Faire face à la haine sur Internet    1. Définir la propagande haineuse    2. Pourquoi concentrer l’attention sur les jeun...
Définir la propagande haineuse  « Si les tigres nous menacent et           nous font du mal,   tous les tigres sont une ci...
Propagande haineuse et législation
Pourquoi concentrer l’attentionsur les jeunes ?
Victimes et auteurs présumés de crimes de haine déclarés par la police,selon le groupe d’âge, 2009  Source : Statistique C...
« Recruter des skinheads ou des militants secrets parmi les Punk Rockers ou les jeunes Blancs désenchantés qui se sentent ...
Radicalisation :comment encourager les comportements extrémistes     Radicalisation :     accroissement ou renforcement de...
MILITANTS MEMBRESSYMPATHISANTS
SYMPATHISANTS
MEMBRES
MILITANTS
Mécanismes de radicalisation    • La pente glissante    • Le groupe en tant que famille    • Radicalisation des groupes ay...
La pente glissante« Par moments, je me disais : ‘ Pourquoi ?Tu as perdu la tête. Mais… je ne peux toutsimplement pas laiss...
Le groupe en tant que famille
Radicalisation des groupes ayant des vues communes
Radicalisation découlant de l’isolement et de lamenace
Radicalisation dans le cadre d’un conflit avec un exogroupeDéhumanisation
Comment les jeunes découvrent la propagande haineuse      La propagande haineuse ciblée         Idéologies de la haine    ...
La propagande haineuse ciblée      Idéologies de la haine              « L’autre »                        en tant qu’être ...
« L’autre »En tant qu’être inférieur                                            « Vous ne pouvez pas                      ...
« L’Autre »En tant que menace
Le passé glorieux                                         « Le monde dans lequel se                                       ...
Le passé glorieux   « Les terres musulmanes,   où le futur Califat sera   rétabli, comprennent une   vaste superficie alla...
La victimisation« L’esclavage a eu un effet pernicieux sur la population blanche en Amérique ; il a corrompu les classes q...
Sanction divine ou naturelleConflit à venir
Sanction divine ou naturelleÉtat de martyr
FormesSites web         « Nous n’avons plus         vraiment besoin des         médias… tout ce dont         nous avons be...
FormesVidéos et musique
FormesJeux
FormesMédias sociaux
FormesSites déguisés
FormesTrouver par accident
TechniquesDésinformation                 « L’école publique laïque est utilisée                 pour déchristianiser la po...
TechniquesDésinformation : insertion dans le courant principal
TechniquesDésinformation : négationnisme
TechniquesDésinformation : négationnisme
TechniquesDésinformation : pseudo-science
TechniquesSolidarité au sein du groupe
TechniquesSolidarité de groupe : nationalisme
TechniquesSolidarité de groupe : religion
TechniquesSolidarité de groupe : devenir un héros
TechniquesTactique alarmiste
TechniquesL’altérisation
Les cultures de la haine
Les cultures de la haineProud_2B_Muslim                  GayPride90Qui serait fier d’être           Qui est ce fif ?musulm...
Les cultures de la haine Les femmes agissent d’une manière unanime – elles ont un sens  de justice individuelle qui est, d...
Les cultures de la haine Où sont passés tous les petits chiens et les petits chats ? Depuis que les récolteurs d’or ont co...
Les cultures de la haine« J’ai téléchargé le démo de ZOG’s Nightmare (Le cauchemar du Gouvernement d’occupation sioniste) ...
TortEnvironnements hostiles                          Salut, je jouais mon                          personnage             ...
TortHarcèlement
Tort HarmLes effets des propos haineux et des crimes haineux
TortRecrutement
TortIncitation
TortDésinformation                 « Les jeunes qui sont exposés à la                 propagande haineuse en ligne        ...
TortNormalisation des propos haineux
StratégiesEnseigner l’empathie
StratégiesNormalisation sociale
StratégiesLutter contre la haine : approches juridiquesMunicipalités ayant des unitésspécialisées dans la lutte           ...
StratégiesLutter contre la propagande haineuse : intervention
StratégiesLutter contre la propagande haineuse : signaler la propagande haineuse
StratégiesLutter contre la propagande haineuse : qui lutte contre lapropagande haineuse en ligne ?
StratégiesCommunication ouverte
StratégiesCommunication ouverte    Réagir à la propagande haineuse dans la classe                Soyez prêt               ...
StratégiesEnseigner le contexte historique
StratégiesÉducation aux médias « La Commission d’enquête recommande que les écoles, dans lensemble du Canada, élaborent et...
StratégiesÉducation aux médiasConcept clé : les médias sont des constructions
StratégiesÉducation aux médiasConcept clé : les médias véhiculent des messages idéologiques                               ...
StratégiesLe public « négocie » le sens                                « Si l’on ne comprend pas                          ...
StratégiesLa pensée critiqueVérifier les sources
Strategies  StratégiesLa pensée critiqueReconnaître les partis pris et la manipulation
StratégiesLa pensée critiqueL’authentification des faits
Cet atelier a été possible grâce au support  financier du Ministère de la Justice du  Gouvernement du Canada à travers le ...
Cet atelier a été produit par lePour plus d’information, contactez :      Réseau Éducation-Médias      www.education-media...
Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias
Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias
Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias
Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias

1,018 views
922 views

Published on

Le tutoriel Pour connaître et se reconnaître, fondé sur les concepts clés de l’éducation aux médias, nous permet d’examiner la représentation de la diversité ethnique dans les nouveaux médias et les médias du divertissement et l’impact de cet état de fait sur la valorisation de ces individus et de ces groupes, au sein de notre société. Nous étudions ensuite les progrès qui s’opèrent au sein de l’industrie des médias dans le but de mieux refléter nos valeurs canadiennes et d’offrir des stratégies gagnantes, pour contrer ces représentations négatives et encourager nos jeunes à exiger une représentation médiatique plus réaliste et positive.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,018
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Dans cet atelier, nous allons examiner comment certains se servent d’Internet pour propager la haine et inciter à la haine – et comment les parents, les chefs de file de la communauté et les éducateurs peuvent réagir.
  • Quand nous parlons de la haine et de la propagande haineuse en ligne, nous ne parlons pas de la haine en tant qu’ émotion , mais plutôt en tant qu’attitude ou mentalité qui pousse certaines personnes à se définir par opposition à un autre groupe. La haine de l’autre groupe en vient à faire partie de leur identité et peut provoquer chez elles des émotions positives ou négatives selon ce qu’il arrive à ce groupe. Cette haine peut être dirigée contre une centaine de groupes possibles (bien que certains soient plus souvent la cible que d’autres). Il y a une constante dans toutes les manifestations de la haine, soit la perception que tous les membres du groupe détesté possèdent une « essence » négative et immuable qui fait d’eux une menace et justifie toute acte commis à leur endroit. Comme l’explique un auteur, « Si la nature essentielle est mauvaise , il n’y a rien à faire – la négociation ou l’éducation n’y changeront rien, pas plus qu’elles ne pourraient changer la nature essentielle d’un tigre. Si les tigres nous menacent et nous font du mal, tous les tigres sont une cible. » [1] (traduction libre) _________________________ [1] McCauley, Clark et Sophia Moskalenko. « Mechanisms of Political Radicalization: Pathways Toward Terrorism ». Terrorism and Political Violence , 20:3 (2008), 415-433.
  • En droit, la haine ou la propagande haineuse a un sens précis qui varie d’un pays à l’autre. Au Canada, le Code criminel interdit de préconiser ou de fomenter le génocide contre un « groupe identifiable », c’est-à-dire « toute section du public qui se différencie des autres par la couleur, la race, la religion, l’origine ethnique ou l’orientation sexuelle ». Selon le Code , il est également interdit d’inciter à la haine contre un groupe identifiable, par la communication de déclarations en un endroit public lorsqu’une telle incitation est susceptible d’entraîner une violation de la paix, ou de fomenter volontairement la haine contre un groupe identifiable, par la communication de déclarations autrement que dans une conversation privée. De même, l’article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne interdit le recours aux technologies de télécommunications (y compris Internet) pour communiquer des messages susceptibles d’exposer une personne à la haine ou au mépris pour des motifs fondés sur un grand éventail de caractéristiques, lesquelles, en plus de celles qui sont citées dans le Code criminel , comprennent l’âge, l’état matrimonial, la déficience ou l’état de personne graciée. Une grande partie de la propagande haineuse sur Internet – tant celle qui est affichée par des groupes haineux organisés que le contenu haineux plus épisodique que l’on trouve souvent en ligne – ne répond pas à la définition du Code criminel . [1] En fait, plusieurs personnes qui combattent la propagande haineuse sur Internet estiment que les lois actuelles sont efficaces uniquement dans les cas très nets de propagande haineuse – et comme nous le verrons, certains groupes haineux sont devenus très habiles à rester dans les limites de la loi. Même si le contenu haineux n’est pas techniquement illégal, on ne peut fermer les yeux : une étude a recensé plus de 15 000 exemples de propagande haineuse et de discrimination en ligne en 2010. [2] C’est pourquoi la définition de la propagande haineuse en ligne retenue dans notre présentation est plus large que la définition juridique ; elle comprend toutes les formes de communication en ligne qui dénigrent un groupe spécifique ou qui font la promotion de la haine à son endroit et englobe un grand éventail de formes de propagande haineuse – produite autant par les suprématistes blancs, les terroristes religieux que ceux qui font la promotion de la haine à l’égard de groupes aussi variés que les Mexicains, les Coréens et les Roms. _________________________ [1] Slane, A. Combating Hate on the Internet: Current Canadian Efforts and the Recommendations of Non-Governmental Organizations to Improve upon Them . Ottawa : Ministère de la Justice Canada, 2007. [2] International Network Against Cyber Hate (2010). Report 2010 .
  • Nous avons choisi de concentrer notre attention sur les façons dont les jeunes sont exposés, pour différentes raisons, à la propagande haineuse en ligne. Entre autres parce que les jeunes – surtout les garçons âgés de 12 à 17 ans – sont ceux qui commettent le plus grand nombre de crimes haineux hors ligne au Canada. [1] Il est donc extrêmement important de joindre les jeunes avant qu’ils ne soient influencés par la propagande haineuse. _________________________ [1] Dauvergne, Mia et Shannon Brennan. Police-reported hate crime in Canada, 2009 . Ottawa : Statistique Canada.
