Projet énergie et eau de Djibouti Rapport final 2005

1,622 views
1,457 views

Published on

Projet énergie et eau de Djibouti Rapport final 2005

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,622
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
34
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Projet énergie et eau de Djibouti Rapport final 2005

  1. 1. Pagedegarde.doc REPUBLIQUE DE DJIBOUTI Bureau du Premier Ministre Banque Mondiale PROJET ENERGIE ET EAU DE DJIBOUTI Etude d’impact environnemental et social Rapport final AAvvrriill 22000055 E1143 v2 PublicDisclosureAuthorizedPublicDisclosureAuthorizedPublicDisclosureAuthorizedPublicDisclosureAuthorized
  2. 2. p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU PROJET ENERGIE ET EAU DE DJIBOUTI Rapport final SOMMAIRE AVANT-PROPOS .................................................................................................................... 1 1. RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE .................................................................................................... 2 2. CONTEXTE LÉGISLATIF ET RÉGLEMENTAIRE DJIBOUTIEN ................................... 7 2.1 DOMAINE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL ....................................................................... 7 2.1.1 Contexte législatif et institutionnel djiboutien ..................................................... 7 2.1.2 Procédures Banque Mondiale.......................................................................... 10 2.2 DOMAINE DE L’EAU..................................................................................................... 11 2.2.1 Contexte réglementaire.................................................................................... 11 2.2.2 Acteurs institutionnels du secteur de l’eau....................................................... 11 2.3 DOMAINE DE L’ÉNERGIE.............................................................................................. 13 2.3.1 Contexte institutionnel...................................................................................... 13 2.3.2 Réglementation régissant la production et la distribution d’électricité ............. 13 2.4 DOMAINE DE L’URBANISME.......................................................................................... 14 3. PRÉSENTATION DU PROJET...................................................................................... 15 3.1 INSTALLATION D’UN PARC ÉOLIEN................................................................................ 16 3.1.1 Présentation du projet sur le site du Grand Bara............................................. 16 3.1.2 Recommandation de l’étude de faisabilité ....................................................... 17 3.1.3 Présentation du projet sur le site de Arta......................................................... 17 3.2 RÉHABILITATION ET/OU EXTENSION DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE DE DJIBOUTI-VILLE ..................................................................................................................... 18 3.2.1 Présentation du projet sur le quartier Balbala.................................................. 18 3.2.2 Présentation du projet sur le quartier Farah Had PK12 ................................... 21 3.3 PROTECTION ET GESTION DE LA NAPPE DE DJIBOUTI.................................................... 22 3.3.1 Contexte ........................................................................................................... 22 3.3.2 Objectifs du projet ............................................................................................ 23 3.3.3 Composantes du projet .................................................................................... 23 4. ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT....................................................................... 25 4.1 DONNÉES DE CADRAGE .............................................................................................. 25 4.1.1 Climat ............................................................................................................... 25 4.1.2 Situation de la ressource en eau...................................................................... 26 4.1.3 Situation de l’énergie........................................................................................ 28 4.1.4 Situation socio-économique ............................................................................. 28 4.2 SITE DU GRAND BARA ................................................................................................ 36 4.2.1 Aspects physiques ........................................................................................... 36
  3. 3. p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 4.2.2 Aspects biologiques ......................................................................................... 38 4.2.3 Aspects socio-économiques et culturels.......................................................... 39 4.2.4 Bilan.................................................................................................................. 42 4.3 SITE DE ARTA ............................................................................................................ 43 4.3.1 Aspects physiques ........................................................................................... 43 4.3.2 Aspects biologiques ......................................................................................... 44 4.3.3 Aspects socio-économiques et culturels.......................................................... 44 4.3.4 Bilan.................................................................................................................. 46 4.4 SECTEUR DE BALBALA - PK12 .................................................................................... 47 4.4.1 Aspects physiques ........................................................................................... 47 4.4.2 Aspects biologiques ......................................................................................... 47 4.4.3 Aspects socio-économiques et culturels.......................................................... 47 4.4.4 Bilan.................................................................................................................. 53 4.5 BASSIN D’ALIMENTATION DE LA NAPPE DE DJIBOUTI ..................................................... 53 4.5.1 Situation géographique de la nappe de Djibouti .............................................. 53 4.5.2 Hydrologie ........................................................................................................ 55 4.5.3 Aquifère des basaltes du golfe et des basaltes Somalis.................................. 57 4.5.4 Exploitation de la nappe de Djibouti et enjeux ................................................. 62 4.5.5 Protection réglementaire des forages .............................................................. 63 4.5.6 Actions envisagées dans le cadre du Schéma Directeur de l’Eau................... 64 4.5.7 Faune et flore du bassin................................................................................... 64 4.5.8 Occupation et usage des sols .......................................................................... 65 4.5.9 Bilan.................................................................................................................. 67 5. IMPACTS DU PROJET ET MESURES D’ATTÉNUATION........................................... 69 5.1 PARC ÉOLIEN DU GRAND BARA ................................................................................... 69 5.1.1 Impacts positifs................................................................................................. 69 5.1.2 Impacts négatifs potentiels et mesures associées........................................... 69 5.1.3 Bilan.................................................................................................................. 72 5.2 PARC ÉOLIEN DE ARTA ............................................................................................... 73 5.2.1 Impacts positifs................................................................................................. 73 5.2.2 Impacts négatifs potentiels et mesures associées........................................... 73 5.2.3 Bilan.................................................................................................................. 78 5.3 EXTENSION DE L’ÉLECTRIFICATION DE BALBALA ET PK12............................................. 78 5.3.1 Impacts positifs................................................................................................. 78 5.3.2 Impacts négatifs potentiels et mesures associées........................................... 79 5.3.3 Bilan.................................................................................................................. 82 5.4 PROJET DE GESTION ET DE PROTECTION DE LA NAPPE DE DJIBOUTI .............................. 82 5.4.1 Impacts positifs................................................................................................. 82 5.4.2 Impacts négatifs potentiels et mesures associées........................................... 83 5.4.3 Bilan.................................................................................................................. 84 6. ALTERNATIVES ENVISAGÉES.................................................................................... 85 6.1 PARC ÉOLIEN ............................................................................................................. 85 6.1.1 Autres sites éoliens .......................................................................................... 85 6.1.2 Autres énergies renouvelables......................................................................... 86 6.2 RÉSEAU ÉLECTRIQUE ................................................................................................. 87 6.3 PROTECTION DE LA NAPPE.......................................................................................... 87 7. PLAN DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ....................................................... 88 7.1 RAPPEL DES IMPACTS................................................................................................. 88 7.2 MESURES D’ATTÉNUATION.......................................................................................... 91 7.3 PROGRAMME DE SUIVI................................................................................................ 93 7.4 OBLIGATIONS LÉGALES............................................................................................... 93 7.5 MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE .................................................................................. 93 7.6 ESTIMATION DES COÛTS ............................................................................................. 94 7.7 CONSULTATION DES DIFFÉRENTS ACTEURS CONCERNÉS .............................................. 94 8. PLAN DE DÉPLACEMENT DES POPULATIONS ET ACTIVITÉS............................... 95
  4. 4. p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final ANNEXES.............................................................................................................................. 96 AUTEURS DE L’ÉTUDE............................................................................................................ 97 PERSONNES CONSULTÉES..................................................................................................... 98 BIBLIOGRAPHIE..................................................................................................................... 99 LISTE DES FORAGES EXPLOITANT LA NAPPE DE DJIBOUTI ...................................................... 102
  5. 5. Préambule p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 1 AAVVAANNTT--PPRROOPPOOSS La présente étude d’impact environnemental et social porte sur les trois composantes suivantes du projet « Eau et Energie » porté par l’Etat Djiboutien (Bureau du Premier Ministre) et financé par la Banque Mondiale : Installation d’un parc éolien à Grand Bara. Réhabilitation et/ou extension du réseau de distribution électrique de Djibouti-ville. Protection de la nappe phréatique du bassin d’Ambouli. Les deux objectifs principaux de la mission sont l’évaluation de l’impact environnemental et l’évaluation des conditions d’éventuelles réinstallations liées au projet pour assurer la conformité du projet avec les politiques de protection environnementale et sociale de la Banque Mondiale. Le présent rapport final est basé sur l’état d’avancement des études de faisabilité à la fin du mois de février 2005. Figure 1: Situation de la République de Djibouti (source CERD)
  6. 6. 1. Résumé de l’étude p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 2 1. RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE Le projet Eau et Energie, développé par le Bureau du Premier Ministre, s’élève à 7 M USD, financé par un prêt de l’Association Internationale de Développement (IDA) dépendant de la Banque Mondiale. Il est composé des trois volets suivants : Une composante Energie comprenant : • L’installation et l’exploitation d’un parc éolien au Grand Bara pour renforcer les moyens de production des Districts de Dikhil et d’Ali Sabieh et ainsi permettre l’alimentation de trois projet industriels à Ali Sabieh. La faisabilité de ce parc conduit à le remplacer par un parc à proximité d’Arta. • La réhabilitation et l’extension du réseau de distribution électrique de la ville de Djibouti, quartier de Balbala. Une composante Eau visant à améliorer les conditions d’exploitation de l’aquifère de Djibouti. Une composante restructuration institutionnelle relative à une analyse des options adéquates à la restructuration des services de l’électricité, de l’eau/assainissement et la détermination des étapes de la mise en place des options retenues. La présente étude d’impact environnemental et social porte sur les deux composantes eau et énergie du projet. LA COMPOSANTE PARC ÉOLIEN Descriptif de la composante Cette composante (site du Grand Bara), initialement destinée à fournir de l’électricité aux villes d’Ali Sabieh et Dikhil, ainsi qu’aux nouvelles unités industrielles de la région, a dû être révisée, du fait de contraintes techniques majeures. Une localisation de la charge peu idéale, couplée à des problèmes importants de synchronisation / stabilisation du réseau et à la faible disponibilité d’équipements éoliens adaptés pour un réseau de si petite taille, ont conduit à opter pour un nouveau site offrant plus d’opportunités de vente d’électricité ainsi produite. Le nouveau site, aux environs de la localité de Arta, se situe à près de 30 km du réseau principal de Djibouti ville. Il représente le choix optimal en termes de faisabilité technique, de viabilité économique, et de potentiel d’expansion dans le futur, sur la base des données éoliennes existantes à Djibouti. La faisabilité pour ce site n’ayant pu se baser que sur des chiffres extrapolés de données disponibles pour un site voisin, il y a une petite marge d’incertitude qui nécessite qu’une mesure de données éoliennes sur le site d’Arta soit conduite sur une période d’au moins 2 mois. Un mât de mesure devrait donc y être installé au plus vite. L’étude de faisabilité a envisagé trois options de transmission de la charge produite par le parc éolien vers le réseau de Djibouti Ville, via PK12 : Raccordement de 0,5 km à une ligne 20 kV voisine, récemment construite pour relier Arta à PK12; Construction d’une nouvelle ligne 63 kV de km, mais utilisée en 20 kV, entre le parc éolien et PK12 ; Importante réhabilitation d’une ancienne ligne 20 kV voisine et inutilisée sur près de 32 Km.
