• Save
Charlotte B. Amitié
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Charlotte B. Amitié

on

  • 2,299 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,299
Views on SlideShare
2,297
Embed Views
2

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 2

http://www.slideshare.net 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Charlotte B. Amitié Charlotte B. Amitié Presentation Transcript

  • Charlotte BAUDIN TES1 ÉTHIQUE À NICOMAQUE ARISTOTE Cinquième partie: Traité de l’amitié I L’amitié.- Sa nécessité. (Livre VIII, 1) II Les diverses théories sur la nature de l’amitié. (Livre VIII, 2) III Les espèces de l’amitié: l’amitié fondée sur l’utilité et l’amitié fondée sur le plaisir. (Livre VIII, 3) IV L’amitié fondée sur la vertu. (Livre VIII, 4) V L’égoïsme, son rôle et ses formes. (Livre IX, 8) VI Si l’homme heureux a besoin d’amis. (Livre IX, 9)
  • Présentation de l’œuvre L’Ethique à Nicomaque ( thiká Nikomácheia) est un ouvrage d’Aristote qui traite de l’éthique c’est-à-dire l’ensemble des conceptions morales qui dictent ses actes à un individu. Il est l’un des fondements de la pensée économique d’Aristote. Il est un traité pratique qui doit guider l’homme vers le souverain bien et le citoyen vers le bien commun de la Cité. L’auteur y lie éthique et politique et aborde des domaines philosophiques variés: le bonheur, la vertu, l’activité volontaire, la tempérance, l’amitié et le plaisir.
  • ARISTOTE (384-322 av. J.-C.) Aristote est un philosophe grec né à Stagire (Macédoine). A 17 ans, il part à Athènes afin de suivre les cours de Platon à l’Académie. Sa philosophie repose sur une conception de l’Univers , où la diversité de ce qui le constitue exprime une unité, que le philosophe doit montrer dans un discours rigoureux. Aristote fonde le lycée à Athènes en 335 av. J.-C. Il est l’auteur d’un grand nombre de traités de logique, de politique, d’histoire naturelle, de physique et de métaphysique. Il est le fondateur de la logique formelle. Son œuvre a marqué la philosophie et le théologie du Moyen Age en Occident et a influencé plusieurs philosophes de l’islam.
  • Présentation du chapitre Les livres VIII et IX de l'Ethique à Nicomaque constituent un traité à part entière. Aristote y développe une théorie de l'amitié (philia). L'amitié entre amis, mais aussi entre amants, entre parents et enfants, et même entre citoyens, fait l'objet d'analyses circonstanciées. Pour Aristote, toute amitié vise soit l'utilité, soit le plaisir, soit le bien, mais sa forme parfaite est celle d'une bienveillance réciproque, entre amis vertueux et égaux. Envers l'ami, alter ego, l'attachement est alors aussi profond qu'envers soi-même. Dans ce cas, l'amitié conduit au bonheur véritable.
  • Une définition de l’amitié Le terme Amitié vient du latin amicitia qui est la traduction latine de la philia grecque L’amitié désigne, pour Aristote, toute forme d’affection ou d’attachement pour autrui qui procède d’une inclination spontanée mais qu’élève en conscience et humanité, le libre choix. Amitié Affinité et élection Nature et liberté
  • I Valeur de l’amitié « Elle est ce qu’il y a de plus nécessaire pour vivre » Quelque soit la condition et l’âge de l’homme, l’amitié apparaît comme un lien entre eux. Aux personnes les plus Aux hommes fortunés pauvres L’amitié est nécessaire Aux plus jeunes Aux adultes Aux vieillards
  • « La plus haute expression de la justice est, dans l’opinion générale, de la nature de l’amitié. » L’amitié est le lien des cités et paraît à ce titre aux législateurs plus précieuse que la justice. Dans la Cité, si il y a… - Amitié -------- La justice n’est pas nécessaire. - Justice ------- L’amitié reste indispensable. Amitié Nécessaire Noble « sans amis, personne ne choisirait de vivre » Une véritable ami=un homme bon Aristote considère l’amitié comme une vertu et qu’elle ne peut exister chez un homme qui n’est pas vertueux. L’amitié lui apparaît comme une condition nécessaire pour accéder à la vie heureuse.
  • II Ce qui est objet d’amitié Les conditions nécessaires pour qualifier la relation entre deux personnes d’amitié: Amitié Amitié Les objets d’amitié: d’ amitié -Le bon Bienveillance mutuelle Bienveillance connue d’autrui d’ - L’agréable agré - L’utile « Il faut donc qu’il y ait bienveillance mutuelle, chacun souhaitant le bien de l’autre, que cette bienveillance ne reste pas ignorée des intéressés, et qu’elle ait pour cause un des objets. »
  • III Les espèces de l’amitié « Ceux dont l’amitié est fondée sur l’utilité aiment pour leur propre bien, et ceux qui aiment en raison du plaisir, pour leur propre agrément, et non pas dans l’un et l’autre cas en tant ce qu’est en elle-même la personne aimée, mais en tant qu’elle est utile ou agréable. » Formes d’amitié imparfaites - Recherche de sa propre satisfaction - Caractère accidentel - Ephémères Celle qui repose sur l’utile Celle qui repose sur le plaisir - Repose sur ce que l’ami peut nous apporter - Repose sur le bien que l’autre nous apporte - Fréquente chez les vieillards - Fréquente chez les jeunes gens Ces deux types d’amitié sont imparfaits et fragiles puisqu’ils sont liés à l’utile et à l’agréable, deux sentiments que l’on attend de la part d’un ami. De plus, elles sont fondées sur le hasard et les ressemblances.
