Arte+7

793 views
731 views

Published on

Travail concernant Arte +7 concernant les logiques économiques de la rediffusion en ligne d'émissions télévisées par la chaîne publique européenne.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
793
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Arte+7

  1. 1. Benmehrez Selin Borensztein Sarah de Spa Inès Hubain Raphaël Kubicki Morgane Pètre Guillaume Mio Maude     CATCH UP TV ET ARTE+7  LOGIQUES STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA REDIFFUSION EN LIGNE  D’ÉMISSIONS TÉLÉVISÉES PAR LA CHAINE PUBLIQUE EUROPÉENNE         Université libre de BruxellesFaculté de Philosophie et LettresSocio-économie des médias en EuropeProfesseure : Florence Le Cam. Groupe 23  1 
  2. 2. TABLE DES MATIÈRESCATCH UP TV ET ARTE+7 ....................................................................................................................................... 1  LOGIQUES STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA REDIFFUSION EN LIGNE D’ÉMISSIONS TÉLÉVISÉES PAR LA CHAINE  PUBLIQUE EUROPÉENNE ................................................................................................................................................................. 1 I – LA CATCH UP TV................................................................................................................................................... 3  A ‐ L ÉFINITION ................................................................................................................................................................................ 3  1 ­ Générale ..................................................................................................................................................................................... 3  2 – Juridique ................................................................................................................................................................................... 3  a ‐ Notion : Linéaire vs. Non linéaire..................................................................................................................................................................... 4  b ‐ Définition.................................................................................................................................................................................................................... 4  c –Remarque : Accord collectif du 11‐09‐2007................................................................................................................................................ 4  B ‐ F ISTORIQUE ............................................................................................................................................................................... 4  C ‐ S OMPLÉMENT OU CANNIBALE DE LA TÉLÉ ? ........................................................................................................................ 5  D ‐ E SPECTS STRATÉGIQUES.......................................................................................................................................................... 6  1 ­ Rentabilisation........................................................................................................................................................................ 6  2 ­ Poids ............................................................................................................................................................................................ 6  3 ­ Contenu ...................................................................................................................................................................................... 6 II ­ ARTE........................................................................................................................................................................ 7  A ‐ ANTRODUCTION .......................................................................................................................................................................... 7  B ‐ T ISTORIQUE ............................................................................................................................................................................... 7  C ‐ S SPECTS STRUCTURELS ............................................................................................................................................................ 8  1 ­ Un G.E.I.E ................................................................................................................................................................................... 8  2 – Actionnariat et partenariat ............................................................................................................................................. 8  3 – Organes ..................................................................................................................................................................................... 