• Like
Dossier de presse Midest mai 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Published

C’est devenu une habitude. Depuis désormais cinq ans, la prudence est de mise lorsque l’on évoque, à cette période de l’année, le numéro un mondial des salons de sous-traitance industrielle. …

C’est devenu une habitude. Depuis désormais cinq ans, la prudence est de mise lorsque l’on évoque, à cette période de l’année, le numéro un mondial des salons de sous-traitance industrielle. L’industrie, et au premier chef la sous-traitance, n’est-elle pas pointée du doigt comme la principale victime et le symbole de la crise durable que traverse l’Europe en général et la France en particulier ?

Cette 43ème édition du MIDEST, qui se tiendra du 19 au 22 novembre au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, ne fait pas exception à la règle. Mais, ses organisateurs sont à ce stade résolument optimistes, enregistrant de bons résultats en France comme à l’international et travaillant à faire en sorte que leur événement soit plus que jamais au service des sous-traitants, non seulement pour les aider à traverser cette période mais, bien plus, à renforcer leur activité et à la développer en attirant des visiteurs issus en particulier de secteurs nouveaux ou en développement pouvant offrir des débouchés concrets et rémunérateurs. Les exposants semblent d’ailleurs bien conscients des opportunités que leur offre cette manifestation puisqu’au 23 mai, le taux de réservation est supérieur de 7% à celui de 2012 à la même période avec 70% de la surface fermement réservée.
Afin de les accompagner au mieux, le salon lance, cette année encore, de nombreuses nouveautés. Il réalisera ainsi un focus sur un secteur d’avenir, l’énergie, et mettra pour la première fois à l’honneur une nation non-européenne, l’Afrique du Sud, ouvrant des perspectives de coopération nouvelles pour les
sous-traitants tournés vers l’export. Des actions accompagnées par le lancement, ces dernières semaines, d’un tout nouveau site Internet destiné à favoriser les recherches des internautes tout au long de l’année et valorisant mieux les différents secteurs de la sous-traitance industrielle et l’actualité des marchés.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
615
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
4
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. MIDEST 2013N°1 mondial des salonsde sous-traitance industrielledu mardi 19au vendredi 22 novembreParc des Expositions de Paris Nord VillepintePetit déjeunerde presse23 mai 2013Contact presse : Christophe DUPREZReed Expositions France - 52-54 quai de Dion Bouton – CS 8000192806 PUTEAUX CEDEXTél. : + 33 (0)1 47 56 21 57 - Fax : + 33 (0)1 47 56 21 40christophe.duprez@reedexpo.fr
  • 2. S O M M A I R ECOMMUNIQUÉMIDEST 2013 : des premiers résultats de bon augure p. 3LE SALONUn marché à l’honneur : l’énergie p. 5L’Afrique du Sud, pays à l’honneur p. 6Les événements p. 8Les exposants p. 10Les visiteurs p. 12LA SOUS-TRAITANCE EN FRANCE : CHIFFRES CLÉS p. 14ANNEXESUn peu d’histoire p. 17Fiche d’identité p. 18L’organisateur et les partenaires p. 19Informations pratiques p. 21Communiqué : p. 22
  • 3. Maroc : le monde de l’industrie se donne rendez-vous au SISTEP-MIDEST 20133
  • 4. Rubriques : IndustrieSous-traitanceSalonsAgendaInformation Presse Mai 2013MIDEST 2013 : DES PREMIERS RESULTATS DE BON AUGUREDU 19 AU 22 NOVEMBRE AU PARC DES EXPOSITIONS DE PARIS NORD VILLEPINTEC’est devenu une habitude. Depuis désormais cinq ans, la prudence est de mise lorsque l’on évoque, à cettepériode de l’année, le numéro un mondial des salons de sous-traitance industrielle. L’industrie, et aupremier chef la sous-traitance, n’est-elle pas pointée du doigt comme la principale victime et le symbole dela crise durable que traverse l’Europe en général et la France en particulier ?Cette 43èmeédition du MIDEST, qui se tiendra du 19 au 22 novembre au Parc des Expositions de Paris NordVillepinte, ne fait pas exception à la règle. Mais, ses organisateurs sont à ce stade résolument optimistes,enregistrant de bons résultats en France comme à l’international et travaillant à faire en sorte que leurévénement soit plus que jamais au service des sous-traitants, non seulement pour les aider à traverser cettepériode mais, bien plus, à renforcer leur activité et à la développer en attirant des visiteurs issus enparticulier de secteurs nouveaux ou en développement pouvant offrir des débouchés concrets etrémunérateurs. Les exposants semblent d’ailleurs bien conscients des opportunités que leur offre cettemanifestation puisqu’au 23 mai, le taux de réservation est supérieur de 7% à celui de 2012 à la mêmepériode avec 70% de la surface fermement réservée.Afin de les accompagner au mieux, le salon lance, cette année encore, de nombreuses nouveautés. Ilréalisera ainsi un focus sur un secteur d’avenir, l’énergie, et mettra pour la première fois à l’honneur unenation non-européenne, l’Afrique du Sud, ouvrant des perspectives de coopération nouvelles pour lessous-traitants tournés vers l’export. Des actions accompagnées par le lancement, ces dernières semaines,d’un tout nouveau site Internet destiné à favoriser les recherches des internautes tout au long de l’année etvalorisant mieux les différents secteurs de la sous-traitance industrielle et l’actualité des marchés.L’énergie et l’Afrique du Sud à l’honneurAu-delà de son rôle primordial d’accélérateur de rencontres et de générateur de business, MIDESTaccompagne ses exposants comme ses visiteurs dans les principales évolutions de l’industrie mondiale.C’est ainsi fort logiquement qu’il met cette année l’accent sur l’un de ses secteurs les plus dynamiques,l’énergie, à travers plusieurs conférences et plateaux télé réunissant ses grands acteurs.De la même façon, il s’intéresse de près aux BRICS qui tirent actuellement l’économie mondiale vers lehaut. C’est dans cette optique que, pour la première fois, il met à l’honneur un pays non-européen, dernierentrant dans ce club très select et fermé, l’Afrique du Sud, avec la participation du DTI (Department ofTrade & Industry). De par son histoire, elle possède en effet un savoir-faire complet et autonome enmatière d’industrie en général, et de sous-traitance en particulier, opérationnel sur tous les grandsmarchés. Sa volonté de s’ouvrir sur le monde, que cette opération illustrera, constitue une opportunité depremier ordre pour les industriels européens qui cherchent à développer leurs activités à l’international.4
