Your SlideShare is downloading. ×
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

1,612

Published on

Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

Le plan d'action AU-NEPAD 2010-2015

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,612
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. PAA 2010‐2015 : Les secteurs                                                                                                                                                              PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                              2009 10 16                                                                                                                               L’Union africaine    LE PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE  L’UA/NEPAD   2010‐2015 :  Promouvoir l’intégration régionale et  continentale en Afrique         Les secteurs      
  • 2. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                              2009 10 16                                                                                                              
  • 3. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    i    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                               Glossaire – les secteurs    2nd DEA Deuxième décennie d’éducation (2006‐2015) ACBF Fondation de renforcement de la capacité de l’Afrique  ACMAD ADF FAD Fonds africain de développement AEC CEA Communauté économique africaine AFFM Facilité africaine de financement des engrais  AFREC Commission africaine de l'énergie AFrISPA Association africaine de fournisseurs d’Internet AGRA Alliance pour une révolution verte en Afrique  AGRHYMET Centre régional d’agriculture, d’hydrologie et de météorologie AICD Diagnostic des infrastructures nationales en Afrique AIDA Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique AIDS SIDA Syndrome d'immunodéficience acquis AIR Institut africain de remise ALC Centre du laser africain AMCE Conférence des ministres de l’environnement de l’Afrique AMCOST Conseil ministériel africain de la science et de la technologie AMCOW CMAE Conseil des ministres africains sur l’eau AMESD AMIS Mission de l'Union africaine au Soudan AMISOM Mission de l'Union africaine en Somalie AMU UMA Union du Maghreb arabe APCI ICPA Initiative de capacité productive africaine  APF FPA Facilité de paix africain APRM Mécanisme d'examen par les pairs africains APSA Architecture africaine de paix et de sécurité APSA AAPS Architecture africaine de paix et de sécurité ARAPKE Plan régional africain d’action sur l’économie des connaissances ARI Institut africain de ré‐éducation ARICEA ARICAOA ARIPO Organisation africaine de la propriété intellectuelle ARV ARV Thérapie antirétrovirale ASF FAR Force africaine de réserve Centre africain pour les applications météorologiques en faveur du  développement Surveillance africaine de l’environnement pour un développement durable de la  Commission européenne  Association des régulateurs des informations et des communications pour  l'Afrique orientale et australe       
  • 4. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    ii    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 ASTII Indicateurs de science, de technologie et d’innovation communs pour l’Afrique ATRN RART Réseau africain des régulateurs des télécommunications ATU UAT Union africaine de télécommunications AU UA Union africaine AUC CUA Commission de l'Union africaine AUPA Plan d’action de l’UA sur le contrôle de la drogue et la prévention du crime AWF FAE Facilité africaine de l'eau  BecANet  Biosciences de l'Afrique orientale et centrale BIAWE Incubateur commercial pour les femmes africaines entrepreneurs  BPFA PFAB Plate‐formes d'action de Beijing CAADP Programme intégré de développement africole de l'Afrique CAB Réseau large bande de l’Afrique centrale CA‐BI CABRI Initiative de réforme collaboratrice du budget de l’Afrique  CAMI Conférence des ministres africains de l’industrie CAPP Pool énergétique de l’Afrique centrale  CAR RCA République centrafricaine CASSy Système de câble sous‐marin de l’Afrique centrale  CBF FBC Fonds du bassin du Congo CDI Initiative de développement de la capacité CDM Mécanisme de développement propre  CDSF Cadre stratégique de développement de la capacité CEDAW Convention sur l’élimination de la discrimination contre les femmes  CEEPA Centre pour l’économique et la politique de l’environnement en Afrique  CEMAC CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale CEN‐SAD Communauté des États du Sahel‐Sahara CEPGL CEWS Système d'alerte rapide continentale pour la prévention des conflits  CFB CFB Chemins de fer Benguela CGIAR Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale ClimDev Africa Climat pour le développement en Afrique  COMELEC Comité maghrébin de l’électricité  COMESA Marché commun  de l'Afrique australe et orientale COMIFAC Commission des Forêts d'Afrique Centrale CPA Plan consolidé d’action  CRASA RCAA Régulateurs des communications de l'Afrique australe CSO Organismes de la société civile  DBSA Banque de développement de l'Afrique australe  DEA Décennie d’éducation pour l'Afrique Communauté économique des Pays des Grands Lacs Programme de développement des infrastructures terrestres large bande  d’interconnexion des Etats de l’Afrique centrale       
  • 5. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    iii    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 DfID Département du développement international (R.‐U.) DMC Centre de surveillance de la sècheresse du SADC DRC RDC République démocratique du Congo DSL Ligne numérique ou loop EAC Communauté de l'Afrique orientale EAPP Pool énergétique de l’Afrique orientale  EARNP Programme de réseau routier de l'Afrique orientale  EARPTO ORPTAO EASBRIG Brigade permanente de l'Afrique orientale EASSy Système de câble sous‐marin de l'Afrique orientale ECA CEA Commission économique pour l'Afrique  ECCAS CEEAC Communauté économique des États de l'Afrique centrale ECOWAS CEDEAO Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest EDF FED Fonds européen de développement EIB BEI Banque européenne d'investissement EITI ITIE Initiative de transparence de l’industrie extractive EMIS SIGE Systèmes d'information pour la gestion de l'éducation ESKOM Compagnie d'électricité de l'Union sud‐africaine  ETF Fonds de transformation environnementale EU UE Union européenne FAO Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture FARA Forum pour la recherche agricole en Afrique FEMA Forum des ministres de l’énergie d’Afrique  FICA Agence de coopération internationale des Flandres FIDA Fondation pour le soutien du développement international FRATEL FRATEL Réseau Francophone de la Régulation des Télécommunications  GCOS SMOC Système mondial d’observation du climat GDP PIB Produit intérieur brut GE Égalité entre les sexes  GEF FEM Facilité d'environnement mondial  GEWE Égalité entre les sexes et prise de pouvoir par les femmes  Global Fund Fonds mondial Fonds mondial pour combattre le SIDA, la tuberculose et le paludisme  GMS système de gestion des rapports hommes‐femmes GPAD Division de gouvernance et d’administration publique  GSM Système global de communications mobiles GTZ HIV VIH Virus de l'immunodéficience humaine HR  Ressources humaines Organisation de réglementation des postes et des télécommunications de  l'Afrique orientale Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Coopération technique  allemande)    
  • 6. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    iv    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 IBIN Réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC ICA Consortium pour les infrastructures en Afrique ICAO OACIT Organisation de l’aviation civile internationale  ICF Facilité de climat d’investissement ICPAC Centre des prédictions et des applications climatiques IFAD Fonds international de développement agricole IGAD Autorité intergouvernementale pour le développement IITA IITA Institut internInstitut international d'agriculture tropicale ILO OIT Organisation internationale du travail IPPF FPPI Facilité de préparation des projets d'infrastructure IRI Institut international de recherche pour le climat et la société IWRM Gestion intégrée des ressources en eau  JICA Agence de coopération internationale du Japon L/RBOs Organismes des bassins des lacs/fleuves LVBC Commission du bassin du lac Victoria M & E S&E Surveillance et évaluation MACEPA Contrôle et évaluation du paludime pour le partenariat en Afrique MDG Objectifs de développement du millénaire MOU Protocole d'entente MW mégawatt NARC Capacité régionale de l'afrique du nord NBI Initiative du bassin du Nil  NEPAD Partenariat nouvau pour le développement de l'Afrique  NERICA Nouveau riz pour l'Afrique NGO ONG Organisations non‐gouvernementales NOUN Université nationale ouverte du Nigeria  NPACI Initiative pan‐africaine du manioc du NEPAD NPoA Programme national d'action   NSAS Système nubien de nappe aquifère dans les grès  OAU OUA Organisation de l'unité africaine OECD OCDE Organisation de coopération et de développement économique  OMVS OMVS Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal OSS OSS Observatoire du Sahara et Sahel PAF Partenariat pour les pêcheries africaines PAN‐SPSO PATH Organisation internationale de la santé mondiale à but non lucratif PDCT‐AC PDCT‐AC Plan Directeur Consensuel des Transports en Afrique Centrale PIDA Programme pour le développement des infrastructures en Afrique PMP Programme de fabrication des produits pharmaceutiques en Afrique Participation des pays africains aux Organismes d’établissement des normes  sanitaires et phytosanitaires     
  • 7. PAA 2010‐2015 : Les secteurs    v    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 PMU UGP Unité de gestion des programmes PPPs Partenariat public‐privé PSC CPS Conseil de paix et de sécurité R&D Récherche et développement REC CER Communautés économiques régionales RM MR Mécanisme régional de prévention, de gestion et de règlement des conflits S&T Science et technologie SADC Communauté de développement de l'Afrique australe SALW Petites armes et armes légères SAPP Pool énergétique de l’Afrique australe  SAPs Programmes d’ajustement structurel SAT Fiducie de l’Afrique australe SATA Association des rélécommunications de l'Afrique australe SDGEA Déclaration solennelle sur l’égalité entre les sexes en Afrique SDI ISD initiative de développement spatial  SDP Programme de développement spatial SEI Institut de l’environnement de Stockholm SMEs PME Petites et moyennes entreprises SPD Programme de développement spatial SPF Cadre de politique sociale SREAPs Plans d'action environnementaux sous‐régionaux SROs Organismes sous‐régionaux SSN Sud Sud Nord STAP Plan d’action à court terme  STI Science, technologie et innovation  TB TB Tuberculose TERI Institut de l’énergie et des ressources UHURUNET Câble sous‐marin du réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC UMA UMA Union du Maghreb Arabe UMOJANET Réseau terrestre du réseau d'infrastructures large bande du NEPAD TIC UNAIDS ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA UNAMID Mission de l'UA et de l'ONU  au Darfur UNCBD Convention sur la diversité biologique des Nations unies UNCCD Convention des Nations unies pour combattre la désertification UNDP PNUD Programme des Nations Unies pour le développement UNECA Commission économique pour l'Afrique  UNEP PNUE Programme des Nations Unies pour l'environnement UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture UNFCCC Convention‐cadre des Nations unies sur les changements climatiques      
  • 8. PAA 2010‐2015 : Les secteurs      UNFPA Fonds des Nations Unies pour la population UNHCR Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés  UNIDO ONUDI Organisation des Nations Unies pour le développement industriel  UNISA Université de l’Afrique du Sud UPDEA USAID Agence des Etats‐Unis pour le développement international WAPP Pool énergétique de l’Afrique occidentale  WARDA Centre africain du riz WATRA ARTAO Association des régulateurs des télécommunications de l'Afrique occidentale WB Bm Banque mondiale WESTCOR Projet d'électricité du corridor occidental WHO OMS Organisation mondiale de la santé WMO OMM Organisation météorologique mondiale WPO OMPI Organisation mondiale de la propriété intellectuelle WRPM Planification et gestion des ressources en eaux WTO OMC Organisation mondiale du commerce Union des producteurs, transporteurs et distributeurs d’énergie électrique  d’Afrique    vi    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                              
  • 9. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                                 Table des matières     Glossaire – les secteurs .................................................................................................................................. i  LES INFRASTRUCTURES ................................................................................................................................. 1  L’ÉNERGIE ...................................................................................................................................................... 5  L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT ...................................................................................................................... 11  LES TRANSPORTS ......................................................................................................................................... 17  LA TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (TIC) .................................................. 29  LES CORRIDORS DE DEVELOPPEMENT ........................................................................................................ 37  LA SANTÉ ..................................................................................................................................................... 49  L’ÉDUCATION, LA JEUNESSE ET LA FORMATION ........................................................................................ 55  LES AFFAIRES SOCIALES ............................................................................................................................... 61  LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE ................................................................................................................ 67  LE COMMERCE, L’INDUSTRIE, L’ACCÈS AU MARCHÉ ET LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVÉ ........... 75  L’ENVIRONNEMENT ET ............................................................................................................................... 79  LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ................................................................................................................... 79  LE TOURISME .............................................................................................................................................. 85  LA GOUVERNANCE ET L’ADMINISTRATION PUBLIQUE ............................................................................... 87  LA PAIX ET LA SÉCURITÉ .............................................................................................................................. 91  LE DÉVELOPPEMENT DE LA CAPACITÉ ........................................................................................................ 95  LE DÉVELOPPEMENT DES RAPPORTS HOMMES‐FEMMES .......................................................................... 99   
  • 10. PAA 2010‐2015 : Les secteurs        PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                                                              
  • 11. Vue d’ensemble sur les infrastructures     1    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    LES INFRASTRUCTURES  Investissements  critiques  pour  le  développement  et  l’intégration  régionale de l’Afrique   Les infrastructures jouent un rôle essentiel en développement économique et réduction de la pauvreté.  Des  services d’infrastructures bien développés et entretenus – en électricité, transports, TIC, eau et assainissement –  réduisent les obstacles à la croissance économique et leurs coûts de transaction et contribuent énormément à  améliorer la vie des pauvres en facilitant leur accès aux services publics et sociaux.  De mauvaises infrastructures  imposent des coûts majeurs sur le commerce, en matière de perte de débouchés et d’augmentation des coûts.  Certaines estimations suggèrent qu’avec une amélioration des infrastructures, les taux de croissance pourraient  être au moins 1 % plus élevés qu’à l’heure actuelle.1   On sait que le développement et le renforcement des réseaux  d’infrastructures  sont  des  éléments  critiques  pour  faire  progresser  l’intégration  régionale  et  continentale  en  Afrique.  L’Afrique  souffre  d’un  manque  sévère  d’infrastructures.  On  reconnaît  généralement  que  le  déficit  en  matière  d’infrastructures est l’un des facteurs clés qui empêchent l’Afrique de réaliser son plein potentiel de croissance  économique, son pouvoir concurrentiel sur les marchés mondiaux et l’atteinte de ses objectifs de développement  du millénaire (MDG), comprenant la réduction de la pauvreté. La partie la plus pauvre (60 %) de la population des  pays africains, en particulier la grande majorité de la population rurale, n’a généralement pas accès à des services  d’infrastructures modernes, ce qui isole encore plus les collectivités pauvres et empêche leur accès aux soins de  santé, à l’éducation et à l’emploi.    Uniquement 26 % des foyers africains ont accès à l’électricité, 58 % à l’eau et 31 % à un assainissement de base.2   La longueur des routes par habitant baisse à cause de l’augmentation de la population ces dernières années et  l’absence  d’investissements  connexes  nécessaires  en  infrastructures  des  transports.  Bien  que  les  télécommunications mobiles aient bénéficié d’une croissance énorme depuis dix ans, l’accès aux services large  bande  demeure  très  limité.  Les  niveaux  actuels  d’utilisation  de  l’eau  sont  bas,  avec  uniquement  3,8  %  des  ressources  en  eau  développées  pour  l’approvisionnement  d’eau  et  la  production  hydroélectrique,  et  18  %  du  potentiel d’irrigation exploité. 3    Cette absence d’infrastructures est particulièrement notable quand on compare l’Afrique aux autres régions du  monde développé. Par exemple, alors que l’accès à l’électricité en Afrique est égal à environ 30 %, ce pourcentage  dans les autres zones géographiques majeures du monde en développement va de 70 % à 90 %. Pour ces zones,  l’accès aux services d’eau est égal à 80 % et à ceux d’assainissement à 90 %, contre 58 % et 31 % en Afrique.   Le focus stratégique en infrastructures de l’UA/NEPAD  La  Commission  de  l’Union  africaine  (CUA)  est  responsable  de  coordonner,  de  harmoniser  et  de  diriger  le  développement économique et social du continent et son intégration physique et politique. La vision de l’UA en  infrastructures  consiste  à  obtenir  des  infrastructures  et  des  services  efficients,  fiables,  économiques  et  non  polluants pour l’intégration physique et la réalisation des objectifs de développement du millénaire. Cette vision  est basée sur l’élaboration de politiques, de stratégies et de programmes du moyen au long terme et de plans  d’ensemble  visant  à  satisfaire  les  besoins  identifiés  indispensables  au  progrès.  Ces  besoins  comprennent  un  engagement politique fort, une capacité importante humaine et institutionnelle des pays et des communautés  économiques régionales (CER) à planifier et à mettre en œuvre des projets d’intégration régionale et continentale                                                               1  Étude de diagnostic des infrastructures des pays d’Afrique (Conclusions préliminaires), Banque mondiale  2  Examen mutuel d’efficacité du développement en Afrique 2009, OCDE et UNECA (montants excluant l’Afrique du  Nord)  3  Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), note, 2009, préparée par l’UA, la  Banque africaine de développement et le NEPAD. 
  • 12. Vue d’ensemble sur les infrastructures     2    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    et une mobilisation efficace des ressources. Dans le cadre de l’UA/NEPAD, plusieurs initiatives ont été créées pour  satisfaire ces besoins et promouvoir une augmentation de l’intégration régionale et continentale.   • Le  Plan  d’action  à  court  terme  (STAP)  a  été  adopté  par  les  chefs  d’État  et  de  gouvernement  du  Comité  d’application du NEPAD (HSGIC) en 2002. Le STAP proposait une série de programmes et de projets matériels  et intellectuels visant à développer les infrastructures au palier régional. Les progrès du STAP ont été examinés  en détails considérables en 2004, et plus récemment pour le Sommet de l’UA de janvier 2009 à Addis. D’après  la BAD, la plupart des projets qui sont entrés dans la liste de projets en 2002 sont maintenant à une étape  avancée  de  mise  en  œuvre  et  certains  sont  terminés.  Entre  2002  et  2008,  le  financement  de  projets  d’infrastructures régionales par la Banque et d’autres partenaires en développement s’élevait à environ 5,6  milliards de dollars, soit environ 69 % de l’estimation totale de coûts initiaux.     • Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (CIA) a été créé comme plateforme majeure nouvelle pour  accélérer les progrès du développement des infrastructures en Afrique, en s’efforçant surtout de surmonter  les  contraintes  régionales.  Basé  à  la  BAD,  il  est  formé  par  trois  catégories  de  membres :  les  institutions  africaines, les donateurs bilatéraux et les agences plurilatérales. Le Consortium vise à augmenter l’efficacité de  ses membres à soutenir les infrastructures en Afrique, en regroupant leurs efforts dans des domaines choisis  comme le partage des renseignements, le développement des projets et la bonne pratique. Le CIA publie un  rapport annuel qui présente une vue d’ensemble concise, mais complète des besoins d’investissements, des  ressources et des activités d’infrastructures en Afrique. Il met l’accent sur les objectifs de développement du  millénaire et sur les tendances nouvelles sociales et économiques et ainsi fournit un cadre utile d’analyse des  besoins futurs. Il analyse et priorise la réforme institutionnelle et le renforcement de capacité ainsi que les  besoins d’investissements en infrastructures physiques.     • L’étude de diagnostic des infrastructures nationales en  Afrique (AICD), animée par la Banque mondiale, est un  projet  pluriannuel,  plurinational  visant  à  évaluer  les  besoins  et  les  coûts  des  infrastructures  en  Afrique,  en  particulier dans la région de l’Afrique sub‐saharienne. Ce  programme combinera des études sur des sujets majeurs  d’importance  stratégique  pour  le  secteur  des  infrastructures  à  un  exercice  majeur  de  collecte  de  données  visant  à  établir  la  base  sur  laquelle  on  pourra  éventuellement évaluer les efforts renouvelés consacrés  à relever le défi des infrastructures.   • La  Facilité  de  préparation  des  projets  d’infrastructures  du NEPAD (IPPF) est un fonds non‐lié créé pour aider les  proposants à préparer des propositions d’infrastructures  et des activités connexes de développement des projets  de  haute  qualité.  Gérée  par  la  BAD,  la  IPPF  a  une  liste  d’une  trentaine  de  projets  évalués  à  50  millions  de  dollars  US,  dont  80  %  appartiennent  aux  secteurs  des  transports  et  de  l’énergie.  Le  financement  de  la  préparation  des  projets  continue  à  être  relativement  rare,  car  le  fonds  a  maintenant  environ  18  millions  de  dollars pour financer de nouveaux engagements.   • En  2009,  une  nouvelle  étude  a  été  planifiée  et  lancée  conjointement  par  l’UA,  le  NEPPAD  et  la  BAD,  pour  complémenter et augmenter les efforts entrepris jusqu’à  cette  date.  Le  Programme  pour  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA)  élaborera  des  LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  POUR  LE  PROGRAMME  D’INFRASTRUCTURES PIDA    Objectif 1 ‐   Établir un cadre stratégique pour  le développement d’infrastructures régionales  et  continentales  (énergie,  transports,  technologie  de  l’information  et  des  communications  (TIC)  et  ressources  en  eaux  transfrontalières)  basé  sur  une  vision  de  développement, des objectifs stratégiques et  les politiques des secteurs;  Objectif  2  ‐  Établir  un  programme  d’investissement  dans  les  infrastructures  (à  court,  moyen  et  long  terme)  articulé  autour  des priorités et des horizons temporels établis  par les CER; et   Objectif  3  ‐      Préparer  une  stratégie  et  une  procédure de mise en œuvre comprenant, en  particulier, un plan d’action prioritaire.    Source : Note conceptuelle sur le PIDA  
  • 13. Vue d’ensemble sur les infrastructures     3    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    politiques d’infrastructures régionales et continentales, établira des programmes de développement priorisés  et  proposera  des  stratégies  de  mise  en  oeuvre.  Le  processus  d’étude  devrait  prendre  dix‐huit  mois  et  se  terminera par conséquent vers la fin de l’année 2010. Quand il sera en place, il fournira un cadre structuré et  un  échéancier  bien  planifié  qui  devrait  attirer  des  flux  importants  d’investissements  dans  le  secteur  des  infrastructures. Les objectifs du PIDA sont exposés dans la case jointe.  Alors que le processus du PIDA examine et articule un ensemble cohérent de priorités d’infrastructures pour le  continent, les projets du tableau suivant sont considérés comme des programmes et des projets prioritaires dans  le secteur des infrastructures, qui doivent être développés entre 2010 et 2015.  Les programmes du PAA en infrastructures sont divisés en quatre sous‐secteurs : énergie; eau et assainissement;  transports;  et  technologie  de  l’information  et  des  communications  (TIC).  En  outre,  les  corridors  de  développement  sont  compris  dans  le  secteur  des  infrastructures  comme  sous‐secteur  futur  potentiel.  Les  programmes  prioritaires  sont  résumés  dans  le  tableau  ci‐dessous.  Des  renseignements  complémentaires,  comprenant les priorités naissantes, sont fournis dans les descriptions des secteurs particuliers qui suivent.   Programmes prioritaires du PAA en infrastructures, 2010 – 2015  Sous‐Secteur  Projet / Programme  Énergie  Projets d’expansion hydroélectrique de Kariba‐North et Itezhi‐Tezhi  Interconnexion Kenya‐Éthiopie Interconnexion hydroélectrique de Sambangalou Kaleta et OMVG  Connexion du réseau de gaz Nigeria‐Algerie  Projet d’oléoduc Kenya‐Ouganda  Projet d’interconnexion Zambie‐Tanzanie‐Kenya  Interconnexion et transmission centrales électriques WESTCOR (Corridor occidental)‐‐ Inga III  Eau et  assainissement  Projet de gestion de l’eau et de l’environnement du bassin du fleuve Sénégal  Planification et gestion des ressources en eau du bassin du Nil  Programme d’investissement de vision partagée du bassin du fleuve Niger   Transports  Modernisation de la section Dobi‐Galafi‐Yakobi de la route Djibouti – Addis Ababa (Nord)  Projet de développement du corridor Mombasa‐Nairobi‐Addis Ababa   Tronçons manquants du corridor de transports Djibouti‐Libreville  Chemin de fer Isaka‐Kigali‐Bujumbura  Projet de route du Maghreb  Tronçons manquants du corridor routier Dakar – N’djamena – Djibouti   Pont du fleuve Gambie  AfricaRail  Développement du port de Beira  Projet du pont Kazungala   Corridor Nord‐Sud: développement des infrastructures régionales pour soutenir le  programme de promotion du commerce   Pont sur le fleuve Rovuma  Pont ferroviaire/routier Brazzaville–Kinshasa et le prolongement du ch. de fer Kinshasa‐‐Ilebo Améliorations des réseaux régionaux de transports Amélioration des ports maritimes des pays insulaires d’Afrique  Mise en œuvre de la décision de Yamoussoukro 
  • 14. Vue d’ensemble sur les infrastructures     4    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    Sous‐Secteur  Projet / Programme  TIC  Infrastructure large bande NEPAD TIC (réseau terrestre UMOJA), comprenant les projets  suivants de réseau régional :  i.  Réseau large bande de la communauté de l’Afrique orientale   ii. Programme de développement des infrastructures terrestres large bande d’interconnexion des Etats  de l’Afrique centrale (CA‐BI)   iii.Projet large bande de l’Afrique occidentale   iv.Réseau régional de l’Afrique australe   v. Réseau régional de l’Afrique du Nord‐Afrique occidentale   Réseau d’infrastructures large bande du NEPAD TIC (Câble sousmarin UHURUNET)  Communications maritimes pour la sécurité sur le lac Victoria    Corridors de  développement   Programme de développement spatial (SDP)
  • 15. Énergie     5    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    L’ÉNERGIE   Vers un avenir énergétique durable pour l’Afrique   Un  réservoir  de  ressources  énergétiques  L’Afrique  possède  un  réservoir  immense  de  ressources  énergétiques  potentielles. On estime que l’Afrique possède plus de 7 % des réserves pétrolières mondiales et la part de l’Afrique  dans  la  production  pétrolière  mondiale  est  en  augmentation.  En  2005,  l’Afrique  représentait  12,2  %  de  la  production  pétrolière  mondiale.  L’Afrique  possède  environ  8  %  des  ressources  mondiales  de  gaz  naturel  et  représente environ 6,2 % de la production mondiale de gaz naturel.4     Un  potentiel  inexploité  d’énergie  renouvelable  Le  potentiel  d’énergie renouvelable de  l’Afrique  est  également  immense. Les pays africains possèdent une capacité énorme de production hydroélectrique exploitable, estimée à  13 % du total mondial. Mais moins de 7 % du potentiel africain a été exploité jusqu’à présent. L’énergie solaire est  aussi répandue en Afrique. Un grand nombre de pays africains ont des radiations solaires quotidiennes qui égalent  5‐6  kWh/m2 . Une  quinzaine  de  pays  africains  côtiers  ont  un potentiel  excellent  d’énergie  éolienne.  Utilisant  la  technologie actuelle, la région pourrait produire 9.000 MV d’énergie électrique géothermale. En outre, le potentiel  d’amélioration de l’efficacité énergétique est appréciable.    Une demande croissante et insatisfaite En dépit de ces actifs, la consommation énergétique de l’Afrique est la  plus basse du monde. Sa consommation d’énergie par habitant représente uniquement le tiers de la moyenne  mondiale. Le taux moyen d’électrification est d’environ 26 %, contre 60 % dans le monde.    Un  défi  et  une  opportunité  Les  contraintes  au  développement  du  potentiel  africain  sont  nombreuses,  en  particulier : une absence d’infrastructures facilitant l’échange énergétique entre les pays; une instabilité politique  et  des  cadres  institutionnels  et  juridiques  inadéquats,  qui  ne  favorisent  pas  l’investissement;  un  manque  de  ressources humaines spécialisées, un mauvais entretien des installations énergétiques existantes, une vulnérabilité  aux marchés pétroliers mondiaux volatiles, une coopération régionale limitée en développement énergétique, des  obstacles à un établissement efficient des prix énergétiques, une mauvaise gestion de la demande et de mauvais  renseignements et de mauvaises données sur la situation énergétique africaine.     L’intégration régionale en énergie   Pour  réaliser  le  grand  potentiel  énergétique  de  l’Afrique,  l’UA/NEPAD  s’efforcent,  en  partenariat  avec  des  organismes nationaux, régionaux, continentaux et mondiaux, de promouvoir un programme intégré d’intégration  régionale dans le secteur de l’énergie. Ces initiatives comprennent le développement et la mise en exploitation de  marchés  d’électricité  régionaux  et  le  développement  de  possibilités  d’exporter  la  capacité  de  production  énergétique excédentaire de l’Afrique au reste du monde. Une démarche d’intégration régionale énergétique en  Afrique créera une situation doublement gagnante pour tous les intervenants concernés.                                                                   4  Banque africaine de développement, 2009 
  • 16. Énergie       6    PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015      Les partenaires   L’UA/NEPAD s’efforcent, en coopération avec un certain nombre  d’organismes  spécialisés  continentaux  et  régionaux,  de  promouvoir  l’intégration  énergétique  régionale  Afrique,  en  particulier :  Partenaires continentaux   • La Commission africaine de l’énergie (AFREC)  • Le Forum des ministre de l’énergie d’Afrique (FEMA)  • L’Union  des producteurs,  transporteurs  et  distributeurs  d’énergie électrique d’Afrique (UPDEA)                                                            LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DE  L’ÉNERGIE     Objectif  1  –  PROMOUVOIR  LE  COMMERCE  INTRA‐AFRICAIN  EN  ÉNERGIE  au  palier  regional  et  continental,  avec  une  attention  speciale  accordée  à  l’utilisation  des  pools  énergétiques  régionaux  pour  favoriser  le  développement  économique  et  social  des  régions  et  du  continent  africain  et  leur  intégration économique.   Objectif  2  ‐  PROMOUVOIR  L’UTILISATION  D’ÉNERGIE  PROPRE  en  développant  l’accès  aux  différentes  catégories  d’énergie  moderne,  en  particulier  en  favorisant  l’utilisation  d’énergie  propre,  moderne  au  lieu de la biomasse pour améliorer le mode  de  vie  des  foyers  et  protéger  l’environnement.   Objectif  3  –  PROMOUVOIR  LA  COOPÉRATION  RÉGIONALE  EN  ÉNERGIE  en  cherchant  à  assurer  la  sécurité  de  l’énergie  régionale  et  continentale  par  le  commerce  et  l’intégration  régionale,  le  regroupement  des  ressources  énergétiques  et  leur  développement conjoint.  Objectif  4    ‐  PROMOUVOIR  LES  EXPORTATIONS  MONDIALES  D’ÉNERGIE  en  développant  les  ressources  énergétiques  (eau,  pétrole  et  gaz  en  particulier)  et  leurs  exportations pour le commerce intra‐africain  et  à  destination  du  reste  du  monde  (interconnexions d’électricité et de gaz avec  l’Europe et le Moyen‐Orient, exportations de  gaz méthane,  exportations de pétrole et de  charbon).   Objectif 5 –  PROMOUVOIR L’EFFICACITÉ   DES INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES  en  augmentant l’efficacité et la compétitivité  des économies nationales, en utilisant des  avantages comparatifs par le commerce et,  en particulier, en favorisant une utilisation  efficiente des infrastructures énergétiques  physiques et des services connexes.    • UN Energy  Partenaires régionaux   • Le Pool énergétique de l’Afrique centrale (CAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique occidentale (WAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique australe (SAPP)  • Le Pool énergétique de l’Afrique orientale (EAPP)  • Le Comité maghrébin de l’électricité (COMELEC)    L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  énergie   Le document directeur pour les activités de l’UA/NEPAD dans le  secteur énergétique sera le Programme sur le développement des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA),  ensemble  plurisectoriel  de  plans  de  développement  d’infrastructures  actuellement  en  développement par les institutions africaines principales. Le PIDA  vise à fournir un examen complet et scientifique des besoins et  des actifs énergétiques de l’Afrique et deviendra le plan principal  d’intégration  régionale  en  infrastructures  énergétiques  pour  l’Afrique.  Les  objectifs  du  programme  PIDA  dans  le  secteur  énergétique sont exposés dans la case jointe.  Le  Sommet  de  l’UA  de  février  2009  a  approuvé  le  PIDA  et  a  identifié les projets prioritaires suivants à développer et à mettre  en oeuvre dans le secteur de l’énergie entre 2010 et 2015.   