  7. 7. 1. Résumé de l’étude p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 3 La composante du projet comprend à ce stade l’acheminement et l’installation « clé-en- main » d’un parc éolien équivalant à une puissance totale d’environ 1,8 MW (3 éoliennes de 600 MW, de 40 m de hauteur), le raccordement du parc à la ligne 20 kV la plus récente, ainsi que la garantie de performance associée et un contrat de supervision des travaux. Contexte et état initial de l’environnement Les principales contraintes du milieu physique à considérer par les concepteurs sont les suivantes : • Sensibilité des terrassements à l’érosion sur les pentes. • Résistance des superstructures à une forte activité sismique. • Résistance des superstructures à de possibles épisodes de vent violent. Le milieu naturel ne présente a priori aucun caractère remarquable susceptible de constituer une contrainte pour le projet (végétation rare et dégradée, pas de couloir migratoire connu). Il n’existe a priori pas de servitudes aéronautiques et électromagnétiques, mais des vérifications devront être faites auprès des autorités concernées. Il y a une proximité relative (de l’ordre de 500 m au minimum) avec les dernières habitations ou concessions définitives de la ville d’Arta, ce qui est un point important à prendre en compte pour la localisation exacte définitive à retenir pour les éoliennes. Le massif d’Arta constitue le point culminant du District de Djibouti. Ses pentes sont visibles de loin depuis la plaine de Dibouti, sans toutefois constituer un ensemble paysager particulièrement remarquable. Impacts et mesures d’atténuation Le projet a une dimension innovante qui a pour principal impact positif à l’échelle nationale de concrétiser la volonté de la République de Djibouti d’engager une nouvelle politique énergétique par la diversification des ressources énergétiques : premier pas vers une réduction de la consommation d’hydrocarbures et des gaz à effet de serre. Le projet ne présente aucun impact négatif réel, mais un certain nombre de risques inhérents au caractère industriel des installations, qui peuvent être limités par des précautions d’ordre conceptuel, et quelques contraintes pour un éventuel développement urbain dans l’avenir : Obstacle au ruissellement pluvial diffus (piste d’accès) : mise en place de passages busés ou de radiers selon le choix définitif du site d’implantation. Nuisances sonores : Respect d’une distance minimale de 500 m des premières parcelles attribuées en concession définitive implantation (zone résidentielle). Urbanisme : Information des autorités locales et prise en compte du site du projet dans la réflexion à venir du développement urbanistique d’Arta. Activités aéronautiques : information des autorités concernés et balisage diurne et nocturne des installations. Collisions et mortalité d’oiseaux et chauve-souris : l’implantation est faite à l’écart des habitats sensibles et couloirs migratoires reconnus, mais un suivi est recommandé pour retour d’expérience. Actes de vandalisme : information régulière de la population, association aux travaux et à la maintenance, clôture du site. Accidents : prise en compte des contraintes physiques dans la conception, implantation à l’écart des zones habitées et des grands axes de circulation, gardiennage des installations, formation du personnel.
  8. 8. 1. Résumé de l’étude p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 4 Conditions de réalisation et d’exploitation : disponibilité des moyens de réalisation à considérer dans la conception, formation du personnel du futur exploitant. LA COMPOSANTE DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE Descriptif de la composante La composante distribution électrique est destinée à la fourniture de matériel de distribution à Electricité de Djibouti (EDD) en vue d’accroître l’accès à l’électricité des habitants du quartier défavorisé de Balbala, localisé dans la zone péri-urbaine ouest de Djibouti ville. Cette réhabilitation et extension de réseau devra alimenter près de 2 000 nouveaux branchements (soit une hausse du nombre d’habitants desservis à Djibouti ville de près de 6%), pour un coût estimé à 1,2 millions $US. Cette composante inclut la fourniture d’équipement ainsi que les services de supervision des travaux. Contexte et état initial de l’environnement Les principales contraintes du milieu physique à considérer par les concepteurs sont les suivantes : • Travaux de terrassement : nature composite du substratum. • Stabilité des superstructures : prise en compte des risques de mouvements de terrain et de la sismicité active de la région (fondations). Le milieu naturel non représenté dans ce secteur densément bâti ne présente aucune contrainte pour le projet. La dynamique urbaine ne suit pas les orientations du Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme, avec l’implantation d’habitat spontané dans des secteurs dépourvus d’équipements publics. La trame viaire est peu lisible dans un paysage urbain à caractère hétéroclite, voire absente de certains quartiers. Le choix des sites à aménager doit tenir compte de l’accessibilité et des possibilités d’intervention sans décasement. La population concernée est très pauvre, avec des taux de chômage élevés. Impacts et mesures d’atténuation Le projet d’extension du réseau électrique de Djibouti ville dans le quartier de Balbala a pour principal impact positif de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population d’îlots défavorisés (de l’ordre de 2000 branchements attendus) : amélioration de l’éclairage et donc des possibilités d’étudier pour les enfants ; ventilation et lutte contre les moustiques. Pour le quartier PK12, s’ajoute à cela la possibilité de développement de commerces et services liés au trafic routier. Le projet n’a aucun impact négatif sur le milieu physique, naturel et paysager (implantation de poteaux électriques et de postes de transformation en zone urbaine). Les risques d’impact négatif (lignes surplombant des habitations, transformateurs avec polluants…) sont tous liés à un non respect des normes en vigueur, notamment en terme de sécurité. Ces normes sont actuellement et normalement bien respectées par EDD. Les impacts socio-économiques et culturels liés à la nécessité de déplacer des populations (« décasements ») pour s’assurer des emprises nécessaires sont supprimés dés la conception du projet en privilégiant la desserte d’îlots viabilisés ou propices à des solutions techniques adaptées : L’impact négatif résiduel réside dans la persistance d’îlots non desservis, dont l’amélioration doit être envisagée dans le cadre d’une opération d’urbanisme.
  9. 9. 1. Résumé de l’étude p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 5 COMPOSANTE GESTION ET PROTECTION DE LA NAPPE DE DJIBOUTI Descriptif de la composante Cette composante se consacre à la création d’un modèle et au soutien institutionnel nécessaires à la protection optimale et l’exploitation durable de la nappe phréatique d’Ambouli, la seule source en eau de Djibouti-Ville. Les trois objectifs de cette composante de protection et exploitation de la nappe sont: Compléter les connaissances sur la nappe phréatique d’Ambouli et les localisations et types de risque de contamination et de dégradation de la qualité ; Préparer un modèle mathématique et un programme d’exploitation permettant l’optimisation et la protection des ressources offertes par la nappe ; Initier la mise en oeuvre du programme d’exploitation et de protection de la nappe. Les investissements associés à cette composante comprennent le forage et l’équipement d’un total de 16 puits devant permettre d’observer la nappe, ainsi que les coûts associés à l’élaboration et au calibrage du modèle qui servira de référence à l’exploitation de la nappe. Le travail scientifique sera dirigé par le CERD, qui sera également en charge de la gestion du modèle. Cependant, la mise en oeuvre du programme d’exploitation et de protection de la nappe sera du ressort de la direction de l’Eau au ministère de l’Agriculture, laquelle aura besoin d’un renforcement qui se traduira en formation et achat de petits équipements (pour un coût de 100 000 $US). Contexte et état initial de l’environnement La nappe de Djibouti est fragilisée par des niveaux de prélèvement qui dépassent la ressource, avec comme conséquence une forte salinisation par des remontées marines. Elle est située dans les couches basaltiques mais alimentée essentiellement par la superficie en alluvions (lit majeur des oueds), là où se font les échanges entre la nappe d’inferoflux et la nappe souterraine. L’organisation de l’occupation des sols prend en compte le bassin d’alimentation de la nappe (schéma d’urbanisme) mais avec plusieurs activités ponctuelles potentiellement polluantes (décharges, dépôt de voiture, parking…). La principale menace de pollution, en dehors de la salinité, est liée au trafic routier djibouto-ethiopien, avec un important transport d’hydrocarbure et de produits chimiques sur une route étroite et sinueuse, notamment pour les traversées des oueds qui sont les endroits les plus sensibles. Impacts et mesures d’atténuation Les impacts positifs sont : • Une meilleure maîtrise de la ressource en eau ; • Une meilleure protection de l’aquifère contre les pollutions ; • Un atout pour la sensibilisation du public à la préservation de la ressource en eau. Il n’y a pas de réel impact négatif, mais plutôt des risques : • Eventuelle pollution ponctuelle en lien avec les forages de reconnaissance, donc nécessité de mise en place des clôtures des périmètres immédiats. • Remise en cause localisée d’occupation des sols à risque, qui nécessitera une concertation. Une mesure d’accompagnement institutionnel comprend le renforcement des moyens de la Direction de l’Eau afin de donner toute son efficacité au projet et à la mise en œuvre de ses résultats.
