#07 - Février 2012Optimisez les bonusavec une copie propreSCHOOL LIFEFORMATIONApprendre à oserle mag de la vie scolaireDOS...
2 My School #07 / FEVRIER 2012Quatre grandes thématiques constitueront le cœur de la programmation du Forum• L’usage du fr...
My School #07 — FEVRIER 2012 3ÉditorialNuméro 07- Février 2012Écrire, c’est dévoilersa personnalitéQui n’a jamais été pris...
4 My School #07 / FEVRIER 2012NOTRE ÉQUIPEMy School ● Février 2012 ● #07Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publi...
My School #07 — FEVRIER 2012 5Testez vosconnaissancesen culturegénérale24Actualité Scolaire InterSommaireFévrier 2012SCHOO...
6 My School #07 / FEVRIER 2012Actualité Scolaire InterChris Whitehead est en quelque sorte un héros enGrande-Bretagne : il...
My School #07 — FEVRIER 2012 7Selon une étude del’université américai-ne de Rhode Island,l’usage mal géré dutéléphone port...
8 My School #07 / FEVRIER 2012Les universités alle-mandes du Bade-Wurtemberg générali-sent les tests d’aptitu-de en ligne ...
My School #07 — FEVRIER 2012 9
10 My School #07 / FEVRIER 2012SCHOOL LIFEPrésentation de votre copie:OPTIMISEZles bonus
My School #07 — FEVRIER 2012 11Premier contactLa première impression doitêtre bonne. C’est la raisonprincipale pour laquel...
12 My School #07 / FEVRIER 2012Des phrases simplesRédigez clairement en langagecourant en faisant des phrasescourtes. C’es...
My School #07 — FEVRIER 2012 13SUCCÈS (n.m):Résultat heureuxobtenu dansune entreprise,un travail,une épreuvesportive...Ex:...
14 My School #07 / FEVRIER 2012DOSSIERPourquoiPourquoiPourquoi écrit-onavec tant de fautes?
My School #07 — FEVRIER 2012 15LES FAUTES D’ORTHOGRAPHE :UN MAL UNIVERSEL ?Le fléau ne concerne plusseulement les jeunes. ...
16 My School #07 / FEVRIER 2012>>>Il y’a quelques semaines, j’aidécouvert sur Facebook ungroupe dénommé : « Sauvezl’orthog...
My School #07 — FEVRIER 2012 17Un manque de lectureSelon mon aîné, la principalecause de ce phénomène seraitle mépris de l...
18 My School #07 / FEVRIER 2012Des solutions?Plusieurs solutions sont envisa-geables ici, selon nos interlocu-teurs. En pr...
My School #07 — FEVRIER 2012 19Téléchargez gratuitementle premier Hors-sériede Caric-actu surwww.caric-actu.com
20 My School #07 / FEVRIER 2012>>>L’orthographe est l’une desdisciplines les plus impor-tantes de la vie scolaire.Personne...
My School #07 — FEVRIER 2012 21>>>La complexité de l’orthographede certains mots est certaine-ment une source de difficult...
22 My School #07 / FEVRIER 2012Apprendre à oseravec HEC-ParisL’Association des diplômés du Groupe HEC-Paris, résidant enCô...
My School #07 — FEVRIER 2012 23Rehaussée par la présencedu Ministre ivoirien de laPoste et des TIC, MonsieurBruno N. Koné,...
24 My School #07 / FEVRIER 2012FORMATION« Apprendre à oser...commentcomprendre cela?»Le slogan de HEC « Apprendre à oser »...
My School #07 — FEVRIER 2012 25C’est un slogan très spécifique à HEC et qui montre bien la nature et l’étatd’esprit dans l...
26 My School #07 / FEVRIER 2012Photo de groupe de toutes les classes de 3èmedu Lycée Sainte Marie de Cocody (Abidjan) - An...
My School #07 — FEVRIER 2012 27Mini QuizzTestezvos connaissancesOn écrit:RaccommoderRaccomoderRacommoderEmmanuelle:Rappell...
28 My School #07 / FEVRIER 2012>>>Métier d’AvenirContrôle avant le décollageLe travail des hôtesses delair et des stewards...
My School #07 — FEVRIER 2012 29Les services aux passagersPendant le vol, leurs principalestâches demeurent la distribu-tio...
30 My School #07 / FEVRIER 2012Nouvelles TechnologiesFermeturedeLe département de Justice des Etats-Unis a décidé, le 19 j...