  • 17. Énergie    Programmes et projets prioritaires du PAA en énergie, 2010 ‐ 2015  Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Expansion  hydroélectrique de  Kariba‐North et Itezhi‐ Tezhi     Australe‐ Orientale  334 millions $US  (coûts combinés)    Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  en  Zambie  agrandira  la  station  électrique  existante  de  Kariba‐North  en  installant  des  unités  de  360  M  et  en  développant  120  MW  d’électricité  à  Itezhi‐ Tezhi, pour aider à satisfaire l’augmentation de  demande dans le Pool énergétique de l’Afrique  australe.  Il  renforcera  également  l’interconnexion  planifiée  entre  la  région  australe  et  la  région  orientale.  Des  études  de  faisabilité  ont  été  accomplies  mais  le  financement n’est pas encore garanti.  Zambian Electricity  Supply Company  Ltd  Interconnexion Kenya‐ Éthiopie   Orientale  845 million euro *500.000 $US  IPPF (terminé)    Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  a  pour  objet  d’interconnecter  les  systèmes  électriques  en  Éthiopie  et  au  Kenya  avec un réseau de transmission de 400 kV sur  une  distance  de  1.200  km.  Il  fournira  de  l’électricité  à  la  région  orientale  (Kenya,  Ouganda,  Rwanda  et  Burundi)  et  soutiendra  éventuellement  l’intégration  des  régions  orientale‐du nord‐australe.  Kenya Power and  Lighting Company  Ltd,  Ethiopian Electric  Power Corporation      7   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 18. Énergie        8   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Interconnexion  hydroélectrique  Sambangalou Kaleta et  OMVG     Western  857 million euro   Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  projet  a  pour  objet  de  développer  hydroélectriquement    Sambangalou  (Sénégal)  avec une capacité de production de 128 MW, et  Kaleta  (Guinée)  avec  une  capacité  de  production de 240 MW. Il implique également  la construction de réseaux d’interconnexion de  225 kV sur une distance de 1.677 km dans les  pays  de  l’OMVG.  Ce  projet  améliorera  initialement l’approvisionnement fiable dans les  pays  de  l’OMVG  (Sénégal,  Gambie,  Guinée‐ Bissau,  Guinée‐Conakry),  et  aidera  ensuite  l’interconnexion  d’autres  pays  de  la  région  occidentale.  Les  études  de  faisabilité  sont  terminées  mais  le  financement  n’a  pas  encore  été obtenu.  Pool énergétique  de l’Afrique  occidentale       Connexion du réseau de  gaz Nigeria‐Algérie   Occidentale – du Nord  20 milliards $US    Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce projet implique la construction d’un gazoduc  de  4.300  km  du  Nigeria  à  l’Algérie,  pour  interconnecter les réseaux de gaz des deux pays  et pour exporter 20 milliards de mètres cubes  de  gaz  en  Europe,  à  partir  de  2016.  L’exportation  de  gaz  du  Niger,  qui  autrement  aurait été divergée, améliorera les partenariats  nord‐sud.  Ce  projet  servira  également  de  réseau principal pour éventuellement fournir du  gaz aux pays africains.  Nigeria National  Petroleum  Corporation  (NNPC)    Sonatrach (Algérie)  Projet d’oléoduc Kenya‐ Ouganda   Orientale  97 millions $US Étape 4 : Mise en  œuvre et  exploitation   Ce projet réunira le Kenya et l’Ouganda, sur une  distance  de  320  km  et  occasionnera  une  offre  d’énergie plus stable et une baisse des coûts en  Ouganda. Il a été structuré comme concession  de  PPP  aveec  Tamoil  de  Libye.  Les  conditions  finales  doivent  encore  être  décidées  avant  le  début de la construction.  Gouvernements de  l’Ouganda et du  Kenya 
  • 19. Énergie        9   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé ,  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact Projet d’interconnexion  Zambie‐Tanzanie‐Kenya   Australe et  du Nord  850 millions $US Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce projet reliera la Zambie au Kenya en passant  par la Tanzanie, par une ligne de 330 kV (double  circuit)  sur  une  distance  de  1.600  km  et  améliorera la sécurité en matière d’énergie. Des  ententes  de  coopération,  d’achat  d’électricité  et  de  développement  du  projet  entre  les  trois  parties sont requises pour la mise en œuvre.  Gouvernements de  Zambie, Tanzanie  et Kenya  WESTCOR (Western  Corridor)‐station  électrique Inga III et  interconnexions de  transmission   Centrale et  australe  10 millions $US  (étude de  faisabilité)  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Ce projet consiste à développer 4.320 MW des  ressources énormes hydroélectriques du fleuve  Congo et de les relier aux systèmes électriques  de  la  RDC,  de  l’Angola,  de  la  Namibie,  de  l’Afrique  du Sud  et  de  la  Botswanie.  Ce projet  alimentera  en  électricité  pour  augmenter  la  fiabilité  des  systèmes  électriques  de  l’Afrique  centrale et australe.  Pool énergétique  de l’Afrique  australe (SAPP)      Les autres projets d’intégration régionale actuellement en développement en énergie comprennent les suivants :  Priorités naissantes en énergie   Sous‐secteur en énergie   Projet / Programme Interconnexions électriques   Des études de génie et de planification pour interconnecter les pays de la région de la CEEAC (pool énergétique du PEAC) sont en cours,  ainsi qu’une étude de l’IPPF d’électrification transfrontalière dans la région.  Interconnexion Éthiopie‐Soudan‐Égypte, pour relier l’Afrique orientale à l’Afrique du  Nord. Les connexions de 230 kv Éthiopie‐Djibouti  et Éthiopie‐Soudan sont en cours ou sont planifiées, ainsi que les projets Soudan‐Érithrée et Soudan Ouganda. D’autres projets  d’interconnexion de kv plus élevés basés sur le développement hydroélectrique en Éthiopie (p. ex. Éthiopie‐Soudan 500 kv) ont été  identifiés dans les pays de la Corne de l’Afrique.   Des interconnexions Kenya‐Ouganda, Ouganda‐Rwanda, Burundi‐RDC‐Rwanda et Nairobi‐Arusha sont également planifiées dans la  région du pool énergétique de l’Afrique orientale. 
  • 20. Énergie        10   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015                                                                           Production d’électricité     La centrale électrique Gilgel Gibe III est un projet catalytique situé en Éthiopie, c’est la source d’électricité à acheter par l’intermédiaire  du projet d’interconnexion Kenya‐Éthiopie (projet prioritaire).  Projet hydroélectriqe basse gorge du Kafue en Zambie. Ce projet catalytique ajoutera du stockage à un projet existant de production  d’électricité, et permettra une réduction des déficits d’électricité de la Zambie et des exportations d’électricité à ESKOM et SAPP. Il est à  l’heure actuelle structuré comme un IPP ou PPP, à un coût estimé de 1 – 1,25 milliard $US.  La remise en état de Inga 1 et 2 à court terme, le développement d’un réseau régional électrique efficace et finalement l’exploitation de  Grand Inga pour exporter de l’électricité dans tout le continent, sont des plans et des objectifs stratégiques du pool énergétique de  l’Afrique centrale, organisme spécialisé de la CEEAC.    Divers  Des projets d’énergie dans le pool énergétique de l’Afrique occidentale, une extension du gazéoduc de l’Afrique occidentale jusqu’à la  Côte d’Ivoire, un programme d’accès régional à l’énergie et un programme d’énergie renouvelable efficiente ont été identifiés  comme  priorités de la CEDEAO dans le domaine de l’énergie.  Le pool énergétique de l’Afrique australe (SAPP) a de nombreux projets de  remise en état, de production et de transmission en cours et planifiés avec des estimations de coûts précoces.   Énergie renouvelable  L’UMA a identifié le programme d’énergie renouvelable du Maghreb comme l’une de ses priorités, et six projets d’énergie  renouvelable sont prioritaires dans les pays de la Corne de l’Afrique, en particulier des projets géothermiques, éoliens, solaires et  biogazeux. Ces projets devraient puiser dans le potentiel inexploité énorme d'énergie renouvelable de l'Afrique, surtout dans les  domaines où les alternatives sont coûteuses.  
  • 21.      Eau et assainissement         11   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT   Faire progresser la coopération régionale et gestion des ressources d’eau   «  L’eau  est  essentielle  au  maintien  de  la  vie,  à  la  disparition  de  la  pauvreté  et  à  la  croissance  et  au  développement durable.  »5   L’eau  est  l’élément  presque  universellement  nécessaire  à  tous  les  domaines  de  l’activité  humaine,  depuis  la  satisfaction  des  besoins  personnels  jusqu’aux  méga‐projets  énergétiques.  Sa  disponibilité  est  affectée  par  le  changement  climatique,  et  les  sècheresses  et  les  inondations  occasionnent  des  incidences  environnementales  majeures,  et  des  migrations  humaines.  Une  population  en  croissance  augmente  la  demande  d’une  offre  déjà  limitée d’eau. On estime que plus de 300 millions de personnes en Afrique souffrent d’une pénurie d’eau.     L’eau  présente  un  ensemble  de  questions  complexes,  à  long  terme, qui posent un défi aux dirigeants et nécessitent de la  vision, de l’action et des ressources.              Les  Africains  dépendent  des  sources  d’eau  transfrontalières  L’Afrique a 59 bassins fluviaux internationaux transfrontaliers,  15 lacs principaux, 38 systèmes aquifères transfrontaliers et 24  bassins  hydrographiques  principaux  qui  traversent  les  frontières  politiques  artificiellement  dessinées  par  l’homme  dans  au  moins  deux  pays  africains.  Ces  ressources  couvrent  environ 64 % des terres du continent et contiennent 93 % du  total  de  ses  eaux  de  surface.6   Ces  bassins  fluviaux  abritent  également 77 % de la population de l’Afrique.       L’eau et l’interaction régionale en Afrique     La combinaison des forces environnementales et des problèmes politiques posés par la gestion d’une ressource  possédée par plusieurs pays pose des défis considérables pour fournir une qualité et une quantité adéquate d’eau  au  continent.  La  gestion  des  ressources  aquifères  transfrontalières  est  essentielle  pour  relever  ces  défis  et  nécessite des partenariats qui encouragent une coopération durable à une échelle continentale et régionale. (Les  projets d’assainissement sont presque tous de portée nationale.     La  Vision  africaine  de  l’eau  pour  2025,  écrite  en  2000,  fournit  le  cadre  à  long  terme  pour  le  développement  aquifère  en  Afrique.  Sous  l’égide  du  CMAE  (Conseil  des  ministres  africains  sur  l’eau),  des  déclarations  ministérielles  ont  traité  les  questions  aquifères  clés,  menant  à  la  déclaration  du  Sommet  de  l’UA  de  Sharm  El  Sheikh  (2008).  De  nombreux  engagements  plurilatéraux  et  bilatéraux  ont  été  pris  pour  soutenir  une  gestion  intégrée de l’eau dans les sept bassins. La Facilité africaine de l’eau (FAE) a été établie et est abritée par la Banque   africaine de développement, et ses investissement en infrastructures ont atteint 2,9 milliards $ en 2007 (ICA). Il  reste cependant encore des engagements énormes pour atteindre les cibles de la Vision africaine de l’eau pour  2025.                                                               5  Plan d’action à long terme du NEPAD pour les ressources aquifère transfrontalières, 2005  6  Atlas de l’Afrique pour notre environnement changeant, PNUE 
  • 22.      Eau et assainissement       Le NEPAD a choisi sept bassins fluviaux transfrontaliers, contenant 80 % des ressources aquifères du continent,  comme sujets de son plan d’action à court terme (STAP). L’objectif ultime est de créer des systèmes intégrés de  gestion des bassins, fonctionnant bien. Les progrès varient entre les bassins en fonction des mesures nécessaires  pour atteindre cet objectif.       12   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Les  partenaires  d’intégration  régionale en eau et assainissement   L’UA/NEPAD  travaillent  en  coopération  avec  un  certain  nombre  d’organismes  spécialisés  continentaux  et  régionaux  à  promouvoir  l’intégration régionale dans le secteur de l’eau et  de l’assainissement en Afrique, en particulier :  Partenaires continentaux   • Le Conseil des ministres africains sur l’eau  (CMAE)                                                                               OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR DE L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT     Objectif 1 – ASSURER LA SÉCURITÉ EN MATIÈRE D’EAU   pour  satisfaire les augmentations futures de la demande d’eau et  permettre le développement socio‐économique des régions  du continent africain  Objectif 2 – PERMETTRE UNE RÉPARTITION ÉQUITABLE des  ressources  aquifères  parmi  les  utilisations  concurrentes  de  l’eau pour le développement durable    Objectif  3  ‐      PROMOUVOIR  UN  PARTAGE  ÉQUITABLE  des  avantages créés par le partage des ressources des basins   Objectif  4  –  ATTÉNUER  LES  INCIDENCES  DU  CHANGEMENT  CLIMATIQUE  en  s’adaptant  aux  incidences  du  changement  climatique et de la variabilité des régimes climatiques et en  les atténuant   Objectif  5  –  AMÉLIORER  LA  COOPÉRATION  RÉGIONALE  en  déployant les Principes intégrés de gestion des ressources en  eau  (IWRM)  en  particulier  pour  les  ressources  des  réseaux  partagés par les organismes des bassins fluviaux (L/RBOs) et  les protocoles aquifères régionaux   Objectif  6  –  ASSURER  UN  SOUTIEN  GOUVERNEMENTAL  en  s’assurant  que  le  Conseil  des  ministres  africains  sur  l’eau  (CMAE) soutienne pleinement les résultats  Objectif  7  –  PROMOUVOIR  LA  PROTECTION  ENVIRONNEMENTALE en assurant la protection et la gestion  de l’environnement  Objectif 8 – REMPLIR LA VISION AFRICAINE DE L’EAU en  réalisant la Vision africaine de l’eau pour 2015 à long terme  • UN Water  • Le  Réseau  africain  des  organismes  de  bassin  • Le Réseau de la société civile africaine de  l’eau et de l’assainissement     Partenaires régionaux   • La Commission du lac Victoria (LVBC)     • L’Initiative du Bassin du Nil (IBN)  • La  Communauté  économique  des  Pays  des Grands Lacs (CEPGL)    • L’Organisation pour la mise en valeur du  Fleuve Sénégal (OMVS)        L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en eau et assainissement   Le document directeur pour les activités de l’UA/NEPAD dans le secteur de l’eau et de l’assainissement sera le  Programme  sur  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA)  qui  fournira  une  étude  complète,  scientifique et vérifiable sur les eaux transfrontalières de l’Afrique et deviendra le plan d’ensemble pour la gestion  des  eaux  transfrontalières  de  l’Afrique.  Les  objectifs  du  programme  du  PIDA  dans  le  secteur  de  l’eau  et  de  l’assainissement sont exposés dans la case jointe.   Alors que le processus du PIDA examine et articule un ensemble complet de priorités d’infrastructures pour le  continent, on considère que les projets des tableaux suivants sont des programmes prioritaires de développement  et d’investissement dans le secteur de l’eau et de l’assainissement entre 2009 et 2012.      
  • 23.      Eau et assainissement       Les programmes prioritaires du PAA en eau et assainissement, 2010 – 2015  Titre  Région  Coût estimé, *Engagements   Étape de développement  Description Contact Projet de gestion de  l’eau et de  l’environnement du  bassin du fleuve Sénégal  Orientale  21,20 millions $US * 20 millions $US  (BAD, France, GEF,  IDA, Pays‐Bas,   UNDP)       Étape 3: Structuration et  Promotion du  programme/projet   Étape 4: Mise en œuvre et  exploitation (processus de  partage de vision,  développement des  infrastructures,  exploitation, entretien et  gestion)  Ce  projet  comporte  la  création  d’un  cadre  de  développement  environnementalement    durable  du  bassin  du  fleuve  Sénégal  et  le  lancement  d’un  programme  coopératif  de  gestion  des  eaux  et  des  terres  transfrontalières  dans  tout  le  bassin.  Les  produits  comprennent  des  instruments  pour  renforcer  la  capacité  de  prise  de  décision  en  gestion  des  questions  des  terres  et  des  eaux  transfrontalières,  une  amélioration  de  la collecte de données, des mécanismes  d’échange  et  des  protocoles  de  coopération  et  de  la  formation  et  des  ateliers  pour  renforcer  la  capacité  institutionnelle locale et nationale.  Organisation pour  la mise en valeur du  fleuve Sénégal  (OMVS)                            13   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 24.      Eau et assainissement         14   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé, *Engagements   Étape de développement  Description Contact Planification et gestion  des ressources en eau  du bassin du Nil  Orientale et  du Nord  32,86 millions $US * Nile Basin Trust  Fund (Banque  mondiale)  *Facilité  environnementale  mondiale  * Programme  d’action  environnementale  transfrontalière du  Nil,  * Donateurs  bilatéraux  Stage 2 : Étude de  faisabilité  / Évaluation des  besoins  (processus de partage de  vision, développement du  cadre institutionnel et  juridique, collecte et  dissémination des  renseignements)  Ce  programme  vise  à  bâtir  une  fondation  technique  commune  pour  faciliter une planification et une gestion  intégrée  des  ressources  en  eau.  Les  produits du programme devraient être  une  amélioration  des  politiques  aquifères  nationales  et  des  stratégies  de mise en œuvre, des compétences en  planification et gestion de projet, et des  instruments  de  communications  et  de  prise de décision. Une étude proposée  de  développement  plurivalent  des  ressources  d’eau  du  bassin  du  fleuve  Baro‐Akobo dans la région orientale du  Nil,  est  un  exemple  d’un  tel  projet  de  planification dans le cadre de l’Initiative  du bassin du Nil (NBI).     Secrétariat de  l’initiative du bassin  du Nil    Programme  d’investissement de  vision partagée du bassin  du Niger  Orientale  66 millions $US (Développement de  la capacité, des  intervenants)  1,10 milliard $US  (Infrastructures)  150 millions $US  (Conservation)    Stage 2 : Étude de  faisabilité  / Évaluation des  besoins  (processus de partage de  vision, développement du  cadre institutionnel et  juridique, planification du  développement/préparati on du projet)  Ce  programme  d’investissement   réalisera  la  vision  partagée  de  développement  durable  du  Bassin  du  Niger,  par  le  renforcement  de  la  capacité  et  l’investissement  des  intervenants,  la  préservation  de  l’écosystème  et  la  protection  de  ressources  particulières,  et  le  développement  des  infrastructures,  en  particulier  de  trois  barrages  transfrontaliers,  à  des  fins  socio‐ économiques.    Autorité du bassin  du Niger       
  • 25.      Eau et assainissement     Les autres programmes d’intégration régionale actuellement en développement en eau et en assainissement sont les suivants :    Priorités naissantes en eau et assainissement   Programmes/projets en eau et assainissement    Eaux du Bassin du Lac Tchad, Eaux du Bassin du fleuve Congo, Eaux du Bassin du fleuve Okavanga et Eaux du Bassin du fleuve Zambèze. Le NEPAD a choisi  sept bassins transfrontaliers, détenant 80 % des ressources en eau du continent, comme priorités de son Plan d’action à court terme (STAP). Des engagements  majeurs multilatéraux et bilatéraux ont été pris pour soutenir une gestion intégrée des eaux dans les sept bassins. Des projets d’investissement ont été initiés  dans les trois bassins faisant partie des programmes prioritaires du PAA. Les quatre bassins considérés comme priorités naissantes font l’objet d’efforts de  renforcement de capacité. Par exemple, pour faire face à une baisse sévère de la ressource, le programme PRODEBALT, programme de développement durable  du bassin du Lac Tchad, vise à initier une gestion partagée des resources en eau,  à établir des réseaux durables de collecte de données, d’entreprendre des  mesures sectorielles pour contrôler la demande d’eau et à combattre la désertification et la perte de biodiversité, à assurer la prévention et le contrôle des  contaminants, à améliorer les méthodes d’exploitation des écosystèmes aquatiques et à lancer des études techniques sur le transfert de l’eau entre les bassins.  Son financement nécessaire de 90 millions $US sur cinq ans sera assuré par un groupe de partenaires majeurs en développement, menés par la BAD.  Gestion régionale de l’eau dans la Corne de l’Afrique. Les experts de l’initiatives de la Corne de l’Afrique ont identifié six projets clés visant à renforcer la  gestion de l’eau et à augmenter l’offre d’eau dans cette région aride et semi‐désertique. Ces projets comprennent une récolte de l’eau, des forums de dialogue  régional, une évaluation des eaux terrestres, le renforcement de la capacité pour les institutions de planification de l’eau, un fonds de fiducie d’eaux régionales,  et un approvisionnement rural en eau dans les régions pastorales de Karamoja.   Gestion partagée de la nappe aquifère. Le système nubien de nappe aquifère dans les grès (NSAS) est le réservoir le plus grand d’eau fossille souterraine du  monde. Il est partagé par quatre États : le Tchad, l’Égypte, la Libye et le Soudan, et occupe plus de 2 millions de kilomètres carrés. Avec un volume total estimé à  542.000 kilomètres cubiques, il a le potentiel, si on l’exploite à grande échelle, de transformer une région aride en un oasis. La gestion de cette ressource clé a  pour objet une gestion rationnelle et équitable de la NSAS pour le développement durable socioéconomique et la protection de la biodiversité et des ressources  terrestres.        15   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 26.      Eau et assainissement         16   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 27.       Transports        17   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LES TRANSPORTS     Améliorer la mobilité des Africains   Si l’on veut que les pays africains bénéficient de la mondialité croissante de l’économie, il faut mettre en place un  réseau adéquat des réseaux de transports en Afrique, pour offrir un accès physique essentiel et efficient. L’absence  ou  le  mauvais  état  des  réseaux  de  transports  en  Afrique  constitue  l’un  des  obstacles  les  plus  sérieux  au  développement  économique  et  social  des  pays  africains,  en  empêchant  de  nombreux  pays  de  devenir  concurrentiels sur les marchés mondiaux et en ralentissant et empêchant le processus d’intégration régionale.    Les infrastructures de transports empèchent la compétitivité potentielle de l’Afrique Avec l’offre d’énergie, les  infrastructures  de  transports    constituent  l’un  des  goulots  d’étranglement  principaux  à  la  croissance  de  la  productivité et de la compétitivité en Afrique.7   L’incidence des mauvaises infrastructures des transports et de la  logistique connexe est particulièrement sévère pour les pays intérieurs. Les coûts estimés des transports varient,  mais on pense que les pays intérieurs en développement payent presque quatre fois plus pour leurs services de  transports que les pays développés, et que les coûts de transports en Afrique sont parmi les plus élevés du monde  –  les  coûts  de  transports  pour  les  pays  intérieurs  africains  peuvent  atteindre  77  %  de  la  valeur  de  leurs  exportations.8,9   Les routes – Le mode de transports le plus important en Afrique Environ 90 % des transports de passagers et de  marchandises de l’Afrique se font par routes et, pour les collectivités rurales, la route est la seule forme d’accès qui  joigne les gens aux centres d’activité économique et aux infrastructures sociales de base. On signale que la plupart  des pays africains possèdent un bon réseau de routes rurales, mais que son amélioration  et son entretien posent  des problèmes. Dans les zones urbaines, où l’on pense qu’un Africain sur deux vivra en 203010 , la satisfaction de la  demande de transports urbains – y compris de services publics de transports – a posé, et continuera à poser, un  défi. L’absence de liens régionaux pose également un défi. L’absence de liaisons régionales pose également un  problème fondamental au commerce interafricain et international et à l’intégration régionale, avec des besoins  totaux d’investissements estimés à 4,3 milliards $US11 .    Les ports et les transports maritime – Relier l’Afrique aux marchés mondiaux   Les ports maritimes sont la porte  qui ouvre le commerce africain au reste du monde dans le marché mondial. La navigation internationale augmente  mais les ports africains, à quelques exceptions près, sont extrêmement inefficients. Cette inefficience contribue  aux retards et aux coûts élevés de transport des marchandises. Certains pays – comme le Nigeria qui a adopté le  modèle  internationalement  favorisé  de  port  propriétaire  ‐  ont  réussi  à  améliorer  l’efficience  de  leurs  ports  en  restructurant le secteur et d’autres pays entreprennent une planification d’ensemble, mais tous ne traitent pas le  problème des réformes institutionnelles essentielles. Il est essentiel que les ports eux‐mêmes soient capables de  fournir, avec efficience, les services requis par les expéditeurs et qu’ils soient bien connectés au reste du réseau de  transports  (car  les  ports  peuvent  seulement  ajouter  de  la  valeur  comme  relais  à  l’intérieur  d’un  réseau  de  transports) pour augmenter la compétitivité de l’Afrique dans le commerce international. Les transports fluviaux,  pour lesquels l’Afrique dispose de voies navigables et de lacs à utiliser, peut énormément contribuer à fournir une                                                               7  Rapport sur la compétitivité de l’Afrique 2007, Banque africaine de développement, Banque mondiale, Forum économique mondial.  8  Déclaration sur les transports pour l’Afrique, faite par le Conseiller spécial des Nations Unies sur l’Afrique et le Haut représentant des pays les  moins développés, des pays intérieurs en développement et des États petites îles en développement, le Cheick Sidi Diarra, à la semaine  annuelle du réseau de développement durable de la Banque mondiale à Washington le 21 février 2008.  9  Consortium des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007.  10  État de la population mondiale 2007 : libérer le potentiel de la croissance urbaine, Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).  11  Le Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007. 
  • 28.       Transports        18   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     solution à un coût relativement bas pour le réseau de transports de l’Afrique, mais peu d’efforts ont été consacrés  à ce sous‐secteur des transports jusqu’à présent.  Les chemins de fer  – Un élément important de la chaîne logistique de transports du continent africain Le secteur  ferroviaire en Afrique a subi une baisse de trafic au cours des années, à cause de sa mauvaise gestion, de son  incapacité  de  fournir  des  services  fiables  aux  utilisateurs  et  de  la  concurrence  sévère  du  camionnage.  La  couverture ferroviaire de l’Afrique est l’une des plus basse du monde, avec une densité moyenne d’environ 2,9  kilomètres par 1.000 kilomètres carrés12,13 .  Cependant, comme éléments de l’ensemble de la chaîne logistique de  transports de l’Afrique, le secteur ferroviaire et ses services connexes peuvent jouer un rôle important dans le  développement futur du continent. C’est particulièrement le cas du transport de marchandises longue distance et  du transport en vrac, compte tenu de la taille du continent et des avantages fournis par le chemin de fer par  rapport  au  transport  routier  en  matière  de  coûts  et  de  besoins  de  carburant,  s’ils  sont  gérés  d’une  manière  efficiente  et  fournissent  des  services  fiables.  Le  chemin  de  fer  peut  aussi  jouer  un  rôle  dans  le  transport  en  commun urbain de passagers et dans le transport interurbain à distance moyenne de passagers.  Le transport aérien de l’Afrique – Préoccupations sérieuses de sécurité et connexions inadéquates La situation et  les besoins du secteur aérien dans les pays africains varie considérablement, mais une préoccupation commune  dans tous les cas est leur mauvaise sécurité.  Alors que le trafic aérien de l’Afrique ne représente que 4,5 % du  montant de trafic mondial, il représente 25 % des accidents (2005)14,15 .  Beaucoup de lignes aériennes africaines  sont interdites des aéroports européens pour raisons de sécurité. Une autre question importante à noter est le  «protectionnisme» des pays, qui empêche les villes principales des pays africains d’être adéquatement reliées les  unes aux autres. La Déclaration de Yamaoussoukro de l’Union africaine, qui vise à libéraliser le transport aérien  intra‐africain, est loin d’être adéquatement mise en œuvre. Cela contribue à empêcher l’intégration régionale et  les  échanges  économiques  et  sociaux  en  créant  une  situation  où  les  grandes  villes  africaines  ne  sont  pas  directement reliées par transport aérien.  Les transports et l’intégration régionale en Afrique   Étant donné la géographie de l’Afrique et la nature de ses infrastructures de transports (c.‐à‐d. que  leur rôle est de  relier), le développement du secteur pour l’Afrique doit être abordé sous un angle régional. Comme l’a énoncé le  Consortium  des  infrastructures  pour  l’Afrique,  «la  géographie  de  l’Afrique  et  ses  marchés  fragmentés  rendent  l’intégration  régionale  un  impératif  pour  son  développement  et  un    pré‐requis  clé  pour  son  commerce  et  une  augmentation de sa compétitivité.»16   Les pays intérieurs sont particulièrement désavantagés quand ils ne sont pas reliés par des liens de transports  efficaces.  Le  Programme  d’action  d’Almaty  2003  énonçait  des  mesures  spécifiques  visant  à  aider  les  pays  intérieurs et leurs voisins à favoriser le développement et la coopération. À un examen à mi‐terme de haut niveau  d’octobre 2008, l’Assemblée générale des Nations Unies priait les partenaires au développement et les organismes  internationaux de soutenir les efforts des pays dans un esprit de partage de responsabilité.    De  meilleurs  réseaux  de  transports  et  une  meilleure  intégration  de  l’Afrique  seraient  des  forces  qui  se  renforceraient mutuellement. De meilleurs liens physiques entre les pays africains faciliteront le commerce et les  échanges  sociaux  et  culturels,  favorisant  davantage  l’intégration  régionale.  En  même  temps,  des  efforts                                                               12  Ibid.  13  Banque africaine de développement.  14  Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007.  15  Banque africaine de développement..  16  Consortium  des infrastructures pour l’Afrique (CIA) : Rapport annuel 2007. 
  • 29.       Transports    permanents d’intégration régionale impliquant des efforts d’harmonisation du cadre institutionnel, réglementaire  et juridique contribueront énormément à permettre aux pays de prendre plein avantage des liens de transports  physiques  en  ôtant  les  barrières  non‐physiques  au  commerce et aux transports.         19   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Les partenaires   L’UA/NEPAD  travaille  en  coopération  avec  un  certain  nombre  de  partenaires,  en    particulier  les  CER,  à  promouvoir l’intégration régionale en transports.  Partenaires régionaux  • Communauté des États du Sahel‐Sahara (CEN‐SAD)  • Marché commun  de l'Afrique australe et orientale  (COMESA)  • Communauté de l'Afrique orientale (EAC)  • Communauté  économique  des  États  de  l’Afrique  centrale (CEEAC)  • Communauté  économique  des  États  de  l’Afrique  de l’Ouest (CEDEAO)  • Autorité  intergouvernementale  pour  le  développement (IGAD)  • Communauté  de  développement  de  l’Afrique  australe (SADC)  • Union du Maghreb arabe (UMA)  L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  transports   Le  document  directeur  pour  les  activités  de  l’UA/NEPAD  dans  le  secteur  des  transports  sera  le  Programme  sur  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA),  ensemble  plurisectoriel  de  plans  de  développement  des  infrastructures  assemblé  à  l’heure  actuelle  par  les  institutions africaines majeures. Le PIDA vise à fournir un  examen complet et scientifique des besoins et des actifs de  transports de l’Afrique  et  il deviendra  le plan  d’ensemble  d’intégration  régionale  en  infrastructures  des  transports  pour  l’Afrique.  Les  objectifs  du  PIDA  dans  le  secteur  des  transports sont exposés dans la case jointe.  Le Sommet de l’UA de février 2009 a approuvé le PIDA et  identifié des projets prioritaires à développer et à mettre en œuvre dans le secteur des transports entre 2010 et  2015.   LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE  L’UA/NEPAD DANS LE SECTEUR DES  TRANSPORTS    Objectif  1  –  RENFORCER  LE  DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL  DU  CONTINENT  ET  DES  RÉGIONS  AFRICAINES  ET  LEUR  INTÉGRATION  ÉCONOMIQUE  par  le  commerce  et  le  mouvement  des  gens  à  l’intérieur  du  continent.  Objectif 2 – AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ  DE L’AFRIQUE au niveau mondial.  Objectif  3  –  POURSUIVRE  LES  EFFORTS  VISANT  À  OUVRIR  LES  RÉGIONS  ET  LE  CONTINENT  et  à  mettre  en  œuvre  le  Plan  d’action d’Almaty.  Objectif  4  –  AMÉLIORER  L’EFFICIENCE  DES  INFRASTRUCTURES  PHYSIQUES  DE  TRANSPORTS et des services connexes.  Objectif 5 – PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT.  Objectif 6 – FOURNIR UN SERVICE EFFICIENT  DE  LOGISTIQUE  DE  TRANSPORTS  MULTIMODAUX  avec  interopérabilité  des  réseaux  de  transports  et  interchangeabilité  modale.  Objectif  7  –  HARMONISER  LES  NORMES  TECHNIQUES ET DE SÉCURITÉ.  Objectif  8  –  LIBÉRALISER  LE  MARCHÉ  DES  TRANSPORT ET FOURNIR DES TRANSPORTS  SANS  COUPURES  le  long  des  corridors  clés  de transports.  Objectif  9  –  FOURNIR  LES  LIENS  MANQUANTS pour l’intégration régionale.                        
