Actes des Assises du Tourisme 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Actes des Assises du Tourisme 2012

on

  • 619 views

Actes des Assises du Tourisme 2012 ...

Actes des Assises du Tourisme 2012
« L'échange entre les divers acteurs, sur leur vécu, les labels et leur structuration», « L’intérêt manifeste des
participants, la volonté régionale exprimée par le Président Bourquin », « L’appui sur des exemples de
dynamiques locales et ancrées », « De vrais professionnels et intervenants dans les ateliers, l’interactivité
des échanges » : autant de témoignages d’intérêt soulignant la réussite des sixièmes Assises régionales du
tourisme.

Statistics

Views

Total Views
619
Views on SlideShare
619
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Actes des Assises du Tourisme 2012 Actes des Assises du Tourisme 2012 Document Transcript

    •        6 emes Assises du tourisme en Languedoc‐Roussillon La Région au rendez‐vous de ses ambitions                       6 décembre 2012, Abbaye de Fontfroide        
    • ACTES DES SIXIÈMES ASSISES RÉGIONALES DU TOURISME  2    La Région Languedoc‐Roussillon au rendez‐vous de ses ambitions : plus de 500 participants le 6 décembre 2012 aux Assises régionales du Tourisme à l’Abbaye de Fontfroide, dans l’Aude.                  « Léchange entre les divers acteurs, sur leur vécu, les labels et leur structuration», « L’intérêt manifeste des participants,  la  volonté  régionale  exprimée  par  le  Président  Bourquin  »,  « L’appui  sur  des  exemples  de dynamiques locales et ancrées », « De vrais professionnels et intervenants dans les ateliers, l’interactivité des échanges » : autant de témoignages d’intérêt soulignant la réussite des sixièmes Assises régionales du tourisme.    Christian BOURQUIN : « La marque Sud de France est le moteur de l’action » La  Région  a  tenu  ses  promesses.  Née  pour  les vins,  la  marque  Sud  de  France  se  décline    dans chaque  secteur  de  l’économie  touristique, tourisme  associatif,  culturel  et  patrimonial,  de nature,  oenotourisme,  tourisme  de  plaisance maritime et fluviale. Ce sont 78 millions d’euros investis en 2011 pour adapter  l’offre  touristique  aux  évolutions  des clientèles  et  de  la  concurrence.  La  Région accompagne les maîtres d’ouvrage sur la montée en  gamme  de  l’offre  touristique  par l’investissement sur de grands équipements.                  
    •   3  Le financement des investissements est passé de 39% en 2011 à 44% en 2013 du budget total de la Région,  hauteur  inégalée  dans  une  collectivité. C’est en investissant que l’on sortira de la crise, et non par l’austérité.   La  promotion  de  la  marque  Sud  de France  est  au  cœur  de  la  politique régionale La construction de l’économie touristique sur un tourisme  de  qualité  se  fait  dans  un  lien  direct avec les très petites entreprises. L’objectif est de passer de 800 entreprises labellisées Qualité Sud de  France  à  2  500,  ce  qui  marque  la transformation du tourisme régional.  Ceci implique de travailler à la formation de tous les acteurs, comme en témoignent l’ouverture du lycée George Frêche à Montpellier, le futur lycée Emile  Combes  à  Argelès,  le  CFA  multi‐sites  des métiers du tourisme.   E‐tourisme  et  m‐tourisme :  les nouvelles  technologies  au  service  du secteur touristique La  Région  investit  sur  des  outils  technologiques évolutifs et les met à disposition des prestataires touristiques  qui  s’engagent  dans  une  démarche qualité.  Le  métaportail  Internet  va  remplacer  au printemps 2013 le portail actuel qui accueille déjà 1,4  millions  de  visiteurs  par  an.    Il  permettra d’entrer  dans  l’univers  Sud  de  France  par  une porte  unique,  et  de  naviguer  au  gré  des  envies sur les interfaces produits et destinations. Son  positionnement  stratégique  est  de  valoriser l’offre  régionale  à  travers  les  sites incontournables  du  Languedoc‐Roussillon  et  de faciliter  l’accès  à  l’offre  touristique  par  une réservation en trois clics.  Deux cibles marketing, deux axes qualité Sud de France sont définis.               Première  cible :  les  catégories socioprofessionnelles  à  fort  pouvoir  d’achat   et susceptibles de consommer hors saison estivale ; pour elles, les valeurs de séduction, d’évasion, de l’humain sont développées.  Deuxième  cible :  la  clientèle  plus  traditionnelle, qui  vient  surtout  l’été ;  l’accès  à  l’offre touristique  est  pratique,  rapide,  ludique, permettant  à  chaque  page  de  retrouver  du séjour, de l’hébergement et de réserver, comme de  mettre  à  jour  le  carnet  de  voyage  en  liaison avec l’application mobile. C’est  une  réelle  évolution,  avec  une  ergonomie très moderne conçue pour les usages tactiles, des visuels de qualité qui donnent envie de réserver, un  agenda,  un  carnet  de  voyage,  le  lien  direct avec les réseaux sociaux. Dans le menu figurent quatre  items :  « à  découvrir »,  « à  voir »,  « à faire »  et  « votre  séjour »  permettant  la réservation  directe,  avec  des  repères  Qualité, Cercle Prestige, Club Business.              