  • 5. Parmi les autres moments phares proposés aux visiteurs comme aux exposants, les Trophées MIDEST sontrenouvelés pour valoriser l’excellence des sous-traitants. Une soixantaine de conférences gratuites, courteset exhaustives présenteront les dernières avancées techniques, stratégiques et économiques. Enfin, lesPôles Technologiques reviendront sous l’égide du CETIM (Centre technique des industries mécaniques) etdu LRCCP (Laboratoire de recherches et de contrôle du caoutchouc et des plastiques).Le site Internet du MIDEST fait toile neuveCes dernières années, MIDEST s’est efforcé de poursuivre l’animation de son marché au-delà de ces quatrejours de rencontres. Avec succès, comme l’attestent les 50% de visites globales annuelles s’effectuant entrejanvier et septembre sur www.midest.com.C’est dans l’optique de renforcer cette action que ce site a été entièrement refondu cette année, tant sur leplan du design que du contenu. A la mi-avril sont ainsi apparus des univers différents correspondant auxgrands secteurs d’activité du salon, dans le but avoué de fournir aux internautes toujours plusd’informations par marchés et en temps réel. Les visiteurs bénéficient également d’un moteur de rechercheencore plus performant pour mieux répertorier les sous-traitants en fonction de leurs besoins. Objectif :dépasser les quelque 2,15 millions de pages vues de 2012, chiffre en augmentation de 11% sur un an, et les291 000 visites.Enfin, MIDEST accroît sa présence sur les différents réseaux sociaux, qu’il s’agisse de Viadeo où il compteplus de 1 500 membres, Twitter avec plus de 700 followers, LinkedIn pour le public anglophone etFacebook.F I C H E P R A T I Q U E – A G E N D ADates du mardi 19 au vendredi 22 novembre 2013Lieu Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte - Hall 6Exposants 2012 1 721 exposants de 46 paysSecteurs Transformation des métaux,Transformation des plastiques, caoutchouc, composites,Electronique et électricité,Microtechniques,Services à lindustrie,Transformation du bois,Maintenance industrielleVisiteurs attendus 40 000 professionnels venus de 70 paysSite Internet www.midest.comInformations Tél : + 33 (0)1 47 56 21 66 - info@midest.comMIDEST 2013 se déroulera conjointement à MAINTENANCE EXPO, le salon de toutes les solutionsmaintenance, et TOLEXPO, le salon international des équipements de production pour le travail des métauxen feuille et en bobine, du tube et des profilés.Il présentera également la troisième édition de SISTEP-MIDEST, LE rendez-vous industriel au Maroc, qui sedéroulera à Casablanca du 11 au 14 décembre autour de six grands secteurs : la sous-traitance, lesmachines-outils, la tôlerie, l’électronique, la plasturgie et les services.5
  • 6. MIDEST 2013UN MARCHE A L’HONNEUR : L’ENERGIE*Un secteur industriel qui a le vent en poupe…Dans un contexte économique délicat, l’énergie est, avec l’aéronautique, l’un des rares secteurs industrielsà tirer son épingle du jeu. La France compte en effet plusieurs grands groupes de dimension internationalecapables d’investissements gigantesques comme Total, Areva, EDF ou GDF Suez, à côté desquels s’estdéveloppée toute une myriade de PME et de PMI.Le dynamisme de ces entreprises, l’indispensable modernisation des installations et la multiplication desgrands projets à l’international, comme les constructions de centrales, dopent l’activité de la filièretraditionnelle, gaz, pétrole ou nucléaire en tête. A cela, il faut ajouter un souci environnemental croissantqui voit l’émergence du filon prometteur des énergies renouvelables. Les PME travaillant avec ces grandsgroupes bénéficient logiquement, par ricochet, de cette dynamique. En 2011, l’énergie proprement ditereprésentait 4,3% des facturations des entreprises de sous-traitance industrielle, et les constructionsélectriques et électroniques 11,9%. Des chiffres qui devraient augmenter dans les prochaines années.Des recrutements et des investissements importants et durablesMalgré la crise, les embauches s’annoncent d’autant plus massives que le secteur est également lethéâtre d’un nécessaire rajeunissement des effectifs pour compenser les départs en retraite desbaby-boomers. Si les postes techniques sont les plus recherchés, tous les métiers et tous les niveaux deformation sont concernés.Ainsi, le pétrole et le gaz sont toujours friands de compétences, comme en témoignent les 1 700nouveaux postes prévus chez ErDF d’ici 2014 et les 1 500 chez Total en 2013. Et malgré l’engagement dugouvernement à baisser la part du nucléaire dans la production d’électricité, la filière reste trèsporteuse : EDF a ainsi annoncé 6 000 embauches pour 2013 (comme en 2012 et jusqu’en 2015), Technip350, Alstom 1 200 et Areva vient de promettre, après un gel provisoire de son recrutement, que 1 500personnes seraient embauchées par an durant les huit prochaines années.Autre vecteur d’emplois et d’investissements importants : les exigences croissantes en termes de sécurité.Dans un secteur comme le nucléaire où les normes sont continuellement réévaluées, des investissementsimportants seront réalisés dans les prochaines années pour moderniser le parc français ets’accompagneront de créations d’emplois.Enfin, si les objectifs concernant la transition énergétique sont tenus, pas moins de 125 000 emplois sontenvisagés d’ici 2020. Le développement des énergies nouvelles est en effet très porteur : la filière del’éolien en mer devrait, par exemple, créer 10 000 emplois dans l’Hexagone.L’énergie à l’honneur sur MIDESTLe MIDEST s’intéressera cette année plus particulièrement à ce marché particulièrement dynamique enétudiant les bouleversements à la fois économiques et techniques dont il est actuellement le théâtre, ainsique les formidables opportunités qu’il offre.Du 19 au 22 novembre prochains, plusieurs conférences et tables rondes rassemblant ses principauxacteurs permettront aux exposants comme aux visiteurs de mieux l’appréhender.6
  • 7. * Sources : fiche secteur de l’ONISEP (janvier 2013), étude MIDEST 2012 et article du 19 avril 2013 paru surlenergieenquestions.fr7