  • Les adolescents sont la cible première des groupes haineux parce que plusieurs d’entre eux cherchent un groupe ou une cause qui leur donnera un sentiment d’appartenance ou un sens d’identité. Certes, la recherche identitaire fait partie de l’adolescence, mais portée à l’extrême, cette quête peut ouvrir la porte aux semeurs de haine. On se sert du terme « anomie » pour décrire l’état d’esprit selon lequel les valeurs familiales et culturelles semblent avoir perdu leur sens. Les jeunes qui souffrent d’anomie cherchent un groupe ou une cause qui leur donnera des valeurs, une identité et une famille de substitution. L’anomie se produit souvent lorsque les changements sociaux donnent à penser au jeune que son identité est menacée. Comme l’explique un auteur, « un garçon de 15 ans… qui n’a pas connu personnellement le passé ouvertement raciste de son pays, peut se demander pourquoi l’histoire le présente comme ‘ le méchant ’. Il remarque que les groupes d’élèves noirs, latino-américains et asiatiques prolifèrent tandis qu’il est accusé de racisme s’il demande pourquoi il n’existe aucun groupe d’élèves blancs. Il se trouve au beau milieu d’une transformation culturelle, mais ne possède pas les outils nécessaires pour y faire face. » [1] Les groupes haineux de toutes sortes savent très bien repérer les jeunes les plus susceptibles d’être sensibles à leur message, comme le démontre cette citation tirée du groupe skinhead New Order. [2] De même, des entrevues avec des terroristes religieux de toutes confessions révèlent que ces personnes considèrent généralement que leur identité était menacée et que les chefs terroristes ont exploité ces sentiments d’aliénation et d’humiliation. [3] _________________________ [1] Blazak, Randy. « From White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads ». American Behavioral Scientist 44:6 (2001), 982-1000. [2] New Order, cité dans Blazak. [3] Rowland, Robert C. et Theye, Kirsten. « The Symbolic DNA of Terrorism ». Communication Monographs , 75:1 (2008), 52 – 85 Source (image) : Valierio Pirrera, Creative Commons Attribution 2.0 Générique <http://www.flickr.com/photos/valeriopirrera/5533079458/>
  • Il est important de noter que les conditions sociales elles-mêmes ne poussent pas les gens vers les groupes haineux : plusieurs études révèlent que les membres de groupes haineux ou terroristes sont souvent instruits et viennent de familles de la classe moyenne ou supérieure. C’est au moment où les problèmes économiques et sociaux – ou la perception de tels problèmes – se conjuguent à une menace pour l’identité que les gens deviennent sensibles aux messages haineux. En outre, il faut noter que l’anomie peut aussi pousser les jeunes à se forger une nouvelle identité plus positive. En fait, le profil type des premiers membres d’Al-Qaïda – des jeunes de la classe moyenne, très instruits et sous-employés – est presque identique à celui des participants au « printemps arabe » qui a provoqué l’effondrement des régimes répressifs en Égypte et en Tunisie en 2011.
  • Nous allons maintenant examiner comment les jeunes sont endoctrinés par la propagande haineuse. La radicalisation est le processus par lequel les attitudes d’une personne ou d’un groupe deviennent de plus en plus extrêmes. Un aspect important de la radicalisation est l’identification accrue avec son propre groupe. Lorsque les gens ont été radicalisés, on assiste à l’intensification des émotions en ce qui concerne leur groupe : les succès du groupe les rendent plus heureux tandis que ses malheurs les attristent. Dans sa forme extrême, la radicalisation peut amener les gens à croire que leur vie – ou la vie des autres – est moins importante que la cause ou le groupe qui les a radicalisés. Les psychologues et les sociologues ont recensé plusieurs mécanismes par lesquels on peut radicaliser les individus ou les groupes. _________________________ Source (image) : Valerio Pirrera, Creative Commons 2.0 <http://www.flickr.com/photos/valeriopirrera/>
  • Toutes les personnes gravitant autour d’un groupe ne sont pas nécessairement radicalisées au même degré. En fait, même dans un groupe haineux, seul un petit nombre de personnes sont en général radicalisées au point de prôner la violence ou de la commettre. Pour comprendre le processus, on peut considérer tout groupe ou mouvement comme une pyramide . La base de la pyramide se compose de sympathisants qui appuient le groupe et partagent ses idéaux, mais qui ne participent pas activement à ses activités. Généralement, ces personnes constituent la majeure partie du groupe, mais aussi la partie la moins engagée. Viennent ensuite ceux que l’on pourrait appeler les membres. Ces personnes s’identifient fortement avec le groupe et participent aux activités quotidiennes. Enfin, le dernier niveau se compose des militants . Ce sont les membres qui s’identifient le plus fortement avec le groupe et qui sont les plus susceptibles de le pousser vers des positions plus radicales et des actions extrêmes.
  • On peut considérer le processus de radicalisation comme un mécanisme par lequel les gens s’élèvent dans la pyramide pour s’identifier plus étroitement avec leur groupe et deviennent plus disposés à approuver des actes radicaux ou à les commettre. Pour donner un exemple positif de ce mécanisme, examinons le rôle de ces trois groupes dans le mouvement pour les droits civiques aux États-Unis. Les gens qui souhaitaient la fin de la ségrégation et réclamaient les droits civiques pour les Afro-Américains constituaient la base des sympathisants et ce sont eux qui ont rendu possible l’adoption de lois telles que le Civil Rights Act . _________________________ Source (image) : <http://www.sitins.com/headline_020860.shtml>
  • Les personnes et les membres de groupes organisés qui ont participé activement à la lutte, aux marches, aux boycotts et ainsi de suite formaient le groupe des membres . _________________________ Source (image) : <http://www.xtimeline.com>
  • Enfin, les militants sont ceux qui ont poussé le mouvement à adopter des objectifs plus ambitieux et à entreprendre des actions qui contrevenaient aux lois de l’époque ou qui ont mis leur vie en danger. Les « Freedom Riders », voyageurs de la liberté, dont plusieurs ont été battus et arrêtés pour avoir voyagé dans les États du Sud à bord d’autobus intégrés, en sont un exemple. Le mouvement pour les droits civiques préconisait des actions strictement non violentes. Cependant, dans plusieurs autres cas, le haut niveau d’engagement envers une cause peut pousser les gens non seulement à risquer d’être victimes de la violence, mais aussi à justifier des actes violents à l’égard d’autres personnes. Au fur et à mesure que nous examinerons des exemples de la propagande haineuse en ligne, il ne faut pas oublier que les groupes haineux souhaitent que leurs membres deviennent des militants et que leurs sympathisants deviennent des membres. _________________________ Source (image) : National Museum of American History
  • Dans leur article « Mechanisms of Political Radicalization » , Clark McCauley et Sophia Moskalenko définissent 12 processus par lesquels une personne ou un groupe peut se radicaliser. Cinq de ces processus sont particulièrement pertinents à l’étude de la propagande haineuse en ligne : la pente glissante, le groupe en tant que famille, la radicalisation des groupes ayant des vues communes, la radicalisation découlant de l’isolement et de la menace et la radicalisation dans le cadre d’un conflit avec un groupe extérieur. Dans la plupart des cas de radicalisation, plus d’un mécanisme entre en jeu. [1] _________________________ [1] McCauley, Clark et Moskalenko, Sophia. « Mechanisms of Political Radicalization: Pathways Toward Terrorism ». Terrorism and Political Violence , 20: 3 (2008), 415-433.
  • Il est rare qu’un seul acte ou événement radicalise quelqu’un – la radicalisation se fait le plus souvent en plusieurs étapes. Les études révèlent que les gens sont extrêmement habiles à justifier leurs actes, même les actes qui seraient normalement considérés comme répréhensibles. (Par exemple, une personne qui oublie de laisser un pourboire au restaurant peut rétroactivement trouver des lacunes au service pour justifier le fait de ne pas laisser de pourboire.) Cela peut entraîner un changement des valeurs morales : une fois que nous avons établi qu’une chose jugée comme mauvaise par le passé est en fait une bonne chose, les actes extrêmes peuvent devenir acceptables. Cet effet se fait sentir plus particulièrement en ligne où les conséquences sont moins évidentes : la pente qui mène de la lecture de ces propos haineux à la création de ses propos peut être très glissante. L’idée des coûts irrécupérables  est le même genre de mécanisme – plus vous investissez des ressources dans la poursuite d’une chose, plus précieuses deviennent ces ressources. Vous pouvez observer ce phénomène dans la vie de tous les jours lorsque vous attendez l’autobus : si l’autobus est en retard, il arrive un moment où vous serez porté à penser que vous avez investi tellement de temps à attendre qu’il ne vaut pas la peine de renoncer et de marcher. Une citation d’un membre de l’IRA illustre comment ce principe s’applique à la radicalisation. « Par moments, je me disais : ‘Pourquoi ? Tu as perdu la tête. Mais… je ne peux tout simplement pas laisser tomber… trop de mes amis sont en prison, trop de mes copains ont donné leur vie et j’ai suivi trop de cortèges funèbres pour renoncer maintenant.’ » [1] _________________________ [1] McCauley, Clark et Sophia Moskalenko. « Mechanisms of Political Radicalization: Pathways Toward Terrorism ». Terrorism and Political Violence , 20: 3 (2008), 415-433.
  • Cette citation illustre également un autre important mécanisme de radicalisation, soit l’appartenance à un groupe très soudé. Au plan social et affectif, faire partie d’un groupe peut avoir des effets aussi puissants que la cause ou l’idéologie que défend le groupe. Les études ont montré que les membres de groupes haineux tels que les skinheads agissent souvent comme mentors ou « grands frères » auprès des jeunes vulnérables, leur prêtant une oreille attentive et fournissant une explication à leurs problèmes de même que des moyens de réagir. L’effet peut être particulièrement puissant chez les jeunes hommes qui n’ont pas de figure paternelle ou de soutien affectif dans leur vie. [1] _________________________ [1] Blazak, Randy. « From White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads ». American Behavioral Scientist 44:6 (2001), 982-1000. Source (image) : “We, the people”, Luginter. <http://www.flickr.com/photos/luiginter/>
  • Tous les groupes – même les groupes occasionnels comme un groupe de réflexion recruté pour donner son opinion sur un sujet politique – sont soumis à un phénomène par lequel l’opinion du membre moyen du groupe se durcit avec le temps. C’est peut-être parce que plus votre opinion diffère de celle des autres membres du groupe, plus vous subirez de pressions pour vous conformer ; ainsi, ceux qui sont en désaccord avec la majorité sont très susceptibles de modifier leur opinion tandis que ceux qui sont d’accord avec la majorité ont de fortes chances de conserver la même opinion ou de durcir leurs vues. Weather Underground, un groupe pacifiste américain en est un exemple. Durant les années 1970, ce groupe est passé de la contestation politique au terrorisme à la suite d’une lutte au sein du groupe pour déterminer qui serait « le plus radical ». [1] _________________________ [1] McCauley, Clark et Sophia Moskalenko. « Mechanisms of Political Radicalization: Pathways Toward Terrorism ». Terrorism and Political Violence , 20:3 (2008), 415-433.
  • Les gens s’identifient davantage à un groupe si ce groupe semble isolé ou menacé de l’extérieur. L’exemple classique est celui d’un peloton ou d’une escouade de soldats en temps de guerre : il n’est pas rare que les soldats sacrifient consciemment leur vie pour sauver d’autres membres de leur peloton. Le même mécanisme peut s’appliquer à tout groupe qui se sent menacé, surtout si les membres planifient ou commettent des actes criminels ou violents. Les groupes haineux se servent de ce mécanisme en se présentant comme des rebelles, des hors-la-loi ou des victimes d’autres groupes et, très souvent, du gouvernement. Les groupes antisémites intègrent souvent les deux notions en prétendant que la communauté juive contrôle le gouvernement américain qu’ils appellent « Zionist Occupation Government » (ZOG) ; ils exagèrent ou inventent souvent des confrontations avec le gouvernement ou la police. Al-Qaïda et autres groupes semblables utilisent souvent le terme « croisés » lorsqu’ils parlent des pays occidentaux, faisant un parallèle historique avec l’invasion des pays musulmans et l’occupation de Jérusalem durant les croisades médiévales, présentant les membres de leur groupe comme des soldats menant une guerre. Ce mécanisme peut renforcer non seulement la solidarité, mais aussi la conformité au sein du groupe. Lorsque le bien-être du groupe prend de plus en plus d’importance face à une menace, les différences d’opinions peuvent sembler représenter un danger ou même une trahison.