    •   4  « Mon  Sud  de  France »  est  l’application  mobile pour tablette et smartphone. L’application  bénéficie  de  la  géo‐localisation  et d’une  cartographie  dynamique.  Conçue  de manière  collégiale  en  complémentarité  avec  le métaportail,  elle  en  partage  les  pictogrammes simples et les codes couleur.   Application au design innovant et à l’architecture intuitive, elle accompagne le visiteur tout comme l’ambassadeur,  habitant  du  Languedoc‐Roussillon.  « Mon  Sud  de  France »  met  à disposition  un  concentré  des  offres  qualitatives régionales à travers différents labels, en priorité Qualité Sud de France.    Agnès  JULLIAN :  «  Passer  d’une économie de cueillette à une véritable industrie du tourisme »         Avec  7  milliards  d’euros  de  chiffres  daffaires  ‐  15% du PIB ‐, plus de quinze mille établissements d’hôtellerie  et  de  restauration,  le  Languedoc‐Roussillon  est  la  4ème  région  touristique  de France.  Ce  sont  282 300  nuitées  par  jour  en moyenne,  provenant  d’une  clientèle  à  30% internationale,  60  000  emplois  salariés  et  non salariés  non  délocalisables,  un  chiffre  d’affaires en progression de 4,5% entre 2009 et 2011.  Pourtant,  les  résultats  de  la  saison  touristique 2012  donnent  l’alerte.  Pour  la  première  fois,  la fréquentation globale stagne, le chiffre d’affaires de  nombreux  établissements  baisse.  C’est  net pour  l’hôtellerie  traditionnelle,  la  location  de meublés,  où  les  besoins  de  requalification  sont importants.  Néanmoins,  les  établissements  qui  montent  en gamme,  renouvellent  leurs  hébergements, proposent de nouveaux services et un accueil de qualité à la clientèle étrangère, sont soucieux de l’intégration  paysagère  de  leur  bâtiment, résistent à la crise ou améliorent leurs résultats. Ainsi  trente  professionnels  régionaux  de l’hôtellerie  de  plein  air  ont  décroché  leur cinquième étoile et le chiffre d’affaires de cette filière  a  gagné  en  moyenne  10%  entre  2009  et 2011.  Les  résidences  de  tourisme  qui  offrent  des services  de  type  hôtelier  ‐  piscines,  salles  de sport, accueil personnalisé ‐ satisfont la demande d’autonomie  et  de  confort  de  la  clientèle  et améliorent également leurs résultats.  Qu’il  s’agisse  de  la  mer,  de  la  montagne,  de l’espace  rural,  les  établissements  et  les opérateurs  offrant  des  prestations  de  grande qualité et visant le haut de gamme s’en sortent mieux que les autres.  C’est  pourquoi  il  faut  poursuivre  la  montée  en gamme  des  projets  touristiques,  passer  d’une « économie  de  cueillette »  à  une  véritable industrie du tourisme répondant aux attentes de la clientèle et centrée sur la qualité. La  Région  accompagne  la  destination  Sud  de France  Languedoc‐Roussillon  dans  la  montée  en gamme  de  son  offre,  la  structuration  de  filières touristiques  attractives  et  la  promotion  de  ses principaux  atouts  pour  enclencher  un changement  réel  du  tourisme  régional.  Elle soutient les Grands Sites, et les Grands Sites en Projet,  les  Parcs  Naturels  Régionaux,  territoires touristiques  d’excellence  engagés  dans  une démarche de développement durable.  Elle  conjugue  ses  interventions  pour  rendre visible  et  promouvoir  de  façon  renforcée  la marque Sud de France Languedoc‐Roussillon sur les  marchés  français  et  étrangers  à  haute contribution économique.     
    •   5     Présentation  du  Manuel  d’ingénierie touristique  « Croiser  quatre  regards :  le  client,  le territoire, le site, les partenaires » : le manuel d’ingénierie touristique Répondre  aux  interrogations  des  porteurs  de projets,  optimiser  les  chances  de  réussite  des projets  touristiques,  c’est  le  but  du  manuel d’ingénierie  touristique  réalisé  par  la  Région Languedoc‐Roussillon  en  partenariat  avec  la Caisse des Dépôts. Etayé  d’exemples,  de  témoignages,  de  repères méthodologiques,  le  manuel  d’ingénierie touristique  décline  l’engrenage,  outil méthodologique  de  base,  symbolisant  l’effet d’entrainement  et  l’équilibre  à  trouver  entre quatre axes de travail.  L’approche marketing place le client au cœur du processus,  le  lien  étroit  avec  le  territoire  et  le respect  du  site  donnent  sens  au  projet,  les partenaires  conduisent  à  la  synthèse  technique, économique et financière.  Concevoir,  réaliser,  évaluer,  adapter,  le  suivi  de ces  quatre  étapes  est  une  clé  de  réussite  du projet. C’est sur la phase de conception, lorsque tout est possible, et qui se termine par la prise de décision  de  faire  ou  de  ne  pas  faire,  que  se concentre le manuel.  Regarder comment le marché fonctionne, quelles sont  les  dernières  tendances  de  consommation, pour  situer  le  projet  dans  son  contexte  de marché, de concurrence. Puis définir un cœur de cible, choisir un positionnement qui sera l’âme du projet,  travailler  sur  les  couples  produits‐marchés, se préoccuper le plus tôt possible de la politique  tarifaire et    de  distribution.  Et tout au long, écrire ses objectifs, ses contraintes, dans un tableau  de  bord,  évaluer  pour  adapter,  évoluer. Voilà les étapes à suivre.                      L’ancrage  territorial  consiste  à  regarder  les projets et dynamiques du territoire, pour définir le  projet  dans  son  contexte  afin  qu’il  trouve  sa place  dans  le  territoire :  à  qui  parler  du  projet, comment  en  parler,  examiner  les  rentabilités élargies  dans  leur  contribution  au  territoire  au delà de la rentabilité économique, puis envisager la mutualisation.  Le  respect  du  site  doit  conjuguer  une  approche environnementale,  architecturale,  paysagère.  Il sagit de travailler le duo site‐projet, la dimension réglementaire. La conception doit être durable et réversible.  Aujourd’hui  où  les  évolutions  sont rapides, dès la phase de conception inventer les bâtiments de demain, pour les faire évoluer avec les évolutions de clientèles.  Le  regard  des  partenaires  appelle  à  préciser  le modèle  économique,  aborder  la  rentabilité  du projet, mettre en regard les objectifs et les effets, connaître  les  financements  associés,  définir  le mode  de  gestion  et  le  plan  d’affaires,  nouer  le dialogue  avec  les    investisseurs,  et  définir  sa communication.         
