www.marinelepen2012.fr   journal de campagne de marine le pen   | n° 5 | mars/avril 2012             la démocratie        ...
on vous l’avait bien dit !                                                                                                ...
on en parle                                                                                                               ...
dossier                                                                                                  l’avait bien dit ...
dossier                                                                                                                   ...
Journal Esprit de la France n°5
Journal Esprit de la France n°5
Journal Esprit de la France n°5
Journal Esprit de la France n°5
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Journal Esprit de la France n°5

900

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
900
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Journal Esprit de la France n°5"

  1. 1. www.marinelepen2012.fr journal de campagne de marine le pen | n° 5 | mars/avril 2012 la démocratie sans le peuple sarkozy carton rouge
  2. 2. on vous l’avait bien dit ! édito/sommaire Par Marine Le Pen Européisme La Démocratie, c’est nous ! On sacrifie un peuple à un dOgme, l’eurO S iaul’on devaitdes limiter discours se ciens et des commentateurs, politi- souveraineté, précisément parce que les élites mondiali- sées qui nous gouvernent ne veulent plus entendre par- ler d’identité et de souverainetés nationales. D.R. nous vivrions à l’âge d’or denOuS DISIOnS la démocratie. Ce mot, on N’oublions jamais 2005 ! T andis que Nicolas sauvé, l’Europe aussi », unese congratulent sur le thème « L’Euro est Sarkozy et Angela Merkel nation s’enfonce dans l’entend, chez nous, cent fois par jour, avec des trémolos Et s’ils sont malgré tout, et au terme de quelles hésita- « Comme seule je l’ai toujours une spirale de récession économique, de régression sociale et d’incertitude de bonne conscience, ou sur le ton de l’évidence. Et dit, les accords de renflouement pourtant, rarement l’expression de la démocratie réelle, tions, consultés, c’est, comme pour le référendum de politique : pour complaire aux eurocrates et aux analystes financiers libé- de l’euro qui se succèdent à un raux, le gouvernement grec vient de décider une baisse de 22 % du salaire dans ce pays, n’a jamais été autant menacée, bafouée. Maastricht (1992) ou celui sur le projet de constitution rythme effréné sont tous voués à minimum (-32 % pour les moins de 25 ans), la réduction des dépenses de européenne (2005) dans des conditions de déséquilibre l’échec. » santé et une décimation des fonctionnaires. Ces mesures antisociales médiatique, de bourrage de crânes dignes de feues les Marine Le Pen, le 2 novembre 2011 L’exemple le plus patent de cette régression démocra- démocraties populaires. consacrent l’échec de deux ans de mesures d’austérité et de deux plans tique française, ce sont bien sûr les menaces qui pèsent successifs de l’Union européenne pour maintenir artificiellement le pays « Ces trois pays (la Grèce, le sur ma candidature, à cause d’une loi dépassée sur les dans la zone euro. Et puisque nous venons de parler du référendum de Portugal et l’Espagne) sont parrainages, et les pressions et menaces très réelles obligés d’adopter des plans qu’on fait peser sur les maires. Je lutte sans relâche 2005, n’oublions jamais que Nicolas Sarkozy, avec l’ap- à cette diète sociale s’ajoute l’humiliation d’un peuple désigné par d’autres pui des dirigeants socialistes dont un certain François d’économie draconiens pour contre ces blocages et ces manœuvres, notamment en nations ou d’autres gouvernements européens comme sous-développé, Hollande, a fait adopter en 2008 par le Parlement un tenter de s’en sortir : réduction déposant une « question prioritaire de constitutionna- massive des dépenses sociales, paresseux, tricheur. projet rejeté deux ans plus tôt par 55 % des Français ! à noter que cette nouvelle est planifiée par un Premier ministre, Lucas Papa- lité » sur l’anonymat des parrainages devant le Conseil des dépenses de santé, baisse démos, qui, dix ans plus tôt, alors qu’il était gouverneur de la Banque cen- constitutionnel, initiative qui a reçu