• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Etude paneuropéenne Millward Brown - Les Français, champions de l'adapation face à la crise
 

Etude paneuropéenne Millward Brown - Les Français, champions de l'adapation face à la crise

on

  • 2,451 views

Millward Brown, spécialiste des études de Marques et de Communication a conduit une étude paneuropéenne sur l’évolution des comportements de consommation des européens face à la crise en ...

Millward Brown, spécialiste des études de Marques et de Communication a conduit une étude paneuropéenne sur l’évolution des comportements de consommation des européens face à la crise en utilisant
IDEABLOG, sa nouvelle plateforme d’études 2 .0.

Statistics

Views

Total Views
2,451
Views on SlideShare
2,400
Embed Views
51

Actions

Likes
0
Downloads
44
Comments
0

3 Embeds 51

http://www.lesmarquesalaloupe.com 47
http://marques-et-tongs.typepad.com 3
http://www.typepad.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Etude paneuropéenne Millward Brown - Les Français, champions de l'adapation face à la crise Etude paneuropéenne Millward Brown - Les Français, champions de l'adapation face à la crise Document Transcript

    • Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ Les consommateurs français : champions européens de l’adaptation face à la crise La crise s’est installée durablement en France et en Europe. Chaque jour, ses e ets sur le monde de l’entreprise et sur l’économie européenne font la une des médias. Dans ce contexte les ques- tions que nous souhaitions soulever étaient de comprendre comment le climat économique qui règne actuellement touche les consommateurs français et européens, comment ils y font face aujourd’hui, comment s’en trouvent modi és leurs habitudes et de quelle manière ? A n d’explorer ces problématiques, Millward Brown a conduit une étude* dans 11 pays européens avant l’été à l’aide d’une nouvelle méthode d’étude, nommée IDEABLOG™, qui s’appuie sur la dynamique des réseaux sociaux. A la frontière des techniques qualitati- ves et quantitatives, cette nouvelle plateforme d’études a permis aux individus sollicités d’échanger et de débattre de leurs expériences à propos du climat économique actuel, donner leur avis sur leurs changements en matière de consommation et de Marques achetées et de décrire concrètement les e ets de la crise sur leur vie et celle de leurs proches. La capacité d’adaptation des Français par rapport à l’évolution du monde extérieur est la plus importante sur les 11 pays européens investigués dans cette étude. En France, même si les tendances de fond de consommation restent les mêmes, les priori- tés de vie sont revisitées à cause de la crise que nous traversons. Elles le sont d’ailleurs Benoît TRANZER presque deux fois plus que la moyenne européenne (cf. tableau 1 sur la page suivante). Directeur Général Millward Brown France Lorsque l’on observe ces évolutions sur les priorités accordées dans les 12 prochains mois benoit.tranzer@fr.millwardbrown.com par rapport à celles d’il y a un an à peine, les Français souhaitent se centrer plus sur leur famille, être moins déconnectés des réalités, moins hédonistes et plus matérialistes (cf. tableau 2 sur la page suivante). • Un recentrage plus fort sur la famille : mettre la famille encore plus au centre des priori- tés, une valeur considérée comme essentielle (+14 points pour l’item «se dévouer pour sa famille») • Une prise de conscience accrue de la crise et une nécessité d’y faire face, ne plus éviter les problèmes/la réalité (recul de 6 points de l’item «avoir une vie paisible, loin des problèmes quotidiens») • Un idéal de vie moins hédoniste (recul de 10 points de l’item «avoir une vie sociale intense, vivre le moment présent, priorité au plaisir !») • Et des attitudes plus matérialistes (montée des items «se concentrer sur sa carrière et réussir professionnellement» + 6 points; «avoir une vie confortable dans une grande ville en pro tant de tous les avantages que cela o re» +5 points) * Cette étude a été réalisée auprès de 4733 consommateurs, âgés de 18 à 55 ans, dans 11 pays européens (Allemagne, Espagne, France, Grande Bretagne, Italie, Pays Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie et Turquie) au cours du second trimestre 2009, grâce à la nouvelle méthodologie IDEABLOG™. ©2009 Millward Brown