    •   6            Trois  films  illustrent  des  messages  forts  du manuel d’ingénierie touristique :  Le ciblage des clientèles, avec les caves Byrrh à Thuir,  L’intégration paysagère avec le belvédère de Blandas  sur  le  cirque  de  Navacelles,  Grand Site  en projet réalisé par la communauté de communes  du  Pays  Viganais,  permettant  de faire  découvrir  la  nature  à  travers  trois circuits. L’articulation  public  et  privé,  avec  la rénovation  de  l ’Ensolelhade  à  la  Grande Motte  accompagnée  par  la  Région Languedoc‐Roussillon et la Caisse des Dépôts, où  la  synergie  entre  le  propriétaire,  le porteur de projet et le financeur a permis la transformation  d’un  centre  de  vacances vieillissant et son adaptation aux attentes des clients.   Débat avec les participants Emmanuel DUVAL, d’ATOUT  FRANCE souligne  la nécessité d’accompagner les porteurs de projet. Serge  PALLARES,  Président  de  l’Union  des  Villes Portuaires  de  Languedoc‐Roussillon,  questionne la  Caisse  des  Dépôts  quant  à  son  niveau d’implication dans les projets. La sollicitation publique de la Caisse des Dépôts est  un  point  fort  pour  entrer  dans  la  phase  de négociation,  explique  Brice  PAQUET,  Directeur Régional  adjoint  de  la  Caisse  des  Dépôts Languedoc‐Roussillon.  Sur  la  partie  immobilière, il y a toujours dissociation entre la partie portage immobilier et la partie gestion.    La  Caisse  des  Dépôts  est  à  même  d’aider  les porteurs de projets, sur la partie investissement, en  étant  toujours  actionnaire  minoritaire,  entre 34 et 49%, sous réserve qu’il s’agisse de projets structurants, porteurs d’emplois et ancrés dans le territoire.  Pour  avoir  un  investisseur,  il  faut  avoir  une cohérence avec le territoire, avec le marché, avec un  opérateur  en  capacité  de  générer  un  niveau de  résultat  permettant  de  rémunérer  les investisseurs ;  cest‐à‐dire  un  gestionnaire reconnu, ayant les compétences et les capacités de  gérer,  permettant  au  projet  d’être  rentable. Les  subventions  servent  à  améliorer  le  plan d’affaires,  mais  elles  sont  marginales  dans l’opération, le projet doit se suffire à lui‐même.                        
    •   7  Atelier 1 : le Tourisme de nature, une opportunité  pour  le  changement dimage  de  la  destination  Sud  de France Languedoc‐Roussillon                 Le  tourisme  de  nature,  un  déterminant  de séjour, une priorité pour la Région Les  activités  de  découverte  de  la  nature, sportives ou non, sont transversales à toutes les filières : le tourisme de nature est aussi littoral et de  montagne.  Les  opérateurs  de  Languedoc‐Roussillon  proposent  une  offre  très  riche  de produits  et  de  prestations,  itinérants  et  de séjours, combinent les activités de pleine nature, dans  une  complémentarité  de  pratiques  et  sur une longue période de l’année. Des structures jeunes, de petites tailles (79% ont moins de 5 salariés), proposant plusieurs activités (60% terrestres, 25 % liées à l’eau, avec une forte représentation  dans  l’Hérault  33%  suivi  des Pyrénées  Orientales  24,5%),  une  prédominance de contrats saisonniers, dix réseaux par filière et par territoire, telle est la physionomie de la filière régionale mise en évidence par LR‐SET dans une enquête  auprès  de  1  000  établissements  du Languedoc‐Roussillon.  Le  plan  d’action  régional  vise  à  structurer  la filière. Il conjugue l’appel à projets  finançant des investissements de projets tourisme de nature, la labellisation des Activités de Pleine Nature (APN), l’inscription des Opérations Grand Site dans une logique  de  développement  économique, l’observatoire  de  la  filière  nature  en  2013,  les partenariats régionaux  (LR‐SET, ATACA). Une filière structurée et mature, des réseaux bien  engagés  dans  les  démarches  de labellisation Des  instances  de  concertation  et  de mutualisation efficientes, les CDESI, Commissions Départementales des Espaces, Sites et Itinéraires, fixent  des  zones  limitées  selon  les  pratiques  et sensibilités  des  milieux,  permettent  une  gestion fine  de  la  cohabitation  des  usages  en  espaces sensibles.  Structurer  un  réseau  à  partir  d’un  produit itinérant  complet,  observer  et  mesurer  l’impact économique, suivre la satisfaction  des clients : ce sont   trois  entrées  à  conjuguer  pour  une  action de  qualité,  témoigne  Christian  BROCHIER, Président  de  l’association  « Sur  le  chemin  de Stevenson ». Il convient cependant d’être attentif au  nombre  des  observatoires,  parfois  trop nombreux,  à  plusieurs  niveaux  de  territoires, souligne  l’ADT de l’Aude : les données collectées doivent être mises en cohérence. La  marque  « Accueil  du  Parc »  est  présentée comme  un  véritable  atout  pour  les  activités  de pleine  nature  et  de  découverte  des  milieux naturels  et  pour  les  actions  en  faveur  du développement des activités hors saison, par les représentants  des  PNR  de  La  Narbonnaise,  des Pyrénées Catalanes et du Haut‐Languedoc. Développer  les  clientèles  locales,  nationales  et internationales sur toute l’année, tel est l’objectif du  réseau  Occigène,  créé  pour  fédérer  les prestataires  labellisés  Qualité  Hérault. Rassemblant 29 prestataires APN, il accompagne (et intègre) maintenant des prestataires en cours de  labellisation  Qualité  Hérault,  témoigne Thomas BOUTIN.            
