My School # 04 Février 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

My School # 04 Février 2011

on

  • 509 views

Adoptez une bonne hygiène de vie

Adoptez une bonne hygiène de vie
La discipline, mère du succès
Nadine Zoro au pays de Mandela

Notre mission est d'inspirer les jeunes dans la réalisation de leurs rêves.

Statistics

Views

Total Views
509
Views on SlideShare
509
Embed Views
0

Actions

Likes
2
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

My School # 04 Février 2011 My School # 04 Février 2011 Document Transcript

  • #04 - Février 2011My School est téléchargeable gratuitement sur www.myschoolmag.ning.comENTRETIEN AVECAdopter une bonneAdopter une bonnehygiène de viehygiène de vieLa discipline,La discipline,Mère du succèsMère du succès
  • 2 My School #04 — FEVRIER 2011...bientôt
  • My School #04 — FEVRIER 2011 3ÉditorialMy School - Février 2011- #04Édité par LA CLASSE DES PREMIERS — Directeur de Publication: Michel DJE BiRédacteur en chef: Mikeylange D.- Révision: Alfred VaniéPromotion: Fleur Miessan - Priscille Ouattara - Emmanuella Kadjo - Jean Cyrille AllouConception graphique : MS — Format: A5 — Pagination: 28 — Périodicité: MensuelAdministrateur pages Facebook: Jean Rodrigue Kassi (Longueuil - Québec)Site web: www.myschoolmag.ning.com / E-mail: myschool@live.frDépôt légal: En coursNous sommes en droit de nous interroger : à quand la fin de la crise ?À quand le retour à une situation normale ? Les semaines et les moispassés ne nous ont pas apporté beaucoup d’assurance. Au quotidien,nous avions droit à des jeux de mots assez chauds avec un champ lexi-cal brûlant: couvre-feu, option militaire, Ecomog, guerre, génocide…Et pourtant, nous n’avons aucune raison de cesser nos activités. Donner du rythme ànotre marche, oui. Se donner le temps de faire une pause et porter un regard critiquesur la situation actuelle, c’est important. Car il faut s’appuyer sur le présent pourpréparer le futur.En effet, demain se prépare aujourd’hui. Et l’homme ou la femme que tu seras dansdix ou quinze ans naîtra des choix que tu opères aujourd’hui. Nous avons fait le choixde vous accompagner sur les voies de la réussite scolaire. Et notre engagementdemeure le même, sans faille ni ride.Notre force, nous la tenons sûrement de votre remarquable admiration, car vous êtesde plus en plus nombreux à nous exprimer votre fierté à l’égard de My School.Elle vient aussi de la marque de solidarité de Fabien Cluzel, rédacteur en chef despublications des Editions Epicure. Elle vient d’un coup de fil émis depuis l’école afri-caine de leadership de Johannesburg, ou encore de ce clic sur le bouton « J’aime » denotre page Facebook, venu tout droit d’Indonésie.Au travail, les amis, nous avons encore des défis à relever.Mikeylange D.Bosser malgré tout!#04 - Février 2011MySchoolesttéléchargeablegratuitementsurwww.myschoolmag.ning.com
  • 4 My School #04 — FEVRIER 2011www.myschoolmag.ning.com
  • My School #04 — FEVRIER 2011 5# 04Faire des fiches, un plus pourvos révisionsNadine ZoroLa discipline, mère du succèsAdopter une bonnehygiène de vieFacebook, une idée de géniequi séduit le monde entierFÉVRIER 2010
  • 6 My School #04 — FEVRIER 2011Manque de place en cours ? Allez donc enInde : une école de Sithalapakkam, dansla banlieue de Chennai, est tellementdébordée qu’elle organise certains de sescours dans ses couloirs, dans la rue, sousun arbre et dans la cour d’un temple dontle mur d’enceinte sert de tableau.Comme il n’y a pas de toilettes non plus,les profs en louent chez des voisins et lesélèves font ce qu’ils peuvent.Dure, Dure l’écoleAAACTUCTUCTU SSSCOLAIRECOLAIRECOLAIREinterA dealer in the classroomBrèves, insolites, utiles,inutiles, tout ce qui sepasse dans les écolesd’ailleurs...Un élève britannique a été suspendu une journée après que ses professeursaient découvert qu’il revendait en douce des paquets de chips en faisant unbénéfice de 50 pennies par sachet. Ce lucratif commerce dans une école quiinterdit les aliments gras lui rapportait jusqu’à 15 livres par jour (un peu plusde 14.000 F CFA). A Abidjan, on dirait que c’est un vrai « kèneur ».La gifle qui valait1500 eurosLe père d’une élève a étécondamné à cinq moisd’emprisonnement dontdeux fermes pour avoir gifléla conseillère principaled’éducation d’un collègefrançais. Il a également étécondamné à verser 1 500euros à la CPE au titre dupréjudice moral.
