Boite à outils MOPA pour les offices de tourisme - Labellisation Tourisme & Handicap
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Boite à outils MOPA pour les offices de tourisme - Labellisation Tourisme & Handicap

on

  • 6,635 views

 

Statistics

Views

Total Views
6,635
Views on SlideShare
6,175
Embed Views
460

Actions

Likes
1
Downloads
229
Comments
0

4 Embeds 460

http://vptagtltoulouse.jimdo.com 363
http://www.aquitaine-mopa.fr 71
http://www14.jimdo.com 25
http://webcache.googleusercontent.com 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Boite à outils MOPA pour les offices de tourisme - Labellisation Tourisme & Handicap Boite à outils MOPA pour les offices de tourisme - Labellisation Tourisme & Handicap Document Transcript

  • 1 Tourisme & Handicap BOITE A OUTILS En route vers la labellisation Etude réalisée par Amandine USAÏ dans le cadre de son stage de Master 1 Aménagement, urbanisme et développement touristique durable à la M.O.P.A. (Mission des Offices de tourisme et des Pays touristiques d’Aquitaine)
  • 2 Sommaire Préface 3 Introduction 4 Le label Tourisme et Handicap 6 Etat des lieux 7 Accueillir 11 S’équiper 13 Equipements spécifiques et astuces liés aux quatre déficiences 14 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience mentale 15 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience visuelle 17 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience auditive 19 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience motrice 22 Contacts 27 Glossaire 38 Lexique 39 Référents départementaux et régionaux 42 Annexes 43 Sources 52
  • 3 Préface « La population handicapée représente environ 50 millions de personnes, soit 11% de la population européenne mondiale. Parmi ce marché, le nombre d’européens physiquement handicapés, financièrement solvables et aptes à voyager s’élèverait à 36 millions. Au même titre que la santé, l’éducation, la formation et l’emploi, l’accès aux vacances et aux loisirs pour tous est un droit fondamental inscrit dans la loi dite de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998. Tous les citoyens, y compris les personnes handicapées ou à mobilité réduite doivent avoir la possibilité de bénéficier d’instants privilégiés facteurs d’épanouissement personnel, d’insertion et de découverte de l’autre et des richesses naturelles et patrimoniales de notre territoire. L’Europe est en manque de dispositif en faveur d’une accessibilité pour tous. Ce problème touche de nombreuses personnes dans la vie quotidienne mais également en tant que touristes […]». Source : groupe Label Tourisme et Handicap de Rezotour.fr « […] Le nombre de personnes souffrant de déficiences motrices, sensorielles ou intellectuelles atteint près de 40 % de la population française, soit 22 millions de personnes (âgées, momentanément immobilisées, souffrant de déficiences cardiaques, rénales, respiratoires […] ». Source : site internet Tourisme et Handicap Un marché non négligeable …
  • 4 Introduction De plus en plus de sites touristiques entreprennent de s'équiper afin d’accueillir au mieux la clientèle en situation de handicap. En fonction des aménagements réalisés, ils peuvent ensuite être labellisés pour tout ou partie des différentes formes existantes de handicap (moteur, visuel, auditif ou mental). On constate un grand nombre d’offices de tourisme sensibilisés à la démarche de la labellisation. En effet, sur une période de 4 ans (2006-2010), à raison de deux sessions de formation par an (proposées et organisées par la M.O.P.A.), on dénombre près de 130 salariés d’offices de tourisme sensibilisés au label Tourisme et Handicap, ce qui équivaut à 18% du personnel des offices de tourisme aquitains. De plus, sur 170 offices de tourisme en Aquitaine, 71 d’entres-eux ont suivi la formation sur les quatre années, ce qui correspond à 40% des offices aquitains sensibilisés pouvant prétendre au label. Or, très peu d’entre eux enclenchent la démarche. Dans les faits, seulement 9% des offices de tourisme ayant suivi la formation entreprennent une démarche vers la labellisation. Est-ce un problème de motivation ? La peur de s’engager vers des procédures de trop longues durées ? Une crainte de l’investissement financier, une perte de temps ? … On constate également que la France présente quelques lacunes concernant l’homogénéité de cette accessibilité. En effet, toutes les régions Françaises (métropolitaines) n’ont pas les mêmes moyens, les mêmes équipements pour accueillir au mieux ce public, et n’ont pas les mêmes volontés politiques sur leur territoire. Pourtant, nous connaissons l’importance du segment de clientèles que représentent les personnes en situation de handicap. C’est un marché non négligeable. Ce manuel a pour vocation d’être utilisé comme « une boite à outils » « un guide des bonnes pratiques »
  • 5 Ce manuel est à destination des offices de tourisme qui sont en cours de labellisation ou tout juste sensibilisés au sujet. Il leur permettra de recueillir les informations nécessaires concernant les équipements à détenir pour l’obtention d’une labellisation Tourisme et Handicap. Il consent également à faire prendre conscience de certains éléments (via les « fiches actions des bonnes pratiques ») qui peuvent faciliter les démarches vers la labellisation et la vie au sein- même de l’office de tourisme. Cette boite à outils permet à la fois de recenser les équipements matériaux, et de démontrer qu’un office de tourisme peut prétendre au label sans engendrer d’importants investissements financiers. Cette étude a pu être réalisée grâce à l’aide : - des six offices de tourisme labellisés aux quatre fenêtres du label Tourisme et Handicap, aquitains. A savoir, l’office de tourisme de Bordeaux (référent : Philippe PREVOT), l’office de tourisme d’Hendaye (référente : Fabienne COUTURIER), l’office de tourisme de Lescar (référente : Marie- Pierre LACLAU), l’office de tourisme d’Oloron Sainte-Marie (référente : Marie CAZABAN), l’office de tourisme du Pays de Lanouaille (référente : Jacqueline POLTORAK), enfin, l’office de tourisme de Saint-Jean de Luz (référente : Françoise DHERIN). - des deux offices de tourisme aquitains en cours de labellisation (prévu pour 2010) : l’office de tourisme d’Anglet (Bénédicte FRIDBERG) et l’office de tourisme du Fumélois-Lémance (référente : Alexandra VANDROUX). - des Comités Départementaux du Tourisme Aquitains, à savoir, le CDT des Landes (Béatrice BOUISSOU), le CDT de Dordogne (Jean-Marc LOUIS et Rémi LASSAIGNE), le CDT des Pyrénées- Atlantiques (Didier MOUMIET), le CDT du Lot-et-Garonne (Catherine ERRARD), et le CDT de la Gironde (Elisabeth VUILLET). - du Conseil Régional d’Aquitaine (référente : Isabelle SIRON) - de la Direction Régionale de l'Entreprise, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi – DIRECCTE (référente : Emmanuelle BUREL)
  • 6 Le label Tourisme et Handicap Le label Tourisme & Handicap a été créé en 2001 par le Ministère chargé du Tourisme. Ses objectifs sont de développer dans l’offre touristique générale une offre touristique adaptée afin d’apporter à la clientèle en situation de handicap une information fiable et objective. Ce label concerne les quatre types de handicaps : moteur, mental, auditif et visuel. Il doit permettre d’accompagner les professionnels du Tourisme dans une démarche d’accueil, d’accessibilité et d’information pour la clientèle handicapée; cela devant aussi couvrir tout le champ des prestations et sites touristiques, en particulier les O.T.S.I. dans le cadre de leur mission d’accueil. « Une démarche volontaire des professionnels du tourisme » La démarche de labellisation couvre de nombreuses prestations touristiques notamment les hébergements (hôtels, villages de vacances, chambres d’hôtes, meublés de tourisme, ..), la restauration (restaurants, fermes auberges…), les sites touristiques (monuments, musées, salles d’exposition,...), les sites et activités de loisirs (parcs à thème, salles de spectacle, itinéraires de promenades et de randonnées...), et les Offices de Tourisme. Comment obtenir le label ? En Aquitaine, les Comités Départementaux du Tourisme (CDT) sont les interlocuteurs privilégiés. Il existe une instance régionale de concertation et d’attribution du label mise en place par la DIRECCTE Aquitaine. Elle est composée de représentants et de professionnels du tourisme et des associations de personnes handicapées (elle a lieu 2 fois par an en Aquitaine). Dans un premier temps, chaque professionnel intéressé peut faire la demande au CDT d’un questionnaire d'autoévaluation qui lui permet d'apprécier l'état d'accessibilité et d'accueil de son site ou établissement, pour les différents types de handicaps. Puis le professionnel peut décider de faire évaluer son site / établissement par l’évaluateur du CDT accompagné de personnes en situation de handicap (associations). L’évaluateur se base sur des grilles précises établies à partir du référentiel national A.T.H. Les critères actuels ont été mis en place afin que les personnes à besoins spécifiques puissent accéder à l’offre de ces prestataires d’une manière plus autonome. Après la visite des évaluateurs, la commission départementale est chargée d’étudier les dossiers pour les proposer à la commission régionale de labellisation, elle-même chargée d’entériner les propositions effectuées. La DIRECCTE Aquitaine, après validation par les membres de la Commission, envoie ensuite le dossier à la Commission Nationale de labellisation à Paris. Si son dossier est accepté pour un ou plusieurs types de handicaps, le prestataire doit signer la «charte d’engagement du labellisé» pour être officiellement labellisé et pouvoir communiquer sur son accessibilité. Cette charte est un contrat d’obligations garantissant l’accueil et la préservation de l’accessibilité permanente du site. Le label est attribué pour une durée maximale de 5 ans, et est renouvelable. En cas de non-respect des obligations dans la charte du labellisé, le label peut être retiré par l’instance régionale de concertation et d’attribution. A l’obtention du label, une plaque signalétique qui comporte le ou les logos représentant le ou les handicaps, est délivrée, en location, moyennant 150 euros pour 5 ans.
