Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

2,164 views
1,987 views

Published on

Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,164
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
17
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

  1. 1. PAA 2010‐2015 : Les secteurs                                                                                                                                                              PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                              2009 10 16                                                                                                                               L’Union africaine    LE PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE  L’UA/NEPAD   2010‐2015 :  Promouvoir l’intégration régionale et  continentale en Afrique         Les secteurs      
  2. 2. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                              2009 10 16                                                                                                              
  3. 3. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    i    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                               Glossaire – les secteurs    2nd DEA Deuxième décennie d’éducation (2006‐2015) ACBF Fondation de renforcement de la capacité de l’Afrique  ACMAD ADF FAD Fonds africain de développement AEC CEA Communauté économique africaine AFFM Facilité africaine de financement des engrais  AFREC Commission africaine de l'énergie AFrISPA Association africaine de fournisseurs d’Internet AGRA Alliance pour une révolution verte en Afrique  AGRHYMET Centre régional d’agriculture, d’hydrologie et de météorologie AICD Diagnostic des infrastructures nationales en Afrique AIDA Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique AIDS SIDA Syndrome d'immunodéficience acquis AIR Institut africain de remise ALC Centre du laser africain AMCE Conférence des ministres de l’environnement de l’Afrique AMCOST Conseil ministériel africain de la science et de la technologie AMCOW CMAE Conseil des ministres africains sur l’eau AMESD AMIS Mission de l'Union africaine au Soudan AMISOM Mission de l'Union africaine en Somalie AMU UMA Union du Maghreb arabe APCI ICPA Initiative de capacité productive africaine  APF FPA Facilité de paix africain APRM Mécanisme d'examen par les pairs africains APSA Architecture africaine de paix et de sécurité APSA AAPS Architecture africaine de paix et de sécurité ARAPKE Plan régional africain d’action sur l’économie des connaissances ARI Institut africain de ré‐éducation ARICEA ARICAOA ARIPO Organisation africaine de la propriété intellectuelle ARV ARV Thérapie antirétrovirale ASF FAR Force africaine de réserve Centre africain pour les applications météorologiques en faveur du  développement Surveillance africaine de l’environnement pour un développement durable de la  Commission européenne  Association des régulateurs des informations et des communications pour  l'Afrique orientale et australe       
  4. 4. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    ii    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 ASTII Indicateurs de science, de technologie et d’innovation communs pour l’Afrique ATRN RART Réseau africain des régulateurs des télécommunications ATU UAT Union africaine de télécommunications AU UA Union africaine AUC CUA Commission de l'Union africaine AUPA Plan d’action de l’UA sur le contrôle de la drogue et la prévention du crime AWF FAE Facilité africaine de l'eau  BecANet  Biosciences de l'Afrique orientale et centrale BIAWE Incubateur commercial pour les femmes africaines entrepreneurs  BPFA PFAB Plate‐formes d'action de Beijing CAADP Programme intégré de développement africole de l'Afrique CAB Réseau large bande de l’Afrique centrale CA‐BI CABRI Initiative de réforme collaboratrice du budget de l’Afrique  CAMI Conférence des ministres africains de l’industrie CAPP Pool énergétique de l’Afrique centrale  CAR RCA République centrafricaine CASSy Système de câble sous‐marin de l’Afrique centrale  CBF FBC Fonds du bassin du Congo CDI Initiative de développement de la capacité CDM Mécanisme de développement propre  CDSF Cadre stratégique de développement de la capacité CEDAW Convention sur l’élimination de la discrimination contre les femmes  CEEPA Centre pour l’économique et la politique de l’environnement en Afrique  CEMAC CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale CEN‐SAD Communauté des États du Sahel‐Sahara CEPGL CEWS Système d'alerte rapide continentale pour la prévention des conflits  CFB CFB Chemins de fer Benguela CGIAR Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale ClimDev Africa Climat pour le développement en Afrique  COMELEC Comité maghrébin de l’électricité  COMESA Marché commun  de l'Afrique australe et orientale COMIFAC Commission des Forêts d'Afrique Centrale CPA Plan consolidé d’action  CRASA RCAA Régulateurs des communications de l'Afrique australe CSO Organismes de la société civile  DBSA Banque de développement de l'Afrique australe  DEA Décennie d’éducation pour l'Afrique Communauté économique des Pays des Grands Lacs Programme de développement des infrastructures terrestres large bande  d’interconnexion des Etats de l’Afrique centrale       
  5. 5. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    iii    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 DfID Département du développement international (R.‐U.) DMC Centre de surveillance de la sècheresse du SADC DRC RDC République démocratique du Congo DSL Ligne numérique ou loop EAC Communauté de l'Afrique orientale EAPP Pool énergétique de l’Afrique orientale  EARNP Programme de réseau routier de l'Afrique orientale  EARPTO ORPTAO EASBRIG Brigade permanente de l'Afrique orientale EASSy Système de câble sous‐marin de l'Afrique orientale ECA CEA Commission économique pour l'Afrique  ECCAS CEEAC Communauté économique des États de l'Afrique centrale ECOWAS CEDEAO Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest EDF FED Fonds européen de développement EIB BEI Banque européenne d'investissement EITI ITIE Initiative de transparence de l’industrie extractive EMIS SIGE Systèmes d'information pour la gestion de l'éducation ESKOM Compagnie d'électricité de l'Union sud‐africaine  ETF Fonds de transformation environnementale EU UE Union européenne FAO Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture FARA Forum pour la recherche agricole en Afrique FEMA Forum des ministres de l’énergie d’Afrique  FICA Agence de coopération internationale des Flandres FIDA Fondation pour le soutien du développement international FRATEL FRATEL Réseau Francophone de la Régulation des Télécommunications  GCOS SMOC Système mondial d’observation du climat GDP PIB Produit intérieur brut GE Égalité entre les sexes  GEF FEM Facilité d'environnement mondial  GEWE Égalité entre les sexes et prise de pouvoir par les femmes  Global Fund Fonds mondial Fonds mondial pour combattre le SIDA, la tuberculose et le paludisme  GMS système de gestion des rapports hommes‐femmes GPAD Division de gouvernance et d’administration publique  GSM Système global de communications mobiles GTZ HIV VIH Virus de l'immunodéficience humaine HR  Ressources humaines Organisation de réglementation des postes et des télécommunications de  l'Afrique orientale Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Coopération technique  allemande)    
  6. 6. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    iv    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 IBIN Réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC ICA Consortium pour les infrastructures en Afrique ICAO OACIT Organisation de l’aviation civile internationale  ICF Facilité de climat d’investissement ICPAC Centre des prédictions et des applications climatiques IFAD Fonds international de développement agricole IGAD Autorité intergouvernementale pour le développement IITA IITA Institut internInstitut international d'agriculture tropicale ILO OIT Organisation internationale du travail IPPF FPPI Facilité de préparation des projets d'infrastructure IRI Institut international de recherche pour le climat et la société IWRM Gestion intégrée des ressources en eau  JICA Agence de coopération internationale du Japon L/RBOs Organismes des bassins des lacs/fleuves LVBC Commission du bassin du lac Victoria M & E S&E Surveillance et évaluation MACEPA Contrôle et évaluation du paludime pour le partenariat en Afrique MDG Objectifs de développement du millénaire MOU Protocole d'entente MW mégawatt NARC Capacité régionale de l'afrique du nord NBI Initiative du bassin du Nil  NEPAD Partenariat nouvau pour le développement de l'Afrique  NERICA Nouveau riz pour l'Afrique NGO ONG Organisations non‐gouvernementales NOUN Université nationale ouverte du Nigeria  NPACI Initiative pan‐africaine du manioc du NEPAD NPoA Programme national d'action   NSAS Système nubien de nappe aquifère dans les grès  OAU OUA Organisation de l'unité africaine OECD OCDE Organisation de coopération et de développement économique  OMVS OMVS Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal OSS OSS Observatoire du Sahara et Sahel PAF Partenariat pour les pêcheries africaines PAN‐SPSO PATH Organisation internationale de la santé mondiale à but non lucratif PDCT‐AC PDCT‐AC Plan Directeur Consensuel des Transports en Afrique Centrale PIDA Programme pour le développement des infrastructures en Afrique PMP Programme de fabrication des produits pharmaceutiques en Afrique Participation des pays africains aux Organismes d’établissement des normes  sanitaires et phytosanitaires     
  7. 7. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    v    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 PMU UGP Unité de gestion des programmes PPPs Partenariat public‐privé PSC CPS Conseil de paix et de sécurité R&D Récherche et développement REC CER Communautés économiques régionales RM MR Mécanisme régional de prévention, de gestion et de règlement des conflits S&T Science et technologie SADC Communauté de développement de l'Afrique australe SALW Petites armes et armes légères SAPP Pool énergétique de l’Afrique australe  SAPs Programmes d’ajustement structurel SAT Fiducie de l’Afrique australe SATA Association des rélécommunications de l'Afrique australe SDGEA Déclaration solennelle sur l’égalité entre les sexes en Afrique SDI ISD initiative de développement spatial  SDP Programme de développement spatial SEI Institut de l’environnement de Stockholm SMEs PME Petites et moyennes entreprises SPD Programme de développement spatial SPF Cadre de politique sociale SREAPs Plans d'action environnementaux sous‐régionaux SROs Organismes sous‐régionaux SSN Sud Sud Nord STAP Plan d’action à court terme  STI Science, technologie et innovation  TB TB Tuberculose TERI Institut de l’énergie et des ressources UHURUNET Câble sous‐marin du réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC UMA UMA Union du Maghreb Arabe UMOJANET Réseau terrestre du réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC UNAIDS ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA UNAMID Mission de l'UA et de l'ONU  au Darfur UNCBD Convention sur la diversité biologique des Nations unies UNCCD Convention des Nations unies pour combattre la désertification UNDP PNUD Programme des Nations Unies pour le développement UNECA Commission économique pour l'Afrique  UNEP PNUE Programme des Nations Unies pour l'environnement UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture UNFCCC Convention‐cadre des Nations unies sur les changements climatiques      