My School #07 — FEVRIER 2012 31
32 My School #07 / FEVRIER 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

My School #07 Février 2012

320

Published on

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
320
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "My School #07 Février 2012"

  1. 1. #07 - Février 2012Optimisez les bonusavec une copie propreSCHOOL LIFEFORMATIONApprendre à oserle mag de la vie scolaireDOSSIERPourquoi écritPourquoi écrit--ononavec tant de fautes?avec tant de fautes?NOUVELLES TECHNOLOGIESLa fermeture de megaupload en 3 points
  2. 2. 2 My School #07 / FEVRIER 2012Quatre grandes thématiques constitueront le cœur de la programmation du Forum• L’usage du français dans le monde de l’économie, du travail et de l’éducation• La culture perçue par le prisme de la littérature, du cinéma, de la chanson,des médias et plus encore• La place de la langue française dans l’univers numérique et du Web 2.0• La diversité linguistique et le défi de la coexistence du français avec les autreslanguesRendez-vousau Québecdu 2 au 6 juillet 2012!Renseignez-vousdès aujourd’huien consultantle forumfrancophonie2012.org
  3. 3. My School #07 — FEVRIER 2012 3ÉditorialNuméro 07- Février 2012Écrire, c’est dévoilersa personnalitéQui n’a jamais été pris au piège desfautes d’orthographe ? Elles nouséchappent, elles nous trahissent,elles nous trompent. Elles affectentparfois notre réputation et suscitentdes critiques acerbes à notre endroit.Pourtant, il faut un peu de méthode etd’application pour les éliminer pro-gressivement de nos écrits.L’environnement numérique actuel,dominé par les modes de communica-tion rapide (tchat, sms), enfonce da-vantage les jeunes dans la culture del’écriture facile et incorrecte. Nousvivons à l’ère du temps qui court. Ducoup, l’idée conçue depuis le cerveause retrouve sérieusement amaigrie,abrégée et simplifiée ( ?) quand ellearrive au bout des doigts, qui ont lalourde responsabilité de l’imprimer.Entre initiés, le message passe bien etla communication est bonne. Mais cetype de communication connait évi-demment ses limites.Vous avez un devoir à rendre, vousdevez rédiger un courrier administratifou une lettre de motivation, ou enco-re présenter un CV pour une demanded’emploi, il vous faut retranscrire vosidées avec les mots justes et les ac-cords parfaits.Un texte bien écrit est agréable à lire.Ecrire, c’est partager une partie de soi-même. C’est aussi oser dévoiler sapersonnalité. Il n’y a que celui quin’entreprend rien qui ne fait pas d’er-reur. Et les erreurs existent afin qu’onpuisse les mener à la perfection.Alors, osez apprendre à écrire correc-tement. Vous en tirerez un grand bé-néfice.Dans ce numéro, vous allez apprendreà oser avec ceux qui l’ont déjà fait.Des diplômés de la prestigieuse HEC-Paris qui ont accepté de nous livrer lesecret contenu dans le slogan de leurécole : Apprendre à oser.Un conseil : ne négligez aucun motcontenu dans leurs propos. L’excellen-ce est bien contagieuse.Mikeylange Archange
  4. 4. 4 My School #07 / FEVRIER 2012NOTRE ÉQUIPEMy School ● Février 2012 ● #07Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publication: Michel DJE BiRédacteur en chef: Mikeylange ArchangeOnt participé à la rédaction:Macaire Etty, Nelly Opéli,Kevin Séssé, Mikeylange ArchangeDocumentation:Carine Leka (Maroc),Claude Emmanuelle Yapo (Québec)Conception graphique:MSRévision: Alfred VaniéPromotion en ligne:Jean-Rodrigue Kassi (Québec),Jean-Cyrille Allou (Côte d’Ivoire)Site web: www.myschoolmag.comAdministration web: AlldenyDiffusion: gratuiteDépôt légal: en coursMy School est partenaire des Éditions Epicureet des magazines Epicure Vivre au Collège &Épicure Vivre au Lycée – Téléchargeablesur www.editions-epicure.com -Actualités à retrouver sur www.keek.fr.
  5. 5. My School #07 — FEVRIER 2012 5Testez vosconnaissancesen culturegénérale24Actualité Scolaire InterSommaireFévrier 2012SCHOOL LIFE10Optimisez les bonusQuelle que soit la discipline,un devoir propre et soigneuxattire l’attention du correcteur.3 Éditorial614162027FORMATION22Pourquoi tant de fautes?2830Sauvez l’orthographeMini QuizzNouvelles TechnologiesFermeture de MegauplaodRaisons et conséquences.Métier d’AvenirL’hôtesse de l’airApprendre à oserLa responsabilité collective Comment comprendre« Apprendre à oser »?