9  a – Assemblée générale............................................................................................................................................................................................... 9  b – « Trois exécutifs » .................................................................................................................................................................................................. 9  4 ­ Financement ............................................................................................................................................................................ 9  A ‐ Redevance............................................................................................................................................................................................................... 10  b – Parrainage .............................................................................................................................................................................................................. 10  5 – Autonomie et contrôles ................................................................................................................................................... 11  D ‐ P ISSION ................................................................................................................................................................................... 11  E – S RÈVE CONCLUSION : UN SERVICE FINANCÉ PAR LES CITOYENS POUR LES CITOYENS ............................................. 11 III ­ ARTE+7 ...............................................................................................................................................................13  A – 3NTRO ...................................................................................................................................................................................... 13  B – T CCESSIBILITÉ ....................................................................................................................................................................... 13  1­ Géographique ........................................................................................................................................................................ 13  2­ Technique ................................................................................................................................................................................ 13  3­Temporelle ............................................................................................................................................................................... 13  C – CONTENU ................................................................................................................................................................................ 14  1­Globalement : le contenu de Arte ................................................................................................................................... 14  2­Exceptions ................................................................................................................................................................................ 14  D ‐ NENTABILITÉ .......................................................................................................................................................................... 14  1­Rappel : redevances, parrainages et autres .............................................................................................................. 14  2­Recettes : aucunes................................................................................................................................................................. 14  E ‐ NTRATÉGIE ............................................................................................................................................................................... 15  F ‐ RONCLUSION GÉNÉRALE ........................................................................................................................................................ 15 IV – BIOGRAPHIE .....................................................................................................................................................16  MONOGRAPHIES, PÉRIODIQUES, MÉMOIRES, DOCUMENTS ................................................................................................... 16  ARTICLES EN LIGNE ...................................................................................................................................................................... 16  SITES INTERNET ............................................................................................................................................................................ 17 V – ANNEXES..............................................................................................................................................................19   2 
