés Ce monitoring animal connecté ne fait qu'émerger maîs semble très prometteur, a l'image d'une société telle que Biopic, start-up normande qui a mis au point une biopuce capable d'intégrer au sem de l'animal quèlques capteurs de suivi de paramètres clés. Au départ pensée pour le suivi de l'ovulation des bêtes ou du vêlage, cette solution a vocation à générer des données pouvant ètre interprétées pour suivre la santé animale Ce qui pourrait se traduire par des administrations médicamenteuses précoces lors de survenance de maladies et donc une réduction très nette des doses nécessaires et des pertes de production Idem pour une autre solution de capteur externe, avec la société RE Track qui a développe en 2012 pour la coopérative Evolution un petit appa- reil connecte embarquant un acceleromètre et capable d'analyser les mouvements de la vache pour en déduire la période du vêlage (plu- sieurs milliers de boîtiers aujourd'hui utilisés) D'autres projets autour de la santé animale pourraient suivre. Ces quèlques exemples illustrent donc bien une dynamique naissante maîs surtout la pertinence de la démarche Car cette dernière permet non seulement de lutter contre les phénomènes d'antibiorésistance, maîs aussi de s'inscrire dans une amélioration de la compétitivite des filières agricoles (les médicaments étant un poste financier lourd) tout en proposant un schéma global préservant les ressources naturelles, notamment la qualité des eaux vis-a-vis des micropolluants médicamenteux et autres perturbateurs endocriniens. Une démarche triple fois gagnante à encourager
  14. 14. Côtes d’Armor 26 Septembre 2015 POMMERIT-JAUDY Lycée Pommerit. Une délégation indienne reçue Le Space, salon professionnel de l'élevage de Rennes, qui vient de fermer ses portes, a reçu plusieurs délégations étrangères. Dans ce cadre, la société Olmix, une entreprise bretonne, partenaire du pôle laitier du lycée Pommerit, a reçu un groupement laitier venant d'Inde. Olivier Bouedec, ancien élève de Pommerit et actuel référent de la société Olmix pour le Nord de l'Inde, est venu avec une vingtaine de personnes, administrateurs et producteurs, du groupement laitier Làpure d'Inde. Le groupe a visité l'établissement, doté de nouvelles installations de production servant à la formation de futurs agriculteurs et techniciens. Le groupe a été accueilli par Jean Salmon, président du conseil d'administration, Marc Janvier, directeur, et les référents du nouveau pôle laitier.
  15. 15. LES MARCHES HEBDO Date : 25 SEPT 15Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.8 Page 1/1 OLMIX 1272235400507Tous droits réservés à l'éditeur t/l o » La firme franco-néerlandaise Hendrix Geneticsenvisagededoubler son chiffred'affaires,à près de 700 MC, did à 2020. » Cérélia a acquis le fabricant decrêpesnéerlandais DeBioderij,grâceà son récent repreneur, le fonds IK VII. » Naturex a vu son résultat net reculer de 61,3 %au premier semestre, à 2,9 MC. » Fleury Michon et Sanders lancentunefilière porcine commune.Lesjambons et rôtis de porcseront dans les linéaires le 28 septembre. » Poulaillon a enregistré sondocumentdebaseauprès de l'Autoritédesmarchés financiers en vue de son introduction en Bourse. » Olmix a inauguré le IS septembre en Bretagne son école consacrée aux algues pour former aux techniques de production sans antibiotique. » Carrefour a signé unpartenariatavecleGIE ChargeursPointedeBretagne pourlivrerses32bases avec un même transporteur, Rouxel Logistique. Toutes ces infos sont développées surlesitelesmarcheshebdo.fr
  16. 16. 24 Septembre 2015 Inauguration de la Breizh Algae School d’Olmix Le 15 septembre dernier s’est tenue l’inauguration de la Breizh Alga School par Olmix. L’entreprise spécialisée dans les biotechnologies marines, qui a invité « pratiquement 500 personnes venant d’environ 100 pays » au Breizh Algae Tour, a ainsi officiellement ouvert son école « dédiée aux applications pratiques des algues », indique Hervé Balusson, fondateur et p- dg d’Olmix. Implanté à Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle (Côtes d’Armor), ce centre de formation est « destiné à tous ceux qui souhaitent connaître et comprendre les avancées scientifiques et techniques autour de l’algue et de son rôle clé pour la santé et l’alimentation animale, végétale et humaine », selon Olmix. Il accueillera des étudiants ainsi que des clients d’Olmix. Cette inauguration s’inscrit dans la dynamique du groupe breton qui fête ses 20 ans cette année. La société travaille sur les algues vertes, brunes et rouges pour des applications dans les domaines du : plant care, animal care et human care. Si la société a déjà des produits commercialisés dans les domaines plant care et animal care, elle avance également dans l’human care. « Nous venons de démarrer un essai clinique de phase I dans le domaine de la dépression et nous avons plusieurs cibles potentielles dans la santé », précise Hervé Balusson. Avec un effectif de 400 personnes fin 2014 et un chiffre d’affaires de 66 millions d’euros en 2014, le p-dg affiche son optimisme pour 2015 avec une prévision d’atteindre « 80 M€ en fin d’année dont 80 % à l’export ». Olmix a par ailleurs investi « environ 50 M€ à ce jour », à travers notamment deux partenariats avec d’autres entreprises en Bretagne, indique le dirigeant. « Et nous investirons autant dans les prochaines années pour de nouvelles usines dans le monde, un renforcement commercial et la R&D », renchérit-il. Présent dans 50 pays, le groupe compte 20 filiales et une dizaine d’usines. Et le dirigeant indique plusieurs projets en France et à l’international : « Nous avons une usine en Vendée en cours de démarrage, un projet d’atelier de mélange au Vietnam, des projets d’usine en Chine, en Roumaine et des projets en Amérique du Nord et du Sud ».
  17. 17. Centre Bretagne 24 Septembre 2015 Olmix Group inaugure sa Breizh Algae School Né à St-Etienne-du-Gué-de-l'Isle, Hervé Balusson, PDG d’Olmix Group ne cesse de prouver son attachement au Centre Bretagne, il continue à y investir. Et ce n’est pas fini. Créé à Bréhan, en 1995, pour fournir des alternatives naturelles aux additifs utilisés dans l’agriculture, Olmix Group est aujourd’hui l’un des grands spécialistes internationaux des biotechnologies marines et de la chimie verte. « On a commencé ici à deux ou trois, à mélanger de l’argile et des algues. En vingt ans, on est passé à 500 dans Olmix group ! Et bien sûr, il faut les former », déclare Hervé Balusson, 52 ans. C’est dans la ferme familiale transformée que l’école est aménagée : la Breizh Algae School. « Des élèves vont venir du monde entier et on peut espérer des retombées pour la commune : hébergement, restauration… », se réjouit Pierre Pichard, maire de Saint-Etienne- du-Gué-de-l’Isle (Côtes-d’Armor). Nathalie Morice, coordinatrice du programme académique de la Breizh Algae School, résume les trois sections dans lesquels Olmix Group travaille à trouver des solutions grâce aux algues, sans pesticides, sans antibiotiques : l’animal care (avec un complexe d’argile et d’algues), le plant care (pour les végétaux) et enfin, l’human care. « Au final, il s’agit d’améliorer la santé du consommateur qui est au bout de la chaîne. Notre école va aider à construire une nouvelle manière de produire. » Véronique Bonnet
  18. 18. Date : 24 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Edition : Loudéac-Rostrenen Page 1/1 0273657556002b0be22b4b54450e656c23b66f76612b579 OLMIX 7754035400504Tous droits réservés à l'éditeur Rostrenen - Gouarec Rostrenen Des producteurs laitiers hindous visitent le Centre-Bretagne La semaine derniere, Alain Reo- creux, manager du developpement nternational a la societe Olmix, de Bréhan (56), et president de l'asso- ciation pour le developpement inter- national des échanges de produits et de technologie en agriculture, a proti te du Space pour faire venir une ving- taine de producteurs laitiers hindous en Centre Bretagne Installes dans la province du Pend- jab, territoire de 50 DOO km2 peu- ple de 28 millions d'habitants, situe au nord ouest de I Inde et qui pos sede une plaine alluviale particuliè- rement fertile, ces éleveurs exploi- tent des unites de 50 a 500 vaches laitières plus les génisses Ils se sont regroupes pour acheter une laite- rie Dorénavant, ils collectent et ven- dent leur propre lait sous la marque « La'Pure », avec la volonté d'amélio- rer la qualite afin de se démarquer des autres. Pour Puneet Kashyap, directeur de la laiterie « Au cours de nos visites Les producteurs hindous avec leurs accompagnateurs, et Nadine et Erc Burlot, producteurs laitiers a Plounevez-Quintin, a droite. d'élevages, nous découvrons une autre manière de nourrir les vaches laitières. Nos éleveurs travaillent se- lon la technique américaine, avec une alimentation à base de soja et de concentrés, alors qu'ici c'est plutôt avec de l'herbe, de l'ensilage et de foin, les concentres venant en appoint. Le climat et nos terrains nous permettant de faire quatre cultures par ans sur les mêmes par- celles, nous allons dupliquer cette methode afin de reduire au maxi- mum nos coûts de production. » Une volonté de coopération « Nous manquons d'experts, donc avec le concours d'Alain Réocreux, nous allons envoyer des jeunes en stage dans des établissements de formation agricole et dans des ex- ploitations bretonnes afin de les for- mer aux techniques d'alimentation, de suivi sanitaire et d'amélioration de la génétique », a précisé le presi- dent du groupement Rendez-vousl'anprochain Satisfaits par l'accueil qui leur a eté reserve au salon de Rennes et dans les etablissements et exploitations vi- sitées, tous se sont promis de reve- nir et de passer plus de temps au Space. Ils vont d'ailleurs s'y préparer des leur retour au pays, car ne serait ce que pour l'obtention du visa, il leur a fallu attendre plus de six mois.
