Projet surveillance
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Projet surveillance

on

  • 229 views

 

Statistics

Views

Total Views
229
Views on SlideShare
229
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as OpenOffice

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Projet surveillance Document Transcript

  • 1. Projet surveillance CESPA 24 JIUN 2014 PRINCIPES ET ORGANISATION DE LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DANS LES F.A.C La surveillance est un processus systématique et continue de collecte, d'analyse et des d’interprétation des données sur les éventements de santé publique spécifiques importants pour la planification, la mise en œuvre et l'évaluation des pratiques en santé publiques étroitement associé à leur juste diffusion à ceux qui ont besoin d’être informés. Dans nos forces armées, la direction centrales du service de santé a pour rôle majeur le maintien des effectifs pour une maintenir les capacité opérationnelles des armées. Pour assumer ce rôle, en dehors des dispositifs déjà existants, il nous parait très important de mettre en place un système de surveillances du personnel militaire. Ce système sera d'autant plus important s'il peut détecter précocement la survenu d'un phénomène de santé pour une prise de décision rapide et urgente en vue de palier au phénomène. C'est ainsi que le système de surveillance doit être orienté vers l'alerte. Les objectifs de la surveillance épidémiologique dans les Armées Congolaises Il sont au nombre de quatre : 1 Identifier précocement les événements de santé qui exigent une action rapide et urgente. Il s'agit ici de déceler, dès que possible la survenue des maladies à surveiller en vu de trouve le plus vite possibles les solutions curatives ou préventives ; 2 évaluer les tendances épidémiologique pour que le cas échéant modifier les priorité de santé publique ; 3 mesurer l'impact des programmes de santé déjà mis en place comme par exemple les programmes de vaccination quand cela est nécessaire 4 influer les axes de la recherche qui n'est pas en soit un objectif direct de la surveillance épidémiologique Comment mettre en place le système de surveillance Chaque pays doit avoir un système de surveillance qui soit adapté aux réalités du terrain, qui tiennent compte des moyens humains, de laboratoire et de communication sans oublier le cadre légale. En pratique, il faut se donner un certain nombre de repérés pour mettre en place le système de surveillance épidémiologique. Ces repérés sont : 1 déterminer le but et les objectifs ; 2 donner une définition de cas claire, le plus simple possibles en tenant compte des limites de faisabilité 3 évaluer la faisabilité en tenant compte des ressources disponibles ( humaine, matérielle et financière
  • 2. Il s'agit aussi de définir les niveau d'organisation à toutes les étapes du processus de la collecte des données à la restitution ; définir les responsabilité (qui fait quoi, à quel moment , comment ; déterminer un centre de coordination unique pour tout le système 4 faire que le système soit acceptable par tous les acteurs en le rendant claire et simple, non contraignant avec un cadre légale très précis ; 5 S'assurer que le système donne des données utiles pour pour l'action. Le système doit s'adapter aux évolutions possible du phénomène surveillé (moyen diagnostique . .. 6. Projet de structure et organisation du système de surveillance Les armées doivent disposer des moyens permanents de mesure de et d'analyse de l'état de santé de ses effectifs, la surveillance épidémiologique en est un et fondamental, c'est le pilier qui puisse permettre d'atteindre cet objectif. La définition des cas doit être précise et claire pour que un événement suive le soit d'une maniéré systématique et unique par tous les acteurs. Évidement à l'état actuel des choses le nombre des événements surveillés doit être limité. Le chois des ces maladies doit se faire en tenant compte des conséquences et complications, de la fréquence dans le personnel militaire, de la transmissibilité, de la sévérité, des mesures de contrôle, du coup financier et des moyens de diagnostiques disponibles. les dispositifs le système doit se reposer sur deux dispositifs à savoir les indicateurs et les événements surveillés a) les indicateurs de morbidité et de mortalité (la prévalence, l'incidence, les taux de mortalité ; la létalité....) voir annexe n° b) le événements surveillés : ces événements sont choisis par rapport à la fréquence ( prévalence), leur sévérité, la possibilité de contrôle, les moyens de diagnostique, le coup financier et aussi leurs effets sur les effectifs. Voir annexe n° 6. les acteurs de la surveillance épidémiologique les acteurs de la surveillance de la surveillance épidémiologiques sont représentés d'un coté par les éléments de des armée et de l'autre les acteurs civils nationaux et internationaux ( l'organisation mondiale de la santé ; la coopération avec les pays amis) en particulier sur le plan des méthodes de diagnostiques. Les instructions et arrêtes définiront avec précision le rôles de chacun des acteurs, ses objectifs et les lignes de conduites. Ici nous citons : • les centres médicaux des armées, hôpitaux régionaux ; infirmeries de garnison ; infirmerie d'unité ; l'hôpital central des armées, qui assurerons le rôle fondamental de recueil des données, l'enregistrement, de déclarations et participeront aux enquêtes épidémiologiques • L'unité de surveillance épidémiologique et de santé publique des FAC, à créer, qui coordonne et met en exécution la surveillance en assurant toutes