  • My School #04 — FEVRIER 2011 7Le ministre de l’Éducation britan-nique a insisté sur la nécessité pourles élèves de savoir correctementécrire. Résultat : il envisage de de-mander que des points soient reti-rés aux examens lorsqu’il y a desfautes d’orthographe ou de gram-maire.Des chercheurs ont dé-couvert qu’en appliquantun léger courant électri-que dans une partie ducerveau, on amélioraitles performances enmaths. Une bonne nou-velle pour les 20 % depersonnes qui ont de tel-les difficultés dans cettematière qu’elles ont dumal avec les activitésquotidiennes comme lagestion de leur argent.On tient enfin la preuveque les maths, c’est unetorture !La vérité sur lesmathsLes élèves néo-zélandais sont dé-tenteurs du record du monde desaute-mouton : 1 325 élèves deChristchurch ont sauté en mêmetemps pendant 5 minutes.Singapour détenait le précédentrecord avec 1 300. Pour arriver àcet exploit insolite, les élèves sesont entraînés en classe tous lesjours pendant plusieurs semaines.Rien à faire...Attention aux fautes...
  • 8 My School #04 — FEVRIER 2011Enchaîner les nuits blanches face aux livres et cahiersn’est pas le meilleur choix pour obtenir de meilleursrésultats. Une bonne hygiène de vie pourrait vouspermettre de garder le sourire.SCHOOL LIFE
  • My School #04 — FEVRIER 2011 9Pour bien bosser, pensez à bougerautre chose que vos neurones. Fairedu sport, de la musique, sortir...sont les meilleurs moyens de vousdétendre tout en restant dynami-que.- Pensez à planifier, dans votre pro-gramme de révisions, vos plages dedétente. Libérez-vous régulière-ment une heure ou deux pour pren-dre lair ou vous plonger dans un bonbouquin. Evitez surtout de vous lais-ser happer par le canapé devant latélé.- Ne faites cependant pas dexcès.Se détendre et se reposer est indis-pensable, à condition de ne pas tropse laisser aller non plus ! En périodede révisions, vous pouvez vous auto-riser quelques sorties mais pas tousles soirs. Et puis bannissez lalcoolcar il diminue lactivité de toutes lesfonctions de votre organisme doncvotre capacité de travail, en plus dedétruire vos neurones.Bien dormir fait aussi partie devotre programme de révisions.A vous de trouver la dose idéa-le de sommeil qui vous procu-rera un sommeil réparateursans vous faire tomber enhibernation.Et comme le stress peut provo-quer des insomnies, laisseztomber les excitants ( café,thé, tabac.. ) ou les repaslourds avant daller vous cou-cher.
