Your SlideShare is downloading. ×
La veille de Né Kid du 02.11.11 : Les nouvelles devises
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La veille de Né Kid du 02.11.11 : Les nouvelles devises

1,322

Published on

Cette semaine dans la veille de Né Kid : …

Cette semaine dans la veille de Né Kid :

L’actu mise à nu :
• La presse locale se porte bien
• Newsweek classe les marques green
• Les MDD 1er prix en crise ?

Point de vue : les nouvelles devises

Innovations et tendances :
• Une ville IKEA
• ZombiPad
• 7 milliards d’humain

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,322
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 02/11/2011 L’actualité& les innovationsdu marketing et de la communication par
  • 2. Point de vue : Les nouvellesL’actu mise à nu devises Crise des MDD
  • 3. L’actu mise à nu
  • 4. La presse locale se porte bien• Mardi 1er novembre, l’Union Nationale des Diffuseurs de Presse lançait le « mois de la PHR » afin de faire la promotion d’une famille de presse mal connue, mais qui se porte bien, malgré un recul de 3% de sa diffusion en 2010.• Les groupes de PQR sont d’ailleurs à l’affût pour racheter les titres de PHR, dont le chiffre d’affaires publicitaires stable aide à compenser les difficultés de la presse quot’, tiraillée entre l’info mondiale et locale.• Nécessitant des coûts de fonctionnement relativement faibles (petites rédactions et frais d’impression léger), la PHR fait du web une chambre d’écho précieuse pour développer son offre d’information hyper-locale.
  • 5. Newsweek classe les marques green• Le Green Ranking de la revue Newsweek vient de livrer son classement international des entreprises les plus en avance sur le développement durable.• Reposant sur un trio de variables comprenant l’empreinte environnementale, la gestion (politiques, initiatives, controverses) et la transparence des entreprises, le high-tech et la finance tirent leur épingle du jeu : le podium est occupé par Munich RE (banque allemande), IBM et National Australia Bank.• Côté Europe, 4 des 10 premières places sont trustées par le vieux continent. A noter : l’Europe affirme sa différence sur la transparence liée aux pratiques environnementales.
  • 6. Les MDD 1er prix en crise ?• Alors que 2008 avait vu une augmentation généralisée (sur les segments d’entrée de gamme et de cœur de marché) de leur part de marché, on note actuellement une baisse des MDD 1er prix, dont le chiffre d’affaires a baissé de 7,1% depuis le début de l’année.• La tendance actuelle des distributeurs est de ralentir ce segment, lancé pour contrer l’offensive du hard- discount, au bénéfice de MDD « cœur de marché » ou thématiques (bio, régionales, etc.), qui en profitent d’ailleurs pour gagner des points sur les marques nationales, pénalisée par la hausse des prix.• Ce phénomène montre que les gens achètent des produits avant d’acheter des prix, ce qui constitue une opportunité de premiumiser l’offre des distributeurs.
  • 7. L’œil de Né Kid sur les hebdos locaux• La santé de cette presse, très largement ignorée par les publicitaires sur le plan national, est un pied de nez à ceux qui annonçaient sa mort sous les coups de boutoir du web sur l’info locale.• Il est intéressant de noter la complémentarité entre ces deux types d’information. Si ces journaux ont, pour beaucoup, des noms qui fleurent la 3ème République, ils rendent un service difficile à concurrencer.• En effet, l’appétit de nouvelles hyper-locales se heurte à une barrière très réelle : comment recueillir des infos intéressantes, et surtout, comment les mettre en forme et les rendre pertinentes ?• Twitter fait sans doute très bien le premier (et encore, jusqu’où ce réseau social descend-il en régions ?), mais reste impuissant sur le reste.
  • 8. L’image de la semaine
  • 9. Chaque semaine, un quiz intriguant• Dans un récent classement de The Economist sur les villes où il fait bon vivre, qui place Melbourne en tête devant Vancouver, et Londres à la 53è place, où se situe Paris ? a. 3ème b. 16ème c. 68ème d. 95ème
  • 10. Point de vue :Les nouvelles devises