  • 7 Etat des lieux Après avoir proposé une évaluation intitulée : « Questionnaire sur la mise en place du label Tourisme et Handicap » aux huit offices de tourisme labellisés (6) et en cours de labellisation (2) aux 4 fenêtres Tourisme et Handicap, nous pouvons relever certains éléments. A savoir : LA LABELLISATION La durée moyenne de la labellisation est de 6 mois à 1 an, partant de la demande, jusqu’à la labellisation. Ce label nécessite une formation au minimum de 2 membres du personnel de l’accueil par office. Aucun changement du point de vue de l’organisation du travail ne s’est fait ressentir, excepté une attention toute particulière vis-à-vis du public en situation de handicap, une adaptation du discours suivant le handicap, et faire preuve de plus de patience. Ce qui signifie prendre plus de temps, être plus attentif pour satisfaire les demandes. LES INSTITUTIONS Les structures vers lesquelles les offices de tourisme se sont tournées pour les accompagner tout au long de leur démarche sont : les C.D.T. (Comité départemental du tourisme), la D.D.E. (Direction Départementale de l’Equipement), les Mairies (responsable des travaux), les associations locales (maison des sourds, associations handicapés mentaux et physiques, associations de malvoyants, …), le réseau des offices de tourisme, et la M.O.P.A. LES RAISONS DE LA LABELLISATION Les offices de tourisme ont énuméré plusieurs raisons qui les ont conduit à la labellisation, à savoir : - l’envie de devenir un office accessible pour tous. - tendre vers une meilleure image de l’office de tourisme (locaux accessibles, soucieux du confort de ses visiteurs, bonne conscience …). C’est un outil de communication supplémentaire de se mettre en avant, permettant une meilleure communication et une promotion pour l’office. - répondre à une demande déjà présente sur le territoire (présence d’un centre de loisirs pour enfant en situation de handicap sur le territoire). - un accompagnement poussé de la part des CDT peut être un argument supplémentaire pour encourager les offices à entamer les procédures de démarrage de la demande du label. - certains offices de tourisme se sont engagés dans la démarche de la labellisation car l’opportunité
  • 8 s’y présentait (déménagement des locaux avec très peu de travaux à effectuer, …) - cela peut également impulser une dynamique supplémentaire au sein de l’office de tourisme, mais aussi dans la commune même, et pour l’ensemble du territoire (permet d’amorcer l’action, de sensibiliser d’avantage, …). Le choix de labelliser les offices provient le plus souvent du Directeur, puis de l’équipe. LES IMPACTS LIES A LA LABELLISATION IMPACTS POSITIFS IMPACTS NEGATIFS L’office est équipé pour accueillir un public en situation de handicap COMMUNICATION = - amélioration de l’image de l’office de tourisme - confort supplémentaire pour communiquer sur l’office de tourisme L’office devient moteur du label Meilleure lisibilité L’office devient un « modèle de porteur de projet» pour les socioprofessionnels du territoire L’office impulse une dynamique auprès de la commune (exemple : Handiplage, …) Augmentation de la fréquentation des visiteurs en situation de handicap Moyen de communication de l’office via le label = intéressant pour les offices de tourisme à faible budget ! COMMUNICATION – DEMARCHE MARKETING Suite à la labellisation, les offices de tourisme ont pu mettre en place une communication bien spécifique. - Le logo Tourisme et Handicap apparaît sur tous les supports visuels internes et externes de l’office de tourisme (dossier de presses, site internet, devis, brochures, newsletters, …). - Les sites internet des offices de tourisme : présence d’informations pratiques et adaptées (sanitaires, mairie, taxis, alimentation, banques, …). Certains offices de tourisme ont même adaptés leur site en mettant l’écriture aux normes (taille 22 des caractères sur l’ensemble du site).
  • 9 - Certains offices de tourisme ont fait appel à la presse locale afin de promouvoir l’obtention du label. - Les newsletters, ou les mailings de relance auprès des prestataires, permettent de continuer à faire de la sensibilisation au label. Ce qui démontre une fois de plus, le rôle « d’ambassadeur » du label, que tient l’office de tourisme. - Certains offices se sont impliqués d’avantages dans le label en mettant en place, lors des journées nationales Tourisme et Handicap, diverses animations (expositions de peintures, circuits touristiques des hébergements labellisés, …), ou en s’investissant dans une dynamique participative/ de partenariat avec un public en situation de handicap (exemple : l’office de tourisme d’Oloron Sainte- Marie propose des visites de l’atelier de chocolat.) RESEAUX L’office de tourisme, en tant que porteur du projet de la labellisation, se doit également de tenir le rôle d’ … « Ambassadeur du label » … sur son territoire. La fédération des acteurs socioprofessionnels locaux du tourisme est primordiale si l’on veut prétendre à la dénomination « destination accessible ». En effet, l’office de tourisme va être un relais d’informations privilégiées auprès des professionnels du tourisme. Rappelons, qu’une destination adaptée est un projet «global» de mise en accessibilité d’un territoire touristique afin de permettre aux personnes handicapées de profiter, au maximum, de leurs loisirs et de leurs vacances. L’objectif de cette démarche est de proposer un territoire qui présente des prestations touristiques (hébergements, restaurations, activités culturelles, sportives, ludiques…) complétées par les services du quotidien adaptés, reliés entre eux et permettant à la personne en situation de handicap de vivre pleinement une journée de loisir ou un séjour touristique. C’est pourquoi les offices de tourisme mettent en place des actions qui permettent de promouvoir leur territoire et l’ensemble de leurs prestataires. Exemple d’actions que les 6 offices de tourisme labellisés aux 4 fenêtres en Aquitaine, ont pu mettre en place : - La création d’un inventaire des structures locales labellisées ou potentiellement accessibles (jugées par l’office lui-même) est indispensable à la labellisation. Cet inventaire est représenté sous la forme d’un catalogue retraçant l’offre adaptée du territoire, disponible à l’accueil (en libre service), ou sur internet pour certains offices. L’accessibilité de l’ensemble de la chaîne de déplacements (cadre bâti, voirie, espaces publics, transport) est importante. Elle permettra alors de favoriser l’émergence d’une offre globale adaptée à l’échelle d’une destination de vacances, et d’assurer au mieux sa mission de conseiller en séjour. Cela nécessite donc la prise de contact auprès des associations locales de personnes handicapées (afin d’obtenir un listing de services accessibles : poste, mairie, banque, …). En l’absence d’associations locales, il faudra alors repérer les critères qui peuvent empêcher complètement l’accessibilité aux services (handicap moteur : pente de +5%, présence de marches ; handicap visuel : obstacle à hauteur du visage …).
  • 10 Il est important de repérer les itinéraires conduisant aux services, depuis l’office de tourisme, de tenir à jour la documentation (liste des équipements et prestations labellisées Tourisme et Handicap, la liste des associations locales de personnes en situation de handicap, un guide des lieux accessibles, site internet, …). Mais aussi de définir des itinéraires de visite de ville adaptés aux personnes en situation de handicap. - La création de groupes de travail (commissions) regroupant le personnel des offices de tourisme, de Mairie, et de représentants de prestataires locaux. Ceci, permet de mettre en place des projets communs avec l’ensemble des acteurs du tourisme locaux, concernant l’accessibilité et la qualité d’accueil de leur territoire (comment mieux accueillir sur son territoire ?), tout en continuant de faire de la sensibilisation du label Tourisme et Handicap, et d’accompagner les porteurs de projet. - Afin de sensibiliser au maximum les prestataires des territoires, les offices de tourisme n’hésitent pas à insister lourdement sur la communication, prônant les avantages du label (apports budgétaires supplémentaires, expérience et démarche humaine, « vacances pour tous », logique de territoire, Loi 2015, possibilité d’être subventionné, …). Les offices de tourisme mettent donc en place une stratégie de communication, en rappelant sur chacun de leur outils de communication l’existence et l’utilité du label (mailings hebdomadaires prévus pour les prestataires, les bons vœux, …). De plus, les offices de tourisme peuvent étendre leur communication le plus largement possible, auprès des écoles, des mairies, … D’autres actions pourraient être pensées afin de mutualiser ces initiatives et aller vers une « logique de territoire ». - Cet effet de réseau tendrait vers une évolution du label sur les territoires. On pourrait donc élargir le concept du label, en passant d’une structure à l’échelle d’une commune ! Ainsi, chaque territoire de séjours touristiques devra assurer une accessibilité globale et la pratique d’activités multiples permettant d’assurer l’autonomie optimale de la personne en situation de handicap. Cette orientation vers une accessibilité généralisée est nécessaire pour l’avenir, si l’on veut répondre aux attentes des visiteurs en situation de handicap. - Cette destination accessible constituera un réseau touristique de prestations totalement adaptées. Il est évident que cette démarche favorise l’attraction, et attirera de nouvelles cibles de clientèles. - La création de circuits touristiques adaptés peut être envisagée, dans la mesure où tous les sites seront accessibles. Exemple : lier à la fois l’activité balnéaire (handiplage), la restauration, les loisirs (cinéma, musée, …), et l’hébergement (ex. : chambre d’hôte) labellisés. L’organisation d’opérations promotionnelles ou événementielles « création de tarif spécial » pour les visiteurs en situation de handicap est également envisageable. - La création d’une « CARTE PASS’ » ou « PASS ACCESS » est une idée qui permettrait d’avoir accès à des services plus rapidement, tout en faisant la promotion de ceux-ci avec la présence d’encarts publicitaires sur la carte elle-même. C’est un outil au service de l’accessibilité de l’offre touristique.