    • 2 Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ Tableau 1 : Indice d’évolution des priorités en Europe Q1. L’année dernière, parmi ces priorités quelles étaient celles qui correspondaient à votre vision de la vie idéale? Q2. Et désormais, quelle serait votre vision de la vie idéale pour les 12 prochains mois? Indice calculé sur la base des 200 France évolutions des 3 principales priorités déclarées par pays sur la liste suivante: 180 Portugal 1. Avoir une vie sociale intense, vivre le moment présent, priorité au plaisir! 160 2. Etre di érent des autres, être agne original et extravagant; 3. Avoir une ni ie me-U vie luxueuse, la possibilité de satisfaire 140 man Allem tous les besoins matériels; 4. Viser une Bas uie paix intérieure, vivre en harmonie gne gne u Rou que 120 Roya avec soi-même et avec les autres; 5. Turq - Espa Pays Polo Vivre selon une morale, une éthique, Tchè 100 des règles religieuses; 6. Vivre pour les autres, aider les autres-Jouir de son e 80 indépendance, la liberté de ses choix; bliqu 7. Se dévouer pour sa famille; 8. Vivre l’amour parfait, trouver l’âme sœur; 9. 60 Répu Italie Avoir une vie paisible, loin des problè- mes quotidiens; 10. Avoir une vie 40 confortable dans une grande ville en pro tant de tous les avantages que 20 cela o re; 11. Se concentrer sur sa carrière et réussir professionnelle- 0 ment; 12. Avoir une vie pleine d’aventures, de changements; 13. Moyenne des variations par pays par rapport à la moyenne européenne (100) Vivre selon sa vocation, s’accomplir. Source : Etude IDEABLOG™ paneuropéenne – Septembre 2009 Tableau 2 : Evolution des priorités en France Q. L’année dernière, parmi ces priorités quelles étaient celles qui correspondaient à votre vision de la vie idéale? Q. Et désormais, quelle serait votre vision de la vie idéale pour les 12 prochains mois? Avoir une vie paisible, loin des problèmes quotidiens -6 pts Viser une paix intérieure, vivre en harmonie avec - 5 pts soi-même et avec les autres Se dévouer pour sa famille +14 pts Jouir de son indépendance, la liberté de ses choix -1 pt Vivre l’amour parfait, trouver l’âme sœur -6 pts Avoir une vie sociale intense, vivre le moment -10 pts présent, priorité au plaisir ! Vivre selon sa vocation, s’accomplir -3 pts Se concentrer sur sa carrière et réussir +6 pts professionnellement Avoir une vie confortable dans une grande ville +5 pts en profitant de tous les avantages que cela offre Avoir une vie luxueuse, la possibilité de satisfaire tous +1 pt les besoins matériels +5 pts Vivre pour les autres, aider les autres Etre différent des autres, être original et -1 pt extravagant Avoir une vie pleine d’aventures, de changements +0 pt Vivre selon une morale, une éthique, des règles -1 pt religieuses 0 10 20 30 40 50 60 70 (Base 400) Source : Etude IDEABLOG™ paneuropéenne – Septembre 2009 ©2009 Millward Brown
    • Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ 3 Certes le climat général est anxiogène mais les Français ont tendance à relativiser. L’essentiel des écarts observés avec nos voisins européens vient d’une di érence de perception de la crise actuelle. Si la majeure partie des populations européen- nes considère cette crise à part, la population française l’inscrit comme un nouveau soubresaut d’une crise qui a débuté dans les années 2000 et qui se poursuit sous des formes et avec des intensités di érentes. Ils disent notamment avoir déjà été - personnellement - confrontés à la baisse de leur pouvoir d'achat notamment avec l'avènement de l'euro en 2002, et c’est déjà à partir de ce moment qu’ils