  3. 3. I – LA CATCH UP TV  A ‐ DÉFINITION   1 ‐ GÉNÉRALE La télévision de rattrapage, Replay TV ou encore catch-up TV, définit à la fois un type de serviceassimilé à la vidéo à la demande1 et un mode de consommation démissions de télévision. Elle peutse définir comme un service proposé par une chaîne de télévision offrant l’accès à des programmesayant été récemment diffusés, à titre gratuit ou onéreux, pendant une période limitée, au moment età l’endroit choisi par le téléspectateur. Au-delà de cette période, les émissions peuvent êtreproposées en vidéos à la demande (VoD), ce qui suppose un téléchargement provisoire ou définitifcontre paiement par l’utilisateur.2Plus simplement, la télévision de rattrapage propose de revoir un programme en streaming autant defois que lon souhaite, dans un certain délai après sa première diffusion à la télévision. Après cettepériode, le contenu devient inaccessible ou payant.Ce phénomène est devenu l’une des problématiques principales des chaînes de télévision. La catch-up TV est apparu aux Etats-Unis dans les années 1990, mais c’est à partir du 30 avril 2006 que lesgrands médias américains ont lancé ce service. Après une période d’essaie très concluante, la chaîneABC fut la première à officialiser son service, baptisé «My ABC». Depuis 2008, la télévision derattrapage connaît un succès grandissant, et actuellement, toutes les grandes chaînes françaisesdisposent de ce service. L’accès à un réseau interactif (ADSL, câble, Wi-Fi, WiMAX…) est nécessaire pour visionner lecontenu mis en ligne par les chaînes de télévision.3 2 – JURIDIQUE                                                              1 BALLE, Francis, "Médias & sociétés", Paris, Lextenso édition, >Montchrestien, 2011.Consulté le 03/11/2011.2 DAUZIER, P-L., "La catch up TV: qualification et régime juridique", Legipresse, 04/2009, N° 260, p. 36-40. Consulté le28/10/2011.3 C. Marianne, "Mémoire sur linfluence des sites de catch-up TV sur le comportement de consommation des programmes deschaînes par les téléspectateurs", 11/05/2011, 55 pages. Consulté le 28/10/2011.  3 
  4. 4. A ‐ NOTION : LINÉAIRE VS. NON LINÉAIRE  Il existe deux types de télédiffusion. D’un côté un service linéaire où le téléspectateur choisit leprogramme dans une grille limitée par le nombre de programmes et les horaires de diffusion. Del’autre, la vidéo à la demande, où le consommateur peut choisir son programme parmi une banquede données à tout moment et en tout lieu : un service non-linéaire. B ‐ DÉFINITION Techniquement, la catch-up TV peut être assimilée à un service de données non linéaire mais ellereste attachée au régime linéaire de la télévision dont elle est une prolongation. Elle n’est donc passoumise à une autorisation du Csa4 parce qu’elle bénéficie de l’autorisation résultant des services dela chaîne dont elle dépend.Les artistes, interprètes, etc. et les chaînes de télévision ont signé un accord collectif le 11septembre 2007, qui adopte pour la télévision de rattrapage un régime de gratuité pendant sept jourset de rémunération par complément de salaire au-delà de ce temps.    C –REMARQUE : ACCORD COLLECTIF DU 11‐09‐2007 La catch-up TV s’est vue « officialisée » par la directive 2007/65/CE du Parlement européen et duConseil du 11 décembre 2007, dite « Services de médias audiovisuels » (SMA) modifiant ladirective 89/552/CEE, dite « Télévision sans Frontières ». La directive «vise à adapter et àmoderniser les règles existantes, afin de prendre en compte les développements technologiques etles changements intervenus dans la structure du marché de l’audiovisuel.»5 B ‐ HISTORIQUE  L’influence grandissante de ces sites de catch-up TV traduit un changement de comportement chezle consommateur de programme. Aujourd’hui, l’évolution des technologies illustre un changementchez les internautes qui veulent pouvoir maîtriser leur consommation de programmes télévisés.C’est pourquoi, actuellement, beaucoup de programmes sont disponibles gratuitement et peuventêtre consommés à tout moment sur internet.                                                             4 Conseil Supérieur de lAudiovisuel5 "Audiovisuel", site internet du Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industriesculturelles, <http://www.ddm.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=143> Consulté le 03/11/2011.  4 
  5. 5. D’après le baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) du Centre National du Cinéma et l’ImageAnimée, une étude publiée en août 2011 montre que 61.3% des internautes utilisent les services detélévision de rattrapage.En août 2011, 35.9% des consommateurs des Catch-up TV déclarent regarder des programmes aumoins une fois par semaine. La part d’utilisateurs quotidiens demeurent marginales (4.8% en août).Les femmes (53.4%) constituent une proportion plus importante des utilisateurs que les hommes(46.6%). Les 15-49 ans représentent 83.9% du public. L’audience maximale de ce service se situeentre 20 heures et 22 heures. 