Présentation CSST

1,122 views
1,059 views

Published on

Relations publiques et médias sociaux :
pièges et opportunités

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,122
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
15
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Présentation CSST

  1. 1. PRÉSENTATION Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Mario Asselin Opossum, apprentissage et technologies http://carnets.opossum.ca/mario www.marioasselin.com 21 avril 2011 CSST
  2. 2. Enquête du Céfrio (printemps 2009) Enquête NETendances (mars 2010)« De grands adeptes des TI » « L’explosion des médias sociaux »• 84 % des 12-24 ans possèdent un lecteur • 78  % des internautes ont fréquenté de type MP3 (un iPod, par exemple) le contenu d’au moins un média• 57 % un téléphone cellulaire social, que ce soit un réseau social, un conventionnel blogue ou un micro-blogue• 5 % un cellulaire intelligent (comme un • La participation des internautes dans BlackBerry ou iPhone) les réseaux sociaux est passée de 34 % en 2009 à 48 %• 91 % des jeunes ont accès à Internet haute vitesse à la maison • Arrivée massive des 35-54 ans sur les réseaux sociaux
  3. 3. Le levier de la publication Web au service de la construction de lidentité numérique 5
  4. 4. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités La théorie de la «Longue Traîne» de Anderson...Source: Chris Anderson, http://www.longtail.com/the_long_tail/2005/03/index.html et Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_économie 6
  5. 5. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités 7
  6. 6. Le levier de la publication Web au service de la construction de lidentité numérique 8
  7. 7. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités 9
  8. 8. Quelles sont les tendances ? Mobilité – accès à tout temps Contenu créé par lutilisateur Interactions sociales pour lapprentissage
  9. 9. Nous sommes tous au service de la construction de lidentité numérique Le levier de la publication Weble prénumérique dequelquun! 11
  10. 10. Le levier de la publication Web au service de la construction de lidentité numérique 12
  11. 11. Le contenu généré par les utilisateurs...‣ On ne peut rien escompter d’une communauté composée de membres avec qui on a oublié de tisser des liens‣ Les gens aiment intervenir dans des lieux animés et bien tenus‣ Une charte d’utilisation (netiquette, politique éditoriale, etc.) est indispensable‣ Il vaut parfois mieux laisser les gens répondre à des détracteurs que de répondre soi-même‣ L’authenticité doit être valorisée‣ L’important, c’est la qualité de la conversation‣ En général, on n’entretient pas la conversation avec des organisations, mais avec des individus‣ La transparence, c’est d’appliquer ce qu’on s’est promis d’appliquer‣ Les internautes apprécient un souci de la qualité de la langue‣ Échanger des points de vue divergents, c’est aussi développer des solidarités à partir de ce qui nous unis plutôt que de se quereller sur ce qui nous divisent‣ Les relations publiques traditionnelles ne fonctionnent pas bien sur les médias sociaux (contrôle du message, autopromotion en fort %, traitement de faveur aux journalistes, «off the record», etc.)‣ La régularité est beaucoup plus importante que la quantité‣ La communauté est plus riche de réponses que peut en apporter une seule personne‣ L’écoute active est garante d’une communication bidirectionnelle
  12. 12. Les blogues : les avantages...Favorisent la conversationLe référencement y sontaccruFacilitent l’édition du contenuDéconcentrent la productiondu contenuN’exigent pas des moyenstechniques lourdIls démocratisent les échangesAugmentent le sentimentd’appartenanceAgissent en tant que levierpour susciter l’adhésionSont faciles à gérer etresponsabilisent
  13. 13. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités L’ampleur de la blogosphère... 50%, moins de 35 ans...et ça ne comprend pas les 19 000 000 de Skyblogs 2006 Source: http://www.technorati.com/blogging/state-of-the-blogosphere/ 15
  14. 14. J’affirme mon identité...