  • 8. MIDEST 2013L’AFRIQUE DU SUD, PAYS A L’HONNEUR*Un pays en plein développementAvec une superficie de 1 219 912 km², soit 2,2 fois la France, mais “seulement” 50,6 millions d’habitants,soit 15 millions de moins, l’Afrique du Sud, première économie du continent, est en plein développement.En effet, en raison de l’apartheid et des sanctions internationales qui l’ont accompagné, le pays alongtemps connu une croissance très irrégulière. En revanche, cette situation l’a contraint à développer unsavoir-faire industriel complet, notamment en matière de sous-traitance, qui lui permet aujourd’hui d’êtreopérationnel sur tous les grands marchés.Son économie s’est développée principalement autour de l’exploitation et de la transformation deressources naturelles abondantes, comme le charbon, l’or, le platine et autres métaux. Si les services sesont beaucoup développés ces dernières années, l’industrie reste donc fondamentale pour l’économienationale. Après quelques années de croissance élevée (+5,4% en 2006 et +5,1% en 2007), l’Afrique du Sud,qui fait partie du G20 et de l’Organisation Mondiale du Commerce, a souffert de la crise en 2009 (-1,8%),avant de repartir à la hausse avec +2,9% en 2010 et +3,1% en 2011. Son PIB a crû de 2,5% en 2012. Cesperformances ont été couronnées en 2011, le pays étant alors invité à rejoindre le groupe informel desBRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), rebaptisé BRICS pour l’occasion.Une nation industrielleL’automobile est l’un des secteurs industriels les plus développés du pays. En 2011, 312 265 voitures y ontété produites et 271 556 y ont été importées. Les grands constructeurs mondiaux ne s’y sont pas trompéspuisque sept d’entre eux, dont Renault, y ont des usines. Le gouvernement sud-africain a mis en place toutun ensemble d’incitations fiscales pour favoriser la croissance de la production locale et l’arrivée denouveaux industriels. Les opportunités sont donc nombreuses pour les sous-traitants comme pour leséquipementiers.Sur le plan des infrastructures, les autorités ont pris la mesure de l’insuffisance des investissements réalisésdepuis la fin de l’apartheid. Plusieurs programmes publics de grande ampleur ont ainsi été initiés dans lestransports en particulier. Dans le domaine ferroviaire, l’année 2011 a vu le lancement de plusieurs projetsd’envergure qui redynamisent cette industrie via la modernisation des infrastructures et la mise en place denouveaux équipements : autant de marchés qui bénéficient de nombreux plans d’investissements publicsqui s’ouvrent actuellement aux entreprises.Confronté à des besoins croissants en électricité et à une consommation d’eau en hausse du faitnotamment d’une urbanisation croissante, le pays se heurte, là encore, à des infrastructures obsolètes. Unedouzaine de grands projets hydrauliques sont actuellement lancés pour améliorer la production et l’accès àl’eau, et les grands noms de l’industrie énergétique sont sur les rangs pour développer et moderniser leparc.Parmi les autres secteurs porteurs figurent la transformation du bois, la mécanique, la plasturgie et letraitement de surfaces.L’amélioration des infrastructures de transports conjuguée à des facteurs comme la richesse du sol enmétaux, le coût réduit du travail, les incitations fiscales, les plans de soutien étatiques au développementindustriel, un véritable savoir-faire et des capacités de production aussi souples que performantes font del’Afrique du Sud un pays des plus accueillants pour les industriels étrangers qui souhaitent s’y implanter.Un pays ouvert sur le mondeAlors qu’en 1995 ont été signées avec la France des conventions bilatérales de protection et de promotiondes investissements et de non double imposition, en 2004, l’Accord sur le Commerce, le Développement etla Coopération (ACDC) met en oeuvre la libéralisation des échanges de marchandises, de services et decapitaux avec l’Union Européenne.8
  • 9. Forte de ces accords, la France se trouve à la sixième place des pays européens fournisseurs, derrièrel’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse et l’Italie. Mais c’est l’Asie qui reste la première zoned’échange avec l’Afrique du Sud, la Chine étant son premier partenaire commercial et l’Inde son sixième.Les USA à la deuxième place, le Japon à la troisième et l’Arabie Saoudite à la cinquième constituent aussides partenaires privilégiés.L’Hexagone représente 2,6% de ses importations. En 2011, les ventes françaises dans le pays ont progresséde +31,5%, après +31,4% en 2010. Un quart de ces importations étaient des biens d’équipementsindustriels et 33% du matériel de transport, l’aéronautique figurant de très loin au premier rang, toussecteurs confondus, des exportations françaises grâce à Airbus. Les plus fortes hausses sont également àmettre à l’actif de marchandises industrielles : +96% pour les machines pour l’extraction ou la constructionet +66,5% pour les pièces détachées automobiles. Au total, l’Afrique du Sud représente 0,5% desexportations françaises, ce qui en fait son 34èmeclient.Du côté des pays importateurs de produits sud-africains, la Chine est première, suivie de l’Allemagne, desUSA, du Japon, de l’Arabie Saoudite, de l’Inde et du Royaume-Uni.Un monde ouvert sur ce paysSelon la Banque mondiale, l’Afrique du Sud est le 35èmepays sur 183 en matière de facilité pour faire desaffaires. Les USA, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Inde, la France, la Chine, la Suisse, l’Australie, le Japon etles Pays-Bas y sont des investisseurs majeurs.En termes d’implantations d’entreprises, la France se situe au huitième rang des pays investisseurs. Cetteplace relativement modeste au regard des fortes positions occupées en Afrique par les entrepriseshexagonales s’explique à la fois par l’histoire, le pays ayant respecté l’embargo imposé par l’apartheid, et lalangue, l’Afrique du Sud étant essentiellement anglophone. Leur développement n’a donc réellementdébuté qu’après 1994 et on constate une nette accélération du mouvement depuis quelques années. En2011 étaient recensées 240 implantations françaises employant 30 000 salariés. En 2009, près des deuxtiers des investissements des entreprises hexagonales dans le pays se concentraient sur les domainesindustriels.Une présence multi-formesL’Afrique du Sud bénéficiera d’un pavillon spécial, situé à l’entrée sud du salon et organisé en deux grandeszones pour permettre aux visiteurs de mieux appréhender ce marché : une première partie institutionnelleprésentant l’industrie et la sous-traitance nationales au travers des institutions, associations, centrestechniques, presse… ; et une seconde composée de stands rassemblant des sous-traitants et industriels dupays.Un programme de conférences et de tables rondes regroupant de grands acteurs sud-africains permettraégalement de découvrir