l’appui, explicite ou des salaires, des pensions et trale grecque, a délibérément truqué les comptes de la nation avec ses amis tacite, de nombreuses personnalités politiques parfois Alors nous le disons sans fausse modestie excessive : la des traitements, tout y passe ! (…) Autrement dit, se refusant de Goldman Sachs, pour continuer la fuite en avant budgétaire ! d’un bord assez opposé au mien (voir notre dossier). démocratie en France c’est nous. Parce que nous vou- à quitter l’euro par idéologie, lons la proportionnelle intégrale à toutes les grandes poussés dans cette direction Excédés, c’est par dizaines de milliers que les Grecs sont descendus dans la Mais le déni de démocratie, et tous ceux qui me suivent, consultations. Parce que nous prônons, depuis plus de par les instances européistes, rue pour signifier leur refus de souffrir et de mourir pour l’euro et l’Europe de trente ans, le référendum d’initiative populaire. Toutes le savent bien, ne se situe pas qu’au niveau de l’élection ces 3 pays ont fait le choix de Bruxelles. Et le gouvernement d’union nationale imposé par l’UE a déjà volé ces réformes que l’UMP et le PS, avec des nuances, se présidentielle : à l’Assemblée nationale, 15 à 20 % d’élec- la monnaie unique contre leurs en éclat, les quatre ministres du Laos (droite nationale) – et deux socialistes – sont entendue pour refuser et repousser, dénonçant le peuples. Les plans d’aide du teurs français – les nôtres – sont privés chroniquement ayant démissionné pour ne pas cautionner l’étouffement du peuple grec. « populisme » pour na pas affronter le peuple sur les FMI et des pays européens ne de représentation, sans que cela pose plus de problèmes que ça aux représentants des autres partis, si sourcilleux, sujets qui fâchent. changeront rien à cette solution Encore une fois, les dirigeants européens choisissent, pour respecter la doxa de plus en plus chaotique. Au ultra-libérale et monétariste, un remède pire que le mal : ils dévaluent les en paroles, avec les grands principes démocratiques. contraire, ils aggraveront encore salaires et les prestations sociales alors qu’il faudrait dévaluer la monnaie ! Plus que jamais, un vote en ma faveur sera un vote pour la situation financière d’autres la démocratie. La vraie, pas celle des discours pour le pays déjà au bord de la faillite Mais ce refus de prendre en compte les aspirations, Mais pour dévaluer, et sauver l’économie grecque, il faudrait aider le pays à d’une grosse minorité ou d’une nette majorité (voire le Figaro-Magazine. comme le nôtre. Sous l’impulsion sortir de l’euro (et plus généralement préparer la fin de l’euro). Les eurocrates sondage sur ma candidature page 7) du peuple français, va de Nicolas Sarkozy, la France se précipite pour prêter 17 milliards ne veulent pas en entendre parler, mais c’est inéluctable. Déjà le pays va effacer bien au-delà de la simple représentation de notre cou- d’euros à la Grèce en 3 ans, plus de 100 milliards sur les 350 milliards de sa dette publique, et les banques rant : les Français, en effet, ne sont pas consultés sur les argent que nous ne reverrons et assureurs étrangers ont d’ores et déjà perdu 50 % de leurs créances sur grandes questions les concernant, de l’immigration à la probablement jamais en totalité. » la Grèce. Dont le peuple refuse d’être sacrifié à un mythe de technocrates. Marine Le Pen, 4 mai 2011 Bruxelles devra se résoudre à entendre le cri de désespoir d’Athènes ! En atten- dant celui des autres peuples sacrifiés sur l’autel de la monnaie unique. on vous l’avait bien dit !����������������������������2 entretien ��������������������������������������������� 10 © ArCan/Wikipédia sous licence Creative Common Journal de campagne de Marine Le Pen On sacrifie à un dogme, l’euro David Rachline : « Marine Le Pen 78, rue des Suisses édito �����������������������������������������������������3 abrogera immédiatemment Hadopi » 92000 Nanterre Directeur de la Publication : Marine Le Pen ceque j’en pense �������������������������������������4 coup de cœur culture �������������������������� 12 Rédacteur en chef : Louis Aliot Tirage : 55 000 exemplaires Deux ou trois choses essentielles détecteur de mensonges ������������������������ 13 Esprit de la France n° 5- 16 pages sur l’école Numéro de commission actualité internationale ������������������������� 14 paritaire en cours dossier ������������������������������������������������6 Le Qatar, micro-état, méga-prédateur Conception - Impression : Unanime Ils veulent une démocratie sans peuple ! la voix du peuple����������������������������������� 16 Courriel : redaction@marinelepen2012.fr Photo en couverture : © keattikorn - Fotolia.com 2 3