  6. 6. 6 My School #07 / FEVRIER 2012Actualité Scolaire InterChris Whitehead est en quelque sorte un héros enGrande-Bretagne : il est nommé parmi les gens suscep-tibles de recevoir le prix des Droits de l’Homme, caté-gorie « jeunes ». Tout ça parce qu’il est arrivé à son école en jupepour dénoncer l’interdiction faite aux garçons de porter des shortspendant l’été. La jupe serait-elle l’avenir des droits de l’homme ?Brèves, insolites, utiles,inutiles, tout ce qui sepasse dans les écolesd’ailleurs...Selon une étude menée en France, 92 %des parents sont amis avec leurs enfantssur Facebook. L’occasion de garder un œilsur les agissements de leurs progénitures.55% des parents font cet « ajout » afin des’assurer que les jeunes font bien leurs de-voirs au lieu de surfer sur le web, 40% lefont pour la « sécurité » de leur enfant, et15% disent le faire par « simple curiosité ».Mais 43% des parents regarderaient le murde leur progéniture chaque jour ! Sachantque 72% des parents connaitraient le motde passe du compte de leur enfant…Quand les parents gardentun œil sur leurs enfants
  7. 7. My School #07 — FEVRIER 2012 7Selon une étude del’université américai-ne de Rhode Island,l’usage mal géré dutéléphone portable prive enmoyenne les étudiants de 45 minu-tes de sommeil hebdomadaire. Carsoit ils n’éteignent pas leur appa-reil et sont réveillés par des appelsou des SMS, soit (rarement) ils l’é-teignent et vivent alors dans l’an-goisse de louper quelque chose, cequi les empêche aussi de dormir.Ces 45 minutes en moins s’ajou-tent aux deux heures quotidiennesd’insuffisance de sommeil qui estle lot des étudiants américains etpeut conduire à la dépression. Glo-balement, les étudiants les plustechnophiles sont aussi les plus an-xieux et dépressifs. Le progrès n’u-se que si l’on s’en sert.Le très sérieux quotidienLa Tribune a signalé lemois dernier que le gou-vernement sud-coréenavait instauré un « couvre-feu électroni-que » interdisant l’accès aux serveurs descafés Internet aux moins de 16 ans aprèsminuit. Il faut dire que là-bas, les adossont méchamment accros à la vie online.Pour sa petite amieil renonce à un emploichez FacebookWim est l’un des rares Euro-péens à avoir tapé dans l’œildu géant américain. A la find’un stage, Facebook proposeun vrai contrat au privilégiémais le jeune informaticienpréfère décliner l’offre mêmesi celle-ci lui tenait à cœur.En effet, tout est question depriorité et de choix : sa copi-ne, étudiante en médecine, luimanquerait trop s’il partait etcelle-ci n’aurait pas la possibi-lité d’immigrer aux Etats-Unis,le pays ne reconnaissant passon diplôme.Entre sa copine et son travail,le jeune homme sait plutôt cequ’il veut ! Ne dit-on pas quechoisir c’est renoncer ?
  8. 8. 8 My School #07 / FEVRIER 2012Les universités alle-mandes du Bade-Wurtemberg générali-sent les tests d’aptitu-de en ligne avantl’inscription des étudiants, pourtenter de remédier aux aban-dons en cours d’études fauted’une bonne orientation – prèsdu quart des étudiants teutonsabandonnent en cours de route.«Il s’agit d’une procédure d’o-rientation qui permet à l’étu-diant, à l’issue d’un question-naire de soixante minutes, desavoir s’il est fait ou non pourles études choisies», selon Rei-ner Fuest, directeur du départe-ment marketing et managementde la connaissance à l’universitéAlbert-Ludwig de Fribourg.Actualité Scolaire InterLes universités britanniques vont devoir supprimer plus de 5000cours l’an prochain suite à la baisse des moyens fournis par l’État(-10%) et parce que, avec l’augmentation des droits d’inscription à9000 livres, elles ne peuvent plus se permettre de maintenir descours dont le ratio «utilité-prix» n’est pas satisfaisant. C’est 12%de cours en moins : 43360 cette année contre 38147 l’an prochain.Les universités sont désormais comme des supermarchés : si ça nese vend pas, on supprime des rayons. Bientôt des cartes de fidélitépour ceux qui redoublent ?Le ministre ivoirien de l’Enseigne-ment supérieur a invité les étu-diants des Universités de Cocody etd’Abobo-Adjamé, (fermées depuisla crise post-électorale de2011,ndlr), à se pré-inscrire à lamairie de Cocody (Abidjan) du 26janvier au 7 février 2012, en vuede participer à l’embellissementde leurs institutions. Cet appel asuscité l’indignation d’une partiedes étudiants, qui refuse de jouerles maçons.