  • 30. Transports      Les programmes prioritaire du PAA en transports, 2010 – 2015   Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Modernisation de la  section Dobi‐Galafi‐ Yakobi de la route  Djibouti – Addis Ababa  (Nord)  Orientale   30 millions $US   Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Ce projet modernisera  à une norme d’asphalte  un  tronçon  de  72  km  de  route  entre  Dobi  (Éthiopie)  et  Yakobi  (Djibouti).  Ce  tronçon  de  route fait partie de la route Dakar‐ Ndjamena ‐  Djibouti  (Route  Transafricaine  6).  Ce  tronçon  routier  a  une  priorité  nationale  aussi  bien  que  régionale  pour  le  commerce  et  le  développement et renforcera le commerce entre  les  pays  et  l’intégration.  Il  permettra :  une  réduction des coûts d’exploitation, d’entretien et  de  remise  en  état  des  véhicules,  une  rotation  plus  rapide  des  véhicules  et  des  économies  de  temps  pour  les  activités  de  commerce.  Des  études  de  faisabilité  et  de  conception  sont  encore requises.  IGAD     20   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 31. Transports        21   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Projet de  développement du  corridor Mombasa‐ Nairobi‐Addis Ababa  Orientale  440,5 millions $US (Phase III)    * 300 millions $US  (Phase I)    * 329 million $US  (Phase II)  Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  (et études de  conception détaillée)  Ce Corridor est un tronçon important de la route  trans‐africaine qui va du Caire à Cape Town. Ce  projet concerne la Phase III, qui comprend (i) la  remise  en  état  de  300km  Awasa  –  Yabelo  et  la  construction  d’un  dépôt  à  conteneurs  intérieur  en  Éthiopie  (ii)  la  construction  à  des  normes  d’asphalte  de  125km  Turbi  –  Moyale  au  Kenya;  (iii)  La  construction  d’installations  frontalières  simplifiées  à  Moyale  et  (iv)  un  programme  de  facilitation  des  transports  pour  appliquer  l’entente de transit bilatérale.  La  construction  est  en  cours  pour  la  Phase  I  (remise  en  état  à  des  normes  d’asphalte  de  la  route Isolo à Merille River (136 km) et expansion  des  installations  portuaires  à  Mombassa,  à  terminer en 2010). La Phase II, de Merille à Turbi  au Kenya et de Mayale à Yabedo en Éthiopie, a  été financé et est entrepris. Ce projet améliorera  le  commerce  dans  la  région  de  l’Afrique  orientale, ainsi que le rendement économique et  la  prestation  de  services  sociaux  au  Kenya,  en  Éthiopie et dans les pays du COMESA. Il ouvrira  également  la  province  du  nord‐est  du  Kenya  (région aride et semi‐aride).  EAC IGAD  Tronçons manquants du  corridor de transports  Djibouti‐Libreville  Orientale et  centrale   1 million $US (étude  seulement)    Étape 1 :  Identification du  programme/projet  Études  de  préfaisabilité  requises  pour  les  tronçons  manquants  de  la  route  Djibouti‐ Libreville. Cette route contribuera promouvoir le  commerce et à réduire la pauvreté.  IGAD CEEAC 
  • 32. Transports        22   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Chemin de fer Isaka‐ Kigali‐Bujumbura  Orientale  4 MILLIARDS $US   * 1,5 MILLION $US  (étude de faisabilité)  IPPF  Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Une  étude  de  faisabilité  est  en  cours  pour  l’extension  de  la  ligne  ferroviaire  de  Isaka  (Tanzanie)  à  Kigali  (Rwanda)  et  Bujumbura  (Burundi).  Ce  projet  fait  partie  du  corridor  de  transports  central  Dar  es  Salaam  –  Kigali  –  Bujumbura.    Cette  nouvelle  ligne  ferroviaire  fournira  une  route  alternative  jusqu’u  port  maritime  de  Dar  es  Salaam  au  Rwanda  et  au  Burundi,  qui  sont  des  pays  intérieurs,  et  favorisera  le  commerce  entre  les  pays  et  l’intégration.  EAC Projet de route du  Maghreb (Nouakchott –  Nouadhibou, Nouakchott  – Zouerate, et  Nouakchott‐Pont Rosso)    Du Nord  90 millions $US  (Nouakchott‐ Nouadhibou) et   63 millions $US  (Nouakchott‐Pont  Rosso), en se basant  sur des contrats  récents en  Mauritanie    *Pays du Maghreb   Étape 3 :  Structuration et  Promotion du  programme/projet  Stage 4 : Mise en  œuvre et exploitation  Ce  projet  comporte  la  modernisation  des  tronçons  manquants  du  réseau  de  Mauritanie,  couvrant  Nouakchott‐Nouadhibou, Nouakchott‐ Zouerate  et  Nouakchott‐Pont  Rosso  (à  la  frontière du Sénégal). Il fait partie de la Route 1  presque  terminée  du  corridor  Le  Caire  –  Dakar  (8.636km),  qui  implique  une  modernisation  de  tout  le  réseau  du  Maghreb,  comprenant  :  la  construction  d’une  route  à  quatre  voies  de  Tripoli  à  Casablanca  (3.400  km).  Ces  tronçons  manquants ont une priorité élevée nationale et  régionale  pour  le  commerce  et  le  développement.  UMA  Tronçons manquants du  corridor routier Dakar –  N’djamena – Djibouti  Occidentale  0,582 million $US (étude seulement)    Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins   Ce  projet  comporte  la  préparation  d’une  étude  de  faisabilité  pour  les  tronçons  routiers  manquants  du  corridor  Dakar  –  Ndjamena  –  Djibouti (route Trans‐Sahélienne).  CEDEAO Pont du fleuve Gambie   Gambia River Bridge  Occidentale  75 millions $US    *300.000 $US  (étude)  IPPF  Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  Construction d’un pont sur le fleuve Gambie. Ce  pont  fait  partie  du  corridor  routier  Dakar  –  N’djamena  –  Djibouti,  qui  augmentera  le  commerce régional et l’intégration économique.  CEDEAO
  • 33. Transports        23   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  AfricaRail  Occidentale  1‐1,5 milliard $US (Phase 1 Cotonou‐ Parakou‐Dosso‐ Niamey)    4 millions $US   (études détaillées)      Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  AfricaRail est un projet consistant à moderniser  et  à  construire  2.000km  de  nouvelle  ligne  ferroviaire  pour  relier  les  systèmes  ferroviaires  de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Niger, du  Benin  et  du  Togo,  tous  à  voie  étroite  de  1.000  mm) y compris un service ferroviaire reliant les  ports  de  Lomé  et  de  Cotonou.  Spécifiquement,  ce  projet  concerne  les  tronçons  suivant :  Bénin  au  Niger  à  partir  de  Parakou‐Malanville‐Gaya‐ Dosso‐Niamey  (334  km);  Burkina  au  Niger  à  partir de Kaya‐Dori‐Terra‐Niamey (430 km); Dori‐ Tambao  (90  km);  Togo  au  Bénin  à  partir  de  Lomé‐ Anecho‐Segbohue (90 km); et Burkina au  Togo à partir de Ouagadougou‐Blittaw (746 km).  Une étape future du projet reliera le Mali (1,000  mm), le Nigeria (voie de 1,067 mm changeant à  1,435 mm) et le Ghana (écart de 1,067mm).  CEDEAO Développement du port  de Beira  Australe  70 million (Dragage)    *EIB  Pays‐Bas  Mozambique    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce  projet  comporte  la  modernisation  des  infrastructures du port de Beira en Mozambique,  comprenant  davantage  de  dragage.  La  modernisation du port de Beira est essentiel au  succès du projet de corridor routier (3,523 km),  corridor  routier  important  reliant  l’Angola,  la  RDCet  la  Zambie  (en  substance  terminé  sauf  sa  partie  orientale).  Ce  port  aidera  également  à  améliorer  les  opportunités  économiques  et  le  commerce  régional  parmi  les  pays  voisins  du  Malawi et du Zimbabwe.   SADC
  • 34. Transports        24   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Projet du pont  Kazungala   Australe  102 millions $US *3,28 million $US  (études)  *US$ 500,000 (IPPF)    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce projet comporte la préparation des études de  faisabilité  et  de  conception  détaillée  et  des  documents  d’adjudication  pour  un  pont  sur  le  fleuve Zambèze. Ce pont est un lien important du  corridor  Nord‐Sud,  reliant  les  pays  suivants :  Botswana,  RDC,  Malawi,  Mozambique,  Afrique  du  sud,  Zambie  et  Zimbabwe,  avec  des  liaisons  avec d’autres corridors comprenant les corridors  de la Trans Kalahari, Beira, Lobito, Dar es Salaam  et  Nacala.  En  particulier,  ce  pont  facilitera  les  services de transports le long du corridor Nord‐ Sud, à l’intérieur de la Botswana et la Zambie.   SADC Corridor Nord‐Sud:  Développement des  infrastructures  régionales pour soutenir  le programme de  promotion du commerce  Australe et  orientale  and East   20 millions $US (facilitation, projet  d’admin, projet  d’infastructures en  cours)    Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet  Ce  programme  implique  une  gamme  de  sous‐ projets visant à moderniser les infrastructures et  à  enlever  les  goulots  d’étranglement  des  flux  commerciaux,  en  particulier  les  contraintes  réglementaires et administratives de l’ensemble  des  systèmes  de  transports  et  de  transit.  Ce  projet  couvre  l’Afrique  orientale  et  australe,  impliquant les pays du COMESA, de la EAC et du  SADC. Ce projet est lié au corridor régional Nord‐ Sud, qui relie les pays suivants : Botswana, RDC,  Malawi,  Mozambique,  Zambie  et  Zimbabwe,  avec des interliaisons avec d’autres corridors, en  particuliers  les  corridors  Trans  Kalahari,  Beira,  Lobito, Dar es Salaam and Nacala.  COMESA EAC  SADC  Pont du fleuve Rovuma  Australe  (80 % terminé) *Tanzanie,  Mozambique   Étape 4: Mise en  œuvre et exploitation  Ce  projet  comporte  la  construction  du  Unity  Bridge  de  sur  le  fleuve  Rovuma  à  la  frontière  entre la Tanzanie et la Mozambique. Ce pont a  720 m de long et 13,5 m de large, avec 5 km de  rampe  d’accès  de  chaque  côté.  Les  travaux  de  construction sont en cours. Ce projet fit partie du  corridor Nord‐Sud et contribuera à améliorer le  commerce régional et entre les pays.  SADC
  • 35. Transports        25   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Pont ferroviaire/routier  Brazzaville – Kinshasa et  le prolongement du  chemin de fer Kinshasa ‐   Ilebo  Centrale  7,7 millions $US  (étude de faisabilité)  *ABD/ADF  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins   Ce  pont  ferroviaire  et  routier  reliera  Brazzaville (capitale de la République du Congo) et Kinshasa  (capitale  de  la  RDC)  en  traversant  le  fleuve  Congo.  Le  pont  complètera  un  tronçon  routier  manquant de la route transafricaine 3, qui va de  Tripoli‐Windhoek‐Cape  Town,  et  le  prolongement  du  chemin  de  fer  a  Ilebo  complètera un tronçon majeur (700 km) pour le  réseau  ferroviaire  Point  Noire‐South‐Eastern  Africa.  Le  pont  et  le  prolongement  favoriseront  l’intégration  régionale  et  le  développement  économique  dans  les  deux  pays  et  serviront  également de lien  transafricain  sous‐régional  et  entre pays. L’étude de faisabilité est en cours.  CEEAC
  • 36. Transports        26   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Améliorations des  réseaux de transports  régionaux  Tous les  CERs          CEDEAO              CEEAC            55 millions $US    8 millions $US                390 millions $US  (pour le bitumage)            3,5 millions $US  (études)            Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins               Étape 3: Structuration  et promotion du  programme/projet    Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins     Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins (mise à  jour)    Étape 1 :  Identification du  programme/projet     Étape 1 :  Identification du  programme/projet  Liens  de  transports  régionaux.  En  plus  des  priorités identifiées ci‐dessus, les CER et les pays  membres  planifient  et  développent  à  l’heure  actuelle  de  nombreux  liens  de  grande  importance. En particuliers, ils comprennent :    L’amélioration  de  la  route  Blolequin‐Toulepleu‐ Frontière  du  Liberia,  la  remise  en  état  de  la  route  Kamba‐frontière  du  Nigeria,  et  la  construction du Pont Rosso sur le fleuve Sénégal  (sites en cours d’étude) sont des priorités pour la  CEDEAO.    Dans  la  region  de  la  CEEAC,  les  priorités  comprennent le bitumage des routes suivantes :    • Ouesso‐Sangmélima, reliant le Cameroun au  Congo    • Doussala‐Dolisie, reliant le Gabon au Congo.    Également :    • La modernisation de la route multinationale  Kribi‐Campo‐Bata  avec  la  construction  du  pont  sur le Ntem entre le Cameroun et la  Guinée Equatoriale    • Étude d’un pont sur l'Oubangui entre Bangui  (RCA) et Zongo (RDC)    • Étude  de  la  navigabilité  de  la  voie  fluviale  Bangui Brazzaville Kinhasa reliant la RCA, le  Congo et la RDC                          CEDEAO              CEEAC 
  • 37. Transports        27   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Améliorations des  réseaux de transports  régionaux (suite)                  La Corne de  l’Afrique          500.000 $US  (pour les études  d’identification)          Étape 1 :  Identification du  programme/ projet  Ces  projets  sont  structurés  pour  la  région  et  auront  des  retombées  économiques  certaines  par  une  dynamisation  et  facilitation  des  échanges de tout genre dans la région.    Corridor  circulaire  et  connexions.  La  construction  d’une  route  circulaire  et  de  connexions  aux  ports  maritimes  est  envisagée  pour  relier  les  pays  de  la  Corne  de  l’Afrique,  comprenant  des  liaisons  Soudan‐Kenya,  Kenya‐ Éthiopie,  Soudan‐Ouganda,  corridor  Berbera  Somalie‐Éthiopie.  Deux  liaisons  ferroviaires  ont  été  proposées  (Ouganda‐Soudan  et  Djibouti‐ Éthiopie),  et  un  programme  de  facilitation  du  commerce  et  des  transports  est  proposé  pour  encourager l’intégration.    Ces projets et des projets dans d’autres régions  seront  présentés  en  vue  d’être  re‐priorisés  et  compris  dans  le  Programme  pour  le  développement  des  infrastructures  en  Afrique  (PIDA), au cours des deux prochaines années.  IGAD Amélioration des ports  maritimes des pays  insulaires d’Afrique   Pays  maritimes  d’Afrique   250.000  $US (pour les études  d’identification)  Étape 1 :  Identification du  programme/ projet   Ce programme comporte la  modernisation des  infrastructures  portuaires  de  six  pays  insulaires  africains  :  Madagascar,  Maurice,  Comores,  Seychelles, Cap Vert, et São Tome & Principe.  La  modernisation  du  port  devrait  favoriser  et  améliorer  le  commerce  entre  les  pays  et  l’intégration avec les États continentaux.  AUC
  • 38. Transports        28   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé * Engagements  Étape de  développement  Description Regional  Contact  Mise en œuvre de la  Décision de  Yamoussoukro   Continentale  600.000 $US (Operationalisation  de l’agence  exécutante)    Étape 3 :  Structuration et  promotion du  programme/projet  La  décision  de  Yamoussoukro  a  été  adoptée  en  1999  comme  élément  d’un  instrument  visant  à  créer  le  Traité  de  la  Communauté  économique  africaine, et est entrée en vigueur en 2000.  C’est  l’initiative  de  réforme  des  transports  aériens  la  plus  importante  en  Afrique  et  elle  implique  un  programme de l’ensemble du continent visant  à  promouvoir  une  libéralisation  graduelle  des  services  de  transports  aériens  en  Afrique.  Elle  couvre :  l’octroi  de  droits  de  trafic  sur  les  vols  réguliers  et  non  réguliers;  l’élimination  des  restrictions sur les fréquences et les capacités; la  libéralisation  des  tarifs;  et  la  conformité  aux  conventions de sécurité et de sécurité aérienne,  conformément  aux  modalités  de  l’Organisation  de l’aviation civile internationale (OACIT).   CUA
  • 39. TIC        29   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LA TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION ET  DES COMMUNICATIONS (TIC)     Combler le fossé numérique en Afrique   Un accès à une TIC perfectionnée est critique au développement économique et social à long terme de l’Afrique. Il  est de plus en plus essentiel que des infrastructures, des applications et des compétences de TIC soient en place et  accessibles à la population pour combler le fossé de développement entre l’Afrique et le reste du monde.  L’amélioration  de  l’accès  aux  communications  vocales  de  base  L’Afrique  a  réussi  à  augmenter  rapidement  son  accès  aux  communications vocales de base. On estime que la couverture de  population de téléphone mobile GSM est passée de pratiquement  zéro pour la grande majorité des pays de la région (à l’exception  majeure  de  l’Afrique  du  Sud  et  du  Sénégal)  à  près  de    50  %  (à  autant que presque 100 % pour beaucoup de pays entre 1999 et  2006) et l’expansion de la couverture devrait continuer.17   Combler le fossé numérique. En dépit de cette réussite importante  dans  le  domaine  des  communications  vocales,  la  prestation  de  connectivité  à  large  bande  a  été  lente.  On  estime  qu’en  2008,  seulement cinq pays avaient un taux de pénétration de large bande  plus  élevé  que  1  %,18   et  le  fossé  entre  l’Afrique  et  le  reste  du  monde s’élargit. On pense que deux facteurs sont principalement  responsables de  la  lenteur de  la  pénétration  des  réseaux  à  large  bande  en  Afrique :  leur  prix  élevé  et  leur  disponibilité  limitée.  D’après les estimations locales, un circuit de base E1 coûte 5.000  dollars US par mois, contre, p. ex. 10 à 20 dollars US (dans les pays  développés)  et  200  à  350  dollars  US  (en  Inde).  La  plupart  des  infrastructures, quand elles existent, sont de mauvaise qualité.19   Des  possibilités  importantes  et  une  demande  insatisfaite.  Les  efforts  pour  combler  le  fossé  numérique  entre  l’Afrique  et  le  reste  du  monde  contribueront  grandement  à  la  réduction  de  la  pauvreté  du  continent  et  à  son  développement  économique  et  social  en  améliorant  l’efficience  et  la  productivité,  perfectionnant  les  services  publics, créant des emplois, produisant de la connaissance, facilitant le commerce et l’intégration régionale. On  pense qu’il existe une demande importante de large bande en Afrique, car l’augmentation rapide de l’utilisation de  communications vocales mobiles jusqu’à présent (en dépit de leur prix relativement élevé et de leur disponibilité  réduite dans de nombreuses parties de la région) montre la valeur que les gens accordent à la technologie des  communications.                                                                17  Déterminants du fossé  numérique en Afrique.  Analyse économétrique spatiale de la couverture par téléphones mobiles, Banque mondiale  (Document de travail de recherche en politiques 4516), février 2008.  18  Technologies d’information et de communications du groupe bancaire (ICT) Stratégie d’exploitation, Groupe de la Banque africaine de  développement, octobre 2008.  19  Williams, Mark, Large bande pour l’Afrique : Politique de promotion du développement de réseaux de base,  Banque mondiale.    Expansion du téléphone mobile GSN en Afrique,       1999‐2006      Source : Banque mondiale  
  • 40. TIC        30   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015      Les  goulots  d’étranglement  et  les  défis.    Les  contraintes  majeures  à  des  services  de  TIC  fiables  et  de  prix  raisonnable (en particulier de larges bandes) sont les suivantes : l’absence d’infrastructures de base et de milieu  adéquat de politiques et de réglementation. Quand la structure de base est disponible, le réseau est concentré  dans les zones urbaines, laissant le reste hors de portée, et le marché non libéralisé (ou seulement partiellement  libéralisé)  avec  concurrence  limitée  empêche  un  développement  supplémentaire  des  réseaux,  en  limitant  la  disponibilité des services et en maintenant de hauts prix. Une base de compétences inadéquate limite également  la capacité d’utiliser et de soutenir les infrastructures et de développer des applications et du contenu.  L’intégration régionale de la TIC en Afrique   L’Afrique entreprend à l’heure actuelle un certain nombre d’initiatives en matière de TIC, dont beaucoup sont de  nature régionale, comme les réseaux à large bande régionaux. La nature régionale de ces initiatives nécessite des  efforts  importants  de  la  part  des  pays,  pour  qu’ils  coopèrent  les  uns  avec  les  autres  et  qu’ils  synchronisent/coordonnent leurs cadres de politiques et de réglementation. Aussi, une plus grande intégration  régionale aidera à faire progresser diverses initiatives régionales dans ce secteur. Un secteur de TIC perfectionné  en Afrique, de son côté, amènera probablement une intégration plus rapide de la région en facilitant les échanges  commerciaux et sociaux entre les pays africains, comme cela s’est passé dans le reste du monde.  Le cadre de politiques et de réglementation qui se trouve dans le Protocole de Kigali relève ce défi. Le Protocole  de Kigali a été signé par douze (12) pays de l’Afrique orientale et australe et a été ratifié par huit (8) de ces pays.  Les experts juridiques de la Commission de l’Union africaine ont confirmé que tous les pays d’Afrique peuvent  adhérer à ce Protocole, qui a été modifié pour comprendre tous les pays africains.   Le Sommet Connecter l’Afrique, qui a eu lieu à Kigali, Rwanda, en 2007, a défini les objectifs continentaux suivants  en TIC :  • Objectif 1 – Interconnecter toutes les capitales et les  villes majeures d’Afrique et renforcer leur connectivité  au reste du monde avant 2001   • Objectif  2  –  Connecter  les  villages  africains  à  des  services à large bande avant 2015 et mettre en œuvre  des initiatives d’accès partagé comme les télé‐centres  communautaires et les téléphones de village   • Objectif 3‐ Adopter des mesures réglementaires clés  pour  promouvoir  un  accès  bon  marché,  généralisé  à  une gamme complète de services de TIC à large bande     • Objectif  4  –  Renforcer  la  capacité  –  soutenir  le  développement d’une masse critique de compétences  en TIC requises par l’économie de connaissances  • Objectif  5  –  Adopter  une  e‐stratégie  nationale  comprenant un cadre  de cyber‐sécurité, déployer au  moins  un  service  modèle  de  e‐gouvernement,  e‐ commerce  et  e‐santé  utilisant  des  technologies  accessibles dans tous les pays africains avant 2012.                                                                Réseau de fibres optiques            (Existant, en construction, planifié)                                                                                                                                                                Source : Banque africaine de développement    Des programmes sont élaborés par divers partenaires pour atteindre ces objectifs.  
  • 41. TIC        31   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015       Les  partenaires  d’intégration  régionale  en TIC   L’UA/NEPAD travaille en coopération avec des organismes  continentaux  et  régionaux  à  promouvoir  l’intégration  régionale  dans  le  secteur  de  la  TIC  en  Afrique,  en  particulier :  Les partenaires continentaux   • Union africaine de télécommunications (UAT)   • Réseau  Francophone  de  la  Régulation  des  Télécommunications (FRATEL)  • Réseau  africain  des  régulateurs  des  télécommunications (RART)   • UNECA    Les partenaires régionaux   • Association  des  régulateurs  des  télécommunications  de  l'Afrique  occidentale  (ARTAO)  • Régulateurs  des  communications  de  l'Afrique  australe (RCAA)  • Association  des  régulateurs  des  informations  et  des  communications  pour  l'Afrique  orientale  et  australe (ARICAOA)  • Organisation de réglementation des postes et des  télécommunications  de  l'Afrique  orientale  (ORPTAO)      L’accent  stratégique  de  l’UA/NEPAD  en  TIC     L’UA/NEPAD travaille en coopération avec la Commission  eAfrica,  qui  a  pour  mandat  d’élaborer  la  stratégie  d’ensemble  d’ITC  du  NEPAD  et  un  plan  d’action  intégré  avec les objectifs suivants :   • Accélérer  le  développement  de  la  connectivité  inter‐pays, intra‐pays et mondiale de l’Afrique, et   • Promouvoir  les  conditions  permettant  à  l’Afrique  d’être  un  participant  égal  et  actif  de  la  société  d’information mondiale.    Le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) entreprendra une étude complète,  scientifique des infrastructures dans le secteur de la TIC et guidera ces activités dans l’avenir. Les objectifs de  l’étude sur la TIC du PIDA sont énumérés dans la boîte de droite. Alors que le PIDA fait des examens et articule un  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DE  LA  TIC      Objectif  1  –  ÉTABLIR  DES  CADRES  HARMONISÉS  DE  POLITIQUES,  DE  LOIS  ET  DE  RÉGLEMENTS  au  palier  régional  et  continental,  pour  créer  un  milieu  porteur,  qui attirera l’investissement et favorisera le  développement  durable  de  télécommunications  africaines  concurrentielles / marchés régionaux de TIC,  infrastructures et meilleur accès bon marché  aux télécommunications/TIC.    Objectif 2 – ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT  D’INFRASTRUCTURES  INTÉGRÉES  qui  aideront à combler le fossé numérique, c.‐à‐ d.  favoriser  l’accès  à  des  services  de  télécommunications/TIC fiables et de qualité  qui  auront  un  prix  raisonnable  pour  la  plus  grande partie des populations africaines.    Objectif  3  –  PROMOUVOIR  LES  E‐ APPLICATIONS ET LES SERVICES qui visent à  améliorer les  services gouvernementaux (e‐ gouvernement), l’éducation (e‐éducation), le  commerce et les affaires (e‐commerce) et les  autres services sociaux.    Objectif 4 – AUGMENTER LA COMPÉTITIVITÉ  MONDIALE  DE  L’AFRIQUE  en  réduisant  les  coûts  des  services  et  permettant  l’Afrique  d’entrer dans l’économie mondiale.    Objectif  5  –  RÉDUIRE  OU  ÉLIMINER  L’ACHEMINEMENT  DU  TRAFIC  INTRA‐  ET  INTER‐RÉGIONAL du continent  
  • 42. TIC        32   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     ensemble intégré de priorités d’infrastructures pour le continent, les projets du tableau suivant sont considérés  comme étant prioritaires dans le secteur de la TIC entre 2010 et 2015.  
  • 43. TIC      Programmes prioritaires du PAA en TIC, 2010 ‐ 2015   Titre    Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement   Description Contact Infrastructure large  bande du NEPAD ICT  (réseau terrestre  UMOJA), comprenant  les projets régionaux de  réseau suivants :    Continentale  1.5‐3 milliards $US (selon les résultats  des études  régionales)  Voir les projets ci‐ dessous   Ce  programme  bâtira  l’UMOJANET,  réseau  terrestre  qui  reliera  54  pays  africains  et  sera  connecté  à  un  réseau  de  câble  sous‐marin,  l’UHURUNET.  Des  réseaux  régionaux  sont  étudiés  pour  identifier  les  liens  manquants  et  développer les projets à financer suivants.   Commission e‐ Africa du NEPAD  i) Réseau large bande de  la communauté de  l’Afrique orientale   Orientale   * 400.000 $US (préparation de  l’investissement)  IPPF  Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  réseau  créera  un  réseau  de  base  pour  les  pays  suivants  :  Burundi,  Kenya,  Rwanda,  Tanzanie et Ouganda et des liens avec Djibouti,  l’Éritrée,  l’Éthiopie,  et  le  Soudan,  couvrant  4.367  km.  Il  comprend  le  système  de  câble  sous‐marin de l’Afrique orientale (EASSy).  CEA     33   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 44. TIC        34   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre    Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement   Description Contact ii) Programme de  développement des  infrastructures  terrestres large bande  d’interconnexion des  Etats de l’Afrique  centrale (CA‐BI),  comprenant :    1) Réseau large bande  de l’Afrique  centrale (CAB)    et      2) Système de câble  sous‐marin de  l’Afrique centrale  (CASSy)    Centrale  * 600.000 $US (facilitation de  l’investissement)  IPPF            100 millions $US                  Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  (négotiations en  cours)     Étape 1 :  Identification du  programme/ projet   Ce  programme  d’environ  26000  kms  de  fibres  optiques activées comprend les projets et sous‐ programmes suivants :               1) le  projet  des  infrastructures  terrestres  large  bande  d’interconnexion  des  Etats  membres  (CAB).  CAB  permet  l’interconnexion de 3 Etats membres et la  connexion du Tchad et de la RCA à SAT‐3.       2) le  système  de  câble  sous‐marin  de  l’Afrique centrale (CASSy) permet d’assurer  l’interconnexion de tous les 9 Etats côtiers  et insulaires de l’Afrique centrale    CEEAC                 CEMAC/CEEAC              CEEAC  iii) Réseau longue  portée de l’Afrique  occidentale   Occidentale   * 500.000 $US (étude de faisabilité,  IPPF)  Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins Ce réseau reliera ensemble les pays du CEDEAO,  sur 14.285 km.  CEDEAO iv) Réseau régional de  l’Afrique australe   Australe  * 500.000 $US (étude de faisabilité,  IPPF)  Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins  Ce réseau réunira les pays de la région du SADC  (14.757 km).    SATA v) Réseau régional de  l’Afrique du Nord –  Afrique occidentale   Du Nord  250.000 $US Pour les études  Étape 1 :  Identification du  programme/ projet   Ce projet implique  un lien transsaharien entre  Alger‐Zinder‐Abuja,  qui  réunira  l’Afrique  du  Nord et l’Afrique occidentale (3.277 km).  UMA
  • 45. TIC        35   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre    Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement   Description Contact Réseau d’infrastructures  large bande du NEPAD  ICT (Câble sous‐marin  UHURUNET)  Continentale  1,4 milliard $US *1,05 milliard $US      Étape 3:  Structuration et  promotion du  programme/projet  Ce  programme  vise  à encercler  la  totalité  du  continent par un câble sous‐marin, UHURUNET.  Ce réseau, avec le UMOJANET, reliera 54 pays  africains.  Ce  programme  devrait  diminuer  les  coûts de communication, fournir des systèmes  intégrés de communications, et aider à intégrer  le  continent  en  facilitant  les  échanges  commerciaux, sociaux et culturels.  Commission e‐ Africa du NEPAD   Communications  maritimes pour  la  sécurité sur le lac  Victoria    Orientale  * 450. 000 $US  (étude de faisabilité,  IPPF)  Étape 2: Étude de  faisabilité /  Évaluation des  besoins  Ce projet comprendra les éléments suivants : (i)  un système de communications sans fil basé sur  la  technologie  de  téléphonie  mobile,  permettant  des  contacts  bilatéraux  entre  les  navires en détresse et les centres de sauvetage;  (ii)  un  Centre  régional  de  communications  maritimes (RMCC) ayant la capacité de traiter le  trafic  de  radio  en  détresse  du  public  dans  la  région;  (iii)  un  système  de  communications  maritimes  qui  facilitera  les  opérations  de  recherche et sauvetage.   Commission du  bassin du lac  Victoria (LVBC)       
  • 46. TIC        36   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015        
  • 47. Corridors de Développement        37   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LES CORRIDORS DE DEVELOPPEMENT   Une démarche spatiale intégrée pour le développement de l’Afrique  Le Programme de développement spatial (PDS) est un programme du NEPAD qui met l’accent sur la promotion du  commerce et la facilitation des investissements dans les corridors de développement pluriétatiques, en se basant  sur  une  démarche  d’analyse  spatiale  intégrée.20   L’objectif  de  développement  est  double,  visant  la  croissance  économique et le développement durable au palier local :    1. Capitaliser sur les infrastructures existantes pour la croissance économique. En mettant l’accent sur des  zones géographiques définies, en général le long de corridors existants de transports ou d’énergie, le  PDS  permet la création d’une masse critique de secteur privé intégré et de développement d’infrastructures  nécessaire pour faire démarrer un processus de développement économique durable. Bien qu’un élan  initial pour des infrastructures nouvelles et des remises en état en Afrique puisse être en extraction de  minéraux et de gaz/pétrole, le PDS s’efforce de trouver des moyens de faire un développement intégré  qui  vise  à  multiplier  les  utilisations  économiques  supplémentaires  des  espaces  entourant  ces  infrastructures nouvelles et améliorées, en particulier la création de nouvelles industries, d’entreprises  petites et moyennes, d’industries agricoles et de tourisme. Visant à améliorer le climat économique le  long du corridor, le PDS traite également les obstacles réglementaires, administratifs et institutionnels au  commerce et aux investissements le long du corridor.    2. Favoriser un processus de développement durable. Pour  améliorer  le  climat  d’investissements  le  long  des  corridors, des investissements en structures secondaires  et des mesures connexes sont installés pour renforcer les  liens  au  palier  local.  La  cohérence  territoriale  entre  les  niches  d’activité  économique  crée  inévitablement  des  synergies économiques et sociales le long des corridors  et  améliore  le  développement  des  marchés  locaux.  Les  corridors ont le potentiel de relier les industries locales  au  marché  local  par  des  points  de  passage,  en  général  des ports ou des centres commerciaux majeurs.     Les  corridors  de  développement  et  l’intégration régionale en Afrique      L’UA/NEPAD  travaille  en  coopération  avec  les  organismes  continentaux  et  régionaux  à  promouvoir  l’intégration  régionale  dans le secteur des corridors de développement, principalement  avec  les  huit  CER.  Cette  démarche  de  PDS  sera  possédée  et  menée  par  les  pays  et  les  CER  engagés  dans  ces  corridors  potentiels  de  développement.  La  première  étape  implique  le  développement de la notion et la sensibilisation. Au cours de ces  deux dernières années, des présentations ont été faites aux CER  dans des ateliers du NEPAD sur la manière d’utiliser le PDS pour                                                               20  Les renseignements et les cartes de ce chapitres sont principalement tirées de Évaluation pour déterminer les  prospectives d’un programme de développement spatial du NEPAD, NEPAD, Mars 2006.  LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE  L’UA/NEPAD EN CORRIDORS DE  DÉVELOPPEMENT      Objectif 1 – Faciliter le COMMERCE,  en particulier le commerce africain.  Objectif 2 – Promouvoir la  COOPÉRATION ÉCONOMIQUE  RÉGIONALE et l’intégration.  Objectif 3 ‐ 0ptimiser l’utilisation des  INFRASTRUCTURES.  Objectif 4 – Encourager l’avantage et la  DIVERSIFICATION ÉCONOMIQUE.  Objectif 5 – Améliorer la  COMPÉTIVITÉ des économies  africaines.  Objectif 6 – Stimuler l’EMPLOI et la  création de fortune.     