  • 10 My School #04 — FEVRIER 2011-Prenez quelques heures pouraméliorer votre environne-ment de travail : cela vousfera gagner un temps et unbien-être précieux en périodede révisions. Où êtes-vous lemieux pour travailler ? A lamaison ou à la bibliothèque ?Dans votre chambre ou au sa-lon ? Evaluez lendroit où vous serezle mieux pour bosser, selon le tra-vail à effectuer : consultation dou-vrages, travail en groupe, besoin decalme ou de laide de votre grandesœur…Adoptez une position de travailergonomique pour éviter les tortico-lis et courbatures. Sur ordinateur,placez lécran à 45-50 cm de votrevisage, le haut de lécran à hauteurde vos yeux quand vous êtes assis.Pensez aussi à renouveler loxygènede votre cerveau, en ventilant votreespace de travail ! Un bon éclairagepeut vous éviter migraines et fati-gue oculaire.Toutes les occasions sont bonnespour faire un peu dexercice : pren-dre les escaliers, descendre deuxarrêt avant et rejoindre la maison àpied... mais aussi un petit footing,quelques échappées en rollers oudes longueurs de piscine sont aussiles bienvenus. Le tout est davoirune pratique fréquente, mêmecourte.
  • My School #04 — FEVRIER 2011 11Mercury Series a été mis en place pourpermettre à ses visiteurs de disposer decours, devoirs dans toutes les filières, deplusieurs universités, écoles nationalescomme internationales.Mercury Series est un site gratuit et il lerestera.http://etsmo.kegtux.org/
  • 12 My School #04 — FEVRIER 2011En tant qu’apprenant, si votre disciplinepersonnelle était égale à vos rêves, vouspourriez accomplir tout ce que vous voulezdans la vie. Le succès n’arrive pas en cli-quant des doigts. Cela prend du temps etsurtout beaucoup de discipline personnel-le.Vous rêvez au succès?Vous devez alorsprendre soin de votreesprit de la mêmefaçon dont vous pren-driez soin d’un bam-bou de Chine. Vousconnaissez l’histoiredu bambou de Chine ?Si vous vous en oc-cupez bien, il explo-sera en dehors du solà la cinquième an-née. II grandira de 30centimètres par jouret en moins de quatremois, il mesura prèsde 30 mètres de hauteur.Aura-t-il fait cela en quatre mois ou plutôtlui aura-t-il pris cinq ans et quatre moispour y arriver? Évidemment, la réponse estcinq ans et quatre mois.De la même façon, lorsque vous semez,c’est-à-dire que vous travaillez sur vous-même, que vous étudiez et apprenez denouvelles choses pour vous améliorer, nevous attendez pas à récolter immédiate-ment les fruits de vos semences. Toutcomme le bambou de Chine, cela peutprendre quelques années avant que vousne puissiez exploser hors du sol.En fait, la discipline c’est de faire, de fa-çon constante et régulière, ce qu’on saitdevoir faire, même lorsque cela ne noustente pas. Et ce, peu importe le temps etles efforts que cela demande. Peu importeles circonstances, les difficultés et les obs-tacles à surmonter.C’est vraiment iciqu’on différencie lesgagnants des per-dants.La discipline person-nelle, c’est passer dela parole à l’action.C’est tout simplementde s’imposer des rè-gles de conduite en-vers soi-même jus-qu’à ce que l’on ob-tienne les résultatssouhaités.La consistance!Croyez-vous que le bambou de Chine pous-serait ainsi si l’on décidait de ne pas s’enoccuper pendant une période de deux outrois mois? Le succès n’est ni magique nimystérieux. Le succès est une conséquencenaturelle qui vient de l’application cons-tante de principes fondamentaux. Et vousdevez appliquer ces principes fondamen-taux tous les jours.SUCCESS ROAD
  • My School #04 — FEVRIER 2011 13Si la majorité des gens échoue dansleurs rêves, ce n’est pas par manquede compétence, mais plus par manqued’engagement et de discipline person-nelle. Regardez attentivement autourde vous et vous constaterez que tousles grands accomplissements ont étéprécédés de milliers d’heures depréparation silencieuse. En fait, ladiscipline personnelle, c’est de faireaujourd’hui ce que la majorité desgens ne sont pas prêts à faire, afind’obtenir demain les récompenses quela plupart des gens n’obtiendrontjamais. Tenter de réussir sans aucuneffort est comme essayer de récolterdans un endroit où vous n’avez passemé, c’est tout simplement impossi-ble.Peu importe votre objectif, atten-dez-vous à devoir y mettre les ef-forts requis pour y arriver.Vous aimeriez devenir grand commeun bambou de Chine? Commencez dèsaujourd’hui à travailler survous-même, et ce tous les jours. Avecun peu de patience et beaucoup dediscipline personnelle, vous finirez parexploser et atteindre des niveaux deréalisation insoupçonnés jusqu’àprésent.