  10. 10. 1. Résumé de l’étude p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 6 PLAN DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL L’ensemble des mesures d’atténuation ou d’accompagnement du projet sont organisées dans un plan de management environnemental qui définit l’organisation du suivi de la mise en œuvre de ces mesures sous la responsabilité de la Direction de l’Environnement en lien avec l’Unité de Gestion du Projet. Ce plan comprend aussi les mesures de diffusion de l’étude d’impact et de consultation des différents acteurs sur la composante environnementale et sociale. A cet effet, l’Unité de Gestion du Projet (UGP) organisera, en collaboration avec la direction de l’Environnement deux séminaires (un pour la sous-composante distribution électrique et un pour la sous- composante parc éolien) où seront présentés les résultats de l’évaluation et où les avis et commentaires des participants seront recueillis. Par ailleurs l’UGP en lien avec le District de Djibouti et d’Arta pourra, si nécessaire, utiliser les différentes associations de quartier ou associations thématiques locales comme relais d’information et de concertation. PLAN DE DÉPLACEMENT DES POPULATIONS ET ACTIVITÉS Afin de s’affranchir du surcoût d’une opération de déplacement / réinstallation de populations et dans un souci de desservir le plus grand nombre de foyers dans l’enveloppe financière prévue, le Maître d’Ouvrage a choisi de privilégier dés la conception du projet des solutions évitant tout déplacement de population et d’activité. Ce choix présente en outre l’avantage d’éviter le traumatisme social qu’engendreraient des « décasements » de populations défavorisées. En l’absence de déplacement de population ou d’activité, le plan de déplacement de population n’a pas lieu d’être. Le contexte réglementaire des déplacements à Djibouti est toutefois rappelé.
  11. 11. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 7 2. CONTEXTE LÉGISLATIF ET RÉGLEMENTAIRE DJIBOUTIEN 2.1 DOMAINE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL 2.1.1 Contexte législatif et institutionnel djiboutien TEXTES LÉGISLATIFS ET RÉGLEMENTAIRES A Djibouti, la réalisation des études d’impact pour la protection de l’environnement est exigée par deux textes principaux : La Loi n°106/AN/00/4ème L portant sur le Cadre de l’Environnement, et notamment les articles 16, 33, 54, 55 relatifs aux études d’impact pour la protection des milieux et l’article 56 relatif au suivi environnemental, définit les objectifs et les principes généraux de gestion de l’environnement en République de Djibouti. Elle en fixe l’organisation institutionnelle. Les objectifs de la gestion de l’environnement fixés sont : • Protéger l’environnement de manière à assurer l’intégrité des facteurs de régénération et de conservation de ses composantes ; • Assurer un développement durable et équitable entre les générations ; • Améliorer et maintenir le cadre de vie des populations ; • Restaurer les éléments du patrimoine naturel et écologique national dégradés ; • Prévenir toute action pouvant entraîner des impacts négatifs importants par la mise en œuvre de mécanismes spécifiques d’évaluation environnementale et de planification ; • Faire cesser toute pollution ou dégradation, ou tout au moins en limiter les effets négatifs sur l’environnement. Le Décret n°2001-0011/PR/MHUEAT portant définition de la procédure d'étude d'impact environnemental, son annexe désignant la nomenclature des opérations pour lesquelles la réalisation d’une étude d’impact est obligatoire et notamment l’article 12 relatif au contenu de l’étude d’impact. Ce décret précise que toute activité susceptible d’induire des impacts négatifs sur l’environnement doit faire l’objet d’une étude d’impact préalable. L’étude d’impact doit être intégrée dans les études de faisabilité. L’évaluation de l’étude d’impact est sanctionnée par la délivrance ou non d’une autorisation environnementale par le Ministère chargé de l’environnement. L’étude d’impact est réalisée à la diligence du promoteur, dans le cadre de son étude de faisabilité. Il peut, sous sa responsabilité, la confier à des cabinets ou des centres spécialisés. Le contenu de l’étude d’impact doit refléter l’incidence prévisible du projet sur l’environnement et doit comprendre au minimum les éléments suivants : Une description détaillée du projet d’activité ou d’investissement envisagé et les raisons ainsi que les justifications techniques du choix du site retenu Une analyse de l’état initial du site et de son environnement naturel, socio-économique et humain portant, notamment sur les éléments et les ressources naturelles susceptibles d’être affectées par le projet ;
  12. 12. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 8 Une analyse prospective des incidences probables du projet sur le site d’implantation et de ses abords immédiats : • Impacts directs, indirects, temporaires, permanents et cumulatifs sur le site, le paysage, la faune, la flore, l’air, le sol, le climat, le milieu marin, les équilibres biologiques, les ressources et milieux naturels, la santé… • Impacts sociaux, culturels et économiques, impacts sur le cadre de vie du citoyen, sur l’hygiène et la salubrité publique et sur la commodité du voisinage des conséquences des bruits, vibrations, odeurs, émissions lumineuses et autres. Les mesures de suppression, d’atténuation, de correction ou de compensation des conséquences dommageables sur l’environnement que le promoteur se propose de mettre en place avec une présentation des moyens financiers correspondants. Une estimation des impacts résiduels envisagés après mise en œuvre des mesures de correction. L'étude d’impact doit être déposée par le maître d’ouvrage ou le promoteur du projet en cinq exemplaires avec un résumé qui ne dépasse pas 20 pages auprès du Ministère chargé de l’environnement. L'évaluation du document d'étude d'impact, sur une demande écrite faite par le promoteur, incombe au Ministère chargé de l’environnement. Les Ministères concernés par le projet sont destinataires d'une copie de l'étude d'impact et participent, à la demande du Ministère de l’Environnement, au processus d'évaluation avec les responsables du District concerné. Pour les projets d'envergure nationale, un avis du Comité National pour l'Environnement (CNE) est requis avant toute décision opposable. L'évaluation se déroule en deux phases : évaluation technique et évaluation par le public. L'évaluation technique est réalisée par le Ministère chargé de l'environnement et en tant que de besoin en collaboration avec les Départements techniques sectoriels concernés et le District du lieu d’implantation prévu. L'évaluation d’étude d’impact par le public se fait soit par enquête publique soit par consultation de documents. Le délai d’évaluation, y compris l’évaluation par le public ne peut excéder six mois. A l’expiration de ce délai, l’autorisation de l’administration est réputée acquise. L'étude d'impact approuvée vaut cahier des charges environnementales pour le promoteur. Le Ministère de l’Environnement est chargé, en collaboration avec les Départements techniques sectoriels concernés du suivi et de l’application des mesures d’ajustement environnementales. D’autres textes concernant la protection de l’environnement existent, ils sont mentionnés dans la bibliographie en annexe. CONTEXTE INSTITUTIONNEL DJIBOUTIEN Source 1 Conscient des enjeux vitaux que représente la gestion environnementale pour un développement économique et social durable, le Gouvernement djiboutien a concrétisé ses aspirations et son engagement par la création en 1991 de deux organes institutionnels : 1 République de Djibouti, Ministère de l’habitat, de l’urbanisme, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Plan d’action national pour l’environnement 2001-2010, décembre 2000
  13. 13. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 9 Un Comité National pour l’Environnement (CNE) : sous la présidence du premier ministre il est composé de représentants de l’ensemble des ministères. Il est notamment chargé de coordonner les structures institutionnelles en charge des problèmes d’environnement et d’élaborer une réflexion générale de l’environnement. Un Comité Technique pour l’Environnement (CTE) qui assiste le précédent en lui proposant les décisions et en pilotant toutes les actions en matière d’environnement. Il est composé de représentants des directions, services et associations impliqués dans les problèmes d’environnement. L’environnement est aussi élevé au rang ministériel par l’intégration d’une Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement au sein du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme, de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. C’est cette direction qui est responsable de l’application du décret sur les Etudes d’Impact Environnemental requises lorsqu’un projet est susceptible d’affecter l’environnement. Elle assure l’évaluation de l’étude d’impact et s’assure du respect des préconisations de l’étude d’impact lors de la réalisation du projet. D’après la loi cadre sur l’environnement, le ministère qui est en charge de l’Environnement a la responsabilité : de préparer et mettre en œuvre les politiques environnementales, de coordonner la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière d’environnement et d’assurer le suivi de sa mise en œuvre, d’assurer la participation des services publics, privés et des secteurs associatifs impliqués dans la gestion de l’environnement, de veiller au respect des règles de bonne gestion et des normes tant nationales qu’internationales quand celles-ci s’appliquent et d’assurer l’intégration de l’environnement dans les activités économiques à travers la procédure d’étude d’impact environnemental, d’engager des poursuites judiciaires contre toute personne physique ou morale qui se serait rendue responsable de la pollution ou de la dégradation de l’environnement. On note toutefois que le droit relatif à l’environnement est souvent inappliqué ou faiblement mis en œuvre par les structures administratives concernées. En effet face à l’abondante législation, mais aussi face à des textes parfois lacunaires ou inadaptés, les moyens institutionnels demeurent limités. Ainsi la Sous-Direction de l’Environnement ne dispose que de 9 personnes. Par ailleurs des difficultés de coordination se présentent pour l’articulation avec les autres départements ministériels qui suivent les projets. Ainsi actuellement cette direction qui a la première responsabilité d’application de la loi cadre sur l’environnement est faiblement impliquée dans le suivi des projets dont la problématique principale n’est pas environnementale. Par ailleurs elle n’a pas toujours le poids suffisant pour imposer sa vision aux autres départements. L’implication des autres départements ministériels pour l’application de cette loi cadre se fait progressivement, mais nécessite encore un renforcement.
