Your SlideShare is downloading. ×
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Journal Esprit de la France n°1

786

Published on

Journal de campagne Esprit de la France n°1, journal de campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle 2012.

Journal de campagne Esprit de la France n°1, journal de campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle 2012.

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
786
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  1. journal de campagne de marine le pen | n° 1 | septembre 2011 entretienme collardpourquoi marine ? actualité internationaleafghanistantant de morts pourune guerre inutile dossier du mois dette comment en sortir
  2. on vous l’avait bien dit ! D.R. Croissance La crise n’en finit pas de finirILS dISaIeNt • Croissance du PIB. pour le 2e trimestre 2011 : 0 %. • En comparaison, l’Allemagne enregistre 0,1 % et l’Italie, dési-« Nous avons réussi à traverser cette crise, je le dis gnée comme une Grèce en puissance, 0,3 %.parce que c’est la vérité, les chiffres parlent, en • Quant aux États-Unis, dont on connaît la précarité économiquepréservant le pouvoir d’achat de nos concitoyens. » sans précédent, ils affichent 0,3 %.(Nicolas Sarkozy, discours de vœux aux forces économiques,12 janvier 2011) Même un fidèle soutien du gouvernement, Laurence Parisot, patronne du Medef, vient de dire (le 22 août dernier) qu’il serait« Je suis convaincu qu’en 2011 on va faire reculer « très difficile » d’atteindre l’objectif gouvernemental de 2 % dele chômage grâce à une croissance forte croissance en 2011. Un objectif déjà jugé irréaliste par de nom-et aux mesures que nous avons prises. » breux économistes.(François Fillon, 27 janvier 2011)« Je veux rassurer nos concitoyens. La croissance Chômage : toujours plusau 1er trimestre a été plus forte que prévu, l’emploi repart taux de chômage en juin 2011 (France métropolitaine,depuis le début de l’année et nos objectifs de maîtrise chiffres fournis par le ministère du travail et le Pôle emploi) :des dépenses et de baisse des déficits sont tenus. • pour la catégorie A (personnes n’ayant exercé aucune activitéNotre action est en train de payer. » au cours du mois), il s’élève à 2 720 400 soit + 1,3 % (33 600) par(Valérie Pécresse, 10 juillet 2011) rapport au mois précédent, et + 1,5 % sur un an. Le taux de juin 2011 est le plus élevé depuis décembre 2010.« Je suis très confiant, parce que les fondamentauxde notre économie sont solides. » • en ajoutant les catégories B et C (personnes ayant exercé une activité réduite) le nombre total officiel de demandeurs d’emploi(François Baroin, 12 août 2011) atteint 4 103 700, soit + 4 % sur un an. Le taux de chômage tel que défini par le Bureau international du travail s’établit donc actuel- lement en France métropolitaine à 9,7 % de la population active.NouS dISIoNS Le ministère du Travail indique qu’en juin les catégories les plus touchées ont été les jeunes, les plus de 50 ans et les chômeurs« Ce qui nous attend, ce n’est pas la reprise de longue durée. La (très) légère embellie du 1er trimestre 2011 a fait long feu. Et n’oublions pas que ces chiffres officiels sontmais la re-crise ! » minorés par rapport à la réalité : demandeurs radiés de l’ANPE,(Jean-Marie Le Pen, 1er mai 2010) non inscrits, préretraités.« Refusant par idéologie de modifier sa politique Et la tendance se confirme : pour juillet 2011, la hausse du nombreéconomique, continuant de se soumettre à tous les de chômeurs est de 1,3 % par rapport à juin, et de 2,8 % sur un an.dogmes ultra-libéraux, le gouvernement de Nicolas Avec les départements d’outre-mer, ce sont désormais officielle-Sarkozy condamne la France à la sous-croissance, ment 4 391 900 personnes qui sont inscrites sur les registres du Pôle Emploi, soit 4,5 % de plus qu’il y a un an. Et l’on s’approcheet les Français aux sous-emplois et aux sous-revenus. » dangereusement de la barre symbolique des 10 % de chômeurs(Marine Le Pen, 26 janvier 2011) (en fait déjà nettement dépassée du fait des radiations et des mesures de traitement social et administratif du chômage). epuis des mois, face à l’évidence de la gravité d’une crise d économique, monétaire et boursière sans précédent depuis Seuil de pauvreté : 1945 (dixit Jean-Claude Trichet, patron de la Banque centrale de plus en plus de pauvres en France européenne ou BCE), nos gouvernants utilisent comme contre- mesure principale… la méthode Coué : de Valérie Pecresse à Les chiffres de l’Insee pour 2009 viennent de tomber : le nombre François Baroin, de Nicolas Sarkozy à François Fillon, c’est tou- des pauvres – les personnes vivant avec moins de 954 euros par jours l’incantation, les formules « éprouvées » du genre : « Le gros mois – a atteint 8,2 millions de personnes, c’est-à-dire 13,5 % de de la crise est derrière nous », « La croissance repart », « Les la population, soit + 0,5 % par rapport à 2008 et le niveau le plus fondamentaux de l’économie française restent bons », etc. élevé depuis 2000. Sur ces 8,2 millions de pauvres, la moitié ont Hélas ! comme disait Lénine – qui n’était pas au FN –, « les faits vécu avec moins de 773 euros par mois. sont têtus ». Les faits et les chiffres. Et ceux qui viennent de Et l’on ne voit pas, du fait de ce qu’on sait de la situation éco- tomber, relatifs au taux de croissance trimestriel et aux statis- nomique, comment cette tendance aurait pu s’inverser en 2010 tiques du chômage, ne sont pas bons. Vraiment pas : et 2011 ! 2
  3. sommaire/édito Par Marine Le Penon vous l’avait bien dit ! �������������������� 2La crise n’en finit pas d’en finirédito ���������������������������������������������� 3 Des journéesce que j’en pense ����������������������������� 4Internet : la liberté ne se divise d’été placéesni ne se réduità propos des parcs à thèmes sous le signe de l’espoiret de leur TVAdossier ����������������������������������������� 5Anticiper la sortie de l’Eurodans de bonnes conditions a campagne présidentielle s’ouvrelu, vu et entendu ����������������������������� 9 L dans des conditions économiques D.R. et sociales difficiles. Insécurité, immi-le détecteur de mensonges ������������� 10 gration et pauvreté gangrènent une société déjà lourdement fragilisée parcoups de cœur culture ������������������ 11 trente ans de confiscation de la démocratie, d’immobilisme, de compro-entretien �������������������������������������� 12 missions et de corruption.Gilbert Collard : Tandis que les peuples d’Europe ne cessent de manifester leur méfiance àpourquoi j’ai rejoint Marine Le Pen l’égard des contraintes de l’Europe fédérale, alors même que celle-ci se ré- vèle chaque jour plus incapable de défendre leurs intérêts diplomatiques,actualités internationales ��������������� 14 monétaires et commerciaux, la France arrive au stade ultime de sa lenteAfghanistan : tant de morts agonie financière, morale, économique et politique.pour une guerre inutile ! L’histoire contemporaine de notre pays se réduit désormais à la chro-soutenez-nous ! ���������������������������� 15 nique presque quotidienne de l’effondrement général, de la faillite deAidez pour la campagne présidentielle nos comptes aux frasques de l’ancien ministre socialiste DSK, en passantla voix du peuple���������������������������� 16 par une chasse coûteuse et sélective de dictateurs hier reçus avec tous les honneurs. Faillite, scandale et distractions en tout genre Dans le désert politique français, la parole est désormais monopolisée par les traditionnels marchands d’illusions et de mensonges. Sur l’air de « Tout va très bien, madame la marquise », la classe politique manipule, dissimule et communique pour tromper une énième fois le peuple à quelques mois des élections. Pour sauver coûte que coûte une construction européenne que tous les peuples rejettent, le système est prêt à tout. Artificielle, contraignante, surévaluée, la monnaie unique n’a apporté que la récession aux pays qui l’ont adoptée et désormais les dettes sont colossales. La France a besoin de notre victoire La croissance européenne est au plus bas. L’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal dépassent allègrement les critères de Maastricht en matière de déficit et de dette publique, véritables coups de canif dans le contrat qui sonne la fin de cette Europe-là. Édifiée contre les peuples et pour leur plus grand malheur, cette Europe est bien évidemment à bout de souffle, à bout de ressources, à bout de nerfs. Comme s’il s’agissait de terminer un château de sable avant que la mer ne l’emporte, les eurocrates demandent plus d’Europe pour nous débarrasser des derniers oripeaux de notre souveraineté. La France tombe, et les Français le sentent. C’est le gage de l’imminence de l’arrivée de nos idées au pouvoir. Je crois possible une révolution électorale et patriotique, qui marquera le plébiscite, tardif mais salutaire, Journal de campagne de Marine Le Pen des Français pour les solutions réalistes, justes, équilibrées et nationales. 78 rue des Suisses - 92000 Nanterre Je vous demande donc de vous impliquer autant que possible dans les Directeur de la Publication : Marine Le Pen Rédacteur en chef : Louis Aliot batailles électorales de 2012, parce que la victoire est possible. Tirage : 10 000 exemplaires Numéro de commission paritaire en cours Bonnes journées d’été et en avant pour 2012 ! Conception - Impression : Unanime Courriel : redaction@marinelepen2012.fr Photo en couverture : D.R. 3
