Journal Esprit de la France n°3
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Journal Esprit de la France n°3

on

  • 711 views

Esprit de la France est le journal de campagne de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2012.

Esprit de la France est le journal de campagne de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2012.

Statistics

Views

Total Views
711
Views on SlideShare
711
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
8
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Journal Esprit de la France n°3 Journal Esprit de la France n°3 Document Transcript

  • www.marinelepen2012.fr JOURNAL DE CAMPAGNE DE MARINE LE PEN | N° 3 | DÉCEMBRE 2011/JANVIER 2012 DOSSIER DU MOIS DE TOULON À BRUXELLES SARKOZY BRADE ENTRETIENFABIEN ENGELMANNMARINE EST BIEN LA CANDIDATEDE LA CLASSE OUVRIÈRE LA SOUVERAINETÉ FRANÇAISE ACTUALITÉ INTERNATIONALELE PRINTEMPS ARABESARKOZY-JUPPÉ ET NOUS CE QUE J’EN PENSENUCLÉAIRENE PAS JETER LE BÉBÉAVEC L’EAU DU BAIN
  • on vous l’avait bien dit ! Insécurité plus de violence, moins de policiers !ILS DISAIENT L es récentscetteatroces––viol et meurtre de Laeti- l’actualité – et année drames qui ont défrayé « face à ces actes monstrueux, notre société n’est pas tia, viol et meurtre d’Agnès, viol et meurtre d’Océane, impuissante. » viol et meurtre d’une fillette de 8 ans dans le Gard, Claude Guéant, à propos du viol et du meurtre de Laetitia par Tony Meilhon, en réponse à une question d’actualité d’un toutes victimes d’individus déjà condamnés pour député, le 1er février 2011. des faits similaires – ont reposé la question de la récidive, fruit d’un certain laxisme – d’un laxisme « nous menons un combat acharné contre cette forme certain plutôt – judiciaire, lui-même reflet du climat de délinquance (braquage de banque) qui est violente, idéologique (post-gauchiste) assez présent dans la qui est agressive, qui est traumatisante pour les victimes. magistrature. et ce combat porte ses fruits. » La justice – comme l’administration pénitentiaire – Claude Guéant, en réponse à une question d’actualité d’un député, le 17 décembre 2010. manque de moyens, c’est vrai. Mais elle souffre aussi d’être encore imprégnée de l’esprit de mai (68), un mauvais esprit qui fait que les tribunaux correc- tionnels ne « corrigent » plus guère les délinquants.ET POURTANT NOUS DISIONS Et pourtant, rien ne serait plus nécessaire car, dans le même temps, et en dépit des effets de manche et de formules du président du « Kärcher » – et ex-ministre soi-disant à poigne de l’Intérieur – la violence croît en volume et en intensité dans ce pays : en témoigne tout récemment la « semaine sanglante » de Mar- seille, qui a notamment coûté la vie à un policier de la BAC. Et là encore, notons qu’un des malfrats impliqués dans une de ces fusillades avait déjà été arrêté… 41 fois ! « Les faits sont têtus » disait Lénine, mais que dire des faits-divers graves qui défrayent quotidiennement la chronique ? Qu’ils témoignent D.R. de l’échec du gouvernement Sarkozy à maîtriser Le 23 février 2011, Marine Le Pen dénonçait dans une confé- l’explosion de la délinquance et de la violence, une rence de presse l’imposture de la politique sarkozyste en promesse sur laquelle il s’est pourtant fait élire. matière d’insécurité, en exposant les vrais chiffres, via deux graphiques particulièrement « parlants » ; le premier concer- Des chiffres officiels et accablants nait les violences contre les personnes entre 2002 – arrivée Car Marseille ne vit pas dans un micro-climat : les de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur – et 2009, chiffres publiés par le très officiel Observatoire passées de 35 000 à 47 000 soit + 29 %. Encore s’agissait-il national de la délinquance et des réponses pénales là des chiffres officiels du ministère de l’Intérieur, ne prenant (ONDRP) dirigé par le criminologue Alain Bauer pas en compte les centaines de milliers d’agressions ver- – nommé par Sarkozy – viennent contredire « bru- bales ou physiques n’ayant pas fait l’objet de plaintes. Le talement » les déclarations lénifiantes de Claude deuxième graphique – lui aussi établi à partir des chiffres Guéant : les agressions physiques ont atteint le mêmes de la place Beauvau – démontrait la compression taux de 7,4 pour 1 000 en 2010, soit le plus élevé des effectifs de la police et de la gendarmerie entre 2007 depuis 1996, et une augmentation de 2,5 % par rap- et 2012 – en tenant compte des prévisions : moins 18 000 port à 2009. Sur cinq ans – 2005 à 2010 – le nombre fonctionnaires en cinq ans de présidence Sarkozy ! d’« atteintes volontaires à l’intégrité physique » a aug- En résumé, alors que la délinquance et la criminalité menté de 14 %. Avec 146 484 faits enregistrés par explosent, les forces de l’ordre ont de moins en moins les la police et la gendarmerie, c’est l’Île-de-France qui moyens humains de faire face à l’aggravation de la situa- enregistre la plus forte progression de la violence sur tion. Toutes les visites « sur le terrain », toutes les décla- un an : + 5,6 %, soit le double de la hausse nationale. rations martiales, toutes les mines sévères de Claude Bref, dans le domaine de la sécurité aussi, le sarko- Guéant et de son employeur ne servent qu’à entretenir zysme finissant retrouve sa dimension fondamen- l’illusion d’une politique de fermeté ! tale, celle de l’imposture et du mensonge. 2
  • édito/soMMaire Par Marine Le Pen Râler c’est bien, voter c’est mieux ! L ’élection prochain est présidentielle Choisir la véritable – et seule – alternative de mai une occasion unique pour Ma candidature a ce que les autres n’ont pas : les Françaises et les Français • une volonté de rupture réelle et réfléchie : il ne s’agit pas de dire un non « franc et de replâtrer un système à bout de souffle mais de tournerD.R. massif ». À l’immobilisme, définitivement le dos aux politiques économique, sociale, à l’aveuglement, aux impos- sécuritaire, migratoire, européenne poursuivies depuis tures, à la mauvaise gouvernance de Nicolas Sarkozy. Et près de quarante ans par des équipes interchangeables au-delà de sa personne à toute une classe politique, à de politiciens et de technocrates « socio-libéraux ». Voter tout un système, interchangeable dans sa soumission aux pour moi, c’est dire non au passé pour s’assurer un avenir, directives étrangères et à une prétendue fatalité politique se donner les moyens d’un nouveau départ, sur des bases et économique. C’est aussi, et surtout, la possibilité d’un politiques enfin saines. vote d’adhésion à un vrai projet de redressement de la • un mouvement puissant d’opinion qui peut me porter France, d’un oui à l’avenir. Une occasion à saisir ! au second tour. Pour tous ceux et celles qui veulent que ça change vraiment, je suis le seul vote utile possible. Je Ne pas se tromper de « non » suis la seule candidate qui, élue, voudra et pourra stopper les flots migratoires ; sortir de l’euro et mettre les marchés Pour dire vraiment « non », il ne faut pas se tromper de bul- au service de la nation et non pas le contraire ; rendre en- letin : déjà, il ne faut pas choisir François Hollande, qui est le fin sa souveraineté, sa capacité décisionnelle à la France, cousin de « gauche » de Nicolas Sarkozy. Et qui a sur la mon- condition sine qua non pour défendre efficacement les dialisation, l’Europe et l’euro, le libre-échangisme mondial, intérêts des Français ; rendre à mes concitoyens un des l’immigration et l’ouverture des frontières quasiment les premiers droits de l’homme : la sécurité. mêmes positions que son challenger de « droite ». Hollande et Sarkozy, c’est Coca contre Pepsi. De cette gémellité idéo- Votez, ça vaut vraiment le coup ! logique est né le monstre politique qu’on connaît, l’UMPS. Pour un non efficace et cohérent, il ne faut pas non plus Beaucoup de Français sont, on peut les comprendre, dé- donner sa voix à François Bayrou, qui parle aujourd’hui goûtés de la politique, et se réfugient dans l’abstention. Et de produire et acheter français, alors qu’il a toujours prôné beaucoup d’entre eux, s’ils votaient, le feraient pour moi, plus d’Europe et plus d’euro. Ni à Jean-Luc Mélenchon : toutes les enquêtes l’attestent. J’invite donc tous ces déçus, ce « populiste » de gauche est très virulent contre les puis- ces écœurés à se déplacer le 22 avril et à mettre dans l’urne sances d’argent et la dérive libérale du PS sur les plateaux de le seul bulletin qui dérange les gens du système, le seul bul- télévision et les tréteaux de meeting. Mais lui aussi, c’est, à sa letin qui ait un sens. Au fait, vous avez remarqué que cette manière, un tenant de la mondialisation qui nous fait tant année, on n’a pas eu droit au moindre spot télévisé pour de mal : toujours plus d’immigration. Et toujours l’euro qui inciter les Français à s’inscrire sur les listes électorales ? Le nous ruine. De toute façon, Jean-Luc Mélenchon, malgré système compte sur l’abstention pour « limiter les dégâts ». toute sa « tchatche » révolutionnaire, roule pour Hollande. Alors, déjouez leur plan : votez, et faites voter ! Et Nicolas Dupont-Aignan, me diront certains ? Des vues Faites le geste qui sauve : votez pour le seul et vrai justes, du courage, un talent médiatique. Mais pas d’élec- changement ! teurs, pas de mouvement populaire en sa faveur. on vous l’avait bien dit !............................. 2 lu, vu et entendu ................................... 13 Journal de campagne Plus de violences, moins de policiers ! actualités internationales ....................... 14 de Marine Le Pen 78, rue des Suisses édito ...................................................... 3 Le printemps arabe, Sarko-Juppé et nous 92000 Nanterre Directeur de la Publication : ce que j’en pense ..................................... 4 entretien .............................................. 16 Marine Le Pen Nucléaire : ne pas jeter le bébé avec l’eau Fabien Engelmann : Marine est bien Rédacteur en chef : du bain LA candidate de la classe ouvrière Louis Aliot Tirage : 50 000 exemplaires dossier ................................................. 5 coups de cœur culture .......................... 18 Numéro de commission paritaire en cours De Toulon à Bruxelles, souteneZ-nous ! ..................................... 19 Conception - Impression : Sarkozy brade la souveraineté française Aidez pour la campagne présidentielle Unanime le détecteur de MensonGes ..................... 12 Courriel : la voix du peuple.................................... 20 redaction@marinelepen2012.fr Photo en couverture :© Luca Da Ros/Grand Tour/Corbis 3