47.0% des utilisateurs interrogés déclarent avoir regardé desprogrammes sur cette tranche horaire en août. La tranche 22 heures – minuit arrive en deuxièmeposition (30.2%) devant la tranche 18 heures – 20 heures (24.5%).6 C ‐ COMPLÉMENT OU CANNIBALE DE LA TÉLÉ ? Ce mode de diffusion doit-il s’analyser comme un nouveau mode d’exploitation des œuvres oucomme un prolongement de la diffusion télévisuelle ?Si certains pensent que le succès de la catch-up TV est lannonce de la mort du business modèle dela télévision, dautres affirment que les deux médias préférés des français (télévision et Internet)entretiennent une relation symbiotique (Chan-Olmsted et Ha, 2008). En effet, bien quInternetreprésente aujourdhui une nouvelle source de revenus pour les chaînes, il ne sagit pas de leurprincipal générateur de chiffre daffaires. Malgré la hausse des investissements publicitaires surInternet, ce média rapporte peu car les tarifs qui y sont pratiqués sont bas.7L’arrivée des télévisions de rattrapage n’annonce pas la fin de la télévision. Ce nouveau mode dediffusion permet de mettre en valeur les attributs spécifiques d’un média plus ancien. On peutconsidérer la catch-up TV comme une extension de la diffusion télévisuelle étendue à l’ensemble dupublic.                                                             6 Centre national du cinéma et de l’ image animée, "Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR). Offre - consommation - usages",08/2011. Consulté le 04/11/2011.7 C. Marianne, "Mémoire sur linfluence des sites de catch-up TV sur le comportement de consommation des programmes deschaînes par les téléspectateurs", 11/05/2011, 55 pages. Consulté le 04/11/2011.  5 
  6. 6. D ‐ ASPECTS STRATÉGIQUES  1 ‐ RENTABILISATION  Grâce à la catch-up TV, les programmes sont accessibles à une plus large audience. Toutes leschaînes hertziennes possèdent aujourd’hui leur site de catch-up et ceux-ci engendrent des coûts. Enoffrant du contenu en ligne, une chaîne cherche à atteindre deux objectifs. Tout d’abord, ellecherche à engendrer du trafic sur le site afin d’attirer des investissements publicitaires qui luipermettent de générer des revenus : plus un programme est vu, plus la manne publicitaire serajuteuse. Parallèlement, la chaîne cherche aussi à fidéliser l’audience. En France, au début de latélévision à la demande, beaucoup de chaînes la finançaient par les revenus «globaux» de publicité,alors que la chaîne Canal+ sponsorisait la vidéo, c’est-à-dire qu’elle plaçait une publicité avant levisionnage. Actuellement, c’est ce dernier système qui est majoritairement employé.Une variante au financement par la publicité consiste à autoriser un accès au contenu en faisantpayer un forfait à l’utilisateur, ce que l’on appelle la catch-up TV payante (VoD).Un troisième modèle économique de diffusion est le modèle Freemium, provenant du secteur desjeux vidéo, qui associe une offre gratuite et une offre de meilleure qualité, payante, dite «premium». 2 ‐ POIDS Le poids de la télévision en ligne (vidéo à la demande et catch-up TV) en France était estimé à 47millions d’euros en 2009. 65% de ce montant provient de la publicité et le reste des services payants(surtout vidéo à la demande). Ce marché pourrait être triplé d’ici 2013. 3 ‐ CONTENU En général, les programmes proposés dans un service de catch-up TV sont : les magazines réaliséspar les chaînes, les documentaires, les émissions de divertissement, les informations, les séries TV,le cinéma, le sport ...etc. Seuls les films semblent absents ou payants à la demande, le reste desémissions des chaînes télévisées sont disponibles gratuitement. En ce qui concerne la France, M6 etArte sont en tête et progressent le plus rapidement dans l’offre de rattrapage. Arte propose 53% desa grille sur son service de catch-up.8                                                             8 Centre national du cinéma et de l’ image animée, "Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR). Offre - consommation - usages",08/2011. Consulté le 04/11/2011.  6 
  7. 7. II ‐ ARTE  A ‐ INTRODUCTION  Arte est un cas particulier dans le paysage audiovisuel : c’est une chaine européenne de servicepublic.Nous allons développer ici sa structure, son financement et sa mission ; trois aspects quidéterminent fortement le contenu de sa diffusion télévisuelle et internet.Rappelons que le service public est une mission générale ou une prestation particulière qui est duepar lÉtat à tous les citoyens appelés usagers. Arte pourrait être considérée comme une prestationculturelle collaborative entre les Etats français et allemands. B ‐ HISTORIQUE    La chaine de télévision Arte est née d’un intérêt politique commun entre l’Allemagne et la France.Celui de proposer un programme visant à fédérer les gens et essentiellement dédié au traitement del’information liée au monde culturel et à sa diversité.Cette idée est à l’origine partagée par François Mitterrand, Helmut Kohl et Lothar Späth.9 Uneinitiative binationale mais qui s’inscrit dans une démarche européenne.Un traité interétatique est signé entre la République française et les onze länders de l’ex Allemagnede l’Ouest le 2 octobre 1990, juste avant la réunification allemande. Dès novembre 1996, les sixLänders de l’Est y adhèreront également.10La chaine est rendue officielle le 30 avril 1991 par le biais d’un Groupement Européen d’IntérêtEconomique.Le 30 mai 1992 devient une date historique car sont diffusées simultanément des émissions pour lepublic allemand et français. Une situation sans précédent et qui ouvre une perspective de collaboration unique dans le paysage audiovisuel européen. Un exemple de cette perspectiveconjointe d’extension européenne est l’association créée avec la chaine RTBF en 1993.                                                             9 "Historique", Site Archives dArte, <http://archives.arte.tv/arteinfo/ftext/general/chronik.html >, <http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html> Consulté le 05/11/2011.10 "Le Groupe Arte", Site dArte, <http://www.arte.tv/fr/a-propos/Le-Groupe-ARTE/215358> Consulté le 08/11/2011.  7 
