Intégrer des stratégies de développement
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Intégrer des stratégies de développement

on

  • 533 views

Renforcer les compétences des collectivités décentralisée dans le processus du développement touristique du tourisme

Renforcer les compétences des collectivités décentralisée dans le processus du développement touristique du tourisme

Assises ITM 2013

Statistics

Views

Total Views
533
Views on SlideShare
533
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
8
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Intégrer des stratégies de développement Intégrer des stratégies de développement Presentation Transcript

  • Renforcer les compétences des collectivités décentralisées dans le processus de développement touristique du territoire MINISTERE DE LA DECENTRALISATION Assises de la formation professionnelle du secteur tourisme 2013 HOTEL CARLTON 31 mai – 1er juin 2013 M. Nantenaina ANDRIANANDRAINY Directeur de la formation et du partenariat Ministère de la Décentralisation Dr. Fabien BRIAL Délégué IFT
  • PLAN DE LA PRÉSENTATION  1. Contexte et justification  2. Etat des lieux  3. Etudes de cas  4. Propositions et recommandations
  • QU’EST CE QUE LA DÉCENTRALISATION?  La décentralisation est un mode d'organisation administrative d'un Etat unitaire qui vise à transférer les compétences du pouvoir central vers une collectivité locale. Il répond à la difficulté d’administrer de façon centralisée un territoire de grande superficie.  Ce mécanisme de transfert de compétences et de responsabilités à des autorités élues permet au territoire de définir ses besoins et d’y répondre.  La décentralisation démontre la capacité de la population locale à s’administrer, et c’est l’ensemble du territoire national qui en bénéficie. 1. Contexte et justification View slide
  • QUELQUES PRINCIPES QUI SOUS- TENDENT LA DÉCENTRALISATION  Le principe de subsidiarité la responsabilité d'une action publique doit être allouée à la plus petite entité capable de résoudre le problème d'elle-même  Le principe de progressivité et d'équilibre tout transfert de compétences doit être accompagné d'un transfert concomitant de ressources humaines ou de moyens financiers pour les exercer réellement  Le principe d'égalité entre les collectivités territoriales absence de tutelle entre les niveaux de collectivités territoriales, chacune exerce ses compétences de façon compatible avec les décisions prises au niveau national 1. Contexte et justification View slide
  • LA DÉCENTRALISATION À MADAGASCAR  Dès son indépendance, Madagascar a voulu être un Etat décentralisé : provinces et communes de 1960 et 1972, mais qui ne sont que des relais du pouvoir central, la IIe République en 1972 fonde le Fokonolona, la IIIe République en 1992 crée trois niveaux de collectivités territoriales décentralisées (CTD). La Constitution de la IV République de 2010 approfondit la forme décentralisée de l’administration territoriale.  La loi n°93-005 du 26 janvier 1994 d’orientation Générale de la politique de la Décentralisation de 1993 ;  La Politique nationale de décentralisation et de déconcentration (PN2D) en 2005 prône la consolidation de la décentralisation, le renforcement des appuis techniques de la part de l’Etat par le biais de ses services déconcentrés et la promotion de la participation citoyenne. Elle fonde les CDT comme pôles de croissance économique ;  En 2011, le Ministère de la Décentralisation priorise une politique de décentralisation réelle et objective dans un sens à garantir aux CTDs une maitrise d’ouvrage de leur développement de manière exclusive et équitable ;  Renforcement des dispositifs et mécanismes de stimulation des initiatives locales et de renforcement des capacités institutionnelles, techniques, financières des CTDs ;  Aujourd’hui, un Etat, des provinces, 22 régions et 1549 communes permettent d’administrer 22 M d’hab. sur près de 600 000 km2. 1. Contexte et justification
  • LA PLACE DU TOURISME DANS LA DÉCENTRALISATION TERRITORIALE  Le développement territorial est un processus collectif associant acteurs publics et acteurs privés, en vue de la réalisation des objectifs locaux ;  Pour préserver son territoire, améliorer son image de marque et acquérir un positionnement stratégique durable, la collectivité locale se doit plus que jamais d’appliquer des méthodes modernes de management stratégique public, telles que le marketing territorial ;  Pour favoriser son attractivité territoriale, la collectivité doit utiliser des techniques de mise en tourisme du territoire. 1. Contexte et justification