  9. 9. My School #07 — FEVRIER 2012 9
  10. 10. 10 My School #07 / FEVRIER 2012SCHOOL LIFEPrésentation de votre copie:OPTIMISEZles bonus
  11. 11. My School #07 — FEVRIER 2012 11Premier contactLa première impression doitêtre bonne. C’est la raisonprincipale pour laquelle vousdevez impérativement veiller àsoigner la première page de vo-tre copie. Pas de fantaisie, ici,allez à l’essentiel. Pas de ratu-res aussi.Choix de l’encreOptez pour une encre foncée.Généralement, c’est le stylobleu qui est utilisé. Vous avezaussi la possibilité de donner unair d’originalité à votre devoiren travaillant au stylo noir. Ce-pendant, il est fortement dé-conseillé de multiplier les cou-leurs.Copie propre = bonusDémarquez-vous par une écritu-re claire et soignée. Votre copiedoit être lisible du premier couppar nimporte qui et pas seule-ment par vous ! Aérez en sau-tant des lignes chaque fois quecela est nécessaire. Espacezchaque réponse, séparez nette-ment les parties. Distinguez lestitres et sous-titres (retraits, nu-mérotation, lettres capitales).>>>Quelle que soit la discipline, undevoir propre et soigneux attirel’attention du correcteur. Unebonne présentation rapportetoujours un bonus ou l’indulgen-ce du professeur.Suivez les astuces et conseils deMy School mag.
  12. 12. 12 My School #07 / FEVRIER 2012Des phrases simplesRédigez clairement en langagecourant en faisant des phrasescourtes. C’est un réel plaisir delire un texte cohérent, compré-hensible et qui respecte l’or-thographe. Soyez donc attentifà lenchaînement compréhensi-ble de votre démonstration etde vos idées. Prenez soin d’in-diquer les intitulés de vos par-ties et nomettez pas les liai-sons ("or", "donc", "en effet"...).Se défaire des SMSIl est aussi important de ne pastomber dans le piège du langa-ge abrégé (sms), le style télé-graphique ou les énumérations.N’abusez pas des abréviations,symboles et conventions dansles phrases rédigées. Pour faci-liter la lecture ne négligez pasla ponctuation. Une virgule malplacée et voilà le sens de laphrase qui prend un coup.Mikeylange ArchangeEvitez l’usage abusif de soulignements.Respectez une marge suffisante pour la correction.N’hésitez pas à aller à la feuille suivante. Cela ne rendrajamais votre copie juste mais votre présentation reflète la clartéde votre réflexion !Quand vous avez fini, prenez toujours le temps de relire votrecopie. Vérifiez la bonne numérotation des questions, des titresdes parties et de vos feuilles. Trouvez le bon compromis entreefficacité et propreté.>>>Les plus pour avoirune copie qui attire les points
  13. 13. My School #07 — FEVRIER 2012 13SUCCÈS (n.m):Résultat heureuxobtenu dansune entreprise,un travail,une épreuvesportive...Ex: My School magazine vous montrele chemin du succès.Avec My School magazine,vous ne réussirez plus par hasard.
  14. 14. 14 My School #07 / FEVRIER 2012DOSSIERPourquoiPourquoiPourquoi écrit-onavec tant de fautes?
  15. 15. My School #07 — FEVRIER 2012 15LES FAUTES D’ORTHOGRAPHE :UN MAL UNIVERSEL ?Le fléau ne concerne plusseulement les jeunes. Dujeune apprenant à l’intel-lectuel, tout le monde s’estlaissé contaminer par la mala-die. On écrit les mots avecinadvertance, sans aucuneconcentration. On les massacre,on les écrit comme on veut. Li-re un courrier d’un élève oud’un étudiant est une torturepour tous les experts de la lan-gue, tant il est hérissé de fau-tes. Dans la presse écrite, il estaujourd’hui difficile de tombersur une page qui n’a pas sa col-lection de fautes d’orthogra-phe. Pour certains esprits, lesfautes les plus graves sont cel-les qui relèvent de la grammai-re. Ceux là considèrent les fau-tes d’orthographe comme mi-neures. Ainsi, ils tolèrent tousceux qui ne se soucient pas dela norme orthographique. Il ar-rive même de retrouver desfautes de ce type dans des ou-vrages comme des romans.D’où vient le mal ? Que fairepour l’éviter ?Voici des questions qui intéres-sent nos élèves et étudiants.Pour l’apprenant, écrire dansune langue correcte, respec-tueuse de l’orthographe est unenécessité. Nous allons ensembleessayer de diagnostiquer le malen vue de lui trouver une théra-pie.Macaire Etty