  • 11 1 offre adaptée + 1 offre adaptée Elle peut permettre le renforcement de l’organisation = une destination adaptée interne du territoire, de valoriser l’offre adaptée du territoire, et d’améliorer la gestion de l’offre adaptée. Elle permet d'agir collectivement sur l’accessibilité globale de l'accueil et du séjour, tout en fédérant l’ensemble des acteurs. - Suivant l’échelle du territoire adapté (quartier, commune, communauté de commune, pays, …), l’office de tourisme (communal ou intercommunal) peut mettre en place sur son site internet un portefeuille des sites/structures accessibles/labellisés. Tout ceci dans le but de privilégier une approche territoriale. - Les offices de tourisme peuvent également faire de la sensibilisation auprès des prestataires sur le label (sous la forme d’ateliers, d’échanges, de discussions, et de mises en situation ...). Un grand nombre de professionnels du tourisme ignore l’existence du label. - L’office de tourisme peut mettre à disposition des équipements matériaux et humains (audio- guide, fauteuil roulant en prêt, guide en langage des signes,…). - Le « conseiller en séjour » devient donc un « conseiller en séjours adaptés ». MODE DE TRAVAIL Le personnel n’a eu aucun changement à effectuer dans sa façon de travailler. Hormis le fait de faire preuve de plus de vigilance, de prendre le temps de faire, et d’expliquer (adaptation du discours suivant le public), ou encore être plus disponible pour le visiteur (exemple : se déplacer pour ouvrir les portes ou aller chercher la documentation nécessaire pour le visiteur…) Le mot d’ordre reste « ADAPTABILITE ». FORMATION Seuls les outils spécifiques aux handicaps nécessitent une adaptation de la part du personnel, celui- ci étant obligatoirement formé avant l’obtention du label à raison de 2 jours de formation (au minimum), pour 2 salariés de l’accueil (au minimum). Cette formation proposée par la M.O.P.A., s’articulent autour de 2 journées, permettant à la fois une sensibilisation aux différentes formes de handicap, une approche « pratique » (mises en situation, astuces, visites de sites labellisés, techniques, relations au public en situation de handicap…) du label, et une approche « théorique » avec l’intervention de professionnels du tourisme (témoignages de prestataires, des évaluateurs de C.D.T., d’offices de tourisme, …).
  • 12 Accueillir Les bonnes pratiques pour accueillir un public en situation de handicap Un certains nombre d’actions sont à effectuer afin de réussir au mieux l’accueil de ces visiteurs en situation de handicap au sein de l’office de tourisme … Lesquelles - Rester attentif, disponible, patient, souriant et à l’écoute de la personne. - Les touristes en situation de handicap ont des besoins spécifiques mais ils sont tous sensibles à un accueil chaleureux. - S’adresser directement à la personne en situation de handicap… une bonne information lui offrira une parfaite autonomie. - Se renseigner sur les besoins spécifiques de la personne afin Toujours d’adapter les informations au type de handicap et d’éviter une souriant et documentation trop dense et superflue. spontané - Les brochures (et autres modes d’informations) devront indiquer clairement les adaptations proposées. - Se tenir informer de l’accessibilité des sites. - Pour permettre à une personne de s’exprimer, proposez-lui des programmes et des plans ainsi que du papier et des crayons (le recours à l’écriture peut être utile quand la communication verbale est difficile). - Lorsque l’on s’adresse à une personne malentendante, parlez- lui de face sans élever le ton, mais en articulant. - Avec une personne déficiente mentale, s’exprimer clairement et simplement, sur le mode affirmatif, tout en évitant les longues explications verbales et en restant concret. - Lorsqu’on aborde une personne non-voyante, proposer son aide pour la guider en lui offrant de prendre son coude. - Il est préférable d’éviter les moquettes et les tapis trop épais qui rendent la circulation en fauteuil roulant malaisée. - Si l’entrée comporte des marches, il est utile de prévoir une main courante, ainsi qu’une rampe d’accès, dont la pente ne doit pas dépasser 5%. Il est préférable que les escaliers soient munis d’une main courante et de bandes antidérapantes.
  • 13 - La réception doit comporter une partie plus basse pour les personnes en fauteuil roulant ou pour celles qui souhaitent s’asseoir (prévoir d’offrir un siège à cet effet). Une sonnette permet aux personnes de nous prévenir de leur présence. - Il est souhaitable que les objets exposés soient accessibles à tous les visiteurs : pensez donc à la taille des objets, à la luminosité, à la hauteur… Et pourquoi ne pas envisager des documents en braille ? A La réception - Un bon éclairage aide aussi les personnes malentendantes qui lisent sur les lèvres, ainsi que les personnes non voyantes. - Il est nécessaire que des places de parkings soient réservées et prévues en nombre suffisant et qu’elles soient clairement indiquées. L’emplacement est équivalent à une place et demie (au moins 3m30) pour permettre à la personne en fauteuil d’ouvrir sa portière pour sortir son fauteuil. Ces places doivent également être situées à Environnement proximité de l’entrée principale. extérieur - Le sol des cheminements doit être lisse et non-glissant et les allées gravillonnées sont à éviter. Il est important d’éviter les obstacles pouvant entraver la circulation ou présenter un danger pour les déficients visuels (obstacles en hauteur, non détectables à la canne ou non contrastés). - Pour être utilisable par des personnes en fauteuil, l’ascenseur doit être vaste, les commandes situées à une hauteur maximale de 1m30. - Pour les malvoyants, les chiffres sur les boutons doivent être en relief, en gros caractère ou si possible en braille, avec une annonce sonore des étages. - Il est nécessaire que les toilettes soient adaptées afin que les personnes à mobilité réduite puissent mettre leur fauteuil à côté pour accéder à la cuvette des WC.
  • 14 S’équiper LES OFFICES DE TOURISME S'EQUIPENT POUR MIEUX INFORMER Les offices de tourisme sont souvent le premier lieu dans lequel se rendent les visiteurs en quête d’informations sur l’offre touristique et culturelle de la région qu’ils viennent découvrir. Dans le but d’orienter les offices de tourisme vers le label Tourisme et Handicap, la partie suivante recense l’ensemble des équipements à détenir pour prétendre à une labellisation, ainsi que des fiches méthodologiques « fiche action des bonnes pratiques » illustrées. Enfin, en seconde et dernière partie, une liste non exhaustive des entreprises et associations susceptibles de fournir le matériel nécessaire, clôturera cette boîte à outils. L’accès aux aides techniques n’est pas toujours évident. Le choix est rendu plus ardu par la diversité et la densité de l’offre disponible sur le marché. Cette boite à outils a donc pour but d’accompagner et d’orienter les offices de tourisme dans leur démarche. Aides techniques : tout produit, instrument, équipement ou système technique utilisé par une personne en situation de handicap, fabriqué spécialement ou existant sur le marché, destiné à prévenir, compenser, soulager ou neutraliser la situation du handicap. ATTENTION : cette liste d’équipements n’est pas dite « obligatoire » pour prétendre à l’obtention du label Tourisme et Handicap, mais « Incontournable ». Les renseignements qui suivent ont été recensés grâce à l’aide des C.D.T. (Comités Départementaux du Tourisme) Aquitains et de la D.I.R.E.C.C.T.E. Aquitaine. Il appartient à chaque professionnel de vérifier les données qui suivent. De plus, chaque établissement étant différent, devra répondre à sa grille d’évaluation et adapter ses locaux. Certains équipements seront illustrés d’exemples concrets concernant les offices de tourisme labellisés aux 4 fenêtres en Aquitaine afin de renseigner sur les tarifs existants (texte de couleur marron).