  • 48. Corridors de Développement        38   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     compléter les programmes actuels de développement des infrastructures pour l’énergie et l’eau.  Jusqu’à présent,  des présentations sur le PDS ont été faites à la CEEAC à Libreville, à l’UMA et au CEN‐SAD à Tunis, au COMESA, au  SADC,  au  CEA  et  à  l’IGAD  in  Arusha,  et  à  la  CEDEAO  à  Abuja.  Après  ces  consultations  initiales,  il  y  aura  des  consultations plus détaillées avec les pays et les CER impliqués, qui comprendront des stratégies pour mobiliser les  ressources pour mettre en oeuvre le PDS. L’objectif général du Programme de développement spatial est indiqué  dans la case ci‐dessous.  Programme de corridors de développement du PAA, 2010‐2015  Titre  Région  Coût estimé  *Engagements  Étape de  développement  Description  Contact  Programme de  développement  spatial (PDS)       Continentale  250.000 $US Pour les études   Étape 1 :  Identification du  programme/  Projet   (Notion en cours  d’examen)  Ce  programme  met  l’accent  sur  la  promotion  du  commerce  et  la  facilitation  des  investissements  dans  les  corridors  de  développement  pluri‐ étatiques,  en  visant  la  croissance  économique  et  le développement durable  au  palier  local.  Basé  sur  une  démache  d’analyse  spatiale intégrée, il est en  cours d’examen et élaboré  pour  son  application  dans  tout le continent.     NEPAD   LES CORRIDORS DE DÉVELOPPEMENT POTENTIELS   Afrique du Nord. La région de l’Afrique du Nord réunit les pays de la côte méditerranenne à la vallée et au delta du  Nil et de la côte de la mer Rouge de l’Égypte et du Soudan. Les infrastructures de transports sont relativement bien  développées (à l’exception du Soudan), par rapport au reste du continent africain. En général, le développemnt  économique est limité aux zones côtières et à proximité du Nil. Les facteurs économiques principaux de la région  sont  les  hydro‐carbones,  les  minéraux  industriels  (principalement  les  phosphates),  le  tourisme  et  un  secteur  manufacturier relativement bien développé. La région possède un potentiel élevé dans ces secteurs, mais il faut  mieux  comprendre  comment  le  développement  spatial,  par  l’intermédiaire  de  l’économie,  peut  améliorer  la  viabilité économique et la compétitivité régionale dans toute la région de l’Afrique du Nord. Deux initiatives de  développement spatial potentielles (IDS) ont été identifiées en Afrique du Nord :   1. L’IDS du Maghreb côtier   2. L’IDS de la mer Rouge‐Nil     Afrique occidentale. L’Afrique occidentale est bien dotée de minéraux, en particulier de métaux ferreux, de pierres  précieuses, de métaux précieux et de hydro‐carbones. Cependant, les liens en infrastructures entre les pays de  l’Afrique occidentale sont souvent mauvais. Les infrastructures de transports sont extrêmement nécessaires pour  relier les terres intérieures à la côte, pour l’extraction des marchandises. En outre, la région contient trois états 
  • 49. Corridors de Développement        39   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     intérieurs peuplés (Burkina Faso, Mali et Niger) qui ont également besoin d’infrastructures de transports pour être  reliés les uns aux autres. La fiabilité de l’énergie pose un autre problème dans toute l’Afrique occidentale, qui  utilise  surtout  l’hydro‐électricité  et  subit  des  périodes  de  sècheresse.  Aussi,  le  Pool  énergétique  de  l’Afrique  occidentale  a  été  créé  pour  relier  les  pays  ensemble  le  long  d’un  certain  nombre  de  corridors  définis.  Les  infrastructures  le  long  des  routes,  des  voies  ferrées,  des  voies  navigables  et  des  corridors  énergétiques  deviendront un facteur déterminant d’intégration régionale en Afrique occidentale dans l’avenir et doivent être  bien planifiées pour assurer des avantages économiques maximaux. Quatre IDS en Afrique occidentale ont été  identifiées jusqu’à présent :  1. L’IDS du Niger (Dakar‐Port Harcourt)  2. L’IDS Sekondi/Takoradi‐Ouagadougou   3. L’IDS Conakry‐Buchanan   4. L’IDS du golfe de Guinée     Telles  que  conçues  à  l’heure  actuelle,  les  IDS  proposées  pourraient  remplir  deux  objectifs  principaux  :  l’amélioration  de  l’intégration  économique  régionale  et  l’amélioration  de  l’accès  à  la  riche  base  de  ressources  naturelles  de  la  région,  et  son  développement.  Les  projets  principaux  d’infrastructures  se  dégageant  de  ces  corridors sont les suivants :  • Les chemins de fer trans‐guinéens   • Les chemins de fer Kumasi – Ouagadougou   • La modernisation du port de Sekondi‐Takoradi  • La ligne ferroviaire Abidjan‐Ouagadougou   • Le gazoduc de l’Afrique occidentale   • La route côtière du golfe de Guinée     L’Afrique centrale.  L’Afrique centrale est située dans le bassin du fleuve Congo, d’une superficie de deux millions  de  kilomètres  carrés,  la  deuxième  plus  importante forêt  pluviale  du monde.  La  région  est  peu peuplée  et  peu  desservie  par  des  transports  routiers  ou  ferroviaires  et  certaines  zones  utilisent  principalement  les  transports  fluviaux. Les facteurs principaux économiques de la région sont les hydro‐carbones, les métaux ferreux, les métaux  de base, les métaux précieux, les pierres précieuses et la foresterie. L’Afrique centrale abrite le potentiel le plus  grand potentiel hydroélectrique inexploité du monde (à Inga dans la RDC) qui, s’il est bien exploité, pourrait servir  de catalyseur au développement économique large de l’Afrique centrale dans l’avenir. Trois IDS ont été identifiées  en Afrique centrale jusqu’à présent :  1. L’IDS Douala‐N’djamena   2. L’IDS Libreville‐Lomie   3. L’IDS du Bas‐Congo     Les projets principaux d’infrastructures se dégageant de ces corridors sont les suivants :  • La remise en état de l’oléoduc Sedigi‐N’djamena   • Le projet hydroélectrique Grand Inga et Inga III   • Le nouveau port en eaux profondes de Banana dans la RDC  • La route Nord‐Sud de Luanda à Kinshasa.   • Le pont du fleuve Congo à Kinshasa‐Brazzaville   
  • 50. Corridors de Développement        40   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     L’Afrique orientale. L’Afrique orientale est en train de devenir une économie régionale importante, comprenant  des  pays  qui  ont  des  économies  diversifiées  avec  une  base  industrielle  relativement  bien  développée  et  les  secteurs du tourisme et des services bien développés. L’Afrique orientale a une base d’infrastructures au Kenya,  qui est un point important d’entrée de la ligne ferroviaire allant de Nairobi à Kampala en Ouganda. Il devient de  plus en plus évident que cette base d’infrastructures existantes pourrait former la base d’une intégration future  avec le nord‐est de la RDC (minerai de fer), le Rwanda, le Burundi, le sud du Soudan et peut‐être l’Éthiopie. La  plupart des pays d’Afrique orientale sont membres du COMESA, de l’EAC et certains pays membres font partie  d’autres  CER,  ce  qui  positionne  les  pays de  l’Afrique  orientale  pour une  coopération  régionale  forte.  Deux  IDS  possibles ont été identifiés en Afrique orientale jusqu’à présent :  1. L’IDS de Djibouti   2. L’IDS de Mombasa     L’Afrique australe. L’Afrique australe est avancée en matière de développement de la coopération régionale et de  préparation des corridors de développement. Les États d’Afrique australe sont généralement membres de la SADC  et/ou du COMESA et une union douanière établie (SACU) existe entre certains états membres. Une IDS nouvelle  possible a été identifiée : l’IDS de Madagascar, qui est contenue presque entièrement dans le pays insulaire de  Madagascar. L’Afrique australe a plusieurs IDS existantes. Depuis l’introduction du Programme régional d’IDS en  2000, un certain nombre d’IDS ont été entreprises autour de l’Afrique australe, et on prévoit que d’autres seront  lancées dans un avenir proche. À l’heure actuelle, le Programme régional d’IDS soutient activement deux corridors:  les IDS du corridor de Mtwara (sud de la Tanzanie, nord de la Mozambique, sud du Malawi et est de la Zambie) et  les IDS du corridor central de développement (la Tanzanie, le Rwanda, le Burundi et la  RDC). Les discussions sont  avancées en ce qui concerne le lancement du Programme régional en Angola, peut‐être sur les IDS de Namibe,  Lobito, Malange et du corridor du nord.         
  • 51. Agriculture        41   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     L’AGRICULTURE & LA SÉCURITÉ  ALIMENTAIRE   Redonner toute son importance à l’agriculture   Le potentiel de développement économique d’un continent rural comme l’Afrique repose sur une amélioration de  sa productivité et de sa profitabilité agricole. Le secteur agricole représente plus de 60 % de l’emploi, 20 % des  exportations totales et 17 % du produit intérieur brut de l’Afrique. Plus de 90 % de l’approvisionnement en  alimentation provient de petits fermiers propriétaires dans des zones rurales. Pourtant, plus de la moitié de la  population qui manque d’aliments est composée de petits fermiers dans des zones rurales,  en plus des pauvres  qui ne possèdent pas de terre et des pauvres urbains.21    Pour réduire la pauvreté et la faim dans tout le continent, tous les gouvernements nationaux et locaux africains  doivent adopter, comme priorité élevée, une croissance agricole durable. La faim mine la santé et la capacité des  gens  d’étudier  et  de  travailler.  Elle  détruit  l’esprit  d’entreprise,  l’intelligence  et  l’énergie.  La  faim  et  la  sous‐ alimentation  dévastent  les  enfants,  détruisent  leur  potentiel  d’adulte  et  rendent  probable  que  leurs  propres  enfants subiront, dans leur vie, le même cycle de privation et de faim.22   Cependant, les défis d’une augmentation de la productivité et de la profitabilité ne sont pas faciles à relever. Le  secteur agricole sous‐développé est caractérisé par des fermiers pauvres qui ne veulent pas prendre de risques et  n’ont pas les ressources nécessaires pour investir dans des technologies nouvelles. L’agriculture africaine est trop  souvent primaire, et est souvent pratiquée sur des sols qui ont une fertilité basse et subissent une dégradation  environnementale. Près de 95 % de l’agriculture africaine dépend de la pluie, et par conséquent la production  alimentaire est vulnérable à des conditions climatiques défavorables.23    Les barrières à l’accès aux marchés et à leur pénétration, comme de mauvaises infrastructures et de mauvaises  routes  pour  aller  au  marché,  un  manque  d’informations,  des  politiques  inadéquates,  des  services  d’extension  insuffisants  et  une  absence  de  normes  cohérentes  de  marché  et  phytosanitaires  augmentent  les  niveaux  de  risques pour les producteurs. Avec peu de ressources pour faire face aux risques, les producteurs ont en général  recours  aux  méthodes  traditionnelles  de  production  et  de  stratégies  de  réduction  des  risques,  comme  une  diversification sur une petite échelle, des fournitures bon marché, des produits agricoles et une commercialisation  à coûts bas à la ferme. Des programmes comme la Participation des pays africains aux Organismes d’établissement  des normes sanitaires et phytosanitaires (PAN‐SPSO) et au BecANet aident au palier continental. Les ministères de  l’agriculture et certaines CER ont besoin d’améliorer leur capacité, pour accélérer le progrès.   En dépit des défis que doivent relever les Africains et l’agriculture africaine, la situation n’est pas mauvaise. Au  cours de la dernière décennie, les économies agraires de l’Afrique ont cru. Le PIB a augmenté en moyenne de 6 %                                                               21  Pinstrup‐Aderesen, P. Politique alimentaire et agricole pour un monde en mondialisation : en préparation de l’avenir.  American Journal of Agricultural Economists 84: 1201‐1214. American Agricultural Economists Association 2002  AADP : Une nouvelle vision pour l’Afrique. NEPAD 2005  23  Rosegrant et al. Regarder vers l’avant : Les prospective à long terme pour l’agriculture et la sécurité alimentaire de l’Afrique.  Washington D.C.: IFPRI. 2005. 
  • 52. Agriculture        42   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     par an et la productivité agricole a augmenté de 4 à 5 % par an. Les niveaux moyens de pauvreté ont diminué  d’environ 6 % par an et le nombre d’Africains sous‐alimentés a décliné de 36 % à 32 %.24   L’agriculture et la sécurité alimentaire et l’intégration régionale en Afrique   Les objectifs du Programme intégré de développement de l’agriculture en Afrique (CAADP) sont l’amélioration de  la  sécurité  agricole,  de  la  nutrition  et  des  revenus  des  économies  principalement  agricoles  de  l’Afrique.  Créé  comme élément du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), le CAADP a été approuvé  par l’Assemblée de l’Union africaine par la Déclaration sur l’agriculture et la sécurité alimentaire de Maputo en  2003.  La  Déclaration  d’Abuja  sur  les  engrais  pour  la  révolution  verte  africaine    (2006)  a  encore  renforcé  cet  élément du CAADP. Le CAADP reconnaît le rôle du secteur public et du secteur privé, bâtit sur ce rôle et encourage  les  partenariats  publics‐privés.  C’est  une  solution  faite  en  Afrique  par  laquelle  les  gouvernements  africains  s’engagent à augmenter leur productivité agricole d’au moins 6 % par an; onze ont atteint cet objectif25 . Pour y  arriver, ces gouvernements ont aussi convenu d’augmenter l’investissement public en agriculture d’au moins 10 %  de  leur  budget  national,  et  six  y  sont  arrivés.  En  septembre  2008,  environ  60  %  des  pays  africains  avaient  commencé  à  mettre  en  œuvre  les  activités  du  CAADP  à  l’étape  d’engagement  et  de  développement  des  partenariats. Presque 40 % des pays membres ont progressé au niveau de la planification axée sur des résultats, et  20  %  ont  commencé  à  bâtir  des  alliances  pour  l’investissement.  Aucun  pays  n’a  commencé  la  conception  des  programmes, la M & E et le système d’examen par les pairs.26   L’accent stratégique du NEPAD/CAADP en  agriculture et en sécurité alimentaire   Le  CAADP  est  un  cadre  de  croissance  économique  et  de  réduction  de  la  pauvreté,  d’amélioration  du  commerce  et  de  règlement  d’autres  questions  importantes  relatives  au  développement  agricole  du  continent  africain.  En  2003,  sous  l’égide  du  CAADP,  les  gouvernements  africains,  les  CER,  les  agriculteurs et d’autres intervenants ont défini quatre priorités  (ou piliers) pour tout le continent, en matière d’investissement  et  d’action  en  agriculture,  en  foresterie,  en  pêcheries  et  en  élevage. À l’intérieur de chacun de ces quatre piliers, un certain  nombre  de  projets  régionaux  ont  été  identifiés,  et  dans  certains cas entrepris.   Pour l’année 2015, les cibles suivantes ont été établies :  • La création de marchés agricoles dynamiques à l’intérieur  des pays et entre les régions;  • L’intégration  des  fermiers  dans  l’économie  de  marché  et  l’amélioration de l’accès au marché de manière à ce que  l’Afrique  devienne  un  exportateur  net  de  produits  agricoles;                                                                24  Agriculture et CAADP : Une nouvelle vision pour l‘Afrique. NEPAD 2005.  25  Plan stratégique de l’unité d’agriculture du Secrétariat du   NEPAD : 2008‐2013.  26  Note bimensuelle sur la mise en œuvre du CAADP dans   les pays. Le processus de table ronde du CAADP : Résumé   des tables rondes et mise en œuvre du CAADP. Septembre 2008.  OBJECTIFS STRATÉGIQUES DU NEPAD/CAADP DANS LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE ET DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Pilier 1 – Étendre la zone de gestion  durable de la terre et des systèmes de  contrôle de l’eau – par exemple en  augmentant l’accès à l’irrigation;    Pilier 2 – Augmenter l’accès au marché  par une amélioration des  infrastructures rurales et des autres  interventions commerciales connexes;    Pilier 3 – Augmenter l’offre d’aliments  et réduire la faim dans la région en  augmentant la productivité des petits  propriétaires et en améliorant les  réponses aux urgences alimentaires;    Pilier 4 – Améliorer la recherche  agricole et les systèmes de  dissémination de bonnes technologies  et augmenter le soutien accordé aux  fermiers pour les  adopter. 
  • 53. Agriculture        43   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     • L’obtention  d’une  distribution  plus  équitable  de  la  richesse,  en  particulier  dans  les  populations  rurales,  prouvée  par  un  meilleur  accès  à  la  terre,  aux  ressources  financières  et  physiques,  à  la  connaissance,  à  l’information et à la technologie;   • L’établissement  de  l’Afrique  comme  joueur  stratégique  en  sciences  agricoles  et  en  développement  technologique agricole;  • L’utilisation de méthodes de production agricole qui protègent l’environnement.    Les partenaires   Il y a de plus en plus de financement bilatéral et plurilatéral en agriculture africaine, aligné avec le CAADP.  Internationalement, les partenaires les plus étroitement alignés sont la Commission européenne, la Suède, le  Japon, le Royaume‐Uni, les États‐Unis, d’autres donateurs bilatéraux et la Banque mondiale. Les autres agences et  partenaires importants comprennent les gouvernements africains, la Convention des Nations Unies sur la  désertification (UNCCD), le FIDA, la FAO, le PNUD et le PNUE. De nombreux partenaires sont associés à l’Alliance  pour une révolution verte en Afrique (AGRA).    
  • 54. Agriculture        44   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Programmes du PAA en agriculture et sécurité alimentaire, 2009 ‐ 2012 27   Titre  Région  Coûts estimés,  *engagements  Étape de  développement   Description  Contact              Fonds de fiducie pluri‐ donateur CAADP   Continentale  *50 millions $  Basé à la Banque  mondiale  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation des  besoins   Lancé en 2008 et basé à la Banque  mondiale, le Fonds sert de  mécanisme intégré de financement  pour harmoniser le soutien des  partenaires en développement, viser  les lacunes en financement, capacité  et technologie, faciliter la  construction de partenariats et de  coalitions et ainsi compléter les  autres ressources mobilisées autour  des piliers du CAADP.    NEPAD, Banque  mondiale   Pilier 1 – La gestion de la  terre et de l’eau             Initiative TerrAfrica de  gestion durable de la terre  et de l’eau       Continentale  * 150 millions $US  (GEF), 900 millions  $US à levier  financier (2008)  Étape3 : Structuration et  promotion du  programme/projet   Cette initiative est un mécanisme qui  vise à promouvoir les programmes  des pays et transfrontaliers de  gestion de la terre et de l’eau pour  mettre en œuvre le Pilier 1 du  CAADP et les objectifs principaux du  Programme d’action  environnementale du NEPAD.   Secrétariat du  NEPAD  Pilier 2 – L’accès au  marché                                                                          27  NEPAD: Implementing CAADP for Africa’s Food Security Needs: A Progress Report (Summary). Janvier 2009. 
  • 55. Agriculture    Mécanisme de  financement des engrais  africains (AFFM)     Continentale  *35 million $US  (cible)  8 millions $US  Étape 3  Structuration/promotion du  programme/projet   À la suite de la Déclaration d’Abuja (2006), le NEPAD a travaillé en  étroite liaison avec la Commission de  l’Union africaine et la Banque  africaine de développement à créer  le Mécanisme de financement des  engrais africains, visant à affecter  des fonds aux projets par des  procédures de tables rondes avec les  pays.  BAD  Pilier 3 – L’offre d’aliments  et la faim             Groupe de travail de  l’UA/NEPAD sur  l’augmentation du prix des  aliments   Continentale  * 477 millions $US  (Programme de  réponse à la crise  mondiale des  aliments, Banque  mondiale)  Donateurs  bilatéraux   Étape 4 : Mise en œuvre et  exploitation   Le groupe de travail coordonne  l’alignement du financement des  réponses au prix élevé des aliments,  y compris l’aide humanitaire aux  plus vulnérables, en augmentant les  terres arables par l’irrigation, les  programmes régionaux de sécurité  alimentaire et augmentant le  soutien à  la promotion des marchés  régionaux et des petites  exploitations agricoles.  AU/NEPAD  Initiative pan africaine du  manioc du NEPAD (NPACI)    Continentale  * Plus de 1,2  million $US (pour la  promotion)  Étape 3 Structuration et  promotion du  programme/projet   Cette initiative est une modalité  institutionnelle stratégique visant à  relier les systèmes d’extension et les  recherches agricoles nationales aux  initiatives régionales sur le manioc,  pour assurer la sécurité alimentaire  et la génération des revenus.  Institut  international  d’agriculture  tropicale (IITA),  Ibadan, Nigeria   Promotion de la  distribution du riz NERICA  pour améliorer la sécurité  alimentaire en Afrique  orientale, centrale et  australe    CEDEAO,  COMESA,  SADC,  CEEAC  75 millions $US  * 500 millions $US  (AGRA et JICA, pour  doubler la  production de riz  en Afrique en 10  ans)  Étape 3 Structuration et  promotion du  programme/projet   Ce programme est un projet de 5  ans, 75 millions $ visant à  promouvoir une augmentation des  variétés de riz NERICA (New Rice for  Africa). La recherche est effectuée  par l’intermédiaire de WARDA, le  Forum pour la  recherche  agricole en  Afrique (FARA)      45   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 56. Agriculture    centre du riz africain. Du poisson pour tous –  Programme de partenariat  pour les pêcheries  africaines (PAF)   Continentale  *7,46 million £  pour le  développement du  programme (DFID)    Étape 1 Identification du  programme/projet   Du poisson pour tous comprend des  plans de pêcheries intérieures, de  pêcheries côtières et maritimes et  de pisciculture. Pour chaque secteur,  des plans d’action sont préparés  pour traiter les sujets suivants :  l’amélioration de la productivité, la  défense de l’environnement, le  développement du marché et du  commerce, et la sécurité alimentaire  et la nutrition, ainsi que des défis  comme la pêche illégale et le  renforcement des pouvoirs des  femmes.  NEPAD  Pilier 4 – La recherche  agricole             Cadre pour la productivité  agricole africaine   Continentale  500 millions $US  (pour des  programmes  régionaux et  continentaux de  productivité  agricole)  * 25 million $US  (est.)  Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation des  besoins  (analyse axée sur les  données de l’alignement des  programmes)  L’adoption du cadre pour la  productivité agricole africaine (2006)  vise à intensifier le soutien intégré  pour les programmes de science et  de technologie, comprenant la  recherche, le développement de la  technologie, la dissémination et  l’adoption de la technologie, avec  des politiques de mise en  application, l’amélioration des  marchés et des infrastructures.  Forum pour la  recherche  agricole en  Afrique (FARA)            46   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 57. Agriculture    Les autres programmes d’intégration régionale actuellement en développement en agriculture et sécurité alimentaire sont les suivants :      Priorités naissantes en agriculture et sécurité alimentaire     Programmes et projets en agriculture et sécurité alimentaire         De nombreux programmes et projets sont en cours de développement dans tout le continent, dans le cadre du CAADP, pour répondre aux opportunités et aux  défis des diverses régions de l’Afrique. Par exemple, un Programme de semences de l’Afrique occidentale est en cours de développement, pour augmenter  l’utilisation et la distribution de variétés améliorées de semences, à un coût prévu de 25 millions $US. Une série d’études et de projets pilotes est prévue pour  augmenter la production et la consommation des légumes dans les terres sèches de l’Afrique occidentale, consacrée initialement à la gourgane.  La lutte contre  des infestations généralisées de téphrites, qui rend les fruits et les légumes inexportables, est également une préoccupation prioritaire pour cette région.           47   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 58. Agriculture        48   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015        
  • 59. Santé        49   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LA SANTÉ     Renforcer les systèmes de santé pour l’équité et le développement       Africa Health Workforce Observatory  La santé et ses défis sont d’une importance critique pour le progrès de l’Afrique.  La capacité de la population à  participer à l’activité économique et à profiter d’une meilleure qualité de vie est vraiment déterminée par son état  de  santé.  La  communauté  internationale  a  accepté  des  objectifs  de  développement  du  millénaire  (MDG)  spécifiques pour la santé et s’efforce de les réaliser avant 2015. L’atteinte des MDG en matière de santé – en  réduisant la mortalité infantile, améliorant la santé maternelle et combattant le le VIH/SIDA, le paludisme et les  autres maladies – facilitera le développement social et économique et la croissance en Afrique.  L’Afrique a des défis énormes à relever pour atteindre les objectifs des MDG en matière de santé avant 2015. Deux  africains  sur  trois  n’ont  pas  accès  aux  services  essentiels,  comme  la  planification  familiale,  les  soins  de  santé  maternels et la prévention et le traitement du VIH. Aussi, les taux de décès des femmes africaines, à la suite de  complications  de  grossesse  et  d’accouchement,  sont  très  élevés.  Les  cliniques  et  les  hôpitaux communautaires  devraient  être  capables  de  fournir  des  soins  de  qualité  et  être  équipés  d’approvisionnement  et  de  drogues  essentielles.  Cependant,  en  réalité,  il  existe  un  manque  critique  de  travailleurs  de  la  santé  en  Afrique  et  les  systèmes  de  santé  déficients  manquent  énormément  de  financement,  à  cause  d’une  absence  d’engagements  budgétaires nationaux et internationaux.    Les objectifs de développement du millénaire (MDGs) en santé   Objectif de développement du millénaire 4 : Réduire la mortalité infantile  Cibles  Indicateurs  4.A : Reduire des deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de  mortalité des enfants de moins de 5 ans   4.1 Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans  4.2 Taux de mortalité des nouveaux nés  4.3 Proportion d’enfants de 1 an immunisés contre la  rougeole   Objectif de développement du millénaire 5 : Améliorer la santé maternelle *  5.A : Réduire des trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de  mortalité maternelle  5.1 Ratio de mortalité maternelle  5.2 Proportion de naissances auxquelles participe du  personnel de santé qualifié   5.B : Obtenir, avant 2015, un accès universel à la santé  génésique  5.3 Taux d’utilisation d’anticontraceptifs  5.4 Taux de naissance chez les adolescents  5.5 Couverture du soin prénatal (au moins une visite et au  moins quatre visites)  5.6 Besoins non satisfaits de planification familiale   Objectif de développement du millénaire 6 : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et les autres maladies  Cible 6.A : Arrêter avant 2015 et commencer à renverser la  propagation du VIH/SIDA   6.1 Prévalence du VIH dans la population âgée de 15 à 24 ans  6.2 Utilisation des préservatifs au moins pour les rapports  sexuels de haut risque  
  • 60. Santé        50   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     6.3 Proportion de la population âgée de 15 à 24 ans qui a une  bonne connaissance complète du VIH/SIDA  6.4 Ratio de fréquentation scolaire des orphelins âgés de 10 à  14 ans, par rapport aux non‐orphelins âgés de 10 à 14 ans  Cible 6.B : Obtenir, avant 2010, un accès universel au  traitement contre le VIH/SIDA pour tous ceux qui en ont  besoin   6.5 Proportion de la population ayant une infection avancée  de VIH ayant accès aux drogues antiretrovirales (ARV)  Cible 6.C : Arrêter avant 2015 et commencer à renverser  l’incidence du paludisme et des autres maladies majeures     6.6 Taux d’incidence et de décès associés au paludisme   6.7 Proportion d’enfants âgés de moins de 5 ans qui dort dans  des lits munis de moustiquaires traitées à l’insecticide  6.8 Proportion d’enfants âgés de moins de 5 ans qui sont  traités par des drogues adéquates antipaludiques  6.9 Taux d’incidence, de prévalence et de décès associés à la  tuberculose   6.10 Proportion de cas de tuberculose diagnostiqués et traités  par traitement rapide directement observé   Source : Indicateurs des objectifs de développement du millénaire des Nations Unies : le site officiel des Nations Unies pour les  indicateurs de MDG est <http://mdgs.un.org/unsd/mdg/Host.aspx?Content=Indicators/OfficialList.htm>    Les réponses et les accomplissements importants   Un certain nombre de programmes de santé critiques du PAA  ont favorisé l’accomplissement des MDG relatifs à la santé. La campagne de lutte contre le paludisme a reçu un  élan nouveau. Le NEPAD a joué son rôle pour faciliter et coordonner, par exemple, les programmes de base contre  le SIDA. Avec une augmentation de l’utilisation des drogues antirétrovirales (ARV), on estime que le quart des 4,6  millions d’Africains souffrant du virus et nécessitant des ARV suivent un traitement. Plusieurs pays africains ont  considérablement  réduit  leur  taux  de  prévalence  du  SIDA.  (Source :  l’examen  mutuel  d’efficacité  du  développement en Afrique 2009, CEA/OCDE). Les estimations préliminaires des coûts d’un progrès progressif vers  un accès universel aux services de santé génésique en 2015 ont été faites.  La santé et l’intégration continentale en Afrique   Beaucoup  de problèmes  de santé  sont communs  à toutes,  ou  à  la  plupart  des  régions  du continent.  Il  est  par  conséquent logique d’élaborer pour l’ensemble du continent des stratégies de promotion et de sensibilisation en  matière  de  santé,  de  prévention  des  maladies  et  d’autres  meilleures  pratiques.  Les  efforts  pour  élaborer  ces  stratégies ont été efficaces pour accorder davantage d’attention à ces questions et pour lever des ressources en  Afrique et internationalement. Les programmes réégionaux joueront un rôle croissant par l’intermédiaire des CER.    La  mise  en  oeuvre  des  stratégies  de  santé  de  l’Afrique  et  l’accomplissement  des  MDG  en  matière  de  santé  nécessitent  une  collaboration  entre  les  partenaires.  Certains  partenaires,  comme  l’OMS,  l’UNICEF  et  le  FNUAP  soutiennent  les  projets  de  santé  depuis  des  décennies.  Un  nouvel  ensemble  de  partenaires  clés  a  également  apparu en Afrique. La Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation Bill Clinton et d’autres fournissent une aide  technique précieuse, des drogues essentielles et de la vaccination.  Les partenaires   L’UA/NEPAD  travaillent  en  coopération  avec  des  partenaires  à  favoriser  l’intégration  continentale  et  régionale  dans le secteur de la santé en Afrique, en particulier :  Les partenaires continentaux   • La Commission de l’Union africaine (CUA)  • L’OMS   • L’ONUSIDA  • Le DFID 
  • 61. Santé    • ECA    Les partenaires régionaux   LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DE  LA  SANTÉ     L’objectif  d’ensemble  de  la  stratégie  est  de  renforcer  les  systèmes  de  santé  pour  réduire  les  maladies  et  accélérer  les  progrès  vers  l’accomplissement  des  objectifs  de  développement du millénaire en Afrique.    Objectif  1.  Faciliter  le  développement  d’initiatives  visant  à  renforcer  la  santé  nationale   Objective  2.  Faciliter  une  collaboration  plus  étroite entre le secteur de la santé et les autres  secteurs  pour  améliorer  l’environnement  socio‐économique et politique afin d’améliorer  la santé     Objectif  3.  Faciliter  l’intensification  des  interventions  en  matière  de  santé  dans  les  États  membres,  y  compris  par  les  organismes  régionaux et intergouvernementaux    Source:  l’UA, Stratégie en matière de santé  pour l’Afrique, 2007‐2015  • Les Commissions économiques régionales (CER)  • Les agences des Nations Unies– Bureaux régionaux  pour l’Afrique de l’UNICEF, du FNUAP, de l’OMS  • Les Fondations   • Les organismes de la société civile   • Les ONG en santé  L’accent  stratégique  de  l’UA/NEPAD  en  santé    La stratégie de l’UA/NEPAD est exposée dans la Stratégie  sur  la  santé  de  l’UA,  2007‐2015.  C’est  une  démarche  de  systèmes de santé dans laquelle les améliorations des soins  de  santé  et  de  l’état  de  santé  doivent  être  apportées  surtout au palier du pays. Ses objectifs figurent dans la case  jointe.     En  mai  2008,  les  ministres  africains  de  la  santé  ont  formalisé un autre document important – le Plan de mise  en  oeuvre  de  la  stratégie  sur  la  santé  de  l’Afrique,  qui  a  treize priorités.    Les autres déclarations et plans dans le secteur de la santé  comprennent la Déclaration et cadre d’Abuja pour l’action  contre le VIH/SIDA, le Plan d’action contre le paludisme et  le  Plan  de  Maputo  sur  la  santé  et  les  droits  à  la  santé  sexuelle et reproductrice.    Le NEPAD a élaboré un ensemble de programmes et d’initiatives qui constituent un cadre équilibré d’amélioration  des soins de santé dans le continent. Ils figurent ci‐dessous. Des exemples d’autres programmes du NEPAD  comprennent l’harmonisation des règlements médicaux et la formation régionale pour les gestionnaires en  matière de santé dans les districts.     51   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 62. Health    Programmes prioritaires du PAA en santé, 2010 – 2015  Programmes et projets prioritaires en santé     Titre  Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Systèmes efficaces de  santé suivant une  démarche primaire de  santé     Continentale  40 $US par personne  par an (Cible des  pays)  250.000 $US  (pour les études  d’identification)  Étape 1 : Identification  du programme/projet  Cette démarche s’efforce de donner un accès  équitable à des soins de santé essentiels,  épaulés par des médicaments et des  fournitures essentielles, des ressources  humaines précieuses, des technologies  sanitaires, de l’information et de la  recherche et une capacité en santé publique.  Elle nécessite une augmentation  d’affectation de fonds par les  gouvernements africains aux systèmes de  soins de santé   UA/NEPAD Programme de  l’UA/NEPAD de projets  de construction de base  de systèmes de santé  fonctionnels     Continentale  3 milliards $US sur 5  ans   250.000 $US  (pour les études  d’identification)    Étape 1 : Identification  du programme/projet  Ce programme essaye d’obtenir un soutien  international pour des projets visant à  renforcer les éléments de systèmes de santé  pleinement fonctionnels, qui sont  opérationnels, fonctionnent en  synchronisation et garantissent  l’accessibilité. Ces systèmes contiennent les  éléments énumérés ci‐dessus.  UA/NEPAD   Financement pour  combattre le SIDA, la  tuberculose, le  paludisme, en  particulier par le Fonds  mondial (en cours)    Continentale  8 milliards $US est.  (2008‐2010)  (à l’exclusion des  coûts du Plan)  *5,6 milliards de $US  (Le Fonds mondial)  Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet,  Étape 4: Mise en œuvre  et exploitation  Le Sida, la tuberculose et le paludisme  posent les plus grands défis des nombreuses  maladies contagieuses, qui imposent des  fardeaux importants sur la population, en  particulier la pneumonie, la diarrhée et la  rougeole chez les enfants, et d’autres  maladies. Une continuation du renforcement  de ces actions visant à prévenir et à soigner  ces maladies est une priorité clé pour  l’Afrique  ONUSIDA, OMS,  Gates  Foundation,  Clinton   Foundation, Roll  Back Malaria,  Stop TB, CER,  UNICEF,       52   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 63. Health        53   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Projets de traitement  du SIDA et de santé des  CER   Continentale  50 millions $US par  an  250.000 $US  (pour les études  d’Identification)    Étape 1 : Identification  du programme/projet  Cette initiative utilise la présence régionale  des CER pour sensibiliser aux programmes de  santé et harmoniser les normes, avec une  priorité actuelle pour le SIDA.  CER Programme de créneau  des ressources  humaines africaine  pour la crise de la santé   Continentale  1 milliard $US par an 250.000 $US  (pour les études  d’Identification)    Étape 1 : Identification  du programme/projet  Les défis en formation, déploiement,  motivation et rétention, déséquilibres  importants entre la ville et la campagne,  pauvres incitations, conditions de travail  difficiles et opportunités alternatives  d’emploi ont créé une crise des ressources  humaines dans le secteur de la santé. Ce  programme cherche à identifier et à  augmenter l’offre de ressources clés, et à  encourager l’adoption de pratiques qui  réduiront cette crise.  UA/NEPAD Mise en œuvre du Plan  de fabrication  pharmaceutique pour  l’Afrique  Continentale  3,1 millions $US   (1,5 millions $US  pour les études et  l’élaboration d’un  cadre)  Étape 2: Étude de  faisabilité / Évaluation  des besoins  L’objectif est de créer un Plan de fabrication  pharmaceutique pour l’Afrique qui fournira  un cadre de production locale des  médicaments essentiels par les pays  membres de l’UA et par les CER.  Commission de  l’UA   Soutien de la recherche  pour améliorer la prise  de décision motivée     Continentale  2% des dépenses de  santé à la recherche  (cible des pays)  250.000 $US  (pour les études  d’Identification)      Étape 1 : Identification  du programme/projet  La recherche sanitaire, en particulier la  recherche en systèmes sanitaires, fournit aux  décideurs et aux faiseurs de politiques à tous  les paliers une base de décisions efficaces et  effectives.  La preuve de ce qui fonctionne  bien et de ce qui ne fonctionne pas bien peut  fournir une orientation pour des  interventions économiques, à haute  incidence et durables, et ainsi améliorer le  rendement du système de santé.  WHO  
  • 64. Health        54   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 65. Éducation        55   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     L’ÉDUCATION, LA JEUNESSE ET LA  FORMATION   Mobiliser le potentiel de croissance du plus grand actif de l’Afrique : sa jeunesse                    ‐‐Danish Africa Commission    L’éducation  est  la  clé  pour  mobiliser  ce  potentiel.  L’éducation  a  une  incidence  directe  sur  la  qualité  et  sur  l’ampleur du développement social de l’Afrique, dans sa population jeune aussi bien que dans sa population âgée.  On  considère  également  que  c’est  l’arme  la  plus  puissante  dont  disposent  les  Africains  pour  augmenter  la  croissance économique, élever les niveaux de vie, augmenter leur liberté de choix et entrer en concurrence dans  l’économie mondiale. Des progrès importants ont été réalisés dans certains domaines ces dernières années. En  inscriptions primaires nettes, les pourcentages d’inscriptions totales en Afrique sub‐saharienne ont progressé de  62 % en 2000 à 71 % en 2007, et la plupart des pays africains vont probablement atteindre l’égalité des sexes au  niveau primaire en 2015.28  Cependant, l’Afrique a encore une cote basse pour plusieurs indicateurs d’éducation de  base et supérieure.      Les infrastructures de formation et d’éducation de l’Afrique en science et en technologie, en particulier dans des  domaines  comme  l’agriculture  et  le  génie,  ont  été  sous‐évaluées  au  cours  des  décennies  et  n’ont  pas  reçu  suffisamment de ressources.  Les conflits armés ont sérieusement empêché les jeunes d’apprendre à lire, à écrire  et à compter. Une partie importante de la population africaine a moins de 24 ans.29  L’Afrique sub‐saharienne a  aussi le deuxième taux de chômage des jeunes du monde. Plus de 102 millions de jeunes de cette région vivent  avec moins de 2 $US par jour.30  Si l’on ne satisfait pas les besoins d’éducation, de santé et d’emploi d’une partie  tellement grande de la population, on condamnera encore plus à la pauvreté les générations nouvelles.      Les préoccupations graves dans le secteurs de l’éducation se traduisent par divers plans de l’UA et du NEPAD. On  identifie l’éducation comme une priorité à traiter et à renforcer à tous les paliers dans le continent : formation et  éducation maternelle, primaire, secondaire, technique et professionnelle et éducation supérieure. La 1ère  décennie  d’éducation pour l’Afrique (DEA) relevait ces défis avec des activités concentrées dans trois domaines principaux :  équité  et  accès  à  l’éducation  de  base,  pertinence  et  efficacité  de  l’éducation,  modalités  complémentaires  d’apprentissage et renforcement de la capacité. En dépit des grands efforts prodigués par les États membres, la  mise en oeuvre de la 1ère  DEA a rencontré divers défis, en particulier l’absence de propriété par les intervenants, le  manque  de  soutien  des  partenaires  en  développement,  et  une  mauvaise  intégration  des  plans  d’éducation  nationaux.     La  2ème   décennie  d’éducation  pour  l’Afrique  (2006  –  2015)  a  établi  une  nouvelle  stratégie  et  de  nouveaux  principes directeurs pour s’attaquer aux multiples aspects du secteur de l’éducation.  Bâtissant sur les capacités  des établissements existants, la 2ème  DEA identifie sept domaines prioritaires : les rapports hommes‐femmes et la  culture,  les  systèmes  d’information  de  gestion  de  l’éducation,  le  développement  des  enseignants,  l’éducation  terciaire, l’éducation et la formation technique et professionnelle, comprenant l’éducation en situations difficiles,  les programmes et les matériaux d’enseignement et d’apprentissage et la gestion de la qualité. Pour augmenter les                                                               28  Voir l’examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique (2009), Question focale 6: Éducation.   29  Voir le cas pour investir dans les jeunes, document commissionné par le Fonds des Nations Unies pour la  population (UNFPA), New York, 2005.  30  Voir le rapport sur la jeunesse mondiale 2005: Les jeunes aujourd’hui et en 2015, Département d’économique et  des affaires sociales des Nations Unies.  