    •   8          Le passage des marques locales à la marque Sud de France : une attente très forte.  Il  faut  transformer  l’essai  pour  une  meilleure mise  en  tourisme  et  accroître  la  visibilité régionale.  Les  activités  de  pleine  nature  sont devenues  des  composantes  à  part  entière  des produits  touristiques,  souligne  Didier  ASTRE.  Le réseau  Pleine  nature  Pays  Cathare  est  né  de  la Haute Vallée de l’Aude autour de la nécessité de se  regrouper  pour  négocier  des  conventions  de lâchés d’eaux et de partage des usages avec EDF.  D’abord  centré  sur  les  activités  d’eaux‐vives,  le réseau  s’est  étendu  à  tout  le  département  et  à toutes  les  activités ;  tous  ses  opérateurs  sont labellisés de la marque Pays Cathare et un cahier des  charges  spécifique  APN  a  été  établi  en partenariat. Cette intégration a permis la montée en qualité et en professionnalisme du réseau, un décloisonnement  et  des  produits  inter‐filières, une reconnaissance institutionnelle. La marque Pays Cathare déclinée pour les APN, la démarche  Qualité  Hérault,  la  marque  « Accueil PNR »  pour  les  prestations  de  pleine  nature : toutes représentent une étape dans la promotion et la qualification de l’offre en région. L’enjeu est maintenant,  avec  la  marque  Sud  de  France,  de transformer  l’essai  pour  une  meilleure  mise  en tourisme de la destination.  Accompagner dans la durée les très petites entreprises de la filière APN  C’est un des moyens pour donner au tourisme de nature  une  place  réelle  dans  l’économie régionale.  Les  situations  de  tension  et  de précarité (maîtrise foncière pour l’accès aux sites de  pratiques,  lâchés  d’eau)  impriment  une certaine  fragilité  aux  produits  touristiques,  et donc aux entreprises, témoigne Didier ASTRE.    Ainsi,    la  délimitation  des  périodes  estivales  de lâchés d’eau ne permettent pas aux prestataires d’eaux‐vives d’allonger la saison. Des  entreprises  aux  bases  souvent  fragiles, confrontées en permanence à un environnement complexe  (réglementation,  sécurité,  formation, convention  d’usages…),  expriment  des  besoins de  mutualiser,  d’échanger  et  de  capitaliser les  expériences  à  l’échelle  régionale  :  leur démarche  de  développement  doit  être accompagnée,  et  prendre  assise  sur  des  actions de recherche et développement. LR‐SET  est  la  pépinière  des  métiers  du  sport, explique  Catherine  BERGER,  directrice,  elle  accompagne dans la durée  110 entreprises dont plus de 25% APN par la formation, l’appui à la structuration et à la démarche qualité Sud de France,  et  assure  un  rôle  de  veille  sur  la réglementation.  L’articulation  entre  tourisme  et éducation  sportive  est  importante  pour  les populations  permanentes  et  concoure  à consolider les emplois.  Inscrire  l’action  dans  le  long  terme, poursuivre la structuration de la filière Thomas  BOUTIN  constate  qu’il  est  difficile  en région  Languedoc‐Roussillon  de  vendre  des séjours  itinérants  en  vélo  par  manque d’hébergements  adaptés :  la  notoriété  des  sites reste  insuffisante  pour  vendre  des  séjours sportifs  à  l’international.  Les  difficultés  de mobilité  sont  pointées  par  un  participant :  pour passer d’un site à l’autre, retourner au point de départ, un maillage entre transports en commun et activités de pleine nature est nécessaire. Une  première  idée est  d’installer  des  camps  de base  pour  les  pratiques  à  la  journée,  avec  des lieux  d’accueil  et  de  départ  des  activités  qui structurent les pratiques. Une deuxième idée est de favoriser des espaces concentrés de pratiques et  de  protection,  avec  des  pôles  forts  bien aménagés, bien structurés.  La Région favorise l’hébergement de qualité avec des projets proches  des grands sites, s’appuyant sur des investisseurs privés. Un cluster pourrait être créé sur une filière pleine nature,  souligne  Catherine  BERGER  en  citant  la filière du surf en Aquitaine.   
    •   9  Un  cluster  rassemble  les  fabricants  de  voile comme  les  laboratoires  recherche  ‐ développement  et  des  clubs  de  pratiquants. L’ADT  de  l’Aude se  prononce  pour  des  pôles régionaux  de  pleine  nature,  des sites   « locomotives »    proposant  plusieurs activités  avec  des  aménagements  exemplaires, accroissant la visibilité de l’offre régionale encore dispersée.                            Poursuivre la structuration de la filière tourisme de nature par des aménagements structurants et des  investissements,  pour  déclencher  un  effet levier  et  augmenter  la  visibilité  des  activités  de pleine  nature,  voici  la  conclusion  de  cet  atelier très riche d’interventions et de propositions.  Atelier    2 :  L’Oenotourisme,  au‐delà de la dégustation             Promouvoir une offre de qualité, sur toute la gamme de produits et de clientèles Promouvoir  l’oenotourisme,  attirer  l’ensemble des  clientèles,  aller  vers  l’excellence,  voici  trois axes  clés  de  la  politique  régionale,  souligne Magali  VERGNES.  L’appel  à  projets Oenotourisme,  dune  enveloppe  d’un  million  et demi d’euros, et le lancement de « Mon Sud de France » sont des moyens privilégiés pour inciter à  travailler  en  partenariat  et  promouvoir  les projets. Des  initiatives  s’attachent  à  répondre  aux attentes  d’une  clientèle  à  haute  contribution  et valoriser  le  tissu  viticole  local.  Fruit  d’une collaboration entre Nicolas BONFILS, vigneron, et Karl  OHANLON,  professionnel  du  tourisme,  le pôle  oenotouristique  du  Château  des  Carasses associe  des  prestations  d’hébergement  et  de restauration  haut  de  gamme  et l’accompagnement de clients en découverte de la région :  chaque  semaine,  des  vignerons  locaux viennent y faire découvrir leur vin.  Au  Château  Le  Bouis,  Frédérique  OLIVIE  fait partager  son  aventure  vigneronne  à  travers  des cours  de  cuisine,  des  balades  gourmandes  au cœur  des  vignes  qui  complètent  son  offre d’hébergement  et  de  restauration.  