JIES 2013 N. Pelay Contrat didactique et ludique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

JIES 2013 N. Pelay Contrat didactique et ludique

on

  • 422 views

Session jouer et apprendre dans l'enseignement - Nicolas Pelay

Session jouer et apprendre dans l'enseignement - Nicolas Pelay

Statistics

Views

Total Views
422
Views on SlideShare
398
Embed Views
24

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

1 Embed 24

http://www.scoop.it 24

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

JIES 2013 N. Pelay Contrat didactique et ludique JIES 2013 N. Pelay Contrat didactique et ludique Presentation Transcript

  • 1Jouer et apprendre :Établissement d’un contrat didactiqueet ludiqueNicolas Pelay – npelay@gmail.comJournées JIES23 mai 2013
  • Une double activité professionnelle Animateur/médiateur mathématique Séjours de vacances scientifiques, fête de lascience, animations, etc. Directeur de séjour scientifique Fondateur de l’association Plaisir Maths(www.plaisir-maths.fr) Chercheur en didactique des mathématiques LDAR, Université Paris VII Thèse en didactique des mathématiques« jeu et apprentissages mathématiques : élaboration duconcept de contrat didactique et ludique en contexted’animation scientifique »2
  • PlanI – Approfondissement de quelques aspects théoriquesII – Jeu/Apprentissage dans l’enseignement3
  • Le concept de contrat didactique etludique« le contrat didactique et ludique estl’ensemble des règles etcomportements, implicites etexplicites, entre un "éducateur" et des "participants" dans un projet qui lie, defaçon explicite ou implicite, jeu etapprentissage.»(Pelay, 2011, thèse)4
  • La règle : le cœur du contrat didactique etludique Analyse d’une activité en lien avec la mise en place, lamodification, les négociations autour des règles. Règles explicites / règles implicites : Ce qui est dit / ce qui est non-dit « Théorème didactique » :-> il y a toujours de l’implicite dans une relation didactique-> l’implicite est nécessaire.(l’illusion de transparence du contrat didactique : tout dire, toutexpliciter) Ruptures de contrat : Nécessaires à la progression didactique Révèlent les implicites. (« tu n’as pas le droit ») Quelles règles explicites et implicites existe-t-il? Analyse de situations, d’activités Analyse de discours sur la dialectique jeu/apprentissage5
  • La règle : le cœur du contrat didactique etludique Pourquoi cette règle existe ? Quel est son but ? A quoi sert-elle ? Comment cette règle évolue ? Pourquoi est-elle changée ?Mise en cause ? En analysant les règles et leurs évolutions, on peutanalyser les enjeux ludiques et les enjeuxdidactiques, leurs articulations et leurs évolutions6
  • Jeu - Apprentissage: Sous quelles conditions et contraintes jeu et apprentissagessont-ils ou ne sont-ils pas conciliable ? Quelles sont les conditions pour la mise en place d’uncontrat didactique et ludique ? Contexte, Institution dans une société donnée :école, musée, lieu de médiation, séjour de vacances :-> Quel rapport au jeu, au didactique dans cette institution ? Choix, conception, et adaptation du jeu au contexte Personne « maître du jeu » :animateur, enseignant, médiateur, parent, … Joueurs7
  • La règle : le cœur du contrat didactique etludique Quelles règles explicites et implicites existe-t-il? Analyse de situations, d’activités Analyse de discours sur la dialectique jeu/apprentissage8
  • Opposition sur les conceptions Créent des raisonnements caricaturaux au niveau del’utilisation du jeu dans le domaine éducatif : « le jeu est libre et gratuit. Or l’école est obligatoire, donc il nepeut y avoir de "vrai" jeu à l’école. » Créent aussi l’apparition de termes : « vrai » jeu Jeu libre, jeu dirigé jeu éducatif, jeu didactique, serious game, …9Jeu ApprendreLibre ObligatoireFrivole SérieuxPlaisir Effort
  • Aux sources : Caillois, Huizinga Huinzinga, Homo ludens (1938)« Action libre, sentie comme "fictive" et située en dehors de lavie courante, capable néanmoins d’absorber totalement lejoueur ; une action dénuée de tout intérêt matériel et detoute utilité ; qui s’accompagne en un temps et dans un espaceexpressément circonscrits, se déroule avec ordre selon desrègles données et suscite dans la vie des relations de groupes’entourant volontiers de mystère ou accentuant par ledéguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel. »(Huizinga, 1951, p. 31). Caillois, Les jeux et les hommes (1958)jeu comme activitélibre, séparée, incertaine, improductive, réglée, fictive10
  • Une élaboration philosophiqueintéréssante Colas Duflo, Jouer et philosopher, 1997 Une philosophie empirique/pragmatique : « sortir de la douce quiétude du poêlephilosophique pour aller regarder les gens jouer, dansles cafés, dans les clubs de jeu, et, bien sûr, il faut jouersoi-même. » « aller au concret, vers l’observation du phénomèneludique proprement dit, dans sa profusion empirique. » « il faut agir pour réfléchir sur l’action. »11