  • Une dernière technique pour favoriser la radicalisation consiste à présenter les groupes auxquels ils s’opposent comme inhumains. Cette technique trace une ligne entre l’endogroupe (son propre groupe) et l’exogroupe (groupe de l’autre) de sorte qu’il devient plus facile de justifier toute action contre ce dernier. Par exemple, au cours de la Seconde Guerre mondiale, la propagande américaine représentait les Japonais de manière extrêmement caricaturale – toujours stéréotypés, souvent menaçants et parfois monstrueux – si bien que près de la moitié des soldats américains étaient en faveur d’exterminer le peuple japonais après la guerre. En fait, les militaires qui n’avaient pas vu de combats étaient plus enclins à préconiser l’extermination – ce qui donne à penser que c’est le fait d’avoir été exposé à la propagande et non le contact avec l’ennemi qui a engendré cette attitude. [1] _________________________ [1] McCauley, Clark et Sophia Moskalenko. « Mechanisms of Political Radicalization: Pathways Toward Terrorism ». Terrorism and Political Violence , 20:3 (2008), 415-433. Source (image) : Documents du gouvernement des États-Unis, tirés de l’Authentic History Centre.
  • Dans Internet et d’autres médias numériques, les jeunes peuvent être exposés à du contenu haineux de deux façons. Ils peuvent découvrir du contenu créé par des groupes haineux organisés ou par des individus qui s’identifient avec ces groupes. Si les opinions et les personnes visées varient énormément, les points de vue de tous les groupes haineux ont en commun certaines caractéristiques qui les distinguent des personnes qui expriment une opinion politique légitime. En réalité, relativement peu de jeunes trouvent du contenu créé par des groupes haineux organisés. [1] Ils risquent davantage de trouver de la propagande haineuse dans leurs contacts avec des cultures de la haine – des communautés ou des environnements où certaines formes de haine sont normalisées. Les propos haineux sont aussi souvent un facteur dans la cyberintimidation et dans le harcèlement, particulièrement dans ces communautés. _________________________ [1] Réseau Éducation-Médias. Jeunes Canadians dans un monde branché , 2005. <http://www.education-medias.ca/francais/recherche/JCMB/phaseII/index.cfm/>
  • Il est possible d’appliquer plusieurs des mécanismes de radicalisation que nous venons d’examiner aux mouvements ou groupes qui n’ont pas recours à la violence, qui n’en font pas la promotion (tels que le mouvement pour les droits civiques) ou qui ont des objectifs strictement politiques (tels que le groupe Weather Underground). Ce qui distingue les véritables groupes haineux, c’est la présence d’une vision du monde et de croyances qui relèvent d’une idéologie de la haine  : un mythe ou récit fondateur que raconte le groupe pour définir son identité, pour représenter l’autre comme un être déshumanisé qui menace cette identité et pour justifier et encourager la violence en vue de défendre cette identité.
  • Dans toutes les idéologies de la haine, on retrouve un élément fondamental : un groupe cible (ou des groupes) est désigné comme l’« autre ». Il ne s’agit pas d’un groupe qui existe dans la réalité, mais plutôt d’une entité fictive créée pour consolider l’identité du groupe haineux et justifier son existence et ses actions. C’est pourquoi il faut représenter l’autre à la fois comme un être inférieur, afin d’établir la supériorité du groupe haineux, et un être menaçant, pour démontrer la nécessité de prendre des mesures contre lui. [1] La représentation de l’autre en tant qu’être inférieur est une stratégie utilisée depuis très longtemps. Aristote considérait tous les non-Grecs comme des « esclaves naturels » ne pouvant pas être civilisés. C’est en grande partie en raison de l’esclavage dans les Amériques que les Afro-Américains sont le plus souvent présentés comme un autre inférieur dans le contenu haineux. Cet article, diffusé largement sur les sites web suprématistes blancs et néonazis, est un exemple typique dans sa façon de représenter les Noirs en tant qu’être primitifs et inférieurs. Cette infériorité est toujours dépeinte comme une qualité intrinsèque  : par exemple, l’article ne tient pas compte de la grande diversité de peuples et de cultures en Afrique pour les englober tous dans une seule « culture nègre ». On peut trouver des exemples de représentations semblables de toutes les minorités, tel ce babillard électronique suprématiste blanc qui discute des communautés autochtones. _________________________ [1] Meddaugh, P. M. « Hate Speech or "Reasonable Racism?" The Other in Stormfront ». Journal of Mass Media Ethics , 24:4 (2009), 251-268. [2] Aristotle, Politics. Source (image) : <http://www.stormfront.org/forum/t848314/>
  • La représentation de l’autre en tant que menace est tout aussi importante dans le récit fondateur d’un groupe. Cette menace n’est pas nécessairement d’ordre physique ; le plus souvent, il s’agirait d’une menace pour l’identité du groupe haineux. Une étude des clavardoirs racistes publiée en 2002 révèle que les participants réagissent moins fortement à la possibilité de menaces physiques (telles que la perte de son emploi en faveur d’un autre) et plus viscéralement à un scénario selon lequel l’autre met en péril l’intégrité ou la pureté du groupe, particulièrement par le biais de rapports sexuels et de mariages interraciaux. [1] La plupart des groupes haineux évitent de violer les lois sur la propagande haineuse en ligne, ce qui signifie qu’ils ne préconisent pas ouvertement la violence contre leurs cibles. Ils interprètent plutôt de manière déformée l’histoire et l’actualité, laissant entendre que la violence est nécessaire pour préserver le prestige et la pureté du groupe. _________________________ [1] Glaser, J. « Studying Hate Crime With the Internet: What Makes Racists Advocate Racial Violence? ». Journal of Social Issues , 58:1 (2002), 177-193. Source (images) : <http://fr.novopress.info/109210/christian-vanneste-le-lobby-homosexuel-a-installe-une-forme-de-totalitarisme-dans-notre-pays/> <http://www.terreetpeuple.com/images/stories/A4-coloma-complet.gif> < http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/ontario-les-enfants-echappent-a-leducation-homosexuelle-pour-linstant#.T1Tg94fy8fU>
  • Un autre élément essentiel de l’idéologie haineuse est la notion que le groupe a perdu la place qu’il occupait jadis. Généralement, cette déchéance est attribuée à l’autre ou aux membres du groupe qui ont été trompés ou pervertis par l’autre. Par conséquent, il faut absolument défaire ou détruire l’autre pour retrouver ce passé glorieux. Il faut commencer par sensibiliser les membres du groupe à ce passé glorieux puisque l’autre a fait de son mieux pour l’effacer de l’histoire. C’est pourquoi les groupes suprématistes blancs sont si inquiets à l’idée d’intégrer des éléments multiculturels dans les cours d’histoire et pourquoi les skinheads considèrent le Mois de l’histoire des Noirs comme une occasion de faire du recrutement. _________________________ Source (image) : <http://www.mas-org.com/?page_id=20>
  • Cet élément est central dans le matériel produit par Al-Qaïda et les groupes semblables qui appellent au rétablissement du « Califat » un État unique qui englobera tous les pays qui ont déjà fait partie du monde musulman, y compris l’Espagne. _________________________ Source (image) : <http://www.caliphate.eu/2008/06/accounting-governors-of-caliphate.html>
  • Bien qu’ils présentent l’autre comme intrinsèquement inférieur, les groupes haineux se disent eux-mêmes victimes – tout en rejetant l’idée que l’autre puisse être une victime – et c’est là un autre élément fondamental des idéologies de la haine. Par exemple, cet article de David Duke, ancien « grand magicien » des Chevaliers du Ku Klux Klan, non seulement minimise les séquelles de l’esclavage, mais affirme que les Blancs en étaient les véritables victimes. En plus d’évacuer toute possible sympathie pour l’ennemi, la victimisation est très efficace pour attirer les jeunes qui sont le plus sensibles aux messages haineux. Un recruteur pour les skinheads décrit ainsi ses tactiques : « Je dis : "As-tu déjà possédé un esclave ? As-tu déjà tué un Indien ? Alors, pourquoi essaient-ils de te faire sentir coupable d’être Blanc ?" Avant qu’il ne puisse répondre, je commence à lui parler du ZOG. » [1] Bien entendu, le fait d’être issu d’un groupe qui a véritablement été une victime n’empêche pas une personne de souscrire à une idéologie haineuse comme l’illustre cette citation de la Jewish Internet Defense Force. _________________________ [1] Blazak, Randy. « From White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads ». American Behavioral Scientist 44:6 (2001), 982-1000. Source (images) : <https://www.facebook.com/pages/SOS-Racisme-engendre-le-racisme-anti-blanc-/120629487950953?sk=info> <http://www.christianophobie.fr/breves/leers-nord-un-conseiller-municipal-dopposition-christianophobe-exige-le-retrait-de-la-creche-municipal>
  • Une idée connexe est que l’endogroupe est supérieur parce que Dieu ou la nature l’a ainsi fait. Les groupes motivés par la haine raciale ont souvent recours à des théories génétiques ou anthropologiques désuètes ou dénaturées pour justifier leur supériorité tandis que d’autres groupes affirment que Dieu même leur a donné une place particulière. Dans les deux cas, ces affirmations servent à nier l’humanité de l’autre – et à justifier la haine au sein de l’endogroupe. L’idée de bénéficier de la sanction ou de la bénédiction divine se manifeste de deux façons. Tout d’abord, elle entraîne l’idée d’un conflit final à venir, dans lequel le groupe vaincra ses ennemis et reprendra la place qui lui revient. Pour la plupart des groupes haineux, cette idée demeure à l’état de mythe, mais certains groupes – et plus souvent des individus – agissent au service de cette idée. _________________________ Source (image) : <http://rachidou2.skynetblogs.be/archive/2012/03/05/titre-de-la-note.html>
  • Deuxièmement, le statut particulier dont jouit le groupe fait en sorte que ses défaites l’élèvent au rang de martyr. Ce thème revient constamment dans la propagande haineuse et devient un autre outil efficace dans la radicalisation des sympathisants : par exemple, de nombreux membres de groupes de l’extrême droite se disent motivés par les actions des agents fédéraux des États-Unis à Ruby Ridge et à Waco. _________________________ Source (image) : <http://www.kriegbrut.org/rubyridge/>
  • Comme tout contenu sur le web, la propagande haineuse revêt plusieurs formes. Les sites web et les blogues gérés par les groupes haineux constituent la forme la plus visible : en fait, les groupes haineux ont été parmi les premiers à adopter Internet, déplaçant leur propagande haineuse d’abord vers les groupes de discussion, puis sur les pages web. S’il est moins coûteux et plus facile de publier sur le web que sur un support imprimé, tout au début seuls les groupes haineux les plus importants étaient présents sur Internet en raison des coûts et des compétences techniques nécessaires pour créer un site web. Aujourd’hui, étant donné l’accessibilité des plateformes de blogage et des logiciels d’édition en ligne, on compte jusqu’à 14 000 sites haineux sur le web selon une étude effectuée en 2011. [1] Bien que la plupart ne présentent que de longs textes verbeux, les plus sophistiqués imitent les sites Web commerciaux populaires et beaucoup offrent du contenu audiovisuel et des forums de discussion ; certains arborent une présentation professionnelle et des éléments graphiques. Un petit nombre de sites web sont conçus spécialement pour attirer les jeunes et les enfants, comme celui-ci parrainé par le Hamas et dont le contenu fait la promotion du terrorisme suicidaire. [2] _________________________ [1] Simon Wiesenthal Centre. Digital Terrorism and Hate 2011 . [2] Weimann, Gabriel. « Narrowcasting: The trend in online terrorism ». The Gazette 70:3 (2008), 23. <http://www.rcmp-grc.gc.ca/gazette/vol70n3/vol70n3-eng.pdf> Diapo : Citation de McNamee, L., Pena, J., & Peterson, B. « A Call to Educate, Participate, Invoke and Indict: Understanding the Communication of Online Hate Groups ». Communication Monographs , 77: 2 (2010), 257-280. Source (images) : <http://nationalvanguard.org/2011/01/jewish-truth-and-jewish-jokes/> <http://www.al-fateh.net/>
  • Ce site illustre la tendance à délaisser les sites web généraux pour privilégier les sites à « diffusion ciblée » destinés à un groupe spécifique et dont on sait que le contenu trouve un écho chez ce public. La diffusion ciblée donne aussi au public cible le sentiment de faire partie d’une communauté qui partage les mêmes idéaux et les mêmes valeurs. [1] Les groupes haineux font donc appel aux médias les plus populaires auprès des jeunes : la musique et les vidéos. Beaucoup d’adolescents se tournent vers divers genres musicaux et sous-cultures pour tenter de se façonner une identité et les producteurs de musique haineuse profitent de la situation. Si le « rock haineux » n’est plus la vache à lait qu’il a déjà été pour les groupes haineux les plus importants [2] – qui ont été victimes des mêmes aléas que l’ensemble de l’industrie de la musique et de leurs propres problèmes internes – cette musique est toujours largement diffusée non seulement sur les sites haineux, mais aussi sur les sites de partage de fichiers et sur des services généraux tels que YouTube et iTunes. Les groupes haineux utilisent également les services de partage de vidéos sur le web pour mettre en communication les jeunes demandant conseil, cherchant un soutien ou une approbation et des figures de proue de la propagande haineuse telles que David Duke ou Anwar Al-Awlaki d’Al-Qaïda. _________________________ [1] Gendarmerie royale du Canada. Les jeunes en ligne et à risque Internet – un outil de radicalisation , 2011. [2] Kim, T.K. « White Noise ». Southern Poverty Law Centre Intelligence Report , 121 (printemps 2006). Source (image) : <http://www.youtube.com/watch?v=58pgFaKOH8M>
  • De la même manière, les groupes haineux s’efforcent d’attirer les jeunes par les jeux vidéo, bien que ces jeux soient en général plus primitifs et moins efficaces que la musique : il est plus facile de produire de la musique punk ou heavy metal que de créer un jeu vidéo amusant. La plupart des jeux sont de simples créations Flash qui ne méritent pas d’être rejouées, tel le jeu antimusulman Minaret Attack , bien que quelques-uns, comme le Special Force créé par le Hezbollah, aspirent à la qualité des jeux commerciaux. Il est difficile d’imaginer que les jeunes consacreront beaucoup de temps à ces jeux, mais leur seul caractère excessif pourrait bien donner un « plaisir coupable » pouvant constituer le premier pas sur la pente glissante. Un élément peut-être encore plus important est la façon dont les groupes haineux se servent des jeux pour encourager les utilisateurs à participer à leurs sites et forums. Cette stratégie reflète elle aussi une tendance plus générale à la ludification, un terme très en vogue dans le milieu des affaires en ligne. Comme les joueurs de World of Warcraft ou d’autres jeux en ligne, les participants à des sites tels que Stormfront ou Salafi Media atteignent des « niveaux » dans la mesure où ils participent : en affichant, commentant ou acceptant des responsabilités comme celle de modérateur des commentaires, un utilisateur peut gagner en prestige et acquérir des titres ou des privilèges.
