• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Millward Brown - Maximiser la qualité des vidéos virales : la créativité et l’impact sont toujours d’actualité
 

Millward Brown - Maximiser la qualité des vidéos virales : la créativité et l’impact sont toujours d’actualité

on

  • 830 views

La technologie évolue plus rapidement que la nature humaine et c’est une réalité que les marketers ont tout intérêt à prendre en compte lorsqu’ils cherchent à « viraliser » une vidéo. ...

La technologie évolue plus rapidement que la nature humaine et c’est une réalité que les marketers ont tout intérêt à prendre en compte lorsqu’ils cherchent à « viraliser » une vidéo. Contrairement à la publicité TV traditionnelle et dans un contexte de restrictions budgétaires l’idée suivante devient tout particulièrement séduisante : créer de la viralité en encourageant les gens à faire suivre une vidéo qu’ils ont apprécié à leurs amis, leurs collègues ou aux membres de leur famille.

Statistics

Views

Total Views
830
Views on SlideShare
830
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
9
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Millward Brown - Maximiser la qualité des vidéos virales : la créativité et l’impact sont toujours d’actualité Millward Brown - Maximiser la qualité des vidéos virales : la créativité et l’impact sont toujours d’actualité Document Transcript

    • Maximiser la qualité des vidéosvirales : la créativité et l’impact sonttoujours d’actualité La technologie évolue plus rapidement que la nature humaine et c’est une réalité que les marketers ont tout intérêt à prendre en compte lorsqu’ils cherchent à « viraliser » une vidéo. Contrairement à la publicité TV traditionnelle et dans un contexte de restrictions budgétaires l’idée suivante devient tout particulièrement séduisante : créer de la viralité enencourageant les gens à faire suivre une vidéo qu’ils ont apprécié à leurs amis,leurs collègues ou aux membres de leur famille.Les mêmes règles prévalent pour les films viraux que les films TV. La créativité et l’impact créédemeurent des éléments clés. Pour que les gens aient envie de regarder une vidéo, il faut que celle-ci soit créative, peut-être encore même plus que pour la télévision. En mettant en ligne une vidéo ense contentant seulement d’espérer son éventuel succès risque d’en décevoir plus d’un car il se peutrès bien que cette dernière ne soit jamais découverte (= faible nombre de vues).L’humain, un facteur clé de succès pour unecampagne viralePour être efficace, une campagne virale se doit d’être capable de générer un désir de partage chezles internautes. Les marketers doivent donc s’assurer que les gens se sentiront inspirés après avoirvisionné la video pour ensuite la faire suivre à d’autres. Et cette motivation ancestrale qui existaitbien avant les medias sociaux (souvenez-vous seulement des échanges par mail…) réside dans le faitque les gens ont envie d’être connectés. Les gens aiment partager des blagues, des anecdotes et desphotos. Envoyer du contenu, quel qu’il soit, est un moyen de garder le contact, de forger des liens,ou simplement l’occasion d’envoyer un message du type « Tiens, je pensais à toi, j’espère que tu ceque je t’envoie te plaira ».Cependant, une publicité vidéo peut avoir une valeur qui va au-delà de la dimension personnelle ducommentaire ou de la photo. Une publicité peut en effet devenir le reflet de votre modernitésociale. Envoyer et recevoir une vidéo inédite, fun et que vous trouvez intéressante prouve que vousêtes cool et branché. Pour que cette transmission audiovisuelle soit un succès, la vidéo devracependant plaire à celui qui la reçoit.