leur savoir-faire, leurs forces et leurs perspectives.Enfin, les sous-traitants sud-africains participeront en nombre aux rendez-vous d’affaires b2fair – Businessto Fairs®.MIDEST reçoit le label des Saisons Afrique du Sud-France 2012 et 2013La France accueille l’Afrique du Sud de mai à décembre 2013, après y avoir été invitée en 2012. Ellepropose au public français une plongée dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui, jeune démocratie florissantequi continue de panser les plaies des oppressions passées et qui, chaque jour, avance pour conforter saplace parmi les pays émergents. Dans une centaine de villes, plus de cent cinquante manifestationsartistiques et culturelles, mais aussi scientifiques, techniques, gastronomiques ou encore économiques,sportives et touristiques témoignent de la diversité sud-africaine.La saison sud-africaine en France bénéficie en 2013 du soutien d’un comité de mécènes présidé par M. LucOursel, Président du Directoire d’AREVA, et est constitué de : AREVA, Air France, Bouygues Travaux Publics,EDF, la Fondation Total et Mazars.Pour plus d’informations : www.france-southafrica.com9
  • 10. * Sources : Ubifrance, agence officielle Statistics South Africa, Automotive Export Manual South Africa 2012, Industry Vehicle Data1995-2013.10
  • 11. MIDEST 2013 : LES EVENEMENTSLes rendez-vous d’affairesLe succès d’un salon professionnel dépend principalement du nombre et de la qualité des contacts établis.Un tel événement constitue en effet une plateforme idéale pour les petites et moyennes entreprises quidésirent élaborer des accords de partenariat technique et/ou commercial.Pour compléter les échanges spontanés, MIDEST accueille pour la troisième fois en 2013 un programme derencontres d’affaires mises en place par b2fair – Business to Fairs®.Ce programme international d’échanges professionnels propose une approche multisectorielle adaptée auxbesoins et aux exigences spécifiques des petites et moyennes entreprises. Celui-ci s’opère via l’organisationet la coordination de rendez-vous d’affaires qualifiés avec les partenaires potentiels souhaités dans unsecteur spécifique pour constituer des partenariats internationaux concrets entre sous-traitants et avec desdonneurs d’ordres.Les rencontres b2fair constituent un espace de rencontres privilégié pour soutenir les entreprises dansl’acquisition de nouveaux contacts professionnels et qualifiés. Plateforme d’échange d’expériences et desavoir-faire sur des marchés ou des produits bien ciblés, elles permettront de faire naître de nouvellestechnologies et de nouveaux produits… qui auront ainsi été conçus sur MIDEST !Contact : Amrita Singh – Tél : +352 42 39 39 370/377/334 - Mail : b2fair@cc.luLe plateau téléEn plus des rendez-vous d’affaires, b2fair – Business to Fairs® anime un plateau télé occupant une positioncentrale à l’entrée Sud du salon pour mettre en avant les nouveautés industrielles ou technologiques dePMI, des conférences, le pays à l’honneur, des acheteurs… Ces interviews sont diffusées également sur lessites Internet de MIDEST et de b2fair – Business to Fairs®.Les TrophéesLes Trophées du MIDEST reviennent pour une huitième édition qui permettra de mettre en avant lesavoir-faire et les qualités trop souvent méconnus des sous-traitants, quel que soit le secteur pour lequel ilstravaillent.Leur succès ne cesse de croître d’année en année. En 2012, ce sont ainsi plus de 80 candidaturesinternationales qui ont été reçues et ont généré près de 200 retombées dans la presse française etétrangère. Les nominés et lauréats ont unanimement salué le bénéfice d’image que cette manifestationleur procure.Destinés à valoriser la sous-traitance industrielle et à permettre aux visiteurs de découvrir des exposantsaux performances et aux atouts remarqués, ils reflètent l’évolution de la sous-traitance à travers sixgrandes catégories : Bureau d’études, Innovation, Organisation, International, Réalisations Exemplaires etPartenariat / Alliance. Cette large variété offre ainsi à chaque exposant la possibilité de participergratuitement pour mettre en valeur ses potentialités et ses particularités.Les conférencesUn large programme de conférences, d’accès libre et gratuit, fera, cette année encore, le point sur lesdernières évolutions technologiques et les spécificités des offres internationales présentées sur le salon.Des conférences techniques permettront d’aborder globalement une technique, sa mise en œuvre et sesavantages et des conférences économiques seront proposées par les partenaires du salon.Enfin, les conférences Flash du CETIM, interventions d’une quinzaine de minutes, seront comme àl’habitude reconduites et permettront d’aborder une vingtaine de sujets.11
  • 12. Les pôles technologiquesEspaces d’information et d’expertise, les pôles technologiques ont pour mission d’apporter aux visiteurs etaux exposants des informations précises et exhaustives sur l’évolution de chaque métier : Forge, Usinage etmachines spéciales, Revêtements et traitements de surfaces, Fixations industrielles, Métaux en Feuille,Chaudronnerie et tuyauterie, Fonderie.Ces pôles seront organisés et animés en collaboration avec les centres techniques concernés : le CETIM(Centre technique des industries mécaniques) et le LRCCP (Laboratoire de recherches et de contrôle ducaoutchouc et des plastiques). Les experts présents répondront aux questions des visiteurs,diagnostiqueront les solutions les plus performantes aux problèmes posés et les orienteront vers lesexposants.Le Club PartenairesLe Club Partenaires facilite le rapprochement entre les exposants qui souhaitent tisser des relationstechniques ou économiques. Le site Internet www.midest.com permet d’organiser leur rencontre en amontou sur le salon. Il sera complété par la mise en place, sur le MIDEST, de petits déjeuners entre exposants desecteurs complémentaires.MIDEST met de la couleur pour repérer les métiers des exposantsAfin de rendre le salon toujours plus lisible et permettre aux visiteurs d’identifier d’un simple coup d’œil lesexposants du secteur qui les intéresse, MIDEST a instauré un code couleurs qui est décliné à travers tout lesalon. A chaque secteur d’activité correspond une couleur spécifique reprise sur les enseignes de chaqueexposant, y compris dans les stands régionaux et nationaux, voire même sur les moquettes d’allées dans lapartie du salon organisée en secteurs.A noter : les visiteurs pourront également télécharger sur leurs IPhone, Androïd et Blackberry uneapplication spécialement dédiée au MIDEST. En dehors de ses multiples fonctions (recherche par mots-clés,consultation de la liste des exposants et du programme des conférences, infos pratiques, gestion de leuragenda…), elle leur permettra de se téléguider dans le hall en visualisant l’emplacement du stand qu’ilsrecherchent. L’application sera téléchargeable via un code présent sur différents supports : Journal duSalon, bornes situées aux entrées, cartes d’invitation…12