  • La recherche [1] démontre que les messages qui réussissent le mieux à convaincre les jeunes sont ceux dans lesquels la haine est implicite et communiquée sous forme de récit ou de conte. Bien que la musique et les jeux puissent être efficaces pour transmettre ce type de message, les médias sociaux sont taillés sur mesure à cette fin. Certains groupes haineux ont créé leurs propres sites de réseautage social, mais ceux-ci présentent peu d’intérêt : il est beaucoup plus efficace de joindre les jeunes au moyen des sites commerciaux qu’ils utilisent déjà. Bien que Facebook ait amélioré sa façon de traiter les plaintes au sujet des contenus qui préconisent la violence, des groupes haineux prudents continuent de s’en servir comme plateforme. Le plus grand avantage que présentent les médias sociaux n’est pas le fait qu’ils permettent aux groupes haineux de joindre les jeunes, mais qu’ils permettent aux jeunes de diffuser eux-mêmes des propos haineux. La capacité des médias sociaux d’aider les jeunes à trouver des amis et des mentors est un élément clé qui permet de développer le sentiment d’appartenance à un groupe, si important dans le processus de radicalisation. _________________________ [1] Lee, E. et L. Leets. « Persuasive Storytelling by Hate Groups Online - Examining Its Effects on Adolescents ». American Behavioural Scientist , 45:6 (2002), 927-957. Source (images) : <www.aryansbook.com> <http://www.facebook.com/pages/National-Policy-Institute/72095145358?sk=info> <http://www.facebook.com/profile.php?id=100002411634963&v=wall>
  • Les sites déguisés constituent un autre moyen de diffuser les messages implicites à fort contenu narratif qui trouvent un écho chez les jeunes. Ces sites, qui se présentent comme neutres et éducatifs, transmettent un message haineux subtil et leur véritable nature ne devient évidente que petit à petit. Les sites déguisés ont recours au plus grand nombre possible d’attributs susceptibles de leur donner une légitimité – par exemple, une adresse .org ou un nom à consonance officielle. De même, les groupes haineux s’emparent de figures réputées, citant des extraits choisis ou inventant tout simplement des citations qu’ils attribuent, par exemple, à Charles de Gaulle. Le Bloc identitaire, un organisme politique de l’extrême droite en France, recrute les jeunes à sa cause à l’aide du groupe Une Autre Jeunesse – un organisme rejeton du Bloc. D’autres groupes, comme Rebyne, cherchent à attirer des membres en se présentant comme groupes communautaires locaux. Les sites masquent également leur véritable nature en affirmant que leur unique objectif est d’encourager le débat : par exemple, ce site qui nie l’Holocauste prétend avoir pour mission d’encourager la liberté intellectuelle en ce qui a trait à la controverse sur l’Holocauste. Il ne faut pas sous-estimer la capacité de ces sites à désinformer les jeunes. Une étude effectuée en 2003 rapporte qu’on a demandé à des étudiants de première année d’université d’évaluer avec esprit critique le site martinlutherking.org, un site déguisé créé par le groupe haineux Stormwatch : pratiquement aucun des étudiants n’a pu reconnaître que le site était biaisé ou déterminer le point de vue de son auteur. [1] _________________________ [1] Gerstenfeld, Phyllis B., Diana R. Grant et Chau-Pu Ching. « Hate Online: A Content Analysis of Extremist Internet Sites ». Analyses of Social Issues and Public Policy , 3:1 (2003), 29-44.
  • Internet étant essentiellement un réseau, il est possible pour les jeunes d’y trouver par accident de la propagande haineuse. Dans l’étude menée en 2001 par le Réseau Éducation-Médias et intitulée Jeunes Canadiens dans un monde branché, sept pour cent des élèves interrogés ont dit avoir trouvé du contenu haineux par accident, comparativement à cinq pour cent qui ont déclaré l’avoir cherché intentionnellement. (Il importe cependant de se demander combien des élèves qui ont visité un site déguisé l’ont reconnu comme tel, compte tenu du petit nombre d’étudiants qui n’ont pas su reconnaître l’intention du site martinlutherking.org.) Un contact accidentel peut se produire lorsqu’un élève consulte des sites figurant dans les résultats d’une recherche effectuée à l’aide d’un moteur de recherche – les sites déguisés utilisent divers moyens pour faire en sorte que leur site figure dans les résultats de recherche sur des sujets anodins – ou par le biais du contenu haineux hébergé sur des sites d’intérêt général. Par exemple, les reportages sur des sujets controversés attirent souvent des commentaires haineux. Le jeu Border Patrol, qui semble avoir sa source sur le site Web de la White Aryan Resistance et où les joueurs tirent sur des Mexicains qui tentent de traverser la frontière américaine, est également offert sur eBaum’s World, un site qui héberge des jeux et des vidéos Flash et qui constitue l’un des sites les plus populaires auprès des adolescents. Certains groupes ont également réussi à pirater d’autres sites pour propager leur message – comme ce fut le cas lorsqu’un groupe anonyme a piraté le site Jerusalem Online pour y afficher des commentaires antisémites.