  3. 3. on en parle on en parleRencontre avec Valérie Laupiès retrouve sa place : l’élève doit obéir et respecter le professeur, l’ensei- çaises ont recours au collège privé car elles sont obligées de fuir les éta- Les jeunes enseignants ont eux- mêmes été formés par ces profes-deuX Ou TrOis cHOses essenTielles gnant doit transmettre les savoirs disciplinaires de façon rigoureuse, les parents doivent accompagner leurs blissements publics défaillants. Si nous arrivons à mettre en place notre programme pour l’école, le ser- seurs « non-directifs » qui à leur époque pouvaient mettre en pratique leurs concepts pédagogistes. Ilssur l’écOle – puBliQue Ou priVée enfants dans leurs devoirs d’élève. D’autre part, je pense que pour redresser l’Ecole, il faut dès le premier vice public de l’Education nationale sera de meilleure qualité et les parents pourront faire à nouveau confiance au n’ont par conséquent pas de modèle rassurant et n’ont pas eux-mêmes reçu l’instruction fondamentale de degré retrouver les fondements de public. Notre objectif est bien de ren- l’orthographe, de la grammaire, de laJ’ai demandé à Valérie Laupiès, enseignante chevronnée l’Ecole primaire, c’est-à-dire affirmer forcer la qualité de l’Ecole publique conjugaison, du calcul, de l’histoiredu secteur public, et à ce titre notre spécialiste de l’école, le principe suivant : l’élève ne construit dans un souci d’égalité des chances. chronologique, etc. Alors ce n’estde nous donner son sentiment sur la crise profonde que pas seul son savoir, le maître doit le Toutefois, je crois que cette Ecole ne pas rare de voir des fautes d’ortho- lui transmettre. Il faut donc refaire des s’oppose pas au privé car nous devons graphe sur les tableaux noirs, fautesconnaît le domaine de l’Education au pays de Jules Ferry programmes clairs et concis compré- respecter le choix des familles qui de l’enseignant lui-même !Outre son diagnostic, Valérie Laupies nous rappelle son hensibles par tous. Les programmes souhaitent élever leurs enfants dansparcours, professionnel et politique. scolaires sont des documents par un cadre d’éducation catholique par « MArINE LE PEN lesquels la nation définit les connais- exemple, ou dans une école ayant une ENtEND rEDoNNEr sances que ses enfants doivent maî- pédagogie très spécifique. Je crois L’AutorIté Au Mon parcours professionnel à la réalité de la nature de l’enfant, triser pour accéder à l’autonomie que les écoles privées catholiques ProFESSEur Et PAr D.R. qui n’est pas forcément le « bon sau- intellectuelle. D’une manière géné- retrouveront d’autant mieux leurCela fait maintenant 19 ans que j’en- vage » mais souvent le « vilain petit rale, le programme de l’école primaire identité et pourront d’autant mieux Là-MêME, ELLE LuIseigne comme professeur des écoles Je me rappelle m’être confrontée à doit comprendre des connaissances accomplir leur mission d’éducation FAIt CoNFIANCE.  » sauvageon » et j’ai compris qu’il fal-et depuis 5 ans, je suis directrice (tout Clémentine Autain dans une univer- élémentaires qui, si elles ne sont pas chrétienne qu’elles ne seront plus lait littéralement que je sauve maen étant toujours enseignante, en sité d’été du MRC qui prétendait que intégrées à un âge donné, sont plus choisies par défaut par les parents. peau en affirmant mon autorité. Celaclasse de CM2). J’ai toujours ensei- l’échec scolaire était dû au machismegné en ZEP dans les Bouches-du- m’est venue d’autant plus clairement des professeurs et à nos stéréotypes difficiles à acquérir par la suite. Je suis donc favorable à ce que les Mon meilleur souvenir à l’esprit que j’étais devenue mère de Dans le second degré, la priorité est écoles privées sous contrat bénéfi-Rhône, après avoir exercé seulement famille. Je me suis dit alors : « Ce n’est sexistes. Alors, j’ai commencé à me de supprimer le collège unique en cient