  • ce que j’en pense Par Marine Le Pen Nucléaire ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain© Gilles Paire - Fotolia.com Ravivée par les revendications maximalistes non seulement dans les 58 centrales françaises, mais aussi dans une quin- des Verts – et la perméabilité des socialistes zaine d’installations britanniques. à celles-ci –, la question du nucléaire est redevenue un des enjeux de la présidentielle à venir. 4. Les Verts sont des extré- mistes régressifs. Voici déjà S urdeux ou trois choses simples a cette question essentielle, il y mesures pour sécuriser les 58 cen- trales nucléaires de ce pays. La priva- des années, certains avaient pointé l’extrémisme du programme de cer- et vraies que je voudrais rappeler : tisation du secteur nucléaire est une tains écologistes radicaux français, erreur tant la recherche de la renta- les désignant comme des « Khmers 1. Oui, il faut, à terme et de bilité peut se faire au détriment de verts ». Ça n’était pas mal vu, tant les façon progressive, sortir du la sécurité. Je préconise en outre la Verts avaient mis une belle idée – plu- nucléaire, en favorisant la diver- reprise de recherches pour le traite- tôt à droite à l’origine – au service d’un sification énergétique de la France. ment optimal des déchets nucléaires, projet gauchiste, associant régres- Nous préconisons notamment, dans recherches d’ailleurs interrompues sion économique et technologique cette perspective, un programme sous la pression des Verts. et immigrationisme débridé. ambitieux de recherches sur les pos- En 2012, avec Eva Joly et ses ultima- sibilités de l’hydrogène. Je rappelle 3. Le nucléaire est un fleuron tums sur le nucléaire, alliés à un tran- néanmoins que l’énergie nucléaire de la technologie et de la com- quille mépris des traditions françaises n’émet pas de gaz à effet de serre. pétence françaises : outre qu’elle comme le défilé militaire du 14 juil- génère près de 200 000 emplois let, on est plus que jamais dans ce 2. Dans l’immédiat, il est évi- directs et indirects, la filière nucléaire registre. Avec son plan de sortie accé- dent que les Français ont besoin est une incontestable démonstration lérée du nucléaire, elle se comporte de l’énergie nucléaire qui, certes, de l’excellence technologique fran- en irresponsable, sacrifiant emplois et n’assure que 17 à 18 % de l’énergie çaise. Un groupe comme AREVA a indépendance énergétique du pays à consommée dans le pays, mais 79 % vendu ses centrales dans le monde un projet écologiste plus qu’écolo- de notre production d’électricité. entier. Une société comme Alstom est gique, radical plus que pragmatique, Nous avons demandé à l’État fran- l’un des leaders mondiaux pour les qui laisse mal augurer de sa capacité çais, au lendemain de la catastrophe « îlots » nucléaires et les ensembles à gouverner le pays – éventualité très de Fukushima, de prendre toutes les turbine-alternateur. Et EDF intervient hypothétique il est vrai. 4
  • dossier « À partir de dorénavant, ce sera comme d’habitude » (Coluche) Par Machin Chose de toulon à bruxelles, sarkozy brade la souveraineté française Vous avez dit « Union » européenne ? I l l’avait annoncé à Toulon, il vient de l’offi- cialiser à Bruxelles : Nicolas Sarkozy, sous l’amicale pression d’Angela Merkel, a « vendu » son projet de « nouveau traité européen » aux 17 États membres de la zone euro. Mais pas de la zone Europe : David Cameron et la Grande- Bretagne font bande à part. On peut d’ailleurs dire qu’entre les États – membres ou non de l’Union européenne – qui n’utilisent pas l’euro – outre la Grande-Bretagne, le Danemark, la Suède, la Nor- vège, l’Islande, la Suisse –, les pays qui n’y sont pas© IAN LANGSDON/epa/Corbis acceptés encore – la plupart des anciennes démo- craties populaires – et ceux qui n’arrivent plus à assumer la monnaie unique – la Grèce, sans doute bientôt suivie de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande… et de la France – l’Europe n’est plus à deux, mais à trois, voire quatre vitesses ! 5
  • dossier le forum de bruxelles, un Waterloo diplomatique© BENOIT DOPPAGNE/epa/Corbis Au fond, c’est à Waterloo (25 kilomètres de la capitale belge) que le président français aurait dû tenir son sommet franco-allemand plutôt qu’à Bruxelles ! Mission impossible Bruxelles ou pas Bruxelles, l’agence de Austérité tous azimuts, et mise sous tutelle budgétaire référence Standard & Poors a menacé, dès le lendemain du sommet de et politique de la France, ramenée au rang d’une Bruxelles (!), de dégrader le triple A de commune en faillite : voilà tous les « acquis », pour les la France et de cinq autres pays euro- Français, du « nouveau traité » européen de Merkozy ! péens. Et c’est notre pays qui serait le plus sévèrement noté. Ce qui va avoir à Bruxelles,a levoulu envoyer un Sarkozy couple Merkel- • les impôts vont augmenter ; • la politique gouvernementale de des conséquences directes et désas- treuses sur la capacité de la France signe fort aux marchés financiers et déflation – baisse drastique des à emprunter sur les marchés de quoi aux agences de notation, en tentant dépenses de l’État, gel ou baisse des rembourser les intérêts de sa dette. Les de les rassurer sur la capacité des salaires – va porter un coup mortel à taux d’emprunts, déjà élevés, augmen- pays européens à rembourser les la consommation et donc à la crois- teront encore, et notre pays, handicapé intérêts de leur dette, et à diminuer sance – estimée à moins de 1 % pour économiquement par la surévaluation drastiquement leur endettement. 2012 –, et le chômage va continuer de et la non-flexibilité de l’euro, affaibli par Désormais, c’est promis-juré-craché, « métastaser » la société française. les délocalisations et la désindustria- la France et ses partenaires respecte- lisation consécutive au libre-échan- ront, à n’importe quel prix social, les Nouveau traité européen = gisme mondial, mis en danger par les fameux critères du pacte de stabilité imprudences de ses banques, sera et de croissance européen et du traité austérité + vassalité entré dans une spirale d’endettement de Maastricht : pas de déficit public Et « accessoirement », notre pays, vertigineux et de récession accélérée. supérieur à 3 % du P.I.B., pas de dette désormais sous tutelle budgétaire de nationale dépassant les 60 % du P.I.B. l’Union – c’est-à-dire de la Commis- Bref, l’accord de Bruxelles, signé dans Sous peine de sanctions financières sion – européenne, aura abdiqué ses un climat de panique, ne sauvera ni l’Eu- immédiates et automatiques. dernières prérogatives nationales. rope ni l’euro. Parce que c’est impos- Pour tenir cet engagement jusqu’à Bref, le nouveau traité européen, ou sible : les marchés financiers, dans ce présent jamais respecté par la France plutôt franco-allemand, ou mieux système de mondialisation ultra-libé- – nous en sommes pour le moment à encore germano-français, appor- rale, font la loi. Et ils réagissent, ou 7,1 % de déficit et à 85 % de dette – ni tera, d’ici quelques mois, l’austérité sur-réagissent instantanément, alors d’ailleurs par les autres pays (seules et la perte de ce qu’il restait d’indé- que les États ont besoin de temps la Finlande et l’Estonie étaient « éco- pendance nationale. pour enclencher leurs mesures. Des nomiquement correctes » de ce point En échange de cette concession mesures inaptes à conjurer la faillite de de vue en 2011 !), Nicolas Sarkozy et majeure à Angela Merkel, Nicolas l’euro et des économies européennes son gouvernement vont transférer la Sarkozy n’a même pas obtenu de fragilisées par vingt années de concur- souveraineté budgétaire de la France celle-ci le droit pour la Banque cen- rence mondiale déloyale. à la Commission européenne. Et vont trale européenne de prêter à des taux Sarkozy et ses pairs, incapables engager le pays dans un plan d’aus- « raisonnables » aux États en manque ou terrifiés d’imaginer autre chose térité sans précédent : de liquidités. Bref, les concessions que leurs vieux schémas mondia- • les budgets publics vont être soumis à majeures du président français ne listes, cherchent à gagner du temps. un régime sévère, qui entraînera de fait vont probablement recevoir aucune Jusqu’à l’élection présidentielle, par la fin du modèle français de protection contrepartie. « Tout ce qui est à moi exemple. En faisant payer aux Fran- sociale – sécurité sociale et retraites ; est intouchable, tout ce qui est à vous çais la facture de leur folle politique. • les derniers services et entre- est négociable », c’est la façon dont Ils vont assommer la France. La prises publics vont faire l’objet de Angela Merkel conçoit le nouveau mettre à l’heure de la Grèce. Sans privatisations-braderies ; couple franco-européen. sauver l’euro. 6
