Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?

on

  • 1,668 views

Pratiques de l'Internet participatif et des médias sociaux dans l'Enseignement supérieur

Pratiques de l'Internet participatif et des médias sociaux dans l'Enseignement supérieur

Statistics

Views

Total Views
1,668
Views on SlideShare
981
Embed Views
687

Actions

Likes
3
Downloads
9
Comments
0

7 Embeds 687

http://storify.com 405
http://spiralconnect.univ-lyon1.fr 234
http://paper.li 39
http://a0.twimg.com 5
http://us-w1.rockmelt.com 2
http://tweetedtimes.com 1
http://twitter.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ? Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ? Presentation Transcript

  • PRÉSENTATIONPratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieurQui est cet éléphant dans le salon de lenseignement supérieur ? CIEP Mario Asselin Opossum, apprentissage et technologies http://carnets.opossum.ca/mario www.marioasselin.com 6-9 décembre 2011 Sèvres, France 1
  • Mes intentions de communication... Décrire la nature des changements en train de s’opérer... Raconter ces gens qui agissent pour que les changements prennent place Envisager l’enseignement dans le supérieur par le modèle des organisations apprenantes... 2
  • 3
  • 4
  • Une nouvelle génération délèves L’enquête du Céfrio... «GÉNÉRATION C»Les jeunes de 12-24 ans: •De grands adeptes des TI •Les filles jasent, les gars jouent Communiquer, créer, collaborer! •La télé et le sport délaissés •Au travail... stabilité, salaire et Je gazouille flexibilité donc je suis? •Internet: source d’information •Les profs: c’est pas leur truc... Source : Le site du Céfrio... http://bit.ly/47zVDt 5
  • Une nouvelle génération délèves L’enquête de l’Institut TNS SOFRES... «GÉNÉRATION C»Les jeunes de 8-17 ans:• Près de 20% des moins de 13 ans ont uncompte sur un média social numérique Communiquer, créer, collaborer!• Les parents sont assez peu associés à cettepratique• Les enfants et les adolescents livrent leursidentités et beaucoup d’informations Je clavardepersonnelles donc je suis?• Un tiers des enfants ont été choqués ougênés par des contenus• Conscients des risques, ils ne savent pasforcément s’en préserver Source : Le site de la CNIL... http://liens.opossum.ca/8uuz 6
  • Quelles sont les tendances ? Mobilité – accès à tout temps Contenu créé par lutilisateur Interactions sociales pour lapprentissage 7
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Source: Émilie Ogez, http://www.emilieogez.com/2008/10/20/les-wikis-en-entreprise-par-xwiki/ 8 8
  • « Apprendre à partager la mission en répartissant la charge... sur un plus grand nombre d’épaules » Les caractéristiques du virage...• Mobilité – accès à tout temps• Importance du contenu créé par les citoyens• Faire partie de la conversation• Passage du « one to many » à « many to many » ! 9
  • Nous sommes tous le prénumérique de quelquun! 10 10
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur La théorie de la «Longue Traîne» de Anderson...Source: Chris Anderson, http://www.longtail.com/the_long_tail/2005/03/index.html et Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_économie11 11
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieurCommunication organisationnelle : http://com1500g.opossum.ca 12 12
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur De Gutenberg à Steve Jobs... ducation 13 13
  • 14 14
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Publié avec la permission de l’auteur, Alec Couros, professeur en technologies et médias éducatif à la faculté d’Éducation de l’Université de Régina 15 15
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Voici un natif des TIC… il est dans le paradigme de l’apprentissage 16 16
  • Nous sommes prénumérique de quelquun! Nous sommes tous le tousle prénumérique dequelquun! 17 17
  • 18
  • Ce document est présenté en ligne sur le site Eduscol : http://eduscol.education.fr/cid58481/medias‐sociaux‐et‐usages‐pedagogiques.html 19
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur 20 20
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Les blogues : les avantages... Favorisent la conversation Le référencement accru Facilitent l’édition du contenu Déconcentrent la production du contenu Augmentent les habiletés en lecture et en écriture Ouvrent les portes de l’école à la communauté Augmentent le sentiment d’appartenance Agissent en tant que levier pour une foule d’apprentissage Sont faciles à gérer et responsabilisent Et on ne parle pas des impacts sur la gestion de la classe... 21
  • Le contenu généré par les utilisateurs...‣ On ne peut rien escompter d’une communauté composée de membres avec qui on a oublié de tisser des liens‣ Les artistes se mettent en scène et sont plus autonomes dans leur mise en marché.‣ Ils collaborent entre eux dans une souplesse qui déborde de l’organisation initiale.‣ Ils ont une bien meilleure prise sur les situations de résolution de problème.‣ Leur créativité est débridée, et ils peuvent produire et diffuser.‣ Les rétroactions et la reconnaissance du milieu sont immédiates.‣ La communauté est plus riche de réponses que peut en apporter une seule personne.‣ Une charte d’utilisation (netiquette, politique éditoriale, etc.) est indispensable‣ L’authenticité doit être valorisée‣ En général, on n’entretient pas la conversation avec des organisations, mais avec des individus‣ La transparence, c’est d’appliquer ce qu’on s’est promis d’appliquer‣ Échanger des points de vue divergents, c’est aussi développer des solidarités à partir de ce qui nous unis plutôt que de se quereller sur ce qui nous divisent‣ Les relations publiques traditionnelles ne fonctionnent pas bien sur les médias sociaux (contrôle du message, autopromotion en fort %, traitement de faveur aux journalistes, «off the record», etc.)‣ La communauté est plus riche de réponses que peut en apporter une seule personne‣ L’écoute active est garante d’une communication bidirectionnelle 22
