Your SlideShare is downloading. ×
Fusion des crèches de la Ville de Liège
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Fusion des crèches de la Ville de Liège

504

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
504
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Interpellation au Conseil communal du 23 juin 2008 Fusion des crèches et mini-crèches de la Ville de LiègeLors de la mise en place du nouveau Collège, le 4 décembre 2006, il a été mis fin à uneincohérence issue de la fusion des communes par la suppression de la distinction entrelogement urbain et le logement péri-urbain. La compétence, jadis éclatée entre deuxEchevins, étant regroupée au profit de l’actuelle Echevine du Logement.Même si la référence historique est loin d’être identique, une incohérence apparente semblepersister dans le domaine de l’accueil des jeunes enfants en crèches ou en mini-crèchescommunales.En effet, les 9 crèches (394 lits) dépendent de l’Echevin des Services sociaux. Les 8 mini-crèches (162 lits), quant à elles, relèvent de l’Echevin de l’Instruction publique.A l’origine, la compétence sur les mini-crèches a été dévolue à l’Echevin de l’Instructionpublique car elles étaient implantées dans des écoles communales et avaient comme but,notamment, d’attirer des enfants dans l’enseignement fondamental organisé par la Ville deLiège.Cette justification a perdu une partie de son sens avec le temps : si toutes les mini-crèchesexistent encore, certaines écoles qui les accueillaient ont été fermées (Rue Saint Laurent parexemple). Une rapide analyse de la fréquentation montre également que la fonction d’attraitest désuète (à Burenville par exemple).Il apparaît être de bonne gestion communale que de s’interroger, au minimum, sur lapertinence du maintien de la distinction de la tutelle sur ces structures d’accueil. Dans lanégative, il y aurait lieu de rattacher l’ensemble des structures d’accueil à un seul échevinat,peut-être celui des Services sociaux comme l’Echevin le suggérait à l’auteur lors d’unequestion à ce sujet en commission.Il n’y a pas lieu, cependant, de se précipiter dans un transfert sans analyser l’ensemble deséléments et sans informer parfaitement le Conseil communal.Il me serait agréable d’être informé de votre avis à ce propos et des initiatives que vouscomptez prendre ?Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, Monsieur leBourgmestre, en l’expression de mes sentiments les meilleurs. Michel Péters Conseiller communal 18 juin 2008

×