d’aides de l’Etat. professionneldeux mois à l’hôpital neurologique poser la question : « Comment se fait- laissant la possibilité aux élèves dès pas l’enfant qui décide, c’est l’adulte Il y a 7 ans, j’étais dans une ZEP encorepour enfants à Lyon. qui sait ce qui est bien pour lui ; c’est il que C. Autain soit l’invitée de J.P. l’âge de 14 ans de se former profes- Sur la motivation plus difficile que celle où je me trouveJ’ai été « formée » par Philippe Mei- Chevènement » ? Je trouvais ça inco- sionnellement et de choisir une filièrerieux(1) lui-même puisque j’ai fait cela être un parent ou une maîtresse responsable » et tout a changé. hérent avec ce qu’il défendait. manuelle. et la formation des maîtres aujourd’hui. J’étais parfois désespé-l’IUFM à la Croix-Rousse, à Lyon, où il Alors, je me suis aventurée à lire le livre rée du fait que les petits gitans ne Marine Le Pen entend redonner l’auto- Comme je le disais auparavant, les venaient pas souvent en classe, queétait directeur. C’était l’année de créa- de Marine Le Pen « A contre-flots » ettion de l’IUFM(2) (1991 ou 1992) et je me Mon itinéraire politique là, révélation : c’était exactement ça rité au professeur et par là-même, elle enseignants souffrent d’un manque le niveau était extrêmement bas. Pour lui fait confiance. Je n’ai pas trouvé d’autorité, d’un manque de recon- que les élèves travaillent, il fallait vrai-souviens que ceux qui avaient le mieux C’est à partir de ce moment-là aussi que je pensais ! cette marque de confiance dans les naissance de la part de leur hiérarchie.réussi le concours de professeur des que je me suis engagée politique- J’ai adhéré au Front national et à ment se lever tôt ! programmes de nos adversaires, plu- De plus, les concepts pédagogiques, Pourtant, ils m’avaient fait le grandécoles à l’issue de la 1ère année de for- ment. C’était à l’époque où Jean- l’issue d’une conférence de presse tôt démagogues. sans cesse renouvelés et imposés parmation étaient ceux qui avaient suivi Pierre Chevènement dénonçait le de Jean-Marie Le Pen, je suis allée plaisir d’apprendre tous correcte- En effet, je crois réellement que ce l’administration, sont impraticables et ment une poésie que j’avais trouvéeles cours par correspondance (c’est- problème des « sauvageons ». Cela lui parler de l’Ecole… Il était ravi que dont souffrent particulièrement les les met dans une position d’incapa-à-dire ceux qui ne fréquentaient pas m’avait marquée d’autant plus que je lui décrive la réalité telle qu’il l’avait dans un vieux placard de l’école, enseignants, c’est que cette notion cité à exercer dans des classes dif- et intitulée « Le plus beau pays dul’IUFM-établissement). les gymnases de nos écoles en ZEP devinée depuis longtemps et j’ai reçu d’autorité a été mise à mal. ficiles. Les inspecteurs remettent enJe pourrais décrire mon parcours en étaient souvent vandalisés et que quelques jours plus tard sa sollicita- monde » – il s’agissait de la France. On les culpabilise quand ils l’exercent effet sans arrêt en cause les pratiques Il faut dire que j’en étais d’autant plusdeux périodes : celle où j’étais attirée l’Education nationale remettait sys- tion pour figurer sur la liste aux régio- car on a associé l’autorité du maître des professeurs qui seraient les res-par les pédagogies « non-directives », tématiquement « des moyens » pour nales 2010. ravie que 80 % des élèves étaient à un acte de violence. Or, comment ponsables de l’échec scolaire sans d’origine maghrébine et gitane. Jeoù l’on fait appel à la spontanéité de « la population défavorisée ». Mon Dieu, comme j’avais peur que transmettre le savoir dans l’anarchie donner la clé de la réussite.l’enfant, et celle où le maître transmet Je suis pourtant issue d’une famille l’Education nationale me lynche ! crois que finalement chaque année, et sans respect pour la personne qui Je suis entourée de collègues à moi- c’est une histoire d’amour que jele savoir en instituant les valeurs de socialiste et mes frères sont engagés Aujourd’hui, toutefois, je ne regrette transmet ? Et comment s’affirmer tié dépressifs, découragés, qui disenttravail, effort, mérite. à gauche, mon beau-père militant au aucunement de m’être jetée à l’eau vis avec ma classe même si mon quand on sait que l’on ne