  • l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin ChoseDomination allemande Traité de Lisbonne marine La racine du mal l’avait prévue ! Signé le 13 décembre 2007 dans la capitale portugaise par les chefs d’État et de gouvernement des 27 pays membres de N on contente d’avoirde Lehman juin 2008, la chute prévu, dès l’Union – et donc par Nicolas Sarkozy – le traité de Lisbonne est à la fois une synthèse et une aggravation des dispositions pré- Brothers – intervenue en septembre vues par les précédents grands traités européens : Rome en– et la crise financière subséquente, Marine Le Pen 1957, Maastricht en 1992. Il est entré en vigueur le 1er décembreavait annoncé, le 18 juin 2010, dans une conférence 2009, pour une durée « illimitée », après avoir été ratifié, dede presse, la prise de contrôle par l’Allemagne et sa façon prudemment parlementaire, par les pays concernés.chancelière de la direction de la politique écono-mique et financière de l’Europe, donc un an et demiavant la piteuse reddition de Nicolas Sarkozy aux Il faut dé-na-tio-na-li-serexigences d’Angela Merkel. Lisez plutôt : Sans entrer dans de fastidieux détails techniques et juridiques,« À l’échelon international, là encore, la France subit un disons que le traité de Lisbonne a donné les clés de la sou-abaissement humiliant et dangereux. veraineté des États membres aux institutions, organismes etMême s’il n’est pas possible de comparer l’actuelle technocrates de l’Union européenne. Le président de la Com-République fédérale avec le haïssable régime panger- mission européenne voit son indépendance vis-à-vis des Étatsmaniste de l’époque, force est de constater que nous et son pouvoir accrus : il est choisi par le Conseil européen (quisommes revenus à une situation qui revient en Europe regroupe les chefs d’État et de gouvernement européens) à laà ravaler la France au rang de vassal. Des institutions majorité relative – et non absolue comme auparavant – poureuro-germaniques servent, sous le vocable de l’Union être ensuite élu par le Parlement européen. La Commissioneuropéenne, de puissance tutélaire à une France finan- européenne elle-même, ce super-gouvernement de techno-cièrement, monétairement et même de plus en plus crates non élus, n’est plus responsable devant le Conseil euro-politiquement soumise. péen – trop « national » puisque composé des chefs politiquesAprès son affaissement militaire de 1945 et sa division des pays membres – mais devant le Parlement européen, plusimposée, l’Allemagne a profité de son brevet européiste « dénationalisé ». Corollaire de cette montée en puissance de lapour faire admettre sa réunification territoriale et poli- Commission, le Conseil européen n’est plus qu’une institutiontique ; tranquillement, avec une constance à laquelle européenne comme les autres. Son président, précaution sup-l’histoire nous a accoutumés depuis 1870, elle a retissé plémentaire, ne doit exercer aucun mandat national.son hégémonique influence sur les pays d’Europe centrale. Concrètement, le traité accorde une compétence exclusive àPar une politique maîtrisée de production dans des pays l’Union européenne dans les domaines suivants : l’union doua-limitrophes, elle a mis au service de son économie le dyna- nière, l’établissement des règles de concurrence nécessairesmisme productif des peuples de l’Est, conservant pour elle au bon fonctionnement du marché intérieur (européen), la poli-les fonctions de direction et de conception. Par le biais de tique monétaire pour les États dont la monnaie est l’euro, lases exportations, elle s’est octroyé au détriment des autres politique commerciale commune.états européens une rente qui alimente son remarquable Et la compétence est « partagée » (inégalement d’ailleurs) entreexcédent commercial. l’Union et les nations en ce qui concerne… la politique sociale,Certes, sa nouvelle domination n’est naturellement pas l’agriculture et la pêche, l’environnement, les transports, l’éner-militaire et a été acquise loyalement par le travail, la gie, les questions de sécurité et de justice.rigueur et l’effort de tout un peuple. Mais cette situationdont sont seuls responsables nos piètres dirigeants, aboutit Sarkozy s’est auto-ficeléà un inquiétant résultat. La nouvelle donne géopolitiquecontinentale autorise aujourd’hui la RFA à décider qua- Bref, ce traité est, après Maastricht, Nice, un pas de plus verssiment de notre politique monétaire, de nos orientations la dépossession des nations de leurs prérogatives, de leursociales, de nos mesures d’assainissement économique ; destin. Il garantit l’orientation de la vie économique et socialeelle en arrive à déterminer jusqu’à la couleur de nos des États européens selon les critères et principes du libre-plaques d’immatriculation de nos voitures ou la taille de échangisme mondial : liberté absolue de circulation des biensnos régions. et des capitaux. Et avec les accords de Schengen, on ajoute laLe déséquilibre continental qui en résulte est d’autant plus libre circulation des personnes, autrement dit, dans les faits,préoccupant que nos dirigeants, avec une incompréhen- l’immigration incontrôlée. Dès lors, un président français peut,sible cécité, continuent d’ignorer l’axe Paris-Berlin-Mos- comme Nicolas Sarkozy, raconter et promettre ce qu’il veut,cou pourtant indispensable à la stabilité du continent. il s’est dessaisi – et la France avec lui – de tout pouvoir deLa France se trouve dans la situation des pays économi- régulation ou d’inflexion de la politique monétaire, commer-quement vaincus avec pour seule perspective de rayonne- ciale, industrielle et économique de notre pays. Et à présent,ment le piteux leadership sur les pays en voie de décro- le même Sarkozy envisage de déposséder, via son « nouveauchage que la finance mondiale affuble du qualificatif traité européen », la France de sa souveraineté budgétaire !méprisant de “PIGS“. » (Marine le Pen, 18 juin 2010) 7
  • dossier Entretien avec Bruno Gollnisch « l’histoire est un cimetière de traités ! » EF : Que dire de la dictature de la Grèce était connu. On a vraiment des marchés, des menaces des l’impression d’une gestion au jour leD.R. agences de notation dont certaines jour de la crise. Et comme les marchés ont fixé aux pays européens des sont beaucoup plus réactifs que les L’Esprit de la France : Est-ce que la quasi-ultimatums ! institutions – changer de traité cela réunion de Bruxelles du 8 décembre BG : Quand on pense que Nicolas prend des mois, voire une ou deux vient de lancer effectivement sur les Sarkozy se réclame du gaullisme et années – nos gouvernants auront tou- rails le « nouveau traité » européen que de Gaulle disait que la politique jours neuf ou dix coups de retard sur prôné par le couple Sarkozy/Merkel de la France ne se faisait pas à la cor- ces marchés ! avec, à la clé, la mise sous tutelle bud- beille de la Bourse ! Et à présent nous gétaire de la France ? sommes totalement tributaires des EF : Face à l’échec annoncé de tous Bruno Gollnisch : Oui, c’est en route, agences de notation, c’est tout sim- les rapiéçages européens, se pose la dans l’intention des promoteurs de ce plement extravagant ! Mais si nous question : peut-on défaire ce qui vient projet. Maintenant y parviendront-ils, en sommes là, c’est que nous nous d’être décidé à Bruxelles, et aupara- je n’en suis pas sûr. D’abord parce que, sommes privés des pouvoirs réga- vant à Lisbonne et à Maastricht ? pour supprimer la règle de l’unanimité, liens, comme le droit de battre mon- BG : L’Histoire est un cimetière de il faut l’unanimité ! Et de toute façon, naie, de se faire prêter de l’argent par traités ! Déjà, celui de Lisbonne pour que les peuples ou les parlements la Banque de France au taux fixé par n’était pas appliqué dans les faits. concernés ratifient ce nouveau traité, il l’État. Quant à la mise sous tutelle Il a été violé par la France. On peut faudra des mois. Or le temps travaille budgétaire de la France annoncée par donc très bien, cette fois-ci pour la contre l’euro. Enfin ce projet ne tient pas Nicolas Sarkozy, si elle est adoptée, bonne cause, ne pas appliquer tout compte de l’exaspération de nombre il n’y a vraiment plus d’indépendance ou partie de l’accord de Bruxelles. Ce de nos partenaires européens : mena- de la France : c’est désormais la Com- qui est très urgent, c’est de retrou- cer des États de sanctions immédiates mission européenne qui donne un visa ver une indépendance financière. Et en cas de non-respect de l’orthodo- préalable aux projets de budget des pour cela, il faut déjà abroger la règle xie financière européenne, alors que États membres ; on inflige des sanc- qui veut que la France ne puisse plus la France est le premier pays à violer tions automatiques à tous les « mau- les critères d’équilibre budgétaire de vais élèves ». Bref, la France peut se Maastricht, c’est d’une arrogance retrouver dans la situation d’un conseil « Le Temps TravaiLLe incroyable et antidémocratique ! Au général déclaré en cessation de paie- conTre L’euro. » vrai, Nicolas Sarkozy n’avance pas ment et mis sous la tutelle du préfet ! masqué : il m’a dit lui-même, dans emprunter qu’à des banques privées. le cadre d’une réunion des groupes EF : Mais cette fuite en avant fédé- Ensuite, si nécessaire, il faudra déva- français du Parlement européen, qu’il raliste est-elle viable politiquement ? luer. On essaie de nous faire peur n’organiserait pas de référendum sur Après tout, Nicolas Sarkozy cherche avec ça en disant que nos dettes l’approbation du traité de Lisbonne de à se faire réélire, il ne peut donc pas seront évaluées en euros. Mais s’il n’y 2007 parce qu’il n’était pas certain du proposer aux Français un régime à la a plus d’euro ! Et puis il y a des pré- résultat ! Il a même ajouté que s’il le grecque ! cédents : dans les années cinquante, faisait, le gouvernement britannique le BG : C’est une chose qui me frappe la France a eu un contentieux avec ferait lui aussi et que là, il était sûr du beaucoup ! Je participe aux réunions la Norvège qui nous avait emprunté rejet du traité. qu’organise le président de la Com- et devait nous rembourser en or ; à mission des Affaires européennes de court d’or, les Norvégiens ont voulu EF : Puisque vous parlez des Anglais, l’Assemblée nationale, M. Lequiller, nous rembourser dans leur monnaie, David Cameron s’est très claire- réunions auxquelles sont conviés les la couronne ; la France, mécontente, ment dissocié à Bruxelles du projet euro-députés français. Et ce qui me s’est donc tournée vers la Cour inter- franco-allemand… stupéfie c’est le désarroi de mes col- nationale de justice de La Haye ; qui BG : C’est la preuve qu’il n’y a plus lègues qui, vraiment, ne savent pas où lui a répondu que le choix de la mon- d’Europe à 27. Et que l’Allemagne, ils vont ! Un homme comme Nicolas naie dans lequel s’effectuait le rem- avec comme « brillant second » la Sarkozy est quand même entouré boursement de cet emprunt relevait France sarkozyste, va imposer une d’experts, d’inspecteurs des finances, de la souveraineté de la Norvège, de véritable dictature aux pays de la et tous sont pris au dépourvu, alors la liberté de chaque État. Bruxelles zone euro. que, tout de même, l’état des comptes aura-t-elle raison contre La Haye ? 8
