Le programme solaire mondiale

1,664 views
1,504 views

Published on

Le programme solaire mondiale

1 Comment
1 Like
Statistics
Notes
  • c'est mocheeeeeeee" et sa sere a rien aller orevoir biatch
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total views
1,664
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
59
Comments
1
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le programme solaire mondiale

  1. 1. IEPF Le Programme solaire mondial une nouvelle dynamique pour les EnR INSTITUT DE L ÉNERGIE ET DE L ENVIRONNEMENT DE LA FRANCOPHONIE NUMÉRO 46 – 1er TRIMESTRE 2000 Organisation Internationale de La Francophonie Le Programme solaire mondial une nouvelle dynamique pour les EnR
  2. 2. Sommaire Numéro 46 1er trimestre 2000 est publié trimestriellement par l’Institut de l’énergie et de l’en- vironnement de la Francophonie (IEPF). 56, rue Saint-Pierre, 3e étage Québec G1K 4A1 Canada Téléphone: 1 (418) 692-5727 Télécopie: 1 (418) 692-5644 Courriel: iepf@iepf.org Site Internet: www.iepf.org Directeur de la publication: El Habib Benessahraoui Rédacteur en chef invité: Boris Berkovski Comité éditorial: El Habib Benessahraoui Sibi Bonfils François Dorlot Dibongué A. Kouo Boufeldja Benabdallah Jean-Pierre Ndoutoum Sory I. Diabaté Carole Grass-Ramalingum Édition et réalisation graphique: Caractéra inc. Photo de la couverture: PhotoDisc Imaging Photos des pages 21 et 23: tirées de la brochure de la Commission Solaire Mondiale, 1er mai 1998 ISSN 0840-7827 Tirage: 4000 exemplaires Dépôt légal: Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada Les textes et les opinions n’engagent que leurs auteurs. Les appellations, les limites, figurant sur les cartes de LEF n’impliquent de la part de l’Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie aucun jugement quant au statut juridique ou autre d’un territoire quel- conque, ni la reconnaissance ou l’acceptation d’une limi- te particulière. Prix de l’abonnement annuel (4 numéros): 40$ CAD; 28$ USD; 30€ EUR; 16 000 CFA; 380 000 Dongs vietnamiens Poste-publications – Convention No 155 7440 INSTITUT DE L ÉNERGIE ET DE L ENVIRONNEMENT DE LA FRANCOPHONIE Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR MOT DU DIRECTEUR EXÉCUTIF 3 ÉDITORIAL 4 L’énergie propre et renouvelable pour une meilleure qualité de vie par Boris Berkovski 1) AUX SOURCES DU PROGRAMME SOLAIRE MONDIAL Les énergies renouvelables et l’ONU par Luis G. Marques 6 Déclaration de Harare 10 2) LE PROGRAMME SOLAIRE MONDIAL EN AFRIQUE Vers une utilisation à grande échelle des énergies 14 renouvelables en Afrique par Jacques-Césaire Mba-Nze Le développement des énergies renouvelables 20 en Tunisie par Faïza Kéfi Les énergies renouvelables au Niger par Yahaya Saleye 24 Petite centrale hydroélectrique de Nyakabanda (Rwanda) 29 3) LES INSTITUTIONS SE MOBILISENT France: vers un développement durable 30 des énergies renouvelables par Jean-Louis Bal Énergies renouvelables pour la construction 34 de l’avenir des îles par Cipriano Marin Électrification rurale décentralisée de cinq îles au Vanuatu 38 L’énergie rurale au service du développement par B. Benabdallah 39 Biomasse 42 Logiciel RETScreen MC version 99 42 Coopération EDF – CSM 43 Programme d’action 1998-2005 44 4) DIMENSIONS TECHNOLOGIQUES DES ENR L’énergie éolienne par Maxime Kleinpeter 45 5) EnR: préparer l’avenir Éducation et formation sur les énergies renouvelables 51 par Osman Benchikh
  3. 3. EL HABIB BENESSAHRAOUI Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 3 Le rôle des énergies renouvelables pour le développement durable et pour l’amélioration de l’accès à l’énergie moderne, notamment au profit des populations rurales et démunies, a été mis en exergue solennellement lors du Sommet de la planète Terre. Les négociations internationales autour du changement climatique et en faveur de la lutte contre la désertification montrent un large consensus quant à l’intérêt de l’uti- lisation des ÉnR et de la promotion de l’efficacité énergétique tant pour réduire les émissions de gaz à effet de serre que pour limiter la déforestation. Force est de constater cependant que le développement des ÉnR a connu des fortunes diverses, plus en raison de conditions réglementaires, législatives, institutionnelles ou de courte vue économique que de difficultés techniques. Il faudrait, pour remédier à cela, une autre façon de dire et de faire les choses, en somme une dynamique nouvelle pour les ÉnR. Le Processus solaire mondial initié par l’UNESCO en 1993 participe directement de cette dynamique. Il exprime surtout une volonté: celle de créer des conditions à même de fédérer des initiatives, toutes les initiatives, dans ce domaine et de les organiser vers un même objectif, celui d’une utili- sation généralisée des ÉnR, pour qu’elles jouent pleinement leur rôle dans la construction d’un dévelop- pement humain propre et durable. Des hommes d’État ont accepté de s’engager pour créer cette dyna- mique nouvelle. La déclaration de Harare exprime leur volonté de mobiliser la communauté interna- tionale et de la mettre en mouvement autour de et vers cet objectif. Les Nations Unies cautionnent la démarche dans une résolution de l’Assemblée générale. Des institu- tions, certes encore peu nombreuses, s’impliquent et traduisent leur adhé- sion au projet par des chantiers résolument inscrits dans le processus. Nous avons voulu rendre compte de tout ce foisonnement d’idées, de bonnes volontés et d’actes concrets dans ce numéro spécial de LEF. En allant aux sources de l’information. En donnant la parole à ceux qui ont pensé le processus et agissent au quotidien pour sa mise en action. Puisse cette modeste contribution renforcer les échanges et créer de nouvelles collaborations, dans le sens des objectifs visés. El Habib Benessahraoui Directeur exécutif Mot du directeur exécutif
  4. 4. L’ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE POUR UNE MEILLEURE QUALITÉ DE VIE Tout au long de l’histoire du monde, les questions de pouvoir ou d’indé- pendance, de richesse ou de pau- vreté, de privilèges ou d’égalité, de survie ou de faillite ont été étroi- tement liées à l’accès aux sources d’énergie. C’est ainsi que ni le succès des pays industrialisés, ni l’échec des pays en voie de développement ne peuvent être expliqués sans que lon se réfère à l’efficacité de leurs systèmes énergétiques. Aujourd’hui, plus que jamais, l’énergie est le moteur du développement écono- mique et social. Toutefois, le recours massif aux combustibles d’origine fossile, qui a permis à l’humanité de satisfaire pendant le XXe siècle sa demande énergétique, a posé un certain nombre de problèmes, dont les atteintes à l’environnement, la pollution et la dépendance énergé- tique. Ceci a eu pour conséquence que, progressivement, un consensus se soit fait autour de la notion de développement durable, consacrée par la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Dévelop- pement, connue aussi sous le nom de «Sommet de la terre» (Rio de Janeiro, 1992). C’est à la lumière des conclusions et recommandations de cette Conférence que les condi- tions ont été réunies pour donner une nouvelle impulsion à l’utilisa- tion accrue des énergies renouve- lables (solaire, éolienne, biomasse, des marées, océanique, géothermale, petite hydraulique, etc.) qui per- mettent de fournir les services énergétiques nécessaires au déve- loppement sans porter atteinte à l’environnement. Le temps où le développement était mesuré en termes économiques est révolu, deux autres dimensions étant désormais présentes: la dimension environnementale et la dimension sociale. Il s’agit là d’une nouvelle donne, qui bouleverse les critères de choix de la politique énergétique au niveau mondial: d’une part, il faut assurer la production de l’éner- gie indispensable au développement sans mettre en danger l’écosystème et, d’autre part, il est essentiel d’ap- porter les services énergétiques nécessaires au groupe formé de plus d’un tiers de la population mondiale qui n’y a pas accès, notamment les hommes et les femmes qui vivent dans les zones rurales et/ou d’accès difficile, surtout dans les pays en développement. La situation du monde serait sans nul doute encore plus préoccupante en l’absence des efforts que l’huma- nité déploie pour utiliser l’énergie renouvelable à une plus grande échelle. Des possibilités d’emploi nouvelles, un environnement propre, l’indépendance énergétique, l’édification de la paix et la durabi- lité du développement sont autant de facteurs qui poussent à faire de l’énergie renouvelable un élément important des sources mondiales d’énergie. Les connaissances tech- niques en matière d’énergie renou- velable sont très inégalement réparties. Il convient donc de faciliter et de promouvoir le processus de 4 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 BORIS BERKOVSKI Rédacteur en chef invité Secrétaire général de la Commission solaire mondiale, Directeur de la Division des sciences de l’ingénieur et de la technologie, UNESCO Éditorial
  5. 5. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 5 transfert et de diffusion des techno- logies en se fondant sur le principe que la sélection des technologies les plus appropriées et leur adaptation aux conditions locales devraient avoir la priorité en matière de coopé- ration technologique. Cela conduira à renforcer au niveau local la capa- cité de choisir, d’adapter, puis de perfectionner lesdites technologies. Il est nécessaire d’accroître sensible- ment l’accès à l’énergie des popula- tions des pays en développement afin que des approvisionnements en énergie suffisants puissent améliorer les conditions de vie, diminuer la pauvreté, améliorer la santé et l’éducation, promouvoir les petites entreprises et créer des activités génératrices de revenus, en particu- lier dans les zones rurales et isolées, réduisant ainsi les migrations des populations rurales vers les centres urbains. Un vrai coup de pouce à cet égard a été donné par la 19e session extraordinaire de l’Assemblée géné- rale de l’ONU (New York, 1997) consacrée au suivi du Sommet de la terre après cinq ans, qui a reconnu notamment que: – l’accroissement de l’utilisation des énergies renouvelables peut réduire la dégradation de l’envi- ronnement résultant d’activités humaines dommageables telles que la pollution industrielle et la déforestation. – le contrôle des émissions de gaz à effet de serre et autres gaz et substances dans l’atmosphère rend nécessaire le recours à des systèmes énergétiques rationnels et efficaces, notamment ceux faisant appel à l’énergie propre et renouvelable. En 1995, à l’occasion du processus de préparation du Sommet solaire mondial tenu à Harare (Zimbabwe), dix-huit chefs d’État et de gouver- nement ont décidé de donner une nouvelle impulsion au développe- ment et à l’utilisation des sources d’énergie