  16. 16. 16 My School #07 / FEVRIER 2012>>>Il y’a quelques semaines, j’aidécouvert sur Facebook ungroupe dénommé : « Sauvezl’orthographe, mangez unjeune ».Ce groupe au nom anecdoti-que, se fondant sur le constatque les jeunes éprouvent d’é-normes difficultés orthographi-ques, rassemble un peu plusd’un millier de personnes.Comme les initiateurs de cegroupe, je me suis posé laquestion suivante : pourquoiécrivons-nous avec tant de fau-tes ?Pour attaquer le sujet, il étaitimportant que j’obtienne despoints de vue de personnes demon entourage. J’ai d’abordposé la question à un institu-teur, ensuite à un ainé puis fi-nalement à un ami étudiant enlettres modernes.Le mépris de la dictéeL’instituteur dénonce le méprisde la dictée scolaire et laculture de la légèreté. Pourlui, la dictée scolaire, créneauidéal d’apprentissage et deperfectionnement de la langue,est mise à mal. La pratique decette activité n’est plus régu-lière dans nos écoles et les fau-tes sont de moins en moinssanctionnées. Il décrit égale-ment la culture de la légèretéet le niveau d’exigence terri-blement bas au regard, notam-ment de ce qui était demandé,il y a quelques années. Ainsi,l’on voit des jeunes, aller ducollège à l’université, trainantdans leurs cartables les mêmeslacunes.Sauvezl’orthographe
  17. 17. My School #07 — FEVRIER 2012 17Un manque de lectureSelon mon aîné, la principalecause de ce phénomène seraitle mépris de la lecture. Il ajou-te que les jeunes développent,ce qu’il qualifie lui-même de «dépendance chronique » à l’é-gard des technologies de l’in-formation et de la communica-tion. Ainsi nous sommes plusintéressés par Internet et parnos téléphones portables quepar nos petits bouquins. Parexemple, à cause du correc-teur d’orthographe installé surles ordinateurs, les jeunesn’ouvrent plus le dictionnaire.L’abus d’InternetL’étudiant, quant à lui, y voitprincipalement le résultat del’utilisation abusive des tech-nologies de l’information et dela communication : Internetavec les réseaux sociaux et lesblogs. Pour lui, Internet favori-se l’illettrisme des jeunes àtravers messageries instanta-nées et la culture de l’abrévia-tion. Même argument en ce quiconcerne l’utilisation des télé-phones portables avec les sms.1.InfinitifCette erreur concerne plus les verbes du premier groupe en er dont le partici-pe passé prend la terminaison é au masculin singulier.2.HomophonesQuand le fan de langage SMS écrira « C 2M1« , d’autres écriront « ces de-main » ou « ses demain ».3. AccordsQuand les gens parviennent à trancher entre l’infinitif et le participe passéd’un verbe, se pose alors le problème de l’accord.4. OrthographeQu’elles soient dues à la saisie rapide, à la dyslexie ou à la méconnaissancedu mot, elles sont très courantes malgré la présence de correcteurs.4 types de fautes de français les plus courantestypes de fautes de français les plus courantestypes de fautes de français les plus courantestypes de fautes de français les plus courantes>>>>>>
  18. 18. 18 My School #07 / FEVRIER 2012Des solutions?Plusieurs solutions sont envisa-geables ici, selon nos interlocu-teurs. En premier lieu, unemeilleure politique de la lectu-re. Ce qui passe par l’organisa-tion d’ateliers d’écriture, lapromotion des bibliothèquesmobiles afin de faciliter l’accèsdes ouvrages aux nombreuxjeunes qui n’ont pas accès auxbibliothèques par manque demoyens. Il faut ajouter à cela,une meilleure intégration de lalecture dans les programmesscolaires et dans les activitésculturelles dédiées aux élèves(exemple : Vacance Culture).Il faut également insister surl’importance de la dictée sco-laire en la rendant obligatoireau collège et même au lycée.Des activités utilesEnfin, l’organisation deconcours d’orthographe ou dedictée serait la bienvenue dansle but de favoriser une émula-tion saine entre les appre-nants.Les parents doivent suivre leursenfants en les aidant à amélio-rer l’orthographe. Il peuventaussi offrir à leurs progénituresdes cours de remise à niveau etles aider à être moins dépen-dant du « cyberlanguage ».Pour notre part, nous pensonsque si ces solutions sont appli-quées correctement, ellescontribueront grandement àredorer le blason de notre sys-tème scolaire.Kevin SésséBonusA côté de tout cela, les mé-dias, décriés à tort ou à rai-son, doivent jouer leur parti-tion. La télévision par exem-ple, peut concevoir des émis-sions littéraires attractives,consacrées aux enfants, auxadolescents et même aux adul-tes.K.S>>>
  19. 19. My School #07 — FEVRIER 2012 19Téléchargez gratuitementle premier Hors-sériede Caric-actu surwww.caric-actu.com
  20. 20. 20 My School #07 / FEVRIER 2012>>>L’orthographe est l’une desdisciplines les plus impor-tantes de la vie scolaire.Personne ne peut évoquer desouvenirs relatifs à l’école sansse prononcer sur ses débutsavec l’orthographe. Chacunpeut même citer à profusionautant de souvenirs heureux oumalheureux —c’est selon— enrapport avec cette branche del’étude de la langue françai-se...C’est bien évidemment decette orthographe, aujourd’hui«massacrée » par mépris de lalecture, que nous allons parlerdans les lignes qui suivent.Où sont les parents?Le taux d’analphabétisme esttel qu’il justifie le fait que ¾de la population ne s’adonnepas à cette belle et noble acti-vité qu’est la lecture. Les pa-rents n’incitent plus les enfantsà lire à la maison. Ce qui dé-peint, bien évidemment, sur lesécrits de ces derniers. De plus,les enseignants ne pratiquentplus assez la dictée scolaire.Pourtant, d’une manière géné-rale, la dictée permet aux élè-ves de soigner l’orthographeLa responsabilitécollective« Enseignerun enfant,ce n’est pasremplir un vase,c’est allumerun feu »Montaigne
