Nrt annual-report-1990-1991-eng
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Nrt annual-report-1990-1991-eng

on

  • 278 views

 

Statistics

Views

Total Views
278
Views on SlideShare
278
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Nrt annual-report-1990-1991-eng Nrt annual-report-1990-1991-eng Document Transcript

  • CURRENT CHAIRMANGeorge E.ConnellPAST CHAIRMANDavid L. JohnstonPrincipal and Vice-ChancellorMcGill University(Mont&al)MEMBERS JUNE 1990 - JUNE 1991W.K.O. (Roy) Aitken Hon. Jake Epp Hon. John LeefeExecutive Vice-President Minister of Energy, ChairInto Limited Mines & Resources Canadian Council of Ministers(Toron to) Govermncnt of Canada of the Environment ( 0 ttawka) (Ottawa)K.<:. (Reg) BaskenPresident, Energy and Chemical Diane Griffin Jack M. MacLeodWorkers Union Executive Director President and <‘EO(Edmonton) Island Nature Trust Shell Canada Ltd (Charlottetown) www-Y)Hon. Benoit BouchardMinister of Industry, Josefina Gonzalez Jim MacNeillScience and Technology Research Scientist DirectorGovernment of Canada Forintek Canada Corp. Sustainable Development(Ottawa) (Vancouver) Institute for Research on Public PolicyGuy Bertrand Susan Holtz (Ottawa)Pr&ident et directeur @n&-al Senior ResearcherCentre de recherchc industrielle Ecology Action Centre Hon. Don Mazankowskide Qukbec (Armdale, N.s.) Minister of Finance(Sainte-Foy) Government of Canada John E. Houghton (Ottawa)Hon. Jean Charest Chairman and Chief Executive OfficerMinister of the Environment Quebec and Ontario Paper Company Lise OuelletteGovernment ofCanada (Montrkal) Directrice g&&ale(Ottawa) Fkdbration des agriculteurs et Pierre-Marc Johnson des agricultrices francophonesHdi-ne Connor-Lajambe Director, Centre de m&de&e, du Nouveau-BrunswickDirectrice g&i&-ale d’ithique et de droit de (Edmunston)Centre d’analyse des l’UnirersitC McGillpolitiques tnergitiques (Montrtal) Leone Pippard(Saint-Bruno de Montarville) President and Executive Director Geraldine Kenney-Wallace Canadian Ecology AdvocatesHon. Robert Ren& de Cotret Presidknt and Vice-Chancellor (Ile d’Orl&ans, QuCbec)Minister of the Environment McMaster UniversityGovernment ofCanada (Hamilton) Barry D. Stuart(Ottawa) Chief Negotiator Margaret G. Kerr Land Claims SecretariatHon. J. Glen Cummings Vice-President Yukon Territorial GovernmentMinister of Environment Environment, Health and Safety (Whitehorse)Government of Manitoba Northern Telecom Limited(Winnipeg) (Mississauga) Hon. Michael Wilson Minister of Industry,Pat Delbridge Lester Lafond Science and TechnologyPresident President Government of CanadaPat Delbridge Associates Inc Lafond Enterprises Ltd (Ottawa)(Toron to) (Saskatoon)
  • TO THE PRIME MINISTER A Letter From the ChairThis is the second Annual Report to you from the National Round Table on theEnvironment and the Economy. It comes to you at a time when you and yourDovernment - and, indeed, all Canadians - are preoccupied with the question ofnational unity and the future of the Canadian federation. The choices and decisions made by thisgeneration will shape and injluence thepolity and economy of our portion of the&obefor many~enevations to come. These issuesare cleavly worthy of the verydreat effort which you and your Cabinet colleagues arecovtzmittin& to them. Sustainable development, however, is an issue which transcends all boundariesand all constitutional matters. It must become a principle which serves us a phmvybuilding block fov the constitutions of all nations of the world. For this reason and others, the members of the National Round Table remaincomynitted to the task which you asked them to undertake. Possib[v the stron&est supportwe can provide for the cause of national unity is to work vz~o~ously to catulyze allpartsof Canada into both an understandirg, and the harmonious practice, of the principlesof sustainable development. No doubt you are mm-e that evevyprovince and tevvitory now has a round table;municipalities across the country ave also takin. up the idea with enthusiasm Thevi&ouy of these munv initiatives r is impressive, providing a rich harvest of ideas andnotable pvecedentsfor othew to follow. The National Round Table rnuy be well placedto nourish interaction among these bodies and, indeed, derive much benefit from sodoirzg. A special vole fov the National Round Table may be to ensure that the entireCanadian network of vound tables is linked to the widev&obal community as weDrapple with the difficult problems associated with sustainable development pmctices. It is becomin.uppavent thatalmostevery issue ofsustainable development whichemevdes at the local level will be replicated, in one form or anotheq at the pYovincia1,national. and international levels. This hierarchical linkage is illustrated in thecomplex issues surrounding waste Yeduction, packaging, recycling, manufacturingdesig-n and the quest fov creative policies, practices nnd standards in thnt domain. These observations lead natumlly to another close&-yeluted theme of compellingimportance to youvdovevnment and the people of Canada: our prosperity and ouvcompetitiveness in international trade. Economists, business and labouT leaders,journalists, academics, public servants, politicians and ordinq citizens nve tukin&pa?ft in a vzkJorous and co&ent examination of this vital issue. To date, however, thevehas been little public focus on the relevance of sustainable development to the debate. This marl, be due to a prevailing belief that sustainable development is animpediment to competitiveness OYa luxuq Canada can aflovd only when we have a
  • more secawe competitive position in export muskets. We believe, howeveT, that Canadacan aspire to lendembip in the technologr?, and desig-n of new products and services fovwhich demund willdvow as the wovld economy yeco&zes and adapts to the importanceof sustainability. It is important, therefore, that the National Round Table enter thedebate on prosperity. Our workin hypothesis is that a wholehearted commitment tosustninable development will enhance OUT colnpetitiveposition in many keysectomof oureconovlzy. If Canada fails to meet thisco~tzmitment, there ynay well be damagin~economicconsequences; environmental consideJpations will be&in to loom larde as non-tariffbawiem. Even ij&overnments were to work to reduce such barriers, consumer attitudesand choices lnay prove to be even move powerful determinants in the internationalmarketplace. Humani[v is in the dandevous position of failin to appreciate the absolutenatuve of our collective dependence upon a stable environment. To ensure thatCanada’s future vision includes sustainable development, Bovernments at all levelsmust work in concert with business, coutzmunitygroups and all Canadians. I hope thatthe Nntional Round Table cun help illuminate this debate and help us all achieve anational consensus.Geo fze E. ConnellChnir
  • The the Nation deCANADA’S RESPONSE TO THE BRUNDTLAND REPORTIn 1983, then-Prime Minister of Norway, Gro Harlem Brundtland, was asked by the United NationsGeneral Assembly to chair an Independent World Commission on Environment and Development. Themandate of the Commission was to formulate a ‘global agenda for change’ that would lead to theimplementation of sustainable development around the world by the turn of the century. In its 1987 report, Our Common Future, the World Commission expressed a high level of optimismthat the world could resolve its environmental and economic development problems if planning in thosetwo spheres of activity became closely integrated. The Brundtland Report even predicted a new era of
  • economic growth based upon environ- ment by all Canadians. Acting as a catalyst mentally sound and sustainable develop- for change and for the development of ment practices. consensus rather than as another source of In response to the Brundtland Report, programs or funding, the NRTEE seeks to the Canadian Council of Resource and achieve its goals by developing new ideas Environment Ministers’ Task Force rec- that illuminate the important link between ommended the establishment (by First the environment and the economy. It is Ministers) of Round Tables on the Envi- an independent body reporting directly to ronment and the Economy across Canada. the Prime Minister. The purpose of these round tables was to break down isolation and to initiate dia- A FORUM FOR COMPETING logue on how Canada could move towards INTERESTS TO FIND sustainable development practices. COMMON GROUND Since that recommendation was made, Traditionally, our institutions have been round tables have been established at the designed to bring together individuals, national level, in all provincial and terri- groups or businesses with similar interests torial jurisdictions and in some muni- or goals. The National Round Table is a cipal government structures. The National new process that brings together some of Round Table on the Environment and the competin.and conver@ad interests with the Economy (NRTEE) was announced direct stakes in environmental, social and by the Prime Minister of Canada in economic objectives. It then becomes a October, 1988 and held its first meeting forum for these traditionally competing in June, 1989. interests to find common ground on which they can take action towards sustainable A CATALYST FOR CHANGE development. Its members represent a The role of the National Round Table is to broad spectrum of Canadian social, politi- promote and stimulate the acceptance and cal and economic life including the corpo- implementation of sustainable develop- rate sector, academia and research insti- tutes, the scientific community, the vari- ous levels of government and a variety of public interest and professional groups. Their role is to bring independent views toSUCCESS STORIES the dialogue and then to convey the con-Innovative Partnerships are sensus from the Round Table back to theirAchieving Successes own spheres of activity.Across Canada, people and ov&anizations avegettin8 together to A MEETING GROUND FOR NEWlook for innovative solutions to environmental probbwzs. These IDEAS AND RELATIONSHIPSpartnehips ave n clear dewtonstvation of sustainable develop- The main objectives of the Round Table during the past year have been expressed inment opportunities at work. Scattered throu@out this annual the terms of references and action plans ofrepoti ave thumbnailsketches ofsome oftheseprojectsandprodTams, five major committees: l Committee on Socio-Economicin&din& some private sector initiatives. They have been selected Impacts l Committee on Decision-Makingfrom existinmfile material because they dewonstvate innovation Processesor because they reflect co-opemtion amon. a broad number of l Waste Reduction Committee l Committee on Foreign Policygroups. These are only n few examples of the thousands of such l Committee on Education andactivities takingplace across the country...dedicatedpeople lookin& Communications Individuals experienced in the relevantfor new mys to solve old problems, and succeeding. subject matter of the committees have been invited to join the National Round Table to assist in committee work.
  • A MORE DEFINED MISSION’ AND MANDATEThe first year’s operation of the National Round Table (1989-1990) could M characterized as one ofdefinition and organization as members came to grips with new processes and a structure in whichCanada had no previous experience. The second year ( 1990- 1991) can be seen as a year in which selected s were addressed, a number of which came to fruition as the National Round Table began to engage ian public. Consistent with these changes taking place in the operation of the National Round bers unanimously endorsed a more focused tission and mandate statement: onal Round Table has a special catalytic role to play in Canadian society i romotiqg the conceptofsustainable developmentforallsectorsand regio onal Round Table will: issues of environment and economic development by b&q&g Togo,,& the ti
  • advise the Prime Minister and thefederal8overnment on waysand means to integate environmental and economic considerations in decision-makiqprocesses, beg-inning with the recommendations of the National Task Force on the Environment and Economy; and on Canada’s role concerninglg-lobal issuesof environmentandsustainable development; promote and catalyze awareness and understanding throug-hout Canadian society of the cultural, social, economic and policychangesrequired toshiftto more sustainable forms of economic development; for&e new partnerships in Canada that are necessary to resolve issues and overcome barriersfor the achievement of sustainable development. BRINGING TOGETHER THE BEST INFORMATION Reducing and Recycling Waste at the Municipal Level Over the last decade, waste management has become a major issue affecting both individual Canadians and their levels of government. To address problems which are particularly acute at the municipal level, a wide range of waste management strategies have been developed in the last few years. Municipal decision-makers are being required to choose, from an array of waste management options those strategies that best match local needs, conditions and resources. To help municipalities make these choices, the National Round Table produced a National Waste Reduction Handbook to inform decision-makers. Designed to be a practical hands-on guide, it profiles experiences from various jurisdictions upon which others might be able to build. Analyzing Decision-Making Practices The manner in which Canada’s institutions and businesses make decisions is particularly relevant to achieving the goal of sustainable development. Decision-making practices which are compartmentalized, hierarchically-structured and uni-dimensional are unlikely to achieve integration of environmental and economic considerations. Analyzing decision-making practices was the subject of a symposium organized by the National Round Table in October 1990. In workshop and plenary sessions, 75 participants examined, from the perspective ofvarious types oforganizations, the impetus for change in decision-making processes and practices; barriers restricting change; management strategies and tools that were successful in overcoming those barriers, as well as techniques for evaluating progress. Over 25 case studies were used to demonstrate the need to change the decision- making process to integrate sustainable development concepts. A report on the symposium has been widely distributed so that other managers may capitalize upon the insights developed by the workshop participants.First Place - Science Award ProgramAndrew Hough of Napanee, Ontario wonjhtplace and a $1,000 award with his experiment which demonstrated that milkhousewash water could be used successfullyfor the periodic irrigation of&rain fields. Disposing of milkhouse wash waterfrom dairyfarmsposespollution problems for nearby streams and lakes since it contains decomposin, milk as well as chlorine, phosphates and acidsrequired to clean the production equipment. Andrew’s project discovered a productive use for hisfamily3 farm waste water whichcould be stored and used for a twice-yearly irrz&ation of surroundin crop fields.