  4. ce que j’en pense Par Marine Le Pen Internet La Liberté ne se divise ni ne se réduit La limitation de l’accès à Internet, telle qu’elle serait envisagée par la Fédération française des télécoms et plusieurs opérateurs, marquerait un retour en arrière inadmissible. Elle serait aussi une terrible injustice sociale pour les foyers qui n’auraient plus les moyens de s’offrir un accès illimité. L ’Internet illimité est un progrès aussi bien technologique qu’économique de faire savoir immédiatement qu’il refu- sera toute restriction de l’accès à Internet. et social. Il profite à des millions de foyers Dans le cadre de la grande loi « Liberté français, qui tiennent légitimement à leur sur Internet » que je propose, je ferai ins- liberté sur la Toile. crire le libre accès à Internet comme un S’il y a saturation de la bande passante, droit fondamental pour tous les citoyens. c’est à l’État et aux opérateurs de prendre L’accès à Internet peut être assimilé à un les dispositions nécessaires, sans sur- service public. Il n’est pas question d’en coût supplémentaire pour les consom- rendre le coût prohibitif ou d’en dégrader D.R. mateurs. Je demande au gouvernement la qualité de service. D.R.Question d’actualitéà propos des parcs à thèmeet de Leur tva ce que le taux de TVA réduit soit appli- qué aux entrées du futur parc. Consé-Taxer les parcs à thème et les Cola et Disneyland Paris. C’est évidem- quence : la proposition du gouverne- ment plus facile que de retirer nos troupes ment actuel aurait créé un contentieuxsodas sucrés en passant la TVA de la guerre américaine en Afghanistan. avec eurodisney, qui aurait pu exigerde 5,5 % à 19,60 %… Cette Cette proposition est totalement absurde des dizaines et des dizaines de mil-proposition, on le sait, a été insérée dans la conjoncture actuelle, et injuste, lions d’euros de réparation.la semaine dernière au second car elle touche aux loisirs de ceux qui ne Cette erreur technique est beaucoupprojet de loi rectificatif pour 2011. peuvent pas partir en vacances. plus qu’une anecdote de cuisine Mais surtout elle est en partie incohé- budgétaire. Elle traduit le degré de J ’ignore qui, à l’Élysée, à Matignon ou à Bercy, a eu l’idée de cette rente : le relèvement de la TVA sur les parcs à thème n’a même pas passé le précipitation et d’impréparation des décisions de ce gouvernement. autant« mesurette » baroque pour combler le cap de la commission des Finances de pour le « sérieux » et la « compétencedéficit abyssal de nos finances publiques. l’Assemblée nationale. Et pour cause : elle technique » de ce gouvernement…Mais je suppose qu’il n’est pas prêt d’en n’aurait pas pu s’appliquer à Eurodisney ! La fiscalité est aussi une arme de stratégierevendiquer la paternité, étant donné Parmi les multiples avantages consentis économique. Comment faire confiance àl’étonnement ironique qu’elle a suscité… alors à Mickey, le gouvernement Chirac des responsables politiques qui l’utilisentIl se serait agi, paraît-il, d’une mesure fiscale s’était en effet engagé, par une lettre avec des cartouches à blanc sans mêmeanti-américaine visant directement Coca- d’Édouard Balladur du 24 mars 1987, à s’en apercevoir ? 4
  5. dossier « L’euro a franchi le cap, et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle. » (Christine Lagarde, Par Machin Chose Forum de Davos, 25 janvier 2011) anticiper la sortie de l’euro dans de bonnes conditions Un projet d’espérance pour la France et l’Europe Dette nationale les « agences de notation » : où en sommes-nous ? quelle légitimité ? Bien loin d’être, comme le prétendent les élites mondialisées, Il existe actuellement trois agences internatio- une avancée et un atout, l’euro, comme on va le voir, nales principales – sur 150 en tout – de nota- est un boulet. Et même un contresens économique ! tion des économies des pays développés. Elles sont toutes d’origine américaine : Fitch Ratings (à capitaux en partie français), Moody’s et Standard & Poor’s. Elles sont d’abord des en- treprises commerciales qui se font rémunérer leurs « audits », par des entreprises comme par des collectivités publiques. Elles rendent leur verdict sur la base de critères uniquement financiers : endettement, inflation, taux de croissance. Elles ne prennent pas en compte de données sociales ou environnementales. La notation des agences est l’expression de leur opinion sur l’économie de tel ou tel pays, elle n’a pas un caractère « mathématique » rigou-D.R. reux. Ainsi, les agences « se couvrent » par rap- 6/9/2011 : des militants du FNJ dispersent de faux billets de 500 euros, symbolisant l’aide à fonds perdus à la Grèce. port aux conséquences de leur notation. Mais, de fait, cet avis est pris comme parole d’évan- GRèCe, IRLaNde, taux d’endettement et la faiblesse de son gile par les acteurs du monde économique. taux de croissance, elle est la suivante sur PoRtuGaL, eSPaGNe, la liste des « mal notés ». Leur fiabilité et leur indépendance sont re- ItaLIe… à quI Le touR ? mises en question : ces agences sont accusées Cette politique de maintien de la Grèce par nombre d’investisseurs ou d’analystes de dans la zone euro ne coûte pas qu’à l’Union n’avoir pas anticipé la crise des subprimes et, européenne : les deux plans successifs e n France, tout élites médiatiquesest interdit par les débat sur l’euro et d’aide à ce pays vont à eux seuls alourdir la une fois celle-ci déclarée, de n’avoir pas fait montre d’une grande réactivité. Surtout, il leur politiques. Ce n’est pas sain en démo- dette publique de la France de 32 milliards cratie. En Allemagne, le débat est très vif, d’euros – 17 milliards pour le 1er plan + 12 a été reproché l’inexactitude de leurs notes, les médias organisant des confrontations milliards débloqués pour le 2e plan fin juillet ! qui ne correspondaient pas à la situation entre partisans et adversaires de la mon- Une somme que chaque ménage français réelle des entreprises. Ce qui pose la question naie unique. Marine Le Pen seule défend la devra bien sûr en partie payer. de l’indépendance de ces agences, qui sont liberté du débat démocratique en France. Cette dette publique à la réduction de d’abord des prestataires de services avec des laquelle Nicolas Sarkozy prétend œuvrer a clients – les « acteurs du marché », entreprises Un puits sans fond augmenté de près de 500 milliards d’euros depuis son élection en 2007, soit d’avantage ou collectivités – à qui elles ont intérêt à don- ner les meilleures notes possibles. Le renflouement d’un pays comme la que sous n’importe quel président précé- Le caractère exclusivement anglo-saxon des Grèce par les États provisoirement plus dent ! Et à cause de cette obstination suici- trois principales agences a conduit certaines « viables » comme la France ou l’Alle- daire à tout sacrifier au dogme de la mon- naie unique, elle augmentera encore. personnalités de l’Euroland – Jean-Claude magne s’apparente au tonneau des Juncker, Angela Merkel, Michel Barnier – à Danaïdes : on a beau insuffler des cré- envisager une agence de notation européenne. dits conséquents dans son économie, Un coût social effrayant Mais qui fonctionnerait selon le même sché- la dette de ce pays continue d’augmen- ter, parce que son économie n’est pas Non seulement les mesures et subsides ma financiarisé qu’outre-Atlantique. structurellement adaptée aux exigences décidés par l’Union et la Banque centrale Enfin, l’influence des agences de notation de la monnaie unique et des organismes européennes sont impuissants à rétablir s’explique bien sûr par la dépendance des européens. Et ce qui est vrai de la Grèce durablement la situation économique de la États vis-à-vis des marchés financiers. De- l’est, ou le sera bientôt, de l’Irlande, du Grèce, mais ils occasionnent un véritable puis les années 1970, les États européens, Portugal, de Chypre, de l’Espagne et de saccage social : baisse des salaires, des dont la France, sont obligés d’emprunter l’Italie. Et la France aurait tort de croire aides sociales et des retraites, hausse du auprès des marchés financiers. que ça n’arrive qu’aux autres : par son chômage, hausse de la TVA et des impôts. 5