renouvelables, tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés, en créant la Commission solaire mon- diale. Cette Commission offre une autorité et une orientation au plus haut niveau au Programme solaire mondial 1996-2005, qu’elle a approuvé en 1997. Le Programme solaire mondial 1996-2005 (PSM), une initiative majeure en matière de développe- ment durable – qui comprend toutes les énergies propres et renouvelables – , est mis en œuvre avec la participation active des Institutions spécialisées et des Programmes des Nations Unies, ainsi qu’avec la Commission euro- péenne. L’un des objectifs de ce Programme est de développer un climat politique favorable pour l’utilisation à grande échelle des énergies propres et renouvelables, en démontrant notamment la viabi- lité économique et l’acceptabilité sociale des projets du PSM. Visant à créer une stratégie industrielle capable de satisfaire les besoins d’un marché estimé à 200 milliards de dollars en l’an 2005, le PSM présente un grand intérêt, à la fois pour les pays en développement et les pays industrialisés. L’Assemblée générale de l’ONU a adopté en 1998 et 1999 deux résolutions en faveur du Programme solaire mondial 1996-2005 (référen- ces: A/RES/53/7 et A/RES/54/215 respectivement). La Conférence générale de l’UNESCO a égale- ment adopté en 1997 et 1999 deux résolutions en faveur de ce Programme (29 C/Résolution 14 et 30 C/Résolution 19). La Commis- sion européenne, dans son «Livre Blanc» établissant une stratégie et un plan d’action communautaires: Énergies pour l’Avenir – Les Sources d’Énergie Renouvelables – COM (97) 599 final (26/11//97), a parti- culièrement souligné son attache- ment et son soutien au Programme solaire mondial 1996-2005. Le financement du Programme solaire mondial 1996-2005 est considéré comme un grand défi de la Commission solaire mondiale. La mise en place de deux ou trois projets d’énergie propre et renou- velable à large échelle dans chaque pays comporterait un investissement de quelques 200 milliards de dollars américains d’ici l’an 2005. Or, aucun instrument de financement n’est encore disponible pour satis- faire ces besoins. Il est impératif que de nouveaux instruments soient mis en place et que les mécanismes existants soient renforcés pour assurer le financement des projets d’énergie propre et renouvelable. Une des premières idées a été de créer un Fonds solaire mondial. Cette idée n’a pas encore été concrétisée. Je suis persuadé que, parmi les mesures pour favoriser l’utilisation accrue des énergies renouvelables, la suppression progressive des subventions aux énergies d’origine fossile, les allégements fiscaux aux producteurs et utilisateurs des éner- gies renouvelables et l’élimination des barrières douanières et autres qui rendent difficiles le transfert de technologie seraient les plus efficaces. En tout cas, l’amélioration de la qualité de vie des deux milliards d’êtres humains n’ayant pas encore accès aux services énergétiques de base devrait être l’objectif principal de l’utilisation accrue des énergies renouvelables dans les années à venir. Boris Berkovski
  6. 6. l ne suffit pas qu’une idée soit bonne en soi pour qu’elle s’impose à ceux qui pourraient en bénéficier; ce qui importe c’est qu’elle soit lancée au moment opportun. Il est bien connu que, pendant très longtemps, l’énergie d’origine fossile étant à très bon marché, les scientifiques et les ingénieurs qui travaillaient dans le domaine de certaines énergies renouvelables (solaire, éolienne, biomasse, océanique, etc.) étaient considérés comme des «professeurs Tournesol» qui n’avaient pas les pieds sur terre. En outre, ces énergies n’ayant pas d’applications militaires, les sommes consacrées à leur recherche et développement sont restées très modestes. Ce n’est que grâce à la prise de conscience progressive des conséquences négatives de la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) sur l’environnement que l’intérêt pour les énergies renouvelables s’est éveillé chez l’opinion publique, les politiques et les spécialistes. Les organisations internationales du système des Nations Unies, notamment l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), s’étaient penchées depuis assez longtemps sur l’utilisation des énergies renouvelables. C’était le cas du Programme de l’UNESCO pour les zones arides, qui s’est étendu de 1952 à 1969, puis du Congrès international « Le Soleil au service de l’humanité » organisé par l’UNESCO en 1973. De leur côté, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la Banque mondiale avaient mis en œuvre pendant le période 1978-1990 un projet global de pompage solaire, et l’Organisation des Nations Unies, suite aux deux chocs pétroliers, avait organisé à Nairobi, Kenya, en 1981, une Conférence sur les sources d’énergie nouvelles et renouvelables, qui avait approuvé un plan d’action visant l’utilisation accrue de ces sources. Le prix du baril de pétrole étant retombé par la suite, la mise en œuvre du Plan d’action de Nairobi n’a pas eu le succès escompté. Les énergies renouvelables et l’ONU 6 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 I Luis G. MARQUES, consultant auprès de la Commission solaire mondiale. LUIS G. MARQUES
  7. 7. La Conférence de Rio de 1992 Sur le plan international, le grand tournant a été la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, tenue à Rio de Janeiro, Brésil, en 1992. En effet, la constatation avait été faite que, compte tenu de l’augmentation prévisible de la demande énergé- tique dans les décennies à venir, la production d’énergie, telle qu’elle existe actuellement, risquerait de causer des dommages irréversibles à l’écosystème de la planète, portant ainsi atteinte aux droits des généra- tions futures. Ce sont les pays industrialisés, où des graves problèmes de pollution atmosphérique et de contamination de l’eau sont apparus, qui les premiers ont compris que le modèle actuel de développement était incompatible avec la protection de l’environne- ment; le concept de développement durable aura été la conséquence de cette prise de conscience. La Conférence de Rio a bien insisté sur le rôle primordial que joue l’énergie dans la réalisation des objectifs économiques, sociaux et environnementaux du développe- ment durable et souligné que les ressources et techniques énergé- tiques doivent être utilisées sur le plan social. Mais, pour des raisons politiques ayant trait notamment à la nécessité d’arriver à un consensus, la Conférence de Rio ne s’est pas occupé de manière approfondie de deux questions qui constituent autant de défis à court et à moyen terme: l’eau et l’énergie. Toutefois, en ce qui concerne cette dernière, au chapitre 9 du Programme 21 qu’elle a approuvé, la Conférence de Rio a souligné avec force que «L’énergie joue un rôle essentiel dans le développement économique et social et dans l’amélioration de la qualité de la vie. Une grande partie de l’énergie mondiale est toutefois produite et consommée d’une manière qui ne serait pas viable à long terme si la technologie n’évoluait pas et si les quantités totales devaient augmenter considé- rablement. La nécessité de contrôler l’émission des gaz à effet de serre et autres gaz et substances dans l’atmosphère devra se fonder davantage sur l’efficacité en matière de production, de transport, de distribution et de consommation et sur le recours croissant à des systè- mes énergétiques écologiquement rationnels, notamment aux sources d’énergie nouvelles et renouvelables. Toutes les sources d’énergie devront être utilisées de manière à respecter l’atmosphère, la santé humaine et l’environnement dans son ensemble.» Si je me suis étendu sur la Confé- rence de Rio, c’est parce que les politiques, programmes et activités actuellement menés par les orga- nismes des Nations Unies en matière d’énergie s’inscrivent, pour la plupart, dans le prolongement de cette Conférence et, dans un degré moindre, dans celui de la Confé- rence des Nations Unies sur les sources d’énergie nouvelles et renouvelables, tenue à Nairobi en 1981. C’est ainsi que l’UNESCO a donné en juillet 1993 une suite concrète aux recommandations de la Conférence de Rio avec l’organisation à son siège de Paris, avec quelques autres partenaires dont l’ONU, l’ONUDI, la Banque mondiale, la Commission euro- péenne, l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Association européenne pour l’énergie solaire (EUROSOLAR), la Société inter- nationale d’énergie solaire (ISES), et l’Agence française de l’environne- ment et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), d’une réunion de spécialistes de haut niveau intitulée – comme le congrès tenu dix ans plus tôt – «Le soleil au service de l’humanité». Cette réunion, à laquelle ont participé quelques 350 spécialistes de 53 pays, qui avaient préparé 66 études appro- fondies sur les différents aspects des énergies renouvelables, a recommandé, notamment, que l’UNESCO prépare pendant les trois années suivantes la tenue d’un sommet mondial sur les énergies renouvelables au niveau des chefs d’État et de gouvernement, afin de donner une impulsion politique conséquente à l’utilisation accrue de ces énergies. Ce processus prépa- ratoire, accompli par le truchement d’une vingtaine de réunions régio- nales et sous-régionales dans les différentes régions du monde, a culminé avec la tenue à Harare, Zimbabwe, en septembre 1996, du Sommet solaire mondial* . Il y a lieu de signaler ici que le Conseil exécutif de l’UNESCO avait décidé en 1994 qu’il convenait de créer un organe pouvant orienter et piloter le processus de préparation du Sommet; cet organe, intitulé la Commission solaire mondiale, a été placé sous la présidence de S.E. Robert G. Mugabe, président de la République du Zimbabwe, qui avait proposé d’accueillir le Sommet dans la capitale de son pays. La Commis- sion a été constituée début 1995, comprenant les chefs d’État de l’Afrique du Sud, Chine, Costa Rica, Espagne, Géorgie, Indonésie, Pakistan, Sénégal, Tunisie et Zimbabwe, des chefs de gouver- nement de l’Australie, Autriche, Inde, Israël, Jamaïque et Malaisie, et du président de l’Autorité pales- tinienne. Il va sans dire qu’il n’y a pas de précédent dans le système des Nations Unies d’un programme scientifique ayant un organe direc- teur d’un tel niveau. La Commission solaire mondiale, qui a tenu sa première session deux jours avant l’ouverture du Sommet, a approuvé et transmis à ce dernier un projet de déclaration et l’esquisse d’un programme décennal pour la Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 7 * Le terme «solaire» est employé au sens large; il s’agit en l’occurrence de toutes les énergies renouvelables (thermosolaire, photovoltaïque, éolienne, énergie issue de la biomasse, énergie des marées, énergie des mers, énergie micro-hydraulique, etc., et également énergie géothermique).
