#09 - Mars 2013le mag de la vie scolaireDe ton attitudeDe ton attitudedépendra ton altitudedépendra ton altitudeInterview ...
2 My School #09 / MARS 2013DANS CE NUMERO DEMy SchoolSuccess RoadDe ton Attitudedépendra ton Altitude3 ÉDITORIAL6 COMPTE-R...
My School #09 — MARS 2013 3ÉditorialNuméro 09- Mars 2013Votre valeurn’a point changéAvant de commencer la conféren-ce, ell...
4 My School #09 / MARS 2013NOTRE ÉQUIPEMy School ● Mars 2013 ● #09Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publication...
My School #09 — MARS 2013 5Le programme du livre du mois de la collectionNouveaux Horizons-jeunesse a pour but d’offriraux...
6 My School #09 / MARS 2013La conférence organisée au Groupe ScolaireVictor Schœlcher, par le centre de docu-mentation et ...
My School #09 — MARS 2013 7Mercredi 20 février 2013 - CDI de l’Ambassadedes Etats-Unis, Riviera (Abidjan)Mohamed Ali, le m...
8 My School #09 / MARS 2013Mercredi 13 mars 2013 - CDI de l’Ambassadedes Etats-Unis, Riviera (Abidjan)Femmes remarquables:...
My School #09 — MARS 2013 9Quelques images des conférencesdu CDI de l’Ambassade des Etats-Unis1- Les élèves de la biblioth...
10 My School #09 / MARS 2013COMMUNICATIONApprendre àdévelopperson charismeL’on est souvent attiré par des person-nes qui s...
My School #09 — MARS 2013 11La capacité d’écouteLa capacité d’écouteLa capacité d’écouteLa capacité d’écoutePour développe...
12 My School #09 / MARS 2013https://www.facebook.com/Myschoolmagazine
My School #09 — MARS 2013 13Et l’aventurecontinue...Demandez toutes nos publications en envoyant un mail à:myschool@live.fr
14 My School #09 / MARS 2013BON À SAVOIR8 mars:8 mars:8 mars: les femmes àles femmes àles femmes àl’honneurl’honneurl’honn...
My School #09 — MARS 2013 15La journée internationale de la fem-me est célébrée le 8 mars dans lemonde.Cette journée trouv...
16 My School #09 / MARS 2013>>>Quels sont les thèmes principaux que vousabordez dans votre roman?Je vous remercie de votre...
My School #09 — MARS 2013 17Ephrem Youkpo a t-il écrit son premier romanpar rapport à un public cible bien précis? Sioui, ...
18 My School #09 / MARS 2013Pourquoi avoir choisi décrire un roman aulieu dun autre genre littéraire?Cela fait maintenant ...
My School #09 — MARS 2013 19RésuméDans la mythologie africaine, un pacte liait les Hommes aux animaux. Mais depuis uncerta...
20 My School #09 / MARS 2013Aujourd’hui plus que jamais, Trop de gens se laissent abattre par les problèmes de lavie quoti...
My School #09 — MARS 2013 21>>>Devenir l’artisan de son propre bonheurL’artisan est une personne qui exercepour son propre...
22 My School #09 / MARS 2013Pour y parvenir, il doit d’abord se maintenir en parfaite santé : or, la santé parfaite dé-pen...
My School #09 — MARS 2013 23Pour 2013, la Mauritanie et le Maliont pris une résolution. Depuis le1er janvier, la productio...
24 My School #09 / MARS 2013>>>Métier d’AvenirUn paysagiste est donc est un artisan quiconçoit et embellit l’extérieur d’u...
My School #09 — MARS 2013 25La gestion du paysage n’est pas le fait duhasard : au-delà et autour de la pratiqueagricole le...
26 My School #09 / MARS 2013Nous assistons à une floraison de concepts tout à faitinnovants, grâce aux progrès réalisés da...
My School #09 — MARS 2013 27La sauvegarde en ligne est une sorte deCloud computing, anglicisme désignantl’obtention de ser...
28 My School #09 / MARS 2013>>>Face à toutes ces raisons, la sauvegarde enligne représente un palliatif. Ainsi, partantde ...
My School #09 — MARS 2013 29>>>
30 My School #09 / MARS 2013>>>La sauvegarde de données en ligne s’ap-puie principalement sur deux (2) technolo-gies :Le l...
My School #09 — MARS 2013 31
32 My School #09 / MARS 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

My School #09 Mars 2013

331

Published on

De ton attitude dépendra ton attitude
Développez votre charisme

Notre mission est d'inspirer les jeunes dans la réalisation de leurs rêves.