  • Developing Incentives and Second Place -Economic Instruments Science Award ProgramMany existing structures and programs Philip de Quehen of Roseneath, Ontario won second place and adeveloped by governments over the pastdecade have contributed inadvertently to $500 award with his experiment desig-ned to improve the effi-non sustainable development. For exam- ciency of windmills. Windmills are an environmentally clean,ple, corporate tax or trade protectionpolicies may actually reward companies renewable-resource method for small scale ener&yBeneration.operating in an environmentally non-sus- Philip’s experiment demonstrated that by dividing the blades oftainable manner. At the same time, thecurrent impetus to protect the environment the windvnill into concentric sections, each of which wasfree tomay result in new laws or regulations whichcreate unanticipated economic hardship. spin independently, more electricity could be Benerated than Creating a balanced set of economic thou& a traditional windmill where the blades are all linkedinstruments and incentives to complementregulation is an area being examined by the to a central shaft. In fact, Philip-‘smodel windmill was 240perNational Round Table. To stimulate de- cent more efficient than the traditional desig-n.bate, the NRTEE prepared an overview of arange of economic incentives possible forimplementing sustainable development inCanada. the lead role in the production of theMeasuring Sustainable bilingual journal, ECODECISION, and the firstDevelopment Achievements edition was published in May, 1991.Achieving sustainable development in ECODECISION aims to reach an internationalCanada will be a long-term process. The audience and may well gain recognition asability to measure progress in the direction a major vehicle for the global dialogue onof sustainable development - performance sustainable development.indicators - is essential in order to ensurecontinuity, progress and the accountabil- PROVIDING ADVICE TOity of those who have agreed to the targets. THE GOVERNMENTThe National Round Table is preparing a Responding to EARPseries ofpractical instruments for measuring In June 1990, the federal government ta-sustainable development in energy pro- bled its proposed Environmental Assess-duction. A workshop involving both pri- ment Reform Package (EARP) which in-vate and public sector participants was cluded the creation of an environmentalrecently organized to test some proposed assessment process that is more account-micro and macro indicators. In addition, able and open to public participation. Fo-pilot projects were developed by the par- cusing specifically on the implications forticipating organizations describing how a policy assessment, the National Roundchange in their practices could meet the Table made a number of recommenda-goals inherent in the indicators. tions for changes in the proposed process;Bridging the Science Gap changes designed to enhance public confi-In partnership with the Royal Society of dence in the process and ensure that assess-Canada, the National Round Table has ments met appropriate standards. It advo-developed a journal which brings together cated the appointment of a Parliamentaryarticles on the economy, legislation, poli- Commissioner or Auditor on Sustainabletics, science, large international organiza- Development to report publicly on com-tions together with case studies, opinions pliance by federal agencies, public releaseand debates. The Royal Society assumed of all documentation relating to assessed
  • policies, wider use of green and white papers to involve the public earlier in the policy development process and a public evaluation ofthe new assessment process after a period of five years. Assessing Canada’s Bilateral Agreements One of the means by which Canada supports sustainable development objectives internationally is through the bilateral trade and assistance agreements which it negotiates with other countries. The National Round Table has analyzed 66 bilateral agreements signed in 1989 and 1990 to determine the extent to which sustainable development issues are identified. The results of the study demonstrate that environ- mental issues tend to be ‘pigeon-holed’ and do not cut across the broad spectrum of economic, political, social and cultural issues. Many agreements do not contain any mention of sustainable development and, even in agreements that do, specific measures are neither agreed upon nor promoted. To facilitate the negotiation of future agreements that incorporate or address con- cerns relevant to the achievement of sustainable development practices, the National Round Table has produced a ‘sustainable development grid’ and made it available to interested parties. Helping Government Cope With Waste In partnership with the federal government, the National Round Table initiated a review of the impacts of existing federal policies and programs on waste generation and management practices in the public and private sectors. The objective ofthe review is to identify potential options for the government to actively and systematically promote waste reduction, reuse and recycling. To facilitate action at the municipal level, the National Round Table published a handbook on waste reduction and catalyzed the formation ofa national council on waste reduction, Waste Elimination: Canada - WE Can. The handbook is intended to help municipal decision-makers determine what options exist, and when and how to develop such programs. WE Can will undertake research, analysis and dissemination ofinformation on waste issues and policies and assist provincial and regional waste reduction organizations in obtaining sustainable funding.Third Place - PLAYING AN ACTIVE CATALYTIC ROLEScience Award Program Encouraging Dialogue in Economic SectorsJonathan Plante of Saint-Jhome, QuLbec Last year, the National Round Table made a decision to encourage sectors of Canada’swon third place and a $500 awardfor his economy to undertake dialogue on sustainable development. These dialogues are designed to lead to codes ofpractice and action plans for each ofthe participants, on theexperiment to demonstrate that it was path to sustainable development. Within each sector, the key to a successful dialogue liespossible to build a composter more adapted in building a common understanding based upon agreements already in existence for each sector. In acting as a catalyst, the National Round Table will oversee each dialogueto the Quibec environment than thegreen process, stimulate progress and publish aggregate analyses. It will also promote thecone used by many municipalities. dialogue to key sectoral decision-makers as well as channel recommendations back to round table members. There are now two sector dialogues underway; one dealing withCornposting makes an important contri- the forestry sector and another dealing with tourism. A third dialogue dealing with energy is still in the planning stages.bution tosustainable development in thatit recycles materials that would normally Recommending on Canada’s Wetlands Last year, the National Round Table convened a Sustaining Wetlands Forum tobe hauled away to waste disposal sites. stimulate discussion on the future of wetlands in Canada. The Forum served as a catalyst to bring diverse groups together and produced some 73 recommendations for furtherJonathan constructed four composterpro- action. One of these called for the creation of a Canadian Wetlands Conservation Tasktotypesand spent a year comparin. theirresults with what wasachieved thou& thetraditional composter.
  • Force to evaluate the recommendations and identify appropriate Fourth Place -implementation strategies. The federal Minister of the Environ- Science Award Programment concurred with this recommendation and a Task Force has Lee Ann Gryschuk of Kenora, Ontariobeen created under the umbrella ofthe North American WetlandsConservation Council. won fourth place and a $250 award forPreparing for 1x0’92 her experiment desz&ned to measure theThe 1992 United Nations Conference on Environment and amount of mercury absorbed by aquaticDevelopment in Brazil (UNCED) will shape the global strategy forsustainable development over the next few decades. To this end plants and to determine the eflectsplantsthe National Round Table has made preparations for the UNCED can have on contaminated soil. Lee Annone of its key priorities. It has identified three significant areas:resources, changes in international institutions, their funding and demonstrated that aquatic plants werethe critically important issue of technology transfer. Further, the absorbin most of the mercury throug-htheNational Round Table will conduct a series of four regionalworkshops to solicit viewpoints and commentary on these three roots in the soil and that mature plantskey areas. The workshops will involve other round tables and willseek consensus on aspects of Canadian positions at the UNCED that absorb si&aificantly big-her amounts ofround tables believe to be particularly important. mercury thanjuvenileplants. Her experi-PROMOTING UNDERSTANDING ment could Lead to an efSective method toAND AWARENESS clean up mercury-contaminated soil.Helping to Educate Canada’s YouthCritical to entrenching sustainable development attitudes andpractices in Canada is the education of the nation’s youth. To thisend, the National Round Table has been working with a numberof distinguished partners to promote the establishment of aSustainable Development Education Program ( SDEP) designed toprovide young people with the knowledge and skills necessary tomake sustainable choices. This community-linked educationstrategy will assist Canadians to put into action the principles ofsustainable development in primary and secondary schools. The projected launching date is for September with JackMacLeod, National Round Table member and CEO of ShellCanada, serving as chair of the partnership. At this time, theproject will also be in a hand-off position with an establishedboard and organization of its own.Rewarding Young ScientistsIn pursuing the objective ofpromoting sustainable developmentamong Canada’s youth, the National Round Table, in concertwith the Youth Science Foundation, established a $2,500 scienceaward program to recognize projects which best exemplify sus-tainable development practices. This year, five prizes were awardedat the Canada-Wide Science Fair held in Vancouver. The fivewinners and their projects are profiled throughout this report.Using Social Marketing TechniquesSocial marketing techniques have long demonstrated success inchanging attitudes and behaviours. In Canada, notable successeshave been achieved by such social marketing programs as the anti-smoking campaign, the drinking and driving program and thePAKrIcIraction program. 9
  • Working in partnership with rmTIcIraction and officials from Fifth Place -Environment Canada, the National Round Table has developed a Science Award Programformal proposal to government that it sponsor a program to foster Shannon Golletz of Matteville, Ontarioresponsible citizenship to achieve sustainable development. Theprogram, which is based upon the PmTIcIPaction model, would uti- wonfifthplace and a $250 awardfor herlize the media and other means to solicit individual and community experiments involviqf the use of naturalinvolvement in sustainable development efforts. insecticides. Shannon sprayed a numberBroadcasting the MessageA private sector company, WHYNOT Productions, has developed a of trees and plants with a rhubarb-spineseries of five special television programs designed to fill the informa- based insecticide all of which remainedtion gap surrounding the concept of sustainable development andhow it affects various sectors of the economy. Each topic - energy, healthy thou&out the summer thou@agriculture, fisheries, transportation, forestry and tourism - will be plants that were not sprayed showed insectexamined from a global, Canadian and regional perspective with theaim of providing viewers an opportunity to understand the implica- damage. Shannon also used successfullytions of the choices they can make for themselves and their children. Drapefhit tindspartiallyfilled with honeyThe National Round Table has worked closely with the producer ofthe series to ensure that the linkages so necessary to sustainable to attract insects away from the family’sdevelopment are accurately portrayed. veJetable&arden, thereby reducin. dam-Promoting the Round Table Concept ade to the bean plants.InternationallyA number of preliminary conferences have already taken place toprepare for the United Nations Conference on Environment andDevelopment (~~0’92). One of these events was the Bergen Con-ference which brought together ministerial representatives, NGOS,labour, business, science and youth in order to decide on an action plan for sustainabledevelopment. The National Round Table has participated in some of these events andgenerated a high level ofinterest in the round table process. To help promote the conceptas a means of achieving. consensus on sustainable development issues, the NationalRound Table published a trilingual information brochure (English, French and Russian)for distribution to all participants at the Bergen Conference. It describes the conditionsleading to the creation of the National Round Table and the processes it follows. Inaddition, the NRTEE is preparing a section on the round table process for inclusion inCanada’s National Report to UNCE~‘~~. The concept of community round tables,(through distribution of the NRTEES municipal kit) is being promoted to various inter-national conferences of municipalities.FORGING NEW PARTNERSHIPSLocal Round Tables Are Catching OnThe round table is a tool which may be used at any level of society to promote dialogue,achieve consensus on issues and develop partnerships for change. For these reasons, thereis a considerable level of interest at the municipal and local level in the concept ofroundtables. To promote the idea of communities developing their own round tables, theNational Round Table distributed more than 10,000 Municipal Round Table Kits acrossCanada last year. As a result, a number ofround tables have been createdin municipalitiesof diverse sizes, including Victoria, B.C., Flin Flon, Manitoba, Muskoka, Ontario andKing’s County, Nova Scotia. 10