  14. 14. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 10 2.1.2 Procédures Banque Mondiale Sources : 2 3 POUR L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE L’évaluation environnementale est un processus, dont l’ampleur, la complexité et les caractéristiques sur le plan de l’analyse dépendent de la nature et de l’échelle du projet proposé, et de l’impact qu’il est susceptible d’avoir sur l’environnement. Elle consiste à évaluer les risques que peut présenter le projet pour l’environnement et les effets qu’il est susceptible d’exercer dans sa zone d’influence, à étudier des variantes du projet, à identifier des moyens d’améliorer la sélection du projet, sa localisation, sa planification, sa conception et son exécution en prévenant, en minimisant, en atténuant ou en compensant ses effets négatifs sur l’environnement, et en renforçant ses effets positifs ; l’évaluation environnementale inclut aussi le processus d’atténuation et de gestion des nuisances pendant toute la durée de l’exécution. La Banque préconise l’emploi de mesures préventives de préférence à des mesures d’atténuation ou de compensation, chaque fois que cela est possible. La Banque classe les projets en quatre catégories selon le type de projet et l’importance de leur impact environnemental. Le présent projet est classé dans la catégorie B, c’est-à-dire avec des impacts environnementaux moins lourds que la catégorie A, en général non irréversibles, sur des sites spécifiques et avec des mesures d’atténuation simples. POLITIQUE SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE L’expérience montre que, si elle n’est pas bien organisée, la réinstallation involontaire intervenant dans le cadre des projets de développement engendre souvent de graves problèmes économiques, sociaux et environnementaux : les systèmes de production sont démantelés ; les populations voient leurs moyens de production s’amenuiser ou perdent leurs sources de revenu ; elles sont relocalisées dans des environnements où leurs techniques de production risquent d’être moins performantes et la compétition sur les ressources plus forte ; les structures communautaires et les réseaux sociaux sont affaiblis ; les groupes de parenté sont dispersés ; l’identité culturelle, l’autorité traditionnelle et les possibilités d’entraide sont amoindries ou ruinées. La politique sociale de la Banque Mondiale renferme des sauvegardes pour affronter et réduire ces risques d’appauvrissement. Cela nécessite d’identifier les impacts et de les présenter aux acteurs concernés, ce bien cerner les vulnérabilités et de mettre en œuvre les mesures adéquates. L’Emprunteur doit ainsi soumettre à la Banque un plan de réinstallation, un cadre de politique de réinstallation ou un cadre fonctionnel se conformant aux exigences de la procédure opérationnelle (PO 4.12), ce qui constitue une condition pour l’évaluation des projets impliquant une réinstallation involontaire. 2 Manuel opérationnel de la Banque Mondiale, Politiques opérationnelles, PO 4.01 L’évaluation environnementale, juin 1999 3 Manuel opérationnel de la Banque Mondiale, Politiques opérationnelles, PO 4.12 Réinstallation involontaire de personnes, décembre 2001
  15. 15. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 11 2.2 DOMAINE DE L’EAU 2.2.1 Contexte réglementaire Le domaine de l’eau est réglementé par la loi n° 93/AN/95/3e L Portant Code de l'Eau. Ce code de l’eau a pour objet la protection du milieu aquatique, la préservation de la ressource commune en eau et la conciliation dans l'intérêt de tous les différents usages. Il vise à permettre une gestion équilibrée de la ressource, son utilisation raisonnable et équitable et l'harmonisation des règles qui en régissent l'usage par les personnes publiques ou privées de manière à : 1) garantir la préservation des eaux souterraines ainsi que la conservation et le libre écoulement des eaux ; 2) assurer l'alimentation en eau potable de la population et protéger contre toute pollution de la qualité des eaux, en particulier, souterraine ; 3) valoriser l'alimentation comme ressource économique et satisfaire ou concilier les exigences de l'agriculture, de l'industrie, de la production d'énergie, ainsi que de toutes autres activités humaines légalement exercées ; 4) lutter contre le gaspillage et la surexploitation ; 5) prévenir les effets nuisibles de l'eau. Des décrets pris en application de cette loi viennent préciser certains domaines : Le Décret n°2000-0031/PR/MAEM relatif à la Lutte contre la Pollution des Eaux. Le Décret n°2000-0033/PR/MAEM relatif aux périmètres de protection des captages de l’eau destinée à la consommation humaine. 2.2.2 Acteurs institutionnels du secteur de l’eau Source 4 GESTION DES RESSOURCES EN EAU La Direction de l’Eau est à la tête du dispositif administratif responsable de la gestion des ressources en eau. Ces attributions incluent: (i) la définition et la mise en œuvre de la Politique National de l’Eau ; (ii) la coordination des actions relatives à la politique de l’eau en assurant le pilotage du Secrétariat Technique de l’Eau; (iii) l’évaluation des ressources en eau; (iv) la surveillance et contrôle de l’exploitation des ressources en eau; (v) l’instruction des déclarations, demandes d’autorisations et concessions en matière de prélèvements et de rejets en collaboration avec les Commissaires de la République; (vi) l’étude et l’implantation des périmètres de protection ; (vii) le développement des ressources en eau, y compris la réalisation de forages en régie ; et (viii) l’administration du Fonds National de l’Eau. Les Commissaires de la République délivrent les autorisations et concessions de prélèvements/rejets, sanctionnent les usagers/pollueurs en cas de non-conformités aux dispositions des autorisations/concessions (mise en demeure, suspension, amende). 4 République de Djibouti, Secteur de l’Eau, Note de Politique Sectorielle, Banque MondialeRapport No. 29187-DJ
  16. 16. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 12 Le CERD est le partenaire scientifique national dans le domaine de l’hydrologie et de l’hydrogéologie. Il conduit les études géophysiques et hydrogéologiques dans le cadre de projets financés par les bailleurs de fonds. Il dispose aussi d’un laboratoire d’hydro-chimie réalisant les analyses physico-chimiques de l’eau pour le compte de la Direction de l’Eau et de l’ONED moyennant paiement. D’après le code de l’Environnement, la Direction de l’Environnement créée en 2000 est aussi responsable de la protection des ressources en eau par la définition de valeurs limites de protection et d’utilisation des eaux continentales, la surveillance des ressources, le contrôle des prélèvements et des rejets et l’application éventuelle de sanctions en collaboration avec les officiers de la police judiciaire. EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN La production et la distribution d'eau potable à Djibouti-ville et dans les cinq villes de l'intérieur sont de la responsabilité de l’Office National des Eaux de Djibouti (ONED), établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du MAEM. Les autres intervenants sont des vendeurs d’eau privés desservant la population par camions citernes, gallons ou bouteilles d’eau. La Direction de l'Epidémiologie et de l'Hygiène du Milieu du Ministère de la Santé (MDS) est chargée du contrôle de la qualité de l'eau des eaux de boisson et des effluents et de la surveillance des maladies d'origine hydrique. EAU POTABLE EN MILIEU RURAL L’approvisionnement en eau potable en milieu rural relève de la Direction de l’Eau et des Commissaires Régionaux du MID. La direction de l’eau est responsable de (i) la création de nouveaux points d’eau ; (ii) la maintenance des stations de pompage ; et (iii) l’appui à la gestion participative des points d’eau en milieu rural et dans les quartiers urbains non- desservis par le réseau. Les Commissaires Régionaux sont chargés du gardiennage et de l'approvisionnement en carburant des stations de pompage dans les zones rurales de leurs districts respectifs. ASSAINISSEMENT LIQUIDE A Djibouti-ville, l’assainissement (eaux usées domestiques et pluviales) est du ressort de la Direction de l’Assainissement (DA/MHUEAT), responsable de : (i) la définition des besoins et des programmes d’équipement ; (ii) préparer, étudier, conduire et contrôler les opérations d’assainissement ; et (iii) réaliser en régie certains travaux. Les responsabilités en matière d’exploitation et d’entretien des infrastructures ne sont pas précisées dans les textes. Aucun organisme public n’est responsable de l’assainissement dans les 5 villes de l’Intérieur et en milieu rural. Les autres intervenants sont l’ADETIP (Agence Djiboutienne d’exécution de travaux d’intérêt publics) qui intervient dans le cadre d’un programme général de salubrité publique, et des prestataires de services privés en charge de la vidange et du curage des fosses septiques. HYDRAULIQUE PASTORALE ET IRRIGATION La réalisation et la gestion des ouvrages relèvent de la Direction de l’Agriculture et de l’Elevage du MAEM.
  17. 17. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 13 2.3 DOMAINE DE L’ÉNERGIE 2.3.1 Contexte institutionnel L’arrêté n°73-1477/5G/CG du 10 Octobre 1973 a institué les statuts d’Electricité De Djibouti (EDD) qui déterminent ses conditions de fonctionnement. Cet établissement public est chargé de la production et de la distribution de l’énergie électrique dans la république de Djibouti. EDD est habilité à construire des usines thermiques, des postes de transformations, des lignes de transport ou de distribution et généralement toutes les installations nécessaires à la réalisation de son objet. Il est gérée par un Conseil d’Administration. Le Directeur est nommé en Conseil des Ministres. L’arrêté n°74-131/5G/CG du 23 Janvier 1974 a institué le cahier des charges de l’Electricité de Djibouti. Il fixe les modalités d’exploitation de la production du transport et de la distribution de l’énergie électrique pour tous usages. EDD a seule le droit d’utiliser les voies publiques, d’établir et d’entretenir tout ouvrage ou canalisation destinés au transport et à la distribution de l’énergie électrique. Elle est habilitée à occuper le domaine public et privé de l’Etat pour l’exécution des travaux nécessaires à l’exploitation, ainsi qu’à exercer les servitudes d’utilité publique indispensables. Toute construction d’installation électrique est soumise à une autorisation délivrée par le Ministère de l’Habitat avec l’accord de la Protection Civile. A la fin des travaux, le responsable de la construction de l’installation délivre une attestation de conformité. 2.3.2 Réglementation régissant la production et la distribution d’électricité L’arrêté n° 384 du 14 avril 1939 a fixé les conditions auxquelles sont assujetties les lignes de transport et les distributions d’énergie électrique. Les distributions et transmissions d’énergie électrique sont classées en deux catégories : Distributions et transmissions à usage privé. Distributions et transmissions à usage public. Les lignes de transport et de distribution de puissance inférieure à 50 kilowatts et à usage privé, qui n’empruntent pas les voies publiques, ni le domaine privé peuvent être installées sans autorisation, ni déclaration. Pour l’usage publique, on distingue plusieurs régimes de distribution d’énergie électrique : Régime de la permission de voirie pour les distributions d’une puissance inférieure à 10 kilowatts. Pour les distributions d’une puissance supérieure à 100 kilowatts : • Régime de la concession simple • Régime de la concession avec déclaration d’utilité publique. • Régime de la régie directe. Tous les ouvrages établis sur le domaine public doivent être exécutés en matériaux de première qualité mis en œuvre selon les règles de l’art (la référence utilisée par EDD est la norme française). Les distributions d’énergie électrique et toutes les installations qui en dépendent doivent être tenues en bon état. Les ouvrages de distribution d’énergie électrique et d’alimentation doivent comporter des dispositifs de sécurité en rapport avec la plus grande tension de régime existant entre les conducteurs et la terre.