  15. 15. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Identité numérique La somme des traces que je laisse lors de mes interactions, interventions et publications sur Internet ou grâce à Internet. http://webo-id-numerique.wikispaces.com 17
  16. 16. PRÉSENTATION Quelques mots-clés...GoogliserPortfolio numériqueAdresse IPNom de domaineHypertexte
  17. 17. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Deux applications phares... Facebook 19
  18. 18. Un immigrant se transforme Internet forme, léducation du numérique... va au cinéma 20
  19. 19. Internet forme, léducation se transformePendant que les natifs... vont sur YouTube 21
  20. 20. Comment faire pour qu’un message devienne viral ?- Son contenu est insolite/fou/drôle; doit donner envie de le relayer.- Vidéo : le court est le mieux... 15 secondes max est l’idéal, ou jusqu’à 30 sec. (ne pas faire en sorte qu’elle apparaisse comme une pub déguisée).- Le contenu surprend; les départs canons font foi de tout... Inspiré de : http://www.vincentabry.com/trucs-secrets-video-virale-10737
  21. 21. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Il y a maintenant plusieurs sources d’où proviennent les connaissances 23
  22. 22. Mobile• Il y a plus de 65 millions d’utilisateurs ont accès à Facebook via leurs téléphones portables.• Les gens qui utilisent Facebook ou Twitter sur leurs téléphones mobiles sont presque 50% plus actifs que les utilisateurs classiques.• Il y a plus de 180 opérateurs mobiles dans 60 pays qui travaillent à la promotion et au déploiement des applications. Source: http://www.seomanager.fr/evolution-global-des-statistiques-facebook.html 16 septembre 2009
  23. 23. Source: http://www.denishirst.fr/fr/2010/05/questce-votre-web-communauté-sur-twitter-.html
  24. 24. http://kimauclair.ca/blog/ebook-gestionnaire-de-communaute-quebec/
  25. 25. Même fonction... Différentes appellations !
  26. 26. « Le gestionnaire de communauté nest pas - en premier - au service de linstitution qui lemploie; pour être efficace et signifiant, il doit agir de façon à bien servir les intérêts des membres de sa communauté ! »
  27. 27. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Se donner les outils pour devenir « animateur de communauté » 29
  28. 28. Description de tâches (type) d’un animateur de communauté• Rédiger des contenus (billets sur les blogues, commentaires, etc.).• Assurer une présence sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, linkedin, etc.).• Animer certains lieux de la blogosphère en proposant du contenu, en répondant aux questions, en suscitant des échanges entre membres, etc.• Recenser les individus/groupes sur le web pouvant être intéressés par ma communauté, les mettre en valeur et participer à la mise en place d’actions de recrutement de membres en ligne.• Renforcer la cohésion de la communauté (lancer des sujets permettant de susciter le débat ou le partage dexpérience, veiller à la qualité des réponses et des critiques).• Gérer lhistorique et larchivage des informations concernant la communauté sur le web.• Rechercher de nouveaux médias sociaux qui permettraient délargir laudience.• Analyser de façon permanente laudience.• Collaborer avec le service des communications pour corriger les problématiques et faire le suivi en ligne.• Sensibiliser les membres de la communauté qui sont contributeurs de contenu sur le web à faire attention au référencement, aux mots clés...
  29. 29. Profil (type) d’un animateur de communauté• Posséder une vision claire des lieux à investir, des outils à utiliser, des investissements à mettre en place et être capable de proposer et déployer une véritable stratégie de communication Web bidirectionnelle.• Acquérir une excellente connaissance de la communauté : environnement socioculturel des membres (langage, codes « sociaux », jargon...), acteurs clefs (personnalités influentes, blogueurs reconnus...), plateformes de discussion, etc.• Capacité à maîtriser des techniques de veille et de recherche permettant de fournir de linformation, de susciter le débat et danalyser les retours.• Facilité à mettre en place des évènements en ligne permettant de fédérer les membres de la communauté.• Savoir travailler en équipe avec des personnes aux compétences diverses (travailler avec des courriels, Skype, la vidéoconférence, etc.).• Maîtriser parfaitement le français écrit et savoir écrire/parler en anglais pour des échanges (plus souvent informels).