  • Recycling With A FlairGrand Bend, Ontario is the site of one of the country’s most successful examples ofcooperative recycling in small municipalities, Bluewater Recychg. Thirty-threecommunitieshave banded together to coordinate multi-materialprocessing, collection,promotion and marketiqg. Because of centralized storage andprocessind, shipping canbe done to major centres at a competitive cost and progam mana&ers are able toamressively develop new markets. In 1989 alone, the cooperative diverted almost 40percent of total solid wastefrom area landfill sites. The program is continuing to expandinto such areas as commercial cornposting and new recycling initiatives.territorial round tables in Canada. Though no attempt has been made to be exhaustive,the following are some of the activities of these round tables over the last year :BRITISH COLUMBIAChaired by Charles Connaghan (c.J.Connaghan & Associates), the B.C. Round Tableon Environment and Economy has been active in promoting sustainable developmentand the concept of round tables throughout the province, including launching aSustainable Community Theme Paper in February. Its Local Round Table Task Force hasproduced recommendations relating to the criteria, authority and structure of localgroups and presented these to the Union of B.C. Municipalities (UBCM) as well as to theB.C. Cabinet. The Round Table and the UBCM will be developing a guide for municipalround tables in the fall. The Round Table is also producing a series of theme papers relating sustainabledevelopment to areas such as energy; communities; land and water use; economicinstruments and resource accounting. These represent the first stage in the developmentofa sustainable development plan for the province which will see Round Table memberstouring the province to listen to the views of citizens about sustainable development. Aspart of this consultation process, the Round Table participated in a two-hour province-wide television forum, responding to questions from the television audience. It isanticipated that the sustainable development strategy will be ready to present to the B.C.government early next year.ALBERTAChaired by Ken McCready, President and CEO of TrasnAlta Utilities Corporation, theAlberta Round Table on Environment and Economy is developing a vision statementand goals for sustainable development in the province. Following public consultation,they will be developing a series of recommendations for government on ways in whichAlberta can integrate economic development more effectively with the protection,enhancement and wise use of the environment.SASKATCHEWANChaired by the Hon. Grant Hodgins, Environment and Public Safety Minister, theSaskatchewan Round Table on Environment and Economy has established 11 advisorygroups relating to various aspects of sustainable development and economic sectors.These groups are examining obstacles to and costs ofachieving sustainable developmentpractices. The reports of these committees will contribute to the development of a 12
  • provincial conservation/sustainable development plan sched- AMOCO Actionuled to be ready by the end of 1991. Amoco Canada is takirg action topromote An Environmental Education Advisory Committee has alsobeen established to research existing education programs and sustainable development thou&out theirdevelop an action plan for improvements in this area. The Round company. Amoco’s pipelines must be keptTable is sponsoring an awards program to recognize individualsand organizations which have achieved excellence in the envi- free of trees and brush which could causeronmental field and to recognize sustainable development dem- dama&e, or impede inspection crews andonstration projects. other workers. Rather than using herbi-MANITOBA tides and other chemicals to keep themChaired by Premier Gary Filmon, the Manitoba Round Table onEnvironment and Economy launched a major consultative pro- clear, Amoco contracts local specialists tocess on sustainable development with provincial residents. A draft perform mechanical brushin alon&sustainable development strategy was released covering a varietyof sectors including energy, land and water, forests, recycling, Amoco Canada’s RanJelands Pipelinewaste management and the public sector. A Task Force hasdeveloped a generic sustainable/environmental code ofpractices rt&btofwaysnearRockyMountain House,strategy which a variety of associations will be able to use and Alberta. This involves cuttin back excessadapt to their circumstances. A number of public informationactivities were also launched including a sustainable development growth, which is then mulched, and left ontheme bus operating on major Winnipeg bus routes and a regular the forest floor to biodegrade. This processbi-weekly radio news program on sustainable development. need only be repeated once every ten toONTARIO fifteen years. It does not threaten rivers orChaired by the Hon. Ruth Grier, Minister of the Environment,the main focus of the Ontario Round Table on Environment and sensitive ecosystems, and enhances wildlifeEconomy is to create a sustainable development strategy for the habitat.province. To this end, sectoral task forces are holding publicconsultations in the areas of agriculture and food; energy andminerals; forestry; manufacturing; transportation and urban de-velopment and commerce. A Native People’s circle will examineissues relating to sustainable development from the native per-spective and the Round Table will also consult with communitygroups across the province.QUkBECChaired by the Hon. Pierre Paradis, Minister ofthe Environment,the Table ronde sur l’environnement et l’economie du Quebecunderwent a major reorganization during the year. Its role is todiscuss issues related to the environment and the economy andmake recommendations to the provincial Premier. Part of thatrole includes the development of a strategic vision on sustainabledevelopment practices for the province.NEW BRUNSWICKChaired by the Hon. Al Lacey, Chairman of the New BrunswickPower Corporation, the New Brunswick Round Table on Envi-ronment and Economy is in the midst ofproducing a sustainabledevelopment strategy for the province. This strategy, developedthrough a Sustainable Development Task Force, will be the focusof a round of public consultations before being presented to the 13
  • provincial government in the fall of 199 1. The Round Table is also working on an awards program directed towards individuals, organizations and communities which demon- strate a commitment to sustainable development practices.Going Green At the NOVA SCOTIAColleee Level Chaired by the Hon. John Leefe, Minister of the Environment, the Nova Scotia Round V Table on Environment and Economy is in the last stages ofpreparing a draft conservationAssiniboine Community College in strategy document. Based upon public consultation processes undertaken by theBrandon, Manitoba has a Green Plan of Conservation Strategy Committee, the document will be the basis for the preparation of a provincial conservation strategy by 1992. The Environmental Education Commit-its own and a stafi member whose sole tee is examining educational programs with a view to promoting a greater understandingresponsibility is planning for sustainable among the province’s youth of the concepts and principles of sustainable development. A study on opportunities for public participation, including the issue of intervenordevelopment practices. Among the many hd ng, was completed by the Public Participation Committee.initiatives the colle&ehas undertaken are: PRINCE EDWARD ISLANDrecycling office wastepaper and sojt drink Ch aired by the Hon. Gilbert Clements, Minister of Finance and the Environment, the PEI Round Table on Environment and Economy has presented to the Premier its reportcans; usin recycled paper; encouraging on the sustainable development practices of provincial government departments. It isinstructors to use overheads rather than expected that this report, along with a report on conservation strategies, will form the basis of a public consultation process in the province. The Round Table is also workingphotocopied handouts; requiring double- on environmental education recommendations as well as working with the Nationalsided photocopies where practical; install- Round Table on a national tourism consultation proposal.in. a system to clean and recycle freon NEWFOUNDLAND AND LABRADORfrom air-conditioners; and assig-nin. in- Chaired by Dr. Noel Murphy of the Humber Valley Broadcasting Company, the Newfoundland Round Table on Environment and Economy was created by the Premierstructors in community proBvams to du- in November, 1990. It reports directly to the Premier and, among other responsibilities,ties near their homes in ovder to savefuel. has been asked to recommend to the government an approach and framework for a conservation strategy appropriate to conditions in Newfoundland and Labrador. YUKON TERRITORIES Chaired by Lindsay Staples, the Yukon Council on the Environment and the Economy undertakes annual reviews of the implementation of the Yukon Economic Strategy and Yukon Conservation Strategy. The Policy Committee is currently reviewing both strategies with a view to integrate them into a sustainable development strategy. As part ofits public consultation processes, the Yukon Council sponsored a Cultural Awareness workshop to heighten awareness of the interrelationship between the Indian economic system and culture and sustainable development. NORTHWEST TERRITORIES Chaired by the Hon. Dennis Patterson, Government Leader, the NWTRound Table on the Environment and the Economy was formed in November, 1990 to provide advice to Cabinet on matters relating to sustainable development in the territories. The Round Table will also be providing recommendations to the government on the implementa- tion of the five main objectives of the Northwest Territories Sustainable Development Policy. These include the promotion of integrated resource management, the mainte- nance and enhancement of environmental quality, the establishment of conservation areas, the development of non-renewable resources which provide lasting social and economic benefits while maintaining ecological processes and natural diversity, and the promotion of cooperation in the management of trans-boundary resources. 14
  • Using and Re-using PlasticsCanada’s plastics industry has always recycled its own scrap plastic, turnin& waste into new products. Now, more and more post-consumer plastics -such as thoseusedforpackaJin8 - are beind recyled across Canada. I.P.L. Qukbec of manufacturesseveralproductsfrom recycled plastics, including the Enviro-box, a container for curb-side collection of recyclable materials. Several Canadiancompanies are makin, plastic lumber from post consumer and post industrial plastic waste. Re-Plast of Drummondville, Qutbecis manufacturiqg wood-like substances that can be used for many products, includingfencing, furniture frames, picnic tables andpark benches.including military aggression. While pub- tions andindividual Canadians. Based upon AUDITING THElic concern for the environment remains those discussions, it is anticipated that the COMMITMENTShigh, Canadians are still often unaware of objectives will be revised in time for their As national and world attention focuses onthe imperatives of sustainable develop- inclusion in the 1992 annual report. environmental issues and sustainable devel-ment or the need for concerted action, opment practices, government policies and ENSURING EQUITY INboth locally and globally. private sector processes are beginning to SUSTAINABLE DEVELOPMENT While work is proceeding on such ap- reflect that interest. For example, environ- COSTSproaches as the sustainable development mental audits (similar to financial audits)education program and the comprehen- One of the basic tenets of sustainable are slowly entering the business lexicon assive social marketing strategy, there is a development is equity in the distribution companies examine their own practicesgood deal more that needs to be done to of benefits and costs of resource use and and seek better ways of achieving goals.make an impact on the consciousness of environmental management. This is a There is a need to ensure that sustainableCanadians. Working with provincial round multi-faceted issue in that it involves rela- development becomes a key concept in thetables, the National Round Table is in a tionships between present and future gen- developing environmental audit process.unique position to contribute to essential erations; between developed and develop- Similarly, while virtually all levels ofchanges. ing nations; and among various sectors governmentinCanadaare announcingcom- and groups within our own society. One of mitments to sustainable development prac-ACHIEVING CONSENSUS ON the key barriers to sustainable develop- tices, there is yet no formal means to auditSUSTAINABLE DEVELOPMENT ment is environmental damage arising out the progress being made towards their reali-OBJECTIVES of inequities in the distribution of energy zation. Means must be found both toThe National Round Table has articulated and resources. To address these issues, measure progress and record successes fora number of objectives for sustainable means must be found to examine the ways use by all jurisdictions. This issue also ex-development to help guide Canadians in which the interests of various sectors tends into commitments that nationaltowards the goal of a more sustainable coincide; identify who will benefit from governments make to each other on thesociety. Canada’s ability to achieve that change, who will pay the costs and who international stage. An example of thisgoal will be improved considerably if a will be least able to bear those costs; at- process is the sustainable developmentconsensus can be developed on those ob- tempt to resolve competition over scarce ‘grid’ developed by the National Roundjectives and how to achieve them. resources; and develop institutional mecha- Table to assess the sustainability of bilateral To catalyze dialogue the National nisms to safeguard local needs and inter- agreements and foreign aid commitments.Round Table plans to actively solicit views ests at the provincial, national and interna-on these objectives from provincial and tional levels.territorial round tables, other organiza- 16
  • GanacLa in the World Context .’ISOLATION WO@&# BB TIXB WORST POSSIBLE OPTION at no one country can solve global environmental problems or make own. The political, economic, social and cultural to &ect all countries because of their repercussions forests have come to symbolise this reality in the xtent of the “mterdependency of all of civilization. ~~~~~ of Canada appearsfkfn in its commitment to play a * ‘%h~re are many exampks of how this role has been played