  • Quels que soient les moyens employés pour diffuser leur message, les groupes haineux ont systématiquement recours à un certain nombre de techniques pour convaincre d’éventuels sympathisants. Il ne faut pas oublier que toutes ces techniques n’ont pas pour but de recruter les jeunes, mais de les faire avancer dans différentes étapes de la pyramide de radicalisation : certaines visent à obtenir un soutien général, d’autres cherchent à faire des sympathisants occasionnels des membres actifs tandis que d’autres encore ont pour but de radicaliser les membres pour qu’ils posent des gestes concrets. Une technique utilisée par les sites haineux pour gagner des sympathisants est de se présenter comme des ressources éducatives. C’est le cas non seulement des sites déguisés – qui se font passer pour des sources d’information traditionnelles –, mais aussi des sites plus ouvertement haineux qui affirment souvent présenter « la vraie histoire ». Nombre de ces sites attaquent également le système d’éducation traditionnel et exhortent leurs sympathisants à communiquer la « vérité pure » à leurs amis, leurs familles et leurs communautés. [1] _________________________ [1] McNamee, L., J. Pena et B. Peterson. « A Call to Educate, Participate, Invoke and Indict: Understanding the Communication of Online Hate Groups ». Communication Monographs , 77:2 (2010), 257-280. Source (image) : <http://monarchomaque.org/2011/04/21/ecole-maison/>
  • Malgré leur mépris du système d’éducation et des médias grand public, ces sites adoptent plusieurs de leurs marqueurs ou indicateurs de crédibilité – citant d’anciennes éditions de l’ Encyclopedia Britannica , par exemple, ou citant de manière sélective des articles choisis de sources fiables telles que le Wall Street Journal. Par exemple, ce site se décrit au début comme « voué à la promotion d’une véritable liberté scolaire au Québec », mais quand on le regarde plus en détail, la véritable nature du site devient claire. Selon une étude [1], un tiers des sites haineux nient être racistes ou haineux – bien qu’ils tiennent ouvertement un discours haineux. _________________________ [1] Gerstenfeld, Phyllis B., Diana R. Grant et Chau-Pu Ching. « Hate Online: A Content Analysis of Extremist Internet Sites ». Analyses of Social Issues and Public Policy , 3:1 (2003), 29-44. Source (images) : <http://www.cireport.ca> <http://radioislam.org/islam/english/english.htm>
  • La tactique de désinformation la plus connue est le négationnisme, et on y a le plus souvent recours pour dire que l’Holocauste n’a pas eu lieu ou a été exagéré. Des sites avancent des arguments compliqués sur l’absorption des gaz ou la fumigation des wagons : si le lecteur ne possède pas les connaissances techniques pour contester les arguments de l’auteur, il sera moins susceptible de mettre en doute les conclusions générales qu’il en tire. _________________________ Source (image) : <http://www.aaargh.codoh.info/index.html>
  • Bien que cette technique serve le plus souvent à nier l’Holocauste, on l’applique aussi à d’autres groupes et événements. La menace commune est toujours une façon de nier que le groupe ciblé puisse aussi être une victime – par exemple, plusieurs homophobes tels que le Christian Vanaste en France prétendent que les gais faisaient activement et ouvertement partie du gouvernement nazi de l’Allemagne. _________________________ Source (image) : <http://www.voltairenet.org/De-Ernst-Rohm-a-Michael-Kuhnen>
  • Inonder le lecteur de prétendus « faits » et de statistiques est la marque distinctive d’une autre technique appliquée par les groupes haineux : la désinformation au moyen de la pseudo-science. Plusieurs sites font appel à des théories scientifiques désuètes telles que l’eugénisme et la phrénologie pour étayer leurs arguments. _________________________ Source (image) : <http://fr.altermedia.info/general/races-et-intelligence-le-sujet-scientifique-interdit_39659.html>
  • Bien entendu, plusieurs des techniques utilisées par les groupes haineux visent à développer la solidarité au sein du groupe. Les appels lancés pour protéger le groupe, en particulier ceux qui sont considérés comme les plus vulnérables au sein de ce groupe, sont utiles tant pour renforcer le soutien que pour radicaliser les sympathisants. _________________________ Source (image) : <http://www.stormfront.org/forum/t238422-14/> <http://www.fachowatch.com/wp-content/uploads/2012/02/vilains1.jpg>
  • De même, les groupes haineux tirent avantage du sentiment de loyauté envers le groupe en se présentant comme les défenseurs de la nation et en attribuant le rôle d’ennemi au groupe désigné comme l’autre. Par exemple, à la suite des attentats du 11 septembre, plusieurs groupes de l’extrême droite ont non seulement tourné leur attention vers les musulmans, mais ont aussi commencé à prétendre qu’Israël était en quelque sorte impliqué. _________________________ Source (image) : <http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-11-septembre-les-militaires-savaient-47222259.html> <http://www.fachowatch.com/wp-content/uploads/2011/12/rebellion-88.jpg>
  • L’appel à la religion peut être un outil encore plus puissant pour renforcer la solidarité. Presque tous les groupes haineux y ont recours d’une façon ou d’une autre, que ce soit pour appuyer leurs allégations ou pour nier la légitimité de l’autre. Au Québec et en Europe, le concept de la laïcité est également invoqué pour renforcer un sens de solidarité contre certaines confessions religieuses, l’islam étant l’exemple le plus commun. _________________________ Source (image) : <http://irq.qc.ca/ethique-et-culture-religieuse> <http://www.3emevoie.net/charte.ws>
  • En plus de renforcer la solidarité du groupe, les groupes haineux tentent de rehausser l’estime de soi de leurs membres en leur donnant l’occasion de se considérer comme des héros qui se portent à la défense du groupe. En plus d’encourager les sympathisants à devenir des membres actifs, cette dichotomie héros-vilain crée une identité positive et fournit une structure qui peut aider les membres du groupe à donner un sens à leur vie. _________________________ Source (image) : <https://theislamicstandard.wordpress.com/2010/12/22/our-prophet-saws-was-a-warrior/> <http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2007/10/19/1038837_l-extreme-droite-suisse-utilisedes-jeux-videos-raciste-pour-recruter-des-nouveaux-membres.html>
  • Pour radicaliser leurs membres, il est essentiel pour les groupes haineux de créer un sentiment d’urgence face à une menace. Ces groupes sont également très habiles à utiliser l’actualité et les sujets controversés pour transformer la peur et l’inquiétude en haine : par exemple, des groupes haineux aux États-Unis se sont servis de l’élection de Barack Obama – et de la fausse « controverse » quant à son lieu de naissance – pour accroître leur base de soutien, tandis qu’en France les inquiétudes suscitées par l’immigration ont mené à la mise sur pied d’un parti politique, le Bloc identitaire. _________________________ Source (image) : <http://www.bloc-identitaire.com/files/image/actualite/assises_nationalite.jpg>
  • Enfin, les groupes haineux représentent les autres de façon à mettre l’accent sur la différence – pour qu’ils semblent étranges et pour les déshumaniser. Ils le font souvent au moyen de la caricature ou des stéréotypes, des insultes et de l’idéologie : dans certains cas, les groupes haineux affirment que les autres ne sont pas humains en utilisant des termes comme « mud people » (un peuple de la boue) pour décrire les Noirs et en alléguant que les juifs sont des descendants de Satan. Ainsi, la déshumanisation est l’un des mécanismes fondamentaux de la radicalisation, un mécanisme nécessaire, car il faut pouvoir imaginer l’autre comme un être fondamentalement différent, qui n’a plus rien d’humain, si l’on veut justifier son élimination. _________________________ Source (image) : <http://www.vanguardnewsnetwork.com/20101123/mud-people-white-people-whats-the-diff/>
  • Il n’est pas nécessaire que les jeunes lisent des propos ouvertement haineux pour être exposés à la haine. Les cultures de la haine sont beaucoup plus courantes, soit des communautés dans lesquelles le racisme, la misogynie et autres préjugés sont normalisés. Grâce au mécanisme de la radicalisation des groupes ayant des vues communes, ceux qui joignent ces communautés sont susceptibles de voir leurs propres points de vue et opinions influencés par les valeurs de la communauté. _________________________ Source (image) : <http://ed101.bu.edu/StudentDoc/current/ED101sp10/bheist4/Rosa.html>
  • La culture des jeux en ligne illustre bien ce point. En 2010, GAMBIT, le laboratoire de jeux du Massachusetts Institute of Technology (MIT), a mené une expérience dans laquelle les joueurs ont adopté des noms les identifiant comme membres de groupes minoritaires tels que « Proud_2B_Muslim » (Fier d’être musulman) et « GayPride90 » (Fierté gaie) pour jouer le jeu Halo:Reach sur Xbox Live. Dans tous les cas, bien que les joueurs ne se soient pas comportés autrement qu’à l’habitude, ils ont été l’objet d’énormément de propos injurieux et, dans certains, cas, ont même été tués dans le jeu par des membres de leur propre équipe.
  • De même, dans de nombreux environnements en ligne – particulièrement ceux qui sont populaires auprès des garçons adolescents, tels que eBaum’s World, Newgrounds et 4chan – le niveau d’« acceptabilité », pour ce qui est du racisme, du sexisme et de l’homophobie est assez élevé. Même chez les sites qui ne cherchent pas à véhiculer des propos haineux, on peut souvent en rencontrer parmi le contenu généré par les utilisateurs, tels que dans les forums ou sur les sites comme Reddit. 
  • Cette haine ambiante peut parfois s’exprimer de manière plus ciblée et organisée. Dans le jeu multijoueur World of Warcraft , la colère suscitée chez les joueurs par les « récolteurs d’or » – des joueurs professionnels travaillant en grande partie en Asie, qui jouent uniquement afin de pouvoir vendre les personnages ou articles qu’ils acquièrent à d’autres joueurs – a provoqué une animosité généralisée envers les Asiatiques en général et les Chinois en particulier. Il en est résulté des films, comme celui que l’on voit ici, qui se moquent des joueurs chinois et qui perpétuent des stéréotypes classiques à propos des Asiatiques comme le personnage de la « poupée de Chine » ils reprennent également l’idée que les Chinois enlèvent les chats et les chiens domestiques pour les manger (bien qu’il n’y ait pas d’animaux domestiques dans le jeu) ; on a aussi assisté à des attaques organisées, dans le jeu, contre les joueurs que les participants croyaient être Chinois.
  • La frontière n’est pas toujours claire entre la haine organisée et les cultures de la haine dont les voix les plus extrêmes peuvent faire partie de groupes de haine organisés. Par exemple, ce site web britannique est un forum général de discussion d’intérêts dits « masculins » – jeux vidéo, alcool, sexe et ainsi de suite – où les discussions sont généralement haineuses envers les femmes, les Noirs et autres groupes. Si pour la plupart des utilisateurs cela fait tout simplement partie de la culture du site, un petit nombre de participants semblent s’identifier avec les groupes haineux organisés – comme « Kurtz » qui utilise le site pour promouvoir un jeu vidéo néonazi. (Notez que ce forum est géré par des modérateurs. On peut donc présumer que ceux-ci sont au courant de ce contenu.) _________________________ Source (image) : <http://www.wizardsforum.co.uk/viewtopic.php?f=13&t=8205>
  • Cet exemple illustre l’une des façons dont la propagande haineuse en ligne peut causer du tort : en faisant d’Internet un environnement hostile pour les membres de groupes ciblés. Les semeurs de haine fréquentent les sites web généraux, faisant des commentaires racistes ou haineux pour obtenir une réaction ou des commentaires sympathiques d’autres personnes. [1] Une étude effectuée en 2004 révèle qu’un participant sur cinq dans des clavardoirs gérés par un modérateur a été exposé à des remarques négatives au sujet d’un groupe racial ou ethnique tandis que dans les clavardoirs non gérés, les chiffres grimpent à près des deux tiers. [2] Or, la majorité des communications en ligne ne sont pas gérées. Ce genre de situation peut entraîner des effets très graves. Une personne exposée à ce genre de propos peut non seulement se sentir mal à l’aise ou indésirable, mais des études ont montré qu’être l’objet de discrimination en ligne peut aussi provoquer stress, anxiété et dépression. [3] _________________________ [1] Tynes, Brendesha et coll. « Online Racial Discrimination and Psychological Adjustment Among Adolescents ». Journal of Adolescent Health , 43:6 (2008), 565. [2] Tynes, Brendesha, Lindsay Reynolds et Patricia M. Greenfield. « Adolescence, Race and Ethnicity on the Internet: A comparison of discourse in monitored vs. unmonitored chat rooms ». Applied Developmental Psychology 25 (2004), 667–684. [3] Tynes, 2008. Source (image) : <http://www.divinity-x.net/forums/viewtopic.php?f=61&t=1700>
  • Dans certains cas, les groupes haineux – ou les personnes qui s’identifient avec ces groupes – peuvent décider de harceler spécifiquement certaines personnes. Cette situation peut se produire en ligne – comme dans le cas d’un jeune juif de 11 ans qui s’est fait dire qu’il était « dommage » que ses grands-parents aient survécu à l’Holocauste [1] – ou hors ligne, comme dans le cas de Bonnie Jouhari qui a été harcelée par un suprématiste blanc. Irrité par son travail pour un organisme préconisant des pratiques non discriminatoires en matière de logement, il a affiché sur son site web des attaques à son endroit et des photos de son lieu de travail en flammes. Peu de temps après, elle a commencé à être harcelée au téléphone et a été suivie par une voiture inconnue ; elle a dû déménager à plusieurs reprises pour échapper au harcèlement. [2] On ne s’étonnera guère du lien étroit entre la propagande haineuse et la cyberintimidation : ainsi, les jeunes GLBT sont presque deux fois plus susceptibles d’être harcelés en ligne. [3] _________________________ [1] Tiven, Lorraine. « Hate on the Internet: A Response Guide for Educators and Families ». Anti-Defamation League, 2003. [2] Daniels, Jessie. « Race, Civil Rights, and Hate Speech in the Digital Era ». Learning Race and Ethnicity: Youth and Digital Media , sous la direction de Anna Everett. Cambridge, MA : The MIT Press, 2008, 129–154. [3] « Bullying, Cyberbullying and Sexual Orientation ». Cyberbullying Research Center Source (image) : Chad Johnson, Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Pas de modification 2.0 Générique < http://www.flickr.com/photos/cjohnson/4933589/sizes/o/in/photostream/>
  • Les personnes qui sont la cible de la propagande haineuse peuvent réagir de diverses façons : les sentiments de peur, de frustration et de honte sont courants, surtout si elles estiment qu’elles n’ont personne à qui parler ou si ceux à qui elles rapportent l’incident se montrent insensibles. C’est peut-être pour cette raison que plus de la moitié des crimes haineux ne sont jamais signalés à la police. (C’est particulièrement vrai dans le cas de personnes appartenant à deux groupes défavorisés ou plus.) En outre, les personnes victimes de crimes haineux peuvent en arriver à considérer le monde comme un endroit chaotique qui n’a pas de sens, à ressentir de la colère à l’endroit de la communauté dominante et à éprouver des difficultés dans leurs relations personnelles. Des communautés entières peuvent aussi être touchées lorsque des individus sont ciblés : la victimisation d’un membre du groupe peut provoquer un sentiment de vulnérabilité chez tout le groupe. Certains chercheurs affirment que les effets négatifs des crimes haineux rejaillissent sur l’entourage : ils se font sentir sur l’individu, le groupe et les autres communautés vulnérables, de même que sur les normes et les valeurs de la société en général. [1] _________________________ [1] Hill, James K. « Guide de traitement des victimes d’actes criminels : Application de la recherche à la pratique clinique », Ministère de la Justice Canada, 2009.