  8. 8. PAA 2010‐2015 : Les secteurs      UNFPA Fonds des Nations Unies pour la population UNHCR Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés  UNIDO ONUDI Organisation des Nations Unies pour le développement industriel  UNISA Université de l’Afrique du Sud UPDEA USAID Agence des Etats‐Unis pour le développement international WAPP Pool énergétique de l’Afrique occidentale  WARDA Centre africain du riz WATRA ARTAO Association des régulateurs des télécommunications de l'Afrique occidentale WB Bm Banque mondiale WESTCOR Projet d'électricité du corridor occidental WHO OMS Organisation mondiale de la santé WMO OMM Organisation météorologique mondiale WPO OMPI Organisation mondiale de la propriété intellectuelle WRPM Planification et gestion des ressources en eaux WTO OMC Organisation mondiale du commerce Union des producteurs, transporteurs et distributeurs d’énergie électrique  d’Afrique    vi    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                              
  9. 9. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 Table des matières     Glossaire – les secteurs .................................................................................................................................. i  LES INFRASTRUCTURES ................................................................................................................................. 1  L’ÉNERGIE ...................................................................................................................................................... 5  L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT ...................................................................................................................... 11  LES TRANSPORTS ......................................................................................................................................... 17  LA TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (TIC) .................................................. 29  LES CORRIDORS DE DEVELOPPEMENT ........................................................................................................ 37  LA SANTÉ ..................................................................................................................................................... 49  L’ÉDUCATION, LA JEUNESSE ET LA FORMATION ........................................................................................ 55  LES AFFAIRES SOCIALES ............................................................................................................................... 61  LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE ................................................................................................................ 67  LE COMMERCE, L’INDUSTRIE, L’ACCÈS AU MARCHÉ ET LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVÉ ........... 75  L’ENVIRONNEMENT ET ............................................................................................................................... 79  LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ................................................................................................................... 79  LE TOURISME .............................................................................................................................................. 85  LA GOUVERNANCE ET L’ADMINISTRATION PUBLIQUE ............................................................................... 87  LA PAIX ET LA SÉCURITÉ .............................................................................................................................. 91  LE DÉVELOPPEMENT DE LA CAPACITÉ ........................................................................................................ 95  LE DÉVELOPPEMENT DES RAPPORTS HOMMES‐FEMMES .......................................................................... 99   
  10. 10. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                              
  11. 11. Vue d’ensemble sur les infrastructures     1    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    LES INFRASTRUCTURES  Investissements  critiques  pour  le  développement  et  l’intégration  régionale de l’Afrique   Les infrastructures jouent un rôle essentiel en développement économique et réduction de la pauvreté.  Des  services d’infrastructures bien développés et entretenus – en électricité, transports, TIC, eau et assainissement –  réduisent les obstacles à la croissance économique et leurs coûts de transaction et contribuent énormément à  améliorer la vie des pauvres en facilitant leur accès aux services publics et sociaux.  De mauvaises infrastructures  imposent des coûts majeurs sur le commerce, en matière de perte de débouchés et d’augmentation des coûts.  Certaines estimations suggèrent qu’avec une amélioration des infrastructures, les taux de croissance pourraient  être au moins 1 % plus élevés qu’à l’heure actuelle.1   On sait que le développement et le renforcement des réseaux  d’infrastructures  sont  des  éléments  critiques  pour  faire  progresser  l’intégration  régionale  et  continentale  en  Afrique.  L’Afrique  souffre  d’un  manque  sévère  d’infrastructures.  On  reconnaît  généralement  que  le  déficit  en  matière  d’infrastructures est l’un des facteurs clés qui empêchent l’Afrique de réaliser son plein potentiel de croissance  économique, son pouvoir concurrentiel sur les marchés mondiaux et l’atteinte de ses objectifs de développement  du millénaire (MDG), comprenant la réduction de la pauvreté. La partie la plus pauvre (60 %) de la population des  pays africains, en particulier la grande majorité de la population rurale, n’a généralement pas accès à des services  d’infrastructures modernes, ce qui isole encore plus les collectivités pauvres et empêche leur accès aux soins de  santé, à l’éducation et à l’emploi.    Uniquement 26 % des foyers africains ont accès à l’électricité, 58 % à l’eau et 31 % à un assainissement de base.2   La longueur des routes par habitant baisse à cause de l’augmentation de la population ces dernières années et  l’absence  d’investissements  connexes  nécessaires  en  infrastructures  des  transports.  Bien  que  les  télécommunications mobiles aient bénéficié d’une croissance énorme depuis dix ans, l’accès aux services large  bande  demeure  très  limité.  Les  niveaux  actuels  d’utilisation  de  l’eau  sont  bas,  avec  uniquement  3,8  %  des  ressources  en  eau  développées  pour  l’approvisionnement  d’eau  et  la  production  hydroélectrique,  et  18  %  du  potentiel d’irrigation exploité. 3    Cette absence d’infrastructures est particulièrement notable quand on compare l’Afrique aux autres régions du  monde développé. Par exemple, alors que l’accès à l’électricité en Afrique est égal à environ 30 %, ce pourcentage  dans les autres zones géographiques majeures du monde en développement va de 70 % à 90 %. Pour ces zones,  l’accès aux services d’eau est égal à 80 % et à ceux d’assainissement à 90 %, contre 58 % et 31 % en Afrique.   Le focus stratégique en infrastructures de l’UA/NEPAD  La  Commission  de  l’Union  africaine  (CUA)  est  responsable  de  coordonner,  de  harmoniser  et  de  diriger  le  développement économique et social du continent et son intégration physique et politique. La vision de l’UA en  infrastructures  consiste  à  obtenir  des  infrastructures  et  des  services  efficients,  fiables,  économiques  et  non  polluants pour l’intégration physique et la réalisation des objectifs de développement du millénaire. Cette vision  est basée sur l’élaboration de politiques, de stratégies et de programmes du moyen au long terme et de plans  d’ensemble  visant  à  satisfaire  les  besoins  identifiés  indispensables  au  progrès.  Ces  besoins  comprennent  un  engagement politique fort, une capacité importante humaine et institutionnelle des pays et des communautés  économiques régionales (CER) à planifier et à mettre en œuvre des projets d’intégration régionale et continentale                                                               1  Étude de diagnostic des infrastructures des pays d’Afrique (Conclusions préliminaires), Banque mondiale  2  Examen mutuel d’efficacité du développement en Afrique 2009, OCDE et UNECA (montants excluant l’Afrique du  Nord)  3  Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), note, 2009, préparée par l’UA, la  Banque africaine de développement et le NEPAD. 
  12. 12. Vue d’ensemble sur les infrastructures     2    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    et une mobilisation efficace des ressources. Dans le cadre de l’UA/NEPAD, plusieurs initiatives ont été créées pour  satisfaire ces besoins et promouvoir une augmentation de l’intégration régionale et continentale.   • Le  Plan  d’action  à  court  terme  (STAP)  a  été  adopté  par  les  chefs  d’État  et  de  gouvernement  du  Comité  d’application du NEPAD (HSGIC) en 2002. Le STAP proposait une série de programmes et de projets matériels  et intellectuels visant à développer les infrastructures au palier régional. Les progrès du STAP ont été examinés  en détails considérables en 2004, et plus récemment pour le Sommet de l’UA de janvier 2009 à Addis. D’après  la BAD, la plupart des projets qui sont entrés dans la liste de projets en 2002 sont maintenant à une étape  avancée  de  mise  en  œuvre  et  certains  sont  terminés.  Entre  2002  et  2008,  le  financement  de  projets  d’infrastructures régionales par la Banque et d’autres partenaires en développement s’élevait à environ 5,6  milliards de dollars, soit environ 69 % de l’estimation totale de coûts initiaux.     • Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (CIA) a été créé comme plateforme majeure nouvelle pour  accélérer les progrès du développement des infrastructures en Afrique, en s’efforçant surtout de surmonter  les  contraintes  régionales.  Basé  à  la  BAD,  il  est  formé  par  trois  catégories  de  membres :  les  institutions  africaines, les donateurs bilatéraux et les agences plurilatérales. Le Consortium vise à augmenter l’efficacité de  ses membres à soutenir les infrastructures en Afrique, en regroupant leurs efforts dans des domaines choisis  comme le partage des renseignements, le développement des projets et la bonne pratique. Le CIA publie un  rapport annuel qui présente une vue d’ensemble concise, mais complète des besoins d’investissements, des  ressources et des activités d’infrastructures en Afrique. Il met l’accent sur les objectifs de développement du  millénaire et sur les tendances nouvelles sociales et économiques et ainsi fournit un cadre utile d’analyse des  besoins futurs. Il analyse et priorise la réforme institutionnelle et le renforcement de capacité ainsi que les  besoins d’investissements en infrastructures physiques.     • L’étude de diagnostic des infrastructures nationales en  Afrique (AICD), animée par la Banque mondiale, est un  projet  pluriannuel,  plurinational  visant  à  évaluer  les  besoins  et  les  coûts  des  infrastructures  en  Afrique,  en  particulier dans la région de l’Afrique sub‐saharienne. Ce  programme combinera des études sur des sujets majeurs  d’importance  stratégique  pour  le  secteur  des  infrastructures  à  un  exercice  majeur  de  collecte  de  données  visant  à  établir  la  base  sur  laquelle  on  pourra  éventuellement évaluer les efforts renouvelés consacrés  à relever le défi des infrastructures.   • La  Facilité  de  préparation  des  projets  d’infrastructures  du NEPAD (IPPF) est un fonds non‐lié créé pour aider les  proposants à préparer des propositions d’infrastructures  et des activités connexes de développement des projets  de  haute  qualité.  Gérée  par  la  BAD,  la  IPPF  a  une  liste  d’une  trentaine  de  projets  évalués  à  50  millions  de  dollars  US,  dont  80  %  appartiennent  aux  secteurs  des  transports  et  de  l’énergie.  Le  financement  de  la  préparation  des  projets  continue  à  être  relativement  rare,  car  le  fonds  a  maintenant  environ  18  millions  de  dollars pour financer de nouveaux engagements.   • En  2009,  une  nouvelle  étude  a  été  planifiée  et  lancée  conjointement  par  l’UA,  le  NEPPAD  et  la  BAD,  pour  complémenter et augmenter les efforts entrepris jusqu’à  cette  date.  Le  Programme  pour  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA)  élaborera  des  LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  POUR  LE  PROGRAMME  D’INFRASTRUCTURES PIDA    Objectif 1 ‐   Établir un cadre stratégique pour  le développement d’infrastructures régionales  et  continentales  (énergie,  transports,  technologie  de  l’information  et  des  communications  (TIC)  et  ressources  en  eaux  transfrontalières)  basé  sur  une  vision  de  développement, des objectifs stratégiques et  les politiques des secteurs;  Objectif  2  ‐  Établir  un  programme  d’investissement  dans  les  infrastructures  (à  court,  moyen  et  long  terme)  articulé  autour  des priorités et des horizons temporels établis  par les CER; et   Objectif  3  ‐      Préparer  une  stratégie  et  une  procédure de mise en œuvre comprenant, en  particulier, un plan d’action prioritaire.    Source : Note conceptuelle sur le PIDA  