  8. 8. promotion des énergies renouve- lables. Au terme de ses travaux, le Sommet solaire mondial a approuvé la Déclaration de Harare sur l’éner- gie solaire et le développement durable, et a décidé de lancer la préparation d’un Programme solaire mondial 1996-2005, sur la base de l’esquisse présentée par la Commis- sion solaire mondiale. Ce Programme a été approuvé par la Commission en juin 1997, lorsqu’elle a tenu sa deuxième session à New York, à l’occasion de la dix-neuvième session extraordinaire de l’Assemblée géné- rale de l’ONU, consacrée à faire le point du suivi de la Conférence de Rio cinq ans après. Le Programme solaire mondial 1996-2005 Comme indiqué ci-dessus, l’UNESCO a été à l’origine de la préparation du Sommet solaire mondial, dans le cadre du suivi de la Conférence de Rio, et le Sommet de Harare a décidé que le Secré- tariat de la Commission solaire mondiale ferait partie de la Division des Sciences de l’ingénieur et de la Technologie de l’UNESCO. Mais le Programme solaire mondial 1996- 2005 ne doit pas pour autant être considéré comme un programme de l’UNESCO. En fait, il est devenu un instrument au service de la communauté internationale pour la promotion des sources d’énergies renouvelables et la diffusion de la technologie nécessaire. Le Programme comprend une série de recommandations basées sur les engagements pris dans la Déclara- tion de Harare, adressées à tous les acteurs de la scène internationale, sur les mesures qu’il convient de prendre aux niveaux national et international. Il comprend égale- ment cinq projets majeurs à échelle mondiale et quelques 500 projets nationaux faisant appel aux énergies renouvelables, présentés par les gouvernements et par la Commission européenne. Les cinq projets majeurs sont les suivants: a) Programme mondial d’éducation et de formation en matière d’énergies renouvelables; b) Système international d’informa- tion et de communication sur les énergies renouvelables; c) Les énergies renouvelables au service de l’électrification rurale; d) Les énergies renouvelables pour le dessalement et le traitement de l’eau; e) Politique industrielle, pénétration du marché et transfert de technologies pour les énergies renouvelables. Depuis l’approbation du Programme solaire mondial 1996-2005, la Commission solaire mondiale a été en mesure de mobiliser environ 600 millions de dollars américains d’aide internationale pour l’exé- cution de plus de 400 projets prioritaires relatifs à l’exploitation des énergies renouvelables dans les pays en développement. Le Programme comprend également des projets présentés par les pays développés, dont bon nombre ont été mis en œuvre grâce à des fonds de sources nationales. En outre, la Commission solaire mondiale, par le truchement du collège de représentants personnels de ses membres et de son Secrétariat général, a continué d’organiser dans les différentes régions du monde toute une série de réunions mettant l’accent sur le financement et les possibilités d’investissement du secteur privé dans la diffusion de la technologie des énergies renouve- lables. Par ailleurs, et conformément aux engagements contenus dans la Déclaration de Harare sur l’énergie solaire et le développement durable, plusieurs pays ont adopté des mesures législatives en faveur du développement et de l’utilisation de techniques d’exploitation des énergies renouvelables. La Conférence générale de l’UNESCO et l’Assemblée générale de l’ONU – c’est-à-dire les organes législatifs suprêmes de ces deux entités – ont appuyé à plusieurs reprises le Programme solaire mondial 1996-2005, en faisant appel à leurs États membres et aux organismes de financement, aux organisations non gouvernementales et au secteur privé pour qu’ils contribuent au succès de sa mise en œuvre. Au niveau de l’ONU, l’Assemblée générale a adopté une première résolution lors de sa 53e session (1998) et une deuxième à sa 54e session (1999). Dans cette dernière (Résolution 54/215)1 , adoptée après avoir pris connais- sance du rapport sur le Programme solaire mondial 1996-2005 qui lui avait été présenté par le Secrétaire général de l’ONU,2 l’Assemblée générale a renouvelé son appro- bation du Programme en tant que contribution au processus général de développement durable, et elle a invité tous les gouvernements à encourager toutes les parties prenantes intéressées, y compris le secteur privé, à participer à la promotion des activités de recher- che sur les sources d’énergie renou- velables et à leur mise en valeur, et en particulier à la mise en œuvre du Programme solaire mondial 1996- 2005. Enfin, l’Assemblée générale de l’ONU a engagé toutes les institutions de financement et les donateurs bilatéraux et multilatéraux concernés, ainsi que les institutions régionales de financement et les organisations non gouvernementales, à appuyer les efforts actuellement déployés pour développer le secteur de l’énergie renouvelable dans les pays en développement en s’ap- puyant sur des sources d’énergie renouvelables non polluantes dont la viabilité a été démontrée. 8 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 1 Document de l’Assemblée générale A/RES/54/215 2 Document A/54/212
  9. 9. Il y a lieu de préciser ici que la Commission du développement durable de l’ONU, créée à la suite de la Conférence de Rio, consacrera sa neuvième session, en 2001, à examiner le thème de l’énergie. La résolution susmentionnée de l’Assemblée générale invite le Groupe de travail inter-organisations sur l’énergie (instance de coordina- tion des organismes du système de l’ONU ayant des activités en matière d’énergie) à veiller à ce que les travaux menés au titre du Programme solaire mondial 1996- 2005 aident la Commission du développement durable à examiner le thème de l’énergie à sa neuvième session. APERÇU DES ACTIVITÉS DES ORGANISMES DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE D’ÉNERGIE RENOUVELABLE Les entités des Nations Unies participent à diverses activités de coopération technique selon les demandes et priorités des pays auxquels elles apportent leur appui. Ces activités visent à promouvoir l’utilisation rationnelle de l’énergie et la gestion de la demande, les techniques d’énergie non polluantes, le développement et l’application à plus grande échelle des techniques d’exploitation des énergies renou- velables, un meilleur accès des populations rurales à des services énergétiques modernes, le renforce- ment des capacités et le développe- ment institutionnel, la planification et la gestion du secteur de l’énergie afin d’atteindre les objectifs écono- miques, sociaux et environnementaux du développement durable, et la promotion des écotechnologies. À la suite de l’adoption du Programme solaire mondial 1996-2005, de nombreuses entités du système des Nations Unies ont modifié leurs programmes et projets respectifs de manière à y inclure dans la mesure du possible les activités relevant de ce Programme. Organisation des Nations Unies (ONU) Le Département des affaires écono- miques et sociales du Secrétariat de l’ONU a pris plusieurs initiatives concernant le développement et l’utilisation des sources d’énergie renouvelables. Il a notamment orga- nisé des séminaires de formation, des ateliers et des colloques sur: a) la création d’entreprise et les méthodes novatrices de financement de la commercialisation de systèmes d’énergie renouvelable; b) l’électri- fication décentralisée des zones rurales; c) l’utilisation décentralisée des énergies de substitution, conjointement avec l’Université Columbia des États-Unis; d) le renforcement des capacités des municipalités à fournir aux zones rurales des services énergétiques viables, avec le Centre de dévelop- pement de l’Asie-Pacifique; e) l’énergie de la biomasse et la production d’hydroélectricité à petite échelle; et f) les obstacles à l’exploitation viable des sources d’énergie dans les pays en dévelop- pement – notamment en Afrique – à organiser conjointement avec le PNUE. Plusieurs voyages d’étude ont été organisés aux Pays-Bas et au Royaume-Uni à l’intention des fonctionnaires des pays en dévelop- pement, afin de les familiariser aux applications technologiques nova- trices (énergie tellurique, solaire et éolienne). Le Département des affaires économiques et sociales exécute actuellement un projet quinquennal en Chine, financé par le Fonds pour l’environnement mondial, les Pays-Bas et l’Australie et destiné à supprimer les obstacles à la commercialisation rapide des énergies renouvelables et à démon- trer certaines applications techno- logiques importantes. Dans les États arabes, un projet régional, qui vise à renforcer les capacités institution- nelles en matière de développement durable de l’énergie, y compris la création d’entreprises, l’établisse- ment de normes et l’adoption des meilleurs pratiques, est en cours d’exécution. Grâce aux ressources d’un fonds d’affectation spécial créé par l’Italie, plusieurs petits États insulaires mettent en application des techniques d’exploitation des énergies renouvelables pour la production d’électricité – énergie solaire, photovoltaïque, éolienne, énergie de la biomasse, énergie thermique des mers. Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) Les activités de la FAO en matière d’énergie visent à aider les pays en développement à satisfaire leurs besoins énergétiques dans l’agricul- ture, la sylviculture et la pêche, afin d’atteindre un développement rural durable. Dans ce but, la FAO a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir des sources d’énergie renouvelable adaptées aux besoins socio-économiques des populations rurales, ainsi que sur l’utilisation plus efficace des énergies conven- tionnelles. Si l’utilisation plus rationnelle de la biomasse (surtout du bois) est le but principal des activités de la FAO, elle s’est aussi intéressée au dévelop- pement des énergies solaire, éolienne et géothermale, notamment pour le pompage de l’eau et le chauffage des serres par la géothermie. La pro- motion et diffusion des cuisinières à bois et à charbon plus efficaces a été depuis plusieurs années une activité soutenue. Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel (ONUDI) Le thème «énergie et environne- ment» est l’une des priorités du programme de travail de l’ONUDI. À ce sujet, la mise en œuvre des accords internationaux est l’une des activités principales, comprenant l’aide aux engagements découlant de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 9
  10. 10. Nous, chefs d’État et de gouvernement, réunis ou officiellement représentés à Harare, à l’occasion du Sommet solaire mondial, tenu à l’invitation du gouvernement du Zimbabwe et à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, en collaboration avec des institutions et organisations internationales, pour lancer un programme d’activités solaires à l’échelle du globe intitulé Programme solaire mondial 1996-2005, 1. Reconnaissons l’importance du rôle que les sources d’énergie renouvelables, solaire et autres, telles que l’énergie éolienne, géothermique, hydraulique, de la biomasse et des océans, ainsi que l’efficacité énergétique devraient jouer dans la fourniture de services énergétiques et dans l’utilisation durable des ressources de l’environnement pour le bien-être de l’humanité; 2. Réitérons notre appui aux principes et actions visant à promouvoir les systèmes énergétiques pour un dévelop- pement durable recommandés par la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, tenue du 3 au 14 juin 1992 à Rio de Janeiro, Brésil, en particulier la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, le Programme Action 21, ainsi que les engagements pris dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques; 3. Reconnaissons que la fourniture suffisante de services énergétiques à des prix abordables, ainsi que l’adoption de mesures d’économie d’énergie, sont essentielles pour que tous les pays, développés ou en développement, parviennent peu à peu à satisfaire les besoins actuels et à répondre à leur accroissement futur, tout en réduisant les risques de dégradation de l’environnement, et à exploiter tout le potentiel des sources d’énergie renouvelables; 4. Reconnaissons qu’il est nécessaire d’accroître sensiblement l’accès à l’énergie des pays en développement et que des approvisionnements en énergie suffisants peuvent améliorer les conditions de vie, diminuer la pauvreté, améliorer la santé et l’éducation, promouvoir les petites entreprises et créer des activités génératrices de revenus, en particulier dans les zones rurales et isolées, réduisant ainsi les migrations des populations rurales vers les centres urbains; 5. Reconnaissons que le rôle de l’énergie solaire dans chaque pays doit être intégré et spécifié dans sa politique nationale relative à l’énergie; 6. Reconnaissons que la mise en valeur, la diffusion et l’utilisation généralisée de l’énergie solaire rencontrent des difficultés, en particulier en ce qui concerne la gestion, la maintenance et le financement des installations ainsi que l’accès aux données, à l’information, aux moyens d’éducation et de formation et à la technologie dans ce domaine; et du Protocole de Montréal. L’ONUDI est d’ailleurs l’une des agences d’exécution du Fonds multilatéral pour la mise en œuvre de ce dernier. Un autre thème central du travail de l’ONUDI est celui de l’industrie et l’énergie, dans le cadre duquel elle fournit de l’assistance technique pour l’amélioration de l’énergie industrielle. Parmi les 60 projets liés à l’énergie que l’ONUDI exé- cute actuellement, quelques-uns concernent l’introduction accrue de technologies d’énergie renouvelable. Il y a lieu de rappeler, à ce sujet, que l’ONUDI avait créé en 1984 un Groupe consultatif sur la recherche et les applications de l’énergie solaire, dont l’un des résultats a été l’établissement à Perth, en Australie, du Centre international pour l’application de l’énergie solaire, avec l’appui du gouvernement australien et de la région d’Australie occidentale. 10 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 Déclaration de Harare sur l’énergie solaire et le développement durable (suite à la page 12)