ont commencé à changer leurs habitudes de consommation et à revoir régulière- ment leurs priorités de vie. Ainsi ces stratégies d’adaptation qui leur ont permis de traverser ces dernières années et les ré exes de consommation adoptés en cas de di cultés sont totalement adoptés depuis. Les Français se sentent matures et déjà équipés à une situation de crise économique. En conséquence, les consommateurs vont davantage examiner chaque achat, et rechercher la meilleure valeur possible tout en évitant trop d’achats d’impulsion. Les personnes interrogées restent néanmoins dèles aux marques qu’elles aiment lorsque celles-ci parviennent à constituer des éléments de référence, de réassurance émotionnelle, ou de grati ca- tion peu coûteuse. Le choix des marques par les consommateurs se fait au travers des questions suivantes : Cette marque m’aide-t-elle à ... • maintenir mon niveau de vie ? • couvrir mes besoins à un coût optimal ? • me conforter dans mes principes moraux ? • à démontrer mon a ection envers ma famille ou mes amis ? • m’apporter réellement quelque chose de plus ? • contribuer au bien-être de la communauté ? Dans le reste de l’Europe, contrairement à la France, la crise est vécue comme un phénomène à part, voire une situation très nouvelle comme dans certains pays de l’Est. La majorité des consommateurs (61%) a l’intention de faire le nécessaire pour maintenir son niveau actuel de dépenses sur les douze prochains mois. Assez peu parmi eux songent à augmenter leurs dépenses alors qu’ils sont près d’un tiers à envi- sager de réduire leurs dépenses; cf. tableau 3. Le fort désir de maintenir le niveau de dépenses est Tableau 3 : Intentions de consommation Q. Parmi les situations suivantes quelle est celle qui correspond le mieux à votre cas? expliqué par de nombreu- ses raisons : Diminuer mon niveau de consommation Maintenir mon Accroître mon niveau de consommation niveau de • La volonté de conserver consommation (%) le style de vie actuel (en Pologne 7 59 34 particulier chez les France jeunes) 29 63 8 Allemagne • Compenser et prendre 23 70 6 Italie soin de soi a n de passer 30 65 5 au travers de la crise Roumanie 36 59 5 • Une prise de conscience Turquie 44 50 5 liée au fait qu’en arrêtant République Tchèque 21 76 3 de dépenser, la récession Pays-Bas 28 68 3 ne fera qu’empirer Espagne 38 60 2 • Et, pour certains, c’est Grande-Bretagne 55 44 1 une belle opportunité Portugal 44 0,5 d’acheter plus de 56 produits à des prix (Base 1706) Source : Etude IDEABLOG™ paneuropéenne – Septembre 2009 réduits ©2009 Millward Brown
    • 4 Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ Des évolutions de consommation et d’achats qui se structurent autour de postures clairement identi ées En termes d’arbitrages d’achat et de consommation, les périodes de troubles étant toujours accélératrices de changements, les marques gagnantes seront celles qui sauront répondre, mieux que leurs concurrentes à l’une de ces 4 situations consom- mateurs possibles: 1. La consommation nostalgique : les consommateurs 3. La consommation low cost : Les consommateurs pessi- pessimistes pour l’avenir mais qui souhaitent ardemment mistes et qui ont besoin de réduire leur niveau de vie vont maintenir, voire augmenter leur niveau de vie vont privilé- tout naturellement se tourner vers les marques low cost, gier les marques leader, de référence dans chacune des celles qui o rent les meilleurs rapport qualité/prix, voire les catégories de produits et de services, les marques tradition- marques les moins chères et les MDD (Marques des Distri- nelles, familiales, qui garantissent un niveau de qualité, buteurs). Tout ce qui encourage un repli de consommation toutes celles qui constitue un repère dans un environne- et d’achat va séduire cette frange de consommateurs qui ment actuel incertain et imprévisible ainsi que celles qui doivent gérer la déception et la frustration. Ils sont très leurs procurent un petit plaisir dans la vie quotidienne. critiques à l’égard des Autorités, des Marques et de la société de consommation. 