  • 66. Éducation        56   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     chances de succès, la mise en œuvre de la 2ème  DEA suivra  les principes suivants du NEPAD :  propriété et leadership  africains, ainsi que participation large et profonde de tous  les secteurs de la société, ancrage du développement de  l’Afrique  dans  ses  ressources  et  la  créativité  de  ses  habitants,  partenariat  entre  et  parmi  les  Africains,  accélération  de  l’intégration  régionale  et  continentale.  Ces  principes  impliquent  une  utilisation  de  ressources  intérieures, largement autofinancées. La mobilisation et le  soutien intercontinental poseront des défis à relever pour  mettre en oeuvre le 2ème  DEA.      L’éducation, la jeunesse et la formation  et l’intégration régionale en Afrique  Pour réaliser le grand potentiel de l’Arique en éducation,  l’UA/NEPAD  travaillent,  en  partenarriat  avec  des  organismes  nationaux,  régionaux,  continentaux  et  mondiaux,  à  promouvoir  un  programme  complet  d’intégration régionale dans le secteur de l’éducation. Ces  initiatives  comprennent  le  développement  de  programmes de formation à l’échelle du continent et  à  distance  pour  les  enseignants,  de  programmes  de  sciences, de mathématiques de technologie et la création  de réseaux de centres d’excellence.   En  particulier,  la  2ème   DEA  est  considérée  comme  une  solution  de  cadre  collectif  africain  pour  relever  les  défis  africains dans le domaine de l’éducation. Elle met l’accent  sur l’importance de renforcer le rôle de l’éducation dans  la  promotion  de  l’intégration  régionale  et  continentale  par des réseaux bilatéraux et régionaux. Les CER occupe  une  position  clé  dans  la  chaîne  d’acteurs  l’articulation  entre  le  palier  continental  et  le  palier  car  elles  seront  responsables de faciliter, de coordonner et de surveiller la  mise en œuvre du 2ème  DEA, en particulier dans national.   Les partenaires   L’UA/NEPAD travaille en collaboration avec un certain nombre d’organismes spécialisés continentaux et régionaux  à promouvoir l’intégration régionale dans le secteur de l’éducation, en particulier :  Les partenaires continentaux   • L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)    LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DDANS  LE  SECTEUR  DE  L’ÉDUCATION,  DE  LA  JEUNESSE  ET  DE  LA  FORMATION    Objectif 1 – Élaborer des systèmes nationaux  fonctionnels de gestion de l’éducation (EMIS)  interconnectés aux réseaux d’EMIS régionaux et  continentaux, en renversant ainsi le phénomène  actuelle d’absence de données;   Objectif 2 – Intégrer pleinement l’éducation  dans les politiques, les activités de programmes  et les structures organisationnelles de la  Commission de l’UA et des CER;  Objectif 3 – Améliorer la qualité de l’éducation  (accès, qualité, efficience, pertinence) tout en  adaptant l’éducation des enseignants et  l’éducation supérieure aux préoccupations de  développement;   Objectif 4 – Atteindre l’égalité complète entre  les sexes en éducation primaire et secondaire;  Objectif 5 – Combler d’une manière significatrice  l’écart entre les sexes en matière de  participation en mathématiques, sciences et  technologie au niveau tertiaire;  Objectif 6 – Institutionnaliser pleinement  l’échange systématique d’expérience et d’aide  mutuelle pour le développement de l’éducation;  Objectif  7  –  Élaborer  des  mécanismes  qui  fonctionnent  pour  assurer  que  l’éducation  contribue à l’intégration régionale.   
  • 67. Éducation        57   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015       Les partenaires régionaux   • Les universités africaines   L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en éducation, jeunesse et formation    Le document directeur pour les activités de l’UA/NEPAD dans le secteur de l’éducation est le Plan d’action pour la  deuxième décennie d’éducation pour l’Afrique (2006 – 2015). Le 2ème DEA vise à guider le développement du  secteur de l’éducation dans le continent et deviendra le plan d’ensemble d’intégration régionale pour l’Afrique. 
  • 68. Éducation      Programmes prioritaires en éducation, jeunesse et formation, 2010 – 2015    Titre       Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact e‐écoles du NEPAD et  Réseau satellite des   e‐écoles du NEPAD  Continentale  4 millions $US (étude satellite de  faisabilité)    * 17 millions $US  (projets pilotes)    15 milliards $US  (programme totale)      Étape 2: Étude de  faisabilité /Évaluation  des besoins  (y compris  les projets de  démonstration)  Ce  projet  a  pour  objet  de  maîtriser  la  technologie de TIC pour améliorer la qualité  de l’enseignement dans les écoles primaires  et  secondaires  africaines.  Des  projets  de  démonstration ont eu lieu dans 16 pays; 10  de ces  pays  ont déjà  officiellement  lancé  le  projet des e‐écoles du NEPAD.     Élément  clé  du  programme  de  e‐écoles  du  NEPAD, ce programme fournira un réseau de  satellites pour offrir la connectivité aux zones  rurales, finalement pour environ 600.000 e‐ écoles du NEPAD.    Commission e‐ Africa du  NEPAD   e‐laboratoires du  NEPAD (Projet phare du  NEPAD)    Continentale  1 million $US (pour les projets  pilotes)  Étape 2: Étude de  faisabilité / Évaluation  des besoins  (Projet pilote)  Ce  projet  aidera  à  combler  le  fossé  numérique  en  améliorant  la  qualité  de  l’éducation  primaire  et  secondaire  en  TIC  dans toute l’Afrique.   NEPAD             58   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 69. Éducation        59   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre       Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Développement des  enseignants par un  apprentissage ouvert et  à distance en Afrique   Australe et  occidentale   1 million $US  (Études de  faisabilité)  Étape 2: Étude de   faisabilité / Évaluation  des besoins (Projets  pilotes)  Ce projet vise à bâtir la capacité dans les  établissements supérieurs de formation des  enseignants, et développer des programmes  de développement et des programmes  d’études à grande échelle pour la formation  des enseignants et les programmes d’études,  en partenariat avec les institutions  principales de formation des enseignants  dans des pays pilotes, en particulier l’Angola,  la République démocratique du Congo, la  Mozambique, le  Bénin, le Ghana, le Niger, le  Nigeria et le Sénégal. L’Université de  l’Afrique du Sud et l’Université nationale  ouverte du Nigeria ont été identifiées  comme partenaires de mise en œuvre. Des  études de bases ont été entreprises et la  mise en œuvre a commencé en Angola.  NEPAD Développement des  ressources humaines  pour les infirmières et  les sages‐femmes en  Afrique   Continentale  1 million $US (Études de faisabilité  et projets pilotes)  Étape 2: Étude de  faisabilité / Évaluation  des besoins  (lancement initial)  Ce  programme universitaire  de  deux  ans  d’études  et  de  recherche  consolidera  l’éducation  des  infirmières  et  des  sages‐ femmes,  pour  faire  progresser  les  objectifs  et  les  cibles  de  santé.  Des  établissements  sous‐graduées  et  post‐graduées  ont  été  identifiés, un bureau de gestion centrale du  projet a été établi, les programmes ont été  approuvés et les étudiants se sont inscrits au  Kenya et en Tanzanie.  NEPAD Centres régionaux  d’excellence en  éducation   Continentale  250.000 $US (pour les études  d’Identification)  Étape 1 : Identification  du programme / projet   Ce  projet  a  pour  objet  de  développer  et  d’élargir  les  centres  régionaux  d’excellence  en  éducation  en  Afrique.  Un  document  notionnel  a  été  produit  et  un  cadre  conceptuel et des critères ont été élaborés,  ainsi que de la recherche, des études de cas  et des normes de notation pour les centres  existants.   NEPAD
  • 70. Éducation        60   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre       Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Centre régional  d’éducation en  mathématiques,  sciences et technologie  (Projet phare du  NEPAD)  Centrale   4 millions $US  (pour la  structuration, les  coûts  d’établissement)  Étape 3:  Structuration/Promotion  du programme/projet  Ce  projet  créera  un  centre  régional  d’éducation  en  mathématiques,  science  et  technologie  dans  la  région  de  la  CEEAC.  Le  Gabon  a  été  identifié  comme  pays  hôte  du  projet.  Des  plans  ont  été  préparés  pour  la  création d’un comité directeur, d’un comité  technique  et  d’un  comité  scientifique  pour  entreprendre  le  processus  et  pour  engager  d’autres pays de la région.   NEPAD       Éducation et culture    Continentale   250.000 $US (pour les études  d’Identification   Étape 1 : Identification  du programme / projet   L’objectif  de  ce  projet  est  d’intégrer  la  culture  dans  les  systèmes  d’éducation  comme  moyen  de  promotion  et  de  renforcement  des  identités  et  des  valeurs  africaines  et  de  préservation  de  l’héritage  culturel  africain.    Les  étapes  initiales  entreprises  comprennent  un  document  notionnel, un plan opérationnel et un budget  et  la  nomination  d’un  personnel  de  gestion  du  projet,  conduisant  à  une  conférence  nationale en Afrique du Sud. Une conférence  continentale  est  prévue,  pour  engager  d’autres régions dans le programme.  NEPAD          
  • 71. Affaires sociales        61   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LES AFFAIRES SOCIALES   Vers un modèle de développement axé sur l’humain   Le changement de paradigme d’une préoccupation quantitative étroite de croissance économique à un régime  intégré de politique de développement social en Afrique. Les politiques de développement passées, également  consacrés  dans  les  programmes  d’ajustement  structurel  (SAP)  des  années  1980,  accordaient  une  importance  disproportionnée à la macroéconomie et avaient tendance à réduire la politique sociale à une diminution de la  pauvreté,  simplement  palliative,  pour  réduire  les  effets  négatifs  de  la  stabilisation  économique.  Elles  créaient  également des tendances à ignorer les synergies et les complémentarités existant entre le développement social et  le développement économique. Dans la plupart des pays africains, à l’étape de formulation de politiques aussi bien  qu’à l’étape de mise en œuvre, il y a eu peu de coordination et de coopération intersectorielle entre les diverses  institutions  sectorielles  et  les  ministères  économiques.  En  dépit  de  la  reconnaissance  croissante  par  les  universitaires et les agences de développement, que la plus grande richesse des nations, c’est leurs habitants, les  capacités humaines des Africains n’ont pas été suffisamment canalisées et mobilisées pour le développement du  continent. Les politiques de développement social du continent ont souvent été orientées vers les centres urbains  et ont manqué de préoccupations de base, sans emphase sur la décentralisation, l’autosuffisance et l’engagement  communautaire et populaire.   Cette  absence  de  développement  intégré  a  prévalu  dans  presque  toute  l’histoire  de  l’Afrique  et  a  obligé  le  continent à élaborer un cadre de politique sociale qui combine le dynamisme politique (comprenant des politiques  de croissance favorables aux pauvres), l’intégration sociale (des sociétés intégrées, stables, justes et basées sur la  promotion et la protection de tous les droits de la personne, de la non‐discrimination, du respect de la diversité et  de la participation de tous les gens) et un rôle actif pour le gouvernement dans la prestation de services de base,  sociaux ou autres, au palier local et au palier national.    Faisant  face  à  une  crise  de  développement,  l’Afrique  a  besoin  d’une  politique  sociale  qui  favorise  le  développement, la démocratie et l’intégration sociale. Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a réalisé des  progrès  importants  dans  certains  domaines  de  développement  social  et  économique.  Par  exemple,  en  plus  d’augmenter les taux d’alphabétisation, le continent a vu une démocratisation croissante et une réduction des  tensions sociales. En outre, bien que les taux de VIH demeurent élevés par rapport au reste du monde, les pays  africains réalisent des progrès à réduire ou à ralentir la propagation de l’épidémie et l’accès au traitement des gens  qui sont atteint par le virus ou la maladie s’améliore. Dans l’ensemble, les pays intensifient leurs interventions pour  améliorer les indicateurs de développement social dans tout le continent, et certains d’entre eux ont prouvé leur  engagement en créant des ministères spécialement consacrés au développement social. Sur le plan économique, il  y  a    eu  reprise  du  taux  de  croissance  économique  et  les  économies  africaines  ont  continué  à  augmenter  leur  croissance, avec un taux de croissance du PIB de 5,7 % en 2006, contre 5,3 % en 2005 et 5,2 % en 2004. Cette  croissance était soutenue, entre autres, par des améliorations dans la gestion macroéconomique de nombreux  pays du continent.   Cependant, la crise générale de développement ne s’est pas fondamentalement modifiée. Les pays africains ont  toujours un classement bas sur toutes les listes qui mesurent le développement social et l’activité économique en  dépit de l’abondance de ressources naturelles du continent. En 2006, par exemple, 34 des 50 pays de la liste des  pays les moins développés des Nations Unies se trouvaient en Afrique, et les 25 places se trouvant en bas de la  l’indice de qualité de vie des Nations Unies sont régulièrement occupées par des pays africains. En fait, tout le  monde  sait  maintenant  que  le  tiers  des  Africains  est  sous‐alimenté  et  plus  de  40  %  vivent  dans  une  pauvreté 
  • 72. Affaires sociales        62   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     absolue, mesurée par le seuil de pauvreté de moins de 1 $US par jour. Cette perte tragique de potentiel humain en  Afrique  est  causée  par  de  nombreux  facteurs,  en  particulier  un  lourd  fardeau  de  maladies  (dont  la  plupart  pourraient  être  évitées),  une  absence  d’infrastructures de  base  et  de  services  sociaux  comme  les  routes,  l’eau  potable et l’assainissement, de mauvais soins et services de santé, un mauvais accès à l’éducation et à la formation  de base, des taux élevés d’analphabétisme, l’inégalité des sexes, la marginalisation de la jeunesse, et l’instabilité  politique dans un certain nombre de pays. En outre, la migration de la campagne à la ville dans de nombreux pays  a occasionné une urbanisation rapide qui, à son tour, a créé des centres urbains et des bidonvilles congestionnés,  implanifiés.  Ces  bidonvilles  sont  caractérisés,  entre  autres,  par  un  niveau  élevé  de  chômage,  l’alcoolisme  et  la  toxicomanie, et le crime. La dynamique prédominante de la population, qui comprend des taux élevés de mortalité  des  enfants  et  des  nouveau‐nés,  et  de  mortalité,  une  mortalité  élevée  des  mères,  une  présence  élevée  de  VIH/SIDA  et  une  espérance  de  vie  basse  a  également  des  implications  sérieuses  sur  le  développement  socio‐ économique  de  l’Afrique.  La  grande  majorité  des  Africains  est  prisonnière  d’un  cercle  vicieux  de  pauvreté,  chômage et exclusion sociale. Le développement en Afrique n’aura aucune signification s’il n’est pas axé sur la  prise de pouvoir et le bien‐être des Africains, en particulier de ceux qui sont marginalisés et des groupes et des  collectivités les plus vulnérables. L’Afrique doit investir dans ses ressources humaines et assurer un accès équitable  des groupes les plus désavantagés et marginalisés aux services sociaux, surtout dans les zones rurales.  Les  politiques  sociales  sont  des  investissements  en  développement  et  en  constitution  des  pays.  La  politique  sociale  pourrait  remplir  plusieurs  fonctions  essentielles  pour  promouvoir  le  développement.  Son  rôle  productif  dépasse la redistribution des richesses et la protection sociale, et un rôle résiduel de traiter les inefficacités de  marché. L’expérience des autres continents a démontré que la politique sociale peut être un instrument puissant  de progrès démocratique et de développement économique. Ainsi, la politique sociale joue un rôle de catalyseur  en  développement  social  et  économique.  Le  traitement  du  développement  social  de  l’Afrique  est  une  priorité  urgente, pour son incidence sur le développement économique et la stabilité politique. L’accès aux soins de santé  de base, à l’éducation, à la nutrition, à l’emploi productif et à une subsistance durable est devenu un défi sérieux  dans l’ordre du jour de développement africain.     Le programme de la Commission de l’UA (CUA) sur le développement social est basé sur une démarche humaine  qui cherche à promouvoir les droits et la dignité de la personne. La première Conférence des ministres chargés du  développement social de l’UA, organisée par le Département des affaires sociales de la CUA, a adopté un Cadre de  politique sociale (SPK) pour l’Afrique en octobre 2008. Ce Cadre énonce, pour la société africaine, une vision axée  sur la solidarité sociale, l’équité de choix et l’élimination de la discrimination et de la pauvreté. Il met l’accent sur  18 questions  thématiques  sociales  clés,  allant de  la population  et  du développement  à  la protection  sociale,  à  l’égalité des sexes et à la bonne gouvernance. L’adoption du Cadre introduira une dimension sociale puissante  dans  le  NEPAD  et  il  faudra  mettre  en  œuvre  des  programmes  particuliers  faisant  appel  à  diverses  options  de  financement. Il est essentiel d’assurer que ces instruments soient mis en œuvre au palier national pour avoir une  incidence  réelle  sur  le  développement  socio‐économique  et  sur  la  vie  des  gens.  Des  mécanismes  efficaces  de  surveillance et d’évaluation sont essentiels en cette matière, mais posent un défi particuliers car le Cadre ne doit  pas lier juridiquement, dicter ou imposer des obligations contenues dans les traités ou les conventions qui n’ont  pas été ratifiées par les États membres.   Le développement social et l’intégration régionale en Afrique   Dans le secteur du développement social, les politiques régionales et sous‐régionales représentent une extension  de la politique sociale nationale et doivent respecter ses objectifs. Les politiques sociales régionales traitent de  questions  qui  nécessitent  une  coopération  intergouvernementale  transfrontalière  en  matière  de  droits,  de  règlements et de redistribution dans les domaines suivants : (a) les investissements dans le secteur social,  (b) les  questions sociales au niveau transnational et (c) les droits de la personne et la prise de pouvoir. En outre, des 
  • 73. Affaires sociales    positions  communes  sont  aussi  importantes  pour  renforcer  le  rôle  de  l’Afrique  dans  les  prises  de  décision  internationales.  LES  PRINCIPES  DIRECTEURS  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DU  DÉVELOPPEMENT SOCIAL    • Les  politiques  sociales  doivent  intégrer les principes des droits de la  personne  et  les  impératifs  de  développement  et  être  axées  sur  la  culture et la solidarité africaine;  • Elles  doivent  être  intimement  liées  aux  politiques  économiques  et  sociales  visant  à  faire  progresser  le  bien‐être de la société;  • La politique de développement social  devrait  être  coordonnée  à  la  croissance  économique  et  au  développement  politique,  mais  pas  subordonnée à eux;  • La formulation de la politique sociale  devrait  comprendre  des  démarches  de  bas  en  haut  pour  permettre  la  participation des bénéficiaires dans la  prise de décision;  • La  politique  sociale  devrait  avoir  une  perspective de développement à long  terme;  • Les  différents  intervenants  devraient  travailler  ensemble  dans  des  partenariats bien coordonnés qui leur  permettraient de se compléter, et pas  de se faire concurrence.        Les partenaires d’intégration nationale en  développement social   L’UA/NEPAD  travaille  en  coopération  avec  des  organismes  continentaux et régionaux à promouvoir le développement  social en Afrique, en particulier :  Les partenaires continentaux   • L’OIT   • L’Organisation  mondiale  de  la  propriété  intellectuelle (OMPI)   • Le Bureau des Nations Unies sur les drogues et le  crime   Les partenaires régionaux   • Le Secrétariat de la décennie africaine • L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (ARIPO)   L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  développement social  Le document directeur des activités de l’UA/NEPAD dans le  secteur  du  développement  social  est  le  cadre  de  politique  sociale  (SPF)  pour  l’Afrique.  Le  SPF  met  l’accent  sur  18  questions  thématiques  clés :  la  population  et  le  développement; le travail et l’emploi; la protection sociale,  la  santé;  le  VIH/SIDA,  la  tuberculose,  le  paludisme  et  les  autres  maladies  contagieuses;  les  migrations;  l’éducation;  l’agriculture,  l’alimentation  et  la  nutrition;  les  enfants,  les  adolescents  et  les  jeunes;  le  vieillissement;  l’égalité  des  sexes et l’emploi des femmes; le développement urbain, la  durabilité  environnementale,  l’incidence  de  la  mondialisation  et  de  la  libéralisation  du  commerce  en  Afrique  et  la    bonne  gouvernance,  la  lutte  contre  la  corruption et la primauté du droit. Il met également l’accent  sur la toxicomanie et la prévention du crime, les sports, les  tensions  civiles  et  les  situations  de  conflit  et  la  dette  étrangère.   Le SPF a pour objet exprimé de fournir une structure de politiques générales pour aider les États membres de l’UA  à développer leurs politiques sociales nationales visant à promouvoir la prise de pouvoir par leurs citoyens et à  développer leur quête permanente de solutions pour les nombreuses questions sociales auxquelles font face leur  société.       63   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 74. Affaires sociales      Programmes prioritaires du PAA en affaires sociales, 2010‐2015    Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Modernisation de  l’Institut africain de  rééducation (ARI)  Continentale  3,5 millions $US (1 million $US pour   l’étude)    Étape 2: Étude de  faisabilité / Évaluation  des besoins   L’Institut africain de rééducation (ARI) a été  créé par les chefs d’États et de  gouvernements  pour relever les défis  rencontrés par les personnes handicapées,  satisfaire leurs besoins et coordonner tous les  programmes de rééducation du continent. Ce  programme vise à améliorer la capacité de  l’Institut de coordonner toutes les questions  de handicaps du continent, de coordonner la  mise en œuvre du Plan d’action pour les  personnes handicapées et de promouvoir les  droits des personnes handicapées du  continent.    Commission de  l’UA  Institut africain de  remise (AIR)  Continentale  4 millions $US  (1.75  millions $US   pour créer l’institut)   Étape 1 : Identification  du programme / projet  La création de l’Institut africain de remise a  pour objet l’établissement de relations et de  partenariats institutionnels entre les pays de  l’Union africaine, les CER et les autres  intervenants, pour mettre en place des  mécanismes qui améliorent l’utilisation des  remises d’argent et des autres ressources de  la diaspora pour le développement de  l’Afrique.   Commission de  l’UA      64   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 75. Affaires sociales        65   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Soutien de la mise en  œuvre du Plan d’action  de l’UA sur le contrôle de  la drogue et la  prévention du crime.  (2007‐2012)(AUPA)  Cinq CER  (SADC, IGAD,  CEEAC,  CEDEAO,  CEN‐SAD)  3,573,000  $US sur 3  ans   US$372,000 $US  pour le projet de  préparation de l’aide  Étape 1 : Identification  du programme / projet     Ce projet fournira à la CUA et à cinq CER un  soutien en matière de politiques et  technique, comprenant un soutien d’ateliers  régionaux, pour la mise en œuvre efficace du  Plan d’action de l’UA et son intégration aux  plans de développement  continental/régional/national et aux  stratégies d’atteinte des objectifs de  développement du millénaire des pays, et  également en matière de prévention du  crime, lutte contre la corruption, réforme de  la justice pénale et contrôle de la drogue,  dans leur stratégies et  ordres du jour  respectifs de développement.   Commission de  l’UA     
  • 76. Affaires sociales        66   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 77. Science & Technologie        67   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE  Développer une croissance axée sur la technologie pour l’Afrique  L’importance de la S&T en Afrique. La science et la technologie (S&T) est l’un des facteurs clés qui pourraient faire  progresser le développement du continent africain. Tout le monde est d’accord pour penser que les pays qui ont  une importante capacité de créer, de distribuer et d’utiliser des connaissances scientifiques et technologiques sont  mieux capables d’entrer en concurrence dans un marché mondial concurrentiel.31   Il est également entendu que  ces pays peuvent également utiliser leur avantage en S&T pour améliorer la qualité de vie de leurs citoyens.32   Les  pays  africains  seront  mieux  capables  d’exploiter  le  potentiel  de  leurs  ressources  naturelles  en  augmentant  la  recherche et le développement en S&T.  La science et la technologie s’applique à une grande variété de projets économiques et sociaux. De l’agriculture à  l’énergie, de l’eau à l’environnement, la S&T est un facteur majeur de renforcement de capacité, de production de  connaissances et d’innovation technique. Cependant, ces progrès doivent être réalisés dans un contexte africain,  car beaucoup de problèmes et de défis sont uniques au continent. Les gains dans ces domaines devraient être  partagés au palier régional, national et continental pour accélérer la croissance et favoriser un développement  ultérieur. La recherche de base, également appelée recherche fondamentale, précède généralement l’innovation  technologique et il est important de se souvenir que les résultats ne sont jamais immédiats, mais que leurs effets  peuvent  se  faire  sentir  après  plusieurs  années.  La  recherche  fondamentale  jouera  un  rôle  important  en  S&T  africaine,  surtout  si  la  recherche  antérieure  n’a  pas  traité  les  questions  fondamentales  qui  intéressent  spécialement l’Afrique.  Les  défis.  En  2003  à  un  atelier  intitulé  «Le  développement  d’une  plateforme  partagée  pour  la  science  et  la  technologie»,  les  huit  questions  suivantes  ont  été  identifiées  comme  facteurs  critiques  qui  imposent  des  contraintes sur le développement de la science et de la technologie africaine :  • Les liaisons entre les entreprises scientifiques et les institutions politiques sont lâches   • Les politiques de S&T sont dépassées  • Le financement en pourcentage du PIB est faible, et diminue encore  • La qualité de l’éducation en science et en génie diminue à tous les niveaux d’éducation  • «l’exode  des cerveaux»  –  L’Afrique  perd  sa  meilleure  expertise  scientifique  et technique  au  profit des  autres régions du monde  • Il n’y a pas d’établissements consacrés à l’innovation scientifique et technique  • Les liaisons entre les institutions publiques de R&D et l’industrie sont lâches   • D’autres  politiques  connexes  à  la  S&T  empêchent  un  développement  scientifique  et  technologique  ultérieur  L’investissement  intérieur  en  recherche  et  en  développement  est  inférieur  à  1  %  du  PIB  dans  tous  les  pays  africains, à l’exception de la Tunisie et de l’Afrique du Sud.     Les réponses. Historiquement, la S&T a été négligée comme facteur de développement à long terme. En Afrique,  l’insuffisance de l’investissement en S&T se manifeste dans une baisse de la qualité de l’éducation en sciences et                                                               31  «Science et technologie pour le développement de l’Afrique.» Commission économique des Nations Unies pour  l’Afrique, 2000  32  «Développer un cadre stratégique pour la science et la technologie. Rapport de synthèse du premier atelier»  NEPAD, 2003. 
  • 78. Science & Technologie        68   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     en génie. À la suite de l’atelier de 2003, on a recommandé que le NEPAD formule un plan d’action et un cadre  stratégique à long terme. Par la suite, les Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine ont reconnu le rôle  de la science et de la technologie comme facteur déterminant du développement socio‐économique de l’Afrique  dans la Déclaration d’Addis Ababa sur la science et la technologie de 2007.  La 10ème  session du Sommet de l’UA a  autorisé la création d’un Fonds pour l’éducation, la science et la technologie et a demandé à la Commission de  l’Union africaine et à la BAD de travailler à la création de ce Fonds.     La science et la technologie et l’intégration régionale en Afrique   L’intégration sera nécessaire au succès de la S&T dans le continent, à cause de l’interdépendance des nombreux  secteurs indispensables à un développement important en S&T.  La création de banques de données régionales  aidera à partager les meilleures pratiques et favorisera le développement et l’innovation dans toutes les régions.  L’intégration permettra de meilleures recherches en améliorant l’accès aux meilleures pratiques et aux données et  en diminuant son coût.  Les articles 51 et 52 du Traité de 1991 de la Communauté économique africaine (CEA) soulignent les attentes de  coopération entre les États. Ces attentes comprennent le développement de programmes conjoints de recherches,  le partage des connaissances entre les États, la création de programmes conjoints de formation et la promotion  des échanges entre les chercheurs et les spécialistes des différents États.33  Un développement ultérieur en S&T  nécessitera  également  une  coordination  extensive  au  palier  national.  Le  développement  d’institutions  intergouvernementales et professionnelles aidera l’intégration régionale. L’AMCOST, le Conseil ministériel africain  de la science et de la technologie, assume le leadership politique et élabore les politiques.   L’accent  stratégique  de  l’UA/NEPAD  en  science et technologie  Le document directeur des activités de l’UA/NEPAD en science et  technologie  s’intitule  Science  &  technologie  de  l’Afrique  –  Plan  consolidé  d’action  (CPA),  adopté  au  Sommet  de  l’UA  de  Khartoum en 2006. Ce plan consolide les programmes de S&T de  l’UA  et  du  NEPAD.  Les  programmes  du  CPA  appartiennent  aux  secteurs suivants : (i) biosciences et environnement, (ii) sciences  naturelles et génie, (iii) santé, et (iv) amélioration des conditions  des politiques de recherches, de développement et des transferts  de  technologie.  Ces  programmes  sont  mis  en  œuvre  par  des  réseaux  régionaux  de  centres  d’expérience  et  d’expertise  consistant  en  centres  pivots  et  en  boucles,  où  les  institutions  existantes sont réunies en réseaux pour regrouper les ressources  humaines et techniques disponibles. Ces réseaux ont les objectifs  suivants  :  améliorer  la  qualité  des  infrastructures  et  des  installations,  et  leur  accès;  développer  d’autres  réglementations  politiques  et  institutionnelles  et  améliorer  l’applicabilité  de  la  science et de la technologie aux objectifs de développement du                                                               33  «Traité établissant la Communauté économique africaine» http://www.african‐union.org. 2008.    LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR DE LA SCIENCE ET DE  LA TECHNOLOGIE    Objectif 1 – Permettre à l’Afrique  de  maîtriser  et  d’appliquer  la  science,  la  technologie  et  les  innovations  connexes  et  de  faire  disparaître la pauvreté et d’obtenir  un développement durable. Objectif 2 – Assurer que l’Afrique  contribue à la masse mondiale de  connaissances  scientifiques  et  d’innovations techniques.      