  • Beaucoup de groupes haineux utilisent Internet pour recruter de nouveaux membres [1], mais il y a peu de preuves qu’ils réussissent à joindre les jeunes en général : ils rendent plutôt le contenu haineux accessible aux jeunes qui le cherchent déjà. C’est la raison pour laquelle la majorité du contenu sur ces sites ne tente pas de convaincre le grand public mais s’adresse plutôt à ceux qui sympathisent déjà avec la cause afin de les radicaliser pour qu’ils deviennent des membres plus actifs. Par exemple, Nidal Malik Hasan, accusé d’avoir tué 42 soldats sur la base militaire Fort Hood, dit qu’il a été inspiré par des vidéos et des courriels d’Anwar Al-Awlaki, comme l’ont été plusieurs autres terroristes. [2] _________________________ [1] Gerstenfeld, Phyllis B., Diana R. Grant et Chau-Pu Ching. « Hate Online: A Content Analysis of Extremist Internet Sites ». Analyses of Social Issues and Public Policy 3:1 (2003), 29-44. [2] Brachman, Jarrett et Alix Levine. « The World of Holy Warcraft ». Foreign Policy , 13 avril 2011. <http://www.foreignpolicy.com/articles/2011/04/13/the_world_of_holy_warcraft> Source (images) : <http://www.stormfront.org/forum/t204019/> <http://www.veoh.com/watch/v20325811e7DzHD5W>
  • Le cas de Hasan montre que la propagande haineuse vise principalement à inciter et non à recruter . Au lieu d’essayer d’organiser eux-mêmes des actions, les groupes haineux peuvent afficher de la propagande encourageant la violence contre des groupes cibles – et des conseils sur la façon de s’y prendre – dans l’espoir que les lecteurs y verront un appel à l’action, mais ils éviteront généralement de prôner directement la violence. _________________________ Source (image) : <http://www.alqimmah.net/showthread.php?t=21330>
  • Comme nous l’avons vu, la désinformation est la marque de commerce des groupes haineux. Internet étant l’une des principales sources d’information chez les jeunes, ceux-ci courent le risque d’être induits en erreur par la propagande haineuse. Si personne ne conteste cette désinformation – et les jeunes n’ont pas les compétences critiques pour le faire eux-mêmes –, il se peut que certains jeunes en viennent à adopter des vues dangereusement biaisées. [1] Les groupes haineux visent à contrôler la façon dont les questions comme la race, la religion et l’ethnicité sont présentées et un moyen de le faire est de réécrire l’histoire. En fin de compte, ces groupes espèrent éliminer complètement toute présence de leurs ennemis dans l’histoire. _________________________ [1] Daniels, Jessie. « Race, Civil Rights, and Hate Speech in the Digital Era. » Learning Race and Ethnicity: Youth and Digital Media , sous la direction de Anna Everett. Cambridge, MA: The MIT Press, 2008, 129–154. Source (images) : <http://www.fdesouche.com/esclavage-colonisation-et-repentance>
  • Un autre objectif des groupes haineux est de s’insérer – eux et leur message – dans le courant dominant. Nous avons déjà vu des exemples de communautés en ligne qui tolèrent la propagande haineuse ou qui sont devenus de véritables cultures de la haine, et la culture générale n’est certainement pas à l’abri de cet effet. Étant donné la façon dont les idées peuvent se propager sur Internet, il est plus facile que jamais pour la propagande haineuse de gagner le grand public : par exemple, on trouvait à l’origine le mythe selon lequel Barack Obama ne serait pas né aux États-Unis uniquement sur les sites web de l’extrême droite, mais en 2011, une figure très connue et un candidat à l’élection présidentielle américaine a soulevé la question sur un réseau national de télévision. _________________________ Source (image) : <http://ac360.blogs.cnn.com/2011/04/25/trump-claims-obama-birth-certificate-missing/?iref=allsearch>
  • Comme nous l’avons vu, il n’est pas facile de combattre la propagande haineuse en ligne. Ce qu’il faut, c’est un programme complet de lutte contre la propagande haineuse qui tienne compte de toutes les compétences et de toutes les habitudes que les jeunes doivent posséder lorsqu’ils sont face à ce type de propagande en ligne. Un élément important de ce programme consiste à encourager les jeunes à développer de l’empathie afin de reconnaître la propagande haineuse et d’y réagir – et éviter de s’impliquer dans des cultures de la haine. Beaucoup d’ interventions conçues pour développer l’empathie ont fait leurs preuves dans la lutte contre le harcèlement, telle l’initiative Racines de l’empathie , et peuvent aider à lutter contre la propagande haineuse.
  • Une stratégie connexe, la normalisation sociale , vise à encourager les comportements positifs en montrant à une communauté jusqu’à quel point ces normes sont courantes. Les groupes qui luttent contre l’intolérence, tels Mon AGH et l’Anti-Racism Resource Centre offrent plusieurs ressources utiles afin de promouvoir la diversité et l’empathie en tant que normes sociales. _________________________ Source (images) : <www.teachingtolerance.org> <http://www.monagh.ca/fr/locker>
  • En aidant les jeunes à développer l’empathie, nous les encourageons non seulement à ignorer les contenus haineux, mais aussi à y réagir. Le recours juridique est un moyen et il existe deux approches possibles – qui ont toutes deux des limites importantes. La première consiste à porter plainte à la police, soit la police locale (certaines forces policières à Ottawa, Toronto, Calgary et Edmonton ont des unités spéciales de lutte contre les crimes haineux), soit la police provinciale ou territoriale, ou encore la GRC (par exemple l’Équipe d'enquête sur les crimes haineux et l'extrémisme de l’Ontario et l’Équipe des crimes haineux en Colombie-Britannique). Mais, comme nous l’avons vu, relativement peu de cas de propagande haineuse répondent à la définition adoptée dans le Code criminel et peu de poursuites ont été engagées en vertu du Code . La définition de la propagande haineuse donnée dans la Loi canadienne sur les droits de la personne est moins rigoureuse et le Tribunal canadien des droits de la personne est le principal mécanisme juridique utilisé dans les cas de propagande haineuse. Cependant, la plupart des groupes de lutte contre la propagande haineuse n’encouragent pas les individus à déposer une plainte au Tribunal par crainte de menaces et de représailles possibles. [1] _________________________ [1] Slane, A. Combating Hate on the Internet: Current Canadian Efforts and the Recommendations of Non-Governmental Organizations to Improve upon Them . Ottawa : Ministère de la Justice Canada, 2007.
  • La mise en place d’équipes spécialistes de la lutte contre les crimes haineux a pour avantage de donner aux jeunes qui commettent des crimes haineux plus de chances de bénéficier d’interventions extrajudiciaires. Évidemment, il ne faut pas tolérer les crimes haineux, mais dans son étude sur le recrutement de skinheads néonazis, Randy Blazak fait remarquer que dans de nombreux cas, envoyer ces jeunes en prison est la pire mesure que l’on puisse prendre. Comme nous l’avons vu, la majorité de ceux qui commettent des crimes haineux ne sont pas membres de groupes haineux, et des organisations telles que Aryan Brotherhood utilisent les prisons comme principale source de recrues. Il est possible de joindre les jeunes qui sont membres de groupes haineux tout autant que ceux qui sont le plus sensibles aux messages haineux. Pour citer Randy Blazak, « Nous pouvons démontrer l’illogisme du racisme et du sectarisme. » [1] _________________________ [1] Blazak, Randy. « From White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads ». American Behavioral Scientist 44:6 (2001), 982-1000. Source (image) : Prison : Tim Pearce, Los Gatos
  • Une autre façon de lutter contre la propagande haineuse est de la signaler au service ou au site qui héberge le contenu. Nombre de fournisseurs de services Internet (FSI), par exemple, retireront tout contenu haineux hébergé sur leurs serveurs s’ils en sont informés (faire une recherche sur Whois permet de trouver qui héberge un site). Mais, bien que les FSI puissent décider de retirer la propagande haineuse, il reste que la plupart des groupes haineux sont hébergés sur des serveurs aux États-Unis où il n’existe aucune restriction légale en matière de propagande haineuse ; par conséquent, il est difficile de faire quoi que ce soit pour les obliger à retirer ce contenu. De nombreux sites qui hébergent du contenu généré par les utilisateurs possèdent des mécanismes pour signaler le contenu haineux ; par exemple, il est possible de signaler une vidéo qui « peut offenser » sur YouTube ou de signaler une page ou un profil sur Facebook. En raison du volume élevé de contenu, ces sites comptent sur les utilisateurs pour leur signaler la propagande haineuse. [1] Chacun possède ses propres normes quant à ce qui sera retiré : par exemple, Facebook a retiré des pages préconisant la violence, mais a refusé d’enlever les pages associées à des groupes haineux ou qui nient l’Holocauste. [2] Cependant, même lorsque des groupes ou des vidéos sont retirés, il est facile pour les auteurs de les afficher de nouveau. De plus, certains se demandent s’il faut laisser aux sites la responsabilité de décider quels propos devraient être autorisés ou non. [3] _________________________ [1] Watters, Audrey. « YouTube Asks Users to Flag Videos That Promote Terrorism ». ReadWriteWeb , 13 décembre 2010. [2] Helft, Miguel. « Facebook Wrestles With Free Speech and Civility ». The New York Times , 12 décembre 2010. [3] Idem.
  • Heureusement, Internet permet aux groupes qui luttent contre la propagande haineuse de propager eux aussi leur message. Des organismes comme Teaching Tolerance et la Fondation canadienne des relations raciales de même que des activités telles que la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale offrent des ressources et des occasions de combattre la propagande haineuse.
  • Il est impossible d’empêcher que les jeunes soient exposés à la propagande haineuse sur Internet. Comme nous l’avons vu, même si des logiciels de filtrage bloquent le contenu haineux le plus manifeste, une grande partie de ce que l’on trouve en ligne est affichée sous forme déguisée ou dans des environnements d’intérêt général. C’est pourquoi nous devons supposer que les jeunes seront exposés à la propagande haineuse et les préparer à y faire face – et à la reconnaître. Le sujet n’est pas toujours facile à aborder, mais il est préférable que ce soit nous qui renseignions les jeunes – avant que d’autres ne s’en chargent. Le guide Helping Youth Resist Bias and Hate préparé par Partners Against Hate donne des conseils sur la façon de réagir aux propos et aux incidents haineux à l’école et dans la communauté. Il conseille par exemple d’être prêt – en déterminant à l’avance les situations qui pourraient être délicates, par exemple lorsque vous enseignez des sujets ou des textes qui abordent la question de la race, de la religion ou de la sexualité. De même, soyez conscient des événements rapportés dans les nouvelles ou survenus dans la communauté, qui pourraient provoquer l’expression de préjugés ou de propos haineux. Le site web du Réseau Éducation-Médias offre une grande variété de ressources pour aider à traiter de ces questions, y compris un guide intitulé Réagir à la propagande haineuse sur Internet , des jeux interactifs et une série de plans de leçons qui complètent ce tutoriel. Enfin, soyez prêt à aiguiller vers des ressources et du counseling les élèves qui pourraient être affectés sur le plan émotionnel par la propagande haineuse. Il faudrait encourager les jeunes qui s’identifient de près à leur communauté à utiliser les ressources de celle-ci – par exemple, PFLAG Canada (http://www.pflagcanada.ca/fr/index-f.php) . S’il n’y a aucune ressource pertinente dans la communauté, vous pouvez aiguiller les jeunes vers la ligne téléphonique Jeunesse j’écoute : (http://jeunessejecoute.ca/Teens/Home.aspx?lang=fr-ca).