  13. 13. Vue d’ensemble sur les infrastructures     3    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    politiques d’infrastructures régionales et continentales, établira des programmes de développement priorisés  et  proposera  des  stratégies  de  mise  en  oeuvre.  Le  processus  d’étude  devrait  prendre  dix‐huit  mois  et  se  terminera par conséquent vers la fin de l’année 2010. Quand il sera en place, il fournira un cadre structuré et  un  échéancier  bien  planifié  qui  devrait  attirer  des  flux  importants  d’investissements  dans  le  secteur  des  infrastructures. Les objectifs du PIDA sont exposés dans la case jointe.  Alors que le processus du PIDA examine et articule un ensemble cohérent de priorités d’infrastructures pour le  continent, les projets du tableau suivant sont considérés comme des programmes et des projets prioritaires dans  le secteur des infrastructures, qui doivent être développés entre 2010 et 2015.  Les programmes du PAA en infrastructures sont divisés en quatre sous‐secteurs : énergie; eau et assainissement;  transports;  et  technologie  de  l’information  et  des  communications  (TIC).  En  outre,  les  corridors  de  développement  sont  compris  dans  le  secteur  des  infrastructures  comme  sous‐secteur  futur  potentiel.  Les  programmes  prioritaires  sont  résumés  dans  le  tableau  ci‐dessous.  Des  renseignements  complémentaires,  comprenant les priorités naissantes, sont fournis dans les descriptions des secteurs particuliers qui suivent.   Programmes prioritaires du PAA en infrastructures, 2010 – 2015  Sous‐Secteur  Projet / Programme  Énergie  Projets d’expansion hydroélectrique de Kariba‐North et Itezhi‐Tezhi  Interconnexion Kenya‐Éthiopie Interconnexion hydroélectrique de Sambangalou Kaleta et OMVG  Connexion du réseau de gaz Nigeria‐Algerie  Projet d’oléoduc Kenya‐Ouganda  Projet d’interconnexion Zambie‐Tanzanie‐Kenya  Interconnexion et transmission centrales électriques WESTCOR (Corridor occidental)‐‐ Inga III  Eau et  assainissement  Projet de gestion de l’eau et de l’environnement du bassin du fleuve Sénégal  Planification et gestion des ressources en eau du bassin du Nil  Programme d’investissement de vision partagée du bassin du fleuve Niger   Transports  Modernisation de la section Dobi‐Galafi‐Yakobi de la route Djibouti – Addis Ababa (Nord)  Projet de développement du corridor Mombasa‐Nairobi‐Addis Ababa   Tronçons manquants du corridor de transports Djibouti‐Libreville  Chemin de fer Isaka‐Kigali‐Bujumbura  Projet de route du Maghreb  Tronçons manquants du corridor routier Dakar – N’djamena – Djibouti   Pont du fleuve Gambie  AfricaRail  Développement du port de Beira  Projet du pont Kazungala   Corridor Nord‐Sud: développement des infrastructures régionales pour soutenir le  programme de promotion du commerce   Pont sur le fleuve Rovuma  Pont ferroviaire/routier Brazzaville–Kinshasa et le prolongement du ch. de fer Kinshasa‐‐Ilebo Améliorations des réseaux régionaux de transports Amélioration des ports maritimes des pays insulaires d’Afrique  Mise en œuvre de la décision de Yamoussoukro 
  14. 14. Vue d’ensemble sur les infrastructures     4    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    Sous‐Secteur  Projet / Programme  TIC  Infrastructure large bande NEPAD TIC (réseau terrestre UMOJA), comprenant les projets  suivants de réseau régional :  i.  Réseau large bande de la communauté de l’Afrique orientale   ii. Programme de développement des infrastructures terrestres large bande d’interconnexion des Etats  de l’Afrique centrale (CA‐BI)   iii.Projet large bande de l’Afrique occidentale   iv.Réseau régional de l’Afrique australe   v. Réseau régional de l’Afrique du Nord‐Afrique occidentale   Réseau d’infrastructures large bande du NEPAD TIC (Câble sousmarin UHURUNET)  Communications maritimes pour la sécurité sur le lac Victoria    Corridors de  développement   Programme de développement spatial (SDP)
  15. 15. Énergie     5    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    L’ÉNERGIE   Vers un avenir énergétique durable pour l’Afrique   Un  réservoir  de  ressources  énergétiques  L’Afrique  possède  un  réservoir  immense  de  ressources  énergétiques  potentielles. On estime que l’Afrique possède plus de 7 % des réserves pétrolières mondiales et la part de l’Afrique  dans  la  production  pétrolière  mondiale  est  en  augmentation.  En  2005,  l’Afrique  représentait  12,2  %  de  la  production  pétrolière  mondiale.  L’Afrique  possède  environ  8  %  des  ressources  mondiales  de  gaz  naturel  et  représente environ 6,2 % de la production mondiale de gaz naturel.4     Un  potentiel  inexploité  d’énergie  renouvelable  Le  potentiel  d’énergie renouvelable de  l’Afrique  est  également  immense. Les pays africains possèdent une capacité énorme de production hydroélectrique exploitable, estimée à  13 % du total mondial. Mais moins de 7 % du potentiel africain a été exploité jusqu’à présent. L’énergie solaire est  aussi répandue en Afrique. Un grand nombre de pays africains ont des radiations solaires quotidiennes qui égalent  5‐6  kWh/m2 . Une  quinzaine  de  pays  africains  côtiers  ont  un potentiel  excellent  d’énergie  éolienne.  Utilisant  la  technologie actuelle, la région pourrait produire 9.000 MV d’énergie électrique géothermale. En outre, le potentiel  d’amélioration de l’efficacité énergétique est appréciable.    Une demande croissante et insatisfaite En dépit de ces actifs, la consommation énergétique de l’Afrique est la  plus basse du monde. Sa consommation d’énergie par habitant représente uniquement le tiers de la moyenne  mondiale. Le taux moyen d’électrification est d’environ 26 %, contre 60 % dans le monde.    Un  défi  et  une  opportunité  Les  contraintes  au  développement  du  potentiel  africain  sont  nombreuses,  en  particulier : une absence d’infrastructures facilitant l’échange énergétique entre les pays; une instabilité politique  et  des  cadres  institutionnels  et  juridiques  inadéquats,  qui  ne  favorisent  pas  l’investissement;  un  manque  de  ressources humaines spécialisées, un mauvais entretien des installations énergétiques existantes, une vulnérabilité  aux marchés pétroliers mondiaux volatiles, une coopération régionale limitée en développement énergétique, des  obstacles à un établissement efficient des prix énergétiques, une mauvaise gestion de la demande et de mauvais  renseignements et de mauvaises données sur la situation énergétique africaine.     L’intégration régionale en énergie   Pour  réaliser  le  grand  potentiel  énergétique  de  l’Afrique,  l’UA/NEPAD  s’efforcent,  en  partenariat  avec  des  organismes nationaux, régionaux, continentaux et mondiaux, de promouvoir un programme intégré d’intégration  régionale dans le secteur de l’énergie. Ces initiatives comprennent le développement et la mise en exploitation de  marchés  d’électricité  régionaux  et  le  développement  de  possibilités  d’exporter  la  capacité  de  production  énergétique excédentaire de l’Afrique au reste du monde. Une démarche d’intégration régionale énergétique en  Afrique créera une situation doublement gagnante pour tous les intervenants concernés.                                                                   4  Banque africaine de développement, 2009 
  16. 16. Énergie       6    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015      Les partenaires   L’UA/NEPAD s’efforcent, en coopération avec un certain nombre  d’organismes  spécialisés  continentaux  et  régionaux,  de  promouvoir  l’intégration  énergétique  régionale  Afrique,  en  particulier :  Partenaires continentaux   • La Commission africaine de l’énergie (AFREC)  • Le Forum des ministre de l’énergie d’Afrique (FEMA)  • L’Union  des producteurs,  transporteurs  et  distributeurs  d’énergie électrique d’Afrique (UPDEA)                                                            LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DE  L’ÉNERGIE     Objectif  1  –  PROMOUVOIR  LE  COMMERCE  INTRA‐AFRICAIN  EN  ÉNERGIE  au  palier  regional  et  continental,  avec  une  attention  speciale  accordée  à  l’utilisation  des  pools  énergétiques  régionaux  pour  favoriser  le  développement  économique  et  social  des  régions  et  du  continent  africain  et  leur  intégration économique.   Objectif  2  ‐  PROMOUVOIR  L’UTILISATION  D’ÉNERGIE  PROPRE  en  développant  l’accès  aux  différentes  catégories  d’énergie  moderne,  en  particulier  en  favorisant  l’utilisation  d’énergie  propre,  moderne  au  lieu de la biomasse pour améliorer le mode  de  vie  des  foyers  et  protéger  l’environnement.   Objectif  3  –  PROMOUVOIR  LA  COOPÉRATION  RÉGIONALE  EN  ÉNERGIE  en  cherchant  à  assurer  la  sécurité  de  l’énergie  régionale  et  continentale  par  le  commerce  et  l’intégration  régionale,  le  regroupement  des  ressources  énergétiques  et  leur  développement conjoint.  Objectif  4    ‐  PROMOUVOIR  LES  EXPORTATIONS  MONDIALES  D’ÉNERGIE  en  développant  les  ressources  énergétiques  (eau,  pétrole  et  gaz  en  particulier)  et  leurs  exportations pour le commerce intra‐africain  et  à  destination  du  reste  du  monde  (interconnexions d’électricité et de gaz avec  l’Europe et le Moyen‐Orient, exportations de  gaz méthane,  exportations de pétrole et de  charbon).   Objectif 5 –  PROMOUVOIR L’EFFICACITÉ   DES INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES  en  augmentant l’efficacité et la compétitivité  des économies nationales, en utilisant des  avantages comparatifs par le commerce et,  en particulier, en favorisant une utilisation  efficiente des infrastructures énergétiques  physiques et des services connexes.    • UN Energy  Partenaires régionaux   • Le Pool énergétique de l’Afrique centrale (CAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique occidentale (WAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique australe (SAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique orientale (EAPP)  • Le Comité maghrébin de l’électricité (COMELEC)    L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  énergie   Le document directeur pour les activités de l’UA/NEPAD dans le  secteur énergétique sera le Programme sur le développement des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA),  ensemble  plurisectoriel  de  plans  de  développement  d’infrastructures  actuellement  en  développement par les institutions africaines principales. Le PIDA  vise à fournir un examen complet et scientifique des besoins et  des actifs énergétiques de l’Afrique et deviendra le plan principal  d’intégration  régionale  en  infrastructures  énergétiques  pour  l’Afrique.  Les  objectifs  du  programme  PIDA  dans  le  secteur  énergétique sont exposés dans la case jointe.  Le  Sommet  de  l’UA  de  février  2009  a  approuvé  le  PIDA  et  a  identifié les projets prioritaires suivants à développer et à mettre  en oeuvre dans le secteur de l’énergie entre 2010 et 2015.   