  • 13. MIDEST 2013LES EXPOSANTSMalgré le contexte incertain, MIDEST 2012 a affiché de très bons indicateurs, réunissant 1 721 exposants(chiffre stable) et 39 347 visiteurs. De même, MIDEST 2013 s’annonce sous de bons auspices. Ainsi, au 22mai, le taux de réservation est supérieur de 7% à celui de 2012 à la même période : 70% de la surface dusalon est déjà fermement réservée. Si ces bons résultats se confirment, MIDEST devrait donc regrouperenviron 1 700 sous-traitants venus d’une quarantaine de pays.Pour faciliter la participation des PME et PMI, plusieurs solutions adaptées à leurs objectifs leur sontproposées cette année encore :• Participation individuellesur le secteur de leur activité : transformation des métaux (chaudronnerie,décolletage, finitions / traitements de surfaces / traitements thermiques, fixationsindustrielles, fonderie, forge, machines spéciales, matières / matériaux / produitssemi-finis, mise en forme et découpage des métaux, usinage), transformation desplastiques / caoutchouc / composites, électronique / électricité, microtechniques,services à lindustrie (aide à la conception / ingénierie / études, qualité / contrôle /mesures, recherche & développement, éditeurs de logiciels / informatiqueindustrielle, environnement et développement durable...), transformation du bois,maintenance industrielle (travaux de maintenance, matériels et fournitures pour lamaintenance, éditeurs de logiciels dédiés - GMAO, EAM, aide au diagnostic...).• Participation sur un stand collectif régional ou national : Les 17 régions françaises présentes en 2012 et qui regroupent de très nombreusesPMI innovantes ont d’ores et déjà confirmé leur venue sur une surface au moinséquivalente de près de 7 000 m² : Alsace, Auvergne, Basse-Normandie, Bourgogne,Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Haute-Normandie,Ile-de-France, Limousin, Nord Pas-de-Calais, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées, Paysde la Loire, Picardie et Rhône-Alpes. A l’international sont attendues plus de 650 entreprises venues de plus de 40 pays,.Plusieurs pavillons, nationaux ou régionaux, révèleront l’étendue du savoir-faire deces sous-traitants et la richesse de leur offre. Tous les grands acteursinternationaux ont confirmé leur venue et les pavillons habituels se sont réinscrits.• Participation au cœur d’un Village métier dans leur secteur.Les Villages métiers, qui connaissent chaque année un réel succès, seront denouveau animés par les organisations professionnelles de référence.Une dizaine sera présente et bénéficie d’ores et déjà de taux de réservationencourageants :• Forge - Fonderie,• Fixations européennes,• Mise en forme des métaux,• Traitements des matériaux,• Usinage et machines spéciales,• Plastiques - Composites,• Caoutchouc,• Electronique,• Informatique industrielle,• Transformation du bois.13
  • 14. LES EXPOSANTS MIDEST 2012(Source MIDEST 2012)MIDEST 2012 a enregistré 1 721 exposants (1 098 français et 623 étrangers venus de 45 pays).623 EXPOSANTS ETRANGERS DE 45 PAYS :AFRIQUE DU SUD GRECE POLOGNEALGERIE HONG-KONG PORTUGALALLEMAGNE HONGRIE QATARAUTRICHE INDE REPUBLIQUE TCHEQUEBELGIQUE IRAK ROUMANIEBULGARIE ISRAEL ROYAUME-UNICAMEROUN ITALIE RUSSIECANADA JAPON SERBIECHINE LIBAN SINGAPOURDANEMARK LUXEMBOURG SLOVAQUIEEMIRATS ARABES UNIS MALAISIE SUISSEESPAGNE MAROC TAIWANETATS-UNIS NIGERIA TANZANIEFINLANDE OUGANDA TUNISIEGHANA PAYS-BAS TURQUIERÉPARTITION DES EXPOSANTS PAR SECTEUR2012SECTEURS EXPOSANTSDécolletage 59Usinage 285Machines spéciales 39Finitions – Traitements de surfaces – Traitements thermiques 123Forge 46Fonderie 137Chaudronnerie – Constructions métalliques 107Fixations industrielles 46Produits semi-finis, Métaux, Procédés 78Production par mise en forme / découpage des métaux 161Outillages, Equipements, Moules 19Plastiques / Caoutchouc / Composites 205Electricité-Electronique 82Microtechniques 17Transformation du bois et autres matières ou matériaux 13Services à l’industrie 265Maintenance Industrielle 3914
  • 15. MIDEST 2013LES VISITEURSSur le plan de la fréquentation, 39 347 professionnels issus de 78 nations sont venus visiter MIDEST en2012.15
  • 16. 16
  • 17. MIDEST 2013LA SOUS-TRAITANCE EN FRANCE : CHIFFRES CLÉS____________________________________________________________1/ EN 2012Remarque : comme nous le faisons depuis maintenant quatre ans, nous nous sommes basés, pourl’établissement de ces chiffres, sur des sources de « substitution » afin, tout à la fois, de pallier lesinsuffisances du système public des statistiques industrielles et de coller davantage à l’actualité. Ainsi nousavons utilisé, pour l’essentiel, les indices chronologiques sectoriels de l’Insee, recoupés par des donnéescomplémentaires. Il faut rappeler, cependant, que ces indices étant élaborés à partir de sondages, ils nepeuvent prétendre qu’à une précision toute relative. Les données ci-dessous doivent donc être considéréescomme des estimations.En 2012, le total des activités des secteurs de sous-traitance s’est établi à 59,91 milliards d’euros pour lesentreprises employant au moins 20 personnes.ACTIVITÉSChiffresd’affaires2011(millionsd’euros)Evolutions 2012 / 2011 Chiffresd’affaires2012(millionsd’euros)(entreprises de 20 personnes et plus)En productionEn chiffredaffairesMécanique industrielle et de précision (1) 6 794,55 - 2,60% + 3,94% 7 062,26Découpage-emboutissage, repoussage, tôlerie (1) 5 284,15 - 12,75% - 3,73% 5 087,05Fonderie (1) 4 149,75 - 9,88% - 5,00% 3 942,26Chaudronnerie, tuyauterie, constructions métalliques(1) 2 885,46 - 12,62% + 0,20% 2 891,23Forge, estampage, matriçage, métallurgie des poudres(1) 2 361,62 - 5,92% - 4,73% 2 249,92Traitements et revêtements des métaux (1) 2 254,86 - 10,57% - 0,90% 2 234,57Décolletage (1) 1 558,71 - 5,42% + 2,94% 1 604,54Moules, modèles, maquettes et outillages* (1) 1 096,09 - 1,70% + 1,10% 1 108,15Frappe à froid, fixations (1) 1 218,06 + 0,80% - 0,84% 1 207,83Organes et sous-ensembles mécaniques (1) (4) 597,53 + 