  • l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin ChoseEntretien avec Bertrand Dutheil de La Rochère« il ne peut pas y avoirdes états-unis d’europe »Bertrand Dutheil de La Rochère a passé l’essentiel budgétaire, ce n’est pas rien – auxde sa vie militante aux côtés de Jean-Pierre Chevènement, Français ? N’est-ce pas suicidaire électoralement ?dont il fut le directeur de cabinet, et qu’il suivit au BDR : D’abord, les gens ont peur. OnMouvement des Citoyens. Avant finalement, dans une leur dit que si l’euro s’écroule, ce sont leurs revenus, leur patrimoine qui vontlogique de défense de la souveraineté française, de s’écrouler avec lui. Alors qu’en réalité,franchir le pas et rallier Marine Le Pen. Il nous donne on voit bien, notamment en Italie, queici son analyse des aspects politiques, et même quasi ce sont les salaires, les retraites qui sont touchés par les plans d’austé-philosophiques, de la dérive européiste du système rité destinés à sauver l’euro. Et pouren général, et de Nicolas Sarkozy en particulier. moi, le spectacle de la ministre ita- lienne des Affaires sociales fondantL’Esprit de la France : Ce que Nico- en larmes au moment d’annoncerlas Sarkozy a annoncé dans son dis- les premières mesures drastiquescours de Toulon n’était-il pas inscrit, du gouvernement Monti, en dit beau-de toute façon, dans les traités que coup plus que de longs discours. Etlui et ses semblables ont signés, et mes compatriotes à la retraite, légiti-promus, de Maastricht en Lisbonne ? mement inquiets de l’avenir, doiventBertrand Dutheil de La Rochère : bien se rendre compte que cet avenir,Oui, c’était inscrit depuis Maastricht leurs revenus, leur niveau de vie sonten 1992, et d’ailleurs l’ensemble de bien plus menacés si l’on reste dansla classe politique, à commencer l’euro que si l’on en sort. Il faut à toutpar Jacques Delors, s’est longtemps prix négocier avec nos partenaires laplaint que ce traité était mal ficelé car fin de cette absurdité économique etil ne prévoyait pas de gouvernance politique qu’est l’euro !économique européenne. C’est cet D.R.« oubli » que Sarkozy et consorts EF : Mais si Sarkozy ne pleure pas,entendent réparer aujourd’hui, avec lui, il doit quand même être conscientla mise en place d’une instance qui certains États européens ne veulent qu’il va – et la France avec lui – droitréglera les grandes décisions écono- plus payer pour la Grèce ! dans le mur ?miques et notamment budgétaires, en BDR : Ou l’on continue la fuite enéchappant à tout contrôle des nations. EF : Mais Nicolas Sarkozy agit-il sous avant, et l’on arrivera au moment –Ça veut dire que ce qui a fondé his- l’empire de la nécessité – voire de la inéluctable – où les Français ne sonttoriquement le parlementarisme, en panique – ou celui de l’idéologie ? pas des Allemands – et vice versa.France comme en Angleterre, c’est-à- BDR : Il y a certainement une dimen- Ou Sarkozy regarde enfin la véritédire le consentement populaire à l’im- sion de panique. Mais les fondements en face et se résigne à négocier lapôt, est passé aux profits et pertes : idéologiques de tout ce discours qu’on fin de cette monnaie unique. Ce quidésormais, avec le « nouveau traité nous vend aujourd’hui sont anciens : signifie alors qu’on déconstruit uneuropéen » Sarkozy/Merkel, ce n’est Jean Monnet, Robert Schuman vou- certain nombre de choses mises enplus le peuple, via sa représentation laient les États-Unis d’Europe, sur le place par les précédents traités, car,nationale, qui fixe l’impôt, mais des modèle américain. Alors que les 13 encore une fois, cette aventure de laorganismes technocratiques. premiers États américains étaient tous construction européenne est partieQuant à la crise actuelle de l’euro, elle anglo-saxons et protestants. Tandis sur des bases fausses, à savoir lesétait inévitable. Il est quand même ahu- que l’Europe réunit des peuples, des « États-Unis d’Europe ». Je rappellerissant de voir que Finlandais et Grecs cultures – et des économies, on est que Jean Monnet ne croyait toutont la même monnaie, alors qu’en en train de s’en apercevoir – très dif- simplement pas en la France, il étaitBelgique, par exemple, Flamands et férents, voire incompatibles. totalement fasciné par le modèleWallons sont en train de se séparer, et américain. Aujourd’hui encore, d’unejustement d’ailleurs sur des questions EF : Mais Nicolas Sarkozy a-t-il les certaine façon, nous payons le prixbudgétaires, les Flamands ne voulant moyens politiques de faire avaler de cette fascination, péché originelplus payer pour la Wallonie, comme cette grosse pilule – la souveraineté de l’Europe politique. 9
  • dossier vivront les Français dans le futur, avecEntretien avec Nicolas Pavillon un « régime amaigrissant » trente foisce qui attend les français plus dur ! La France, et les autres, n’ont jamais respecté les fameux critèresaprès « toulon 2 » de Maastricht : rappelons que notre pays en est à un déficit budgétaire de 8,5 % - 2010 - et à une dette publiqueNicolas Pavillon, stratégiste dans une grande institution de 87 % du PIB (contre 60 % autori-financière publique française, est un des conseillers sés). Les Européistes ne respectentéconomiques de Marine Le Pen. Avec Jean-Richard Sulzer, pas leurs propres règles, et font payer leur défaillance à leurs populations. Leil a configuré dès 2008 le programme économique et pire, c’est que toutes ces cures d’aus-social du Front national, pour affronter la crise mondiale. térité draconiennes ne marcheront pas et entraîneront immanquablement laIl donne ici son analyse des mesures annoncées par récession puis l’explosion des dettes.Nicolas Sarkozy : elles seront aussi douloureuses pour lesFrançais qu’impuissantes à sauver un système condamné. EF : Mais nos dirigeants n’ont pas conscience de ces conséquences surL’Esprit de la France : Votre impres- au Parlement. Il faut bien comprendre la population de leurs projets ?sion quant au « nouveau traité euro- que Standard & Poors est un organisme NP : Nos gouvernants, pour accéderpéen » de Nicolas Sarkozy ? américain qui mène une vraie guerre ou se maintenir au pouvoir, se sontNicolas Pavillon : Ce que vient d’offi- monétaire à l’Europe, au profit du dollar, inféodés à la dictature des marchéscialiser Nicolas Sarkozy à Bruxelles, menacé de toute part. Et qui est, dans financiers instaurée en France en 1973.c’est son allégeance à Angela Merkel les faits, une monnaie de singe depuis le La soumission aux exigences écono-et son projet fédéraliste : la « nouvelle 15 août 1971, jour où le président Nixon miques et budgétaires des créanciers,gouvernance économique euro- a mis fin à sa convertibilité en or. c’est l’alpha et l’oméga de leur poli-péenne » qu’il veut vendre aux Fran- tique. Et puis un Sarkozy ne voit pasçais, c’est une étape décisive dans l’ef- EF : Mise à part la délégation du plus loin que l’échéance d’avril 2012 :facement complet de la souveraineté budget français aux instances euro- après l’élection le déluge social ! Lui etde la France. Je dis « étape », car cette péennes – déjà « historique » en soi –, François Hollande ont pour mission demarche au fédéralisme a commencé que nous réserve le « nouveau traité garantir le bon règlement de la chargedès 1992 avec le traité de Maastricht, européen » de « Merkozy » ? – des intérêts – de la dette françaises’est poursuivie par la mise en place NP : Le compromis Sarkozy-Merkel et européenne à nos usuriers, pas dede l’euro en 2001, puis s’est encore prévoit qu’au nom de la « discipline bud- défendre les intérêts de la France et desaccélérée avec le désastreux traité de gétaire », les pays de la zone euro seront Français : ça paraît insensé mais c’est laLisbonne qui sanctuarise l’indépen- soumis à des sanctions automatiques et triste réalité depuis près de 35 ans !dance de la BCE et lie les mains de immédiates lorsque leur niveau de défi-tous les dirigeants européens. L’aban- cit public dépassera les 3 % du P.I.B. EF : Comment sortir de ce cercle vrai-don de la souveraineté budgétaire de C’était déjà un des fameux « critères de ment vicieux ?la France, annoncée par Sarkozy, est Maastricht », le PCS (pacte de crois- NP : D’abord, en sortant les sortantsle « dernier étage » de cette fusée sance et de stabilité), jamais respecté. incompétents, pour rompre avec leurfédéraliste et ultra-libérale. Concrètement, ça signifie, pour les politique suicidaire. Marine Le Pen Français, la destruction de leur système préconise de recouvrer les deux piliersEF : La raison, selon vous, de cette de protection sociale, avec privatisation d’une économie prospère – et indé-fuite en avant ? à tout-va des prestations. Et la préca- pendante –, la politique monétaire etNP : Les élites européennes et mon- rité généralisée de l’emploi. En trois ans la politique budgétaire (mix policy).diales cherchent à conjurer la faillite (de 2008 à 2010), le gouvernement a Depuis 2001, la France ne peut plusde tout un système, celui de l’euro, fait 9 milliards d’économie avec sa loi battre monnaie et dévaluer son taux decondamné dès le départ par son prin- de « Réduction générale des politiques change ; conséquence : un euro cher.cipe même, mais que l’actuelle crise publiques » (RGPP), qui a mis les ser- Ceci entraîne une atrophie économiquedes dettes souveraines a fait entrer vices publics en déliquescence. Mais et sociale, avec chômage endémique,« en phase terminale ». La priorité du dans le modèle économique UMPS, désindustrialisation et 10 ans de délo-couple Merkozy, c’est rassurer les mar- pour que la France revienne à un défi- calisations hors zone euro. La solution ?chés, afin d’échapper à la dégradation cit zéro, il faudrait réaliser au minimum Un retour aux monnaies nationales liéimminente de leur triple A : Standard 100 milliards d’euros par an d’écono- au rétablissement d’un ECU, monnaie& Poors ayant donné trois mois aux mies durant une décennie ! Quand on commune dans une Europe des patries.dirigeants européens pour modifier le voit dans quel état, avec seulement Et comme extincteur de la dette mon-traité avant de rendre sa « sentence », 9 milliards de réduction des dépenses diale, la seule issue naturelle à terme estSarkozy veut présenter au plus vite son sociales, se trouve le pays, je vous la réintroduction d’un étalon polymétal-projet de « nouveau traité européen » laisse imaginer dans quelle précarité lique dans le SMI. 10
