• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Veille Ne Kid 06.05.09 : l'internet des objets
 

Veille Ne Kid 06.05.09 : l'internet des objets

on

  • 1,595 views

Cette semaine dans la veille de Né Kid : ...

Cette semaine dans la veille de Né Kid :

Actus :
• La France passe le rattrapage
• Google toujours au top
• A grande cause grand coup

Point de vue : Comment les marques tirent-elles profit de l’internet des objets ?

Et toujours les tendances, idées et innovations dénichées cette semaine…

Statistics

Views

Total Views
1,595
Views on SlideShare
1,361
Embed Views
234

Actions

Likes
2
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 234

http://notrelienquotidien.com 224
http://nekid.fr 10

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Veille Ne Kid 06.05.09 : l'internet des objets Veille Ne Kid 06.05.09 : l'internet des objets Presentation Transcript

    • 6 mai 09 L’actualité & les innovations de la communication vues par les juniors de
    •  
    • L’actu mise à nu
    • La France passe le rattrapage
      • La catch-up TV – télévision de rattrapage – a le vent en poupe, et les Français se ruent sur les rediffusions gratuites et à la carte.
      • Entre 60 et 80% des programmes sont disponibles sur internet, jusqu’à 24h après leur diffusion à l’antenne.
      • Audience complémentaire à la télé traditionnelle, les e-téléspectateurs se connectent principalement pour visionner les émissions qu’ils ont manqué.
      • Cerise sur le gâteau, une récente étude montre que les taux de mémorisation des films publicitaires diffusés sur les catch-up TV sont deux fois supérieurs à la télé traditionnelle.
    • Google toujours au top
      • Pour la 3 e année consécutive, Google domine le classement des 100 premières marques mondiales publié par Millward Brown .
      • Signe du temps, les marques du high-tech s’affirment. On trouve en 2 nde position Microsoft, suivi par IBM et Apple aux 4 e et 6 e place. Les éternels McDonald’s et Coca-Cola trustent toutefois les 3 e et 5 e place.
      • Côté français, Louis Vuitton s’affiche au 29 e rang, suivi par L’Oréal (45 e ), Carrefour (47 e ), Orange (53 e ), Auchan (65 e ) et Hermès (82 e ).
      • Plusieurs valeurs montantes sont issues du jeu vidéo (Nintendo au Japon) ou des pays émergents (Merchants Bank en Chine).
      • Sans surprise, les marques bancaires s’effondrent…
      • A noter : malgré la crise, l’estimation de la valeur de ces 100 marques a progressé de prés de 2% en 2008, à 1.950 Mds $.
    • A grande cause grand coup
      • Nouveau prophète des dangers du réchauffement climatique, Yann Arthus-Bertrand met les petits plats dans les grands pour sensibiliser l’opinion publique aux enjeux environnementaux.
      • Son film Home sortira le 5 juin – jour de la journée mondiale de l’environnement – simultanément au cinéma, à la télévision et sur internet.
      • La copie du film sera gratuite pour tous les exploitants de salle, les DVD seront vendus à prix coûtant (5 €) à la Fnac. Une projection évènementielle à Paris, Londres et New York complète le dispositif.
      • Financé par PPR et produit par Luc Besson, Home se défend de vouloir réaliser des bénéfices et invoque une inspiration pédagogique dans le but de faire passer un message fort au plus grand nombre.
    • L’œil de Né Kid sur la Tv de rattrapage
      • Frileuses pour certaines au départ, l’ensemble des chaînes historiques proposent désormais une offre complète de catch-up Tv…
      • Reste maintenant à régler les problèmes de monétisation par la publicité (pour celles qui ont choisi ce modèle)
      • Car ce mode de consommation du média le prive de beaucoup de ces atouts : toucher toute la famille à l’heure du dîner, le célèbre « vu à la Tv » (presque plus important pour l’interne d’une entreprise que le grand public)… mais il annonce aussi des solutions prometteuses : publicité interactive, ultra-ciblées…
      • Bref, à notre tour d’inventer, de tester et surtout d’OSER… À une époque où il faut en faire beaucoup plus pour gagner au moins autant, les vraies initiatives semble rencontrer toujours autant de succès. À méditer…
    • L’image de la semaine ( Fonctionne aussi très bien avec d’autres marques …)
    • Point de vue : Comment les marques tirent-elles profit de l’internet des objets ?
    • Quand les objets communiquent entre eux…
      • Vous aimeriez être sûr que votre enfant est bien rentré de l’école ? Il vous suffit de coller une puce sur son jeu de clé qui, dès qu’elle sera détectée par l’ordinateur de la maison, vous enverra un email…
      • Ce type de technologies, bien connue des logisticiens, arrive aujourd’hui dans le quotidien de M. Tout-le-Monde
      • Les objets peuvent aujourd’hui interagir entre eux grâce à de nombreuses technologies : puces RFID, téléphone mobile NFC, Bluetooth…
      • On parle généralement de l’internet des objets, dès lors que ceux-ci utilisent le réseau des réseaux pour communiquer
      • Petit tour d’horizon des nouvelles opportunités offertes aux marques grâce à cette technologie
        • Le fonctionnement actuel
      Lecteur RFID ou Ordinateur avec lecteur RFID intégré Objet avec puce RFID Connexion Internet Site Internet Bases de données Etc.