  • successfully in the past and continues today. In fact, the Green New Brunswick Joins WithPlan documents the federal government’s plans to support inter- Central Americanational organizations, to push aggressively for response and The New Brunswick Environment and Development Groupaction and to continue to build international partnerships to dealwith critical environmental problems. oglers trainin workshops to local community services clubs, However, if we have learned anything from the experience of church~roups and h&b school clubs interested in sustainablethe last few decades and from the wise words of the BrundtlandReport, it is that we cannot deal with environmental problems in development and environmental protection and restoration.isolation from the other issues affecting the globe. Political Active in bringing sustainable development concepts to thealliances, military alliances, economic agreements and even themanner in which Canada responds to disasters and the flow of community level since 1988, thegroup consistsof representativesrefugees and migrants - all of these have a direct impact onenvironmental issues and the world’s ability to make progress from farmers’g-oups, native peoples, environmentalists, forest-towards sustainable development. ers, development workers and peace activists. The goup alsoTHIRD WORLD DEBT REMAINS A MAJOR ISSUE maintains workin relationshipswithgroupsin Central AmericaOne of the challenges facing the entire world community is the which are interested in similar issues and with which concerns,issue of third world debt which now transfers some $50 billionfrom the developed to the developing countries on an annual skills and work are shared.basis. Some high-income countries have begun the process offorgiving the debts of lower-income countries. While Canada isa relatively small player in terms of the debt load being borne by OZONET Provides Worldwide DataBasedeveloping countries, Canada has led the international commu-nityin this process, first by eliminating the debt ofmembers ofthe Users and suppliers of ozone-depleting solvents thou&out theFrancophonie and, subsequently, the less developed Carribean world can now refer to aunique databasefor quick, comprehensivenations. Sustainable development will never be achieved on aglobal basis until the less developed countries have the ability and information concerning alternate processes, technologies andthe means to undertake the necessary changes. substances. OZONET, created by Northern Telecom Ltd for the Industry Cooperative for Ozone Layer Protection, is accessible from more than 750 cities in 35 countries. ozoivetsojhvare and user manualsare beingprovided to agrowing membership list at no charg-e; on-line fees are charded by the hour. 18
  • .:a L.t . ed tlwir time and tm Saguenay-La42
  • RePlast, Drummondville, Quebec Industry, Science and Technology Working Committee onKanata Environmental Advisory Council Canada Socio-Economic ImpactsNational Governors Association, USA Finance Canada Members NRTEE Great Lakes Commission Communications Canada Roy A&en (CHAIR)R.W. Beck and Associates, Seattle Canadian Centre for Management Jim MacNeill (VICE-CHAIR)Council on Environment of Development Helene Connor- Lajam be New York City Client Services Centre, Supply and Margaret KerrAbitibi Price Ltd Services Canada Lester LafondResource Integration Systems Sustainable Development Branch, Barry StuartTransAlta Utilities Corporation Environment CanadaErnst & Young Consulting Canadian Wildlife Service, Environment Working Committee onRawson Academy Canada Decision-Making ProcessesCanadian Nature Federation Canadian Environmental Advisory NRTEEMembers Susan Holtz (CHAIR)Institute for Research on Public Policy Council Pat Delbridge (VICE-CHAIR)Jane Hawkrigg Enterprises Ltd Council of Forest Industries ofSusan Abs Consulting British Columbia Reg BaskenSaskatoon District Tribal Council Sierra Club of Western Canada John LeefeJohn E. Cox Associates Quebec and Ontario Paper Co. Working Committee onRecycling Development Corporation West Coast Environmental Law Waste ReductionOntario Printing Papers Users Group Association Members NRTEEMunicipality of Metro Toronto Canadian Wildlife Service Lise Ouellette (CHAIR)Ontario Waste Management State of the Environment Reporting John Houghton Corporation Canadian Petroleum Association Guy BertrandCanadian Petroleum Products Institute Common Heritage ProgrammeOntario Multi Materials Recycling Inc Trent International Programme, Non-mum MembersEnvironment and Plastic Institute of Trent University Don Andrews Canada World Wildlife Fund Canada Linton KulakContemporary Analysis Limited Public Focus Derek StephensonCanadan Association of Recycling Friends of the Earth Shealagh Pope Industries Canadian International Development Sub-Committee onCanadan Packaging Council Agency, Public Participation Foreign PolicyGreen Energy Conference Programme NRTEEMembersCanadian Council of Forest Ministers Royal Bank of Canada Pierre-Marc Johnson (CO-CHAIR) Forum on Sustainable Development Dofasco Geraldine Penney-Wallace (CO-CHAIR) and Forest Management Dow Chemicals Jim MacNeillWestmount Rotary Club University of OttawaConference des maires de la banlieue Fcole nationale d’administration Members NOIZ-NRTEE de Montreal publique ( ENAP) John &-tonAction for a Common Future, Mouvement des Caisses Populaires John S. MacDonald Bergen, Norway Desjardins Andre SaumierRotary International AlGill Tim EganParks and Trees, Operations Branch, Recycling Council of Ontario Standing Committee City of Ottawa on Education andParks Canada, Quebec City COMhiITTEES CommunicationsCity of Toronto Forestry, Parks and Executive Committee Members Recreation George E.Connell (CHAIR) Leone Pippard (CO-CHAIR)Vancouver Board of Parks and SusanHoltz (VICE-CHAIR) J. Glen Cummings (CO-CHAIR) Recreation Pierre-Marc Johnson (VICE-CHAIR) Josefina GonzalezCentennial Park Board, St. Andrews, Roy Aitken Diane Griffin New Brunswick Geraldine Kenney-Wallace Jack MacLeodCouncil of Education Ministers, Canada Jim MacNeill David JohnstonCanadian Council of Ministers of the Barry Stuart Environment Jack MacLeodExternal Affairs Canada Dorothy RichardsonEnergy, Mines and Resources Canada (EXECUTIVEDIRECTOR)Environment Canada 20
  • NRTEE SECRETARIATExecutive DirectorDorothy RichardsonDirector, Operations Ann DaleSecretary Helene MassieCommunications Advisor Dan DonovanChief; Corporate Services Sam McLeanPolicy Advisors:Decision-Making ProcessesPhilippe ClementEducation and CommunicationsAnne FouillardSocio-Economic Impacts Mike KellyForez&n Policy Eric Mikkel borgWaste Reduction Nonita YapNational Afiirs Francois RiouxSenior Associate Steve ThompsonCommittee Secretary Liza WillO#Zce Manager Cathy HerouxAdministrative Secretary Patti BaconFinance Secretary Pierrette GuitardPUBLICATIONS BY THENATIONAL ROUND TABLE ONTHE ENVIRONMENT AND THEECONOMY 1990-1991Exploring Incentives: An Introductionto Incentives and Economic Instrumentsfor Sustainable DevelopmentSymposium on Decision-MakingPractices for Sustainable DevelopmentThe National Waste ReductionHandbook: An Introduction to SourceReduction and Recycling for MunicipalDecision-MakersSustainable Development andthe MunicipalityTexts of speeches and remarks byNational Round Table Members onissues involving sustainable developmentare available by contacting the NRTEEcommunications advisor in Ottawa at(613) 992-7157. 21
  • Printed ONrecycled paperImprimi sur du papier recycle’
  • PRÉSIDENTGeorge E .ConnellPRÉSIDENT SORTANTDavid L. JohnstonRecteurUniversité McGill(Montréal)MEMBRES JUIN 1990 - JUIN 1991W.R.O. (Roy) Aitken JakeEpp John LeefeVice-président général Ministre d’Énergie, PrésidentInca Limited Mines et Ressources Conseil canadien des ministres(Toronto) Gouvernement du Canada de l’Environnement (Ottawa) (Ottawa)R.C. (Reg) BaskenPrésident, Energrly and Chemical Diane Griffin Jack M. MacLeodWorkers Union Directrice générale Président et directeur général(Edmonton) Island Nature Trust Shell Canada Ltd (Charlottetown) wwY)Benoît BouchardMinistre d’Industrie, Josefina Gonzalez Jim MacNeillSciences et Technologie Recherchiste scientifique DirecteurGouvernement du Canada Forintek Canada Corp. Développement viable(Ottawa) (Vancouver) Institut de recherches politiques (Ottawa)Guy Bertrand Susan HoltzPrésident et directeur général Recherchiste principale Don MazankowskiCentre de recherche industrielle EcologyAction Centre Ministre des Financesde Québec (Armdale, N.s.) Gouvernement du Canada(Sainte-Foy) (Ottawa) John E. HoughtonJean Charest Président et directeur général Lise OuelletteMinistre de l’Environnement Quebec and Ontario Paper Company Directrice généraleGouvernement du Canada (Montréal) Fédération des agriculteurs et(Ottawa) des agricultrices francophones Pierre-Marc Johnson du Nouveau-BrunswickHélène Connor-Lajambe Directeur, Centre de médecine, (Edmunston)Directrice générale d’éthique et de droit deCentre d’analyse des l’Université McGill Leone Pippardpolitiques énergétiques (Montréal) Présidente et directrice générale(Saint-Bruno de Montarville) Canadiens pour l’avancement Geraldine Kenney-Wallace de l’écologieRobert René de Cotret Recteure (Île d’Orléans, Québec)Ministre de l’Environnement Université McMasterGouvernement du Canada (Hamilton) Barry D. Stuart(Ottawa) Négociateur en chef Margaret G. Kerr Land Claims SecretariatJ. Glen Cummings Vice-présidente Yukon Territorial GovernmentMinistre de l’Environnement Environnement, Santé et Sécurité (Whitehorse)Gouvernement du Manitoba Northern Telecom Limited(Winnipeg) (Mississauga) Michael Wilson Ministre d’Industrie,Pat Delbridge Lester Lafond Sciences et TechnologiePrésident Président Gouvernement du CanadaPut Delbridge AssociatesInc Lafond Enter-prisesLtd (Ottawa)(Toronto) (Saskatoon)
  • AU PREMIER MINISTRE Une lettre du Président Voiciledeuxième ~apportannuelquela Table vondesurl’environnementetl’économievous présente. Ce vappovt vous arrive alors que vous et votve ~ouvevnement vouspréoccupez -et, en fait, tous les Canadiens - de la question de l’unité nationale et del’avenirs de la fédération canadienne. Cettegénération, avec les choix qu’elle doitpvendre, façonnera et influencera lesaspects politiques et économiques de notre partie du monde, pour de nombreuses&névations à venir. Ces questions sont indubitablement d&nes des effo0rts trèsconsidérables que vous entreprenez avec vos coll&ues du Cabinet. Nous ne pouvonsprétendre que le développement viable soit une question ou unecause qui éclaire lesquestionspavticulièresauxquellesnousdevonsfai~eface en matièreconstitutionnelle. Cette cause transcende, en fait, toutes les frontières et toutes lesquestions constitutionnelles. Le développement viable doit devenir un principe, unepierre argulaire des constitutions de toutes les nations du monde. C’est pour cette raison, entre autres, que les membresde la Table ronde nationalesuvz ‘environnement et l’économie poursuivent leur evgadement dans la voie que vousleur avez demandé de prendve. Il est possible que l’aide la plus vc$oureuse quepuissions apporter à la cause de l’unité nationale soit de travailler avec acharnement,comme catalyseur, afin de rassembler toutes les régions du Canada dans une mêmecomp&hension et dans une pratique harmonieuse des principes de développementviable. Vous savez sûrement que chaque province et territoire a maintenant sa tableronde; ce sont maintenant les municipalités, d’un bout à l’autre du pays, quis’intéressentà cette question avec enthousiasme. Ilest impressionnantde voir la va&eurde ces nombreuses initiatives qui, par leur diversité et leur richesse, ouvrent la voie defaçon remarquable aux eff0rts à venir. La Table ronde nationale peut se trouverfortbien placée pour susciter les liens entre ces or&anismes et en retirer de nombreuxavantafle!. La Table ronde nationale pourraitjouer un rôle particulier: relier tout leréseau des tables rondes canadiennes à la communauté mondiale, dans noseffoortspourfaire face aux dificiles problèmes associésaux pratiques de développement viable. De plus en plus, on s’aperçoit que presque toutes les questions ré@onales dedéveloppement viable se reflètent, sous une forme ou sous une autre, sur les scènesprovinciale, nationale et internationale. Lesquehons complexesconcernantla kductiondes déchets, l’emballage, le Yecyclage, la conception YnanufacturièYe et la recherche depolitiques, de pratiques et de normes créatrices dans ce domaine en sont un parfaitexemple. Cesobsewationsouvrent toutnatuvellementla voieà un autre thèmeétroitementlié, de grande importance aux yeux de votre Douvernement et de la population
  • canadienne : notre prospérité et notre capacité concurrentielle en matière de commerceextérieur. Les économistes ainsi que les chefs de file patronaux et syndicaux, lesjournalistes, les universitaires, lesfonctionnaires, lespoliticiens et lescitoyensordinairess’intéressent vivementet, pour toutdire, irrésistiblement, à cettequestionfondamentale.L’on s’est cependant, jusqu’h aujourd’hui, peu intéressé, SUI” scène publique, à la lapertinence des questions de développement viable dans ce débat. L’on peut croire que cet état de fait vient de la croyance prépondérante que ledéveloppement viable représente une entrave à la concurrence, ou un luxe que leCanada ne pourra s’offrir que lorsque nous aurons réussi à nous assurer d’une positionplus concurrentielle SUYles marchés extérieurs. Toutefois, nous croyons que le Canadapeut espérer accéder à devenir chef de file en matière de technologie, de conception, decréation de produits et services pour lesquels la demande au&mentera, à mesure quel’économie mondiale reconnaîtra l’importancedu développement viable ets’y adaptera.Il importe donc que la Table ronde nationale prenne part au débat sur la prospérité.Notre 6ypothèsedebase estqu’un enflaflementsincère enversles questionsdedéveloppementviable améliorera notre position concurrentielle dansde nombreuxsecteurs importantsde notre économie. Ledéfautparle Canadade répondreàcet engagementpeutavoirdesconséquenceséconomiquesnéfastes; lesconsidérationsenvironnementalesvontcommenceràprendreplusd’importance, commelefontlesembûchesnon tarzfaires. Mêmesiles~ouvernementsdevaient s’atteler à la tâche de réduire de telles entraves, les attitudes et les choix desconsommateurspeuvent représenterdesfactews encoreplusdécistfsdu marché mondial. La race humaine se trouve en situation précaire, en ce qu’elle court le.risque dene pas se rendre compte de l’importance vitale de notre dépendance collective d’unenvironnement stable. Lesgouvernements de tous les paliers doivent, pourdarantirl’inclusion du développement viable dans la perspective canadienne de l’avenir,travailler de concert avec les entreprises, les groupes communautaires et tous lesCanadiens. J’espère que la Table ronde nationalepourra contribueràfaire la lumièredans Ee débat et nous aider tous dans l’atteinte d’un consensus national. Veuillez agréer, M. le Premier ministre, Pexpression de notresincère dévouement. George E. Connell Président 2
  • LA RÉACTION DU CANADA AU RAPPORT BRUNDTLANDEn 1983, l’Assemblée générale des Nations Unies demandait à madame Gro Brundtland, alors premièreministre de Norvège, de présider la Commission mondiale sur l’environnement et le développement,constituée en organisme indépendant. La Commission avait pour mandat de dresser une liste de tous leschangements qui pourraient amener le monde à se tourner vers le développement viable d’ici à la fin dusiècle. Dans son rapport de 1987, intitulé Notre avenir à tous, la Commission mondiale se disait très confianteque le monde en arrive à résoudre ses problèmes d’environnement et de développement économique, maisà condition qu’il y ait d’abord concertation entre les deux sphères d’activité dès l’étape de la planification.