  18. 18. 2. Contexte législatif et réglementaire Djiboutien p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 14 Les redevances pour occupation du domaine public et privé sont fixées par kilomètre de canalisation haute ou basse tension et par an. 2.4 DOMAINE DE L’URBANISME Pour appliquer leur stratégie en matière d’habitat et de gestion urbaine, les autorités Djiboutiennes ont développé au cours des vingt dernières années une série d’instruments d’ordre institutionnel financier et juridiques. Le document de base en terme d’urbanisme est le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) dans lequel toute action urbaine doit s’inscrire. Ce document est opposable aux administrations concernées. Il traite notamment de la question foncière qui est un préalable à toute action d’aménagement urbain et conditionne profondément le succès ou l’échec de toute politique d’habitat. Le premier schéma directeur d’Aménagement Urbain (1985) a intégré la situation problématique de Djibouti. Son axe majeur comprenait la résorption de l’habitat insalubre, la régularisation des zones occupées illégalement et des constructions illicites. La planification spatiale de la ville de Djibouti a été révisée en 1995/96 et a fait l’objet d’un 2ème SDAU, qui a tenté de répondre cette fois-ci qualitativement aux aspirations des citoyens Djiboutiens, compte tenu de la croissance urbaine et de l’évolution socio-économique et culturelle. Les grandes formes d’usage de l’espace sont projetées pour le long terme dans ce document cadre, qui représente un outil de programmation pour la grande orientation spatiale. Ces SDAU sont appuyés par un outil institutionnel : le projet de développement urbain de Djibouti (PDUD) qui est l’instrument de la politique nationale de gestion urbaine. Il a été exécuté en deux étapes successives, la seconde se fondant sur la réalisation (ou la non réalisation) des objectifs de la première : Le PDUD 1 (1984 – 1991) visait à améliorer les conditions de vie dans les quartiers existants, à aménager des parcelles viabilisées et de nouveau logements, à atténuer les risques liés aux catastrophes naturelles. Le PDUD 2 (1991 – 1999) visait essentiellement les mêmes objectifs que le PDUD 1. Il était destiné à conforter les résultats enregistrés au cours de la première phase et devait permettre de réhabiliter les anciens quartiers de la ville et d’accroître la production des parcelles viabilisées sur Balbala et de servir de cadre pour la mise en place d’outils de gestion urbaine mieux adaptés et plus efficaces. Privilégiant une approche transversale de la question urbaine, les PDUD 1 et 2 ont été conduits de manière à permettre la coordination des nombreux acteurs sectoriels, et à mobiliser de nombreuses instances (ou organisations) de concertation et de décision. Ce sont principalement : Le Comité Interministériel pour les Projets Urbains : comité de décision politique des projets urbains, c’est un dispositif de coordination du gouvernement. Le Comité Consultatif d’Urbanisme, de l’Habitat, de l’Assainissement et de l’Hygiène : instance de consultation inter - services, il remet un avis sur toutes les questions importantes relatives à l’urbanisme et à l’habitat. La Commission de la propriété foncière : présidée par le Secrétaire général du Gouvernement, elle émet un avis sur les affaires domaniales. Elle n’est cependant pas chargée de l’élaboration d’une politique foncière, La Commission Nationale d’Hygiène et de Sécurité : Commission de contrôle, elle est chargée de l’hygiène et de la Sécurité des établissements recevant du public, Le Comité Technique de Coordination du PDUD : Instance de décisions d’ordre technique, il s’agit d’un dispositif de coordination inter-services.
  19. 19. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 15 3. PRÉSENTATION DU PROJET Source :5 Le projet Eau et Energie, développé par le Bureau du Premier Ministre, s’élève à 7 M USD, financé par un prêt de l’Association Internationale de Développement (IDA) dépendant de la Banque Mondiale. Il est composé des trois volets suivants : Une composante Energie comprenant : • L’installation et l’exploitation d’un parc éolien au Grand Bara pour renforcer les moyens de production des Districts de Dikhil et d’Ali Sabieh et ainsi permettre l’alimentation de trois projet industriels à Ali Sabieh. • La réhabilitation et l’extension du réseau de distribution électrique de la ville de Djibouti, quartier de Balbala. Une composante Eau visant à améliorer les conditions d’exploitation de l’aquifère de Djibouti. Une composante restructuration institutionnelle relative à une analyse des options adéquates à la restructuration des services de l’électricité, de l’eau/assainissement et la détermination des étapes de la mise en place des options retenues. Le tableau ci-dessous récapitule les coûts des différentes composantes : Tableau 1 Coût des composantes du projet Eau et Energie Composantes Devises Local Total (millions $US) (millions $US eq.) (millions $US) A. Composante Energie 3.9 0.2 4.1 Expansion distribution - Quartier de Balbala 2.0 0.2 1.2 Pilote éolien à Arta d’1,8 MW (EPC) 1.6 2.6 Supervision des travaux de l’éolien 0.3 0.3 B. Composante Eau (nappe phréatique) 2.0 2.0 C. Composante Restructuration institutionnelle 0.5 0.5 D. Assistance capacité & fournitures UGP (PPF inclus) 0.6 0.1 0.7 TOTAL 7.0 0.3 7.3 A l’heure actuelle, plusieurs études préliminaires ont été lancées : Etude de faisabilité d’installation d’un parc éolien au Grand Bara et d’extension du réseau de distribution électrique de la ville de Djibouti (secteur de Balbala) : en cours, confiée au bureau d’étude LAHMEYER International. Etude de la Nappe de Djibouti : Projet étudié par le CERD, préparé par un atelier de présentation des résultats des études scientifiques sur la nappe de Djibouti (décembre 2004, financement coopération française). Etude de restructuration institutionnelle : Confiée aux consultants Denis Robert et Sophie Trémolet, rapport final remis en décembre 2004. La présente étude d’impact environnemental et social confiée au bureau d’étude BRL ingénierie porte sur les deux composantes eau et énergie du projet. 5 Bureau du Premier Ministre, Aide Mémoire Mission Banque Mondiale 27/02/05
  20. 20. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 16 3.1 INSTALLATION D’UN PARC ÉOLIEN Sources : 6 7 3.1.1 Présentation du projet sur le site du Grand Bara Le gouvernement de Djibouti a confié au CERD la réalisation de mesures de vent sur une année (mars 2003 à fev 2004) en plusieurs sites répartis sur le pays. De bonnes ressources éoliennes ont été mesurées à Ghoubet (8,9 m/s), Daba Reyadleh (5,9 m/s), Gali Ma’aba (9,2 m/s) et Bada Wein (6,7 m/s). A la suite de l’analyse de ces sites c’est celui de Bada Wein qui à été favorisé pour une installation pilote en raison de sa proximité au réseau de Ali Sabieh/Dikhil, sa bonne desserte routière et sa situation optimale en terme de superficie et de potentiel éolien. Les mesures de vents donnent une vitesse moyenne annuelle de 6,7 m/s à une hauteur de 40 m. Le réseau électrique existant localement est composé d’une ligne aérienne moyenne tension de 44 km, avec des charges à Diklhil et Ali Sabieh situés aux deux extrémités de la ligne, une centrale diesel à Dikhil comme source principale, et une de secours à Ali Sabieh. La charge du réseau varie de 300kW à 1200kW au cours de l’année. Durant les heures creuses de la journée la charge peut être couverte par un ou deux groupes diesel à Dikhil. La faisabilité technique conduit à retenir une seule éolienne de puissance 600 kW, d’une hauteur de 40 m. La difficulté de connexion de l’éolienne à ce réseau réside dans la part importante de puissance qu’elle représente par rapport au réseau existant, en effet cela nécessite la mise en place d’un "mini load dispatching center" installé à la centrale de Dikhil pour la gestion du réseau et éviter des dysfonctionnements. Ce système devrait avoir une liaison de télémétrie entre Dikhil et l’éolienne pour communiquer l'état de l'éolienne et pour la commander. Ce système devrait limiter la puissance de l'éolienne en fonction de la courbe de charge et en fonction de l'état de marche des groupes diesel. La production d'énergie et la rentabilité de l'éolienne seraient ainsi considérablement réduites. Un tel système clef en main n’existe pas et un software de gestion et de commande devrait être développé spécialement. Tous ces problèmes n’existent pas tant que la puissance de l’éolienne est réduite par rapport au reste de la capacité de génération du réseau ce qui est le cas pour des réseaux interconnectés ou réseaux nationaux. L’aménagement proprement dit du site comprend : l’installation de l’éolienne avec ses fondations, la route de raccordement à la route d’Ali Sabieh, le raccordement au réseau MT existant, l’installation du système de contrôle et gestion. 6 Rapport provisoire (Version du 19 février 2005) Etude de faisabilité du développement de l’énergie éolienne et de la réhabilitation et de l’extension du réseau de distribution électrique de Djibouti – Lahmeyer. 7 Projet d’évaluation de ressource éolienne à Djibouti, CERD, 2004
  21. 21. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 17 3.1.2 Recommandation de l’étude de faisabilité En conséquence des difficultés de gestion de ce petit réseau, l’étude de faisabilité recommande d’abandonner ce site pour une installation pilote d’éolienne. Ce site peut très bien être exploité plus tard lorsque le système de Dikhil sera raccordé au réseau national de Djibouti. Ceci est prévu d’être réalisé par une ligne 63kV entre Djibouti ville et la région dans le cadre du projet d’interconnexion 225kV avec l’Ethiopie dont la mise en service est prévue au plus tard en 2009. Un site alternatif permettant un raccordement au réseau national est proposé comme site pilote : Arta. Ce site devrait permettre l’implantation d’une première centrale éolienne de 3 x 600 KW. Ainsi la contrainte de puissance en fonction de la charge du réseau et de la période de l'année est éliminée; les éoliennes peuvent injecter la pleine puissance en fonction du régime du vent et une régulation compliquée du débit n’est pas nécessaire. 3.1.3 Présentation du projet sur le site de Arta Le site d’Arta se trouve à environ 30 km à l’ouest de Djibouti Ville à une altitude d’environ 600 m. ce site bénéficie de plusieurs atouts : sa situation face à la mer en font un site idéal pour l’implantation d’un site éolien ; la végétation parsemée et rase constituée essentiellement de petits arbres buissonneux, ne constitue pas d’obstacle ; l’accès s’effectue par une route goudronnée de bonne qualité permettant le passage d’un camion pour la grue et les différents éléments du parc ; La rugosité de terrain est d’environ 1,5 et le site présente plusieurs petits plateaux facilitant l’implantation. L’estimation du potentiel éolien repose sur les données de deux stations de mesures : Daba Riyadley, à 22 km en direction Sud Ouest, pris en compte pour des statistiques éoliennes à hauteur de 37 % Gediah Alleh, 13 km en direction Est; pris en compte pour des statistiques éoliennes à hauteur de 63 % Avec une incertitude de 30 % (données non complètes), on peut estimer la vitesse moyenne entre 7.7 et 8.9 m/s. Le parc éolien sera situé sur une petite colline, le terrain disponible est suffisant pour trois éoliennes d’une capacité unitaire de 600 à 850 kW .Une extension future est possible vers l’Est. Le raccordement au réseau national du parc éolien se fera par les ouvrages suivants : Poste de regroupement 20kV pour connecter les 3 ou 4 éoliennes ; pour des raisons de facilité d'exploitation et de sécurité, l'emplacement de ce poste devra se situer en dehors d'un rayon de 100 m de chaque éolienne. Connexion par câbles souterrains de chaque éolienne au poste 20kV de regroupement ; Raccordement de ce poste à la ligne 20kV Djibouti – Arta. Une injection de l'énergie éolienne dans la ligne 20 kV existante et qui alimente bon nombre de transformateurs de distribution le long du tracé jusqu’à Arta peut engendrer des perturbations pour les consommateurs, surtout des fluctuations de tension à Arta en fonction du débit de l'éolienne.