  6. dossier Des solutions existent notre pLan de sortie concertée Irlandais – par l’Union européenne et le FMI a produit un véritable « saccage social », avec hausse de la pauvreté et du chômage : en Irlande, le Smic vient de chuter de 11,5 %. Sans que rien soit réglé sur le fond ! Les premières mesures à prendre avant le retour au franc L’économie n’a rien à voir avec le dogma- tisme (de l’euro) mais doit, au contraire, D.R.Grèce : manifestation anti-FMI. être guidée par le pragmatisme, la prise en compte des réalités et spécificités natio- nales. Avec Marine Le Pen, un groupe Pourquoi nous, Français, euro, soit presque sept fois plus (+23 % d’experts a réalisé un document détaillant pour le croissant, + 45 % pour le café ne pouvons plus attendre au comptoir, + 133 % pour un kilo de les 12 étapes qui permettront de sortir enfin, sans précipitation et avec respon- (le coût économique pommes). Le passage à l’euro a été, dans les faits, le moyen pour de nombreuses sabilité, de l’euro. Des économistes ont été consultés. Voici les mesures, simples et social de l’euro) sociétés, notamment les grandes sur- et fiables, à prendre tout de suite, dès faces, de maquiller des hausses de prix. avant la sortie effective de l’euro. l’euro « plombe » nos exportations À cause de l’euro, les pays euro- 1) concertation et unité d’action en les rendant trop chères par rapport, péens – à commencer par la grèce avec les partenaires européens : notamment, au dollar. Ce faisant, il bloque – ne peuvent utiliser une monnaie bien évidemment, la sortie française la croissance. Or seule une croissance nationale comme variable d’ajustement de l’euro ne se fera pas sans concerta- forte permettra de faire reculer le chô- face à la crise : du coup, ils sont obligés de tion avec nos partenaires européens, et mage et de rembourser notre dette. reporter cet ajustement sur les dépenses notamment l’Allemagne, première puis- l’euro est responsable du renché- budgétaires, c’est-à-dire les dépenses sance économique de la zone euro. MLP rissement considérable du coût de sociales, les services publics, les salaires préconise une « sortie groupée », le même la vie en dix ans : on est, entre autres, et les taxes, autrement dit ils font payer leurs jour, de la France et des pays européens passé de la baguette à 1 franc à celle à 1 peuples ! Le plan imposé aux Grecs – et aux souffrant de la monnaie unique – Grèce, Espagne, Portugal, Italie, Belgique, Irlande. Pour rejoindre aussitôt les pays ils l’ont bien fait ! aux monnaies libres : Norvège, Suède, Danemark… En 1992/1993 le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie ont décidé de sortir du Ser- 2) création d’un « ministère des pent monétaire européen – pourtant beaucoup plus souple que l’euro – pour souverainetés », chargé de coordon- sauvegarder leurs économies nationales. À l’époque, pas d’euro, mais un mark ner la restauration de notre souveraineté allemand très fort, autour duquel gravitent tant bien que mal les monnaies et dans tous les domaines, qu’il s’agisse de économies d’une dizaine de pays européens. monnaie, de budget, de commerce, de Au début des années 1990, la croissance ralentit fortement en Europe, mais la défense, de diplomatie, de droit. rigidité du SME empêche l’adaptation des économies faibles à la conjoncture. 3) préparation simultanée de la Du coup, fin 1992, début 1993, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne décident fabrication de la nouvelle monnaie de sortir du carcan du SME pour redonner de l’oxygène à leurs économies. nationale – le franc – afin d’éviter toute Celles-ci, et notamment les exportations, ont aussitôt enregistré un net « mieux », rupture des signes monétaires, fabrica- alors que les « experts » et les élites déjà mondialisées leur avaient prédit la ruine tion qui se fera sous contrôle de la Banque économique et le chaos social. La France, elle, est restée – par orthodoxie moné- de France (BdF). tariste – au sein du SME : elle a payé cet entêtement d’un million de chômeurs 4) restauration de la Bdf dans ses supplémentaires selon l’analyse rétrospective de la plupart des économistes. prérogatives d’institution moné- Bref, trois grandes nations européennes avaient osé s’affranchir des diktats éco- taire et dans son rôle de définition de nomiques des eurocrates et on voit aujourd’hui qu’elles avaient bien fait ! Au- la politique monétaire de la France – en jourd’hui, avec l’euro et la crise, les nations européennes ont retrouvé un SME étroite liaison avec le ministère de l’Éco- bien plus contraignant et néfaste que celui d’il y a vingt ans ! nomie et des Finances – tout en garan- tissant son autonomie vis-à-vis de l’État. 6
  7. l’avait bien dit ! on vousdossier Par Machin Chose5) Vertu de l’exemple français : l’an- baguette payée 1 euro passera à 1 franc adaptée à nos besoins, mieux à même denonce par la France de son retrait de la et non à 6,57 francs. lutter contre la crise, les délocalisations etzone euro – simultanément avec d’autres le chômage. La souveraineté monétairenations (voir plus haut) – portera un coupfatal à l’euro, et toutes les nations euro- Les bienfaits – rapides – permet d’anticiper plutôt que de subir. Un an après la sortie de l’euro, le minis-péennes, Allemagne compris, seront d’une sortie de l’euro tère des Souverainetés publiera un pre-contraintes d’imiter l’exemple français. mier bilan de l’impact du retour au franc Les effets d’une sortie de l’euro seront sur l’économie française – industrie, Les mesures pour rendre pour l’économie française comparables, en intensité et en rapidité, à un « massage commerce, pouvoir d’achat, emploi. On peut envisager, en fonction de l’évolution effectif le retour au franc cardiaque ». du paysage monétaire international, la Le retour au franc équivaudra à une déva- possibilité pour le franc de s’adosser, àUne fois la décision, et les premières luation compétitive. Cette dévaluation est terme, à un étalon monétaire polymétal-mesures prises, une fois le franc offi- estimée à 20 % par les experts : c’est exac- lique, basé sur un « panier » de monnaie etciellement rétabli, viennent les mesures tement ce que vient de faire la Grande- de métaux précieux – or, argent, platine…d’accompagnement et de consolidation Bretagne avec la livre. Cette dévaluationde la nouvelle politique. Là encore, rien compétitive donnera une vraie boufféed’inédit, ni d’hérétique, ni de téméraire en Le PRIx deS bIeNS d’oxygène à une économie atone, démo-matière d’économie et de finances. ralisée et pénalisée par la cherté de ses de CoNSommatIoN Ne1) mise en circulation des nou- coûts. Très concrètement, et très rapide- doIt PaS ChaNGeR, PouR ment, elle relancera l’activité touristique,velles pièces et des billets libellés un des grands « postes » de notre écono- évIteR uN mouvemeNten francs avec, pendant un à deux mois,une double circulation autorisée avec mie. dans un de ses derniers rapports INFLatIoNNISte.l’euro, le tout supervisé par la BdF. au FMI, dSK lui-même recommandait aux américains de dévaluer le dollar La preuve par la Norvège, le dane-2) institution d’un contrôle des pour relancer leur économie. alorschanges temporaire qui sera levé une mark, la Suède, la Grande-Bretagne : pourquoi ce qui serait vrai d’un côté on observe que les nations ayant conservéfois la stabilisation financière effective. de l’atlantique serait faux de l’autre ? leur monnaie nationale s’en sortent glo-3) institution du franc comme seule De son côté, l’économiste Alain Cotta balement mieux que les pays de la zonemonnaie ayant cours légal en France, au estime que la sortie de l’euro entraînerait euro. Pour se faire une idée, il suffit determe des deux mois de double circulation. un « accroissement immédiat » de nos comparer les taux de croissance des4) parité fixée à 1 franc pour 1 euro, exportations, réduisant – enfin – notre uns et des autres. En moyenne globale,avec un taux de change fixe et ajustable, déficit extérieur et suscitant à son tour une depuis dix ans, les pays européens horsde façon à mieux maintenir le pouvoir baisse du chômage. de l’euro affichent un taux de croissanced’achat : en effet, le prix des biens de La monnaie nationale pilotée par une de 2,5 % (contre 1,3 % pour les pays de laconsommation ne doit pas changer, Banque de France et un ministère de zone euro) ; un taux de chômage de 5,4 %pour éviter un mouvement inflationniste l’Économie raisonnant enfin en termes (contre 8,6 pour la zone euro) ; un déficitcomme celui constaté lors du passage de stratégie nationale permettra une poli- de 1,5 % du PIB. (contre 2,6 % dans la zonedu franc à l’euro. En conséquence, la tique monétaire plus souple, plus finement euro) (données Eurostat).Contribution de la France au sauvetage de la GrèceVoilà ce que l’on sacrifie ! 15 milliards d’euros, cela représente… • 3 000 équipements IRM • 750 000 places de crèche • 5 500 000 isolations de logements • 943 km de lignes de TGV • 2 419 km d’autoroutes …et plus que l’ensemble du déficit de nos caisses de retraite pour 2011 ! D.R. 7