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
331
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

My School #09 Mars 2013

  1. 1. #09 - Mars 2013le mag de la vie scolaireDe ton attitudeDe ton attitudedépendra ton altitudedépendra ton altitudeInterview - Ephrem Youkpo raconte« Là où les caïmans se couchent »Développez votreDéveloppez votrecharismecharismeLa sauvegardeLa sauvegardedes données en lignedes données en ligne
  2. 2. 2 My School #09 / MARS 2013DANS CE NUMERO DEMy SchoolSuccess RoadDe ton Attitudedépendra ton Altitude3 ÉDITORIAL6 COMPTE-RENDULes activités du CDI de l’Ambassadedes États-Unis en Côte d’Ivoire10 COMMUNICATIONDéveloppez son charisme14 BON À SAVOIR8 mars, Journée internationale de lafemme16 INTERVIEWEphrem Youpko présenteson premier roman« Là où les caïmans se couchent »24 MÉTIERLe paysagiste26 NOUVELLES TECHNOLOGIESLa sauvegarde des données en ligne
  3. 3. My School #09 — MARS 2013 3ÉditorialNuméro 09- Mars 2013Votre valeurn’a point changéAvant de commencer la conféren-ce, elle a sorti de son portefeuilleun billet de 10.000 F CFA. Toutneuf, tout craquant! Ensuite, elle l’abrandi en l’air en demandant: « quiveut ce billet? ». Tous les élèves s’ex-clamèrent: « Moi! Moi! »… Défilantdans l’allée séparant les deux colonnesd’élèves, elle fit à nouveau balancerle billet en l’air et dit: « personne neveut de ce billet ici? ». Une fois deplus, le élèves s’exclamèrent: « Moi!Moi! ». Certains ajoutaient même unegestuelle suppliante, tentant d’attirerl’attention de la conférencière afin dese voir offrir ce billet. Car elle sem-blait vouloir l’offrir.Soudain, elle emprisonna le billet debanque, elle le froissa, le jeta à sespieds et l’écrasa avec ses chaussures.Elle marcha et marcha encore sur lebillet de CFA - qui s’interrogeait cer-tainement sur la raison de ce acharne-ment (lol).Puis elle ramassa cette coupure frois-sée, salie, étouffée par la poussière etdemanda encore aux élèves: « quiveut encore ce billet? »Et une fois de plus ils répondaient:« MOI! MOI! ».Elle leur expliqua ainsi que chacund’entre eux pourrait se retrouver dansla même situation que ce billet de10.000 F CFA. Frustré, froissé par lescoups de la vie, les échecs, victime deraillerie…, chaque personne possèdetoujours en elle la valeur qui la carac-térise. A l’instar de ce billet qui, bienque froissé et piétiné, continuait d’ê-tre l’objet de convoitises de la partdes élèves.C’était à l’occasion de la conférenceanimé par le Centre de Documentationet d’Information de l’Ambassade desEtats-Unis en Côte d’Ivoire, le mercredi13 février 2013, au Groupe ScolaireVictor Schœlcher de la Riviera(Abidjan).Belle petite leçon !Mikeylange Archange
  4. 4. 4 My School #09 / MARS 2013NOTRE ÉQUIPEMy School ● Mars 2013 ● #09Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publication: Michel DJE BiSecrétaire de Rédaction: Yao Eve-BénédicteOnt participé à la rédaction:Carine Leka, Heinand Amoi,Yao Eve-Bénédicte, Hans-Elisabeth,Mikeylange, Ashley IrdaDocumentation:Yao Eve-Bénédicte (Maroc)Conception graphique:MSRévision: Alfred VaniéPromotion en ligne:Jean-Rodrigue Kassi (Québec),Jean-Cyrille Allou (Côte d’Ivoire)Site web: www.myschoolmag.comAdministration web: AlldenyDiffusion: gratuiteDépôt légal: en coursMy School est partenaire des Éditions Epicureet des magazines Epicure Vivre au Collège &Épicure Vivre au Lycée – Téléchargeablesur www.editions-epicure.com -Actualités à retrouver sur www.keek.fr.
  5. 5. My School #09 — MARS 2013 5Le programme du livre du mois de la collectionNouveaux Horizons-jeunesse a pour but d’offriraux élèves des écoles secondaires d’Abidjan,une plateforme d’échanges et de discussions afin depromouvoir la lecture et contribuer ainsi au déve-loppement de l’esprit critique des adolescents.Convaincu que la réflexion précède l’action,Le Centre de Documentation et d’Information del’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côted’Ivoire propose pour cette année 2013, onze thè-mes de réflexion qui contribueront indéniablementà la formation de la jeunesse.Retrouvez nos partenaires sur Facebook:Les Nouveaux Horizonshttps://www.facebook.com/usdos.nouveauxhorizonsLe CDI de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoirehttps://www.facebook.com/pages/Information-Resource-Center-Abidjan
  6. 6. 6 My School #09 / MARS 2013La conférence organisée au Groupe ScolaireVictor Schœlcher, par le centre de docu-mentation et d’information de l’Ambassa-de des Etats-Unis, avait pour objectif de révéleraux élèves les qualités nécessaires dans l’acqui-sition du savoir.Lors de sa présentation, Lydie Angoran, res-ponsable du CDI de l’Ambassade, a évoqué uneliste de qualités indispensables à la réussitescolaire. Parmi ces qualités, on peut citer leplaisir d’apprendre, la curiosité, l’aspiration,l’imagination mais aussi l’autodiscipline et lacivilité.Toutes ces qualités sont développées dans lelivre intitulé ‘L’art d’apprendre’ de James Ban-ner et Harold Cannon (Nouveaux Horizons). Lesdeux auteurs offrent dans ce ouvrage une ré-flexion sur le processus d’apprentissage et unguide pratique pour devenir un élève meilleur.Marc RubbenCOMPTE-RENDULes activités du CDI de l’Ambassade des Etats-Unisen Côte d’IvoireMercredi 13 février 2013 - Groupe ScolaireVictor Schœlcher, Riviera (Abidjan)L’art d’apprendreL’art d’apprendreL’art d’apprendreL’art d’apprendrede James Banner et Harold CannonConférence animée par Mme Lydie O. Angoran,responsable du CDI de l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire.