  • 14 My School #04 — FEVRIER 2011Nadine Zoro, vous avez intégré une école afri-caine de leadership basée en Afrique du Sud.Pouvez-vous nous présenter votre établissementactuel?African Leadership Academy est une école interna-tionale qui regroupe d’incroyables jeunes leadersvenant d’Afrique et du monde entier, de différentsmilieux mais avec une même grande passion pourl’Afrique et un grand rêve pour son futur brillant.Comment s’est fait le lien entre l’Academy etvous ?J’étais au lycée classique d’Abidjan quand tous lesmeilleurs élèves de l’école ont été invités à parti-ciper à une séance de présentation de l’AfricanLeadership Academy, animée par un représentantlocal en Côte d’Ivoire. Il nous a encouragé à pos-tuler pour intégrer cette école, ce que je me suisprécipitée de faire et voilà, j’y suis aujourd’hui.Ne pensez-vous pas être trop jeune pour vousexpatrier ?Comme je le dit toujours à mes amis, un leadern’est jamais trop jeune pour s’éloigner de sesparents. Car il est né pour être agent d’un change-ment positif et doit passer par des étapes aussidifficiles comme par exemple le détachementd’avec sa famille et ses amis.Y a-t-il une différence entre le système éducatifivoirien et celui du pays de Nelson Mandela ?Oui, effectivement, il y a une très grande différen-ce. D’abord, parce que c’est un système anglopho-ne. Ensuite, parce qu’ils ne font pas que de lathéorie comme dans la plupart de nos lycées. Ici,nous faisons aussi de la pratique, et on ne fait pastoutes les matières mais on choisit celles qui nousconviennent le plus. Cependant cette école ne suispas vraiment le système Sud-africain mais plutôtcelui des Etats-Unis. Car elle est internationale. Enplus, l’école offre des cours de leadership, d’en-treprenariat, d’étude de l’Afrique en plus de cequ’on apprend dans nos pays. Je peux même direque le curriculum offert par l’école est unique aumonde.Parti du Lycée Classique d’Abidjan en 2010, alors qu’elle terminaitla classe de 1èreC, Nadine Zoro a déposé ses valises à l’AfricanLeadership Academy de Johannesburg. Rencontre avec une jeunefemme qui rêve d’un avenir brillant pour l’Afrique.