  • 3. les étapes qui suivent la transmission des données. Cette unité en création, va collecter, enregistrer, valider, analyser et interpréter les données ; proposer les actions de santé et faire la retro-information à ceux qui ont besoin d'être informés. Cette unité apporte aussi son aide pour la réalisation des enquêtes épidémiologique si besoin est. • La Direction Centrale du Service de Santé des Forces Armées Congolaises qui a le rôle de décision et d'organisation générale de la surveillance épidémiologique ; • Les acteurs du services publique participeront à la surveillance en fournissant les données pour les militaire qui les consultent ou encore pour des raisons de logistique ils peuvent être sollicités pour les diagnostique de laboratoire en particulier. Il ne sont pas acteurs directs de la surveillance épidémiologique dans les armées ; • la coopération avec les organismes internationaux et pays amis se fera dans un cadre prévu par la loi. Les procédures de la surveillance épidémiologique dans les armées Il s'agite ici de décrire les possibilités de réception des données transmises par les acteurs de la surveillance épidémiologique. • Quand urgence il y a, comme par exemple la survenue d'une d'un phénomène inhabituel ou épidémie inopinée, y compris des éventements non surveillés tous les moyens de communication les plus rapides peuvent être utilisés, dans ce cas un autre document viendra confirmé le document. Tout document doit être signé de la personne ayant posé le diagnostic et par le médecin là où il y en un. • La deuxième procédure est représentée par le message épidémiologique hebdomadaire. Celui ci est la base de la surveillance épidémiologique. Sa rédaction est standardisée avec l'identification du personnel médical, le nom de l'unité, l’événement surveillé et les effectifs soutenus. Cette fiche c comporte tous les événements surveillées auxquels sont attribués des codes ; L'analyse du message épidémiologique permet d'avoir la distribution des pathologies et les tendances épidémiologique et donc identifier déjà des actions prioritaires à entreprendre et juger de l'impact des actions déjà entreprise • les fiches spécifiques de déclaration représentent la troisièmement procédure de la surveillance épidémiologique. Elles ont pour but de fournir des informations complémentaires sur les circonstances de survenue et les facteurs de risques. Elle reprend toutes les maladies surveillées. L'analyse de ces fiches permet d’élaborer ou d'adapter les stratégies de lutte contre les maladies • les enquêtes épidémiologiques sont faites dans les suites d'une alertes, de suivie des effectifs ou encore d'une maniéré ponctuelle pour avoir plus de précision sur un phénomène. Ces procédures de la surveillance sont complémentaires entre elles et non-
  • 4. exclusives. Les missions de l'unité de surveillance épidémiologique et de santé publique dans les armées les missions de cette unité en création sont : 1. collecter les données de l’ensemble des acteurs déclarants de la surveillance épidémiologique ; – vérifier l’exactitude des informations recueillies ; – contrôler la ponctualité, la régularité et la complétude des données ; – faire la synthèse des messages épidémiologiques ; – assurer la liaisons avec les organismes et structures non militaire dans leurs exercice;initier et coordonner les enquêtes épidémiologiques dans les armées ; – apporter aux acteurs de la surveillances en matière de la surveillance épidémiologique – participer à la réalisation des enquêtes mises en œuvre par la direction centrale du service de santé ; – rendre compte au directeur centrale du service de santé ; – diffuser la retro-information à tous ceux qui besoin d’être informés. Les mission de la direction centrale du service de santé des armées La division technique et scientifiquement de la direction centrale du service de santé coordonne l'ensemble des activités de la surveillance épidémiologique dans les armées. Elle a pour mission : 1. de conduire l'évolution des procédures de surveillance ; – réaliser la synthèse nationale des messages épidémiologique et sa retro- information ; – apprécier toute demande d’enquête épidémiologique , de quelque provenance qu'elle vienne ; – de répondre à toute demande de données épidémiologique formuler par les organismes de décision ; – d'assurer la liaison avec les ministère de la Défense, le ministère de la santé, les organismes internationaux et nationaux. La direction centrale du service de santé est destinataire de toutes les informations épidémiologiques et tous les documents réglementaires relatifs à la surveillance épidémiologique dans les armées quelque soit sa provenance, civile, militaire, nationale et internationale comportant les informations exploitables pour la surveillance épidémiologique dans les armées. Au niveau de la Direction centrale du service de santé, il sera mis en place un comité d'expert qui aura pour rôle de réévaluer la liste des affections surveillés ; de donner les définitions de cas et les critères de déclaration des cas ; d'exploiter les