  19. 19. Date : 24 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.26-27 Journaliste : MN Page 1/1 OLMIX 7535035400509Tous droits réservés à l'éditeur NUTRITION/SANTÉ > Si Olmix met l'accent sur un des trois domaines d'application des extraits d'algues, à savoir l'élevage sans antibiotiques, il poursuit également ses recherches vers les marchés futurs dans la nutrition humaine. Après l'élevage sans antibiotiques Olmix a d'autres ambitions oImix, sociétébretonne spécialisée dans les extraits d'algues, voit son développement futur dans l'alimentation humaine. Les vingt ans de la société ont fourni l'occasion àsonp.-d.g., HervéBalusson, le 14 septembre, dedessinerleslignesdesastratégie. L'ELEVAGE SANS ANTIBIOTIQUES, UN BOULEVARD POUR OLMIX La société bretonne, qui a pris une part de 30% de rabatteur de poulet Tilly-Sabco, apré- sente en juillet à Morlaix une expérience menéeavec une dizaine d'éleveurs bretons : 500 000 poulets élevés sans antibiotiques, avec des ingrédients aux algues. La problé- matique du « sans antibiotique » prend corps rapidement. Déjà, le 27 mars demier, le président Obama a lancé un plan fédéral américain pour « combattre l'antibiorésistance », plan qui fixe des objectifs ambitieux aux éleveurs pour 2020. De leur côté, les éle- vages chinois continuent de consommer 100 000 tonnes d'antibiotiques par an, a précisé Thomas Pavie, directeurde la division « santé » de BreizhAlgae, fonds d'investissement qui a pour vocation de bâtir une filière autour des algues. À LONG TERME, LALIMENTATION HUMAINE La priorité accordée à l'élevage (95% de l'activité d'Olmix, et 85% à l'export) n'em- pêche pas la société de réfléchir à l'application des algues à la nutrition humaine : solu- tionsorganoleptiquesnaturelles,composésnutritionnelsauxbénéficessantéprouvésdus à la grande diversité des algues. Olmix a démarré enjuin dernier sa première étude cli- nique dans le domaine des troubles du système nerveux central. Cettemultiplicitédesutilisationsn'estpourtantpasterminée. «Lesalguesn 'onttoujours pas révélé leurpleinpotentiel », a fait remarquer Hervé Demais, conseiller scientifique d'Olmix. ll faudra bien augmenter le prélèvement de la matière première. Aujourd'hui, le gisement provient d'algues collectées. Demain, si le débouché s'élargit, il faudra en cultiver. Pour l'heure, Olmix valorise 5 000 tonnes d'algues fraîches dans son usine de Bréhan (Morbihan). L'objectifest de valoriser 15 000 tonnes en 2017. Dans les opérations de transformation, la totalité des algues est valorisée. La fraction qu'Olmix envisageait au départ de méthaniser trouve finalement une valorisation plus intéressante : l'alimentation des crevettes. (MN)
  20. 20. 22 Septembre 2015 Par Thérèse Bouveret Vaincre l’antibiorésistance Deux premières mondiales ont été dévoilées coup sur coup. Kallistem, un spin-off de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon organisait le 17 septembre une visite de son laboratoire à l’ENS Lyon pour présenter sa technologie de thérapie cellulaire permettant de faire grandir des cellules souches germinales (1) afin de produire, hors du corps, des spermatozoïdes morphologiquement normaux. Obtenir des spermatozoïdes humains complets in vitro à partir de prélèvements effectués chez des hommes infertiles : du jamais vu! Autre première mondiale : Pherecydes Pharma, pionnier de la phagothérapie, a reçu l’autorisation de l’Agence européenne du médicament (EMA) pour entamer la première étude clinique utilisant des bactériophages afin de soigner des maladies infectieuses dans trois pays, la France, la Suisse et la Belgique (voir p3). Des essais cliniques dont les résultats sont très attendus. Selon Pherecydes Pharma, « les infections nosocomiales affectent environ 5% des personnes hospitalisées en France et provoquent environ 4 000 décès par an. L’OMS estime que chaque année, en Europe et aux États-Unis, les maladies nosocomiales affectent respectivement 4 millions et 1,7 million de patients et causent 147 000 et 99 000 décès directs et indirects. Les coûts annuels engendrés sont estimés à 7 Md€ en Europe et 6,5 Md$ aux États-Unis ». Après la crise de la vache folle, la prochaine crise, celle des bactéries antibiorésistantes, pourrait survenir bientôt. Un rapport du gouvernement britannique fin 2014(2) prévoit qu’en 2050, « la surmortalité due aux infections par les bactéries antibiorésistantes sera la cause de 10 millions de morts par an dans le monde, plus que le cancer ou autre maladie. » De quoi s’alarmer, en effet. L’OMS alerte également sur le sujet : « L’usage exagéré et inapproprié des médicaments antimicrobiens accélère l’apparition de micro- organismes résistants. » De même que l’Office international des épizooties (OIE) qui est l’Organisation mondiale de la santé animale dans le domaine de l’élevage industriel. L’Union européenne a déjà réduit le recours aux antibiotiques en élevage et a interdit leur usage en tant que facteur de croissance. Le 27 mars 2015, le président Obama a lancé un plan national pour combattre l’antibiorésistance en fixant des objectifs aux éleveurs américains d’ici 2020. La tendance est amorcée par la grande distribution, Carrefour en tête, qui promeut son poulet élevé sans antibiotiques. Olmix a invité le 14 septembre à son colloque sur les algues à Paris plus de 300 de ses clients et distributeurs à l’international, venus de tous les continents. Ce séminaire coïncidait avec l’étape parisienne du Breizh Algae Tour d’Olmix qui faisait goûter son poulet élevé sans antibiotiques « grâce aux algues » (Thanks to Algae), à la veille du salon d’élevage Space à Rennes. L’expérimentation menée avec succès par une douzaine d’éleveurs bretons vise à prouver la viabilité d’un tel modèle dans un environnement conventionnel, grâce aux algues qui renforcent les défenses immunitaires des volailles. Parmi les plus intéressés, les Chinois, soucieux de sécurité alimentaire, qui consomment 100 000 tonnes d’antibiotiques par an pour l’élevage. Les Africains sont également très demandeurs. Le ministre ivoirien de l’Agriculture est venu en personne assister à cette dégustation sur le pouce.
  21. 21. Environnement 22 Septembre 2015 En Bretagne, des algues pour remplacer les antibiotiques et les pesticides Et si l’agriculture pouvait se passer de la chimie ? C’est le pari d’un entrepreneur breton qui transforme les algues en remède naturel pour les animaux. Hervé Balusson est un homme têtu. Il y a 20 ans, ce Breton massif lance l’idée folle de remplacer les antibiotiques et les produits chimiques utilisés en agriculture par des algues. Les algues qu’on trouve sur le bord des côtes et qui déjà commencent à empoisonner la vie des vacanciers durant l’été. A l’époque, personne n’y croit. C’est alors une pluie de sarcasmes de la part des sceptiques qui ne donnent pas cher de son aventure. Mais, fils et frère d’agriculteur, il n’abandonne pas. Aujourd’hui, son entreprise Olmix réalise 80 millions de chiffre d’affaires. Il vend de la poudre d’algue pour soigner les porcelets et les vaches dans une centaine de pays. Les détracteurs en ont perdu leur voix. Du phosphate sur les plaies «J’étais horrifié qu’on utilise des produits chimiques pour soigner les animaux dans les fermes. On appliquait du phosphate pour soigner les plaies des vaches ou pour cicatriser le nombril des petits cochon » explique Henri Balusson. «Je me suis dit qu’on devait faire autrement. En tant que Breton, évidemment j’ai pensé aux algues. Elles sont pleines de protéines, de minéraux. On a appliqué aux algues les technologies de la cosmétique». Aujourd’hui, plusieurs milliers de tonnes d’algues sont pêchés en mer grâce à des filets chaque année. Olmix les transforme et extrait leurs bienfaits. La poudre Mistral, par exemple, est un mélange d’algue et d’argile. Les chinois roulent leurs porcelets dans cette poudre blanche totalement naturelle pour lutter contre les microbes et les bactéries. Et ça marche ! Des éleveurs américains les utilisent comme cicatrisant sur les pattes de leurs poulets. Hervé Balusson en vend 15 000 tonnes par an.
  22. 22. Environnement 22 Septembre 2015 « Poulet breton aux algues » Mais aujourd’hui, Hervé Balusson va plus loin. Il utilise les algues pour remplacer les antibiotiques dans l’alimentation des animaux d’élevage. L’algue stimule les défenses naturelles et l’immunité des animaux et permet de se passer des antibiotiques chimiques. « Après la vache folle en 2000, l’antibiorésistance sera la prochaine grande crise sanitaire qui frappera les élevages dans le monde entier, prédit-il. Des centaines de bactéries sont déjà résistantes aux antibiotiques. Il faut donc trouver d’autres solutions pour soigner les animaux.» A côté de son cuisinier, Hervé Balusson (avec la cravate) lors d'un truck food aux poulets sans antibiotique, à Paris, le 14 septembre 2015. Au cœur de la Bretagne, sur les monts d’Arrées, une dizaine d’éleveurs ont joué le jeu. Ils ont nourri leur volaille avec des extraits d’algues pour remplacer les antibiotiques. 500 000 poulets ont ainsi été élevés sans problème. Comme toujours, Hervé Balusson voit grand : le voilà qui lance une filière volaille bretonne totalement sans antibiotique. Il l’appelle «Le poulet aux algues breton». En marge de cela, Hervé Balusson planche également sur les bienfaits des algues sur la santé humaine. Olmix vient même de fonder la première école au monde pour étudier les applications pratiques des algues. La «Breizh algae school» (l’école bretonne des algues), installée dans les Côtes-d’Armor, vise à former les agriculteurs et les techniciens agricoles à produire sans antibiotique, sans pesticide et sans additif chimique, grâce aux algues.
