Introduction au colloque Des clowns et des sciences

752 views

Published on

Introduction par Richard-Emmanuel Eastes au colloque Des clowns et des sciences du 20 au 22 juin 2012 à l'Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes et à la Cité des sciences et de l'Industrie.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
752
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
329
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Introduction au colloque Des clowns et des sciences

  1. 1. Festival Colloque Des CLOWNS et des SCIENCES Un festival intercroisé… et réciproquement Un colloque pour penser en sciences inversesParis, du 19 au 23 juin 2012 www.science-clowns.fr
  2. 2. CLOWNS ET SCIENCES Le rapprochement entre le clown et la science permet-il de…A.  Expliquer les connaissances et les observations de la science ?B.  Simplement montrer les phénomènes décrits par la science ?C.  Rendre la science plus accessible en dédramatisant la connaissance et la figure du scientifique ?D.  Transmettre un émerveillement pour la science et la technologie ?E.  Porter un regard critique sur la science et ses applications ?F.  … ???
  3. 3. LE CLOWN Qu’est-ce qu’un clown ?Extrait de la Charte du Bataclown – Article 1 : Le personnage du clown« Le clown se nourrit de notre faiblesse et de notre fragilité –l’enfant, le naïf,le raté, l’écorché en nous– et c’est justement sa vulnérabilité qui lui donne saforce et son aura. Le clown, c’est l’amplificateur de nos dimensions cachées » Bonange, 2002Le clown peut-il être « scientifique » ?« Le jeu du clown révèle des vérités mais ce n’est pas lui qui les détient Il a un rôle de catalyseur et non de donneur de leçons (le pauvre ! il enserait bien incapable…) et c’est pour cela que sa parole est bien reçue ». Bonange, 2000
  4. 4. LA SCIENCE Des connaissances, des donnéesDes méthodes, des protocolesDes modes de production et de validation de la connaissanceDes langages, des pratiques et des instrumentsUne histoire, des gagnants et des perdantsUne quête (désintéressée), une missionDes paradigmes et une vision du mondeDes communautés, des relations humainesDes erreurs et des fraudesDes budgets, publics et privésDes enjeux économiques et stratégiquesDes applications technologiques, sociales ou politiquesDes verrous technologiques et psychologiquesDe nouvelles questions métaphysiquesDes questions éthiquesDes espoirs et des risquesDu plaisir, de la créativité, de limagination…
  5. 5. LE CLOWN « MEDIATEUR SCIENTIFIQUE » ? De manière générale, le clown n’est pas savant mais…Ingénu mais totalement désinhibé, il fait preuve d’une curiosité et d’uneinventivité telles qu’elles lui permettent, en dépit de sa propre ignorance, derendre son public un peu plus savant.Il sait en effet poser les questions que personne ne se pose ou n’ose seposer, entraînant la décontraction de ses interlocuteurs face à une sciencesouvent jugée inaccessible, ainsi qu’un retour aux « fondamentaux » tant entermes de connaissances scientifiques que de questionnement ou declarification des valeurs.Tout en perceptions et tel un enfant, le clown écoute, sent, goûte, touche lascience. Ce faisant, il l’éclaire par sa manière propre de l’appréhender etoffre sur elle un regard différent, fascinant.
  6. 6. CLOWNS ET SCIENCES Les limites et objections possibles à ce rapprochement…A.  Problèmes d’observation et de compréhension ?B.  Introduction d’idées fausses ?C.  Négation de l’effort nécessaire pour apprendre ?D.  Déclenchement de « fausses » motivations pour les sciences et les techniques ?E.  Risques d’instrumentalisation du clown à des fins de communication ?F.  … ???
  7. 7. LE RISQUE DE L’INSTRUMENTALISATION DU CLOWN « Les chercheurs confondent lart avec lacommunication, notamment lorsquil sagit,comme si souvent, de faire appel aux artistespour visualiser de manière plus séduisante lesrésultats de leurs recherches » Art et science, une expérience pratique – Jean-Baptiste Joly Alliage 53/54 – 2002 Richard-Emmanuel Eastes IHPST– LDES, Traces (DEC – ENS), Les Atomes Crochus
  8. 8. Un algébriste qui fait riredes milliers d’enfants en délire,ça n’existe pas, ça n’existe pas.Un clown sortant de son chapeauun théorème tout nouveau,ça n’existe pas, ça n’existe pas.Et pourquoi pas ? Conclusion de l’ouvrage Le Clown et le savantClaude de Calan et Pierre Etaix, Odile Jacob, 2004.

×