Your SlideShare is downloading. ×
Logement : une priorité de la mandature
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Logement : une priorité de la mandature

298
views

Published on


2 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • T'ai répondu sur FB
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Heu je suis peut être un peu 'pas ' naïf mais la multiplication des petits logements même si ils ne sont pas de qualité n'est pas aussi proportionnelle aux 'utilisateurs ' des revenus du CPAS et chaumage?
    Une adresse que certains paye 150€ mais qui permet de garder le statut d'isolé est bien plus rentable qu'un logement plus couteux et adéquat à une situation familiale réelle. En clair 2 statuts isolés 'même fictifs 'rapporte plus qu'une cohabitation... Que la chasse soit ouverte....
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
298
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
2
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. En 2030, la population augmentera de plus de 385.000 personnes en Wallonie. Parallèlement,le nombre d occupants/logement diminue de manière régulière1.Au-delà d une croissance de la population, il faut souligner que le nombre de ménages necesse daugmenter, également en raison de la diminution de la taille moyenne des ménages :2,95 personnes par ménage en 1970, 2,49 personnes en 1991 et 2,30 en 2008.Les besoins en nombre de logements de qualité à prix abordables augmentent aussisensiblement chaque année en raison de :- leffet du vieillissement- l effet dune décohabitation croissante- des normes de confort différentes- etc.L évolution législative a également un impact non négligeable sur la demande en termes delogements : la loi 18 juillet 2006 tendant à privilégier lhébergement égalitaire de lenfant dontles parents sont séparés et réglementant lexécution forcée en matière dhébergement denfanten est l exemple : elle instaure clairement une priorité pour la garde alternée ‒ rebaptisée àcette occasion l « hébergement égalitaire » ‒ lors de conflits entre parents.En gardant une taille par ménage de 2,3 personnes, on peut aisément estimer que nousaurons besoin de d ici 2030 de 168.000 nouveaux logements en Wallonie.A Liège, d ici 2030, le nombre d habitants devrait s accroître de 21.500 à 26.000. Mais, si lesgrands ménages se rencontrent principalement dans les communes rurales, les ménages pluspetits sont une caractéristique des zones urbaines ou à la côte. La taille moyenne d unménage à Liège est de 1,87 personnes. Le besoin en nouveaux logements oscillera doncentre 11.500 et 14.000Garantir des logements accessibles et de qualitéL essentiel des politiques devant garantir la qualité des logements sont de la compétencerégionale.Au niveau communal cependant, il existe une série d incitants qu il importe de rendre plusefficaces. Le MR propose dès lors :                                                                                                                1  Perspectives  de  population  2010-­‐2060,  Bureau  fédéral  du  Plan,  2011.  
  • 2. - l accélération de la liquidation des primes (délai de rigueur de 60 jours) ;- une simplification (compréhension, nombre, accessibilité) ;- un renforcement des synergies avec l Agence Immobilière Sociale et, aussi, un renforcement de l AIS (personnel et moyens) ;- de favoriser l utilisation de matériaux naturels (création d une prime à cet effet) ;- le renforcement du gel du revenu cadastral après travaux de rénovation d un logement (actuellement 3 ans et dans des situations limitées qu il importe de compléter) ;- la création d une cellule daction contre les logements insalubresEn terme d accessibilité à la propriété, notamment pour les jeunes, le MR veut développer ledroit de superficie, à la fois avec le patrimoine de la ville, mais aussi avec les logementspublics gérés par les sociétés de logements de service public. La Loi du 10 janvier 1824 sur leDroit de superficie autorise de scinder, pour une période maximale de 50 ans, la propriété duterrain bâti de la propriété des bâtiments construits sur ce terrain. Cette forme d acquisitionprésente certains avantages en matière de prix ou de fiscalité.