  • Le rapport Brundtland prévoyait même de programmes ou de financement. Elle une nouvelle ère de croissance économi- cherche à atteindre ses objectifs en lançant que découlant d’un développement de nouvelles idées qui mettent en lumière respectueux de l’environnement et des le lien étroit entre l’environnement et pratiques de développement viable. l’économie. Elle constitue un organisme Dans la foulée du rapport Brundtland, indépendant, relevant directement du pre- le Groupe de travail du Conseil canadien mier ministre. des ministres des Ressources et de l’Environnement a recommandé la mise UNE TRIBUNE PERMETTANT sur pied, partout au Canada, de tables À DES INTÉRÊTS RIVAUX rondes sur l’environnement et l’économie. DE TROUVER UN TERRAIN L’objectif retenu pour ces tables rondes D’ENTENTE était de rompre l’isolement et d’amorcer le La tradition démontre que nos institutions dialogue sur les moyens que pourrait ont été conçues de façon à regrouper des prendre le Canada pour s’orienter vers des personnes, des groupes ou des entreprises pratiques de développement viable. partageant des intérêts ou des objectifs À la suite de cette recommandation, on semblables. La Table ronde nationale a mis en place des tables rondes à l’échelon constitue un nouveau processus regroupant national, dans toutes les provinces et dans certains des intérêts concurrents et les territoires, et dans certaines administra- convergents directs en matière envi- tions municipales. Le premier ministre du ronnementale, sociale et économique. Elle Canada a créé la Table ronde nationale sur devient alors une tribune où ces intérêts l’environnement et l’économie (T~EE) en traditionnellement rivaux peuvent établir octobre 1988. Celle-ci a tenu sa première la base commune sur laquelle orienter assemblée en juin 1989. leurs activités en fonction d’un développement viable. Ses membres UNE FORCE MOTRICE AXÉE représentent les grands secteurs de la vie SUR LE CHANGEMENT sociale, politique et économique, y compris Le rôle de la Table ronde nationale (IRNEE) des entreprises, des milieux universitaires est d’encourager et d’inciter tous les et des institutions de recherche, de la Canadiens à accepter et à mettre en oeuvre communauté scientifique, des divers paliers le développement viable. La TRNEE facilite de gouvernement ainsi que de plusieurs le changement et favorise l’émergence d’un groupes d’intérêt et professionnels. Leur consensus; elle n’est pas une autre source rôle est de faire valoir des opinions indépendantes au cours des discussions, puis d’informer leur secteur d’activité quant aux consensus auxquels est parvenue laRÉCITS DE RÉUSSITES Table ronde.Les partenariats novateurs ont du succèsPartout au Canada, des particuliers et des ovBanismes s’associent UN TERRAIN D’ENTENTE POUR LA POURSUITE DEpour chercher des solutions novatrices aux problèmes de NOUVELLES IDÉES ET DE NOUVELLES RELATIONSl’environnement. Ces partenariats sont l’illustration claire de Les principaux objectifs de la Table rondepossibilités concrètes de développement viablé. On trouvera, dans les au cours de l’année dernière s’expriment en fonction des définitions et des planspudes du présent rapport annuel, des profils de ces projets et de d’action de cinq comités importants :proflvammes y compris cevtaines initiatives du secteur privé. Nous l le Comité sur les retombées socio- économiques;avons choisi ces projets parmi nos dossiers parce qu’ils étaient des l le Comité sur les processus décisionnels;exemplesd’innovation ou qu’ils reflétaient une coopération entre un l le Comité sur la réduction des déchets; l le Comité sur la politique étrangère;grand nombre deflroupes. ce ne sont là que quelques exemples des l le Comité sur l’éducation et la commu-milliers d’activités de ceflenre qui se déroulent partout au pays : nication.des personnes en&aJées dans la recherche de nouvelles façons de Des particuliers d’expérience dans les sujets d’intérêt des comités ont été invités àrésoudre de vieux problèmes, et qui réussissent. participer à la Table ronde nationale, pour venir en aide aux travaux des comités.
  • Rebue des activités de l’année UNE MISSION ET UN MANDAT MIEUX DÉFINIS La première année d’existence de la Table ronde nationale (1989-1990) pourrait se décrire comme une période de définition et d’organisation au cours de laquelle les membres se sont familiarisés avec des rocessus et des structures dont le Canada n’avait aucune expérience préalable. La deuxième année ( 1990- peut être perçue comme celle où la TRNEE a élaboré et mis en oeuvre un certain nombre de plans, certain nombre ont porté fruit alors que la Table ronde nationale a engagé le dialogue avec la canadienne. De pair avec cette évolution du mode de fonctionnement de la Table ronde s membres ont unanimement endossé un énoncé plus précis de mission et de mandat : tionale doitjouer un mîleparticulierde catalyseur dans lasociété canccdienaepouren r et pronzouvoir le concept du dheloppement viable pour tous les secteurs et toutes les Pour ce faive, La mNEE remplit les fonctions suivantes :
  • s’occuper des questions fondamentales de l’environnement et du développement économique en rassemblant la meilleure information etlesmeilleuresanalysesdisponibles; conseiller Lepremier ministre et le Bouvernement fédéral sur les voies et moyens à prendre pour intéger au processus décisionnel les questions environnementales et économiques, en commençantparlesrecommandationsdu Groupede travail national SUYl’environnement et l’économie; cettefonction de conseil touche éalement le rôle du Canada dans les questions mondiales d’environnement et de développement viable; promouvoir et catalyser dans toute la société canadienne la sensibilisation et la compréhension deschang-ementsculturels, sociaux, économiquesetpolitiquesnécessaires pour réorienter le pays vers desformes plus viables de développement économique; forJer les nouveauxpartenariatsau Canada nécessairespour résoudre lesproblèmes ‘et surmonter les obstacles, afin d’atteindre un développement viable. RASSEMBLER LA MEILLEURE INFORMATION POSSIBLE La réduction et le recyclage des déchets sur le plan municipal Durant la dernière décennie, la gestion des déchets est devenue une préoccupation majeure de tous les Canadiens et de leurs gouvernements. Au cours des dernières années, un large éventail de stratégies de gestion des déchets ont été conçues pour répondre aux problèmes particulièrement pressants des municipalités. Les décideurs municipaux doivent choisir parmi toute une gamme d’options de gestion des déchets les stratégies qui répondent le mieux aux besoins, aux conditions et aux ressources locaux. Afin d’aider les municipalités dans ces choix, la Table ronde nationale a publié le Guide nationalde réduction desdéchetscomme ressource d’information pour les décideurs. De forme pratique, le guide traite des expériences vécues dans plusieurs administrations, ce qui fournira éventuellement à d’autres un point de départ. L’analyse des processus décisionnels Le processus même de prise de décisions au sein des entreprises et des institutions canadiennes est en rapport étroit avec la mise en oeuvre de pratiques de développement viable. Il est peu probable que des pratiques décisionnelles trop compartimentées, hiérarchiquement structurées et unidimensionnelles puissent arriver à harmoniser les questions en matière d’environnement et d’économie. Un symposium sur la prise de décisions organisé par la Table ronde nationale a analysé ces pratiques en octobre 1990. Dans les ateliers et les séances plénières, 75 participants ont examiné les forces d’impulsion du changement inhérentes aux processus et pratiques décisionnels, les obstacles ainsi que les stratégies de gestion, les outils et techniques d’évaluation fructueux dans diverses perspectives correspondant à plusieurs genres d’organismes. La Table ronde nationale s’est servie de plus de 25 études de cas pour illustrer le besoin de modifier le processus décisionnel pour l’harmoniser aux concepts du développement viable. Les résultats du symposium ont largement été diflùsés, afin que d’autres gestionnaires puissent avoir recours au fruit des réflexions des participants aux ateliers. La mise au point de mesures d’encouragement et d’dutils économiques Un grand nombre de structures et de programmes conçus et mis en place par les gouvernements au cours de la dernière décennie ont entraîné des circonstances imprévues qui ont contribué à un développement non viable. Par exemple, la structurePrix Science Jeunesse - Premier prixAndrew Hou&~, de Napanee en Ontario, est arrivé en première place à ce concours et a reçu un prix de 1 500 $ pour L’expériencequ’il a présentée, faisant la preuve de L’utilité de L’eau de LavaJe d’une laiterie de ferme pour irrzljuer des champs de céréales. Lamise au rebut des eaux de Lavade de laiterie des fermes Laitières Yeprésentent un problème de pollution des cours d’eau et des lacsavoisinants, en raison du fait que ces eaux contiennent du lait en décomposition, du chlorure, desphosphates et des acides nécessairesau nettoyage de l’équipement de traite. Par son projet, Andrew a découvert une utilisation productive des eaux usées de la fermefamiliale, que l’on peut entreposer et utiliser en irrig-ation semestrielle des champs de céréales avoisinants. 6
  • de l’impôt pour les sociétés ou les politiques Prix Science Jeunesse - Deuxième prixcommerciales protectionnistes peuvent en Philip de Qzlehen, de Roseneath en Ontario, a mérité Ladeuxième placefait récompenser des sociétés dont lefonctionnement est contraire au et un prix de 500 $ pouv son expérience, qui consistait à améliorerdéveloppement viable. En même temps,l’élan actuel en faveur de la protection de L’efficacité des moulins à vent. Les moulins à vent vepvésentent unl’environnement peut amener de nouvelles yecows écologique à une ressowce renouvelable, pouv la productionlois ou de nouveaux règlements imposantdes difficultés économiques inattendues. d’électricité à petite échelle. L’expérience de Philip établissait qu’enLa Table ronde nationale s’intéresse à la divisant les lames du moulin à vent en sections concentriques et enmise en place d’un ensemble équilibréd’outils économiques et de mesures laissant à chacune d’entre elles La liberté de tourner de façonincitatives visant à appuyer la régle- indépendante, il était possible de produire plus d ‘électricité qu’avec unmentation. La TwEE a préparé, pourstimuler le débat, une synthèse de la gamme moulin à vent traditionnel, où toutes les Lames sont rattachées à undes mesures d’encouragement économique moyeu centval. En fait, la maquette de moulin à vent de Philip étaitauxquelles il est possible de recourir pouratteindre un développement viable au 240 fois plus efficace que Le moulin traditionnel.Canada.L’évaluation desréalisations en matièrede développement viable lecteurs. La Société royale dirigera la pro-C’est au terme d’un long cheminement duction de la revue bilingue ÉCODÉC~SZON,que le Canada arrivera au développement dont le premier numéro a paru en maiviable. Il est essentiel d’être en mesure 1991. ÉCODÉCZSZON cherche à obtenir und’évaluer les progrès en direction du auditoire international et peut fort biendéveloppement viable (par des indicateurs obtenir la reconnaissance accordée à unde rendement) pour s’assurer de la véhicule important d’information et decontinuité, des progrès et de la fiabilité de dialogue sur le développement viable.ceux et celles qui se sont engagés à atteindreces cibles. La Table ronde nationale prépare CONSEILLER LEactuellement une description des instru- GOUVERNEMENTments pratiques de mesure du La réaction au PR~I~Edéveloppement viable dans le domaine de Le gouvernement fédéral a déposé, en juinla production d’énergie. Un atelier 1990, une proposition de programme deréunissant aussi bien des participants du réforme du processus d’évaluationsecteur privé que du secteur public a environnementale ( rwEE), prévoyant larécemment été organisé en vue de mettre création d’un processus d’évaluationà l’essai certains indicateurs micro- environnementale plus responsable et pluséconomiques et macro-économiques ouvert à la participation du public.proposés. Les organismes participants ont Particulièrement intéressée auxde plus élaboré une série de projets pilotes répercussions en matière d’évaluationdécrivant comment des changements de environnementale, la Table ronde nationalepratiques décisionnelles permettraient a recommandé certains changements aud’atteindre les objectifs inhérents aux processus proposé afin d’améliorer laindicateurs. confiance du public dans le processus et de faire en sorte que les évaluations soientLa création de liens avec le conformes aux normes pertinentes. Ellemonde scientifique proposait de nommer un commissaire-La Table ronde nationale est en train vérificateur parlementaire des questions ded’élaborer, en étroite collaboration avec la développement viable qui rendraitSociété royale du Canada, une revue publiquement compte du respect de cesdestinée à faire le lien entre l’économie, les normes par les organismes dulois, la politique, les sciences, les grandes gouvernement fédéral, de rendre publicsentreprises internationales, les études de tous les documents relatifs aux politiquescas, les opinions et les débats intéressant les