  21. 21. My School #07 — FEVRIER 2012 21>>>La complexité de l’orthographede certains mots est certaine-ment une source de difficultépour l’apprenant. Cependant,cela n’est pas la raison majeu-re de l’échec scolaire. Lestroubles de lecture sont parfoisobservés avec des textes entiè-rement réguliers. La raisonprincipale d’échec semble êtrela difficulté pour l’apprenantde comprendre le système al-phabétique.Avoir les mots comme amiC’est pourquoi la prise encompte du rapport à l’ortho-graphe, qu’entretiennent lesapprenants, est intéressantedans la mesure où cette notiontient compte de l’aspect affec-tif et social de cet apprentissa-ge. En effet, nul ne peut êtremotivé à pratiquer une activités’il ne se sent pas compétent,n’éprouve pas de la joie oun’accorde pas de valeur à sapratique ou à sa réalisation.Dès lors, demander à un élèvequi n’est pas assez fort à l’é-crit, de réviser ses textes,d’auto-évaluer ses connaissan-ces et de consulter un diction-naire est une tâche bien diffici-le. Il vaudrait mieux travailleravec lui son sentiment de com-pétence en orthographe.Tous concernésLes acteurs sociaux, les institu-tions, les parents et la sociétécivile, dans son ensemble, toussont concernés par ce phéno-mène qui est un véritable malde notre époque. C’est doncune responsabilité collective.Cependant, l’école est le lieule mieux indiqué pour corrigeret améliorer le dispositif deformation du citoyen, afin quela société retrouve son équili-bre en fonction de ses objec-tifs, de l’évolution et de samémoire. Car, il est importantde le rappeler, le savoir et laconnaissance sont la base duprogrès.Nelly OpeliÀ quoi sert l’orthographe?Elle sert à communiquer, àcomprendre (et se faire com-prendre). Ainsi, un messagemal « orthographié » est diffici-le à comprendre.
  22. 22. 22 My School #07 / FEVRIER 2012Apprendre à oseravec HEC-ParisL’Association des diplômés du Groupe HEC-Paris, résidant enCôte d’Ivoire, a organisé une journée carrière dénommée"HEC Day" le 21 janvier 2012 à Abidjan.FORMATION
  23. 23. My School #07 — FEVRIER 2012 23Rehaussée par la présencedu Ministre ivoirien de laPoste et des TIC, MonsieurBruno N. Koné, lui-même anciende HEC et président de la céré-monie, cette journée avait pourbut de créer un cadre d’échan-ges entre les diplômés d’HEC-Paris et le grand public.Ce fut l’occasion pour les cadressortis de cette prestigieuse insti-tution, de présenter les diffé-rents cycles de formation de l’é-cole.Les cycles de formationAinsi, les membres de l’associa-tion ont présenté successive-ment la Grande Ecole, le Mastè-re Spécialisé, le MBA, l’Executi-ve Mastère Spécialisé, l’Executi-ve MBA, le Trium MBA, et le Doc-torat. Ces différentes présenta-tions ont été agrémentées departages d’expériences des an-ciens de HEC.Le public a eu droit à la tradi-tionnelle séance de questions-réponses pour en savoir un peuplus sur le sujet du jour : mieuxconnaître HEC-Paris. Les échan-ges se sont poursuivis dans lehall du CRRAE-UMOA d’Abidjan,à l’heure du cocktail. Toutes lesquestions étaient autorisées,pourvu qu’on parle de forma-tion.My School Magazine a donné laparole aux diplômés de HEC-Paris. Nous avons osé leur de-mander de nous livrer leur com-préhension du leitmotiv de HEC:Apprendre à oser. Une chose estcertaine, HEC-Paris c’est une af-faire d’audace. Et c’est encorepossible pour vous !Mikeylange ArchangeM. Daouda Coulibaly, Président de l’lassociation des diplômésdu Groupe HEC Paris résidant en Côte dIvoire
  24. 24. 24 My School #07 / FEVRIER 2012FORMATION« Apprendre à oser...commentcomprendre cela?»Le slogan de HEC « Apprendre à oser »s’adresse aux entrepreneurs. C’est unétablissement où l’on vous apprend uncertain nombre de méthodes, de tech-nologies…et le jour où vous vous re-trouvez en entreprise, il faut innover,il faut faire les choses différemmentafin de marquer la différence avec lesautres et progresser en entreprise.C’est pousser les gens à aller au delàde ce qui est classique de façon à pou-voir se développer personnellement.Michel Aka-Anghui Pierre-Henri Koffi« Apprendre à oser » signifie que l’on ne veut pas des gens qui viennent secontenter de connaissances théoriques, qui partent et qui s’asseyent en en-treprises pour juste les appliquer. HEC veut dire par là qu’elle cherche desleaders, qu’elle cherche des personnes charismatiques, des managers de de-main qui puissent, à la fois, apporter