1,72% - 2,06% 585,22Ressorts (1) 264,34 - 3,88% + 1,16% 267,41Pièces techniques en matières plastiques (1) 10 422,06 - 7,71% - 1,40% 10 276,15Transformation des élastomères (1) 3 627,57 - 6,35% + 1,18% 3 670,38Assemblage de cartes électroniques (1) (2) 2 185,24 - 5,66% - 5,52% 2 064,61Autres sous-traitances électroniques et électriques (1) 5 541,99 - 3,46% + 2,95% 5 705,48Façonnage en textile-habillement (1) 1 644,87 + 3,42% + 9,04% 1 793,57Maintenance industrielle** (3) 5 430,92 + 1,43% + 2,93% 5 590,05Divers 2 530,30 - 1,80% + 1,48% 2 567,75Total Sous-traitance industrielle 59 848,07 - 5,61% + 0,10% 59 908,43* Outillages de presse et spéciaux. ** Estimation après déduction des doubles comptes (au total, la maintenance sous-traitéeatteint 7,1 milliards d’euros).Sources et bases d’évaluations : indices mensuels de l’Insee (1), données communiquées par le Snese (2), l’AFIM -Observatoire de la Maintenance Industrielle (3) et le MHP (4)Par rapport à 2011, ce chiffre correspond à une baisse de 5,61% en volume (production)...17
  • 18. Les indicateurs disponibles font apparaître une quasi-stagnation en valeur (chiffre d’affaires). Cet écartentre les données en volume et en valeur est chose habituelle. On l’explique généralement par lesvariations de prix et par les décalages entre livraisons et encaissement... Cette année, cependant, le « gap »semble anormalement large.1/ Il est peu vraisemblable que les prix aient flambé à ce point ! Les matières premières sont restées sages.Certes, il est possible que certaines hausses négociées en 2011 avec les donneurs d’ordres (en période defin de cycle) se soient répercutées en 2012. Mais autant qu’on puisse en juger par les informations« terrain » dont nous disposons, cela n’est pas du tout le cas le plus général. Au contraire, la mauvaiseconjoncture, en fin d’année 2012, a plutôt poussé à la baisse des prix.2/ Les décalages de paiement ont sans doute joué un rôle non négligeable. D’une part, ces délais ont eutendance à s’accroître, comme toujours en période de crise. D’autre part, comme les ralentissements deproduction ont été particulièrement marqués en fin d’année, les baisses consécutives en chiffres d’affairesn’ont été massivement ressenties qu’au début de 2013. Toutefois ce phénomène ne peut probablementpas justifier la différence moyenne de plus de 5% observée.Nous sommes donc conduits à penser que les méthodes appliquées par les statisticiens ou les périmètresd’évaluation des séries statistiques de l’Insee ont été différents pour les calculs en chiffres d’affaires et enproduction. Si les données en volumes correspondent bien aux situations réelles telles que nous lesconnaissons, les chiffres en valeurs semblent discutables. Il est donc possible que nous soyons amenés à les« recadrer », au moins pour certains secteurs, d’ici septembre.Quoi qu’il en soit, la baisse d’activité apparaît nettement. Après un premier semestre encore assez porteur,la fin d’année a été marquée par un ralentissement brutal : une « rentrée » particulièrement molle enseptembre, un léger rebond en octobre, puis un fort coup de frein en novembre et surtout en décembre.Comme d’habitude, tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Si quelques métiers, comme lefaçonnage textile, la maintenance, les organes de transmission ou la frappe à froid, sont restés dans lepositif, la plupart sont en repli, en particulier le découpage-emboutissage, la chaudronnerie, les traitementsdes métaux, la fonderie et la plasturgie.Cette situation s’est prolongée dans les premiers mois de 2013.StructureLa répartition des activités selon la taille des entreprises est pratiquement inchangée. C’est une donnée« structurelle » qui d’ailleurs est assez peu différente de ce qu’on observe dans la plupart des autressecteurs industriels.81,2% des entreprises de sous-traitance emploient moins de 20 personnes. Mais elles ne réalisent que17,9% des activités totales. En revanche, les firmes employant 20 personnes ou plus assurent l’essentiel desproductions (82,1%) et regroupent la plus grande part des effectifs (78,2%)...Pour l’ensemble de l‘année 2012, l’offre de sous-traitance industrielle française, toutes tailles d’entreprisesconfondues, s’est élevée à un peu plus de 72,9 milliards d’euros (après 72,8 milliards en 2011 et68 milliards en 2010).Chiffres d’affaires 2012(millions d’euros)EffectifsNombresdentreprisesEntreprises de 20 personnes et plus 59 908,43 388 705 5 711Entreprises de moins de 20 personnes 13 042,19 108 612 24 622Total Sous-traitance industrielle 72 950,62 497 317 30 33318
  • 19. Prix et rentabilitéDepuis le déclenchement de la dernière crise en 2009, les entreprises ont rarement retrouvé le pleinemploi de leurs capacités de production, même après le « rebond » de 2010. Le ralentissement de 2012marque un nouvel épisode de sous-utilisation des équipements, donc de difficultés accrues derentabilisation. Certes, les prix des matières premières restent stables depuis deux ans. Mais dans ce climatmaussade, la concurrence s’est évidemment réveillée... Les donneurs d’ordres ne se sont pas privés d’enprofiter ! Tous les indicateurs dont nous disposons montrent une dégradation des marges bénéficiaires.Traduite en termes comptables, cette tendance se solde par une baisse significative du taux moyen derentabilité (résultat net / chiffre d’affaires hors taxes) qui repasse nettement au-dessous de la barre – déjàtrès basse - du 1%. On reste dans le positif... Mais cette précarité financière persistante est évidemmenttrès inquiétante. Lancinante question !Taux de rentabilité RNC / CAHT*2008 2009 2010 2011 2012Entreprises de 20 personnes et plus + 0,7%** - 2,6%** + 0,5%** + 1,1%** + 0,6%**** Résultat Net Comptable / Chiffre d’Affaires ** données définitives ***estimationsExportationsEn 2012, les ventes de sous-traitance à l’exportation ont globalement stagné, tant en volume qu’en valeur.Elles se sont sensiblement rétrécies sur les marchés européens, tandis qu’elles progressaient légèrementvers les pays émergents. Au cours des deux années précédentes, les débouchés sur le marché mondialavaient fourni une part essentielle de la progression des activités. Cette fois, ils n’ont pas même permis decompenser le rétrécissement des marchés domestiques.Néanmoins, la structure des ventes à l’international ne s’est pas lourdement transformée. C’est toujoursl’Europe qui est la principale destination des livraisons de sous-traitance. Mais sur le long terme, leséchanges