  • et programmes évalués, de mieux diffiser les livres verts et les livres blancs pour engager le public plus tôt dans le processus d’élaboration de politiques, et de procéder à une évaluation publique du nouveau processus d’évaluation après une période de cinq ans. L’évaluation des accords bilatéraux du Canada Le Canada soutient les objectifs du développement viable sur la scène internationale, notamment par l’entremise des accords bilatéraux de commerce et d’aide qu’il négocie avec d’autres pays. La Table ronde nationale a analysé 66 accords bilatéraux ratifiés en 1989 et en 1990, pour établir à quel point on y fait référence aux questions de développement viable. Cette étude indique une tendance à s’intéresser aux questions environnementales d’une manière très ponctuelle et circonscrite, et à isoler ces questions de l’ensemble des grandes préoccupations économiques, politiques, sociales et culturelles. De nombreux accords ne mentionnent aucunement le développement viable; même dans les accords qui en font mention, on ne s’entend pas sur des mesures particulières, ni n’en fait-on la promotion. Pour faciliter la négociation d’accords éventuels répondant à ces préoccupations, la Table ronde nationale a conçu une « grille du développement viable » qu’elle a fait parvenir au gouvernement fédéral. L’aide au gouvernement dans la gestion des déchets La Table ronde nationale a procédé, de concert avec le gouvernement fédéral, à une étude des répercussions des politiques et programmes fédéraux actuels de production des déchets et des pratiques de gestion qui ont présentement cours dans les secteurs privé et public. Les résultats de cette étude devraient permettre au gouvernement fédéral de trouver la façon de promouvoir activement et de façon systématique la réduction des déchets, la réutilisation et le recyclage. La Table ronde nationale a publié, dans le but de faciliter les initiatives municipales, un guide sur la réduction des déchets et s’est fait le catalyseur de la formation d’un conseil national sur la réduction des déchets, Waste Elimination Canada (us Can). Le guide vise à aider les cadres municipaux à établir quelles avenues s’ofient à eux, quand et comment élaborer ces programmes. Le WE Candoit se lancer dans des recherches, desPrix Science Jeunesse - analyses et des programmes de diffision de l’information sur les questions et lesTroisième prix politiques de réduction des déchets, en plus d’aider les organismes provinciaux etJonathan Plante, de Saint-Jérôme au régionaux s’occupant de ces questions à obtenir un financement durable.Québec, a revnporté la troisième place et un JOUER UN RÔLE ACTIF DE CATALYSEURprix de 500 $. Son expérience indiquait la L’encouragement au dialogue dans les secteurs industrielspossibilité de construire un composteur L’an dernier, la Table ronde nationale a décidé d’encourager tous les secteurs de l’économie canadienne à entreprendre des pourparlers sur le développement viable. Cesmieux adapté au contexte québécois que échanges devraient mener à la mise en place de codes déontologiques et de plans d’actionle cône vert utilisé par de nombreuses chez chacun des participants leur permettant de progresser vers le développement viable. Le secret de la réussite de ces échanges repose, dans chaque secteur, sur la formationmunicipalités. Le compostage est un d’une compréhension commune fondée sur les accords existants dans chacun de cesélément important du développement secteurs. La Table ronde nationale supervisera le déroulement de chacun de ces échanges, se fera le champion des progrès et publiera des analyses d’ensemble. Elleviable, en ce qu’il permet le recyclage encouragera également le dialogue chez les principaux décideurs sectoriels et canalisera leurs recommandations vers chacun de ses membres. Deux dialogues de secteur,de matières qui, autrement, seraient touchant la foresterie et le tourisme, sont actuellement en cours; un troisième, en matièreacheminées dans des sites d’enfouissement d’énergie, est encore en préparation.sanitaire. Jonathan a construit quatre Les recommandations sur les terres humides du Canada L’an dernier, la Table ronde nationale a organisé un forum sur la protection des terresconaposteursprototypeset en a comparé les humides pour stimuler la discussion sur les possibilités de conserver les terres humidesrésultats avec ceux du composteur du Canada. Le forum a servi de catalyseur au rassemblement de différents groupes; on y a énoncé quelque 73 recommandations de mesures à prendre. Une de ces mesurestraditionnel, SUYune période d’un an. visait la création d’un groupe de travail sur la protection des terres humides du Canada afin d’évaluer les recommandations faites à cet égard et d’indiquer des stratégies
  • appropriées de mise en oeuvre. Le ministre fédéral de Prix Science Jeunesse -l’Environnement a donné son accord à cette recommandation; un Quatrième prixgroupe de travail a vu le jour, sous l’égide du Conseil nord- La quatrième lauréate, Lee Ann Gryschuk,américain de conservation des terres humides. de Kenora en Ontario, a reçu 250 $pourLa préparation en vue de la Conférencemondiale sur l’environnement de 1992 son expérience visantà mesurer la quantitéLa Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le de mercure absorbée par les plantesdéveloppement (CNUED), également appelée ECO 92, qui setiendra au Brésil en 1992, aura des répercussions fondamentales aquatiques, ainsi qu’à déterminer quelssur les stratégies mondiales de développement viable au cours des efsets les plantes peuvent avoir sur les solsdécennies qui viennent. La Table ronde nationale a mis, dans cecontexte, les travaux préparatoires à la CNUED au premier rang de contaminés. Les travaux de Lee Ann ontses préoccupations. Elle a choisi d’aborder trois domaines indiqué que les plantes aquatiquesimportants : les ressources, l’évolution des institutionsinternationales et leur financement, ainsi que la question vitale du absorbaientparleurs racinesla plusfiandetransfert technologique. De plus, la Table ronde nationale doit partie du mercure dans le sol et que lesprésider à une série de quatre ateliers régionaux visant à susciterles opinions et les commentaires en rapport avec ces trois domaines plantes adultes absorbent remar-importants. Ces ateliers, se déroulant en collaboration avecd’autres tables rondes, chercheront l’établissement de consensus quablement plus de mercure que lessur certains aspects des positions canadiennes présentées à la jeunes plantes. Son expérience pourraitCNUED considérés particulièrement importants par les tablesrondes. mener à l-‘élaboration d’une méthode efficace de nettoyage des sols contaminésPROMOUVOIR LA COMPRÉHENSIONET LA SENSIBILISATION au mercure.La contribution à la formation de lajeunesse canadienneIl est essentiel de former les jeunes si l’on veut intégrer lescomportements et les pratiques des Canadiens au développementviable. Dans ce but, la Table ronde nationale a collaboré avecplusieurs partenaires de renom à l’élaboration d’un Programmede formation en développement viable (PFDV) devant fournir auxjeunes les connaissances et les compétences nécessaires pour fairedes choix de développement viable. Le wnv a pour buts de mettreau point des programmes scolaires de niveaux primaire etsecondaire, de former les professeurs pour en faire des chefs de filedu développement viable et d’encourager les professeurs etétudiants à entreprendre des projets de développement viabledans leur propre collectivité. Ce projet est maintenant suffisammentavancé pour que la Table ronde nationale puisse en remettre lesguides à un Conseil d’administration provisoire multipartite quidoit en élaborer les détails de fonctionnement et solliciter sonfinancement auprès de l’industrie, des gouvernements et defondations privées.Récompenser les jeunes scientifiquesEn poursuivant l’objectifde promouvoir le développement viablechez les jeunes Canadiens, la Table ronde nationale, de concertavec la Fondation Science Jeunesse, a mis sur pied un programmede prix scientifiques de 2500$ afin de récompenser les meilleursprojets visant à illustrer les pratiques de développement viable.Cette année, cinq prix ont été décernés lors de la Canada- WideScience Fuir, qui s’est tenue à Vancouver. Le présent rapportdresse un profil des cinq lauréats et de leurs projets.
  • Le recours à des techniques de Prix Science Jeunesse -commercialisation sociale Cinquième prixDepuis longtemps, les techniques de commercialisation sociale ont Charlotte Golletz, de Matteville en On-prouvé leur efficacité à faire évoluer les attitudes et les comportements.Au Canada, certains programmes de commercialisation sociale ont tario, a mérité la cinquième place, recevantenregistré des succès remarquables, par exemple : la campagne anti- 250 $ pour sesexpériences d’utilisation detabac, le programme contre l’alcool au volant et le programmePfwrrcraction. pesticides naturels. Shannon a pulvérisé De concert avec lwwcpaction et Environnement Canada, la Table un certain nombre d’arbres et de plantesronde nationale a élaboré une proposition officielle de programme augouvernement, encourageant les citoyens responsables à l’atteinte avec une bouillie insecticide à base de jusd’un développement viable. Ce programme, fondé sur le modèle de de ti&ede rhubarbe. LesplantespulvériséesPARTICPaCtiOII, se servirait des médias et d’autres moyens pour solliciterles particuliers et les collectivités à participer à des efforts de sont demeurées en santé tout au long dedéveloppement viable. l’été, tandis que lesplan tes non pulvériséesLa diffusion du message donnaient des s&aes de dommufles causésUne société privée, wffmoz- Productions, a produit une série de cinqémissions spéciales de télévision pour pallier le manque de connaissances par les insectes. Elle a aussi remporté desentourant le concept de développement viable et ses effets sur les succès avec des pelures de pamplemoussesdivers secteurs de l’économie. Chaque sujet : énergie, agriculture,pêches, transports, foresterie et tourisme, fera l’objet d’une étude de partiellement rempliesde mielpourattirerperspectives mondiale, canadienne et régionale, afin de donner aux les insectes loin du jardin familial,téléspectateurs l’occasion de comprendre les conséquences des choixqu’ils peuvent faire pour eux-mêmes et pour leurs enfants. La Table diminuant ainsi l’endomma~ement desronde nationale a travaillé en étroite collaboration avec les producteurspour voir à ce que les liens si nécessaires à la compréhension du plants de haricots.développement viable soient correctement présentés.La promotion internationale du concept de table rondeUn certain nombre de conférences préliminaires ont déjà eu lieu en préparation de laconférence de 1992 des Nations Unies sur l’environnement (ECO 92), dont une àBergen, en Norvège. Cette conférence, réunissant des représentants ministériels, desONG, du monde syndical et patronal, scientifique et des mouvements de jeunes, a permisd’en arriver à des décisions en matière de développement viable. Ayant participé àcertains de ces ateliers, la Table ronde nationale a soulevé beaucoup d’intérêt quant auprocessus de table ronde. La Table ronde nationale a publié une brochure trilingue (enfrançais, en anglais et en russe) qu’elle a distribuée à tous les participants à la conférencede Bergen, afin de promouvoir l’idée de la table ronde comme moyen d’en arriver à unconsensus sur des questions de développement viable. Cette brochure décrit lescirconstances qui ont mené à la création de la Table ronde nationale et son mode defonctionnement. De plus, la TRNEE prépare un résumé sur son mode de fonctionnementafin de l’inclure au rapport national du Canada à la CNUED. Elle distribue des dossiersexpliquant le concept de la table ronde municipale (par le biais de sa trousse pourmunicipalités) dans les diverses conférences internationales de municipalités.FORGER DE NOUVEAUX PARTENARIATSL’idée de tables rondes locales se répandLes tables rondes peuvent servir à tous les échelons de la société pour encourager ledialogue, atteindre un consensus et former des partenariats en vue d’un changement.Voilà pourquoi les municipalités et localités s’intéressent grandement au concept detable ronde. Afin d’aider les collectivités à mettre en place leurs propres tables rondes,la TRNEE a distribué plus de 10 000 trousses de tables rondes municipales au Canada l’andernier. Il en est découlé la mise sur pied de plusieurs tables rondes dans des agglo-mérations de diverses dimensions, notamment à Victoria, en Colombie-Britannique, àFlin Flon, au Manitoba, à Muskoka, en Ontario et à King’s County, en Nouvelle-Écosse. 10
  • L’ASSOCIATION CANADIENNE DES SECRÉTARIATS DBS TABLiS PTQNDESChaque province et territoire a maintenant mis sux pied une table ronde sw l’en*nnamt etl’économie, les dernières en liste étant celles de9 Tar&toires du Nord-Ouest et de Terre-Neuve, $-tesles tables rondes provinciales et territoriales ont des mandatsronde nationale, même si elles partagent toutes le but L’Association canadienne des secrétiriats 4s tableles activités et le partage des id&, a éké formke cette an&. rX ’ >a % b_: ’ ” 1 G, /’
  • Le recyclage intelligentLa municipalité de Grand Bend en Ontario est le Sit&ede Lasociété Bluewater Recycling, l’un des exempleslesplus réussis de recycLaJe coopérat$dans Les petites municipalités. Trente-trois collectivitésse sont regroupéespour coordonner une entreprise de collecte, de traitement, de promotion et de commercialisation de matièresmultiples. Grâce à un systèmecentralisé d’entveposa&eet de traitement, on peut transporter ces matières à descentres importants, à un coût concurrentiel. Ainsi, lesflestionnaires de programme sont en mesure d’ouvrirdynamiquement de nouveaux marchés. Dans la seule année 1989, la coopérative a réacheminé près de 40% detous les déchets solides destinés aux sites d’enfouissement de la r&ion. Le programme continue de prendre del’expansion dans des secteurs tels que Le compostade commercial et les nouvelles initiatives de recyclage. canadien des tables rondes, répertoriant la structure, les membres et les activités des 13 tables rondes nationale, provinciales et territoriales. Voici quelques-unes des réalisations de ces tables rondes au cours de l’année qui vient de s’écouler : COLOMBIE-BRITANNIQUE La Table ronde sur l’environnement et l’économie de la Colombie-Britannique, présidée par Charles Connaghan (c. J.Connaghan & Associates), s’est consacrée à promouvoir le développement viable et le concept des tables rondes partout dans la province, entre autres par le lancement, en février, du Sustainable Commun@ Theme Paper. Son groupe de travail des tables rondes locales a émis des recommandations quant aux critères, à l’autorité et à la structure des groupes locaux, qu’il a présentées à l’Union des municipalités de C.-B. ainsi qu’au Cabinet de la province. Travaillant de concert, la Table ronde et l’Union des municipalités de C.-B. élaboreront, à l’automne, un guide de table ronde municipale. La Table ronde produit également une série de documents de travail sur le développement viable de secteurs tels que l’énergie, les collectivités, l’aménagement du territoire et des ressources hydriques, les outils économiques et la comptabilité des ressources. Ces documents représentent la première étape dans l’élaboration d’un plan de développement viable pour la province, dans le cadre duquel les membres de la Table ronde parcourront la province pour entendre les opinions des citoyens sur le développement viable. La Table ronde a participé, dans le cadre de ce processus de consultation, à une tribune télévisée de deux heures diffusée dans toute la province, pour répondre aux questions des téléspectateurs. L’on s’attend à pouvoir présenter la stratégie de développement viable au gouvernement de la C.-B. au début de l’an prochain. ALBERTA La Table ronde sur l’environnement et l’économie de l’Alberta, présidée par Ken McCready, PDG de TransAlta Utilities Corporation, est en train de définir son énoncé de mission et les objectifs du développement viable en Alberta. Par suite d’une consultation publique, la Table ronde élaborera une série de recommandations au gouvernement sur les moyens par lesquels l’Alberta pourra mieux harmoniser le développement économique avec une plus grande protection et une utilisation plus sage de l’environnement. SASKATCHEWAN La Table ronde sur l’environnement et l’économie de la Saskatchewan, présidée par le ministre de l’Environnement et de la Sécurité publique, Grant Hodgins, a mis sur pied 11 groupes consultatifs qui se penchent sur divers aspects du développement viable en rapport avec les secteurs de l’économie. Ces groupes étudient les obstacles et les coûts relatifs à l’adoption de pratiques de développement viable. Les rapports de ces comités contribueront à l’élaboration, d’ici la fin de 1991, d’un plan provincial de conservation et de développement viable. 12