  22. 22. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 18 Si l'évacuation de l'énergie du parc éolien ne peut pas se faire par la ligne 20kV existante, une option comprend la construction d’une nouvelle ligne isolée de 63kV sur 22 ou 31 km et exploitée dans un premier temps en 20kV jusqu'à Djibouti. Plus tard cette ligne pourra être exploitée en 63kV et prolongée vers les autres sites éoliens. Dans le cadre du projet d'interconnexion Ethiopie - Djibouti, une ligne 63kV sera prévue entre Djibouti, le poste principal de distribution 225/63/20kV situé près de la ville de Djibouti à l'endroit nommé PK12 et le système de Ali Sabieh - Dikhil. Le tronçon de ligne entre Djibouti et le site éolien près de Arta serait ainsi anticipé par l’option du présent projet. Le point de départ de la ligne 63kV sera au niveau du poste PK12, a droite de la route et de la ligne 20kV. La ligne restera sur les premiers 18 km toujours sur le côté droit de la route RN1; le terrain monte très légèrement de 90 m au poste PK12 à 350m. Le corridor de la ligne qui suit celui de la route n'est guère peuplé et la végétation est très faible. Au km 18 commence la montée vers la ville d'Arta et le site du parc situé à une altitude de 590m. La longueur totale du tronçon de ligne PK12 – Arta est estimée à 22km. L’option d’un raccordement de PK12 au Poste de Palmeraie ajouterait 9km de ligne en plus. 3.2 RÉHABILITATION ET/OU EXTENSION DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE DE DJIBOUTI-VILLE Source : 8 Le volet « réhabilitation et/ou extension du réseau de distribution électrique de Djibouti-ville » concerne deux quartiers : Balbala qui s’étend sur environ 800 hectares au nord de la RN1 (route d’ARTA) et la localité de Farah Had située au point kilométrique 12 de la RN1. 3.2.1 Présentation du projet sur le quartier Balbala Le quartier de Balbala est en grande partie électrifié par un réseau MT 20 kV composé de câbles souterrains et de lignes aériennes. Ce réseau MT comprend actuellement 33 postes MT/BT dont 30 postes sont du type maçonné bas et 3 postes du type haut de poteau (type H61). Tous ces postes sont équipés d’un seul transformateur dont la puissance varie entre 50 et 630 kVA. La puissance totale installée des transformateurs est de 13 MVA. Les réseaux BT constitués de poteaux métalliques pour les ancrages, angles, et fin de ligne et de poteaux bois pour les suspensions sont équipés de câbles isolés torsadés avec neutre porteur et un conducteur pour l’éclairage public. Dans sa grande majorité, le réseau MT/BT présente un très bon état et ne nécessite pas de mesures de réhabilitation physique. Cependant, dans certains quartiers, le réseau BT se caractérise par des lignes BT très longues qui occasionnent des chutes de tension importantes et des pertes en énergie conséquentes. Par ailleurs ce réseau ne couvre pas l’ensemble des quartiers. Le projet, qui répond à des demandes exprimées de raccordement au réseau, comprend plusieurs aménagements : Des réhabilitations du réseau avec : 8 Rapport provisoire (Version du 19/2/05) Etude de faisabilité du développement de l’énergie éolienne et de la réhabilitation et de l’extension du réseau de distribution électrique de Djibouti – Lahmeyer.
  23. 23. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 19 • Création de nouveaux postes MT/BT afin de décharger les postes existants et réduire les chutes de tension ; • Pose de parafoudres ; • Réorganisation de réseaux BT en lien avec ces nouveaux postes Des extensions du réseau pour les parties non électrifiées avec : • Des extensions réseau MT • De nouveaux postes MT/BT • Des extensions réseau BT L’électrification de la totalité du quartier de Balbala n’est pas possible, parce que dans certains endroits des installations illicites empêchent les accès indispensables pour de telles infrastructures. L’électrification de telles zones ne pourra se faire qu’en lien avec une restructuration urbanistique de plus grande ampleur. Elles n’ont donc pas été retenues dans le cadre de ce projet. Le choix des sites retenus s’est fait en collaboration entre EDD et les services de la sous-direction de l’Habitat afin d’être en concordance avec les projets d’urbanisme en cours. Le tableau suivant récapitule, quartier par quartier, les aménagements retenus : Tableau 2 Réhabilitations et extensions du réseau électrique de Balbala Quartier Réhabilitation Extension Quantités
  24. 24. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 20 Quartier Réhabilitation Extension Quantités BAHACHE Pose de parafoudres sur le support de fin de ligne afin de protéger la descente aéro-souterraine et le transformateur 3 parafoudres Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,4 km Poste maçonné bas du type « antenne » équipé d’un transformateur de 250 kVA et de deux départs BT 1 Réorganisation de l’ensemble du réseau BT du quartier compte tenu de la présence du nouveau poste 1 WAHLEDABA Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,42 km Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 100 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 IACM 1 Extension du réseau BT dans les zones non électrifiées 0,74 km Réorganisation de l’ensemble du réseau BT du quartier compte tenu de la présence du nouveau poste 1 T3 Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,29 km Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 100 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 IACM 1 Extension du réseau BT dans les zones non électrifiées 0,75 km Réorganisation de l’ensemble du réseau BT du quartier compte tenu de la présence du nouveau poste 1 FARAH-HAD Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,27 km Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 160 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 IACM 1 Extension du réseau BT dans les zones non électrifiées 1,8 km Réorganisation de l’ensemble du réseau BT du quartier compte tenu de la présence du nouveau poste 1 Ligne MT vers poste VOR Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 1,05 km (Nord 3600 parcelles) Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,50 km Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 100 kVA 1 disjoncteur BT 1
  25. 25. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 21 Quartier Réhabilitation Extension Quantités 2 départs BT IACM 1 Extension du réseau BT dans les zones non électrifiées du quartier A 0,4 km Electrification du quartier B à partir du nouveau poste 1,2 km Lot d’urgence 80 parcelles vers PK12 (Layabley) Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,55 km Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 100 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 160 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 IACM 2 Electrification du quartier à partir des deux postes 4,75 km DOGLEY Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² 0,62 km IACM au point de dérivation de la ligne vers ARTA 1 Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 50 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT ce poste est destiné à alimenter l’école 1 Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 160 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 Extension BT 1 km Réorganisation de l’ensemble du réseau BT du quartier compte tenu de la présence du nouveau poste 1 3.2.2 Présentation du projet sur le quartier Farah Had PK12 La localité de Farah Had située au point kilométrique 12 de la route d’Arta n’est pas électrifiée. Cette localité possède une grande école, 2 mosquées, 1 dispensaire et 1 nouveau centre administratif équipé d’un bureau de police en cours de finition. Le long de la route sont installées des activités de restauration et de services liés au trafic poids lourd intense avec l’Ethiopie. A l’extrémité Sud de la localité, à environ 1 km du centre, 100 logements sociaux sont actuellement en cours construction.