  8. 8. C ‐ ASPECTS STRUCTURELS  1 ‐ UN G.E.I.E Un groupement européen dintérêt économique est une entité juridique fondée sur le droit européen.Il a été institué par le Règlement CEE n° 2137/85 du Conseil du 25 juillet 1985. Son objectif est defaciliter la coopération transnationale entre entreprises11.Il sagit du regroupement de personnes morales (sociétés ou autres entités juridiques), de droit privéou public, décidant de mettre en commun des moyens tout en conservant leur personnalité juridiquepropre. Un GEIE doit compter au minimum deux sociétés européennes appartenant à deux Étatsmembres différents.Arte est un regroupement de personnes publiques et non privées. Le G.E.I.E compte deux sociétésque nous allons présenter.12 2 – ACTIONNARIAT ET PARTENARIAT   Arte France et Arte Allemagne, formant ensemble le groupe Arte GEIE, ont des actionnairesuniquement publiques.Arte France est détenue par France Télévisions (50%), l’Etat Français (25%), Radio France (15%)et l’Institut national de laudiovisuel (15%).13Arte Allemagne est détenue à 50% par la ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen) qui est une chaine detélévision publique. Ainsi que l’ARD (Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichenRundfunkanstalten der Bundesrepublik Deutschland), à 50% également. C’est une fédération deradios régionales publiques.Le groupement Arte a pour membres associés des chaines de télévisions publiques en Belgique,Pologne et Autriche. La RTBF est le membre associé belge. De surcroit, le groupement coopèreavec d’autre chaines et radios publiques en Suisse, Espagne, Finlande, Pays-Bas et Grèce.14                                                             11 "Le Groupe Arte-Rapport dactivité 2009-2010", Site dArte Pro <http://flipbook.arte.tv/rapport-activite-2011/index.html#/22/zoomed;> Consulté le 08/11/2011.12 "Arte G.E.I.E", Site France-Allemagne, <http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html> Consulté le 07/11/2011.13 ARTE Deutschland TV GmbH, Site dArte,<http://www.arte.tv/fr/2153580,CmC=2196668.html Consulté le 08/11/2011.14 ""ARTE-GEIE", Site du Centre dInformation sur les Institutions Européennes, <http://www.strasbourg-europe.eu/?> Consulté le28/10/2011.  8 
  9. 9. 3 – ORGANES  A – ASSEMBLÉE GÉNÉRALE « L’Assemblée Générale, qui se réunit quatre fois par an, prend les décisions concernant les grandesorientations de la chaîne, vote le budget, nomme le comité de gérance et les responsables deservices de Arte GEIE. Elle se compose de six Français et de six Allemands représentant lesmembres du GEIE.15» Son président est Markus Schächter, président de la ZDF, depuis le1er janvier 2011.Notons que les partenaires associés (RTBF, TVP et ORF) sont membres de cette Assemblée etdisposent d’une voix consultative. Le rôle de cette assemblée comprend la stratégie d’ensemble, laconception générale du programme d’Arte et la programmation des émissions. Elle est responsablede la diffusion des émissions ainsi que de la présentation et le traitement multilingue desprogrammes. Elle assure également la production des émissions d’information, de magazines et decertaines soirées thématiques. Arte GEIE définit et coordonne la communication de la chaîne etgère les relations avec les partenaires européens. B – « TROIS EXÉCUTIFS » Le Comité de gérance dirige la chaîne au quotidien et rend compte régulièrement de son action àl’assemblée générale. Il est le véritable exécutif d’Arte, mais son activité est temporisée par la« Conférence des Programmes », et le « Comité Consultatif ».La conférence des programmes a pour mission de veiller au contenu. Elle définit, une fois parmois, la ligne éditoriale de la chaine, et la grille des programmes. Ceci après l’avoir soumise àl’assemblée générale.Le comité consultatif des programmes conseille tous les autres organes. Il est composé depersonnalités liées à la culture et la politique allemande et française et des partenaires avec voixconsultative.16 4 ‐ FINANCEMENT Le GEIE, nétant pas une société, na pas obligatoirement un capital minimal et na pas pour objectifde réaliser des bénéfices pour lui-même. Ses bénéfices éventuels sont répartis entre les membres,                                                             15 "Arte G.E.I.E", Site France-Allemagne, < http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html> Consulté le 07/11/2011.16 Rapport dactivité 2009-2010(Plaquettes institutionnelles); Site dArte PRO;http://download.www.arte.tv/permanent/u6/plaquette2010/2009-2010_Rapport_Annuel_FR.pdf; consulté le 09 nov. 2011.  9 