l’impulsion qu’il faut, dans le cas où ilstravaillent dans une entreprise ou qui peuvent éventuellement créer leur pro-pre business. Donc, pas des personnes qui sont dans une station précise maisdans une dynamique de mouvement et de création de valeurs permanentes.Daouda CoulibalyLa formule « Apprendre à oser » ren-ferme deux propositions qui sont appa-remment contradictoires. A priori, onpeut dire qu’on n’apprend pas à oser.Et pourtant, on peut apprendre à oser.C’est cela le pari de HEC. Dire qu’onpeut apprendre, que l’expérience peuts’apprendre. Qu’on peut apprendre dupoint de vue comportemental, on peutapprendre à apprendre, on peut bienévidemment apprendre à oser.Sept diplômés de HEC-Paris ont accepté de nous partager leur visiondu leitmotiv de la prestigieuse institution.Propos recueillis par Mikeylange Archange
  25. 25. My School #07 — FEVRIER 2012 25C’est un slogan très spécifique à HEC et qui montre bien la nature et l’étatd’esprit dans lequel cette école veut se construire, surtout après plus de130 ans d’existence. « Apprendre à oser », c’est accepter de faire face àtous les challenges. Ne pas avoir peur d’affronter la réalité de l’évolution,très importante, dans laquelle se situe le monde aujourd’hui. Et surtout,s’ouvrir au maximum des possibilités et regarder tous les horizons qui seprésentent. C’est cela l’esprit de HEC. C’est pour cela qu’il y a autant defilières, autant de possibilités et c’est surtout pour cela qu’on peut faireHEC à tout âge.Toute l’explication se trouvedans le slogan. Un managerdoit être capable de prendred e b o n n e s d é c i s i o n s .« Apprendre à oser » donne del’assurance dans les prises dedécision. C’est une manière devivre. HEC, c’est plus qu’uneécole.« Apprendre à oser », c’est la culturede l’excellence. On obtient rien sansavoir essayé. C’est pousser aux limi-tes de ce que l’on peut. Il arrive sou-vent qu’on se sous-estime. Et doncl’idée d’apprendre à oser enseigned’aller au-delà de ce que vous pensezpouvoir faire.Charles KiéMe Kouassi Etienne Konan« Apprendre à oser », c’est la valeur principale commune à toutes les person-nes qui passent par HEC. Cela se traduit par le fait d’oser vouloir plus, commeun dépassement perpétuel.Aziz Diallo
  26. 26. 26 My School #07 / FEVRIER 2012Photo de groupe de toutes les classes de 3èmedu Lycée Sainte Marie de Cocody (Abidjan) - Année 1977.La Photo du moisVous aussi, donnez plus de visibilité à votre école en envoyant vos photos àl’adresse suivante: myschool@live.frLes photos doivent être légendées (nom de l’école, classe, année…)Les meilleurs photos de groupe seront publiées dans My School Magazineet sur notre page : facebook.com/Myschoolmagazine
  27. 27. My School #07 — FEVRIER 2012 27Mini QuizzTestezvos connaissancesOn écrit:RaccommoderRaccomoderRacommoderEmmanuelle:Rappelles-toiRappelle-toiRappelle toiNous intervenons:Quelle que soit la difficultéQuelque soit la difficultéQuel que soit la difficultéQuelle est la somme correctementécrite?Cent vingt eurosCent vingts eurosCent-vingt eurosElle a les yeux:Bleus-vertsBleu-vertBleu-verts12345Participez chaque mois au Mini Quizz.Envoyez vos réponses par mail à l’adresse suivante:myschool@live.fr.De nombreux lots surprises vous attendent!Réponses dans le prochain numéroRésultats duMini Quizz précédent1. Manga en japonaissignifie esquisse rapide.2.Mswati III est le roidu Swaziland.3.BMW signifie BayerischeMotoren Werke.4.1er producteur mondiald’or: la Chine.5.La langue officielle duSri Lanka est le cingalais.Honoré Hounwanou duCESAG de Dakar estnotre gagnant.SON LOT
  28. 28. 28 My School #07 / FEVRIER 2012>>>Métier d’AvenirContrôle avant le décollageLe travail des hôtesses delair et des stewards(personnels navigants com-merciaux, ou PNC) débute bienavant le décollage par un pre-mier contrôle des équipementsde sécurité en cabine (gilets desauvetage, masque à oxygè-ne…). Puis ils accueillent lespassagers, en prêtant une at-tention particulière aux enfantsnon accompagnés et aux per-sonnes handicapées.La sécurité avant toutUne fois à bord, ils réalisent,pour les voyageurs, des dé-monstrations de sécurité et in-diquent la procédure à suivreen cas daccident. Responsablesde la sécurité des passagers, lesPNC veillent également à fairerespecter les différentes consi-gnes en vigueur (interdiction defumer, extinction des télépho-nes portables, maintien desceintures de sécurité au décol-lage, à latterrissage et en casde turbulence…).L’hôtesse de l’airouououou le stewardDun bout à lautre du monde, à borddes avions, les hôtesses et les stewardsassurent la sécurité et le confort despassagers pendant le vol. Ils sont lesreprésentants des compagnies aériennesdont ils doivent donner la meilleureimage.