  11. 11. 17. Reconnaissons que l’accroissement de l’utilisation de l’énergie solaire peut réduire la dégradation de l’environnement résultant d’activités humaines dommageables telles que la pollution industrielle et la déforestation, et qu’il incombe aux gouvernements ainsi qu’à tous les secteurs de la société civile de travailler ensemble pour trouver des solutions viables aux problèmes menaçant le développement durable de l’humanité; 18. Soulignons le fait que le contrôle des émissions de gaz à effet de serre et autres gaz et substances dans l’atmosphère rend nécessaire le recours à des systèmes énergétiques rationnels et efficaces, notamment ceux faisant appel à l’énergie solaire; 19. Reconnaissons que les organisations non gouvernementales concernées jouent un rôle important dans l’exploitation et la diffusion de l’énergie solaire; 10. Reconnaissons que les femmes ont un rôle important à jouer dans la promotion de l’énergie solaire et qu’elles pourront largement bénéficier de son utilisation; 11. Sommes convaincus que le développement et l’utilisation durable de l’énergie solaire requièrent un renforcement des capacités aux niveaux local et national associé à la réforme des politiques et au partage des technologies entre les nations, en particulier grâce à des efforts cohérents visant à l’acquisition et à la mise au point de technologies par les pays en développement. EN CONSÉQUENCE, NOUS 12. Nous engageons à œuvrer en vue d’une utilisation accrue de l’énergie solaire pour renforcer le développement économique et social de tous les peuples; l’appui et la promotion de ces efforts devraient être des buts très importants pour nos gouvernements, la communauté internationale et tous les secteurs de la société, en particulier les populations vivant dans des communautés rurales et insulaires, isolées et défavorisées; 13. Nous engageons à œuvrer pour établir des politiques et des mécanismes efficaces capables d’accélérer et de faciliter l’utilisation de l’énergie solaire en éliminant les chevauchements d’efforts ainsi que les délais administratifs, et en encourageant la coopération internationale, y compris la participation à des organismes régionaux et internationaux et à des organisations scientifiques et techniques; 14. Nous engageons à utiliser plus largement l’énergie solaire en recourant à la mise en place d’une assistance technique et de financements suffisants, à utiliser pleinement les fonds internationaux existants, et à faciliter la participation accrue à la fois des secteurs public et privé. POUR ATTEINDRE CES OBJECTIFS, NOUS: 15. Appelons toutes les nations à participer à la mise en place et à l’exécution du Programme solaire mondial 1996-2005; 16. Invitons la Commission solaire mondiale à continuer d’assurer à un haut niveau une autorité et une orientation afin d’atteindre les objectifs du Sommet, et l’UNESCO à continuer de jouer un rôle prépondérant dans la mise en place du Programme solaire mondial 1996-2005, en étroite coopération avec les organisations internationales compétentes; 17. Invitons le secrétaire général de l’ONU et les chefs des secrétariats, des institutions spécialisées et des programmes des Nations Unies ainsi que les gouvernements nationaux, les organisations inter-gouvernementales et non gouvernementales, les institutions universitaires et de recherche, et le secteur privé à participer à la mise en œuvre du Programme solaire mondial 1996-2005. HARARE, 17 septembre 1996 Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 11
  12. 12. 12 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 Ce Centre fournit un appui et des avis rapides et efficaces en matière de technologies et de marchés afin de donner aux entreprises la confiance pour investir dans l’énergie solaire et les autres énergies renouvelables. Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Reconnaissant que, malgré les migrations généralisées des zones rurales vers les centres urbains, la population rurale, dans les années à venir, représentera encore 50% de celle du globe, l’OMS s’est inté- ressée aux aspects importants de la santé rurale, y compris les applica- tions de technologies appropriées pour résoudre à la fois les problèmes liés à l’environnement et au bien- être des populations concernées. Il est évident que les systèmes énergétiques décentralisés utilisant les énergies renouvelables sont particulièrement bien adaptés au milieu rural. La fourniture d’élec- tricité aux hôpitaux et dispensaires ruraux constitue une avance considérable dans l’amélioration de la santé de ces populations, permettant par exemple la produc- tion de froid pour le stockage de vaccins et autres produits médicaux. C’est ainsi que, dans le cadre des programmes d’immunisation mis en œuvre par l’OMS, on utilise plus de 6.000 réfrigérateurs solaires. L’OMS a effectué, en outre, une série d’études sur l’impact sur la santé des diffé- rentes formes d’énergie et elle a apporté son soutien à des program- mes de protection de la santé des travailleurs et des communautés par la promotion des énergies propres, dont les énergies renouvelables. Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Au sein du système des Nations Unies, le PNUD est la source prin- cipale de fonds pour les activités en matière d’énergie; c’est ainsi qu’il finance des projets d’autres orga- nismes tels que FAO, ONUDI, et UNESCO. Le PNUD a intensifié ses activités dans le cadre de son Initiative pour l’énergie durable, qui décrit les rapports entre l’énergie et les princi- paux objectifs de son programme, en particulier l’élimination de la pauvreté. L’Initiative met l’accent sur les activités en faveur des énergies renouvelables et de l’utilisation rationnelle de l’énergie ainsi que sur les technologies énergétiques modernes non polluantes. Elle souligne, d’autre part, la nécessité d’aborder les questions autres que technologiques, telles que les cadres institutionnel, juridique et fiscal et le renforcement des capacités. Le PNUD a reconnu que de nombreux projets qui figurent en priorité dans le Programme solaire mondial 1996-2005 concordent avec l’Initia- tive pour l’énergie durable, et que leur financement pourrait être imputé sur les montants ciblés pour l’allocation des ressources de base, les ressources du Fonds pour l’envi- ronnement mondial ou les contribu- tions au titre de participation aux coûts de tiers, selon la situation des pays et en fonction des priorités gouvernementales. Programmes des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) Le PNUE, dont le siège est à Nairobi, dispose d’un budget alimenté par des contributions volontaires qui a subi dernièrement les conséquences de la diminution généralisée de l’aide officielle au développement. Il n’est pas un organisme d’exécution, car son rôle est plutôt catalytique et de coordi- nation. Le PNUE a récemment mis au point un Programme sur les politiques d’énergie dont le but principal est de contribuer au changement vers des systèmes énergétiques produisant moins de CO2 et d’autres gaz à effet de serre, afin de réduire leur impact sur l’environnement; dans le cadre de ce Programme figure notamment l’utilisation accrue des énergies renouvelables. Il est intéressant de signaler que l’un des projets majeurs de ce Programme est celui de la promotion du financement commer- cial de l’efficacité énergétique et des investissements dans les énergies renouvelables; ce projet vise surtout les pays en développement et ceux des économies en transition. Un autre projet, intitulé «Développe- ment des entreprises d’énergie renouvelable en Afrique», a pour but de faciliter la création de petites entreprises privées, basées dans les technologies des énergies renouve- lables. Enfin, le PNUE met en œuvre un certain nombre de projets financés par le GEF ayant trait au changement climatique et, toujours en partenariat avec le GEF, prépare actuellement une étude globale sur le potentiel d’ajouter des systèmes photovoltaïques aux usines hydro- électriques existantes. Le Fonds pour l’Environnement mondial (GEF) Plus connu par son sigle anglais GEF (“Global Environment Facility“) ce Fonds a été créé par le PNUD, le PNUE et la Banque mondiale en 1990, c’est à dire deux ans avant la Conférence de Rio, en tant que programme expérimental fournissant des fonds pour l’amélioration de l’environnement à l’échelle mondiale dans quatre domaines: changement climatique, diminution de la couche d’ozone, biodiversité et pollution des eaux internationales. En mars 1994 le GEF a été transformé en mécanisme financier permanent avec un fonds en dépôt de 2 milliards de dollars, ce qui représentait le premier suivi financier important de la Conférence de Rio. Le PNUD, le PNUE et la Banque mondiale sont les agents d’exécution des projets financés par le GEF, dont 80% concernent le changement climatique et la biodiversité. Pour ce qui est des énergies renouvelables, l’action du GEF s’est orientée surtout vers leur promotion par l’élimination des barrières législatives et fiscales et la réduction des coûts. (suite de la page 10)
  13. 13. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 13 Coordination des activités Au cours des dernières années, des organes tels que la Commission du Développement durable, le Conseil économique et social de l’ONU, le Comité sur les Sources d’énergie nouvelles et renouvelables (devenu depuis 1999 le Comité de l’Énergie et des Ressources naturelles pour le Développement), la Deuxième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU et divers autres organes délibérants relevant des organismes concernés du système des Nations Unies, ont souligné à maintes reprises la nécessité d’inciter ces organismes à resserrer leur liens de coopération et à coordonner leurs activités, notamment dans le domaine de l’énergie. Bien que des améliorations aient été constatées, il faut reconnaître que ces activités sont quelque peu ponctuelles, qu’elles souffrent de l’absence d’une stratégie commune – car bon nom- bre d’entre elles sont menées au niveau national – , que les organismes concernés coopèrent peu entre eux pour ce qui est de la mise au point et de la mise en œuvre d’activités qui tiennent compte de la conjoncture locale et qu’ils auraient tout intérêt à mettre davantage en commun leurs expériences respectives. Au niveau du Secrétariat de l’ONU, le fait que les trois départements qui s’occupaient auparavant des questions économiques et sociales aient fusionné en un seul, le Dépar- tement des Affaires économiques et sociales, a permis de regrouper les moyens politiques, normatifs et techniques, et ainsi d’enrichir les politiques menées par le système des Nations Unies. En 1996, un Groupe spécial interorganisations des sources d’énergie nouvelles et renouvelables a été créé, dont les réunions successives se sont penchées sur la nécessité d’améliorer les échanges d’information, ainsi que sur l’élaboration et la mise en œuvre conjointe de projets et de programmes. Plus récemment, en 1999, a été créé un Groupe spécial interorganisation sur l’énergie, dans le cadre de la préparation de la neuvième session, en 2001, de la Commission du Développement durable. En ce qui concerne les énergies renouvelables, je persiste à croire que c’est autour du Programme solaire mondial 1996-2005 que la coordination interorganisations devrait se faire. Ceci semble avoir été l’avis de l’Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 54/215, lorsqu’elle a pris note «que le Groupe de travail interorganisations sur l’énergie a été créé afin de coordon- ner les activités menées par tous les organismes compétents des Nations Unies pour préparer la neuvième session de la Commission du Déve- loppement durable, qui doit se tenir en 2001, et de contribuer au déve- loppement durable, en tenant compte des recommandations du Programme solaire mondial 1996- 2005». Conclusion L’utilisation de l’énergie pour le développement a trois dimensions: économique, environnementale et sociale. Par le passé le monde a accordé plus d’importance à la première mais, plus récemment, les phénomènes de réchauffement planétaire, de pollution urbaine, de pluies acides et autres conséquences négatives de la production éner- gétique par combustibles fossiles, ont attiré l’attention de l’opinion publique et des décideurs (surtout des pays industrialisés) sur la néces- sité de préserver l’environnement afin de ne pas causer des dommages irréversibles à l’écosystème. Au sein du système des Nations Unies, plusieurs agences et programmes s’occupent de l’environnement: PNUE, PNUD, GEF, etc. Reste donc la dimension sociale, c’est- à-dire comment apporter les services énergétiques de base au tiers de la population de la planète qui n’y a pas accès. Seule la diffusion à grande échelle de systèmes éner- gétiques décentralisés utilisant les énergies renouvelables (solaire, éolienne, biomasse, mini-hydraulique) permettra, notamment, d’apporter l’électricité aux communautés vivant dans les zones rurales et/ou éloignées, dans des petites îles ou dans des zones d’accès difficile. C’est cette dimension sociale que je souhaiterais voir davantage mise en relief con- cernant la contribution des énergies renouvelables au développement durable. Apporter ainsi l’énergie à ceux qui en sont dépourvus contri- buerait à l’éradication de la pauvreté, à l’intégration des communautés concernées dans la société du pays dont elles font partie, à libérer les femmes et les enfants des corvées découlant de la recherche de l’eau et du bois de feu, à l’amélioration de la santé en fournissant du froid pour les dispensaires ruraux, à dis- poser d’éclairage pour des cours du soir, à donner accès à la radio et la télévision, à disposer de cuisinières solaires et de séchoirs pour les produits agricoles et, en général, à améliorer la qualité de vie des popu- lations concernées. À ce sujet, il me semble que l’UNESCO est l’insti- tution spécialisée des Nations Unies la mieux placée pour défendre cette dimension, dont les aspects éducatifs, scientifiques, sociaux, culturels et de communication relèvent de sa compétence constitutionnelle.
