Your SlideShare is downloading. ×

Synthèse nucléaire

426
views

Published on

Aujourd’hui la question du nucléaire en France (et surtout au Japon) est omniprésente. …

Aujourd’hui la question du nucléaire en France (et surtout au Japon) est omniprésente.
Depuis la catastrophe de la centrale de Fukushima en Mars 2011, il ne se passe pas un jour sans que le sujet épineux du nucléaire ne réapparaisse dans les journaux.
Je vous présente alors une rapide analyse sur la visibilité de "sortir du nucléiare" sur les réseaux sociaux.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
426
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Mag C2I 2011/2012 Riger Clémence Médias sociaux & communication mobile. Expertise de la visibilité du mouvement anti-nucléaire en France sur les réseaux sociaux.Aujourd’hui la question du nucléaire en France (et surtout au Japon) est omniprésente. Depuis lacatastrophe de la centrale de Fukushima en Mars 2011, il ne se passe pas un jour sans que le sujet épineux du nucléaire ne réapparaisse dans les journaux. Tout d’abord définissons notre champs d’observation : Nous nous baserons sur la représentation et l’activité du réseau français « Sortir du nucléaire ». Particulièrement active, cette ONG coordonne toutes lesmanifestations antinucléaires en France et a donné naissance à de nombreuses autres associations dela même tendance. Sur sa page Facebook (ancienne version), le réseau affiche la popularité de son mouvementavec le nombre de personnes et d’associations fédérées ainsi que son succès sur le réseau social. Encliquant sur ‘Infos’, les visées, missions, rôles et partenaires sont clairement énoncés. Nous pouvonsvoir que le réseau est rattaché à de nombreux collectifs, ce qui étend considérablement sa visibilité
  • 2. Mag C2I 2011/2012 Riger Clémence Médias sociaux & communication mobile.dans son milieu d’action. En bas de la page, l’association nous renvoie à son site, beaucoup trèscomplet, lui aussi.Revenons au mur : Nous pouvons constater une absence de liens vers d’autres réseaux sociauxcomme twitter, youtube... En comparaison, la page de Greenpeace International nous renvoie versson activité sur twitter, et nous avons pu observer que de nombreuses institutions font de même. Il serait judicieux que « Sortir du Nucléaire » précise à son public facebook qu’il a égalementune activité sur Twitter... Sur la partie centrale sont affichés des articles et vidéos toujours hébergés soit par le site del’organisme, soit par youtube pour les vidéos. Ces posts concernent l’actualité sur le nucléaire enFrance ou encore permettent de montrer le soutien de personnalités plus ou moins influentes.Facebook (version journal): La photo de la bannière du haut fait ressortir le côté humain, solidaritéplutôt que le caractère militant de lorganisation. Il sagit de la chaîne humaine réalisée le 11 marsdernier à travers la France en mémoire de la catastrophe de la centrale de Fukushima. Cette actionest dailleurs lobjet de la quasi totalité des derniers articles postés sur le mur ainsi que beaucoup dephotos. « Sortir du nucléaire » a vraiment profité de cette initiative pour faire parler delle carlinformation fut relayée par beaucoup de structures partenaires et de personnalités. Nous pouvonsdailleurs trouver la page facebook ainsi que le site de cette chaîne humaine.Malheureusement, comme sur lancienne version, il ny a aucune allusion aux autres réseaux sociauxcomme youtube et twitter.Pourtant, en cherchant bien sur le site de lONG, on peut voir toute sorte de petites vidéos (dont unconcours) de sensibilisation, toutes diffusées via Youtube. Sur le site sont également proposéestoutes les vidéos en lien avec le réseau. Sur Twitter, les mêmes articles que facebook sont publiés mais la présentation est beaucoupplus sobre. On a limpression que leur page Twitter se veut alors plus professionnelle. Ceci sembleconfirmé lorsque lon compare la liste des mentions jaime sur Facebook et la liste des abonnementssur Twitter. Le nombre de membres « likés » est minuscule par rapport aux abonnements suivis surTwitter. De plus il y a une différence de statuts: tandis que ceux de Facebook sont plutôt des ONG,ceux de Twitter sont plus politiques, scientifiques et leurs actions semblent plus légitimées. Auniveau des photos, le contenu est quasi similaire sur les deux réseaux. Le plus intéressant est alors le réseau quentretien « sortir du nucléaire » avec dautres