  • IV L’amitié fondée sur la vertu L’amitié première est celle de deux hommes semblables en vertu, car les actions d’un homme vertueux sont identiques ou semblables à celle d’un autre homme vertueux. Elle est réciproque: chacun des deux amis, en même temps, aime son propre bien et rend exactement à l’autre ce qu’il en reçoit L’amitié parfaite exige de vivre ensemble en formant une communauté durable. Il en est comme de la vertu, produit de l’habitude, qui exige elle aussi, de l’expérience et du temps. Cette amitié parfaite, plus rare et plus lente à se former, est stable puisqu’elle appartient aux hommes vertueux: les amis font semblablement résider leur plaisir dans les actions qui expriment leur nature et celles-ci visent toujours le bien de l’autre.
  • V L’égoïsme et ses différentes espèces Egoïstes: « Ceux qui s’aiment par-dessus tout » Homme pervers Homme de bien Agit dans son propre intérêt A pour but de satisfaire l’intérêt de son ami S’enfonce dans la perversité Agit pour une cause noble Agit davantage égoïstement Accroissement de sa valeur morale Le meilleur ami est « celui qui, quand il souhaite du bien à une autre personne, le souhaite par amour de cette personne, même si nul ne doit jamais le savoir. »
  • Si aimer et être aimé s’opposent comme activité et passivité, comment un seul et même sujet peut-il en même temps se donner et recevoir les mêmes marques d’amitié? Si aimer et être aimé exigent deux sujets distincts, il suffit que chaque homme soit double, formé d’une partie irrationnelle et d’une partie rationnelle. Il n’y a donc pas à proprement parler d’amitié entre un homme et lui- même, mais entre deux parties de lui-même dont l’une, la raison, est par excellence son être même. Etre ami de soi-même, c’est agir par amour de la raison, puisqu’elle est notre être même. Toutes les marques de l’amitié parfaite se rencontrent donc dans la relation de l’homme vertueux avec soi.
  • Deux notions de l’égoïsme Aristote formule l’aporie suivante: Que faut-il aimer avant tout, soi-même ou quelqu’un d’autre? Blâme de l’égoïsme Eloge de la raison Obéissant à la partie irrationnelle de Celui qui se complaît dans l’intellect, lui-même, l’égoïste s’attribue la plus est à la fois parfait égoïste et parfait ami large part des biens et des plaisirs du corps « On a le devoir de s’aimer soi-même, ainsi que nous l’avons dit; mais au sens où la plupart des hommes sont égoïstes, nous ne devons pas l’être. » L’homme de bien sera suprêmement égoïste, car l’homme vertueux a le devoir de s’aimer lui-même. Ceci n’a rien à voir avec l’égoïsme vulgaire, car l’homme de bien obéit à son intellect et l’homme vicieux à ses passions. La noblesse morale d’une action est la meilleure part de bonheur qu’on peut espérer.
  • VI Si l’homme heureux et sage a besoin d’amis L’homme heureux qui se suffit à soi a-t-il ou non besoin d’amis? Pour les amitiés fondées sur l’utilité, il est nécessaire à l’homme d’avoir des amis: le besoin vient de ce qu’on ne se suffit pas à soi-même. Aristote considère l’amitié comme un critère primordial pour accéder au bonheur. Les hommes qui ont atteint la vie heureuse sans avoir plus besoin d’amis sont des hommes qui n’ont alors plus besoin de rien. Les hommes ayant atteint le bonheur par des amitiés fondées sur l’utilité et l’agréable n’ont pas besoin d’amis.
  • Or Aristote entend l’amitié sous sa parfaite forme, c’est-à- dire celle d’un homme vertueux. La vie humaine est sentir et penser. Cela renvoie à l’acte: vivre, au sens propre, c’est sentir et penser en acte. Tout acte en tant qu’acte est déterminé et, à ce titre, est un bien et, pour l’homme vertueux , un bien réel. Pour lui, la vie est au plus haut degr é digne d’être choisie. Or, il n’y a pas d’activité, sentir, penser et donc vivre, sans conscience de cette activité. Avoir conscience qu’on vit est plaisir par soi, car c’est avoir conscience de posséder un bien. Pour l’homme vertueux qui possède un bien réel, cette conscience est joie. L’homme vertueux est à l’égard de son ami comme il est à l’égard de lui- même, car son ami est un autre lui-même. L’existence d’un ami fait partie des choses dignes d’être choisies et dont on manque lorsqu’on ne les possède pas. Donc, un homme heureux a besoin d’un ami vertueux.
  • CONCLUSION Pour qu’une communauté stable existe, il faut que cette communauté soit un bien pour ceux qui en font partie. Par conséquent il faut qu’existe entre ses membres une bienveillance réciproque qui est une autre manière de définir l’amitié. Il existe deux types d’amitié fragiles et imparfaits: l’amitié fondée sur l’utilité et celle fondée sur l’agréable. Elles sont liées à la nécessité ou au plaisir que l’on attend de l’ami. Il existe cependant une forme supérieure de l’amitié, celle qui unit des hommes vertueux. Ce genre d’amitié n’est pas cultivée en vue d’un bien quelconque, mais seulement pour elle-même. L’amitié parfait est le dépassement de tout égoïsme, puisque l’autre devient un autre soi-même.