  23. 23. Entreprise 22 Septembre 2015
  24. 24. 21 Septembre 2015
  25. 25. Process Alimentaire / ingrédients / 21 Septembre 2015 Olmix s'implique dans le sans antibiotiques grâce aux algues
  26. 26. Accueil / Elevage 21 Septembre 2015
  27. 27. Accueil / Elevage 21 Septembre 2015
  28. 28. Accueil / Elevage 21 Septembre 2015
  29. 29. Accueil / Elevage 21 Septembre 2015
  30. 30. Accueil / Elevage 21 Septembre 2015
  31. 31. Productions 21 Septembre 2015 Pour Olmix, l'agriculture peut faire mieux avec moins
  32. 32. Productions 21 Septembre 2015
  33. 33. Date : 21 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 2401 Page de l'article : p.7 Journaliste : A.D. Page 1/1 OLMIX 4472625400507Tous droits réservés à l'éditeur Chimie verte Biotechnologies marines Olmix inaugure sa BreizFi Algae School L'entreprise spécialisée dans les biotech- nologies marines a inauguré mardi 15 sep- tembre la Breizh Algae School Olmix, qui a invité «pratiquement 500 personnes venant d'environ 100 pays» au Breizh Algae Tour, a ainsi officiellement ouvert son école « dédiée aux applications pra- tiques des algues », indique Hervé Balus- son, fondateur et p-dg d'Olmix Implante à Samt-Etienne-du-Gué-de-l'lsle (Côtes d'Armor), ce centre de formation est « des- tiné à tous ceux qui souhaitent connaître et comprendre les avancées scientifiques et techniques autour de l'algue et de son rôle clé pour la santé et l'alimentation ani- male, végetale et humaine », selon Olmix ll accueillera des étudiants ainsi que des clients d'Olmix Cette inauguration s'inscrit dans la dyna- mique du groupe breton qui fête ses 20 ans cette année La societe travaille sur les algues vertes, brunes et rouges pour des applications dans les domaines de la santé vegétale, animale et humaine Si la société a déjà des produits commerciali- ses dans les deux premiers domaines, elle avance également le troisième «Nous venons de démarrer un essai clinique de phase I dans le domaine de la dépression et nous avons plusieurs cibles potentielles dans la sante », précise Hervé Balusson Alors que sa société recense un effectif de 400 personnes fin 2014 et a enregistré un chiffre d'affaires de 66 millions d'euros l'an dernier, le p-dg affiche son optimisme pour 2015 avec une prévision d'atteindre « 80 M€ en fin d'année dont 80% à /'export» Olmix a par ailleurs investi « environ 50 M€ à ce jour », à travers no- tamment deux partenariats avec d'autres entreprises en Bretagne (CFM n°598), indique le dirigeant « Et nous investirons autant dans les prochaines annees pour de nouvelles usines dans le monde, un ren- forcement commercial et la H&D », ren- chent-il Présent dans 50 pays, le groupe compte 20 filiales et une dizaine d'usines Et le dirigeant indique plusieurs projets en France et à l'international « Nous avons une usine en Vendée en cours de démar- rage, un projet d'atelier de mélange au Vietnam, des projets d'usine en Chine, en Roumanie et des projets en Amérique du Nord et du Sud » m A.D.
  34. 34. Date : 22 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.5 Journaliste : K.F. Page 1/1 OLMIX 5025625400504Tous droits réservés à l'éditeur OlmixGroup : uneapproche intégrée delasanté parlesalgues Commentmieuxnourrirlaplanteetl'animalpourmieuxnourrirl'homme.Cesttoutl'enjeudu "Onehealththankstoalgae"d'OlmixGroup,spécialistedesolutionsnaturellesàbased'algues. race aux 31 "Innovation In- vestissement International", notre petite PME va devenir une multinationale, développée sur un nouveau concept de marché, basé sur l'algue-ingrédient », pré- ditHervéBalusson,lePDGd'Olmix Group. Sonobjectif: construireune chaîne alimentation-santé sans pesticide, sans antibiotique et sans additif chimique, grâce à ses solu- tions naturelles algo-sourcées. « À fin2015,lasociétéreprésenteraun chiffre d'affaires de So MC (dont 85% à l'international)pour un ef- fectifde 500 personnes. Dans dix ans, onpourra,jepense, ajouterun zéro à ses deux chiffres. » Pour ce faire, l'entreprise bretonne a dé- montré « lapertinence de sespro- duits » en élevant, cette année, le premier poulet 100 % sans antibio- tiquegrâce auxalgues. Danslafou- lée, il a inauguré, le 15 septembre, sa "Breizh Algae School", afin de former ses futurs clients à ses nou- velles techniques de production vé- gétale, animale et agroalimentaire. Despotentialitésspectaculaires Pour accroître sa collecte d'algues, d'environ3.5001actuellementsur les côtes bretonnes, l'entreprise va installer quatre usines sur la façade Atlantique pour valoriser son mil- lion de tonnes de biomasse. En pa- rallèle, est lancé un programme sur la culture d'algues. Que ce soit via des «alimentsfonctionnelshautde gamme en substitution du soja et des farines de poisson » ou des «produitsàfortevaleurajoutéeen remplacementdesantibiotiques», le «potentieldedéveloppementest spectaculaire sur le marché mon- dialde la nutrition-santéanimale, qui représente 40 Md€ ». Idem «danslevégétal,quireprésentele double » entermes de chiffre d'af- faires.«Noussortonsdulabo,avec desmoléculesd'intérêtphytophar- maceutiques qui pourraient se substituer à des molécules chi- miques»,confielePDG. Ainsi, « enplusdes50MCinves- tisdanslarechercheàcèjour,l'en- treprise compte en dépenser au- tant dans les quèlques années à venir,pour implanterdes usines à travers le monde (Antilles, Chine, Amérique du Sud) et assurer la montéeenpuissancedeseséquipes commercialesetdeR&D». K.F.
  35. 35. Environnement 20 Septembre 2015 L’algue marine est-elle l’avenir de l’agriculture ? Et si la solution pour éliminer les antibiotiques, pesticides et autres additifs chimiques utilisés dans l’agriculture se trouvait avec l’algue ? C’est en tout cas ce que propose une entreprise bretonne Olmix qui parie sur ces organismes marins pour améliorer la production animale et ainsi lutter, à court terme, contre l’antibiorésistance chez l’Homme. Bien manger pour être en bonne santé, ce n’est désormais plus un secret. Cependant, il est encore difficile de trouver dans les rayons des aliments produits sans additifs chimiques. Si pour l’homme, les antibiotiques ne sont pas automatiques, ce n’est pas le cas, par exemple, pour les poulets qui sont souvent sous antibiotiques pour prévenir les épidémies. Ces antibiotiques résistants et présents dans le poulet sont par la suite ingurgités par les consommateurs. Ainsi, à force de consommer des antibiotiques, l’Homme développe une résistance et ne peut plus soigner des infections communes qui jusqu’ici étaient traitées facilement. C’est ce que l’on appelle, l’antibiorésistance. « 75% des maladies humaines sont d’origine animale », affirme Jocelyne Arquembourg, professeure en Sciences de l’information et de la communication à la Sorbonne. Mieux produire pour améliorer la santé de l’Homme Dans un rapport rendu fin 2014 au gouvernement britannique sur ce sujet, Jim O Neil, ancien chef économiste de Goldman Sachs, prévoit qu’en 2050 « la surmortalité due aux infections par des bactéries antibiorésistantes sera de 10 millions de morts par an dans le monde, plus que le cancer ou toute autre maladie. » Pire, « des infections communes et des blessures légères qui sont traitées depuis des décennies peuvent à nouveau tuer, avertit Charles Penn, coordinateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’humanité est entrée dans une nouvelle ère (…) où l’on pourra mourir d’infections banales ou de blessures légères. »
  36. 36. Environnement 20 Septembre 2015 Aujourd’hui, ce sont l’élevage et les éleveurs qui commencent à être pointés du doigt comme partiellement responsables. Face à cette prise de conscience internationale, l’Union Européenne a déjà réduit le recours aux antibiotiques en élevages en interdisant leur usage pour augmenter les performances de croissance des animaux. Mais cela sera-t-il suffisant dans les prochaines années ? L’algue, la solution alternative D’ici 2050, nous serons 9 milliards sur Terre. Alors comment produire davantage sans utiliser des antibiotiques ou autres additifs chimiques ? La solution pourrait ainsi se trouver dans les algues marines que l’on retrouve sur nos côtes bretonnes. Qu’elle soit verte, rouge ou brune, l’algue marine, en plus d'être une source inépuisable, possède des propriétés nutrionnelles exceptionnelles. Riche en protéines, celle-ci pourrait devenir l’alternative naturelle à tous les produits chimiques utilisés dans la production agricole. Pour Hervé Balusson, le PDG d’Olmix Group, initiateur de cette innovation, « les algues peuvent en effet soigner plus efficacement et durablement les animaux d’élevages, améliorer la nutrition et la protection des plantes et même limiter l’utilisation d’additifs chimiques en agroalimentaire : autant d’innovations qui, au final, devraient garantir un avenir durable aux habitants de la planète », d’ici l’horizon 2050. Les premiers poulets élevés aux algues Pour preuve, Olmix Group a lancé un vaste programme pilote où des éleveurs de volailles du Morbihan n’utilisent plus du tout d’antibiotiques à titre de prévention mais seulement quand cela est nécessaire. Pour les remplacer, ces poulets ont été nourris à l’algue. La première filière française a ainsi vu le jour : la « Breizh Algae Chicken ». Le goût de ces volailles élevées aux algues n’est pas altéré. Il est exactement le même que ceux que l’on a l’habitude de déguster. Forte de ce succès, la firme bretonne souhaite désormais étendre leur programme « bleu » à toute la chaîne alimentaire (cochons, dindes, poissons) et vise les marchés internationaux dont la Chine et l’Afrique. Le PDG Hervé Balusson voit grand, même très grand. « Nous sommes prêts à conquérir le monde », a-t-il ainsi affirmé. Retrouvez cet article le blog de Made in Potager, le portail qui met en relation producteurs et amateurs de bons produits.
