Your SlideShare is downloading. ×

Sensibiliser à la surdité et à la langue des signes

456

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
456
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Interpellation au conseil communal du 22 avril 2012 Sensibiliser à la surdité et à la langue des signes dans l’enseignement primaire communal liégeois 20 avril 2012En Belgique, il y a 400.000 personnes sourdes ou malentendantes, parmi celles-ci on estime qu’il ya environ 40.000 sourds profonds.La surdité est un handicap lourd, d’autant plus qu’il coupe la personne atteinte de tout contactsocial. La Ville l’a bien compris en inscrivant dans son Projet de Ville une action visant àdévelopper l’apprentissage du langage des signes en poursuivant le développement de lIRHOV envue d’accroître le nombre d’élèvesà lobtention du Certificat d’Etudes de Base (CEB), du Certificatd’Enseignement SecondaireInférieur (CESI) et du Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur(CESS). Cela s’adresse aux personnes malentendantes.Des associations, dont SurCité, animent des ateliers de sensibilisation à la surdité et de formationà la langue des signes au sein des écoles, des administrations communales, en entreprises ou surdes évènements. Pour nous, la sensibilisation doit être étendue.Nous estimons que la sensibilisation et l’initiation à la langue des signes doivent devenirsystématiques dans l’enseignement communal liégeois. Nous suggérons de prévoir deux heures decours par semestre dans chacune des années de l’enseignement primaire.Certes, cette initiation ne pourra conduire à une connaissance parfaite de la langue des signes,mais elle aura l’avantage – quisait ? –, de susciter des vocations. Aujourd’hui, il manquecruellement de traducteurs, notre proposition pourrait peut-être combler ce manque dansquelques années. Elle permettra aussi d’éduquer nos jeunes à la différence et au respect duhandicap.Nous souhaiterions connaître l’avis du Collège sur cette proposition. Michel Péters Carla Zennaro Conseillers communaux -1-
  • 2. -2-

×