  17. 17. Énergie    Programmes et projets prioritaires du PAA en énergie, 2010 ‐ 2015  Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Expansion  hydroélectrique de  Kariba‐North et Itezhi‐ Tezhi     Australe‐ Orientale  334 millions $US  (coûts combinés)    Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  en  Zambie  agrandira  la  station  électrique  existante  de  Kariba‐North  en  installant  des  unités  de  360  M  et  en  développant  120  MW  d’électricité  à  Itezhi‐ Tezhi, pour aider à satisfaire l’augmentation de  demande dans le Pool énergétique de l’Afrique  australe.  Il  renforcera  également  l’interconnexion  planifiée  entre  la  région  australe  et  la  région  orientale.  Des  études  de  faisabilité  ont  été  accomplies  mais  le  financement n’est pas encore garanti.  Zambian Electricity  Supply Company  Ltd  Interconnexion Kenya‐ Éthiopie   Orientale  845 million euro *500.000 $US  IPPF (terminé)    Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  a  pour  objet  d’interconnecter  les  systèmes  électriques  en  Éthiopie  et  au  Kenya  avec un réseau de transmission de 400 kV sur  une  distance  de  1.200  km.  Il  fournira  de  l’électricité  à  la  région  orientale  (Kenya,  Ouganda,  Rwanda  et  Burundi)  et  soutiendra  éventuellement  l’intégration  des  régions  orientale‐du nord‐australe.  Kenya Power and  Lighting Company  Ltd,  Ethiopian Electric  Power Corporation      7   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  18. 18. Énergie        8   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Interconnexion  hydroélectrique  Sambangalou Kaleta et  OMVG     Western  857 million euro   Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  a  pour  objet  de  développer  hydroélectriquement    Sambangalou  (Sénégal)  avec une capacité de production de 128 MW, et  Kaleta  (Guinée)  avec  une  capacité  de  production de 240 MW. Il implique également  la construction de réseaux d’interconnexion de  225 kV sur une distance de 1.677 km dans les  pays  de  l’OMVG.  Ce  projet  améliorera  initialement l’approvisionnement fiable dans les  pays  de  l’OMVG  (Sénégal,  Gambie,  Guinée‐ Bissau,  Guinée‐Conakry),  et  aidera  ensuite  l’interconnexion  d’autres  pays  de  la  région  occidentale.  Les  études  de  faisabilité  sont  terminées  mais  le  financement  n’a  pas  encore  été obtenu.  Pool énergétique  de l’Afrique  occidentale       Connexion du réseau de  gaz Nigeria‐Algérie   Occidentale – du Nord  20 milliards $US    Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce projet implique la construction d’un gazoduc  de  4.300  km  du  Nigeria  à  l’Algérie,  pour  interconnecter les réseaux de gaz des deux pays  et pour exporter 20 milliards de mètres cubes  de  gaz  en  Europe,  à  partir  de  2016.  L’exportation  de  gaz  du  Niger,  qui  autrement  aurait été divergée, améliorera les partenariats  nord‐sud.  Ce  projet  servira  également  de  réseau principal pour éventuellement fournir du  gaz aux pays africains.  Nigeria National  Petroleum  Corporation  (NNPC)    Sonatrach (Algérie)  Projet d’oléoduc Kenya‐ Ouganda   Orientale  97 millions $US Étape 4 : Mise en  œuvre et  exploitation   Ce projet réunira le Kenya et l’Ouganda, sur une  distance  de  320  km  et  occasionnera  une  offre  d’énergie plus stable et une baisse des coûts en  Ouganda. Il a été structuré comme concession  de  PPP  aveec  Tamoil  de  Libye.  Les  conditions  finales  doivent  encore  être  décidées  avant  le  début de la construction.  Gouvernements de  l’Ouganda et du  Kenya 
  19. 19. Énergie        9   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Projet d’interconnexion  Zambie‐Tanzanie‐Kenya   Australe et  du Nord  850 millions $US Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce projet reliera la Zambie au Kenya en passant  par la Tanzanie, par une ligne de 330 kV (double  circuit)  sur  une  distance  de  1.600  km  et  améliorera la sécurité en matière d’énergie. Des  ententes  de  coopération,  d’achat  d’électricité  et  de  développement  du  projet  entre  les  trois  parties sont requises pour la mise en œuvre.  Gouvernements de  Zambie, Tanzanie  et Kenya  WESTCOR (Western  Corridor)‐station  électrique Inga III et  interconnexions de  transmission   Centrale et  australe  10 millions $US  (étude de  faisabilité)  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Ce projet consiste à développer 4.320 MW des  ressources énormes hydroélectriques du fleuve  Congo et de les relier aux systèmes électriques  de  la  RDC,  de  l’Angola,  de  la  Namibie,  de  l’Afrique  du Sud  et  de  la  Botswanie.  Ce projet  alimentera  en  électricité  pour  augmenter  la  fiabilité  des  systèmes  électriques  de  l’Afrique  centrale et australe.  Pool énergétique  de l’Afrique  australe (SAPP)      Les autres projets d’intégration régionale actuellement en développement en énergie comprennent les suivants :  Priorités naissantes en énergie   Sous‐secteur en énergie   Projet / Programme Interconnexions électriques   Des études de génie et de planification pour interconnecter les pays de la région de la CEEAC (pool énergétique du PEAC) sont en cours,  ainsi qu’une étude de l’IPPF d’électrification transfrontalière dans la région.  Interconnexion Éthiopie‐Soudan‐Égypte, pour relier l’Afrique orientale à l’Afrique du  Nord. Les connexions de 230 kv Éthiopie‐Djibouti  et Éthiopie‐Soudan sont en cours ou sont planifiées, ainsi que les projets Soudan‐Érithrée et Soudan Ouganda. D’autres projets  d’interconnexion de kv plus élevés basés sur le développement hydroélectrique en Éthiopie (p. ex. Éthiopie‐Soudan 500 kv) ont été  identifiés dans les pays de la Corne de l’Afrique.   Des interconnexions Kenya‐Ouganda, Ouganda‐Rwanda, Burundi‐RDC‐Rwanda et Nairobi‐Arusha sont également planifiées dans la  région du pool énergétique de l’Afrique orientale. 
  20. 20. Énergie        10   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                           Production d’électricité     La centrale électrique Gilgel Gibe III est un projet catalytique situé en Éthiopie, c’est la source d’électricité à acheter par l’intermédiaire  du projet d’interconnexion Kenya‐Éthiopie (projet prioritaire).  Projet hydroélectriqe basse gorge du Kafue en Zambie. Ce projet catalytique ajoutera du stockage à un projet existant de production  d’électricité, et permettra une réduction des déficits d’électricité de la Zambie et des exportations d’électricité à ESKOM et SAPP. Il est à  l’heure actuelle structuré comme un IPP ou PPP, à un coût estimé de 1 – 1,25 milliard $US.  La remise en état de Inga 1 et 2 à court terme, le développement d’un réseau régional électrique efficace et finalement l’exploitation de  Grand Inga pour exporter de l’électricité dans tout le continent, sont des plans et des objectifs stratégiques du pool énergétique de  l’Afrique centrale, organisme spécialisé de la CEEAC.    Divers  Des projets d’énergie dans le pool énergétique de l’Afrique occidentale, une extension du gazéoduc de l’Afrique occidentale jusqu’à la  Côte d’Ivoire, un programme d’accès régional à l’énergie et un programme d’énergie renouvelable efficiente ont été identifiés  comme  priorités de la CEDEAO dans le domaine de l’énergie.  Le pool énergétique de l’Afrique australe (SAPP) a de nombreux projets de  remise en état, de production et de transmission en cours et planifiés avec des estimations de coûts précoces.   Énergie renouvelable  L’UMA a identifié le programme d’énergie renouvelable du Maghreb comme l’une de ses priorités, et six projets d’énergie  renouvelable sont prioritaires dans les pays de la Corne de l’Afrique, en particulier des projets géothermiques, éoliens, solaires et  biogazeux. Ces projets devraient puiser dans le potentiel inexploité énorme d'énergie renouvelable de l'Afrique, surtout dans les  domaines où les alternatives sont coûteuses.  