  37. 37. 19 Septembre 2015 Biotechnologies marines, chimie verte : Olmix dans la cour des grands Spécialiste français des solutions naturelles à base d’algues pour l’agriculture et l’élevage, le groupe Olmix fête ses vingt ans. Pour marquer comme il se doit ce vingtième anniversaire d’expertise et d’innovations, de recherches sur les algues, l’entreprise a reçu à Paris, à proximité de la Tour Eiffel, plus de 300 professionnels de l’élevage et de la nutrition animale, venus du monde entier. Créé en 1995 au cœur de la Bretagne (Bréhan), pour fournir des alternatives naturelles aux additifs utilisés dans l’agriculture, Olmix est aujourd’hui l’un des grands spécialistes internationaux des biotechnologies marines et de la chimie verte. Présent dans une centaine de pays à travers le monde, Olmix Group réalise 66 millions de chiffres d’affaires, dont 80% à l’international. Antibiorésistance Grâce à son expertise de pointe, le groupe morbihannais propose des solutions pour lutter contre l’antibiorésistance, sujet de santé publique mondial majeur. « Nous avons réussi à créer la première filière de poulets élevés sans antibiotique, grâce aux algues : la Breizh Algae Chicken, » souligne Hervé Balusson, PDG fondateur d’Olmix Group. L’expérience pilote, menée par une dizaine d’éleveurs bretons est une réussite : déjà 500 000 poulets élevés sans antibiotique grâce aux algues ! « Plus que jamais, notre objectif est de construire une chaîne alimentation-santé complète sans pesticide, sans antibiotique et sans additif chimique grâce à ses solutions naturelles algo-sourcées, à travers notre programme « One health thanks to algae. » Breizh Algae School Pour permettre aux étudiants et aux professionnels de se former à ces techniques nouvelle-génération de production animale et agroalimentaire, le groupe Olmix vient de créer la Breizh Algae School, à Saint-Etienne du Gué de l’Isle (22), à quelques kilomètres du siège social de l’entreprise, à Bréhan. « En 2050, il faudra nourrir 9 milliards d’hommes en conciliant de façon positive les contraintes de l’environnement et une production agricole à la fois industrielle et raisonnée. Je suis certain que les algues marines vont y contribuer, » assure Hervé Balusson. Grâce à leurs propriétés et à nos technologies, les algues peuvent soigner plus efficacement et durablement les animaux d’élevages, améliorer la nutrition et la protection des plantes et même limiter l’utilisation d’additifs chimiques en agroalimentaire : des innovations, qui au final, devraient garantir un avenir durable aux habitants de la planète. »
  38. 38. Economie 18 Septembre 2015
  39. 39. Date : 17 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page de l'article : p.1 Journaliste : Emmanuel Guimard Page 1/1 0a77b59059405204b2174324ae0915f12f16ca0ed12d58e OLMIX 8416325400524Tous droits réservés à l'éditeur Saint-Nazaire au cœur de la révolution microalgues Mini raffinerie ou serre de culture 7 Algosolis, inaugurée cet été à Saint- Nazaire, tient un peu des deux. Cette plateforme de recherche est la première de cette ampleur en France à travailler sur la production et la valorisation des microalgues. Entre le laboratoire Gepea, à l'origine d'Algosolis, et la PME Algosource, qui en découle, ce sont 70 experts qui explorent ce formidable gisement de matière première. Les 22 et 23 octobre, Algosolis réunira, lors d'un colloque, tous les acteurs industriels de cette filière riche de promesses, mais où tout, ou presque, reste à prouver. Certes, cela fait un quart de siècle que l'industrie incorpore les microalgues dans l'alimentation, le fourrage aquacole, la cosmétique, la pharmacie ou la chimie verte. Cette matière verte abonde en protéines, lipides et pigments. Encore faut-il savoir produire les bonnes espèces... et en quantités suffisantes. Car sur les milliers de souches identifiées, une dizaine seulement sont aujourd'hui valorisées... les plus faciles à cultiver. C'est tout le défi d'Algosolis, qui met en œuvre vingt lignes de production autonomes, correspondant à autant de procédés de production possibles pour des variétés riches en valeur ajoutée. Dénominateur commun : la photosynthèse là ou, ailleurs, d'autres industriels misent sur les fermenteurs, au bilan carbone moins favorable. Pour Algosolis, le biocarburant est la piste prioritaire. Il s'agit de démontrer la capacité à produire en masse en demeurant compétitif par rapport au pétrole. Les microalgues sont aussi un bon composant pour des biobitumes. Mais là encore, c'est le prix de revient qui jugera si cette piste est pertinente. Autre enjeu : le «waste to value» ou comment un déchet comme le CO2 , rejeté par les usines, peut nourrir les microalgues. Un démonstrateur est en projet chez Ciments Calcia. Plus spectaculaire, le projet Symbio2 transformerait les façades vitrées des immeubles en immenses serres, d'un vert fluo, pour l'algoculture. Chacune de ces pistes est un pari. L'espoir est de faire émerger de nouveaux champions, à l'instar du breton Olmix, dans les macroalgues, qui a réafirmé cette semaine sa place dans la filière agroalimentaire bretonne et son ambition mondiale. EMMANUEL GUIMARD
  40. 40. 17 Septembre 2015
  41. 41. Date : 17/23 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 18200 Journaliste : Christophe Ganne Page 1/1 bb7485e95db0d501b27149e40601f5172bc5589c71245c7 OLMIX 9936125400504Tous droits réservés à l'éditeur ENVIRONNEMENT. Nouvelle raitiasseuse d'algues vertes : essais concluants Une nouvelle machine ramasse les algues vertes en baie de Saint-Michel depuis une semaine. Les premiers essais sont concluants. Les algues sont transformées en produit pour nutrition animale et en fertilisants. Pas de temps à perdre La lourde machine, blanche et tur- quoise, 13 mètres de long et 23 tonnes, file vers la mer 1,5 kilo- mètre à parcourir avant d'atteindre la zone autorisée Une allure de gros engin agricole pour ramasser les algues vertes dans le premier rideau d'eau Les roues et les che- nillettes trempent alors dans une dizaine de centimètres d'eau Fabriquée à Plouigneau L'engin fabriqué par la société de Plouigneau B2MH n'a le droit qu'à deux heures avant la basse mer pour travailler Des contraintes imposées dans l'arrêté par Lannion Tregor Agglomération A l'avant un large tamis roulant ramène les algues vertes et les isole de l'eau Puis elles sont envoyées sur un tapis roulant dans la large benne à l'arrière Particularité, le sable n'est pas touché « Nous pouvons travailler jusqu'à 80 centimètres d'eau » explique An- toine Fleutry, de la sociéte Agrival de Plouenan Traitées en 24 h En à peine une demie-heure, la machine remonte déjà la grève pour décharger 12 tonnes d'algues avant de repartir « Les algues vertes sont directement envoyées à Plouenan pour être nettoyées et ensuite elles partent à Bréhan chez Olmix pour être transformées. Le tout en moins de 24 h » C'est là tout l'enjeu, travailler des algues vivantes Lin projet sur lequel la société Olmix travaille depuis dix ans Cette fois, elle a enfin obtenu le droit d'exploiter le gisement de Saint-Michel grâce à une décision du préfet de Région avant l'été « Les élus locaux sont réticents. « ON NE CHANGERA PAS DE LIGNE » Pas de doute, les élus locaux de l'agglomération reste sur la même ligne face à l'etractiond es algues vertes par la société Agrival - Olmix « Notre posi- tion n'a pas changé » explique Jean-Claude Lamande, élu à Plestm en charge de ce dossier pour l'agglomération « Nous ne voulons pas faire d'une pollution, une richesse. Nous voulons éradiquer les algues à la source» Contraints par le Préfet de Région, l'aggloméra- tion a tenu à définir les règles « Nous ne souhaitons pas que la machine travaille alors que la mer est assez haute. Il faut que ce soit au fond de la Grève. Maintenant si chacun reste comme ça au niveau de la réglementation, ça ira. Chacun fait son job » se contente de direJean-Claude Lamande 25 000 m3 sur la plage Apres un démarrage tardif de la saison, les algues vertes sont arrivées en juillet Au 8 septembre 18 045 m3 ont été ramassés sur la plage (et non pas avec la machine d'Olmix) « et on sera au total au même niveau que les autres années avec 25 DOO m3 en fin de sai- son. Depuis 2011, on baisse chaque année de 200 à 300 m3 . On verra quel impact aura la campagne de ramas- sage dans le rideau» La nouvelle machine peut ramasser jusqu'à 12 tonnes en un quart d'heure. C'est dommage, on pourrait en ramasser plus. On est du coup obligé d'aller en chercher ail- leurs » commente Hervé Balusson, lePd-g d'Olmix Pour fabriquer ses produits de nutrition animale qui remplacent les antibiotiques, comme pour les poulets de chez Tilly Sabco à Guerlesqum, la machine est allée en collecter en Normandie cet été Des essais très concluants Sur la plage, les contraintes sont strictes et les contrôleurs de la DDTM présents « Quatre rotations par jour mais pas en mortes eaux et par coefficient inférieur à 60. Après chaque ramassage une analyse de la ressource est opérée. » A titre expérimental, le prefet n'a donne une autorisation que jusqu'au 15 septembre La nouvelle machine n'a pu tra- vailler que cinq jours « mais les essais sont très concluants. On sait que ça marche. On le fait dans d'autres pays au monde. Nous sommes présents en Chine et au Vietnam notamment. C'est l'industrialisation de l'in- novation qui est difficile à faire passer en Bretagne » regrette Hervé Balusson, convaincu de sa technologie et des débouchés 25 000 m3 d'algues échouées « On attend, on aimerait bien avoir à construire d'autres machines de ce type », assure Fa- brice Morin, le patron de la société B2MH de Plouigneau spécialisée dans les engins spécifiques Lin défi technologique relevé en dix mois aussi par l'entreprise fims- ténenne Les élus, eux, préfèrent lancer un second plan algues vertes dans les semaines prochaines et tenter une nouvelle fois d'éradiquer les algues à la source Après une semaine de tests, le ramassage ne pourra recommen- cer qu'au printemps prochain En attendant, de nouvelles quantités importantes d'algues s'échouent chaque jour sur la plage qu'il faudra bien enlever à l'aide de tracteurs sur la plage 25 DOO m3 cette saison Christophe Ganne