  7. 7. My School #09 — MARS 2013 7Mercredi 20 février 2013 - CDI de l’Ambassadedes Etats-Unis, Riviera (Abidjan)Mohamed Ali, le meilleurMohamed Ali, le meilleurMohamed Ali, le meilleurMohamed Ali, le meilleurde Walter Dean MyersQui est Mohamed Ali? Comment est-il arrivé àla boxe? Pourquoi était-il considéré comme unchampion hors-paire? La réponse à ces ques-tion dans le livre ‘Mohamed Ali, le meilleur’ deWalter D. Myers paru chez Nouveaux HorizonsAl’occasion du mois de l’histoire Afro-américaine, l’Ambassade des Etats-Unisen Côte d’Ivoire a donné la Parole auxAdos de la bibliothèque ‘Livres pour tous’ dela commune d’Adjamé. Cinq élèves de la bi-bliothèque ont exposé sur le livre du mois defévrier « Mohamed Ali, le meilleur » de Wal-ter Dean Myers (Nouveaux Horizons).Les panélistes, Abié Eric Cyrille, 17 ans et Kari-gnan Jacques, 14 ans, ont respectivementprésenté les personnages de Cassius Clay etde Mohamed Ali. Quant à Barry Boubacar, âgéde 14 ans, il a exposé sur le chapitre intitulé‘le champion du peuple’, relatant les exploitsde Mohamed Ali. La fin de carrière du boxeura été savamment relatée par Yabré Sabine,âgée de 15 ans.Une vidéoconférence avec le Muhammad AliCenter de Louisville, dans le Kentucky (Etats-Unis), a permis aux participants d’en savoirplus sur les actions menées par Mohamed Alidepuis la fin de sa carrière. Les échanges ontpris fin par une visite guidée du Ali Center,grâce à la magie d’Internet.Ashley Irda
  8. 8. 8 My School #09 / MARS 2013Mercredi 13 mars 2013 - CDI de l’Ambassadedes Etats-Unis, Riviera (Abidjan)Femmes remarquables: au cFemmes remarquables: au cFemmes remarquables: au cFemmes remarquables: au cœur de laur de laur de laur de larévolution américainerévolution américainerévolution américainerévolution américainede Melissa Lukeman BohrerPrésentation du Club littéraire ‘Livre et plaisirde Lire’ du Lycée Classique d’Abidjan.Pour marquer le mois de l’Histoire desfemmes, le Centre de Documentationet d’Information de l’Ambassade desEtats-Unis en Côte d’Ivoire a organisé cemercredi, 13 mars 2013, une conférence surle livre ‘Femmes remarquables: au cœur dela révolution américaine’. Cette conférence-débat qui s’inscrit dans le cadre du pro-gramme ‘La Parole aux Ados’, a été animéepar les élèves du club littéraire ‘Livre etplaisir de lire’ du Lycée Classique d’Abidjan.Le livre "Femmes remarquables : au cœurde la révolution américaine", de MelissaLukeman Bohrer (Nouveaux Horizons) retra-ce de sept femmes qui ont joué un rôlehéroïque pendant la guerre d’indépendanceen combattant pour la liberté, pour leurpays et pour elles-mêmes. Ces femmes ontsu échapper à leur condition pour participervaillamment à l’histoire. Il sagit de SybilLudington, Phillis Wheatley, Abigail Adams,Mercy Otis Warren, Molly Pitcher, DéborahSampson et Nancy Ward.Selon Assi Patrick Junior, président du clublittéraire ‘Livre et plaisir de lire’ du LycéeClassique d’Abidjan, ce livre vise à rétablir lavérité en révélant le rôle capital joué parsept femmes au parcours remarquables.L’objectif de cette conférence était de pro-mouvoir et d’encourager la participation dela jeunesse, en particulier les filles, danstous les secteurs d’activités à travers desexemples d’héroïnes américaines qui ontactivement contribué au développementdes Etats-Unis.Marc Rubben
  9. 9. My School #09 — MARS 2013 9Quelques images des conférencesdu CDI de l’Ambassade des Etats-Unis1- Les élèves de la bibliothèque ‘Livre pour tous’ d’Adjamé.2- Une vue de l’assistance lors de la conférence du 20 février 2013.3- Une vue de l’assistance lors de la conférence du 13 mars 2013.4- L’attaché de presse de l’ambassade des Etats-Unis, Catherine Curci.5- Nyeck Koffi Baker du club littéraire ‘Livre et plaisir de Lire’ du Lycée Classique d’Abidjan.6- Les élèves du club littéraire ‘Livre et plaisir de Lire’ lors de leur présentation.111166664444222255553333
  10. 10. 10 My School #09 / MARS 2013COMMUNICATIONApprendre àdévelopperson charismeL’on est souvent attiré par des person-nes qui suscitent chez nous de la sym-pathie, la fascination et l’admiration…Que nous les connaissions ou pas, cessentiments que ces personnes créenten nous sont sujets de réflexion. Nousnous demandons souvent comment s’yprennent-elle pour arriver à s’expri-mer avec une telle éloquence ? Com-ment font-elles pour avoir tant d’amissans vraiment faire assez d’effort etrester elles-mêmes ?Être à son aise dans tous les domaines, enthousiaste et dégager une sensation d’équi-libre face à toutes les situations, nous paraît parfois difficile. Ce magnétisme, cetteprésence communément appelée Charisme est un facteur important pour une com-munication efficace.Ainsi comment développer son charisme ? Pour le découvrir il faudrait apprendre déjàconnaître les caractéristiques du charisme.La simplicitéLa simplicitéLa simplicitéLa simplicitéUne personne charismatique se définit par sa simplicité. Elle n’est pas arrogante, ni van-tarde mais naturelle dans ses actes.