  • l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin ChoseEurope & nuisancesbiG brother vous surveilleet vous complique la vieQuelques exemples très nique de la semelle soudée. Jusqu’à présent, et depuis longtemps, leconcrets d’interférences fournisseur de notre armée étaitde la politique européenne une entreprise française, Marbot-dans la vie des Français. Bata, implantée en Dordogne. Mais là encore les règles européennes de préférence étrangère, et les dif-D epuisMarineannées, ont dénoncé puis des Le Pen Jean-Marie, férences de coûts sociaux entre lales conséquences de la politique, euro- France et la Tunisie, ont joué à plein. D.R.péiste plus qu’européenne, menée Ironie amère et supplémentaire, maispar les instances supra nationales de ô combien symbolique par les tempsBruxelles et singulièrement la Com-  QUAND LA POSTE DOIT qui courent, une partie du marchémission européenne. Celle-ci, sans CHERCHER SES SCOOTERS du godillot français va échoir à unele moindre mandat démocratique, est EN CHINE entreprise… allemande !intervenue dans tous les domaines de L’Europe interdisant aux institutionscompétence des nations de l’Union, a et sociétés françaises d’acheter sys-  ET LE PRIX DU GAZinterféré dans tous les domaines de la tématiquement et exclusivement NE FUT PAS GELÉvie de leurs habitants. Et ça n’est glo- français, la Poste s’est vue obligée de Dans un dessein électoral autant quebalement pas dans le sens des intérêts renoncer à ses scooters Peugeot pour social, le gouvernement français avaitde ces nations et de ces habitants. se fournir à Taïwan ! À un moment où voulu geler les tarifs du gaz, à l’entréeAujourd’hui, quand Marine le Pen la firme au lion licencie 50 personnes de l’hiver. Mais le Conseil d’État vientdénonce l’accélération de la course dans une de ses usines du Doubs. de s’y opposer, au motif officiel d’unau fédéralisme et à la supranationa- doute sérieux sur la légalité de l’arrêtélité européenne, ça ne concerne pas  LE CRd’IdF OBLIGÉ gouvernemental maintenant les tarifsque des questions – essentielles – de DE SOUS-LOUER POUR de GDF-Suez. Et la légalité, dans cesouveraineté nationale et populaire, POUVOIR ROULER FRANÇAIS domaine comme dans d’autres, c’estde respect de l’indépendance et de la Le Conseil régional d’Île-de-France, Bruxelles qui la fixe : un État n’a pas ledémocratie : la dictature des experts et dans un réflexe de patriotisme éco- droit de réglementer le prix des pro-commissaires européens, elle s’exerce nomique qui l’honore, avait songé à duits, c’est contraire aux principesjusque dans les détails de la vie quo- renouveler son parc automobile en du marché. Du coup, 10 millions detidienne des Français. Particulièrement achetant des voitures françaises. Oui ménages français vont devoir payerchoquante est l’interdiction, édictée par mais voilà : la législation européenne de 8 à 10 % plus cher leur facture deBruxelles, de lancer, en France, des s’oppose aussi à cette préférence gaz cet hiver.appels d’offres limités aux entreprises nationale-là. On doit diversifier sesfrançaises : l’appel doit s’étendre à l’Eu- achats à l’échelle mondiale, quand  LE PLAN DE RENFLOUEMENTrope, y compris les pays ayant des coûts bien même on est une institution poli- DE L’EURO : C’EST – POUR LEsociaux très inférieurs aux nôtres. Cette tique française. Résultat, le CRd’IdF MOMENT – 3 000 EUROS PARrègle va à l’encontre du Small Business a dû… louer ses véhicules à une MÉNAGE FRANÇAISAct, loi américaine, puis principe uni- agence – française. Ce qui, à terme, Il est normal, pour conclure cetteversel qui tendait à favoriser les activi- n’est pas une bonne affaire pour le recension absolument non exhaus-tés des PME/PMI dans le tissu écono- contribuable francilien. tive des nuisances de la politiquemique de chaque pays. De fait, nombre européenne sur la vie des Français,de PME françaises sont incapables de  L’ARMÉE FRANÇAISE de faire une simple division. Soit lerivaliser avec les prix pratiqués par des DÉSORMAIS CHAUSSÉE nombre de ménages français – unentreprises de pays émergents. PAR LA TUNISIE peu plus de 26 600 000 – divisé parVoici quelques exemples, aussi Par décision de l’état-major des le coût de la participation françaiseconcrets qu’aberrants, des consé- armées, les soldats français trouve- au renflouement des pays de la zonequences de cette ligne de conduite ront désormais chaussures et rangers euro en difficulté – Grèce, Espagne,économique. Il n’y a pas que le à leur pied… en Tunisie. Une décision Portugal, Italie, Irlande – 60 milliardsconcombre qui doit être aux normes justifiée par la capacité qu’ont les d’euros. Ce qui donne 3 000 euroseuropéennes ! fabricants tunisiens à traiter la tech- par ménage français. 11
  • le détecteur de MensonGes Cette rubrique, qui ne devrait pas manquer de matière, se propose de traquer impitoyablement les mensonges, omissions et approximations émaillant les interventions de notre classe politique. LE DISCOURS DE TOULON Ce mois-ci pour cette rubrique nous donnons carte blanche à… Ni- colas Sarkozy. Qui, trois ans après, est revenu discourir à Toulon. Un discours qui traduit, au-delà des effets de menton et d’annonce, des actes de contrition sur les erreurs passées, le désarroi du chef de l’État. Lequel, face à la tempête financière et l’endettement vertigineux et continuel, à la montée du chômage, n’a plus qu’un mot à la bouche, l’Europe – dont il a prononcé le nom 54 fois. Et une bouée de sau- vetage, l’Allemagne d’Angela Merkel, à laquelle il espère arrimer le radeau de la Méduse qu’est devenue, sous son mandat, la France. Dont Nicolas Sarkozy est prêt à sacrifier ce qui reste de souveraineté© Guillaume Horcajuelo/epa/Corbis nationale sur l’autel d’une Europe fédérale à direction allemande. Pourtant, comme l’ont d’ores et déjà souligné Marine Le Pen, mais aussi Jean-Pierre Chevènement et d’autres responsables d’opposi- tion, c’est précisément l’Europe qui a entraîné toutes les nuisances et menaces sur la France et son économie qu’a déplorées Nicolas Sarkozy dans son discours. Et c’est Nicolas Sarkozy qui s’est lié les mains et a obéré l’avenir et la liberté de la France en signant le désastreux traité de Lisbonne le 13 décembre 2007. « (il faut) répondre à la crise par et imparable des « pays à bas en vue – Nicolas Sarkozy cherche à le travail, par l’effort et par la salaire » comme la Chine et l’Inde ? faire oublier ses responsabilités – son maîtrise de nos dépenses. c’est Nicolas Sarkozy en signant le traité de obstination à s’accrocher à l’euro, et un ajustement par le haut. c’est un Lisbonne, et en obéissant aux ukases au libre-échangisme mondial – en choix qui préserve le niveau de vie. » de la Commission européenne qui s’en prenant aux 35 heures – qu’il n’a sacrifie toutes les économies de la pas supprimées – et en tentant de *MENSONGE ! Comme le sou- zone euro sur l’autel du libre-échan- « vendre » de nouvelles régressions lignent les économistes Henri Sterdy- gisme mondial. La solution à la crise sociales aux salariés. C’est plus facile niak, de l’Observatoire français des du modèle social français passe, elle en effet que de relancer une crois- Conjonctures économiques, et Marc aussi, par l’instauration d’un vrai pro- sance plombée par l’euro, la désin- Touati, « les politiques d’austérité ne tectionnisme, français et européen, dustrialisation et le dumping des sont pas une solution ». Et les réduc- contre le dumping économique et économies des nations émergentes. tions des dépenses de l’État seraient social international. Et non par la « contre-productives ». Au contraire, « au sein de la zone euro, il nous faut TVA sociale concoctée par Sarkozy, observent-ils, il faut « relancer la maintenant aller sans crainte vers qui ferait passer la part de finance- production, l’investissement et la davantage de décisions prises à la ment de la Sécurité sociale revenant consommation pour que les gens majorité qualifiée. » jusqu’à présent aux entreprises aux puissent travailler ». « La croissance ménages français déjà surimposés. *MENSONGE (ET FOLIE) ! En clair, ne se décrète pas, dit Marc Touati, et les conditions de son retour – taux c’est « en avant toutes » vers le vrai « en janvier prochain, j’inviterai tous d’intérêts plus bas, euro plus faible – fédéralisme européen, à direction les partenaires sociaux à participer ne sont pas là. » technocratique et allemande. Face à un sommet sur l’emploi (…) il au naufrage annoncé de l’euro et à faudra avoir le courage d’affronter l’évidence de la régression écono- « on ne peut pas financer notre les grandes questions et de lever mique et sociale entraînée par le protection sociale comme hier les tabous sur les freins à la traité de Lisbonne, Nicolas Sarkozy en prélevant uniquement sur les compétitivité française. » pratique la fuite en avant : encore plus salaires quand les frontières sont *MENSONGE ! Devant la mon- d’Europe, encore plus d’euro, et tou- plus ouvertes, et qu’il faut faire face tée régulière, en dépit de toutes les jours moins de souveraineté natio- à la concurrence de pays méthodes Coué gouvernementales, nale, économique et politique. Les à bas salaire. » du chômage – novembre a vu s’ins- Eurocrates ont appauvri, endetté et *MENSONGE (ET INCONSÉ- crire 30 000 demandeurs d’emplois désindustrialisé la France et maints QUENCE SURTOUT) ! Qui a ouvert supplémentaires et la barre des pays européens ? Donnons-leur plus la France à la concurrence déloyale 10 % de chômeurs est désormais de pouvoir propose Nicolas Sarkozy ! 12