  42. 42. Actualié / Eco / social 16 Septembre 2015
  43. 43. Economie 16 Septembre 2015
  44. 44. http://www.challenges.fr/entreprise/sante/20150915.CHA9398/olmix-la-success-story-qui-carbure-aux-algues.html 16 Septembre 2015 Olmix, une success story bretonne qui carbure aux algues L’or noir d’Hervé Balusson se décline plutôt en vert, rouge ou brun. A la tête d’Olmix group, ce Breton pur sucre ne jure que par les algues, devenues le moteur de sa PME à la santé florissante. Les algues, Hervé Balusson en a fait son credo. Et son business. Le patron d’Olmix group, PME bretonne de 400 salariés spécialiste des solutions naturelles à base d’algues pour l’agriculture et l’élevage, a un appétit d’ogre. Partie de rien il y a vingt ans, la PME est désormais présente dans 150 pays et espère un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros à la fin de l’année –contre 65 en 2014. Cela ne suffit pas à l’hardi Breton qui se dit prêt "à conquérir le monde". Alors, pour recevoir ses 300 clients venus d’Asie, d’Amérique du Sud ou encore d’Afrique, il a mis les petits plats dans les grands. Et leur a servi Paris sur un plateau. Les quatre jours du "Breizh Algae Tour" ont débuté dimanche 13 septembre par une soirée au palais de Chaillot "avec vue sur la Tour Eiffel", précise-t-il. "Un client m’a glissé ‘C’est pas AllTech [le plus gros concurrent américain d’Olmix] qui pourrait faire ça.’ Il n’y a pas à dire, la magie de Paris aide", avoue-t-il, soulagé et fier. Une fois n’est pas coutume, Olmix aura fait une infidélité à la Bretagne. La Bretagne au cœur Et pourtant, sans la Bretagne, Olmix ne serait pas tout à fait Olmix. Implanté à Bréhan, le groupe puise toute sa force dans les ressources de la région. Qu’elles soient vertes, rouges ou brunes, on y trouve 700 espèces d’algues différentes pour un vivier qui oscille entre 500.000 et
  45. 45. http://www.challenges.fr/entreprise/sante/20150915.CHA9398/olmix-la-success-story-qui-carbure-aux-algues.html 16 Septembre 2015 1 million de tonnes. Une aubaine pour le natif de Saint-Etienne-du-Gué-de-L’Isle. "Les algues sont une matière renouvelable à l’infini", s’exclame-t-il en héraut de "l’économie bleue". Et d’égrener les atouts de sa région: qualité des eaux, sécurité sanitaire, ses 1.500 chercheurs… "On emprunte le schéma Coca-Cola: on garde le concentré en Bretagne et on dilue ailleurs. Il faut garder notre avance technologique. L’innovation au sein d’Olmix group représente 10% des effectifs et 6% du chiffre d’affaires. Pas moins de 14 brevets ont été déposés en 20 ans." Dernière prouesse? Le Breizh Algae Chicken, la première filière de poulets élevés sans antibiotique grâce aux algues. Depuis début mars 2015, 500.000 poulets nourris aux céréales et aux algues sont sortis des abattoirs Tilly-Sabco (Finistère), sauvés de la faillite en décembre dernier par le Breizh Algae Invest (le fonds d’investissement lancé par le groupe Olmix), la CCI de Morlaix et le britannique MS Foods. "Tilly-Sabco est l’outil, quoique bien malade, qui nous a permis d’amener la preuve de notre concept", explique-t-il. Un concept qui aiguise l’appétit des clients étrangers. Le regard rivé vers l’international "Notre premier marché c’est l’Asie du Sud-Est. Viennent ensuite la Chine et le Mexique", détaille Hervé Balusson qui fait 80% de son chiffre d’affaires à l’export. La France n’est pas mûre selon lui. A l’inverse des Asiatiques –notamment des Chinois– qui utilisent les algues dans leur pharmacie depuis plusieurs millénaires et sont prêts à payer plus cher pour manger des produits de qualité car de plus en plus concernés par le sujet de la résistance aux antibiotiques. Selon un rapport rendu fin 2014 au gouvernement britannique par Jim O'Neil, ancien chef économiste de Goldman & Sachs, l’antibiorésistance pourrait faire 10 millions de morts par an dans le monde en 2050. Les algues contre l’antibiorésistance Olmix voit donc grand pour remédier à ce phénomène. Le groupe veut développer une chaîne alimentation-santé sans pesticide, sans antibiotique et sans additif chimique grâce aux algues. En effet, les algues –riches en microéléments et antioxydants– permettent de renforcer les défenses naturelles. "One Health" est un concept d’approche intégrée de la santé: "Santé animale et santé humaine sont liées. 75% des maladies émergentes (SRAS, Ebola, grippe aviaire…) sont d’origine animale", souligne Thomas Pavie, vétérinaire et directeur du projet One Health Thanks to Algae à Olmix (Une santé grâce aux algues). "La santé de l’animal, c’est la santé de l’homme demain et le risque que les éleveurs soient décrétés responsables de l’antibiorésistance existe", alerte-t-il. Et Hervé Balusson d’enchaîner: "En 2050, nous serons 9 milliards sur la planète et il faudra concilier contraintes de l’environnement et production agricole à la fois industrielle et raisonnée. Les algues vont y contribuer." En plus de lutter contre une menace de santé publique, cette filière serait-elle un moyen de sortir de l’ornière l’agriculture productiviste bretonne en panne? Réponse évidemment affirmative pour Olmix qui y croit tellement qu’il inaugurait ce 15 septembre "la première école du monde dédiée aux applications pratiques des algues". Nichée dans l’ancienne ferme des parents d’Hervé Balusson, dans le petit village de Saint-Etienne-du-Gué-de-L’Isle, la Breizh Algae School reflète bien les ambitions du Breton: un ancrage local pour essaimer à l’international.
  46. 46. 16 Septembre 2015 Côtes d'Armor : une école spécialisée dans l'utilisation des algues Le groupe Olmix, spécialisé en nutrition animale et végétale, a inauguré mardi en Bretagne Breizh Algae School, une école consacrée aux algues pour former aux techniques de production sans antibiotiques, sans pesticides, ni additif chimique. Apprendre à produire sans antibiotiques, additifs ou pesticides c'est ce que propose une école consacrée aux algues en Bretagne. "On a besoin de former des gens à travers le monde à nos concepts, à nos techniques et à notre philosophie", a expliqué à l'AFP Hervé Balusson, à la tête du groupe Olmix créé en 1995 et aujourd'hui présent dans une centaine de pays, dont de nombreux pays émergents. Une première mondiale Les formations enseignées dans cette école, présentée comme la première au monde consacrée aux algues, porteront sur la manière d'utiliser les algues pour "récolter 100 quintaux de blé sans pesticide", "sevrer 30 porcelets sans antibiotique" ou "produire un poulet économique sans antibiotique". Les cours, qui débuteront la semaine prochaine avec une quinzaine d'élèves, sont destinés à des partenaires du groupe, comme des éleveurs ou des clients, mais sont aussi ouverts à toute personne intéressée par la filière. Mélant théorie et pratique, les formations dispensées dans cette école baptisée Breizh Algae School se dérouleront dans un ancien corps de ferme restauré de 2.000 m2, à Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle (Côtes d'Armor), à quelques kilomètres du siège du groupe. Les enseignements seront assurés par des experts issus d'organismes tels que l'Institut de la recherche agronomique (Inra), l'Institut français du porc (Ifip), l'Institut supérieur des productions animales et des industries alimentaires (Ispaia) ou l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Le centre de formation est financé par le fonds d'investissement Breizh Algae Invest, lancé par le groupe Olmix pour accompagner le développement de la filière algues dans le monde. Olmix, qui a lancé cet été sur le marché les premiers poulets élevés aux algues et garantis sans antibiotique, emploie 320 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros. Il prévoit de réaliser en 2015 un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros.