  • 5. données de la surveillance épidémiologique ; de mettre en place les actions de prévention. Le comité dirigé par le chef de division technique et scientifique sera composé de médecins cliniciens, épidémiologiste, de biologiste, vétérinaire, le directeurs régionaux de service de santé des armées et toute autre personne jugée nécessaire. Le comité d'expert se réunie une fois par année, au dernier trimestre de l'année et chaque fois que la situation épidémiologique l'impose. Qualités de données de la surveillance épidémiologique Un bon système de surveillance doit être en mesure de fournir des données de bonne qualité qui soient interprétables avec le moins de marges d’erreurs. Pour parfaire le système, il est recommandé que le système soit que : • le processus soit continu ; • la définition de cas doit être précise claire et standardisée ; • l’ergonomie de recueil avec des fiches claires, sans appel à l’interprétation ; • il doit être exhaustif et sélectif car on ne peut pas surveiller toutes les maladies. L'un des objectifs de la surveillance épidémiologique est la détection précoce des épidémies et d'en déterminer les causes afin de lancer les actions d'urgence en matière de santé publique. Une épidémie se définit comme la survenue d'un nombre de cas supérieur à celui attendu pour une population pendant une période de temps donnée dans un lieu donné. En épidémiologie un modèle reste l''étude des maladies infectieuses transmissibles. A la liste prédéfinie comportant des maladies on doit ajouter les événements ayant un caractère de priorité militaire comme les traumatismes sonores provoques par les matériel utilisé, le décès, les plaies par balles et les coup de chaleur.. Le bon système de surveillance est celui qui doit détecter le plus vite possible la rupture d'équilibre annonçant les signes précurseurs d'une épidémie et la survenue d'une épidémie en soit. C'est en pratique générale une question de jugement et de discernement mais cette difficulté est palliée dans la surveillance dans les armées par le caractère hebdomadaire de celle-ci et aussi la possibilité de comparaison avec les données antérieures. Il s'agit ici de savoir quel est le seul que l'on se fixer pour lancer l'alerte. Le seul est définit en fonction du temps et de l'espace ou encore de la combinaison des deux. Le système de surveillance mis en place doit être évaluer. Il s'agit d'un processus continu qui s’interroge sur sa pertinence , sur l'atteinte des objectifs fixés et sur l’utilité dans le paysage de santé publique. L’étude de cette pertinence doit être faite par les décideurs, certains pays comme le Canada, les USA et la France l'ont déjà. Il nous paraît donc aussi évident de tenir compte de leurs expérience pour mettre en place au Congo un bon système qui
  • 6. soit adapté aux conditions de terrain et à notre armée et ceci de manière progressive . Ainsi le système de surveillance envisagé doit être simple dans son fonctionnement en identifiant clairement les différents acteurs avec la précision aussi claire du rôle de chacun, le circuit de l'information et retro-information. Schéma général du système de surveillance survenue de l’événement à surveiller confirmation Déclaration du médecin réception et traitement par l'unité de surveillance retro-information : à tous les acteurs à l’ État Major Général aux organismes nationaux Le système préconise à être mis en place dans les Armées doit être réactif. Cette réactivité se mesure par le délai entre l’identification du phénomène surveillé par le premier acteur, le personnel médical et la mise en disposition d'une information interprétée au décideur pour une décision. Un bon système de surveillance doit être acceptable pour tous les acteur. Cette condition ne poserait pas de problème car le règlement rendrait la participation obligatoire pour tous les acteurs. La sensibilité du système se mesure par le rapport entre le nombre de phénomène surveillés identifiés par la surveillances, c'est à dire les vrais positifs et le nombre total des cas. Une autre qualité d'un système de surveillance c'est sa valeur prédictive positive. C'est la capacité du système à identifier le vrais cas. Cette qualité rend le système