  • lu, vu et entenduUn florilège des déclarations et postures de notre classe politique qui insultent la vérité ou la France. Plus quelques-unes, beaucoup plus rares hélas, allant plutôt dans le bon sens… AU seCoUrs ! BieN VU ! (eNFiN ToUT esT reLATiF) « Jacques sapir a dit que l’abandon de l’euro et le « 200 000 nouveaux immigrés réguliers par an en france, c’est retour au franc est une folie. » l’équivalent d’une ville comme rennes, c’est deux fois perpi- Jean Léonetti, ministre français chargé des Affaires gnan (…) moi aussi je trouve que c’est trop. » européennes, face à Marine Le Pen, Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, sur BFM TV le dimanche 3 décembre sur Europe1 et I-Télé le 27 novembre 2011. EN VÉRITÉ : Jacques Sapir, un des économistes EN VÉRITÉ : Mieux vaut tard que jamais, le ministre de l’Inté- français les plus en vue, dit exactement le contraire ! rieur de Sarkozy reconnaît enfin que sous le gouvernement de À propos de la crise grecque, il a publié en mai 2011 ce dernier, il rentre annuellement plus d’immigrés réguliers - ne sur le site de l’hebdomadaire marianne une analyse parlons pas des clandestins - que sous Jospin. C’est ce que concluant à la nécessité pour ce pays d’une sor- répétait Marine Le Pen, merci donc à M. Guéant de confirmer le tie de l’euro et d’un défaut de dette ; il jugeait que bien-fondé de ces accusations. Mais franchement, M. le l’autre option – maintien de la Grèce dans la zone ministre, si tout ce que vous proposez c’est de passer de euro – aurait des conséquences « dramatiques » 200 000 à 180 000 immigrés légaux par an, vous avez peu de pour la population grecque. En ce qui concerne suite dans votre peu d’idées ! M. Guéant a encore dit que si la France et l’ensemble de la zone euro, Jacques Marine Le Pen voulait réduire l’immigration légale de 90 %, lui Sapir est très sceptique quant à la pérennité de la ne voulait la baisser que de 10 %. En résumé, il propose d’alléger monnaie unique et il conclut à la nécessité absolue l’immigration annuelle de 20 000 personnes, l’équivalent d’une de la mise en place de politiques protectionnistes ville comme Concarneau. Nous disons que ce n’est pas assez ! pour les pays européens, ce protectionnisme que brocarde, dans ce même entretien avec Marine Le « en outre, les attaques de marine Le pen devraient redoubler Pen, M. Léonetti. Il est effarant de voir un de nos contre le système de la corruption des élus du pas-de-calais eurocrates, un des ministres de Sarkozy, censés dont ces différents dossiers apporteront cette fois la preuve connaître sur le bout de leurs doigts, la ou les pen- de son étendue, et des complicités dont il jouit au plan natio- sées économiques contemporaines, débiter avec nal, et dont la présence de Jack Lang dans ce département une telle arrogance une telle contre-vérité. Ça en dit n’est qu’un des tristes symptômes. » assez long sur la prétendue « compétence » de ces Extrait de la lettre adressée fin novembre à Martine Aubry par le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, à propos de la corruption hommes du Système. sévissant chez les élus socialistes du Pas-de-Calais. « chaque année depuis 2002, la délinquance a EN VÉRITÉ : Déjà dénonciateur du système (socialo-mafieux) recruté dans ce pays. » Guérini dans les Bouches-du-Rhône, Arnaud Montebourg Claude Guéant, ministre de l’Intérieur répondant au poursuit sa croisade anti-corruption au sein du PS, mettant en socialiste Manuel Valls lors de la séance des questions à l’Assemblée nationale, le 29 novembre 2011. cause Jack Lang, et plaçant Martine Aubry, chef du parti, devant ses responsabilités – et compromissions. Au passage, il sou- « La sécurité à marseille et ses environs (…) s’amé- ligne le rôle prépondérant de Marine Le Pen, en pointe dans la liore globalement. » lutte contre le système socialiste-affairiste du Pas-de-Calais, Le même, mercredi 30 novembre 2011. notamment à Hénin-Beaumont, et, à la différence du sémillant EN VÉRITÉ : Claude Guéant voulait dire évidem- Montebourg, non encartée au PS ! ment « reculé », mais la gravité de la situation a dicté ce lapsus au cerveau technocratique du ministre de « on est en train de crever (…) il faut redonner envie d’acheter l’Intérieur : la dernière semaine de novembre a vu français, c’est une démarche civique. » François Bayrou à l’émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI trois actes de violence spectaculaire ensanglanter du 4 décembre 2011 Marseille, des attaques à main armée et des règle- ments de compte qui ont fait trois morts – dont un EN VÉRITÉ : Bien vu, mais pas vous ou pas ça, François Bayrou ! policier de la BAC – et deux blessés graves. Les Car vous avez toujours soutenu la politique d’intégration politique délinquants étaient équipés de Kalachnikov, met- et économique européenne responsable des délocalisations et de tant la cité phocéenne à l’heure du Proche-Orient. la désindustrialisation qui ont ravagé l’appareil productif français. Tandis que vendredi 2 novembre 500 policiers mani- Sur ce terrain du patriotisme économique, Marine Le Pen a quand festaient devant l’hôtel de Police de Marseille pour même l’avantage sur vous de l’antériorité et de la cohérence. Bref, protester contre le manque de moyens. si « on est en train de crever », c’est un peu de la faute de politiques Bref, dans le domaine de la sécurité aussi, le sarko- comme vous ! Mais à tout pécheur européiste, miséricorde : oui, zysme finissant retrouve sa dimension fondamen- produisons et achetons des produits français. Faits effectivement tale, celle de l’imposture et du mensonge. – n’est-ce pas Renault ? - en France. Par des travailleurs français ! 13
  • actualités internationales Tout ça pour ça… le printemps arabe, sarkozy-juppé et nousAbdelhakim Belhaj (au centre), ex-compagnon de Ben Laden D.R.et nouveau gouverneur de Tripoli, par la grâce de Nicolas Sarkozy. lité politique française récente nous Huit ou neuf mois après le déclenchement de la vague montre qu’il y a, de ce point de vue, de contestation qui a ébranlé la plupart des pays arabes de quoi balayer assez longuement et mis à bas certains de leurs dirigeants historiques, que devant notre porte. On peut du reste considérer le vote islamiste plus ou peut-on dire du printemps arabe qui, dans certains pays, moins radical, en tout cas en Égypte, se change peu à peu en hiver ? en Tunisie et au Maroc, comme une réaction populaire – et populiste – F ace à des situations complexes, marquées par les particula- nous devons rester neutres dans les guerres civiles, les conflits ethno-reli- contre la pauvreté et la corruption. Ensuite parce que c’est dangereux. rismes historiques, religieux, eth- gieux et sécessions provinciales qui Pour notre pays, qui peut voir mourir niques – la Tunisie n’est pas la Libye qui peuvent affecter tel ou tel pays – du ses soldats, ou enlever ses ressor- n’est pas la Syrie – il faut se garder de monde arabo-musulman ou de toute tissants, dans des combats douteux, généraliser, de simplifier et d’occiden- autre région du monde. où l’intérêt national n’a que faire, et taliser la vision de ces mouvements. Pourquoi ? D’abord parce que c’est pour des résultats le plus souvent Et rappeler deux principes simples qui une question de morale interna- nuls. Mais aussi pour le pays ou la doivent, selon nous, guider l’attitude tionale élémentaire : de quel droit région concernée par une éventuelle de la France vis-à-vis des boulever- allons-nous soutenir telle faction intervention de l’OTAN où la France, sements du monde arabe. plutôt qu’une autre dans un pays par la grâce de Nicolas Sarkozy, se étranger – la Côte d’Ivoire, la Libye ? trouverait embarquée : en interve- Refus du droit d’ingérence Avons-nous, plus philosophique- nant en Libye, en renversant un dic- ment, le droit d’imposer notre sys- tateur critiquable mais ayant stabilisé La France n’a pas à intervenir dans tème politique, nos valeurs à des son pays, pour mettre à sa place un la politique intérieure de pays étran- peuples qui y sont irréductiblement gouvernement instable et infiltré par gers, sauf à protéger ou sauver étrangers – l’Afghanistan  ? Au nom les islamistes radicaux, les Occiden- ses ressortissants. Hormis ce cas, de notre supériorité morale ? L’actua- taux, Sarkozy en tête, ont déclenché 14
  • actualités internationalesune secousse sismique géo- conflits politiques et religieuxpolitique dont les répercus- est l’indispensable corollairesions seront incalculables. d’une ligne de neutralité de laNotamment en termes d’immi- France. En ce qui concerne lesgration vers l’Europe. soubresauts du monde arabo-Et comme si l’exemple libyen, musulman, il conviendra deaprès l’exemple irakien, ne veiller à ce que ceux-ci n’en-suffisait pas, le gouvernement traînent pas de désordres chezfrançais, en envoyant notam- nous. Le fait que 40 % des Tuni-ment (information du canard siens résidant en France aientenchaîné confirmée par Le voté pour le parti islamiste mepoint) des agents de la DGSE paraît d’ailleurs révélateur desen Turquie pour encadrer des limites de l’intégration « répu-rebelles syriens, joue avec le blicaine » dont on nous rebatfeu : la subversion de la Syrie, les oreilles depuis des années.pays laïque et occidentalisé, En tout cas, nous veilleronsau profit d’insurgés armés et avec une particulière attention D.R.islamistes soutenus par les au recrutement et au compor-monarchies wahhabites du tement des imams étrangersGolfe risque d’embraser tout Manifestation islamiste tunisienne réclamant le port venus prêcher en France.le Proche-Orient traversé par du voile obligatoire pour les femmes. Par ailleurs, il faut (re)procla-des lignes de fractures reli- mer ici un principe essentiel :gieuses et la persistance du conflit conditions, osons dire que la posture la France n’a pas vocation à accueillirisraélo-palestinien. Qu’on demande guerrière et faussement humaniste les vagues démographiques consé-aux chrétiens d’Orient, et notamment du tandem Sarkozy/Juppé – qui cutives aux changements politiquesceux d’Irak, obligés de fuir leur pays s’est accommodé et s’accommode intervenus dans ces pays : on a– souvent pour la Syrie d’ailleurs – ce encore de pas mal de régimes peu constaté à Lampedusa, suite à laqu’ils pensent du bilan de l’« ingé- démocratiques – est non seulement « révolution de jasmin » tunisienne,rence humanitaire » à l’américaine irresponsable, mais criminelle. un nouvel afflux d’immigrés en pro-en Irak. venance de ce pays. Avant, on fuyaitAujourd’hui, tenter de déstabiliser – Refus de l’ingérence – soi-disant – la dictature de Ben Ali,pour des raisons politiques ou éco- aujourd’hui, on fuit l’instabilité, ounomiques – un pays de l’arc musul- étrangère, politique