  47. 47. AGENCE FRANCE PRESSE MONDIALES Date : 15 SEPT 15Pays : France Périodicité : Quotidien Paris Journaliste : sf/mcl/DS Page 1/1 OLMIX 3859915400507Tous droits réservés à l'éditeur 15/09/2015 18:49:00 Bretagne: une école spécialisée dans l'utilisation des algues BREST, 15 sept 2015 (AFP) - Le groupe Olmix, spécialisé en nutrition animale et végétale, a inauguré mardi en Bretagne une école consacrée aux algues, pour former aux techniques de production sans antibiotiques, sans pesticides ni additif chimique. "On a besoin de former des gens à travers le monde à nos concepts, à nos techniques et à notre philosophie", a expliqué à l'AFP Hervé Balusson, à la tête du groupe créé en 1995 et aujourd'hui présent dans une centaine de pays, dont de nombreux pays émergents. Les formations enseignées dans cette école, présentée comme la première au monde consacrée aux algues, porteront sur la manière d'utiliser les algues pour "récolter IOU quintaux de blé sans pesticides", "sevrer 30 porcelets sans antibiotiques" ou "produire un poulet économique sans antibiotiques". Les cours, qui débuteront la semaine prochaine avec une quinzaine d'élèves, sont destinés à des partenaires du groupe, comme des éleveurs ou des clients, mais sont aussi ouverts à toute personne intéressée par la filière. Ils seront assurés par des experts issus d'organismes tels que l'Institut de la recherche agronomique(Inra), l'Institut français du porc (Ifip), l'Institut supérieur des productions animales et des industries alimentaires (Ispaia) ou l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Mêlant théorie et pratique, les formations dispensées dans cette école baptisée Breizh Algae School, se dérouleront dans un ancien corps de ferme restauré de 2.000 m2, à Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle (Côtes d'Armor), à quèlques kilomètres du siège du groupe. Le centre de formation est financé par le fonds d'investissement Breizh Algae Invest, lancé par le groupe Olmix pour accompagner le développement de la filière algues dans le monde. Olmix, qui a lancé cet été sur le marché les premiers poulets élevés aux algues et garantis sans antibiotiques, emploie 320 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros. II prévoit de réaliser en 2015 un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros. sf/mcl/DS
  48. 48. Date : 16 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien Page de l'article : p.2 Page 1/1 OLMIX 1750125400504Tous droits réservés à l'éditeur Olmix inaugure une école de l'algue en Bretagne • Le groupe Olmix, spécialise en nutrition animale et végétale, a inaugure hier en Bre- tagne une école consacrée aux algues, avec l'idée de former aux techniques de production sans antibiotiques, sans pesticides ni additif chimique Ce centre de formation Breizh Algae School est financé par le fonds d'in- vestissement Breizh Algae Invest, lancé par le groupe Olmix pour accompagner le dévelop- pement de la filiere algues dans le monde Les cours seront assurés par des experts issus d'or ganismes tels que l'Institut de la recherche agronomique (Inra), l'Institut français du porc (Ifïp) l'Institut supérieur des productions ani- males et des industries alimentaires (Ispaia) ou l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses)
  49. 49. Date : 15 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien Paris Journaliste : sf/mcl/cj Page 1/1 OLMIX 6030025400503Tous droits réservés à l'éditeur 15/09/2015 18:50:00 Bretagne: une école spécialisée dans l'utilisation des algues BREST, 15 sept 2015 (AFP) - Le groupe Olmix, spécialisé en nutrition animale et végétale, a inauguré mardi en Bretagne une école consacrée aux algues pour former aux techniques de production sans antibiotiques, sans pesticides ni additif chimique. "On a besoin de former des gens à travers le monde à nos concepts, à nos techniques et à notre philosophie", a expliqué à l'AFP Hervé Balusson, à la tête du groupe créé en 1995 et aujourd'hui présent dans une centaine de pays, dont de nombreux pays émergents. Les formations enseignées dans cette école, présentée comme la première au monde consacrée aux algues, porteront sur la manière d'utiliser les algues pour "récolter IOU quintaux de blé sans pesticide", "sevrer 30 porcelets sans antibiotique" ou "produire un poulet économique sans antibiotique". Les cours, qui débuteront la semaine prochaine avec une quinzaine d'élèves, sont destinés à des partenaires du groupe, comme des éleveurs ou des clients, mais sont aussi ouverts à toute personne intéressée par la filière. Ils seront assurés par des experts issus d'organismes tels que l'Institut de la recherche agronomique (Inra), l'Institut français du porc (Ifip), l'Institut supérieur des productions animales et des industries alimentaires (Ispaia) ou l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Mêlant théorie et pratique, les formations dispensées dans cette école baptisée Breizh Algae School se dérouleront dans un ancien corps de ferme restauré de 2.000 m2, à Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle (Côtes d'Armor), à quèlques kilomètres du siège du groupe. Le centre de formation est financé par le fonds d'investissement Breizh Algae Invest, lancé par le groupe Olmix pour accompagner le développement de la filière algues dans le monde. Olmix, qui a lancé cet été sur le marché les premiers poulets élevés aux algues et garantis sans antibiotique, emploie 320 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros. II prévoit de réaliser en 2015 un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros. sf/mcl/cj
  50. 50. Date : 16 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Edition : Loudéac-Rostrenen Page 1/1 fd7d25eb5680ef0f42634fa4c40465ad2ef5189ae1f15ec OLMIX 7814025400508Tous droits réservés à l'éditeur Saint-Étienne-du-Gué-de-l'lsle La Breizh Algaë school va bientôt accueillirses premiers étudiants Encore un grand jour pour Olmix Group Mardi, la Breizh Algae schoo son nouveau centre de formation a ete inaugure a Samt-Etienne-du- Gue-de-l'lsle Comme son nom l'in- dique il s agit d une ecole bretonne ou I on apprend les algues Cest aussi la premiere ecole au monde dédiée aux applications prati- ques des algues Un objectif former des étudiants, des partenaires aux techniques modernes de produc- tion, sans antibiotique ni pesticide ni additif chimique Le tout remplace par des algues Un procede visant a améliorer la sante des consomma- teurs par le biais d'une agriculture saine « L'antibioresistance existe de- puis 20 ans, mais on n'en parle pas. C'est une chape de plomb », sou- hgne Herve Balusson, president de Breizh Algae Le centre de formation pourra ac- cueillir jusqu'à 100 élevés Des ses- sions de formations a la carte, d'une ou plusieurs journees y seront dis pensées Des étudiants du monde entier y sont attendus De nombreux elus étaient présents a l'inauguration de l'école Parmi eux le maire, Pierre Richard, se réjouis- sait de l'arrivée d'un tel centre dans la commune « Tous ces échanges vont favoriser le developpement economique de la région. » L evenement était aussi I occasion pour Julien Lemarie chef etoile du Coq-Gadby, a Rennes ainsi que pour des producteurs locaux de faire decouvrir au public divers mets a base d'algues Un ruban de granit a ete martelé pour I inauguration du centre de formation
  51. 51. 16 Septembre 2015 Séquence où l’on cite Olmix En Direct du Space : Innovation « des algues vertes dans les mangeoires » Séquence de 2’26 sur les aliments sans chimie et l’utilisation d’algues vertes pour augmenter la résistance des animaux.
  52. 52. Economie 16 Septembre 2015 La première école consacrée aux algues ouvre en Bretagne ECONOMIE Le groupe Olmix a créé sa Breizh Algae School dans les Côtes d'Armor...
  53. 53. Economie 16 Septembre 2015
  54. 54. 15 Septembre 2015 KLMLKM
  55. 55. 15 Septembre 2015
  56. 56. http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/agriculture-olmix-son-concentre-dalgues-marines-sexporte-15-09-2015-227250 15 Septembre 2015 Agriculture. Olmix, son concentré d'algues marines s'exporte Le groupe fournit des solutions naturelles à base d'algues pour l'élevage et l'agriculture. En dix ans, il est passé de 7 à 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 80% à l'exportation. Quand il invite, Hervé Balusson, le PDG d'Olmix, ne ménage pas les portions. A la veille de l'ouverture du Space à Rennes, le Morbihannais recevait 400 clients venus du monde entier à Paris. Au menu, un séminaire sur le développement de l'autobiorésistance, ce phénomène de santé publique lié à l'apparition de bactéries résistantes aux antibiotiques, notamment dans les élevages. « 75% des maladies humaines sont empruntées au vivier animal », ont rappelé Thomas Pavie et Hervé Demain, directeur et vétérinaires en charge du développement d'un programme qui vise à développer une chaîne alimentation-santé sans pesticide, antibiotique, ni additif chimique, grâce aux algues marines. De 30 à 500 salariés Hervé Balusson et son épouse, Isabelle, ont commencé seuls, en 1995, dans leur bureau de Bréhan, à fournir des solutions naturelles à base d'algues pour l'élevage et l'agriculture du Morbihan. Le pari fait ses preuves en France et à l'international.
  57. 57. http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/agriculture-olmix-son-concentre-dalgues-marines-sexporte-15-09-2015-227250 15 Septembre 2015 Ces dix dernières années, grâce à ses 14 brevets, le groupe est passé de 7 à 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 80% à l'exportation, et de 30 à 500 salariés. Il propose au monde de l'agriculture d'abord des engrais totalement naturels pour les plantes puis, à partir de 2012, de santé animale. « La R&D est un facteur clef de notre développement, s'enthousiasme Hervé Balusson. Avec le soutien actif de la BPI, notre petite PME morbihannaise s'appuie sur un réseau de 21 implantations mondiales. » Le principe : produire en Bretagne un concentré d'algues qui enrichisse les engrais et aliments produits dans les unités locales. Lire aussi : Algues. Olmix Group crée une école sur les algues en Centre-Bretagne Parmi les 400 invités en provenance des cinq continents et de 50 pays du monde, on comptait la présence de Kobenan Kouassi Adjoumani, le ministre des ressources alimentaires en Côte d'Ivoire, de nombreux investisseurs venus d'Amérique Latine et de Chine. Tous ont pu déguster, et apprécier, devant un food truck posté au pied de la tour Eiffel, le fameux Breizh Algae Chicken, ce poulet élevé en 40 jours, sans antibiotique et avec des additifs naturels à base d'algue. « Notre unité de Guerlesquin (29), ex-Tilly Sabco s'en sort doucement, note encore Hervé Balusson. Cet outil était destiné à la casse. On l'a repris en mai et dans quelques mois, il ira mieux. » Les invités d'Olmix pourront aller s'en assurer d'eux-mêmes. Ils sont conviés à inaugurer, ce soir, la Breizh Algae School, ce centre de formation entièrement dédié aux algues qui vient de voir le jour à Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle (Côtes d'Armor) avant de visiter, demain les différents unités de production du groupe sur le terrain.