  29. 29. My School #07 — FEVRIER 2012 29Les services aux passagersPendant le vol, leurs principalestâches demeurent la distribu-tion (ou la vente) des boissonset des plateaux-repas, la ventedes produits détaxés et leconfort des passagers.Une bonne capacitédadaptationEmployés essentiellement parles compagnies aériennes civi-les (il existe quelques postesdans larmée), les personnelsnavigants commerciaux travail-lent avec une nouvelle équipe(pilotes et hôtesses) à chaquevol, ce qui exige une bonne ca-pacité dadaptation.Des horaires irréguliersÀ temps plein, ils effectuentune base de 60 à 80 heures devol par mois avec des horairestrès irréguliers. Leurs journéespeuvent en effet débuter à lau-be comme se terminer trèstard. Ils sont, par ailleurs, tou-jours tributaires des aléas tech-niques qui peuvent, à tout mo-ment, décaler ou reporter leurvol.Compétencesrequises12Maîtrise de soi et disponibilitéPrésentation irréprochable, courtoisie àtoute épreuve, disponibilité et adaptabili-té représentent les premières qualités desprofessionnels navigants. Les premières,mais pas les seules... Les hôtesses de lairet stewards doivent impérativement avoirune bonne résistance physique et nerveu-se : ils doivent en effet faire preuve desang-froid et dun sens aigu des responsabi-lités en cas davarie.Pratique de plusieurs languesAppelé à voyager aux quatre coins du mon-de, le personnel navigant commercial estamené à dialoguer avec des personnes detoutes nationalités. À défaut dune deuxiè-me ou troisième langue, toujours appré-ciée, il doit parler couramment langlais.3Toujours en formeChaque année, pour rester au top, le per-sonnel navigant suit un stage réglementai-re de maintien des compétences, ainsiquune visite médicale. En cas de défail-lance, la licence peut être retirée, provi-soirement ou définitivement.>>>Source:www.onisep.fr
  30. 30. 30 My School #07 / FEVRIER 2012Nouvelles TechnologiesFermeturedeLe département de Justice des Etats-Unis a décidé, le 19 janvier 2012, defermer le site web de partage defichiers, Megaupload.Jean-Patrick Ehouman est Directeurgénéral de All Deny. Il nous présentela situation en trois points.Quest-ce que Megaupload?Megaupload était un site web quiproposait un service dhéberge-ment de fichiers. Les internautespouvaient, à souhait, héberger leursfichiers quelle que soit leur nature.Une fois hébergés, tout autre internau-te inscrit sur le site y avait accès à lai-de dun lien.Pourquoi sa fermeture?Daprès le mandat des autoritésaméricaines, Megaupload violaitles lois sur la propriété intellec-tuelle. Dans les coulisses, lon parledune pression des lobbies de lindustriede la musique qui estimaient queMegaupload leur faisait perdre plu-sieurs centaines de millions (voir mil-liard) de dollar.Quelles conséquences?La conséquence la plus immédiateest la perte de toutes les donnéesqui y étaient hébergées. Il fautnoter que la fermeture a été faite sanspréavis. Les utilisateurs nont donc paseu le temps de récupérer leurs don-nées. De nombreux web-entrepreneursavaient basé leur business sur Megau-pload. Vous imaginez donc tous lesdommages collatéraux engendrés parcette fermeture.123Jean-Patrick EhoumanNotre expert nous en parle en trois pointsPropos recueillis par Mikeylange Archange
  31. 31. My School #07 — FEVRIER 2012 31
  32. 32. 32 My School #07 / FEVRIER 2012

×