  11. 11. My School #09 — MARS 2013 11La capacité d’écouteLa capacité d’écouteLa capacité d’écouteLa capacité d’écoutePour développer cette attraction chez lesautres il est important d’écouter. Ecouterles autres se résume en notre capacité àencourager l’autre à s’exprimer, à parler delui en lui posant des questions le concer-nant (ses résultats à l’école, sa famille, sontravail…).La confiance en soi et aux autresLa confiance en soi et aux autresLa confiance en soi et aux autresLa confiance en soi et aux autresVous devez travailler à avoir confiance envous (cf. My School n° 02/décembre 2010).Une personne charismatique, même si elleest timide, dégage de la confiance et com-me elle se fait suffisamment confiance, ellepeut faire confiance aux personnes qui l’en-tourent et les accepter telles qu’elles sont.La capacité d’agirLa capacité d’agirLa capacité d’agirLa capacité d’agirLa négligence et la paresse sont à proscrirede nos habitudes quand on désire être cha-rismatique. A cela il faut ajouter la procras-tination qui empêche d’atteindre ou retar-de l’accomplissement des objectifs que l’onse fixe. Comment voyez-vous les gens quisont incapables de prendre rapidement desdécisions et sont toujours en retard dansl’établissement de leur projet ?Le respect des engagementsLe respect des engagementsLe respect des engagementsLe respect des engagementsCe que l’on doit se dire est qu’il n’y a pas depetits engagements. Tout engagement estimportant ! Que ce soit dans la vie scolaire,estudiantine, dans nos relations amicales,notre vie professionnelle, le respect de nosengagements fait de nous des personnessur lesquelles l’on peut compter. Ce quiconstitue un caractère essentiel du charis-me.Être bien dans sa peauÊtre bien dans sa peauÊtre bien dans sa peauÊtre bien dans sa peauÊtre bien dans sa peau n’à rien à voir avecle physique, ni la beauté. La beauté aussin’a rien à voir avec l’attraction personnelle.Pour être bien dans sa peau il faudrait ap-prendre à :■ S’accepter moralement, physiquement.■ Respecter une hygiène de vie de sorte àce qu’il se dégage une sensation de force etde sérénité.■ Être honnête envers soi-même et les au-tres.Yao Eve-Bénédicte
  12. 12. 12 My School #09 / MARS 2013https://www.facebook.com/Myschoolmagazine
  13. 13. My School #09 — MARS 2013 13Et l’aventurecontinue...Demandez toutes nos publications en envoyant un mail à:myschool@live.fr
  14. 14. 14 My School #09 / MARS 2013BON À SAVOIR8 mars:8 mars:8 mars: les femmes àles femmes àles femmes àl’honneurl’honneurl’honneur
  15. 15. My School #09 — MARS 2013 15La journée internationale de la fem-me est célébrée le 8 mars dans lemonde.Cette journée trouve son origine dansles manifestations de femmes au débutdu XXe siècle en Europe et auxUSA réclamant légalité des droits, demeilleures conditions de travail et ledroit de vote. Ce nest qu’à la suitedune importante grève des ouvrièresde Saint Petersburg au cours de la Révo-lution russe, en 1917, que le 8 mars seradéfinitivement désigné comme le jourdédié aux femmes, en souvenir de leursluttes et combats.Elle est officialisée par les Nations Unisen 1977, invitant chaque pays de la pla-nète à célébrer une journée pourles droits de la femme. Elle fait partiedes 87 journées internationales initiéset reconnues par cette organisation.Le thème choisi cette année par les Na-tions Unies est « Une promesse est unepromesse : il est temps de passer à l’ac-tion et mettre fin à la violence à l’égarddes femmes »Une femme d’exception dansl’histoireHarriet Tubman (1820 – 1913)Harriet Tubman est née esclave auxEtats-Unis. Elle parvient à s’échapper en1849, mais revient chercher toute safamille. Dès lors, elle se met à aiderd’autres esclaves à retrouver la liberté,les accompagnants pendant leur fuite,certains même jusqu’au Canada. Appe-lée la Moïse Noire, Harriet Tubman n’ajamais perdu un des esclaves qu’elle aaidé à s’échapper.Elle sera également espionne pendant laGuerre Civile. C’est d’ailleurs la premiè-re femme à avoir commandé une expé-dition armée pendant la guerre.Yao Eve-Bénédicte