  • 11. Les nouvelles devises• Cette semaine, la veille de Né Kid parle d’argent (ou reparle d’argent, cf. notre veille sur la communication et la monnaie)• A l’heure où les Facebook Credits s’ouvrent à tous les sites web, où vieux et nouveaux acteurs du paiement se pressent pour imposer leur killer application, où l’économie globalisée bat de l’aile et où les investisseurs du monde entier se ruent sur l’or, nous avons examiné les quelque 5000 devises alternatives (source: Fondation Internet nouvelle génération) existant dans le monde pour mener une petite réflexion sur l’avenir de l’argent.• Est-ce que la curiosité paie?
  • 12. Préambule• Il existe 3 différents modèles de monnaies : – Monnaies conventionnelles : celles que l’on connaît, telles que le dollar ou l’euro, gérées par des banques centrales, – Monnaies alternatives : le Facebook Credit en fait par exemple partie, ce genre de monnaie est géré par une entreprise, – Monnaies complémentaires : leur usage est généralement limité à un certain type d’échange (ex : les jetons dans les festivals de musique, les ex-colliers-bars du Club Med ou les soirées open bar, les nombreuses monnaies locales mises en place pour quelques grandes municipalités dans le monde).• FYI : une devise est une unité monétaire acceptée par un pays étranger, tandis qu’on parle de monnaie pour qualifier l’instrument monétaire en vigueur dans son pays.
  • 13. Toutes les monnaies peuvent être matérielles ou immatérielles• Afin de ne pas faire de confusion, précisons que chaque type de monnaie précédemment cité peut être matériel ou immatériel. Exemples : – Monnaies conventionnelles : • Matérielle : fiduciaire, elle désigne les pièces, • Immatérielle : scripturale, elle désigne la monnaie écrite (cf. chèque, action…). – Monnaies alternatives : • Matérielle : les Système dÉchange Locaux (SEL) définissent leur propre monnaie, • Immatérielle : le Facebook Credit ou le Linden Dollar. – Monnaies complémentaires : • Matérielle : le CESU ou les tickets-restaurants sont des formes de rétribution réservés à un usage particulier, • Immatérielle : le BerkShare est une monnaie électronique achetée à tarifs préférentiels en vue d’être dépensée dans l’état du Massachussetts auprès des commerces locaux.
  • 14. De nouveaux entrants sur le marché du paiement• Qu’elles soient alternatives ou complémentaires, l’objectif des monnaies immatérielles est le même que ses versions matérielles.• Elles ont une différence avec leur version matérielle : ce ne sont pas les mêmes organes qui les émettent.• Lorsque vous convertissez vos dollars en Facebook Credits, votre banque ne touche pas un sous. Vous faites sortir de l’argent du système bancaire traditionnel.• Ni les banques, ni sociétés de cartes de paiements ne sont très contents.
  • 15. Facebook, banque de demain ?• Cantonnés à quelques micro transactions, les échanges sur Facebook ne pèsent pas encore beaucoup. Toutefois, il y a 800 millions d’utilisateurs, majoritairement issus des pays riches… Le potentiel d’en-cours géré par Facebook est énorme.• Les banques tremblent et Facebook se frotte les mains : il ponctionne 30% de la valeur des transactions effectuées sur sa plateforme….• On comprend pourquoi Zynga (développeur de Farmville, Mafia Wars et autres grands succès des social games) souhaite créer son propre réseau social, agacé de verser des millions de dollars de droits à Zuckerberg.
  • 16. La fin du système bancaire ?• Ce que les Facebook Credit représentent, c’est un bouleversement massif des organes financiers traditionnels.• Aujourd’hui, n’importe qui peut devenir une banque.• Exemple fréquemment cité : Apple dispose de 100 millions de données bancaires. Rien ne l’empêche de lancer sa propre carte de paiement. Les clients iTunes ne voient sans doute pas l’intérêt de laisser Visa prendre une commission supplémentaire sur leurs achats.• Pire, rien n’empêche iTunes de proposer demain à ses clients de leur confier l’intégralité de leurs économies.
  • 17. La fin du système bancaire tel qu’on l’a connu ?• Imaginons encore un peu plus loin : si iTunes devient une banque, pourquoi ne lancerait-elle pas sa propre monnaie ?• Lassé d’emprunter sur les marchés à des taux fluctuant, doté d’un réservoir de cash à faire pâlir n’importe quel fonds et d’une solide base de clients, la marque à la pomme aurait sérieusement de quoi freiner les planches à billets des banques.• Si le dernier iPhone n’embarque pas de puce NFC autorisant le paiement sans contact (il devrait intervenir dans la prochaine version), le dernier appareil de Google (le Nexus) en est équipé...• Apple n’est pas le seul à menacer les banques…