L’offre  doit être étoffée par un partage de sa passion avec le client, souligne t‐ elle. L’oenotourisme  doit  promouvoir  une  large gamme  de  produits,  sadresser  aux  différentes clientèles, y compris familiales.   La  Région  souhaite  positionner  Sud  de  France Languedoc‐Roussillon  comme  une  destination nature  d’excellence  autour  de  deux  spécificités, l’insolite/l’aventure  et  le  bien‐être/le ressourcement.    Il  s’agit  de  faire  émerger  une offre  touristique  nouvelle,  innovante  et  surtout génératrice  de  retombées  économiques  et demplois. L’appel à projets tourisme de nature, lancé le 15 mars  2012,  vise  à  faire  émerger  des  produits touristiques  d’excellence  emblématiques  de  la destination Sud de France Languedoc‐Roussillon.  La  Région  Languedoc  Roussillon  a  travaillé  à  la  labellisation  des  activités  de  Pleine  Nature    dès 2013 en lien avec les acteurs du tourisme et de la filière  APN.  En  parallèle,  l’Observatoire  Régional du  Tourisme  met  en  place  un  dispositif méthodologique  d’observation  et  de  calcul d’impacts propre à la filière. Le Languedoc‐Roussillon compte 134 sites classés « Loi  1930 »  dont  sept  Opérations  Grands  Sites (OGS  Camargue  Gardoise,  Cité  de  Carcassonne, Cirque de Navacelles, Gorges du Gardon, Gorges du Tarn et de la Jonte, Vallée du Salagou ‐ Cirque de  Mourèze  et  Minerve  en  cours  de structuration)  et  trois  sites  déjà  labellisés  (Pont du  Gard,  Saint‐Guilhem‐le‐Désert  et  Gorges  de l’Hérault,  Massif  du  Canigó),  ce  qui  en  fait  la première  région  de  France  en  nombre  de  sites classés.  La  Région  a  consacré  5  millions  d’euros  depuis 2005,  en  investissant  notamment  sur  de  gros aménagements. 
    •   10  Caves  ouvertes  au  public,  séjours  packagés  aux contenus  divers  (découverte,  séminaires, formation,  participation  aux  vendanges...), croisières  en  bateau  et  vins,  golf  et  vigne, valorisation des produits du terroir, les exemples cités lors de l’atelier sont nombreux.          Attention au troisième jour ! Il faut travailler la qualité et la diversité de l’offre Bien souvent, l’oenotourisme ne fait pas assez de tourisme ! Daprès André DEYRIEUX, il est encore trop  marqué  par  les  visites  de  caves.  La découverte  de  la  cave  correspond  à  3%  des visiteurs.  Au  bout  de  2  jours,  il  faut  faire  autre chose. Europe centrale, Grèce, Chili, Géorgie, les pays  sont  nombreux  à  offrir  des  prestations œnotouristiques  de  qualité.  Il  est  important d’imaginer  des  produits  packagés  à  la  fois  plus variés et ambassadeurs du territoire. La région Languedoc‐Roussillon doit valoriser ses réalités  de  terrain,  construire  et  formaliser  sa propre singularité. Dans sa diversité de gammes, la qualité et lesprit des produits forment les deux pierres  angulaires  :  qualité  de  laccueil, professionnalisme  des  prestations,  attention  au client, authenticité, singularité des produits.  C’est faire parler les vins, valoriser le savoir faire, parler du territoire, du patrimoine. La formation est  nécessaire  pour  apprendre  aux  vignerons  à parler de la réalité du monde viticole, remarque le  propriétaire  d’un  domaine  de  la  région  de Perpignan.  Les sites touristiques ont besoin de connaître les pratiques  viticoles,  renchérit  une  animatrice  de site. Disposer des connaissances de base sur les cépages,  sur  la  culture  de  la  vigne,  est  précieux pour  que  les  prescripteurs  soient  en  mesure d’expliquer  aux  visiteurs  les  caractères  du territoire.  Peu de visiteurs viennent pour le vin, continue t‐elle, la majeure partie d’entre eux découvre le vin par  les  restaurants.  Aussi  la  valeur  ajoutée  est réelle quand le restaurateur sait parler du vin. Les nouvelles  technologies  peuvent  constituer  un relais  puissant,  signale  Frédérique  OLIVIE,  flash codes  et  applications  permettent  d’écouter  le vigneron parler de son vin et de son terroir. C’est l’ensemble du monde touristique qui devrait être initié à la conduite de la vigne, constate t‐on, de même  que  les  viticulteurs  devraient  pleinement s’ouvrir aux différents réseaux.   Mieux  intégrer  les  réseaux  qui  valorisent l’économie et le patrimoine de la région L’oenotourisme,  c’est  la  rencontre  entre  le monde  viticole  et  le  monde  du  tourisme  sur  un territoire. Les réseaux territoriaux existent à trois échelles  :  celle  du  terroir  (ou  échelle  de l’intercommunalité),  entre  les  terroirs  (échelle des AOC et de la Région), entre les régions qui se spécialisent  dans  loenotourisme.  Le  Languedoc‐Roussillon  doit  prendre  en  compte  lAlsace,  la Bourgogne, les pays européens. Des programmes et  initiatives  interrégionales  sont  évoqués, comme le projet Odysséa, soutenu par l’Europe.  « Pensez  à  intégrer  dans  votre  démarche  les réseaux  performants  dans  la  diffusion  des produits  œnotouristiques  »  suggère  la représentante  du  Syndicat  des  agences  de voyage, rappelant le régime légal des agents de voyage  dès  que  le  séjour  excède  une  nuit. « Associez  davantage  les  guides,  à  l’instar  de  la Catalogne  »  complète  la  Présidente  de l’association des guides du pays Cathare.  Les réseaux professionnels sont des vecteurs clés de  développement  de  l’oenotourisme  par  le partenariat  qu’ils  établissent  avec  les  médias spécialisés,  tel  WineLR  présenté  par  un  de  ses promoteurs,  et  les  médias  en  général,  en œuvrant  à  un  meilleur  référencement  du Languedoc‐Roussillon.  Éviter de multiplier les labels, s’appuyer sur la marque Sud de France Le  référencement  de  l’oenotourisme  en Languedoc‐Roussillon doit en effet progresser, sa lisibilité  est  faible  et  les  offres,  éclatées.  Il convient  de  se  regrouper  pour  donner  une lisibilité  à  l’offre,  investir  la  marque  Sud  de France.   