  30. 30. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Sur le Web... où est le signal ? Comment fuir le bruit ? # 1 : Utiliser les bons outils pour votre veille. On va de moins en moins sur des sites Web; on s’abonne à des fils de nouvelles et on utilise des «apps» (ou des clients) pour les médias sociaux # 2 : Repérer les influenceurs de votre domaine. Présentez- vous à eux et soyez en contact avec leurs réseaux. # 3 : Prendre quelques minutes par jour pour réseauter; on construit sa communauté avant d’en avoir besoin! # 4 : Peur de manquer quelque chose d’important ? Si c’est vraiment important et que vous êtes bien réseauté, l’information se rendra jusqu’à vous ! # 5 : Un peu de respect... Le bruit des uns est le signal des autres ! Le défi : adopter une posture d’apprenant...Source: http://recit.org/index.php?blog=1&title=aux_abris_les_tbi_sont_parmi_nous&page=1&more=1&c=1&tb=1&pb=1&disp=single 34
  31. 31. Relations publiques et médias sociaux : pièges et opportunités Proportion du contenu généré par un animateur de communauté20% : Partager une trouvaille liée à sa ligne éditoriale15% : Relayer un contenu en provenance d’un membre de lacommunauté15% : Intervenir dans les espaces numériques des membres dela communauté15% : Répondre à une sollicitation ou donner un feedback suiteà une mention15% : Échanger sur un sujet hors de sa ligne éditoriale sans «setirer une balle dans le pied»15% : Autopromotion ou message de l’organisation5% : Modérer des contributions de membres de la communauté Le défi : de «one to many» à «many to many»... 35
  32. 32. Indicateurs de présence d’une structure de partage de connaissances entre individus membres d’une communauté de pratique1. Les membres ont développé un langage commun parfois spécialisé. (Langage)2. Les membres fréquentent les lieux communs où de linformation sur la communauté est disponible. (Information)3. Les membres sollicitent de l’aide. (Appel à tous)4. Les membres offrent de l’aide ou répondent aux demandes d’aide. (Rendre service)5. Les membres échangent sur leurs pratiques professionnelles. (Pratiques)6. Les membres ont développé un sentiment dappartenance à la communauté et il leur arrive de le qualifier. (Appartenance)7. Les membres sont capables déchanger des points de vue divergents. (Argumentation)
  33. 33. Indicateurs de présence d’une structure de partage de connaissances entre individus membres d’une communauté de pratique8. Les membres cherchent des moyens de contribuer à documenter la pratique professionnelle au bénéfice de la communauté de pratique. (Réflexion)9. Il y a émergence de marques de reconnaissance des contributions individuelles de certains membres à la communauté. (Remerciements)10. Les membres témoignent entre eux des bons et mauvais coups liés au fonctionnement de la communauté. (Fonctionnement)11. Les membres remarquent une certaine convergence dans les actions en les régulant selon les normes et les attentes de la communauté au bénéfice des membres. (Régulation, recherche de buts communs)12. Le leadership dans la communauté est de plus en plus distribué. (Leadership)13. On observe assez régulièrement des manifestations de générosité au bénéfice dun ou des membres dans la communauté. (Générosité)14. Un nouveau membre de la communauté se sent bien accueilli lors de son arrivée dans la communauté. (Accueil)
  34. 34. PRÉSENTATION
  35. 35. PRÉSENTATION Vos questions Merci de votre attention! La suite sur mon blogue : http://carnets.opossum.ca/marioMerci à Christophe Batier, François Guité, Clément Laberge, MichaëlCarpentier, Carl-Frédéric De Celles, Martin Comeau, Émilie Ogez, FredCavazza, Isabelle Dremeau, Geoffroi Garon, Benoît Descary, ChristianAubry, Étienne Chabot, Michelle Blanc et Julien Beaudry pour leur aide ouinspiration dans plusieurs diapositives...N.B. Informations complémentaires à propos des natifs du numérique:http://atelierduweb.ning.com/profiles/blogs/web-20-natif-ou-immigrant-du

×