sera pas vouloir changer de métier quand ils en métier est devenu un véritable com-J’ai exercé de façon « non-directive  » Front de gauche sur Tarascon ; j’ai car malgré les embûches qui m’ont été soutenu par sa hiérarchie ? auront l’opportunité. Il existe donc unependant une dizaine d’années ; les aussi été membre d’ATTAC, m’inté- tendues : la force d’exercer à l’école, bat éreintant. Mais, de les tirer vers De cette notion découlera la restaura- véritable souffrance au sein du corps le haut – d’où le mot « élève » –, celainspecteurs appréciaient car c’était ressant à la taxe Tobin. Mais la réalité je la puise vraiment de ma famille fron- tion des valeurs de réussite à l’école enseignant. Et bien sûr, c’est impor-dans la droite ligne de ce que j’avais du terrain et ma vie à Tarascon ont été tiste. Marine Le Pen et JMLP m’ont me passionne. qui sont : le travail, l’effort, le mérite. tant de l’entendre plutôt que de refou-appris à l’IUFM : « L’enfant au cœur du plus fortes que mes concepts gau- donnée des ailes et j’aime encore ler le problème en disant : « De toutesystème d’apprentissage, acteur de chisants. C’est comme une conver- davantage mon métier aujourd’hui. Sur le débat école privée- façon, ils sont toujours en vacances (1) Ponte et inspirateur de la pédagogie dite de « L’Education nouvelle », d’ins-son savoir ». En ZEP, cette aventure sion : j’ai ouvert les yeux, mon cœur ou en grève ». Non seulement le métierest épuisante car les enfants qui n’ont et mon esprit et je me suis appuyée Les priorités pour l’école école publique est épuisant nerveusement car on est piration progressiste et globalement désastreuse, et suivie par les différentspas les bases de l’éducation, pour la sur la philosophie de Jean-Pierre ministres, de droite et de gauche, deplupart, ont besoin en réalité encore Chevènement en ce qui concerne la et le projet de Marine Je considère que ce débat est en permanence dans le stress, les l’Education nationale. aujourd’hui archaïque. En effet, il est cris, les bagarres mais les exigencesdavantage que les autres d’un cadre République et l’Ecole pour m’inves- La priorité absolue, c’est que chaque attesté par tout le monde que de plus de l’administration sont de plus en (2) Institut universitaire de formation destrès strict. Je me suis donc heurtée tir différemment dans mon métier. membre de l’équipe éducative en plus de familles modestes fran- plus en inadéquation avec le terrain. maîtres 4 5
  4. 4. dossier l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin Chose Par Machin Chose de sarkozy à Hollande sOndage Ou cOup de sOnde ? perdre de façon moins écrasante. Ç a a été le buzzsondage duleJournal mais fameux de février : désor- qu’ils ne changeraient pas le système actuel des parrainages publics, et donc C’est de toute façon un mauvais ils VeulenT du Dimanche qui émettait, en pleine qu’ils sont prêts à assumer l’éventualité calcul, car une part importante des course aux parrainages de Marine Le d’une absence de Marine Le Pen ! électeurs de Marine sanctionnera Pen, l’hypothèse d’une absence de Tout ceci, dans le cas de l’hôte actuel Nicolas Sarkozy. Qui sera donc battu une démOcraTie sans peuple ! celle-ci, le 22 avril. Au-delà de ses « résultats », purement spéculatifs - – et certainement passager – de l’Ely- sée, pour, sinon gagner, du moins pour avoir méprisé – une fois de trop – la volonté populaire. Sarkozy et Hollande chacun à 33 % - qui ne voit que la publication de cette enquête d’opinion biaisée est une (première) tentative pour accoutumer 70 % des Français les Français à l’idée, à la possibilité pour une candidature de Marine ! d’une absence de notre candidate à Comme un écho, ou plutôt une ré- FN) et 60 % de ceux de gauche. 