  • 79. Science & Technologie        69   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     millénaire  et  au  développement  durable.  Des  réseaux  ont  été  créés  dans  les  domaines  des  biosciences,  des  sciences mathématiques, de la technologie du laser, des sciences et de la technologie de l’eau, des indicateurs de  science, de technologie et d’innovation. Des réseaux additionnels sont créés dans les domaines de la recherche et  du développement en énergie et en santé. Le secteur de science et de technologie a pour objectif de produire des  connaissances qui devraient contribuer à la production et à la prestation efficiente de biens et de services, en  particulier  dans  les  secteurs  suivant :  les  infrastructures,  la  santé  publique,  l’agriculture,  l’environnement  et  le  commerce et l’industrie.  Le Plan d’action consolidé identifiait trois piliers de S&T :  1. Renforcement de la capacité : Développement de compétences humaines en science et en technologie  pour régler les problèmes africains.  2. Production de connaissances : Production de connaissances scientifiques et techniques sur les problèmes  africains et sur la manière de les régler.  3. Innovation  technique  :  Innovation  de  produits,  processus  et  services  spécifiques  au  contexte  africain. 
  • 80. Science & Technologie      Programmes prioritaires du PAA en science et technologie, 2010 ‐ 2915    Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements   Étape de  développement  Description Contact Création d’un fonds  africain d’éducation, de  science et de  technologie    Continentale  100 millions $US  sur six ans  * 22 millions $US  (UE, BAD, CUA,  Guinée  équatoriale)  Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet   L’Union  africaine  vise  à  créer  un  Fonds  consacré  au  développement  d’un  niveau  supérieur  d’éducation,  de  science  et  de  technologie  en  Afrique,  pour  attirer  des  ressources  financières  pour  la  mise  en  œuvre durable du Plan d’action consolidé de  science et de technologie de l’Afrique et son  livre  de  projets  phares,  et  pour  le  Plan  d’action  de  la  deuxième  décennie  d’éducation en Afrique   AUC Initiative africaine en  biosciences  (biodiversité,  biotechnologie et  connaissance indigène)   Continentale  100 millions $US Étape 2 : Étude de  faisabilité/évaluation  des besoins  Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet   (projets indicatifs  identifiés)  Trois programmes de cette initiative phare  du NEPAD comprennent :   • La conservation et l’utilisation  durable de la  biodiversité   • Le développement et l’application  sécuritaire de la biotechnologie   • La constitution et l’utilisation d’une  base de connaissances indigènes  pour l’Afrique   Des  technologies  seront  élaborées  pour  l’environnement,  l’agriculture  et  la  santé.  Des  savants  et  des  techniciens  en  conservation  seront  formés  et  des  réseaux  régionaux  de  centres  d’excellence  seront  maintenus.  AU/NEPAD Bureau of  AMCOST      70   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 81. Science & Technologie        71   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements   Étape de  développement  Description Contact Soutien de l’Union  africaine en matière de  biosécurité,  biotechnologie,  bioéthique et  biodiversité  Continentale  12,8 millions $US  sur 4 ans     *400.000 $US GTZ  (2009)    75.000 $US CE/EC  (2009)  Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet  Ce  programme  soutiendra  l’UA  en  matière  de  biosécurité  et  autres  aspects  connexes  comme la biotechnologie, la bioéthique et la  diversité biologique. Il bâtira les capacités et  les instruments nécessaires pour assurer que  les  États  membres  mettent  en  œuvre  le  protocole  de  Carthagène  sur  la  biosécurité,  par  l’adoption  harmonisée  de  la  Loi  cadre  africaine,  en  tenant  compte  également  des  questions de bioéthique.  CUA Bloc environnemental   (Énergie, eau et  désertification)  Continentale  68 millions $US   (15 millions $US  pour l’énergie   45 millions $US pour  l’eau   8 millions $US pour  la sècheresse et la  désertification)  Étape 2: Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins,   Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet   (projets indicatifs  identifiés)  Les programmes de ce groupe impliquent :  • Bâtir une base d’énergie durable   • Assurer  et  assurer  d’une  manière  durable l’approvisionnement d’eau  • Lutter  contre  la  sècheresse  et  la  désertification   Ce programme cherche à obtenir une  gamme de technologies énergétiques  renouvelables produite et utilisée par les  Africains et des réseaux actifs de centres  d’excellence pour l’énergie, l’eau et la  désertification.   UA/NEPAD Bureau du   AMCOST 
  • 82. Science & Technologie        72   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements   Étape de  développement  Description Contact Bloc de sciences  naturelles et de génie   (Sciences des matériaux,  fabrication, laser et  post‐ récolte)  Continentale  30 millions $US    (15millions $US  pour les sciences  des matériaux   10 millions $US  pour la capacité  de génie de  fabrication  5 millions $US  pour les pertes  d’aliments post‐ récolte)  Étape 2: Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins,   Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/ projet  (projets indicatifs  identifiés)  Ce bloc vise à :  Bâtir la capacité de l’Afrique en sciences des  matériaux et en capacité de génie de  fabrication;   Renforcer le Centre du laser africain et les  technologies pour réduire les pertes  d’aliments post‐récolte   Ajouter de la valeur au programme de  développement des infrastructures de  l’Afrique au moyen de technologies  davantage efficientes   UA/NEPAD Bureau du  AMCOST  Système d’échange  Internet africain   Continentale  4 millions $US  * Coûts de PMU  (UA) Stations  pivots régionales  (Transporteurs  régionaux  d’Internet et  transporteurs  continentaux)   25 % (min)  Exploitant hôte   Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet     Ce  projet  vise  à  soutenir  le  travail  de  l’Association  africaine  de  fournisseurs  d’Internet  (AfrISPA)  de  création  d’une  infrastructure  d’Internet  vraiment  africaine,  en fournissant les politiques et les réformes  réglementaires,  la  construction  de  la  capacité,  l’aide  technique  aux  associations  ISP  et  des  points  d’échange  d’Internet  en  Afrique.  Ce programme  est  l'un des projets  phares  du  ARAPKE  (Plan  régional  africain  d’action  sur  l’économie des  connaissances),  qui a été approuvé par le Sommet de l'UA en  2006.   CUA
  • 83. Science & Technologie        73   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements   Étape de  développement  Description Contact Amélioration des  conditions de politiques  de recherché, de  développement et de  transfert de technologie  Continentale  50 millions $US Étape 2 : Étude de  faisabilité/Évaluation  des besoins (projets  indicatifs indiqués)  Ce bloc est consacré à :  • Élaborer  et  faire  adopter  des  indicateurs  de  science,  de  technologie  et  d’innovation  communs pour l’Afrique (ASTII).  • Créer  un  observatoire  africain  de  STI.  Il prévoit la création chez les États membres  de structures de gouvernance, de politiques  et de priorités pour des parcs de technologie  et de science et technologie pour faciliter les  transferts  de  technologie  aux  utilisateurs  finaux.    UA/NEPAD Réseau d’incubation en  science, technologie et  innovation africaine    Continentale  25 millions $US  sur six ans   *UA couvant le  coût du PMY, pays  hôtes couvrant au  moins 25 %  Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet   Cette  initiative  implique  la  création  d’un  réseau  d’incubation  totalement  fonctionnel  en  science,  technologie  et  innovation  (STI)  comprenant  une  unité  de  gestion  du  programme  et  cinq  centres  régionaux  (un  dans  chaque  région  de  l’Union  africaine)  pour  soutenir  la  commercialisation  des  résultats  en  STI  et  l’industrialisation  de  l’Afrique.   CUA      
  • 84. Science & Technologie        74   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 85. Commerce, industrie, accès ……        75   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LE COMMERCE, L’INDUSTRIE, L’ACCÈS  AU MARCHÉ ET LE DÉVELOPPEMENT DU  SECTEUR PRIVÉ   Faire progresser la compétitivité de l’Afrique dans le marché mondial   La disparition de la pauvreté et de la faim extrême peut seulement être obtenue par une accélération de la  croissance économique et une amélioration de la compétitivité –Sous‐secrétaire général des N.U. Asha‐Rose Migiro  Le commerce, l’industrialisation et l’investissement. En 2007, les exportations s’élevaient à presque 425 milliards  $US et représentaient 3 % des exportations mondiales. Les exportations ont surtout lieu en carburants et produits  miniers (70 %) et en produits agricoles. Les exportations vers l’Asie ont considérablement augmenté. À l’intérieur  de l’Afrique, le commerce intra‐régional représente 7 % du total des exportations, contre environ 50 % en Asie. Les  industries manufacturières représentent moins que 15 % du produit intérieur brut dans beaucoup de pays africains  et sont concentrées en alimentation, textiles, vêtements et chaussures. Les flux d’investissement étranger direct  vers  l’Afrique  sont  passés  d’environ  13  milliards  $US  en  2002  à  45  milliards  $US  en  2007,  principalement  en  industries minières et diverses industries de services. Les flux totaux  de capital privé net se sont élevés à 81 milliards $US en 2007.   Les défis. Avec presque la moitié de la population âgée de moins de  25  ans,  la  création  d’emplois  et  de  perspectives  de  carrière  est  essentielle à la prospérité et à la stabilité de l’Afrique. L’Afrique est  dotée  de  ressources  naturelles  abondantes,  en  particulier  de  nombreuses  ressources  agricoles  et  minérales  industrielles,  mais  le  continent  demeure  relativement  pauvre,  avec  peu  ou  pas  de  fabrication  et  d’addition  de  valeur  locale,  et  des  ajouts  locaux  minimaux. Leur dépendance aux matières premières expose les pays  africains riches en ressources aux caprices des marchés mondiaux et  des cycles de marchandises. Les contraintes de l’offre jouent un rôle  limitateur  dans  de  nombreux  pays,  en  fabrication  aussi  bien  qu’en  agriculture.  Les réponses. Le NEPAD a reconnu le rôle critique du secteur privé,  possédé  par  des  Africains  aussi  bien  que  des  étrangers,  comme  moteur de la croissance économique du continent. Il a encouragé les  gouvernements  à  créer  un  milieu  qui  favorise  les  activités  commerciales et les investissements, et il a encouragé les partenaires  à  faciliter  un  plus  grand  accès  au  marché  mondial.  Les  mesures  comprennent  des  réformes  juridiques  et  réglementaires,  une  harmonisation  des  normes  et  une  facilitation  du  commerce,  une  réduction des droits de douane intérieurs, un approfondissement des  marchés  financiers,  l’acquisition  de  technologie  et  le  partage  des  L’aide  au  commerce  est  l’assistance  par  la  communauté  internationale  pour  aider  les  pays  à  traiter  les  contraintes  du  côté  de  l’offre  à  leur  participation  aux  marchés  internationaux  et  pour  faire face aux ajustements transitionnels aux coûts  dus  à  la  libéralisation  du  commerce.  Elle  couvre  l’assistance  en  politique  et  réglementation  commerciale  mais  également  en  infrastructures  connexes  au  commerce  et  en  ajustements  aux  budgets  gouvernementaux  liés  au  commerce.  La  réunion ministérielle de l’OMC à Hong Kong a lancé  cette initiative en 2005.  L’Union  européenne  est  un  partisan  majeur  de  cette  démarche  et  a  engagé  2,73  milliards  EUR  à  l’Afrique  en  2007.  Le  soutien  à  l’intégration  régionale  est  une  priorité.  Le  Fonds  de  développement  européen  a  affecté  645  millions  EUR à l’Afrique orientale et australe (EAC‐COMESA‐ SADC),  principalement  pour  un  programme  de  corridor Nord‐Sud planifié conjointement. Un autre  examen régional de l’aide au  commerce a eu lieu  dans  la  région  de  l’ECOWAS  en  juin  2009  et  un  examen mondial est prévu en juillet 2009.   Dans  ce  contexte,  on  peut  considérer  l’aide  au  commerce  comme  une  modalité  importante    de  financement, qui fournit un soutien technique à la  libéralisation  du  commerce  et  qui  soutient  également  la  base  d’infrastructures  qui  est  essentielle pour faire croître le commerce. 
  • 86. Commerce, industrie, accès ……        76   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     connaissances,  la  diversification  industrielle  et  une  participation  stratégique  aux  négociations  commerciales  internationales.   En  outre,  des  politiques  économiques  fondamentales  comme  celles  favorisant  les  investissements  en  infrastructures (énergie, communications, transports et eau, etc.) sont essentielles à la promotion et au maintien  du  développement  industriel  de  l’Afrique.  Également,  le  renforcement  de  la  capacité  humaine  par  la  santé,  l’éducation  et  la  formation  et  le  développement  technologique est nécessaire pour permettre au continent  d’entrer en concurrence dans une économie mondiale de  plus  en  plus  axée  sur  les  connaissances.  L’aide  au  commerce est un mécanisme qui peut traiter ces impératifs  (voir la case).  Le  commerce,  l’industrie,  l’accès  au  marché  et  le  développement  du  secteur  privé et l’intégration régionale en Afrique   L’ouverture  des  marchés  africains  par  le  développement  des  infrastructures  et  la  facilitation  du  commerce  est  un  élément important d’intégration régionale en Afrique. Les  huit  Communautés  économiques  régionales  (CER)  du  continent  sont  déterminantes  pour  élargir  les  zones  de  libre échange et les unions douanières, ainsi que d’autres  formes de facilitation du commerce.     Les partenaires   L’UA/NEPAD  travaille  en  coopération  avec  un  certain  nombre d’organismes spécialisés continentaux et régionaux  à  promouvoir  l’intégration  régionale  en  commerce,  industrie,  accès  au  marché  et  développement  du  secteur  privé en Afrique, en particulier :  Les partenaires internationaux  • L’Organisation  des  Nations  Unies  pour  le  développement industriel (ONUDI)  Les partenaires continentaux   • La Conférence des ministres africains de l’industrie  (CAMI)  • La Facilité de climat d’investissement (ICF)  Les partenaires régionaux   • Les Communautés économiques régionales           LES  OBJECTIFS  DE  L’UA/NEPAD  EN  COMMERCE,  ACCÈS  À  L’INDUSTRIE/AU  MARCHÉ  ET  DÉVELOPPEMENT  DU  SECTEUR  PRIVÉ  SONT  BASÉS  SUR  LES  MESURES SUIVANTES :    Objectif 1 – Bâtir la capacité productive et les  capacités pour transformer l’avantage  comparatif en compétitivité industrielle.  Objectif 2 – Promouvoir les actions qui  facilitent les exportations de produits à valeur  ajoutée par la conversion des marchandises  en produits.  Objectif 3 – Améliorer les liens commerciaux  et la pénétration dans le marché pour élargir  l’étendue du marché des produits.    Objectif  4  – Promouvoir  les  chaînes  de  valeurs  en  pensant  mondialement  et  en  agissant  localement,  pour  créer  les  emplois  et réduire la pauvreté.    Objectif  5  – Développer  les  petites  et  moyennes  entreprises  (PME)  et  leurs  liens  avec  les  grandes  entreprises  pour  saisir  les  opportunités d’expansion industrielle.    Objectif  6  – Promulguer  la  normalisation,  l’accréditation,  la  qualité  et  la  métrologie  pour  une  intégration  efficace  au  marché  mondial.   
  • 87. Commerce, industrie, accès ……        77   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015       L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en commerce, industrie, accès au marché et  développement du secteur privé  En 2004, le Sommet de l’Union africaine à Addis Ababa a adopté l’Initiative africaine de capacité productive (APCI)  comme  cadre  de  politique  de  l’effort  d’industrialisation  de  L’Afrique  par  le  NEPAD.  L’APCI  était  conçue  pour  faciliter un passage à une démarche pratique visant à favoriser, par une démarche sectorielle, la productivité et le  rendement industriel, la création d’emplois durables et la contribution de l’industrie à la réduction de la pauvreté.    En  janvier  2008,  l’Assemblée  de  l’Union  africaine  a  adopté  le  Plan  d’action  pour  le  développement  industriel  accéléré de l’Afrique (AIDA). La Conférence des ministres africains de l’industrie (CAMI) a par la suite adopté une  Stratégie de mise en œuvre d’AIDA, pour :     •    Promouvoir la diversification économique par des activités de valeur ajoutée industrielle;  •  Créer un milieu favorable et un cadre institutionnel qui favorise le développement industriel privé sensible au  secteur, la coopération économique régionale et la compétitivité internationale: et  •  Améliore la capacité du côté de l’offre et du côté de la demande de production industrielle et du commerce.    Les objectifs de cette stratégie spécifiques aux programmes sont basés sur les mesures indiquées dans la case  jointe.  
  • 88. Commerce, industrie, accès ……    Programmes prioritaires du PAA en commerce, industrie, accès au marché et développement du secteur privé,  2010‐2015  Titre  Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement   Description Contact Facilité du climat  d’investissement (ICF)    Continentale  Demandes  supplémentaires  identifiées   * 175 millions $US  (Partenaires  internationaux,  gouvernements,  corporations)  Étape 4: Mise en  œuvre et exploitation   L’ICF est un partenariat public‐privé, qui s’efforce  d’améliorer  le  climat  d’investissement  du  continent  en  enlevant  les  obstacles  à  l’investissement intérieur et étranger et en faisant  la  promotion  de  l’Afrique  comme  bonne  destination  pour  les  investissements.  Elle  fournit  un mécanisme par lequel le secteur privé, les pays  du G8, les autres donateurs, les gouvernements et  les institutions africaines peuvent soutenir la vision  de  croissance  et  de  développement  durable  de  l’Afrique    NEPAD, ICF (Arusha,  Tanzanie)  Initiative Africa  Investissement du  NEPAD‐OCDE  Continentale  2 millions euro par  an   *1,7 million euro  par an (UE, États  membres)  Étape 3 Structuration et  Promotion du  programme/projet   Cette initiative vise à soutenir les pays africains à  améliorer  leur  capacité  de  renforcer  l’environnement  d’investissements  pour  la  croissance et le développement, conformément au  Consensus  de  Monterrey  des  Nations‐Unies,  en  aidant  le  processus  du  APRM  et  les  réformes  du  climat d’investissements.  NEPAD, OCDE Stratégie pour la mise  en œuvre du Plan  d’action pour un  développement  industriel accéléré de  l’Afrique (AIDA)  Continentale  250.000 $US (pour les études  d’Identification des  programmes et des  projets)  Étape 1 : identification  du programme/ projet   La  stratégie  de  mise  en  œuvre  de  l’AIDA  définit  sept  catégories  de  mesures  à  prendre  à  court,  moyen  et  long  terme  pour  promouvoir  le  développement  industriel  de  l’Afrique.  Ces  mesures sont : développer la politique industrielle  et  l’orientation  institutionnelle,  moderniser  la  capacité productive et de la capacité commerciale,  promouvoir  les  infrastructures  et  le  développement  énergétique  pour  les  processus  industriels,  promouvoir  les  compétences  industrielles  et  techniques,  favoriser  l’innovation  industrielle  et  les  systèmes  technologiques  et  la  recherche  et  le  développement,  favoriser  le  financement et mobiliser les ressources, et obtenir  un  développement  durable  pour  une  industrialisation responsable.  CAMI     78   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 89. Environnement et changement climatique         79   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015         L’ENVIRONNEMENT ET   LE CHANGEMENT CLIMATIQUE     Promouvoir la durabilité et la bonne intendance des écosystèmes de l’Afrique  L’Afrique contient certaines des ressources environnementales les plus riches du monde. Les Africains dépendent  d’un écosystème sain et vibrant pour vivre, et utilisent les produits forestiers, l’eau, les aliments à toutes sortes  d’usages, allant de la production agricole jusqu’au tourisme. Cependant, si l’Afrique n’est pas capable de favoriser  une utilisation durable et une bonne gestion de ses ressources, ces trésors feront face à de nombreuses menaces  dans l’avenir.     Une biodiversité riche L’Afrique contient plus de 3.000  zones protégées, comprenant 198 zones de protection  marine,  50  réserves  de  la  biosphère  et  80  zones  humides  d’importance  internationale.  Huit  des  34  régions  névralgiques  de  la  biodiversité  du  monde  se  trouvent en Afrique. 34  En dépit de leur statut reconnu,  ces  zones  sont  menacées  par  le  braconnage,  le  défrichement  illicite  et  l’introduction  d’espèces  nouvelles.      La menace de la dégradation de la terre  En l’absence  d’une  bonne  gestion  de  l’environnement,  la  terre  se  dégrade de plus en plus en Afrique. Les formes les plus  répandues  de  dégradation  sont  la  désertification,  la  déforestation,  les  tempêtes  de  poussière,  l’augmentation  de  la  pollution  et  la  perte  de  l’écosystème  par  urbanisation  rapide.  Trente  et  un  pour cent des grands pâturages et 19 % des forêts de  la  région  sont  classé   comme  dégradés.  Les  forêts  représentent plus de 20 % des terres africaines, mais  sont  détruites  par  l’exploitation  forestière  et  la  conversion à l’agriculture et à l’urbanisation. L’Afrique  perd  actuellement  plus  de  quatre  millions  d’hectares  de forêt chaque année – deux fois le taux moyen de  déforestation du monde.  s                                                               La  menace  du  changement  climatique  Bien  que  l’Afrique  produise  seulement  4  %  du  total  des  émissions  mondiales  de  dioxide  de  carbone,  ses  habitants  souffrent  énormément  des  conséquences  du  changement  climatique.  Dans  de  nombreuses  parties  du  continent,  même  des  petits  changements  de  précipitations  et  de  disponibilité  d’eau  ont  des  effets  dévastateurs  sur  la  production  agricole  et  par  conséquent  sur  la  sécurité  alimentaire.    Comme  le  changement  climatique  s’intensifie  et  ses  incidences  s’accentuent,  l’adaptation  des  collectivités africaines posera de plus en plus de défis.     34   Atlas de l’Afrique pour notre environnement changeant, PNUE  Source: Atlas de l’Afrique pour notre environnement  changeant, PNUE 
  • 90. Environnement et changement climatique         80   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015       L’intégration régionale en environnement et changement climatique en Afrique  Beaucoup de questions environnementales dépassent les frontières nationales. L’utilisation durable de ressources  naturelles  comme  celles  tirées  des  écosystèmes  forestiers  et  la  surveillance,  la  gestion  et  le  contrôle  du  changement  climatique  posent  un  problème  majeur  à  tous  les  pays  africains.  Comme  ces  ressources  et  ces  questions  couvrent  plus  d’un  pays,  elles  reçoivent  souvent  des  niveaux  de  priorité  politiques  différents  et  des  démarches différentes de gestion, de lois et de règlements. Certains efforts ont été accomplis pour introduire des  mécanismes de gestion qui impliquent une coopération internationale, mais il reste de nombreux défis à relever  pour obtenir un cadre uniformisé. À cette fin, l’UA/NEPAD a mis l’accent sur six domaines de programmes et trois  questions communes dans le Plan d’action du NEPAD pour l’initiative environnementale, qui met l’accent sur la  promotion de la coopération régionale pour les questions transfrontalières d’environnement :    • Domaine de programmes 1 ‐  La lutte contre la dégradation des sols, la sècheresse et la désertification  • Domaine de programmes 2 ‐  La conservation des terres humides africaines  • Domaine de programmes 3 – La prévention, le contrôle et la gestion des espèces étrangères envahisseuses  • Domaine de programmes 4 ‐  La conservation et l’utilisation durable des ressources maritimes, côtières et des eaux  intérieures   • Domaine de programmes 5 – La lutte contre le changement climatique en Afrique  • Domaine de programmes 6 ‐  La conservation ou la gestion transfrontalière des ressources naturelles  • Question commune 1 – La santé et l’environnement   • Question commune 2 – Le commerce et l’environnement  • Question commune 3 – La technologie et l’environnement  Les partenaires institutions en environnement et changement climatique   L’UA/NEPAD travaille en coopération avec un certain nombre d’organismes spécialisés continentaux et régionaux à  promouvoir l’intégration régionale et environnement et changement climatique en Afrique, en particulier :  Les partenaires mondiaux   • Le  Système mondial d’observation du climat (SMOC)  • Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)  • L’Organisation météorologique mondiale (OMM)  • Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM)  • La surveillance africaine de l’environnement pour un développement durable de la Commission européenne (AMESD)  • L’Institut international de recherche pour le climat et la société (IRI)  • L’Institut de l’énergie et des ressources (TERI)  • L’Institut de l’environnement de Stockholm (SEI)      Les partenaires continentaux   • La Conférence des ministres de l’environnement de l’Afrique (AMCE)  • Le Centre africain pour les applications météorologiques en faveur du développement (CAAMD)  • Le Centre pour l’économique et la politique de l’environnement en Afrique (CEEPA)                                                         Les partenaires régionaux   • Le Centre des prédictions et des applications climatiques (IGAD‐ICPAC)  • Le Centre régional d’agriculture, d’hydrologie et de météorologie (AGRHYMET)     • Le Centre de surveillance de la sècheresse du SADC (SADC‐DMC)  • L’Observatoire du Sahara et Sahel (OSS)  • La Commission du bassin du lac Victoria (LVBC)    • L’Initiative du bassin du Nil (NBI)   
  • 91. Environnement et changement climatique     • La Communauté économique des Grands Lacs (CEPGL)    • La Commission forestière de l’Afrique centrale (COMIFAC)    • SudSudNord (SSN)               L’accent stratégique de  l’UA/NEPAD en  environnement et  changement climatique    LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  EN  ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE    Objectif  1  –  CONTRIBUER  À  LA  MISE  EN  OEUVRE  DU  NEPAD  par  la  mise  en  œuvre  efficace  de  son  initiative  environnementale  Objectif  2  –  PROMOUVOIR  UNE  UTILISATION  DURABLE  des ressources naturelles et renforcer le soutien public et  politique des initiatives environnementales régionales et  sous‐régionales   Objectif  3  ‐      SOUTENIR  LA  TENUE  PAR  LES  PAYS  AFRICAINS  de  leurs  engagements  en  vertu  des  conventions  environnementales  mondiales  et  régionales  et des autres instruments juridiques dont ils sont parties  Objectif  4  –  AMÉLIORER  LES  CAPACITÉS  HUMAINES  ET  INSTITUTIONNELLES  des  pays  africains  de  relever  efficacement  les  défis  environnementaux  posés  au  continent  Objectif 5 – PROMOUVOIR L’INTÉGRATION des questions  environnementales  aux  stratégies  de  réduction  de  la  pauvreté  Objectif 6 – FAVORISER LA COOPÉRATION RÉGIONALE ET  SOUS‐RÉGIONALE  pour  relever  les  défis  environnementaux Objectif 7 – BÂTIR UN RÉSEAU DE CENTRES RÉGIONAUX  D’EXCELLENCE en science et en gestion environnementale Objectif  8  –  MOTIVER  ET  DIRIGER  LES  COMMUNAUTÉS  SCIENTIFIQUES  ET  TECHNIQUES  AFRICAINES  ET  INTERNATIONALES  pour  résoudre    les  problèmes  environnementaux pressants de l’Afrique  Objectif 9 – AMÉLIORER LA PARTICIPATION EFFICACE des  groupes africains majeurs et leur contribution importante  à informer la prise de décision gouvernementale  Objectif 10   ‐ AMÉLIORER LE CADRE INSTITUTIONNEL de  gouvernance environnementale régionale  Objectif  11  –  MOBILISER  LES  RESSOURCES  INTERNATIONALES pour la mise en œuvre de l’initiative  environnementale du NEPAD  Objectif  12      ‐  FOURNIR  UN  CADRE  DE  PARTENARIAT  entre  les  pays  africains  eux‐mêmes  et  avec  leurs  partenaires  bilatéraux  et  plurilatéraux,  en  particulier  les  institutions  financières  plurilatérales  comme  le  FEM,  conformément à l’esprit et à la lettre de la déclaration du  millénaire des Nations Unies     Le Plan d’action du NEPAD pour l’Initiative  environnementale  est  le  document  directeur des activités de l’UA/NEPAD dans  le  secteur  de  l’environnement  et  du  changement climatique. Des plans d’action  environnementale  sous‐régionaux  (des  SREAPs)  ont  également  été  élaborés  et  adoptés  par  de  nombreuses  sous‐régions  (p. ex. le SREAP de IGAD, qui couvre chacun  des  domaines  de  programmes  du  Plan  d’action,  y  compris  la  surveillance).  Les  objectifs  généraux  des  activités  de  l’UA/NEPAD  en  environnement  et  changement  climatique  figurent  dans  la  case jointe.   Le  financement  carbone  n’a  pas  joué  un  grand rôle pour financer le développement  africain  jusqu’à  présent,  pour  des  raisons  spécifiques.  Le  mécanisme  de  développement  propre  (CDM)  a  mis  principalement l’accent sur les éléments de  réduction  des  émissions  des  projets,  et  fournit uniquement des liquidités après les  investissements.  Comme  les  émissions  de  l’Afrique  sont  relativement  basses  et  comme  les  marchés  financiers  africains  sont moins développés que dans certaines  autres  parties  du  monde,  ce  genre  de  financement  n’a  pas  fourni  des  montants  importants  de  capital  d’investissement.  Avec  un  développement  ultérieur  du  mécanisme  et  des  marchés  en  capital  intérieurs,  le  financement  carbone  peut  jouer  un  rôle  plus  grand  dans  l’investissement  des  projets  africains.       81   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 92.   Environnement et changement climatique     Programmes prioritaires du PAA en environnement et changement climatique, 2010 – 2015    Titre  Région  Coût estimé, * Engagements  État de développement  Description Contact Plan de convergence sur  les forêts du bassin du  Congo (Fonds du bassin  du Congo)    Centrale  * 50 millions £  (DFID) et le Fonds de  transformation  environnementale  (ETF), pour les coûts  d’exploitation.  * 125 millions  $US  par an pour  sauvegarder les  forêts et  l’environnement  dans le bassin du  Congo (donateurs  divers)  * 15 millions $US  (ONG)  *50 millions $US  (FBC, for PACEBCo,  2009    Étape 4: Mise en œuvre  et exploitation  Le Fonds du bassin du Congo (CBF) a pour  objet de créer une masse de ressources  mobilisées  des  donateurs  pour  soutenir  des  démarches  innovatrices  et  transformatrices  visant  à  réduire  la  pauvreté  et  à  traiter  le  changement  climatique  en  réduisant,  ralentissant  et  éventuellement  renversant  le  taux  de  déboisement dans le bassin du Congo.  La  Commission des Forêts d’Afrique Centrale  (COMIFAC) a élaboré un plan d’action de  dix ans, appelé le «Plan de Convergence»  avec  dix  zones  stratégiques  qui  forment  la  base  des  activités  susceptibles  d’obtenir  des  fonds  du  FBC :  (1)  l’harmonisation  des  politiques,  (2)  la  connaissance  des  ressources,  (3)  la  gestion  et  le  reboisement,  (4)  la  conservation  de  la  biodiversité,  (5)  la  valorisation  durable,  (6)  le  développement  de  solutions  de  réduction de la pauvreté et de solutions  alternatives,  (7)  le  renforcement  de  la  capacité, la participation et l’information,  (8) la recherche et le développement, (9)  les  mécanismes  de  financement,  et  (10)  la coopération et le partenariat.  Commission des  Forêts d’Afrique  Centrale (COMIFAC)  CEEAC     Fonds forestier du  bassin du Congo,   BAD          82   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 93.   Environnement et changement climatique         83   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Titre  Région  Coût estimé, * Engagements  État de développement  Description Contact Climat pour le  développement en  Afrique    Continentale  134 millions $US sur  4 ans   (Gestion financière  du ClimDev Trust  Fund par la BAD,  Financement par un  mélange de  programmes et de  fonds de fiducie.   Étape 3 : Structuration  et Promotion du  programme/projet  Le  programme  de  climat  pour  le  développement  en  Afrique  (ClimDev  Africa)  soutient  la  réponse  de  l’Afrique  aux  variations  et  aux  changements  du  climat  en  bâtissant  une  capacité  de  politique  régionale,  sous‐régionale  et  nationale.  Il  améliorera  la  qualité  et  la  disponibilité  des  renseignements  et  de  l’analyse  pour  les  décideurs.  Ses  bénéficiaires  immédiats  seront  les  institutions régionales, sous‐régionales et  nationales  qui  cherchent  à    gérer  la  réponse  au  changement  climatique  en  Afrique.  Par  ces  organismes,  le  programme  vise  à  augmenter  la  résistance  de  la  population  africaine  au  changement climatique, en entreprenant  des activités d’adaptation efficaces.   Joint  CUA/ECA/Secrétariat  de la BAD         Initiative de mur vert  pour le Sahara et le  Sahel    Du Nord,  Occidentale,  Orientale  639 millions $US sur  10 ans   (Estimation  préfaisabilité)  250.000 $US  (pour les études  d’Identification)  Étape 1: Identification  du programme / projet   Le  Mur  vert  pour  le  Sahara  et  le  Sahel  consiste en un ensemble d’interventions  intégrées  qui  traitent  les  questions  multisectorielles  qui  ont  un  effet  sur  la  vie des habitants des régions du Sahel et  du Sahara en Afrique. Ces interventions,  qui  sont  plurisectorielles  et  pluridimensionnelles, traitent d’un grand  nombre  de  questions,  en  particulier :  la  gestion  des  ressources  de  la  terre,  de  l’eau et des forêts, la conservation du sol,  le développement pastoral, la production  agricole durable ainsi que la contribution  des  rapports  hommes‐femmes  et  de  la  jeunesse au développement.      UAC, CENSAD      Les autres projets d’intégration régionale actuellement en développement en environnement et changement climatique sont les suivants : 
  • 94.   Environnement et changement climatique         84   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     Priorités naissantes en environnement et changement climatique     Programmes et projets en environnement et changement climatique   Ressources génétiques et produits forestiers non ligneux et Programme de renforcement de la capacité humaine et des ressources  de toute l’Afrique pour  l’adaptation et la réduction. Ces projets ont été proposés comme priorités panafricaines mais nous n’avons reçu aucune documentation pertinente.  Programme de réduction des risques de catastrophe. Ce programme a pour objet de réduire les incidences sociales, économiques et environnementales des  catastrophes sur les habitants et les économies de l’Afrique. Ses objectifs sont les suivants : augmenter l’engagement politique à la réduction des risques de  catastrophe; améliorer l’identification et l’évaluation des risques de catastrophe; améliorer la gestion des connaissances pour la réduction des risques de  catastrophe; sensibiliser le public à la réduction des risques de catastrophe; améliorer la gouvernance des institutions de réduction des risques de catastrophe;   intégrer la réduction des risques de catastrophe à la gestion de la réponse en cas d’urgence; bâtir la résistance au palier national pour bien répondre aux  catastrophes et améliorer les mécanismes d’atténuation et d’adaptation, surtout au palier local.  Gestion des ressources forestières transfrontalières.  Ce projet vise à promouvoir la conservation de la biodiversité dans les forêts de la Haute Guinée de  l’Afrique occidentale (Liberia, Guinée, Sierra Leone et Côte d’Ivoire) par la création de parcs forestiers transfrontaliers avec l’engagement actif des collectivités  locales. Le projet vise à bâtir/renforcer les relations de collaboration entre les institutions forestières de la région afin de minimiser le commerce frontalier en  produits forestiers et animaux.     Projet de gestion intégrée du Fouta Djallon. Ce projet soutiendra l’entretien et la maintenance des ressources en eaux et en forêts des hautes terres du Fouta  Djallon en Guinée. On appelle cette région le château d’eau de l’Afrique occidentale, car la plupart des fleuves majeurs de la région y prennent naissance. Ce  projet aide les autorités nationales de 8 pays membres à surveiller et à évaluer les conditions des ressources naturelles, surtout en aval. Ce projet bénéficiera  bientôt d’un financement du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) pour créer un observatoire de surveillance générale des ressources, ainsi que pour  bâtir les capacités au palier national.  L’érosion côtière atlantique est un problème environnemental majeur pour de nombreux pays de l’Afrique occidentale, comme l’ont reconnu les conventions  d’Abidjan et de Nairobi et la résolution d’Arusha de 1993. Le désert côtier atlantique important en matière écologique est menacé par cette érosion, ainsi que  des zones davantage peuplées. Les efforts pour combattre l’érosion nécessiteront des démarches davantage coordonnées et un financement important.     