  14. 14. A- Contexte général de l’Afrique et objectifs Le continent africain a une population de 708 millions d’habitants qui se caractérise par un taux de croissance élevé de 2,7% l’an, soit un doublement tous les 26 ans. Le revenu moyen par habitant est faible, de l’ordre 500 $ US par an. À l’aube du 21e siècle, le continent présente encore des signes patents de sous-développement dont les plus importants sont: • la prédominance des communautés rurales. 66 % de la population africaine, soit environ 467 millions d’habitants, vit en milieu rural; • le faible taux d’utilisation des formes modernes d’énergie. Ce taux se caractérise par la très faible consommation de l’énergie commerciale par habitant (670 kep par an), le très bas taux d’accès à l’électricité (19%, ce qui signifie que 81 % de la population vit hors de portée des réseaux électriques) et la faible production électrique par habitant (493 kWh); • la destruction de l’environnement pour la satisfaction des besoins énergétiques; L’Afrique dispose d’un important potentiel, insuffisamment mis en valeur, d’énergies renouvelables (hydro-électricité, solaire, éolien, biomasse, etc.) dont une exploitation organisée et rationalisée permettrait de répondre aux besoins de développement du continent dans une perspective de durabilité. Vers une utilisation à grande échelle des énergies renouvelables en Afrique 14 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 Jacques-Césaire Mba-Nzé, spécialiste du Programme à la Division des Sciences de l’Ingénieur et de la Technologie de l’UNESCO et responsable pour l’Afrique du Programme solaire mon- dial 1996-2005. JACQUES-CÉSAIRE MBA-NZÉ
  15. 15. Valeurs du rayonnement solaire en Afrique • le faible taux d’accès aux autres services de base tels l’eau potable, la santé, l’éducation, etc. Pour se développer, le continent a besoin d’une population en bonne santé et bien alphabétisée. Pourtant cet objectif modeste est encore hors de portée d’un grand nombre de pays africains comme le soulignent les chiffres qui suivent: – seuls 44% de la population ont accès à l’eau potable. Le reste, soit 56%, est exposé aux nom- breuses maladies transmises par l’eau non potable (comme le choléra, le ver de Guinée, etc.). Certains d’entre eux doivent parcourir des kilomètres ou tirer à partir d’un puits profond pour se procurer de l’eau; – la couverture sanitaire est inférieure à 30% dans 12 pays du continent, se situe entre 30 et 59% dans 45 autres et est supérieure à 60% dans seulement 3 pays. La couverture vaccinale, qui protège les enfants contre les ravageuses épidémies de maladies infantiles, est inférieure à 50% dans 14 pays, se situe entre 50 et 80% dans 22 autres et est supérieure à 80% dans seule- ment 9 pays. I. POTENTIEL EN ÉNERGIES RENOUVELABLES DE L’AFRIQUE • Le continent africain est doté d’un potentiel énorme d’énergies renouvelables dont l’exploitation est à peine commencée. 1. Potentiel hydroélectrique L’énergie hydroélectrique représente 21% des puissances électriques totales installées en Afrique, en 1992, soit 20206 sur 96904 MW. Par ailleurs, on remarque que 77% de l’énergie électrique sont produits à partir des sources thermiques, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’environnement, notamment concer- nant la production des gaz nocifs (le CO2, les NOx, le SO2, etc.). En effet, une partie non négligeable de l’électricité est produite à partir du charbon dont les rejets en ces gaz sont plus importants que pour les centrales diesels. On ne prend pas en compte la production électrique de l’Afrique du Sud où le charbon a une contribution importante. Par contre, le continent est doté d’un potentiel hydroélectrique im- portant estimé à plus 436 000 MW. Les puissances installées actuellement ne représentent qu’à peine 5% du potentiel disponible. Un calcul simple montre que l’utilisation sys- tématique du potentiel hydroélec- trique peut, à elle seule, multiplier la capacité de production totale actuelle par 5,5. Par ailleurs, l’Afrique est la région du monde où la pro- portion d’hydroélectricité est la plus faible: 5% contre 90% pour l’Europe, 45% pour l’Amérique du Nord, 20% pour l’Asie et l’Amérique du Sud. Une étude1 récente a montré qu’en Afrique australe, le barrage de Cahora Bassa, sur le fleuve Zambèze au Mozambique, qui, pendant vingt ans, n’a fonctionné qu’à 1% de sa capacité, et le barrage d’Inga, sur le fleuve Congo en République Démocratique du Congo, sont à mesure de fournir jusqu’à 10.000 MW dans un futur proche. Cette capa- cité, une fois mobilisée, produirait une économie annuelle de: – 13 millions de tonnes de CO2, – 142 000 tonnes de SO2 et – 60 000 tonnes de NOx. Ce potentiel hydroélectrique cons- titue ainsi un important terreau favorable au développement de la micro et mini-hydroélectricité pour l’électrification rurale. En terme de coût on peut rappeler que le kWh varie de 0,04 à 0,07 dollars US pour les grandes instal- lations. Pour les petites installations, en terme de Watt installé, le coût se situe entre 1,5 et 3 dollars US. 2. L’énergie solaire La carte mondiale de gisement solaire montre que 47% de la surface du continent bénéficie d’un ensoleillement annuel supérieur à 2 100 kWh/m2 , 27% entre 1 900 et 2 100, et les 26% restants entre 1 500 et 1 900. On remarque aussi que les valeurs les plus élevées de l’ensoleillement correspondent aux parties les plus denses du peuplement, excepté les déserts du Sahara et du Kalahari. Ainsi tous les paramètres géographiques sont favorables à une large utilisation de l’énergie solaire. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 15 1 Pedro de Sampaio Nunes, Forum d’Affaires et d’Investissement pour le Développe- ment des Energies renouvelables en Afrique, Harare, 29-31 Mars 1999. Tableau A.1 Valeur de l’ensoleillement Supérieur à 2100 1900 à 2100 1500 à 1900 en kWh/m2 /an Pourcentage de la surface 47% 27% 26% Observations Régions désertiques et Régions de savane, très peuplées Régions forestières, peu peuplées denses, périphériques
  16. 16. Productivité de l’éolienne Zones concernées (en kWh/kW par an) > 5 000 les côtes de l’Afrique australe (Namibie, Afrique du Sud et Mozambique) 3 750 à 5 000 Les côtes de l’Afrique de l’ouest (Liberia, Sierra Leone, Guinée, Guinée Bissau, Sénégal, La Gambie, Mauritanie) et du Maroc 2 250 à 3 750 Les côtes de l’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Libye, Égypte), du Soudan, de l’Érythrée, du Djibouti et de la Somalie 750 à 2 250 Tout le reste du continent excepté le noyau central < 750 Le noyau central continental En dépit de ces conjonctions géo- graphiques et des besoins pressants de la population, l’utilisation de l’éner- gie solaire reste encore marginale. Il existe actuellement plusieurs modes d’utilisation de cette forme d’énergie et les plus utilisés sont: – l’électricité solaire photovoltaïque, pour le pompage de l’eau, l’éclai- rage, la réfrigération, la télé- communication, etc.; – les centrales thermiques utilisant des concentrations cylindro- parapoliques, qui sont, actuelle- ment, le mode le plus compétitif d’utilisation de l’énergie solaire sur réseau; – le séchage des produits agro- alimentaires; – le chauffage solaire sous forme de chauffe-eau, de chauffage d’habitation, etc.; – la cuisson solaire pour laquelle il existe plusieurs variantes d’appa- reils. Mais la technologie la plus prometteuse est celle de la concentration par paraboloïde. 3. L’énergie éolienne La carte mondiale de productivité de l’énergie éolienne montre que l’Afrique est constituée de trois zones de productivité décroissante allant de la côte vers l’intérieur du continent, comme résumé ci-dessous: Ainsi, on observe que, dans 50% des régions côtières, l’utilisation à grande échelle de l’énergie éolienne est possible. Par rapport à l’énergie solaire, l’énergie éolienne offre plus de possibilité, à moindre coût, de production, à grande échelle, de l’énergie électrique en réseau connecté ou isolé. Là où les condi- tions sont moins favorables, l’énergie éolienne s’apprête aussi à des utilisa- tions à petites échelles pour le pom- page de l’eau ou l’électrification de petits villages. Il est à signaler que la gamme de puissance des aérogénérateurs est très large et va de 500 kWh pour les modèles synchrones intégrables au réseau à 100 W à 10 kW pour les modèles autonomes. 4. La biomasse, rationalisation et préservation La biomasse est actuellement la pre- mière source d’énergie de l’Afrique. Excepté dans les zones à fragile équilibre écologique comme le Sahel, le continent dispose d’un capital appréciable de biomasse. Mais ces ressources ne sont pas inépuisables et le poids démogra- phique du continent est en train d’amenuiser leurs capacités de régénération naturelle. Aussi dans beaucoup de pays, le taux de prélè- vement est de loin plus élevé que celui de la régénération. Il est donc impératif de prendre des mesures appropriées pour conserver le caractère renouvelable de cette source d’énergie. B- Les Projets africains de haute priorité Dans le cadre du Programme solaire mondial (1996-2005) (PSM), les pays africains ont présenté 260 pro- jets nationaux de haute priorité (PNHP) que l’on a classés selon les cinq programmes globaux suivants: • Formation et éducation en matière d’énergies renouvelables: 15 projets ont été présentés, dont 4 concernent la création d’instituts de formation et 11 la mise en place de programmes de formation dans des institutions existantes. • Système de collecte et de diffusion d’informations: 32 projets embrassent divers domaines tels l’étude des gisements, 16 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 2 Certaines parties empruntées à A.M. Dahouenon, GTZ-Sénégal, et Z. Koïta, SENELEC, Sénégal Type d’application Usage Puissance Système individuel ou SHS Éclairage, alimentation des postes radio ou 5 à 200 Wc téléviseur, etc. Système PV institutionnel Électrification des centres communautaires 100 à 500 Wc (santé, culture, éducation, culte, etc.) Système PV de pompage Exhaure de l’eau potable ou pour irrigation 0,2 à 6 kWc Télécommunication Alimentation des stations relais 0,2 à 25 kWc Micro-centrale électrique Électrification d’un village 5 à 100 kWc Applications courantes de l’électricité solaire photovoltaïque2 Tableau A.2 Zones de productivité Tableau A.3