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur L’ampleur de la blogosphère... 50%, moins de 35 ans...et ça ne comprend pas les 19 000 000 de Skyblogs 2006 Source: http://www.technorati.com/blogging/state-of-the-blogosphere/ 23 23
  • J’affirme mon identité... 24
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Identité numérique La somme des traces que je laisse lors de mes interactions, interventions et publications sur Internet ou grâce à Internet. http://webo-id-numerique.wikispaces.com 25 25
  • http://www.youtube.com/watch?v=YCsGjsk_2WI 26
  • http://twittclasses.posterous.com/ 27
  • Source : http://web.alexmanoogian.qc.ca/wordpress/web/2011/09/30/lecole-est-presente-sur-les-medias-sociaux/ 28
  • Source: http://www.denishirst.fr/fr/2010/05/questce-votre-web-communauté-sur-twitter-.html 29
  • 30
  • Une communauté ? En trois points, une définition de Bruno Boutot:• Les membres font quelque choseensemble, avec au moins un lieuprincipal d’activités communes;• Un « membre » a une identitéstable; Je gazouille• « Guide de participation » clair et donc je suis?système de « signal auxmodérateurs » (flag)... Source : eBook, « Le gestionnaire de communauté au Quebec » 31
  • Une organisation ... Apprenante...Définition de «Organisation» de Henry Mintzberg : Cest un ensemble de personnes entreprenant une action collective à la poursuite de la réalisation dune action commune 32
  • Une organisation ... Apprenante...Selon Peter Senge:«Une organisation apprenante doit doncdévelopper l’art de la conversation, c’est-à-dire, mettre en place tous les mécanismespermettant aux employés et aux gestionnairesde s’exprimer librement, sur les bonneschoses comme les mauvaises.» 33
  • Notre organisation apprenante…• Être inspiré par le changement• Encourager l’expérimentation• Communiquer la réussite et l’échec• Faciliter l’apprentissage en s’appuyant sur les conditions environnantes• Faciliter l’apprentissage en s’appuyant sur les apprenants• Récompenser l’apprentissage• Donner un sentiment de sollicitude et de soutien mutuel. 34
  • Indicateurs de présence d’une structure de partage de connaissances entre individus membres d’une communauté de pratique1. Les membres ont développé un langage commun parfois spécialisé. (Langage)2. Les membres fréquentent les lieux communs où de linformation sur la communauté est disponible. (Information)3. Les membres sollicitent de l’aide. (Appel à tous)4. Les membres offrent de l’aide ou répondent aux demandes d’aide. (Rendre service)5. Les membres échangent sur leurs pratiques professionnelles. (Pratiques)6. Les membres ont développé un sentiment dappartenance à la communauté et il leur arrive de le qualifier. (Appartenance)7. Les membres sont capables déchanger des points de vue divergents. (Argumentation) 35
  • Indicateurs de présence d’une structure de partage de connaissances entre individus membres d’une communauté de pratique8. Les membres cherchent des moyens de contribuer à documenter la pratique professionnelle au bénéfice de la communauté de pratique. (Réflexion)9. Il y a émergence de marques de reconnaissance des contributions individuelles de certains membres à la communauté. (Remerciements)10. Les membres témoignent entre eux des bons et mauvais coups liés au fonctionnement de la communauté. (Fonctionnement)11. Les membres remarquent une certaine convergence dans les actions en les régulant selon les normes et les attentes de la communauté au bénéfice des membres. (Régulation, recherche de buts communs)12. Le leadership dans la communauté est de plus en plus distribué. (Leadership)13. On observe assez régulièrement des manifestations de générosité au bénéfice dun ou des membres dans la communauté. (Générosité)14. Un nouveau membre de la communauté se sent bien accueilli lors de son arrivée dans la communauté. (Accueil) 36
  • Pratiques de lInternet participatif et des médias sociaux dans lEnseignement supérieur Les critères du comité national de la recherche scientifique... 2011 2015- Publications majeures - eRéputation (positionnement dans les moteurs de(articles dans des revues internationales de recherche principaux dans les 1re pages pourrang A, publication de livres, direction les mots clés associés au sujet, nombre ded’ouvrages, chapitres de livres invités) visiteurs uniques sur un site où une publication Web est hébergée, direction de- Brevets projets, collaboration Web à titre d’invité)(prix nationaux et internationaux) - Publications majeures- Publications non majeures (articles dans des formats numériques de revues internationales de rang A, publication(dans des revues ou chapitres de livre avec de livres, direction d’ouvrages, chapitres decomité de lecture) livres invités)- Autres publications (rapports, - Brevetsrevues et chapitres de livres sans comité de (prix nationaux et internationaux)lecture) - Publications non majeures- Le rayonnement international (dans des sites Web collaboratif avec comité de lecture) - Autres publications (livres, rapports http://www.cnrs.fr/comitenational/cid/critere/cid45.htm et sites Web sans comité de lecture) - Le rayonnement international 37 37
  • PRÉSENTATION 38
  • PRÉSENTATION Vos questions Merci de votre attention! La suite sur mon blogue : http://carnets.opossum.ca/marioMerci à François Guité, Clément Laberge, Michaël Carpentier, Carl-FrédéricDe Celles, Martin Comeau, Émilie Ogez, Fred Cavazza, Isabelle Dremeau,Geoffroi Garon, Benoît Descary, Christian Aubry, Étienne Chabot,Christophe Batier, Alec Couros, Michelle Blanc et Julien Beaudry pour leuraide ou inspiration dans plusieurs diapositives...N.B. Informations complémentaires à propos des natifs du numérique:http://atelierduweb.ning.com/profiles/blogs/web-20-natif-ou-immigrant-du 39