  16. 16. 16 My School #09 / MARS 2013>>>Quels sont les thèmes principaux que vousabordez dans votre roman?Je vous remercie de votre intérêt. Cest unroman que jinscris en toute modestie dansla tradition des œuvres modernes, par la sim-plicité du style afin quil soit accessible à touset facile à lire et à comprendre. Il est assezrythmé, imagé, drôle et épicé, métissé. Celaest dû à cette éducation africaine européennedont je ne peux me départir. Il est à la foisléger et mordant et grave par moment lors-quon éventre le contenu du louvrage. A tra-vers l’aventure du caïman, jaborde sur un tonde la culture orale, riche dallégories, avectendresse, dhumour et de dextérité les thè-mes fondamentaux de la société : lamitié, lerespect des valeurs, l’aspiration à la liberté, laforce du destin, la quête de l’identité et nousmet face à nos incohérences. Au cœur de l’ir-rationalité humaine, le caïman qui est le hérosdu roman découvre le traitement infligé auxenfants, le mépris dune société machiste àl’égard des femmes, la différence des classes,la vénération pour l’école, les dégâts sur lanature, la voracité des humains, et Dieu quidevient lalibi des conflits inter-religieux. J’es-saie de dépeindre une société innocente maiscomplice de son mal être. Jy évoque de ma-nière nuancée le mal du pouvoir en Afriqueavec son lot de mystères et d’incompris oùrègne la raison du plus fort, où le vainqueurdevient parfois le vaincu et vice versa, au mé-pris des lois, et pire sous les bombes. Je nesais pas si je le fais avec la manière, mais j’es-saie néanmoins de dresser avec pudeur laradioscopie d’une société controversée, douceet cynique à la fois qui mange ses propresenfants...Ephrem Youkpo,l’homme qui sait où les caïmans se couchentINTERVIEWL’animateur et producteurivoirien fait son entrée dansle monde de la littératureavec son premier romanintitulé « Là où les caïmansde couchent », paru en 2012chez EYO Editions.
  17. 17. My School #09 — MARS 2013 17Ephrem Youkpo a t-il écrit son premier romanpar rapport à un public cible bien précis? Sioui, quel est ce public visé?Non, je nai pas écrit ce roman pour un publicprécis, bien au contraire sa force repose danssa facilité de compréhension et de lecture.Cest vrai que je me suis servi du symbolismepour mieux raconter cette fiction afin de tenircompte de la pudeur quexige ce type dexerci-ce. Le roman est commis aussi bien pour unlecteur moyen quun lecteur plus technique etplus rigoureux. Ce serait dommage de com-mettre une œuvre pour un public précis sur-tout quil est nest pas thématisé. Cest unouvrage que je serai heureux de voir inscritdans les manuels scolaires du continent etsingulièrement de mon pays la Côte dIvoire.Ce serait plus quun prix.Quels enseignements doit-on tirer de lhistoi-re relatée dans le roman?Ce roman, loin dêtre une autobiographieraconte ma manière dobserver la vie, avecrigueur et humilité à travers laventure trucu-lente du caïman. L’expérience du caïman dansle monde des humains et son impressionnantparcours initiatique au milieu des gamins quideviennent ses amis par dépit, reste long-temps en mémoire après quon a refermé lelivre parce quil évoque aussi cette initiation àla vie à laquelle lon est en permanence sou-mis, parce quau fil du temps, nous apprenonsdes choses nouvelles dans nos différents par-cours.Quel message Ephrem Youkpo souhaite-ilvéhiculer à travers son œuvre?(Rire!) Cest un ouvrage que je considère pourchacun de nous comme un cahier de route denos vies diverses parce que chacun de nous aplusieurs vies. Je préfère laisser le lecteur sefaire une idée personnelle du message quil enressortira. Vous savez, on ne peut dicter unemorale objective ou un message objectif entant quauteur de son œuvre, ce serait absur-de, on peut par contre tracer les grandes idéescomme je lai fait afin de mettre le lecteur surla voie de ce qui lattend dans le roman.>>>>>>
  18. 18. 18 My School #09 / MARS 2013Pourquoi avoir choisi décrire un roman aulieu dun autre genre littéraire?Cela fait maintenant un bon moment que jypensais, je dirais depuis ladolescence où lavocation a pris tout son sens parce que cestlâge auquel survient le sentiment de rébel-lion, il me fallait donc franchir le pas. Voussavez, devenir écrivain cela ne simprovise pas,cest comme chanter, danser ou peindre. Pourpasser du désir décrire à la publication, il y acependant plusieurs étapes à franchir. A ladifférente de la poésie, du pamphlet, etc. leroman permet de se raconter ou raconter sonenvironnement, cest aussi une forme de dé-couverte de soi, et surtout satisfaire lenvie detranscrire sur papier tout ce que lon ressent.Le fait décrire donne un sentiment de liberté,il permet de sévader en restant sur place. Leroman procure ce sentiment voilé de labou-tissement dun projet qui a été réfléchi. Cesont de grands moments de plaisir et de satis-faction, que me procure cette exaltante aven-ture tout en étant préparé aux difficultés etaux plaisirs à y rencontrer. Cest une nouvellepage de mon histoire personnelle qui démarrepar ce roman.Etes-vous satisfait? Participez-vous à des prixlittéraires?Vous savez, le travail pour devenir écrivain estlong mais tellement enrichissant, mais je suissatisfait du retour des lecteurs et de la bonnecritique littéraire autour de mon premier ro-man là où les caïmans se couchent qui a étésélectionné dès sa sortie pour le PRIX ORANGEDU LIVRE 2012, et pour le PRIX DES CINQCONTINENTS, pour le GRAND PRIX DAFRIQUEet lensemble des prix dans la section littératu-re de l’Académie Française. Je ne peux que leconseiller aux étudiants et lycéens qui y dé-couvriront un vrai panache de style et de lyris-me.>>>Réalisé par Mikeylange Archange