  8. dossierAvis d’experts euro-sceptiques le faux argument du renchérissementce qu’iLs des dettes françaises C’est le grand argument – mensonger – de nosen pensent adversaires, destiné à faire peur : la dette française convertie en francs sera, assure notamment Nicolas Sarkozy, deux ou trois fois plus élevée qu’en euros, ce qui aura des conséquences terribles sur l’endette- nouriel rouBini, qui fut le premier économiste à annoncer la ment et les revenus de chaque ménage français.crise financière des subprimes, prévoit que les pays de la périphérie de la C’est faux. Pour les raisons suivantes :zone euro – Grèce, Espagne, Portugal, Italie, Irlande – auront abandonné D’abord, si la France abandonne l’euro, l’eurol’euro d’ici à cinq ans. cesse d’exister partout en Europe comme monnaie Jacques sapir, directeur à l’EHESS, pronostique « la crise termi- unique. La France sera donc en position de forcenale de l’euro » pour l’hiver 2011. pour imposer la conversion en nouveaux francs de la part extérieure de notre dette à nos créanciers emmanuel todd, essayiste, serait « très étonné que l’euro survive étrangers. Ceux-ci seront donc remboursés en francs,à 2011 » – pourtant Todd n’est pas partisan de la disparition de la monnaie monnaie redevenue monnaie d’échange, sur la baseunique. Il affirme néanmoins que le « système actuel est le pire conce- d’un franc = un euro. La hausse de la dette est, dansvable parce qu’il détruit une partie de l’industrie européenne, dresse lesEuropéens les uns contre les autres, met l’Allemagne dans une position ce cas, égale à zéro.de domination mais aussi de cible, d’ennemi collectif de l’Europe ». De toute façon, la dette de la France augmentera beaucoup plus vite si nous nous accrochons à l’eu- norman palma, maître de conférences à l’université Paris Sor- ro : non seulement les plans de renflouement desbonne, décrit la zone euro comme une « zone monétaire très probléma- économies de la Grèce, de l’Irlande et du Portugaltique, dans la mesure où elle favorise les pays excédentaires et pénalise (en attendant l’Espagne et l’Italie) conçus et finan-les pays déficitaires : les premiers ont, grâce à leurs excédents, la pos- cés par l’Union européenne ne servent à rien d’autresibilité de fonctionner en abondance monétaire, tandis que les seconds qu’à prolonger artificiellement la vie de l’euro,s’étouffent dans la pénurie monétaire » mais ils sont extrêmement coûteux : 110 milliards Jean-luc gréau, auteur de La trahison des économistes (Galli- d’euros donnés en 2010 + 100 milliards promis enmard) estime que « la monnaie unique est un bouclier de papier » pour 2011 pour la Grèce ; 85 milliards donnés à l’Irlande ;les économies européennes. 78 milliards donnés au Portugal. La France finance ces plans à hauteur de 20 % : cela représente des di- amartya sen, prix Nobel d’économie 1998, a signé le 4 juillet 2011 zaines de milliards d’euros à verser dans les annéesdans Le monde une tribune à l’intitulé signifiant : « L’euro fait tomber qui viennent, et plus encore si l’Espagne et l’Italiel’Europe. » tombent à leur tour. Du coup, notre dette s’accroît philippe simonnot, auteur du livre d’économie-fiction (encore mécaniquement et dramatiquement ! Uniquementque…) Le Jour où la France sortira de l’euro, dit que « la nouvelle vague pour replâtrer l’euro, qui est bien plus un dogmed’hyperinflation américaine (…) obligera l’euro à se réévaluer de facto » idéologique qu’une nécessité économique !avec, pour conséquence inévitable, la montée du chômage. alain cotta, professeur émérite à l’université Paris Dauphine « dédiaboliser » la dévaluationet auteur de nombreux essais, démontre que l’euro « a non seulement Les dévaluations font partie de la vie monétaire tra-pénalisé notre compétitivité mais il a aussi et surtout permis aux États de ditionnelle. Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises ense droguer aux déficits en pensant que, grâce à l’euro, on échapperait àla dévaluation ». En fait, la monnaie unique a surtout profité à l’Allemagne, soi, elles sont un fait, et une arme dans certains cas.lui permettant notamment de financer sa réunification. Mais maintenant, Entre 1949 et 1989, le franc a perdu 75 % de sa valeurajoute Alain Cotta, « l’Allemagne n’a plus envie de payer pour tout le par rapport au mark. Pourtant, sur la même période,monde » et d’ailleurs ne le peut pas. la croissance économique de la France a été forte, et globalement équivalente à celle de l’Allemagne. Jean-Jacques rosa, économiste réputé et opposant à la mon-naie unique dès les années 1990, voit l’euro « comme un contresens la fausse équation : dévaluation = inflationéconomique » : on ne peut, en effet, « appliquer la même politique moné-taire, c’est-à-dire le même taux de change et le même taux d’intérêt, àdes économies dont les trajectoires et les structures sont différentes ». Diaboliser la dévaluation comme le font les parti- gérard lafay, économiste et coauteur de l’essai Nations et mon- sans de « l’euro-à-tout-prix » n’a donc pas de sens.dialisation (Économica) est partisan d’une sortie « en douceur » de l’euro il s’agit simplement d’un faux argument purementqui seule peut permettre aux économies européennes faibles de s’adap- idéologique, destiné à tromper l’opinion publique.ter, via une dévaluation de leurs monnaies nationales, aux différences de Pour Alain Cotta, économiste et enseignant à l’uni-niveaux les séparant des économies fortes, la dévaluation relançant leur versité Dauphine, la dévaluation compétitive ducompétitivité. En outre, il fait de l’euro « un facteur majeur de la désin- franc par rapport à l’euro n’entraînera pas d’infla-dustrialisation » des nations européennes. Et il explique que la mise en tion : au contraire, insiste-t-il, les dévaluations –place de l’euro n’était qu’« un prétexte » (pour les eurocrates) pour aller dont celle du franc en 1968 – ont toujours permis devers une Europe fédérale, confirmant la dimension bien plus idéologique rééquilibrer les finances extérieures sans inflation.que technique de la monnaie unique. 8
  9. lu, vu et entenduUn florilège des déclarations et postures de notre classe politique qui insultent la vérité ou la France. Plus quelques-unes, beaucoup plus rares hélas, allant plutôt dans le bon sens…au secours ! Comme l’écrit Stéphanie Villers dans La Croix, « une contagion de la crise de la dette à la Péninsule risque de sérieusement les (les banques françaises) endommager ». Madame Parisot est peut- être trop pressée d’être « fière » ! « Le sens de l’état, l’exigence de la prospérité nationale, la défense des traditions et des mœurs sont « Je salue la lucidité et la capacité d’anticipation du l’adN de la droite républicaine, commun à ses trois chef de l’état et du gouvernement qui permettent, à la principales familles : la tradition gaulliste, les centristes France, depuis le début de la crise, de s’en sortir mieux et les libéraux. » que ses voisins européens. » Nathalie Kosciusko-Morizet commentant, le 31 août, la réunion Christian estrosi, député-maire uMP de Nice, le 24 août, sur son site des élus de l’uMP à Port-Marly en vérité : Il est certain que la France s’en sort mieux – pour le en vérité : Eh bien, cet ADN a subi une manipulation génétique quart d’heure – que la Grèce. Mais c’est tout : dans un article carabinée sous le règne de Sarkozy : les magouilles avec le clan publié le 6 août sur le site de Libération, un « proche du gouverne- Bettencourt et le népotisme sarkozyste (pour le sens de l’État), ment » reconnaît que la France est « le plus fragile des pays notés la dette exponentielle et la croissance nulle (pour la prospérité AAA » (la meilleure note des agences de notation financières). nationale), la théorie du genre enseignée dans les manuels sco- laires (pour la défense des traditions et mœurs), l’inféodation à Au deuxième trimestre 2011, la croissance du PIB en France a été Washington et à l’Otan (pour la tradition gaulliste). On ne vou- plus faible que partout ailleurs : 0 %, contre 0,1 % en Allemagne, drait pas de Mme NKM comme biologiste – ni d’ailleurs comme 0,3 % dans la zone euro et en Italie. grande prêtresse du gaullisme ! Et ce ne sont pas les talents de visionnaire de Nicolas Sarkozy et de son ministre des Finances François Baroin, accrochés au « en ce moment, je veux dire à quel point nous dogme ruineux de l’euro, qui vont nous sortir de cette zone dan- gereuse… On salue donc le manque – volontaire ? – de lucidité pouvons être fiers de nos banques françaises. » de Christian Estrosi. Laurence Parisot, présidente du Medef, le 2 septembre en vérité : Certes, les banques françaises ont plutôt bien « La règle d’or (…) c’est demander à l’état de s’appliquer résisté à la crise des subprimes et à la « dépression nerveuse » à lui-même la règle que tous les Français s’appliquent financière et boursière qui s’en est suivie, grâce à une grande prudence en matière d’investissements financiers. Mais le tous les jours, c’est-à-dire j’ai un euro à dépenser, je ne 10 août, la Société