    •   11  Certes,  les  acteurs  de  loenotourisme  sont  en concurrence.  Mais  la  complémentarité  est aujourdhui  plus  intéressante  à  valoriser  que  le jeu  du  retranchement  sectoriel.  Arriver  à travailler  ensemble  entre  acteurs  même concurrents,  c’est  le  postulat  de  base  pour progresser et réussir, souligne un intervenant.  Karl OHANLON remarque l’intérêt d’une ossature commune  facilitant  la  collaboration,  citant l’exemple en Sicile d’une même carte distribuée partout, répondant à une charte signalétique en lien  avec  une  application  numérique.  Ainsi  la création  d’une  référence  commune  permet  de fédérer, de créer une unité. Magali  VERGNES  présente  un  exemple remarquable  sur  le  Grand  Narbonne :  le cheminement  d’une  action  d’abord  portée  par des  viticulteurs,  bénéficiant  d’un accompagnement  formation‐action,  s’élargissant pour  fédérer  les  offices  de  tourisme  et  définir une  stratégie  marketing  de  territoire,  se concrétisant  par  une  offre  variée  et  packagée mixant  la  détente  et  la  gastronomie,  et l’accompagnement  des  porteurs  de  projets engagés  dans  une  démarche  qualité.  Le  label Vignobles  et  Découvertes  prolonge  cette démarche, il est attribué au territoire pour 3 ans. Mais  attention  à  ne  pas  multiplier  les  labels,  ils doivent  s’articuler  autour  du  territoire  régional, c’est le sens de la marque Sud de France.          Il est nécessaire de travailler le sens des produits, leur  donner  un  esprit  fort,  construire  ensemble une gamme étendue de produits diversifiés... et de qualité, pour donner, ensuite, plus de visibilité à cette offre structurée et singulière.  Deux  propositions  concrètes  sont  formulées  : éditer  une  carte  régionale  unique  de loenotourisme  présentant  lensemble  et  la diversité  des  initiatives,  mieux  utiliser  les nouvelles  technologies  de  la  communication. C’est le sens de la création de l’application « Mon Sud de France », souligne Magali VERGNES.              Les clés de la réussite ... des territoires et des entreprises, citées par les participants Il  nous  faut  construire  la  destination œnotouristique Languedoc‐Roussillon, telle est la conclusion  de  l’atelier.  Ceci  implique  une  action conjuguée.  Il  est  proposé  de  promouvoir l’animation  touristique,  inventer  une  fonction d’animateur  local  de  loenotourisme,  pour encourager  les  synergies  et  accompagner  les innovations.  Travailler  de  façon  collective  en  sappuyant  sur des  énergies  individuelles  volontaristes, sengager  de  façon  mutuelle  dans  des partenariats entre professionnels et collectivités. Le faire dans la durée ‐ les "coups" médiatiques ont  moins  de  résultats  probants  quun  travail régulier et pérenne ‐. Investir,  investir,  investir.  Dans  des  produits  et dans  limmatériel  :  les  relations  locales,  la formation, limage, les hommes et les femmes sur qui reposent les prestations. Sinscrire dans une démarche damélioration continue, quel que soit le niveau de gamme et de qualité, et progresser ensemble.  Ne  pas  copier  les  autres,  cela  napporte  aucune valeur ajoutée, mais innover, être ambitieux car nous avons les atouts, et rechercher ce qui nous distingue. Loenotourisme doit aller au delà de la dégustation,  inventer  des  activités,  imaginer  de nouveaux produits qui marqueront la singularité du Languedoc Roussillon.   Les  deux piliers du Programme Régional Oenotourisme 1. Appui à la structuration de l’offre • Labellisation Qualité Sud de France • Accompagnement  des  investissements  en entreprise viticole et touristique • Professionnalisation des acteurs • Structuration  des  démarches  territoriales et  de  l’offre  en  évènements œnotouristiques   2. Construction d’une destination et d’une offre œnotouristique Sud de France Languedoc‐Roussillon • Déclinaison  régionale  du  label  de  l’Etat « Vignobles et Découvertes » • Promotion  et  commercialisation  de  la destination  « Œnotourisme  Sud  de France ». 