    • Deux éléments importants pour votre réussite virale En 2007, Duncan J. Watts a co-écrit une étude intitulée Viral Marketing for the Real World avecJonah Peretti et Michael Frumin. Dans cette étude, Watts, qui enseigne par ailleurs la sociologie àl’Université de Columbia et qui est l’auteur de Six Degrees: The Science of a Connected Age (W. W.Norton, 2003), estime que l’importance d’un public viral est déterminée par la taille del’échantillonnage initial (seeding en anglais) de la vidéo combinée au « taux de reproduction » (c’est-à-dire l’envie qu’auront le gens de faire suivre la vidéo à d’autres).En marketing, l’échantillonnage correspond à l’ensemble des personnes auxquelles est envoyée unevidéo (habituellement, en « avant-première »). Les auteurs démontrent que plus une vidéo virale estenvoyée à un nombre important de personnes, plus il y aura de vues supplémentaires (quel que soitd’ailleurs le pouvoir créatif de la vidéo). Se contenter de mettre une vidéo en ligne en espérant queles internautes la trouveront constitue au mieux une stratégie à long terme. Pour qu’une vidéo aitune chance de devenir virale, il faut qu’elle soit envoyée à suffisamment de personnes pourcommencer (l’échantillonnage donc) afin de transcender la disparité des sites et des réseauxpersonnels que l’on trouve sur Internet.La créativité est essentielleDans leur étude, Watts, Peretti et Frumin s’intéressent principalement à l’aspect « média » dumarketing viral. Ils affirment d’ailleurs que le succès est rare et que prévoir le succès d’unecampagne virale est extrêmement difficile voire impossible même pour les professionnels les plusaguerris. Ces derniers ne peuvent en effet anticiper le succès d’une campagne que s’ils comprennentréellement comment et pourquoi la publicité résonnera auprès du public auquel elle est destinée.Analyser le rôle de la créativité dans les campagnesviralesL’an dernier, Duncan Southgate, Nikki Westoby et Graham Page (respectivement Director GlobalInnovations, Neuroscience Innovations Executive et Executive Vice-President Global Innovationschez Millward Brown) ont cherché à comprendre quels étaient les facteurs créatifs qui font qu’unepublicité devient virale. L’étude, Creative determinants of viral video viewing, a été publiée en mai2010 dans l’International Journal of Advertising. Leur travail consistait en effet à analyser desdonnées comportementales et le nombre de vues de 102 vidéos proposées YouTube (71 des Etats-Unis et 31 du Royaume-Uni) qui avaient été testées au préalable dans leur version finalisée sur Link,la méthodologie de pré-test Millward Brown.L’analyse des données confirme l’affirmation de Watts qui consiste à dire que le succès viral est rare.La répartition du nombre de vues hebdomadaire est très inégale puisque seule une publicité sur sixparvient à atteindre un bon niveau (voir explications ci-dessous).
    • Les règles en matière de créativitéMalgré l’influence potentielle des facteurs médias, quatre éléments liés à la création ayant une fortecorrélation avec le nombre de vues d’une publicité sur YouTube ont été identifiés (voir tableau 1). Tableau 1: Quatre drivers importants dans le nombre de vues des vidéos viralesNotoriété. Pour commencer, l’indice de notoriété (Awareness Index) a une corrélation de 0,43 avecle nombre de vues (en pub télévisée, il s’agit de la combinaison de l’agrément, de l’engagementpersonnel et du branding). Il n’est donc pas surprenant de trouver que la corrélation, bien que forte,ne soit pas écrasante. Cela vient du fait que l’indice de notoriété a été créé pour mesurer le lienentre une publicité et une marque alors que l’analyse avait pour objectif de comprendre ce quimotive un individu à regarder une publicité.Buzz (Pass-along). Ensuite, lorsqu’une personne affirme être prête à faire suivre une vidéo à uneautre personne, ceci indique que pour cette personne, la publicité a de la valeur (r=0.38). Watts,Peretti et Frumin démontrent qu’une campagne en ligne ne deviendra vraiment virale (avec uneaugmentation exponentielle du nombre de vues) que si l’internaute envoie la publicité à plus d’unepersonne. Peu de vidéos parviennent cependant à engager autant les internautes. En effet,seulement 2% des spots publicitaires pré-testées chez Millward Brown avec Link présentent unpourcentage de 35% ou plus de personnes affirmant être prêtes à faire suivre la publicité àquelqu’un d’autre.Célébrité (Celebrity). En