  21. 21.      Eau et assainissement         11   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT   Faire progresser la coopération régionale et gestion des ressources d’eau   «  L’eau  est  essentielle  au  maintien  de  la  vie,  à  la  disparition  de  la  pauvreté  et  à  la  croissance  et  au  développement durable.  »5   L’eau  est  l’élément  presque  universellement  nécessaire  à  tous  les  domaines  de  l’activité  humaine,  depuis  la  satisfaction  des  besoins  personnels  jusqu’aux  méga‐projets  énergétiques.  Sa  disponibilité  est  affectée  par  le  changement  climatique,  et  les  sècheresses  et  les  inondations  occasionnent  des  incidences  environnementales  majeures,  et  des  migrations  humaines.  Une  population  en  croissance  augmente  la  demande  d’une  offre  déjà  limitée d’eau. On estime que plus de 300 millions de personnes en Afrique souffrent d’une pénurie d’eau.     L’eau  présente  un  ensemble  de  questions  complexes,  à  long  terme, qui posent un défi aux dirigeants et nécessitent de la  vision, de l’action et des ressources.              Les  Africains  dépendent  des  sources  d’eau  transfrontalières  L’Afrique a 59 bassins fluviaux internationaux transfrontaliers,  15 lacs principaux, 38 systèmes aquifères transfrontaliers et 24  bassins  hydrographiques  principaux  qui  traversent  les  frontières  politiques  artificiellement  dessinées  par  l’homme  dans  au  moins  deux  pays  africains.  Ces  ressources  couvrent  environ 64 % des terres du continent et contiennent 93 % du  total  de  ses  eaux  de  surface.6   Ces  bassins  fluviaux  abritent  également 77 % de la population de l’Afrique.       L’eau et l’interaction régionale en Afrique     La combinaison des forces environnementales et des problèmes politiques posés par la gestion d’une ressource  possédée par plusieurs pays pose des défis considérables pour fournir une qualité et une quantité adéquate d’eau  au  continent.  La  gestion  des  ressources  aquifères  transfrontalières  est  essentielle  pour  relever  ces  défis  et  nécessite des partenariats qui encouragent une coopération durable à une échelle continentale et régionale. (Les  projets d’assainissement sont presque tous de portée nationale.     La  Vision  africaine  de  l’eau  pour  2025,  écrite  en  2000,  fournit  le  cadre  à  long  terme  pour  le  développement  aquifère  en  Afrique.  Sous  l’égide  du  CMAE  (Conseil  des  ministres  africains  sur  l’eau),  des  déclarations  ministérielles  ont  traité  les  questions  aquifères  clés,  menant  à  la  déclaration  du  Sommet  de  l’UA  de  Sharm  El  Sheikh  (2008).  De  nombreux  engagements  plurilatéraux  et  bilatéraux  ont  été  pris  pour  soutenir  une  gestion  intégrée de l’eau dans les sept bassins. La Facilité africaine de l’eau (FAE) a été établie et est abritée par la Banque   africaine de développement, et ses investissement en infrastructures ont atteint 2,9 milliards $ en 2007 (ICA). Il  reste cependant encore des engagements énormes pour atteindre les cibles de la Vision africaine de l’eau pour  2025.                                                               5  Plan d’action à long terme du NEPAD pour les ressources aquifère transfrontalières, 2005  6  Atlas de l’Afrique pour notre environnement changeant, PNUE 
  22. 22.      Eau et assainissement       Le NEPAD a choisi sept bassins fluviaux transfrontaliers, contenant 80 % des ressources aquifères du continent,  comme sujets de son plan d’action à court terme (STAP). L’objectif ultime est de créer des systèmes intégrés de  gestion des bassins, fonctionnant bien. Les progrès varient entre les bassins en fonction des mesures nécessaires  pour atteindre cet objectif.       12   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Les  partenaires  d’intégration  régionale en eau et assainissement   L’UA/NEPAD  travaillent  en  coopération  avec  un  certain  nombre  d’organismes  spécialisés  continentaux  et  régionaux  à  promouvoir  l’intégration régionale dans le secteur de l’eau et  de l’assainissement en Afrique, en particulier :  Partenaires continentaux   • Le Conseil des ministres africains sur l’eau  (CMAE)                                                                               OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR DE L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT     Objectif 1 – ASSURER LA SÉCURITÉ EN MATIÈRE D’EAU   pour  satisfaire les augmentations futures de la demande d’eau et  permettre le développement socio‐économique des régions  du continent africain  Objectif 2 – PERMETTRE UNE RÉPARTITION ÉQUITABLE des  ressources  aquifères  parmi  les  utilisations  concurrentes  de  l’eau pour le développement durable    Objectif  3  ‐      PROMOUVOIR  UN  PARTAGE  ÉQUITABLE  des  avantages créés par le partage des ressources des basins   Objectif  4  –  ATTÉNUER  LES  INCIDENCES  DU  CHANGEMENT  CLIMATIQUE  en  s’adaptant  aux  incidences  du  changement  climatique et de la variabilité des régimes climatiques et en  les atténuant   Objectif  5  –  AMÉLIORER  LA  COOPÉRATION  RÉGIONALE  en  déployant les Principes intégrés de gestion des ressources en  eau  (IWRM)  en  particulier  pour  les  ressources  des  réseaux  partagés par les organismes des bassins fluviaux (L/RBOs) et  les protocoles aquifères régionaux   Objectif  6  –  ASSURER  UN  SOUTIEN  GOUVERNEMENTAL  en  s’assurant  que  le  Conseil  des  ministres  africains  sur  l’eau  (CMAE) soutienne pleinement les résultats  Objectif  7  –  PROMOUVOIR  LA  PROTECTION  ENVIRONNEMENTALE en assurant la protection et la gestion  de l’environnement  Objectif 8 – REMPLIR LA VISION AFRICAINE DE L’EAU en  réalisant la Vision africaine de l’eau pour 2015 à long terme  • UN Water  • Le  Réseau  africain  des  organismes  de  bassin  • Le Réseau de la société civile africaine de  l’eau et de l’assainissement     Partenaires régionaux   • La Commission du lac Victoria (LVBC)     • L’Initiative du Bassin du Nil (IBN)  • La  Communauté  économique  des  Pays  des Grands Lacs (CEPGL)    • L’Organisation pour la mise en valeur du  Fleuve Sénégal (OMVS)        L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en eau et assainissement   Le document directeur pour les activités de l’UA/NEPAD dans le secteur de l’eau et de l’assainissement sera le  Programme  sur  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA)  qui  fournira  une  étude  complète,  scientifique et vérifiable sur les eaux transfrontalières de l’Afrique et deviendra le plan d’ensemble pour la gestion  des  eaux  transfrontalières  de  l’Afrique.  Les  objectifs  du  programme  du  PIDA  dans  le  secteur  de  l’eau  et  de  l’assainissement sont exposés dans la case jointe.   Alors que le processus du PIDA examine et articule un ensemble complet de priorités d’infrastructures pour le  continent, on considère que les projets des tableaux suivants sont des programmes prioritaires de développement  et d’investissement dans le secteur de l’eau et de l’assainissement entre 2009 et 2012.      