    •   12  Atelier  3 : Destinations portuaires, un vrai enjeu de développement                Le  tourisme  portuaire  ne  connaît  pas  la crise ! Croisière, plaisance, fluvial : un enjeu fort de développement régional Le  littoral  détermine  fortement  le  choix  d’une destination  touristique.  Disposant  de  66  ports, dont 21 maritimes, le Languedoc‐Roussillon a des atouts clés. Avec 28 000 anneaux, soit 15% de la capacité nationale et une demande en attente de 5 000 anneaux, un chiffre d’affaires de 64 millions d’euros,  les  marges  d’évolution  sont importantes :  les  ports  ne  connaissent  pas  de baisse  de  chiffre  d’affaires.  Les  destinations portuaires,  ce  sont  aussi  les  ports  fluviaux,  qui représentent  également  un  bel  enjeu  du développement du territoire. En lien avec la démarche du Parlement de la Mer, la  stratégie  régionale  s’attache  à  structurer  la filière, faire monter l’offre en gamme, conforter les  investissements,  développer  les  articulations entre les villes‐ports et leur avant‐pays, entre les ports de la Méditerranée, faire venir une clientèle à haute contribution, expose Didier CODORNIOU.  L’action régionale conjugue les entrées pour faire connaître  les  ports  du  Languedoc  Roussillon et développer  leur  attractivité :  parc  marin  présidé par Christian BOURQUIN, protocole signé entre la Région  et  la  Fédération  Française  des  Ports  de Plaisance, convention pour le développement du port de Sète, en tant que grand projet régional.   Jouer gagnant pour que les ports deviennent des destinations touristiques ! Cinq points clés sont soulignés dans l’atelier.  Faire monter l’offre en gamme pour augmenter son attractivité  Replacer la croisière au cœur de l’activité du port de  Sète,  effectuer  les  aménagements  pour recevoir  de  grands  bateaux  (230  mètres)  au centre de la ville : l’enjeu sur la croisière est fort, avec un potentiel de plusieurs dizaines de milliers de passagers, expose Marc CHEVALLIER. Sète doit être  le  port  d’entrée  maritime  du  tourisme  en Languedoc Roussillon. Pour développer, il faut se faire connaître : ainsi la Région et le port de Sète ont  conduit  un  travail  structurant  et  accueilli l’assemblée  générale  de  Med  Cruise  en  2012  à Montpellier‐Sète.  Les  armateurs   ont  compris  le potentiel  du  port  de  Sète  pour  l’accueil  des croisiéristes : de 24 escales en 2012,  ce sont 34 escales  qui  sont  programmées  pour  2013.  La plaisance y représente 500 anneaux, l’objectif est de  passer  à  1  000  places  dans  les  2  ans,  puis  1 600,  2  000,  et  développer  l’offre  à  quai  pour  la grande  plaisance,  grâce  aux  atouts  de  Sète :  un port en eau profonde, la présence de quais.  7Capacité d’accueil du parking, 12 autocars de tourisme  Lors des escales, le tiers des croisiéristes part en visite avec un tour operator, les 2/3 restent sur place.  De  nombreux  passagers  anglophones demandent  à  aller  dans  les  châteaux,  visiter  les vignobles,  acheter  du  vin.  Un  accueil  en  langue anglaise est nécessaire. Il n’y a pas assez de taxis au pied des bateaux pour prendre les passagers qui  veulent  visiter  de  façon  indépendante Montpellier  et  Nîmes.  Les  commerces  devraient pouvoir être ouverts le dimanche.  
    •   13  Il faut améliorer la qualité de l’offre ; elle se situe à tous les niveaux, c’est une éducation, une prise de conscience générale qui est nécessaire.  Pour  Tomàs  GALLART,  il  faut  aller  chercher  les clientèles et les bateaux de passage, être présent sur les salons nautiques de Dusseldorf, sur ceux du  centre  de  l’Europe,  développer  une combinaison d’offres.               Palamos,  18 000  habitants,  et  le  double  en  été, est un port commercial, de pêche et de plaisance de  Catalogne.  Il reçoit  38  transatlantiques  à l’année  pour  des  escales  de  6  à  8  heures,  offre 1400  anneaux  pour  la  plaisance et  accueille 15 000 plongeurs à l’année. Estartit, port voisin, propose  une  offre  complémentaire  de  950 anneaux  et  55 500  plongées  à  l’année  pour  la Costa Brava.  Augmenter le nombre des anneaux et renforcer les services (taxis, commerces) est essentiel pour que  le  développement  de  la  plaisance  s’appuie sur un pôle touristique de qualité.   Intégrer  la  vocation  touristique  dans l’aménagement portuaire Les ports rentrent enfin dans le développement touristique, souligne Serge PALLARES. Intégrer la vocation  touristique  dans  l’aménagement portuaire, c’est rénover les ports qui datent de 40 ans,  renforcer  la  capacité  de  recevoir  les  cars, développer  la  piétonisation,  s’attacher  à  la propreté,  avoir  des  conventions  avec  les pêcheurs  pour  un  partage  de  l’espace  public, refaire  les  quais.  L’espace  public  est  le  fil  rouge pour les projets touristiques portuaires, il fédère plusieurs  fonctions  clé,  desserte,  promenade, fonction commerciale.    Le port est un outil touristique, économique, il a un  impact  fort  sur  l’environnement  et  doit  le maîtriser,  d’où  l’action  « ports  propres ».  La qualité  de  l’environnement  devient  une préoccupation majeure.  Port  Saint  Jean  a  été  élu  port  environnemental, continue  Frédéric  LACAS,  Vice‐Président  de l’agglomération de Béziers, Maire de Sérignan. Le label  Eco‐port,  l’opportunité  de  grand  site représentent  des  atouts  qui  doivent  être complétés par des services. La clientèle est à 70% de proximité, elle devient en effet de plus en plus exigeante  sur  la  qualité  des  installations,  la sécurité,  la  disponibilité  des  personnels,  les services  :  il  faut  investir  et  créer  des  offres nouvelles  de  services  pour  pérenniser  les clientèles  de  proximité,  c’est  le  premier  axe  de travail des ports de Languedoc Roussillon.   Développer  les  liens  avec  le  territoire, connecter les ports avec les avant‐pays             Gruissan Le projet Odyssea s’attache à structurer une offre touristique  bien  positionnée  à  destination  des plaisanciers et des clientèles du littoral. Structurer des  itinéraires  touristiques,  packager  des  offres touristiques et innover dans les mobilités douces et  les  technologies,  mailler  Gruissan  avec  les  38 communes  de  l’agglomération  narbonnaise  est l’ambition  et  l’expérimentation  régionale  du programme Odyssea. Une  prestataire  de  voyages,  autocariste  sur Avignon, évoque une situation de no man’s land en  matière  de  transport  portuaires.  La  desserte est un véritable élément d‘attractivité pour faire venir  des  clientèles  étrangères,  une  approche globale est nécessaire.   