2. La néo consommation : Les consom-acteurs optimistes seront séduits par les marques nouvelles, non convention- 4. La consommation opportuniste : Très in dèles les nelles, innovantes, celles qui proposent des solutions alter- consommateurs optimistes pour l’avenir mais qui sont natives et qui ont un discours positif. C’est aujourd’hui passifs face à la crise (notamment ceux qui ont besoin de l’opportunité de réaliser ses rêves et éventuellement de réduire leurs dépenses), revisitent en permanence le choix donner à sa vie un nouveau sens. des marques de manière très opportuniste. Les marques qui sauront mettre en avant des béné ces très instantanés, qui peuvent être une vraie alternative aux marques tradi- tionnelles seront gagnantes. Selon l’optimisme ou le pessimisme des consommateurs, c’est-à-dire le niveau de con ance qu’ils expriment pour leur avenir et selon leur posture active ou passive face à la crise, les comportements peuvent être di érents (voir tableau 4) : Tableau 4 : Les nouveaux comportements face à la crise Stratégie d'adaptation face à la crise Consommation nostalgique (43%*) Neo-consommation (11%*)  Prioriser sa famille/ses proches et rechercher la sécurité,  Donner à sa vie un nouveau sens la familiarité, ce qui rassure  Une opportunité pour changer, essayer de nouvelles  Se tourner vers des marques leaders, de référence, de Marques, s’engouffrer dans les nouvelles tendances, être l’enfance ; celles qui délivrent de la valeur Ajoutée tangible (rationnelle ou émotionnelle) non conventionnel La nostalgie du passé L’opportunité de réaliser ses rêves « L’Oréal, je suis très attaché à cette Marque « Y en a qui ne mangent pas à tous les repas qui ne m’a jamais déçu » mais qui ont la WII et l’écran plat » Pessimisme Optimisme pour pour le futur le Futur « On n’a plus honte d’aller chez les hard discounters, « En ce moment j’ai vraiment plaisir à faire de celui qui n’achète que des Marques n’a rien compris » bonnes affaires » Consommation low-cost (22%*) Consommation opportuniste (24%*)  Gérer la déception et la frustration  Adapter sa vie en fonction des aléas  Une critique forte de la société de consommation, des  Profiter des promotions qui permettent d’acheter plus de Grandes Marques et une forte attirance pour les Marques produits pour moins cher, changer pour des Marques de Distributeurs, les Marques low cost et celles qui offrant des propositions alternatives intéressantes, offrent le meilleur rapport qualité prix réajuster ces choix en permanence, être infidèle Le repli sur soi Le pragmatisme Soumission face à la crise * % des individus ©2009 Millward Brown
    • Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ 5 Les 11 pays qui ont été interrogés dans le cadre de cette étude peuvent être regroupés au sein de 4 familles représentant chacune une façon di érente d’aborder la période de crise actuelle. Outre l’échelle de l’impact perçu de la crise, ces groupes semblent également se constituer sous l’in uence du souvenir des précédentes crises, du niveau de croissance économi- que avant cette crise, et de valeurs culturelles plus larges encore. Dominante tournée vers le Dominante Dominante Dominante FUTUR DESORIENTATION PRAGMATIQUE STAND-BY (Pologne, Espagne et Turquie) (Italie, Portugal) (France, Pays-Bas, Royaume-Uni) (Allemagne, République Tchèque, Roumanie) Ces trois marchés sont tournés Les Italiens et les Portugais se Les consommateurs de ces Les consommateurs de ces pays vers le futur, mais de manières sentent déstabilisés et démunis marchés font très attention à ce sont plutôt pessimistes sur la di érentes: la Pologne est le seul face à cette crise qu’ils considè- qu’ils dépensent et remettent en situation économique des 12 mois pays d’Europe où les habitants rent à présent comme générali- question la valeur de tout ce qu’ils à venir et ont généralement