      • La RFID (radio) est la technologie la plus répandue aujourd’hui car la moins coûteuse. Mais elle nécessite un équipement particulier (puce émettrice et lecteur de puce) pour fonctionner, et offre une moindre connectivité que la connexion directe au web.
      • La miniaturisation des modems Wi-Fi devrait permettre à terme de connecter directement à l’internet et de manière permanente les objets même les plus petits.
    • Des interactions plus ou moins poussées
      • Deux types d’objets peuvent donc être distingués :
      D’une part ceux qui, une fois connectés, peuvent échanger de manière autonome et continue des informations avec l’internet grâce au Wi-Fi. D’autre part, les objets qui n’ont vocation qu’à être connectés ponctuellement via des puces RFID (radio) grâce à l’intervention de l’utilisateur. VS
    • L’internet des objets
      • L’internet des objets est donc une notion qui se développe parallèlement à la progression de l’internet sans fil.
      • Il permet de relier des objets qui n’ont pas vocation à être connectés (ex : un vêtement) à des données sur Internet
      • Finalité : enrichir l’objet au-delà de ses attributs physiques afin d’offrir de nouveaux bénéfices à ses utilisateurs… ou pour l’entreprise le commercialisant.
      • Petit tour d’horizon des exemples en la matière.
    • Créer de la confiance
      • La traçabilité des produits est souvent mise en place pour répondre à la psychose sanitaire. Les adeptes du commerce équitable, désireux de lier consommation et bonne action, sont également sensibles à l’origine de leurs achats.
      • Malongo associe donc des puces RFID à des téléphone mobiles. Ainsi, le consommateur peut suivre l’arrivée du produit, de « l’arbre à la tasse ».
      • Il est également possible de suivre le produit directement sur un PC via Google Earth.
      • Malongo utilise donc l’internet de l’objet pour soutenir le commerce équitable et affirmer son image d’entreprise responsable.
    • Abonner le consommateur
      • Samsungs Electronics a mis au point un frigo intelligent. Il contrôle les dates de péremption et avertit l’utilisateur des aliments bientôt périssables.
      • Connecté à internet, il offre aussi des idées recettes au consommateur.
      • En plus de ces bénéfices, il est également envisageable, pour peu que l'utilisateur ait enregistré sa carte de crédit en ligne (comme sur Amazon), de voir le réfrigérateur automatiquement commander les articles ayant besoin d'être réapprovisionnés sur un site de vente à distance type Maximo.
      • Un bon moyen d’abonner les consommateurs aux marques et de régler définitivement le problème du choix en linéaires.
    • Bousculer les conventions
      • Les « Nabaz:Tags » (= lapins en Arménien ) sont les premiers lapins communicants.
      • Leurs fonctionnalités : agir, interagir, transmettre tout type de contenus : flash infos, SMS, textes, musiques…
      • Comme leurs cousins Dal Dal et Nanoz:Tag ces objets ont pour vocation de faire gagner du temps au consommateur, via des objets qui déclenchent automatiquement des applications après programmation, comme dans l’exemple en introduction.
      • Les marques associées au Nanoz:Tag peuvent par ce biais accroître leur audience et développer leur capital sympathie : qui ne se sentirait pas plus proche de son quotidien, si ses grands titres étaient délivrés chaque jour par son petit lapin de compagnie?
      Cliquez ici pour voir la vidéo
    • Créer une communauté
      • Nike et Apple se sont associés pour offrir aux coureurs des « coaches personnels virtuels ».
      • La basket Nike+ est en effet connectée par une puce à l’Ipod. En course, le dispositif donne des informations au sportif, telles que son temps de course ou les calories brûlées.
      • Les informations collectées durant l’effort sont ensuite transmises sur un site communautaire. Les sportifs/ internautes peuvent alors échanger sur leurs performances et se conseiller.
      • Une méthode intéressante pour animer de manière originale des communautés à la croisée de deux marques très fortes.
    • Réduire les coûts de production
      • La marque Néowave est spécialisée dans les objets portables et communicants.
      • Si les cartes de transport type Navigo ont déjà permis d’apporter sécurité et fluidité du trafic, la marque commence à bouleverser le marché via l’internet de l’objet.
      • Sa gamme « Wénéo », composée de cartes personnelles munies d’un port USB, propose à l’usager de recharger son abonnement directement via internet, en connectant son titre de transport.
      • Double avantage pour cette invention : un gain en rapidité pour l’usager, et une réduction des coût de production pour les entreprises de transport, qui pourront à terme supprimer les billets papiers, les bornes de rechargement…
    • Améliorer la relation client
      • Prada expérimente à Manhattan sa boutique intelligente.
      • Tous les vêtements sont munis de puces électroniques. Ainsi, chaque vêtement essayé par une cliente est enregistré dans un boîtier intelligent.
      • Ces derniers informent donc les vendeuses des précédents achats des consommatrices, ce qui personnalise les services.