  26. 26. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 22 La localité se caractérise par un habitat très concentré au voisinage de la mosquée principale dans une zone d’environ 500 m de diamètre, un habitat moyennement dispersé et une zone avec habitat très dispersé situé principalement entre la limite Ouest de Balbala et PK12. La zone située entre les 100 habitations et la limite de la zone à habitat moyennement dispersé est complètement vide d’habitation. La superficie totale de la zone à habitat moyennement dispersé et à habitat concentré est d’environ 72 hectares. Le centre de la localité a une superficie de 20 ha. Tout ce secteur peut être électrifié par un réseau MT/BT alimenté par une ligne 20 kV dérivée du support de fin de ligne situé au quartier d’urgence 80 parcelles (vers Balbala). La longueur de la ligne MT jusqu’au poste « maçonné bas » à implanter au centre de la localité est de 3,3 km environ. Les 100 habitations sont alimentées par une dérivation MT d’une longueur de 950 m équipée en fin de ligne d’un poste du type H61. Le tableau suivant donne les mesures d’extension à réaliser pour électrifier la localité. Tableau 3 Extension du réseau électrique à la localité du PK12 Quartier PK 12 Extension Quantités Ligne 20 kV équipée d’un câble 34,6 mm² du support de fin de ligne jusqu’au poste maçonné bas 3,30 km Antenne 20 kV jusqu’au 100 habitations 0,95 km IACM au point de dérivation de la ligne vers PK12 1 Poste H61 équipé de : 3 parafoudres 1 transformateur 100 kVA 1 disjoncteur BT 2 départs BT 1 IACM pour le poste H61 des 100 habitations 1 Poste maçonné bas prévu pour l’installation de 3 cellules (ring main unit) équipé en première phase de : 3 parafoudres 1 transformateur 250 kVA 1 cellule transformateur équipée d’un interrupteur 4 départs BT 1 Réseau BT de la localité 9 km 3.3 PROTECTION ET GESTION DE LA NAPPE DE DJIBOUTI Sources : 9 10 3.3.1 Contexte Le volet « Protection et gestion de la nappe de Djibouti » s’inscrit dans le cadre d’un programme plus vaste de renforcement de l’alimentation en eau potable défini par le Schéma National de l’Eau (cf. chap. 4.5.6). 9 République de Djibouti, Centre d’Etudes et de Recherches de Djibouti (CERD), Gestion et protection de la nappe de Djibouti, Projet du Schéma Directeur de l'Eau 2000, Octobre 2004, actualisé en Février 2005. 10 Mission Banque Mondiale pour l’élaboration du Project Appraisal Document, M. Ringskog, février 2005.
  27. 27. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 23 Djibouti-Ville qui comprend 70 % de la population de la République de Djibouti est actuellement alimentée en eau uniquement par l’aquifère lié à la rivière Ambouli : la nappe de Djibouti. Le faible contrôle des extractions et des consommations a conduit à une sur- exploitation de l’aquifère et à la dégradation de la qualité de ses eaux. Le potentiel de production durable de l’aquifère est grossièrement estimé à 10 millions de m3 par an, alors que les extractions actuelles atteignent presque 14 millions de m3 . Cette surexploitation présente un risque important d’intrusion d’eau de mer (connexion entre la mer l’aquifère) qui se traduit déjà par des salinités dans certains puits de 3 000 mg/l (ce qui est trois fois supérieur à la norme maximale autorisée par l’OMS pour l’eau potable). Par ailleurs l’aquifère est aussi menacé par des pollutions de diverses sources : l’important trafic routier entre le port de Djibouti et l’Ethiopie qui comprend notamment des hydrocarbures et divers produits chimiques ; les eaux usées des environs de Djibouti ; les défections animales et les décharges. 3.3.2 Objectifs du projet Les trois objectifs du projet de protection et de gestion de la nappe de Djibouti sont : Compléter les connaissances sur la nappe de Djibouti, sur les risques de contamination et de dégradation et leur localisation ; Mettre en place le modèle mathématique et le programme de gestion qui devra permettre l’optimisation de l’exploitation de l’aquifère et sa protection ; Initier l’application du programme de gestion et de protection de l’aquifère. 3.3.3 Composantes du projet Le projet de gestion et de protection de la nappe de Djibouti comprend les composantes suivantes : Une revue bibliographique et un résumé de toutes les études et indicateurs de production des forages sur la nappe de Djibouti ; qu’il s’agisse des forages de l’ONED, ou en coopération avec la coopération technique allemande ou japonaise ou autre. L’acquisition, l’installation et l’exploitation des équipements de mesure pluviométrique (3), limnigraphique (4), piézométrique (4) et de stations multiparamètres hydrogéologiques (4), l’équipement de télégestion correspondant ; et la mise en place d’un Système d’Information Géographique pour le stockage et la gestion de ces données. Un inventaire des forages de l’aquifère avec leur localisation et leur production. Un inventaire de tous les risques de pollution de la nappe. Les zones à haut risque seront identifiées. La réalisation et l’équipement d’un minimum de 5 forages profonds (200 à 300 m) d’exploration qui atteindront la couche saumâtre sur laquelle repose la nappe, afin de préciser les conditions aux limites de la nappe pour le modèle (piézométrie, hydraulique, chimie…). La réalisation et l’équipement de 10 forages d’observation peu profond (30-50 m) sur un site expérimental d’environ 40 000 m2 et l’exploitation des données correspondantes pour caractériser la perméabilité et les capacités hydrauliques de la nappe. Ces éléments doivent permettre de simuler la dispersion d’un polluant dans l’aquifère. La définition et la mise en œuvre d’un programme de gestion de l’aquifère qui permettra de surveiller et limiter les risques pouvant atteindre la sécurité de la production et la qualité des eaux pompées dans l’aquifère.
  28. 28. 3. Présentation du projet p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 24 Le renforcement de la Direction de l’Eau du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et de l’Hydraulique, qui aura la responsabilité de la mise en œuvre du programme de gestion, avec l’assistance technique et la supervision du CERD. La publication des résultats du modèle à tous ceux qui pourront bénéficier de son utilisation, et en premier lieu à l’ONED pour l’aider à déterminer les débits maximum d’extraction.
  29. 29. 4. Etat initial de l’environnement p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 25 4. ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 4.1 DONNÉES DE CADRAGE 4.1.1 Climat Source :11 La république de Djibouti est soumise à un climat tropical aride où les températures et l’évaporation sont fortes toute l’année, relativement peu ensoleillé du fait de la fréquence des nuages, brouillards et brumes sèches. On retrouve les deux saisons du climat subtropical africain différenciées essentiellement par la température : De fin octobre à fin avril : saison fraîche avec températures comprises entre 20 et 30°C et ciel généralement dégagé. De juin à septembre : saison chaude avec températures comprises entre 30 et 45°C et visibilité réduite du fait des fréquentes brumes sèches et chasse poussières. Les mois de transition de mai/juin et septembre/octobre sont marqués par des températures relativement élevées et une forte humidité. Les précipitations sont faibles et d’une grande irrégularité annuelle et interannuelle (150 mm en moyenne par an) avec des épisodes violents occasionnant des inondations. Régime des vents : Pendant la saison fraîche (octobre/novembre à avril/mai), les vents dominants sont de secteur Est : ce sont les alizés. Pendant la saison chaude, les vents dominants sont chauds, secs, et parfois violents, avec une orientation Ouest/Nord-Ouest : c’est le Khamsin. Pendant les saisons de transition (mai et septembre/octobre), on a un régime de vents variables et faibles. A ces vents s’ajoutent des vents locaux dont les plus importants sont les brises de mer et de terre. D’octobre/novembre à avril/mai, la brise de mer (vent d’Est) dans l’après midi et la brise de terre (vent d’Ouest) en fin de soirée s’établissent dans les régions côtières. 11 République de Djibouti, Ministère de l’habitat, de l’urbanisme, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Etude de vulnérabilité et adaptation aux changements climatiques, juillet 2001.
  30. 30. 4. Etat initial de l’environnement p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 26 4.1.2 Situation de la ressource en eau Sources : 12 13 1415 La République de Djibouti connaît un climat aride caractérisé par une très faible pluviométrie de moyenne annuelle 150 mm (variant de 50 mm/an dans le nord-ouest du pays à 300 mm/an dans les montagnes au nord-ouest de Tadjourah) avec une extrême irrégularité des pluies dans l’espace et dans le temps. L’évapotranspiration potentielle moyenne annuelle est élevée, excédant 2 000 mm. La ressource en eau est essentiellement d’origine souterraine. Qu’elle se trouve dans les nappes longeant les oueds (nappes d’inferoflux), à faible profondeur, ou au contraire dans les nappes profondes au cœur des basaltes fracturés, cette ressource est limitée, de qualité variable à cause de la salinité, et dans tous les cas toujours soumise potentiellement à un risque de surexploitation. Les eaux de surface sont quasiment absentes et très irrégulières (quelques jours d’écoulement par an). Les ressources en eau actuellement exploitées sur l’ensemble du pays sont estimées à environ 20 millions de m3 par an. On peut raisonnablement avancer que les ressources potentiellement exploitables sont proches de ce chiffre, ce qui placerait Djibouti parmi les pays les plus pauvres en ressources en eau douce avec moins de 50 m3 /habitant/an, contre une moyenne de 1 100 m3 /habitant/an pour la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Le risque de surexploitation des nappes souterraines résulte en grande partie de la mauvaise connaissance des ressources en eau, et de leurs conditions de recharge par les pluies. La quantification du cycle hydrologique est très peu documentée par manque d’études de base telles que relevés pluviométriques, jaugeage des écoulements superficiels et l’exploration des aquifères. Aucun bilan régional n’a été établi à l’exception de celui du bassin de l’oued Ambouli. Dans ce contexte, il est impossible de conduire une estimation des ressources potentielles du pays. Les raisons de cette défaillance sont avant tout le coût et la complexité des investigations dues à la nature du système hydrologique naturel et du manque de moyens du gouvernement pour les soutenir. Ainsi par exemple, le réseau météorologique ne comprend plus qu’une seule station opérationnelle à Djibouti-ville. Il n’existe aucun appareil de mesure des crues et la surveillance des aquifères est limitée aux champs de captage des forages approvisionnant la capitale en eau potable où sont mesurés les débits d’extraction, le niveau de l’eau et certains paramètres physiques tels que la salinité. La surexploitation des aquifères induit une augmentation progressive de la salinité, soit par intrusion d’eau de mer dans le cas des aquifères côtiers, soit par remontée d’eau profonde fortement minéralisée. Elle se manifeste également par un rabattement progressif du niveau des nappes. Le tableau suivant récapitule les données disponibles pour l’ensemble des villes. 12 République de Djibouti, Secrétariat Technique de l’Eau, Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté, sous-secteur de l’Eau, février 2003. 13 République de Djibouti, Comité National des Ressources en Eau, Secrétariat Technique de l’Eau, Schéma Directeur National de l’Eau, document révisé, mars 2002. 14 République de Djibouti, Ministère de l’habitat, de l’urbanisme, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Plan d’action national pour l’environnement 2001-2010, décembre 2000. 15 Document de la Banque Mondiale : République de Djibouti, Secteur de l’Eau, Note de politique sectorielle.