  • 15 Les critères suivants ont été résumés, mais pour plus d’information, vous pouvez consulter le site web de l’Association Tourisme & Handicaps (ATH) : www.tourisme-handicaps.org Equipements spécifiques et astuces liés aux déficiences 4 Avant de détailler chaque critères fondamentaux d’accessibilité spécifiques à chacune des déficiences, pour l’ensemble de la clientèle en situation de handicap et quel que soit le handicap, il y a des points similaires à respecter, à savoir… - Connaître à proximité de l’Office les services publics adaptés (poste, mairie, banque, …), - La formation des chargés d’accueil ou conseillers en séjours est obligatoire pour l’obtention du label (formation de 2 jours, pour 2 salariés de l’accueil au minimum). - Apporter une aide personnalisée, spontanée, et adaptée à la demande. - Recenser l’offre touristique adaptée du territoire : chaque O.T.S.I. labellisé doit pouvoir proposer de la documentation concernant l’offre touristique adaptée, qu’elle soit labellisée ou repérée accessible. Cette documentation doit être présentée de manière claire, facilement repérable et compréhensible, par secteur thématique ou géographique, associée à une image, un pictogramme ou un dessin. De plus, avec la fréquentation croissante des sites Internet du public pour se renseigner sur une destination, il est recommandé de recenser sur le site Internet de l’OTSI toutes les structures adaptées repérées accessibles ou labellisées Tourisme & Handicap. Il existe un label d’accessibilité des sites web : www.accessiweb.org - Sensibilisation du handicap auprès du personnel d’accueil saisonnier - Mettre à disposition une ou plusieurs chaises afin de permettre aux personnes en situation de handicap de se reposer De plus, il est important de penser que certaines personnes, qui ne sont pas considérées comme «personnes handicapées» peuvent avoir les mêmes besoins par ex. : la population vieillissante, les gens avec poussettes, les femmes enceintes, les personnes à forte corpulence…
  • 16 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience mentale Définition du handicap mental par l’association Tourisme et Handicap « Le handicap mental est un handicap de la compréhension, de la communication et de la décision. Les personnes ayant un handicap mental éprouvent des difficultés à se situer dans l’espace et dans le temps. Cela nécessite une compensation adaptée qui est essentiellement une aide humaine à laquelle peut s’ajouter une aide technique. Il importe de souligner que la personne illettrée ou analphabète ou ne maîtrisant pas la langue du pays, les enfants, certaines personnes âgées, auront le même mode de fonctionnement que la personne ayant des difficultés de compréhension et de communication; c’est à dire qu’elles seront à la recherche d’informations visuelles et sonores simplifiées ». La plupart des outils à mettre en place et/ou des équipements à posséder pour cette déficience sont l’œuvre d’un travail le plus souvent INTERNE. Pas d’intervenant extérieur, excepté pour l’achat des sonnettes. C’est donc un ensemble d’actions internes qui peuvent conduire à la labellisation. Exemple : la fabrication de pictogrammes, la création de vidéo simplifiée retraçant le patrimoine local, le classement de la documentation par thème … Récapitulatif des équipements indispensables à détenir pour ce handicap : - La signalétique interne « texte » devra être associé à un logotype ou une image Cliché office de tourisme du Fumélois-Lémance - la documentation devra être triée par thème Cliché office de tourisme d’Anglet - une ardoise scolaire dite « ardoise magique » qui facilite la communication
  • 17 FICHES ACTION DES « BONNES PRATIQUES » - Critères incontournables à la labellisation en office de tourisme - - Une documentation adaptée (plan, guide, brochures, ...) = document compréhensible, clair et facilement repérable par les clients. Soit illustré par secteur géographique, soit par thème associé à une image (pictogramme ou dessin) = Concerne uniquement les documents édités par l’OTSI. - Proposer un plan simple, agrandi et bien contrasté de couleurs. - Les vidéos sont appréciées du public en déficience mental (illustration du territoire, de la ville, d’un monument, simplifiée). - Il est important de donner une bonne lisibilité de l’office par des identifications facilement repérables (logos). Il en est de même pour l’entrée. En cas de nécessité, l’entrée peut avoir un bouton d’appel extérieur qui doit être accessible, de couleur contrastée et bien identifiable. (Office de tourisme d’Hendaye : coût pour 2 sonnettes : 80€ TTC. Achat auprès de l’entreprise locale Castorama). - Protéger les lieux présentant un danger (plan d’eau, …) - Les entrées et sorties PUBLICS se distinguent bien des entrées sorties PRIVEES - Les indication et les panneaux doivent être homogènes.
  • 18 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience visuelle Définition du handicap visuel par l’association Tourisme et Handicap Parmi les personnes déficientes visuelles il faut distinguer deux catégories : - Les personnes non-voyantes : ont une cécité totale et appréhendent le monde principalement par leurs autres sens (toucher, ouïe, odorat, goût). Elles se déplacent le plus souvent avec une canne blanche qui leur permet de détecter les obstacles ou avec un chien guide. - Les personnes malvoyantes : perçoivent différemment les éléments de l’environnement en fonction de leur type de vision (floue, champ visuel réduit,…). L’éclairage, l’encombrement des lieux, le contraste des obstacles et des reliefs influent sur leur capacité à percevoir l’espace. Il faut leur donner des repères de voyants qui peuvent être complétés par des indices faisant appel aux autres sens. Certaines personnes malvoyantes se déplacent avec une canne (régulièrement ou ponctuellement), ou un chien guide, pour détecter les obstacles non perçus visuellement. Récapitulatif des équipements indispensables à détenir pour ce handicap : - D’après le cahier des charges, la mise à disposition d’un lecteur MP3 est vivement recommandé ainsi qu’un dictaphone (entre 50,00€ et 100,00€). Ce qui permet d’enregistrer une conversation et des informations régulièrement mises à jour (le contenu concernant le/les site(s), les lieux touristiques…) - Le cheminement doit avoir un revêtement lisse et dur, il doit faire 1m de largeur et doit être bien délimité (au niveau podotactile et au niveau des contrastes de couleur). Office de tourisme de Saint-Jean de Luz : Pose de bandes pododactyles : 583,00€. - Les documents devront être en braille, en relief et en noir agrandi (les 3 sont nécessaires afin de répondre à tous les déficients visuels). Certaines associations locales ont pu fournir ce service (élaboration d’un dossier de présentation du territoire en braille à l’office de tourisme de Saint-Jean de Luz (128,00€ TTC). - Afin d’éviter tout danger, des bandes adhésives de couleur contrastée doivent être posées sur les portes vitrées (intérieur et extérieur) à deux hauteurs différentes (0,70 et 1,70 m), sur les coins des étagères ou meubles, mais aussi sur les escaliers.
  • 19 FICHES ACTION DES « BONNES PRATIQUES » - Critères incontournables à la labellisation en office de tourisme - Office de tourisme d’Anglet - LibérerOffice de tourisme de Lanouaille se trouver à hauteur du visage l’espace : aucun obstacle doit - L’éclairage à l’intérieur doit être semi-direct afin d’éviter les éblouissements que causent les éclairages directs. Il ne doit pas non plus dégager de la chaleur, ce qui présenterait un risque de brûlure. La lumière doit pouvoir être gérée par des stores, rideaux, volets, voilages, vitres teintées, … permettant d’éviter tout éblouissement. Il est important que l’éclairage d’appoint soit sans dégagement de chaleur (sécurité due au rapprochement) présentant un risque de brûlure. - Une documentation adaptée (plan, guide, brochures, ...) = document compréhensible, clair et facilement repérable par les clients. Soit illustré par secteur géographique, par thème associé à une image (pictogramme ou dessin) : concerne uniquement les documents édités par l’OTSI. Une documentation simplifiée, par thème associé à une image et agrandi Office de tourisme d’Hendaye - Neutraliser les obstacles à hauteur du visage (non détectable à la canne pour une personne non voyante) : exemple : extincteurs, panneaux d’affichage sur pieds, cartels suspendus. Veiller à libérer l’espace entre l’entrée de l’office et la banque d’accueil. - Autoriser les chiens guides à accompagner leur maître. - La signalétique doit présenter un contraste de couleur : entre le support et le panneau et entre le panneau et l’inscription. Les indications et les panneaux doivent être homogènes. - Système d’audio vision (ou audio description) qui diffuse une présentation orale des éléments visuels du film (décors, paysages, costumes, éclairages, expression et mouvements des personnages) - Un numéro d’urgence doit être inscrit en gros caractère (police de caractère 18) à plusieurs endroits dans l’office de tourisme.
  • 20 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience auditive Définition du handicap auditif par l’association Tourisme et Handicap « La principale difficulté est de percevoir, d’entendre et de déchiffrer les messages sonores dont la parole. La perte de la stéréophonie ne permet plus de localiser l’origine du bruit. Il faut distinguer la personne sourde de la personne malentendante. - La personne sourde : est une personne née sourde, ou qui a perdu l’ouïe. Elle n’entend pas la parole et ne peut être aidée que par des techniques visuelles (langue des signes par exemple). - la personne malentendante : dispose d’un reste auditif exploitable. Elle peut bénéficier d’aides sonores (appareils auditifs, boucle magnétique…) et utiliser la technique de lecture labiale. » Récapitulatif des équipements indispensable à détenir pour ce handicap : - une ardoise scolaire dite « ardoise magique » qui facilite la communication. - Un système d’aide à l’audition (une boucle magnétique, un système infrarouge ou HF, un combiné amplificateur, …). Afin d’informer les personnes déficientes auditives de la présence de ces équipements, un dispositif visuel d’information sera mis en place (panneau, pictogramme de l’oreille avec la mention T). 1) Boucle magnétique (portative) Pour les personnes malentendantes porteuses d’un appareil auditif, un dispositif d’aide à l’audition est recommandé pour les banques d’accueil. La disponibilité d’une boucle magnétique est affichée avec un autocollant fourni à la livraison. La boucle magnétique est obligatoire à l’accueil, les personnes étant équipées d’un appareillage spécifique pourront bénéficier de ce confort (cet appareil permet de capter le son à sa source et de le retransmettre directement dans l’appareil auditif ; Si la boucle est mise en place, elle devra être signalée par un pictogramme).
  • 21 L’absence de boucle magnétique à un comptoir peut être compensée par la formation du personnel qui aura le réflexe de proposer les informations par écrit. Eviter les bruits ou musique de fond. La boucle magnétique peut être : « de salle », « de siège » ou « de tour de cou ». C’est un système de transmission et d’amplification des sons qui coûte entre 200,00€ et 300,00€. 2) Système infrarouge ou UF L’alarme visuelle n’est obligatoire que lorsqu’il y a une alarme sonore. L’alarme visuelle n’est pas indispensable dans les petites structures : chambres d’hôtes, restaurants, campings, gîtes ruraux, meublés de tourisme, sites de plein air ou lorsque les hébergements sont composés de chambres ou appartements disposant chacun d’une issue donnant sur l’extérieur. L’absence peut aussi être compensée dans les bâtiments de grande hauteur qui ont l’obligation de tenir la liste des personnes présentes dans les lieux et disposant d’un pompier. La non attribution du label pour absence d’alarme visuelle correspond à l’existence d’un véritable risque pour la personne sourde ou malentendante." Toutefois, l'alarme visuelle ne semble pas être visée par la Loi du 11 février 2005 ni être rendue obligatoire par l'Arrêté du 25 juin 1980 (et ses arrêtés modificatifs) relatif au règlement de sécurité dans les ERP. 3) Combiné amplificateur de voix Pour les personnes non appareillées, il suffit de disposer d’un amplificateur de la voix. Il faut savoir que tout bruit de fond important peut être nuisible à la bonne compréhension de la personne.