  • My School #04 — FEVRIER 2011 15Pourquoi avoir choisi d’intégrer une école deleadership et non les polytechniques ou l’univer-sité classique, par exemple ?J’ai choisi une école de leadership mais pas n’im-porte laquelle, car l’African Leadership Academyest un établissement qui possède une vision préci-se : changer l’Afrique aux yeux du monde. Et c’estce qui rend cette école si importante à mes yeux,par rapport aux autres. Je pense que l’Afrique abesoin de personnes passionnées avec une visionaussi clair, c’est-à-dire apporter un changementpositif. Et je crois appartenir à ce groupe de per-sonnes. Et donc, je dois me mettre au service demon continent.Quel regard portez-vous sur la crise qui secouela Côte d’Ivoire ?Je pense que tous les jeunes doivent prendre cettecrise comme une leçon et opter pour un meilleurleadership quand ils seront à des postes de respon-sabilité. Après les impacts de cette crise sur lajeunesse, nous devront être conscients de l’impactréel que le leadership pourrait avoir sur nos vies etprendre la décision d’être des agents d’un chan-gement positif pour les générations à venir.Quelles recommandations pourrez-vous faire auxélèves, qui souhaiteraient emprunter le mêmechemin que vous ?Je pourrais leur demander de s’accrocher à leurvision, la seule chose qui leur appartient et qu’ilspeuvent utiliser pour changer le monde positive-ment. Je les encourage tous à postuler pour inté-grer l’Academy, qui leur offrira beaucoup d’oppor-tunités et leur permettra de rencontrer des per-sonnes spéciales, comme chacun d’entre eux.Comme je le dit souvent à mes amis : « l’impor-tant n’est pas d’être leader mais de bâtir son lea-dership sur le rocher qu’est notre merveilleusevision pour l’Afrique, car c’est ce qui nous rendradifférents des leaders africains actuels. »Nadine en Afrique du Sud, est-ce un rêve d’en-fance ?L’Afrique du sud n’est pas vraiment l’un de mesrêves d’enfance mais peut être la voie qui va mepermettre à atteindre mon rêve d’enfance qui estde laisser une empreinte positive au monde. Et j’ycrois fermement.Que pense Nadine de l’initiative MY SCHOOLmag ?C’est une initiative à encourager, vu le nombre etl’importance des sujets qui touchent l’école, queMY SCHOOL développe. Je pense que tous ceux quise sentent vraiment responsables du futur de l’é-cole ivoirienne devraient y adhérer et contribuerau développement de ce projet. Chapeau a ceuxqui ont eu cette incroyable et magnifique idée..Nadine Zoro en compagnie de quelques étudiants de l’African Leadership Academy
  • 16 My School #04 — FEVRIER 2011Petites ou grandes, souples ou cartonnées,roses ou vertes, vos fiches sont vos meilleuresalliées pour les révisions.La bonne fiche, cest celle qui vousaidera à mémoriser et résumer unmaximum de connaissances en unminimum de temps et despace. At-tention, elle doit aussi être assezcomplète pour vous éviter davoir àvous référer au support dorigine.Suivez le guide :- Faites une opération de tri sélec-tif. Rédiger une fiche à la fois cour-te et complète impose un travail desélection assez conséquent, pour neretenir que la substantifique moelledu support. Consolez-vous : grâce àcet effort de tri et de réflexion,vous engrangez déjà pas mal deconnaissances.- Personnalisez-la. Une fiche, cestcomme une brosse à dents : on nela prête pas, on ne lemprunte pas.Cest perso... alors usez et abusezdes couleurs, des signes de recon-naissance, etc.Il ny a pas de modèle-type de labonne fiche. Le meilleur modèle estcelui qui vous aide au mieux à révi-ser.Fiche de Méthode
  • My School #04 — FEVRIER 2011 17Pour que votre fiche soit efficace,vous devez bien soigner sa présen-tation et ne devez avoir aucuneffort à faire pour vous relire. Choi-sissez une fois pour toutes le formatet la forme de votre fiche : manus-crite sur papier cartonné ou feuilletapée à lordinateur. Adoptez desrepères (couleur, flèches, etc.)selon le type de fiche. Songez àaérer un peu votre fiche, en adop-tant la formule : une phrase, uneidée. Par souci d’organisation,veillez à bien classer vos fichespour les retrouver facilement.La fiche de cours. Elle doit résu-mer lessentiel de votre cours avecles points essentiels sur lesquels leprofesseur a insisté.Noubliez pas les exemples et lesschémas, car ils sont essentiels pourapprendre votre cours, le retenir etle réutiliser.Dans une dissertation, à quoi sertun argument sil nest pas illustrépar un exemple historique, littérai-re, ou par une citation ? Quand vousrelevez un théorème sur une fichede maths, notez bien les applica-tions qui y sont reliées. Pensez aus-si à mettre en fiches les schémas-bilan de votre cours de SVT.La fiche de lecture. Très utile enfrançais ou en histoire, elle pourraêtre un résumé complet dune œu-vre ou un point sur une thématique.La fiche définition. De linconscienten philosophie aux listes des verbesirréguliers en anglais en passant parlexplication de la théorie keyné-sienne, ces fiches sont des focus surdes points incontournables de votrecours.La fiche chronologie. Indispensableen histoire, elle doit vous aider àmémoriser votre cours. Les grandesdates et les repères historiques.C’est très important.
