• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Antoine B. Ethique à Nicomaque
 

Antoine B. Ethique à Nicomaque

on

  • 602 views

 

Statistics

Views

Total Views
602
Views on SlideShare
602
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Antoine B. Ethique à Nicomaque Antoine B. Ethique à Nicomaque Presentation Transcript

    • Ethique à Nicomaque
      PREMIÈRE PARTIE 
      VIE ACTIVE ET VIE CONTEMPLATIVE
      Antoine Billig TS1
    • Sommaire
      I - Définition de l’éthique et définition de la politique
      comme éthique suprême
      II - Le Souverain Bien de l’homme
      III - Et pourtant, il y a le malheur…
      IV - La vie théorétique
    • - I -
      Définition de l’éthique
      et définition de la politique
      comme éthique suprême
    • Le Bien est ce vers quoi toutes choses tendent
      • Tout art(tecnh, technê)
      • Toute investigation(meqodos, méthodos)
      • Toute action(praxis, praxis)
      • Tout choix(proairesis, proaïresis)
      Tendent vers un bien
    • Les actions peuvent avoir différentes fins
      2. ŒUVRES
      (fins de nature supérieure à celle des activités qui les engendrent)
      1. ACTIVITES
      ACTIONS
      Fins
    • Différence entre Production et Action
      Cette différence
      • permetune compréhension précise de l’activité pratique
      • a des conséquences non négligeables sur les plans
      éthique et politique
    • La fin ultime de nos activités
      La fin ultime de nos
      activités est
      Le souverain BIEN
      Pour atteindre ce Bien,
      nous devons d’abord le
      Connaître
      Le bien proprement humain est la
      fin de la Politique
    • Etude de la politique et incertitude
      Nature incertaine des choses belles et des choses justes qui sont l’objet de la politique
      Divergences
      On doit donc se contenter, en traitant de pareils sujets et partant de pareils principes, de montrer la vérité d’une façon grossière et approchée 
    • Politique et expérience
      La fin de la politique,
       L’expérience des choses de la vie est essentielle pour
      s’intéresser à la politique.
      Le jeune homme n’est pas l’auditeur le plus adéquat
      pour des leçons de Politique.
      Ce n’est pas …
      C’est …
      L’action
      La connaissance
    • - II -
      Le Souverain Bien
      de l’homme
    • Comment préciser la nature du bonheur ?
      Peut-être en déterminant la fonction de l’homme (ergon, ergon : l’œuvre ou la tâche), indépendamment de toutes ses activités particulières.
      Le charpentier, le cordonnier, ont une fonction, une activité à exercer
      L’œil, la main, le pied, toutes les parties du corps également
    • Vivre
      Se nourrir, grandir
      La vie sensitive
      L’homme partage cela avec les végétaux et/ou les autres animaux
      « La vie selon le point de vue
      de l’exercice »
      C’est-à-dire:
      une certaine vie pratique
      de la partie rationnelle de l’âme
      Partie rationnelle de l’âme
      - soumise à la raison,
      • qui possède la raison et l’exercice de la
      pensée.
      Quelle est la fonction qui serait le propre de l’homme ?
    • Le bonheur vient de la joie d’agir
      • Ne rien faire
      ou
      • Faire sous la contrainte
      Ne rendent pas l’homme heureux
      • Pouvoir agir selon une action durable qui fait appel à son initiative, à son intelligence, à ses compétences et ses talents
      ou
      • Pouvoir introduire des changements dans le cours des choses
      Rendent l’homme heureux
    • Le Bien pour l’homme
      le bien pour l’homme consiste dans une activité de l’âme en accord avec la vertu.
       La fonction de l’homme est une activité de l’âme et des actions accompagnées de raison. 
      Trouver ce Bien nécessite pour l’homme un certain temps:
      De même qu’« une hirondelle ne fait pas le printemps,
      ni non plus un seul jour ». 
      « La félicité et le bonheur ne sont pas davantage l’œuvre d’une seule journée, ni d’un bref espace de temps ».
    • - III -
      Et pourtant,
      il y a le malheur…
    • Aléas de la poursuite du bonheur
      De nombreuses vicissitudes et fortunes
      surviennent au cours de la vie
      leur nombre et leur intensité
      varient d’un individu à l’autre
      La poursuite du bonheur n’est pas
      un long fleuve tranquille
      Poursuite du Bonheur
    • Noblesse d’âme et vicissitudes
      Caractéristiques de l’homme véritablement bon
      face aux vicissitudes:
      Résignation: il supporte les vicissitudes avec noblesse et grandeur d’âme, quels que soient leur nombre et leur gravité.
      Sérénité.
      Tire parti des circonstances pour agir avec le plus de noblesse possible.
      N’est pas sujet à la variation et au changement
      • Il n’est pas ébranlé rapidement
      • S’il l’était à la suite de nombreux coups du sort, il saurait avec le temps retrouver sa sérénité
    • - IV -
      La vie théorétique
      (qewria : théôria,
      c’est-à-dire « contemplation »)
    • Le bonheur: une activité conforme à la plus haute vertu
      si le bonheur est une activité conforme à la vertu, il est rationnel qu’il soit activité conforme à la plus haute vertu (sofia, sophia)
      Lajoie de connaître est une occupation plus agréable que la poursuite du savoir
      Si l’intellect est quelque chose de divin par comparaison avec l’homme, la vie selon l’intellect est également divine comparée à la vie humaine.
       L’homme ne doit pas borner sa pensée aux choses humaines et aux choses mortelles.
    • Le propre de l’homme: la vie selon l’intellect
      Finalement chaque homme s’identifie avec l’intellect qui est la partie fondamentale de son être, et la meilleure.
      L’homme doit s’immortaliser et tout faire pour vivre selon la partie la plus noble qui est en lui. 
      Ce qui est propre à chaque chose est par nature ce qu’il y a de plus excellent et de plus agréable pour cette chose.
      La vie théorétique est donc aussi la plus heureuse.