  17. 17. de faisabilité ou de marché des énergies renouvelables, la mise en place d’un plan de promotion de l’utilisation de ces énergies ou d’économie d’énergies tradition- nelles, la création de banques de données, la création ou le renfor- cement d’un centre de collecte et de diffusion d’informations, et l’organisation de conférences internationales. • l’augmentation de la capacité d’utilisation des énergies renou- velables: 151 projets touchent divers secteurs tels que l’électri- fication rurale ou urbaine, le village solaire intégré de démons- tration, l’alimentation en eau potable ou douce, l’équipement des centres sociaux (de santé, d’éducation ou de la culture), l’utilisation massive des appareils solaires thermiques (chauffe-eau, cuiseur, séchoir), la télécommunica- tion, le froid pour la conservation des produits agro-alimentaires, l’irrigation ou l’adaptation des cultures, l’architecture solaire et la sauvegarde de la faune sauvage. • la création ou développement des capacités locales industrielles ou de recherche développement: 33 projets ont été présentés dont 11 pour le développement des capacités industrielles et 22 en matière de recherche/ développement. • l’initiative sur la biomasse: 29 projets figurent dans ce domaine. Ils concernent la production, la rationalisation ou la substitution au bois-énergie, la production du biogaz et l’utili- sation des huiles végétales, de l’alcool ou de déchets comme source d’énergie. C- Mécanisme de mise en œuvre L’exécution de ces projets nécessite la mise en place de structures de coordination aussi bien au niveau national qu’au niveau interafricain afin d’utiliser au mieux toutes les ressources indispensables à leur réalisation. Dans cette perspective, les actions suivantes devraient être réalisées ou renforcées: • la mise en place effective d’un Conseil Solaire Africain (CSA), avec définition de statuts et d’un règlement ainsi que d’un programme d’action; • la mise en place de structures nationales et sous-régionales. En effet, le Forum Solaire Africain de Bamako (Mali), de mars 1998, dans ses recommandations, a invité «les pays participants à accélérer la mise en place des Comités solaires nationaux» et exhorté «les organismes inter étatiques à mettre en place des procédures de coordination suivies, d’une part avec la Commission Solaire Mondiale et avec le Conseil Solaire Africain d’autre part». Il serait judicieux d’associer les ONG et la société civile à la réalisation des projets du PSA afin de mieux les sensibiliser aux possibilités qu’offre l’énergie solaire. Les institutions de coordination doivent également chercher à intéresser et sensibiliser le secteur privé pour accroître au maximum la possibilité d’un appro- visionnement large et régulier du marché d’équipements d’énergie solaire. Au besoin, ces structures doivent aider le secteur privé à établir des contacts avec les orga- nismes étrangers. Dans l’exécution des projets, la priorité doit être accordée aux projets pilotes et de démonstration et une large publicité devrait être faite autour de ces projets afin de mieux sensibiliser tous les acteurs concernés. D- Mécanisme de financement I. ÉVALUATION DES BESOINS Pour mettre l’énergie électrique à la portée des populations rurales, on peut procéder par extension des réseaux, interconnectés ou non, ou par la méthode de «Village solaire intégré». Cette dernière méthode, qui a l’avantage d’être la moins coûteuse et la plus adaptée aux échelles des énergies renouvelables, consiste à satisfaire les besoins énergétiques essentiels (tel l’exhaure de l’eau, la conservation de vaccins, l’éclairage des centres sociaux, la télécommunication, etc.) des commu- nautés rurales grâce à l’énergie solaire, généralement photovoltaïque ou éolienne. Le coût moyen d’un un village standard de 2.500 habitants est de l’ordre de 86.000 dollars US. II. BUDGET DU PROGRAMME SOLAIRE MONDIAL (1996-2005) : AFRIQUE (PSA) Sur les 260 projets présentés par les États, 188, soit 72% du total, ont été budgétisés. Le montant global du budget est de 1,39 milliards de dollars US pour une moyenne par projet budgétisé de 7,38 millions. Sur la base d’un calcul attribuant en moyenne 10 millions de dollars US par pays et pour les 53 pays du continent, le PSA s’est fixé comme objectif réaliste la mobilisation de 600 millions de dollars US pour l’Afrique, durant la durée du Programme. Cette somme modeste représente 43% du montant global des projets de haute priorité bud- gétisés et seulement 4% du besoin réel du continent. En tenant compte de l’évolution de la population, cette somme représente l’investis- sement nécessaire pour satisfaire l’accroissement des besoins en énergie électrique d’un an et demi. III. LIGNES D’ACTIONS Pour réunir le montant de 600 mil- lions de dollars US, le PSA prévoit, pour chacun des acteurs, les actions suivantes: a) Gouvernements africains Conformément aux engagements contenus dans la déclaration de Harare, les gouvernements africains doivent se donner les moyens Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 17
  18. 18. d’exécuter les projets inscrits dans le PSA. Afin de tenir leurs engagements et mieux intéresser les bailleurs de fonds extérieurs, les plus hautes autorités gouvernementales doivent s’impliquer davantage en entrepre- nant les actions suivantes: • le recours aux énergies renouve- lables dans les projets de dévelop- pement nationaux ou régionaux (agriculture, santé, éducation, etc.) et l’inscription de ces projets dans les plans nationaux de développement; • la création de fonds nationaux des énergies renouvelables devant servir de contrepartie aux finan- cements extérieurs des projets; • l’adoption de lois portant sur la réduction des taxes d’importation sur les équipements pour les énergies renouvelables; • la formulation et la constitution des documents de projets dont les fiches sont déjà disponibles, selon les formats requis par les organismes de financement; • l’introduction de requêtes de financement, appuyées par les documents mentionnés ci-dessus, auprès des bailleurs de fonds pour les projets inscrits dans le PSA. A cet effet, les gouvernements doivent s’enquérir, auprès des bailleurs de fonds, des règles et procédures adéquates; • la sensibilisation aux énergies renouvelables des ONG présentes dans les pays, afin de les amener à s’engager dans la mise en œuvre du PSA. En plus des rôles impor- tants relevant des ONG, des actions de micro crédit peuvent avoir des effets appréciables sur l’acquisition, par les populations rurales et périurbaines, des équi- pements en matière d’énergies renouvelables et sur la formation des techniciens de maintenance; • la concertation et la collaboration entre toutes les institutions afri- caines concernées par les énergies renouvelables pour échanger les expériences acquises, créer en commun des banques de données et lancer en coopération des programmes éducatifs ou de recherche/développement. b) Conseil Solaire Africain (CSA) Conformément à son rôle de coordination des actions des pays africains pour la réalisation du PSA, le CSA, conjointement avec les Gouvernements, devrait entre- prendre les actions suivantes: • encourager la création des comités solaires nationaux dans les États africains; • agir auprès des organismes de financement et de développement internationaux et régionaux (notamment le PNUD, la BAD, l’Union européenne, la BID, etc.) pour faciliter les possibilités de financement des projets du PSA; • donner les moyens aux respon- sables nationaux des PNHP afin qu’ils puissent préparer et présenter leurs projets de façon à intéresser les organismes de financement et les bailleurs de fonds. c) Secrétariat de la Commission Solaire Mondiale (CSM) Conformément à son rôle centra- lisateur des activités du PSM, le Secrétariat de la Commission Solaire Mondiale devrait collaborer avec le CSA dans l’élaboration des PNHP et avec les gouvernements nationaux et les bailleurs de fonds internationaux pour la recherche de financement des projets dont les documents sont disponibles. IV. DÉMARCHES GÉNÉRALES POUR LE FINANCEMENT DES PNHP La procédure de financement des projets nationaux de haute priorité du Programme solaire mondial 1996-2005 est un processus qui décrit le cheminement des projets depuis leur identification jusqu’à leur financement par les bailleurs de fonds. Les principales étapes sont les suivantes: a) Identification des projets À l’étape initiale de l’identification et de formulation des projets natio- naux de haute priorité peuvent intervenir les acteurs suivants: • les organismes publics (les ministères, les établissements publiques, les collectivités territoriales, etc.); • les organismes parapublics (les sociétés d’État, etc.); • le secteur privé (les sociétés privées, les associations, les ONG, etc.). L’organisme initiateur du projet doit élaborer un document de projet consistant qui renferme toutes les informations essentielles pour, non seulement, attirer l’attention des bailleurs de fonds, mais aussi, leur donner une idée assez complète du projet. À cet effet, il a été conçu un guide de préparation de projet par le secrétariat de la Commission solaire mondiale. b) Traitement des PNHP au niveau national Avant leur soumission au Secrétariat de la Commission Solaire Mondiale, les projets NHP doivent d’abord avoir l’approbation des autorités nationales afin de justifier leur appellation de «haute priorité nationale». Dans les pays où existe un Comité Solaire National (CSN), celui-ci est l’organe le plus indiqué pour juger de l’importance au plan national du projet. À défaut, le Ministère ayant en charge les éner- gies renouvelables peut valablement accomplir ce rôle. Pour mieux accroître ses chances de financement, le projet doit être inscrit dans le plan national de développement du pays. Il est très utile de faire apparaître toutes ces démarches nationales dans l’avant-propos du document de 18 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46