  • 22 FICHES ACTION DES BONNES PRATIQUES - Critères incontournables à la labellisation en office de tourisme - - Formation à la lecture labiale ou à la langue de signes - Une documentation adaptée (plan, guide, brochures, ...) = document compréhensible, clair et facilement repérable par les clients. Soit illustré par secteur géographique, par thème associé à une image (pictogramme ou dessin) = Concerne uniquement les documents édités par l’OTSI - L’information vocale ou sonore est relayée par un écrit (panneau affiche document…) - Un soin a été apporté au niveau de l’acoustique - Tous les moyens de communication écrits sont recommandés de façon permanente : télécopie, internet, téléphone cellulaire pour SMS … et ils sont indispensables pour réserver et pour communiquer avec l’extérieur. - Bornes interactives
  • 23 Equipements spécifiques et astuces liés à la déficience motrice Définition du handicap moteur par l’Association Tourisme et Handicap « Les troubles de la motricité peuvent signifier une atteinte partielle ou totale de la mobilité et parfois des troubles de la communication, des difficultés à contrôler ses gestes et à s’exprimer ; mais sans altérer pour autant les capacités intellectuelles. Les personnes en situation de handicap moteur peuvent être en fauteuil roulant (manuel ou électrique), se déplacer avec un déambulateur, une canne, des béquilles ou être mal marchantes. Celles qui voyagent seules, sont indépendantes dans la vie quotidienne si elles bénéficient d’un environnement adapté. En revanche, celles qui ont besoin d’aide dans les gestes de la vie quotidienne sont généralement accompagnées. » Récapitulatif des équipements indispensables à détenir pour ce handicap : - installation d’une sonnette à la porte d’entrée. En cas de nécessité, l’entrée peut avoir un bouton d’appel extérieur qui doit être accessible (zone d’approche en palier pour un fauteuil roulant et hauteur inférieur à 1,30 m.) de couleur contrastée et bien identifiable. Les portes difficiles à ouvrir doivent être compensées par l’aide humaine à condition que cette aide soit immédiatement mobilisable. - une banque d’accueil (ou comptoir d’accueil) doit comporter une partie plus basse pour les personnes en fauteuil roulant, de petite taille ou celles qui souhaitent s’asseoir. Cela facilite la communication. La présence d’une tablette fixée au comptoir d’accueil et à bonne hauteur est considérée comme une réponse obligatoire. Saint-Jean de Luz : aménagement d’un comptoir abaissé : 6 926,04€TTC - si l’office a des sanitaires collectifs (pour l’ensemble du public), ils doivent être obligatoirement adaptés et donc accessibles à tous. Dans le cas contraire, repérer et indiquer les sanitaires aménagées les plus proches. La porte d’entrée doit avoir une largeur minimale de 77 cm, et doit y figurer le pictogramme du fauteuil roulant. Une aire de rotation de minimum 1,40m (hors débattement de porte) est obligatoire. Le cabinet d'aisance comporte un espace d'accès libre de tout obstacle fixe ou mobile situé à côté de la cuvette.
  • 24 FICHES ACTION DES « BONNES PRATIQUES » - Critères incontournables à la labellisation en office de tourisme - - La documentation doit être accessible sur des portants à la verticale (entre 0,70 et 1,30 m). Pour une plus grande facilité d’utilisation il est préférable de disposer les mêmes documentations sur plusieurs hauteurs et de privilégier la disposition dans le sens de la largeur plutôt que de la hauteur. En cas de disposition sur des tables, veiller à la circulation autour si ces meubles sont très larges et à 50 cm de la personne. Office de tourisme d’Hendaye-meuble présentoir accessible à tous - Adapter les activités lors d’organisation de visites dans la ville/village ou d’événements ponctuels (tiralo, visite guidée …). Dans le cadre de l’organisation d’événements ponctuels par l’OTSI, l’accessibilité à ces manifestations doit être prise en compte. Si l’OTSI organise des visites adaptées à une ou plusieurs formes de handicap, la labellisation de cette visite est traitée à part sur la base des grilles spécifiques correspondantes. - Les emplacements réservés et signalés : Si l’OTSI possède un parking privé, il faut qu’il y ait au minimum un emplacement adapté qui soit réservé et bien indiqué ; dans le cas contraire, il faut repérer et indiquer la place de parking adaptée la plus proche (dans un rayon de 150m maximum). Cet emplacement doit mesurer 3,30m de largeur (voiture + portière ouverte), il doit être signalé par un marquage au sol et un panneau en hauteur avec le pictogramme du fauteuil roulant.
  • 25 - Cheminement: revêtement dur et lisse, ne doit pas comporter de rupture de niveau (ou dans le cas contraire doit être compensé par un plan incliné de 5% qui se termine par une zone de repos). La largeur du cheminement doit être au minimum 1m 40. Au niveau de la porte d’entrée, si l’accès principal n’est pas celui qui est accessible, il faut que cela soit signalé du parking et à l’entrée principale. Prévoir un palier de repos horizontal de 1,40 m. sur 1,40 m (si pente avant la porte d’entrée). L’entrée de la porte doit faire au minimum 90 cm de large (0,83 m de passage utile). La porte elle- même ne doit pas peser trop lourd et la poignée doit avoir une prise facile (éviter les poignées rondes). L’entrée sera de plain-pied et dépourvue de ressauts. Si un ressaut ne peut être évité, il doit comporter un bord arrondi (hauteur maxi 2 cm, distance entre 2 ressauts 2,50 m au moins. - La circulation à l’intérieur comme à l’extérieur doit être aisée : Le cheminement doit être sans rupture de niveau et l’espace doit être assez vaste pour permettre la circulation du fauteuil sans aucune gêne.
  • 26 Tableaux récapitulatif (non exhaustif) des informations générales à respecter pour prétendre à la labellisation Tourisme et Handicap en office de tourisme Les critères suivants ont été simplifiés mais pour plus d’information, vous pouvez consulter le site web de l’Association Tourisme et Handicap (ATH) : www.tourisme-handicap.org MOTEUR VISUEL AUDITIF MENTAL Stationnement - nature du sol - proximité entée du site - dimension place Entrée - largeur entrée - entrée facilement - bouton d’appel - absence rupture niveau repérable et identifiable couleur - bouton d’appel accessible - bouton d’appel couleur identifiable contrastée Cheminements - plan incliné maxi 5% - revêtements avec - revêtements - revêtements durs, lisses et contrastes avec contrastes non glissant (couleurs, matériaux) (couleurs, - repérage escaliers et matériaux) marches isolées - espace sans obstacles - espace sans obstacles à - boucle - hauteur comptoir accueil hauteur du visage magnétique égale ou inférieure à 0,80 m - confort visuel des - hauteur panneaux panneaux d’information Accueil d’information Une ou plusieurs chaises seront mise à disposition afin de permettre aux personnes en situation de handicap de se reposer Portes - largeur passage 83 cm - bandes adhésives - poignet en - poignet en forme couleurs contrastées sur forme bec-de-cane portes vitrées (0,70 m + bec-de-cane 1,70 m) Escalier - mains courantes avant 1ère - bon éclairage Marches isolées marche et après dernière - nez de marche et marche contremarches de couleurs contrastées - mains courantes avant 1ère marche et après dernière marche Ascenseur - hauteur bouton d’appel 1,30 - bouton appel : contraste m. maximum matériaux, couleur, gros - largeur portes 83 cm caractère, braille - espace ascenseur 1 x 1, 30 m
  • 27 - largeur portes 83 cm - zone de dégagement - contrastes couleurs Sanitaires 0,80 m x 1,30m - barre d’appui 0,70 à 0,80 m du sol - cuvette 0,46 à 0,50 m du sol Signalétique - panneaux entre 0,90 m et - contrastes couleurs - association - association 1,40 m du sol - permet distance lecture texte/image texte/image entre 5 et 25 cm - 1 message à la - 1 message à la - éclairage efficace fois fois - information - information hiérarchisée hiérarchisée - pictogrammes - pictogrammes simples simples Téléphone - dimensions cabine - clavier aux normes à - minitel ou grosses touches télécopieur ou - couleurs contrastées ordinateur reliée à Internet Sécurité Alarme visuelle si alarme auditive Personnel Sensibiliser et informer de la présence d’un client qui a besoin, en situation de handicap d’être alerté et / ou aidé en cas d’évacuation Documentation Compréhensible par le client Ces fiches actions « bonnes pratiques», ainsi que le tableau récapitulatif ont pour but de conseiller et de démontrer, qu’il est tout à fait possible de prétendre à la labellisation Tourisme et Handicap. En effet cette démarche peut se faire A MOINDRE COUT ET ÊTRE EFFECTUEE EN INTERNE. Cette étude nous renseigne en partie en mettant en avant le peu d’investissements supplémentaires nécessaires à l’obtention du label. La relation à l’investissement matériel reste une clé d’entrée dans le label. Au final, pour la majorité des offices de tourisme labellisés actuels, le label n’a pas entrainé de surcoût. « Greffé sur un équipement existant répondant déjà à son cahier des charges, l’office de tourisme a plutôt tendance à valider une situation acquise ».