les islamistes locaux. Eh bien, nousman, c’est risquer de déclencher uneguerre chaude, de la Turquie à l’Ara- ou religieuse chez nous proposons que ces faux réfugiés politiques et vrais immigrants écono-bie Séoudite, de l’Iran à la Libye, d’Is- La plus grande fermeté face aux ten- miques fuient ailleurs, dans d’autresraël au Liban et à l’Égypte. Dans ces tatives d’exportation chez nous de pays arabes « libérés » par exemple. PRINTEMPS ARABE, HIVER ISLAMISTE Il n’aura pas fallu longtemps pour voir – et il n’était pas be- En Égypte, non seulement les Frères musulmans sont, soin d’être un expert géostratégique pour prévoir – que, de comme prévisible, arrivés en tête des élections avec 40 % la Libye à l’Égypte en passant par la Tunisie et le Maroc, les des voix, mais la deuxième force politique – 25 % – est révolutions arabes débouchent sur une victoire électorale constituée par les salafistes, une tendance islamiste en- – ou militaire – des formations islamistes plus ou moins core plus radicale : de quoi réjouir laïcs, femmes et coptes radicales. En Libye, grâce à Nicolas Sarkozy et ses collègues chrétiens, ces derniers étant déjà l’objet de persécutions de l’OTAN, ce sont des admirateurs de Ben Laden qui sont et de meurtres dès avant la « révolution ». Ajoutons à cela associés au pouvoir (voir l’Esprit de la France n°2) et c’est une dangereuse instabilité, au moins dans la capitale. la charia, la loi islamique qui va régir les relations sociales Au Maroc aussi, si occidentalisé pourtant, ce sont les isla- et notamment la vie des femmes. Et pendant ce temps- mistes théoriquement modérés qui ont gagné le récent scru- là, les tueries continuent, dont font désormais les frais les tin législatif : un autre « laboratoire » du fondamentalisme ? tribus fidèles au colonel Kadhafi ! En Tunisie, nombre de Naturellement, les différents peuples arabes, écœurés par femmes ne cachent plus leur inquiétude face au succès du la corruption, l’injustice sociale ou l’alignement de leurs parti islamique Ennahda qui dirige le premier gouverne- dirigeants sur Washington, sont libres de voter pour qui ment démocratique. Ennahda se dit modéré mais n’a pas ils veulent. Mais qu’on arrête de s’extasier sur le retour renoncé à une ré-islamisationde la Tunisie, jusqu’à pré- des barbus, et d’œuvrer militairement, à la suite des sent pays ouvert au tourisme et à l’influence occidentale et Américains, à la déstabilisation générale de tout le bassin régi par la constitution laïque héritée de Bourguiba. méditerranéen ! 15
  • entretien « La LaïciTé faiT parTie de L’adn L’Esprit de la France : D’où venez- de L’idenTiTé française. » vous, Fabien Engelmann ? Fabien Engelmann : D’une famille pied noir, dont une branche, la mienne, s’est établie dans les années soixante en Moselle, dans la vallée de la Fensch, à Nilvange précisément, pas très loin de la frontière luxembourgeoise. Politique- ment, ma famille était chrétienne, plutôt de gauche, mais sans engagement mili- tant, et bien sûr, d’extraction ouvrière. EF : Votre premier engagement… FE : Il n’était pas politique : j’ai com- mencé assez jeune… à la Fondation Brigitte Bardot, pour sauver des ani- maux. La politique, je l’ai rencontrée en 2001, quand, j’avais 21 ans, j’ai rejoint les rangs de Lutte Ouvrière. J’avais été séduit par le discours et le personnage d’Arlette Laguiller, qui se présentait une nouvelle fois à la pré- sidentielle. J’ai été très tôt, dans mon milieu, et dans ma région, sensibiliséD.R. aux injustices sociales, et j’appréciais qu’Arlette tienne un discours comme le sien, qui fustigeait les super-profits des Fabien Engelmann super-patrons. J’ai donc milité à L.O. Marine est bien pendant sept ans, jusqu’en juin 2008, me portant candidat aux municipales. Oserai-je dire que je ne regrette pas ce LA candidate que je considère aujourd’hui encore comme une expérience humaine enri- chissante ? Mais le côté « ghetto » de de la classe ouvrière L.O. m’a fait rejoindre en 2009 une ver- sion plus « branchée » du trotskysme, le N.P.A. d’Olivier Besancenot, dont j’ai coanimé la section de Thionville. J’ap- préciais la volonté d’union de « la gauche de la gauche » du NPA. Mais quand, aux Il est un peu celui par qui le scandale est arrivé dans l’univers régionales de 2010, ce parti a présenté, conservateur et figé du monde syndical français. Ancien dans le Vaucluse, une candidate musul- militant de Lutte Ouvrière, passé un temps par le NPA d’Olivier mane voilée, j’ai claqué la porte du NPA, et aussi de la gauche en général… Besancenot, et plus longtemps encore militant et cadre de la CGT mosellane, Fabien Engelmann incarne on ne peut EF : Vous ne plaisantez apparem- ment pas avec la laïcité… mieux cette dimension populaire et ouvrière du mouvement FE : Non, c’est une valeur qui me mariniste. Séduit par la dénonciation argumentée du libre- fonde, avec la justice sociale. Ça fait échangisme mondial, qui a fait de sa région lorraine une partie de l’ADN de l’identité française. J’ai du reste rejoint ensuite un groupe zone sinistrée en termes d’emplois et d’entreprises, Fabien très en pointe sur cette question, Engelmann, exclu de la CGT au terme d’un « procès » Riposte Laïque de Pierre Cassen, médiatisé qui a mis en lumière le fossé séparant les ouvriers qui est devenu un ami. Et puis, cette démarche de Besancenot, c’est dans et les caciques syndicaux, est un des acteurs de la campagne le droit fil de la gauche, extrême ou présidentielle de Marine Le Pen, mettant au service des pas : remplacer l’électorat ouvrier par l’électorat immigré. militants son expérience du monde du travail. Retour sur un Je dois dire qu’entre-temps, j’ai parcours, atypique, mais somme toute logique. embrassé une autre forme d’engage- 16
  • entretienment, le syndicalisme. En 2005, j’ad- assez vite, de démissionner. Je refuse « favoriser L’immigraTion,hère à la CGT, dont je crée d’ailleurs et demande qu’une assemblée géné- c’esT pénaLiser Lesune section dans la collectivité territo- rale avec débat soit organisée sur mon TravaiLLeurs français. »riale qui m’emploie. Pour moi, la CGT cas, conformément aux statuts duétait le plus combatif, le plus ouvrier syndicat. Cette réunion se tient finale-des syndicats. Je m’investis beaucoup ment en février 2011. Il y a un représen-dans cette lutte, participant aussi bien tant venu de Paris, les responsables courage, me dit de tenir bon, et deà des grèves qu’aux élections prud’ho- locaux, les militants et amis. Moi je rester sincère, et ne me demandemales, me retrouvant bientôt au bureau me défends, invoque la liberté d’en- aucun service politique. Mais je la ren-de la coordination départementale de gagement politique et l’autonomie du contre physiquement pour la premièreMoselle. Cet engagement-là va durer syndicalisme vis-à-vis des partis poli- fois au salon de l’agriculture à Paris.cinq bonnes années… tiques, telle que posée dès le départ Marine me demande de plancher sur par la charte d’Amiens. Sur les 23 per- les questions sociales, avec ThierryEF : Jusqu’à la rencontre avec Marine sonnes présentes, 20 votent en faveur Gourlot, qui a lui milité à la CFTC.Le Pen. Au fait, quel a été le déclic ? de mon maintien dans le syndicat. JeFE : En fait il y en a trois. Premièrement, peux vous assurer que les « officiels » EF : Mais comment cela se passela trahison des ouvriers par la gauche ; accusaient le coup ! avec les anciens camarades, l’en-deuxièmement, et c’est lié, cette uto- En fait, mon cas sert de révélateur : tourage amical, professionnel ?pie internationaliste de la gauche qui les cadres de la CGT, dont une bonne FE : J’ai gardé beaucoup d’amis à lal’éloigne au profit de principes fumeux partie a toujours la carte du PCF, sen- CGT, dont du reste un grand nombrede la défense concrète des intérêts tent bien que la base « décroche » des d’adhérents votent pour le Front.des travailleurs français. Pour moi, ça positions de gauche de la centrale. Les J’avoue que j’appréhendais, au départ,rejoint la question – primordiale – de la jeunes adhérents CGT ne restent pas, d’aller tracter sur les marchés ou à lajustice sociale : favoriser l’immigration, parce que c’est trop politisé. Et pas sortie des usines de ma région. J’avaisc’est pénaliser les travailleurs français, dans le bon sens : avant même que tort : sans exagérer, on peut dire queen jouant les salaires à la baisse. Et je rejoigne le FN, bon nombre de syn- 90 % des gens prennent nos tracts.là, la gauche et l’extrême-gauche font diqués de la Moselle votaient déjà Le Marine est bien LA candidate de lacarrément le jeu du patronat ! Et puis, Pen (Jean-Marie). classe ouvrière. Qui est très sen-donc, il y a cette candidature « voilée » Je suis ensuite carrément convoqué au sible au discours anti-mondialisation,du NPA, goutte d’eau qui fait déborder siège central de la CGT à Montreuil, en anti-Union européenne. Au travail,le vase. Ayant donc rejoint, en juin 2010, région parisienne, pour un « conseil de en revanche, c’est un peu plus tendules rangs de Riposte Laïque, j’ai eu discipline ». À notre arrivée à Montreuil qu’avant, notamment avec le direc-davantage l’occasion de réfléchir à la le ton est donné : 500 gauchistes, com- teur de la collectivité dont je suis sala-dérive immigrationniste de ma famille munistes et sans-papiers – très peu rié. Mais je travaille, et dès que j’ai dupolitique d’origine, et à la complaisance de vrais ouvriers – nous font une haie temps de libre, je le donne à la cause.de celle-ci vis-à-vis de l’Islam. d’honneur – si l’on peut dire – me trai- J’ai préparé activement le meeting de tant de « nazi ». Les pontes de la CGT Metz du 11 décembre de Marine ; je meEF : Riposte Laïque a un peu été me tutoient, me donnent du « Fabien », suis rendu en Normandie pour parlerpour vous, en quelque sorte, un mais me demandent de quitter, soit la aux fédérations du monde du travail.