Générale, BNP Paribas et le Crédit Agri- dépense pas plus d’un euro ! » cole ont connu de vraies turbulences en Bourse : -22 % en une Valérie Pécresse, ministre du Budget, début juillet, sur I-télé séance pour la première, -9,5 % pour la seconde, -11,8 % pour en vérité : Ah vraiment ? L’État, qui a le très long terme devant lui la troisième. Et le 18 août dernier, la banque centrale américaine peut s’endetter à volonté, il a le monopole de la violence légitime (la FED) évoquait publiquement le « manque de solidité » des qui lui permet de recourir à l’impôt et, de plus, est insaisissable banques européennes. Aussitôt nos banques enregistraient par le fisc. Bref, sa situation n’est donc en rien comparable à une nouvelle chute de leurs cours : -12,3 % pour la SG, -7,3 % celle du Français de base qui, lui, sera poursuivi et saisi en cas pour le CA, -6,8 % pour la BNP. de surendettement, et n’aura pas le moyen de se renflouer sur À la racine de cette facilité, le doute des marchés sur la capa- le dos de tiers. On voit à des déclarations de ce genre combien cité de la France à conserver son « triple A ». Et le fait que des technocrates et bobos « de droite » comme Valérie Pécresse les banques françaises ont pas mal investi en titres grecs et n’ont rien à envier à ceux « de gauche » en termes de déphasage italiens : on parle de 400 milliards d’euros pour la seule Italie. par rapport aux « vrais gens ». ! « Cet homme a visiblement une maladie mentale ! »bien vu Michel Rocard à propos de dSK, le 29 août au « Grand Journal » de Canal+ en vérité : Pour une fois que M. Rocard ne pratique ni la langue de bois ni le politiquement correct, on s’incline bien bas. Mais pas « que minc me traite de connard, ça vaut la Légion longtemps : il a présenté ses excuses à DSK dès le 31. d’honneur ! » arnaud Montebourg, candidat à la primaire PS, le 27 août, « Il y a deux solutions : soit le Président de la République sur son blog continue par amour-propre à nier ce fiasco et envoie à la en vérité : Montebourg s’est attiré les foudres d’Alain Minc, grand prêtre de l’ultralibéralisme, de la mondialisation et du mort nos soldats pour rien (…) soit on accélère le retrait mondialisme, parce qu’il défend le protectionnisme écono- parce que c’est un fiasco. » mique pour la France et l’Europe. Il faut reconnaître qu’ils ne Nicolas dupont-aignan à propos de l’afghanistan, le 8 août sur RtL sont pas tant que ça au PS à mériter la Légion d’honneur ! La en vérité : Pas mal vu, Nicolas Dupont-Aignan ! Vous devriez majorité des pontes du parti, de Martine Aubry à François Hol- vous rallier à celle qui a le plus de chance d’imposer le retrait de lande, sont plus proches de Minc que de lui. nos soldats de ce bourbier américain ! 9
  10. le détecteur de mensonges Cette rubrique, qui ne devrait pas manquer de matière, se propose de traquer impitoyablement les mensonges, omissions et approximations émaillant les interventions de notre classe politique.Ce mois-ci, nous nous intéressons au dossier un pécule d’« aide au retour » de 350 euros.de l’immigration et à son « traitement » par Le collectif immigrationniste « Romeurope » BINatIoNaLItÉl’UMP, censée, contrairement à la gauche, observait qu’un an après le fracassant dis-lutter contre le phénomène. cours de Grenoble de Sarkozy, le nombre « Il faut contraindre les bi-nationaux à de Roms et de campements sauvages était « choisir entre deux nationalités » ou resté exactement le même ! sinon aller « vers une limitation de leurs droits politiques. » CLaNdeStINS (Claude Goasguen, député-maire uMP du XVIe arrondissement de Paris, rapporteur « La France a expulsé de son territoire quelque 29 000 étrangers en situation L’aCquISItIoN pour la mission d’information parlementaire sur le droit de la nationalité, La Croix du 9 irrégulière en 2009. » de La NatIoNaLItÉ mai 2011) (Éric Besson, alors ministre de l’Immigration *mensonge ! Dès le 8 juin, Jean-Fran- et de l’Identité nationale, « Grâce à l’amendement du collectif çois Copé demandait à ce qu’on ne modi- europe 1, janvier 2010) de la droite populaire, il ne sera plus fie pas la situation des Français binatio- « une situation irrégulière ne peut possible de devenir Français sans le naux. Christian Jacob, patron du groupe conférer plus de droits qu’une situation savoir. » parlementaire UMP, et les membres UMP régulière et légale » (déclaration commune des 44 députés membres de la droite populaire, tendance de la mission parlementaire sur le droit (Nicolas Sarkozy, président de la « droitiste » de l’uMP, 10 mars 2011) de la nationalité avaient déjà déclaré leur République, discours de Grenoble, opposition à la proposition de Goasguen. le 30 juillet 2010) « Les conditions d’attribution de Celui-ci l’a aussitôt mise au tiroir : effet *mensonge ! Actuellement moins de la nationalité ne sont pas assez d’annonce et poudre aux yeux ! 30 % des sans-papiers placés en rétention restrictives. Il y aura, un jour, un débat sont finalement reconduits aux frontières sur le droit du sol et du sang. » (Le Parisien du 11 mai 2011). Le nombre (dominique tian, député de la « droite populaire » – tendance droitiste de l’uMP – IMMIGRatIoN LÉGaLe des clandestins présents en France est déclaration à Slate.fr, 13 avril 2011) « estimé » de 200 000 à 400 000. 20 000 « J’ai demandé que l’on réduise le d’entre eux ont été régularisés en 2009 (Le *mensonge ! L’amendement en ques- nombre de personnes admises au titre monde du 21 décembre 2009). Dans un tion n’a pas été retenu par l’Assemblée de l’immigration du travail (…) et nous avis rendu le 21 mars 2011, le Conseil d’État nationale qui a approuvé un autre amen- allons continuer à réduire le nombre a sanctionné l’incompétence du gouver- dement du député UMP Claude Goas- d’étrangers venant en France au titre nement, qui n’a pas pris les dispositions guen : l’automaticité d’acquisition de du regroupement familial. » juridiques nécessaires pour permettre le la nationalité française pour les jeunes (Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, 8 avril 2011) renvoi des clandestins dans leur pays : du étrangers de 18 ans n’a pas été sup- coup, c’est le droit européen que le gouver- primée, on demandera seulement aux *mensonge ! D’après les chiffres du nement doit appliquer, droit qui laisse aux jeunes majeurs en question de faire une ministère de l’Intérieur, nous recevons plus clandestins un délai de 7 à… 30 jours pour demande écrite afin d’obtenir leur certifi- de 180 000 nouveaux immigrants légaux repartir « volontairement » chez eux ! cat de nationalité. chaque année,(sans compter les clandes- Quant à un hypothétique débat sur la tins !) En 2010, la seule immigration légale réforme globale du Code de la nationalité a représenté 203 000 nouveaux arrivants, LeS RoMS demandé par le FN depuis plus de vingt- soit une hausse de 10,6 % par rapport cinq ans, les députés de l’UMP, Droite à l’année précédente (chiffres du Haut « Les ressortissants de Roumanie et Conseil à l’intégration et de l’Office français populaire comprise, n’ont pas déposé le de bulgarie seront reconduits quasi de l’immigration). Et sur ce total, 81 100 per- moindre projet allant dans ce sens depuis immédiatement dans leurs pays en cas sonnes sont entrées en France au titre du d’atteintes aux biens ou de fraudes. » l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007. regroupement familial (+ 4 % par rapport (Brice Hortefeux, alors ministre Enfin le gouvernement que soutient tou- à 2009). Rappelons qu’en 2000, sous Jos- de l’Intérieur, 28 juillet 2010) jours la Droite populaire a procédé à 107 pin, le nombre d’immigrants légaux n’était 000 naturalisations (91 000 par décret, 16 « que » de 114 000 ! « Nous devons mettre un terme 000 par mariage) en 2008, seuls 13 % de ces aux implantations sauvages de campements roms. » naturalisés étant originaires d’Europe ! (Nicolas Sarkozy, discours de Grenoble du Sur le débat entre droit du sang et droit du dRoIt d’aSILe 30 juillet 2010 sol, Claude Goasguen, député-maire du XVIe arrondissement de Paris, rapporteur « Il n’est pas question de laisser la « 2 % de la délinquance en France sont demande d’asile devenir un passeport du projet de loi « Immigration, intégration le fait des Roumains (…) Nous allons pour la clandestinité. » et nationalité » à l’Assemblée, et consi- faire en sorte que les mineurs rentrent (Brice Hortefeux, alors ministre en Roumanie dans les services d’aide à déré comme membre de l’aile droite de la de l’Intérieur, devant l’assemblée, l’enfance de leur pays. » majorité, s’est félicité que les Allemands 1er février 2011) aient « modifié leur droit de la nationalité (Claude Guéant, RMC, 29 août 2011) dans le bon sens » en renonçant à leur *mensonge ! La France accueille envi- *mensonge ! Grâce aux accords de ancestral droit du sang au profit du droit ron 10 000 réfugiés politiques par an, et Schengen, la plupart des expulsés roumains du sol (déclaration devant l’Assemblée ce nombre ne cesse d’augmenter : + 20 % reviennent en France après avoir empoché nationale, le 9 mars 2011). en 2008, + 12 % en 2009, + 10 % en 2010. 10