72 % l’élection présidentielle ? ponse anticipée au sondage du JDD, des ouvriers et 74 % des cadres supé- La manœuvre, et surtout l’idée Le Parisien a publié le 30 janvier der- rieurs ! paraissent grosses. Mais, en Sarko- nier une enquête BVA qui confirme la A noter qu’un précédent sondage (1) zie, plus c’est gros et plus on voudrait volonté de nos compatriotes de voir sur ce thème donnait un résultat de que cela marche ! Marine Le Pen être présente à la pro- 55 % : c’est au moins un effet positif Ce système et ce gouvernement sont chaine présidentielle : ce sont en effet de la polémique sur les parrainages, tellement aux abois qu’ils sont d’ores pas moins de 70 % d’entre eux qui les Français prennent clairement et déjà prêts à fouler leurs principes souhaitent que la candidate obtienne conscience de ce qui est en jeu. et fausser – dans quelle proportion ! ses 500 parrainages. Et on peut dire – l’élection la plus importante sous que tout le monde est d’accord : 86 % (1) enquête Harris Interactive pour M6 la Ve République ! Nicolas Sarkozy et des sympathisants de la droite (non et RTL, publiée le 16 janvier certains de ses lieutenants ont déclaré cOnseil cOnsTiTuTiOnnel : marine a gagné une BaTaille… L e Conseil constitutionnel a accepté, le 8 février, d’exa- tuel anonymat des parrainages, le président de la République miner la « Question prioritaire a carrément violé le principe de constitutionnalité » (QPC) de constitutionnel de l’indépen-D.R. Marine Le Pen relative à la publi- dance du pouvoir judiciaire, I l règne une drôle d’atmosphère 15 % de l’électorat, quand une force « PuISQuE LE PEuPLE cité des parrainages d’élus, qui fait objectivement obstacle, dans en l’espèce représenté par le Conseil constitutionnel. Dont Erasoft24/Wikipédia dans cette campagne présiden- comme le PC, qui pèse à peine 5 %, tielle. Ce qui devrait être un temps y dispose d’un groupe parlementaire. votE CoNtrE ce pays, à l’exercice du pluralisme. dans l’immédiat, il a cherché à fort de la démocratie française, tant Refus plus général, dans les grands Les « Sages » ont en principe influencer les membres, qu’il LE GouvErNEMENt, IL vantée par nos médias et notre classe médias audiovisuels, d’une représen- 3  mois pour se prononcer, mais nomme à hauteur d’un tiers. politique, est en train de se transformer tation (un peu) plus équitable des dif- FAut DISSouDrE LE ils ont fait savoir qu’ils donneraient Accessoirement, si l’on peut dire, tranquillement en un formidable déni férents courants de l’opinion. Refus PEuPLE » leur réponse le 21 février, un signe Christine Boutin à l’initiative de Marine il piétine un de ses engagements de démocratie : d’abord en faisant en d’instaurer le référendum d’initiative BErtoLD BrECht que la demande de Marine Le Pen est Le Pen, avant de se rallier piteuse- – un de plus – de 2007 : élu président, sorte qu’une femme politique repré- populaire, pratiqué par des démocra- au moins d’une brûlante actualité, et ment au candidat Sarkozy, auquel elle il avait adressé, en novembre 2007, sentant 20 % - ou plus – des électeurs ties comme la Suisse ou l’Italie. Et ne excessivement pertinente ! prétendait s’opposer au nom de ses une recommandation à son Premier français ne puisse être candidate. Et parlons pas des lois mémorielles qui récentes nominations, en Grèce, en « convictions »). Marine Le Pen avait ministre François Fillon, pour faire en ensuite en suggérant que ce ne serait encadrent la pensée et la recherche Italie, de chefs de gouvernement issus Sarkozy piétine d’ailleurs précisé que dans ce com- sorte que « le processus de désigna- pas si grave ! historique… soit de ladite Commission soit carré- bat pour la modification d’une règle tion des candidats à l’élection pré- Cela va, à vrai dire, avec tout le reste : ment des agences de notations ou ses engagements injuste et dépassée, elle ne défendait sidentielle garantisse que tous les refus de prendre en compte le rejet, à vrai dire, la France n’est pas seule des banques américaines, montrent Autre signe : l’approbation, tacite ou pas que sa seule candidature, mais courants significatifs peuvent avoir en 2005, par le peuple du projet de touchée par cette tendance lourde au que le Système, à cet égard, ne se publique de la démarche de notre le droit aux différents courants poli- un candidat ». Cinq ans après, non constitution européenne, adoptée mépris et à la peur de la volonté popu- cache plus. En France comme en candidate par d’autres aspirants tiques significatifs de pouvoir se pré- seulement rien n’a été fait en ce sens, ensuite, sur ordre de Sarkozy, par le laire : la Commission européenne, qui Europe, nos élites pensent, et disent candidats comme le souverainiste senter aux suffrages des Français. mais le gouvernement mise cynique- Parlement. Refus d’une représenta- n’a aucune légitimité démocratique, de plus en plus fort, que la démocratie Nicolas Dupont-Aignan et Nathalie ment sur l’absence d’un courant – tion équitable à l’Assemblée d’un cou- constitue plus que jamais un gouver- est une chose trop sérieuse pour être Arthaud de Lutte Ouvrière (On citera On remarquera qu’en déclarant, le particulièrement – « significatif » à la rant politique représentant au moins nement parallèle de l’Europe. Et les confiée au Peuple ! pour mémoire l’éphémère appui de 7 février, son opposition à un éven- présidentielle ! 66 7