sont prêts à augmenter leurs sée. Ils ont l’impression qu’elle achètent. Bien qu’ils soient raison- l’intention de dépenser un peu dépenses dans les 12 mois à venir. n’est pas seulement économique nablement positifs quand à la moins. Néanmoins, la plupart Ils considèrent la récession mais qu’elle impacte également situation économique dans son évitent d’e ectuer des change- comme une occasion d’investir ou leur système social, leurs valeurs ensemble, les Britanniques se ments dans leurs habitudes de de changer de style de vie et leur identité. L’anxiété et une sentent durement touchés par consommation ou leur niveau de (activités de plein air, soirées entre grande appréhension se dévelop- l’année qu’ils viennent de vivre et vie. amis, lancer une entreprise). pent alors, ainsi que la critique sont particulièrement enclins à d’une société matérialiste et réduire leurs dépenses personnel- Ils ont toujours l’intention de Les Polonais sont aussi de plus en consumériste. les durant les douze prochains prendre soin d’eux mais achètent plus attachés aux valeurs familia- mois. Ainsi, beaucoup de gens de plus petites quantités d’articles les. Les Espagnols et les Turcs, Ils l’expriment au travers de diminueront leur budget en de qualité ou bien plus de après des années de croissance nombreux comportements et répartissant leurs achats entre produits en promotion. En bénies, ont pris conscience que la attitudes; certains individus sont di érentes marques. République Tchèque et en fête était bel et bien terminée, les déprimés ou furieux tandis que Roumanie, ils restent attachés aux signes de la récession étant d’autres sont plus rationnels, De leur côté, les consommateurs marques de con ance tandis implacables (chômage en précautionneux ou con ants. Ils français ont tendance à considérer qu’ils sont plus enclins à acheter hausse…). La crise est vue ici tentent de faire face à la crise en la période actuelle comme une plusieurs marques pour réduire comme un bon moyen de stopper simpli ant leur vie; cela se traduit crise sans n, due à l’in ation les coûts. les dépenses super ues et de en Italie par un recentrage sur la post-euro qui avait déjà entamé pro ter des promotions sur les famille, et au Portugal par un sens leur portefeuille. Ils ont Les Tchèques et les Roumains prix. accru de la communauté. Les l’impression que les choses n’ont considèrent la récession comme Portugais tentent aussi de trouver fait qu’empirer au cours de la une crise externe, venue de En Espagne, la priorité est donnée de la valeur dans leurs achats via dernière année, et sont plus l’Ouest et qui existe davantage aux Marques de Distributeurs les soldes, les promotions, les pessimistes quant au futur. La dans les médias ou dans des tandis que les Turcs recherchent MDD ou les marques discount. plupart des consommateurs secteurs spéci ques (automobile des promotions sur des marques néerlandais n’ont été encore que et nance), que dans leur propre nouvelles ou bien établies. On peu touchés, mais ils reconnais- vie. L’accent est mis sur la carrière constate également que les Turcs sent qu’ils ont eu de la chance «au et le travail aussi bien en Allema- sont plus portés sur leur carrière et jeu de la roulette russe» – chacun gne qu’en Roumanie, en réaction le travail. Ces trois marchés font connaît quelqu’un qui a été à la prise de conscience d’un futur preuve d’une cohésion a ecté par la récession incertain. supérieure, avec une attitude de (licenciement, temps partiel). «faisons-le ensemble». Cette attitude résulte d’une conscience aiguë de la crise dans ces trois pays. Les gens ont pour but de pro ter de la vie sans trop dépenser et l’accent est mis sur une plus grande responsabilité personnelle et une attitude de «restons calme et continuons». ©2009 Millward Brown