  23. 23.      Eau et assainissement       Les programmes prioritaires du PAA en eau et assainissement, 2010 – 2015  Titre  Région  Coût estimé, *Engagements   Étape de développement  Description Contact Projet de gestion de  l’eau et de  l’environnement du  bassin du fleuve Sénégal  Orientale  21,20 millions $US * 20 millions $US  (BAD, France, GEF,  IDA, Pays‐Bas,   UNDP)       Étape 3: Structuration et  Promotion du  programme/projet   Étape 4: Mise en œuvre et  exploitation (processus de  partage de vision,  développement des  infrastructures,  exploitation, entretien et  gestion)  Ce  projet  comporte  la  création  d’un  cadre  de  développement  environnementalement    durable  du  bassin  du  fleuve  Sénégal  et  le  lancement  d’un  programme  coopératif  de  gestion  des  eaux  et  des  terres  transfrontalières  dans  tout  le  bassin.  Les  produits  comprennent  des  instruments  pour  renforcer  la  capacité  de  prise  de  décision  en  gestion  des  questions  des  terres  et  des  eaux  transfrontalières,  une  amélioration  de  la collecte de données, des mécanismes  d’échange  et  des  protocoles  de  coopération  et  de  la  formation  et  des  ateliers  pour  renforcer  la  capacité  institutionnelle locale et nationale.  Organisation pour  la mise en valeur du  fleuve Sénégal  (OMVS)                            13   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  24. 24.      Eau et assainissement         14   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé, *Engagements   Étape de développement  Description Contact Planification et gestion  des ressources en eau  du bassin du Nil  Orientale et  du Nord  32,86 millions $US * Nile Basin Trust  Fund (Banque  mondiale)  *Facilité  environnementale  mondiale  * Programme  d’action  environnementale  transfrontalière du  Nil,  * Donateurs  bilatéraux  Stage 2 : Étude de  faisabilité  / Évaluation des  besoins  (processus de partage de  vision, développement du  cadre institutionnel et  juridique, collecte et  dissémination des  renseignements)  Ce  programme  vise  à  bâtir  une  fondation  technique  commune  pour  faciliter une planification et une gestion  intégrée  des  ressources  en  eau.  Les  produits du programme devraient être  une  amélioration  des  politiques  aquifères  nationales  et  des  stratégies  de mise en œuvre, des compétences en  planification et gestion de projet, et des  instruments  de  communications  et  de  prise de décision. Une étude proposée  de  développement  plurivalent  des  ressources  d’eau  du  bassin  du  fleuve  Baro‐Akobo dans la région orientale du  Nil,  est  un  exemple  d’un  tel  projet  de  planification dans le cadre de l’Initiative  du bassin du Nil (NBI).     Secrétariat de  l’initiative du bassin  du Nil    Programme  d’investissement de  vision partagée du bassin  du Niger  Orientale  66 millions $US (Développement de  la capacité, des  intervenants)  1,10 milliard $US  (Infrastructures)  150 millions $US  (Conservation)    Stage 2 : Étude de  faisabilité  / Évaluation des  besoins  (processus de partage de  vision, développement du  cadre institutionnel et  juridique, planification du  développement/préparati on du projet)  Ce  programme  d’investissement   réalisera  la  vision  partagée  de  développement  durable  du  Bassin  du  Niger,  par  le  renforcement  de  la  capacité  et  l’investissement  des  intervenants,  la  préservation  de  l’écosystème  et  la  protection  de  ressources  particulières,  et  le  développement  des  infrastructures,  en  particulier  de  trois  barrages  transfrontaliers,  à  des  fins  socio‐ économiques.    Autorité du bassin  du Niger       
  25. 25.      Eau et assainissement     Les autres programmes d’intégration régionale actuellement en développement en eau et en assainissement sont les suivants :    Priorités naissantes en eau et assainissement   Programmes/projets en eau et assainissement    Eaux du Bassin du Lac Tchad, Eaux du Bassin du fleuve Congo, Eaux du Bassin du fleuve Okavanga et Eaux du Bassin du fleuve Zambèze. Le NEPAD a choisi  sept bassins transfrontaliers, détenant 80 % des ressources en eau du continent, comme priorités de son Plan d’action à court terme (STAP). Des engagements  majeurs multilatéraux et bilatéraux ont été pris pour soutenir une gestion intégrée des eaux dans les sept bassins. Des projets d’investissement ont été initiés  dans les trois bassins faisant partie des programmes prioritaires du PAA. Les quatre bassins considérés comme priorités naissantes font l’objet d’efforts de  renforcement de capacité. Par exemple, pour faire face à une baisse sévère de la ressource, le programme PRODEBALT, programme de développement durable  du bassin du Lac Tchad, vise à initier une gestion partagée des resources en eau,  à établir des réseaux durables de collecte de données, d’entreprendre des  mesures sectorielles pour contrôler la demande d’eau et à combattre la désertification et la perte de biodiversité, à assurer la prévention et le contrôle des  contaminants, à améliorer les méthodes d’exploitation des écosystèmes aquatiques et à lancer des études techniques sur le transfert de l’eau entre les bassins.  Son financement nécessaire de 90 millions $US sur cinq ans sera assuré par un groupe de partenaires majeurs en développement, menés par la BAD.  Gestion régionale de l’eau dans la Corne de l’Afrique. Les experts de l’initiatives de la Corne de l’Afrique ont identifié six projets clés visant à renforcer la  gestion de l’eau et à augmenter l’offre d’eau dans cette région aride et semi‐désertique. Ces projets comprennent une récolte de l’eau, des forums de dialogue  régional, une évaluation des eaux terrestres, le renforcement de la capacité pour les institutions de planification de l’eau, un fonds de fiducie d’eaux régionales,  et un approvisionnement rural en eau dans les régions pastorales de Karamoja.   Gestion partagée de la nappe aquifère. Le système nubien de nappe aquifère dans les grès (NSAS) est le réservoir le plus grand d’eau fossille souterraine du  monde. Il est partagé par quatre États : le Tchad, l’Égypte, la Libye et le Soudan, et occupe plus de 2 millions de kilomètres carrés. Avec un volume total estimé à  542.000 kilomètres cubiques, il a le potentiel, si on l’exploite à grande échelle, de transformer une région aride en un oasis. La gestion de cette ressource clé a  pour objet une gestion rationnelle et équitable de la NSAS pour le développement durable socioéconomique et la protection de la biodiversité et des ressources  terrestres.        15   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  26. 26.      Eau et assainissement         16   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  27. 27.       Transports        17   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LES TRANSPORTS     Améliorer la mobilité des Africains   Si l’on veut que les pays africains bénéficient de la mondialité croissante de l’économie, il faut mettre en place un  réseau adéquat des réseaux de transports en Afrique, pour offrir un accès physique essentiel et efficient. L’absence  ou  le  mauvais  état  des  réseaux  de  transports  en  Afrique  constitue  l’un  des  obstacles  les  plus  sérieux  au  développement  économique  et  social  des  pays  africains,  en  empêchant  de  nombreux  pays  de  devenir  concurrentiels sur les marchés mondiaux et en ralentissant et empêchant le processus d’intégration régionale.    Les infrastructures de transports empèchent la compétitivité potentielle de l’Afrique Avec l’offre d’énergie, les  infrastructures  de  transports    constituent  l’un  des  goulots  d’étranglement  principaux  à  la  croissance  de  la  productivité et de la compétitivité en Afrique.7   L’incidence des mauvaises infrastructures des transports et de la  logistique connexe est particulièrement sévère pour les pays intérieurs. Les coûts estimés des transports varient,  mais on pense que les pays intérieurs en développement payent presque quatre fois plus pour leurs services de  transports que les pays développés, et que les coûts de transports en Afrique sont parmi les plus élevés du monde  –  les  coûts  de  transports  pour  les  pays  intérieurs  africains  peuvent  atteindre  77  %  de  la  valeur  de  leurs  exportations.8,9   Les routes – Le mode de transports le plus important en Afrique Environ 90 % des transports de passagers et de  marchandises de l’Afrique se font par routes et, pour les collectivités rurales, la route est la seule forme d’accès qui  joigne les gens aux centres d’activité économique et aux infrastructures sociales de base. On signale que la plupart  des pays africains possèdent un bon réseau de routes rurales, mais que son amélioration  et son entretien posent  des problèmes. Dans les zones urbaines, où l’on pense qu’un Africain sur deux vivra en 203010 , la satisfaction de la  demande de transports urbains – y compris de services publics de transports – a posé, et continuera à poser, un  défi. L’absence de liens régionaux pose également un défi. L’absence de liaisons régionales pose également un  problème fondamental au commerce interafricain et international et à l’intégration régionale, avec des besoins  totaux d’investissements estimés à 4,3 milliards $US11 .    Les ports et les transports maritime – Relier l’Afrique aux marchés mondiaux   Les ports maritimes sont la porte  qui ouvre le commerce africain au reste du monde dans le marché mondial. La navigation internationale augmente  mais les ports africains, à quelques exceptions près, sont extrêmement inefficients. Cette inefficience contribue  aux retards et aux coûts élevés de transport des marchandises. Certains pays – comme le Nigeria qui a adopté le  modèle  internationalement  favorisé  de  port  propriétaire  ‐  ont  réussi  à  améliorer  l’efficience  de  leurs  ports  en  restructurant le secteur et d’autres pays entreprennent une planification d’ensemble, mais tous ne traitent pas le  problème des réformes institutionnelles essentielles. Il est essentiel que les ports eux‐mêmes soient capables de  fournir, avec efficience, les services requis par les expéditeurs et qu’ils soient bien connectés au reste du réseau de  transports  (car  les  ports  peuvent  seulement  ajouter  de  la  valeur  comme  relais  à  l’intérieur  d’un  réseau  de  transports) pour augmenter la compétitivité de l’Afrique dans le commerce international. Les transports fluviaux,  pour lesquels l’Afrique dispose de voies navigables et de lacs à utiliser, peut énormément contribuer à fournir une                                                               7  Rapport sur la compétitivité de l’Afrique 2007, Banque africaine de développement, Banque mondiale, Forum économique mondial.  8  Déclaration sur les transports pour l’Afrique, faite par le Conseiller spécial des Nations Unies sur l’Afrique et le Haut représentant des pays les  moins développés, des pays intérieurs en développement et des États petites îles en développement, le Cheick Sidi Diarra, à la semaine  annuelle du réseau de développement durable de la Banque mondiale à Washington le 21 février 2008.  9  Consortium des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007.  10  État de la population mondiale 2007 : libérer le potentiel de la croissance urbaine, Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).  11  Le Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007. 