  • 18 My School #04 — FEVRIER 2011à la politiqueen milieu scolaireMy School vous passe la plume. Proposez-nousdes articles traitant de sujets liés à l’école.Chaque mois, les plus pertinents seront publiésdans la rubrique « Article de lecteur ».L’élection présidentielle en Côte d’Ivoi-re était tant attendue. D’aucun la per-cevait comme le terminus de la crise etlavènement de la paix. Hélas !Qu’avons-nous constaté après le 2èmetour? Une crise encore plus profondeavec un inédit: deux présidents. Lesconséquences sont sans précédents ettoutes les couches de la société sonttouchées. L’école, qui a pour mission deformer l’élite de demain paie un lourdtribut.La rentrée des classes a été difficile surtoute létendue du territoire national.Déjà avant lesélections, lescours étaient dis-pensés de manièreirrégulière, et à lahâte. Tout le monde craignait l’éclate-ment d’un conflit qui empêcheraitd’aller au scrutin. Nous y sommes allésmalgré tout. Et le résultat est de trèsloin de ce que nous imaginions. Le dra-me a été d’apprendre que nous avionsdeux ministres de l’Education natio-nale. Deux adorables mères qui avaientété mandatées, chacune de son côté,pour nous instruire. Le problème, c’estque l’une nous demandait d’aller à l’é-cole tandis que l’autre nous défendaitde rejoindre nos classes. Des copinesdu Lycée des jeunes filles de Yamous-soukro ont même été délogées des sallesde classe. Même son de cloche dans plu-sieurs autres établissements secondai-res, et même dans des écoles primaires.A tel enseigne que certains enseignantsse voient dans l’obligation de solliciterla protection des FDS (Forces de Défenseet de Sécurité). C’est dommage, tristeet déplorable, car si nous n’empêchonspas les politiciens de faire la politique,ils ne doivent pasnous empêcher d’al-ler à l’école. Nousallons à l’école pouracquérir le maxi-mum de connaissances. Ceux qui font lapolitique se servent de la jeunesse pourassouvir leur désir de pouvoir. Il esttemps pour les jeunes de prendre cons-cience et de dire non à la manipulation.Nous avons un avenir à bâtir. Il n’y aqu’en travaillant sérieusement que nouspourrons réussir. Ne transportons pasnos passions politiques à l’école. Carcela n’est point à notre avantage.Article de lecteurPar Carine-Prisca Leka,Élève en Terminale A2Au Groupe Scolaire Emmanuelde BonouaVous aussi, proposez votrearticle par mail à:myschool@live.fr
  • My School #04 — FEVRIER 2011 19
  • 20 My School #04 — FEVRIER 2011ÉCOLENom féminin(latin schola, du grec skholê, loisir)Établissement où lon donne un enseignement collectif général.
  • My School #04 — FEVRIER 2011 2197%Le nombres de pages vuessur sur le blog InfoLumierede l’ivoirien Régis KonanMouahé, en 2010.15 948302 miradors,20 bunkers,20 casemates,14.000 gardes-frontières,155 kilomètres,tombé en 1989,le 9 novembre… Je suis…8 360personnes peuvent embarquer à bord du plusgros paquebot du monde. LOasis of the Seas.41%des logiciels installéssur les PC des parti-culiers sont piratésselon la BusinessSoftware Alliance quia publié un rapportbaptisé "Piratage surInternet : une menacepour votre sécurité".