  58. 58. 15 Septembre 2015
  59. 59. AGRA FIL Date : 15 SEPT 15Pays : France Périodicité : Quotidien Page de l'article : p.3 Page 1/1 OLMIX 5780915400502Tous droits réservés à l'éditeur Ingrédients à base d'algue pour l'élevage sans antibiotiques: un boulevard pour Olmix Le débouché des ingrédients à base d'algues vertes collectées sur le littoral et utilisés pour l'élevage sans antibiotiques, est un boulevard pour la société Olmix, qui fête ses 20 ans à Paris en recevant 300 professionnels. Hervé Balusson, p-dg de la PME bretonne fondée au départ pour valoriser les co-produits du traitement du minerai de cuivre comme oligo-élément dans les aliments du bétail, a indiqué le 14 septembre dans une conférence de presse que l'élevage, breton notamment, a une fenêtre de tir de quèlques années pour sortir de son impasse : l'élevage sans antibiotiques, avec les ingrédients d'algues. En effet, le problème de l'antibiorésistance commence à être connu, à telle enseigne que le président Obama a déclaré qu'il ne veut plus d'antibiotiques dans les élevages en 2020. L'entreprise, qui a pris une part de 30% du volailler Tilly, vient de réussir une expérience pilote avec une dizaine d'éleveurs bretons . 500 000 poulets élevés sans antibiotiques, avec des ingrédients aux algues. Olmix vient d'ouvrir un centre de formation, pour ses partenaires et les étudiants, sur les bienfaits des algues.
  60. 60. Date : 15 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Edition : Ploërmel, Pontivy, Vannes, Auray, Lorient Journaliste : Frédérique Jourdaa Page 1/1 9d7b75955d000300621a4e14b30ec5d82375dc8c41485d1 OLMIX 2559815400508Tous droits réservés à l'éditeur Olmix, son concentré d'algues marines s'exporte Le groupe fournit des solutions naturelles à base d'algues pour l'élevage et l'agriculture. En dix ans, il est passé de 7 à 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 80% à l'exportation Quand il invite, Herve Balusson, le PDG d Olmix, ne menage pas les portions A la veille de I ouverture du Space à Rennes, le Morbihannais re- cevait 400 clients venus du monde entier a Paris Au menu, un seminaire sur le de veloppement de I autobioresistance, ce phénomène de sante publique lie à l'apparition de bactéries résis- tantes aux antibiotiques, notamment dans les élevages « 75% des mala- dies humaines sont empruntées au vivier animal », ont rappelé Thomas Pavie et Herve Demain, directeur et vétérinaires en charge du develop pement d'un programme qui vise a developper une chaîne alimentation- santé sans pesticide, antibiotique, ni additif chimique, grâce aux algues marines De 30 à 500 salariés Herve Balusson et son épouse, Isa- belle, ont commence seuls, en 1995, dans leur bureau de Brehan afournir des solutions naturelles a base d al- gues pour I élevage et l'agriculture du Morbihan. Le pan fait ses preuves en France et a l'international Ces dix dernieres annees grâce a ses 14 brevets, le groupe est passe de 7 a 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 80% a l'exportation, et de 30 a 500 salaries. Il propose au monde de l'agriculture d'abord des engrais totalement naturels pour les plantes puis a partir de 2012 de san- te animale. « La R&D est un facteur clef de notre développement, s'en- thousiasme Herve Balusson Avec le soutien actif de la BPI, notre petite Herve Balusson PDG du groupe Olmix f2p a gauche, avec le micro). PME morbihannaise s'appuie sur un réseau de 21 implantations mon- diales. » Le principe produire en Bretagne un concentre d algues qui enrichisse les engrais et aliments produits dans les unités locales. Parmi les 400 invites en prove- nance des cinq continents et de 50 pays du monde, on comptait la pre- sence de Kobenan Kouassi Adjou- mani, le ministre des ressources ali- mentaires en Côte d Ivoire, de nom- breux investisseurs venus d Ame rique Latine et de Chine Tous ont pu déguster, et apprécier, devant un food truck poste au pied de la tour Eiffel, le fameux Breizh Algae Chi cken, ce poulet eleve en 40 jours, sans antibiotique et avec des additifs naturels a base d'algue. « Notre unité de Guerlesquin (29), ex-Tilly Sabco s'en sort doucement, note encore Herve Balusson Cet ou- til était destiné à la casse. On l'a re- pris en mai et dans quèlques mois, il ira mieux. » Les invites d Olmix pourront aller s'en assurer d'eux-mêmes. Ils sont convies a inaugurer, ce soir, la Breizh Algae School, ce centre de formation entierement dedie aux algues qui vient de voir le jour a Samt-Etienne- du-Gué-de-l'lsle (Côtes d'Armor) avant de visiter, demain les différents unites de production du groupe sur le terrain Frédérique JOURDAA.
  61. 61. LA LETTRE ECONOMIQUE DE BRETAGNE NEWSLETTER Date : 15 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien Page de l'article : p.2 Page 1/1 OLMIX 0031915400524Tous droits réservés à l'éditeur Actualité économique Finances - Olmix (Bréhan, 56) fête ses 20 ans d'existence et se renforce dans le secteur des algues Le speaalisie des composants agricoles et pour l'élevage met l'accent sur les algues, il a cree sa propre ecole et est actionnaire de Tilly Sab co Bretagne pour la production de poulets aux algues L'entreprise dirigée et contrôlee par Herve Balusson fabrique des composants agricoles et pour l'élevage a base de produits naturels La societe de 66 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015 qui exporte 80% de ses volumes met de plus en plus l'accent sur les algues Elle a cree le programme 'One Health thanks to Algae qui prend en compte les interactions entre santé humaine, sante animale et sante vegetale ou environnementale Olmix, qui est l'actionnaire de Tilly Sabco Bretagne, abattoir de volailles situe a Guerlesqum (29), a également initie une filiere de volailles élevées avec des aliments naturels a base d'algues SO 000 poulets de ce type ont d'ores et déjà ete produits et commencent a se vendre L'entreprise dont le siege social est situe a Bréhan (56) a également ouvert il y a quèlques jours la 'Breizh Algae School'dont les competences sonia la disposition des étudiants et des entreprises pour les aidera mieux connaître les avancées technologiques et scientifiques dans le domaine des algues Olmix
  62. 62. Date : 15 SEPT 15 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Edition : Concarneau, Centre-Finistère, Quimper, Quimperlé, Nord-Finistère Journaliste : Frédérique Jourdaa Page 1/1 c37a45c25910da02d26744e43f0265db2da5bd8b71b2537 OLMIX 4000915400502Tous droits réservés à l'éditeur Olmix,sonconcentréd'alguess'exporte Le groupefournit dessolutions naturellesà base d'algues marinespourl'élevageetl'agriculture. Herve Balusson, PDG du groupe Olmix (2e a gauche, avec le micro). Quand il invite, Hervé Balusson, le PDG d'Olmix, ne ménage pas les portions. À la veille de l'ouverture du Space à Rennes, le Morbihannais re- cevait 400 clients venus du monde entier à Pans. Au menu du premier jour de ce tres copieux Breizh Algae Tour : la Tour Eiffel et un seminaire sur le dévelop- pement de l'autobiorésistance, ce phénomène de santé publique mon- dial majeur lié à l'apparition de bacté- ries résistantes aux antibiotiques, no- tamment dans les élevages. « 75 % des maladies humaines sont em- pruntées au vivier animal », ont rap- pelé Thomas Pavie et Hervé Demain, directeur et vétérinaires en charge du développement du programme One Health thanks to Algae qui vise a dé- velopper une chaîne alimentation- santé complète sans pesticide, an- tibiotique, ni additif chimique, grâce aux algues marines. De 30 à 500 salariés Ces dix dernieres annees, grâce a ses 14 brevets, le groupe est passe de 7 à 80 millions d'euros de chiffre d'affaire, dont 80 % à l'exportation, et de 30 à 500 salariés. Il propose au monde de l'agriculture d'abord des engrais totalement naturels pour les plantes puis, à partir de 2012, de san- té animale. « La R & D est un facteur clef de notre développement, s'en- thousiasme Hervé Balusson. Avec le soutien actif de la BPI, notre petite PME morbihannaise s'appuie sur un réseau de 21 implantations mon- diales. » « Notre unité de Guerlesquin, ex- Tilly Sabco s'en sort doucement, note encore Hervé Balusson. Cet ou- til était destiné à la casse. On l'a re- pris en mai et dans quèlques mois, il ira mieux. » Les invites d'Olmix pourront al- ler s'en assurer d'eux-mêmes. Ils sont conviés à inaugurer, ce soir, la Breizh Algae School, ce centre de formation entièrement dédié aux al- gues qui vient de voir le jour à Samt- Etienne-du-Gué-deTlsle (Côtes-d'Ar- mor) avant de visiter, demain les dif- férentes unités de production du groupe sur le terrain. Frédérique JOURDAA
  63. 63. http://www.agrisalon.com/actualites/2015/09/16/une-ecole-specialisee-dans-l-utilisation-des-algues 16 Septembre 2015