  19. 19. My School #09 — MARS 2013 19RésuméDans la mythologie africaine, un pacte liait les Hommes aux animaux. Mais depuis uncertain temps, ce pacte a volé en éclats. Les hommes viennent déranger les animauxlà où ils se couchent…Un caïman décide de se rendre dans leur monde. Il veut leur parler les yeux dans lesyeux et particulièrement à leur chef. Il sollicite donc laide du sorcier de sa tribu quilui permet darriver à ses fins. Une fois dans le monde des humains, il y découvre lesincohérences, la fragilité, la puissance et la voracité qui les caractérisent.Mais bon... Il se retrouve dans la peau dun enfant, un badaud à la dégaine piteusequi ne mérite point dégards aux yeux des adultes.Excellent ouvrage, emprunt dhumanisme. A travers laventure du caïman, EphremYoukpo égrène avec finesse et dextérité les fondements de la société : le respect desvaleurs, laspiration à la liberté, le droit à lamour et à la force du destin.Source: africultures.comAuteur : Ephrem YoukpoEdition : EYO EditionsPays dédition : FranceISBN : 978-2917641002Genre : romanPrix : 13.00 EURParution : septembre 2012Présentation du livre
  20. 20. 20 My School #09 / MARS 2013Aujourd’hui plus que jamais, Trop de gens se laissent abattre par les problèmes de lavie quotidienne*. Ils passent leurs journées à lutter, à gémir, et à avoir une multitu-de de ressentiment contre le mauvais sort qui les accable ou les insuccès qu’ils ren-contrent dans leur vie, leurs activités, disent-ils. Oh ! Quelle malchance ! Je suis maudit,je suis incapable d’obtenir ou de faire telle ou telle chose, Oh, quand tu es né pauvre,handicapé physique, etc.. Voici les mots utilisés au-devant de l’adversité, du défi par cer-tains Hommes.Il est regrettable que tant de gens se laissent terrasser par les problèmes, les soucis et lesdifficultés de l’existence. Il ne s’agit pas d’ignorer ou de minimiser les épreuves et lestragédies de ce monde, mais plutôt de les empêcher d’avoir une emprise totale sur vous-même.Si vous apprenez à les chasser de votre esprit, à vous en détacher, vous franchirez desobstacles insurmontables. Il vous sera possible de bâtir et préserver votre bien être etvotre bonheur.« ON LES RECONNAITRA PARLEUR FRUIT »SUCCESS ROAD>>>De ton AttitudeDe ton Attitudedépendra ton Altitudedépendra ton Altitude
  21. 21. My School #09 — MARS 2013 21>>>Devenir l’artisan de son propre bonheurL’artisan est une personne qui exercepour son propre compte une œuvre artis-tique, de développement personnel, so-ciale, familiale, économique, etc…A l’œuvre, on connait l’artisan. En effet,les gens sont les artisans de leur proprebonheur ou malheur. Notre bonheur ounotre malheur dépend en grande partiedes pensées que nous cultivons. Nouscréons notre malheur si nous avons despensées tristes, si nous nous enlisonsdans nos habitudes, si nous pensons querien ne peut aller bien, que certaines gensne méritent pas ce qu’elles ont, et quenous n’avons pas ce qui nous est dû. No-tre malheur s’accroit lorsque nous som-mes plein de rancune, de pensées néfas-tes et de haine. La fabrication du malheurfait toujours appel à la peur et à l’inquié-tude. Cependant si nous gardons notrecœur joyeux, c’est-à-dire prendre l’habi-tude du bonheur, la vie sera une perpé-tuelle fête où nous pourrons pleinementprofiter de chaque instant. L’Habitude dubonheur s’acquiert en pensant positif**.Celui qui veut aller loin doit ménager samontureUn des plus grands devoirs de l’hommeest de se maintenir toujours en état d’ac-complir tout ce dont il est capable, dedonner tout ce qu’il peut donner, danstous les domaines, afin d’exercer la meil-leure influence possible.La santé parfaite dépend del’équilibre parfait entre lecorps et l’esprit.>>>
  22. 22. 22 My School #09 / MARS 2013Pour y parvenir, il doit d’abord se maintenir en parfaite santé : or, la santé parfaite dé-pend de l’équilibre parfait entre le corps et l’esprit, d’une vigueur physique intacte, d’u-ne harmonie intérieure absolue, et d’une attitude mentale si ferme que rien ne puisse latroubler. Ce ne sont pas les forces que nous utilisons qui nous dépriment et abrègentnotre vie, mais celles que nous gaspillons. Des millions de personnes ne réussissent pasdans la vie parce qu’elles ont ruiné leur santé, leur capital le plus précieux, en vivantdans le plaisir et la dissipation. Beaucoup de personnes traversent la vie. Leur énergie etleur ambition diminuent ; leur initiative disparaît, leur enthousiasme décroît, leur forcede volonté défaille, leur intelligence s’émousse.Toutes leurs facultés ne donnent que leur minimum, au lieu de fournir leur maximum,parce qu’elles ont négligé leur santé ou ruiné de quelque autre manière leur force vitale.Le plus précieux capital d’un homme consiste dans les réserves de forces, de vitalité,qu’il dépose à la banque de la santé, et il n’y a rien qui mène plus vite un homme à labanqueroute physique que la négligence de sa santé***.Heinand Amoi*Norman Vicent Peale, la Puissance de la Pensée Positive**Norman Vicent Peale, la Puissance de la Pensée Positive***Orison Swett Marden, Comment Établir l’Harmonie Entre le Corps et l’Esprit>>>