  • 22 My School #04 — FEVRIER 2011La confiance en soi ne pro-vient pas seulement des résul-tats scolaires d’un élève, maisaussi et surtout de la manièredont il perçoit réussites etéchecs et des implicationsqu’il en tire concernant sescapacités d’apprentissage.COACHINGDÉVELOPPERDÉVELOPPER LALACONFIANCECONFIANCE ENENSOISOI
  • My School #04 — FEVRIER 2011 23La force du messageEn outre, les élèves sont sensi-bles à la perception de leurscompétences qu’ont parents,pairs et enseignants, et leurconfiance en eux reflète enpartie ces perceptions. Lesmessages de leur entourage –soutiens, critiques, encourage-ments, conseils, attentes, etc.– ont donc une influence. Mê-me au niveau non verbal, lesenseignants manifestent, sou-vent de manière non inten-tionnelle, leurs attentes vis-à-vis des élèves à travers l’at-tention qu’ils leur portent, lafaçon de les regrouper, la dif-ficulté des tâches qu’ils leurassignent, le degré d’autono-mie qu’ils leur accordent, etc.Concernant les évaluations, lamanière de communiquer lesrésultats a une incidence surles implications qu’en tirentles élèves concernant leurscapacités à apprendre. Parexemple, un feed-back sousforme de commentaires sur lespoints forts et les points fai-bles, sur les améliorations pos-sibles d’un travail entraîne unintérêt et une performanceultérieurs plus élevés qu’unfeed-back sous forme de notesou d’appréciation générale,même s’il s’agit de félicita-tions. De même, une évalua-tion qui situe les progrès del’élève par rapport à ses per-formances antérieures, com-me par exemple, le nombre defautes d’orthographes dansdes dissertations – même si cesprogrès sont insuffisants – sus-cite davantage de confiancepour les apprentissages futursqu’une évaluation qui situe saperformance par rapport àcelles des autres élèves.Comme nous l’avons vu, laconfiance en ses capacitésd’apprentissage n’est pas don-née une fois pour toutes etn’est pas monolithique, maisse construit au fil des expé-riences vécues dans différen-tes matières. Ainsi, cetteconfiance ne dépend pas ex-clusivement de l’élève, maiségalement des types de dispo-sitifs pédagogiques mis en pla-ce par les enseignants et desmessages communiqués par lesparents. En effet, la confianceen soi ne provient pas seule-ment des résultats scolairesd’un élève, mais aussi et sur-tout de la manière dont il per-çoit réussites et échecs et desimplications qu’il en tireconcernant ses capacités d’ap-prentissage.
  • 24 My School #04 — FEVRIER 2011L’art d’accroître son estime de soiIl s’agit donc d’amener lesélèves à se focaliser sur lesprogrès accomplis et sur lesmoyens qu’ils peuvent acqué-rir en vue de mieux maîtriserles tâches à réaliser, plutôtque sur l’évaluation de leurplace par rapport aux autres.L’enjeu est notamment detrouver des formes d’évalua-tions qui soulignent que lacompétence est une capacitéqui se construit à travers letravail, l’étude et la régula-tion efficace des contrainteset des ressources, et qui com-muniquent des attentes éle-vées vis-à-vis des progrès ré-alisables par l’élève.Dans l’ensemble, les recher-ches en éducation suggèrentqu’il est possible de mettre enplace des activités d’appren-tissage permettant une acqui-sition graduelle de compéten-ces et leur validation progres-sive, et de développer ainsi laconfiance en soi et la motiva-tion des élèves, même quandceux-ci ont un niveau initialde compétences très bas. Lespistes évoquées au fil de cetexte demandent sans doute àêtre adaptées selon le contex-te, mais elles forment une tra-me cohérente de pratiqueséducatives peu coûteuses àmettre en œuvre. Elles invi-tent les acteurs de l’éduca-tion, non à faire plus ou à en-dosser des rôles supplémentai-res, mais à agir autrementpour soutenir au mieux lesélèves.