  28. 28.       Transports        18   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     solution à un coût relativement bas pour le réseau de transports de l’Afrique, mais peu d’efforts ont été consacrés  à ce sous‐secteur des transports jusqu’à présent.  Les chemins de fer  – Un élément important de la chaîne logistique de transports du continent africain Le secteur  ferroviaire en Afrique a subi une baisse de trafic au cours des années, à cause de sa mauvaise gestion, de son  incapacité  de  fournir  des  services  fiables  aux  utilisateurs  et  de  la  concurrence  sévère  du  camionnage.  La  couverture ferroviaire de l’Afrique est l’une des plus basse du monde, avec une densité moyenne d’environ 2,9  kilomètres par 1.000 kilomètres carrés12,13 .  Cependant, comme éléments de l’ensemble de la chaîne logistique de  transports de l’Afrique, le secteur ferroviaire et ses services connexes peuvent jouer un rôle important dans le  développement futur du continent. C’est particulièrement le cas du transport de marchandises longue distance et  du transport en vrac, compte tenu de la taille du continent et des avantages fournis par le chemin de fer par  rapport  au  transport  routier  en  matière  de  coûts  et  de  besoins  de  carburant,  s’ils  sont  gérés  d’une  manière  efficiente  et  fournissent  des  services  fiables.  Le  chemin  de  fer  peut  aussi  jouer  un  rôle  dans  le  transport  en  commun urbain de passagers et dans le transport interurbain à distance moyenne de passagers.  Le transport aérien de l’Afrique – Préoccupations sérieuses de sécurité et connexions inadéquates La situation et  les besoins du secteur aérien dans les pays africains varie considérablement, mais une préoccupation commune  dans tous les cas est leur mauvaise sécurité.  Alors que le trafic aérien de l’Afrique ne représente que 4,5 % du  montant de trafic mondial, il représente 25 % des accidents (2005)14,15 .  Beaucoup de lignes aériennes africaines  sont interdites des aéroports européens pour raisons de sécurité. Une autre question importante à noter est le  «protectionnisme» des pays, qui empêche les villes principales des pays africains d’être adéquatement reliées les  unes aux autres. La Déclaration de Yamaoussoukro de l’Union africaine, qui vise à libéraliser le transport aérien  intra‐africain, est loin d’être adéquatement mise en œuvre. Cela contribue à empêcher l’intégration régionale et  les  échanges  économiques  et  sociaux  en  créant  une  situation  où  les  grandes  villes  africaines  ne  sont  pas  directement reliées par transport aérien.  Les transports et l’intégration régionale en Afrique   Étant donné la géographie de l’Afrique et la nature de ses infrastructures de transports (c.‐à‐d. que  leur rôle est de  relier), le développement du secteur pour l’Afrique doit être abordé sous un angle régional. Comme l’a énoncé le  Consortium  des  infrastructures  pour  l’Afrique,  «la  géographie  de  l’Afrique  et  ses  marchés  fragmentés  rendent  l’intégration  régionale  un  impératif  pour  son  développement  et  un    pré‐requis  clé  pour  son  commerce  et  une  augmentation de sa compétitivité.»16   Les pays intérieurs sont particulièrement désavantagés quand ils ne sont pas reliés par des liens de transports  efficaces.  Le  Programme  d’action  d’Almaty  2003  énonçait  des  mesures  spécifiques  visant  à  aider  les  pays  intérieurs et leurs voisins à favoriser le développement et la coopération. À un examen à mi‐terme de haut niveau  d’octobre 2008, l’Assemblée générale des Nations Unies priait les partenaires au développement et les organismes  internationaux de soutenir les efforts des pays dans un esprit de partage de responsabilité.    De  meilleurs  réseaux  de  transports  et  une  meilleure  intégration  de  l’Afrique  seraient  des  forces  qui  se  renforceraient mutuellement. De meilleurs liens physiques entre les pays africains faciliteront le commerce et les  échanges  sociaux  et  culturels,  favorisant  davantage  l’intégration  régionale.  En  même  temps,  des  efforts                                                               12  Ibid.  13  Banque africaine de développement.  14  Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007.  15  Banque africaine de développement..  16  Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007. 
  29. 29.       Transports    permanents d’intégration régionale impliquant des efforts d’harmonisation du cadre institutionnel, réglementaire  et juridique contribueront énormément à permettre aux pays de prendre plein avantage des liens de transports  physiques  en  ôtant  les  barrières  non‐physiques  au  commerce et aux transports.         19   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Les partenaires   L’UA/NEPAD  travaille  en  coopération  avec  un  certain  nombre  de  partenaires,  en    particulier  les  CER,  à  promouvoir l’intégration régionale en transports.  Partenaires régionaux  • Communauté des États du Sahel‐Sahara (CEN‐SAD)  • Marché commun  de l'Afrique australe et orientale  (COMESA)  • Communauté de l'Afrique orientale (EAC)  • Communauté  économique  des  États  de  l’Afrique  centrale (CEEAC)  • Communauté  économique  des  États  de  l’Afrique  de l’Ouest (CEDEAO)  • Autorité  intergouvernementale  pour  le  développement (IGAD)  • Communauté  de  développement  de  l’Afrique  australe (SADC)  • Union du Maghreb arabe (UMA)  L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  transports   Le  document  directeur  pour  les  activités  de  l’UA/NEPAD  dans  le  secteur  des  transports  sera  le  Programme  sur  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA),  ensemble  plurisectoriel  de  plans  de  développement  des  infrastructures  assemblé  à  l’heure  actuelle  par  les  institutions africaines majeures. Le PIDA vise à fournir un  examen complet et scientifique des besoins et des actifs de  transports de l’Afrique  et  il deviendra  le plan  d’ensemble  d’intégration  régionale  en  infrastructures  des  transports  pour  l’Afrique.  Les  objectifs  du  PIDA  dans  le  secteur  des  transports sont exposés dans la case jointe.  Le Sommet de l’UA de février 2009 a approuvé le PIDA et  identifié des projets prioritaires à développer et à mettre en œuvre dans le secteur des transports entre 2010 et  2015.   LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE  L’UA/NEPAD DANS LE SECTEUR DES  TRANSPORTS    Objectif  1  –  RENFORCER  LE  DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL  DU  CONTINENT  ET  DES  RÉGIONS  AFRICAINES  ET  LEUR  INTÉGRATION  ÉCONOMIQUE  par  le  commerce  et  le  mouvement  des  gens  à  l’intérieur  du  continent.  Objectif 2 – AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ  DE L’AFRIQUE au niveau mondial.  Objectif  3  –  POURSUIVRE  LES  EFFORTS  VISANT  À  OUVRIR  LES  RÉGIONS  ET  LE  CONTINENT  et  à  mettre  en  œuvre  le  Plan  d’action d’Almaty.  Objectif  4  –  AMÉLIORER  L’EFFICIENCE  DES  INFRASTRUCTURES  PHYSIQUES  DE  TRANSPORTS et des services connexes.  Objectif 5 – PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT.  Objectif 6 – FOURNIR UN SERVICE EFFICIENT  DE  LOGISTIQUE  DE  TRANSPORTS  MULTIMODAUX  avec  interopérabilité  des  réseaux  de  transports  et  interchangeabilité  modale.  Objectif  7  –  HARMONISER  LES  NORMES  TECHNIQUES ET DE SÉCURITÉ.  Objectif  8  –  LIBÉRALISER  LE  MARCHÉ  DES  TRANSPORT ET FOURNIR DES TRANSPORTS  SANS  COUPURES  le  long  des  corridors  clés  de transports.  Objectif  9  –  FOURNIR  LES  LIENS  MANQUANTS pour l’intégration régionale.                        
  30. 30. Transports      Les programmes prioritaire du PAA en transports, 2010 – 2015   Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Modernisation de la  section Dobi‐Galafi‐ Yakobi de la route  Djibouti – Addis Ababa  (Nord)  Orientale   30 millions $US   Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Ce projet modernisera  à une norme d’asphalte  un  tronçon  de  72  km  de  route  entre  Dobi  (Éthiopie)  et  Yakobi  (Djibouti).  Ce  tronçon  de  route fait partie de la route Dakar‐ Ndjamena ‐  Djibouti  (Route  Transafricaine  6).  Ce  tronçon  routier  a  une  priorité  nationale  aussi  bien  que  régionale  pour  le  commerce  et  le  développement et renforcera le commerce entre  les  pays  et  l’intégration.  Il  permettra :  une  réduction des coûts d’exploitation, d’entretien et  de  remise  en  état  des  véhicules,  une  rotation  plus  rapide  des  véhicules  et  des  économies  de  temps  pour  les  activités  de  commerce.  Des  études  de  faisabilité  et  de  conception  sont  encore requises.  IGAD     20   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  31. 31. Transports        21   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Projet de  développement du  corridor Mombasa‐ Nairobi‐Addis Ababa  Orientale  440,5 millions $US (Phase III)    * 300 millions $US  (Phase I)    * 329 million $US  (Phase II)  Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  (et études de  conception détaillée)  Ce Corridor est un tronçon important de la route  trans‐africaine qui va du Caire à Cape Town. Ce  projet concerne la Phase III, qui comprend (i) la  remise  en  état  de  300km  Awasa  –  Yabelo  et  la  construction  d’un  dépôt  à  conteneurs  intérieur  en  Éthiopie  (ii)  la  construction  à  des  normes  d’asphalte  de  125km  Turbi  –  Moyale  au  Kenya;  (iii)  La  construction  d’installations  frontalières  simplifiées  à  Moyale  et  (iv)  un  programme  de  facilitation  des  transports  pour  appliquer  l’entente de transit bilatérale.  La  construction  est  en  cours  pour  la  Phase  I  (remise  en  état  à  des  normes  d’asphalte  de  la  route Isolo à Merille River (136 km) et expansion  des  installations  portuaires  à  Mombassa,  à  terminer en 2010). La Phase II, de Merille à Turbi  au Kenya et de Mayale à Yabedo en Éthiopie, a  été financé et est entrepris. Ce projet améliorera  le  commerce  dans  la  région  de  l’Afrique  orientale, ainsi que le rendement économique et  la  prestation  de  services  sociaux  au  Kenya,  en  Éthiopie et dans les pays du COMESA. Il ouvrira  également  la  province  du  nord‐est  du  Kenya  (région aride et semi‐aride).  EAC IGAD  Tronçons manquants du  corridor de transports  Djibouti‐Libreville  Orientale et  centrale   1 million $US (étude  seulement)    Étape 1 :  Identification du  programme/projet  Études  de  préfaisabilité  requises  pour  les  tronçons  manquants  de  la  route  Djibouti‐ Libreville. Cette route contribuera promouvoir le  commerce et à réduire la pauvreté.  IGAD CEEAC 