  10. 10. selon les clauses du contrat dassociation, en principe au prorata des moyens engagés par chacun, ettaxés selon les règles applicables à ces sociétés.17ARTE est financée à 95% par la redevance audiovisuelle, en France comme en Allemagne. LaChaine ne peut recourir à la publicité, mais a la possibilité de développer ses recettes propres, enparticulier par la recherche de parrainages.18 A ‐ REDEVANCE   La redevance audiovisuelle est une taxe. Les auditeurs et téléspectateurs la payent à l’Etat dans le but de financer en tout ou partie les radios et télévisions publiques. En France, la redevance s’appelle « Contribution à l’audiovisuel public ». 8% de cette contribution 19finance Arte.En Allemagne, cette taxe s’appelle la GEZ, et est prélevée par la « Centrale de collecte de laredevance des établissements de radiodiffusion de droit public en république fédéraledAllemagne ». B – PARRAINAGE C’est un soutien financier total ou partiel dun annonceur à un programme radiophonique outélévisé. Silvère Piquet précise quil peut prendre : « Plusieurs formes réglementées par un cahierdes charges, établi par lannonceur et la chaîne de télévision ou de radio. Quatre formes possibles deparrainage audiovisuel existent Le bartering, la coproduction, lintégration du produit sous forme delots cadeaux, la mention au générique et/ou dans les bandes-annonces du nom de lannonceursponsor.20                                                             17 "Groupement Européen dInteret Economique", Site dEuropa, synthèses de la législation delUE,<http://europa.eu/legislation_summaries/internal_market/businesses/company_law/l26015_fr.htm> Consulté le 03/11/2011.18 "Arte G.E.I.E", Site France-Allemagne, < http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html> Consulté le 07/11/2011.19 "Rapport législatif n°2859", Site de lAssemblée Nationale française, <http://www.assemblee-nationale.fr/13/budget/plf2011/a2859-tvi.asp> Consulté le 11/11/2011.20 "Définition : parrainage audiovisuel", Le site des professionnels du marketing, <http://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire-Marketing/Parrainage-audiovisuel-5967.htm> Consulté le 28/10/2011.  10 
  11. 11. 5 – AUTONOMIE ET CONTRÔLES « ARTE bénéficie d’une autonomie financière et de gestion. L’Assemblée générale choisit deuxcontrôleurs issus d’ARTE France et d’ARTE Allemagne (respectivement Fabrice Rebois et KlausWenger à l’heure actuelle) pour effectuer le contrôle de gestion. Le contrôle financier est assuré parles commissaires aux comptes. Par ailleurs, une fonction de contrôle externe a été créée pourvérifier la mise en œuvre des résolutions de l’Assemblée Générale, le respect des dispositionslégales en vigueur et l’efficacité de l’utilisation des fonds. » 21 D ‐ MISSION  Le traité fondateur d’ARTE G.E.I.E. daté du 30 avril 1991 souligne le sens et l’esprit originel duprojet. La mission y est définie comme suit :« LE GROUPEMENT A POUR OBJET DE CONCEVOIR, REALISER ET DIFFUSER OUFAIRE DIFFUSER PAR SATELLITE OU PAR TOUT AUTRE MOYEN, DES EMISSIONSDE TELEVISION AYANT UN CARACTERE CULTUREL ET INTERNATIONAL AU SENSLARGE, ET PROPRES A FAVORISER LA COMPREHENSION ET LE RAPPROCHEMENTDES PEUPLES. »Arte a commencé à diffuser ses programmes en 1992. Aujourd’hui, presque vingt ans plus tard,Arte s’est solidement établie aussi bien en Allemagne qu’en France et est devenue synonyme, danstoute l’Europe, de programmes créatifs de qualité.22                                                             21 "Le budget du Groupe Arte",Site dArte <http://www.arte.tv/fr/2153580,CmC=2196680.html> Consulté le 08/11/2011.22 "La mission du Groupe Arte", Site dArte, <http://www.arte.tv/fr/a-propos/LeGroupe-ARTE/2153580.html> Consulté le07/11/2011.  11 
  12. 12. E – BRÈVE CONCLUSION : UN SERVICE FINANCÉ PAR LES CITOYENS POUR LES  CITOYENS Que retenir de cet examen historique et structurel de la chaine ?Tout d’abord les financements viennent des citoyens français et allemands, via la redevance.Ensuite la chaine poursuit une mission culturelle de service publique (dont nous avons vu les détailsplus haut). Une mission qui est destinée à ces mêmes citoyens. Pour finir, Arte a pour principalobjectif la réussite de sa mission de service public, indépendamment de toute rentabilité financière.Fort de ces constats, nous verrons dans la troisième partie que la Catch-Up TV d’Arte estprincipalement élaborée au service de son public, davantage encore que celle d’autres télévisionspubliques nationales en Europe.  12 