  • Un comité consultatif d’éducation environnementale a aussi AMOCO s’en mêleété mis sur pied afin d’étudier les programmes de formation Amoco Canada s’en.aJe dans la promo-existants et de concevoir un plan d’action pour apporter desaméliorations dans ce domaine. La Table ronde parraine un tion du développement viable. Il tzrtessentielprogramme de prix récompensant les personnes et les organismesayant atteint l’excellence dans le domaine de l’environnement, de conserver lespipelinesdé~a~ésdesarbresainsi que certains projets de démonstration de développement et des broussailles qui pourraient lesviable. endommager ou entraver la progessionMANITOBA des équipes d’inspection et des autresLa Table ronde sur l’environnement et l’économie du Manitoba,présidée par le premier ministre Gary Filmon, a lancé un impor- travailleurs. Au Lieu d’avoir recoursà destant processus de consultation des citoyens de la province sur la herbicides et à d’au tresproduits chimiquesquestion du développement viable. Cette table ronde a publié uneébauche de stratégies de développement viable couvrant différents pour ce nettoyaJe, Amoco enflafle, àforfait’secteurs, entre autres l’énergie, le territoire et les ressources des spécialistes de la ré@on qui procèdenthydriques, les forêts, le recyclage, la gestion des déchets et lesecteur public. Un groupe de travail a conçu une stratégie à ce nettoyag-e defaçon mécanique, toutdéontologique modèle en matière de développement viable et au Lon8 la zone de protection du pipe- ded’environnement, dont pourront se servir diverses associations enl’adaptant àleurs situations respectives. La province s’est également line Rangelands d’Amoco Canada, àlancée dans un certain nombre d’initiatives d’information sur ledéveloppement viable, dont un autobus thématique desservant proximité deRocky Mountain House, enles principaux circuits de Winnipeg, et une émission radiophonique Alberta. Ces travaux comprennent labi-hebdomadaire de nouvelles sur le développement viable. coupe des véflétaux qui sont alorsONTARIO transformés en paillis, puis laisséssur le solLa Table ronde sur l’environnement et l’économie de l’Ontario,présidée par la ministre de l’Environnement, Ruth Grier, vise de Laforêt, où ilsse décomposent. Ilfautdeavant tout à créer une stratégie de développement viable pour la 10 à 15 ans avant de devoir répéter ceprovince. À cette fin, des groupes de travail sectoriels tiennent desconsultations publiques dans les domaines suivants : agriculture processus qui nepollue pas lesrivières ou leset alimentation, énergie et ressources minières, foresterie, produits écosystèmes frafliles; au contraire, ilmanufacturés, transports, aménagement urbain et commerce. Uncercle d’Autochtones examinera les questions touchant le améliore l’habitat faunique.développement viable dans une perspective amérindienne; laTable ronde entendra également des groupes communautairesd’un bout à l’autre de la province.QUÉBECPrésidée par le ministre de l’Environnement, Pierre Paradis, laTable ronde sur l’environnement et l’économie du Québec a étéréorganisée en profondeur au cours de l’année. Son rôle estd’étudier les questions reliées à l’environnement et à l’Économie,et de faire des recommandations au premier ministre de laprovince. Ce rôle inclut la mise au point d’une perspectivestratégique sur les pratiques de développement viable pour laprovince.NOUVEAU-BRUNSWICKLa Table ronde sur l’environnement et l’économie du Nouveau-Brunswick, présidée par le président de la New Brunswick PowerCorporation, Al Lacey, est en train d’élaborer une stratégieprovinciale de développement viable. Cette stratégie, conçue avec 13
  • le concours d’un groupe de travail sur le développement viable, sera le centre d’intérêt de consultations publiques avant d’être présentée au gouvernement provincial à l’automne 199 1. La Table ronde prépare également un programme de prix destiné à récompenser des particuliers, des organismes et des collectivités ayant fait preuve de leur engagement à des pratiques de développement viable.Un plan vert collégialLe Coll&e communautaire Assiniboine, NOUVELLE-ÉCOSSE La Table ronde sur l’environnement et l’économie de la Nouvelle-Écosse, présidée parà Brandon au Manitoba, a conçu son le ministre de l’Environnement, John Leefe, est à terminer l’ébauche d’une stratégie depropre plan vert en plus de se dotev d’un conservation. Ce document, élaboré à partir de consultations publiques menées par le Comité de stratégie de conservation, servira de fondement à la préparation d’uneemployé travaillant exclusivement à la stratégie provinciale de conservation d’ici 1992. Le Comité d’éducation environnementaleplanification de pratiques de développe- étudie des programmes de formation, dans le but de promouvoir chez les jeunes de cette province une plus grande compréhension des concepts et des principes du développementment viable. Le Coll&e a entrepris de viable. Le Comité de participation publique a effectué une étude sur les possibilités denombreuses initiatives; il procède participation du public, y compris sur la question du financement des intervenants.notamment maintenantà la kcupé~ation Présidée par le ministre de l’Environnement, Gilbert Clements, la Table ronde surdespapiersde bureau usa&ésetdescannettes l’environnement et l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard a présenté au premierde boissons&azeuses,fait usage de papier ministre de la province son rapport sur les pratiques de développement viable des ministères du gouvernement provincial. L’on s’attend à ce que ce rapport, ainsi qu’unrecyclé, encowa&e le personnel enseiflnant autre sur les stratégies de conservation, forment la base d’un processus de consultationàseservird’acétatespouvlesprésentations publique dans la province. La Table ronde travaille également à des recommandations sur la formation en environnement et collabore aussi avec la.Table ronde nationale dansplutôt que de photocopies à distribuer et le cadre d’une proposition de sondage national sur le tourisme.insiste, autant que possible, SUT la TERRE-NEUVE ET LABRADORphotocopie recto-verso. De plus, le Coll&e La Table ronde sur l’environnement et l’économie de Terre-Neuve, présidée par Noëla installé un système afin de nettoyer et Murphy de la Humber ValleyBroadcasting Company, a été créée par le premier ministre de la province en novembre 1990. Cette table ronde répond directement au premierde recycler Le fréon (une substance ministre et, entre autres responsabilités, elle doit faire des recommandations audommageable pouv l’ozone) de ses gouvernement sur une approche et un cadre de travail pour une stratégie de conservation répondant aux conditions particulières de Terre-Neuve et du Labrador.climatiseurs et affecte les animateurs de TERRITOIRE DU YUKONprogrammescommunautairesà despostes Le Conseil sur l’environnement et l’économie du Yukon, présidé par Lindsay Staples,à proximité de leur domicile afin enquête annuellement sur la mise en oeuvre de la stratégie économique et de la stratégie de conservation du Yukon. Le Comité des politiques étudie actuellement ces deuxd’économiser le carburant. stratégies afin de les intégrer à une stratégie de développement viable. Le Conseil du Yukon parraine, dans le cadre de son processus de consultation publique, un atelier de sensibilisation culturelle visant à éveiller les citoyens aux interrelations èntre le système économique et la culture des Amérindiens et le développement viable. TERRITOIRES DU NORD-OUEST La Table ronde sur l’environnement et l’économie des Territoires du Nord-Ouest, présidée par le chefdu gouvernement, Dennis Patterson, a été formée en novembre 1990 pour conseiller le Cabinet en matière de développement viable dans les territoires. La Table ronde présentera aussi des recommandations au gouvernement sur la mise en oeuvre des cinq principaux objectifs de la politique de développement viable des Territoires du Nord-Ouest. On y compte la promotion de la gestion intégrée des ressources, le maintien et l’amélioration de la qualité de l’environnement, l’établissement de zones de conservation, le développement des ressources non renouvelables de façon à offrir des avantages durables sur les plans social et économique, tout en protégeant les processus écologiques et la diversité naturelle; à cette liste s’ajoute aussi la promotion de la collaboration dans la gestion des ressources transfrontalières. 14
  • Les enjeux de l’avenirRÉUSSIR À FRAPPER LA SENSIBILITÉ ~a4 CXNADIENSLes questions entourant l’unité nat sl)olfePersique, la récession économique au pays etl’évolution constante des événe Est ont, entre autres événements internationaux et I’ann~e qui vient de se terminer.Cependant, k dér événemena~ flous a rappelé de façon spectaculaire la ement pour adopter des pratiques ed. Les scènes des flammes au Koweit ne symbolisent arrêt des relations pacüiques entre
  • L’utilisation et la réutilisation des plastiquesL’industrie canadienne desplastiques a toujours recyclé sespropresdéchetsplastiques, transfoormant les déchets en nouveaux produits.Aujourd’hui, on recycle au Canada de plus en plus de produits plastiques postconsommation, comme ceux qui servent dans lesproduits d’emballage. I.P.L., Québec, fabrique plusieurs produits à partir de plastiques recyclés, à commencer par I’Envirobac, deun bac de recyclage pour la présentation des matières recyclables à la collecte à la rue. Plusieurssociétés canadiennesfabriquent desmatériaux de construction à partir de déchets plastiques postconsommation et postindustriels. Re-Plast, de Drummondville auQuébec, fabrique des matériaux à l’apparence du boispouvant servir à de nombreux usages, comme les clôtures, les charpentes demobilier, les tables de pique-nique et les bancs de parc.les nations. Bien que la population demeure GARANTIR L’ÉQUITÉ DANS LA le jargon des affaires commence lente-très préoccupée par l’environnement, les RÉPARTITION DES COÛTS DU ment à faire place aux vérificationsCanadiens sont encore inconscients, en DÉVELOPPEMENT VIABLE environnementales (semblables auxrègle générale, des impératifs du Le partage équitable des avantages et des vérifications financières), à mesure que lesdéveloppement viable ou du besoin de se coûts de l’utilisation des ressources et de la sociétés se penchent sur leurs propreslancer dans des actions concertées, aussi gestion environnementale constitue l’un pratiques et recherchent de meilleursbien localement que mondialement. des fondements du développement viable. moyens de faire les choses. Il faut s’assurer Bien que les travaux se poursuivent au C’est là une question aux multiples de la prépondérance du concept desein d’initiatives telles que le programme aspects qui englobe les relations entre la développement viable dans le processus ded’éducation en développement viable et la génération actuelle et celles qui suivront; vérification environnementale qui prendstratégie globale de commercialisation entre nations développées et nations en forme.sociale, il reste encore beaucoup plus à faire développement; et entre divers secteurs et De même, bien que pour ainsi dire lespour réussir à frapper la sensibilité des groupes de notre propre société. Les administrations de tous les paliers auCanadiens. De concert avec les tables dommages causés à l’environnement par Canada se lancent dans des annoncesrondes provinciales, la Table ronde un partage inéquitable du pouvoir et des d’engagement envers des pratiques denationale est en mesure, et de façon ressources sont l’un des principaux obsta- développement viable, il n’existe encorestratégique, de contribuer à des cles au développement viable. Il faut, pour aucun moyen officiel de vérification deschangements fondamentaux. faire face à ces problèmes, trouver des progrès accomplis dans cette direction. Il moyens d’examiner comment coïncident faut non seulement établir des mesures desATTEINDRE UN CONSENSUS les intérêts des divers secteurs; découvrir progrès accomplis, mais aussi enregistrerSUR LES OBJECTIFS DU qui tirera profit des changements, qui en les succès, au profit de toutes les adminis-DÉVELOPPEMENT VIABLE fera les frais et qui sera le moins en mesure trations. Cela vaut aussi pour les engage-La Table ronde nationale a énuméré un d’assumer ces frais; tenter de trouver une ments mutuels des gouvernements sur lacertain nombre d’objectifs de solution à la concurrence visant des scène internationale. La « grille » de déve-développement viable pour amener les ressources rares; et enfin, élaborer des loppement viable élaborée par la TableCanadiens à bâtir une société plus viable. mécanismes institutionnels pour ronde nationale pour mesurer le degré deLe Canada pourra grandement améliorer sauvegarder les besoins et les intérêts locaux respect des impératifs de viabilité desses chances d’atteindre ce but s’il est pos- aux échelons provincial, national et inter- ententes bilatérales et des engagementssible d’en arriver à un consensus sur les national. canadiens au titre de l’aide étrangèreobjectifs et sur la façon de les atteindre. constitue un exemple d’un tel processus. Pour déclencher le dialogue, la Table ASSURER LA VÉRIFICATIONronde nationale s’enquerra des opinions DES ENGAGEMENTSdes tables rondes provinciales et Les politiques gouvernementales et lesterritoriales, des autres organismes et des pratiques du secteur privé commencent àcitoyens canadiens à cet effet. Par suite de refléter l’intérêt croissant porté aux ques-ces discussions, on compte procéder à la tions environnementales et aux pratiquesrévision des objectifs à temps pour les du développement viable sur la scèneinclure au rapport annuel de 1992. nationale et mondialement. Par exemple, 16
  • Le Canada dans le mondeL’ISOLEMENT SERAIT LE PIRE CHOIXAu Canada, on comprend clairement qu’aucun pays ne peut régler seul les problèmes environnementauxdu monde OUP;rogresser seul vers le développement viable. Les dynamiques politiques, économiques etculturelles quai départ n”Infkncent qu’un seul pays peuvent éventuellement toucher tous les pays à cause tiude kurs réperwsions dans ccer?trebiosphère unique. Alors que les forêts tropicales humides sud-américainess~nct devenues le symbole de ww ré&é dans l’imagerie populaire, elles ne sont qu’un symbole. Elles nesasent pas ti r&k@x dans toute son kndue l’interdépendance de l’humanité entière.