      • Lorsque la cliente se rend en cabine « interactive », elle voit également son modèle porté sur des écrans, accompagnés des accessoires coordonnés.
      • Une invention qui favorise la relation client et accompagne le cross selling. Pas étonnant que Prada ait banalisé le concept à l’ensemble de ses boutiques.
    • Saisir toutes les opportunités
      • Ralph Lauren a transformé les vitrines de ses boutiques physiques en écrans interactifs de deux mètres de long, dotés de fonctionnalités e-commerce.
      • Les passants peuvent alors acheter 24h/24, comme dans une e-boutique, l’article de leur choix, sans pénétrer dans le magasin.
      • Le lendemain, la vente est confirmée par un paiement sécurisé via mail ou téléphone.
      • Une méthode pour recruter les clients et générer des ventes qui a traversé l’Atlantique. En effet, Morgan a repris le concept pour les soldes d’hiver, en faisant profiter les e-shoppers de réductions exclusives.
    • De l’industrie au grand public…
      • Le développement d’une économie de l’internet des l’objets est au cœur des enjeux de demain.
      • En passant du domaine industriel au grand public, la question de la normalisation se pose
      • La multiplicité des techniques de mise en place de l’internet des objets (Wi-Fi , RFID…) implique en effet à terme l’émergence d’un standard unique pour son adaptation massive par le grand public.
      • Bien que le RFID soit le plus répandue dans le domaine industriel, seul 2% des ordinateurs en sont munis actuellement…
    • … et des problèmes éthiques
      • L’augmentation massive de la production de composants électroniques polluants – désormais susceptibles d’être intégrés dans n’importe quel objet – n’est pas sans menace pour l’environnement.
      • A cela s’ajoute la question de l’impact sanitaire des ondes type Wi-Fi, actuellement débattu.
      • La protection de la vie privée est également en question, puisqu’à terme n’importe quel objet pourrait être susceptible de transmettre des informations sur son propriétaire (localisation, comportement etc.).
      • Autant d’éléments sur lesquels réfléchissent aujourd’hui les législateurs nationaux et internationaux .
    • Idées, tendances & innovations
    • Nouveau challenge « homme contre machine » pour IBM
      • Depuis la sortie du logiciel supercalculateur en 1997, Deep Blue ou l’heureux vainqueur de la partie d’échecs contre le champion du monde Garry Kasparov, IBM n’avait pas conçu de descendant digne de ce nom.
      • Trois années de travail intensif ont été nécessaires pour développer le programme informatique capable de gagner le célèbre jeu télévisé américain : Jeopardy.
      • Outre le fait de comprendre et répondre convenablement et rapidement aux questions, Watson (nom codé alloué au logiciel) devra être capable de discerner toute la subtilité du langage des questions posées par l’animateur.
      • A terme, si Watson parvient à rivaliser les capacités intellectuelles des meilleurs joueurs outre Atlantique, il pourrait devenir un système intelligent capable de concurrencer l’intelligence humaine. Affaire à suivre…
    • Le « couponing » 2.0
      • En Suède, la chaîne de café 7Eleven offrait un café et un croissant via un coupon numérique – que les utilisateurs ne pouvaient obtenir qu’après avoir téléchargé l’application gratuite de la marque sur l’iPhone.
      • Particularité de cette application: elle indique également l’emplacement des cafés de la marque via Google Maps.
      • L’utilisateur qui avait été attiré à la marque par la promotion sera donc plus susceptible d’y retourner ensuite, ses magasins étant désormais indiqués d’office sur son téléphone.
      • Ou comment augmenter son trafic.
    • Google, nouvel indicateur boursier ?
      • Google a déjà montré qu’il savait utiliser les données collectées de manière inventive, afin de modéliser la propagation de la grippe par exemple.
      • Deux chercheurs de Mountain View viennent de proposer un nouvel usage: utiliser Google pour refléter les variations du marché en temps réel.
      • Ils entendent ainsi estimer l’évolution potentielle du CA d’une entreprise avant la publication par celle-ci de ses résultats, la première semaine de chaque mois.
      • L’intention des utilisateurs comprise dans les recherches par mots-clés semble bel et bien se traduire en comportements d’achat, puisque leur méthode a permis d’améliorer jusqu’à 18% la pertinence des outils prévisionnels.
      • Ces données au jour le jour permettent donc aux marques de déceler au plus tôt des ruptures dans le comportement des consommateurs, pour mieux s’y adapter.
    • Une offre paradisiaque…
      • Pour promouvoir les îles de la Grande Barrière de Corail, l’Office du tourisme du Queensland (Australie) a lancé en janvier une campagne de recrutement sur Internet qui a généré un phénoménal coup de buzz marketing.
      • L’offre était intéressante : devenir «  gardien de l’île  » et vanter pendant 6 mois les mérites des îles sur un blog dédié (posts, vidéos, photos). Tout cela pour la modique rémunération de $100 000.
      • L’heureux gagnant, le très sportif et charitable Anglais Ben Southall, commencera sa mission à partir du 1 er juillet prochain.
    • Merci et à la semaine prochaine