examinant simplement les données recueillies, un troisième facteur estapparu : la présence d’une célébrité a un impact immédiat sur le nombre de vues (r=0.31). Pourmesurer le pouvoir des célébrités (indice, créé dans Google Insights, permettant de comparer lenombre de recherches pour différentes personnalités, par mots clés, ex « Angelina Jolie »). Plusl’intérêt pour la célébrité est prononcé, plus le nombre de vues hebdomadaire est élevé.Différenciation (Distinctiveness). Pour terminer, il a été observé que la mesure de différencitation deLink (question : « La publicité que vous avez vue est-elle vraiment différente des autrespublicités ? ») a la corrélation la plus forte avec le nombre de vues hebdomadaire (r=0.46).Intuitivement, cela a du sens. Après tout, pourquoi regarder une vidéo sur YouTube si elle ne
    • présente pas une promesse de nouveauté, d’originalité ? Les plus grands succès viraux sont tousdifférents d’une manière ou d’une autre, ce qui montre à quel point ce succès peut être aléatoire.Lorsque les trois mesures sont combinées (tableau 2) on observe un lien très clair avec les vuesYouTube (r=0.63). Ce lien n’est pas parfait ce qui s’explique par le rôle important de la contributiondes mass média, du seeding et d’autres facteurs dans le succès viral. Il est cependant intéressant depouvoir isoler et comprendre les principaux facteurs de créativité qui font le succès d’une campagnevirale. L’étude confirme que la créativité joue un rôle essentiel et permet plus de vues et encourageles internautes à envoyer un spot publicitaire à d’autres. Elle confirme également les précédentesétudes menées par Millward Brown en 2007, qui montraient que les meilleures vidéos virales sontsouvent très amusantes, décalées, captivantes ou sexy.Tableau 1: Une forte proportion du nombre de vues de vidéos virales est prévisible si l’on se base sur le pouvoir créatif de ces dernièresL’impact a un rôle importantA l’aide d’exemples réels, Watts, Peretti et Frumin démontrent que plus l’échantillonnage d’unecampagne est important, plus cette dernière atteindra de personnes, quel que soit d’ailleurs le tauxde buzz. En fonction du public ciblé, l’échantillonage de campagne virale pourra être accompagnéd’une présence dans les médias traditionnels. Certaines campagnes fonctionnent mieux avec unecampagne publicitaire payante en amont. Concrètement, la vidéo peut d’abord être diffusée à la TV,ou au cinéma, ou encore dans le cadre de publicités payantes sur Internet. D’après le magazinebritannique Campaign, parmi les 10 meilleures vidéos virales de la décennie figurent plusieurspublicités télé (« Bear » de John West Salmon, « Cog » de Honda et « Whassup » de Budweiser).
    • Une publicité a plus de chance de devenir virale si elleest mise en ligne sur différents sitesPour d’autres publicités, la communication peut également jouer un rôle prédominant. Il fautd’abord que l’échantillonnage de la publicité auprès de leaders d’opinion ait été effectuécorrectement puis que le buzz survienne de sorte à atteindre un public plus large. Ainsi, la publicité« Evolution » de Dove, qui figure également dans le Top 10 du magazine Campaign, a bénéficié d’unecampagne de communication éclaire orchestrée par l’agence New-Yorkaise Edelman. C’est ce quiexplique que le spot « Evolution » ait été visionné plus de 10 millions de fois alors que la secondepublicité intitulée « Daughters » n’a été vue que 500 000 fois. Cet écart ne s’explique pas par lacréativité. Pour ces deux pulicités, les internautes s’étaient dits prêts à envoyer la vidéo à quelqu’und’autre (34 % pour « Evolution » et 39 % pour « Daughters »). La différence réside plutôt dans le faitque plus de personnes avaient été exposées à la première publicité par le biais des campagnes derelations publiques et dans les médias traditionnels.Forts de ces enseignements, les marketers ont donc intérêt à préparer soigneusement leurscampagnes virales. L’étude indique clairement que lorsque la mise en ligne des vidéos est faite surplusieurs sites, la campagne a plus