  • My School #04 — FEVRIER 2011 25Source: PhosphoreC’est le «maître duWeb» (appelé aussi animateurou gestionnaire de site, ouwebmestre). Il fait un peutout sur un site Internet.Il participe d’abord à saconception, phase essentielle  : défini-tion du contenu et de la charte graphi-que, recueil et traduction des infos enlangage Internet, intégration des conte-nus. L’ergonomie du site dépend de sontravail.Autre clé du succès d’un site: il faut leréférencer, autrement dit, faire en sor-te que les internautes le trouvent faci-lement à partir d’un mot-clé dans unmoteur de recherche. Le webmasterveille également à l’enrichissement etau renouvellement du site. C’est à luique les internautes signalent d’éven-tuels dysfonctionnements. Il assure lasécurité du site, veille à sa conformitéavec la législation, défriche les nou-veaux logiciels et les nouveaux stan-dards, et garde un œil sur la concurren-ce. Un webmaster peut également tra-vailler dans la presse, en collaborationavec le rédacteur en chef du jour-nal ou du magazine. Il peut enco-re organiser des forums autourd’un thème, un «chat» avec uninvité de marque. Bref, il a lahaute main sur le site. Près de lamoitié des webmasters ont moins de 30ans. Ce métier a connu ses heures degloire il y a quelques années, mais sta-gne un peu depuis l’éclatement de la«bulle» Internet.Métier d’AvenirDonne lui une idée,il en fait un siteIl crée, anime et veille au bon fonctionnement d’un site Internetpour le compte d’une entreprise, d’une association, d’un journal...Niveau détudes exigébac + 2 à bac + 4QUALITÉS REQUISES● Autonomie et goût des responsabilités● Polyvalence● Sens du relationnel.
  • 26 My School #04 — FEVRIER 2011Avec plus de 500 millions de profils créés, le réseausocial de Mark Zuckerberg règne sur la planète web.Vous est-il déjà arrivé de vous demanderpourquoi Facebook rencontre-t-il un telsuccès et quest-ce qui en fait sa force parrapport aux autres réseaux sociaux généri-ques ou spécifiques ?La réponse est simple : Facebook est po-tentiellement le réseau des réseaux dansle sens où il joue le rôle de hub des ré-seaux sociaux existants . Pour expliquerautrement : à lheure actuelle, Facebook aune longueur davance sur la plupart de sesconcurrents car il regroupe ce qui se faitde mieux sur les autres "outils sociaux". Eneffet, comme MySpace, il intègre les fonc-tionnalités liées à la musique (goût, parta-ge, achat, jeux, découverte et promotiondartistes). Comme Copains davant etViadeo, il joue le rôle dentremetteur etdécouvreur damis actuels et passés. Com-me Meetic, il permet de faire des ren-contres. Comme DailyMotion, YouTube ouFlickR, il permet de partager ses vidéos ouses photos avec ses amis. Comme Twitter,il permet dêtre en contact instantané avecla vie de son entourage. Comme MSN Mes-senger, il permet de communiquer en mes-sagerie instantanée avec ses amis. Commeun blog, il permet de communiquer sur sesenvies, ses goûts, ses idées via les applica-tions ou les groupes permettant lenrichis-sement de son profil Facebook.Alors Facebook = le réseau des réseaux ?NOUVELLES TECHNOLOGIES
  • My School #04 — FEVRIER 2011 27Propositions?Contributions?Conseils et/ou remarques?
  • 28 My School #04 — FEVRIER 2011