  • Lorsqu’un élève révèle la présence de contenu haineux, c’est habituellement parce qu’il y a été exposé par la famille, les amis ou les médias – par exemple, on lui a suggéré un site haineux qui a réussi à s’insérer dans le courant dominant ou il a trouvé un site déguisé en faisant une recherche pour un travail scolaire. Lorsque cela se produit, il est important de réagir, mais en même temps, y réagir avant d’être prêt peut miner votre crédibilité. Vous pouvez très bien dire « Non, ce n’est pas vrai et je vais vous expliquer pourquoi demain. » Découvrez où l’élève a obtenu cette information ou ce point de vue et prenez le temps de préparer votre réponse. Il y a beaucoup de bonnes ressources utiles à cet effet sur le Web telles que Snopes (un site qui démystifie les canulars) et les trousses conçues par Teaching Tolerance. Beaucoup de commissions scolaires et ministères de l’Éducation offrent également des ressources qui peuvent vous aider à aborder ces questions. Enfin, faites tout ce que vous pouvez pour que votre classe respecte la diversité. Veillez à ce que les élèves comprennent qu’aucune forme de harcèlement n’est acceptable dans votre classe, soyez à l’affût des stéréotypes dans les ressources pédagogiques et veillez à ce que la diversité dans les textes du programme d’études ne soit pas purement symbolique ou un thème étudié uniquement à l’occasion de certains anniversaires ou événements tels que le Mois de l’histoire des Noirs. En célébrant la diversité tout au long de l’année, vous réduisez également le risque que les élèves des communautés minoritaires se sentent visés lorsque vous en discutez. [1] Comme le fait remarquer Leila Christenbury dans son livre Making the Journey : Being and Becoming a Teacher of English Language Arts , « Il faut être naïf pour ne pas reconnaître que la langue peut… être une arme puissante. En tant qu’enseignants, nous pouvons lui enlever de son pouvoir en la démystifiant et en l’examinant de façon rationnelle. » _________________________ [1] Program Activity Guide: Helping Youth Resist Bias and Hate . Partners Against Hate, 2003.
  • Il est également important pour les jeunes de comprendre le contexte historique dans lequel s’inscrit la propagande haineuse. Il est difficile pour quelqu’un qui ne connaît pas l’histoire de l’esclavage et de la lutte pour les droits civiques ou encore celle de l’antisémitisme – sans parler du phénomène du privilège blanc – de comprendre la différence entre un débat raisonnable et la propagande haineuse. Cependant, il faudra veiller à ce que les élèves comprennent qu’en abordant ces questions votre but n’est pas de blâmer ou de culpabiliser quiconque, mais de promouvoir la justice pour tous. _________________________ Source (image) : <http://www.racetalk.ca/tag/slavery/>
  • Les chercheurs et les décideurs du monde entier s’entendent pour dire que, outre la connaissance du contexte historique, l’éducation aux médias est une stratégie clé dans la lutte contre la propagande haineuse.
  • Selon un des concepts fondamentaux de l’éducation aux médias, les médias sont des constructions qui représentent la réalité . Les produits médiatiques sont créés par des individus qui font, consciemment et inconsciemment, des choix à propos de ce qu’il convient d’inclure ou d’exclure et qui décident comment présenter ce qui sera inclus. Ces décisions reposent sur le point de vue du créateur, lequel a été façonné par ses opinions, hypothèses et partis pris – de même que par les médias auxquels il a eu accès. Plus les jeunes sont conscients du fait que tout ce qui est en ligne est construit – probablement par une personne qui vise un objectif particulier –, plus ils seront conscients de la nécessité de comprendre qui est l’auteur de ce qu’ils voient.
  • Il est facile pour les jeunes de diminuer l’importance des médias qu’ils consomment, surtout la musique et les jeux. Mais ces médias influencent notre compréhension du monde et il est important de reconnaître que les médias véhiculent des messages idéologiques – sur les notions de valeur, de pouvoir et d’autorité – qui ont des implications sociales et politiques . _________________________ Source (images) : <http://www.newgrounds.com/portal/view/50323> <http://www.newgrounds.com/bbs/topic/26004>
  • Les groupes haineux avancent souvent l’argument selon lequel ils traitent tout le monde sur le même pied – demandant, par exemple, pourquoi il n’y a pas pour les Blancs d’équivalent au Mois de l’histoire des Noirs. Le concept voulant que le public « négocie » le sens nous aide à comprendre pourquoi cet argument est faux. Par exemple, il est probable que les élèves blancs et les élèves noirs perçoivent fort différemment un cours d’histoire typique : il y a de bonnes chances que les élèves noirs reconnaissent le caractère eurocentrique de la plupart des programmes d’histoire – ce à quoi le Mois de l’histoire des Noirs est censé remédier – tandis que les élèves blancs considéreront sans doute le même cours comme « seulement de l’histoire ». De même, les élèves auront sans doute une perception différente de l’idée du Mois de l’histoire des Noirs suivant leur compréhension du contexte historique : s’ils ne connaissent pas l’histoire raciale en Amérique du Nord, les jeunes ne peuvent pas comprendre comment deux idées qui semblent pourtant identiques peuvent avoir des connotations si différentes. [1] _________________________ [1] Blazak, Randy. « From White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads ». American Behavioral Scientist 44:6 (2001), 982-1000.
  • Il est essentiel d’enseigner aux jeunes à porter un regard critique sur tous les médias qu’ils consomment si l’on veut les préparer à reconnaître tant la propagande ouvertement haineuse que la propagande haineuse déguisée. L’une des habiletés fondamentales que les jeunes doivent développer est la capacité de vérifier les sources. Comme nous l’avons vu, les groupes haineux déploient souvent beaucoup d’efforts pour donner un semblant de légitimité à leurs sites en ayant recours aux indicateurs privilégiés par les jeunes pour décider de la fiabilité d’une source : adresse .org, citations d’autres sources (même si ces citations sont déformées, erronées, fabriquées ou tirées d’autres groupes haineux), prétendue expertise (presque tous les auteurs sont des « universitaires » et plusieurs groupes prétendent être des « instituts ») et conception de site professionnelle et attrayante. [1] Les jeunes accordent aussi énormément d’importance au classement des résultats obtenus par les moteurs de recherche et cliquent habituellement sur le premier résultat sans vérifier les suivants. Malheureusement, les algorithmes utilisés par les moteurs de recherche ne sont pas nécessairement conçus pour fournir l’information la plus fiable : par exemple, pendant de nombreuses années, le premier résultat obtenu sur Google pour le terme « juif » était le groupe antisémite Jewwatch. (Le site est maintenant le deuxième résultat grâce à la popularité croissante de Wikipédia.) [2] Nous pouvons enseigner aux jeunes diverses habiletés visant la vérification des sources, par exemple à faire une recherche pour déterminer qui a établi des liens avec le site ou une recherche sur Whois pour établir à qui appartient le domaine. Même en cherchant une source sur Google, il est possible de déterminer si elle est considérée comme fiable : par exemple, si vous cherchez « Fédération des Québécois de souche », plusieurs résultats viennent d’organismes antiracistes qui décrivent la FQS comme « néonazie » et une source de racisme théorique. _________________________ [1] Flanagin, Andrew J, M. Metzger, M. et collab. Kids and Credibility: An Empirical Examination of Youth, Digital Media Use and Information Credibility. Cambridge, MA: The MIT Press, 2010. [2] « Found Out About Jew ». Snopes.com. <http://www.snopes.com/politics/religion/google.asp>
  • Si nous enseignons aux jeunes les techniques qu’utilisent les groupes haineux pour présenter leurs arguments – et les éléments communs de leurs idéologies –, nous pourrons les aider à reconnaître les signes qui montrent qu’une source tente de les manipuler ou présente de l’information biaisée. Un examen plus approfondi du site web de la Fédération des Québécois de souche, par exemple, révèle le recours à la peur (« La maladie du Québec », « Les immigrants-investisseurs : où va l’argent ») de même qu’à un sens de victimisation (« face à la dépossession dont nous sommes victimes », « Un maire de race noire discrimine systématiquement les Blancs »). _________________________ Source (images) : <http://quebecoisdesouche.info/> <http://quebecoisdesouche.info/index.php?qui-sommes-nous>
  • Un autre aspect important de la pensée critique a trait à l’authentification des faits. Comme nous l’avons vu, les groupes haineux déforment, manipulent ou inventent sans vergogne des citations et des faits. C’est pourquoi il est important d’enseigner aux jeunes à vérifier la source de toute information qu’on leur présente. Par exemple, cet article, largement diffusé sur les sites haineux, cite abondamment l’ Encyclopedia Britannica – plus précisément l’édition 1911 – à l’appui de son argument.
  • On a beau le souhaiter, la propagande haineuse ne disparaîtra pas. Le sujet n’est pas toujours facile à aborder pour les enseignants, les parents et les chefs de file de la communauté, mais il est préférable que ce soit nous qui renseignions les jeunes – avant que d’autres ne s’en chargent.
  • Pour connaitre et se reconnaitre - diversité et médias

    1. 1. Faire face à la haine sur Internet 1. Définir la propagande haineuse 2. Pourquoi concentrer l’attention sur les jeunes ? 3. Radicalisation : comment encourager les comportements extrémistes 4. Comment les jeunes découvrent la propagande haineuse La propagande haineuse ciblée Les cultures de la haine 5. Comment la propagande haineuse porte préjudice 6. Stratégies pour réagir à la propagande haineuse en ligne
    2. 2. Définir la propagande haineuse « Si les tigres nous menacent et nous font du mal, tous les tigres sont une cible. »
    3. 3. Propagande haineuse et législation
    4. 4. Pourquoi concentrer l’attentionsur les jeunes ?
    5. 5. Victimes et auteurs présumés de crimes de haine déclarés par la police,selon le groupe d’âge, 2009 Source : Statistique Canada
    6. 6. « Recruter des skinheads ou des militants secrets parmi les Punk Rockers ou les jeunes Blancs désenchantés qui se sentent ‘ exclus ’, isolés, impopulaires ou en marge de ce qui se passe à l’école (étrangers, solitaires). Il y a des gens très efficaces parmi ces jeunes et travailler avec les skinheads nazis leur apportera un sentiment d’accomplissement, de réalisation, de succès et d’appartenance. »Plan d’action des skinheads aryens(traduction libre)
    7. 7. Radicalisation :comment encourager les comportements extrémistes Radicalisation : accroissement ou renforcement de l’extrémisme dans la pensée, les sentiments, ou le comportement d’individus ou de groupes d’individus. David R. Mandel, Radicalization: What Does It Mean?