    • 6 Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ Même si les consommateurs des pays européens font face à la crise de manière di érente, que le climat économique et la dynamique d’investissement des consommateurs varient sensiblement (voir tableaux 5 et 6 sur la page suivante), quelques larges tendances communes à tous les pays se dégagent de manière évidente : Le cocooning 2.0 La consommation passée à la loupe De nombreux consomma- Les gens font également teurs aiment se retrouver très attention à ce qu’ils chez eux pour la stabilité et dépensent et remettent l’assurance que leur tout en question avant procure leur famille et leur d’être sûrs d’obtenir la communauté. Les gens qualité qu’ils veulent. La redécouvrent les plaisirs restriction apparaît comme simples et souvent gratuits le nouveau mantra parmi «J’adore me faire chouchouter par ma « Bien qu’il fasse assez froid, j’ai baissé comme le jardinage, le mère lorsque je suis chez elle » les consommateurs. Alors le chauffage pour économiser de divertissement à la maison, Participant Hollandais que dans le passé ils l’argent. Je reste chez moi et je ne sors la cuisine ou encore le fait de passer plus de temps avec ses auraient eu tendance à plus puisque tout est devenu payant » acheter sous impulsion ou Participant Turc amis et ses proches. Les budgets des activités hors-domicile comme les concerts, les restaurants ou le cinéma ont été pour des questions de statut social, ils sont dorénavant plus coupés, remplacés par des activités plus simples et plus attentifs et examinent minutieusement les prix et les béné- proches de la maison comme regarder des DVD, jouer à des ces des produits a n de dénicher la meilleure a aire possi- jeux ou même faire des ballades. La tendance au cocooning ble. Pour certains, dans leur rébellion contre la société de caractérise cette période moderne où les consommateurs consommation, le « cheap » est sans aucun doute devenu le considèrent Internet comme étant indispensable à leur vie nouveau chic, que ce soit pour des raisons économiques, quotidienne (plus que la TV), l’utilisant tantôt pour éthiques (comme éviter les objets ostentatoires) ou idéolo- s’amuser, tantôt comme une source complémentaire de giques. revenus ou pour rechercher les bons plans d’articles qu’ils souhaitent acheter. Un nouveau sens de la conscience Petits plaisirs Bien que quelques consommateurs pointent En accord avec la tendance du doigt les gouverne- décrite précédemment, les ments et les banques, la gens s’accordent quelques majorité d’entre eux a petits plaisirs peu onéreux exprimé son sens de la qui leur redonnent le responsabilité personnelle, sourire dans cette période reconnaissant les erreurs délicate. Ils admettent que « Il existe une consommation débridée du passé, prêt à changer ses : vivre au-dessus de ses moyens, une certaines choses sont habitudes a n de préserver vie faite d’apparences, être supérieur à « Le luxe personnel est quelque chose ridicules mais un petit rien que l’on s’accorde pour profiter et se le futur de leur famille. On son voisin. Nous devons arrêter cela et peut parfois aider les gens à faire plaisir. Cela ne veut pas dire constate également une réfléchir. Mes grands-parents étaient agriculteurs, n’avaient pas de voiture ni se sentir mieux. Des choco- s’acheter une nouvelle Mercedes, ça forte prise de conscience de vêtements de marque, mais peut être un bain, une glace ou un lats de bonne qualité, du verre, histoire de relaxer, de s’éloigner du fait que le crédit devient vivaient heureux, en accord avec leurs café, des gâteaux ou des des tâches de la vie quotidienne » plus cher. Beaucoup disent moyens » bonbons, un bon livre ou Participant Britannique Participant Portugais apprécier ce qu’ils possèdent DVD, une glace, voire des produits cosmétiques ou des en termes d’amis, de famille, de santé et de bonheur. Un parfums sont souvent mentionnés et considérés comme du retour aux sources des valeurs simples prévaut maintenant, luxe. Un nouveau concept de luxe émerge chez de nom- le bonheur n’étant plus forcément lié au fait de dépenser de breuses personnes, dé ni comme un plaisir immédiat, l’argent. simple et accessible, plutôt que matériel. ©2009 Millward Brown