  • 3. Mag C2I 2011/2012 Riger Clémence Médias sociaux & communication mobile.structures. Celle-ci possède une vaste réserve de soutiens et déchanges de contacts dont noussommes aussi bien informés sur Facebook, que sur Twitter ou encore leur site web. Dès lors, si lonvisite les pages de chacun ainsi que de leurs amis ou abonnements, lon se rend compte que leréseau « Sortir du nucléaire » est au cœur dun mouvement dONG solidaires même si leurs centresdintérêt divergent parfois.Limportance de la chaîne humaine du 11 Mars est logique car cela recréait du contact concret entredes personnes concernées par la même cause. Il est paradoxal quun réseau social tel que Facebookarrive à engendrer un autre genre de réseau, qui se perd malheureusement: le contact humain toutsimplement. Je pense que le rôle de ce genre dapplication est avant tout de créer une amorce dans ladémarche vers lautre mais quelle ne doit pas être la seule source de communication. Elle devraitsimplement aider à la prise de contact entre deux interlocuteurs, qui pourront par la suitecommuniquer de vive voix, face à face. Analyse du clip de promotion de la chaîne humaine du 11 Mars: (http://www.youtube.com/watch?v=NgWtkVST3Vs&feature=player_embedded)Dune durée d1m24s, ce clip vidéo est apparu notamment sur les réseaux sociaux de Sortir du
  • 4. Mag C2I 2011/2012 Riger Clémence Médias sociaux & communication mobile.nucléaire mais a également été diffusé sur beaucoup de sites dorganisations partenaires. Dès la première image, lobjet de promotion est annoncé avec la date et lheure du rendez-vous.Pour plus dinformations, ladresse du site de lévénement est clairement indiqué en bas. Laséquence suivante montre que le lieu de rassemblement nest pas laissé au hasard. Cest en effet ungrand point de concentration de centrales nucléaires. Celles-ci sont dessinées, hautes en couleurs etla musique en fond dédramatise la cause du rassemblement. Cette vidéo sadresse directement auspectateur en le responsabilisant avec « ...nous comptons sur VOUS ».Les paroles de la musique sont sur le même sujet (anti-nucléaire) et donne une allure bon-enfant àlévénement avec son orchestre de cuivres.Cette impression de fête populaire est renforcée par lenchaînement de clichés de diverses personnesde tout âge, sexe et couleur. Tous sourient, un mètre mesureur à la main (rappel à : « chaque mètrecompte »). Certains brandissent des affiches, dautres des instruments de musique ? Au milieuapparaît un homme masqué (un Indigné?), puis le défilé reprend. A la fin, les informationsconcernant la chaîne sont de nouveau affichées, puis lon voit 3 enfants reprendre en cœur le titre duclip vidéo : « Et vous ? Vous y serez ? » Il y a beaucoup de couleurs et de joie de vivre dans toutes ces photos. La musique donne uncôté populaire plutôt que contestataire. Cest sans doute le but de cette vidéo car longtemps,lorganisation Sortir du nucléaire » a été pointée du doigt pour le radicalisme de ces principauxmembres.Webographie : -http://www.facebook.com/pages/STOP-NUCLEAIRE-/10150106667925651?sk=info -http://www.sortirdunucleaire.org/
  • 5. Mag C2I 2011/2012 Riger Clémence Médias sociaux & communication mobile. -http://www.facebook.com/sortirdunucleaire.org -http://www.facebook.com/chainehumaine.org -https://twitter.com/#!/sdnfr

×