  31. 31. 4. Etat initial de l’environnement p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 27 Tableau 4: Quantité et qualité des ressources en eau alimentant les villes Source : Données ONED, 2002 citées par Banque Mondiale Note Sectorielle Eau Quantité Qualité physico-chimique (moyenne annuelle pour l’année 2002 au réservoir) (en mg/l) Villes Surexploitation TSD Chlorures Sodium Sulfates Nitrates Djibouti +++ 2 065 904 499 208 29 Ali-Sabieh +++ 1 414 464 271 261 59 Dikhil ++ 1 009 295 171 117 81 Obock ++ 1 625 545 368 145 38 Arta-Wéa 0 851 203 200 96 33 Tadjourah 0 893 221 162 88 59 Normes OMS 600 700 200 250 50 Effets néfastes Salinisation, augmentation du coût de l’eau Goût, calculs rénaux Globules rouges Hyper tension Goût Méthémo- globinémie Légende : +++ surexploitation grave nécessitant des mesures urgentes ; ++ surexploitation modérée ; 0 pas de surexploitation. Les chiffres en gras excèdent les normes de l’OMS. En zone urbaine et péri-urbaine, les aquifères locaux sont également menacés par l’extension des zones urbanisées dans l’aire de recharge des aquifères, combinée à l’inefficacité de l’assainissement solide ou liquide. La pollution des eaux souterraines n’a cependant pas pu être prouvée car ces dernières ne sont pas contrôlées sur le plan bactériologique. En zone rurale, les nappes seraient souvent contaminées par les opérations d'exhaure, les rejets d'eaux usées et l'accumulation de déchets animaux et humains. Les effets sur la santé de la mauvaise qualité physico-chimique de l’eau à Djibouti sont variables. L'excès de salinité mesuré par la teneur en sel dissous (TDS) ou de sulfates affecte le goût de l’eau et peut provoquer la formation de calculs rénaux (y compris chez les enfants). L'excès de chlorures pourrait perturber le fonctionnement des globules rouges, mais l’effet à long terme reste à prouver. Le sodium peut affecter les personnes souffrant d’hypertension. Les nitrates augmentent le risque de méthémoglobinémie (blue baby syndrom), pouvant conduire à l’asphyxie des bébés. La contamination bactériologique se manifeste par l’importance des maladies hydriques. Par ailleurs, l’ensemble des équipements d’exhaure s’est dégradé sur l’ensemble du territoire national, alors même que la demande a augmenté, notamment en milieu urbain. Une part importante de la population reste ainsi sans accès à l’eau potable. Face à ce constat, et après les années de désorganisation administrative et de difficultés financières de l’Etat suite au conflit interne (1991-1994), le Comité National des Ressources en Eau a repris ses travaux en 1999, et a bâti un Schéma Directeur de l’Eau définissant les axes majeurs de la Politique Nationale de l’Eau. Ce schéma Directeur, approuvé en décembre 1999, a connu depuis cette date un début de mise en œuvre, notamment sur le plan institutionnel. Concernant les programmes de travaux, la principale avancée a consisté dans la réalisation de nouveaux forages au niveau de la nappe de Djibouti, en remplacement des forages vétustes ou trop salés, nécessitant d’être désaffectés. Le Schéma Directeur de l’Eau a fait l’objet d’une mise à jour en 2002 intégrant les avancées depuis 1999 et élargissant son champ vers les autres problématiques sectorielles (assainissement urbain, impact environnemental de la gestion de l’eau, usages agricoles et pastoraux de l’eau, problématique de santé publique, prise en compte des catastrophes liées à l’eau).
  32. 32. 4. Etat initial de l’environnement p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 28 4.1.3 Situation de l’énergie Sources : 16 17 La planification énergétique établie en 1987 pour le long terme portait sur le renouvellement des unités de production de la centrale thermique mais aussi sur le développement de la ressource géothermique et l’utilisation progressive des énergies renouvelables. L’application de ce programme a été compromise en 1991 par le conflit interne. L’insuffisance budgétaire, la nécessité d’un programme d’ajustement structurel, les difficultés techniques et l’interruption de l‘avancement du projet de la géothermie ont constitué les principaux obstacles. Les investissements de Electricité de Djibouti ainsi que des fonds internationaux ont permis, dans le cadre des mesures d’urgence et à court terme, de répondre à nouveau à la demande d’électricité à Djibouti à partir de 1999. L’orientation stratégique du gouvernement en matière d’énergie est essentiellement la recherche d’une plus grande autonomie nationale vis à vis des importations des produits pétroliers. Cette orientation est déterminante pour le développement économique et social car elle permettrait de réduire les tarifs et de stimuler le développement des investissements privés dans les branches de l’industrie et des services. Djibouti ne possède pas de ressources pétrolières qui lui soient propres et dépend presque entièrement de l’importation des hydrocarbures. En 1990 les importations énergétiques représentaient 11% du Produit Intérieur Brut total, les produits pétroliers constituant 33,6% des importations nettes du pays. En 1995, plus de 85% de l’énergie consommée provenait de l’importation d’hydrocarbures. La stratégie repose sur la diversification des sources d’énergie, l’introduction des technologies plus économes et l’amélioration du réseau de distribution électrique. La diversification concernerait le projet de la raffinerie de Djibouti-Doraleh, l’interconnexion avec l’Ethiopie ainsi que l’exploitation de l’énergie géothermique. Les énergies renouvelables telles que les énergies solaire et éolienne favorisées par les conditions climatiques du pays sont des atouts. Toutefois, si leur introduction en milieu rural a vu un intérêt croissant, leur intégration dans les milieux urbains doit passer par la résolution de nombreuses difficultés techniques au niveau du réseau. 4.1.4 Situation socio-économique 4.1.4.1 Contexte général Capitale depuis 1887, la ville de Djibouti n’a pas de véritable implantation historique, mais bénéficie d’une position portuaire qui constitue le moteur le plus dynamique de son développement. Sa position stratégique entre l’Afrique et le Moyen Orient, à l’entrée de la mer Rouge sur une route maritime devenue très militarisée confirme les enjeux portuaires de la ville. Par ailleurs, sur la côte africaine cette position constitue non seulement le seul débouché maritime actuellement utilisable pour les 60 millions d’habitants de l’Ethiopie, mais représente aussi un débouché important pour les pays limitrophes (Somalie, Ethiopie, Erythrée). 16 République de Djibouti, Ministère de l’habitat, de l’urbanisme, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Plan d’action national pour l’environnement 2001-2010, décembre 2000. 17 République de Djibouti, Ministère de l’habitat, de l’urbanisme, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Communication nationale à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, décembre 2001.
  33. 33. 4. Etat initial de l’environnement p:fabre4266 - impact eau energie djiboutiproductionrapportimpact_final.doc / Gilles Pahin Etude d’impact environnemental et social du Projet Energie et Eau de Djibouti Rapport final 29 L’économie de la ville de Djibouti est marquée par une relance des activités portuaires, sur les échanges et les services. Les fonctions commerciales et celles de base militaire sont aussi déterminantes pour la ville. Ce type de développement n’exige souvent comme compétences que celles de la disponibilité et attire ainsi un grand nombre de personnes sans grandes qualifications professionnelles. Il en résulte un afflux de populations venues des pays voisins moins riches. 4.1.4.2 Population Depuis l’indépendance, en 1977, la République de Djibouti a vu sa population se renforcer de manière très sensible consécutivement à l’accroissement naturel important (rythme annuel de 3,5%) mais aussi à la suite d’afflux épisodiques de réfugiés et de sinistrés de la région. Elle est ainsi passée de 300 000 habitants en 1977 à 620 000 habitants en 2002. Cette augmentation, de plus de 100% en 25 ans s’est faite de façon différentielle suivant les parties du pays, avec notamment un accroissement important de la ville de Djibouti pôle principal des activités politiques, économique, et socioculturelle. La population de la ville de Djibouti est estimée à 328 000 habitants (enquêtes spécifiques effectuées par la DISED sur la base d’un sondage qui utilise des îlots d’habitations homogènes de tous les sites habités). Elle comprend plus de 20 000 étrangers légalement installés, dont les activités concernent la coopération, le commerce, l’industrie et pour une grande partie la présence de l’armée (Française, Américaine, Allemande, etc.). Les caractéristiques générales de la population sont celles d’un pays africain de la frange subsaharienne : une population extrêmement jeune (la moitié a moins de vingt ans), une fécondité élevée et une forte mortalité. La grande majorité des ménages est pauvre et 10% vit dans l’indigence et des habitations précaires. L’évolution du peuplement du pays s’est caractérisé dès l’origine par un phénomène d’urbanisation massive qui le distingue des autres nations subsahariennes agricoles. Plus des trois quart de la population vit actuellement dans les centres urbains. PROFIL DES MÉNAGES Les résultats d’une enquête de 1997 donnent une taille moyenne du ménage à Djibouti ville de 6,9 personnes. Cela comprend outre les membres de la famille nucléaire (parents et enfants) des dépendants, apparentés ou non. FLUX MIGRATOIRES Les flux migratoires incontrôlés génèrent souvent des changements significatifs sur le profil démographique et engendrent des demandes supplémentaires d’infrastructures physiques et sociales. C’est dans les années 1990 à 1998 que les flux migratoires vers la périphérie de la ville de Djibouti ont été les plus importants, à cause de la chute du régime de Mengistu (Ethiopie), de la guerre interne de Djibouti et de la guerre entre Ethiopie et Erythrée. A la suite de la destruction des infrastructures rurales lors des événements de 1992 et des sécheresses récurrentes, une frange importante de la population rurale a migré vers la capitale. Cela s’est traduit par des installations spontanées dans des zones non viabilisées. Le départ massif en août 2003, de plus de 100 000 immigrants clandestins, a tout d’abord créé un faux espoir au sein de la population des chômeurs qui pensaient que ce départ allait entraîner une ouverture du marché de travail pour les nationaux, voir des modifications importantes de leur condition de vie par la création des emplois dans toutes les chaînes du travail.

×