  • 95. Tourisme        85   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LE TOURISME   Amener le monde à l’Afrique  L’expansion du tourisme est l’un des moteurs principaux de croissance de l’Afrique. Le tourisme est une industrie  mondiale reconnue qui peut avoir une grande incidence sur les tendances de développement local. Le tourisme  crée une augmentation de la richesse et de l’emploi et peut stimuler la protection et l’amélioration des ressources  environnementales et culturelles. Les initiatives transfrontalières de tourisme ont aussi le potentiel de promouvoir  l’intégration régionale. L’Afrique offre un potentiel touristique considérable, et largement inexploité. Au cours des  30 dernières années, le développement du tourisme dans l’ensemble de l’Afrique a été très positif. L’Organisation  mondiale du commerce (OMC) a qualifié l’Afrique de destination touristique qui a crû le plus rapidement en 2005  et  2006.  Les  perspectives  de  développement  touristique  de  l’Afrique  sont  prometteuses  jusqu’en  2020.  Cette  année,  on  estime  que  l’Afrique  recevra  77  millions  de  touristes  et  que  le  tourisme  sera  l’un  des  secteurs  de  l’économie  les  plus  dynamiques,  grâce  à  sa  contribution  en  rentrées  de  devises  étrangères  à  la  balance  des  paiements,  à  sa  création  directe  et  indirecte  d’emplois  et  à  son  influence  sur  les  autres  secteurs  comme  l’agriculture,  la  pêche  et  l’artisanat.35   Réalisant  les  avantages  potentiels  offerts  par  le  tourisme  à  l’Afrique,  de  nombreux pays africains ont identifié le tourisme comme un secteur prioritaire pour la croissance économique.      Le secteur touristique en Afrique se trouve encore à une étape précoce de développement. L’industrie touristique  dans toute l’Afrique fonctionne au‐dessous des normes internationales de concurrence. L’industrie touristique de  l’Afrique  fournit  en  général  du  travail  saisonnier,  peu  rémunéré,  des  services  inadéquats  et  il  y  a  des  fuites  importantes  de  recettes  produites  par  le  tourisme.  Les  Chefs  d’État  et  de  gouvernement,  les  institutions  financières et le grand public sont encore insuffisamment sensibilisés à l’importance du tourisme pour leur pays.  Une  gamme  étendue  de  contraintes  gêne  actuellement  le  développement  d’un  secteur  touristique  vibrant  en  Afrique.  Le  Comité  directeur  africain  des  ministres  du  tourisme  a  identifié  et  classé  ces  contraintes  en  quatre  classes :  génériques,  structurelles,  actifs  d’offre  de  tourisme  et  durabilité  du  tourisme.  Beaucoup  de  ces  contraintes sont liées à la situation spéciale de l’Afrique, comme le VIH/SIDA, le fardeau de la dette internationale,  les guerres et les conflits régionaux. Comme destination, l’Afrique souffre d’une image défavorable en matière de  sécurité et de qualité. Des interventions sont requises pour optimiser le potentiel touristique pour atteindre les  MDG et l’Afrique doit trouver des moyens de promouvoir le secteur dans toutes les régions.     L’Afrique a besoin d’un cadre stratégique qui non seulement encourage les investissements profitables, mais  également favorise l’inclusion sociale et la disparition de la pauvreté. Réalisant les défis et les opportunités que  présente l’industrie touristique à l’Afrique, de nombreux pays africains ont élaboré un Plan d’ensemble touristique,  avec l’aide de l’OMT et des partenaires en développement. En 2004m le Plan d’action touristique pour l’UA/NEPAD  a été adopté sous la direction des ministres africains du tourisme. La mission du Plan d’action est d’optimiser le  rôle du tourisme comme moteur et catalyseur du développement et de la croissance économique en Afrique par la  création d’un milieu porteur, de la coopération régionale, de la défense du tourisme et de la participation des  intervenants.  Reconnaissant  que  les  différents  CER  et  les  différents  pays  se  trouvent  à  différentes  étapes  du  développement de leur secteur touristique, le Plan d’action vise à galvaniser l’action nationale et sous‐régionale.  Ce Plan d’action met l’accent sur les questions qui sont le mieux résolues au palier sous‐régional et continental,  avec des liaisons claires avec les activités nationales en cours. Les pays africains doivent relever le défi d’assurer                                                               35  Voir www.unwto.org/regional/africa/programme/specific_programme.html 
  • 96. Tourisme    une mise en œuvre efficace du Plan d’action en renforçant les initiatives existantes.  Il est important de noter  qu’une bonne mise en œuvre du Plan d’action dépendra largement de la mesure dont les activités touristiques,  étant des activités économiques plurivalentes, sont liées aux autres secteurs du NEPAD, comme les infrastructures.    Le tourisme et l’intégration régionale en Afrique   Comme catalyseur du développement, le tourisme peut produire un effet de retombées positives sur les autres  secteurs,  ainsi  qu’un  partage  des  coûts  de  développement.  Les  initiatives  de  tourisme  transfrontalier  ont  un  potentiel  élevé  d’amener  des  économies  d’échelle  et  de  promouvoir l’intégration régionale. Le NEPAD a reconnu que  «l’Afrique  fournit  des  prospectives  de  partenariat  créateur  entre  les  secteurs  publics  de  l’enrichissement,  des  agro‐ industries, du tourisme et du développement des ressources  humaines,  pour  relever  les  défis  du  renouveau  urbain  et  du  développement rural.» Des mesures précoces sont prises pour  promouvoir le tourisme sur une base régionale dans les pays  de  la  Corne  de  l’Afrique,  par  exemple.  Par  conséquent,  l’UA/NEPAD  a  favorisé  activement  les  interventions  de  promotion dans le secteur touristique au palier régional et au  palier  continental,  en  mettant  l’accent  sur  les  domaines  suivants :  LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  TOURISTIQUE     Objectif 1 – Créer un milieu réglementaire  porteur;  Objectif  2  –  Renforcer  la  capacité  institutionnelle;     Objectif  3  –      Promouvoir  la  commercialisation du tourisme;      Objectif 4 – Promouvoir la recherche et le  développement;     Objectif 5 – Promouvoir l’investissement en  infrastructures et produits touristiques;    Objectif  6  –  Renforcer  les  ressources  humaines et l’assurance de la qualité;    Objectif 7 – Établir et adopter  un code de  déontologie et d’éthique pour le tourisme;  et     Objectif  8  –  Mobiliser  les  ressources  financières.   • Identifier  les  projets  clés  principaux  au  palier  national  et  sous‐régional, qui produiront des retombées importantes et  aideront à promouvoir l’intégration économique;  • Élaborer une stratégie régionale de commercialisation; et  • Promouvoir  des  partenariats  comme  ceux  formés  par  l’intermédiaire des CER.     Pour  réaliser  le  grand  potentiel  de  l’Afrique  en  tourisme,  l’UA/NEPAD  travaillent  également  en  partenariat  avec  des  organismes nationaux, régionaux, continentaux et mondiaux à  promouvoir  un  programme  complet  d’intégration  régionale  dans le secteur touristique.    L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en tourisme   Le document directeur des activités de l’UA/NEPAD dans le secteur touristique est le Plan d’action touristique pour  le l’Union africaine (UA) / Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Conformément au  Plan  d’action,  le  tourisme  sera  établi  comme  instrument  clé  dans  la  transformation  et  le  développement  de  l’Afrique.  Le  secteur  touristique  devrait  réussir  à  contribuer  à  l’élimination  de  la  pauvreté,  à  la  croissance  économique et à la diversification avant 2020.   Aucun projet ou programme prioritaire n’a été identifié pour inclusion dans le Plan d’action actuel. Il pourrait être  utile  d’entreprendre  des  études  d’identification  de  programme  et  de  projet  à  une  étape  précoce  pour  entreprendre le Plan d’action touristique.       86   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 97. Gouvernance & administration publique        87   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     LA GOUVERNANCE ET  L’ADMINISTRATION PUBLIQUE  Vers un avenir démocratique pour l’Afrique   La gouvernance se trouve à la base du développement durable.  La gouvernance est interconnectée à des valeurs  institutionnalisées comme la démocratie, le respect des droits de la personne, l’imputabilité, la transparence et  une plus grande efficience et efficacité de la fonction publique. Une bonne gouvernance assure que les priorités  politiques, sociales et économiques soient basées sur un consensus large et que la voix des plus pauvres et des  plus vulnérables soit entendue dans la prise de décisions sur l’affectation des ressources de développement.36    L’amélioration de la bonne gouvernance est d’une importance capitale. On considère que la gouvernance est un  moyen  efficace  de  permettre  et  de  garantir  le  développement,  de  bâtir  ou  de  restaurer  la  stabilité  pour  faire  disparaitre les conflits dans les pays, les régions et les sous‐régions.     L’Afrique a réalisé de bons progrès pour améliorer la gouvernance; elle rencontre également des défis sérieux.   Les appels à une bonne gouvernance en Afrique ont provoqué certains progrès, en particulier en améliorant le  milieu réglementaire pour les entreprises. Les améliorations en gouvernance sont liées aux progrès dans les autres  domaines. Plus de la moitié du continent suit le processus démocratique et le montant de ressources engagé par  les gouvernements africains pour combattre la pauvreté et les autres problèmes augmente, en même temps que la  base de recettes.  Cependant, quand l’Afrique essaye de traiter les problèmes de gouvernance en développement,  elle rencontre des défis fondamentaux, en particulier : a) le besoin de bâtir la capacité des États de faire face à  leurs responsabilités au moyen de mécanismes de surveillance politique et de gestion des relations entre l’État et  la  société;  b)  le  besoin  d’instituer  des  structures  et  des  mécanismes  adéquats  qui  favorisent  une  participation  active des citoyens, l’égalité entre les sexes, la prise de pouvoir par les femmes, les droits de la personne et une  participation plus active et significatrice de la société civile dans le processus de développement; et c)  le besoin de  réduire les coûts de faire des affaires en améliorant la qualité des cadres réglementaires, en réduisant les barrières  administratives, en améliorant les infrastructures physiques et en éliminant la corruption.     On  considère  que  le  Mécanisme  d’examen  par  les  pairs  africains  (APRM)  est  un  mécanisme  conceptuel  innovateur en matière de gouvernance. Les divers organismes de l’UA jouent un rôle important dans l’évolution  des mécanismes de gouvernance en Afrique. En mars 2003, le NEPAD a adopté la procédure de l’APRM. L’APRM  est un mécanisme d’auto‐surveillance. L’APRM est un instrument mutuellement accepté volontairement, auquel  ont  accès  les États  membres  de  l’UA  comme  mécanisme  d’auto‐surveillance.  L’objectif  principal  de  l’APRM  est  d’accélérer  les  progrès  de  tous  les  pays  participants  vers  l’adoption  et  la  mise  en  œuvre  des  priorités  et  des  programmes du NEPAD, en atteignant des objectifs mutuellement convenus et en se conformant aux meilleures  pratiques relatives à chaque domaine de gouvernance et de développement de l’APRM, soit : les piliers principaux  de la Déclaration sur la démocratie, la gouvernance politique, économique et gestionnelle. La mise en œuvre de  l’APRM n’a pas eu lieu jusqu’à présent sans poser des problèmes. Il a rencontré un certain nombre de défis, allant  de ceux de nature financière, de capacité, de procédures et opérationnelle jusqu’à ceux de nature politique, au  palier national aussi bien que continental. Il y a maintenant 29 pays qui ont volontairement adhéré au Mécanisme.  Sur ces 29 pays, 14 ont créé leurs structures nationales et sont à différentes étapes de mise en œuvre du processus                                                               36  Gouvernance pour un développement humain durable, Document de politique du PNUD, PNUD 1997, pp. 2‐3.  
  • 98. Gouvernance & administration publique        88   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015     d’APRM. Cette procédure a trois étapes, commençant par une auto‐évaluation, suivie par des missions d’examen  par des pays pairs, et se terminant par la mise en œuvre du Programme national d’action.     La  gouvernance  et  l’administration  publique  et  l’intégration  régionale  en  Afrique   L’intégration  de  l’Afrique  devrait  être  basée  sur  un  ensemble  de  valeurs  fondamentales  partagées  par  tous,  comprenant la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et la primauté du droit. Une amélioration de la  gouvernance renforcera également l’intégration et l’harmonisation régionale. Pour relever les défis posés par la  gouvernance, l’UA/NEPAD travaillent en partenariat avec des organismes nationaux, régionaux, continentaux et  mondiaux à promouvoir un programme complet soutenant l’imputabilité, la transparence, la participation, luttant  contre la corruption et favorisant un cadre juridique et judiciaire habilitant. L’accent régional principal est mis sur  une  continuation  du  fonctionnement  de  l’APRM  et  une  augmentation  de  ses  membres.  D’autres  initiatives  substantielles et importantes visent à l’élaboration et la mise en œuvre de programmes d’administration efficiente  des ressources publiques, en particulier l’Initiative de transparence dans les industries extractives, l’Initiative de  transparence dans la construction, L’Ordre du jour africain pour une bonne gouvernance financière et l’Initiative  de réforme collaboratrice du budget de l’Afrique (CABRI).  Les partenaires   L’UA/NEPAD travaille en coopération avec un certain nombre d’organismes spécialisés continentaux et régionaux à promouvoir  l’intégration régionale en gouvernance en Afrique, en particulier :  Les partenaires régionaux/continentaux   • La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA)   • La Banque africaine de développement (BAD)    Les partenaires internationaux   • Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)   • Le Groupe de la Banque mondiale   • L’Union européenne     La Commission économique pour l’Afrique coordonne le soutien au NEPAD des Nations Unies au palier régional. Sa Division de  gouvernance  et  d’administration  publique  (GPAD)  vise  à  améliorer  la  capacité  nationale  des  États  membres  du  CEA  en  gouvernance et en gestion des processus de développement, ainsi qu’à soutenir le processus d’APRM. La Banque africaine de  développement soutient les initiatives de gouvernance régionale par la procédure d’APRM, en favorisant l’adoption de normes  internationales et l’harmonisation régionale des systèmes de vérification et de paiement, d’achats publics, de droit commercial  et de lutte contre le blanchiment d’argent et en soutenant les réformes en intégrité énoncées ci‐dessus.      Le  PNUD  contribue  au  Fonds  de  fiducie  de  l’APRM,  et  l’administre.  Le  Fonds  fournit  un  soutien  aux  opérations  du  groupe  d’experts et au Secrétariat de l’APRN, basé sur un Plan stratégique de trois ans. La stratégie de la Banque mondiale pour aider  l’Afrique, par une accélération de la croissance partagée, le renforcement d’États capables, la concentration de l’effort sur les  résultats et le renforcement des partenariats, a apporté des incidences positives sur la gouvernance, car les pays ont amélioré  leur classement parmi les pays qui changent leur climat pour faire des affaires.     L’Union africaine et l’Union européenne ont créé le Partenariat sur la gouvernance démocratique et les droits de la personne  pour  rassembler  leurs  idées  et  consolider  une  démarche  commune.  Cette  démarche  comprendra  la  promotion  de  l’APRM,  l’encouragement  de  la  ratification  et  de  la  mise  en  œuvre  de la  Charte  africaine  de  la  démocratie,  des  élections  et de  la 
  • 99. Gouvernance & administration publique    gouvernance et des activités connexes. La participation des femmes au processus démocratique, la gouvernance et la lutte  contre  la  corruption  recevront  une  attention  particulière  dans  toutes  les  activités  de  ce  programme.  Le  GTZ  et  d’autres  partenaires bilatéraux ont constamment fourni un soutien technique et financier à l’APRM, en plus des coûts financés par le  Fonds de fiducie.     L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en gouvernance et administration publique  Le  document  directeur  principal  des  activités  de  l’UA/NEPAD  dans  le  secteur  de  la  gouvernance  et  de  l’administration  publique  est  la  Déclaration  sur  la  démocratie,  la  gouvernance  politique,  économique  et  gestionnelle  approuvée  au  6ème   Sommet  des  Chefs  d’État  et  de  gouvernement  du  NEPAD qui a eu lieu en mars 2003 à Abuja,  Nigeria.   LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE L’UA/NEPAD STRATEGIC  DANS  LE  SECTEUR  DE  LA  GOUVERNANCE  ET  DE  L’ADMINISTRATION PUBLIQUE  Objectif 1 – Soutenir la démocratie et le processus démocratique  en (i) assurant que les constitutions nationales reflètent l’éthique  démocratique  et  fournissent  une  gouvernance  dont  l’imputation  peut être démontrée; (ii) favorisant la représentation politique; (iii)  renforçant et/ou créant une administration électorale adéquate et  la surveillance d’élections libres, justes et crédibles; (v) sensibilisant  le public à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples,  en particulier dans les établissements d’éducation.  Objectif 2 – Soutenir une bonne gouvernance en   (i)  adoptant  des  codes,  des  normes  et  des  indicateurs  clairs  de  bonne  gouvernance;  (ii)  soutenant  une  fonction  publique  imputable,  efficiente  et  efficace;  (iii)  assurant  le  fonctionnement  efficace  des  parlements  et  des  autres  institutions  imputables,  en  particulier des comités parlementaires et des organismes de lutte  contre  la  corruption;  et  (iv)  assurant  l’indépendance  du  système  judiciaire.   Objectif 3  ‐ Promouvoir et protéger les droits de la personne en (i)  facilitant  le  développement  d’organismes  de  sociétés  civiles  vibrantes, en particulier en renforçant les institutions de droits de  la  personne;  (ii)  soutenant  la  Charte  des  Nations  Unies  sur  les  droits de la personne et la Commission et le Tribunal africain des  droits  de  l’homme  et  des  peuples;  et  (iii)  assurant  la  libre  expression et la liberté de la presse.  Objectif 4  ‐ Favoriser la gouvernance économique et gestionnelle  en  adoptant  et  en  appliquant  des  codes  de  bonnes  pratiques en  matière  de  transparence  en  politiques  monétaires  et  financières;  transparence  fiscale  et  budgétaire;  gestion  de  la  dette  publique;  normes de comptabilité et de vérification; surveillance bancaire et  lutte contre le blanchiment d’argent; normes de transparence et de  gestion  financières  et  principes  pour  les  valeurs  mobilières;  et  surveillance et réglementation des assurances.  Les Chefs d’État et de gouvernement des  États  membres  de  l’UA  ont  convenu  de  travailler  ensemble  en  politique  et  en  action  pour  atteindre  les  objectifs  suivants:  La  démocratie  et  la  bonne  gouvernance  politique,  la  gouvernance  économique  et  gestionnelle,  le  développement  socio‐économique  et  le  mécanisme  d’examen  par  les  pairs  africains. Ces objectifs sont exposés dans  la case jointe.  L’APRM a été examiné au 11ème  Forum sur  le partenariat africain de novembre 2008.  Les efforts faits par les pays africains pour  obtenir  une  bonne  gouvernance  ont  été  reconnus.  Il  faut  prendre  soin  de  continuer  sur  la  lancée  de  ce  processus  permanent  et  de  mettre  en  œuvre  des  programmes  nationaux,  en  se  rendant  compte que les questions de gouvernance  nécessitent une perspective à long terme  et des efforts tenaces. Les partenaires en  développement  ont  déclaré  leur  volonté  de continuer à soutenir l’APRM.   Le  programme  de  soutien  de  la  mise  en  œuvre  du  programme  national  d’action  après l’examen de l’APRM a été créé par  le  Comité  de  direction  du  NEPAD,  pour  aider  les  pays  à  tenir  leurs  engagements  pris  dans  le  cadre  de  l’APRM.     89   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 100. Governance & Public Administration    Programmes prioritaires en gouvernance et administration publique, 2010 – 2015    Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements  Étape de  développement   Description Contact Mécanisme d’examen  par les pairs africains  (APRM), et Programme  national d’action post‐ examen (NPoA) Soutien  de la mise en œuvre   Continentale   7,1 millions $US  (2007)      Étape 4 : Mise en  œuvre et exploitation       L’APRM  est  un  instrument  utilisé  volontairement par les États membres de l’UA  comme  mécanisme  d’auto‐surveillance.  Son  objectif principal est l’adoption et la mise en  œuvre,  par  tous  les  pays  participants,  des  Piliers  de  la  Déclaration  d’Abuja  2003  sur  la  démocratie,  la  gouvernance  politique,  économique et administrative. Le processus a  trois  étapes,  commençant  par  une  auto‐ évaluation, suivie par des missions d’examen  par les pays pairs et se terminant par la mise  en œuvre d’un programme national d’action.  Le  Secrétariat  du  NEPAD  fournit  un  programme  de  soutien  aux  pays  pour  leur  permettre  de  mettre  en  œuvre  les  dimensions  variées  du  programme  national  d’action.   Secrétariat de  l’APRM,  Secrétariat du  NEPAD         90   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010‐2015    
  • 101. Paix et sécurité         91   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    LA PAIX ET LA SÉCURITÉ     Promouvoir la croissance et le développement par la stabilité  politique   Au  cours  des  deux  dernières  décennies,  le  continent  africain  a  continué  à  être  victime  de  crises  et  de  conflits  violents à long terme et parfois reliés, qui ont eu une incidence négative sur le développement du continent et ont  causé des souffrances humaines immenses. En fait, à l’heure actuelle, dans toutes les régions d’Afrique, font rage  des  conflits  armés,  sous  une  forme  ou  une  autre.  Les  conflits  armés  occasionnent  une  baisse  du  PIB  et  sont  responsables de la pauvreté en résultant. On estime que les conflits coûtent à l’Afrique en moyenne 18 milliards  $US par an37 , et que pour atteindre le 1er  objectif de développement du millénaire (réduire de moitié le nombre de  personnes vivant dans la pauvreté en 2015), l’Afrique doit soutenir un taux de croissance combiné du PIB de 7 %  par an (à partir de 2002). Les conflits armés et civils continuent à  empêcher la croissance du PIB dans tout le  continent. Si cette situation persiste, il est raisonnable de prévoir que l’objectif essentiel de développement du  millénaire, de réduire de moitié la pauvreté avant 2015, ne sera pas atteint.    Étant  données  les  implications  sérieuses  des  conflits  sur  de  nombreux  aspects du développement  africain,  des  initiatives ont été lancées au palier régional et continental pour régler les problèmes de conflit. Ces initiatives vont  de l’obtention de la paix à la reconstruction et au développement après‐conflit. Une critique des initiatives mises  en  œuvre  jusqu’à  présent  est  que  la  plupart  d’entre  elles  semblent  donner  une  réponse  particulière  à  des  problèmes pressants spécifiques, sans cadre général d’harmonisation.38   Néanmoins, toutes les initiatives mises en  œuvre contiennent un plan directeur sur la manière de faire passer l’Afrique de son état actuel de conflit armé  généralisé à un état de paix et de sécurité. Un thème central de l’ordre du jour de l’UA/NEPAD est l’intégration des  questions de paix et de sécurité, de constitutionnalité de la gouvernance, de développement économique et de  partenariats internationaux. Ce thème apparaît dans le principe de base de l’UA de ne reconnaître que les États  membres qui ont des dirigeants démocratiquement élus.   Un rapport récent sur l’imputabilité mutuelle indique que le nombre de conflits armés entre les pays de l’Afrique  subsaharienne a baissé de 16 en 1999 à 7 en 2006. Bien que des conflits aient continué à éclater, ils l’ont fait à un  rythme environ 50 % moindre que celui des années 1990. Par contre, les conflits se terminent à un rythme plus du  double de celui des décennies précédentes. Les missions de paix  après‐conflit ont augmenté et ont joué un rôle  positif pour aider à maintenir les règlements négociés. Les morts signalés dans des conflits armés entre les États  ont baissé de 100.000 en 1999 à moins de 2.000 en 2006. Le nombre de coups d’État a diminué et les autres  indicateurs de sécurité sont positifs – le nombre de réfugiés a baissé de plus de 60 % depuis 1994.   La propagation illicite des petites armes et des armes légères (SALW) a toujours une incidence : sur les 500 millions  de petites armes et d’armes légères que l’on estime en circulation dans le monde, 100 millions se trouvent en  Afrique. On devrait concentrer les efforts sur : (i) augmenter le financement des efforts de soutien de la paix en  Afrique et accélérer la mise en œuvre des programmes de renforcement de la capacité; (ii) mettre en œuvre les  décisions sur les petites armes et les armes légères des institutions africaines et des Nations Unies; (iii) développer  et  mettre  en  œuvre  des  instruments  continentaux  et  régionaux  de  lutte  contre  l’exploitation  illégale  des                                                               37 Dimensions de paix et de sécurité dans l’Union africaine : Document de survol pour ADF III; Groupe InterAfrica  and Justice Africa; Abdul Mohammed, Paulos Tesfagiorgis et Alex de Waal; Mars 2002  38  ibid. 
  • 102. Paix et sécurité         92   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    ressources  naturelles  et  (iv)  réformer  le  secteur  de  la  sécurité.  Les  partenaires  en  développement  devraient  travailler  avec  les  africains  à  assurer :  (i)  des  modalités  de  financement  plus  sûres,  prévisibles,  souples  et  coordonnées pour développer les efforts de continuation et de sauvegarde de la paix de l’UA aussi bien que des  CER; (ii) une mise en œuvre complète des décisions des Nations Unies et d’autres instruments pertinents (p. ex. de  l’UE) sur le trafic illicite des petites armes et les armes légères; (iii) un renforcement des mécanismes visant à  arrêter le commerce illicite des ressources naturelles lié aux conflits, par des mécanismes comme le processus  Kimberley et l’initiative de transparence de l’industrie extractive.   La paix et la sécurité et l’intégration régionale en Afrique   Le Protocole relatif à la création du Conseil  de paix et de sécurité de l’Union africaine, adopté le 9 juillet 2002 à  Durban par la première session ordinaire de l’Assemblée de l’UA,  établit l’Architecture africaine de paix et de  sécurité (AAPS). Cette Architecture est axée sur le Conseil de paix et de sécurité. Le Conseil de paix et de sécurité  est soutenu par le Système continental d’alerte rapide (CEWS), la Force africaine de réserve, le Panel des sages, le  Fonds de la paix et est en relations avec le Mécanisme régional de prévention, de gestion et de règlement des  conflits.  En outre, l’Architecture africaine de paix et de sécurité est en développement permanent, pour tenter  d’empêcher les conflits par le développement d’instruments de prévention structurelle des conflits, ainsi que pour  promouvoir les efforts de développement et de reconstruction après‐conflit. En cette matière, le cadre de  développement et la reconstruction après‐conflit de l’Union africaine a été adopté en 2006 à Banjul, la Gambie, et  la déclaration sur le Programme de frontières de l’Union africaine a été adopté en 2007.   L’Architecture a pour  rôle de faciliter la prévention, la gestion et la résolution des conflits en Afrique.  La paix et la sécurité continuent à  être une préoccupation majeure pour un certain nombre de Communautés économiques régionales (CER), en  particulier pour celles qui sont situées dans des zones de conflit.  Les partenaires mondiaux  Pour promouvoir ses efforts de promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique, l’UA/NEPAD  travaillent en partenariat avec des institutions mondiales, en particulier les pays du G8, l’Union européenne, et les  Nations Unies par l’intermédiaire du Conseil de sécurité.   Le G8. Les pays du G8 ont soutenu la création de la Force africaine de réserve (ASF) et se sont efforcé de définir  des stratégies et des directives pour la Force, dans des domaines tels que la logistique, les communications et les  éléments civils des opérations à l’appui de la paix. À l’heure actuelle, des opérations de maintien de la paix dirigées  par l’UA ont lieu en Somalie (AMISOM). La Mission africaine de Darfur, Soudan (AMIS) s’est transformée en une  mission hybride UA/ONU. Une étape suivante importante est l’aide au développement de stratégies à long terme  et de mécanismes fiables de financement. Les pays du G8 ont fait des promesses au Fonds de consolidation de la  paix des Nations Unies lancé en octobre 2006. Les pays du G8 ont également fortement soutenu les efforts de  plusieurs pays africains de rendre plus sévères les lois relatives à la prolifération et au trafic illicite des petites  armes et armes légères.  L’Union européenne. L’UE et l’UA ont un partenariat bien établi et l’UE est fermement engagée à le développer  davantage. Une pierre de touche du partenariat UE‐UA est  la Stratégie conjointe Afrique‐UE, approuvée en 2007,  qui est accompagnée par un plan d’action de trois ans pour la période 2007‐2010. Ce plan met l’accent sur des  objectifs importants qui vont de la paix et la sécurité à la gouvernance démocratique, aux droits de la personne,  aux objectifs de développement du millénaire (MDG), à l’énergie, aux infrastructures, à la science et à la  technologie, aux TIC et à l’espace, au changement climatique, aux migrations, à la mobilité et à l’emploi, au  commerce et à l’intégration régionale. Le premier des huit partenariats dans le cadre de cette stratégie est le  Partenariat pour la paix et la sécurité. Ce partenariat comprend trois éléments : le dialogue politique,  l’opérationalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité et le financement prévisible des opérations de  soutien de la paix entreprises par des Africains.  