  19. 19. projet afin de mieux sensibiliser les bailleurs de fonds sur l’importance du projet. Après quoi, le projet doit parvenir au Secrétariat de la Commission Solaire Mondiale qui est assuré par la Division des Sciences de l’Ingénieur et de la Technologie (SC/EST) du Secteur des Sciences Exactes et Naturelles de l’UNESCO. Il doit être clairement compris que l’inscription d’un projet au Programme Solaire Mondial 1996-2005 n’est pas synonyme de son financement. Les efforts du Secrétariat de la CSM dans la recherche de financements doivent absolument être complétés par: • des démarches nationales en direction des bailleurs de fonds traditionnels du pays, des ONG, des bailleurs de fonds nationaux, etc. Cette démarche a le double avantage, d’une part, de mobiliser des fonds qui sont normalement inaccessibles à la Commission Solaire Mondiale et, d’autre part, d’accroître le nombre de projets financés. Les pays membres du groupe ACP peuvent inscrire les projets NHP dans le Programme Indicatif National (PIN) ou Régional (PIR) qui lient les États ou les régions à la Commission Européenne; • des actions de soutien (requêtes, lettres, etc.) pour appuyer des démarches du Secrétariat. Mais ces actions de soutien n’inter- viennent qu’à la demande du Secrétariat. c) Les démarches internationales Pour le financement des projets nationaux ou régionaux de haute priorité, la Commission Solaire Mondiale s’adresse aux trois types de bailleurs de fonds suivants: • les bailleurs de fonds institution- nels, notamment la Commission européenne, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Dévelop- pement (BAD), le E7, la coopé- ration bilatérale, etc.; • les investisseurs internationaux, comme l’Electricité De France (EDF), les Industriels, etc.; • le Système des Nations Unies, notamment l’UNESCO, le PNUD, l’ONUDI, etc. En effet, ces institutions peuvent, dans l’exécution des projets relevant de leurs propres domaines de compétence, privilégier l’utili- sation des énergies renouvelables par rapport à d’autres sources d’énergies. Pour le cas de l’UNESCO, le Pro- gramme de Participation peut être un moyen, même limité, pour le financement des projets du PSM. Les États Membres doivent garder à l’esprit cette opportunité dans la formulation de leurs requêtes relatives à ce Programme. Concernant le PNUD, cet orga- nisme établit périodiquement un programme propre à chaque pays, en collaboration les autorités nationales. C’est là une occasion supplémentaire où les États peuvent inscrire l’exécution des projets à énergies renouvelables. Des formules de financement et d’exécution conjoints sont égale- ment à l’étude, sur le terrain, entre l’UNESCO et le PNUD. Les pays peuvent également aider à la concrétisation de cette volonté exprimée par les deux agences des Nations Unies. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 19 En tant que pays ayant des besoins de développement d’une grande portée et un niveau très élevé d’ensoleillement, l’Afrique du Sud s’est résolument engagée dans l’utilisation de l’énergie solaire. Notre gouvernement applique une politique favorisant l’accès aux services énergétiques durables des foyers spécialement défavorisés, ainsi que des petites entreprises et des exploitations agricoles. De ce fait, l’accent est fortement mis sur l’exploitation de petits systèmes d’énergie solaire. Nous sommes engagés dans une série de projets pour la fourniture d’énergie d’origine solaire aux industries, aux communautés urbaines et rurales, aux établissements publics tels que les écoles et les centres médicaux, ainsi qu’aux exploitations agricoles et forestières. Par conséquent, nous appuyons fortement le Programme Solaire Mondial visant à stimuler la diffusion des technologies solaires au niveau mondial. Ce programme renforcera nos efforts pour améliorer la situation socioéconomique, notamment des plus pauvres, pour créer des emplois, pour réduire les effets négatifs du secteur énergétique sur l’environnement et pour contribuer au développement d’un système énergétique durable. Son Excellence Monsieur Nelson Mandela Président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999 Afrique du Sud
  20. 20. a disponibilité des ressources énergétiques suffisantes et fiables favorise le développement. Cependant, ce concept a été pendant longtemps à l’origine d’une confusion qui faisait que l’énergie était considérée comme un des objec- tifs de développement. Même les organismes internationaux considéraient la consommation d’énergie conventionnelle par tête d’habitant comme un indi- cateur du degré de développement d’un pays. Or l’énergie n’est qu’un moyen qu’il faut s’efforcer de maîtriser. Un moyen certes indispensable au dévelop- pement, mais qui engendre également des nuisances locales et globales dont les effets négatifs sont immédiats et futurs. De ce fait, les énergies renouve- lables ont un rôle central dans le processus de développement durable. Convaincu de la nécessité d’un développement durable, le président Zine El Abidine BEN ALI n’a pas tardé à accorder une place primordiale aux questions de l’environnement de manière générale et de développement des énergies renouvelables en particulier. Cette volonté politique s’est traduite par la mise en place de cadres institutionnels et réglementaires favorables à la promotion de ces secteurs, dotés des outils administratifs et des moyens financiers et humains nécessaires. Parmi ces cadres on peut citer le ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire et des institutions sous tutelle: l’Agence nationale des énergies renouvelables, l’Agence nationale de protection de l’environnement et le Centre international des technologies de l’environnement de Tunis. Après l’adoption de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à la Conférence de Rio sur l’environnement et le développement durable en 1992, la Tunisie a fait sien le concept de développement durable en intégrant les trois dimensions : économique, sociale et environnementale. L’énergie s’est trouvée au cœur de ce débat « environnement/développement » à la fois comme vecteur incontournable de développement économique et comme une des causes majeures de la dégradation de l’environnement global à travers l’émission des gaz à effet de serre. Le développement des énergies renouvelables en Tunisie 20 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 Ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire – Tunisie FAÏKA KEFI L
  21. 21. Ce à quoi s’ajoutent les bureaux d’études spécialisés et les équipes d’installation créées à l’échelle des zones bénéficiaires des projets. Consciente du rôle que les énergies renouvelables peuvent jouer dans le système énergétique général et des services rendus aux usagers, la Tunisie a accordé une priorité aux programmes de formation et d’éducation dans ce domaine. Ces programmes, qui ont été basés sur les nouvelles technologies adaptées au contexte tunisien et sur des méthodes modernes de formation alliant théorie et pratique en tenant compte des conditions locales, s’adressent à tous les acteurs concernés afin d’assurer le succès de l’étude, de l’installation, du suivi et de la main- tenance des différents projets réalisés dans ce domaine. Parmi les acteurs concernés figurent les décideurs (ingénieurs, économistes, cadres de promotion, etc.), les techniciens locaux (pour l’installation et la main- tenance) et les usagers. La coopération étrangère a contribué efficacement au développement de ces programmes Énergies renouvelables pour le développement Les potentialités en matière de res- sources d’énergies renouvelables sont importantes en Tunisie. L’énergie éolienne, la biomasse, l’énergie géothermique et surtout l’énergie solaire ont l’avantage d’être des ressources abondantes et fiables dans de nombreux domaines. Les techno- logies correspondantes ont atteint une certaine maturité au plan de la production et de l’application notamment dans les chauffe-eau solaires et les systèmes solaires photovoltaïques. Il faut souligner la concordance de la dimension sociale de la stratégie de promotion des énergies renou- velables en Tunisie avec une vision globale du développement. Le pro- gramme d’électrification photovol- taïque, l’une des principales actions de l’Agence nationale de énergies renouvelables, s’inscrit dans le cadre de la politique volontariste de déve- loppement économique et social des zones rurales les plus défavorisées. En Tunisie, les énergies renouvelables contribuent de manière effective et concrète à l’amélioration des condi- tions de vie des populations rurales en leur apportant de l’électricité pour l’éclairage, l’audiovisuel, l’éducation, la conservation des médicaments, la communication, l’approvisionnement en eau potable d’une part, la création d’une dynamique industrielle pour la production, l’installation des équi- pements économes en énergie et utilisant les énergies renouvelables, d’autre part. Dans ce cadre, le secteur privé est devenu aujourd’hui un acteur du développement de ce domaine. Ainsi, plus d’une dizaine d’entreprises sont actives dans la production des équi- pements (chauffe-eau solaires, batte- ries solaires, quelques composants photovoltaïques) et la commerciali- sation (représentation des produits étrangers dans un cadre de consor- tium avec des sociétés locales). notamment à travers la Commission Européenne, l’UNESCO, les Agences européennes chargées des énergies renouvelables, le PNUD, des ONG, des bureaux d’études, etc. Ainsi, différentes compétences ont été formées à travers tout le pays dans plusieurs disciplines (solaire thermique et photovoltaïque, biogaz rural et industriel, éolien, géothermie etc.), des nouveaux postes ont été créés, des petits métiers ont été développés dans les zones rurales défavorisées permettant l’amélioration de la productivité familiale. 3. Réalisations et perspectives Sur le plan économique, les énergies renouvelables sont déjà la ressource énergétique la plus adaptée pour certains usages et dans certaines conditions. Prenons l’exemple de l’élec- trification des populations rurales dispersées. Les analyses écono- miques montrent que l’utilisation des énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire photovoltaïque, reste le mode d’électrification le Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 21 Pompage d’eau par l’énergie éolienne et l’énergie solaire photovoltaïque, Sud Tunisie.