  13. 13. III ‐ ARTE+7  A – INTRO Arte + 7 est un service de plate-forme streaming lancé dans le courant de 20071, ou comme expliquéauparavant une « catch up Tv ». Cette plate-forme permet aux internautes de trouver ou retrouverun programme et de le visionner en ligne, sous certaines conditions, sur le site d’ARTE +7. B – ACCESSIBILITÉ  1‐ GÉOGRAPHIQUE La plate-forme streaming est accessible entre-autres aux internautes des pays francophones ( àl’exception du Canada ) et germanophones. 2‐ TECHNIQUE Suites à certains accords avec Youtube et Dailymotion, les vidéos sont également disponibles surces deux plateformes communautaires. La technologie évoluant sans cesse, l’accessibilité s’étendaujourd’hui aux smartphones et tablettes. 3‐TEMPORELLE Les programmes sont disponibles 24/24h durant les sept jours suivant leur première diffusion à latélévision et cela en référence aux accords du 11 septembre 2007 mentionnés dans la partie catch-upde notre travail, après quoi, ils disparaissent ou deviennent payant.                                                             23 GOURDIN, C., "Les programmes dArte 7 jours sur le Net", La Libre Belgique, 28/08/2007 (en ligne)Consulté le 08/11/2011.  13 
  14. 14. C – CONTENU  1‐GLOBALEMENT : LE CONTENU DE ARTE Comme mentionné dans la partie sur Arte, la vocation de cette chaîne est principalement culturelle.Les vidéos sont triées par thèmes : fiction, documentaire, histoire, junior, environnement, culturepop et alternative etc. Ou par programme, ce qui vous donne directement accès à l’émission devotre choix. Citons notamment: Court-circuit, 360°-Géo, Arte Journal, Arte reportage, etc. 2‐EXCEPTIONS Dans la suite logique des idéaux de la chaîne, les programmes sportifs et talk-shows sont bienévidemment absents du site. Par ailleurs, tous les programmes de Arte ne bénéficient pas des droitsde diffusion en ligne, ce qui explique que la totalité ne s’y retrouve pas. D ‐ RENTABILITÉ  1‐RAPPEL : REDEVANCES, PARRAINAGES ET AUTRES Les revenus proviennent de la part daudience et des redevances (la chaîne étant financée à 95% parles services publiques allemands et français), ainsi que des vidéos à la demande et des DVD etlivres vendus par le groupe. Le dernier acteur du financement de Arte ou Arte +7 est le parrainage.Par ailleurs, certains programmes sont disponibles en DVD, notamment sur Arte Boutique (même sila vente de DVD nest pas le but 1er de la chaîne), ou en vidéos payantes sur ArteVOD. 2‐RECETTES : AUCUNES Sur le site dArte+7, il est à noter quil ny a pas de publicités (ni bannières, ni photos, ni vidéos). Or,sur les sites des autres chaînes, linternaute est généralement obligé de regarder une annoncepublicitaire (de 10 à 30 secondes en moyenne) avant chaque séquence vidéo en streaming. Ce sont,bien entendu, ces pubs qui fournissent le bénéfice de ces diffusions « gratuites ».  14 
  15. 15. E ‐ STRATÉGIE Arte adopte une autre optique: il sagit de toucher un maximum dindividus, de se faire connaître etde faire connaître la nature et la qualité de leurs programmes.Il sagit donc plus pour Arte, en ce qui concerne Arte+7, dune opération marketing que dun servicecomplémentaire. Le but est détendre la toile de spectateurs, non de faire des bénéfices partout oùloccasion se présente. Cette convergence de la télévision et du numérique a donc ici pour but derassembler les gens. F ‐ CONCLUSION GÉNÉRALE Pour résumer, Arte+7 semble être un cas à part, notamment de part son optique non lucrative. Onconstate, en effet, que le but poursuivi est une immersion dans le monde culturel européen etcherche à favoriser le rapprochement des peuples. Cette visée philanthropique est peut-être ce quidonne toute sa force au groupe Arte et lui assure une certaine durabilité sur le plan financier. Enrestant fidèle à sa ligne directrice, elle maintient la confiance de ses investisseurs (parrainage etétats).Arte nous montre ainsi avec brio quune chaîne de télévision peut encore perdurer à lépoqueactuelle en fournissant au public des programmes de qualité et non abrutissants, tout en évoluantavec son temps.  15 
  16. 16. IV – BIOGRAPHIE  MONOGRAPHIES, PÉRIODIQUES, MÉMOIRES, DOCUMENTS  • BALLE, Francis, "Médias & sociétés", Paris, Lextenso édition, Montchrestien, 2011.  • BINET, GELINEAU, "La télévison, telle que la connaissons, est-elle morte?", Master 226, Université Paris Dauphine, 2008, 83 pages.  • C. Marianne, "Mémoire sur linfluence des sites de catch-up TV sur le comportement de consommation des programmes des chaînes par les téléspectateurs", 11/05/2011, 55 pages. <http://www.oodoc.com/128505-memoire-marketing-consommation-telespectateurs-catch-up- tv.php> (date de consultation : 13/11/2011)  • Centre national du cinéma et de l’image animée, "Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR). Offre - consommation - usages", 08/2011.  • DAUZIER, P-L., "La catch up TV: qualification et régime juridique", Legipresse, 04/2009, N° 260, p. 36-40.  • GERVAIS Jean-François et al., "Modèles économiques et techniques", Documentaliste-Sciences de lInformation, 04/2010, Vol. 47, p. 30-41.  • NOSNY, Nathalie, "La vidéo en ligne : techniques, usages et métiers", 2010, N° 5, p. 92-93. <http://bbf.enssib.fr/> (date de consultation : 14/11/2011)  ARTICLES EN LIGNE  • Anonyme, "France : le marché de la VOD", Journal du net, 29/03/2010, CCM Benchmark Group. <http://www.journaldunet.com/cc/02_equipement/equip_video_fr.shtml> (date de consultation : 29/11/2011)  • Anonyme, "Le Top 5 des sites de chaînes TV Suivante. 5ème : Arte.tv", Journal du net, 31/05/2011, CCM Benchmark Group. <http://www.journaldunet.com/ > (date de consultation : 29/10/2011)  • Anonyme, "Les chaînes françaises misent sur Internet", le Nouvel Observateur,30/12/08, Groupe Perdriel. <http://tempsreel.nouvelobs.com/high- tech/20081230.OBS7743/les-chaines-francaises-misent-sur-internet.html> (date de consultation : 12/11/2011)  • DREYFUS, Stéphane, "La télévision passe au rattrapage", la-croix.com., 05/2010, Bayard Presse. <http://www.la-croix.com/Culture-Loisirs/Culture/Actualite/La-television-passe- au-rattrapage-_NG_-2010-05-14-551416> (date de consultation : 13/11/2011)  • G., Jérome, "Catch-up TV : ARTE sur YouTube et Dailymotion", Génération nouvelles technologies, 7/12/2010, société GNT Média. <http://www.generation-nt.com/arte-tv- rattrapage-dailymotion-youtube-actualite-1126101.html> (date de consultation : 13/11/2011)   16 