  5. 5. dossier l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin Chosedes memBres du «sérail pOliTiQue» Quand l’uniOn eurOpéenne eT les marcHéspOur l’anOnymaT des parrainages ! nOmmenT les cHefs de gOuVernemenT Irlande : un « gouverneurO utreplusieurs candidatspublique et l’appui de l’opinion J.-L. Masson vient d’écrire, début à la faveurdesla crise deon a puetvoir la dette de nations, l’euro de de décideurs libéraux-mondialistes. M. Prodi est donc, en dépit de sa de à la prési- février, à Jean-Louis Debré, président les instances politiques européennes réputation d’austérité et d’intégrité, de l’ombre »dentielle – le dernier en date étant celui du Conseil constitutionnel, afin d’ap-de Dominique de Villepin –, Marine Le puyer la QPC déposée par Marine. et les milieux financiers imposer à un le fondé de pouvoir des marchés Autre maillon faible de l’Europe écono-Pen a reçu deux appuis de poids au sein Dans sa lettre, le sénateur (ex-RPR) certain nombre de peuples européens, financiers et de l’eurocratie, chargé mique, l’Irlande est, elle aussi, passéedu « sérail » politique, peut-on dire : le dénonce les « pressions et menaces non seulement des cures d’austérité de faire payer aux Italiens les consé- sous la coupe indirecte de l’agence9 février, Jacques Pélissard, président exercées sur les parrains potentiels », dramatiques, mais encore de nou- quences de l’échec de la politique Goldman Sachs via Peter Sutherland. Marie-Lan Nguyen/Wikipédia sous licence creative commonde l’Association des maires de France, mais aussi les « exactions ou autres veaux chefs de gouvernements, sans ultra-libérale et de la monnaie Qui n’est pas l’actuel Premier ministres’est lui aussi prononcé pour un ano- représailles constatées après la publi- aucun mandat populaire, mais tous unique.On notera que seuls les élus irlandais, mais a joué un rôle-clef dansnymat des parrainages des maires, ou cation des parrainages ». Et J.-L. Mas- cooptés par le sérail euro-financier. de la Ligue du Nord lui ont refusé le « repêchage » financier du pays etsinon pour la possibilité pour ceux-ci son, dans sa conclusion, revient au Et encore, « euro » est souvent de trop, leur soutien, gauche et droite s’incli- est donc un peu le « gouverneur » offi-d’accorder un double parrainage. Et là, fond de l’affaire : la non-participation nombre de ces technocrates ayant nant respectueusement devant ce cieux de l’Irlande pour l’Union euro-c’est en quelque sorte le « patron » des possible d’une candidate à l’incontes- travaillé, et conservant des liens, avec « commissaire politique » de l’Union péenne. Du reste, Sutherland est toutmaires de France qui prend position. table représentativité. Pour mémoire, une institution américaine, l’agence de européenne et des milieux finan- à fait dans son rôle : ex-commissaireAutre initiative remarquée en ce sens, signalons que le député UMP André notation Goldman Sachs, qui dicte sa ciers, ne gouvernant qu’avec des européen à la concurrence (faussée),celle du sénateur divers-droite de Wojciechowski a vu, le 8 février, loi aux nations européennes. Rappel « techniciens » soi disant neutres, et ex-président de la firme pétrolièreMoselle Jean-Louis Masson : après son amendement « anti-publicité », des cas les plus significatifs : n’ayant aucune légitimité électorale. BP, il est toujours président de…avoir présenté par deux fois – vaine- rejeté par la commission des Lois de Goldman Sachs International, filialement – un amendement demandant l’Assemblée. Italie : de Berlusconi Grèce : un truqueur « européenne » de la maison-mère américaine.la « non publicité des parrainages », en Goldmann Sachs comme sauveur Ayant le triste privilège d’avoir démon- Au