  • 28 Contacts pour les équipements, services, aménagements et ressources web ATTENTION : cette liste de fournisseurs n’est pas exhaustive et a été réalisée à partir de recherches auprès des C.D.T. (Comités Départementaux du Tourisme) aquitains et des offices de tourisme labellisés aux 4 fenêtres Tourisme et Handicap aquitains. Il appartient à chaque professionnel de vérifier les compétences des organismes cités. Une liste complète et remise à jour régulièrement est disponible au C.I.C.A.T Aquitaine (tel. 05 56 12 39 39)
  • 29 CLASSIFICATION DES ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS PAR TYPE DE HANDICAP ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS POUVANT FOURNIR DU MATERIEL POUR LA DEFICIENCE MOTRICE • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS LOCALES A.P.F. Association des Paralysés de France - Dordogne (Marsac Sur L’Isle) : 05 53 53 13 25 - Gironde (Bordeaux-Caudéran) : 05.56.08.67.30 - Landes (Dax) : 05 58 74 67 92 - Lot-et-Dordogne (Agen) : 05 53 66 01 53 - Pyrénées-Atlantiques (Bayonne) : 05 59 59 02 14 33 - Gironde 47 - Lot et Garonne DERBY STANNAH SOCIETE HANDICYCLE Monte-escaliers et Plates-formes élévatrices Le « monopousseur » pour les déficients N° à tarif spécial : 0 810 10 31 31 moteurs. Agence Sud-ouest : BP149 – ZI LA BARBIERE Parc de la Morandière rue Galilée 47303 VILLENEUVE SUR LOT 33185 Le Haillan 0 5 53 40 82 18 www.handicycle.com 64 - Pyrénées Atlantiques Association des Paralysés de France (APF) ESAT l’Ensoleillade Pau Vente de tiralos 05 59 80 03 66 10 avenue Gay Lussac 64 140 LONS Association Handiplage Tél. : 05 59 32 85 23 HANDBIKE www.tiralo.org tiralo@tiralo.org 64100 BAYONNE 05.59.59.24.21 www.handiplage.fr
  • 30 ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS NATIONALES SEREP B+B France S.A.R.L 207 rue de Pinon BP 122 3 Quai Kléber 73704 Bourg St Maurice Cedex 67000 STRASBOURG Tél. : 04 79 04 05 06 Fax : 04 79 07 18 19 Tél.: 03 88 23 70 09 Fax: 03 88 23 70 78 info@serep-sa.com contact@bischoff-bischoff.com www.serep-sa.com www.bischoff-bischoff.com Fabrication de fauteuils, de déambulatoires et Fabrication d’appareils sanitaires d'aides techniques AUTO Handicap 34 ZI Garosud 226, rue de Jasse de Maurin 34 070 Montpellier Tél. : 04 67 69 35 50 Fax : 04 67 69 46 30 autohandicap34@orange.fr www.auto-handicap34.fr Adaptations véhicules handicapes - Location & Vente véhicules adaptes - Conseils • ADRESSES WEB UTILES www.apf.asso.fr : nombreuses informations et publications sur le handicap moteur. www.afm-france.org : Association Française contre les Myopathies. Délégations Départementales.
  • 31 ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS POUVANT FOURNIR DU MATERIEL POUR LA DEFICIENCE AUDITIVE • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS LOCALES 24 - Dordogne Association S.O.U.R.D.S.24 AUDIKA (audioprothésiste) Maison des Associations Périgueux : 05 53 53 77 75 12, cours Fénélon Bergerac : 05 53 63 00 10 24000 PERIGUEUX Boulazac : 05 53 04 45 81 Sarlat : 05 53 31 66 09 Association des Sourds du Périgord Aquitaine Maison des Sourds avenue de la République AUDITION LANGLET (audioprothésiste) 24260 LE BUGUE Périgueux : 05 53 05 96 64 Tél/Fax : 05.56.69.96.62 AUDITION MUTUALISTE (audioprothésiste) Association des Handicapés Auditifs du Périgord Périgueux : 05 53 05 93 35 82, rue de Paris Bergerac : 05 53 23 20 34 24260 LE BUGUE Montron : 05 53 56 03 45 Association Sourds Entendants Malentendants de la Dordogne et du Lot-et-Garonne AUDITION SANTE (audioprothésiste) 17, rue Paul Bert Le Bugue : 05 53 07 49 79 24000 - PERIGUEUX Terrassons : 05 53 50 69 04 Fax : 05.53.03.72.96 Sms : 06.82.28.72.68 Bergerac : 05 53 61 60 78 www.sem24-47.com Mussidan : 05 53 81 62 35 Centre d’Audition Mutualiste (audioprothésiste) Périgueux : 05 53 05 93 35 LACHAL ACCOUSTIQUE (audioprothésiste) Périgueux : 05 53 35 70 58 Laboratoire Correction Auditive D. BALET Bergerac : 05 53 57 05 05 AUDITION PLUS (audioprothésiste) Sarlat : 05 53 59 37 57 Nontron : 05 53 56 45 93 Périgueux : 05 53 08 20 98 Thiviers : 05 53 55 21 10 Montpon Menesterol : 05 53 82 30 84 Ribérac : 05 53 90 52 73 AUDIO 2000 2 place Bugeaud - 24000 PERIGUEUX 05 53 35 70 58
  • 32 33 - Gironde SAVS (Service d'accompagnement à la vie sociale) AUDITION et ECOUTE 33 94 rue de Marseille Association des personnes atteintes 33000 BORDEAUX de pathologies auditives de la Gironde. tel : 05 57 53 04 74 - Information sur les troubles de l’audition, A.S.G (Association des Sourds de la Gironde) - démonstration et prêt d’aides techniques 156, boulevard du Président Wilson 156 route de Pessac - 33170 GRADIGNAN 33000 BORDEAUX Tel : 05 56 75 07 83 Tél/Minitel : 05.56.51.16.16 Fax : 05.56.48.17.14 Maison des Sourds de la Gironde Service accompagnement social pour les SPPS (service de la promotion professionnelle sourds des sourds) 154 boulevard du Président Wilson 94 r Marseille 33000 BORDEAUX 33000 BORDEAUX tel : 05 56 17 34 34 Tél. : 05 56 69 07 00 Fax : 05 56 69 07 52 Fax : 05 56 81 18 18 contact@spps-irsa.fr U.A.M.S (Union Association pour une Maison des Sourds) A.S.S.B (Association Sportive des Bât U entrée 1 Sourds de Bordeaux) 248, avenue d'Arès 130, rue Achard 33700 MERIGNAC 33300 BORDEAUX Tél : 05.56.78.48.95 Tél/Minitel : 05.56.69.07.0 Fax : 05.56.69.07.52 40 - Landes Non renseigné. Se référer au : C.I.C.A.T. Aquitaine 05 56 12 39 39 Coordinatrice : Annie RONDET Documentaliste : Natacha ZAVATTIN
  • 33 47 - Lot et Garonne Union des Sourds d'Agen et Villeneuve sur Lot 16, avenue des Pyrénées 47520 LE PASSAGE 64 - Pyrénées Atlantiques ASSOCIATION ARDDS (Association de réadaptation et défense des devenus sourds) Cours collectifs de lecture labiale et d’initiation à la langue des signes (LSF) Pau : La Maison des Sourds : 05 59 81 87 41 Anglet : L’Atelier pour tous : 06 78 13 52 29 Fax : 0556247295 savs.irsa@wanadoo.fr MAISON DES SOURDS 66, Rue Montpensier 64000 PAU Tel : 05.56.62.51.14 A.B.M.D.S (Association Béarnaise des Malentendants et Devenus Sourds) 12, bis rue Garine - 64140 BILLIERE Tél : 05.59.14.94.47 Centre de Promotion de Personnes Sourdes Le Forum, Centre Bellocq 64100 BAYONNE fax : 05.59.52.49.09 sms/texto : 06.75.27.44.40
  • 34 • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS NATIONALES ARIEDA SURDICITE 2 446, av. du père Soulas 40, av. Guy de Collongue 34 090 MONTPELLIER 69 130 ECULLY Tel: 04.99.13.73.20 – Tél : 04 78 33 37 06 contact@arieda.asso.fr mps@surdicité.fr w ww.arieda.asso.fr www.surdicite.fr Formation en langue des signes Fournisseurs de boucles magnétiques, amplificateurs, … WIDEX ACOUREX Widex crée et fabrique des aides auditives pour offrir une meilleure qualité de vie aux malentendants (boucle magnétique de comptoir, …) 14-16 rue Taille Fer ZA LES POUARDS 91 160 CHAMPLAN 01.69.74.17.40 • ADRESSES UTILES WEB www.fnsf.org : Fédération Nationale des Sourds de France www.unisda.org : ressources documentaires à télécharger www.2-as.org : infos diverses, « surdi-fiches » (rubrique « accessibilité ») et rubrique « liens » pour de nombreuses références utiles (LSF, appareillage…) www. audiofr.com : un espace documentation et information sur la surdité et l'audition. Un annuaire de 1530 audioprothésistes français. Dossiers sur le bruit, la malentendance, la surdité de l'enfant, les acouphènes, la correction auditive, les métiers. Annuaire de sites et espace professionnel. www. audition.fr : Audioprothésiste pour problèmes d'audition, protection antibruit, appareils auditifs et appareillage www.surdite.net : Annuaire des sites francophones consacrés à la surdité et documentation. www.websourd.org : un site complet avec de nombreuses vidéos en Langue des signes (informations, culture, éducation…).