  • LES CARACTÉRISTIQUES ESSENTIELLES DU TOURISME LOCAL Les 4 composantes de la mise en tourisme : - invention : diagnostic des ressources touristiques dans un territoire donné (lieux / activités /caractéristiques) puis sélection de celles susceptibles d’être à l’usage touristique ; - équipement : aménagement de L / A / C pour les rendre physiquement accessibles aux touristes ; - qualité de la ressource humaine ; - médiation : actions qui permettent aux visiteurs touristiques de jouir (intellectuellement, affectivement, corporellement) des L / A / C d’un territoire. La maitrise locale du développement touristique, dont la formation à tous les niveaux, constitue un levier essentiel. 1. Contexte et justification
  • LE RÔLE DE L’ETAT DANS LA POLITIQUE DU TOURISME L’État  définit la politique nationale pour la promotion du tourisme ;  élabore les stratégies à mettre en œuvre;  définit et met en œuvre le cadre juridique et institutionnel ;  définit et met en œuvre les dispositifs, mécanismes et appuis institutionnels ;  garantit les normes de qualités des activités de développement touristique territorial ;  appuie l’équipement territorial. 2. Etat des lieux
  • DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES DÉCENTRALISÉES  Bénéficiaires des accompagnement des acteurs institutionnels dans le domaine du développement touristique territorial ;  Promoteurs d’une stratégie locale d’organisation touristique ;  Etablissent des plans de développement local et du marketing du territoire ;  Initient, appuient et mettent en place des outils de gestion des projets de promotion touristique ;  Initient, appuient et mettent en place et gèrent les projets de conservation et de mise en valeur ;  Porteurs des activités d’invention touristique du territoire ;  Initient, appuient et mettent en œuvre le schéma d’équipement et d’aménagement territorial ;  Construisent des programmes de formation adaptés aux perspectives d’emploi associés aux projets d’équipement et d’aménagement ;  Facilitent le déplacement touristique territorial par des stratégies marketing territorial ;  Assurent la synergie des actions entre les acteurs institutionnels ;  Sensibilisent les différents acteurs et porteurs de projets. 2. Etat des lieux
  • RÔLE DES AUTRES ACTEURS (SECTEUR PRIVÉ et PROFESSIONNEL)S  Associés à différents niveaux sur les diagnostics territoriaux  Assurent la synergie d’action et les appuis/expertise nécessaires dans l’organisation locale du tourisme  Conformité au cadre légal et à la règle de l’art  Réactifs à toute évolution des besoins de la clientèle territoriale 2. Etat des lieux
  • L’EXERCICE DES COMPÉTENCES DE L’ETAT  La politique nationale du tourisme et le cadre normatif sont très peu diffusées au niveau des collectivités décentralisées, notamment en ce qui concerne les textes législatifs et réglementaires ;  Insuffisance, sinon inexistence, de l’appui de l’Etat dans la promotion du tourisme local au niveau des CTD ;  Inexistence de synergie entre les ministères intervenant dans le domaine du tourisme local ;  Faiblesse et non harmonisation des équipements publics territoriaux ;  Inexistence d’une stratégie d’organisation territoriale du tourisme local. 2. Etat des lieux
  • L’EXERCICE DE COMPÉTENCE DES CTD  Dysfonctionnement de la synergie territoriale entre acteurs publics et privés (ORTM, ONG, CTD,…) ;  Insuffisance des expertise au niveau des CTD ;  Limite critique de la capacité des CTD à la mise en tourisme du territoire ;  Absence d’une organisation locale du tourisme ;  Faiblesse de l’harmonisation des équipements publics locaux multiplié par la précarité du mécanisme de financement ;  Absence du mécanisme de financement du développement touristique local ;  Sous exploitation du secteur tourisme au niveau local 2. Etat des lieux
  • EXERCICE DES COMPÉTENCES DES AUTRES ACTEURS INSTITUTIONNELS  Absence d’harmonisation entre les interventions des partenaires au développement et autres acteurs institutionnels (OSC, secteur privée, micro finances, PTF,…) dans le domaine du tourisme local ;  Insuffisance ou inexistence des synergies d’actions entre public, privé et PTF ;  Mauvaise définition et non intégration d’une vision partagée du développement touristique du territoire. 2. Etat des lieux