fait, qui a les clefsLe cas « exemplaire » du projet de constitution européenne tré, la première et en « grandeur nature », au monde entier la faillite du du coffre européen ?refusé par les français, « repêcHé » système de l’euro, la Grèce s’est dotée La Banque centrale européenne en catastrophe, le 11 novembre, d’un a beau ne pas être très prêteuse – gouvernement d’« union nationale » à notamment aux économies euro-par sarkOzy eT les parlemenTaires direction technicienne : le nouveau Pre- mier ministre grec Lucas Papadémos, péennes -, c’est tout de même l’institution financière européenne est, comme son collègue italien Monti, suprême. Eh bien, elle a, commeS ouvenez-vous. Poureurocratique Wikipédia sous licence creative common une fois, le issu de la nomenklatura politico-finan- il se doit dans cette Europe sous système UMPS et cière européenne, ayant été, jusqu’en influence ultra-libérale et améri-avait consenti à consulter les Français 2010, vice-président de la Banque cen- caine, un dirigeant issu lui aussi desur leur avenir et la souveraineté de trale européenne. Et comme Monti, il a Goldman Sachs : l’Italien Mario Dra-leur pays en leur proposant un réfé- émargé chez Goldman Sachs, l’un des ghi a été en effet vice-président derendum sur le projet de Constitution organismes ayant accéléré la crise éco- Goldman Sachs Europe entre 2002européenne rédigé par Giscard et nomique et politique de son pays. C’est et 2005.un staff d’eurocrates. Tout comme Mario Monti, de Goldman Sachs à la présidence du d’autant plus ubuesque qu’en tant que Wikipédia sous licence creative commonpour le précédent référendum com- Conseil italien, sans l’avis du peuple. gouverneur de la Banque centrale hel- On le voit, l’Europe de la rigueur etparable, celui sur le traité de Maas- lénique (de 1994 à 2002), Papadémos a de l’austérité qui se met en place esttricht en 1992, la sur-représentation Pour succéder à Silvio Berlusconi, participé aux trucages des comptes de entre de bonnes mains, ni très euro-médiatique des partisans du oui avait victime d’une faillite morale autant la Grèce par… Goldman Sachs, qui ont péennes, ni très démocratiques ! Etbiaisé la campagne. Mais pas empê- que politique et économique, l’Eu- permis à ce pays de persévérer dans sa en France, si Nicolas Sarkozy, Fran-ché, contrairement à 1992, une nette rope et la partitocratie italienne ont fuite en avant budgétaire ! çois Fillon, François Baroin ou Valé-victoire du non, avec 55 %, le 29 mai choisi Mario Monti. L’homme de la Notons là encore que les quatre rie Pécresse n’ont jamais été, à notre2005. Victoire à laquelle Marine Le situation pour le Système, puisque ministres issus du mouvement Laos connaissance, des salariés d’unePen et le FN avaient puissamment le nouveau président du Conseil (droite nationaliste) viennent de agence de notation américaine, ilscontribué. plifié », remplaçant le projet de est officiellement signé à Lisbonne italien est un ex-commissaire euro- démissionner – avec une ministre en appliquent consciencieusementOn sait la suite scandaleuse, d’un constitution rejeté par les Français par les dirigeants européens ; le péen et un consultant de l’agence socialiste – avec éclat du gouver- les prescriptions, anti-sociales, anti-point de vue à la fois démocratique et les Hollandais. Puis il annonce 4  février 2008, le Parlement réuni de notation américaine Goldmann nement Papadémos, refusant de nationales et, en dernière analyse,et moral : dès septembre 2006, que s’il est élu ce traité sera rati- en Congrès à Versailles vote mas- Sachs – qui fait et défait les réputa- voter un plan d’austérité qui ruine inefficaces. Les peuples doivent seNicolas Sarkozy, alors candidat, fié… par le Parlement français. Ce sivement l’adoption d’un texte que tions des économies européennes -, un peuple et « humilie le pays » pour libérer de cette tutelle sournoise maisse déclare depuis Bruxelles en sera chose faite en deux temps : le 55 % des Français avaient rejeté un membre de la Commission Trila- reprendre le mot de Georges Karat- effective, en France comme en Grècefaveur d’un traité européen « sim- 13 décembre 2007, le nouveau traité deux ans et demi plus tôt ! térale – sorte de franc-maçonnerie zaféris, chef du Laos. ou en Italie ! 8 9

×