  • 35 ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS POUVANT FOURNIR DU MATERIEL POUR LA DEFICIENCE VISUELLE • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS LOCALES 24 - Dordogne Association VALENTIN HAÜY 2ter rue des Jacobins - 24000 PERIGUEUX 05.53.35.08.32 Propose la réalisation de documents en braille, en relief et en noir agrandi. 33 - Gironde ECOLE DE CHIEN GUIDE D’AVEUGLES Remise gratuite de chiens guides d’aveugles Centre Aliénor 11 rue Joseph Cugnot -ZI du phare - 33700 MERIGNAC 05.56.47.85.15 www.chiensguides.alienor.com ALPHABRAILLE Intégrateur de solutions adaptées à la déficience visuelle. Fournisseurs de vidéo agrandisseur, impression en braille 18, rue Thalès - Mérignac 33 700 05.56.55.99.92 alphabraille.bx@wanadoo.fr UNADEV (Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels) - Traduction en braille Amélioration du quotidien des personnes handicapées visuelles, aveugles et malvoyantes 12 rue de Cursol - CS 80351 - 33002 BORDEAUX CEDEX 05 56 33 85 90
  • 36 47 - Lot et Garonne ROUERS PUBLICITE Mayne 47500 SAINT VITE 05 53 71 20 08 Fournisseurs de bandes adhésives pour vitres 64 - Pyrénées Atlantiques Société AKA DESIGN SIGNALETIQUE Fournisseurs de bandes adhésives pour vitres - 85€ HT les 40 mètres 23 rue du Chapelet - 64 200 BIARRITZ 05.59.41.36.10 Association des aides et informations aux non et males voyants PAU - 05 59 27 88 49 • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS NATIONALES Groupement des intellectuelles aveugles Immeuble Placer Bâtiment A 83100 Toulon 04.94.36.77.48 Confection d’un dossier en braille : 150,00 € HT CAP HORIZON PRODUC BRAILLE Mr P. Rousseau & J. Lapalud Monsieur Pascal Laloi 20 bis Avenue Aristide Briand Résidence le Cerdagne 34170 Castelnau-le-Lez 1, rue du Béarn, appart 35 esc. F Tél./Fax : 04 67 79 39 28 66 000 PERPIGNAN cap.horizon@libertysurf.fr Tél. : 04 68 21 61 33 - Port. : 06 03 65 74 11 Web : www.caphorizon.org E-mail : alaloi66@orange.fr Conseil technique a la déficience visuelle, Transcription braille et gros caractères aménagement, bande de guidage, Adaptation lieux (hébergement, restauration…) matériel sonore, audio plage…
  • 37 • ADRESSES UTILES WEB ww.handicapzero.org : site dédié aux personnes aveugles et malvoyantes, proposant différents services pratiques. www.avhmtp.free.fr : site de l’association Valentin Hauy, très riche en informations sur le handicap visuel, avec des conseils pratiques pour bien communiquer. www.inlb.qc.ca retrouvez des informations sur le handicap visuel, le braille, trucs et astuces, et à télécharger : « accompagner et guider une personne ayant une déficience visuelle ». www.braillenet.org : une porte sur le net pour les personnes handicapées visuelles. A noter : Braille Net : Centre de ressources et de recherche sur l'accessibilité du Web : www.accessiweb.org (pour tous handicaps) www.faf.asso.fr : plusieurs associations départementales dans notre région. www.crfam.net : nombreuses informations et adresses pour matériels, associations… www.blindlife.ch : un site Suisse pour comprendre comment fonctionne une personne aveugle.
  • 38 ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS POUVANT FOURNIR DU MATERIEL POUR LA DEFICIENCE MENTALE • ENTREPRISES ET ASSOCIATIONS LOCALES 47 - Lot et Garonne BURO + Z.A. du haut Agenais 47500 Montayral 05 53 75 04 52 Fournisseur de dictaphones
  • 39 Glossaire ATH : Association Tourisme et Handicap CDT : Comité Départemental du Tourisme CRA : Conseil Régional d’Aquitaine CICAT : Centre d’Information et de Conseil sur les Aides Techniques ESAT : Etablissement et Service d'Aide par le Travail GIHP : Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapés Physiques MOPA : Mission des offices de tourisme et Pays touristique d’Aquitaine OTSI : Office de Tourisme et Syndicat d’Initiative
  • 40 Lexique Dès lors qu’une alarme incendie sonore, imposée par le règlement de sécurité incendie visuelle Alarme incendie, existe sur un site, il est demandé en complément la présence d’un système d’alerte visuel clignotant dans les espaces où une personne sourde peut se retrouver seule (chambre, sanitaires…). Appareil individuel avec écouteurs séparés ou non, en pendentif ou avec une guide/guidage poignée. Cet appareil, aujourd’hui numérique, fonctionne de manière identique à celle Audio d’un magnétophone. Il permet de visiter seul un site en étant guidé par l’enregistrement de l’appareil ou en tapant sur le boîtier des nombres inscrits sur les vitrines d’une exposition. Des versions en langues étrangères existent couramment et plus rarement pour les visiteurs ayant des besoins spécifiques (déficients visuels…). Systèmes pour les personnes aveugles et malvoyantes. vision/description Dans un film, il s’agit d’insérer les commentaires descriptifs des scènes nécessaires à la compréhension. Ces commentaires sont placés entre les dialogues ou en remplacement Audio d’une partie de la musique. Au théâtre, un comédien annonce, simultanément au spectacle théâtral, les éléments de mise en scène, les décors, les costumes entre les dialogues. « Audiovision » est la marque de l’association Valentin Haüy (AVH), les autres prestataires (accès culture…) utilisent le terme d’«audiodescription». Cette bande est placée avant la première marche à la descente d’un escalier ou de marches isolées. Un changement de revêtement au sol ou une bande podotactile alerte Bande contrastée en relief la personne déficiente visuelle. La texture ou le relief est détecté avec la canne par les personnes aveugles et le contraste facilite le repérage des marches pour les personnes malvoyantes. Si un site décide d’implanter des bandes d’éveil de vigilance en haut des escaliers, il doit équiper tous les escaliers de façon cohérente et homogène. La bande d’éveil de vigilance est une surface tactile qui alerte d’un danger. La norme AFNOR NF 98-351 de février 1989 définit les dispositifs podotactile au sol d’éveil de vigilance pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Les quais ferroviaires sont munis sur toute leur longueur d’un dispositif d’éveil de vigilance conformément à la norme AFNOR NF P 98-351.Sur les trottoirs, un revêtement de sol différencié doit être prévu au droit des bateaux afin de matérialiser les traversées piétonnes (y compris en chaussées relevées) pour en avertir les personnes non voyantes. Pour une cuvette de WC, une barre d’appui latérale doit être installée pour faciliter le relevable opposée d’appui Barre transfert sur la cuvette. Elle comporte une partie horizontale située à côté de la cuvette. Cette barre est fixée au mur. Dans certains sites une barre d’appui opposée à celle du mur est installée, mais elle doit être relevable pour dégager l’accès du fauteuil. Se dit pour définir la forme de la poignée d’une porte, le qualificatif poigné «béquille» est cane Bec de également utilisé pour désigner cette forme.
  • 41 d’induction captrice A l'intérieur de l'appareil auditif de type contour d'oreille, se trouve un petit récepteur Bobine miniature qui, une fois enclenché (par utilisation de la fonction T), capte l'énergie créée T par la boucle magnétique. La Boucle Magnétique "BM" est une solution technique d'aide à l'audition utilisée par les malentendants appareillés de contour d'oreille avec position T. Un amplificateur relié à magnétique une source sonore (ex : un micro) diffuse un champ magnétique via un câble électrique. Boucle La "BM" peut être installée dans une salle de spectacle (théâtre, cinéma…) ou encore intégrée à un comptoir/guichet. La "BM" a pour effet de permettre au malentendant appareillé d'entendre uniquement la source sonore (ex : la voix de l'agent d'accueil) sans être perturbé par les bruits ambiants. Elévateur Plate-forme pour personne en fauteuil roulant qui permet de franchir un dénivelé ou rupture de niveau soit par un déplacement vertical (id° un ascenseur), soit le long des marches d’un escalier. Cette signalisation lumineuse est constituée par un éclairage intermittent cadencé Flash lumineux (émission d’éclairs au rythme d’une sonnerie) dont la couleur est : - « blanche » (flash d’appel lumineux), ce système capte les bruits (alarme incendie, sonnerie du téléphone, cri de bébé...) et diffuse ensuite un signal lumineux qui avertit la personne sourde ou malentendante ; - « rouge » pour l’alerte incendie. passage utile Largeur de min d’une Largeur de passage mesurée entre la porte ouverte à 90 degrés et le piédroit opposé porte (montant vertical de l’huisserie). Elle correspond à la largeur réelle disponible lorsque la porte est ouverte. Position T Certains appareils auditifs individuels possèdent un interrupteur que l’on peut placer sur une position repérée « T ». Celle-ci permet de capter la fréquence radio, donc d’écouter sans être perturbée la personne derrière. contrastée Le nez des marches doit être contrasté afin d’être visible (code de la construction de marche de couleur Nez de l’habitation) pour aider les personnes mal voyantes ou à mobilité réduite à les détecter à la descente. La bande de visibilité du nez de marche peut être incrustée dans le matériau, collée ou constituée par une baguette d’angle comportant un seuil antidérapant. de sol dur et Revêtement Définit un sol sans obstacle à la roue pour un fauteuil roulant, mais facilitant également plat le glissement d’une canne par une personne en situation de handicap visuelle. Rupture Qualifie une différence de niveaux entre deux zones en palier. Le franchissement du niveau de dénivelé doit se faire par un plan incliné dont la pente doit être inférieure à 5 % et, lors ce qu’elle dépasse 4 % un palier de repos de 140cm de long est nécessaire tous les 10m.