    8. 8. MILITANTS MEMBRESSYMPATHISANTS
    9. 9. SYMPATHISANTS
    10. 10. MEMBRES
    11. 11. MILITANTS
    12. 12. Mécanismes de radicalisation • La pente glissante • Le groupe en tant que famille • Radicalisation des groupes ayant des vues communes • Radicalisation découlant de l’isolement et de la menace • Radicalisation dans le cadre d’un conflit avec un exogroupe D’après Mechanisms of Political Radicalization de Clark McCauley et Sophia Moskaleno
    13. 13. La pente glissante« Par moments, je me disais : ‘ Pourquoi ?Tu as perdu la tête. Mais… je ne peux toutsimplement pas laisser tomber… trop demes amis sont en prison, trop de mescopains ont donné leur vie et j’ai suivi tropde funérailles pour renoncer maintenant. ’ »
    14. 14. Le groupe en tant que famille
    15. 15. Radicalisation des groupes ayant des vues communes
    16. 16. Radicalisation découlant de l’isolement et de lamenace
    17. 17. Radicalisation dans le cadre d’un conflit avec un exogroupeDéhumanisation
    18. 18. Comment les jeunes découvrent la propagande haineuse La propagande haineuse ciblée Idéologies de la haine Formes Techniques Les cultures de la haine Normes culturelles propices à la propagande haineuse Propagande haineuse et harcèlement
    19. 19. La propagande haineuse ciblée Idéologies de la haine « L’autre » en tant qu’être inférieur en tant que menace Le passé glorieux La victimisation Sanction divine ou naturelle Conflit à venir État de martyr
    20. 20. « L’autre »En tant qu’être inférieur « Vous ne pouvez pas transformer des « La culture nègre n’est tout  sauvages primitifs ayant simplement pas une culture  un faible quotient analogue à la culture blanche.  intellectuel en citoyens Quels que soient les standards,  blancs de pays évolués. elle est inférieure. C’est une  Si ces autochtones culture qui n’a jamais développé  avaient la capacité d’écrits ni de civilisations. Elle n’a  mentale de bâtir une même pas connu les avantages  grande civilisation, ils le des mathématiques ou de  feraient. Mais ils ne le l’invention de la roue. »   font pas parce qu’ils en sont incapables. »
    21. 21. « L’Autre »En tant que menace
    22. 22. Le passé glorieux « Le monde dans lequel se sont forgés nos usages, nos Les hommes demeureront toujours à l’écart d’une méthodes de outils et nos société qui les calomnie jusqu’à ce que les femmes soient combat politique a disparu. renversées et qu’elles apprennent leur place. Ces 60 dernières années n’ont été qu’une suite de bouleversements sociétaux, Il n’y aura aucune paix entre les sexes tant que les femmes restent maîtres de notre destin. culturels, religieux et ethniques. Il nous faut prendre acte de ces changements qui modifient en profondeur notre réalité quotidienne. »
    23. 23. Le passé glorieux « Les terres musulmanes, où le futur Califat sera rétabli, comprennent une vaste superficie allant de l’Espagne à l’ouest jusqu’à l’Indonésie à l’est. »
    24. 24. La victimisation« L’esclavage a eu un effet pernicieux sur la population blanche en Amérique ; il a corrompu les classes qui possédaient des esclaves et a causé du tort aux Blancs qui n’en avaient pas… Mais surtout, l’esclavage a placé parmi  « Parce que l’islam est unenous des gens qui, en tant que  idéologie haineuse et violente quigroupe, ont peu d’aptitudes pour  prêche la haine et la violence « Je dis : ‘As-tu déjà notre technologie, n’ont aucune  contre TOUS les non-musulmans possédé un esclave ? As-tu empathie pour notre culture,  (particulièrement les Juifs, déjà tué un Indien ? Alors, n’adulent aucunement nos héros et  puisque cette religion est obsédée pourquoi essaient-ils de te  par nous et nous déshumanise ennotre histoire, et ne nous aiment pas  faire sentir coupable d’être tout en n’éprouvant que du  nous Blanc ? ’ Avant qu’il ne  traitant de singes et deressentiment pour ce qu’ils  porcs), nous sommes contre puisse répondre, je  TOUTES les mosquées. »considèrent comme des préjudices  commence à lui parler du passés. » ZOG. »
    25. 25. Sanction divine ou naturelleConflit à venir
    26. 26. Sanction divine ou naturelleÉtat de martyr
    27. 27. FormesSites web « Nous n’avons plus vraiment besoin des médias… tout ce dont nous avons besoin, c’est d’Internet. » Thomas Robb, directeur national du Ku Klux Klan
    28. 28. FormesVidéos et musique
    29. 29. FormesJeux
    30. 30. FormesMédias sociaux
    31. 31. FormesSites déguisés
    32. 32. FormesTrouver par accident
    33. 33. TechniquesDésinformation « L’école publique laïque est utilisée pour déchristianiser la population américaine. » « Les parents chrétiens ne doivent pas  envoyer les enfants que Dieu a confiés  à leur protection à l’école païenne où  on leur inculque exactement l’opposé  de la Vérité… l’atmosphère et  l’information diffusée y sont  extrêmement pernicieuses et  intrinsèquement antichrétiennes. La  matière enseignée et les méthodes  pédagogiques utilisées visent à  fabriquer des non-chrétiens, cela est  indiscutable. »
    34. 34. TechniquesDésinformation : insertion dans le courant principal
    35. 35. TechniquesDésinformation : négationnisme
    36. 36. TechniquesDésinformation : négationnisme
    37. 37. TechniquesDésinformation : pseudo-science
    38. 38. TechniquesSolidarité au sein du groupe
    39. 39. TechniquesSolidarité de groupe : nationalisme
    40. 40. TechniquesSolidarité de groupe : religion
    41. 41. TechniquesSolidarité de groupe : devenir un héros
    42. 42. TechniquesTactique alarmiste
    43. 43. TechniquesL’altérisation
    44. 44. Les cultures de la haine
    45. 45. Les cultures de la haineProud_2B_Muslim GayPride90Qui serait fier d’être Qui est ce fif ?musulman ?Il essaie de mourir pour Cesse de faire de notre jeuavoir ses 72 vierges. un jeu gay.J’essaie de tuer le musulman. Je ne joue pas avec une tapette. Les tapettes ont ruiné ce pays.Hourra ! Le musulman est mort. Cours, petit pédé, cours !
    46. 46. Les cultures de la haine Les femmes agissent d’une manière unanime – elles ont un sens  de justice individuelle qui est, de nature, moins développé que  celui des hommes.  
    47. 47. Les cultures de la haine Où sont passés tous les petits chiens et les petits chats ? Depuis que les récolteurs d’or ont commencé à montrer… J’veux pas savoir ce qu’il y a dans ce rouleau de printemps.Pas censé être ici de toute façon.Je ne sais pas comment exprimer autrement…Nous souhaitons tellement que vous partiez tous.
    48. 48. Les cultures de la haine« J’ai téléchargé le démo de ZOG’s Nightmare (Le cauchemar du Gouvernement d’occupation sioniste) et j’étais surpris de la qualité du jeu.C’est certainement d’un niveau semblable des jeux tels que Farcry ou Fear. »
    49. 49. TortEnvironnements hostiles Salut, je jouais mon personnage « LartinMuther » – je sais c’est facile comme parodie – et j’étais l’hôte d’une guilde en l’honneur de la journée MLK et de la non- discrimination. Deux personnes, Know et Laridogan, sont entrées ET m’ont chuchoté et inondé de pourriels « POUVOIR BLANC » et « N______! (insulte raciale que je refuse de répéter).
    50. 50. TortHarcèlement
    51. 51. Tort HarmLes effets des propos haineux et des crimes haineux
    52. 52. TortRecrutement
    53. 53. TortIncitation
    54. 54. TortDésinformation « Les jeunes qui sont exposés à la propagande haineuse en ligne courent un risque encore plus grand et plus pernicieux que celui d’être mobilisés ou recrutés par des groupes de suprématie blanche ; en effet, cette propagande a la capacité de modifier la façon dont nous savons ce que nous disons savoir à propos de questions que nous avons résolues après une longue lutte politique. » Jesse Daniels, Race, Civil Rights and Hate Speech in the Digital Era
    55. 55. TortNormalisation des propos haineux
    56. 56. StratégiesEnseigner l’empathie
    57. 57. StratégiesNormalisation sociale
    58. 58. StratégiesLutter contre la haine : approches juridiquesMunicipalités ayant des unitésspécialisées dans la lutte Unités provinciales de luttecontre les crimes haineux : contre les crimes haineux :Calgary L’Équipe denquête sur les crimesEdmonton haineux et lextrémisme de l’OntarioHamiltonOrillia Initiatives policièresOttawaToronto conjuguées :VancouverWinnipeg L’Équipe des crimes haineux de la C.-B.
    59. 59. StratégiesLutter contre la propagande haineuse : intervention
    60. 60. StratégiesLutter contre la propagande haineuse : signaler la propagande haineuse
    61. 61. StratégiesLutter contre la propagande haineuse : qui lutte contre lapropagande haineuse en ligne ?
    62. 62. StratégiesCommunication ouverte
    63. 63. StratégiesCommunication ouverte Réagir à la propagande haineuse dans la classe Soyez prêt Commencez par la reconnaître Ne laissez pas passer les propos haineux sans les relever Soyez un modèle – vérifiez les sources Prenez le temps d’examiner à fond les propos haineux Créez dans votre classe un environnement qui respecte la diversité « Il faut être naïf pour ne pas reconnaître que la langue peut… être une arme puissante. En tant qu’enseignants, nous pouvons lui enlever de son pouvoir en la démystifiant et en l’examinant de façon rationnelle. » Leila Christenbury, Making The Journey
    64. 64. StratégiesEnseigner le contexte historique
    65. 65. StratégiesÉducation aux médias « La Commission d’enquête recommande que les écoles, dans lensemble du Canada, élaborent et mettent en œuvre des programmes d’éducation médiatique afin d’aider les jeunes à développer leur « Encourager la littératie capacité de réflexion critique, qui médiatique et la pensée leur permettra de déceler, de critique est le moyen le plus rejeter et de signaler les important de s’attaquer aux messages et médias haineux sur semeurs de haine et à la Internet. » propagation de contenus Rapport de l’enquête, Coalition discriminatoires sur parlementaire canadienne de lutte contre Internet. » l’antisémitisme International Network Against CyberHate Report 2010 (traduction libre)
    66. 66. StratégiesÉducation aux médiasConcept clé : les médias sont des constructions
    67. 67. StratégiesÉducation aux médiasConcept clé : les médias véhiculent des messages idéologiques C’est un jeu amusant. Le jeu est amusant. Tout comme Grand Theft Auto, GTA2 et GTA3. Je pense que nous oublions tous que CE N’EST QU’UN JEU ! Commentaires affichés sur le babillard électronique de Newsgrounds à propos du jeu The Suicide Bomber Game.
    68. 68. StratégiesLe public « négocie » le sens « Si l’on ne comprend pas  l’histoire culturelle qui  montre que le pouvoir était  détenu essentiellement par  les hommes hétérosexuels  de race blanche, le concept  semble juste. » Randy Blazak, White Boys to Terrorist Men: Target Recruitment of Nazi Skinheads
    69. 69. StratégiesLa pensée critiqueVérifier les sources
    70. 70. Strategies StratégiesLa pensée critiqueReconnaître les partis pris et la manipulation
    71. 71. StratégiesLa pensée critiqueL’authentification des faits
    72. 72. Cet atelier a été possible grâce au support financier du Ministère de la Justice du Gouvernement du Canada à travers le Programme juridique de partenariats d’innovation.
    73. 73. Cet atelier a été produit par lePour plus d’information, contactez : Réseau Éducation-Médias www.education-medias.ca 1-800-896-3342 infos@education-medias.ca

    ×