  11. coups de cœur culture Par Marine Le PenUn site viLLefranche-de-confLent : vauban et Les pyrénéesC’est mon coup de cœur touristique de l’été. défenseurs non seulement du soleil mais duVillefranche-de-Conflent est un village médié- regard des éventuels assaillants installés sur lesval fortifié (XIe siècle) d’à peine 200 habitants, hauteurs dominant partout le village. Il a aussirénové au XVIIe siècle par Vauban, et niché « signé » trois bastions, dédiés à Louis XIV, àau fond d’une vallée verdoyante, où se ren- son épouse et à leur fils le Dauphin. Sans jouercontrent les deux rivières de la Têt et du Cady. les pédantes, ces « dédicaces » renvoyaient àOn est là dans les Pyrénées-Orientales, en Ca- l’annexion du Roussillon et de la Cerdagne àtalogne française. C’est le pays de mon com- la France (traité des Pyrénées, 1659 : je remer-pagnon Louis Aliot, qui me l’a fait découvrir. cie Wikipédia d’avoir rafraîchi mes souvenirsImaginez donc des maisons de pierres grises, scolaires). Quant au Moyen âge, il est toujours © Marine LE PENcoiffées de tuiles rouge orange, bien à l’abri des représenté par deux ou trois tours.remparts qui les enserrent. Des rues étroites et On ne s’étonnera pas que Villefranche ait été,fleuries dans lesquelles il fait bon visiter les à l’été 2008, un des douze sites fortifiés parnombreuses échoppes d’artisans ou simple- Vauban inscrits au Patrimoine mondial dement se perdre. Au hasard d’une rue, on tombe sur l’hôtel de l’Unesco. J’approuve ce choix, ainsi que l’appellation contrôléeville, et l’hôpital médiéval. Sans oublier l’église locale, dédiée à de « plus beau village de France ».Saint-Jacques, avec un beau porche en vieux marbre rose. Et la nature ? Ce sont les Pyrénées, qui dominent tout, le vertEt partout, bien sûr, la marque de Vauban, le plus grand archi- des bosquets se détachant sur le gris de la roche. Mais mêmetecte militaire mais aussi un des grands urbanistes français. À sur les cimes, on retombe sur Vauban, avec le fort Libéria, reliéVillefranche, les fortifications ne présentent pas ces défenses aux au village part un escalier souterrain de mille marches – je n’aiangles aigus saillants, caractéristiques qui, sur les plans anciens, pas eu le cœur de vérifier. Et pour prendre la mesure complètefaisaient ressembler toutes les villes fortifiées à des étoiles. Non, du site, on peut emprunter le petit train jaune qui serpente suron a l’impression que notre maréchal-architecte s’est soumis 50 kilomètres (je crois) à travers la Cerdagne. Enchantementnon seulement au relief escarpé et à l’espace limité du lieu, mais garanti en perspective.qu’il s’est adapté aussi à la forteresse médiévale préexistante : il Bref, ce bout de terroir français est vraiment magnifique, eta notamment doté les remparts crénelés d’un toit abritant les c’est une Bretonne enracinée qui le dit ! Un livre Un film le camp des saints en pleine tempête de jean raspaiL de woLfgang petersen On a beaucoup reparlé, à l’occasion de sa récente réédition, C’est l’histoire de Billy, pêcheur du roman d’anticipation politique de Jean Raspail. Antici- d’espadon américain (George Cloo- pation politique puisqu’il imagine le débarquement subit, ney) qui décide avec son équipage de sur la Côte d’Azur, d’un million d’hommes, de femmes et gagner une zone plus poissonneuse, d’enfants chassés d’Inde par la misère et l’espoir de l’Eldo- au large de Terre-Neuve. En fait d’es- rado. Et aussi parce qu’il décrit un pays qui a perdu ses dé- padons, ils vont trouver l’enfer, sousfenses patriotiques immunitaires, et dont les autorités – politiques, morales la forme d’une gigantesque tempête.et religieuses – non seulement ouvriront toutes les portes, mais écraseront, au Le film est adapté d’un best-seller lui-nom des droits de l’homme, ceux qui tentent de résister à cette invasion. On même inspiré d’événements authen-sait que la réalité a suivi d’assez près le romanesque : on n’a pas eu un raz- tiques. C’est l’occasion, bien sûr, d’ef-de-marée unique d’un million d’immigrants, plutôt d’innombrables vagues fets spéciaux saisissants – dus à l’excellent réalisateurde plusieurs millions de déracinés du monde entier, mais l’intuition catastro- Wolfgang Petersen (Das Boot). C’est aussi le prétextephiste était globalement juste. Et pour ce qui est de l’anesthésie d’un pays, de d’un nouveau numéro de héros pour Clooney, dansses « élites », Raspail a, hélas ! mis dans le mille. Début 2011, Le Camp des un rôle peut-être plus âpre et émouvant que d’habi-Saints s’est révélé un best-seller. Beaucoup de critiques, même hostiles, ont ac- tude. Mais si j’ai retenu ce film, c’est, je l’avoue, pourcordé à l’auteur une dimension visionnaire. J’ai découvert le livre à seize ans. des raisons un peu extracinéphiliques. En le voyant,Mais j’en ai pleinement apprécié la force à l’occasion de sa réédition. D’au- j’ai pensé à un autre capitaine courageux que le des-tant que Raspail a écrit une préface où, notamment, il recense pas moins de tin a frappé : mon grand-père paternel Jean Le Pen,85 passages susceptibles de poursuites. Si je suis élue, je ferai tout pour qu’un dont le chalutier heurta une mine au large du Mor-écrivain puisse dire ce qu’il a à dire, surtout quand, comme Jean Raspail, il dit bihan, en août 1942. Jean Le Pen a nagé huit heuresou pressent la vérité. Une vérité que j’ai prise en pleine figure en visitant, cette avant de succomber à l’épuisement, son second par-année, l’île italienne de Lampedusa, transformée en camp de transit géant venant à regagner le rivage. Quand, sur l’écran, lapour des milliers d’immigrés illégaux, mais guère plus clandestins. tempête s’est déchaînée, ce n’est plus une star hol-Ah ! j’allais oublier un détail important : Le Camp des Saints est un vrai lywoodienne que je voyais luttant contre le sort etroman, haletant et poignant, sans happy end mais illuminé par la den- les éléments : malgré tout son talent et sa présence,sité des personnages, auquel on reprochera peut-être son pessimisme George Clooney avait cédé la place au modeste Jeanfoncier. Moi je crois encore à la force de la volonté, au désir des Français Le Pen, héros anonyme et martyr ordinaire du quo-de sauver leur identité. En refermant ce livre sans concession, on a une tidien breton. C’est lui surtout qui m’a ému, dans cepensée pour la « petite fille Espérance » de Péguy, qui refuse de mourir. film ! J’en demande pardon à George Clooney… 11
  12. entretien PAF (paysage audiovisuel français cette « maRINe eSt La SeuLe fois) la candidate Marine. CaPabLe de RéCoNCILIeR l’esprit de la france : Aviez-vous, Le PaSSé, Le PRéSeNt avant de la connaître, des préjugés à et L’aveNIR. » son encontre, liés au nom qu’elle porte ? gilbert collard : Je dirais qu’à l’époque j’étais dans ce que j’appelle le « confor- misme logique », c’est-à-dire que j’étais moi-même prisonnier de ce que je dénonce aujourd’hui, le mécanisme de la « pensée par association ». Et selon ce mécanisme, Jean-Marie Le Pen représentait tout ce qui pouvait être attentatoire, antinomique de la démocratie, de la République. Je fonction- nais vraiment sur ce schéma qu’on m’avait imposé depuis toujours. et puis j’étais si bien dans la « posture morale », celle qui consiste à être du bon côté de la fron- tière. Et du reste j’ai continué à ferrailler sévèrement avec Le Pen, jusqu’à la der- nière présidentielle ! Tout en éprouvant, je dois dire, une certaine « communion » intel- lectuelle : d’abord nous avons en commun l’amour du subjonctif ! Plus généralement, je considère que le fait de bien parler fran- çais rend respectable. Et puis, au fil du temps, j’ai bien été obligéD.R. de me rendre compte que le discours de Le Pen, si l’on met de côté certains excès de langage, était repris par tout le monde Gilbert Collard ou presque, à commencer par Nicolas Pourquoi j’ai rejoint Sarkozy qui s’est fait élire via un processus de « blanchiment » des voix FN. ef : Mais, finalement, quel est le déclic Marine Le Pen qui vous a donné envie de vous engager au côté de sa fille ? gc : Pour faire simple, il demeurait, avec Jean-Marie Le Pen, le problème des petites Né à Marseille en 1948, ayant grandi puis étudié en phrases, qui me gênait. Mais quand sa fille a été élue présidente du parti, j’ai pris contact Provence, Gilbert Collard est une – forte – personnalité avec elle. Depuis ses premiers coups de fil en même temps qu’un avocat et un essayiste. Les Français d’étudiante, on ne s’était jamais perdu de vue. Je me suis dit qu’elle pourrait défendre ont appris à le connaître au fil d’affaires très médiatisées, certaines idées dont la France a besoin, certains de ses clients ayant pour nom Charles Pasqua, sans être piégée par l’instrumentalisation des mots, des