    •   14  Le plaisancier veut découvrir en premier lieu  la gastronomie,  et  en  second  lieu  l’histoire,  la culture, le patrimoine. D’où le raisonnement sur un rayon d’une heure autour du port. L’office de Tourisme  de  Gruissan  gère  le  port,  fédère  250 viticulteurs  et  300  ou  400  producteurs  de produits locaux, expose Jean‐Claude MERIC, son directeur. La  destination  existe  parce  qu’elle s’appuie sur  un avant pays fort, l’articulation se fait  dans  la  vente  des  produits  locaux  lors  de l’escale.  Fédérer  les  acteurs  économiques  et touristiques Le plus difficile est d’arriver à fédérer l’ensemble des  acteurs.  Pour  accompagner  la  montée  en compétences  des  opérateurs,  la  Région  a  noué un  partenariat  très  fort  avec  l’Union  des  Villes Portuaires  du  Languedoc‐Roussillon.  La  Charte Sud  de  France  Nautique  sera  une  approche intégrée  des  bonnes  pratiques  d’aménagement et  de  développement  des  ports,  d’accueil  et d’organisation  du  tourisme  nautique.  Elle comprend  quatre  volets :  environnement‐ urbanisme,  développement  économique,  social‐sociétal  et  culture‐patrimoine  pour  une destination  portuaire  fortement  intégrée  et connectée avec son avant pays. Les professionnels du tourisme sont des acteurs clés  de  la  qualité  et  du  développement,  leur professionnalisation,  leur  formation  est  un  réel enjeu, évoque en écho un responsable du Lycée de la mer Paul Bousquet à Sète.  Mettre  en  réseau  les  destinations portuaires de la Méditerranée Nouer  un  partenariat  fort  entre  les  villes portuaires  qui  jalonnent  le  bassin  de  navigation du  Languedoc‐Roussillon  à  la  Catalogne,  mettre en réseau les ports pour faciliter la navigation des plaisanciers  en  libérant  des  places,  travailler  de meilleures offres d’accueil et de tarifs, valoriser la spécificité de chaque port en irriguant les avant pays :  telle  est  l’ambition  rappelée  de  la démarche  Odyssea  portée  par  l’Europe  sur  le bassin méditerranéen.  Le  partenariat  est  à  nouer  entre  les  opérateurs économiques et touristiques des villes portuaires comme entre les échelons politiques que sont la Région et la Generalidad de Catalogne, complète Tomàs GALLART.             Rapprocher  les  gens  de  la  mer  et  la  faire découvrir,  jouer  l’échelon  de  la  Méditerranée, mettre  en  réseau  les  acteurs  et  les  ports :  ce seront  les  messages  forts  des  deux  rendez‐vous clés prévus pour 2013. Le  lancement  officiel  du    Parlement  de  la Mer,  instance  de  dialogue  et  de  mise  en réseau  des  acteurs  de  la  mer  créée  par  la Région,  au  service  du  développement maritime du Languedoc‐Roussillon.  Les  Assises  internationales  de  léconomie maritime,  la  plus  grande  manifestation européenne,  les  3  et  4  décembre  2013  à Montpellier et Sète.                                                                                                    En conclusion  La  réorganisation  profonde  du  tourisme  en région,  finalisée  en  septembre  2011, est  une réussite  :  les  acteurs  publics  et  privés de léconomie  touristique  sont désormais  mis  en ordre  de  bataille.  En  témoigne  la  mobilisation pleine  et  entière  observée  durant  la manifestation  des  6ème  Assises  régionales  du Tourisme,  axée  autour   du  thème  fort   de lingénierie et de linvestissement. Le  pilotage  de  la  politique  touristique  a  été repositionné au sein de la Direction régionale du Tourisme, avec un budget et un effectif doublés. Outil  prospectif  majeur,  l’Observatoire  régional du  tourisme  a  été  intégré  à  cette  nouvelle Direction. La démarche  régionale pour la valorisation touristique de la plaisance • Expérimentation  du  modèle  Odyssea  sur Gruissan et le Grand Narbonne • Charte  Sud  de  France  Nautique  pour  des modèles  économiques  innovants  sur  les destinations de  plaisance  • Développement de la plaisance dans le port de Sète • Labellisation  Qualité  Sud  de  France  des activités sportives nautiques (littoral) • Observatoire de la filière Plaisance  • Réflexion autour du potentiel d’emploi et de formation 
    •   15  La  promotion,  la  communication  et  la  mission Qualité Sud de France ont été confiées à la SEM Sud de France Développement. Ce rattachement a mutualisé et optimisé les moyens, notamment par  un  plan  marketing  unique  «  destination produits » et une promotion plus offensive sur les marchés étrangers, en particulier via les Maisons de la Région à l’international.  Conformément  à  ses  engagements,  la  Région  a créé  une  vaste  structure  de  concertation  des acteurs  régionaux  du  Tourisme  :  le  Conseil Consultatif du Tourisme, composé de plus de 70 membres et largement ouvert sur l’extérieur.  Cette  structure  est  l’assemblée  générale  du Comité  Régional  du  Tourisme  :  elle  permet  aux acteurs  socio‐professionnels  de  pouvoir sexprimer,  débattre et  faire  des  propositions concrètes,  lors  de  commissions  régulières  et groupes de travail thématiques.                        Cest une histoire annuelle des Assises régionales qui  démarre.  La  manifestation  2013  sera consacrée  au  thème  de  lemploi‐formation  :  les acteurs  du  tourisme  en  région  pourront  faire remonter  leurs  propositions  via  le  Conseil Consultatif  du  Tourisme  (voir  blog  dédié http://www.crtir.org/site/) durant lannée.  La  Région  remercie tous  les  participants  pour leur implication, qu’elle souhaite  constante  tout au  long  de  l’année,  notamment  via  le  Conseil Consultatif du Tourisme, afin que les Assises 2013 soient organisées de la façon la plus collaborative possible.             
    • 16  16