  22. 22. moins cher, aussi bien à l’investis- sement qu’au fonctionnement. Il en est de même pour la desserte en eau potable des zones rurales isolées, où le pompage par l’énergie solaire photovoltaïque ou parfois par l’énergie éolienne est souvent le moyen le plus économique. Avec une dizaine de milliers de sys- tèmes solaires photovoltaïques d’une puissance unitaire de 100 watts installés dans des habitations rurales isolées et dispersées, dans environ 200 écoles éloignées du réseau national et ce, dans le cadre d’un programme national d’électrification rurale visant l’équipement de 70 000 foyers à l’horizon 2010, la Tunisie compte parmi les pays avancés dans la promotion de l’énergie solaire photovoltaïque dans le milieu rural. C’est ce qui lui a valu une place de choix dans la dynamique de la coopération régionale dans le bassin méditerranéen. Rappelons que la Tunisie est membre de la Commission solaire Mondiale mondiale depuis septembre 1996 et est actuellement le point focal du réseau africain des énergies renouvelables, et des éco-technologies dans le cadre de la Convention de lutte contre la désertification. Dans le domaine de chauffage de l’eau sanitaire, la fabrication des chauffe-eau solaires a démarré depuis une vingtaine d’années. Actuellement, on compte plus de 50 000 m2 de capteurs solaires installés chez les ménages et dans le secteur tertiaire (hôtels, hôpitaux, centres sportifs, etc...). Vu la tendance de l’évolution de la consommation d’eau chaude de ces secteurs à l’horizon 2010, le potentiel des chauffe-eau solaires est estimé à 1,5 millions de m2 de capteurs. Par ailleurs, il est prévu d’installer 1 million de m2 à cette horizon; ce qui conduira à une économie d’énergie estimée à 100 000 tonnes équivalent pétrole par an permettant d’éviter le dégagement dans l’atmosphère de 300 000 tonnes de CO2/an. Dans le souci de préserver l’environ- nement et de ralentir le processus de déforestation, un programme a été mis en place pour développer un type de couvercle utilisé pour la cuisson du pain dans les fours tradi- tionnels, pratique courante dans les foyers ruraux et qui permet de réduire la consommation de bois de 50%. Actuellement, des opéra- rations de sensibilisation et de vulgarisation, notamment avec les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations actives dans plusieurs régions de la Tunisie sont menées afin de renforcer ce programme. La production de biogaz à partir de la biomasse organique vise à protéger l’environnement et valoriser l’apport énergétique de ces déchets en vue de satisfaire une part des besoins énergétiques. Dans ce cadre, l’expé- rience tunisienne a couvert des unités 22 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 En ma qualité de membre de la Commission solaire mondiale, il me plaît d’apporter mon soutien au «Processus du Sommet solaire mondial», 1996-2005, initié par l’UNESCO, et d’exprimer mon adhésion totale aux efforts mondiaux de développement durable, respectueux des équilibres écologiques et fondé sur le partenariat et la solidarité internationale agissante. Dans ce contexte mondial, et fidèle à ses principes et ses engagements, la Tunisie s’est dotée d’une stratégie claire en matière de développement des énergies renouvelables, visant essentiellement l’approvisionnement énergétique des zones rurales afin d’améliorer les conditions de vie du citoyen tunisien dans ces régions. Tout en renouvelant nos appels à la communauté internationale afin que les pays et organismes donateurs redoublent d’efforts en apportant un soutien inconditionnel à la mobilisation des fonds requis pour mener à bien ce processus, nous tenons à réaffirmer la volonté et l’engagement de la Tunisie à apporter son appui aux efforts entrepris par le biais de ses compétences et ses institutions spécialisées dans les domaines scientifique et technologique. Son Excellence, Monsieur Zine El Abidine Ben Ali Président de la République Tunisienne Avril 1998 Tunisie
  23. 23. familiales au plan des fermes d’éle- vage de bovins et des installations industrielles, de même qu’au plan des stations d’épuration des eaux usées. Actuellement, un projet pilote de production industrielle de biogaz utilisant les fientes de volailles est en cours de réalisation. Cette unité pourrait être généralisée pour traiter également les déchets d’origines domestique, industrielle et animale. Concernant l’énergie éolienne, les études préliminaires réalisées montrent les possibilités offertes par l’exploitation de cette source d’énergie pour l’approvisionnement en énergie électrique et pour contri- buer à faire face aux problèmes inhérents aux réserves de pétrole ainsi qu’aux moyens de production électrique. De ce fait, l’exploitation à grande échelle de l’énergie éolienne constitue une alternative économique de production d’énergie électrique. Le projet d’installation et d’exploi- tation d’une ferme éolienne d’une puissance de 10 MW au nord de la Tunisie constitue actuellement une première expérience en attendant sa généralisation. Dans ce sens, on prévoit l’installation d’une dizaine de centrales de ce type d’ici 2010, ce qui porterait les capacités à 100 MW produisant une énergie électrique de 250 GWh/an corres- pondant à environ 60 000 tonnes équivalent pétrole par an écono- misées et à 180 000 tonnes de C02 évitées. Enfin, par leur caractère «sobre» et «propre», les énergies renouvelables sont parmi celles qui sont totalement compatibles avec un développement respectueux de l’environnement. Le programme de développement de ces énergies à l’horizon 2010 en Tunisie permettrait d’éviter l’émission dans l’atmosphère de plus de 1 million de tonnes de CO2 par an. Ensuite, de par leur nature, ces énergies ont un caractère renouvelable et illimité dans le temps, ce qui est complè- tement en harmonie avec l’une des exigences fondamentales du concept de développement durable: la garan- tie de la satisfaction des besoins des générations futures. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 23 Du 15 au 20 mai 2000, l’IEPF a organisé, en collaboration avec le CEREF (Centre d’études en régle- mentation économique et financière de l’Université de Sherbrooke) et la Régie de l’énergie du Québec, une session intensive de haut niveau sur La réglementation économique et financière dans l’industrie élec- trique: les dimensions écono- miques, juridiques et financières de la réglementation économique. Cette session s’adressait aux res- ponsables et décideurs de l’indus- trie électrique qui doivent mettre en œuvre la fonction de contrôle réglementaire dans leurs pays respectifs. Vingt-cinq participants ont suivi le programme de forma- tion qui donnait lieu à la délivrance d’un certificat de trois crédits universitaires par le département d’Économique de l’Université de Sherbrooke. M. Dibongue Kouo (d.kouo@iepf.org), responsable du programme « Politiques énergé- tiques», assurait la coordination de cette formation. Les participants ont par la suite assisté au Forum mondial sur la régulation de l’éner- gie, organisé par la Régie de l’énergie, qui se tenait à Montréal du 21 au 24 mai 2000. Ce forum réunissait tout près de mille parti- cipants provenant de quatre-vingt- dix pays. Brève 300 m2 de chauffe-eau solaires Hôpital Gafsa, Tunisie
  24. 24. a population du pays est d’environ 9 millions d’habitants et s’accroît assez rapidement, au rythme de 3,2% par an. La plus grande partie de la population (85%) vit en milieu rural où les principales activités sont l’agriculture et l’élevage. Le taux d’urbanisation très faible (15%) croît néanmoins assez vite à cause du taux élevé de l’exode rural, amplifié parfois par la survenue des sécheresses. Le Produit intérieur brut (PIB) par habitant était de 290 $ US en 1990. La consommation énergétique est très faible et est de l’ordre de 180 kep par habitant et par an. Cette consommation se répartit comme suit: 91% de combustible ligneux (bois et résidus agricole), 7% de produits pétroliers et 2% d’électricité. Le taux d’accès à l’électricité de la population est de 6%. L’électricité est importée à 54% à partir du Nigeria et produite à 39% à partir du charbon minéral. Fort de son avantage sur la disponibilité quasi permanente de l’énergie solaire, le pays s’est lancé très tôt dans l’exploration de l’utilisation de cette forme d’énergie en créant l’Office de l’énergie solaire (ONERSOL) dans les années 60. Ainsi, plusieurs formes d’utilisation des énergies renouvelables ont été expérimentées ou adoptées au Niger. On peut citer, notamment, le chauffe-eau solaire, l’énergie solaire photovoltaïque pour divers usages (pompage de l’eau, équipement des centres de santé, télécommu- nications), l’énergie éolienne pour le pompage, le biogaz pour diverses applications, les foyers améliorés, etc. Le Niger est un pays continental situé dans la région sahélienne de l’Afrique entre le 12e et le 23e parallèles nord. Géographiquement, le pays est divisé en deux parties : une partie nord désertique constituant les 3/4 du territoire et une bande sud, recevant relativement plus de pluie, où vivent les 3/4 de la population. Dans cette dernière zone, le climat se caractérise par une saison de pluies qui dure en moyenne trois mois (de juillet à septembre) et une saison sèche le reste de l’année. Les énergies renouvelables au Niger 24 Liaison Énergie-Francophonie • N° 46 L Yahaya Saleye est expert associé à la Section des Sciences exactes et naturelles, division Sciences de l’Ingénieur et de la Technologie (SC/EST) de l’UNESCO. YAHAYA SALEYE
  25. 25. Le Programme solaire mondial: une nouvelle dynamique pour les EnR 25 I. Gisement d’énergies renouvelables au Niger Le gisement d’énergies renouvelables le plus abondant et le plus unifor- mément réparti sur le territoire national est certainement l’énergie solaire. Les autres formes d’énergie renouvelable sont aussi présentes et la situation se présente globalement comme suit: – L’ensoleillement est assez régulier sauf au mois d’août, où il est fortement réduit par la présence des nuages. Ainsi les valeurs moyennes mensuelles observées varient de 5 à 6 kWh/m2 par jour et la durée moyenne d’insolation est de 8,5 heures par jour; – Bien que n’ayant pas beaucoup de cours d’eau permanents, le pays dispose néanmoins de quelques sites importants propices à la construction de barrages hydro- électriques. Ces sites sont situés sur le fleuve Niger et ses affluents et sont notamment: le site de Kandadji avec une potentialité annuelle de 1,322 GWh, le site de Gambou avec 360 GWh et celui de Dyodyonga avec 75 GWh; – Le gisement de l’énergie éolienne se caractérise, d’une part, par sa disponibilité à travers tout le pays et, d’autre part, par la modestie de son ampleur. Ainsi les moyennes du vent varient de 2,5 à plus de 5 m/s selon les localités. En général dans la zone nord désertique, la vitesse du vent est plus élevée; – Le pays étant situé aux 3/4 dans une zone désertique, son potentiel forestier est, par conséquent, très réduit. Il se pose alors, à l’image de tous les pays sahéliens, un problème de gestion du capital forestier, qui tout en étant très faible constitue aussi la principale source d’énergie de ces pays (91% pour le cas du Niger). L’énergie géothermique, bien que disponible dans certains sites de la zone nord du pays, reste encore non exploitée. II. Situation actuelle de l’utilisation des énergies renouvelables Toutes les sources d’énergies renou- velables citées dans les paragraphes précédents, à l’exception de la géothermie, connaissent un début d’exploitation, mais restent encore largement sous-utilisées. 2.1. L’UTILISATION DE L’ÉNERGIE SOLAIRE Les deux principales applications de l’énergie solaire directe, photo- voltaïque et thermique, dépassent largement le stade de démonstration ou d’application pilote. Mais le niveau d’utilisation atteint reste insignifiant par rapport aux potentialités et aux besoins du pays. 2.1.1. L’ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE Les premières utilisations à grande échelle de l’énergie solaire photo- voltaïque ont commencé au milieu des années 1970 avec l’installation de 1 370 postes téléviseurs, alimentés par des modules solaires photovol- taïques, sur toute l’étendue du terri- toire. À la fin de l’année 1993, la puissance totale installée était de 280 kWc (voir tableau 1). Comme le montre le tableau 1, l’utilisation la plus importante concerne l’exhaure de l’eau (44%), suivi de la télécommunication (31%). La prépondérance de l’exhaure de l’eau s’explique, d’une part, par la fiabilité des équipements et leur degré d’automatisation et, d’autre part, par l’importance du secteur hydraulique pour un pays sahélien où l’eau de surface est très rare. Le secteur des télécommunications bénéficie aussi largement du développement de l’énergie solaire photovoltaïque pour alimenter des relais qui se situent naturellement en brousse, très éloignés de toute agglomération. En considérant les télécommunications au sens large (télévision, radio émetteur-récepteur), on s’aperçoit que celles-ci représen- tent plus de 47% des puissances installées. L’électricité solaire photo- voltaïque intervient aussi dans le secteur de la santé pour l’éclairage, la production du froid et le brassage d’air. Ainsi elle améliore nettement le service de santé en rendant possible la conservation de certains vaccins, en augmentant le confort des soignants et des malades et en créant les conditions de meilleures interventions nocturnes. Secteur d’activité Puissance installée (kWc) Pourcentage Exhaure de l’eau 123,5 44,1 Télécommunication 86,0 30,7 Télévisions communautaires 41,5 14,8 Installation du secteur privé 10,4 3,6 Radios émetteurs-récepteurs stationnaires 5,5 1,9 Dispensaires ruraux 5,0 1,7 Stations relais de télévision 2,0 0,7 Autres installations (balisage, compteurs 6,0 2,5 de véhicules, station météorologique) Répartition des puissances solaires photovoltaïques installées par secteurs d’utilisation Tableau 1 Source: PSE, Décembre 1993

×