  32. 32. Transports        22   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Chemin de fer Isaka‐ Kigali‐Bujumbura  Orientale  4 MILLIARDS $US   * 1,5 MILLION $US  (étude de faisabilité)  IPPF  Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Une  étude  de  faisabilité  est  en  cours  pour  l’extension  de  la  ligne  ferroviaire  de  Isaka  (Tanzanie)  à  Kigali  (Rwanda)  et  Bujumbura  (Burundi).  Ce  projet  fait  partie  du  corridor  de  transports  central  Dar  es  Salaam  –  Kigali  –  Bujumbura.    Cette  nouvelle  ligne  ferroviaire  fournira  une  route  alternative  jusqu’u  port  maritime  de  Dar  es  Salaam  au  Rwanda  et  au  Burundi,  qui  sont  des  pays  intérieurs,  et  favorisera  le  commerce  entre  les  pays  et  l’intégration.  EAC Projet de route du  Maghreb (Nouakchott –  Nouadhibou, Nouakchott  – Zouerate, et  Nouakchott‐Pont Rosso)    Du Nord  90 millions $US  (Nouakchott‐ Nouadhibou) et   63 millions $US  (Nouakchott‐Pont  Rosso), en se basant  sur des contrats  récents en  Mauritanie    *Pays du Maghreb   Étape 3 :  Structuration et  Promotion du  programme/projet  Stage 4 : Mise en  œuvre et exploitation  Ce  projet  comporte  la  modernisation  des  tronçons  manquants  du  réseau  de  Mauritanie,  couvrant  Nouakchott‐Nouadhibou, Nouakchott‐ Zouerate  et  Nouakchott‐Pont  Rosso  (à  la  frontière du Sénégal). Il fait partie de la Route 1  presque  terminée  du  corridor  Le  Caire  –  Dakar  (8.636km),  qui  implique  une  modernisation  de  tout  le  réseau  du  Maghreb,  comprenant  :  la  construction  d’une  route  à  quatre  voies  de  Tripoli  à  Casablanca  (3.400  km).  Ces  tronçons  manquants ont une priorité élevée nationale et  régionale  pour  le  commerce  et  le  développement.  UMA  Tronçons manquants du  corridor routier Dakar –  N’djamena – Djibouti  Occidentale  0,582 million $US (étude seulement)    Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Ce  projet  comporte  la  préparation  d’une  étude  de  faisabilité  pour  les  tronçons  routiers  manquants  du  corridor  Dakar  –  Ndjamena  –  Djibouti (route Trans‐Sahélienne).  CEDEAO Pont du fleuve Gambie   Gambia River Bridge  Occidentale  75 millions $US    *300.000 $US  (étude)  IPPF  Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  Construction d’un pont sur le fleuve Gambie. Ce  pont  fait  partie  du  corridor  routier  Dakar  –  N’djamena  –  Djibouti,  qui  augmentera  le  commerce régional et l’intégration économique.  CEDEAO
  33. 33. Transports        23   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  AfricaRail  Occidentale  1‐1,5 milliard $US (Phase 1 Cotonou‐ Parakou‐Dosso‐ Niamey)    4 millions $US   (études détaillées)      Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  AfricaRail est un projet consistant à moderniser  et  à  construire  2.000km  de  nouvelle  ligne  ferroviaire  pour  relier  les  systèmes  ferroviaires  de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Niger, du  Benin  et  du  Togo,  tous  à  voie  étroite  de  1.000  mm) y compris un service ferroviaire reliant les  ports  de  Lomé  et  de  Cotonou.  Spécifiquement,  ce  projet  concerne  les  tronçons  suivant :  Bénin  au  Niger  à  partir  de  Parakou‐Malanville‐Gaya‐ Dosso‐Niamey  (334  km);  Burkina  au  Niger  à  partir de Kaya‐Dori‐Terra‐Niamey (430 km); Dori‐ Tambao  (90  km);  Togo  au  Bénin  à  partir  de  Lomé‐ Anecho‐Segbohue (90 km); et Burkina au  Togo à partir de Ouagadougou‐Blittaw (746 km).  Une étape future du projet reliera le Mali (1,000  mm), le Nigeria (voie de 1,067 mm changeant à  1,435 mm) et le Ghana (écart de 1,067mm).  CEDEAO Développement du port  de Beira  Australe  70 million (Dragage)    *EIB  Pays‐Bas  Mozambique    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce  projet  comporte  la  modernisation  des  infrastructures du port de Beira en Mozambique,  comprenant  davantage  de  dragage.  La  modernisation du port de Beira est essentiel au  succès du projet de corridor routier (3,523 km),  corridor  routier  important  reliant  l’Angola,  la  RDCet  la  Zambie  (en  substance  terminé  sauf  sa  partie  orientale).  Ce  port  aidera  également  à  améliorer  les  opportunités  économiques  et  le  commerce  régional  parmi  les  pays  voisins  du  Malawi et du Zimbabwe.   SADC
  34. 34. Transports        24   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Projet du pont  Kazungala   Australe  102 millions $US *3,28 million $US  (études)  *US$ 500,000 (IPPF)    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce projet comporte la préparation des études de  faisabilité  et  de  conception  détaillée  et  des  documents  d’adjudication  pour  un  pont  sur  le  fleuve Zambèze. Ce pont est un lien important du  corridor  Nord‐Sud,  reliant  les  pays  suivants :  Botswana,  RDC,  Malawi,  Mozambique,  Afrique  du  sud,  Zambie  et  Zimbabwe,  avec  des  liaisons  avec d’autres corridors comprenant les corridors  de la Trans Kalahari, Beira, Lobito, Dar es Salaam  et  Nacala.  En  particulier,  ce  pont  facilitera  les  services de transports le long du corridor Nord‐ Sud, à l’intérieur de la Botswana et la Zambie.   SADC Corridor Nord‐Sud:  Développement des  infrastructures  régionales pour soutenir  le programme de  promotion du commerce  Australe et  orientale  and East   20 millions $US (facilitation, projet  d’admin, projet  d’infastructures en  cours)    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce  programme  implique  une  gamme  de  sous‐ projets visant à moderniser les infrastructures et  à  enlever  les  goulots  d’étranglement  des  flux  commerciaux,  en  particulier  les  contraintes  réglementaires et administratives de l’ensemble  des  systèmes  de  transports  et  de  transit.  Ce  projet  couvre  l’Afrique  orientale  et  australe,  impliquant les pays du COMESA, de la EAC et du  SADC. Ce projet est lié au corridor régional Nord‐ Sud, qui relie les pays suivants : Botswana, RDC,  Malawi,  Mozambique,  Zambie  et  Zimbabwe,  avec des interliaisons avec d’autres corridors, en  particuliers  les  corridors  Trans  Kalahari,  Beira,  Lobito, Dar es Salaam and Nacala.  COMESA EAC  SADC  Pont du fleuve Rovuma  Australe  (80 % terminé) *Tanzanie,  Mozambique   Étape 4: Mise en  œuvre et exploitation  Ce  projet  comporte  la  construction  du  Unity  Bridge  de  sur  le  fleuve  Rovuma  à  la  frontière  entre la Tanzanie et la Mozambique. Ce pont a  720 m de long et 13,5 m de large, avec 5 km de  rampe  d’accès  de  chaque  côté.  Les  travaux  de  construction sont en cours. Ce projet fit partie du  corridor Nord‐Sud et contribuera à améliorer le  commerce régional et entre les pays.  SADC
  35. 35. Transports        25   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Pont ferroviaire/routier  Brazzaville – Kinshasa et  le prolongement du  chemin de fer Kinshasa ‐   Ilebo  Centrale  7,7 millions $US  (étude de faisabilité)  *ABD/ADF  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Ce  pont  ferroviaire  et  routier  reliera  Brazzaville (capitale de la République du Congo) et Kinshasa  (capitale  de  la  RDC)  en  traversant  le  fleuve  Congo.  Le  pont  complètera  un  tronçon  routier  manquant de la route transafricaine 3, qui va de  Tripoli‐Windhoek‐Cape  Town,  et  le  prolongement  du  chemin  de  fer  a  Ilebo  complètera un tronçon majeur (700 km) pour le  réseau  ferroviaire  Point  Noire‐South‐Eastern  Africa.  Le  pont  et  le  prolongement  favoriseront  l’intégration  régionale  et  le  développement  économique  dans  les  deux  pays  et  serviront  également de lien  transafricain  sous‐régional  et  entre pays. L’étude de faisabilité est en cours.  CEEAC
  36. 36. Transports        26   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Améliorations des  réseaux de transports  régionaux  Tous les  CERs          CEDEAO              CEEAC            55 millions $US    8 millions $US                390 millions $US  (pour le bitumage)            3,5 millions $US  (études)            Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins               Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet    Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins     Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins (mise à  jour)    Étape 1 :  Identification du  programme/projet     Étape 1 :  Identification du  programme/projet  Liens  de  transports  régionaux.  En  plus  des  priorités identifiées ci‐dessus, les CER et les pays  membres  planifient  et  développent  à  l’heure  actuelle  de  nombreux  liens  de  grande  importance. En particuliers, ils comprennent :    L’amélioration  de  la  route  Blolequin‐Toulepleu‐ Frontière  du  Liberia,  la  remise  en  état  de  la  route  Kamba‐frontière  du  Nigeria,  et  la  construction du Pont Rosso sur le fleuve Sénégal  (sites en cours d’étude) sont des priorités pour la  CEDEAO.    Dans  la  region  de  la  CEEAC,  les  priorités  comprennent le bitumage des routes suivantes :    • Ouesso‐Sangmélima, reliant le Cameroun au  Congo    • Doussala‐Dolisie, reliant le Gabon au Congo.    Également :    • La modernisation de la route multinationale  Kribi‐Campo‐Bata  avec  la  construction  du  pont  sur le Ntem entre le Cameroun et la  Guinée Equatoriale    • Étude d’un pont sur l'Oubangui entre Bangui  (RCA) et Zongo (RDC)    • Étude  de  la  navigabilité  de  la  voie  fluviale  Bangui Brazzaville Kinhasa reliant la RCA, le  Congo et la RDC                          CEDEAO              CEEAC 

×