  64. 64. 14 Septembre 2015 Aliments à base d'algues, sans pesticide, antibiotique et additif chimique ! OLMIX GROUP : 20 ANS D’EXPERTISE ET D’INNOVATIONS POUR UNE FILIERE ALIMENTAIRE SANS PESTICIDE, SANS ANTIBIOTIQUE ET SANS ADDITIF CHIMIQUE GRACE AUX ALGUES A la veille du SPACE, Salon international de la production animale à Rennes (35), OLMIX Group, le spécialiste français des solutions naturelles à base d’algues pour l’agriculture et l’élevage, fête ses 20 ans. A cette occasion, l’entreprise reçoit plus de 300 professionnels de l’élevage et de la nutrition animale venus du monde entier. En effet, OLMIX Group, créé en 1995 au cœur de la Bretagne (Bréhan - 56), pour fournir des alternatives naturelles aux additifs utilisés dans l’agriculture, est aujourd’hui l’un des grands spécialistes internationaux des biotechnologies marines et de la chimie verte. Présent dans une centaine de pays à travers le monde, OLMIX Group réalise 66 millions de chiffres d’affaires, dont 80% à l’international. Grâce à son expertise de pointe, OLMIX Group propose aujourd’hui des solutions qui font leurs preuves pour lutter contre l’antibiorésistance, sujet de santé publique mondial majeur. OLMIX Group a ainsi réussi à créer la première filière de poulets élevés sans antibiotique grâce aux algues : la « Breizh Algae Chicken ». L’expérience pilote, menée par une dizaine d’éleveurs bretons est une réussite : déjà 500 000 poulets élevés sans antibiotique grâce aux algues ! Aujourd’hui, l’objectif d’OLMIX Group est de construire une chaîne alimentation-santé complète sans pesticide, sans antibiotique et sans additif chimique grâce à ses solutions naturelles algo- sourcées, à travers son programme « ONE HEALTH THANKS TO ALGAE ». Afin de permettre aux étudiants et aux professionnels de se former à ces techniques nouvelle- génération de production animale et agroalimentaire, OLMIX Group vient de créer la Breizh Algae School. Hervé Balusson, fondateur et PDG d’OLMIX Group explique : « En 2050, il faudra nourrir 9 milliards d’Hommes en conciliant de façon positive les contraintes de l’environnement et une production agricole à la fois industrielle et raisonnée : je suis certain que les algues marines vont y contribuer. Grâce à leurs propriétés et aux technologies développées par OLMIX Group, les algues peuvent en effet soigner plus efficacement et durablement les animaux d’élevages, améliorer la nutrition et la protection des plantes et même limiter l’utilisation d’additifs chimiques en agroalimentaire : autant d’innovations qui, au final, devraient garantir un avenir durable aux habitants de la planète. »
  65. 65. 14 Septembre 2015 Une intuition visionnaire : les algues pour lutter contre l’antibiorésistance Si la découverte et le développement des pesticides, des engrais chimiques ou des antibiotiques ont été parmi les plus importants accomplissements du siècle passé, l’abus et le mauvais usage des bienfaits de la chimie ont produit les effets inverses de ceux escomptés. Par exemple, l’usage massif et non maîtrisé des antibiotiques, comme facteurs de croissance ou comme agents de prévention, s’est accompagné de l’apparition de résistances chez les bactéries pathogènes. Un changement de modèle est nécessaire pour que l’agriculture reste productive, tout en continuant sa tâche de toujours : nourrir l’humanité avec des produits sains. C’est fort de cette intuition visionnaire, en identifiant les algues marines comme une source renouvelable de matières premières au potentiel insoupçonné capable de contribuer à nourrir durablement 9 milliards d’Hommes à l’horizon 2050, que Hervé Balusson a créé Olmix Group, il y a 20 ans, pour fournir des solutions naturelles à l’élevage et à l’agriculture. Breizh Algae Chicken : succès de la filière des poulets élevés 100% sans antibiotique grâce aux algues OLMIX Group a aujourd’hui la capacité avec ses produits à base d’algues d’accompagner les professionnels de l’élevage et des productions végétales vers une réduction voire une substitution des antibiotiques et des pesticides. En effet, les normes et standards du commerce mondial, les réglementations nationales ou communautaires, les besoins des industriels de l’agroalimentaire, la demande accrue des consommateurs pour des produits plus sains… tout pousse vers une réduction des antibiotiques en élevage. L’industrie des productions animales doit s’adapter et mettre en place des alternatives, sans pour autant altérer ses résultats économiques. La première démonstration de la validité des solutions algo-sourcées développées par OLMIX Group est faite avec le Breizh Algae Chicken, un poulet élevé 100% sans antibiotique, dont les premières dégustations organisées récemment en Bretagne ont remporté un franc succès auprès des consommateurs. Dégustation de poulet aux algues devant l'hotel Pullman Tour Eiffel « One Health thanks to Algae » : une approche intégrée de la santé par les algues Aujourd’hui, un nouveau concept d’approche intégrée de la santé s’affirme au niveau mondial : ONE HEALTH, partant du constat qu’il ne faut pas opposer Homme et Nature. Ce concept prend en compte les interactions entre santé humaine, santé animale et santé végétale ou environnementale. OLMIX Group s’inscrit pleinement dans cette démarche en y apportant sa spécificité, avec les solutions naturelles algo- sourcées : ONE HEALTH THANKS TO ALGAE. Ce projet vise à démontrer qu’il est possible de mettre en place une véritable logique de Nutrition-Santé afin de lutter contre les problèmes de santé publique liés à l’utilisation massive des antibiotiques dans l’élevage, de pesticides ou d’insecticides dans la production végétale ou d’additifs chimiques dans la production agroalimentaire.
  66. 66. 14 Septembre 2015 Soigner des poulets et des vaches avec des algues vertes REPLAY - C'est l'une des innovations qui seront présentées cette année au salon de l'élevage à Rennes. C'est important, car il y a beaucoup trop d'antibiotiques dans les fermes. par Virginie Garin , Loïc Farge publié le 14/09/2015 à 08:00 mis à jour le 14/09/2015 à 11:14 Partager
  67. 67. 14 Septembre 2015 Les antibiotiques pour les poulets, c'est souvent automatique. On ne leur en donne pas seulement quand ils sont malades, mais tout le temps, pour prévenir les épidémies. C'est un vrai problème, car les bactéries finissent pas s'habituer. Elles deviennent résistantes, y compris chez l'homme quand ils mange le poulet. Une société bretonne a mis au point un complément alimentaire à base d'algues, efficace pour éviter le développement des bactéries. Olmix a un programme pilote dans le Morbihan, où des éleveurs de volailles n'utilisent plus du tout d’antibiotiques en prévention, mais uniquement s'ils sont vraiment nécessaires. Les premiers poulets ont été commercialisés cet été. Vertus préventives Ces algues vertes sont collectées en mer. Il faut qu'elles soient fraîches. Ce sont des sortes de moissonneuses-batteuses (de grosses machines bleues) qui vont les récolter le long des plages, dans 60 centimètres d'eau. Ensuite est extraite une molécule (un sucre) qui a des vertus préventives. Le laboratoire espère pouvoir lancer très vite des programmes sans antibiotiques dans des élevages de porcs et de bovins. Elle veut exporter ses compléments en Asie. Car si en France l'usage des antibiotiques est déjà trop fréquent dans les fermes, en Asie c'est encore pire. On dope les poulets pour les faire grossir. Cette viande sera un peu plus chère dans les magasins, mais de bien meilleure qualité et plus saine.
  68. 68. 14 Septembre 2015
  69. 69. Date : SEPT 15 Pays : France Périodicité : Mensuel Page 1/1 OLMIX 2591815400508Tous droits réservés à l'éditeur Rencontre avec New Hope le géant chinois du poulet L e 2 juillet dernier, Hervé Balusson etThomas Pavie sesont rendusau sommet économique franco-chi-1 nois de Toulouse, un événement auquel ont pris part le Premier ministre chinois, Li Keqiang et son homologue | français, Manuel Valls. Ils y ont rencon-1 tré Liu Yonghao, Président du Groupe Liu y^ghao, Président New Hope, le leader de la production de du Groupe New Hope poulet en Chine. Entreprise cotée, New Hope pèse 8,8 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Le fondateur de cet empire chinois du poulet a démarré il y a 25 ans au fin fond de la campagne chinoise, sans aucune aide. « ll nous a confirmé que l'avenirserait constitué en Chine par un pou- let naturel, sans hormones et sans antibiotiques. Nous sommes tout à fait dans cette dynamique. Aujourd'hui, le consommateur haut de gamme chinois ne fait plus confiance aux produits chinois, à la suite de nombreux scandales alimentaires. On peut dire que le marché chinois nous ouvre ses portes » résume Hervé Balusson.
  70. 70. Date : SEPT 15 Pays : France Périodicité : Mensuel Page 1/1 OLMIX 0591815400524Tous droits réservés à l'éditeur Breizh Algae Tour 800 délégués réunis sous la Tour Eiffel L ors du Breizh Algae Tour 2015, qui se tiendra à Paris du 13 au 16 septembre, Olmix Group va re- cevoir 800 de ses clients internatio- naux au pied de la Tour Eiffel. Il en pro- fitera pour rappeler qu'il est une société d'excellencefrançaise.Ces800clients représenteront 50 nationalités dans lesquelles sont distribués tous les pro- duits Olmix Group. «Cesontcesgensquidistribuentnos produits dans le monde entier et qui nousreprésentent. Nousallonsleurdé- voiler nos évolutions et souligner le fait que notre groupe devient mondial. Lestechnologiesquenousavonsmises en place depuis 20 ans sont en train de monter en puissance. Notre message sera simple: "Préparez-vous à nous accompagner car l'ère du sans anti- biotiques est arrivée".» Le lundi 14 septembre, deux grands spécialistes internationaux de santé humaine expliqueront scientifique- ment que l'excès d'antibiotiques dans l'alimentation du bétail provoque l'anti- biorésistance. Celle-ci a des consé- quences sur la santé des animaux et sur la santé humaine. « Demain, après une banale opération, nous poumons mourir en sortie de bloc car nos médi- caments resteraient inopérants à endi- guer une contamination bactérienne » pronostique Hervé Balusson. Breizh Algae va aussi tenir une confé- rence de presse pour présenter sa viandeélevéesansantibiotiquesgrâce aux algues et montrer auxjournalistes que c'est aujourd'hui une réalité. « Nos clients sont de grands ac- teurs de l'agroindustrie qui possèdent des usines d'aliments, cles abattoirs, des usines de transformation et, pour certains d'entre eux, des supermar- chés à l'image de nos partenaires chinois. Nous allons leur faire décou- vrir qu'Olmix Group peut être leur partenaire surl'ensemble de la chaîne: dans les aliments, sur les cultures, dans les ingrédients de nourrissage et même sur le plan du marketing. » À l'issue de la conférence de presse, le labelThankstoAlgaesera officielle- ment lancé. Ce terme signifie "Grâce aux algues" mais peut aussi avoir un double sens: "Merci les algues".

×