phrases, de la « sonorité » Richard Virenque, le général Aussaresses, le tueur en série en quelque sorte, de Jean-Marie Le Pen. Patrice Alègre, Brigitte Bardot, Laurent Gbagbo… Il a Et sous la condition qu’il n’y aurait aucune acceptation de sa part de la moindre forme tâté de la politique active, se présentant notamment sous de racisme et d’antisémitisme, j’ai accepté l’étiquette « divers droite » à Vichy (dont il a été conseiller de rejoindre son comité de soutien. J’ai depuis pu constater un intéressant phé- municipal) et a adhéré un temps au vénérable Parti nomène socio culturel : quand on me consi- radical, actuellement dirigé par Jean-Louis Borloo. dérait comme un homme de gauche et que je militais contre l’euro, c’était bien ; quand je militais pour la préférence nationale, idée L e style Collard – fait d’indignation vraie et d’une certaine théâtralité – s’est ne cache pas ses indignations et, d’une manière générale, ne met pas son dra- de gauche proclamée et mise en place par le Front populaire, c’était bien ; quand je disais ainsi imposé ces vingt dernières années peau dans sa poche. Justement, en par- dans le PJF (paysage judiciaire français). lant de drapeau, Me Collard a récemment que la double nationalité était un obstacle à L’homme s’investit totalement dans les (mai dernier) rallié le comité de soutien de l’intégration, une division de l’attachement, causes, judiciaires ou politiques, qu’il a Marine Le Pen, une de ses clientes deve- c’était encore et toujours bien. Et dès lors choisi de défendre. nue une amie. Bien sûr nous avons voulu que j’ai rejoint Marine, ces idées ne sont plus en savoir plus sur le cheminement qui a acceptées. Par quel prodige ? Pardon pour le cliché, mais Gilbert Col- lard est une « grande gueule » – habitué conduit cet homme venu de la gauche à Bref, pour en revenir à votre « déclic », d’ailleurs de l’émission éponyme – qui rallier et défendre – devant les prétoires du j’avais conscience de deux choses. 12
  13. entretienLa première c’était que je m’étais moi- gc : Depuis le départ de De Gaulle, lemême laissé piéger par le conformisme réflexe « Après nous le déluge » a toujours « IL y eN a maRRe« logique » : je répétais ce que les autres caractérisé notre classe politique. Les de La déSaCRaLISatIoNdisaient pour me fabriquer une posture hommes au pouvoir n’ont qu’une envie, de tout ! »morale. Or cette posture morale allait à c’est d’être réélus. D’où l’idée que je pro-l’encontre des intérêts du pays. pose, de créer un septennat non renouve-La deuxième chose, c’est que Marine Le lable. Pour que l’on gouverne effectivementPen était la seule à avoir ce que j’appel- pour le pays, et non pas pour qu’on cal- n’a plus que dix élèves. Dans le mêmelerais un « courage d’avenir ». La seule cule la meilleure manière de se faire réélire. ordre d’idées, on devrait introduire parcapable – parce qu’elle a été forgée dans Parallèlement, il faut une interdiction totale rapport au droit de grève le principe detoutes les brûlures d’un contexte poli- du cumul des mandats importants. non-contradiction avec l’intérêt général :tique pénible, parce qu’elle a toujours De même qu’on devrait appliquer à ce on ne fait pas la grève contre les usagers.gardé en elle l’amour de la France – de pays la « docimasie » des anciens Grecs,réconcilier le passé, le présent et l’avenir. qui consistait à exiger un bilan des res- ef : Concrètement, qu’allez-vous faire,Il faut absolument, aujourd’hui et dans ponsables politiques et administratifs dans les mois qui viennent, pour porterce pays, que se lève quelqu’un qui ait arrivés au terme de leur mandat, bilan la « bonne parole » ?le courage de faire un diagnostic, de portant à la fois sur leur patrimoine per- gc : Mais dire tout haut ce que je pense !l’annoncer au « patient » et d’appli- sonnel et leur gestion. Il faudrait aussi Quitte à ne pas plaire à tout le monde, yquer un traitement. Sinon, ce qui est doter la cour des Comptes d’un droit de compris chez certains amis de Marine Leen train de se produire avec l’euro va se poursuite, ne pas limiter son action à un Pen. D’ailleurs, comme je le faisais remar-produire avec tous les dangers qui nous audit. Puisqu’on en est à des institutions quer récemment à un journaliste hos-menacent. « bien de chez nous », il faut supprimer tile, ma présence à ses côtés prouve auEnfin, je tiens à dire que notre establish- le Conseil économique et social qui n’a moins une chose : Marine est libérale. Ellement politique, je le déteste ! Et disant cela, jamais servi aux présidents de la Répu- est pour la peine de mort, je suis contre.je ne crache dans aucune soupe : je n’ai blique qu’à « caser » des amis dans la Et alors ? On se parle, on échange. À unjamais dîné avec des pontes politiques du difficulté. Et il faudra aussi en venir à sup- moment donné, j’ai « vacillé » sur l’euro, jesystème, ni à Marseille ni à Paris. Ces gens primer, pour les mêmes raisons d’inutilité le lui ai dit, j’ai plaidé pour qu’on passe parprétendent diriger le pays, ils ne dirigent et de bureaucratie politicienne, le Sénat. des étapes, parce que je pensais que cetteque leur carrière ! C’est ce que voulaient plus ou moins faire idée passait mal dans l’opinion. J’ai évolué les plus grands républicains, Clémen- depuis et je sais que l’euro est condamné,ef : Avec votre sensibilité de gauche ceau et De Gaulle. mais j’en ai quand même discuté franche-populaire, vous auriez pu peut-être ral- Je préconise également une adapta- ment avec Marine.lier un Jean-Luc Mélenchon. Qu’est-ce tion des avantages de fonction : lesqui, en définitive, a fait la différence, en élus et ministres ne doivent pas utiliser ef : Si MLP était élue Présidente, aime-faveur de Marine ? une voiture de fonction pour le moindre riez-vous vous voir confier le ministèregc : C’est que Jean-Luc Mélenchon est déplacement. Et puis il faudrait rétablir de la Justice ? Quelle réforme vouscomplètement dans le système, c’est un une vraie circulation des élites, que les paraîtrait essentielle dans ce domaine ?pur produit de celui-ci, il en est la caution jeunes puissent entrer plus facilement en gc : D’abord, il faudrait augmenter le« révolutionnaire ». Mélenchon, c’est le politique. De même que les compétences budget de la justice : un pays comme lapopulisme « acceptable » par le système. des aînés doivent être mieux et davantage France ne peut pas se retrouver, à cetDu reste, ses outrances montent bien qu’il utilisées. J’avais pensé à la création d’un égard, classé derrière l’Azerbaïdjan.« surjoue » comme on dit au théâtre : c’est « corps de contrôleurs civiques », en pui- Ensuite il faudra restaurer la dignité du juge.un personnage factice. Il ne fera jamais rien sant parmi les retraités de la gendarme- Quand Mme Eva Joly, interrogée sur le faitpour changer le système qu’il brocarde rie, de la justice, des impôts. Parce que qu’elle pourrait rencontrer DSK, répond :bruyamment. Comment peut-on se récla- ce qui manque le plus à cette démo- « Je le connais bien, je l’ai mis en exa-mer du peuple et continuer à s’agglutiner cratie, ce sont des contre-pouvoirs ! men », elle descend dans le caniveau. Y’enau Parti socialiste ? C’est définitivement Quoi d’autre ? Peut-être insister sur deux a marre de la désacralisation de tout !antinomique ! notions. D’abord la laïcité bien comprise, Moi, je réaffirme que la justice a une fonc- ce n’est pas le laïcisme agressif et borné, tion symbolique, et tant qu’elle ne sera pasef : Un rapide diagnostic sur l’état du c’est la neutralité de l’État. Et ce principe rétablie dans cette dimension symbolique,pays ? de neutralité devrait interdire notamment elle ne sera pas rétablie dans son efficacité.gc : dramatique ! on est dans une à M. Delanoë d’organiser une fête pour lasituation prérévolutionnaire : tribalisme Si je suis ministre, je supprimerai l’École rupture du jeûne musulman.galopant, banlieues ne vivant que selon de la Magistrature. Parce que c’est l’Uni- Ensuite, l’État doit reprendre toute sa place : versité qui doit former les futurs magis-leur propre loi, exaspération des particula- par exemple qu’on cesse, pour lutter soit trats et avocats. De la même manièrerismes, éclatement de tous les intégrismes disant contre le racisme, de faire appel à que je supprimerai l’Ena qui, pour moi,les plus archaïques, insécurité devenue des associations ; car ça veut dire que l’État est un instrument diabolique de confor-quasiment endogène – je pense à ma ville se fout de cette question, au point qu’il la misme politique, et de perpétuation d’unede Marseille, ce parking exploité par des « sous-traite » : c’est moralement ignoble ! caste : assez de ces « aquariums » ins-voyous. Si c’est ça la société de liberté dont De la même manière qu’il n’est pas accep- titutionnels où les poissons se repro-on se gargarise à longueur d’antenne et de table que ce soient des sociétés privées qui duisent entre eux !discours, eh bien elle me fait peur ! assurent la sécurité des palais de justice. Et puis j’instaurerai, parce que la chose aef : Quelles idées, quelles mesures Et, à propos de l’État, le service public doit été promise mais non réalisée par Sarkozy,nouvelles souhaiteriez-vous voir pro- effectivement être au service du public, la responsabilité des magistrats.mues par Marine et le mouvement avant toute autre considération : on nequ’elle dirige ? ferme pas une école au prétexte qu’elle ef : Maître Collard, merci. 13