  • 7. fiable. Cette qualité se mesure en faisant vérifier les faux positifs. Moins sont les faux positifs, plus la valeur prédictive positive est élevée. La flexibilité est autre qualité d'un système de surveillance. C'est la capacité du système à évoluer, à intégrer des nouvelles variables, un nouveau phénomène de santé et des nouveaux acteurs en fonction des tendances du terrain. L'utilité d'un système de surveillance est sa capacité de mettre à la disposition des décideurs des données interprétées susceptible de mettre de prendre les meilleures décisions Champs d'application de la surveillance épidémiologique dans les armées congolaises ; 1. Les personnes concernées par la surveillance Le rôle majeur du système de surveillance est le conservation des effectifs pour le maintien des capacités opérationnelles des armées. Le personnel militaire est donc la seul population à surveiller en vue d'atteindre cet objectif. La surveillance épidémiologique concerne donc tout le personnel militaire actif indifféremment de son statut, son lieu d'affectation et l’origine de sa prise en charge médicale. Les élèves dé l'école militaire préparatoire ; les stagiaires militaire étrangers ; le personnel civil à l'armée et les familles des militaires ne sont pas concernés. Cette catégorie n'est pas en activité dans les forces armées et est suivi par d'autres système de santé des armées. 2. Les événements surveillés Il est vrai qu'en établissant cette liste il faille penser à revoir aussi l'autre partie administrative de la prise en charge des militaires à savoir les livrets de santé, les registres ou tout autres moyen de conservation des données, les carnets de vaccinations... et aussi les éléments qui ont un caractère de priorité pour les armées Les événements surveillés sont désignes par rapport à aux moyens que dispose les forces ; il s'agit des moyens en personnel, les moyens de laboratoire, l'impact des événements en question sur les effectifs,les moyens de communication et bien sur la réglementation. Il va s'agir, dans un premier temps de fixer un nombre moins important et faire évoluer progressivement le système. 1 Ces maladies devraient être parfaitement identifiées et connues avec des définitions de cas précises, claires et des critères de déclaration standardisés. A ces maladies seront ajoutés les événements qui ont un caractère prioritaire pour les armée et les décès. Dans les armées chaque événement surveillés sera codifié et il sera distingués ceux faisant l'objet d'un message d'alerte, d'un message épidémiologique, d'une
  • 8. fiche spécifique ou d'une déclaration obligatoire. En opération externe, cette liste peut être modifiée par rapport aux spécificités du terrain. Pour une première liste seront surveillées en particulier les maladies infectieuses : • le choléra ; • la fièvre hémorragique africaine ; • infection à HIV quelque soit son stade d'évolution; • la tuberculose • infection de la peau ; • exposition au sang • les plaies par armes à feu • les décès quelque soit son origine Le comité des experts du service de santé des armées est habilité à modifier cette liste selon les besoins opérationnels. Annexe n° Codification des fiches Forces Armées Congolaises Messagerie épidémiologique hebdomadaire Code unité Effectif permanent Effectif tournant Effectif total Code Observation (réserve à UESPA) Date Période Nombre de cas Choléra A1 Diarrhée A2 Infection HIV B1
  • 9. Infection de la peau E5 Coup de chaleur E3 Exposition au sang E4 Tuberculose E1 Plaie balistique Décès toute origine Observations du médecin de l'unité Nom du médecin Les décisions d'actions de santé publique Il est question de la décision à prendre par le décideurs après qu'il ait reçu les données interprétées de l'unité de surveillance épidémiologique. Ce sont des décisions de santé publique qu'il faut distinguer des décisions médicales. Ces dernières concernent un individu et elles impliquent l'information du patient qui participe à la prise de décision le concernant alors qu'en santé publique il est question d'une décision qui concerne une collectivité en occurrence les personnels des armées, cette population peut ou ne pas être informée ou si elle l'est, c'est après que la décision ait déjà été prises. La démarche du décideur a pour objectif final de préserver la santé des troupes c'est à dire l'état d'absence de maladie et du être physique et psychique , en prévenant ou en retardant la survenue des maladies, des accidents et des décès dans un but opérationnel.. La prévention est comprise dans le contexte général qui inclus la vaccination, qui est elle individuelle et assurant une prévention primaire individuelle et collective et aussi des mesures destinées à prévenir le risque comportementaux (réglés d’hygiène de comportement alimentaire, sexuelle voire même des accidents des voies de circulations et consommations des drogues et stupéfiants. Les décisions de santé publiques sont donc très varié et hétérogène en fonctions des objectifs. Elles peuvent être ponctuelles ; poursuivies dans le temps comme par exemple les programme de vaccination ou encore réglementaires comme par exemple l'obligation de de se faire vacciner ; de signaler à son médecin une
  • 10. situation de santé particulière ; limitation des libertés individuelle voire collective. Le processus décisionnel est complexe et dans le cas ou il urgence et la décision attendue rapidement, il faut toujours respecter certaines étapes. Le processus de décision en santé publique doit obéir à cinq étapes qui sont complémentaires ; 1. diagnostic de la situation ; 2. élaboration d'un scenario ; 3. évaluation des conséquences ; 4. le contrôle de la mise en œuvre de la décision 5. l'évaluation de la mise en œuvre de la décision. Il est évident dans ces étapes de décision que le système de surveillance fiable qui fournit les informations sures est de grande importance pour aider le décideur à prendre des décisions.