  23. 23. My School #09 — MARS 2013 23Pour 2013, la Mauritanie et le Maliont pris une résolution. Depuis le1er janvier, la production, la com-mercialisation et l’usage de sachets plasti-que sont désormais interdits. Une mesurequi fait de l’Afrique le continent le plus ré-pressif envers ces sacs nocifs pour l’envi-ronnement. La Tanzanie, l’Ouganda, l’Afri-que du Sud et le Kenya ont d’ores et déjàbanni les sachets de petite taille. Plus radi-caux, le Rwanda et la Somalie les ont, quantà eux, totalement interdits.La mesure dinterdiction prévoit des peinesde prison ferme pouvant aller jusquà un anet des amendes atteignant un million dou-guiyas (2 500 euros) pour les fabricants,importateurs et utilisateurs de sachets plas-tiques, a affirmé lAgence mauritaniennedinformation (AMI), citant le ministre mau-ritanien de lEnvironnement, Amedi Cama-ra.En cause : les effets nocifs des sacs en poly-éthylène sur l’environnement. Ces derniersont même été qualifiés de "fléau désas-treux" et de "menace à la santé publique"par les autorités maliennes. Au Mali juste-ment, comme ce fut le cas au Bangladesh -premier pays abolitionniste en la matière -les sachets jetés dans la nature bloquent lessystèmes d’évacuation, entraînant desinondations dans les villes.Extrait d’un article de Sophie Pilgrim, France 24LE SAVIEZ-VOUS?Nouveaux Horizons a pris les devants en proposantdes sacs écolo en coton, à garder à vie !
  24. 24. 24 My School #09 / MARS 2013>>>Métier d’AvenirUn paysagiste est donc est un artisan quiconçoit et embellit l’extérieur d’une mai-son ou d’un lieu public. Il peut être unpeintre, un jardinier, un artiste créant despaysages, un scénographe, un profession-nel des espaces verts, un architecte-paysagiste ou encore un ingénieur.Complémentaire et partenaire des autresmétiers de la conception et de la maitrised’œuvre-écologique, ingénieur en paysa-ge, architecte, urbaniste-partageant dessavoir-faire avec l’un ou l’autre, le paysa-giste concepteur ne se confond pour au-tant avec aucun de ces métiers. Son savoir-faire n’est pas seulement technique, puis-qu’il sait intégrer la dimension subjective,culturelle et sociale du paysage, et mettreen œuvre sa propre créativité.La profession de paysagiste se situe à lacharnière des préoccupations d’aménage-ment de l’espace entre environnement etarchitecture. Sa spécificité vis-à-vis del’environnement se situe dans son aptitu-de à intégrer la dimension subjective,culturelle et sociale du paysage, et à met-tre en œuvre sa propre créativité. Lepaysagiste doit accroître l’équilibre et ladiversité de l’environnement, mais, pource qui le concerne, à travers une démar-che de création. (Développement dura-ble).Le paysagistePlus souvent à son bureau que sur le terrain, cet architecte de lanature dispense son art en libéral ou en entreprise artisanale.Peut être considéré comme paysagiste tout artisan qui crée dansle domaine du paysage.
  25. 25. My School #09 — MARS 2013 25La gestion du paysage n’est pas le fait duhasard : au-delà et autour de la pratiqueagricole les paysagistes analysent et gè-rent les mutations, opèrent les transfertsde repères.Les atoutsLes atouts de la profession vis à vis de l’a-ménagement de l’espace en sont :● La prise en compte de l’histoire, de laculture, de l’économie, du social ;● La réflexion sur les enjeux de l’évolu-tion prévisible ;● La performance à établir sur un projetglobal ;● L’aptitude au diagnostic et au conseil ;● Une profession fondée sur la coordina-tion, l’ouverture, la préconisation, base dudéveloppement économique de la sphèrepaysagère.Carine Leka>>>Baromètre■ Niveau d’étudesBAC + 4 et plus■ Qualités réquises- Créativité- Sens de l’organisation- Autonomie- Résistance physiqueLe paysagiste estau végétal ce quel’architecte est au béton. Ses matériauxsont les fleurs, les arbres et le gazon.Il pense les espaces verts et met en scènearbres, plantes, fleurs et même espacesaquatiques, roches et matériaux divers.Ses chantiers sont variés, de l’aménage-ment d’un jardin privé à la création d’unparc urbain, en passant par la réhabilita-tion d’un quartier, l’aménagement d’uneautoroute, ou la création d’un terrain desport.