  • Limites des définitions de Huinziga ouCaillois « Il nous semble que la racine des errancesconceptuelles est toujours à situer au même point : oncontinue à étudier séparément les différents élémentspour une bonne définition (la liberté, larègle, etc.), sans chercher ce qui pourrait faire danschaque cas leur spécificité ludique, sans se demandermême si cette spécificité ne pourrait pas être à trouverdans un rapport spécifique de ces éléments entre eux.On continue à vouloir définir le jeu en additionnant sespropriétés, sans chercher plutôt une définition d’oùtoutes ses propriétés pourraient se déduire »12
  • La légaliberté : concept central Antinomie source : liberté et règle. Quel lien entre la légalité et laliberté ? Deux libertés bien distinctes : 1) La liberté de rentrer dans le jeu : « le joueur doit toujoursêtre libre de choisir s’il veut jouer ou non. C’est le joueur quidécide de jouer et qui prend cette décision librement. Il y adonc bien dira-t-on, une liberté avant le jeu. La liberté dujoueur n’est donc pas créée par le jeu puisqu’elle existaitdéjà, et il fallait même que le joueur soit libre pour qu’il joue » 2) La liberté dans le jeu, encadrée par les règles : « la libertéludique est dans une légalité […] au sens où cet encadrementpar la règle maintient au joueur une latitude, une marge demanœuvre » . « Cette liberté est réglée dans le sens où je nepeux pas faire n’importe quoi »=> la légaliberté13
  • La définition du jeu « Le jeu est l’invention d’une liberté dans etpar une légalité. » « Dans et par, dans la définition du jeu, sontirréductiblement liés, et s’entre expliquent d’autant qu’ilss’entre impliquent »14
  • PlanI – Approfondissement de quelques aspects théoriquesII – Jeu/Apprentissage dans l’enseignement15
  • Les enjeux de la dialectique jeu-apprentissage « Peu importe donc que l’homme soit libre avant le jeu, ilsuffit qu’il ait l’impression de l’être. Ce qui importe, et fait laspécificité du phénomène ludique, c’est que le joueur estlibre dans le jeu. » Si l’animateur parvient à faire entrer l’enfant dans un jeu quipermet des apprentissages, alors jeu et apprentissages seconcilient Enjeu : créer un espace de liberté ludique, la possible« légaliberté »16
  • Les paradoxes du contrat didactique Injonction didactique « obligation sociale d’enseigner » Paradoxe du contrat didactique :« Le maître souhaite que l’élève veuille ne tenir la réponseque de lui-même, mais en même temps, il a le devoir socialde vouloir que l’élève donne la bonne réponse. Il doit donccommuniquer ce savoir sans avoir à le dévoiler, ce qui estincompatible avec une relation contractuelle »(Brousseau, 1998)17
  • Les paradoxes du contrat didactique Peu ou non présent en contexte d’animationscientifique : Le paradoxe peut être levé La liberté est favorisée Le jeu avec des objectifs didactiques fonctionne plus Libre choix : Choix de l’activité Liberté va favoriser la mise en jeu Moteur de l’action18
  • Mettre du jeu classe Rendre possible l’assouplissement du contratdidactique La mise en place d’un contrat didactique et ludique Lever certaines contraintes Temps - espace19
  • 20
  • Conclusions Jouer/apprendre : quel contrat didactique etludique ? Processus : Comment le mettre en place, le faireévoluer ? La règle : le cœur du contrat didactique et ludique(Gestion / conception d’activités) Dimension explicite mais aussi et surtout implicite Gestion/conception Une approche du jeu pertinente :« Le jeu est l’invention d’une liberté dans et par unelégalité. » (Duflo)21
  • 22
  •  BROUGERE, G. (1995), Jeu et éducation. BROUGERE, G. (2005), Jouer/Apprendre. CAILLOIS, R. (1958) Les jeux et les hommes DUFLO, C. (1997), Jouer et philosopher, Paris, Puf HUIZINGA, J. (1951), Homo ludens PELAY, N. (2011), Jeu et apprentissages mathématiques : Élaborationdu concept de contrat didactique et ludique en contexte danimationscientifique, thèse de didactique des mathématiques de l’universitéLyon Ihttp://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/66/50/76/PDF/Pelay_nicolas_2010_these_jeu_et_apprentissages_mathematiques.pdf SOUSA DO NASCIMENTO, S. (1999), Lanimation scientifique : essaidobjectivation de la pratique des associations de culture scientifiqueet de techniques françaises, Thèse, Université Paris VI.23Bibliographie
  • Les enjeux de l’animation24INTENTIONS ENJEUX ROLE DE L’ANIMATEURElucidationValeurs (conscientisation,démystification)MilitantProductionProcédures (règles, normes,techniques de fabrication)TechnicienMédiationCulture scientifique ettechnique partagéeMédiateurInstruction Connaissances scientifiques InstructeurLoisirs Plaisir, sensibilisation AmuseurLes modèles d’analyse de l’animation scientifique, Sousa Do Nascimento (1999)
  • 25PôleThéoriquePôlePratiquePôleExpérimentalThéoriedes situationsIngénierieDidactiqueSavoir-fairede l’animateurScientifiqueHistoire desmaths
  • Brougère, Jouer/Apprendre (2005) Il « faut bien admettre qu’il n’y a pas un savoir unifié surle jeu, qu’au sein même des disciplines, les discoursrestent pluriels. » Le jeu est souvent abordé, même dans les recherchesscientifiques, avec de nombreuses conceptions etidéologies : « Le jeu est ainsi devenu une valeur avantd’être un thème de recherche. » Il n’existe actuellement pas de définition consensuelle dumot « jeu ».26