  17. 17. • G., Jérome, "La Catch-up TV prend son envol", Génération nouvelles technologies, 18/09/2011, société GNT Média. <http://www.generation-nt.com/tv-rattrapage-mediametrie- etude-actualite-1255871.html> (date de consultation : 13/11/2011)  • G., Jérome, "Télévision de rattrapage : les internautes demandeurs", Génération nouvelles technologies, 29/03/2011, société GNT Média. <http://www.generation-nt.com/cnc- television-rattrapage-free-actualite-1181091.html> (date de consultation : 13/11/2011)  • GOURDIN, Caroline, "Les programmes dArte 7 jours sur le Net", La Libre Belgique, 28/08/2007, Groupe IPM. <http://www.lalibre.be/culture/mediastele/article/366690/les- programmes-d-arte-7-jours-sur-le-net.html> (date de consultation : 20/10/2011)  • SOLOVIEFF, Karine, "Arte lance sa catch-up TV, Canal+ bute sur la sienne", 01net, 01/10/07, Groupe 01. <http://www.01net.com/editorial/360134/arte-lance-sa-catch-up-tv-canal- plus-bute-sur-la-sienne/> (date de consultation : 29/10/2011)  SITES INTERNET  • "Audiovisuel", site internet du Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles, <http://www.ddm.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=143> (date de consultation : 20/11/2011)  • "ARTE Deutschland TV GmbH, Site dArte, <http://www.arte.tv/fr/2153580,CmC=2196668.html >(date de consultation : 08/11/2011)  • "Arte G.E.I.E", Site France-Allemagne, <http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G- E-I-E,1140.html>, < http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html>, <http://www.france-allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html>(date de consultation : 07/11/2011)   • "ARTE-GEIE", Site du Centre dInformation sur les Institutions Européennes, <http://www.strasbourg-europe.eu/?> (date de consultation : 09/11/2011)   • "Contribution à l’audiovisuel public", site internet gouvernemental sur les différentes taxes, <http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/particuliers.impot?pageId=part_redevance&espId=1 &impot=RTV&sfid=50>(date de consultation : 08/11/2011)  • "Définition : parrainage audiovisuel", Le site des professionnels du marketing, <http://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire-Marketing/Parrainage-audiovisuel-5967.htm> (date de consultation : 07/11/2011)  • "DVD", boutique en ligne du groupe ARTE, <http://www.arteboutique.com/Home.action> (date de consultation : 12/11/2011.)  • "Groupement Européen dInteret Economique", Site dEuropa, synthèses de la législation de lUE, <http://europa.eu/legislation_summaries/internal_market/businesses/company_law/l26015_fr.htm > (date de consultation : 08/11/2011)   17 
  18. 18. • "Historique", Site Archives dArte, <http://archives.arte.tv/arteinfo/ftext/general/chronik.html>, <http://www.france- allemagne.fr/ARTE-G-E-I-E,1140.html>, (date de consultation : 05/11/2011)   • "La mission du Groupe Arte", Site dArte, <http://www.arte.tv/fr/a-propos/Le- Groupe-ARTE/2153580.html> (date de consultation : 08/11/2011)   • "Le budget du Groupe Arte", <Site dArte; http://www.arte.tv/fr/2153580,CmC=2196680.html> (date de consultation : 08/11/2011)   • "Le Groupe Arte", Site dArte, <http://www.arte.tv/fr/a-propos/Le-Groupe- ARTE/215358> (date de consultation : 08/11/2011)  • "Le Groupe Arte-Rapport dactivité 2009-2010", Site dArte Pro, <http://flipbook.arte.tv/rapport-activite-2011/index.html#/22/zoomed;> (date de consultation : 08/11/2011)  • "Rapport dactivité 2009-2010" (Plaquettes institutionnelles), Site dArte Pro, <http://download.www.arte.tv/permanent/u6/plaquette2010/2009- 2010_Rapport_Annuel_FR.pdf> (date de consultation : 20/10/2011)  • "Rapport législatif n°2859", Site de lAssemblée Nationale française, <http://www.assemblee-nationale.fr/13/budget/plf2011/a2859-tvi.asp> (date de consultation : 07/11/2011)  • "Tout sur Arte", site internet du groupe ARTE, <http://flipbook.arte.tv/rapport- activite-2011/#/24/zoomed>, <http://asp.zone- secure.net/v2/index.jsp?id=3194/4139/16714&lng=fr>, <http://www.arte.tv/fr/a-propos/ARTE-- The-Channel-_5Bengl-_5D/2197470.html> (date de consultation : 28/10/2011)     18 
  19. 19. V – ANNEXES      • Centre national du cinéma et de l’image animée, "Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR). Offre - consommation - usages", 08/2011.  • DAUZIER, P-L., "La catch up TV: qualification et régime juridique", Legipresse, 04/2009, N° 260, p. 36-40.     19 

×