avec les pays émergents s’accroissent lentement. En 2012, cette évolution ne s’est pas démentie.Cependant, les chiffres sont peu significatifs, inférieurs aux marges d’erreurs. Les marchés « flottent »...C’est ce que montrent les premiers pointages que nous avons effectués dans les statistiques douanières.Elles indiquent aussi d’ailleurs que si les exportations ont stagné, les importations ont, elles aussi, marquéune pause. En première approximation, le taux de couverture (exportations / importations x 100) s’est doncmaintenu à son niveau de 2011, cest-à-dire 91 (à comparer aux 88 de 2010). Le marché français de la sous-traitance française reste importateur net. Ni plus, ni moins...Taux d’exportation / CA*2008 2009 2010 2011 2012Entreprises de 20 personnes et plus 25,7 % 24,6 % 25,4 % 26,8 % 26,9 %* estimations2/ EN 2013Les séries conjoncturelles disponibles, recoupées avec les informations recueillies tant auprès de nosexposants que des associations professionnelles, s’inscrivent dans le prolongement des tendances de la finde 2012 et laissent craindre une nouvelle baisse pour l’ensemble de 2013.Compte tenu des politiques de désendettement appliquées partout en Europe, on ne peut espérer unerelance économique véritable dans un avenir proche. Toutefois, une reprise technique est probable aucours des prochains mois. Ses premiers effets pourraient être perçus au second semestre ou au début de2014.19
  • 20. MIDEST 2013UN PEU D’HISTOIRECréé en 1971 à Nancy sous le nom « Marché International pour la Diffusion Européenne de laSous-Traitance », MIDEST a beaucoup évolué depuis sa création, autant que la sous-traitance industrielle àlaquelle il a contribué à donner une identité forte tout au long de ces années. MIDEST a su valoriser enparticulier le potentiel des régions françaises où la sous-traitance se développait rapidement, tirée par uneindustrie en croissance dans l’Hexagone. N’oublions pas qu’à l’origine, MIDEST était une manifestationitinérante jusqu’à son installation définitive à Paris en 1989.La décision de localiser MIDEST à Paris s’explique très rationnellement. La taille du salon, d’une part,exigeait des infrastructures adaptées. Le développement international et l’élargissement géographique desmarchés nécessitaient, d’autre part, de rechercher un lieu proche d’un aéroport international. Enfin, lepoids des centres de décision concentrés en région parisienne a amené les organisateurs à sédentariserMIDEST au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, proche de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle.Des liens étroits unissent le salon et les professions de la sous-traitance.Des comités stratégiques et techniques, réunis régulièrement, permettent de fixer les principalesorientations de MIDEST, dont le souci permanent est de répondre toujours mieux aux besoins du marché.Récemment, l’instauration d’un comité international et la mise à l’honneur d’un pays ont permis derenforcer la participation d’exposants du monde entier. Plus de cinquante organismes étrangers sont ainsipartenaires de la manifestation et contribuent à sa forte représentation internationale.Numéro un mondial des salons de sous-traitance industrielle, MIDEST est unique en son genre par sonampleur et permet aux industriels du monde entier de découvrir les évolutions, procédés et innovationsmis en œuvre par les sous-traitants dans tous les domaines, à l’exception du textile.Les donneurs d’ordres de tous les marchés d’applications, automobile, constructions mécaniques,aéronautique, électricité, électronique, énergie, chimie, ferroviaire, matériel agricole et de travaux publics,médical…, s’y retrouvent chaque année.Les regroupements nationaux et régionaux proposent aux donneurs d’ordres une approche géographiquede la sous-traitance à l’échelle mondiale tandis qu’une sectorisation très fine en grands thèmes et villagesspécifiques à certains métiers orientent les donneurs d’ordres vers les solutions adaptées à leurs besoins.20
  • 21. MIDEST 2013FICHE D’IDENTITE• Secteurs- Transformation des métaux (chaudronnerie, décolletage,finitions / traitements de surfaces / traitements thermiques,fixations industrielles, fonderie, forge, machines spéciales,matières / matériaux / produits semi-finis, mise en forme etdécoupage des métaux, usinage),- Transformation des plastiques / caoutchouc / composites,- Electronique / électricité,- Microtechniques,- Services à lindustrie (aide à la conception / ingénierie / études,qualité / contrôle / mesures, recherche & développement,éditeurs de logiciels / informatique industrielle, environnementet développement durable...),- Transformation du bois,- Maintenance Industrielle (travaux de maintenance, matériels etfournitures pour la maintenance, éditeurs de logiciels dédiés :GMAO, EAM, aide au diagnostic...).• Président du Salon Jérôme DELABRE, Vice-président de la Chambre de Commerce etd’Industrie Territoriale (CCIT) Littoral Normand-Picard, Président duGroupe JD CORP et du centre de transfert de technologie dePicardie maritime.• Principaux contacts Michel FILZI, Directeur Général de Reed Expositions FranceSylvie FOURN, Directrice du Pôle Industrie, Environnement et Santé,Commissaire Générale du MIDESTAnnick TURPAULT, Directeur Adjoint de la Division IndustrieBrigitte AUBRY, Secrétaire Général de MIDEST• Exposants attendus 1 700 exposants d’une quarantaine de pays• Visiteurs attendus 40 000 professionnels de 70 pays21
  • 22. MIDEST 2013L’ORGANISATEUR ET LES PARTENAIRESA propos de l’organisateurReed Expositions France est une filiale de Reed Exhibitions (Reed), premier organisateur mondial de salons,avec un effectif de 3 000 personnes à travers le monde.Reed Exhibitions organise chaque année de nombreux événements - salons, conférences, congrès etréunions d’affaires - rassemblant 7 millions de participants. Avec 500 salons dans 41 pays, il intervientprincipalement sur les marchés suivants : aéronautique, arts, bâtiment, commerce-distribution-marketing,confort-maison, édition, énergie, hôtellerie-restauration, industrie, informatique et hautes technologies,sécurité, sports et loisirs, santé, tourisme.Membre de Reed Elsevier Group plc, leader mondial dans l’édition et la diffusion d’informationsprofessionnelles, Reed propose aux entreprises des solutions globales de développement sur de nouveauxmarchés, qui s’appuient sur les salons, les publications professionnelles, les services Internet et lemarketing direct.Reed est aujourd’hui