  • ÉTUDE DE CAS 1. La nécessité de la concertation et de la déclinaison territoriale : l’exemple du plan d’actions et la stratégie nationale d’écotourisme en Bulgarie  Processus de consultation des parties prenantes pendant deux ans.  12 associations régionales établies pour développer des programmes d’action régionaux, dans le cadre de la stratégie nationale. Ces programmes d’action ont ensuite dirigé le développement du plan d’action national.  Résultats :  Soutien au développement des entreprises et au marketing par la formation, les kits d’assistance, l’assurance qualité et l’identification par une marque.  Des changements juridiques pour que les revenus issus des taxes du tourisme restent dans la municipalité et soient utilisés pour des infrastructures relatives au tourisme. Source : PNUE et OMT. 2005
  • 2. L’échec faute de la synergie entre acteurs institutionnels : l’exemple du village culturel de Gudigwa (Botswana) L’ONG Conservation International (CI) et le Bugakhwe Conservation Cultural Trust ont développé le projet de tourisme éco culturel communautaire de Gudigwa (nord du Botswana) en 1999.  Le projet a tenté de mettre en place un camp commercialement viable qui devait offrir aux visiteurs une expérience de la richesse culturelle de la communauté locale San.  Le camp a été un échec commercial durant sa gestion par CI, en dépit de quelques impacts sociaux positifs faute d’une véritable synergie d’action entre les différents acteurs institutionnels locaux. Source : Conservation International 2008 ÉTUDE DE CAS
  • ÉTUDE DE CAS 3. Un exemple d’action locale : le tourisme culturel dans la Commune rurale d’Antoetra Zafimaniry La Commune Rurale d’Antoetra a développé l’équipement public local pour faciliter la mise en tourisme du territoire grâce à des outils de partenariat  Le mécanisme de financement du développement des activités touristiques existe, mais les mesures incitatives pour réaliser un schéma de développement touristique local n’existent pas.  Absence d’une offre de service réactif de l’ensemble des acteurs institutionnels par rapport à la demande de la clientèle territoriale  Un plan de développement des compétences doit donc être mis en place. Source MINDEC/DFP
  • ÉTUDE DE CAS 4. Le tourisme à Nosy Bé : une réussite limitée  Points forts : réussite de la médiation nationale et internationale sur la promotion touristique : Nosy Bé est une des destinations privilégiées des touristes à Madagascar ;  Points faibles : faiblesse de la maitrise d’ouvrage des CTDs, manque de synergie d’actions public-privé au niveau local, problématique en termes de développement durable et effets pervers ;  Proposition : association des CTDs à la définition des objectifs locaux pour un développement touristique durable. Source MINDEC/DFP
  • PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS 1. Mettre en place un espace de concertation des acteurs institutionnels nationaux et locaux ; 2. Promouvoir le développement d’un plan local de formation-développement par rapport à la Politique et aux stratégies du tourisme local à l’intention des acteurs institutionnels locaux et des groupes d’intérêt ; 3. Dynamiser, stimuler et consolider les structures de renforcement des capacités, d’appui et d’accompagnement nationaux et territoriaux dans le domaine du tourisme local ; 4. Promouvoir la mise en place d’un Groupe d’action locale regroupant le public, le privé et les différents partenaires techniques et financiers en termes de développement touristique du territoire, de planification et de suivi d’évaluation des actions de mise en tourisme du territoire
  • LE PLAN FORMATION- DEVELOPPEMENT Propositions et recommandations
  • POLITIQUE DU TOURISME Réflexion initiale INSTITUTION DU TOURISME: ETAT ET ORGANISMES D’APPUI (ONTM,FDL,INDDL) LES FONDEMENTS DU TOURISME LOCAL DIAGNOSTIC TOURISTIQUE LOCAL LES OBJECTIFS DU TOURISME LES STRATEGIES LE PLAN D’ACTIONSCHEMA LOCAL DU TOURISM E OBJECT IFS D APPUI PLAN LOCAL DU FORMATI ON/DEVE LOPPEME NT STRUCTURE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DU TOURISME LOCAL LES COLLECTIVITES TERRITORIALES DECENTRALISEES (maître d’ouvre) Structure d’Appui (ORTM, INTECOLLECTIV ITES, COOPDEC, POLES) Structure d’organisation touristique locale G.A.L ( ELUS, CADRE ET TECHNICIEN) Formation – action des professionnel s Formation action des prestataires PLAN QUALITE DU TERRITOI RESUIVI DES ACTIO NSEVALUATION /ANAYSE DES DEVELOPPEMENT POST APPUI ETUDE PREALABLE DEMARCH E QUALITE 1 2 3 5 7 9 4 10 8 6