    • Une étude paneuropéenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ 7 Tableau 5 : Climat économique du pays Q. Selon vous, le climat économique dans votre pays lors des 12 prochains mois sera moins bon, le même ou meilleur ? Moins bon Le même Meilleur (%) Grande-Bretagne 35 23 42 Italie 35 29 36 Turquie 46 20 33 Portugal 45 28 28 Pays-Bas 51 21 28 Espagne 48 28 24 France 53 26 21 Pologne 54 26 20 République Tchèque 61 20 18 Allemagne 57 25 17 Roumanie 63 22 15 (Base 4733) Source : Etude IDEABLOG™ paneuropéenne – Septembre 2009 Tableau 6 : Dynamique d’investissement des consommateurs Q. En considérant le contexte économique actuel, pensez-vous que c’est le moment d’éviter tout risque nancier, c’est le bon moment pour faire des achats et s’équiper ou c’est le bon moment pour investir de l’argent ? C’est le moment C’est le bon moment C’est le bon moment d’éviter tout risque pour faire des pour investir de financier achats/s’équiper l’argent (%) Pologne 60 15 25 Portugal 40 37 23 Roumanie 53 26 21 République Tchèque 57 23 20 Pays-Bas 63 18 19 Turquie 55 30 16 France 67 18 15 Espagne 55 31 14 Allemagne 57 30 13 Italie 61 30 9 Grande-Bretagne 72 19 9 (Base 1706) Source : Etude IDEABLOG™ paneuropéenne – Septembre 2009 ©2009 Millward Brown
    • 8 Une étude pan-européenne Millward Brown menée via IDEABLOG™ En conclusion… Bien que de nombreux consommateurs européens continuent à cultiver une certaine normalité, beaucoup essayent de réduire leurs dépenses en sélectionnant leurs achats selon leur valeur perçue, et en redé nissant ce qui peut constituer ou non, un luxe. Les professionnels du marketing doivent prêter une attention toute particulière aux di érentes façons dont les consomma- teurs des pays européens sont touchés par la crise, ainsi qu’aux mécanismes de résistance que chacun utilise. Ils pourront ainsi adapter leur stratégie aux tendances de fond de ces pays, et maintenir - voire croitre - la loyauté des consommateurs vis-à-vis de leurs marques. À propos d’IDEABLOG™ IDEABLOG™ est une plateforme d’études online qui s’appuie sur la dynamique des réseaux sociaux et constitue une nouvelle appro- che pour dialoguer avec les consommateurs. Conçu comme un carnet de bord sur Internet, il constitue l’outil idéal pour encoura- ger la créativité et faire réagir les consommateurs. Les participants peuvent exprimer leurs idées à l’intérieur des di érentes discussions du blog, de mini-sondages, d’enquêtes, et ont la possibilité d’échanger leur propre matériel (images, vidéos, et liens hypertextes). Le blog héberge également un outil unique de mapping qui permet de placer des conceptssur deux dimen- sions. Les participants échangent dans un environnement interactif et les réponses sont donc à la fois franches, honnêtes et riches. À propos de Millward Brown Millward Brown, une des plus grandes sociétés d'études de marché au monde, est reconnue comme une autorité dans le domaine de la publicité, du marketing, de la communication, des médias, et de la recherche sur le capital de marque. À travers l'utilisation d'approches intégrées et validées, quantitatives et qualitatives, Millward Brown aide ses clients à construire des services et des marques fortes. Millward Brown a plus de 77 bureaux dans 50 pays et a plusieurs divisions spécialisées telles que Millward Brown Optimor (une unité globale focalisée sur la maximisation du retour sur l'investis- sement autour de la marque et du marketing), Dynamic Logic (une société spécialisée dans les études online sur la mesure de l'e cacité de la publicité et du marketing). Millward Brown fait partie de Kantar, l'unité de conseil, d'informa- tion et d’insight du groupe WPP. Contact presse : Chloé Desrosiers Millward Brown France 16-18, Quai de Loire - Paris 19 Tel : 01 55 56 40 01 chloe.desrosiers@fr.millwardbrown.com ©2009 Millward Brown