  14. actualités internationales ment corrompu et impuissant, et ne jouit d’aucune assise populaire solide. on n’impose pas à un peuple une culture ou un régime – la démocra- tie à l’occidentale – qui est étranger à sa mentalité et à ses traditions. On ne trans- formera pas les Afghans en Occidentaux, surtout pas à coups de bombes occiden- tales. Marine le Pen s’est toujours élevée contre les politiques d’ingérence dans les affaires d’autrui. En Afghanistan comme en Libye. contrairement aux déclarations lénifiantes des membres du gou- vernement, la situation ne cesse de se dégrader sur place : les talibans exé-D.R. cutent des opérations de plus en plus audacieuses – raids contre des édifices Afghanistan gouvernementaux à Kaboul, meurtres, fin juillet, du demi-frère du président Karzaï tant de morts pour et du maire de Kandahar. L’Afghanistan échappe un peu plus chaque jour à l’Otan comme au gouvernement de Kaboul. une guerre inutiLe ! l’annonce du retrait total et définitif de tous les contingents de l’otan d’ici à 2014 est interprétée par « Vous n’êtes pas morts pour rien ! » tous les Afghans, gouvernementaux et Cette phrase prononcée le 19 juillet dernier dans la cour des Invalides par talibans, comme l’aveu d’un échec des Américains et de l’Otan. Un compte à Nicolas Sarkozy devant les cercueils des sept derniers soldats français rebours est commencé, qui ne peut se tombés en Afghanistan, on aimerait pouvoir la reprendre à notre compte. terminer, dans l’esprit de tous, que par un Mais ce n’est malheureusement pas possible. Parce que la guerre en effondrement du gouvernement Karzaï. Afghanistan, mal engagée et mal gérée par les Américains, ne peut être Marine Le Pen et le mouvement national sont évidemment solidaires, charnelle- gagnée – il n’est pas un militaire ou un expert qui n’en convienne, du ment, de nos soldats présents en Afgha- moins en privé. La France doit se dégager le plus vite possible de ce nistan. Ils sont naturellement aux côtés sanglant bourbier où elle ne reste que par suivisme des Américains. des familles de ceux qui sont tombés victimes du devoir. Et c’est parce qu’ils à propos de ce conflit,celui-ci, ilparti- cipation française à et de la faut l’afghanistan est incontrôlable par une armée étrangère : les Soviétiques, se font une haute idée de la mission et de la valeur de nos soldats qu’ils ne veulent rappeler les points suivants : après les Anglais, ont échoué à dominer plus voir gaspiller le sang français dans un dans cette histoire comme dans le pays. L’Otan, qui n’a guère plus d’ef- conflit absurde, dont même ses promo- d’autres (libye, iran, syrie), Sarkozy fectifs sur place que n’en avait l’Armée teurs américains veulent se désengager. n’a d’autre politique que le suivisme (ou rouge, est incapable de quadriller effica- Les Pays-Bas et le Canada ont déjà quitté la surenchère) par rapport aux Améri- cement le pays. Avec des effectifs huit le navire. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, cains : il a augmenté les effectifs français fois supérieurs à ceux qu’elle déploie l’Espagne et tous les autres « contribu- (juillet 2010) après qu’Obama a décidé en ce moment en Afghanistan, l’armée teurs » vont commencer leur retrait. À quoi d’envoyer 30 000 GI’s supplémen- américaine n’a pu vaincre au Vietnam. Et, va servir, dans ce contexte, le sacrifice de taires (décembre 2009). Il a annoncé le en dépit des milliers de dollars dépen- soldats français supplémentaires ? retrait de 1 000 soldats d’ici à la fin 2012 sés pour sa formation, l’armée régulière Cette guerre absurde et coûteuse, Nicolas quand Obama a annoncé le retrait de afghane n’est pas à même de juguler Sarkozy a voulu la mener parce que ses 33 000 hommes du contingent américain l’insurrection. amis américains la menaient. Marine Le d’ici à septembre 2012. pour s’opposer à un mouvement Pen y mettra fin dès son arrivée à l’Élysée : sur le terrain, du fait des mala- insurrectionnel de l’ampleur de 75 soldats français tués – et 500 blessés dresses et des très nombreuses celui des talibans, il faut s’appuyer – c’est bien assez pour un conflit où la bavures des américains, les forces de sur un pouvoir légitime : le régime pro- France n’a que faire, et qu’elle ne peut aider l’Otan sont perçues plus comme des occu- occidental d’Hamid Karzaï est notoire- à gagner ! pants que comme des libérateurs. Depuis dix ans, des centaines, voire des milliers de civils afghans sont déjà tombés victimes la position de marine le pen des bombardements ou des soldats de Marine Le Pen, sur ce dossier comme sur les autres, promeut l’indépendance de l’Otan et le président Karzaï lui-même a dû notre diplomatie et de notre défense. Elle estime que la France est grande quand adresser, tout récemment, un avertisse- elle parle au monde de sa propre voix, quand elle défend ses intérêts stratégiques ment au commandement américain. en bonne intelligence avec ses partenaires. C’est pour cette raison qu’elle s’est op- du fait de sa superficie et de son posée au retour intégral dans l’Otan décidé sans concertation par Nicolas Sarkozy. relief très souvent montagneux, 14
  15. PArTICIPATIon à LA CAMPAGnE PrésIdEnTIELLE dE Marine Le Pen ça y est : la campagne décisive est lancée ! nous faisons appel à toutes les bonnes volontés qui peuvent s’exprimer de toutes les façons : en soutenant financièrement, en rejoignant le comité de soutien, en militant.... il y a toujours quelque chose à faire, pour la france et pour nos idées. à vous de choisir, parmi les formules présentées ci-dessous, celle qui vous convient le mieux ! je souhaite prêter la somme de ___________________ euros (minimum 1 500 euros au taux annuel de 5 % ; nous vous contacterons pour les modalités) je souhaite faire un don de __________________ euros (4 600 euros maximum bénéficiant d’une réduction d’impôt de 66 % ; nous vous contacterons pour les modalités) je souhaite rejoindre le comité de soutien de marine Le pen en ma qualité de : ______________________________________________________________________________________ (responsabilités politiques, professionnelles, syndicales, associatives...) et accepte que ce soutien soit rendu public dans le cadre de la campagne présidentielle je souhaite participer à la campagne de la manière suivante : ______________________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________________ (collage d’affiches, distribution de tracts et documents, expertise sur des sujets et thèmes particuliers, organisation de réunions à caractère privé...) Nom __________________________________________________ Prénom ____________________________________________________ Adresse ____________________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________________________ Code postal ___________________________________________ Ville________________________________________________________ Tél. portable ___________________________________________ Tél. fixe ____________________________________________________" Courriel ____________________________________________________________________________________________________________ bulletin à retourner à cmLp • 78, rue des suisses • 92000 nanterre • courriel : soutien@marinelepen2012.fr
  16. la voix du peupleprésidente élue du fn, le 16 janvier,interrogée par claire chazal sur tf1« Cette élection démontre la trèsgrande maturité de notre mouvement,mais aussi le très grand respectqu’il a des règles démocratiques. » © Jean-Luc RUZEMAURE à lampedusa, le 14 mars 2011 « Les responsables européens détournent les yeux en tentant de minimiser les flux migratoires. » D.R. © Jean-Luc RUZEMAURE « Je ne suis pas déconnectée du peuple dette grecque : devant l’assemblée, le mardi 6 septembre comme le sont les dirigeants de l’UMP et du PS. « Ce qui se fait aujourd’hui dans le dos des Français m’apparait Aujourd’hui on commence à ressentir comme un des très graves actes de cette rentrée (…) cette décision le désir des Français de faire leur révolution. » obère non seulement notre avenir mais celui de nos enfants, de nos petits-enfants et, probablement, de nos arrière-petits-enfants ! » D.R. © Jean-Luc RUZEMAURE D.R. congrès de tours défilé jeanne d’arc 2011 « Le FN se porte bien : […] « À la différence de la caste méprisante il a doublé le nombre au pouvoir depuis 30 ans, je crois de ses adhérents en quelques mois. » à l’intuition et à l’intelligence du peuple. »

×