de chances de réussite. Diffuser une pub sur le site de sonentreprise ou sur un seul réseau social semble donc ne pas suffire. L’étude Dynamic Logic’sAdReaction montre que de nombreux internautes se rendent sur plusieurs réseaux sociaux alors queseulement une infime minorité d’entre eux est membre actif de plusieurs réseaux à la fois.Bien choisir les sites de point de contact ainsi que lenom de la vidéoBien entendu, le nombre de points de contact online n’est pas le seul paramètre. D’autres facteurssont susceptibles d’influencer le destin d’une publicité, notamment les sites où elle a été téléchargéeet « stockée » (citons YouTube, Daily Motion ou un mini-site dédié) ainsi que son nom. En effet, ilconvient de nommer soigneusement chaque vidéo de sorte à ce que les internautes puissent lestrouver facilement en effectuant lors d’une recherche (dans un moteur de recherche ainsi que surl’outil de consultation intégré à même les sites web).Dans le cadre de l’étude Creative determinants of viral video viewing, Millward Brown a tenté deretrouver les 102 publicités sur YouTube (à l’aide de mots clés) pour rapidement s’apercevoir qu’il latâche était difficile lorsque ces dernières avait été nommées bizarrement. Car le nom donné à unevidéo remplit une fonction primordiale. L’internaute sera peut-être plus attiré par un nom intriguantmais une publicité avec un nom évocateur, qui fait sens, aura plus de chance d’être visionnée donc,d’avoir un nombre de vues plus important. A noter : un annonceur ne peut contrôler que le nom dela version officielle de sa publicité ce qui signifie que son choix doit être mûrement réfléchi.La puissance d’une campagneEnfin, une publicité virale peut aussi très bien fonctionner dans le cadre d’une campagne constituéede plusieurs spots liés les uns aux autres par des codes de communication communs. Ainsi, lacampagne « Will it blend? », composée de plus de 80 spots différents utilise plusieurs desingrédients d’une campagne virale réussie. A l’origine, à chaque mise en ligne d’une nouvelle vidéo,la vidéo précédente augmentait la probabilité que toutes les publicités déjà en ligne soient
    • visionnés. La vidéo la plus visionnée de la campagne a été celle de l’iPhone Will It Blend? avec plusde 7 millions de vues. Cette campagne a atteint une telle dimension et une vraie légitimité enattirant un public extrêmement large. Peu de campagnes parviennent cependant à une tellenotoriété à moins de faire preuve de beaucoup de créativité et d’atteindre d’emblée un nombreimportant de personnes.Se contenter de mettre une vidéo en ligne en espérant que les internautes la trouveront constitueau mieux une stratégie à long terme.Pour terminer…Générer un nombre de vues conséquent grâce à la viralité est un objectif ambitieux qui peut semblerdifficile. La réalité montre que pour réussir une campagne en ligne ou hors ligne, les marketers ontbesoin de créativité et d’une réelle présence (bien choisie) sur la toile. Pour que la magie opère, ilfaut cependant que la vidéo ait quelque chose de nouveau et de distinctif à proposer auxinternautes. Une publicité télé qui sera plus ou moins ignorée dans un salon passera complètementinaperçue sur Internet. En cherchant l’engagement des internautes, les publicitaires mettentclairement la barre très haute. Créer une bonne publicité en ligne que les internautes auront enviede regarder est complexe mais réussir une campagne virale avec un taux de buzz supérieur à 1 pour1 l’est encore davantage.Cela ne signifie pas pour autant que les publicitaires doivent ignorer cette opportunité. Il leur faudrasimplement faire preuve de réalisme quant à un éventuel succès. Lorsqu’un spot publicitaire est enphase avec le positionnement et la personnalité de la marque, qu’il suscite un intérêt auprès dupublic auquel il est destiné et qu’il est facilement trouvable sur la toile, il a de fortes chances d’êtrevisionné plusieurs fois. L’investissement peut donc s’avérer très rentable. Nigel Hollis, Executive Vice President and Chief Global Analyst - Millward Brown