  • 103. Paix et sécurité         93   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    Les Nations Unies. La collaboration entre les Nations Unies et l’Union africaine est traitée, entre autres, dans le  Rapport Prodi. Ce Rapport explore la manière dont les Nations Unies et l’Union africaine peuvent améliorer la  prédictibilité, la durabilité et la souplesse du financement des opérations de maintien de la paix entreprises par  l’Union africaine sous l’égide des Nations Unies. Le Panel a recommandé la création d’un fonds de fiducie de pluri‐ donateurs, aux fins de soutenir la capacité de maintien de la paix de l’Union africaine, qui doit être basée sur une  propriété africaine. Ce fonds a pour objet de consolider les différentes sources actuelles de soutien pour l’Union  africaine  et  de  garantir  des  ressources  additionnelles  de  donateurs  actuels  et  nouveaux,  en  s’appuyant  sur  la  Facilité  de  paix  africaine  actuellement  financée  par  l’Union européenne. La collaboration entre l’UA et l’ONU  est active dans les domaines de la gestion des conflits, des  opérations  de  soutien  de  la  paix  et  de  la  médiation.  À  l’heure actuelle, l’ONU soutiennent l’ANISOM à un rythme  semblable à ce que coûterait une mission comparable de  même taille de l’ONU. Ce soutien est prodigué en vertu de  la Résolution 1863(2009) du Conseil de sécurité de l’ONU  et,  pour  la  première  fois,  tire  ses  ressources  d’une  contribution évaluée par l’ONU.    L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  paix et sécurité   Le document directeur des activités de l’UA/NEPAD dans  le  secteur  de  la  paix  et  de  la  sécurité  est  la  Déclaration  solennelle  sur  la  défense  et  la  sécurité,  signée  par  les  Chefs  d’État  et  de  gouvernement  des  États  membres  de  l’Union  africaine,  réunis  à  la  deuxième  session  extraordinaire de Sirte, Grande Jamahiriya arabe lybienne,  le 28 février 2004.    Le Plan d’action pour l’Afrique de l’UA/NEPAD propose un  cadre  de  politique  pour  le  développement  d’une  Architecture  africaine  de  paix  et  de  sécurité  (AAPS)  à  l’intérieur  du  continent  africain.  Cette  architecture  est  essentiellement  un  ensemble  de  structures  de  l’Union  africaine  travaillant  en  conjonction  avec  les  CER  et  les  mécanismes  régionaux  de  prévention,  de  gestion  et  de  résolution des conflits, selon les directives du Conseil de  paix et de sécurité de l’Union africaine. Les éléments clés  de  cette  Architecture  africaine  de  paix  et  de  sécurité  comprennent  la  reconstruction  après‐conflit,  la  surveillance de la paix, les efforts de renforcement de la  paix dans la population et d’autres initiatives semblables.  Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine utilise  les  éléments  suivants  pour  coordonner  les  efforts  de  l’Architecture africaine de paix et de sécurité.    Le Conseil de paix et de sécurité (PSC) : Ce Conseil a été  créé  comme  organisme  permanent  de  prise  de  décision  pour prévenir, gérer et régler les conflits dans le continent  et  pour  faciliter  une  réponse  rapide  et  efficace  aux  situations  de  conflit  et  de  crise  en  Afrique.  Depuis  son  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DE  LA PAIX ET DE LA SÉCURITÉ     Objectif  1  –  Promouvoir  la  confiance,  la  coopération  et  le  respect  mutuels  en  matière  de  défense,  par  la  formation  du  personnel  militaire,  l’échange  de  renseignements  militaires,  l’élaboration  des  doctrines militaires et le renforcement de la  capacité collective.  Objectif  2  –  Améliorer  la  capacité  et  la  coordination  de  mesures  rapides  de  prévention,  de  circonscription,  de  gestion,  de résolution et d’élimination des conflits, y  compris  le  déploiement  et  l’entretien  de  missions  de  sauvegarde  de  la  paix  et  ainsi  promouvoir des initiatives de préservation et  de  renforcement  de  la  paix  et  du  développement en Afrique.  Objectif  3  –  Favoriser  les  mesures  humanitaires  assurant  que  le  droit  international humanitaire soit appliqué dans  les  conflits  entre  les  pays  africains  et  à  l’intérieur  de  ces  pays  et  en  particulier  traiter  les  problèmes  des  réfugiés  et  des  personnes  déplacées  à  l’intérieur  des  pays  au palier continental, régional et national.  Objectif 4 – Aider les efforts de renforcement  de la paix et de reconstruction après‐conflits  et assurer que les normes environnementales  internationales  soient  respectées,  en  particulier pendant les périodes de conflits.  Objectif  5  – Promouvoir  et  encourager  les  pratiques  démocratiques,  la  bonne  gouvernance et la primauté du droit, protéger  les  droits  de  la  personne  et  les  libertés  fondamentales,  respecter  le  caractère  sacré  de  la  vie  humaine  et  du  droit  international  humanitaire, comme éléments des efforts de  prévention des conflits.   
  • 104. Paix et sécurité         94   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    inauguration, le Conseil a joué un rôle de plus en plus important pour promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité  dans le continent.    Le  Panel  des  sages  :  Cet  organisme  consultatif  est  composé  de  personnalités  africaines  éminentes,  et  est  responsable d’entreprendre des interventions diplomatiques au début d’un conflit, afin de prévenir son escalade  et de conseiller l’UA en matière d’initiatives de prévention des conflits.    Le  Système  continental  d’alerte  rapide  (CEWS)  :  Ce  mécanisme  d’alerte  rapide  aide  le  Conseil  de  sécurité  à  anticiper et à prévenir les conflits.  Ce Système est composé d’une salle d’observation et de centres d’observation  et de gestion des Communautés économiques régionales (CER). Le Système surveille et analyse des situations en  Afrique en se basant sur un module particulier d’indicateurs pour transmettre toute alerte au département de la  paix et de la sécurité de la Commission de l’UA.   La  Force  de  réserve  africaine  :  Cette  Force  de  réserve  africaine  est  une  force  d’intervention  polyvalente  continentale qui a pour mission d’intervenir dans des situations de conflits et d’aider au maintien de la paix et de la  sécurité. Cette Force est composée de brigades fournies par chacune des cinq régions (CEDEAO, SADC, CEEAC,  EASBRIG et NARC).    Le  financement.  Ce  Fonds  spécial  est  un  mécanisme  financier  continental  créé  pour  soutenir  les  activités  de  l’Union africaine dans le domaine de la paix et de la sécurité. Six pour cent du budget annuel de l’Union Africaine  sont affectés au Fonds, avec d’autres contributions de donateurs. Depuis sa création en 2004 et sous l’égide du  9 ème  Fonds européen de développement, la Facilité de paix africaine a fourni 440 millions € pour favoriser la paix  et  la  sécurité  en  Afrique,  fournissant  ainsi  une  base  solide  de  financement  à  ces  programmes  importants.
  • 105. Développement de la capacité         95   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015      LE DÉVELOPPEMENT DE LA CAPACITÉ                    Bâtir un leadership capable et responsable pour l’avenir de l’Afrique  Le  développement  de  la  capacité  est  une  question  fondamentale  pour  permettre  à  l’Afrique  d’atteindre  les  objectifs  de  développement  du  millénaire.  L’Afrique  poursuit  son  ordre  du  jour  de  développement  dans  un  environnement  difficile,  complexe  et  en  pleine  évolution.  La  capacité  intellectuelle,  c'est‐à‐dire  la  capacité  d’élaborer  des  activités  cohérentes  de  conception,  de  mise  en  œuvre,  de  surveillance  et  d’évaluation,  est  essentielle pour multiplier les résultats des investissements actuels et pour attirer davantage de financement du  secteur public aussi bien que privé. Une capacité basse a un effet négatif sur la conception, la gestion, l’exécution  et l’incidence des initiatives de développement. Le développement de la capacité est une condition essentielle à la  mise en œuvre des stratégies de développement africaines et doit être entreprise au palier national, régional et  continental. Le NEPAD représente une expression de la volonté et de la détermination du leadership de l’UA de  conduire  l’Afrique  aux  niveaux  les  plus  élevés  de  développement  par  l’adoption  de  politiques  et  de  stratégies  visant à créer un environnement institutionnel, technique, administratif et politique propice.     La capacité limitée des pays africains a constitué un goulot d’étranglement pour le développement de l’Afrique.  Les  problèmes  généraux  posés  par  le  renforcement  de  la  capacité  en  Afrique  comprennent  les  incidences  du  VIH/SIDA, le besoin d’avoir un leadership hautement efficace et des fonctionnaires bien formés et l’absence de  système  efficace  d’administration  et  de  prestation.  Ces  lacunes  viennent  d’une  combinaison  de  facteurs  de  contraintes individuelles, institutionnelles et systémiques allant d’une harmonisation et intégration faible à une  absence de compétences et de connaissances. Le renforcement traditionnel de la capacité est souvent déterminé  par une démarche assez limitée de renforcement de la capacité par des mesures de formation des personnes, de  prestation de soutien matériel et financier ainsi que de restructuration organisationnelle, et manque de traiter les  contraintes systémiques profondes. L’Afrique a besoin d’une stratégie de développement de la capacité qui tient  compte de ses besoins, de ses priorités, de ses défis et de son contexte uniques.  Le  renforcement  de  capacité  est  un  processus  à  long  terme  qui  nécessite  une  démarche  systémique.  Le  Secrétariat  du  NEPAD  a  lancé  une  initiative  de  développement  de  la  capacité  (CDI)  pour  relever  le  défi  de  concevoir, élaborer, adopter et mettre en œuvre un cadre stratégique de développement de la capacité (CDSF).   En se basant sur une consultation dans tout le continent, le CDSF crée une compréhension commune des lacunes  et des défis en matière de capacité, identifie les éléments clés d’une stratégie de développement de la capacité et  des compétences à tous les niveaux. Il défend  la transformation, le changement de mentalité tout en relevant les  défis  structurels  et  endémiques  qui  gênent  une  prestation  efficace  et  efficiente  des  services.  La  CDI  n’est  pas  conçue comme un ordre du jour unique et doit être bâtie sur des fondations nationales solides, pour faciliter son  intégration  ou  son  adoption  dans  les  cadres  nationaux  de  planification  et  budgétaires  comprenant  les  plans  sectoriels. En outre, le CDSF doit être promu à tous les niveaux par une gamme d’intervenants et pas uniquement  par les gouvernements. Le NEPAD joue un rôle important en initiatives de développement de la capacité dans le  continent car il a l’avantage stratégique d’être un agent de changement par facilitation, grâce aux CER.                          Le développement de la capacité et l’intégration régionale en Afrique   Le  développement  de  la  capacité  est  une  stratégie  centrale  visant  à  transformer  le  rendement  des  systèmes  africains de prestation de services et du développement économique/social. Le besoin d’intégration régionale en 
  • 106. Développement de la capacité     développement  de  la  capacité  a  été  accéléré  par  le  fait  que  davantage  de  projets  et  de  programmes  africains  viables  et  de  bonne  qualité  ont  adopté  un  aspect  régional/continental  et  visent  à  assurer  une  intégration  de  développement économique régional durable par une coopération des pays africains. De bas niveaux de capacité  dans certains pays, une incapacité d’autres pays de financer eux‐mêmes leurs projets et des différences politiques  gênent le processus d’intégration. En qualité d’institutions publiques régionales, les CER et leurs filiales pourraient  efficacement créer un espace politique unifié pour aligner et harmoniser les politiques nationales.   Le développement de la capacité dans les CER est la base du développement d’une capacité améliorée planifiée  en 2009 par un groupe de partenaires, visant à améliorer et à accélérer le processus de développement régional.         96   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    Les partenaires   L’UA/NEPAD travaille en coopération avec un certain  nombre d’organisations continentales et régionales à  promouvoir l’intégration régionale en renforcement de la  capacité en Afrique, en particulier :  Les partenaires continentaux et internationaux   • La Fondation de renforcement de la capacité de  l’Afrique (ACBF)  • UNECA  • La Fiducie de l’Afrique australe (SAT)  • L’Allemagne (GTZ)  • L’Agence de coopération internationale des Flandres  (FICA)   L’accent stratégique de l’UA/NEPAD en  développement de la capacité   Le document directeur des activités de l’UA/NEPAD dans le  secteur  du  développement  de  la  capacité  est  le  Cadre  stratégique de développement de la capacité (CDSF). Ses  objectifs sont indiqués dans la case jointe.   L’engagement des pays et des CER au NEPAD est la base  pour  atteindre  cet  objectif  de  transformation.  Comme  instrument  fondamental,  le  CDSF  offre  une  structure  commune, une démarche holistique et intégrée basée sur le rendement et les compétences. Le CDSF consiste en 6  piliers  identifiés  comme  les  facteurs  de  succès  les  plus  essentiels  pour  renforcer  la  capacité  en  Afrique  :  le  leadership, la transformation, la transformation des citoyens, les processus de décision axés sur les connaissances  et  conduits  par  l’innovation,  l’utilisation  du  potentiel  africain,  les  compétences  et  les  ressources  pour  le  développement, la capacité des bâtisseurs de capacité, des démarches intégrées de planification et de mise en  œuvre et des procédures permanentes d’amélioration.   LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DU  DÉVELOPPEMENT DE LA CAPACITÉ    Objectif 1 – Relever les défis réels de capacité  de  l’Afrique  d’une  manière  durable  par  une  perspective  stratégique  mettant  l’accent  sur  les capacités des systèmes organisationnels.    Objectif  2  –  Travailler  à  la  réalisation  de  la  vision  de  renouveau  africain  adoptée  par  le  cadre  du  NEPAD  par  une  transformation  radicale,  une  réorientation,  un  réalignement  et  un  renforcement  du  cadre  institutionnel  africain.    Objectif  3  –  Promouvoir  l’adoption  et  l’application  du  CDSF  par  les  pays  et  les  institutions  pour  leur  permettre  d’identifier  d’une  manière  intégrée  et  d’appliquer  des  solutions  aux  défis  posés  par  la  capacité  pour  obtenir  une  action  de  transformation  et  un  changement  des  mentalités.    L’engagement des pays et des CER au NEPAD  pose la base de l’obtention de cet objectif de  transformation. 
  • 107. Développement de la capacité     Programmes prioritaires du PAA en développement de la capacité, 2010 ‐ 2015     Titre  Région  Coût estimé, *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Intégration du NEPAD  aux structures  nationales (5 projets  pilotes dans 5 régions)    Continentale   1.440.000 € (sur 5  ans)  Étape 2: Étude de  faisabilité / Évaluation  des besoins (projets  pilotes)      Cette  initiative  vise  à  améliorer  la  compréhension  du  NEPAD  des  intervenants,  augmenter  la  propriété  nationale  du  programme et accélérer la mise en œuvre, en  particulier les engagements régionaux auprès  des ministres responsables de la planification  économique  pour  l’intégration  des  principes  et des priorités du NEPAD au CDSF.   NEPAD Revitalisation des  institutions tertiaires et  de recherche africaines  (CD‐TRIP) utilisant le  cadre stratégique de  développement de la  capacité du NEPAD  (CDSF)  Continentale  250.000 $US (pour les études  d’Identification)  Étape 1: Identification  du programme/ projet   Cette initiative vise à encourager l’application  des  principes  essentiels  du  CDSF  dans  les  établissements  d’éducation  tertiaire,  de  manière  à  ce  que  les  diplômés  aient  des  compétences  adéquates  théoriques  aussi  bien que techniques, encourager la recherche  pour soutenir la prise de décision politique et  introduire le changement climatique dans les  programmes.  NEPAD Soutien de la capacité  des parlements africains  et de leurs membres (5  projets pilotes)  Continentale  250.000 $US (pour les études  d’Identification)  Étape 1: Identification  du programme/projet       Ce  programme  vise  à  soutenir  la  mise  en  œuvre du NEPAD en agriculture en équipant  les membres des parlements et en les reliant  aux  collectivités  scientifiques  agronomes,  en  utilisant le cadre CDSF dans des pays choisis.  NEPAD         97   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015   
  • 108. Développement de la capacité         98   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015   
  • 109. Développement des rapports  hommes‐femmes         99   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    LE DÉVELOPPEMENT DES RAPPORTS  HOMMES‐FEMMES   Faire progresser l’égalité entre  les sexes en Afrique  Les  femmes  représentent  52  %  de  la  population  africaine  et  contribuent  énormément  au  développement  du  continent.  Elles  demeurent  le  fer de lance du secteur agricole, les joueurs clés de  l’industrie des services, les moteurs incontestés du  secteur  officieux  et  de  l’économie  domestique.  Cependant,  elles  jouissent  rarement  d’une  égalité  d’accès  aux  services  de  base,  d’une  égalité  d’opportunités  et  sont  souvent  exclues  des  processus majeurs de prise de décision.   Pour  reconnaître  le  rôle  des  femmes  et  des  contraintes  auxquelles  elles  doivent  faire  face,  les  leaders  africains  ont,  dans  l’article  4(1)  de  l’Acte  constitutif  de  l’Union  africaine,  adopté  un  principe  de  parité  hommes‐femmes.  En  outre,  par  l’adoption  du  Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits de la femme en Afrique et  la signature de la Déclaration solennelle sur l’égalité entre les sexes en Afrique, les chefs d’État ont démontré un  engagement au niveau le plus élevé à l’égalité entre les sexes. Les statuts de la CUA et le document constitutif du  NEPAD font un appel clair à un ancrage central de l’égalité entre les sexes à l’intérieur du cadre de politiques de  l’UA/NEPAD.  En  fait,  l’un  des  deux  objectifs  du  NEPAD  est  spécifiquement  consacré  à  l’octroi  de  pouvoir  aux  femmes. À cet égard, tous les organes de l’UA, en particulier la Commission de l’Union africaine et le NEPAD, se  sont engagés à assurer que l’égalité entre les sexes soit inscrite au cœur des institutions.      Pour  pouvoir  combler  le  fossé  existant  entre  les  sexes  et  traiter  les  différences  existantes  entre  les  sexes,  l’UA/NEPAD a besoin de ressources additionnelles à utiliser pour le renforcement de la capacité institutionnelle,  l’expertise technique et le financement d’interventions spécialisées pour traiter les barrières existantes è l’égalité  des sexes. Des ressources additionnelles soutiendront l’adoption généralisée de l’égalité entre les sexes et la mise  en œuvre de la Plateforme pour l’action de Beijing au palier national et bâtira les capacités liées à la mise en  œuvre  des  projets  et  aux  interventions  qui  traitent  la  marginalisation  basée  sur  le  sexe  par  exclusion  sociale,  vulnérabilité et les enfants orphelins.  Le développement des rapports hommes‐femmes et l’intégration régionale en  Afrique   Le Protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples sur les droits des femmes en Afrique a  élargi  sa  définition  dans  la  Déclaration  sur  l’élimination  de  la  violence  contre  les  femmes,  en  incluant  dans  sa  portée la violence ou le mal domestique.39   Il est certain que l’un des problèmes de la politique sur les rapports                                                               39  Assemblée générale des Nations Unies, Étude approfondie   Sur toutes les formes de violence contre les femmes, Rapport du   Secrétaire général, 6 Juillet 2006  Inequalities in Social Institutions Worldwide                                 Source: OECD, GID 
  • 110. Développement des rapports  hommes‐femmes        100   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    hommes‐femmes  de  l’UA  n’est  pas  seulement  d’assurer  que  la  Convention  sur  l’élimination  de  la  discrimination  contre les femmes (CEDAW) soit ratifiée par tous les pays,  mais  qu’elle  soit  également  appliquée  par  tous  les  États  membres. Les CER et la structure de l’UA joueront un rôle  important  pour  atteindre  le  3ème   objectif  de  développement  du  millénaire  et  pour  appliquer  la  CEDRAW au cours des cinq prochaines années.  Avant  la  finalisation  de  la  politique  sur  les  rapports  hommes‐femmes de l’UA, le Protocole à la Charte africaine  des  droits  de  l’homme  et  des  peuples  sur  le  droit  des  femmes  en  Afrique  a  été  adopté  et  la  Déclaration  solennelle sur l’égalité des sexes a été signée. 40   L’accent  stratégique  de  l’UA/NEPAD  sur  le développement des rapports hommes‐ femmes  Le  document  directeur  des  activités  de  l’UA/NEPAD  en  rapport hommes‐femmes est la Politique sur les rapports  hommes‐femmes  de  l’Union  africaine,  adopté  en  2009.  Les  objectifs  énoncés  dans  le  domaine  des  rapports  hommes‐femmes et du développement sont exposés dans  la case jointe.    Les engagements de politiques   Les  engagements  de  politiques  de  la  Politique  sur  les  rapports  hommes‐femmes  de  l’UA  sont  basés  sur  les  instruments d’égalité des sexes de l’UA et internationaux,  en  particulier  :  L’Acte  constitutif  de  l’Union  africaine,  les  objectifs  de  développement  du  millénaire,  le  SDGEA,  le  Protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et  des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique,  le  BPFA, la Résolution 1325 des Nations Unies (2000) sur la  paix et la sécurité, mettant l’accent sur l’égalité des sexes  comme base de la promotion de la culture de la paix, de la  démocratie,  du  développement  économique  et  social  et  des droits de la personne. Les engagements de politiques  sont dominant et ancrés dans les piliers des déclarations  de  politique  institutionnelle,  des  plans  stratégiques,  des  itinéraires  et  des  plans  d’action  des  organismes  des  Nations  Unies,  des  CER  et  des  États  membres,  pour  atteindre  les  cibles  d’égalité  des  sexes  et  de  prise  de  pouvoir par les femmes dans les huit domaines suivants :    1. Création ou promotion d’un milieu politique stable   2. Actions de protection juridique contre la discrimination pour assurer l’égalité des sexes                                                                40  PAA, Préambule sur les rapports hommes‐femmes et le développement, mars 2008  LES  OBJECTIFS  STRATÉGIQUES  DE  L’UA/NEPAD  DANS  LE  SECTEUR  DES  RAPPORTS HOMMES‐FEMMES     Objectif  1  –  Défendre  la  promotion  d’un  environnement  et  de  pratiques  responsables  en  matière  de  rapports  hommes‐femmes,  ainsi  que  le  respect  des  engagements  sur  les  droits  de  la  personne,  l’égalité  entre  les  sexes  et  l’octroi  de  pouvoir aux femmes pris au palier international,   continental, régional et des États membres.  Objectif  2  –  Initier  et  accélérer  l’adoption  généralisée  de  l’égalité  des  sexes  dans  les  institutions,  les  cadres  juridiques,  les  politiques,  les  programmes,  les  cadres  et  les  plans  stratégiques,  les  ressources  humaines  et  les  systèmes  de gestion  du  rendement,  l’affectation  des  ressources  et  les  processus  de  prise  de  décision à tous les paliers.   Objectif  3  –  Promouvoir  l’élaboration  de  directives  et  l’application  de  normes  contre  la  violence sexuelle et axée sur le sexe, le language  et les actes insensibles au sexe en lieu de travail  (comprenant la Commission de l’UA et ses autres  organismes, les CER et les États membres).  Objectif 4 – Élaborer un sustème de gestion des  rapports hommes‐femmes (GMS) dans l’UA et  promouvoir son adoption dans les organismes de  l’’UA, les CER et les États membres.  Objectif 5 – Traiter les barrières basées sur le sexe  au  libre  mouvement  transfrontalier  des  personnes et des biens dans tout le continent.  Objectif 6 – Promouvoir un accès équitable pour  les  femmes  aussi  bien  que  pour  les  hommes  au  contrôle  des  ressources,  à  la  connaissance,  à  l’information,  à  la  possession  de  la  terre  et  des  entrerprises,  et aux services comme l’éducation  et la formation, les soins de santé, lee crédit et les  droits juridiques; et  Objectif 7 – Faciliter la mise en œuvre de mesures  correctives  pour  traiter  les  inégalités  existantes  d’accès et contrôler les facteurs de production, en  particulier la terre.  Source  :  Politique  sur  les  rapports  hommes‐ femmes de l’Union africaine 
  • 111. Développement des rapports  hommes‐femmes        101   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    3. Mobilisation des différents joueurs pour l’égalité des sexes en Afrique   4. Rationalisation et harmonisation des politiques et des programmes de rapports hommes‐femmes des communautés  économiques régionales   5. Mobilisation des ressources   6. Renforcement de la capacité pour accorder une priorité aux rapports hommes‐femmes   7. Importance accordée aux rapports hommes‐femmes dans tous les secteurs   8. Maintien de la paix, de la sécurité, règlement des conflits et reconstruction.    Le Plan d’action sur la politique de rapports hommes‐femmes de l’Union africaine exposera une série de mesures  visant à accorder de l’importance à ces rapports dans tous les secteurs de travail de l’UA. Les résultats attendus de  ce plan se feront sentir dans la plupart des secteurs du PAA, comme l’indique le tableau ci‐dessous.     Secteur   Résultats attendus   Priorités communes  • Mettre en œuvre la politique de rapports hommes‐femmes de l’UA, des  États membres existants et des CER, dans tous les secteurs et les  programmes  • Adopter des politiques d’action positive en recrutement, progression de  carrière et promotion   • Élaborer une politique de lutte contre le harcèlement sexuel   • Éliminer la violence en milieu de travail, comme le harcèlement sexuel et  l’intimidation   • Élaborer des directives et des instruments de rapports hommes‐femmes  communs à tous les secteurs   • Garantir un accès égal aux possibilités, aux services et aux facteurs de  production  • Élaborer des indicateurs pour identifier et mesurer les progrès réalisés en  matière d’égalité hommes‐femmes dans tous les programmes et tous les  secteurs   Infrastructures  • Sensibiliser aux rapports hommes‐femmes dans l’exploitation des infrastructures  • Améliorer l’équilibre entre les sexes en dotation du personnel en infrastructures  • Sensibiliser à la différence de besoins d’infrastructures qui existe entre les  hommes et les femmes   • Augmenter la participation des femmes à tous les niveaux dans les  institutions qui prennent des décisions en matière d’infrastructures   Santé       • Intégrer des éléments de rapports hommes‐femmes, de santé et de nutrition  au traitement et aux soins donnés aux personnes qui vivent avec le SIDA et  le VIH   • Intégrer une perspective de rapports hommes‐femmes à la politique de  soins de santé et entreprendre une consultation large des groupes féminins   • Éliminer la discrimination contre les femmes dans le domaine des soins de  santé pour assurer un accès égal aux services de soins de santé, en  particulier à ceux de planification familiale et de maternité sans risque  • Disséminer les renseignements afin de sensibiliser aux risques de SIDA/HIV  chez les femmes et les enfants   Affaires sociales   •  Concevoir et mettre en œuvre des séances d’orientation en matière de  rapports hommes‐femmes en main‐d’œuvre, politiques d’emploi,  programmes sociaux et programmes de migrations  Science et technologie   • Mise en œuvre de programmes de défense des femmes en science et technologie  mis en œuvre  • Création de bourses pour les femmes en science et technologie   • Encourager et soutenir l’éducation des filles en science et mathématiques, 
  • 112. Développement des rapports  hommes‐femmes        102   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    technologies nouvelles, en particulier en technologies d’information et en  sujets techniques  • Élaborer des programmes susceptibles de développer la capacité des  femmes à créer leur accès au travail et à promouvoir la constitution de  réseaux d’entraide, grâce à l’utilisation de la technologie de l’information et  des communications   • Tirer profit des nouvelles techniques d’information, en particulier de  l’Internet, pour améliorer l’information et la recherche   Commerce, accès au marché  et développement du  secteur privé  • Faire participer les femmes au processus de prise de décision en matière de  commerce et d’industrie   • Rédiger des ententes de commerce qui tiennent compte des rapports  hommes‐femmes   • Créer un contexte d’apprentissage africain pour les femmes entrepreneurs   • Augmenter les entreprises féminines en Afrique, en particulier des facilités  de microcrédit   • Promouvoir l’éducation des femmes, pour favoriser la connaissance de  l’économie, sensibiliser et éduquer les femmes à l’organisation de  coopératives pour attirer les investissements  • Élaborer un cadre pour créer une capacité des femmes à participer aux  programmes de commerce   • Introduire des mesures tenant compte des rapports hommes‐femmes pour  corriger les résultats négatifs des réformes commerciales   • Intervenir en matière d’égalité hommes‐femmes pour surmonter les  contraintes d’entrée sur le marché dans les petites et moyennes entreprises  et les autres entreprises possédées par des femmes  Gouvernance et  administration publique   •  Créer, pour les femmes, des programmes de formation et de défense des  femmes en gouvernance    • Adopter des politiques particulières sensibles aux rapports hommes‐femmes  en politique et le cas échéant en gouvernance    • Adopter l’action positive et un système de quota de partage et de  représentation pour augmenter la participation des femmes dans le  processus de prise de décision   • Bâtir une gouvernance sensible aux rapports hommes‐femmes,  démocratique et responsable  • Mettre en place des mécanismes d’imputabilité pour assurer que les  institutions de gouvernance honorent et favorisent leurs engagements  d’égalité entre les sexes   • Bâtir la capacité des femmes de devenir des acteurs politiques efficaces pour  transformer l’espace politique en un espace où il y a égalité des sexes   • Défendre, sensibiliser et éduquer pour changer les mentalités sur  l’engagement des femmes en prise de décision, politique et vie publique  Paix et sécurité     Conformément à l’Article 2 de la Déclaration solennelle sur l’égalité des sexes en  Afrique, qui est la Résolution 1325 des Nations Unies,    • Former et sensibiliser les gardiens de la paix, les décideurs et les faiseurs de  politiques afin de réduire la violence contre les femmes dans les situations  de conflit  • Réduire les cas d’enfants soldats   • Comprendre et faire progresser le rôle des femmes en reconstruction et  développement après‐conflit   • Condamner les attitudes, les stéréotypes et les préjugés qui perpétuent la  violence contre les femmes, et sensibiliser contre eux 
  • 113. Développement des rapports  hommes‐femmes        103   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    • Intégrer des mesures qui soutiennent les initiatives de paix des femmes et  leurs processus de règlement des conflits afin d’obtenir la paix  • Augmenter la représentation des femmes dans les institutions de prise de  décisions et les mécanismes de règlement des conflits  • Augmenter également leur représentation dans les prises de décisions à tous  les paliers des institutions qui favorisent la sécurité  Éducation  • Entreprendre des campagnes de défense et de sensibilisation pour souligner  l’importance des incidences économiques, sociales et inter‐générations de  l’éducation des filles   • Éliminer la discrimination axée sur le sexe, les modèles sociaux et culturels  qui désavantagent les filles et les femmes, pour assurer l’égalité des droits  entre les sexes  • Assurer que les préoccupations relatives aux rapports hommes‐femmes  soient identifiées et traitées aux plus hauts paliers de la politique et de la vie  publique  • Incorporer des considérations relatives aux rapports hommes‐femmes aux  activités visant à élaborer les programmes et les matériaux d’enseignement   • Intégrer la sensibilisation aux éléments relatifs aux rapports hommes‐ femmes dans les établissements de formation des enseignants   • Rendre plus efficaces les interventions en faveur des filles en les intégrant  dans une stratégie globale cohérente de réforme de l’éducation   • Élaborer une éducation psychosociale et des droits de la personne sensible  aux rapports hommes‐femmes  Agriculture et sécurité  alimentaire   • Promouvoir et améliorer l’état nutritif des femmes   • Promouvoir l’égalité des sexes dans les droits et l’accès à la terre, au crédit, à  l’eau, aux semences et aux autres ressources productives  • Prendre des mesures pour éliminer les modèles sociaux et culturels de  conduites qui désavantagent les femmes   • Améliorer les possibilités d’emploi et de revenus des femmes  • Faciliter l’accès des femmes à des services agricoles qui conviennent à leurs  besoins   • Établir des structures à tous les paliers, pour assurer que la voix des femmes  soit entendue dans la conception et la mise en œuvre des politiques et des  programmes agricoles et alimentaires   • Fournir dans la presse un soutien à l’extension féminine en agriculture par la  dissémination de l’information sur les nouvelles connaissances  agronomiques   • Transférer l’information et la technologie dans les domaines d’engagement  féminin   • Promouvoir l’adoption de méthodes et de technologies adéquates pour  libérer le temps des femmes afin qu’elles puissent produire un revenu   • Favoriser les femmes agriculteurs dans le domaine de la distribution des  méthodes, de la formation et des démonstrations agricoles pour augmenter  la production  Environnement et  changement climatique   • Reconnaître le rôle des femmes comme gardiennes et gestionnaires de  l’environnement et protéger leur droit à l’accès à l’habitat naturel et à ses  avantages   • Réduire la vulnérabilité des femmes et les incidences négatives du  changement climatique   • Augmenter la participation des femmes au processus de prise de décision  sur le changement climatique à tous les paliers  
  • 114. Développement des rapports  hommes‐femmes        104   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    • Reconnaître les femmes comme agents de changement en réduction du  changement climatique et en adaptation à ce changement à tous les paliers   • Faire une analyse axée sur les relations hommes‐femmes des instruments  budgétaires et financiers relatifs au changement climatique   • Promouvoir des investissements sensibles aux relations hommes‐femmes  dans les programmes relatifs à l’adaptation, à la réduction, au transfert de  technologie et à la construction de capacité  • Assurer l’accès des femmes aux technologies nouvelles, à la formation, au  crédit et au développement du soutien de l’adoption de nouvelles  technologies et compétences   
  • 115. DÉVELOPPEMENT DES RAPPORTS  HOMMES‐FEMMES       105   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    Programmes prioritaires du PAA en rapports hommes‐femmes, 2010 – 2015    Titre  Région  Coût estimé,  *Engagements  Étape de  développement  Description Contact Programme principal de  rapports hommes‐ femmes de l’UA/NEPAD  Continentale  30 millions $US requis chaque année  Étape 3: Structuration  et Promotion du  programme/projet  Ce  programme  a  pour  objet  de  bâtir  et  renforcer  les  capacités  du  personnel  et  des  décideurs  pour  faire  progresser  les  rapports  hommes‐femmes  et  la  prise  de  pouvoir  des  femmes dans l’UA, ses organismes, le NEPAD,  les  CER  et  les  États  membres.    Les  engagements à ce programme comprennent :  (i) la création d’un Fonds de fiducie pour les  femmes; (ii) la Déclaration de la décennie de  la femme africaine 2010‐2020; (iii) l’adoption  de la politique de rapports hommes‐femmes  pour  accélérer  les  GEWE;  et  (iv)  l’adoption  des engagements précédents, du principe de  parité, de la déclaration solennelle (SDGEA) et  du Protocole.  Union africaine   Programme de prise de  pouvoir des femmes  africaines      Continentale  46 projets  dans 23 pays  finances     *20 million €  (Espagne); en juin  2009, l’Espagne a  promis 10 millions  d’Euros additionnels  par an pour les cinq  prochaines années.   Étape 4 : Mise en  œuvre et exploitation  Ce programme vise à donner du pouvoir aux  femmes  africaines  au  moyen  de  ressources  financières  pour  débloquer  leur  potentiel  économique, combattre la pauvreté, créer de  la  richesse  et  contribuer  aux  objectifs  de  développement  du  millénaire  de  traiter  l’écart  entre  les  sexes  et  d’atteindre  un  développement  durable  en  mobilisant  les  ressources  financières  et  en  développant  les  réseaux  et  les  communautés  pour  les  entrepreneurs femmes engagées en artisanat,  production  de  textiles,  négoce  et  transformation agricole, mines, commerce et  services.     L’Incubateur  commercial  pour  les  femmes  NEPAD
  • 116. DÉVELOPPEMENT DES RAPPORTS  HOMMES‐FEMMES       106   PLAN D’ACTION POUR L’AFRIQUE DE L’UA/NEPAD 2010 – 2015    africaines entrepreneurs (BIAWE) est un sous‐ projet important du fonds, mis en œuvre par  les  CER.  Il  vise  à  soutenir  les  femmes  entrepreneurs  en  Afrique.  Les  incubateurs  commerciaux  amèneront  une  augmentation  de  la  capacité  des  PME  dirigées  par  des  femmes  dans  les  pays  africains.  Les  incubateurs  commerciaux  fourniront  également  un  modèle  pour  donner  des  services  de  soutien  commercial  aux  femmes  en Afrique.    

×