  • En matière d’environnement, le gouvernement du Canada Le Nouveau-h-unswick se jumelle àcontinue d’affirmer son engagement à jouer un rôle de chefde file l’Amérique centraleinternational. On peut trouver de nombreux exemples des succès Le groupe Environnement et développement du Nouveau-antérieurs et actuels attribuables à ce rôle. En fait, le Plan vertvient étayer les projets du gouvernement fédéral visant à soutenir Brunswick présente des ateliers de formation aux associations deles organismes internationaux, de presser activement les discus- bienfaisance locales, aux or&anismes paroissiaux et aux cerclessions afin d’en arriver à des réponses et à des actions, et decontinuer à forger des partenariats internationaux pour s’occuper des écoles secondaires intéressés au développement viable, à lades problèmes environnementaux essentiels. protection et à la restauration de l’environnement. Depuis Cependant, si les dernières décennies et les sages paroles durapport Brundtland nous ont appris quelque chose, c’est que 1988, leyoupe, formé de représentantsd’associationsdefermiers,nous ne pouvons pas nous attaquer aux problèmesenvironnementaux indépendamment des autres problèmes d’autochtones, d’environnementalistes, de forestiers, de mili-affectant la planète. Les alliances politiques et militaires, les tantsdudéveloppementetdelapaixsechar~edelavulg-arisationententes économiques et même la façon dont le Canada réagit auxdésastres et au flux des réfugiés et des migrants - toutes ces communautaire des concepts du développement viable. De plus,questions touchent de façon directe les questions il maintient des liens professionnels avec desgroupes d’Amériqueenvironnementales et la capacité du monde à progresser vers undéveloppement viable. centrale intéressésà des questions de même nature et avec lesquels il partafle sespréoccupations, ses compétences et son travail.LA DETTE DU TIERS-MONDE DEMEURE UNEPRÉOCCUPATION IMPORTANTELa dette du Tiers-Monde, maintenant responsable du transfert OZONET, une banque de données mondialeannuel de quelque 50 milliards de dollars des pays endéveloppement vers les pays développés, constitue l’un des défis Partout au monde, les utilisateurs et lesfournisseurs de solvantsde la communauté mondiale tout entière. Certains pays nuisiblesà la couched’ozonepeuventmaintenantse référerà uneindustrialisés ont commencé le processus d’effacement de la dettedes pays à plus faible revenu. Le Canada demeure un investisseur seule banque de donnéespour obtenir une information rapide etrelativement secondaire par rapport au fardeau de la dette des paysen développement, mais c’est lui qui a pris la tête du mouvement complète SUY les processus, les technologies et les substances dede la communauté internationale dans cette direction, d’abord en remplacement. Il est maintenant possible d’accéder, à partir deéliminant la dette des pays membres de la Francophonie et, par lasuite, des pays moins développés de la région des Antilles. On plus de 750 villes réparties dans 35pays, à la banque de donnéesn’atteindra le développement viable mondial qu’à la seule condi- OZONET, une création de Northern Telecom Ltée pour lation de donner aux pays les moins développés les moyens et lescompétences d’entreprendre les changements nécessaires. Coopérative industrielle de protection de la couche d’ozone. On peut obtenirgratuitement le lo&ciel et leguide d’utilisation OZONET; lesfiais de connexion en direct sont calculés à l’heure. 18
  • La Banque Royale du Canada Le Club Rotary de Westmount Banque Royale du CanadaHabitat faunique Canada La Conférence des maires de la banlieue DofascoL’Université McGill de Montréal Dow ChemicalsWestern Business School 1 Action for a Common Future, Bergen, Université d’OttawaL’Université Carleton Norvège École nationale d’administrationLe Centre d’études internationales de Rotary International publique ( ENAP) l’Université de Toronto Le Service des parcs et des arbres, Mouvement des caisses populairesLa Table ronde sur le développement Direction des opérations, Desjardins viable de Skeena Ville d’Ottawa AlcanLe Comité de Peterborough sur le Service canadien des parcs, ville de Recycling Council of Ontario développement viable QuébecLa Table sectorielle sur l’environnement, Le Service des forêts, des parcs et de la LES COMITÉS du Conseil régional de récréation, Municipalité de Toronto Comité exécutif l’environnement du Saguenay-Lac- Vancouver Board of Parks and George Connell (PRÉSIDENT) Saint- Jean Recrea tion SusanHoltz (VICE-PRÉSIDENTE)I.P.L.de Québec Centennial Park Board, St. Andrews, Pierre-Marc Johnson (VICE-PRÉSIDENT)Re-Plast, Drummondville, Québec Nouveau-Brunswick Roy AitkenLe Conseil consultatif de Le Conseil des ministres de l’Éducation Geraldine Kenney-Wallace l’environnement de Kanata du Canada Jim MacNeillLa National Governors Association, Le Conseil canadien des ministres de Barry Stuart États-Unis YEnvironnement Jack MacLeodLa Commission des Grands lacs Affaires extérieures Canada Dorothy RichardsonR. W. Beck and Associates,Seattle Énergie, Mines et Ressources Canada (DIRECTRICE GÉNÉRALE)Council on Environment of Environnement Canada Sous-comité des stimulants New York City Industrie, Sciences et Technologie a socio-économiquesAbitibi Price Ltée CanadaResource Intedration Systems Finances Canada Membres de la TR NEETransAlta Utilities Corporation Communications Canada RoyAitken (PRÉSIDENT)Ernst ~9 Young Consulting Le Centre canadien de gestion Jim MacNeill (VICE-PRÉSIDENT)L’Académie Rawson Le Centre des services à la clientèle, Hélène Connor- Lajam beLa Fédération canadienne de la nature Approvisionnements et Services Margaret KerrL’Institut de recherche politique Canada Lester LafondJane Hawkrz&gEnterprises Ltd La Di’rection du développement durable Barry StuartSusan Abs ConsultinJ Environnement Canada Sous-comité des processusLe Conseil tribal du district Le Service canadien de la faune, décisionnels de Saskatoon Environnement Canada Membres de la TR NEEJohn E. Cox Associates Le Conseil consultatif canadien de Susan Holtz (PRÉSIDENTE)Recyclin. Development Corporation l’environnement Pat Delbridge (VICE-PRÉSIDENT)Ontario PrintivagPapers Users Group Council of Forest Industries of British Reg BaskenLes Services métropolitains de la Columbia John Leefe Municipalité de Toronto Sierra Club of Western CanadaOntario WasteManagement Quebec and Ontario Paper CO. Sous-comité de la réduction Corporation WestCoast Environment Law des déchetsL’Institut canadien des produits Association Membres de la TRNEE pétroliers Service canadien de la faune Lise Ouellette (PRÉSIDENTE)Ontario Multi Materials Recyclin. Inc. State of the Environment Reporting J. HoughtonEnvironment and Plastic Institute of Association pétrolière du Canada G. Bertrand Canada Common HeritaJe ProgrammeContemporary Analysis Limited Trent International Programme, Non-membres de la TR NEEL’Association canadienne des industries Université Trent Don Andrews du recyclage World Wildlife Fund Canada Linton KulakLe Conseil canadien de l’emballage Public Focus Derek StephensonLa Conférence Green Energy Les amis de la terre Shealagh PopeLe Conseil canadien des ministres des Agence canadienne de développement Forêts - Forum sur le développement international, Programme de partici- viable et la gestion des forêts pation publique 20
  • Sous-comité de la PUBLICATIONS DE LA TABLEpolitique étrangère RONDE NATIONALE SURMembres de la TRNEE L’ENVIRONNEMENT ETPierre-Marc Johnson (~~PRÉSIDENT) L’ÉCONOMIE EN 1990-1991Geraldine Kenney-Wallace (~~~RÉSIDENTE) Revue des stimulantsJim MacNeill Symposium sur la prise de décision etNon-membresde la TRNEE le développement viableJohn Kirton Le guide national de réduction desJohn S. MacDonald déchets : Une introduction à laAndré Saumier réduction à la source et au recyclage àTim Eagan l’intention des décideurs dans les municipalitésSous-comité permanentde l’éducation et des Le développement viable et lacommunications municipalitéMembres *On peut se procurer les textes etLeonePippard (~~PRÉSIDENTE) commentaires des membres de la TableJ. Glen Cummings (COPRÉSIDENT) ronde nationale sur l’environnement etJosefina Gonzalez l’économie en matière de développementDiane Griffin viable, en s’adressant au conseiller enJack MacLeod communications de la TRNEE à Ottawa.David Johnston Téléphone : (613) 952-7157.SECRÉTARIAT DE LA TRNEEDirectricegénérale Dorothy RichardsonDirectrice, Exploitation Ann DaleSecrétaire Hélène MassieConseiller en communications Dan DonovanChef; Servicesgénéraux Sam McLeanConseillers de directionProcessusdécisionnels Philippe ClémentÉducation et Communications Anne FouillardStimulants socio-économiquesMike KellyPolitique étran&re Eric MikkelborgRéduction des déchets Nonita YapAmires nationales François R~OUXConseillerprincipal Steve ThompsonSecrétaire des comités Liza WillDirectrice administrative Cathy HerouxSecrétaire administrative Patti BaconFinances Pierrette Guitard 21
  • Itttprittté sur du papier recyclé Prittted ottrecycled paper