  • 18. Le mobile, nouveau porte-monnaie (électronique)• Si le téléphone mobile est notre prochain porte-monnaie électronique – dont on ne connaît pas encore l’opérateur bancaire – il pourrait aussi devenir notre porte-monnaie tout court.• Alors que la vieille Europe peine à se débarrasser de la monnaie fiduciaire (comme l’a prouvé l’échec récent de Monéo), de nombreux signes internationaux donnent de bon espoir au mobile de devenir notre unique moyen de paiement.• Si les Européens sont massivement clients des banques, ce n’est pas le cas dans les pays émergents (10% de la population africaine a un compte en banque). Alors que le m-banking y permet de réaliser des transactions en tout sécurité, les banques recrutent grâce au mobile.
  • 19. L’équation monétaire du futur ? Nouveau(x)Nouveaux acteurs Nouvelles monnaies Nouveaux canaux systèmes ? d’échanges
  • 20. La poule aux œufs d’or ne sera pas forcément virtuelle• Tout comme les consœurs matérielles, les monnaies immatérielles ont leurs défauts.• Elles ne sont à l’abri ni des banqueroutes (cf. la banque de Linden), ni du vol (prisé des hackers), ni des dévaluations (bit coins en a fait les frais cet été).• Outre la question de la commodité (va-t-on passer notre vie à convertir les valeurs ?), celle de la fiscalité se pose aussi. La disparition massive de liquidité dans le circuit financier constituerait un manque à gagner important pour les États, ainsi qu’une prise de pouvoir inquiétante des nouveaux players du paiement.• Autant de freins potentiels…
  • 21. Petit détour : c’est quoi la social currency ?• Passée sous notre radar monétaire, une devise fait actuellement beaucoup parler d’elle : la social currency.• Kezako? Une métaphore.• On appelle social currency tout ce qui possède une valeur sociale immatérielle.• À l’heure de « l’économie de l’attention » et du règne du peer-to-peer, la social currency constitue une valeur symbolique pour son détenteur, tant au niveau de la détention que de la recommandation.• Voilà pourquoi des gens se battent pour obtenir des badges sur Foursquare ou que certaines marques se font payer par des tweets.
  • 22. Quel avenir pour les monnaies virtuelles ?• Sûrement radieux, mais parfaitement flou.• La problématique des monnaies virtuelles s’appare à celle des contenus audiovisuels : leur utilisateur va probablement exploser, sans que l’on sache qui tirera les marrons du feu. Quoi qu’il arrive, une chose est sûre : nous n’avons pas fini de dépenser.• N’oublions pas que l’histoire du commerce est liée à la dématérialisation de la monnaie, depuis les métaux précieux mesurés au poids en passant par les billets puis les cartes bancaires dont la valeur est symbolique, pour arriver demain au paiement sans contact et à des monnaies virtuelles.• Rassurez-vous, de nombreuses études le prouvent : plus le moyen d’échange est abstrait, plus la transaction est facile… ceci explique cela.
  • 23. Idées, tendances & innovations
  • 24. Strand east• Après le design pour tous, IKEA s’attaque à l’urbanisme : une mini-ville fabriquée par le suédois verra le jour en 2014 à Londres. Elle sera composée de 1200 maisons, de 350 000 m² de bureaux et d’un hôtel Marriott de 350 chambres, en face du site des jeux olympiques.
  • 25. ZombiPad Cliquer sur l’image pour voir la vidéo• Comment se déguiser pour Halloween avec 2 iPads ? Facile…
  • 26. 7 milliards d’humain Cliquer sur l’image pour voir le site• Et vous ? Vous étiez le quantième ? What’s your number ?
  • 27. Adresses des liens• Slide #11 : Parler d’argent > http://nekid.fr/2010/11/11/la-veille-de- ne-kid-parler-dargent-pirater-cest-pratique-une-penderie-en-ligne/• Slide #26 : ZombiPad > http://youtu.be/V6p5mbp_M98• Slide #27 : What’s your number ? > http://populationaction.org/Articles/Whats_Your_Number/Summary. php
  • 28. Réponse du quiz : b. Contre vents et marées, quelle que soit l’humeur économique ou la crainte de la bureaucratie, la capitale française garde son attrait. La semaine prochaine :Les nouveaux Nous vous rappelons que nous sommes business ouverts à tous les sujets qui vous tiennent à cœur, et en particulier models ceux qui permettent de jeter un œil nouveau sur notre monde moderne… À bon entendeur Cette semaine, sur le blog : La revue de presse de Né Kid – week 43 ; Malcolm Gladwell: The strange tale of the Norden bombsight
  • 29. La veille de Né Kid,c’est toute la semaine sur Twitter @Naked_Paris www.nekid.fr +33 1 43 38 15 48

×