  26. 26. 26 My School #09 / MARS 2013Nous assistons à une floraison de concepts tout à faitinnovants, grâce aux progrès réalisés dans le domainedes technologies et de l’information, et singulièrementdans le domaine informatique.Toutes ces idées novatrices en matière de TIC permettent enplus de l’implémentation de nouveaux services, une redéfini-tion de nos usages quotidiens.C’est dans ce créneau que s’inscrit la technique de sauvegar-de d’information en ligne , l’une des plus récentes, mais pour-tant assez méconnue des utilisateurs.La sauvegarde de donnéesen ligne: une nécessitéNouvelles Technologies>>>
  27. 27. My School #09 — MARS 2013 27La sauvegarde en ligne est une sorte deCloud computing, anglicisme désignantl’obtention de service par Internet.Le mot "Cloud" signifie "nuage" en anglaiset correspond à limage généralementutilisée dans le monde informatique poursymboliser le réseau Internet.Cependant quel intérêt y a-t-il à sauvegar-der des données en ligne ? Autrement dit,est-ce une nécessité de garder des infor-mations personnelles via internet, ce vasteréseau mondial ?Toutes ces appréhensions semblent légiti-mes et fondées surtout que nous sommesdans un monde où la révolution technolo-gique nous oblige à la prudence et à la sé-curisation de la moindre donnée person-nelle afin d’éviter tout désagrément.Paradoxalement, ce sont ces précautionsqui nous emmènent à réfléchir sur cettequestion de sauvegarde de données enligne. En effet, qui parmi nous n’a jamaiségaré de supports amovibles (clé USB, cdou disquette) contenant de précieuses in-formations ? Dans le cas extrême, c’estl’ordinateur qui est complètement détruitsuite aux attaques de virus informatiques,de sinistres ou même d’un crash du disquedur… Le malchanceux se contentera d’uneperte par agression ou vol ! Une minorité àpriori, tant les exemples sont légions.>>>>>>
  28. 28. 28 My School #09 / MARS 2013>>>Face à toutes ces raisons, la sauvegarde enligne représente un palliatif. Ainsi, partantde l’idée qu’il est judicieux de sauvegarderses données en plusieurs endroits pouréviter toute perte et que l’utilisation desupport physique n’est pas pérenne, lasauvegarde en ligne constitue une solu-tion optimale.En effet, elle consiste à sauvegarder toutedonnée personnelle ou professionnelle surdes serveurs distants, sécurisés de maniè-re automatique. Ce type de sauvegarde nenécessite aucune intervention humainecontrairement aux solutions sur bandes oudisque.Fonctionnement :Dabord, il n’est point nécessaire dacheterde matériel supplémentaire. La sauvegar-de en ligne commence par un logiciel àtélécharger et à installer sur l’ordinateur.Ensuite, ce logiciel recherchera continuel-lement les fichiers nouvellement crées oumodifiés. Il copie alors, crypte, et transfè-re les données vers des serveurs distantsoù ces fichiers sont stockés. Les fichiersoriginaux restent sur l’ordinateur. Si lefichier original est endommagé par unvirus, ou écrasé par accident, l’on peut entélécharger une copie depuis le serveur àdistance.>>>
  29. 29. My School #09 — MARS 2013 29>>>
  30. 30. 30 My School #09 / MARS 2013>>>La sauvegarde de données en ligne s’ap-puie principalement sur deux (2) technolo-gies :Le logiciel : il permet de définir le type dedonnée à sauvegarder et la fréquence dessauvegardes. La plupart sont ouverts, cest-à-dire compatibles sur tous les environne-ments : Windows, Linux, MacLes serveurs distants stockant les donnéescryptées.Les points sombres :Comme toute technologie, sauvegarderdes données via internet est risqué. Plu-sieurs raisons l’attestent. Ce sont :1/La pérennité des sites de sauvegardeLa sauvegarde en ligne est une industrieen pleine croissance et même si de nom-breuses entreprises ont commencé à offrirce service, avons-nous l’assurance quel-les seront toujours en activité d’ici un an?L’espace allouée est limitée pour les sitesproposant la gratuité. Ce qui n’est pas aisélorsque l’on dispose de données volumi-neux.2/Les problème liés à la sécurisation desdonnées.Le minimum est que les données soientcryptées et transportées via uneconnexion réseau sécurisée avant d’êtrestockées dans un centre de donnée sécuri-sé.En conclusion, retenons que la sauvegardeen ligne est une méthode simple et effica-ce pour sauvegarder les fichiers de notreordinateur. Cette technique, en plus d’of-frir un confort permet de mettre les don-nées à labri en cas de vol, inondations,incendies, ou encore de crash de disquedur.Cependant, vu le nombre élevé de pro-duits disponibles aujourdhui sur le mar-ché, il est judicieux de tenir compte decertains critères afin de faire le meilleurchoix.Hans-Elisabeth
  31. 31. My School #09 — MARS 2013 31
  32. 32. 32 My School #09 / MARS 2013

×