« sas » en direction du Front national CGT, soit le FN. Me reprochant de me Et je serai candidat dans une circons-et de Marine. Quelle est la chronolo- servir de mes responsabilités syndi- cription ouvrière de Moselle aux légis-gie des événements ? cales pour faire la propagande de ce latives. Je dois dire que j’ai été très bienFE : En octobre 2010, j’adhère – dis- parti alors que c’est faux et que, en accueilli au FN et dans l’entourage decrètement – au FN, à l’occasion d’un Moselle et ailleurs, les cadres de la Marine. Personne ne m’a reprochémeeting de Marine Le Pen à Metz. CGT ne se gênent pas pour utiliser les mon engagement à l’extrême-gauche.Je voulais voter pour Marine – dont listings CGT pour router de la propa- On a d’ailleurs le droit d’avoir des diver-j’appréciais les prises de position gande du Front de gauche de Mélen- gences sur tel ou tel aspect.novatrices – au congrès à venir. Mais, chon ! Ce qui avait été du reste stig-à cette époque je crains, je l’avoue, matisé par des militants du NPA ! Mais EF : Y a-t-il une question que tules réactions de mon entourage, des rien n’y fait : je suis exclu. Je prends estimes n’avoir pas été assez déve-instances de la CGT. J’avais du reste alors pour défenseur Me Collard. loppée ou défendue par le Front –raison : peu après mon adhésion, Le ou Marine ?figaro – sans que je sache comment EF : Quand intervient vraiment la FE : Non, sincèrement non. Je me– publie une brève sur mon cas. Et rencontre avec Marine ? retrouve globalement dans tout ce quedu coup Le républicain lorrain me FE : Ça s’est fait en deux temps. Au défend Marine. Bien sûr, il y a pour moidemande un entretien. Que j’accepte. début de mes ennuis politico-média- des problèmes plus essentiels queEt je deviens aussitôt une « vedette » tiques, j’ai reçu un coup de fil d’elle, d’autres : la réindustrialisation de lainvolontaire en Moselle. Les instances début 2011 : Marine, désormais France. Et la défense de la laïcité.locales de la CGT me contactent, présidente du FN et candidate à lame demandent de m’expliquer, puis, présidentielle, me félicite pour mon EF : Fabien Engelmann, merci. 17
  • coups de cœur culture Par Marine Le PenUn site le musée du louvre : l’intimité du patrimoineLes bâtiments du Louvre, dans la lumino- tion de patrimoine national et ce bien est àsité d’un soleil d’hiver, appartiennent à ce vous et moi.Paris que j’aime. Ils nous permettent de Et le patrimoine artistique, alors ! Quelquesremonter le temps. Avant d’être un musée, œuvres qui me parlent. La Liberté guidant lele Louvre a d’abord été un palais, et avant peuple, de Delacroix, cette femme franchitencore un château. Une fortification, les barricades, belle image des obstacles àen fait : à la fin du XIIe siècle Philippe- vaincre. Sa robe rappelle celle de la VictoireAuguste voulait protéger l’ouest de la ville de Samothrace (des premiers siècles av. J.-C.),du danger anglo-normand. On n’avait sculpture qui elle aussi rend hommage, indi-pas honte de répondre à l’insécurité, ni à rectement, à la femme : l’art européen n’en al’invasion. jamais eu peur, pas plus que l’Europe dans sonAu XVIe, François Ier le transforma en histoire n’a eu peur de la victoire et de la liberté.palais et Catherine de Médicis édifia les Les frères Le Nain, c’est discuté, furent-ilsTuileries, les derniers aspects du Moyen catholiques ou protestants ? En tout cas, ilsâge disparurent sous Louis XIV. étaient chrétiens et cela transparaît dans les va-Napoléon Ier, mais aussi François Mit- leurs que leur peinture exprime. La Famille deterrand ont contribué par la suite à des- paysans dans un intérieur (vers 1640) évoquesiner le Louvre. La Pyramide rappelle qu’un chef d’État, en l’intimité familiale, la cohabitation des générations. La cha-bien ou en mal, marque son passage dans l’histoire : lourde leur de l’âtre à l’arrière-plan, le chat qui nous observe derrièreresponsabilité. la cruche : comment ne pas être touché par l’atmosphère pai-Tout cela pourrait intimider, mais je ne le suis pas. La conti- sible et digne de cette vie de famille ? Chacun trouve ainsi, aunuité du Louvre sur huit siècles illustre à merveille la no- Louvre, des œuvres qui s’adressent à lui personnellement. Un livre Un film rien ne s’oppose intouchables, d’olivier à la nuit, nakache et éric toledano de delphine de viGan Je me méfiais un peu de ce film, de son Derrière ce titre emprunté au chanteur aspect forcément politiquement correct, Bashung, l’un des romans les plus boule- et du risque de tomber dans la lourdeur versants de l’année. Un requiem poignant et le mauvais goût sur un sujet aussi déli-pour une mère belle comme le jour, absente, insaisis- cat. Comme plus de 13 millions de Fran-sable et qui finit par disparaître, suicidée. D’emblée çais (et ce n’est pas fini) j’ai été réellementla femme de la couverture séduit. Son élégance à la touchée par cette excellente et surprenanteLauren Bacall, son sourire à peine esquissé, son regard comédie française, bien au-dessus du lot.troublant et fragile. Le joli style, simple et intense et le Finement écrite, superbement interprétée.texte d’investigation de Delphine de Vigan interrogent Je suis passée du rire aux larmes. Dès lale plus profond de soi. La mémoire familiale si im- scène d’ouverture, magistralement enlevée, on a saisi le ton.portante pour chacun d’entre nous, où les souvenirs Ce film a une très grande qualité : il fait du bien.les plus lumineux de plusieurs époques, côtoient les À 42 ans, Philippe, aristocrate millionnaire, s’écrase en parapentefailles et les blessures enfouies. et se retrouve tétraplégique (son histoire est vraie, inspirée de cellePour écrire sur le mystère de sa mère qu’elle a telle- de Philippe Pozzo Di Borgo qui a inspiré ce carton cinématogra-ment aimée et qui vient de se donner la mort, l’auteur phique). En quête d’un auxiliaire de vie, il embauche à l’issueenquête. Et d’abord sur elle-même, sa fille, enfant puis d’un casting désopilant un jeune Black de cité qui n’a répondu àadolescente, pleine de culpabilité, relisant ses jour- l’annonce que pour toucher les assedic. Leur destin va basculer aunaux intimes. Suivant pas à pas le parcours de cette cours de cette rencontre. Chacun des deux, handicapé physiquefemme, jeune, admirée, qu’elle refuse de voir tomber. et handicapé social, est piqué au vif par l’insolence et le culot dePuis en fouillant le passé familial, matriarcat impo- l’autre. Qui est le bon samaritain ? Le Blanc, le Noir ? Les deux ensant, personnalités débordantes, tristes et joyeuses. En fait. Driss (Omar Sy, créature du Paf qui livre là un très bon numé-interviewant les nombreux frères et sœurs, oncles et ro personnel) met un peu de folie, de naturel, de mouvement, sanstantes de l’auteur, dont trois sont morts. aucun pathos, dans la vie conventionnelle et triste de PhilippeElle croisera des récits, entendra des confidences. Il (François Cluzet). Philippe apprend à Driss à être responsable dey a ces épisodes terribles que vivront les deux petites quelqu’un, l’aide à gagner en profondeur. Populaire, impertinent,filles de cette mère si particulière et que l’on lit en n’en délié, juste et pudique aussi, très généreux, le sujet tel que l’ont ha-menant pas large, en s’accrochant aux pages. bilement concocté Éric Toledano et Olivier Nakkache ne se moqueElle cherche, Delphine, à connaître le secret qui lui a jamais de ses personnages, il salue encore mieux leur courage etpris sa mère. Elle cherche à guérir. leur héroïsme de chaque jour. Il ose. Sans jamais déraper. 18
  • PARTICIPATION À LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE DE Marine Le Pen ça y est : la campagne décisive est lancée ! nous faisons appel à toutes les bonnes volontés qui peuvent s’exprimer de toutes les façons : en soutenant financièrement, en rejoignant le comité de soutien, en militant… il y a toujours quelque chose à faire, pour la france et pour nos idées. Rendez-vous sur www.marinelepen2012.fr À VOUS DE CHOISIR, PARMI LES FORMULES PRÉSENTÉES CI-DESSOUS, CELLE QUI VOUS CONVIENT LE MIEUX ! je souhaite prêter la somme de ___________________ euros (minimum 1 500 euros au taux annuel de 3 % ; nous vous contacterons pour les modalités) je souhaite faire un don de __________________ euros (4 600 euros maximum bénéficiant d’une réduction d’impôt de 66 % ; nous vous contacterons pour les modalités) je souhaite rejoindre le comité de soutien de marine le pen en ma qualité de : ______________________________________________________________________________________ (responsabilités politiques, professionnelles, syndicales, associatives…) et accepte que ce soutien soit rendu public dans le cadre de la campagne présidentielle je souhaite participer à la campagne de la manière suivante : ______________________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________________ (collage d’affiches, distribution de tracts et documents, expertise sur des sujets et thèmes particuliers, organisation de réunions à caractère privé…) Nom _______________________________________________ Prénom _________________________________________________ Adresse ______________________________________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________________________________________________ Code postal ________________________________________ Ville _____________________________________________________ Tél. portable ________________________________________ Tél. fixe _________________________________________________✂ Courriel ______________________________________________________________________________________________________ bulletin à retourner à cmlp • 78, rue des suisses • 92000 nanterre • courriel : soutien@marinelepen2012.fr
  • © Jean-Louis Reichmann la voix du peuple Metz, le 11 déceMbre 1 500 personnes pour écouter Marine Le Pen dénoncer la désindustrialisation et défendre les ouvriers. boulogne-sur-Mer, le 14 déceMbre Rencontre avec les marins- pêcheurs et les syndicalistes ;. pour sauver la pêche française © Jean-Louis Reichmann et dénoncer la corruption socialiste.chablIs en bourgogne, le 30 noveMbreDéfendre la viticulture, c’estdéfendre l’excellence française. InvItée du 12/13 de France 3, le 13 noveMbre Marine, de plus en plus incontournable, © Jean-Louis Reichmann de plus en plus sollicitée. D.R. ParIs, banquet des MIlle, le 19 noveMbre © Jean-Louis Reichmann «L’intérêt des Français avant tout. Contre l’intérêt des marchés financiers. L’intérêt général contre les féodalités financières, politiques, religieuses, et mafieuses !»