  • 42 accidenté Ce qualificatif concerne les personnes aveugles se déplaçant avec une canne blanche. Il Sol non désigne l’aspect lisse et non glissant d’un sol sur lequel la canne glisse mieux. Cela assure une meilleure détection notamment avant la première marche en haut d’un escalier. Télétexte : Certains téléviseurs sont équipés de cette fonction. Ce système permet d’afficher, pour les déficients auditifs, le sous-titrage d’une émission ou d’un film lorsqu’il existe. Transfert Désigne le passage d’une personne de ou vers son fauteuil roulant. Le sens du transfert vers une cuvette de WC qualifie le sens de déplacement depuis le fauteuil roulant, placé latéralement, vers la cuvette. Visiophone Interphone intégrant la transmission de l’image (mini caméra avec écran).
  • 43 Référents du label Tourisme et Handicap Votre contact CDT Comité Départemental Noms téléphone mails du Tourisme Rémi LASSEIGNE Dordogne 05.53.35.50.00 Dordogne.perigord.tourisme@wanadoo.fr Elisabeth VUILLET Gironde 05.56.48.40.87 e.vuillet@gironde.com Béatrice BOUISSOU Landes 05.58.06.79.73 devel@cdt40.com Catherine ERRARD Lot et Garonne 05.53.66.14.14 cerrard@tourisme-lotetgaronne.com Didier MOUMIET Pyrénées Atlantiques 05.59.30.01.30 d.moumiet@tourisme64.com Votre contact UDOTSI Comité Départemental Noms téléphone mails du Tourisme Florence PETINON Dordogne 05 53 35 15 61 udotsi.dordogne@wanadoo.fr Cédric NAFFRICHOUX contact@udotsi33.fr Gironde 05 56 52 34 39 Véronique DARMAILLACQ v.darmaillacq@udotsi33.fr Sandrine JACQUET Landes 05 58 46 41 53 contact@udotsilandes.com 05 53 66 14 14 Benoît MAFFIOLETTI Lot et Garonne udotsi47@gmail.com poste 132 Hélène GALLEGO Pyrénées Atlantiques 05 59 40 22 30 udotsipyat@wanadoo.fr Votre contact DIRRECTE Noms Structures téléphone mail Emmanuelle BUREL DIRECCTE 05 56 99 96 37 emmanuelle.burel@direccte.gouv.fr Vos contacts en office de tourisme labellisé aux 4 fenêtres Comité Départemental Noms téléphone mails du Tourisme Fabienne COUTURIER OT Hendaye 05 59 20 00 34 commercial-ot@hendaye.com Marie CAZABAN OT Oloron Sainte-Marie 05 59 39 98 00 cazaban.marie@wanadoo.fr Bénédicte FRIDBERG OT Anglet 05 59 03 77 01 information@anglet-tourisme.com Alexandra VANDROUX OT Fumélois Lémance 05 53 71 13 70 tourisme@ec-dufumelois.fr Jacqueline POLTORAK OT Pays de Lanouaille 05 53 62 17 82 ot.lanouaille@wanadoo.fr Philippe PREVOT OT Bordeaux 05 56 48 04 24 p.prevot@bordeaux-tourisme.com Françoise DHERIN OT Saint-Jean de Luz 05 59 26 03 16 responsable.acceuil@saint-jean-de-luz.com Marie-Pierre LACLAU OT Lescar 05 59 20 00 34 ot.lescar@lescar.fr
  • 44 Annexes Annexes 1 – Procédure de la démarche vers la labellisation Tourisme et Handicap 1-La demande du dossier Les structures candidates au label s'adressent au Comité départemental du tourisme qui apportera les informations sur l’accessibilité et le label. - Guide "Comment accueillir la clientèle handicapée" - Guide "Conseils pratiques pour réussir une structure adaptée" - Cahier de charges des caractéristiques générales et spécifiques 2- Le questionnaire d'auto-évaluation Un questionnaire décrivant les critères de base d'accessibilité et d'accueil essentiels, permet au prestataire de s'auto-évaluer, d’apprécier l’état d’accessibilité de son équipement, au regard des quatre types de handicap : moteur, visuel, auditif, mental. Le questionnaire est à retourner au Comité départemental du tourisme. 3- Le diagnostic du site Le diagnostic de l’établissement est réalisé par 2 évaluateurs (appartenant l'un au secteur du handicap, l'autre au secteur du tourisme). Le Comité départemental du tourisme organise une visite du site sur rendez-vous. Les évaluateurs vont recenser à l’aide d’un cahier des charges et d’une grille spécifique à la structure, l’ensemble des critères d’accessibilité, d’accueil et de prestations pour les quatre types de handicap. Certains critères sont devenus obligatoires (lien sur la loi du 11 février 2005), d’autres conseillés dans le cadre de critères de qualité. L'objectif global est l'autonomie de la personne handicapée sur son lieu de séjour. Il est à noter que lorsqu’un établissement est labellisé pour un type de handicap, les adaptations et aménagements pour obtenir les autres handicaps peuvent être relativement simples et peu coûteux. C’est pourquoi, la grille présente simultanément les quatre types de handicaps. Le Comité départemental du tourisme remet un compte-rendu au candidat et prépare le dossier d’évaluation.
  • 45 4- L'avis de l'instance régionale Le dossier d’évaluation ainsi réalisé est examiné par l’instance régionale composée de professionnels, d'institutionnels du tourisme et de représentants des associations de personnes handicapées et pilotée par la Délégation Régionale au Tourisme d’Aquitaine. (2 à 3 réunions dans l’année). 5- L’attribution du label La commission nationale attribue le label au prestataire sur proposition de l’instance régionale. Le label peut être accordé pour un, deux, trois ou quatre handicaps. Chaque handicap est associé à un pictogramme particulier. 6- L'engagement du nouveau labellisé Le gestionnaire du site concerné reçoit la charte Tourisme & Handicap qui détaille son engagement de labellisé. L’association « Tourisme et Handicaps », chargée par l'Etat de la mise en œuvre, du développement et de la promotion du label, remet une plaque signalétique (location facultative) à apposer sur le site labellisé, après signature par le prestataire de la charte d’engagement. Le label est attribué pour une durée de 5 ans, renouvelable par avenant après contrôle du maintien des critères d'accueil et d'accessibilité.
  • 46 Annexes 2 – La législation C ode de l’action et des familles : Loi du 11 février 2005 Art. L.114 : définitions et droits de la personne handicapée. Vacances adaptées organisées : Décret du 29 décembre 2005 n°2005-1759 relatif à l’agrément « vacances adaptées organisées ». Code de la construction et de l’habitation (CCH) : «Accessibilité des établissements et installations recevant du public » : - Décret n°2006-555 du 17 mai 2006 relatif à l’accessibilité du cadre bâti. - Arrêté du 1er août 2006 : accessibilité des établissements recevant du public et des installations ouvertes au public lors de leur construction ou de leur création. - Décret du 30 août 2006 relatif aux commissions consultatives départementales de sécurité et d’accessibilité (CCDSA) - Arrêté du 21 mars 2007 : accessibilité des établissements existants recevant du public et des installations existantes ouvertes au public. Arrêté du 22 mars 2007 : attestation constatant que les travaux sur certains bâtiments respectent les règles d’accessibilité. Dispositions applicables à la construction des bâtiments Art. L.1117- à L.111-8-4 (Loi n°91.663 du 13 juillet 1991) Dispositions applicables lors de la construction, de la création ou de la modification d’établissements recevant du public ou d’installations ouvertes au public. Art. R.111-19 à R.111-19- 11 (Décret n°94.86 du 26 janvier 1994) Dispositions techniques applicables au titre de l’article R.111-19-1 du code de la construction et de l’habitation et fixées par l’arrêté du 31 mai 1994 (JO du 22 juin 1994). Voirie publique ou privée ouverte à la circulation publique : Prescriptions techniques concernant l’accessibilité aux personnes handicapées pour l’application de l’article 2 de la Loi n°91-663 du 13 juillet 1991 et fixées par le Décret n°99-756 du 31 août 1999 (JO du 4 septembre 1999). Pour retrouver tous les textes : - consulter le site LEGIFRANCE : www.legifrance.gouv.fr - Site du ministère délégué au Logement et à la ville : www.logement.equipement.gouv.fr - Délégation ministérielle à l’accessibilité : www.dma-accessibilite.developpement-durable.gouv.fr (documents et législation). - Egalement à consulter : www.tourisme.gouv.fr - Et concernant les droits des personnes handicapées : www.droit-du-handicap.com
  • 47 Annexe 3 : Modèle de la grille d’auto évaluation des offices de tourisme et syndicat d’initiative
  • 48
  • 49
  • 50
  • 51
  • 52 Sources Bibliographiques « Conseils pratiques pour réussir une structure adaptée ? » - FNCDT (septembre 2004) « Comment accueillir la clientèle handicapée ? » - FNCDT (juin 2004) « Procédure de recensement des équipements et services accessibles en OT » - CDT Gironde (2006) « Les critères incontournables à la labellisation » - ATH ( août 2005) « Le label Tourisme et Handicap, un enjeu pour l’industrie touristiques française » - ATH (2008) « Adapter l’offre touristique aux handicaps » - Etude Atout France – 2009 « Vers une accessibilité généralisée» - Ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la Mer (2005) « Tourisme et Handicap » par Laurence Dermenonville – DRT Languedoc Roussillon (date non renseignée) « Tourisme et Handicap » - Brochure Tourisme et Handicap – CDT Gironde (2003) « Labellisation des sites touristiques 2010 » - ATH (2010) Sources Web Le label Tourisme & Handicap : www. tourisme-handicaps.org Le label Accessiweb pour l’accessibilité du WEB : www.accessiweb.org Publication ODIT France : www.odit-france.fr : Outils FNCDT : http://www.fncdt.net/ : Délégation ministérielle à l’accessibilité : www.dma-accessibilite.developpement-durable.gouv.fr :