leader sur le marché français de l’organisation de salons, avec 70 manifestations etdeux filiales, Reed Expositions France et Reed-Midem.Reed Expositions France organise 60 salons professionnels et grand public, dans les secteurs de lart (FIAC,Paris Photo), de laudiovisuel (Satis), de la bijouterie (Bijorhca Paris), du confort (interclima+elec, idéo bain),de la construction (Batimat…), de lédition (Salon du Livre…), de léquipement de la maison (Maison&Objet,organisation Safi, filiale des Ateliers d’Art de France et de Reed Expositions), de lenvironnement(Pollutec...), de la franchise, de lhôtellerie et de la restauration (EquipHôtel…), de lindustrie (Midest...),des loisirs nautiques (Nautic - Salon nautique de Paris, Festival de la Plaisance de Cannes…), du marketing etde la communication (Viscom, Marketing Point de Vente…), du médical (Journées Internationales deBiologie, Cardiostim), des nouvelles technologies (MedPi, Documation…), de la sécurité (Expoprotection,APS…), du transport et de la logistique (SITL) et du tourisme (IFTM -Top Résa…).En 2012, les manifestations organisées par Reed Expositions France ont rassemblé plus de17 800 entreprises exposantes et 1,3 million dacheteurs français et étrangers.Contact :REED EXPOSITIONS FRANCE52-54, quai de Dion-Bouton - 92806 Puteaux CedexTél. : + 33 (0)1 47 56 50 00, fax : +33 (0)1 47 56 51 07Reed Expositions France www.reedexpo.frReed Exhibitions www.reedexpo.com22
  • 23. Les Partenaires• CCI France : Chambres de Commerce et d’Industrie de France• Fédération de la Plasturgie• FIM – Fédération des Industries Mécaniques• FIM Sous-Traitance comprenant :AFFIX - Association des fabricants de fixations mécaniques,AMICS-E&PI - Usinage, machines spéciales, procédés industrielsFIM Moules & PrototypesGIMEF - Groupement français des industries transformatrices des métaux en feuilles,SNCT - Syndicat national de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle,S.N.DEC - Syndicat national du décolletage,FIM Ressorts – Syndicat national des fabricants de ressorts,UITS – Union des industries de traitements de surfaces.• Fédération Forge Fonderie• ARTEMA : Association des roulements, des transmissions, de l’étanchéité et de la mécatroniqueassociée• SNESE : Les Fabricants d’Electronique et Services Associés• UCAPLAST : Union des syndicats des PME du caoutchouc et de la plasturgie• UNITAM : Union des industries d’articles pour la table, le ménage et activités connexes23
  • 24. MIDEST 2013INFORMATIONS PRATIQUES- Dates du mardi 19 au vendredi 22 novembre 2013- Lieu Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte – Hall 6- Prix d’entrée 55 € TTCPresse : entrée libre sur présentation de la carte de presse- Horaires du mardi au jeudi de 9h00 à 18h00Le vendredi de 9h00 à 16h00- Catalogue disponible au prix de 42 € TTC (frais de port inclus)30 € TTC sur le salon- Moyens d’accèsEn voiture : à 15 mn du boulevard périphérique de Paris par les autoroutes A1 et A3,ensuite bretelle A104, sortie Parc des ExpositionsEn métro/RER : à 20 mn du cœur de Paris, ligne B du RER, direction Aéroport de Roissy,station Parc des ExpositionsEn train : 14 TGV desservent chaque jour la gare de Roissy, à 3 mn en RER direct deParis-Nord Villepinte.En avion : Le Parc est à quelques minutes de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle,par le RER ou l’autoroute A1.Air France, transporteur officiel de MIDEST, accorde des tarifs préférentielsà ses participants.- Site Internet www.midest.com- Réseaux sociaux Présent sur Viadeo (@MidestParis sur www.viadeo.com), Twitter(https://twitter.com), Facebook (www.facebook.com) et LinkedIn(http://fr.linkedin.com).- Informations info@midest.comTél. : +33 (0)1 47 56 21 6624
  • 25. INFORMATION PRESSE MAI 2013MAROC : LE MONDE DE L’INDUSTRIESE DONNE RENDEZ-VOUS AU SISTEP-MIDEST 2013Du 11 au 14 décembre prochains se déroulera, à l’Office des Foires et Expositions de Casablanca(OFEC), l’édition 2013 de SISTEP-MIDEST, l’événement professionnel marocain dédié à lasous-traitance industrielle et aux machines, équipements et services pour l’industrie. Ce salon sepositionne comme le rendez-vous industriel majeur au Maroc, dont la situation géographiquestratégique permet d’attirer des professionnels du Maghreb, d’Europe et de l’Afrique. Il présenteraune offre globale en six secteurs majeurs pour permettre aux visiteurs nationaux et étrangers detrouver toutes les réponses à leurs besoins : machines-outils, tôlerie, électronique, services,plasturgie et sous-traitance industrielle.Des exposants du monde entier répondent présentsEn 2012, sur 6 000 m² d’exposition, 191 exposants issus d’une quinzaine de pays et conscients quecet événement constituait l’occasion idéale de se diversifier, de se positionner stratégiquementsur des marchés émergents et de mieux résister à la crise européenne, ont participé àSISTEP-MIDEST. Parmi eux figuraient de nombreux leaders mondiaux. La présence étrangère étaitparticulièrement importante, 60 % étant originaires de nations autres que le Maroc : l’Algérie,l’Allemagne, la Belgique, la Chine, les Emirats Arabes Unis, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie,le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, la Tunisie et la Turquie.Qu’ils soient présents sur un pavillon ou en individuel, ils ont dressé un constat globalement trèspositif de leur participation et ont également profité de loccasion pour rechercher des partenaireslocaux ainsi que des agents et des distributeurs.Un visitorat professionnel très qualifiéSISTEP-MIDEST bénéficie en effet d’un visitorat marocain, africain et européen constitué desprincipaux donneurs d’ordres du monde industriel attirés par les opportunités concrètes qu’offrele pays qui a fait de l’industrie l’un des fers de lance de son développement. Le salon a ainsi reçuen 2012, sur quatre jours, 3 917 visiteurs issus de 33 pays, dont 16 % venant d’autres nations quele Maroc. De nombreux groupes internationaux étaient représentés, comme EDF, Bosch Siemens,ThyssenKrupp, Samsung, SNECMA, Bombardier, Thales, Continental Automotive, Messier Bugatti…Tous ont pu profiter d’un large programme de conférences et de rencontres BtoB organisées surmesure.F I C H E P R A T I Q U E – A G E N D ADates du mercredi 11 au samedi 14 décembre 2013Lieu Parc des Expositions de Casablanca (OFEC) – MarocSite Internet www.sistep-midest.comOrganisateur Reed Exhibitions MoroccoInformations Tél. : + 212 522 46 54 60 – Mail : info@sistep-midest.com25